Déliberations du comité sénatorial permanent des Affaires juridiques et constitutionnelles, 32e parl, 1re sess, nº 66 (22 juin 1983).


Informations sur le document

Date: 1983-06-22
Par: Canada (Parlement)
Citation: Canada, Parlement, Déliberations du comité sénatorial permanent des Affaires juridiques et constitutionnelles, 32e parl, 1re sess, nº 66 (22 juin 1983).
Autres formats: Consulter le document original (PDF).


Le texte HTML ci-dessous n’a pas encore été modifié

Ce document n’a pas encore été modifié pour des erreurs. Aidez-nous en corrigeant le texte et en l’envoyant sous forme de fichier texte par courriel à pd@theccf.ca. Votre aide fera PrimaryDocuments.ca le référentiel électronique le plus complet des documents relatifs à la constitution canadienne. Pour de plus amples renseignements, consultez notre page Soyez un contributeur.

Lire le texte non édité

Firsl Session
Thirly-sccond Parliamem. 1980»81-82»83

SENATE OF CANADA

Proceedings ofthe Standing
Senate Committee on

Legal and
Constitutional Affairs

(Shairmatt:
The Honourable JOAN NEIMAN

Wednesday, June 22, 1983

Issue No. 66

Fourteenth proceedings on:

Bill 5-33, “An Act to give effect, for
Canada, t0 the Uniform Evidence Act
adopted by the Uniform Law Conference
of Canada”

WITNESSES:
(See back cover)

2442I—|

Première session de la
trente-deuxième législature. 19804981-19824983

SÉNAT DU CANADA

Délibérations du comité
sénatorial permanent des

Affaires juridiques et
constitutionnelles

Preîriderxt:
L’honorable JOAN NEIMAN

Le mercredi 22 juin 1983

Fascicule n° 66

Quatorzième fascicule concernant:

Le projet de loi 5-33, «Loi donnant effet
pour le Canada à la loi uniforme sur la
preuve adoptée par la Conférence canadienne
de Puniformisation du droit»

TÉMOINS:
(Voir à Fendos)

THE STANDING SENATE COMMITTEE ON
LEGAL AND CONSTITUTIONAL AFFAIRS

The Honourable Joan Neiman, Chairman
The Honourable Richard A. Donahoe, Deputy Chairman

and

The Honourablc Senators:

Assciin
Bosa
Buckwold
Croll
Deschaielels
Donahoe
Doody
*Flynn
Frith
Godfrey
Haidasz
Hastings
Hicks
Lang
Langiois

*Ex Off/‘cio Mamberx
(Quorum 5)

Lapointe
Leblanc
Lewis
Macquarrie
Neiman
Nurgitz

*Oison

Pitfield
Rizzuto
Robichaud
Roblin
Rousseau
Stollery
Tremblay
Walker

Publishcd under aulhoriiy of ihc Sonate by lhc

Quccn‘s Prinlcr for Canada

Avaiiablc from lhe Canadian Governmcnl Publishing Ccnlrc.

Supply and Services Canada.

Ûllawa. Canada léra-

ions.
li 23

22-6-1983 Affairesjuridiques et constitutionnelles 66 :5

EVIDENCE

Ottawa, Wednesday. lune 22, 1983
[Texl]

The Standing Senate Committee on Lcgal and Constitutionv
al Affairs, to which was referred Bill 8-33, to give effect, for
Canada, to thc Uniform Evidence Act adopted by the Uniform
Law Conférence of Canada, met this day at 2.30 p.m. to give
considération to the bill.

Senator Joan Neiman (Chairmnn) in the Chair.

The Chairman: Honourable senators, it gives me a great
deal of pleasure to welcome again the représentatives of the
Canadian Bar Association. We are pleased to have before us
today such a distinguishedw-perhaps even overwhelming—
représentation from the bar.

We have received two briefs, one of which is very large, to
which Mr. Fortier will be referring, and another separate brief
from the Bar of Quebec. Beforc wc proceed, l should like a
motion t0 have these lwo briefs form part of the record of the
proeeedings of the day. l understand that we are not going to
hear a complete review of the briefs as such, but will be given
a separate and somewhat shorter presentation.

Senator Lapointe: l so move.
(For Iexl ofbriefs see p. Asl.)

The Chairman: Mr. Portier, perhaps you would be good
enough to introduce your colleagues to the members of the
committec, after which you may procecd with your
présentation.

Me Yves Fortier, c.r., président, Association du Barreau
canadien: Merci, madame le président. Je voudrais tout
d’abord vous remercier de votre invitation adressée au Barreau
canadien dc comparaître â nouveau devant votre comité, pour
vous entretenir de nos préoccupations et de nos critiques que
l‘on veut constructives, sur lc projet de loi S-33.

C’est avec raison que vous soulignez que c’est notre
deuxième comparution. Le 24 mars dernier, une délégation du
Barreau canadien présidée par mon collègue et ami le vice-pré-
sident national, M. Robert McKercher qui est à ma gauche,
s’est présenté devant vous avec ce que fappellerais un «bird’s
eye view», du projet de loi 5-33. Il était fort, a ce moment-là,
de la résolution du Conseil du Barreau canadien dont faisait
état. d’ailleurs, le mémoire qui a été déposé à cette date le 24
mars. Cette résolution du Conseil national du Barreau canav
dien qui avait été approuvée à ses réunions de février à Banff,
concluait comme suit-Met là. j’ai le texte anglais devant moi:

Be it resolved that the proposed Canada Evidence Act
should not be enaeted in its present form.
This, therefore, was the mandate which the CBA had reccived
from its legislators, members of council.

Madam Chairman, honourable senators, when Mr.
McKercher appeared before you on March 24 as head of the
délégation, he said, and l quote from page 49.6 of the tran—
script of thc proeeedings:

TÉMOIGNAGES

Ottawa, le mercredi 22 juin i983
[Traduction]

Le Comité sénatorial permanent des affaires juridiques et
constitutionnelles à qui a été renvoyé le projet de loi S-33, Loi
donnant effet pour le Canada à la Lei uniforme sur la preuve
adoptée par la Conférence canadienne de Puniformisation du
droit, se réunit aujourd’hui à 14h30 pour en étudier les
dispositions.

Le sénateur Joan Neiman wrêsidenl) occupe le fauteuil.

Le président: Honorables sénateurs, je suis très heureuse de
souhaiter encore une fois la bienvenue aux représentants de
l’Assoeiation du Barreau canadien. Nous sommes heureux
d’accueillir aujourd’hui des représentants aussi distingués et
même aussi nombreux du Barreau.

Nous avons reçu deux mémoires; dans sa présentation, M.
Fortier se rapportera au plus volumineux. L’autre provient du
Barreau du Québec. Avant de procéder, j’aimerais obtenir une
motion portant insertion de ces deux mémoires cn annexe aux
délibérations de ce jour. Je crois comprendre que les témoins
ne liront pas les mémoires mais qu‘ils nous en donneront une
version séparée et abrégée.

Le sénateur Lapointe: J’en fais la proposition.
(Voir texte des mémoires, pa/Jrl)

Le président: Monsieur Fortier, pourriez-vous présenter vos
collègues aux membres du Comité avant de faire votre exposé’?

Mr. Yves Fortier, Q.C., Président, Canadian Bar Associa-
tion: Thank you, Madam Chairman. First of all, l would likc
to thank you for inviting the Canadian Bar Association to
appear once again before your Committee to share with you
our concerns and criticisms, all constructive l hope, on Bill
5-33.

You are quite correct in saying that this is our second
appearance before the Committee. A delegation from thc
Canadian Bar Association headed by my colleague and friend
seated to my left, Mr. Robert McKerchcr, the national Vice-
President, first appeared before your Committee last March
24 to give you what I would call a “bird’s eye view” of Bill
5-33. He was supported at that time by the résolution of the
Council of the Canadian Bar which, moreover, was mcntioned
in the bried tabled on that same day, namely March 24. This
resolution by the National Council of the Canadian Bar, which
had been adopted at the Bar meetings held in Banff in
February, concluded thc following and Iquote:

Il est convenu que la Loi fédérale sur la Loi sur la
preuve ne devrait pas être adoptée sous sa forme actuelle.
Ainsi, c’était là le mandat que l’ABC avait reçu de ses
législateurs, membres du Conseil.

Madame le président, honorables sénateurs, lorsque M.
McKercher a comparu devant votre comité le 24 mars dernier,
à titre de chef de la délégation, il a dit, et je cite un passage
qu’on retrouve à la page 49.6 des délibérations:

66:6

[Taxi]
We are still in the process of formulating a complete
response to Bill S-33.

Hé went on to say;

ln the important area of law, science and technology, a
CBA committee is currently examining civil evidentiary
issues relating to computers. Otlter CBA sections are
cqually interested in the provisions of this bill. Therefere,
we suggest to this committee that this represents an initial
opportunity to outline some of the potential difficulties
that Bill S-33 may cause before Canadian courts…

Therefore, our presence here today is but a logieal extension, if
you wish, of our first appearancc on March 24.

Allow me te tell honourable senators, if l may, what we
have done since we appeared before you lhrec months ago.
Much of the work was influenced, Madam Chairman, by the
meeting which l was privileged to have with you and the
Minister of Justice, the Honourable Mark MacGuigan, at the
end of April, at which time you very generously reminded me
that we had promised to come back and asked when we would
be at the rendczvous. l replied that we were doing everything
in our power to arrange matters in such a way that we would
be attending this committee meeting before Parliament
adjourned at the end of June. We subsequently spoke on the
telephone and you accoinmodated our request for a little more
time. l would like to publicly acknowledge that gesture and
extend to you my thanks and the thanks of the membcrs of the
association.

What we have done, Madam Cliairman, and honourablc
senators, is this: we parcelled out 15 différent chapters of Bill
S-33 to 15 of our members, whose names appear on the fourth
page of what l would call thc blue book. This group was made
up ofjudges, lawyers and académies. We asked each and every
one of them first to examine the chapter assigned to him or her
and to note the effects of those sections on the current state of
the law of evidence in Canada; second, whether the position
taken in Bill S-33 would beneficially affect the law of evi-
clence; and third, if Bill S-33 was perceived not to promote
beneficial changes, to offer constructive alternatives-wand l
underline the word “constructive.”

l am delighted and very quatified that, with only a few
exceptions, the members to whom we assigned this work
delivered the marchandise, On account of illness, in one case,
and because of a protraeted, unexpected hearing in another
case, unfortunately we do not have papers concerning sections
56 to 63, sections 8510 99 and sections 125 to 160 of Bill 5-33.
We do, however, have comments which l believe are very
learned and which answer the mandate, if you wish, which we
gave to those individuals concerning all of the other provisions
of Bill S-33.

After the papers were reccived, we thcn sent tliem to an
umbrella committee consisting of ehairpersons of our national
sections who have a very real interest in the disposition of Bill

Legal and Constitutional Affairs

22-6-1983

[Tradurtion]
Nous n’avons pas fini d’élaborer une réponse complète au
projet de loi S-33.
Et il a poursuivi:

Dans le domaine important du droit, de la science et de
la technologie, un comité de l’Association du barreau
canadien est en train d’examiner les questions de preuve
au civil en ce qui concerne les ordinateurs, D’autres
sections de l’Association du barreau canadien s’intéressent
également aux dispositions de ce projet de loi. En consé-
quence, nous faisons observer au comité que nous avons
ici une première occasion d’exposer quelques-unes des
difficultés éventuelles que le projet de loi S-33 pourrait
susciter devant les tribunaux canadiens. . .

Ainsi, notre présence ici aujourd’hui est une suite logique, si
l’on peut s’exprimer ainsi, à notre première comparution du 24
mars dernier.

Permettez-moi, honorables sénateurs, de vous dire ce que
nous avons fait depuis notre dernière comparution, il y a trois
mois. La plus grande partie de notre travail a été in?uencée,
Madame le président, par la rencontre quej‘ai eue avec vous et
avec le ministre de la Justice, l’honorable Mark MacGuigan, â
la fin d’avril; vous m’aviez alors rappelé que nous avions
promis de nous adresser à nouveau à votre Comité. Vous
m’avez d’ailleurs demandé quand nous serions prêts à compa-
raître. J’ai répondu que nous faisions tout en notre pouvoir
pour être prêts à le faire avant l’ajournement, à la fin du mois
de juin. Par la suite, nous avons communiqué par téléphone et
vous m’avez accordé un peu plus de temps. J’aimerais vous
remercier publiquement de cette gentillesse en mon nom
propre et en celui des membres de l’Association.

Nous avons alors procédé, Madame le président et honora-
bles sénateurs, de la façon suivante: nous avons chargé 15 de
nos membres, dont les noms apparaissent à la quatrième page
de ce que j’appellerais notre livre bleu, d’étudier 15 chapitres
différents du projet de loi S-33. Ce groupe était formé de
juges, d’avocats et d’universitaires. Nous avons demandé â
chacun d’entre eux d’étudier tout d’abord le chapitre dont on
les avait chargés et de noter les incidences que pourraient avoir
ces dispositions sur l‘état actuel du droit de la preuve au
Canada; puis, ils devaient déterminer si la position adoptée
dans le projet de loi S-33 serait à l’avantage du droit de la
preuve; et troisièmement, s’ils jugeaient que le projet de loi
S-33 entraînerait des modifications peu souhaitables, de propo-
ser des solutions de rechange constructives, et j’insiste bien,
constructives.

Je suis très heureux de dire qu’à quelques exceptions près,
ces membres ont accompli leur tâche. Pour des raisons de
maladie, dans un cas, et à cause d’une audience inattendue et
prolongée dans un autre, nous n’avons malheureusement pas
les documents nécessaires pour les articles 56 à 63, 85 â 99 et
125 à 160 du projet de loi 8-33. Nous avons cependant certains
commentaires, que je qualifierais de savants et qui correspon-
dent bien au mandat que nous avions donné à chacun des
membres qui ont étudié les autres dispositions du projet de loi
S-33.

Une fais les documents demandés obtenus, nous les avons
expédiés à un comité de coordination formé des présidents de
nos sections nationales, qui s’intéressent grandement aux dis-

’83

8L1

de
=au
lVE
res
:nt
sé-
VHS
les
ait

22-6-1983 Affaires juridiques et constitutionnelles 66:7

jTexl]

S-33-——civil litigation, criminal justice, family law and business
law, to name but four of them. We asked members of that
tnnbrella committee to please review those papers and to give
us their comments so that some kind of a logical order would
be given to the Canadian Bar Associations prcsentation. That
lias been done.

On Friday of last week, racing against the clock, the brief
was delivered to the secretary of your committee, Madam
Chairman,

Parallel with this work, Le Barreau du Québec a accepté
d‘étudier conjointement avec le Barreau canadien le projet de
loi 5-33. Je suis très heureux de ce travail conjoint entre
l‘Association qui représente tous les avocats du Québec d’une
part et l’Association du Barreau canadien d‘autre part. Cest
un fédéralisme rentable qui s’est manifesté dans la réalisation
de ce travail. Vous avez donc sous pli séparé le mémoire qui a
été réfigé par le comité conjoint du Barreau du Québec et du
Barreau canadien. Vous allez y retrouver une étude du projet
de loi, une étude globale vue par des civilistes. Vous allez y
retrouver aussi une étude du projet de loi dans ses moindres
détails et il prévoit avoir un impact sur la pratique du droit,
tant en matière civile que criminelle, au Québec.

Our third prcsentation to you today, Madam Chairman and
honourable senators, is that of a very active member of the
Law, Science and Teclinology Committee of the Canadian Bar
Association, who examined Bill S-33 from the point of view of
rules of evidence as they relate to computers. Tliese are the
three présentations which this délégation is going to present to
you today. All of the members—whom l will introduce in a
few seconds—stand ready, willing and able, I am sure, t0
answer your questions,

If I may, l would like to say this: l have had the advantage
of travelling extensively across Canada in recent months in my
capacity as président of the Canadian Bar Association Every-
where I have been, in conversations with jurists——judges and
lawyers alike—and académies, I have heard concern expressed
about Bill 5-33. The eotnmon denominator which runs through
the comments which l have receivcd is that it is too Crown
oriented.

This view comes from crown attorncys as well as defenee
counsel; it comes from judges traincd in thc civil as well as in
the commun law; it comes from judges who sit both on
criminal and on civil cases. One judge, whom l would rather
not identify, recently told me the following, which I thought
might be of interest to honourable senators: That if it is not
amended-«if the bill is not changed substantially-he and liis
colleagues in Canada are going to have to perform quite a
balancing act, They are going to have to lean over backwards
whenever a provision of Bill 8-33 is used, either to admit
évidence or to prevent the introduction of évidence, They are
going to have to bend over backwards in order to ensure not
only that justice is done but that justice is scen to be done. l
thought that honourable senators would be interested in hear-
ing this comment,

ln my respectful submission therc is no other proposed
législation, either before the Senate or before the other place,

{Traduction}

positions du projet de loi 5-33, dont les procès civils, le droit
pénal, le droit de la famille et le droit des affaires, pour n’en
nommer que quatre, Nous avons demandé aux membres de ce
comité de coordination d’étudier des documents et de nous
présenter leurs commentaires de façon qu‘on puisse rédiger
dans un ordre logique le mémoire que l‘Association du Barreau
canadien, présenterait à votre Comité.

Vendredi dernier, â l’issue d’une course contre la montre,
nous avons pu déposer notre mémoire auprès du secrétaire de
votre comité, Madame le président.

Dans la même optique, le Barreau du Québec… agrecd to
consider jointly with the Canadian Bar Bill S-33, I am very
pleased with this work carried out jointly by the Association
which represents all lawyers in Qucbec on the one hand and by
the Canadian Bar Association on the other hand. This work
illustrates the benefits of federalism. You therefore have under
separate cover the brief drafted by the Joint Committee of the
Canadian Bar and the Québec Bar, The brief focusses on the
Bill and présents an overview by the civil law experts. It also
focusses on thc smallest details of the Bill and predicts that the
législation will have on impact on the practice of both civil and
criminal law in Québec,

Notre troisième exposé aujourd’hui, madame le président ct
honorables sénateurs, est celui d’un membre très actif au sein
Comité du droit, de la science et de la technologie de l’Associa-
tion du Barreau canadien, qui a étudié le projet de loi 5-33 du
point de vue des règles de la preuve en ce qui a trait aux
ordinateurs. Il s’agit là des trois présentations que notre délé-
gation fera aujourd‘hui. Tous les membres, je vous les présen-
terai dans quelques instants, sont, j’en suis convaincu, disposés
à répondre à toutes vos questions et en mesure de le faire.

J’aimerais vous dire que j’ai eu Foccasion de beaucoup
voyager au Canada au cours des derniers mois à titre de
président de l’Association du Barreau canadien. Partout où je
suis allé, dans des conversations que j’ai eues avec des juristes,
juges et avocats, et avec des universitaires, j’ai appris que mes
interlocuteurs étaient préoccupés par le projet de loi S-33. En
effet, tous estimaient que le projet de loi est exagérément axé
sur la Couronne.

Procureurs de la Couronne et avocats de la défense s’enten-
dent sur ce point; c‘est également l’opinion de juges qui
s’oecupent d’affaires civiles et de juges qui s’occupent d’al‘fai-
res de droit coutumier; de juges qui se sont occupés d’affaires
criminelles et d’affaires civiles, Un juge, dont je préférerais
taire le nom, m’a récemment dit quelque chose qui pourrait
vous intéresser, honorables sénateurs; il a déclaré que si le
projet de loi n’est pas modifié—de façon considérable—lui et
ses collègues au Canada devront presque jongler. lls dcvront se
mettre en quatre lorsqu’on fera appel à une disposition du
projet de loi S-33 pour accepter Félément de preuve ou pour
empêcher son utilisation. lls devront se mettre en quatre pour
assurer non seulement qu’il y a justice, mais que le public est
conscient de ce fait. J’ai cru que vous aimeriez être informés
de ses propos.

Selon moi, il n’y a pas d’autre projet de loi, devant le Sénat
ou la Chambre des Communes, qui intéresse plus que celui-ci

66:8

[Texl]

at the moment which is of more immédiate interest to the
members of the profession. Présent here this afternoon as
members of the delegation we have my colleagues, the Nation-
al Vice-President, Mr. Robert McKercher, Q.C., from Sas-
katoon, and vous avez à ma gauche le bâtonnier du Québec,
M‘ Louis Lebel lui-même, qui a tenu à être présent. Il me reste
simplement à vous dire merci de nous avoir convoqué à
nouveau.

l would like to publicly acknowledge the work of many of
the members of thc association, some of whom are présent
today but many of whom are not, who have burned the
midnight oil in order to see that our comments respecting Bill
5-33 were delivered to honourable senators on time,

There are a variety of messages which are offered in conclu-
sion, and I think I can summarize these conclusions as follows.
l believe that members of the Justice Department, who have
worked long and hard to produce Bill 5-33, have done an
admirable job. I think that these same people should heed the
comments which are offered by associations such as the
Canadian Bar Association because l repeat that these com-
ments are intended te be constructive. I think the drafters cf
the législation should heed those comments and that, wherever
possible, they should revise Bill 5-33.

Comme il devrait tenter de trouver d‘autres solutions, avant
de passer la parole à ceux qui ont quelque chose de plus
substantiel â dire, permettez-moi de vous présenter les juristes
qui m’accompagnent ici cet après-midi. Tout d’abord, je vous
ai déjà présenté mon collègue, M‘ Robert MeKercher, vice-
président national de l‘Association. J‘aimerais aussi vous pré-
senter les membres de la délégation du Barreau du Québec:
tout d’abord M. le bâtonnier Louis Lebel, M, le professeur
Jacques Fortin, M‘ Gustave Hébert et M‘ Gérald Tremblay,
Maintenant du Barreau canadien, qui se trouve devant vous,
vous avez M‘ John Sopinka, c,r., qui est de Toronto de même
que M. Patrick Healy, who was the author of one of the
ehapters of the blue book; Mr. Marc Rosenberg, and my
partner, Derek Guthrie. Mr. Guthrie will be addressing the
law, science and technology portion of Bill 5-33. Finally, last
but not least, from the national office, le directeur exécutif, M.
le bâtonnier, M‘ Bernard Blanehard; my right-hand man in
more ways than one, Mr. Eugene Oscapella; and Mr. Lorey
Miller, also of the national office.

Sans plus tarder, madame le président, si vous le permettez,
je vais céder la parole à M° John Sopinka, qui va résumer les
aspects de procédure civile du mémoire bleu; il sera suivi
ensuite de M‘ Rosenberg, who will address thc criminal law
aspect of the brief, Needless to say, they will both be prepared
to answer questions pertaining to any of the chapters in the
blue book. Merci,

Mr. John Sopinka, Q.C., Toronto, Member of Spécial Com-
mittee on 8-33 (Of Canadian Bar Association): Madam
Chairman, honourable senators, l will deal with the rule
against hearsay, and I will start off by quoting a statement
made by the great jurist Caesar Wright, who said that “no
layman could ever hope to understand the rules of évidence
and no lawyer could ever hope to explain them to a layman.”

Legal and Constitutional Affairs

22-6-1983

[Traduction]

les membres de ma profession. Cet après-midi, je suis accom-
pagné de mes collègues, le vice-président national, M. Robert
McKercher, c.r., de Saskatoon et. . . To my left is the bâtonni-
er for Quebec, Mr. Louis Lebel, who insisted on attending the
proceedings here today. So, once again, thank you for inviting
us to appear a second time before your Committee.

Faimerais publiquement féliciter de nombreux membres de
l‘Association de leur excellent travail; certains d’entre eux
maceompagnent aujourd’hui. Ils ont travaillé fort avant dans
la nuit pour que les commentaires de l’ABC sur le projet de loi
S-33 vous soient livrés à temps.

En conclusion, nous formulons diverses recommandations et
je crois que je puis les résumer de la façon suivante; je suis
d’avis que les membres du ministère de la Justice, qui ont
travaillé très fort et très longtemps à la rédaction du projet de
loi 5-33, ont fait un travail admirable. Je crois qu’ils devraient
tenir compte des commentaires dbrganismes comme l’Associa-
tion du Barreau canadien, parce que, je le répète, il s’agit de
commentaires constructifs. Je crois que les rédacteurs du
projet de loi devraient tenir compte de ces commentaires et,
dans la mesure du possible, s’en inspirer pour modifier le
projet de loi 5-33.

Since he should attempt to find other solutions, before
giving the floor to those who have something more substantial
to say, allow me to introduce to you the lawyers who are here
with me this afternoon. First of all, I have already presented to
you my colleague, Mr. Robert McKercher, National Associa-
tion Vice-Président. l would also like to introduce to you thc
members of the Québec Bar délégation: bâtonnier Louis Lebel,
Professor Jacques Fortin, Mr. Gustave Hébert and Mr. Gérald
Tremblay. From the Canadian Bar, Mr. John Sopinka, Q.C.,
from Toronto, along with Mr. Patrick Healy, auteur d’un des
chapitres du Livre bleu; Mr. Mark Rosenberg, et mon associé,
Derek Guthrie. M. Guthrie vous dira quelques mots sur l’as-
pect du projet de loi S-33 qui porte sur le droit, la science et la
technologie. Enfin, le dernier mais non le moindre, du Bureau
national, le directeur exécutif, M. le bâtonnier, M‘ Bernard
Blanchard; mon bras droit à bien des égards, M. Eugène
Oscapella; et M. Lorey Miller, qui est également membre du
Bureau national.

Without any further ado, Madam Chairman, ifI may, I will
now give the floor to Mr. John Sopinka who will summarize
the aspects cf civil procédure in the blue brief; he will be
followed by Maître Rosenberg, qui vous parlera du droit pénal.
Nul besoin de dire qu‘ils seront tous deux disposés â répondre
aux questions, sur notre livre bleu, notre mémoire. Thank you,

M. John Sopinka, c.r., Toronto, membre du comité spécial
d’étude du projet de loi S-33 (Association du Barreau cana-
dien): Madame le président, honorables sénateurs, je vous
parlerai des dispositions énterdisant Pacceptation du ouï-dire,
et je commencerai en vous citant le grand juriste, Caesar
Wright, qui a déclaré qu’aucun profane ne peut espérer com-
prendre les règles de la preuve et qu’aucun avocat ne peut

64983

ICCOm-
Robert
îtonni-
ng the
nviting

ires de
‘e eux
t dans
de loi

ions et
ie suis
ui ont
ijet de
‘raient
isocia-
git de
rs du
‘es et,
‘ier le

aefore
antial
a here
ted to
socia-
Iu the
‘..ebel,
lérald
Q.C.,
n des
soeié,
‘ l’as-
: et la
Jreau
rnard
igène
re du

l will
arize
ll be
vénal.
mdre
you.

écial
ana-
vous
dire,

22-6-1983 Affaires juridiques et constitutionnelles 66 :9

flîzxl]

‘That is a rather telling comment, because l think we seme-
times lose sight of the fact that the rules of evidence are not
just for lawyers. Probably their most important opération is in
u jury trial, where that very thing has to happen: A layman has
lo understand the rules of evidence and a lawyer has to try t0
explain them to him.

That points to the fact that in any revision of the rules et
evidence an attempt should be made to simplify them and to
eliminate some of the more technical language. I think it is a
stcp in the right direction that in this bill with respect to the
rule against hearsay, which is probably the most commonly
encountered rule in all of the rules of évidence, the drafters
have sought to do that.

in a text which l co-authored we thought that when the
rules were revised they should provide that all hearsay would
be admissible with certain exceptions. The drafters of this bill
have taken the opposite tack, which is more in conformity with
the present situation, to say that all new hearsay is excluded
except in certain circumstances, and those exceptions have
been considerably broadened over what they were at common
law.

That was a step that was already being furthered by the
judiciary, and in a number of cases there were more exceptions
creatcd.

In order to ensure that the old rigidity does not creep back
into the rules of évidence, there is a general provision that a
court can create additional exceptions. If you have the book
before you, l refer to that provision on page 34.

With respect to the specific provisions I have some criti-
cisms. Where I do not make critieisms that means that I
consider the révision desirable.

1 will go over {airly quickly the criticisms that l have and
the improvements that I suggest. 0l » course 1 am aware ot‘ the
fact that I am not necessarily talking to lawyers so I will try to
keep it simple. If l cannot explain the rules of evidence to you,
then that means that probably these rules are still too
technical,

Subsection 45(2), which appears at page 35 ot‘ the text,
provides that:

Hearsay is admissible if the parties agree and the court

consents to its admission.

That is fine in criminal cases, but we do not need the consent
of the court in civil cases, because I can tell you that the two
parties can get together and can agree to any set of facts they
wish to agree to, irrespective of whether those facts are borne
out by the evidence, and the judge is bound by that agreement
as to fact and it would therefore be a very serious retrograde
step to say that you would have to get the consent of the court
for the parties to agree to any evidence.

Subsection 45(4) provides that:
Whether an exception is properly created under subsec-
tion (3) is a question of law that is subject to appeal.

[Traduction]

espérer pouvoir les lui expliquer. Ce commentaire est plutôt
révélateur, parce que je crois que nous oublions parfois que les
règles de la preuve nîntéressent pas que les avocats. Leur rôle
le plus important se présente probablement lors d‘un jugement
par jury: le profane doit comprendre les règles de la preuve et
l’avocat, les lui expliquer,

Tout cela fait ressortir Fobligation qui revient aux responsa-
bles de toute révision des règles de la preuve de chercher à
simplifier celles-ci et à en éliminer les termes vraiment techni-
ques. Je crois qu’avec le projet de loi 8-33, on a fait un pas
dans la bonne direction, en ce qui a trait au dispositions sur le
ouï-dire, que l‘on retrouve dans toutes les règles sur la preuve.

Dans un texte que j’ai rédigé en collaboration, il est dit que
toute révision des règles sur la preuve devrait prévoir Vadmissi-
bilité des diverses formes de oui-dire, à quelques exceptions
près. Les rédacteurs du projet de loi qui nous intéresse ont pris
une position contraire, qui est plus conforme à la situation
actuelle; ils ont dit que tout ouï-dire est exclu, sauf dans
certaines circonstances. Ces exceptions ont été élargies de
façon considérable si on les compare au droit coutumier.

C’était une mesure qui avait déjà été adoptée par la magis-
trature, et dans un certain nombre de cas on a créé de
nouvelles dérogations.

Afin d’assurer que les anciennes mesures de rigidité ne
seront pas réintroduites, une disposition générale prévoit qu’un
tribunal peut créer d‘autres dérogations, Si vous avez notre
mémoire devant vous, vous retrouverez cette disposition à la
page 34.

J’ai certains commentaires a faire sur des dispositions préci-
ses; si je ne parle pas de certaines dispositions, c’est que je juge
leur révision souhaitable.

Je vous énoneerai brièvement mes commentaires et les
améiorations que je propose. Évidemment, je sais que je ne
parle pas à des avocats et ÿessaierai de m’exprimer en des
termes simples. Si je ne peux vous expliquer les règles sur la
preuve, cela veut donc dire qu’el1es sont probablement toujours
trop techniques.

Le paragraphe 45(2) qui se trouve â la page 35 de notre
mémoire est ainsi formulé:

Un ouï-dire est recevable si les parties sont d‘accord et

si le tribunal y consent.

Cette disposition ne pose pas de problèmes lors d’at’faires
criminelles, mais nous n’avons pas besoin du consentement du
tribunal pour les affaires civiles; je peux vous assurer que lors
d’affaires civiles, les deux parties peuvent se rencontrer et se
mettre d’accord sur un ensemble de faits, qu‘ils soient confir-
més ou non par des éléments de preuve, et le juge est restreint
par cette entente; ce serait régresser que de rendre obligatoire
Pobtention du consentement du tribunal, pour ‘ qu’il y ait
entente entre les deux parties sur un élément de preuve.

Le paragraphe 45(4) dispose que: _

Le bien-fondé de la création d’une dérogation en vertu

du paragraphe (3) est une question de droit susceptible
d’appel.

66:lO

[Texl]

Well, what if an exception is not created? That should also be
a question of law and subject t0 appeal and indeed in the
famous case, which is well known to all lawyers, of Arès v.
Venner it was with respect to the refusal to create an exception
that the appeal was taken to the Supreme Court of Canada.

There arc then somc exceptions that deal with exceptions
wherc the déclarant is available. Some of these are quite
technical, but the one l want to deal with is at page 36. Section
47 provides that:

A record admissible under section ll3 as past recollec-
tion recorded is admissible for all purposes.

l don’t think any layman you would explain that to could
possibly understand the law as it stood before. If a witness is
called and has absolutely no recollection of a particular event
but is shown some note or memorandum that he made previ-
ously and looks at il and says, “That is my writing and, if l
wrote that, it must be truc,” the law as it stood was that the
note itself was not evidence; it was what he said that was
evidence.

It does not seem to make much différence, so far as l am
concerned, whether or not his reading of the note is evidence or
the record is evidence. All this section does is change tlie
common law so that a note or memorandum is itself evidence.
I think that that is a positive step.

_On page 38 I have set out a number of sections which deal
with previous statements of a witness who is called to give
evidence. The common law was very tough on thc admissibility
of such statements. It did not favour a witness who was giving
evidence putting in previous evidence that lie had given.

These are very technical and l do not intend to go into all
the technicalities of the common law, but as l see the object 1
consider it laudable and l set it out on page 39 of the material.
1 say:

The Task Force _wishcd to ensure that only prior state-
ments, the reliability of which can be guaranteed, would
be admitted in evidence.

ln this bill they eonsidered that the reliability of such
statements could only be guaranteed if they were made under
oath or affirmation and were subject to cross-examination.
Only those would bc admitted to evidence for all purposes.

As I point out, l do not think they achieved that object,
because so many of these sections are conflicting that it
appears to me that they must have had two scparate commit-
tees working on différent aspects of the matter and that they
did not communicate, because in fact, notwithstanding all
these sections, you end up with very little.

Honourable senators, rather than going througlt these criti-
cisms and how these sections interreact l suggcst that the bill
should be amended as set out at page 42. I can summarize all
that by saying that previous statements, whether inconsistent

Légal and Constitutional Affairs

22-6-1983

[Traduction]

Quarrivera-t-il si on ne crée pas de dérogation? Cela devrait
être également une question de droit et faire l’objet d‘un appel
et, de fait, ans une affaire bien connue de tous les avocats,
Arias c. Venner, on a abordé le refus de créer une dérogation.
L’affaire a d‘ailleurs été étudiée par la Cour suprême du
Canada,

ll y a donc alors certaines exceptions qui portent sur les
dérogations lorsque fauteur de la déclaration est disponible.
Certaines de ces dispositions sont techniques, mais celles dont
je veux vous parler se trouvent à la page 36 de notre mémoire.
L’article 47 porte que:

Une déclaration qui contient fidcntification d’une per-
sonne par un témoin oculaire est recevable en preuve à
toutes fins dans une procédure au cours de laquelle son
auteur cst cité comme témoin.

Je ne crois pas qu’un profane à qui vous expliqueriez la
disposition pourrait comprendre la loi sous sa forme anté-
rieure. Si un témoin est convoqué, qu’il ne se souvienne
absolument pas d’un événement quelconque mais dise, après
qu’on lui a montré une note ou un document qui porte sur une
déclaration antérieure: «C’est mon écriture et si c’est ce que
j’ai écrit, cela doit être vrai,» aux termes de la loi antérieure, la
note en soi n‘aurait pas constitué un élément de preuve;
l’éterment dc preuve était la déclaration,

Selon moi, que Pélément de preuve soit la lecture de la note
ou la note en soi n’a pas beaucoup dïmportance. Cet article ne
fait que changer le droit coutumier de façon qu’une note puisse
être admissible comme élément de preuve. Je crois que c’est
une bonne décision.

A la page 38, j’ai donné une série d’articlcs qui portent sur
les déclarations antérieures d’un témoin. Le droit coutumier
était très strict en ce qui a trait a Padmissibilité de telles
déclarations. Il ne favorisait pas le témoin qui répétait un
témoignage antérieur.

Ce sont la des aspects très techniques du droit coutumier sur
lesquels je ne désire pas me pencher, si j’ai bien compris l’objet
de cette disposition, je crois qu‘elle est très valable et j’en parle
à la page 39 du mémoire. Je dis:

Le groupe de travail désirait s’assurer que seules les
déclaration antérieures, dont la fiablilité peut être garan-
tie, seraient admises comme éléments de preuve,

Dans ce projet de loi, on a jugé que la fiabilité de telles
déclarations ne pouvait être garantie que si elles étaient pré-
sentées sous serment ou qu’il y eût confirmation et qu’elles
eussent fait l’objet d‘un contre-interrogatoire. Seules ces décla-
rations seraient admissibles comme éléments de preuve.

Comme je le signale, je ne crois pas que les rédacteurs aient
réalisé cet objectif, car à en juger par le nombre d‘articles
contradictoires, deux comités indépendants ont dû étudier
divers aspects de la question et sans pourtant se consulter. De
fait, même si l‘on ne ticnt pas compte de ces articles, le projet
de loi apporte très peu,

Honorables sénateurs, au lieu d’étudier ces critiques et
d’expliquer les liens qui existent entre les divers articles, je
propose de modifier le projet de loi comme on le suggère à la
page 42 du mémoire. Je peux résumer tout cela en disant que

34983

levrait
appel
‘0cats,
gation.
ne du

ur les
mible.
s dont
noire.

e per-
uve à
le son

iez la
anté-
ienne
après
:1‘ U118
e que
ire, la
‘CUVCÇ

. note
zle ne
iuisse
c’est

ut sur
tmier
telles
it un

-.r sur
objet
parle

s les
iran-

elles
pré-
elles
écla-

tient
icles
dier
. De
‘ojet

; et
Je
a la
que

22-64983 Affaires juridiques et constitutionnelles 66 z 1 l

[Texl]

or consistent, should be admissible for all purposes except
where they are protected by the Charter. The Charter, which
must be taken into account in dealing with this area, now says
that any witness who testifies, whether or not he claims the
privilege, cannot have his evidence used against him to
incriminate him in any other proceeding. That means that you
could never introduce a statement made in a previous case
against a witness and say that it was introduced for the
purpose of proving the truth of the contents of thc statement.
Therefore, that kind of statement can be used only for the
purpose of attacking the credibility of a witness. l say that,
exccpt in that kind of statement, whether or not a previous
statement was made under oath or affirmation or othcrwise, it
should be admissible not for the limited purpose it has now of
attacking credibility but for all purposes. Tlie reason l say that
is that I have never understood any juror to be able to grasp
the distinction between using a statement merely for the
purpose oftesting credibility and using it for all purposes.

Let me give you an example. if a witness says, “I saw X,”
and lie is cross-examined on a statement in which he said, “l
did not see X, » the présent law is that thejury can say, “Well,
we can use that statement so that wc don’t believe him when
lie says, ‘I saw X,’ but we cannot use that statcment to find
that he did not see X, » That is nonsense. No juror can
understand that distinction. Mr. Justice Estey doesn’t think
that distinction should exist, and he is a jurist of great
expérience, and l think it should be eliminated and that the
formalism attaching to statements made under oath and affir-
mation should be taken out of the bill.

l now turn to the next area, where either thc déclarant or
the testimony is unavailable. This was the approach we fol-
lowed: At common law there were two criteria on which an
exception to the hearsay rule was bascd. There was the
unuvailability of the declarant——and at common law that
alwziys meant that he was dead; and there was the presence of
circumstances that made the declaration trustwortliy.

The approach taken by the drafters of Bill S-33 is, in civil
cases, to cxpand considerably the situations in which the
déclarant is considered to be unavailable. The second criterion,
that is the assurance that the statement is trustworthy, is
simply ignored except in the case of an admission of a state-
ment based on expense or inconvenience, in which case the
judge can require the witness to be produced for cross-exami-
nation.

ln criminal cases, however, there is a very slight change.
Llnavailzibility is expanded to include not only death but
situations in which the witness is incompetent or is unable to
testify by reason of physical or mental condition. I think that is
certainly a warranted extension, because the evidence is just as
tinavailable if the witness is unable to testify as it is if the

[Traduction]

les déclarations antérieures, qu’elles soient inconséquentes ou
pas, devraient être admissibles dans tous les cas sauf lorsqu‘el-
les sont protégées par la Charte des droits. La Charte des
droits, dont on doit tenir compte lorsqu’on traite de questions
de ce genre, prévoit maintenant que tout témoin, qu’il revendi-
que ou non le privilège, a droit à ce qu‘aucun témoignage
incriminant qu’il donne ne soit utilisé pour Pincriminer dans
d’autres procédures. Cela veut dire qu’il est impossible d’ap-
porter en preuve une déclaration faite dans une affaire précé-
dente a l’encontre d‘un témoin et de prétendre qu’une telle
action vise à prouver que ladite déclaration est digne de foi.
Par conséquent, ce genre de déclaration ne peut être utilisé que
pour contester la crédibilité d’un témoin. A mon avis, sauf
dans de tels cas, qu’il s’agisse ou non d’une déclaration anté-
rieure faite sous serment, sous affirmation ou sous toute autre
forme, elle devrait être recevable en preuve non pas aux fins
restreintes qu‘elle vise maintenant, dest-à-dire attaquer la
crédibilité d‘un témoin, mais â des fins multiples. Et ce, parce
que je n’ai jamais compris comment un juré arrivait à saisir la
distinction entre le fait d’utiliser une déclaration à la seule fin
de vérifier la crédibilité d’un témoin et le fait de l’utiliser à
toutes les autres fins.

Permettez-moi de vous donner un exemple. Si un témoin dit:
«J’ai vu telle personne», et qu‘après contre-interrogatoire, il
dise: «Je n’ai pas vu cette personne», aux termes de la loi
actuelle, le juré peut utiliser cette déclaration et dire qu’il ne
croit pas l’inculpé lorsqu’il déclare avoir vu telle personne,
alors qu’il ne peut recourir à cette même déclaration pour
déterminer si l‘accusé a bien vu la même personne. C’est
ridicule. Aucun juré ne peut saisir cette distinction. Lui-même
juriste d’expérience, le juge Estey ne croit pas que cette
distinction devrait exister et à mon avis, elle devrait être
supprimée; j’estime en outre que le formalisme inhérent à ces
déclarations faites sous serment ou sous affirmation devrait
être supprimé du projet de loi.

faborderai maintenant la prochaine question, a savoir lors-
que le déclarant ou le témoignage n‘est pas disponible. Voici
Papproche qui a été adoptée. En common law, l’exception à la
règle du o « dire est fondée sur deux critères; d’abord, la
non-disponibilité du déclarant, ce qui, dans ce régime, présup-
pose que le déclarant est décédé; deuxièmement, les circons-
tances qui rendent la déclaration digne de foi.

En matière civile, Papproche qu’ont prise les rédacteurs du
projet de loi 5-33 est d’élargir les conditions aux termes
desquelles le déclarant est considéré comme étant non disponi-
ble. Quant au second critère, dest-à-dire Passurance que la
déclaration est digne de foi, on n‘cn tient tout simplement pas
compte saufdans le cas d’une admission de déclaration fondée
sur des inconvénients, dans lequel cas le juge peut demander
au témoin de se représenter à la barre pour contre-interroga-
toire.

En matière criminelle, toutefois, une légère modification est
apportée, Les critères concernant la non-disponibilité sont
élargis pour inclure non seulement la mort mais des cas où le
témoin est inhabilité à témoigner ou incapable de ce faire pour
cause de maladie physique ou mentale. Je crois que c’est là une
mesure tout à fait justifiée parce que la preuve n’est tout

66:12

[Texl]
witness is dead. It does not make it any more or less reliable
one way or thé other.

l think that is a désirable extension. l thought they should
have extended it to include other things, but l notice that the
judge can create other exceptions, and bearing in mind what
the président said about thc view of the criminal bar and many
others, that this statutc is too crown-minded, that could be
alleviated to some extent by the judge being much more
relaxed or relaxing the rules with respect to evidence tendered
by the accused. Even under thc common law very often
evidence that is of tenuous admissibility is lét in by a judge
when it is tendered by the accuséd rather than by the Crown,

With respect to thc hearsay rule, if the hearsay rule is too
crown-minded, and l don‘t think it is, that is one way in which
that could be taken care of.

The Chairman: Mr. Sopinka, would you like to recoinmend
that there be further exceptions or extensions, or do you féél
that that should be left in the form it is now?

Mr. Sopinka: l think it can be left to the judge, because
without a lot of further study l am not sure just how many
further exceptions there should bc in criminal cases. l know
that the criminal bar is quité conccrned about the Crown being
allowed to introduce hearsay evidence where the déclarant is
unavailablé. So I think that it is bettcr dealt with by thé judge
at his discrétion. Hé knows the particular case and how
important the evidence is.

Howevér, therc miglit be a provision insertéd in the bill
expressly to allow the judge to be more lenient in exercising his
discrétion in creating exceptions in favour of the accused than
he is with respect to the Crown. Or perhaps something could
bé insertcd to encourage him to do that.

Dealing now with the exceptions in criminal cases, I have
already said that the only change in thé criteria in criminal
cases is that unavailability is advanced this one step and then
the spécifié instances in which the exceptions exist are the
same as those at common law.

Let me deal first with dying déclarations. If a witness is
unavailable, a dying déclaration can bé introduced, That is
much thé same as thé exception at common law, but it is
limited to charges of murder, manslaughtér and criminal
négligence, Thé thcory is that you should not allow that kind
of evidence in in less serious chargés. Frankly, l think that is
faulty reasoning, because either dying déclarations are trust-
worthy evidence or they are not. lf they are trustworthy
evidence, then they should be admittéd in all cases. lf they are
not trustworthy evidence, why would you admit them in those
cases where the conséquences are the most grave for the
accuscd? ln my opinion it is either all or nothing, and l say
that it should be all, because it is an exception that has existed
at common law and should be preserved.

Légal and Constitutional Affairs

22-6-1983

[Traduction]

simplement pas faite, pas plus si le témoin est incapable de
témoigner que s’il cst décédé. D’uné façon ou de l‘autre, la
preuve n’est pas plus ou moins fiable.

A mon avis, c’ést la une mesuré souhaitable. Je crois qu’on
aurait dû l’élargir encore pour y inclure d’autres éléments,
mais je remarque que le juge peut créer d’autrcs exceptions et,
compte tenu de ce que le président a déclaré au sujet de la
position du barreau criminel et de nombreux autres, que ce
projet de loi favorise trop la Couronne; cet obstacle pourrait
être levé dans une certaine mesure par le juge qui pourrait
faire preuve d’uné plus grande souplesse ou atténuer les règles
afférentes à la preuve présentée par l’inculpé. Même en comme
law, la preuve dont la recevabilité est mince est souvent
acceptée par un juge lorsqu’elle est présentée par l’inculpé
plutôt que par la Couronne.

En ce qui concerne la règle du ouï-dire, si elle favorise trop
la Couronne, et je ne crois pas que tel soit le cas, c’ést là une
façon d’aborder la question.

Le président: Monsieur Sopinka, aimeriez-vous recomman-
der Padoption d’autrés exceptions ou améliorations ou croyez-
vous que la disposition devrait rester dans son forme actuelle?

M. Sopinka: A mon avis, c’ést lé juge qui devrait décider
parce que tant qu‘on n’aura pas étudié davantage la question,
je ne suis pas sûr combien dïautres exceptions pourraient
s’ajouter en matière criminelle. Je sais que les avocats au
criminel sïnquiètent beaucoup de voir que la Couronne puisse
présenter une preuve de ouï-dire lorsque le déclarant n’est pas
disponible. Donc, je pense qu’il est préférable de laisser la
question à la discrétion du juge. ll connaît Paffaire et sait a
quel point la preuve est importante.

Toutefois, on devrait peut-être inclure dans le projet de loi
une disposition permettant expressément au juge d’être plus
indulgent lorsqu’il fait preuve de discrétion en créant des
exceptions en faveur de l’inculpé qu’il ne l‘est en faveur de la
Couronne, Ou peut-être encore une disposition pourrait-elle
être incluse pour Pencourager à ce faire.

En ce qui a trait maintenant aux exceptions en matière
criminelle, j’ai déjà dit que le séul changement apporté aux
critères pertinents, c’ést que la non-disponibilité est améliorée
d’un cran alors que les cas précis permettant des exceptions
sont les mêmes qu’en common law.

Permettez-moi premièrement d’aborder la question des
déclarations de mourants. Si un témoin n’est pas disponible, on
peut alors présenter une telle déclaration. C’est en gros la
même exception qu‘accepte la common law, quoique restreinte
aux accusations de meurtre, d’homicide involontaire coupable
et de négligence criminelle. En théorie, ce genre de preuve ne
doit pas être reçue dans des mises en accusations moins gravés.
En toute franchisé, je crois que le raisonnement est fautif
parce que les déclarations de mourants sont dignes de foi ou
elles ne lé sont pas. Si elles le sont, eh bien alors elles doivent
être reçues dans tous les cas. Par contre, pourquoi les recevoir
en preuve dans les cas où les conséquences sont des plus graves
pour Pinculpé? A mon avis, c’ést tout ou rién, mais je crois
qu’on doit tout accepter parce que c’ést une exception qui a
toujours existé en common law et qui doit être conservée.

i983

e de
s, la

u’on
ents,
s et,
le la
e ce
rrail
rrait
ègles
11m3
vent
ulpt’:

trop
unc

nan-
iyez-
le?

‘der
tion,
tient
s au
JÎSSC
. pas
zr la
iit à

e loi
plus

des
le la
-elle

tière

aux
orée
Lions

des
Z, 0l]
us la
:intc
able
e ne
lVCS.
iutif
i ou
vent
voir
avcs
zrois
ui a

22-6-1983 Affairesjuridiques et constitutionnelles 66: l3

ITPXI]

‘l‘hc only other exception in criminal cases l wish to deal
with is contained at page 49, section 55, déclarations against
pccuniary, proprietary or penal interest. The Federal/Provin-
cial Task Force on Uniform Rules of Evidence recommended
that, when dealing with this kind of déclaration, “unavailable”
should include “beyond the court’s process.” This may be an
nrea where perhaps the crown attorneys had too much in?u-
ence. They were concerned that a kind of situation would
dcvelop in which, every time the accused wanted a defence, he
would get somebody outsidc the jurisdiction to say, “l did it. »
Then, because that person was beyond the Court’s process,
that statement would be admissible and it would raise a
rcasonable doubt. So that was left out of the definition of
“tinavailable.”

Well, quite frankly, just because the odd, phoney piece of
evidence is let in does not mean that they should exclude all
othcrs which may not be phoney. is phoney or not can bc
decided by a judge when the evidence is allowed in. But il‘ you
do not allow any of it in, you never even get a chance to rule
on whether it is phoney or not. So l think they should have
accepted the recommandation of the task force there.

That is all l have to say about hearsay evidence, Madam
Chairman.

The Chairman: Thank you, Mr. Sopinka.

Mr. Fortier: With your permission, Madam Chairman,
honourable senators, l would ask Mr. Marc Rosenberg to
speak to evidence in criminal matters specifically, and then the
whole blue book can become the object of discussion and
questions, and we will try to reply to those questions.

The Chairman: Mr. Rosenberg.

Mr. Marc Rosenberg, Toronto, Member of Special Com-
mittee on 5-33 (Canadian Bar Association): Thank you,
Madam Chairman. Honourable senators, as you are aware, l
wrote the first part of this blue book on burden of proof.
However, I will attempt to deal with some of the criminal law
matters throughout the entire book.

Mr. Tollefson and his committee identified most of the
policy choices in their report to the Uniformity Commission-
ers, and l would like t0 highlight certain areas where l feel,
and the Canadian Bar Association fecls, that the correct
choice was not made and thus the commissioners failed the test
of whether or not this législation has merit and whether it
represents fairness, rationality and clarity.

Many or » the provisions incorporated in bill 8-33 rcpresent
the Correct choice, of course. For example, section 165 of the
bill, the privilege for psychiatrie assessment, removes a long-
existing unfairness which many judges and lawyers had com-
mented on over the years. Section 168, which clarifies the
spousal privilege area, is a welcome clarification of the law.
Section 65, which removes the DeClercq rule, which has been
a thorn in the sides of many judges and defence counsel and
even many crown counsel, has been removed.

[Traduction]

La seule autre exception en matière criminelle que je veux
aborder se trouve à la page 49, article 55, soit les déclarations
qui vont à Pencontre des intérêts pécuniaires ou patrimoniaux.
Le Groupe de travail fédéral-provincial sur Puniformisation de
la Loi de la preuve a recommandé, eu égard à ce genre de
déclaration, d’inclure dans le terme «non disponible» le sens de
Pexpression «qui dépasse la compétence du tribunal.» C’est là
peut-être un domaine sur lequel les procureurs de la Couronne
ont exercé une trop grande in?uence. lls se sont demandés si
on n‘en viendrait pas a un moment donné où chaque fois que
Vinculpé voudrait une défense, il trouverait quelqu’un étranger
à la cause pour dire: «C’est moi le coupable.» Alors, comme
cette personne n’est pas soumise au tribunal, sa déclaration
serait recevable et serait une quasi-certitude. Cest donc pour
cette raison que cet élément a été exclu de la définition de«non
disponible.»

Eh bien, en toute franchise, ce n’est pas parce que cette
preuve bizarre et fausse est reçue qu’on doit exclure toutes les
autres qui sont peut-être dignes de foi, Et cela, c‘est au juge
d‘en décider lorsque la preuve est reçue. Mais si aucune preuve
n’est reçue, vous n’aurez jamais la chance de prendre une
décision. C’est pour cette raison qu‘a mon avis, on aurait dû
accepter la recommandation du Groupe de travail.

Voilà, c’est tout ce que j’ai à dire sur la preuve par ouiädire,
madame le président,

Le président: Merci, monsieur Sopinka,

M. Fortier: Si vous permettez, madame le président, hono-
rables sénateurs, j’aimerais demander à M. Mare Rosenberg
de nous entretenir de la preuve en matière criminelle, plus
particulièrement. après quoi tout le livre bleu pourra être
discuté et faire l’objet de questions auxquelles nous essaierons
de répondre.

Le président: Monsieur Rosenberg,

M. Marc Rosenberg, Toronto, membre du comité spécial
sur le projet de loi 5-33 (Association du Barreau canadien):
Merci, madame le président. Honorables sénateurs, vous savez
sans doute que j’ai rédigé la première partie de ce livre bleu
sur le fardeau de la preuve. Toutefois, je vais tenter d’abordcr
certaines des questions en matière criminelle qui sont soulevées
dans tout le document.

M. Tollefson et son comité ont précisé la plupart des politi-
ques dans leur rapport présenté aux commissaires; ÿaimerais
ici souligner certains éléments qui, à mon avis, et de l’avis de
l’Association du Barreau canadien, ont fait Pobjet d‘un choix
erroné, faisant ainsi en sorte que les commissaires n’ont pu
vérifier le bien-fondé de ce projet de loi ni constater s’il est
juste, rationnel et précis.

Nombre des dispositions incluses dans le projet de loi 5-33
témoignent, bien sûr, d’un choixjudicieux. Par exemple, l‘arti-
cle 165 portant sur le secret relatif à un examen psychiatrique
vient effacer une injustice qui existait depuis longtemps et qui
a été commentée à maintes reprises au cours des années par les
juges et les avocats. L’article 168 précise le droit au secret
conjugal et constitue en cela un éclaircissement qui est le
bienvenu. lîarticle 65, qui supprime la règle DeC/ercq, épine

66:14

[ Texl]

On the other hand, there are other areas where the policy
choice, in my submission, is unfair and is really not justified on
any rational basis. Much of what l will be saying will touch on
the Charter o! » Rights, because 1 think that the drafters of this
bill did not pay enough attention to the provisions of the
Canadian Charter of Rights and Freedoms. We have become
very conscious of that in the last year or so. And we have
tended to look at many of these provisions in light of the
Charter which represents a determination of basic principles of
fairness, and any provision which appears to con?ict with the
Charter should be closely examined.

One of the fundamental rights that is guaranteed by the
Charter in section ll(d) is the presumption of innocence. The
practical way in which common law countries have always
considered or implemented the presumption of innocence is to
require the prosecution or the Crown to prove every element of
the offence beyond a reasonable doubt. This principle has
never been absolute, but section 1 of the Charter requires that
any limitation of this fundamental requirement should be
reasonably justified.

ln looking at the spécifie provisions of Bill S-33, section
11(1) of that bill indicates the basic rule. That is that the
Crown must prove each element of the offence beyond a
reasonable doubt. The problem occurs, in my view, in section
1 1(3) which imposes a burden on the accused to disprove, on a
balance of probabilities, any fact in issue where an enactment
expressly imposés a legal burden on an accused of that fact.
Just so that there is no doubt about it, that is not inconsistent
with the law as it stands at the present time, leaving aside the
Charter. That is, at common law, it had been held that it was
open to Parliament or the législature to shift the burden of
proof of a specific fact or element to the accused, or to the
defence. ln my submission to you, however, the point is that in
drafting a new bill, in light of the Charter of Rights and
Freedoms you should be conscious that we now have
entrenched the presumption of innocence in section ll(d) of
the Charter.

The sections of this proposed législation, Bill 5-33, particu-
larly section 11 and those sections that surround it, are not
only unclear, in my view, but they may very well offend the
Charter of Rights and Freedoms. Section 11(1) is unclear
because it says that the burden is on the Crown to prove every
essential element of the offence. Then you look at section
11(3) and il permits the shifting of the burden to the accused
on a balance of probabilities of any fact in issue. You will get,
therefore, a whole body of case law that will grow up as to
what the différence is between an element of an offence as
opposed to a fact in issue. To me, thc clarity for which we
should strive in this kind of bill has been lost in this provision.
lt is unclear in the sense that the accused may be convicted of
an offence, even though the trier of fact has a doubt as to his
guilt, because the accused has failed to establish on a balance
of probabilities that he was innocent.

Legal and Constitutional Affairs

22-6-1983

[ Traduction]
tirée du pied de nombreux juges et avocats de la défense et de
la Couronne. a été supprimé.

Par contre, il y a d’autres questions qui, à mon avis, ne sont
pas abordées de façon équitable et qui ne sejustifient pas selon
des principes rationnels. La grande partie de mon intervention
portera sur la Charte canadienne des droits et libertés parce
que, â mon avis, les rédacteurs du projet de loi n’ont pas
attaché suffisamment d’importance à ses dispositions. Depuis
l’an dernier, nous sommes très conscients de cette Charte. Et
nous avons tendance à examiner nombre de ces dispositions à
la lumière de la Charte qui constitue une base de principes
fondamentaux équitables, et toute disposition qui semble
entrer en con?it avec la Charte doit être examinée de très près.

L’un des droits fondamentaux garantis par celle-ci au para-
graphe lld) est la présomption d’innocence. De façon prati-
que, dans les pays soumis à la common law, on a toujours
considéré ou appliqué la présomption d’innocence de cette
façon: la défense ou la Couronne doit prouver tous les éléments
du délit au-dela d’un doute raisonnable. Ce principe n’a jamais
été absolu, mais Farticle 1 de la Charte dispose que toute
restriction de ce droit fondamental doit être raisonnablement
justifiée.

Si vous regardez de près les dispositions précises du projet
de loi 5-33, le paragraphe 11(1) contient effectivement cette
règle fondamentale, â savoir que la Couronne doit faire la
preuve de chaque élément du délit au-delà d’un doute raison-
nable. A mon avis, le problème se pose au paragraphe 11(3)
qui impose expressément la charge de la preuve légale de la
réalité d’un fait contesté â l’inculpé, celui-ci s’en acquittant sur
preuve par présomptions. Cela ne fait aucun doute, cette
disposition n’est pas conforme à la loi dans son libellé actuel, et
ne tient pas compte de la Charte. En common law, il a
toujours été accepté qu’il appartenait au Parlement ou aux
Assemblées législatives d’imposer la charge de la preuve légale
d’un fait contesté â l’inculpé ou à la défense. A mon avis,
toutefois, le problème est le suivant: en rédigeant un nouveau
projet de loi à la lumière de la Charte des droits et libertés, il
faut être conscient que nous avons enchâssé la présomption
d’innocence au paragraphe 11(d)de1a Charte.

Selon moi, les articles de ce projet de loi S-33, tout particu-
lièrement l’article 11 et les suivants ne sont pas clairs et
pourraient très bien aller à l’encontre de la Charte des droits et
libertés. Le paragraphe 111) est obscur parce qu’il dispose que
la charge de la preuve légale incombe à la Couronne. Vous
passez ensuite au paragraphe 11(3) qui, lui, impose la charge
de la preuve légale de la réalité d’un fait contesté à l’inculpé.
Par conséquent, vous allez aboutir avec toute une série de
causes qui feront jurisprudence et qui vont se faire de plus en
plus nombreuses quant à savoir quelle est la différence entre
un élément d’un crime par opposition au fait contesté. Pour
moi, la clarté que nous devons rechercher dans ce genre de
projet de loi s’est estompée dans cette disposition. En effet, la
disposition est obscure, en ce sens que l’accusé peut être
reconnu coupable d’un crime, même si le juge doute de sa
culpabilité parce que l’accusé n’a pas réussi à établir, sur
preuve de présomptions, qu’il est innocent.

22-6-1983 Affaires juridiques et constitutionnelles 66: 15

[Taxi]

The most glaring example of that, up until now, has been
thc reverse onus in the Narcotic Control Act. As you are
prubably aware, the reverse onus in this provision requires the
accused to prove on the balance of probabilities that lie did not
huvc a drug for the purposes of trafficking. Three provincial
courts of appeal have now struck down that provision and in
my submission to you, you run the risk of this provision also
licing struck clown. lt is a general provision and it simply may
not be able to stand in light of the Charter.

lt is unfair, in our view, to impose upon the accused the
burden to prove on a balance of probabilities that he is
innocent. lt is unfair for him to hear a judge say, “Well, 1 may
have a doubt as to your guilt, but you have not proved on a
balance of probabilities that you are innocent. » We have, in
our office, dealt with people on that basis; people who have
laeen convicted have heard those words said by a judge, and it
i3 difficult to explain to a layman that while he is innocent the
luw requires that he be convicted.

Section 12 of Bill S-33, in my view, suffers from the same
fondamental defect. At pages 9 to 13 of our brief, l have dealt
ut lcngth with the problcms that section 12 represents. While it
may be fair and even constitutional to shift the burden of proof
of a particular defence or excuse to the accused, in our view it
is not fair to do so with every excuse, which is the essential
cffect of section 12.

Section 12 is an extension of a provision that is already in
thc Criminal Code of Canada. Section 730(2) of the Code
provides that, in summary conviction offences, the burden is on
thc accused, the défendant, to prove any exemption or excep-
tion, proviso et cetera, which is the same as the present section
l2. What you have to understand about section 12 is that it
now applies not only to summary conviction offences, which
are minor offences, but to all indictable offences as well. That
is, the whole range of offences. The exclusion from section l2,
effectively, are what are referred to as defences of general
zipplication which may relieve against the reversal of the
burden of proof of certain defences, but as 1 have set out in the
puper, it raises real difficulties of interprétation. No one knows
for sure what an excuse is as opposed to a defence; no one
knows for sure what a defence of general application is as
tipposed to a defence of spécial application, or a defence in a
purticular section. Again, leaving aside questions of fairness
and constitutionality, where is the clarity that this kind of
législation should bring to bear? In my submission, it is simply
not there.

The practical concern is that the Crown should not bear the
burden of disproving any fanciful defence or every fanciful
excuse that may be available to an accused. That, however,
con be met by a simple provision that puts the evidentiary
burden on the accused. If he wants to rely on a particular
dcfcnce, then he has to at least make it a live issue by
cross-examination of Crown witnesses, by his own testimony
and by testimony of other witnesses. That would be sufficient,

[Traduction]

L’exemple le plus frappant, jusqu’à maintenant, est la dispo-
sition obligeant à renverser le fardeau de la preuve dans la Loi
sur les stupéfiants. Comme vous le savez probablement, l’in-
culpé est tenu de prouver, sur preuve de présomptions, qu’il ne
possède pas de stupéfiants aux fins de trafic. Trois cours
d’appel provinciales ont maintenant rejeté cette disposition et à
mon avis, vous courez le même risque. C’est là une disposition
générale qui risque tout simplement de ne pas pouvoir tenir le
coup à la lumière de la Charte.

A notre avis, il est injuste d’imposer à l’accusé de prouver,
sur preuve par présomptions, qu’il est innocent. C’est injuste
pour lui de se faire dire par le jugé: «Eh bien, j’ai peut-être des
doutes quant à votre responsabilité, mais vous n’avez pas
prouvé sur preuve de présomptions que vous êtes innocent.»
Dans notre étude, nous avons abordé le cas de personnes dans
les mêmes circonstances; des gens ont été reconnus coupables
après s’être fait dire de telles choses par un juge et il est
difficile d’expliquer à un profane que bien qu’il soit innocent.
la loi oblige à le reconnaître coupable.

L’article 12 du projet de loi 5-33, a mon avis, souffre la
même lacune fondamentale, Aux pages 9 à 13 de notre
mémoire, j’ai abordé en détail les problèmes que pose cet
article 12. Bien qu’il soit juste et peut-être constitutionnel
d’imposer la charge de la preuve d’une défense ou d’une excuse
particulière à l’inculpé, à notre avis il n’est pas juste de le faire
pour chaque excuse, conséquence première qu’a l’article l2.

L’article 12 est la prolongation d’une disposition qui se
trouve déjà dans le Code criminel du Canada. Le paragraphe
730(2) du Code dispose que, dans les cas d’une infraction
punissable sous déclaration sommaire de culpabilité, il appar-
tient à l’inculpé, à la défense, de faire la preuve de toute
exemption ou exception, réserve, etc., ce qui revient exacte-
ment au même que l’article l2. Ce qu’il faut voir dans cet
article, c’est qu’il s’applique non seulement aux infractions
punissables sur déclaration sommaire de culpabilité, qui sont
des infractions mineures, mais à tous les actes criminels.
Cest-à-dire à toutes les infractions. Les exceptions à l’article
12, qui sont effectivement ce que l’on désigne comme étant des
défenses d’application générale qui risquent de militer contre
le revers du fardeau de la preuve de certaines défenses, mais
comme je l’ai signalé dans le document, cet article pose de
véritables difficultés d’interprétation, Personne ne sait a coup
sûr ce qu’est une excuse par opposition à une défense; personne
ne sait de façon certaine ce qu’est une défense d’application
générale par opposition à une défense d’application spéciale ou
une défense dans un article précis. Une fois encore, abstraction
faite des questions de justice ou de constitutionnalité, où se
trouve la clarté dans ce genre de projet de loi? A mon avis, ce
n’est pas là qu’on la retrouve.

En pratique, la Couronne ne doit pas se voir imposer la
charge de réfuter toute défense ou toute excuse cousue de fil
blanc dont peut disposer l’inculpé. Cependant, cette difficulté
peut être surmontée par l’adoption d’une simple disposition
prévoyant que la charge de la preuve incombe à l’inculpé. Si ce
dernier veut invoquer une défense précise, et bien alors il doit
en faire une véritable question au moyen d’un contre-interro-
gatoire des témoins de la Couronne, de son propre témoignage

66:16

[Texl]

and that is what we have proposed in the paper. lt would be a
rétrograde step, in my view, to take this section, which has
been heavily criticized as it stood in the Criminal Code of
Canada, section 730(2), and make it apply to the whole range
of offences.

The next area that I would like to refer to is the area of
character evidence. This is one of the most difficult areas in
the law of evidence and most practitioners, certainly of crimi-
nal law, would welcome a statute which sets out the rules in a
clear and rational way, leaving aside which side of the fence
they have to be on, be it Crown or defence oriented. This is one
area where it is a welcome addition to have the rules set out.
Quite frankly, the cases go all over the map in this area and
the common law has not been dealing with this area very
satisfactorily. There are, however, some problems with the
group of sections 23 to 32 and the way that it has been dealt
with in Bill S-33. For example, section 25(2) provides that,
where an accused has put his character in issue, the prosecu-
tion may adduce evidence of any character trait of the
accused. I would hope and expect that that does not mean
what it says and that that section is limited by the rule of
relevancy in section 22. In other words, it has to be a character
trait that is relevant. However, you have given the prosecution
a specific power or opportunity to adduce evidence and l think
it should be made clear that it is intended that it should only
be relevant character traits which the prosecution can adduce.

Section 28 presents another serious problem. My partner,
Mr. Edward Greenspan, was here previously and dealt exten-
sively with that section, so l do not think l need to go into it.
The problem that he raised, the specific overruling of the
Regina v. Soupe/lin‘ case is a scrious matter and is something
that l think has to be looked at again.

l will turn now, ifl might, to the area of confessions which
involves a group of sections, starting at section 63 of the bill.
This is discussed in our paper, commencing at page 56.

This is an important area of the law and a difficult one. lt
would take several hours to really do justice to the provisions
dealing with the confession rule alone. However, let me point
out what l consider to be very serious problems.

First of all, we have a basic difficulty with the définition of
“voluntary” as it is defined in clause 63. ln my view, the task
force and Bill S»33 have gone off the track with respect to the
définition of “voluntary.” The bill adopts a limited définition;
the définition, as you have heard from other witnesses who
have explained Ibrahim v. The King-an old English case-
does not fully express the true concept of voluntariness which
has been adopted in case law.

Legal and Constitutional Affairs

22-6-1983

[Traduction]

et du témoignage d’autres personnes. Cela suffirait, et c’ést ce
que nous proposons dans notre document. ll s’agirait d’une
mesure rétrograde, à mon avis, de faire en sorte que cette
disposition, qui a été fortement critiquée dans sa forme
actuelle du Code criminel du Canada, paragraphe 730(2), et
de Pappliquer à toute la gamme des infractions.

La prochaine question que j’aimerais aborder porte sur le
témoignage de moralité. C’est là une des questions des plus
difficiles dans la Loi sur la preuve et la plupart des praticiens,
certainement en matière criminelle, seraient heureux de voir
adopter une loi qui définit les règles de façon claire et ration-
nelle, en ne tenant pas compte des éléments sur lesquels ils
doivent être fondés, qu’il s’agisse d’une mesure en faveur de la
Couronne ou de la défense. C’est là une question qui constitue
un ajout accepté de bon coeur. En toute franchise, dans ce
domaine, on retrouve des causes dans tout le pays et la
common law n‘a jamais abordé cette loi de façon très satisfai-
sante. Toutefois, certains problèmes se posent avec le groupe
d’articles 23 a 32 et la façon dont ils sont abordés dans le
projet de loi S-33. Par exemple, le paragraphe 25(2) stipule
que, dans le cas où l’inculpé a cherché à établir un élément de
sa moralité, le poursuivant peut présenter une preuve concer-
nant tout élément de celle-ci. Tespèrc que ÿinterpréte mal le
paragraphe et que celui-ci est limité par la règle de la perti-
nence de l’élément de preuve dont il est question à l’article 22.
Autrement dit, il faut que félément de la moralité soit perti-
nent. Toutefois, vous avez donné à la poursuite le pouvoir de
présenter une preuve, et je crois qu’il faudrait préciser que la
poursuite ne peut présenter que des éléments pertinents de la
moralité.

L’article 28 pose également un grave problème. Comme
mon associé, M. Edward Greenspan, a déjà comparu devant
vous et a traité en long et en large de cet article, je ne crois pas
avoir besoin d’y revenir. Le problème qu’il a soulevé, Pannula-
tion de la décision dans l’affaire Regina v. Scapelliti, est une
question sérieuse sur laquelle il faudrait, à mon avis, se
pencher de nouveau.

Permettez-moi maintenant de parler des confessions dont il
est question dans un certain nombre d’articles du projet de loi,
à partir de l’article 63. Nous traitons de cette question dans
notre mémoire â partir de la page 56.

ll s’agit d’un domaine important de la loi qui présente des
difficultés, En toute justice, il faudrait consacrer plusieurs
heures â l’analyse des dispositions traitant de la règle de la
confession. Permettezvmoi toutefois, d’attirer votre attention
sur ce que j’estime être de très graves problèmes.

Premièrement. la définition de Pexpression «déclaration
spontanée» qui apparaît à l’article 63 nous paraît contestable.
A mon avis, le groupe de travail et les rédacteurs du projet de
loi S-33 ont fait fausse route en ce qui concerne la définition
de Pexprcssion «déclaration spontanée». Nous avons affaire ici
à une définition limitée. Celle—ci, comme vous l‘on dit d’autres
témoins qui ont expliqué l’affaire Ibrahim v. The Kingwune
ancienne affaire jugée en Angleterre——n’exprime pas tout à
fait le véritable concept de la spontanéité qui a été adopté en
droitjurisprudentiel.

983

t ce
une
ette
rme
i, et

.r le
plus
ens,
voir
:ion-
s ils
ie la
titue
lS ce
:t la
sfai-
oupe
ns le
ipule
nt de
ncer-
ial le
serti-
e 22.
perti-
)ll‘ de
‘ue la
de la

amme
evant
is pas
inula-
;t une
is, se

lont il
de loi,
l dans

te des
isieurs

de la
ention

rration
stable.
ajet de
inition
lire ici
‘autres
;—une
tout â
rpté en

22-6-l983 Affairesjuridiques et constitutionnelles 66 : 17

[Text]

There are différences of opinion; some people are of the view
that the définition of “voluntary” currcntly in the bill would
cover a wide range-that is, it would also incorporate exclu-
sion of statements on the basis of oppression and on the basis
as set out in a group of cases decided by the Suprcme Court of
Canada. ln that regard, I would cite Horvath v. The Queen
and Ward v. The Queen. Those cases, and others, really
expanded the définition of “voluntariness” to give it the ordi-
nary meaning.

In Canada we do not have anything like the Judges’ Rules
they have in Britain; nor do we have the Miranda exclusionary
rule that they have in the United States. So, in my view, it is
important that we have a flexible exclusionary rule for confes-
sions. This is one of thc important parts of the bill and, in my
view, it is wrong to freeze the development of the law to the
narrow définition found in clause 63.

Clause 64 deals with the burden of proof. There has been
considérable comment by many other witnesses before the
committee regarding the burden of proof, and l do not think I
should add anything more except one point. We consider this
to be a serious mistake in the drafting of the bill.

As well, in our view it makes no sense to exclude certain
statements by the accused from the voluntary rule. You will
see from the manner in which the bill is drafted that certain
statements by the accused do not have to be proven to be
voluntary; they fall in the so-called res gestae category-—that
is, they were supposcd to have been made spontaneously.

This is not so much a fairness problem as a clarity problem,
in my view. What the Suprcme Court of Canada did in a case
called Erven, which has been mcntioned to you before, was
basically to establish a rule that any statement by an accused
that is adduced by the prosecution must be proven to be
voluntary during a voir dire. That was a simple rule that
everyone understood. It was open to the accused to waive thc
voir dire and admit that it was voluntary, but it was at least a
simple rule that everyone could understand, What you are
getting into now is a situation in which you will have voir dires
to detcrmine whether there should be a voir dire. The Crown
Attorney will say: “Well, this statement is a res gestae state-
ment.” The defence will say: “lt is not; it is a regular confes-
sion and you must prove it to have been made voluntarily. » So,
the judge will have to hold a voir dire in any event to
détermine whether the statement was made voluntarily. Why
not have one simple rule for clarity‘s sake? ln my view, there is
no justification for this kind of chopping up of the confession
rule.

Turning to another area that we, as members of the defence
bar, are very concerned about that is the area of alibi. I shall
just deal with this briefly because my colleagues from Québec
will have more to say about this.

What we are particularly concerned about is clause 85(1)
which, as drafted, will prevent the accused from leading

[Traduction]

Les interprétations divergent sur ce point; certaines person-
nes estiment que la définition de fexpression «déclaration
spontanée» qui apparaît dans le projet de loi serait très largem
c’est—â-dire qu’elle excluerait les déclarations qui ont été faites
sous la contrainte ou de la façon établie dans diverses affaires
jugées par la Cour suprême du Canada. A cet égard, je citerai
Horvath v. The Queen et Ward v. The Queen. Ces affaires
ainsi que d‘autres ont vraiment étendu le sens de l‘expression
«déclaration spontanée», afin de lui donner le sens habituel.

Au Canada, nous n’avons rien qui s’apparente aux règles des
juges qui s‘appliquent en Grande-Bretagne ni aux principes de
firrecevabilité établis dans faffaire Miranda aux États-Unis.
Il est donc important, à mon avis, que nous ayons un principe
souple d’irrecevabilité en ce qui concerne les confessions. ll
s’agit à mon avis d’une des parties importantes du projet de loi,
et j’estime que nous faisons fausse route en ralentissant l‘évolu-
tion de la loi et en proposant la définition étroite que l‘on
trouve à l’article 63.

L‘article 64 traite du fardeau de la preuve. De nombreux
autres témoins qui ont comparu devant le comité ont traité en
long et en large de cette question, et je crois qu’il ne reste
qu’un élément à ajouter. ll s’agit selon nous d’une grave erreur
de rédaction.

Nous estimons qu’il est insensé d’exclure de la règle de la
spontanéité certaines déclarations faites par l’inculpé. Vous
verrez à la façon dont le projet de loi est rédigé que, dans le
cas de certaines déclarations faites par l’inculpé, il n’est pas
nécessaire pour qu’elles soient spontanées qu’on ait fait la
preuve de leur véracité; elles tombent dans la catégorie dite des
res gestae, dest-â-dire qu’on présume qu’elles ont été faites
spontanément.

ll ne s’agit pas tant a mon avis d’un problème d‘équité que
d‘un problème de clarté. La Cour suprême du Canada, dans
faffaire Erven dont on vous a déjà parlé, a fondamentalement
décidé qu’il faut prouver au cours d’un voir-dire la spontanéité
de toute déclaration d’un inculpé qu’a obtenue le poursuivant.
Il s’agissait d’une règle simple que tout le monde comprenait.
L‘inculpé pouvait renoncer au voir-dire et admettre que la
déclaration était spontanée, mais il s’agissait au moins d’une
règle simple que tout le monde pouvait comprendre. Il faudra
dorénavant tenir un voir-dire pour déterminer s‘il devrait y
avoir un voir-dire. Le Procureur général déclarera: «Eh bien!
cette déclaration tombe dans la catégorie des res germe. La
défense rétorquera: «Non, il s’agit d’une confession ordinaire et
vous devez prouver qu’elle a été faite spontanément.» Le juge
devra de toute façon tenir un voir-dire afin de déterminer si la
déclaration a été faite spontanément. Pourquoi ne pas recou-
vrir à une règle simple et claire’! A mon avis, il n’y a aucune
raison valable de scinder la règle de la confession.

Passons maintenant à un autre élément qui nous inquiète,
nous avocats de la défense: l‘alibi. J’en parlerai très brièvement
étant donné que mes collègues du Québec ont beaucoup plus
de choses à dire à ce sujet.

Ce qui nous inquiète surtout, c’ést le paragraphe 85(1) qui.
dans sa forme actuelle, empêchera l’inculpé de recourir à la

‘Ï
l
l
i

:18

[Taxi]

evidence of a defence unless he has the permission of the
Crown, or unless he can show cause.

Quite frankly, l think that if Parliament were to enact that
kind of provision it would run afoul of section 7 ofthe Charter
of Rights and Freedoms, which guarantees the principles of
fundamcntal justice. It is contrary to every principle of funda-
mental justice if an accused should be prevented from adduc-
ing evidence of a defence because the Crown has not given
consent. There is no basis for that kind of rule. In a sense, that
particular provision does not present much of a problem
because the courts will strike it down, but 1 do not think that
Parliament should lend credibility to this kind of rule. There is
simply no justification for it. The rules of alibi have worked
very well up to now, and clause 85(1) is a serious mistake in
drafting.

If you refer to page 118 of our paper, you will see that we
take strong exception to clause 104. Again, this is another
provision that could have thc effect of depriving the accused of
his defence. The effect of that appears to be that if the
accused’s lawyer has not put to a Crown witness a contradic-
tion—in other words, that the accused intends to gct on the
stand and contradict the Crown witness-then the accused will
not be able to testify as to that particular happening or event.
This kind of provision simply serves no useful purpose. It is
merely a trap for the unwary. One of the justifications for
having a code of evidence was that people would be able to
defend themselves; they would know where the rules are
located and would not leave that to the exclusive prérogative of
lawyers.

This bill is intended to apply to all situations. As I under-
stand the theory, it is not only to apply to federal prosecutions,
but that the provinces are expected to adopt it. That means
that this bill will apply to all offences-Araffic offences all the
way up to the most serious cases—so what kind of a position
are we putting the accused in who is defending himself when
he gets on the stand and the judges says: “You cannot testify
to that because you did not tell the Crown witness in his
cross-examination that you were going to contradict him,”
What if the lawyer is incompétent or simply not properly
briefed? lt is not fair to an accused that he should be prevent-
ed from telling his story. Again, I think this is a provision that
could run afoul of section 7 of the Charter of Rights and
Freedoms-Ahe guarantee of the principle of fundamcntal
justice.

We have again taken exception to clause 123, which relates
to criminal records. l think that most people involved in
criminal law are concerned about the admissibility of an
accused’s prior criminal record. As you know, the current
section 12 of the Canada Evidence Act gives the Crown the
unlimited right to cross-examine the accused as to any prior
criminal record. Most judges and lawyers saw this as being
fundamentally unfair, At one time there were a number of
judges who were of the view that they had a discretion to
prevent the Crown from asking the accused questions relating

Legal and Constitutional Affairs

22-6- 1983

[Traduction]

preuve de la défense a moins d’obtenir le consentement de la
Couronne ou de donner de bonnes justifications.

En toute franchise, je crois que, si le Parlement promulguait
ce genre de disposition, il irait à Pencontre des dispositions de
l’article 7 de la Charte des droits et libertés qui garantit les
principes de justice fondamentale. ll est contraire à tout
principe de justice fondamentale d‘empécher un accusé de
présenter une preuve pour sa défense parce que la couronne n’a
pas donné son consentement. Il n’y a aucun fondement pour ce
genre de règle. Dans un certain sens, cette disposition ne
constitue pas un problème étant donné que les tribunaux la
renverseront, mais je ne crois pas que le Parlement devrait
approuver ce genre de règle. Elle n’a absolument aucune
justification. Les règles de l‘alibi ont très bien fonctionné
jusqu’a maintenant, et le paragraphe 85(1) est une grave
erreur.

Si vous vous reportez à la page 118 de notre mémoire, vous
verrez que nous désapprouvons l’article 104. Une fois de plus,
il s’agit d’une autre disposition qui pourrait priver l‘inculpé de
sa défense. ll semblerait que si l’avocat de l‘inculpé n’a pas
contredit un témoin de la Couronne-autrement dit, en annon-
çant que l’inculpé â l’intention de venir à la barre contredire le
témoin de la Couronne l’inculpé ne pourra témoigner à
Pégard de cet événement précis. Ce genre de disposition ne scrt
aucune fin utile. Il s’agit simplement d’un piège pour celui qui
n’est pas sur ses gardes. Parmi lesjustifications d’un code de la
preuve, il y avait le fait que les inculpés pourraient se défendre
eux-mêmes, qu’ils sauraient où se trouvent les règles et ne s‘en
remettraient pas exclusivement aux avocats.

Ce projet de loi devrait normalement {appliquer à toutes les
situations. Si je comprends bien, le projet de loi ne s’applique-
rait pas seulement aux poursuites mettant en cause des lois
fédérales; les provinces vont probablement Padopter. Cela
signifie que ce projet de loi s’appliquera à toutes les infrac-
tions, depuis les infractions au code de la route jusqu’aux
affaires plus graves. Dans quelle position allons-nous placer
ainsi l‘inculpé qui assure lui-même sa défense lorsqu’il vient a
la barre et que le juge lui dit: «Vous ne pouvez faire cette
déclaration parce que vous n‘avez pas dit au témoin de la
Couronne au moment du contre-interrogatoire que vous alliez
le contredire.» Que se passera-t-il si Pavucat est incompétent
ou n’est tout simplement pas bien informé? Ce n’est pas juste
d’empêcher un inculpé de raconter son histoire. Je le répète, je
crois que cette disposition pourrait aller à l’encontre des
dispositions de l‘article 7 de la Charte des droits et libertés,
c‘est-à-dire de la garantie du principe dejustice fondamentale.

Nous nous opposons également à l’article 123 qui traite du
casier judiciaire. Je crois que la plupart des spécialistes du
droit criminel s’inquiètent de fadmissibilité du casier judi-
ciaire d’un inculpé. Comme vous le savez, dans sa forme
actuelle, l’article 12 de la Loi sur la preuve du Canada laisse
toute liberté à la Couronne lorsqu’il s’agit d’interroger l’in-
culpé sur son casier judiciaire. La plupart des juges et des
avocats ont estimé que c’était tout à fait injuste. A une
certaine époque, certains juges estimaient qu’il leur revenait de
décider s’il fallait empêcher la Couronne de poser à l‘inculpé

22-6-1983 Affaires juridiques et constitutionnelles 66: 19

[l’art]

to his prior criminal record, While the court of appeal has held
that there is no discretion and that section 12 is clear and gives
thc Crown the absolute right to do so. So, we had hoped that
in thc drafting of a new evidence act this unfairness—and
everyone saw it, and l think even Crown counsel acknowledged
‘ would be remedied. In oure view, this is not an adéquate
solution.

Let me point out some of the problems we see with it. First
of all, that permits cross-examination on a prior discharge.
The theory behind a discharge when it was brought in by
Parliament in section 662.1 of the Criminal Code of Canada
was that a person would be found guilty but would not have a
criminal record. lf they were asked whether they had a
criminal record they could say that they did not. That was
meant for people who were of good character or who would be
harmed by a criminal record. It seems to me that this kind of
provision strikes at the fundamcntal purpose of that kind of
législation. What is the point in giving a person a discharge
when, if he is in court the next day, he can be asked about his
prior discharge? 1 think that that is simply unfair and contrary
to the purpose of the discharge provision.

As well, there was a compromise that seems to have been
developed in the important provisions. As you can see, in
clause 123(3) there is a special rule for an accused. He can
only be cross-examined on prior conviction for perjury if he
has given con?icting evidence, and that is fair enough, but also
any conviction in the past seven years for a crime involving
fraud.

One of the continuing debates in the substantive criminal
law is what does “fraud » mean. Now the drafters of this bill
have taken that nebulous concept and inserted it in clause 123.
There are cases in England and Canada that say that fraud
simply means dishonesty. If that is the case, then as you can
understand, that is going sto embrace virtually every criminal
conviction. Clause 123 does not represent any attempt to be
fair to the accused. To the contrary, it opens the field.

Leaving aside a simple assault case, there are very few
criminal offences in the Criminal Code that do not involve
some kind of dishonesty. l think that what certain members of
the task force favoured was something approaching the British
system where the accused could be asked about his prior
criminal record only if he did certain things during the trial
that made it fair that he should be asked about it. For
example, if lie attacked his co-accused in his testimony or
attacked the character of a crown witness, that is fair because
his character should be an issue as well, at least to the extent
that he should have his criminal record put in. We are very
concerned that the attempt at a compromise that clause 123
represents simply is nota fair compromise.

We are concerned as well about clause 125, the removal of
the corroboration for all offences and for all characters of

[Traduction]

des questions concernant son casier judiciaire. Cependant, la
Cour d’appel a statué que le juge ne disposait d’aucun pouvoir
discrétionnaire, estimant que Farticle 12 était clair à ce sujet et
autorisait la Couronne à le faire. Nous avions donc espéré
qu’au moment de la rédaction d’une nouvelle loi sur la preuve
on réparerait cette injustice que tout le monde avait constatée,
même, je crois, les avocats de la Couronne. A notre avis, la
solution proposée est inadéquate.

Permettez-moi de vous faire part de quelques-uns des pro-
blèmes que nous avons relevés. Premièrement, cela permet un
contre-interrogatoire au sujet d’une mise en liberté antérieure.
Lorsque le Parlement a instauré la notion de mise en liberté
par le biais de l’article 662.1 du Code criminel du Canada,
l’intention était qu’une personne serait trouvée coupable mais
n’aurait pas de casier judiciaire. Lorsqu’on lui demandait si
elle avait un casier judiciaire, elle pouvait répondre non. On
visait alors les gens qui avaient une bonne réputation ou à qui
nuirait un casier judiciaire. 1l me semble qu’une disposition de
ce genre porte atteinte au fondement d’une telle mesure légis-
lative. Pourquoi accorder une libération à une personne alors
que, si elle comparaît le lendemain devant un tribunal, on peut
l’interroger sur les circonstances entourant sa mise en liberté?
Je crois que c’est tout à fait injuste et contraire à Fobjectif de
la disposition concernant la libération.

En outre, un compromis semble avoir été ajouté dans les
dispositions importantes. Comme vous pouvez le constater, il
est question au paragraphe 123(3) d’une exception en ce qui a
trait a l’inculpé. Celui-ci ne peut être contre-interrogé au sujet
d’une éventuelle condamnation pour parjure que s’il a rendu
des témoignages contradictoires, ce qui est assez juste, mais
également s’il a fait l’objet d’une condamnation dans les sept
ans précédant la date de sa mise en accusation pour une
infraction dont la fraude est un élément.

En droit pénal, il y a des discussions constantes sur le sens à
donner au mot «tfraudé». Les rédacteurs du projet de loi ont
décidé d’utiliser ce concept nébuleux à l’article 123. Dans
certains jugements rendus en Angleterre ou au Canada, le mot
«fraude» a été interprété comme signifiant simplement malhon-
nêteté. Si c’ést le cas, vous pouvez le comprendre, cela s’appli-
quera à presque toutes les condamnations criminelles. L’article
123 ne peut prétendre faire justice à l’inculpé; bien au con-
traire, il ouvre une brèche.

A part un simple cas de voies de faits, très peu d’infractions
au Code criminel n’impliquent pas quelque forme de malhon-
nêteté. Je crois que certains membres du Groupe de travail
favorisaient quelque chose qui ressemblait à ce que l’on
retrouve dans le système britannique où l’inculpé ne peut être
interrogé sur son casier judiciaire que s’il a fait au cours du
procès certaines choses le justifiant. Par exemple, s’il s’est
attaqué au témoignage du coinculpé ou a mis en doute la
moralité d’un témoin de la Couronne, il est juste que sa
moralité soit également en cause, du moins dans la mesure ou
on aborde la question de son casier judiciaire. Nous avons très
peur que l’article 123 ne soit pas un juste compromis.

Nous nous inquiétons également de l’article 125 qui sup-
prime la corroboration pour toutes les catégories d’infractions

i
x
l
i
t
l.
Ê
i

66:20

[Texr]

offences and for all classes of witnesses. l think that most
lawyers would agree that the old rules of corroboration needed
to be eliminatcd. They were archaic and had led to new trials.
They were a favourite ground of appeal, and there has to be
some rationality brought to the law of corroboration.

We are concerned about two classes of cases: One class
involving child witnesses, that is, children who are too young to
even give sworn testimony, whether or not the corroboration
requirement should be preserved for them, and the other class
of case is that of perjury. As you know, at present. perjury
does require corroboration. Let me give you the reason why I
think that should be preserved.

In the ordinary case where you see a citizen becoming
involved with the law he comes in contact with a single police
officer. They go to court and it is the citizen’s word against the
police officcr’s word. You may be surprised to hear that many
courts accept the word of the police officer over the accused——
or perhaps you may not be surprised at all. The point was that
even if the accused was convicted at least that was the end of
it. One of the reasons was that there was a corroboration
requirement that even if the accused was disbelieved at his
trial, he did not run the risk of a subsequent prosecution for
perjury simply because the judge accepted the evidence of a
police officer over his evidence. There was always that safe-
guard in the corroboration requirement. l think that has to be
prcserved as a mattcr of fairness as some kind of break on the
prosecution because perjury can be a very powerful weapon or
threat to keep an accused out of the stand. If it is a one-on—one
situation—-citizen versus police officcr—every citizen knows
that they run the risk that the judge is going to believe the
police officer. They should not run the additional risk that not
only is he going to be convicted of a traffic offence but he is
also going to be prosecuted for perjury as a result of the judge
not believing him. That is not fair. In my view, we should keep
the corroboration requirement for this one offence of perjury.

That is all that I need to deal with at this point. As you can
see from our brief, there are many provisions that we are
concerned about but l tried to highlight what l think are the
important ones and particularly, the ones that may run afoul
of the Charter of Rights.

Le président: M. Portier.

M. Fortier: Madame le président, lorsque je regarde l’hor-
loge, il est 4 h 05 et évidemment la demi-heure qu’on n‘a pas
utilisée au début de Paprès-midi peut ou pourrait devenir
encore plus importante au fur ct à mesure qu‘on se dirige vers
6 h 30. Est-ce que vous ne croyez pas que ce serait peut-être
plus profitable et plus efficace de présenter tous les volets des
mémoires du Barreau canadien si, à ce stade-ci, vous entendiez
le bâtonnier du Québec qui pourrait résumer avec le professeur
Fortin et M‘ Tremblay, les mémoires conjoints; ensuite les
questions pourront être adressées par vous et vos collègues à
n’importe lequel des avocats qui aura participer à la
présentation.

Le président: Tcspère que oui.

Legal and Constitutional Affairs

226-1983

[Traduction]

et de témoins. Je crois que la plupart des avocats reconnaîtront
que les anciennes règles de coopération avaient besoin d’être
abrogées. Elles étaient archaïques et avaient entraîné de nou-
veaux procès. Elles constituaient un terrain privilégié d’appel
et il fallait rationaliser la règle de la corroboration.

Nous pensons particulièrement à deux catégories d‘affaires:
d’une part la comparution d’enfants comme témoins, c’est—à-
dirc, d’enfants qui sont trop jeunes pour témoigner sous ser»
ment; nous nous demandons s‘il faut conserver la règle de la
corroboration dans leur cas; et d’autre part le parjure. Comme
vous le savez, à l’heure actuelle, le parjure exige la corrobora-
tion. Permettezmoi de vous donner la raison pour laquelle
j’estime que cela devrait rester ainsi.

Dans une affaire ordinaire, lorsqu’un citoyen enfreint la loi,
c’ést à un seul agent de police qu’il a affaire. Lorsqu’il se
présente à la Cour, c’ést sa parole contre celle du policier.
Vous serez peut-être surpris d’apprendre de que de nombreux
tribunaux acceptent la parole du policier plutôt que celle de
Pinculpé; ou cela ne vous surprendra peut-être pas du tout. Le
fait est que même si l‘inculpé était condamné, les choses
n’allaient pas plus loin. Une des raisons de cet état de chose,
détail qu’il fallait qu’il y ait corroboration; par conséquent
même si l‘on n‘avait pas cru l‘inculpé lors de son procès, il ne
courait pas le risque d’être poursuivi de nouveau pour parjure
simplement parce que le juge avait préféré croire le policier.
Cette garantie existait toujours grâce â la règle de la corrobo-
ration. Je crois qu’il faut conserver cette exigence au nom de la
justice pour freiner en quelque sorte la poursuite, étant donné
que le parjure peut s’avérer une arme ou une menace très utile
pour empêcher un inculpé de venir à la barre. Par exemple, le
citoyen qui s‘oppose à un policier sait qu‘il court le risque que
le juge croie le policier sur parole. Il ne doit pas alors courir le
risque supplémentaire d’être non seulement condamné pour
une infraction au code de la route, mais également poursuivi
pour parjure parce que le juge ne l’a pas cru. Ce n’est pas
juste. Nous devrions à mon avis, conserver cette règle de
corroboration pour le parjure.

C’est tout ce que ÿavais à dire pour l’instant. Comme vous
pouvez le constater nous soulevons de nombreux points dans
notre mémoire, mais j’ai tente ici de ne signaler à votre
attention que les dispositions que je considère importantes, et
en particulier celles qui pourraient aller à l’encontre de la
Charte des droits.

The Chairman: You may proceed, Mr. Portier.

Mr. Fortier: Madam Chairman, l see that the time is now
4:05 p.m. and it is obvious that the half hour we did not use at
the beginning of the afternoon could become even more impor-
tant as we approach 6:30 p.m. Do you not think that it would
perhaps be more bcneficial and more efficient to present all of
thc components of the briefs of the Canadian Bar, that is if at
this stage, you heard from the bâtonnier for the Quebec Bar
who could summarize with Professor Fortin and Mr. Tremblay
the joint briefs. Then, the lawyers who participated in the
présentation could then answer any questions you and your
colleagues may have.

The Chairman: l would hope so.

183

311i.

CUX

)SCS
ose,
.ent
l ne
uré
cier.
ibO-
e la
nné
itilé
:, le
que
.r le
I011!‘
uivi
pas

de

tous
lans
otre
;, et
é la

HOW
é at
por-
Juld
1l of
if at
Bar
blay
the
(OUT

22«(>«l983 Affaires juridiques et constitutionnelles 66 : 2l

[Tiært]

Le sénateur Asselin: Est-ce que ça représente le Barreau
canadien en général et non pas seulement le Barreau du
Québec?

M. Fortiér: Tous. C’est un mémoire conjoint, pas seulement
du Barreau canadien mais du Barreau du Québec aussi. C’ést
un S—33 vu avec les lunettes de praticien du Québec. Alors, si
vous êtes d’aceord, péut—étre que le bâtonnier Lebel pourrait
partir le bal.

Me Louis Lebel, bâtonnier du Barreau du Québec: Madame
le président, honorables sénateurs, au nom du Barreau du
Québec j’apprécié Poccasion qui nous est donnée de présenter
nos commentaires sur le projet de loi S—33.

Nous avons accepté volontiers Finvitation du Barreau cana-
dien de participer à la préparation d’un mémoire conjoint
parce que la pratique légale au Québec est profondément
préoccupée par de nombreux aspects du projet de loi S-33.
Nous partageons avec nos collègues des autres provinces cette
inquiétude quant à l’effet d’un certain nombre des dispositions
du projet de loi sur les droits de la défense et dé Pévolution du
droit criminel.

Mon collègue, lé professeur Jacques Fortin de l’Université
de Montréal, élaborera sur cette question. Mais nous sommes
particulièrement préoccupés dé Pimpaet du projet de loi sur le
droit civil du Québec, sur le système de droit civil que nous
connaissons et appliquons depuis fort longtemps au Québec et
également, de façon plus large, sur l’administration de la
justice et lé fonctionnement des tribunaux au Québec.

En résumé, les membres de notre comité, les juristes que
nous avons consultés-et la nous avons fait appel entré autres
il des spécialistes des plus éminents du droit de la preuve au
Québec, comme le professeur Léo Ducharme dont nous dépo-
scrons un texte en annexe à notre mémoire, ou le juge André
Nadeau qui faisait partie de notrc comité,—leur diagnostique
il tous est le même, en tenant compte à la fois des dispositions
de l’article 3 du projet de loi et de la présence d’un ensemble
fort détaillé de dispositions légales portant à la fois sur les
règles substantielles de preuve et sur le mode d’administration
de la preuve, Alors, nous nous trouvons devant une véritable
possibilité d‘établissémcnt de deux systèmes parallèles de droit
et de procédure de preuve au Québec.

En règle générale, comme vous le savez probablement, dans
la plupart des matières entendues devant les tribunaux de
différentes juridictions au Québec, ce sont généralement les
règles de preuve, les règles de procédure contenues soit dans le
Code civil, soit dans le Code de procédure civile qui sont
zippliquéés.

Or, l’article 3 du projet de loi prévoit que:

Sous réserve des articles 4 et 5, la présente loi s‘applique
aux procédures ou actes de procédure de compétence
fédérale en instance devant les tribunaux ou destinées à
recueillir les éléments de preuve sur ordonnance
judiciaire.
Dans l’article 6 du projet de loi, l‘on affirme le caractère
simplement supplétifdu droit provincial et l‘on nous dit:

{Traduction}
Senator Assélin: Does this represent the view of the Canadi-
an Bar in general, and not only the Quebec Bar‘?

Mr. Fortier: lt is a joint brief, that is it was draftéd jointly
by thé Canadian Bar and thé Québec Bar. It is a study of Bill
S—33 seen through the eyes of a lawyer practising in Quebec.
Thérefore, if you aré in agreément, perhaps bâtonnier Lebel
could Iead off.

Mr. Louis Lebel, Bâtonnier for the Quebec Bar: Madam
Chairman, Hon. Senators, on behalf of thé Québec Bar, l
appreciate this opportunity to express our viewpoint on Bill
8-33,

We willingly accepted the invitation of the Canadian Bar to
participate in the préparation of a joint brief, since the legal
profession in Quebec is profoundly concerned by the many
aspects of Bill 8-33. Wé share with our colleagues from the
other provinces this feeling of concern about the éffect some of
the bill’s provisions will have on defence laws and on thé
évolution of criminal law.

My colléague, Professor Jacques Fortin from thé Univérsity
of Montréal, will delve further into this issue. Howevér, may l
say that wé aré especially concerned about thé impact this bill
will have on civil law in Quebec, on the system of civil law we
know and have applied for many years now in thé province.
We are also concerned, from a broader perspective, about the
législatioifs impact on the administration of justice and the
opération of thé courts in Quebec.

Briefly put, the members of our Committee, thé lawyers we
consulted-and l must say we eonsulted some of the most
eminent evidence law experts in Quebec, people such as
Professor Léo Ducharme, whose text we will table as an annex
to our brief, and Judge André Nadcau, who sat on our
Committée—all of them reached the same conclusion, in view
of the provisions of section 3 of the Bill and thé présence of a
highly detailed scries of legal provisions déaling both with
substantial rules of évidence and the means of administering
evidence. There is thé distinct possibility that two parallél
systems of evidence law and procédure will be éstablished in
Québec.

As a général rule, as you doubtless know, in most of the
cases heard in the différent jurisdictional courts in Quebec, the
rules of evidence and procédure that are invoked and applied
are generally those provided for either in the Civil Code or in
the Code of Civil Procédure.

And yct, section 3 of the Bill stipulates that:

Subject to sections 4 and 5, this Act applies to every
proceeding and stage of a proceeding within the jurisdic—
tion of thé Parliament of Canada that is before a court or
that is held for thé purpose of taking evidence pursuant to
a court ordér.
The complementarity of provincial law is confirmcd in section
6 of the Bill which réads as follows:

66:22

Legal and Constitutional Affairs

22-64983

[Taxi]

Les règles de la preuve en vigueur dans la province où se
déroule une procédure s’appliquent dans la mesure où
elles sont compatibles avec la présente loi et avec les
autres lois du Parlement du Canada.

On nous dira certes qu’existait l‘articlé 2 dans la Loi actuelle
sur la preuve du Canada, C’est exact, mais cependant cet
article 2 est inséré dans le cadre d’une loi qui né comportait
qu’un certain nombre de dispositions très limitées. La nature
de la Loi sur la preuve contenue dans le projet de loi S-33 est
fort différente. On y retrouve, en fait, un ensemble très
complexe de dispositions tant et aussi bien sur le fond du droit
et la, je me réfère, par exemple, à des règles comme celle que
l’on voit à l’article l75 et à l‘article 176 portant sur le contenu
implieité et sur la détermination du contenu implicite des
contrats ou à l’article 176, sur Féxistence des motifs valables
pour instituer une poursuite à la suite d’une action judiciaire
dite abusive.

Ce sont des règles qui rélèveraiént chez-nous du droit de
Finterprétation du contrat, du droit de la responsabilité civile
et que l‘on voit maintenant dans la Loi sur la preuve du
Canada. A côté de ça, on retrouve un grand nombre de règles
traitant, a proprement parler, de Fadministration de la preuve
et en des matières qui sont régies de façon assez complète, à
l’heure actuelle, par le Code de procédure civile du Québec.

Le professeur Ducharme, dans le texte que nous déposérons,
en énumère quclques—unes, des règles quant à la capacité et la
contraignabilité des témoins; règles quant â l’objet du témoi-
gnage, aux expertisés, aux témoignages d’opinion; règles relati-
ves â la crédibilité des témoins, dans la façon de rendre
témoignage; même, des règles quant à la productions des
rapports d’experts. En consacrant de façon très claire la règle
contenue à l’artielé 3 que cc droit de la preuve ou de la
procédure contenu dans le projet S-33 s’applique aux matières
d‘ordre fédéral, il pourrait devenir extrêmement difficile, dans
le cadre d’un procès ou seraient invoquées, au Québec, à la fois
des dispositions de droit fédéral et des dispositions de droit
provincial, quel est en définitive le régime de preuve et de
procédure qui est applicable.

J’énoncerai une simple hypothèse. imaginons une poursuite
en dommage logée par des actionnaires contre des adminstra-
teurs d’une compagnie, d’une corporation fédérale. Imaginons
que l‘on invoque des dispositions spécifiques de la Loi fédérale
sur les corporations commerciales canadiennes. imaginons
aussi que l’on invoque les principes généraux de responsabilité
civile contenus au Code civil du Québec. A ce moment, quel
serait le régime de preuve, quel serait lé régime de procédure,
par exemple, pour introduire dans lé dossier des témoignages
d’experts, des rapports comptables, etc.

L’on se retrouverait devant une possibilité d’application
presque simultanée de deux droits différents dans Padministra-
tion quotidienne de la justice. Avec beaucoup de respect pour
l’opinion contraire et en tenant compte des interprétations qui
ont déjà été données, entre autres, par la Cour d’appel du
Québec quant à l’éffét de l’article 2, je pensé que tout cet
ensemble législatif pourrait signifier que quotidiennement,
dans presque chaque matière où du droit fédéral est appliqué
au Québec, il faudrait se promener à peu près constamment du

[Traduction]

Exeept to the extent that they are inconsistent with this
Act or any other Act of the Parliament of Canada, the
laws of evidence in force in the province where a proceed-
ing is taken apply to thé proceeding.

Somé will be quick to point out that section 2 in thé present
Canada Evideneé Act contains a similar provision. That‘s true,
but that section 2 was included in législation which contained
only a certain number of very limited provisions. The nature of
the Evideneé Act contained in Bill 8-33 is radically différent.
This draft législation in fact eontains an extremely complex
series of provisions pcrtaining to the fundamentals of law. 1
refer, for example, to rules such as those contained in sections
175 and 176 of the Bill. Section 175 deals with impliéd terms
in contracts while section 176 focusses on the existence of
réasonable and probable cause for instituting an action for
malicious proseeution.

These are rules which in Quebec would come undér eontract
interprétation law, the law of civil responsibility. Now these
rules appear in the Canada Evideneé Act. Aside from this fact,
the draft législation contains a great many rules dealing, so to
speak, with the administration of evidence and with proceed-
ings that are covered rather exténsivcly at the present time by
the Quebec Code of Civil Procédure.

ln his paper which wé will be tabling, Professor Ducharme
lists some of these rules: rules respecting the compétence and
compellability of witnesses; rules respecting the subject of
testimony, experts and opinion évidence; rules respecting the
credibility of witnesses and how to testify; even rules respect-
ing written statements of expert opinion. By clearly enshrining
the rule contained in section 3 stipulating that the law of
evidence or procédure provided for in Bill S-33 applies to
proceedings which come undér federal jurisdiction, it could
become extremely difficult, in the course of a trial during
which both federal law and provincial law provisions weré
invoked, to détermine which system of evidence and procédure
truly applied to the proceedings in question.

Suppose for one moment that a damage suit is filed by
shareholders against the administrators of a company, in this
instance a Crown corporation. Suppose for a moment that
specific provisions relating to thé Canada Business Corpora-
tions Act are invoked. Furthérmore, imaginé that general
principles of civil résponsibility provided for in the Quebec
Civil Code are invoked. What system of evidence, what system
of procédure should be applied in dealing with expert opinion,
accounting reports and the like?

This is one instance in which it would bé possible to apply
almost simultaneously two différent systems of law in the daily
administration of justice. With all due respect for those who
believe otherwise and in view of the interprétations that have
already been given, among othérs that of thé Quebec Court of
Appeal respecting thé impact of section 2, I believe that this
législative paekage could mean that on a day-to»day basis, in
nearly every proceeding to which federal law applies in
Quebec, we would have to alternate between federal law and

w

Taux

ääŒ_Sè: »

la!

iho
ive

22-64983 Affaires juridiques et constitutionnelles 66:23

[Texl]
droit fédéral au droit et à la procédure provinciales suivant la
matière dont on traiterait à l‘instant.

Senator Deschatelets: Madam Chairman, was it agrced that
we not ask questions at this stage‘!

The Chairman: l would prefer it if you waitcd, Senator
Deschatclets, to enable our witnesses to complete thcir tes-
timony. I think it would be easier.

M. Lebel: Je pense que l‘on a tendance, parfois, même dans
la pratique légale au Québec, à souscstimer Pimportance des
matières de droit fédéral. ll reste que le Parlement fédéral
réglemente, légifère sur des matières qui sont essentielles dans
la vie juridique, des matières à l’intérêt desquelles nous devons
vivre et travailler continuellement. Je n’ai qu’â penser à des
matières comme le droit sur la faillite, le droit des lettres de
banque, le droit des lettres de change, la Loi sur les banques
dans bien de ses aspects, la loi sur les compagnies et de
nombreux aspects de la réglementation du commerce et des
communications, sans parler, évidemment, de tout le secteur
du droit criminel.

C’est cet aspect qui crée, je pense, une inquiétude assez
profonde chez tous ceux qui, parmi les juristes québécois, ont
été amenés à se pencher sur le projet de loi. C’est une
inquiétude qui nous porte aussi à nous demander s’il serait
vraiment opportun, dans le cadre d’une telle législation, de
retenir le principe d’une jonction des règles de droit criminel et
des règles portant sur la preuve et la procédure en matière
civile ou en matière commerciale, à l’intérieur d’un même
texte législatif.

C’est une inquiétude qui nous porte à nous demander si, à
supposer même que le Parlement fédéral ait toute Pautorité
requise pour légiférer en cette matière, s‘il devrait l’exercer
complètement ou s’il ne pourrait pas, comme cela était généra-
lement fait jusqu’â présent, laisser ces matières de preuve et de
procédure dans les instances judiciaires essentiellement à la

compétence et a Faction législative des Parlements provin»
ciaux.

ll est vrai, au Québec, qu’unc bonne partie du droit de la
preuve a été tirée, lors de la codification de 1866, de certaines
règles du droit anglais. C’est cependant un droit qui a évolué
depuis au-delà d’un siècle, je dirais suivant son génie propre,
suivant ses principes tirés de la codification.

C’est un droit qui est aussi en voie d’être réformé, entre
autres par les travaux de l’Office de révision du Code civil du
Québec, travaux qui ont donné lieu à une très large consulta-
tion dans tous les milieux juridiques au Québec. Ce sont des
travaux qui prévoient des modifications au droit de la preuve
au Québec mais suivant une technique ct suivant des règles qui
sont fidèles à Fesprit de ce droit et fidèles à des principes avec
lesquels les juristes du Québec sont habitués à travailler.

Je craindrais, quant à moi, le bouleversement assez profond
des difficultés sérieuses dans la vie quotidienne des tribunaux,
dans Padmirtistration de la justice au Quebec, si le projet
devait être retenu dans sa forme actuelle. Ceci explique le très
vif intérêt du Barreau du Québec pour ce projet de loi. Nous
avons peut-être été à Poccasion un peu trop silencieux à l’égard

[Traduction]
provincial law and procédure, depending on the case in
question.

Le sénateur Deschatelets: Madame le président, avait—il été
convenu que nous ne poserions pas de questions à ce
moment-ci?

Le président: Je préférerais que vous attendiez, sénateur
Deschatelets, afin que nos témoins puissent terminer leur
déposition. Je pense que ce serait plus facile ainsi.

Mr. Lebel: l think there is a tendency sometimes, even
within the legal profession in Quebec, to underestimate the
importance of proceedings which come under federal law. The
fact remains that the Parliament of Canada adopts régulations
and laws on matters which are essential to the courts, matters
in the intercst of which we must live and work constantly. l’m
thinking, for example, about bankruptcy laws, bank credit
laws, bill laws, many aspects of the Bank Act, the Companies
Act and many aspects of the trade and communications
regulatory process, without forgetting, of course, thc entire
area of criminal law,

lt is this aspect which, l believe, has sparked deep concern in
all Quebec lawyers who have considered this draft législation.
This sense of concern has also led us to ask ourselves whether
it is really a good idea to have the same pièce of legislation
combine rules of criminal law and rules on evidence and
procedure based on civil or business law.

This feeling of concern has also led us to wonder, even
though the federal Parliament has the required authority t0
pass legislation in this area, whether it should exercise this
power fully or whether it should as has generally been the case
until now, leave these matters of evidence and procédure in
legal cases for the provincial parliaments to take the appropri-
ate législative action.

lt is true that in Quebec, a good part of the laws of evidence
were based, during the i866 codification, on certain rules of
British law. This law has, however, been evolving for more
than a century, l would venture to say, on its very own,
following these principles taken from the codification.

This law is also in the process of being reformed, through,
among other things, the work of the Quebec Civil Code
Reform Bureau, work which has led to very broad consultation
in all legal circles in Quebec. This work calls for amendments
to the Quebec evidence law in accordance with methods and
rules faithful to the spirit of this law and to the principles with
which Quebec lawyers are familier.

My great fear is that this législation, if retained in its
present form, will create serious problems in terms of the daily
activities of the courts and the administration of justice in
Quebec. This explains why the Quebec Bar is so very intercst
ed in the Bill. We have perhaps on occasion, been too silent
about federal législation. ln my opinion, it would be very

66:24

[Text]

de la législation fédérale. Il m’apparaît très souhaitable que
s’établisse de façon plus continue, de façon plus systématique
des liens et des contacts entre l’administration fédérale et les
juristes du Québec, que ce soit par l’intermédiaire du Barreau
canadien ou du Barreau du Québec.

Ces liens sont essentiels si nous voulons que le droit fédéral
respecte l’esprit et les principes de nos deux principaux systè-
mes de droit.

Évidemment, sur l’analyse des règles techniques en matière
de droit pénal et sur les observations du comité conjoint du
Barreau du Québec et du Barreau canadien, je laisserai la
parole au professeur Jacques Fortin. M‘ Fortin est professeur
de droit pénal à la faculté de droit de l’université de Montréal,
également, dois—je le dire, membre de la Commission de la
réforme du droit.

Me Jacques Fortin, Barreau du Québec: Madame le prési-
dent, honorables sénateurs, je m’empresse de préciser que mon
rôle à la Commission de réforme du droit n’est que celui d’un
consultant à temps partiel, qui fait tout son possible pour
contribuer, au mieux de ses connaissances, a la réforme du
droit canadien. Je ne suis ni commissaire ni membre du
personnel à plein temps de la Commission de réforme du droit.
Faut-il préciser ici que ce que je vais vous dire vaut au nom du
comité conjoint auquel on m’a demandé de travailler et aussi à
titre de professeur à la faculté de droit à l’Université de
Montréal et à titre de membre du Barreau du Québec.

Au point de départ, il est important de dire que les membres
du comité conjoint de l’Association du Barreau canadien et du
Barreau du Québec ne mettent pas du tout en cause la
nécessité de regrouper dans une même loi l’ensemble des règles
législatives ou jurisprudentiels qui constituent la Loi de la
preuve au Canada. Il sera surement utile d’avoir un texte
unique, regroupant toutes les dispositions applicables. A ce
point de vue, le comité comprend d’emblée les objectifs pour-
suivis par les auteurs du projet de loi.

Ce qui semble contestable, du moins dans certains aspects
du projet de loi, c’est la manière de réaliser certains des
objectifs poursuivis. A cet égard, notre comité a préféré faire
une étude systématique du projet de loi en question, plutôt que
de suivre le modèle emprunté par nos confrères de l’Associa-
tion du Barreau canadien qui ont fait une étude plutôt d’ordre
exégétique du projet de loi.

Les thèmes qui sont clairement énoncés dans cette partie du
mémoire qui traite du droit pénal sont les suivants: Je me
propose, en évitant autant que possible les redites qui pour-
raient s’imposer à l’occasion, étant donné qu’il s’agit fonda-
mentalement de la même matière—en évitant les redites,
dis-je, qui pourraient s’imposer en rapport avec le mémoire de
l’Association du Barreau canadien; je vais quand même tenter
d’illustrer certains de ces thèmes. Le premier, fondamental, a
trait à la conception d’ensemble du projet de loi. Nous allons
voir, tel qu’il appert du rapport que nous avons déposé, que
cette conception mérite d’être étudiée â trois égards ou sur
trois plans différents. Tout d’abord, la structure du projet de
loi, le style de rédaction que l’on a employé à l’occasion et son
caractère incomplet et la conception du contenu.

Legal and Constitutional Affairs

22-6-1983

[Traduction]

désirable to establish more permanent, more systematic ties
between the federal administration and Quebec lawyers,
whether it be through the Canadian Bar or the Quebec Bar.

These ties are essential if we want federal law to respect the
spirit and principles of our two main systems of law.

Of course, as for analysing the technical rules relating to
criminal law and the findings of the joint committee of the
Quebec Bar and the Canadian Bar, l will defer to Professor
Jacques Fortin. Mr. Fortin is a professor of criminal law with
the Faculty of Law of the University of Montreal. l-le is also a
member of the Law Reform Commission.

Mr. Jacques Fortin, Quebec Bar: Madam Chairman, Hon.
Senators, I would hasten to specify that my role with thé Law
Reform Commission is only that of a part-time consultant who
does his utmost to contribute, to the bést of his ability, to the
Canadian law reform process. l am neither a commissioner,
nor a full-time staff member of the Law Reform Commission.
l am speaking here today on behalf of the joint committee in
which I was asked to partieipate, as a professor with the
Faculty of Law of the University of Montreal and as member
of the Quebec Bar.

At the outset, it is important to note that the members of
the joint Committee of the Canadian Bar and Quebec Bar are
in no way questioning the need to bring together in one piece
of législation the various legislative rules and those found in
the cases which make up the Evideneé Act in Canada. lt
would surely be useful to have one text bringing together all
applicable provisions. ln this respect, the Committee under-
stands the objectives pursued by the authors of the Bill.

What we find objectionable, at least as far as certain aspects
of the Bill are concerned, is the manner in which these
objectives are attained. Thus, our Committee prcferred to
conduct a systematic study of the Bill in question, rather than
proceed along the same lines as our colleagucs from the
Canadian Bar Association who conducted an exegetical study
of the Bill.

The section of the brief which focusses on criminal law
contains a number of themes. l would like to illustrate some of
them, taking carc not to be too repetitious, considering that
they are essentially the same thèmes as those contained in the
Canadian Bar Associations brief. The first basic theme is the
general concept of the Bill. As can be seen from the report
which we tabled, this concept merits considération from three
perspectives or on three different levels. First of all, there is
the structure of the Bill, that is the style occasionally used in
the drafting process, its incomplete nature and the concept of
the content.

1983

ties
yers,

t the

g to
‘ the
:ssor
with
lso a

who
3 the
Jnér,
sion.
3e in

the
nber

rs of
r are
Jiece
id in
a. lt
:1″ all
ider-

aects
.hese
d to
than

the
tudy

law
1e of
that
1 the
s the
zport
hree
re is
5d in
>t of

22-6-1983 Affaires juridiques et constitutionnelles 66 :25

[Taxi] _

Le deuxième grand thème va traiter des droits fondamen-
tnux de l’accusé, dont je verrai le détail au fur et a mesure que
jätvancerai dans le mémoire.

Tout d’abord, la conception du projet de loi que je vais
résumer ici avec une partie du mémoire qui commence à la
page 11. En se défendant de faire un code de la preuve, les
nuteurs du projet de loi S-33 veulent sans doute éviter les
critiques que s’était attirées la Commission de la réforme du
droit par son codé de la preuve de 1976. On présenté une loi
sur la preuve définissant une série de règles ponctuelles, dont
fénoncé devient compréhensible uniquement en regard de la
jurisprudence du common law, en l’absence d’une formulation
des principes devant guider le tribunal pour l’interprétation dé
ces règles. Pourtant, l’objectif de codifier le droit actuel est
partout présent dans ce projet de loi. La codification de règles
en l’absence de règles qui les inspirent ou les régissent, risqué
de créer des distortions dont nous verrons certains exemples
frztppants. La structure du projet de loi met elle-mémé, au
point de départ, un paradoxe qui est troublant. Si la nécessité
de légiférer en matière de loi sur la preuve vient d’un senti-
ment qui est partagé par la majorité des juristes canadiens à
l’effet que la Loi sur la preuve, telle que développée par le
common law est dans un état de désorganisation tél que la
recherche de ses sources et l’analyse de son contenu en sont
rendus très difficiles, on ne peut par ailleurs s’empêcher de
constater que le projet de loi emprunté, sans rien y changer, les
structures de common law et ses règles jurisprudencielles.

Pour n’en donner qu’un exemple, regardons la règle du
ouï-dire, Si vous suivez le plan annoncé que prend le projet de
loi dans le traitement du ouï-dire, vous allez constater que ce
plan est celui qui est suivi par tous les «textbooks» de la loi sur
la preuve dont on né fait qwemprunter la structure de
«common law» et lui donner une expression législative.

Il semble aux membres du comité que les auteurs du projet
de loi ont peut-être négligé une occasion de tenter de repenser
toute la théorie et la doctrine du ouï-dire autour des principes
fondamentaux qui doivent en régir l’application. Sans entrer
dans tous les détails de cette question, par exemple, je souli-
gnerai ici, comme on le fait dans le mémoire, la question de la
fiabilité d’une déclaration qui autrement serait du ouï-dire.
Cette notion de fiabilité commande un commun dénominateur,
pour la plupart, sinon pour la totalité des exceptions à la réglé
d’exclusion du ouï-dire.

En ce qui concerné l’application pénale des exceptions du
ottï-diré, lé projet de loi, plutôt que dé formuler une règle
générale autour dé la notion fondamentale de fiabilité, nous
donne plutôt une énumération, aussi peu organisée que celle
qu’on trouve dans les ouvrages traitant du droit de la preuve,
une énumération qu’il faut étudier de manière très ponctuelle,
sans même donner le fil conducteur qui justifie l’ensemble de
ces exceptions. Alors, on se trouve sur le plan dé la structure, à
réfléter dans le projet de loi, à concrétiser dans un projet de
loi, bien des vices de structure et des vices de raisonnement
qui, dans l’état actuel du droit, sont précisément les raisons
pour lesquelles les juristes canadiens jugent souhaitable d’avoir
une codification ou d’avoir une réunion dans un même texte de

[Traduction]

Thé second major theme focusses on the fundamcntal rights
of the accused. I will go into further détail as I go through the
brief.

First of all, l will summarize brie?y the general concept of
the bill, a section of the brief which bégins on page 11. By
denying that thé Bill is an evidence code, the authors of Bill
S—33 doubtless wanted to avoid thé criticisms which had béen
directed at the Law Reform Commission for its 1976 code of
evidence. An Evideneé Act is presented, defining a séries of
individual rules whose provisions may be understood only in
relation to the common law, in the absence of a statement of
principles to guide the Courts in intérpreting the rules in the
Act. However, thé intent to codify thé existing law is present
throughout the Bill, and the codification of rules without
principles on which they are based, or to which they are
subject, cannot be carried out without risking the création of
distortions of which wé shall see a number of striking exam-
ples. A disturbing paradox is évident when we consider the
structuré of the Bill. While the feeling sharéd by a majority of
the profession that the law of évidence, as developed by thé
common law, is in a state of disorganization such that it is very
difficult to find the sources of the law and détermine its
substance——while this feeling may make législation necessary,
one nevertheless cannot but observe that the Bill has borrowed
the structures of thé common law and the rules in its case law
without changing any aspect of them.

Hearsay is just one example of this. If you follow the
manner in which thé Bill deals with hearsay evidence, you will
note that thé structure of the Bill, éxcept for a few détails, is
comparable to that of textbooks on the Evidence Act. Thé Bill
borrows on thé structures of the common law and gives them a
statutory interprétation.

It would appear to the members of thé Committee that thé
authors of the Bill perhaps missed an opportunity to try and
réthink the entire theory and doctrine of hearsay evidence and
have it focus on fundamcntal principles which must govern its
application. Without going into all of the détails of this
question, I would, for example, like to stress at this time, as
does the brief, the question of the reliability of a statement
which otherwise would be considered hearsay. This concept of
reliability commands a common denominator for most, if not
all, exceptions to the rule excluding hearsay evidence.

With respect t0 the criminal application of exceptions to the
rules of hearsay evidence, the Bill, rather than formulate a
général rule based on the fundamcntal concept of reliability,
gives us an enumeration, with as little organization as that
found in works dealing with the law of evidence, an enumera-
tion which must be examined very punctually, without even
considéring the common thread justifying these exclusions.
From thé standpoint of structure and reasoning, the Bill has
many defects which, under the circumstances, is précisely the
reason why Canadian lawyers béliéve it is désirable to codify
the rules of evidence or to bring together in one piece of
législation all législative and case law rules which make up thé
law of evidence, at least where criminal proceedings aré
concerned.

66:26

[Taxi]
loi de Pensemble des règles législatives et jurisprudencielles qui
font le droit de la preuve, du moins en matière pénale.

Un autre aspect d’un vice de structure qui semble important
aux membres du comité comprend plusieurs dispositions; je
vais me limiter ici a un exemple. M‘ Roscnberg a discuté des
aspects du projet de loi qui pourraient parfaitement se quali-
fier au regard de ce que nous disons ici. La simple transposi-
tion dans un texte législatif d’une règle que l‘on extrait d’une
décision jurisprudencielle risque de constituer un réel appau-
vrissement de la règle jurisprudenciellc, à moins que l‘on fasse
preuvc d’une grande prudence dans la formulation de la règle
en question. Cc qui est important en réalité, c’ést dénoncer la
règle de manière à ce que le principe qui régit soit aussi
évident, car c’est le principe qui commande l’expression de la
règle. Si on ne fait simplement qu’extraire de la jurisprudence
une règle, pour lui donner une formulation législative, on
l’isole de son contexte ct on en donne un sens qui risque parfois
de donner lieu a des applications pleines de distortion, qui
n’ont rien à voir avec Pintention ct qui vont amener les
tribunaux à Padopter telle quelle.

L’exemple qu’il vaut la peine de discuter un peu plus en
détail si vous le permettez, madame lc président, c‘est Particle
l4 du projet de loi dont je vous donne la lecture:

En matière pénale, le tribunal n’est pas tenu de donner
des directives particulières au juge des faits sur la charge
de la preuve par concordance d’indices.

On aura compris qu’il s’agit de preuve indirecte ou de preuvc
eirconstancicllc, du moins selon la terminologie qui a cours à
l’heure actuelle, On voit ici qu‘une règle de preuve est énoncée
de manière purement négative. Première remarque: C’est le
juriste qui connaît parfaitement la règle Hodge, dont je dirai
un mot tantôt, qui connaît Farrêt MiIcha/l, l’arrêt Paul et
quelques autres pour ?nalement arriver à Parrêt Cooper et à
l’arrët Andrews, postérieur à l‘arrêt Cooper peut comprendre
parfaitement Pobjectif poursuivi par cette exposition, parce
qu’on a un cas de la preuve qui exprime les dispositions sous
forme purement négative et même si cc juriste s’y connaît bien,
l’article l4 lui crée un grand embarras, parce que l’articlc l4
ne reflète pas du tout le principe que la Cour suprême du
Canada voulait marquer dans l’arrêt Couper parce qu’elle a
restreint Papplication de la soi-disant règle de Hodge et j‘cxpli-
que aussi brièvement que possible ce dont il s‘agit. Dans une
cause du XIX‘ siècle de la célèbre affaire Hodge, la preuve du
meurtre que l‘on alléguait avoir été commis par l‘inculpé était
totalement circonstanciellc. ll n’y avait aucun témoignage
direct, c’êtait une preuve totalement circonstancielle. Le baron
Anderson a donné au jury la directive suivante: Vous ne
pouvez trouver Paccusé coupable que dans la mesure où l’en-
semble d’une circonstance vous convainc du doute de la culpa-
bilité de Paccusé au-delà du doute raisonnable. Toutes et
chacune des circonstances doivent montrer que la seule conclu-
sion qui est logique serait la culpabilité de l’accusé et toute et
chacune des circonstances doit être compatible à cette solution
qui est la culpabilité de Paccusé. S’il y a incompatibilité,
veuillez acquitter. La jurisprudence canadienne a par la suite
élevé cette dite règle de Hodge de manière à en faire une règle
inexorable et ceci pendant longtemps jusqu’a une période

Legal and Constitutional Affairs

22-6-1983

[Traduction]

Thc Bill contains another structural shortconting which the
members of the Committee feels is rather significant. l will
give you just one example of this sltortcoming. Mr. Rosenberg
has discusscd certain aspects of the Bill which could apply to
what l am saying here. The simple process of transforming
common law rules into statutory rules could diminish the
intent of the common law rule in question, unless special care
is taken in formulating the rule. ln fact, what is really impor-
tant is to state the rule in such a way that the principle on
which it is based is also evident and clear, since it is the
principle which expresses the rule. lf one simply extracts from
the common law a rule and transposes it into a statutory
context, one isolates it from its context and gives it a meaning
which could give rise to applications full of distortions which
have nothing to do with thc intent of the rule and which could
lead the courts to interpret it as is.

The example which warrants morc serious considcration,
Madam Chairman, is section 14 of the Bill which reads as
follows: ’

ln a criminal proceeding, the court is not required to give
the trier of fact any special direction or instruction on the
burden of proof in relation to circumstantial evidence.

It is clear that the rule in question relates to indirect or
cireumstantial evidence, at least according to present day
terminology. Section l4, which states a rule of evidence, is
draftcd in the ncgative. First comment: the lawyer who is
familiar with the Ilodge rule which I will speak about briefly
later, who is familiar with tlte Mitchel/ dccision, with the Paul
dccision and with a few others, and finally with the ÂHdfel/VS
dccision which came after the Cooper dccision can understand
perfcctly the objective pursued by this rule, since this is one
instance where the evidence law is exprcsscd by provisions in a
purcly tiegative form. Even if the lawyer is very familiar with
the dccision, section l4 can cause great cmbarrassment, since
it loses sight of the principle which the Suprcme Court of
Canada intended to put forward in the Cooper dccision. It
limits the scope of application of the so-callcd Hodge rule
which l will now explain to you as briefly as possible. ln the
celebrated 19th century Hodge case, the evidence pointing to
tlie fact that the accused has allegedly committed a murder
was entirely circumstantial. There was no direct testimony, the
evidence was totally circumstancial. Baron Anderson instruct-
ed the jury thusly: you can only find the accused guilty if the
circumstances convince you beyond any reasonable doubt that
the accused is indeed guilty. Each and every circumstance
must point to the only possible logical conclusion, namely that
the accused is guilty. Each and every circumstance must bc
compatible with this finding of the accused’s guilt. lf there is
any incompatibility, then the accused must be found not
guilty. Canadian case law subsequently elevated this so-called
Hodge rule to make it an in?exible rule. This rcmained the
case until relatively reccntly when the Suprcme Court of
Canada began to take away some of its elements, namely the

1983

1 the
will
berg
ly to
‘ning

thc
care
ipor-
e on
; the
from
itory
ming
rhich
:ould

ttion,
ls as

v give
n the

st or

day
2c, is
ho is
riefly
Paul
Irews
stand
s onc
à in a
with
since
rt of
in. lt

rule
n thc
ng to
urder
v, the
ruct-
lf the
that
tance
‘ that
st be
are is
. not
alled
l the
rt of
y the

22-6-1983 Affairesjuridiques et constitutionnelles 66:27

[T’ai]

relativement récente où la Cour suprême du Canada a com-
mencé à en retrancher certains éléments: Les éléments du
mon; rea, finalement la restreinte à l’élément identification de
l’accusé qui repose sur une preuve exclusivement circonstan-
cielle et avec ceci nous arrivons à l’arrêt Couper.

La Cour suprême a dit qu’il est temps de ne plus traiter de
ln règle de Hudge comme étant une règle de droit inexorable et
c’est ce que le juge en chef Laskin a dit. l1 était minoritaire
quant au résultat. Lejuge Ritchie. qui donne le jugement de la
majorité. se déclare d’accord avec ce commentaire du juge
Laskin mais de la manière suivante, en disant qu’il suffit,
lorsque la preuve et l’identification de l’accusé sont circonstan-
ciclles, que le juge fasse bien comprendre au jury l’application
de la règle fondamentale du doute raisonnable et lorsque la loi
est circonstancielle il suffit d’expliquer au jury que c’est unc
circonstance constituant la preuve qui indique une seule con-
clusion logiquc au-delâ du doute raisonnable: celle de la culpa-
bilité de l’accusé. Alors vous voyez que la Cour suprême ne dit
pas ce que l’article 14 lui fait dire. La Cour suprême n’a pas
dit que le juge n’a pas ou ne doit pas ou n’est pas tenu de
donner des directives particulières, que c’est le principe de
l’arrêt Couper que l’on perd dans l’article 14? C’est le principe
du doute raisonable qui peut, en raison de certain état de la
preuve, de certains types de preuve, exiger en réalité que le
jury comprenne bien 1c principe fondamental des explications
particulières. L’article 14 dit le contraire. Monsieur le juge
n’est pas tenu de donner des directives particulières et ça peut
vouloir dire que monsieur le juge n’est pas tenu de faire
comprendre à l’inculpé 1a règle fondamentale du doute raison-
nable en raison de la nature de la preuve. Aucun juge cana-
dicn, bien sûr, ne donnerait l’interprétation que l’on trouve au
simple texte de l’article 14. Pourquoi? Parce qu’ils connaissent
tous la jurisprudence dont je viens de faire part. C’est ce que
nous déplorons dans le comité; c’est que 1e type de rédaction ici
ne se prête pas à la simple transposition de règles jurispruden-
tielles en règles législatives; c’est l’appauvrissement de la règle
qui est ici énoncée. Nous sommes d’accord avec le principe de
la règle Couper. C’est un principe qui est issu de la sagesse des
tribunaux. L’application est importante et ce qui est impor-
tant, c’est que le projet de loi garde 1e principe et ne le fasse
pas disparaître sous une règle qui est formulée trop rapidement
ou négativement.

Le deuxième aspect a trait au caractère incomplet du projet
de loi et ici le comité veut être certain de bien se faire
comprendre. Notre Code criminel n’est pas un code au vrai
sens du mot. l1 doit être complété par le common law, mais
notre Code criminel a une très très grande qualité, c’est qu’il
permet à tout le monde de travailler avec. Pourquoi? Parce
qu’il nous décret clairement les endroits ou les parties où
s’applique le common law et pour ça, il suffit de lire les articles
7 et 8. Aux articles 7 et 8 du Code criminel on nous dit que le
common law n’est plus générateur d’infractions. Pour cela,
lisez les lois du Canada pour savoir ce que sont les infractions.
[in matière de principes qui permettent de témoigner â la
défense sous forme d’explications ou d’excuses, la le paragra-
phe 3 de l’article 7 du Code criminel nous dit que le common
law s’applique. Alors, pour résumer la situation, notre Code
criminel annonce parfaitement la couleur. On s’entend bien

[Traduction]

element of men: rea and finally the element of identification of
the accused which is based on wholly circurnstantial evidence.
This brings us to the Couper décision.

The Suprcme Court of Canada has said that we must stop
considéring the Hodge rule as an in?exible rule of law and
that is what Chief Justice Laskin said. lt was a minority
dccision. Justice Ritchie, in delivering the majority dccision,
expressed agreement with Justice Laskin’s comment, but
stated that it was enough, when the evidence and the identifi-
cation of the accused are circumstantial, for the judge to
explain clcarly to the jury how the fundamcntal rule of
rcasonable doubt applies and that when the law is circumstan-
tial, it is sufficient to explain to the jury that the circumstance
constitutes evidence and indicates the only logical conclusion
beyond any reasonable doubt, namely the guilt of the accused.
You can see that the Suprcme Court does not say what section
14 dictates that it should say. The Suprcme Court did not say
that thc judge does not have to or must not or is not required
to give special instructions. That is the principle on which the
Couper dccision is based, the principle which is lost in section
14. lt is the principle of reasonable doubt which can, because
of certain evidence or certain types of evidence, require in
reality that the jury understand clcarly thc fundamcntal prin-
ciple of special instructions. Section 14 says the opposite. The
judge is not required to give the jury special instructions and
this can mean that thc judge is not required to make the
accused understand thc fundamcntal rule of reasonable doubt
in view of the nature of the evidence. No Canadian judge
would give the interpretation as it is simply stated in section 14
Why? Because they are familiar with thc case which l have
just described to you. That’s what the Committee deplores the
most, the fact that the manner in which the bill is drafted does
not lend itself to the simple conversion of case law rules into
statutory rules. The rule in question loses some of its force. We
agree with the principle of the Couper dccision. lt is a principle
arising from the wisdom of the courts. The application of this
principle is important and it is likewise important for the bill
to maintain this principle and not have it disappear under a
rule which was formulated too rapidly or worded negatively.

The second aspect has to do with the incomplete nature of
the Bill and here, the Committee wants to be very sure that it
is clcarly understood. Our Criminal Code is not a code in the
true sense of the word, lt must be complemented by the
common law. Our Criminal Code does, however, have one
major quality, namely that it enables everyone to work with it.
And why is this? Because it describes clcarly the areas where
the common law applies. All we have t0 do is read sections 7
and 8 of the Code. Sections 7 and 8 stipulate that some
offences no longer come under the common law principles.
Just read the statutes of Canada to find out what these
offences are. With respect to principles which make it possible
to testify for the defence by giving explanations or excuses,
subsection 3 of section 7 of the Criminal Code tells us that the
common law does apply. Therefore, to sum up the situation,
our Criminal Code is crystal clear on this. lf everyone agrées

66:28

[Text]

là-dessus? Si on s’entend bien là-dessus je vais vous dire
qu’aux yeux du comité, le projet de loi n‘a pas du tout cette
qualité-là. ll n’a pas cette qualité du Code criminel; il n’est pas
exhaustif, parce que le common law continue de s’appliquer
comme le Code criminel, mais il a un défaut que n’a pas le
Code criminel et qui est le suivant: C’est qu’il n’annonce pas la
couleur. On ne le sait pas. Alors le projet de loi sur la preuve, à
la différence du Code criminel actuel, ne permet pas aux
lecteurs d‘identifier à première vue quels sont les secteurs du
droit sur la preuve qui sont encore ceux du common law. Quels
sont les secteurs qui sont changés par le projet de loi’? Quels
sont ceux qui sont exactement reproduits tel que le dit le
common law? En d’autres termes, il y a des dispositions dans
le projet de loi qui codifient le common law, qui vont tout
simplement lui donner une expression législative, sans rien y
changer, et à ce moment-là les juges vont fort probablement
donner à ces dispositions-là une interprétation qui va se situer
dans le prolongement des règles jurisprudencielles qui ont
donné lieu à la formulation de la règle législative.

Il y a d‘autres dispositions qui modifient le common law.
Bien, ici, le juge est un peu plus mal placé pour avoir recours
au common law pour interpréter les dispositions. ll va devoir
déterminer quel est l‘impact de la disposition législative, en
regard du common law.

ll y a pire encore, c’cst qu’il y a des pans entiers du droit sur
la preuve dont Pimportance fondamentale ne peut pas être
négligée et ils sont tout simplement escamottés par le projet de
loi. On n‘en parle pas.

Alors, la preuve doit avoir une connaissance parfaite du
common law, être capable d‘identificr l’effet des dispositions, à
savoir si elle codifie ou modifie le common law, et encore
identifier quelles sont les lacunes où le common law reste
intact entre les articles.

Quelques exemples ici sur lesquels je n’elaborerai pas en
raison du temps: Prenons le voir-dire. Le voir-dire C’est le petit
procès dans le procès, dit-on, qui a pour objet de permettre au
juge du droit de prendre une connaissance des faits préalables
à la détermination de Fadmissibilité d’une preuve, et le voir-
dire est Papplication courante dans le droit de la preuve.

Le projet de loi en traite à plusieurs endroits que je n’énu»
mérerai pas ici, mais sous des angles très particuliers, ll aborde
exclusivement sous l’angle des déclarations de l’inculpé aux
personnes en situation d‘autorité, c‘cstAà-dire les confessions,
Que dire du rôle du voir-dire en tant qu’institution fondamen-
tale dans le droit de la preuve, le cadre général dans lequel le
voir—dire doit se faire‘! C’est une question importante aussi;
est-ce que les règles de la preuve s’appliquent à la détermina-
tion des faits préalables, etc?

Toutes ces questions sont laissées dans Pombre. On n’en
parle pas. Autre aspect qui montre le caractère incomplet du
projet de loi sur des questions qui sont très importantes en
matière de preuve, on mentionne aux pages I7 et l8 du
mémoire, et si vous voulez bien, prenons ce que l‘on appelle la
fin de non-recevoir, en traduction «the issue estoppel», mais
qu’il vaudrait peut-être mieux désigner par une expression plus
appropriée qui serait celle de Pirréfutabilité de la chose jugée.

Legal and Constitutional Affairs

22-6-1983

[Traduclion]

with this, l will tell you that as far as the Committee is
concerned, the Bill in no way has this same quality. lt is by no
means compréhensive, because the common law continues to
apply in the same way as the Criminal Code, However, it does
have one shortcoming that the Criminal Code does not have,
namely this: it fails to express clearly the intent. Unlike the
present Criminal Code, the Évidence Act does not allow the
reader to identify at first glance those areas of evidence law
which are still based on the common law. What changes has
the Bill brought about? What rules mirror thc common law?
ln other words, the Bill contains provisions which codify the
common law and which transpose it into a statutory context,
without ehanging anything. Therefore, the judges will very
likely give these provisions an interpretation which is an
extension of the case law rules which led to the formulation of
statutory rules.

The Bill also contains other provisions which amend the
common law. Well here, the judge will be somewhat hard
presscd to call upon thc common law t0 interpret these provi—
sions. He will have to determine what impact the statutory
provision will have as far as thc common law is concerned.

Worse still, there are entire areas of evidence law the
importance of which we cannot deny and which are simply
overlooked in the Bill. No mention at all is made of them.

Evidence must have a perfect knowledge of the common
law, it must be able to idcntify the affects of the provisions, to
know whether it codifiés or amends thc common law and it
must be able to identify what shortcomings there are where the
common law romains intact between the sections.

l won’! go into the details, but l will give you a few
examples of this. Consider the voir dire. Voir dire is the mini
trial within the trial, the purpose of which is t0 enable the
judge to gain knowledge of prior facts, to cletcrminc whether a
particular piece of evidence is admissible. Voir dire is the
current application as regards the law of evidence,

The Bill deals with the voir dire in many sections which l
will not list here, but it does so from a number of very special
perspectives. lt deals with it in the context of the statements
made by the accused to persons in a position ofauthority, or in
other words, confessions. What about the role of the voir dire
as a fundamcntal principle of the law of evidence? This is also
an important question. Do the rules of evidence also apply to
the détermination of prior facts and so forth?

All of these questions remain unanswered in the Bill. One
other thing which illustrates the incomplete nature of the Bill
as far as very important evidence matters are concerned is the
fact that on page l7 and l8 of the brief, as you can see,
mention is made of the “dismissal », or of what should perhaps
be termed more appropriate by as the irrefutability of the fact
tried.

=‘<J’0vJm<Om:'</>oom

if

3.2 53″05

1C

35396:6

22-6-1983 Affaires juridiques et constitutionnelles 66 : 29

[Text]

Vous êtes tous familiers, bien sûr, avec la notion de choses
jugées en droit. Dès qu’un tribunal a tranché une question par
un verdict final, seul le verdict reste inchangé; on ne peut pas
le remettre en cause dans un autre litige.

Cette notion a une implication importante dans la Loi sur la
preuve et on la retrouve dans une récente décision de la Cour
suprême du Canada. Le projet de loi ne parle pas du tout de la
règle fondamentale de firréfutabilité de la chose jugée. Pour-
tant c’est une question importante.

Autre illustration du caractère incomplet de la loi: le projet
de loi accorde beaucoup dïmportance a la modification qu’il
veut apporter aux admissions que peuvent faire les parties, au
cours du procès, aux fins du litige comme tel. Le projet de loi
suggère à cet égard, contrairement à ce que fait la loi actuelle,
que l’admission puisse porter également sur les questions de
droit. On n’en voit pas pour Pinstant dans cet aspect de la
question. Ce que les membres du comité déplorent, c’ést que
les auteurs du projet n’aient pas jugé utile de traiter du
plaidoyer de culpabilité qui, il faut en convenir, est Fadmission
par excellence, et c’est peubêtre l’institution du droit sur la
peuve qui joue le plus grand rôle dans l’administration de la
justice pénale. Je n’ai pas les statistiques avec moi, mais on dit
fréquemment qu’il est de connaissance notoire qu’à peu près
80 p. lOO des inculpés plaident coupables. Si le plaidoyer de
culpabilité n’était pas permis comme dans l’autre système,
l’administration de la justice pénale au Canada s’écroulerait. ll
faudrait multiplier le nombre des juges et des tribunaux, etc.
Alors, vous voyez, sur le plan quantitatif, que le plaidoyer de
culpabilité joue un rôle extraordinairement important. Sur le
plan du fond aussi, le plaidoyer de culpabilité joue un role des
plus importants du point de vue du droit sur la preuve. Quand
l’accusé plaide coupable, il dit à la poursuite: J’admets que
vous pouvez faire la preuve, j’abandonne tous mes droits
fondamentaux, présomption dînnocence, défense pleine et
entière, etc., et lorsque ceci est fait il ne reste au tribunal qu’à
passer sentence, ll suffit de voir la jurisprudence pour voir
toutes les difficultés éprouvées par celle-ci pour déterminer les
conditions auxquelles un plaidoyer mal informé, par exemple,
ou encore, la où un plaidoyer peut être retiré, etc. Ce qu’il faut
souligner ici, c’est l’aspect fondamental du plaidoyer de culpa»
bilite qui est tout simplement escamoté par le projet de loi.

Dans des notions plus théoriques et dont le rôle fondamental
est également important, on peut parler de la notion de faits
similaires. Le projet de loi parle beaucoup de preuve de
moralité à l’occasion; il ne définit pas d’une manière complète
la notion de pertinence et il escamote complètement la notion
de faits similaires. La jurisprudence nous montre que la rece-
vabilité d’un fait similaire met en cause une notion, un aspect
particulier de la notion fondamentale de pertinence; alors, vous
voyez qu’il y a deux aspects fondamentaux où le projet de loi
est silencieux et il faudra s’cn remettre encore au common law.

Maintenant, j‘aborde le thème des droits fondamentaux de
l’accusé, et ici je me propose de parler quelque peu de la
présomption d’innocence, du droit de l’accusé à ne pas
témoigner, de son droit à une défense pleine et entière et enfin
du fardeau de la preuve au voir-dire.

[Traduction]

You are all familiar, of course, with the concept of facts
tried in law. Once a court has ruled on a case and delivered a
final verdict, only the verdict can remain unchanged. lt cannot
be questioned in another trial.

This concept has important implications as far as the Evi-
dence Act is concerned, as can be seen by a recent Supreme
Court of Canada décision. The Bill makes no mention whatso—
ever of the fundamcntal rule of the irrefutability of the fact
tried, yet this is an important question.

Here is another example of the incomplete nature of the
Bill. lt awards a great deal of importance to amendments
concerning the admission which the parties can make during
the course of the trial. The Bill proposes, contrary to the
present législation, that admissions can now involve a question
of law. We do not see any for the moment in tliis aspect of the
question. What the members of the Committee déplore is the
fact that the authors of the Bill did not deem it useful to deal
with the guilty plea which, as we all know, is the admission par
excellence. lt is perhaps the one most important institution of
the law of evidence, the one which plays the greatest role in
the administration ofjustice. While I do not have the statistics
with me, it is often said that it is common knowledge that close
to 80 per cent of the accused plead guilty. lf the guilty plea
were inadmissible, as it is in the other system, the administra-
tion of criminal justice in Canada would crumble. We would
have to multiply the number of judges, courts and so forth.
Therefore, as you can sec, quantitatively speaking, the guilty
plea plays an extraordinarily important role, one of the most
important in terms of evidence law. When the accused pleads
guilty, he is saying to the prosecution: I admit that you have
evidence, l renouncc all of my fundamcntal rights, the pre-
sumption of innocence, full and complote defence, etc., and
when this is done, all that romains is for the court to pass
sentence. We only have to look at case law to see the host of
problems this has created and to see under what conditions an
improper plea can be withdrawn. What it is important to stress
here is the fundamcntal aspect of the guilty plea which is quitc
simply overlooked in the Bill.

With respect to more theoretical concepts which also play
an important fundamcntal role, we can speak of the concept of
similar facts. The Bill speaks a great deal about morality
evidence. lt does not dcfine completely the concept of rele-
vance and it overlooks completcly the concept of similar facts.
Case law shows us that the admissibility of a similar fact
questions a particular aspect of the basic concept of relevance.
Theréfore, as you can see, the Bill is silent as far as two basic
concepts are concerned and we again have to rely on the
common law.

l will now broach the theme ofthe fundamcntal rights of the
accused. At this time, l would like to touch briefly on the rule
of the presumption of innocence, namely the right of the
accused to refuse to testify and his right to a full and complete
defence, and finally on the burden of proof at the voir dire.

66:30

[Text]

M‘ Rosenberg a rappelé tantôt, avec raison, que la Charte
canadienne consacre la présomption d’innocence, à l’article
ll(d). On sait également que la présomption d’innocence
signifie l’obligation â la poursuite de faire la preuve de la
culpabilité de l’accusé hors de tout doute raisonnable quant à
tous les éléments essentiels de l’infraction, et il y a un autre
aspect qui n’a pas été souligné et auquel je reviendrai tantôt.

Ce que le comité juge troublant a la lecture des dispositions
du projet de loi sur cette question, c’est qu’il n’est fait nulle
part mention de la présomption d’innocence, et si on lit les
dispositions en question, le lecteur s’aperçoit à la manière dont
les dispositions sont descriptives, d’ailleurs, qu’il arrive aussi
souvent que l’inculpé a la charge de prouver des choses, que
cela peut arriver à la poursuite, alors que la Charte canadienne
des droits dit exactement le contraire.

Dans le deuxième aspect de la présomption d’innocence, les
commentaires valent, encore une fois, tant pour le texte anglais
que pour le texte français, indépendamment des questions de
traduction. Les auteurs du projet ont malheureusement, à
notre avis, choisi des expressions techniques, expressions que le
juge dont donc expliquer au jury, en prenant d’autres expres-
sions plus simples pour lui faire comprendre; par exemple, le
projet parle de fardeau de présentation, de «evidential burden»
en anglais et définit par rapport a certains moyens de défense
ce fardeau de présentation comme comportant ou comme
consistant en telle chose, et parle à d’autres égards du fardeau
de persuasion qu’il définit dans les termes de la prépondérance
de probabilité. Or, la Commission de réforme du droit dans le
code de la preuve avait déjà proposé, en I976, des thèmes
permettant à la loi d’éviter des expressions techniques et
permettant, du même coup, au juge du droit d’expliquer
directement le concept au juge des faits, sans devoir passer par
les termes techniques. Donc, la question de la terminologie à
cet égard est importante au comité en ce qui concerne l’énon-
ciation de la présomption d’innocence.

Le deuxième aspect est la question de la structure du projet
de loi qui, à notre avis, devrait être vue de manière a mettre le
principe de l’avant, qui est celui de la présomption d’innocence
et les répercussions sur l’aménagement du fardeau de la
preuve, ne sont que, au mieux, un aménagement, et au pire des
exceptions.

Enfin, ici, le comité souscrit, fait siennes les remarques qui
ont déjà été faites par M‘ Rosenberg quant à l’application en
matière criminelle du principe de l’article 730, au paragraphe
2 du Code criminel qui, à l’heure actuelle, se limite aux
infractions sommaires.

L’article qui consiste a mettre â la charge de l’inculpé
l’obligation de réfuter par une preuve prépondérante l’exis—
tcnce d’une excuse, justification et exceptiom-exemption, qui
est prévue par la loi, en sa faveur et la, nous croyons que cette
disposition est une contradiction directe de la présomption
d’innocence,

Elle constitue, dans le cadre du projet, une extension aux
actes crintinels qui ne se justifient et au surplus, la disposition,
même si elle était limitée telle qu’elle est à l’heure actuelle aux

Legal and Constitutional Affairs

22-64983

[Traduction]

As Mr. Rosenberg correctly noted earlier, section ll(d) of
the Canadian Charter enshrines the rule of the presumption of
innocence. Furthermore, we know that the presumption of
innocence means that the prosecution is required to prove that
the accused is guilty beyond a reasonable doubt, taking into
account all of the important elements of the offence. There is
also one other aspect which has not been mcntioned and which
l will get back to later.

On reading the provisions of the Bill, the Committee found
it rather disturbing that no mention is made of the presump-
tion of innocence. If we read the provisions in question, we
note that the provisions are descriptive. lt would seem that the
burden of proof is on the accused as often as it is on the
prosecution, whereas the Canadian Charter of Rights says that
the exact opposite should be the case.

Comments respecting the second aspect of the presumption
of innocence apply equally once again to both the French and
English versions of the Bill. In our opinion, the authors of the
Bill unfortunately chose technicalexpressions, expressions
which the judge must explain to a jury by using simpler words.
For example, the English version of the Bill refers to the
“evidential burden » and defines it in relation to certain means
of defence as involving a particular thing, Elsewhere it refers
to the burden of persuasion which it defines in terms of the
prépondérance of probabilities. The Law Reform Commission
proposed approaches back in 1976 that would have made it
possible to avoid technieal expressions in the evidence législa-
tion and would at the same time have enabled the trier of thc
law to explain the concept directly to the trier of the facts,
without having to use technical terms. S0 the question of
terminology in this respect is important to the committee as
regards the enunciation of the presumption of innocence.

The second aspect is the question of the Bill’s structure,
which in our opinion should make the principle of the pre—
sumption of innocence paramount, and the répercussions on
the distribution of the burden of proof are only, at best, a
compromise and, at worst, exceptions.

Finally the committee endorses, adopts, the remarks made
by Mr. Rosenberg regarding the application in criminal law of
the principle of Section 730, paragraph two, of the Criminal
Code, which at the present time restricts itself to summary
offenses.

The section makes the accused responsible for rebutting
with prépondérant evidence the existence of an excuse, justifi-
cation or exception——exemption, prescribed by law, which is in
his favour, and we regard that provision as a direct contradic-
tion of the presumption ofinnocence.

Within the framework of the Bill it constitutes an extension
to criminal acts that cannot be justified and also, even if the
provision were limited as it is currently to summary offenses, it

(n »=nmmtu.mu…..

2’55

22-6-1983 Affairesjuridiques et constitutionnelles 66:31

[Text]
infractions sommaires, reste évidemment contestable au pian
de la présomption dînnocence tel qu’énoncé par la Charte.

Il y a plus grave que tout ça: C’est que Pacceptation de cet
article comme étant la loi du Canada,——ce qu’une disposition
du projet de loi dit clairemenL-«signifierait que la présomp-
tion dïnnocenee ne devrait s’appliquer dorénavant qu’aux
moyens de défense généraux. Si vous lisez les dispositions
spéciales des lois particulières fédérales qui créent des infrac-
tions et les textes dïncrimination qui sont portés au Code
criminel, vous allez voir qu’il est de règle générale que le
législateur prévoit des moyens de défense particuliers.

Cela veut dire que sur un plan quantitatif, la présomption
dînnocence n‘aurait été faite que pour un groupe relativement
mineur d’infractions. Sur un plan quantitatif, pour la plupart
des infractions, l’accusé ne bénéficiera pas de la présomption
dînnocence. La contradiction nous semble beaucoup trop forte
au point de départ, dès Padoption de la Charte, pour devoir
dire que la Charte n‘est qu’un principe, mais qu’au plan de la
généralisation son principe n’est pas vrai. Alors il y a une
contradiction de principe, il y a une contradiction dans la
pratique qu’il faut énoncer.

ll y a d’autres droits fondamentaux, mais là je vais me
limiter à un aspect. Il s’agit, ici, du droit de lïnculpé à citer ses
témoins dans l’ordre qu’il lui convient. Ceci est très important
parce que cette disposition chevauche sur deux droits fonda-
mentaux, tel que nous le verrons. Uarticle 108 du projet de loi
prévoit, à l’instar du droit actuel, que l‘inculpé puisse citer ses
témoins dans Fordre qui lui convient. Pas de difficulté là-des-
sus, c’ést le droit actuel. ll dispose, cependant, que le tribunal
peut faire des observations au jury sur la force probante du
témoignage de l‘inculpé, confirmant un témoignage préalable-
ment rendu par un de ses témoins. Cette disposition a pour
effet, contrairement à la jurisprudence actuelle, de permettre
au juge de préjuger de la crédibilité de l‘inculpé du seul fait
qu’il témoigne après ses propres témoins.

Cette disposition entre, croyons-nous, en contradiction fla-
grante avec le droit de l‘inculpé de faire une défense pleine et
entière et avec son droit de ne pas être contraint à témoigner
dans sa cause. La conjonction de ces deux principes, une
défense pleine et entière et le droit de ne pas être contraint à
témoigner dans sa cause, signifie tout simplement que Faccusé
a le droit de faire une défense pleine et entière sans témoigner
lui—même.

Toute règle qui a pour effet directement ou indirectement de
forcer l‘accusé à témoigner avant ses témoins est une restric-
tion au droit de Paccusé de faire une défense pleine et entière
et à son droit de ne pas témoigner. Voici pourquoi: Elle
signifie, en effet, que l’inculpé doit exercer son droit de
témoigner ou de ne pas témoigner avant même que sa défense
soit complète. Il doit décider de témoigner, et qu’il est préféra-
ble de témoigner, avant même que ses témoins ne le fasse.

Or, il nous apparaît essentiel que l‘inculpé puisse réserver sa
décision de témoigner ou de ne pas témoigner da une cause
jusu’au moment où il peut avoir, lui, en tant qu’inculpé, une
appréciation complète de la preuve qu’il a présentée, si c’ést le

C218.

[Traduction]
would still obviously be open to argument as regards the
presumption of innocence asset forth in the Charter.

More serious even than that, is the fact that acceptance of
this clause as part of the law of the land-which a provision of
tl1e Bill clearly states-would mean that the presumption of
innocence would from now on apply only to general means of
defence. If you read the special provisions of the particular
federal acts that define offenses and the texts on incrimination
that are attached to the Criminal Code you will see that
generally the legislator allows for particular means of defence.

This means that quantitatively the presumption of innocence
would be made for only a relatively minor group of offenses.
Quantitatively, for most offenses, the accused will not be
presumed innocent. The contradiction seems to us much too
marked at the outset, with the adoption of the Charter, to say
that thc Charter is only a principle and on the general level its
principle does not liold, So there‘s a contradiction in principle
and also a contradiction in practice that must be enunciated.

There are other fondamental rights, but l’m going to limit
myself to one aspect. This is the right of the accused to call
him witnesses in any order that suits hi. This is very important,
because this provision involves two fundamcntal human rights,
as we see it. Clause l08 of the Bill, like the existing législation,
allows the accused te call his witnesses in any order he wishes.
Wé have no difficulty with that, it’s the law as it now stands.
The clause goes on to say, however, that tlie court may
comment as to the probative force of the accused’s testimony if
he confirms evidence previously given by one of his witnesses.
The result of this provision goes against cxisting jurisprudence
because it allows the judge to prejudge the credibility of the
accused solcly on the basis of the fact that he testified after his
own witnesses.

We believe that this provision is in ?agrant contradiction
with the right of thc accused to put forward a full and
complete defence and with his right not to be compelled to
testify. The combination of these two principles, a full and
complete defence and the right not to be compelled to testify,
simply mean that the accused has the right to put forward a
full and complete defence without himself giving evidence.

Any rule that directly or indirectly results in compelling the
accused to testify before his witnesses do is a restriction on the
right of the accused to put forward a full and complete defence
and not to testify himself. This is why: such a rule means in
effect that the accused has to exercise his right to testify or not
to testify before his defence is complete. He has to decide to
give evidence, and whether it is préférable to give evidence,
before his witnesses do so.

Now, we feel it is essential that the accused be allowed to
reserve his dccision to testify or not in a case until such time as
he as an accused person can have a complete appréciation of
the evidence presented, if any.

66:32

[Text]

L’on sait que l‘inculpé ne peut pas exercer le contrôle sur la
crédibilité de ses témoins, sur les gens qu’il décide de faire
entendre, ni sur l‘impact que ses témoignages peuvent avoir sur
le juge des faits.

Alors, ainsi comprise, la disposition de l‘article 108 a tout
simplement pour effet de pénaliser l‘inculpé selon le moment
qu’il a choisi d’exercer son droit de témoigner alors même que
la loi lui reconnaît, par ailleurs, sont droit à une défense pleine
et entière et Pincontraignabilité. Ces deux droits fondamen-
taux sont donc directement menacés par cette disposition.

Je vous ai dit en commençant, madame le président, honora-
bles sénateurs, que nous avions fait un mémoire systématique,
dest-à-dire que nous avions tenté de bâtir le mémoire autour
de certaines idées fondamentales. Dans le mémoire, il y a des
illustrations des thèmes que j’ai développés devant vous, illus-
trations qui sont évidemment plus complètes que celles dont
j’ai tenté de faire un résumé. Ce sont les thèmes qui se sont
dégagés, qui montrent bien que le projet de loi ne soit pas un
exercice futile, un exercice qui n’aurait pas dû être fait. Les
membres du comité reconnaissent qu‘énormément de travail a
été fait. Il y a une foule de disposition qui constitueraient une
amélioration considérable sur le droit actuel. Notamment, en
matière de ce qui est conjugal, c’ést un magnifique effort de
rationnalisation, de simplification, etc. Dans les thèmes que
nous avons dégagés, nous avons Pimpression que le projet de
loi risque de compromettre la certitude et la simplification du
droit qui sont, au point de départ, sans doute les objectifs des
auteurs du projet; aussi il risque de compromettre les droits de
l‘inculpé que les règles du droit actuel lui reconnaissent claire-
ment et que Finterprétation de plusieurs de ces dispositions du
projet risquent de lui retirer.

Le président: Merci, M° Fortin.
I wonder if I could ask our final witness to pause for a
moment because Senator Asselin has to leave shortly and

would like to put some questions to the members of the special
committee.

Senator Asselin: Thank you, Madam Chairman.

Le sénateur Asselin: Je m’excuse auprès des membres du
Barreau. J’ai une rencontre importante à cinq heures. Il s‘agit
de décider si l’on va réformer le Sénat ou non. Je pense que ma
présence là est importante parce que l’on prendra des décisions
concernant les travaux du comité.

Je suis extrêmement impressionné par la présentation du
mémoire du Barreau canadien ainsi que du Barreau de ma
province, la province de Québec. Je m‘aperçois qu’il y a encore
d’excellents professeurs de droit. On a eu le professeur de droit
a l’Université de Montréal, M‘ Fortin, qui nous a fait un
excellent exposé et je tiens à le féliciter.

Vous ne semblez pas être satisfaits du projet de loi; imagi-
nez-vous que nous aussi ne sommes pas satisfaits de ce projet
de loi. La première chose que je voudrais savoir des membres
du Barreau canadien, c’ést que vous avez déjà comparu devant
ce comité et y avez présenté des griefs. Nous avons étudié cela
sérieusement et vous deviez ensuite rencontrer les hauts fonc-

Legal and Constitutional Affairs

22-6-1983

[Traduction]

As we all know, the accused cannot control the credibility of
his witnesses, the people he decides should be heard, or the
impact his witnesses may have on the trier of the facts.

Looked at in this light, all clause 108 does is to penalize the
accused on the basis of the moment he picks t0 exercise his
right to testify, even though the law acknowledges his right to
a full and complete defence without being compelled to testify.
These two fundamcntal human rights are thus threatened by
this provision.

I said at the start of my remarks, Madam Chairman and
I-Ionourable Senators, that our brief was systematic, that is, we
tried to construct it around certain basic ideas. In the brief you
will find illustrations of themes that l have discussed here,
illustrations that are obviously more complete than those l
have tried to summarize for you. The themes that have come
out of it indicate clearly that the Bill is nota pointless exercise,
something that should never have been begun in the first place.
The members of the committee recognizc that an enormous
amount of work has been done. There are a huge number of
provisions that would constitute a considérable improvement t0
the existing law, notably in the area of marriage, there’s a
splendid effort at making the whole thing more sensible and
simple. I-Iowever, in the areas we have identified, wc have the
impression that the Bill risks compromising the certainty and
simplification of the law, qualities that were undoubtedly the
goals of the drafters of the Bill. It risks compromising certain
rights of the accused that existing law plainly guarantees him,
but which the interpretation of a number of the provisions in
the Bill threaten to take away from him.

The Chairman: Thank you, Maître Fortin.

Pourrais-je demander à notre dernier témoin de s’interrom—
pre un moment, car le sénateur Asselin doit partir sous peu et
voudrait poser quelques questions aux membres du Comité
spécial.

Le sénateur Asselin: Merci, madame le président.

Senator Asselin: I must beg the pardon of the Members of
the Bar. I have an important meeting at five o’clock. It’s t0
décide whether or not we’re going to reform the Senate. I
think my presence there is important because they’ll be
making decisions regarding the work of the Committee.

I am extremely impressed by the présentation of the brief by
the Canadian Bar Association and the Bar Association in my
own province, the Province of Quebec. I see there are still
excellent law professors there. We have had the professor of
law at the Université de Montréal, Maître Fortin, who has
given us an excellent présentation, and I want to congratulate
him.

You don’t seem to be satisfied with the Bill-w-wc aren’!
happy with it either. The first thing I would like to know from
the members of the Canadian Bar Association is, you have
already appeared before this Committee and presented your
complaints. We studied them carefully and you were then to
meet with senior officials of the Department of Justice. I

and

you
iere,
se I
ome
cise,
ace.
‘IOLIS
:r of
1l t0
:’s a
and
z the
and
the
‘tain
him,
IS in

‘om-
:u et

’s to

22-6-1983 Affaires juridiques et constitutionnelles 66:33

[Texl]
tionnaires du ministère de la Justice. Je voudrais savoir si cela
a été fait et quel a été le résultat de cette rencontre.

M. Fortîer: Effectivement monsieur le sénateur, la rencontre
a eu lieu. Il y a eu des échanges extrêmement constructifs
entre certains membres du Barreau canadien et certains des
fonctionnaires du ministère de la Justice, qui oeuvrent sur S-33
depuis plusieurs années. A certains égards, je suis très heureux
de vous dire que certaines de nos premières observations ont
été retenues. A d’autres égards, on nous a dit: Nous sommes
très heureux d’entendre que vous allez maintenant étudier en
profondeur le projet de loi, nous avons hâte de voir le fruit de
vos études. J’espère que je n’ai pas commis un impair envers
les membres de votre comité mais dès vendredi dernier, en
même temps que nous faisions livrer ici les mémoires qui vous
ont été explicités aujourd’hui, des exemplaires étaient adressés
à mon ami le sous-ministre de la Justice, M‘ Roger Tassé. Je
l’avais rencontré quelques jours plus tôt et il était très heureux
de savoir que notre travail était parachevé. Il m’a laissé
entendre qu’il allait vouloir, au cours de I‘été pour suivre les
conversations avec le Barreau canadien.

Le sénateur Asselin: Le projet de loi que nous avons devant
nous n’a pas seulement des défauts, il a aussi des qualités. Le
fait que les procureurs généraux des provinces se soient enten-
dus pour que l’on présente un projet de loi sur Funiformité de
la loi de la preuve, je pense que c’ést un «plus» pour ceux qui
l’ont présenté. A la page 36, du mémoire du Barreau du
Québec, vous dites ceci:

La formation du groupe de travail qui a donné naissance
au projet de la Conférence sur l’uniformisation des lois au
Canada, Poricntation générale de ses travaux, le type de
discussions que l’on retrouve dans son rapport et la struc-
ture même du projet démontrent que l’aspect de la dualité
du système juridique au Canada, à cause du caractère
particulier de Phéritage de droit civil du Québec, n’a pas
fait l‘objet d’attention particulière.
Or, je suis au courant et les membres du comité le sont aussi,
que ce projet de loi a été soumis à l’attention du ministère de la
Justice du Québec qui l’a étudié attentivement. Il y a eu des
représentants du ministère de la Justice qui ont fait partie du
Groupé de travail. Est-ce que le Barreau de la province et le
Barreau canadien, c’ést un argument important lorsque vous
parlez de la dualité de la preuve au Québec—ont eu des
contacts avec le ministère de la Justice du Québec pour savoir
s‘ils sont encore en faveur du projet de loi. J’ai vu une lettre en
faveur du projet de loi.

M. Fortier: Peut-être que monsieur le bâtonnier Lebel
aurait quelques commentaires a faire à ce sujet; ensuite, je
voudrais ajouter quelques commentaires.

. M. Lebel: Sur cette question des consultations entre le
ministère de la Justice du Québec et le ministère de la Justice
du Canada, je pense que celui qui serait le plus en mesure de
répondre favorablement serait un des sous-ministres du
Québec. Nous avons eu effectivement un certain nombre de
contacts avec le ministère de la Justice au Québec.

Le sénateur Asselin: Au sujet de ce projet de loi?
2442l—2

{Traduction}
would like to know if there was a meeting and what the results
were.

Mr. Fortier: There was indeed a meeting, Senator. Extreme-
ly constructive exchanges took place between certain members
of the Canadian Bar and certain officials of the Department of
Justice, who have been working on Bill 8-33 for a number of
years now. In some areas, I am glad to be able to say, certain
of our first observations were adopted. In other areas, we were
told: “We’re very happy to hear that you’re going to study the
Bill in depth, we’re eager to see the results.” I hope I didn’t
commit a faux pas as far as the members of your Committee
are concerned, but last Friday, at the same time as we were
delivering the briefs that have been discussed here with you
today, copies were sent to my friend the Deputy Minister of
Justice, Mr. Roger Tassé. l had met him several days earlier
and he was very pleased to hear that our work was completed.
He gave me to understand that over the course of the summer
he would want to continue the discussions with the Canadian
Bar.

Senator Asselin: The Bill we have before us has virtues as
well as defects. The fact that the provincial Attorneys Gen all
agreed that a Bill on the uniformity of the Evideneé Act
should be brought in represents, I feel, a “plus” for the Bill’s
sponsors. On page 25 of the brief by the Quebec Bar, you say:

The structure of the working group that developed the
code adopted by the Uniform Law Conférence of Canada,
the general orientation of the group‘s work, the kind of
discussion found in its report and the very structure of the
Bill make it clear that the duality of the legal systems in
Canada, that results from the specific nature of the civil
law heritage in Quebec, was not given any particular
attention.
Now, I am aware, and the members of the Committee are too,
that this Bill was submitted to the Quebec Ministry of Justice,
which studied it closely. There were représentatives of the
Ministry of Justice on the Task Force. Have the Quebec and
Canadian Bars-this is an important point when you talk
about the duality of evidence in Quebec—had contacts with
the Quebec Ministry of Justice to find out if they still support
the Bill? I have myself seen a letter in support of the Bill.

Mr. Fortierz Perhaps Mr. Lebel, the Bâtonnier, could com-
ment on this subject and then I would like to add a few
remarks afterwards.

Mr. Lebel: On the question of consultations between the
Quebec Ministry of Justice and the Canadian Department of
Justice, I think that the person who would be best able to give
a favourable answer would be one of the provincial deputy
ministers. We did have a certain number of contacts with
Quebec’s Ministry of Justice.

Senator Asselin: About the Bill?

66:34

[Text]

M. Lebel: Oui, au sujet de ce projet de loi et au sujet des
procédures de consultation préalable. J’ai ntoi-ntéme eu l’occa—
sion, ces dernières semaines, de parler à certains des sous-
ministres. Il est clair qu’il y a eu de la consultation sur les
aspects de droit pénal et de droit criminel. La consultation est
intervenue surtout à ces niveaux. Il ne semble pas qu’elle ait
porté sur les aspects civils ou du moins que ces aspects civils
aient pu constituer une partie importante des discussions. Les
gens que j’ai rencontrés au ministère de la Justice au Québec
m’ont eu l’air somme toute assez surpris du résultat des
travaux de préparation de ce projet de loi, du moins quant à
l’aspect civil.

Le sénateur Deschatclets: Ceci peut être assez révélateur.
Lorsque le juge Pigeon a comparu devant nous, il nous a bien
dit qu’il s’était limité plutôt à la terminologie de la version
française et qu’il n’avait pas eu le temps d’entrer dans la
substance du projet de loi. Comme nous avions un juriste
remarquable devant nous, nous n’avons pas voulu le laisser se
sauver de cette façon sans essayer de le questionner quelque
peu. A un moment donné, il a consenti à nous faire la
déclaration qu’il était au courant des travaux du Groupe de
travail qui a précédé le projet de loi. Il a dit: Si vous voulez ma
réaction, c’ést que ce projet de loi S-33 va beaucoup plus loin
que les conclusions du Groupe de travail. J‘ai compris, à ce
moment-là que s’il y avait tant de personnes plus ou moins
unanimes, lors de l’étude du Groupe de travail, si ceux qui ont
rédigé le projet de loi sont allés au-delâ des conclusions du
Groupe de travail, c’ést la que vous les praticiens, un peu
partout à travers le pays, êtes arrivés et avez dit: Écoutez, cela
dépasse les cadres de ce qui avait été accepté là-bas.

M. Fortier: Je peux ajouter quelques commentaires à la
réponse que le bâtonnier Lebel a donnée à votre question,
sénateur Asselin, auparavant. Tout d’abord, j’ai participé à
certaines de ces discussions avec les gens en place à Québec. Je
suis d’accord avec le bâtonnier Lebel qu’il serait très intéres-
sant que vous leur posiez les questions. Néanmoins, le Groupe
de travail auquel le sénateur Deschatelets fait référence a
accouché d’un bouquin qu’il est intéressant de consulter, a la
page 598. Vous allez voir qu’avant d’adopter lavant-projet de
loi uniforme sur la preuve, vous retrouvez une petite déclara-
tion bien anodine: Un délégué du Québec signale la difficulté
dîntroduire dans la province une loi uniforme sur la preuve
alors qu’il existe déjà un Code civil et un code de procédure
civil. C’est la fin de la citation et la fin de la discussion sur cet
élément-là; le son de cloche du Québec. Alors, c’était simple-
ment pour ajouter a ce que le bâtonnier disait. Notre collègue,
M‘ Gérald Tremblay, aurait aussi quelque chose à dire sur ce
point.

Me Gerald Tremblay, Barreau du Québec: Je suis heureux
de m‘adresser particulièrement au sénateur Asselin avant qu’il
ne soit obligé de nous quitter. Effectivement, tout ceci est du
ouï-dire, mais dans lcs consultations qui suivent, quand on
regarde le Groupe de travail et la composition de notre comité,
on se rend compte que l’aval ou le consentement des procu-
reurs généraux et le travail actif des procureurs généraux des
diverses provinces, semble avoir été orienté du côté du renfor-
ccment des outils de la Couronne dans la poursuite et l’admi-

Légal and Constitutional Affairs

22-6-1983

[Traduction]

Mr. Lebel: Yes, about the Bill and about the preliminary
consultation procédures. I myself have had opportunities
during these past few weeks to talk to certain deputy ministers.
lt is clear that there has been consultation on the aspects of
penal and criminal law. Consultation has occurred mainly in
these areas. It doesn‘t appear that it has occurred with respect
to the civil aspects, or at least that the civil aspects were a
major part of the discussions. The people I met at the Ministry
cf Justice seemed to me in general quite surprised at the result
of the preparatory work on the Bill, at least as regards the civil
aspect.

Senator Descltatelets: That may be rather revealing. When
Mr. Justice Pigeon appeared before us he said he had restrict-
ed himself largely to the terminology of the French version and
that he hadn‘t had the time to go into the substance of the Bill.
With such a distinguished jurist before us we didn’t want him
to get out of it so easily, without trying to question him a little
further. Eventually he agreed to tell us that he was aware of
the work by the Task Force that preceded the Bill, and he said,
“If you want my réaction, l think that Bill S-33 goes very
much further than the conclusions of the Task Force. » At that
point I realized that if there were so many more or less
unanimous people, when the Task Force was doing its study, if
those who drafted the Bill went beyond the conclusions of the
Task Force, that was when you practising lawyers, just about
everywhere in the country, came along and said: Look, this is
going beyond what was accepted there.

Mr. Fortier: I would like to add a few words to the answer
that Mr. Lebel gave earlier to your question, Senator Asselin.
First of all, I took part in some of those discussions with
Quebec officials. I agree with Mr. Lebel that it would be very
interesting for you to question them. Nevertheless, the Task
Force to which Senator Deschatelets referred produced a
document that is worth consulting, page 598. You’ll see that
before adopting the draft Uniform Evidence Bill, there is a
bland little statement: a Quebec delegate points out the dif-
ficulty of introducing a Uniform Evidence Act into that prov-
ince when they already have a Civil Code and a Code of Civil
Procédure. That’s the end of the quote, and that’s the end of
the discussion on the issue, Qucbec’s side of the story. I just
wanted to add that to what the Bâtonnier had said. Our
colleague Mâitre Gérard Tremblay might also have something
to say about this.

Mr. Gérald Tremblay, Quebec Bar: I am glad to address
myselfspecifically to Senator Asselin before he has to leave us.
Basically all this is hear-say, but in the consultations that
follow, when you look at the Task Force and the make-up of
our committee, you realize that the endorsement or the con-
sent of the Attorneys Gen of the various provinces seems to
have been oriented toward reinforcement of the tools available
to the Crown in the application and administration of criminal
law. The section 3 that you have been discussing from the

Êâ

ary

ECÎ

22«6—l983 Affaires juridiques et constitutionnelles 66 :35

[Text]

nistration du droit criminel. L’article 3 auquel vous faisiez
allusion dès le début passe de façon anodine. C’est tellement de
cette manière que M‘ Ewaschuk le concevait, malgré le cri
d’alarme que j’avais lancé lors de ma dernière comparution,
qu’il a dit: Ça ne change rien, c’ést déjà comme cela, ce sera
toujours la même chose. A un moment donné, j’ai été très
inquiet; je me suis demandé: est-ce que c’est moi qui ne sais
pas lire? C’est pour cela que lors de la composition du comité,
nous sommes allés chercher des gens comme le juge Nadeau et
M. Ducharme que l’on cite à tour de bras. lls ont été les
co-auteurs du seul traité que nous avons en droit de la preuve
au Québec. Eux disent la même chose; si vous regardez dans
notre rapport les textes de jurisprudence précis, ils sont à
l’effet qu’en matière fédérale, nous allons nous mettre a appli-
quer les lois sur la preuve qui seront incluses là, plutôt que
d’appliquer les lois sur la preuve applicables en matière civile.

Un des points importants qu’il faudrait souligner. Dans le
texte que M. Ducharme avait produit pour nous, on rencontre
quelques petites inexactitudes en français, et là je suis certain
qu’il serait un peu gêné qu’un le cite car il est parti en vacances
et n‘a pas eu le temps de le retoucher. Il aurait voulu le revoir
pour corriger le français. Je peux vous donner quelques exem-
ples â titre d’illustration. ll mentionne l’exemple suivant, le
préalable; il nous dit que l’on retrouve un esprit anglo«saxon
derrière tout cela. Les dispositions sur la Loi de la preuve ne
s’appliquent pas à l’examen au préalable. Alors, dans le même
procès, l’on procédera à l’examen au préalable. Si on soulève
une objection à la preuve, nous allons devant le juge. Le juge
décide: dans ce cas-ci, je pense que c’est du ouï-dire admissible
ou non admissible, parce que le cas ne s’applique pas. Nous
allons revenir au Code civil du Québec. Le procès survient
trois ans après. C’est la même procédure. Là, le même type de
preuve va devenir admissible parce que le code de preuve
s’applique au Québec. Alors nous allons avoir deux régimes de
preuve différents à l’intérieur d’une même procédure. Cela n’a
aucune espèce de bon sens. La raison pour laquelle je vous dis
qu’il y a un élément angle-saxon derrière tout cela, C’est qu’en
matière de preuve, sous juridiction de common law, le préala-
ble ne fait pas partie du procès. Chez-nous, le préalable fait
automatiquement partie du procès. Eux, ils n’ont ricn à perdre
car ils recommencent au procès. lls décident après débat ce
qu’ils introduisent au procès provenant de l’examen au préala-
ble. Chez-nous, cela fait automatiquement partie du procès.
Vous aurez donc une preuve probablement illégale en vertu du
nouveau code, qui sera légalement en preuve parce qu’il aura
été obtenu au cours du préalable. C’est un exemple que je
voulais vous donner là-dessus.

Le sénateur Deschatelets: Est—ce que je peux poser une
question à M. Tremblay?

Le président: Une supplémentaire?

Le sénateur Deschatelets: C’est pour que tous les gens
autour de cette table saisissent bien ce que vous voulez dire,
selon l’article 3, concernant le champ d’application et c’est
important pour les gens du Québec. J’ai posé des questions à
un moment donné aux fonctionnaires du ministère de la Jus«
tice. On a dit: Lisez l’article 3 et les dispositions de l’article 4

[Traduction]

beginning went through perfectly smoothly. lt was so exactly
the way Mr. Ewaschuk conceived it, despite the alarm bell l
sounded at my last appearance, that he said, “lt doesn‘t
change anything, it‘s already that way, it’ll always be the same
thing.” At one point l was very disturbed—l said to myself,
“Maybe I’m the one who can‘t read?“ That’s why when we
came to make up the committee we looked for people like Mr.
Justice Nadeau and Mr. Ducharme, who are cited all the time.
They were the co-authors of the sole work we have on the rules
of evidence in Quebec. They said the same thing: if you look at
the exact jurisprudential texts in our report, they say in
essence that in federal cases we are going te apply the législa-
tion on evidence that will be included there, rather than
applying the législation on evidence that refers to civil matters.

One cf the important points that must be stressed is that in
the text that Mr. Ducharme produced for us there are a few
minor inaccuracies in the French, and l’m sure he would be
somewhat embarrassed to be qucted, because he went on
vacation and he didn’t have the time to make the finishing
touches. He would have wanted to go over it to correct the
French. l can give you some examples by way of illustration.
He mentions the following example, the examination of discov-
ery: he says there is an Angle-Saxon bias perceptible behind
all this. The provisions of the Evidence Act do not apply to the
examination for discovery. So in one trial there might oecur
during the examination for discovery an objection to the
evidence, and then we go before the judge. The judge decides
that in this particular case the hear-say evidence is or isn’!
admissible, because the case doesn’t apply. Back to the Quebec
Civil Code. The trial follows three years later. Same proce—
dure. This time the same type of evidence is going to be
admissible because the evidence code applies in Quebec. So we
would have two different systems of rules of evidence within
the same trial, which is absolutely senseless. The reason I say
there is an Anglo-Saxon bias in all this is that as far as
evidence is concerned, under common law, the examination for
discovery is not part of the trail. With us, it is automatically
part of the trial. In the other system they have nothing to lose
because they start over again at the trial-they decide after
discussion what evidence raised during the examination for
discovery will be admissible at the trial. With us, everything is
automatically part of the trial. So you will have evidence that
is probably illegal under the new code, which will be legal
evidence because it was obtained during the examination for
discovery. That‘s an example I wanted to draw to your
attention.

Senator Deschatelets: May I ask Mr. Tremblay a question’?

The Chairman: A supplementary?

Senator Deschatelets: Fm asking it so that everybody
around this table will be quite clear as to your meaning about
section 3 and the scope of its application—it’s important for
the people of Quebec. At one point l asked officials of the
Department of Justice and they said, “Read section 3 and the

66:36

[Taxi]

etc. .. C’est le statu quo. Même avec cela, je vous pose la
question. Il y a un litige aujourd’hui même, au Québec.

Le président: Est-ce que je peux vous interrompre, sénateur
Deschatelets, car le sénateur Asselin doit nous quitter.

Le sénateur Asselin: Je vous remercie, madame le président.
Au cours des auditions qui ont été tenues ici devant le comité
sur ce projet de loi, je me suis inquiété des droits fondamen-
taux de l’accusé. C’est peut-être par déformation profession-
nelle, car j’ai été dans ma jeunesse un avocat de province et j’ai
eu souventes fois à plaider devant le jury pour défendre des
accusés au criminel. Je me suis dit: si cette loi sur la preuve
venait en vigueur aujourd’hui—je veux savoir si je me trom»
pe-il y a tellement de contradictions au sujet des droits
fondamentaux des accusés qui sont niés dans ce projet de loi, je
crois que je n’aurais aucune chance à faire valoir les droits de
l’accusé et j’aurais de la difficulté à faire acquitter des accusés
tels que j’en ai déjà fait acquitter dans le passé. Est-ce que je
me trompe?

M. Fortin: Madame le président, honorables sénateurs,
cette question est fondamentale.

Le sénateur Asselin: C’est une question fondamentale, en
effet. Nous sommes ici pour protéger autant les droits des
accusés que ceux de la Couronne.

M. Fortin: Elle est fondamentale, cette question. Il m’est
difficile, bien sûr, de prophétiser, à supposer que la loi soit
adoptée telle quelle. Il y a des hypothèses et des_scénarios
possibles, dont le plus éventuel est le suivant: C’est que les
droits qui sont reconnus traditionnellement par le droit de la
preuve aux accusés font partie d’une société libre et démocrati-
que telle que celle que nous avons connue jusqu’à maintenant,
lls font partie de la notion de justice fondamentale qui est
reconnue par l’article l de la Charte. Toutes les dispositions de
la loi sur la preuve qui apportent des restrictions aux droits qui
sont maintenant reconnus à l’accusé seraient donc de ce fait
susceptibles d’être attaquées, au sens de leur validité constitu-
tionnelle, en fonction des droits et des garanties juridiques qui
sont énoncés dans la Constitution. Alors on peut penser que la
notion de justice fondamentale sera sauvegardée par les tribu-
naux, car ils sont pénétrés de ces principes. A supposer que les
risques soient minimes pour les droits dcs inculpés, est-ce qu’il
vaut la peine de donner ouverture à des batailles judiciaires
créées par des textes qui comportent des contradictions ou des
incertitudes sur des questions aussi fondamentales. Alors, vous
voyez l’état d’incertitude et de confusion qui va en suivre. Cela
va prendre des années à la jurisprudence avant que la pous-
sière, pour ainsi dire ainsi soulevée, arrive a se déposer un peu
pour que l’on se retrouve dans le système qui est celui consacré
par la tradition.

Mr. Fortier: lt may be intcresting, now that you have heard
from an academic, to hear from a practitioner who also is in
the heat of battle daily as you were, Senator Asselin, not so
many years ago. The question, Mr. Rosenberg, from Senator
Asselin was whether or not if Bill S-33 is adopted in the form
in which it presently stands, it would be more difficult to have
an accused found not guilty. l am summarizing his question as
best l can.

Legal and Constitutional Affairs

22-64983

[Traduction]

provisions of section 4, etc. it’s the status quo. » But even so
l’m asking you. There is a case in Quebec at this very moment.

The Chairman: May l interrupt you, Senator Deschatelets?
Senator Asselin has t0 leave us.

Senator Asselin: Thank you, Madam Chairman. ln the
course of the hearings that have been held here before this
Committee on this Bill, l have worried a great deal about the
fundamcntal rights of the accused. That may be a professional
bias, because in my youth I was a country lawyer and I often
had to plead before juries on behalf of people accused of
crimes. My view is-and l want to know if l’m right-there
are so many contradictions on the subject of the fundamcntal
rights of the accused, rights that are denied in this Bill, that I
don’t think I would have trouble getting an acquittal the way l
used to in the past. Am l mistaken?

Mr. Fortin: Madam Chairman, Honourable Senators, this
question is fundamcntal.

Senator Asselin: Yes indeed, it is a fundamcntal question.
We’re here to protect the rights cf the accused as much as the
rights of the Crown.

Mr. Fortin: The question is fundamental. Naturally it’s
difficult for me to prophesy, to say “what if“ the Bill were
adopted as it stands. There are possible scénarios and hypo-
theses, of which the most likely is this: the rights that have
traditionally been extended to the accused by the rules of
evidence are one aspect of a free and démocratie society such
as we have always known hitherto. They form part of the
concept of fundamcntal justice that is recognized in section l
of tlie Charter. All the provisions of the Evideneé Act that
introduce restrictions on rights which an accused person cur-
rently enjoys would for that reason probably be attacked on
the basis of their constitutionality, the legal rights and guaran»
tees set forth in thc Constitution. So it may bc that the concept
of fundamcntal justice will be safeguarded by the courts,
because they are imbued with these principles. But even if the
risks to the rights of the accused are minimal, is it worth it to
open the door to legal battles triggered by texts that contain
contradictions or uncertainties on such fundamcntal questions
as these? You can imagine the confusion and uncertainty that
would result. lt would take jurisprudence years for the dust to
settle, ifl may put it like that, and we found ourselves back in
the system hallowed by tradition.

M. Fortier: Puisque vous venez d’entendre un universitaire,
il serait peut-être intéressant d’écouter maintenant un prati-
cien qui est quotidiennement dans le feu de l’action, tout
comme vous l’étiez, sénateur Asselin, il n’y a pas si longtemps.
Monsieur Roscnberg, le sénateur Asselin voulait savoir s’il
serait plus difficile de faire en sorte qu’un accusé soit déclaré
non coupable, en admettant que le projet de loi S-33 soit

zept

the
t t0
tain
ions
that
;t t0
k in

tire,
‘atl-
tout
nps.

s’il
laré
soit

22-6-l983 Affaires juridiques et constitutionnelles 66 :37

[ 11m]

Mr. Rosenberg: That is a difficult question to answer in the
nbstract but you can pinpoint, as we tried to do in the paper,
certain provisions of the bill which appear to take away some
rights that the accused have, such as, shift the burden of proof
nround and that, of course, would make it more difficult for
thc accused to be found not guilty. He has a right to be found
not guilty if there is a reasonable doubt as to his guilt.
Anything that infringes on that means that you are going to
liuve an accused person who, even though the trier of fact is
not sure that he is guilty, nevertheless is going to be found
guilty. That is a concrete example. There are other provisions
wliereby there is a sliglit improvement in this bill, but when
you arc revising the law of evidence it is fair that you should
ask the drafters and Parliament to go as far as possible to
make it as fair as possible. That is why I highlighted the
problem of the accused’s criminal record. ln Canada we have a
dismal record of accused person being afraid to take the stand
because they are concerned that their criminal records will get
before the jury, be misused by the jury and préjudice tlieir
defence. Here was an opportunity to make it fairer for the
accused, but what has happened is that they have, in my view,
muddled thc attempt and not made it any fairer, or made but a
slight improvement. l hope that answers the question.

Le sénateur Asselin: J’ai de nombreuses autres questions,
mais étant donné que je dois partir… l am going to leave my
other questions to you, Senator Godfrey, and to others who
can ask them.

il y a une chose que je dois dire. Nous allons lire la brique
que vous nous avez donnée. Malheureusement, je n’ai pas eu le
temps de la lire cette nuit. Nous allons la relire et j’ai
l’impression que votre témoignage surement in?uer sur le
jugement que nous allons rendre quant à la validité ou l’adop-
tion du projet dc loi en question.

l am sorry to have to leave the committee, but l have to go
now.

Le sénateur Deschatelets: Est-ce que je peux poser des
questions, maintenant?

Le président: Non, c’est à M. Tremblay de répondre,
maintenant.

M. Tremblay: Je sais que la journée a été particulièrement
longue et je n’ai pas l’intention de m’étendre; surtout que de
votre côté, c’est la deuxième fois que vous avez à subir ce
martyre. J’essaierai de me limiter le plus possible. C’est d’au-
tant plus facile que j’ai été fort heureux d’apprendre que le
bâtonnier vient de lui-même ajouter du poids par sa représen-
tation, à l’ensemble des avocats du Québec.

J’ai eu à présider la formation de comités conjoints tout de
suite après la présentation de notre mémoire qui était tout
court, d’ailleurs, au cours du mois de mars et nous avons
évidemment été beaucoup plus loin et entre autres, pour
confirmer la portée que nous voyions à l’article 3, nous avions
fait appel, comme je l’ai dit, â des personnes ont la compétence

[Traduction]
adopté dans sa forme actuelle. Je résume sa question de mon
mieux.

M. Rosenberg: C’est une question à laquelle il est difficile de
répondre dans l’abstrait, mais vous pouvez mettre le doigt,
comme nous avons tenté de le faire dans le mémoire, sur
certaines dispositions du projet de loi qui semblent supprimer
certains droits dont jouit l’accusé, par exemple en déplaçant le
fardeau de la preuve; bien entendu, il serait alors plus difficile
à l’accusé d’être reconnu non coupable. ll a le droit d’être
reconnu non coupable s’il existe un doute raisonnable quant à
sa culpabilité. Si quoi que ce soit empiète sur ce droit, l’accusé
sera reconnu coupable même si le juge des faits n’est pas
certain qu’il le soit. C’est un exemple concret. ll existe d’autres
dispositions qui améliorent légèrement le projet de loi; mais
lorsque vous révisez le droit de la preuve, il est juste que vous
demandiez aux rédacteurs et au Parlement de faire tout en
leur pouvoir pour qu’il soit le plus juste possible. C’est pour-
quoi j’ai mis en lumière le problème du casier judiciaire de
l’accusé. Au Canada, nous avons un sombre dossier d’accusés
qui n’osent pas témoigner devant un tribunal, car ils craignent
que leur casier judiciaire soit mis à la disposition du jury, que
celui-ci en fasse un mauvais emploi et que leur casier nuise à
leur défense. Nous avions ici la possibilité de rendre la loi plus
juste pour l’accusé; mais ce qui est arrivé, â mon avis, c’est
qu’ils ont brouillé les cartes et ne l’ont pas rendue vraiment
plus juste, ou alors ils n’y ont apporté qu’une légère améliora-
tion. J’espère que cela répond à la question.

Senator Asselin: l have a lot of other questions, but since l
have to leave Je vais laisser le soin de poser mes autres
questions au sénateur Godfrey et à d’autres députés.

There is one thing I must say. We’re going to read the tome
you’ve given us. Unfortunately I won’t have the time to read it
tonight. We’ll re-read it, and l have the impression that your
testimony is going to have a strong influence on the opinion we
reach as to the validity or acceptability of this Bill.

Je regrette de devoir quitter le Comité, mais je suis obligé de
m’absenter.

Senator Deschatelets: May l ask some questions now’?
The Chairman: No, it’s Mr. Trcmblay‘s turn to answer.

Mr. Tremblay: I know the day has been a particularly long
one and l don’t intend to go on and on, especially since for you
this is the second time you’re had to endure this. I’ll try to be
as brief as possible, which will be quite easy, since l was happy
to learn that in his présentation the Bâtonnier has just put his
weiglit into the scales on the side of the avocates of Quebec.

l presided over the formation of the joint committees
immediately after the présentation of our brief, which was
indeed brief, in March, and we have obviously gone much
further, and among other things, to confirm the scope that we
say in section 3 we called upon, as l mcntioned, people of
indisputable compétence, and without bearing any ill-will

66:38

[Text]

ne fait aucunement l’ombre d’un doute, et sans aucune
méchanceté pour nos collègues de formation de common law
au ministère de la Justice, je les invite à lire entre autres, et il
est malheureusement non traduit, le texte que le professeur
Ducharme a préparé pour nos fins et que nous avons ici
aujourd’hui.

lfaspect qui nous frappe-»j’en ai parlé d’ailleurs à Me
Sopinka qui a malheureusement dû partir plus tôt——c’est qu’on
a au Québec un code de la preuve, dest-à-dire un Code civil; si
vous regardez les travaux de l’Office de révision du Code civil
auquel a fait allusion le bâtonnier Lebel, vous voyez un projet
de reforme du chapitre sur la preuve. Ce projet est écrit dans
une langue simple, limpide et absolument conforme au génie
latin qui préside à l’élaboration et à la pratique journalière du
droit dans la province de Québec et qui est je pense un
enrichissement culturel pour le Québec et pour le Canada.
Nous avons d’ailleurs mentionné que la Commission de la
réforme du droit elle-même, a Pintérieur de son mandat établi
par le législateur, devait s’assurer de maintenir cette dualité
juridique.

Nous nous retrouvons devant un texte où sont mêlés ensem-
ble les principes de droit criminel et les principes de droit civil.
ll en résulte un outil de travailmparce qu’un code de la preuve
en est un que l’on utilise tous les jours devant les tribuanux,
avec le résultat que l’outil de travail que nous avons pour nous,
civilistes, pratiquant au Québec, est rempli de notions qui n’ont
aucune espèce de résonance et aucune espèce de signification
cn droit civil.

Au Québec, où il n’y a plus de procès devant jury au civil
depuis belle lurette, entendre parler de «trier of the facts», et
«instructions from the trier of the law to the tricr of the facts»,
ça n’a aucune espèce de signification. C’est un texte lourd et
j’invite les membres du comité et les gens du ministère de la
Justice à lirc comment, en matière civile, il y a eu moyen de
faire des textes courts pour la rédaction d’un code, susceptible
de servir d‘outil de travail dans la province de Québec. Mais si
on est obligé, lorsqu’on fait à la fois du droit criminel et du
droit civil, d’inclure la présomption dïnnocenee, la preuve
circonstancielle et les instructions spécifiques en matière de
déclarations spontanées etc., etc., une attaque, et je n’utilise
pas ce mot là dans un terme péjoratif, mais ça devient un
accroc à Fintégrité du droit civil du Quebec, qui a toujours
servi les fins pour lesquelles il a été conçu, que ce soit comme
je disais la dernière fois, en matière fédérale civile ou en
matière provinciale.

On vous répète souvent, à vous les membres dcs deux
Chambres comme on le dit d’ailleurs à Quebec, que l’abus de
législation, ce n’est pas bon. On appelle ça «mischief rule». On
doit adopter une légilsation . ..

Le sénateur Deschatelets: . . . qui répond aux besoins.

M. Tremblay: Qui répond aux besoins, oui. Je peux vous
dire qu’il n’y a pas de clameur populaire, demandant au
fédéral de réviser le droit de la preuve en matière civile. C’est
pour ça que l’une de nos recommandations, sur lesquelles je
vais revenir tantôt, c’ést de ramener le projet dans sa forme
actuelle, parce qu‘on ne peut pas le bonifier dans le contexte,
et je vous répète cela parce que les dispositions sont imbriquées

Legal and Constitutional Affairs

22-64983

[Traduction]

toward our colleagues at the Department of Justice who were
trained in the common law tradition l would invite them to
read, among other itemswunfortunately it hasn’t been tran-
slated——the text prepared for us by Professor Ducharme,
which we have here with us today.

The aspect that strikes us-l have discussed this with Mr.
Sopinka, who unfortunately had to leave earlier»is that in
Quebec we have an evidence code, that is, thc Civil Code; if
you look at the work of the Office de révision du Code civil, to
which Mr, Lebel referred, you will sec a proposed reform
regarding evidence. This proposal is written in simple, clear
languagc that corresponds perfectly to the Latin spirit that
presides over drafting and the daily practice of law in the
Province of Quebec and is, in my view, a culturel enrichment
for Quebec and for Canada. We also said that the Law
Reform Commission itself, within the framework of the man-
date established by the Iegislator, ought to see that this legal
duality is maintained.

We find ourselves faced with a text in which the principles
of criminal law and the principles of civil law are mixed
together. The result is a working tool—because that’s what an
evidence code is, a working tool, and one that we use every day
before the courts—the result is that the working tool available
to those of us who were trained in the civil law tradition and
who work in Quebec, is full of concepts that evoke nothing and
have no significance in civil law.

In Quebec, where in civil cases we haven’t had trial by jury
in civil cases for ages, talk of “trier of the facts” and “instruc-
tions from the trier of the law to the trier of the facts” is
meaningless, The text is heavy going and l would invite the
members of the Committee and the staff of the Department of
Justice to read how in civil cases there was a way to make
short texts for the drafting of a code that could be used as a
working tool in the Province of Quebec. But if we are obliged,
when we do both criminal and civil law at the same time, to
include the presumption of innocence, circumstantial evidence
and the specific instructions on voluntary statements and so on
and so forth, an attack——and l’m not using the word in a
pejorative sense, but it becomes a problem for the integrity of
civil law in Quebec, which has always served the purposes for
which it was designed, in federal civil cases or in provincial
cases.

You Members of both Houses must often have been told, as
we are in Quebec, that an abuse of législation is not good. This
is known as the “mischief rule”. Legislation must be passed . . .

Senator Deschatelets: Which meets a need.

Mr. Tremblay: Which meets a need, ycs. I can assure you,
there’s no popular clamour for the federal government to
revise the rules of evidence in civil cases. That is why one of
our recommendations, to which l shall return in a moment, is
that the Bill in its present form be withdrawn, because it is
impossible to improve it in the context, and I repeat that to
you because the provisions are so closely woven into one

>83

6T6

l0
an-
rie,

22-6-1983 Affaires juridiques et constitutionnelles 66: 39

[Texl]
les unes dans les autres avec le résultat qu’il faut, avoir un
premier principe qui dit que le présent texte ne s’applique
qu’en matière criminelle seulement et à partir de là, on doit
démêler ce qu’il y a dans le projet qui s’adresse au droit ou à la
preuve en matière civile et à la preuve en matière criminelle.
Lorsque nous avons préparé ce mémoire, nous avons indiqué
au mois de mars, et nous le réltérons encore aujourd’hui, qu’il
est essentiel de jeter un regard beaucoup plus profond sur
l’impact en droit civil. Personnellement, à titre dejuriste de la
province de Québec, j’aimerais poursuivre ce processus de
consultation. La Commission de réforme du droit elle-même
s’était rendu compte du problème car dans son rapport sur la
preuve qui date de i975 si mon souvenir est exact, disait bien
ceci, à la page 36 et je cite:
Le Code ne gouvernera pas des domaines de compétence
fédérale comme le divorce et les brevets d’invention, les
lettres de change, etc. En effet, exception faite des problè»
mes posés par la détermination des limites constitutionnel-
les dans les affaires évoquées devant les tribunaux provin-
ciaux, la cour doit souvent traiter de l’une ou de l’autre
des questions comme ce qu’elle a fait avec les problèmes
qui relèvent de la compétence exclusive des provinces.
Ainsi, un individu peut dans une seule et même action
invoquer un recours contractuel et un recours prévu par la
loi des lettres de change. Pour éviter la possibilité qu’un
groupe de règles de preuve provincial et/un groupe de
règle de preuve fédéral s’applique à la même action, le
Code. . ,
et c’était à l’époque le premier projet de loi de la preuve
fédérale,
. . . le Code ne réglera pas ces instances.
Je pense qu’il faut revenir à la sagesse qu’avait manifesté à

l’époque la Commission de réforme du droit, Ceci m’amène, à
un autre aspect extrêmement important qui va être traité par
M° Guthrie. a la recommandation que l’on trouve à la page 47:
recommandation n » l: que le projet de loi sous sa forme
actuelle soit retiré; recommandation n° 2: qu’une consultation
générale soit organisée dans les meilleurs délais et que l’Asso-
ciation du Barreau canadien en fasse un des thèmes majeurs.
Cela ne concerne peut-être pas officiellement à proprement dit
le Sénat, mais je dis que l’Association du Barreau canadien,
dans un mémoire adressé aux deux bâtonniers le mentionne,
comme vous le voyez. C’est un congrès qui s’en vient au mois
d’août; j’aimerais bien en profiter pour en faire un débat au
sein de la profession.

Troisièmement, qu’une consultation plus spécifique soit
organisée auprès des juristes du Québec, pour obtenir leurs
vues quant aux effets qu’une législation générale pourrait avoir
dans les procédures sur la pratique du droit au Québec.

Quatrièmement, la recommandation dont parlait M‘ Fortin,
à savoir la diminution des droits de l’accusé et, cinq, finale-
ment, le texte français. Sur le texte français, en toute justice
pour mon bon ami M‘ Bertrand, qui malheureusement est
absent aujourd’hui—-—-j’aurais bien aimé qu’il soit ici présentw-il
a, et je sais qu’il est en train de travailler sur un texte français
qui me semble meilleur que celui qui est là, mais il est quand
même encore largement insuffisant et je pense que je peux

{Traduction}

another that what is needed is a preliminary principle that
states that the text applies only in criminal cases, and on that
basis anything in it that deals with civil law or evidence should
be disentangled from anything that deals with evidence in
criminal cases.

When we prepared this brief, we indicated back in March
and we repeat today, that it is essential to study in much
greater depth the impact on civil law. Personally, as a Quebec
jurist, l would like to continue the process of consultation. The
Law Reform Commission itself was aware of the problem,
because in its Report on Evidence, which dates back to 1975 if
my memory serves me, it said, regarding section 86, and l
quote:

The Code has not been extended to such matters of
federal jurisdiction as divorce, patents, bills of exchange
and so on, because, apart from problems of determining
constitutional boundaries in cases arising before provin-
cial courts, these matters must frequcntly be dealt with in
conjunction with matters over which the provinces have
exclusive jurisdiction, For example, a person may in the
same action seek both a contractual remedy and one
under the Bills of Exchange Act. To avoid the possibility
of two sets of evidence rules, federal and provincial,
applying in the same action, the Code——

and this was at the time of the first federal evidence billw

the Code was not made applicable to these proceedings.

l think we have to go back to the good sense that was shown
at that time by the Law Reform Commission. This leads me to
another extremely important aspect, which is going to be dealt
with by Mr. Guthrie, the reeommendation you will find on
page 32: Recommendation One, That the Bill in its present
form be withdrawn; Recommendation Two, That a general
consultation with Canadian legal experts be organized as soon
as possible, and that the Canadian Bar Association make this
one of the major themes of its next congress. This perhaps
doesn’t concern thc Sonate offieially, properly speaking, but l
would like to say that the Canadian Bar Association mentions
it in a brief to the two Bâtonniers, as you can see. The congress
takes place in August, and l would likc to take advantage of it
to conduct a dcbate within the profession.

Thrce, That a more specific consultation bc organized with
Quebec legal experts, to obtain their views as to the affects
that general législation on evidence in civil proceedings could
have on thc practice of law in Quebec.

Four, and this is the recommendation Mr. Fortin was talk-
ing about, the réduction of the rights of the accused, and Five,
the French text. On ithe subject of the French text, in all
fairness to my good friend Mr. Bertrand, who unfortunately
could not be with us today ———— –I wish hc were hereühe has, and
l know that he’s in the process of working on a French text
that seems to me to be better than the one we have here, but it
is still largely inadéquate nonetheless and I think l can tell you

66:40

[Texl]

vous dire pourquoi. C’est qu’il dénote toujours la même menta-
lité dont vous a parle le juge Pigeon quand il était venu devant
vous, à savoir le refus d’utiliser une expression nouvelle et pour
utiliser son exemple, pour décrire un éléphant en Inuit, parce
qu’il n’y a pas deléphants dans le Grand Nord—c’est la même
chose. Le droit civil en français, s’il n’y a pas d’expression en
France comme preuvc circonstancielle, appelons un éléphant
par son nom, et appelons «preuve circonstancielle» de la preuve
circonstancielle au Canada. Le doute raisonnable, C’est la
même chose.

Alors, c‘est dans ce contexte, et la-dessus encore une fois,
dans la foulée de ce qu’a dit mon bâtonnier, je pense que nous
sommes prêts, le Barreau du Québec, à offrir notre collabora-
tion la plus entière. Je pense que ce serait extrêmement plus
utile avant que cela n’atteigne la forme de projet de loi comme
celui que nous avons devant nous, où on est obligé de faire des
commentaires en public, ce qui blesse peut-être certaines gens
qui ont travaillé très fortwet, nous invitons fortement les
personnes au ministère de la Justice à nous soumettre leur
avant-projet, avant qu’il n’atteigne le stade où il est mainte-
nant. J‘aurais beaucoup plus à dire, mais il est déjà tard et je
vous remercie beaucoup de votre attention.

Le sénateur Desehatelets: Maître Tremblay. dans votre
première recommandation, vous dites que vous aimeriez que
l‘on retire ce projet de loi.

M. Tremblay: Oui, sénateur.

Le sénateur Deschatelets: Vous dites aussi que vous aime-
riez avoir un délai pour creuser de plus en plus, peut-être
rencontrer les fonctionnaires du ministère de la Justice et
essayer de couper les coins et le reste. Mais si ce projet était
déposé sur la tablette pendant quelque temps, disons six mois,
est—ce que l’effet serait le même?

M. Tremblay: Je pense que si l‘on se donnait tous ensemble
un peu de «breatlting space», vous parlez de six mois, cela me
semble un délai plus raisonnable qu’un mois, mais un an serait
encore mieux. Cependant, je pense qu’un délai de six mois
nous permettrait de redistribuer à Fensemble de la profession
le projet de loi ainsi que notre mémoire à Pensemble de la
profession et de consulter nos membres de façon à ce que l‘on
puisse faire part de nos commentaires au ministère de la
Justice avant que cela atteigne le stade que le présent projet
S—33 avait atteint. Mais je ne sais pas si le comité…

Le président: Merci, M‘ Tremblay. Honourable senators, l
believe we have one further witness.

Mr. Fortier: Yes, but perhaps you would prefer not to hear
him,

The Chairman: Mr. Guthrie has been patient all this time,
and l think we should hear him.

Mr. Fortier: l am grateful to you, Madam Chairman. Mr.
Guthrie has travelled from Montreal. He is an expert in the
domain and has been a longstanding and active member of the
Law, Science and Technology Committee of the Canadian Bar
Association. He told me at noon that he could expound the
views of his committee on Bill S-33 in l0 or l5 minutes.

Lcgal and Constitutional Affairs

22-6-1983

[Traduction]

why. lt‘s because it still displays the same mentality that Mr.
Justice Pigeon spoke to you about when he appeared before
you, that is, the refusal to use a new expression-te borrow his
example, to describe an elephant in the language of the Inuit,
you need a new expression, because there are no elephants in
the l-ligh Arctie——it‘s the same thing, In French civil law, if
there’s no such thing in France as “preuve circonstancielle”, in
Canada let‘s call an elephant an elephant and call “circum-
stantial evidence » “preuve circonstancielle”. The same applies
to “reasonable doubt ».

S0 in this context, and in the same vein as the Bâtonnier, l
think that we, the Bar of Quebec, are ready to offer our
whole-hearted co-operation. I think it would be much more
useful before a proposa! reaehes the stage of a Bill like the one
we have before us, where we have to get up and make
comments in public that may perhaps hurt people who have
worked very hard on it-we urge the people at the Department
of Justice to let us study their draft Bill, before it gets to the
stage it has reached now. l could say a lot more, but it‘s
already late and l thank you for your attention.

Senator Dcschatelets: Mr. Tremblay. in your first recom-
mendation you say you would like thc Bill to be withdrawn.

Mr. Tremblay: Yes.

Senator Desehatelets: You also say you would like more
time to consider the matter in greater depth, perhaps to meet
with officials of the Department of Justice and try to untangle
things and so on, What if the Bill were put on a back burner
for a while, say six months, would the effect be the same?

Mr. Tremblay: l think that if we all had a bit of breathing
space—you spoke of six months, which seems to me to be more
reasonable than one month, but a year would be even better.
Nonetheless, I think that a six-month delay would enable us to
redistribute the Bill to the profession at large, and our brief as
well, and to consult our members so that we could pass our
comments along to the Department of Justice before it reaches
the stage that Bill 8-33 has reached. But 1 don’t know if the
committee . . .

The Chairman: Thank you, Mr. Tremblay. Honorables
sénateurs, je crois que nous avons un autre témoin à entendre.

M. Fortier: Oui, mais peut-être préféreriez-vous ne pas
Fentendre.

Le président: Puisque M. Guthrie a patienté pendant tout ce
temps, je pense que nous devrions Pentendre.

M. Fortier: Je vous suis reconnaissant, madame le président.
M. Guthrie s’est déplacé de Montréal. C’est un expert dans le
domaine, qui est depuis longtemps membre actif du Comité
sur le droit, la science et la technologie de l’Association du
Barreau canadien. Il m’a dit ce midi qu’il pourrait exposer en
dix ou quinze minutes les vues de son comité sur le projet de
loi S-33.

ore
eet

gle
11C!‘

ing
0T8
ter.
ï t0
‘ as
3U!‘
hes
the

22-6-l983 Affairesjuridiques et constitutionnelles 66 : 4l

[T ext]

Mr. Derek Guthrie, Member of the Law, Science and
Teehnology Committee, Canadian Bar Association: Madam
Chairman and honourable senators, I am happy to say that I
do not believe that the définition of a computer, which does
not even appear in Bill S-33, would be a problem either under
common law or under civil law; and if it were, it would be the
same problem.

My remarks will be brief and will be limited to an area
rather speeialized and highly technical. l suggest that honour-
able senators refer strictly to the définition of “record » in
clause 2, the “interpretation” clause 130 and the “Business
and Government Records” clause 152 to 158. That is the area
about which I shall have something to say.

First, l do not believe, and neither does the Law, Science
and Technology Committee, that our present court system and
our present system of evidence cannot handle any of the
evidentiary problems that we are running into today with
computer printouts, or whatever other word we choose to apply
to computer generated business records. The problem has not
been the ability of our existing law to handle the matter, but
the problem, like everything else related to computer matters,
is the volume and speed with which these kinds of difficulties
arise, including the number of times that commercial enter-
prises and financial institutions are now called upon to produee
computer generated records. So we want to make it clear that
we do not believe that any special status should be given to
computer gcnerated records per se. What we feel should be
brought to the attention of honourable senators are perhaps
two basic principles with respect to the criteria for admissibili-
ty of computer generated business records.

Honourable senators have heard several days of testimony
from other bodies, such as the Canadian Bankers’ Association.
Our committee has reviewed that testimony and thereof we
shall not repeat it. However, with respect to admissibility, it
has been suggested that financial institutions, if not all busi-
nesses, as presently defined in Bill S-33 should be permitted
under certain circumstances to introduce their computer gen-
erated records with certain exceptions, which would perhaps
prohibit or limit cross examination of the party who presented
the records.

The idea that we would like to put across is that historically
financial institutions, with respect to the présentation of their
business records, have had a status of their own, and we do not
suggest that that status should change. However, when it
comes to computer generated evidence, all o! » us are about to
enter, or have already entered, an era where what we knew
about computer evidence l0 years age may go out of the
window in the next two or three years. In saying that, l mean
that most computer generated business records that have
worked their way into the court system over the past 10 years
came from extremely large and complex computer systems,
where usually there were three, five, ten or hundreds of people
who had some aspect of feeding, storing, processing and

[Traduction]

M. Derek Guthrie, membre du comité sur le droit, la
science et la technologie (Association du Barreau canadien):
Madame le président, honorables sénateurs, je suis heureux de
dire que je ne crois pas que la définition d’ordinateur, qui ne
figure même pas dans le projet de loi 8-33, poserait un
problème, qu’il s’agisse de common law ou de droit civil; ct si
cela en posait un, le problème, ce serait le même.

Mes observations seront brèves et se limiteront à un
domaine plutôt spécialisé et hautement technique. Je propose
que les honorables sénateurs se reportent strictement à la
définition de «document» donnée à l’article 2, à l’articlc l30
sous la rubrique «Définitions» et aux articles 152 à 158 sous la
rubrique «Documents des secteurs public ou privé». C’est le
sujet dont je voudrais vous entretenir.

Tout d‘abord, ni le Comité sur le droit. la science et la
technologie, ni moi-même, ne croyons que notre système judi-
ciaire et notre régime de la preuve actuels ne puissent pas
affronter quelque problème de preuve auquel nous puissions
nous heurter aujourd’hui à cause des imprimés dbrdinateur, si
c’est le terme que nous décidions d’employer en parlant de
documents professionnels établis par ordinateur. Le problème,
ce n’est pas que le droit existant ne permet pas de régler la
question; comme tout ce qui concerne les questions d’informa-
tique, le problème, C’est le volume de documents et la rapidité
avec laquelle ce genre de difficultés surgissent, y compris le
nombre de fois que des entreprises commerciales et des institu-
tions financières sont appelées aujourd’hui à produire des
documents établis par ordinateur. Nous désirons donc qu’il soit
clairement établi que nous ne croyons pas qu’il faudrait accor-
der un statut spécial aux documents établis par ordinateur. A
notre avis, ce qu’il faudrait signaler aux honorables sénateurs,
ce sont deux principes fondamentaux qui concernent les critè-
res de recevabilité de ces documents.

Les honorables sénateurs ont entendu pendant plusieurs
jours les témoignages d’autres organismes, comme, l’Associa-
tion des banquiers canadiens. Notre comité a examiné son
témoignage; il ne le reprendra done pas. Toutefois, en ce qui
concerne la recevabilité, on a laissé entendre que les institu-
tions financières, sinon toutes les entreprises définies actuelle-
ment dans la projet de loi S-33, devraient avoir la permission,
dans certains cas, de présenter leurs documents établis par
ordinateur, sauf quelques exceptions, ce qui empêcherait peut-
être dans une certains mesure de contre-interroger la partie qui
les a présentés.

L‘idée que nous voulons transmettre, C’est que, de tout
temps, les institutions financières ont possédé un statut parti-
culier en ce qui concerne la présentation de leurs documents
professionnels; et nous ne laissons pas entendre que ce statut
evurait changer. Toutefois, lorsqu’il s’agit de preuves émanent
dbrdinateurs, nous sommes tous sur le point d’entrer, si ce
n’est déjà fait, dans une ère où les connaissances que nous
possédions il y a dix ans au sujet de la preuve informatisée
seront peut-être dépassées dans les deux ou trois prochaines
années. Je veux dire par la que la plupart des documents
professionnels établis par ordinateur qui ont circulé dans le
système judiciaire pendant les dix dernières années provevaient
de systèmes informatiques extrêmement imposants et com-

66:42

[Text]

withdrawing business records from major systems. There was
safety in numbers in terms of the aecuracy of the final output
of the system. Yes, there were areas for error, itiechanical
errors, that is true, but most of those mechanical problems
have been cured by the advancement of technology in the last
few years.

We are now entering thc stage where many cf us may have
micro or personal computers. Perhaps many persons in this
room may have one, in his or her home or on a desk at work,
or, if not, your_ children may have one, or your children’s
children may eventually have one. The so—called microcomput-
ers, the personal computers, function in exactly the same
manner as the large computers of the ehartered banks or large
corporate organizations. l-lowever, the facility with which a
small microcomputer, and the data in it, can be manipulated is
extraordinary in comparison with the large systems used by
banks and corporations. The difficulty that we see is that if we
eliminate or severely limit the normal critcria for présentation
of business records to simply filing a computer printout, the
reliability and trustworthiness that we have been used to over
the last 10 years in large institutions may not be the same, for
example, for a small professional or a small businessman, all of
which are caught within the present definition of business and
business records in Bill S-33. It is very simple for a mini—com—
puter to produee a printout. The program and even the storage
method can be changed overnight. So we feel that somewhere
in the redrafting of Bill S-33 there should perhaps be a method
of segregating or differentiating business records coming from
large complex computer systems as opposed to business
records coming from a S3000 or 310,000 small personal com-
puter which can be fed, programmed and changed overnight.
lt is not the computer or the printout that causes the problem
it is human—and l will not use the phrase “human error”»
ingenuity that is capable of producing a printout which might
or might not reflect what was in the memory of that particular
computer at the time.

The second basic principle that we would like to suggest
again involves business records of financial institutions and
large corporations. lt is one thing to suggest that those finan-
cial institutions and business corporations should have special
rules with respect to the introduction of their computer system
printouts when, in fact, the reason for having to produee the
printouts is because one or more parties, who have absolutely
no intercst with respect to the bank or institution have merely
subpoened, for example, a computer printout of a bank
account. The bank has no intercst. It does not know the party
who subpoened them and could not care less. In those situa-
tions we appreciate and support the position taken by the
Canadian Bankers‘ Association in that they feel that it should

Legal and Constitutional Affairs

22-6-1983

[Traduction]

plexes, et que, habituellement, trois, cinq, dix ou cent person-
nes étaient chargées d’alimenter, de stocker ou de traiter les
documents professionnels, ou de les extraire des principaux
systèmes. Le nombre d‘intervenants garantissait dans une cer-
taine mesure la précision de ce qui sortait finalement du
système. Il est vrai que des erreurs d‘ordre mécanique n’étaient
pas absentes, mais la plupart de ces problèmes ont été réglés
grâce aux progrès de la technologie réalisés ces dernières
années.

Nous en sommes actuellement à l‘étape où bon nombre
d’entre nous possèdent peut-être des micro—ordinateurs ou des
ordinateurs individuels. Il se peut que plusieurs personnes dans
cette salle en possèdent un, soit chez elles, soit sur leur bureau;
sinon, peut-être que leurs enfants en possèdent un ou que leurs
petits-enfants en possèderont un plus tard. Ce qu’en appelle les
microordinateurs, ou ordinateurs individuels, fonctionnent
exactement de la même façon que les gros ordinateurs des
banques a charte ou des grandes sociétés. Toutefois, la facilité
avec laquelle un micro-ordinateur et les données qui y sont
enregistrées peuvent être manipulés est extraordinaire compa-
rativement aux gros systèmes qu’utilisent les banques et les
sociétés. La difficulté que nous entrevoyons, c’ést que, si nous
éliminons les critères habituels de présentation de documents
professionnels, ou si nous les limitons sévèrement de sorte qu’il
suffise de présenter un imprimé dbrdinateur, la fiabilité et la
véracité auxquelles nous avons été habitués au cours des dix
dernières années chez les grosses institutions ne seront peut-
être pas les mêmes, par exemple, chez un professionnel ou un
homme d’affaires d’une petite entreprise, qui sont tous visés
par la définition «d’activité» et de «documents professionnels»
donnée actuellement dans le projet de loi S—33. ll est très
simple d’établir un imprimé à l’aide d’un mini-ordinateur. Le
programme, voire la méthode de stockage, peut être modifié en
une nuit. Nous sommes donc d’avis que, dans la reformulation
du projet de loi 8-33, il faudrait peut-être prévoir une méthode
permettant d’établir une distinction entre les documents pro-
fessionnels émanant de gros systèmes informatiques complexes
et les documents professionnels provenant d’un petit ordinateur
individuel de 30005 ou 10000 S, qui peut être alimenté,
programmé et modifié en une nuit. Ce n’est pas l‘ordinateur ou
l‘imprimé qui cause des problèmes; c’ést Pingéniosité humai»
ne———je n’cmploierai pas Pexpression «erreur humaine»—— qui
permet de produire un imprimé qui peut re?éter ou non les
données enregistrées dans la mémoire de ce même ordinateur à
un moment donné.

Le second principe fondamental dont nous voudrions parler
concerne aussi les documents professionnels d’institutions
financières et de grosses sociétés. C’est une chose de suggérer
que ces institutions financières et ces sociétés commerciales
disposent de règles spéciales pour la présentation de leurs
imprimés d’ordinateur, lorsque, à vrai dire, elles doivent les
présenter parce qu’une ou plusieurs parties, qui ne manifestent
absolument aucun intérêt pour la banque ou Pinstitution, ont
tout simplement cité cette dernière à comparaître, lui enjoi-
gnant de produire, par exemple, un imprimé dbrdinateur d’un
compte bancaire. La banque n’a aucun intérêt dans l’affaire.
Elle ne connaît pas la partie qui l’a citée à comparaître, et peu
lui importe, Dans ces situations, nous comprenons et appuyons

22-6-1983 Affaires juridiques et constitutionnelles 66 :43

[Text]

not be necessary that a person or persons from the bank or any
other large institution should have to appear in court and go
through a complete method of procedure to allow printouts to
be admitted.

However, we feel that the situation changes when you have
an adversarial situation. Let us make the example simple. Let
us take a situation where two banks are litigating over a
substantial sum of money involving millions ofdo1lars—Bank l
versus Bank ll. Subpoenas have gone out and it is relevant to
have the record or records of a particular bank or a portion of
that bank’s opérations submitted. To simply allow the printout
of that particular bank record in, 1 think, might cause some
interesting questions to be asked by the other bank. What we
are trying to say is that in an adversarial situation we do not
feel we should have the sarne simplification of the rules of the
production of computer printout evidence.

I have just made two general comments. I would like to
make briefly two or three specific but rather technical com-
ments which I hope will aid in the redrafting of Bill S-33. 1
refer you to the définition of “record” which appears in clause
2 of the bill. It seems to go part way and then stops with
respect to expanding what we all know as a book, a writing or
a document. lt goes on and refers to a card, a tape and stops
there. We think that if it was going to start to give examples of
these rather esoteric methods of recording information it
should have gone on and used dise, drum, chip, you name it.
But then the definition comes back and says, “or other thing
on, in or by means of which data or information is written,
recorded, stored or reproduced,” We feel that it is unwise to
start an enumeration of the various surfaces or objects upon
which data can be stored unless you are going to be complete.
We feel that the définition of “record” should be made more
general without referring to specific objects. A suggested
definition for “record » was given by my colleague, Mr.
Charles Maclntosh, before a hearing of the House of Com-
mons Sub-committee on Computer Crime on June 8, 1983.
We support this definition, which is found at page 16:11 of the
Minutes ofProceedings of the committee. It reads:

“Record” means any information set down in handwrit-
ing, drawing, typewriting, printing, photostating, photo-
graphing, magnetic impulse, mechanical or electronie
recording, or other manner of setting down information
for the purpose of data compilation and storage, and
includes a printout from a computer of similar device in a
form which may be understood whether the printout is the
result of a process of data retrieval or a rcplica of data
stored.
The method of recording is referring to in the definition but
not the surface or the substance.
The second technical point is with regard to clause 130 of
Bill S-33, which deals with the définitions of “duplicate » and

[Traduction]

la position adoptée par l’Association des banquiers canadiens,
qui estime qu’un ou plusieurs représentants de la banque ou de
toute autre grosse institution ne devraient pas être tenus de
comparaître devant un tribunal et de subir toutes les formalités
afin que des imprimés soient admis en preuve.

Cependant, nous sommes d’avis que la situation n’est pas la
même lorsque deux parties s’opposent 1’une à l’autre. Prenons
un exemple simple. Admettons que deux banques-«la banque I
et la banque II-contestent une somme d’argent totalisant
plusieurs millions de dollars. Des citations à comparaître leur
ont été envoyées, et il convient que des registres de 1’une d‘elles
ou d’une partie de ses activités soient présentés. Si l‘on admet-
tait simplement Pimprimé du registre de cette banque. Je
pense que l’autre banque pourrait alors être en mesure de
poser certaines questions intéressantes. Là où nous voulons en
venir, c’ést que nous ne pensons pas que les règles de produc-
tion dîmprimés d’ordinateur en preuve devraient être aussi
simples dans ce cas.

Je viens de formuler deux observations générales. Je vou-
drais faire brièvement deux ou trois observations précises, mais
plutôt techniques qui, je Pcspère, aideront à reformuler le
projet de loi S-33. Je vous prie de vous reporter à la définition
du terme «document» qui figure à l’artic1e 2 du projet de loi.
On semble se rendre à mi-chemin, puis on s’arrête pour parler
d’un livre, d’un écrit ou d’un texte, que nous connaissons tous.
On fait ensuite allusion à une fiche, une bande et on s’arrête
là. Nous pensons que si on avait voulu commencer à donner
des exemples de ces méthodes plutôt ésotériques d’enregistre-
ment de Finformation, on aurait dû poursuivre et mentionner
les termes «disque», «tambour», «microplaquctte», et quoi
encore. Mais on reprend la définition ainsi: «ou de tout autre
objet comportant des éléments dînformation ou constituant
leur support ou le moyen de leur inscription, enregistrement,
stockage ou reproduction». Nous sommes d’avis qu’il n’est pas
bon deacommencer à énumérer les divers objets ou surfaces sur
lesquels des données peuvent être stockées, à moins que cette
énumération ne soit complète. Nous pensons que la définition
du terme «document» devrait être plus générale et ne pas citer
des objets précis. Un de mes collègues, M. Charles Maclntosh,
a suggéré une définition de ce terme au cours d’un témoignage
présenté le 8 juin 1983 devant le Sous-comité de la Chambre
des communes sur les infractions relatives aux ordinateurs.
Nous souscrivons à cette définition, qui figure à la page 16:11
des Procès-verbaux du Comité. Elle se lit ainsi:

«Dossier» signifie toute information consignée par écrit,
par dessin, par dactylographie, par impression, par photo-
copie, par photographie, par impulsion magnétique, par
enregistrement mécanique ou électronique, ou par tout
autre moyen utilisé pour compiler et emmagasiner des
informations, et cela inclut également les imprimés d‘ordi-
nateur, ou tout dispositif similaire, que cet imprimé soit
Paboutissement d’un exercice de repérage ou de duplica-
tion des données ernmagasinées.
Dans la définition, on fait allusion à 1a méthode d’enregistrc-
ment, mais non pas à la surface ou à la substance utilisée.
Le deuxième point technique que je désire souligner portc
sur l’article 130 du projet de loi S-33, qui définit les termes

66:44

[Texl]

“original ». We see certain difficulties because the words are
used rather indiscriminately. Words such as “duplicate”,
“reproduction », and “facsimile” are found in clause 130. A
few clauses further on, in clause 156, we find the expression
“duplicate or copy ». lt seems to us that words such as “dupli-
cate », “copy”, “reproduction”, and “facsimile » when used
indiscriminately may create problems of interpretation for the
lawyers and the judges. We feel that the use of possibly one or,
at the most, two expressions—wliether it be “duplicate”,
“copy”, “reproduction” or “facsimile » would be wise. This will
be found throughout.

The third technical point that we would like to raise is with
respect to the definition of “duplicate » in clause 130. We see
the expression “means a reproduction” and it goes on until we
come to “by chemical reproduction or by other équivalent
technique that accurately reproduces the original”. The use of
the word “equivalent » is rather puzzling. Does it mean that in
the future when some new technology invents a new method
for accurately reproducing the original, which is the crucial
expression, that new technique must be équivalent to electronic
rerecording or chemical reproduction? It seems to us that
technology will come up with whatevcr new devices and meth-
ods it will come up with, and it is outside our control and that
it does not necessarily have to be made “équivalent to electron-
ic rereeording, mechanical rerecording or chemical reproduc-
tion’, if it accurately reproduces the original. So we question
the necessity of the word “équivalent”.

Madam Chairman, those are my remarks for this evening,
although we would hope that, if there is an opportunity to be
inyolved in redrafting, members of my committee will be
involved.

The Chairman: I can tell you that we have received testimo-
ny from the Canadian Payments Association on these points
and that tomorrow we will hear from the Association of
Records Managers and Administrators who, I am sure, will be
raising some of the same conccrns you expressed today. l am
sure that they will be dealt with in the course of the révision.

Senator Godfrey: One of the witnesses mcntioned that he
hoped it would take no longer than six months. Due to
experience in the past, I can assure you that it will be a lot
longer than that. 1 moved second reading of the Trademarks
bill in 1979, for example, and it has not yet come back; the
Bankruptcy Act was considered by a Senate committee in
1976 and_it is not yet passed; I could go on and on. I am quite
sure that the department will be examining all of the represen-
tations you have made and that it will make a serious effort at
consultation.

Some time ago we had a Professor Schiff appear before us.
He is against any evidence act at all. What l am really
interested in is this, and for the moment I am reflecting only
on the view of the common law provinces and would like to
treat Quebec differently in this regard: provided there is
proper drafting of a bill, and so on, is the position of the
Canadian Bar Association for against having an evidence act’!

Legal and Constitutional Affairs

22-6-1983

[Traduction]

«double» et «original». Nous prévoyons certaines difficultés, car
ces termes sont employés plutôt au hasard. On trouve à
l’article 130 des termes tels que «double» et «reproduction».
Plus loin, à l’article 156, on trouve Fexpression «double ou
copie». l1 nous semble que, lorsqu’ils sont employés au hasard,
des termes tels que «double», «copie» et «reproduction» risquent
de créer des problèmes dïnterprétation pour les avocats et les
juges. Nous pensons qu’il serait plus judicieux d‘employer,
dans la mesure du possible, une ou, au plus, deux expressions
telles que «double», «copie» ou «reproduction». On les trouvera
un peu partout dans le texte.

Le troisième point technique que nous voudrions soulever
concerne la définition du terme «double» donnée à l’article 130.
Nous y trouvons Pexpression «Double provenant», puis nous
arrivons plus loin à ceci: «par reproduction chimique ou par un
autre procédé équivalent propre a assurer une reproduction
fidèle de Poriginal ». L’emploi du terme «équivalent» est plutôt
curieux. Cela veut-il dire qu’à l‘avenir, lorsque de nouvelles
techniques permettront d’inventer une méthode de reproduc-
tion fidèle de l’original, qui constitue Fexpression cruciale,
cette nouvelle méthode devra être équivalente à un enregistre-
ment électronique ou à une reproduction chimique? Il nous
semble que, quels que soient les dispositifs et les méthodes que
la technologie permettra d’inventer, comme ils sont indépen-
dants de notre volonté, ils ne doivent pas être nécessairement
«équivalents à un enregistrement électronique, à un enregistre-
ment mécanique ou à une reproduction chimique» pour assurer
une reproduction fidèle de Foriginal. Nous doutons que le mot
«équivalent» soit nécessaire.

Madame le président, c’ést tout ce que j’ai à dire ce soir,
bien que nous espérons que les membres de mon Comité seront
invités à participer à la rédaction d’un nouveau projet de loi,
s’il y a lieu.

Le président: Je peux vous dire que nous avons entendu les
témoignages de l’Association canadienne des paiements à cet
égard et que, demain, nous entendrons ceux des représentants
de la Association of Records Managers and Adminisrrators
qui, j’en suis sûre, évoqueront certaines des préoccupations que
vous avez exprimées aujourd‘hui. On en tiendra sûrement
compte lors de la révision du projet de loi.

Le sénateur Godfrey: Un des témoins a dit espérer que cela
ne prendrait pas plus de six mois. Si l‘on se fie aux expériences
passées, je puis vous assurer que cela prendra beaucoup plus de
temps. En 1979, par exemple, j’ai proposé Padoption en
deuxième lecture du projet de loi sur les marques de com-
merce; il ne nous est pas encore revenu. La Loi sur la faillite a
été étudiée par un comité du Sénat en 1976 et elle n’a pas
encore été adoptée; je pourrais vous donner d’autres exemples.
Je suis sûr que le ministère tiendra compte de toutes vos
déclarations et qu’il fera un sérieux effort pour vous consulter.

Le professeur Schiff a comparu devant nous il y a quelque
temps. Il s’oppose à toute loi sur la preuve. Je serais curieux de
savoir, et pour le moment je ne tiens compte que des provinces
qui pratiquent la common law car je voudrais que le Québec
soit traité différemment, si l’Association du Barreau canadien
se prononcera pour ou contre une loi sur la preuve si l’on
rédige un projet de loi en bonne et due forme? Quelle est la

.983

,car
te à
ion».
: ou
tard,
uent
t les
iyer,
;ions
vera

:t la

22-6-1983 Affaires juridiques et constitutionnelles 66 :45

[Texi]
What is the general position of the common law provinces in
this respect‘?

Mr. Fortier: Senator Godfrey, I cannot say that the CBA
speaks with one voice on that question; that is, whether or not
there should be a regrouping of all of the provisions having to
do with evidentiary matters. l believe l am expressing the view
of the common law practitioners faithfully in saying that there
appears to be opposition to the codification of the laws of
evidence in those provinces. indeed, l think that the drafters of
the législation themselves have taken heed of that criticism,
because we no longer have a proposed code but rather an
amendment or series of amendments to evidentiary rules along
with the enactment of some new ones. As to whether or not
they should all be regrouped, to the extent that it is possible to
do so, under one umbrella, l think the majority view of our
members is that that would be a weleome development. l
stress, however, that pros and cons have been expressed in this
respect.

l regret that Mr. Sopinka has had to leave. He had an
appointment with the Supreme Court at 5 o‘clock and asked
me to convey his excuses. He was modest, indeed, when he said
that he contributed, along with other counsel, te the writing of
a book—hc is one of the leading counsel in Canada and is also
one of the leading authoritics, as Senator Godfrey well knows,
on the law of evidence and civil matters. It is unfortunate that
he cannot contribute further on this point, but perhaps Mr.
Rosenberg would likc to comment on the question raised by
Senator Godfrey.

Mr. Rosenberg: I have spoken to Professor Schiff several
times about Bill S-33 and he has a particular philosophy that
the common law should continue to develop and that that is
the best way. l think, however, that once it is decided that the
Canada Evidence Act as we now have it needs revision, then
the exercise that Mr. Tollefson’s committee went through must
be performed; that is, all of the laws of evidence must be
looked at and we are then forced to ask: Can we not improve
upon them and rationalize them‘?

Quite frankly, l disagrce with the views of Professor Schiff.
Although there are many improvements to be made to Bill
8-33, l think that onee the task or exercise of revising the
Canada Evideneé Act is undertaken, it might as well be done.
We might as well rationalize the areas.

I have made mention of character evidence. To me, that is a
mess, to describe it in one word; it is a very difficult area to
deal with. Primarily, l do appellate work, so l am dealing with
it all the time in appeals. You cannot sit down and state the
rules; you cannot tell someone what is going to happen in a
particular case.

l think it is a useful exercise to revise the act, but there are
some real problems with the present bill which must be
addressed.

Senator Godfrey: Professor Schiff took the position, for

example, that stare decisis really was not that important these
days and that the judges kept on developing and changing it.

[Traduction]
proposition générale des provinces qui pratiquent la common
law à cet égard‘!

M. Fortier: Sénateur Godfrey, je ne peux pas dire que les
membres de l’ABC s’entendent sur la question de savoir si
toutes les dispositions qui traitent de la preuve devraient être
regroupées, Je crois exprimer fidèlement l’opinion des juriscon-
suites en common law en affirmant que l‘on semble s’opposer à
la codification des lois de la preuve dans ces provinces. D’ail-
leurs, je crois que les rédacteurs de la loi ont tenu compte de
ces critiques, parce qu’ils n’ont pas proposé un code, mais
plutôt un amendement ou une série d’amendements aux règles
de la preuve, ainsi que l’adoption de quelques nouvelles règles.
Pour ce qui est de savoir si ces règles seront regroupées dans la
mesure du possible dans une même loi, je crois que la majorité
de nos membres croient qu’il s’agit la d’une bonne idée. Je
tiens toutefois à préciser que l’on a déjà exposé les avantages et
les désavantages de cette solution.

Je regrette que M. Sopinka ait été obligé de partir. Il avait
rendez-vous à la Cour suprême à 17 heures et il m’a demandé
de vous transmettre ses excuses. En fait, il s’est montré très
modeste lorsqu’il a affirmé avoir rédigé un livre avec d’autres
avocats. C’est un des plus grands avocats du Canada et un de
nos plus grands experts, comme le sénateur Godfrey le sait, en
matière de preuve et de questions civiles. ll est regrettable qu’il
ne puisse nous en dire plus long sur ce point, mais M.
Rosenberg aurait peut-être un commentaire à faire sur la
question soulevée par le sénateur Godfrey,

M. Rosenberg: Je me suis entretenu à plusieurs reprises avec
le Professeur Schiff au sujet du projet de loi S-33. ll est d’avis
que la common law doit continuer à évoluer et qu’il s’agit là de
la meilleure façon d’y arriver. Toutefois, des que l’on aura
décidé que la Loi sur la prcuve au Canada, telle qu’elle existe,
doit être révisée, il faudra refaire le travail qu’a fait le comité
de M. Tollefson; dest-â-dire que nous devrons examiner toutes
les lois sur la preuve et nous demander si nous pouvons les
améliorer et les rationaliser.

Je dois vous dire en toute honnêteté que je ne suis pas
d’aceord avec le Professeur Schiff. Bien qu’il y ait de nombreu-
ses améliorations à apporter au projet de loi S-33, je crois
qu’une fois que l’on a commencé à réviser la Loi sur la preuve
au Canada, il faut en finir avec cette tâche. Je crois qu’il
faudrait rationaliser les dispositions.

J’ai déjà parlé de la preuve caractérielle. D’après moi, il est
complètement ridicule de décrire ce concept en un seul mot; il
s’agit là d’un domaine extrêmement compliqué. Je m’occupe
surtout de contentieux, de sorte qu’elle revient toujours lors-
qu’il est question d’appels. On ne peut pas s’asseoir et tout
simplement énoncer les règles; on ne peut pas dire a quelqu’un
ce qui va se passer dans un cas particulier.

Je crois qu’il serait utile de réviser la loi; il existe de
véritables problèmes dans le projet de loi actuel qui doivent
être réglés.

Le sénateur Godfrey: Le Professeur Schiff a dit, par exem-
ple, que le principe du stare decisis n’est plus tellement
important aujourd’hui et que les juges continuent a le modi»

66:46

[Text]
Could something be put down in a statute whereby it would be
frozen and could not be further developed?

l did not quite agree with Professor Schiff in this respect. l
thought that judges could develop and interpret statutes just as
they could anything else, but l would simply like your com-
ments on that.

Mr. Rosenberg: That is the danger of any statute, senator. lt
tends t0 become frozen. You run into the same sort of problem
that we have run into with the Criminal Code, where everyone
has seen that révisions of particular portions of the Criminal
Code should be made, yet thc omnibus bill has been stalled in
Parliament for three years now. That is a problem.

l do not think it is that easy to say that store decisis does
not matter any more. The fact is that the Supreme Court of
Canada has taken certain steps, but has basically gone through
the same exercise as has Mr. Tollefson’s committee. They have
said: “Let’s do away with common law corroboration; let’s do
away with recent complaint. » Quite frankly, I would just as
soon have Parliament do that as judges.

Mr. Fortier: My friend Mr. McKercher, the vice-président,
who is an eminent counsel from a common law province, would
like to contribute to the debate.

Mr. Robert McKercher Q.C., National Vice-Président,
Canadian Bar Associaon: Senator, you have asked a funda-
mental question, of course. I happen to practice civil law in thc
common law area. l am not a criminal lawyer, but, speaking
generally, it has been my experience over many years that two
things exist in a courtroom: first, not too many lawyers
understand the rules of evidence; secondly, not too many
judges do. Furthermore, we now have a young bar. I believe
that thc figures indicate that 60 per cent of the bar in Canada
has been at it less than l0 years.

l suspect that the way in which judges, in trying to get on
with theirjudicial work, cope with this morass of difficult rules
is to simply say, when an objection is made, “l will take that
under advisement, counsel, » and counsel never hears about it
again.

l think it is quite clear, therefore, that the laws of evidence
need drastic reform. l do not take any particular position on

_ the debate today with respect to issues such as the Charter and

so on that were raised by our people here, but reform is
necded. Obviously this exercise shows that more consultation
with active people who have to apply the rules is necessary, so
that when the reform does come, it is going to work.

Mr. Tremblay: I was about to raise a point that you may be
aware of already. l am reading from the report of the task
force, where Mr. Justice Murray says, at page 498:

There are very few areas where the task force has not
recommended législation and accordingly l consider that,
by whatever name it is called, we will have an evidence
code, and l do not consider it necessary or désirable to
codify the laws of evidence.

Legal and Constitutional Affairs

22-6-1983

[Traduction]
fier. Peut-on préciser dans une loi que les décisions qui ont été
rendues sont figées et qu’elles ne peuvent être modifiées?

Je n’étais pas tellement d’accord avec le Professeur Schiff
sur ce point. Je croyais que les juges pouvaient modifier et
interpréter les lois comme ils le font avec n’importe quel autre
règlement, maisj’aimerais connaître votre avis à cet égard.

M. Rosenberg: C’est le danger que présente n’importe quelle
loi, sénateur. Elle tend â devenir figée. Vous vous retrouvez
avec le même genre de problèmes que ceux que nous avons eus
avec le Code criminel; tout le monde prétendait que certaines
dispositions du Code criminel devaient être modifiées, mais le
Parlement en est encore à étudier le bill omnibus après trois
ans. C’est tout un problème.

Je ne crois pas que l’on puisse dire que le principe de stare
deciris n’est plus important. La Cour suprême du Canada a
pris certaines mesures, mais en général elle a fait le même
travail que le comité de M. Tollefson. Elle a dit: «Débarrassons
nous de la corroboration de la common law; débarassons-nous
des plaintes spontanées». Honnêtement, je préférerais que ce
soint le Parlement qui le fasse et non les juges.

M. Fortier: Mon amis M. McKercher, le vice-président, est
un des grands avocats d’une province qui pratique la common
law; il voudrait participer aux discussions.

M. Robert McKercher, c.r., vice-président national, Asso-
ciation du Barreau canadien: Sénateur, vous avez posé évidem-
ment une question fondamentale. Il se trouve que je pratique le
droit civil dans une des branches de la common law. Je ne suis
pas un avocat au criminel, mais, de façon générale, je me suis
rendu compte au fil des ans, de deux choses dans les salles de
tribunal: premièrement, il n’y a pas beaucoup d’avocats qui
comprennent les règles de la preuve; deuxièmement, il n’y a
pas beaucoup de juges qui comprennent ces mêmes règles. De
plus, les membres du Barreau sont aujourd’hui relativement
jeunes. Je crois que les derniers chiffres indiquent que 60 p.
100 des membres du Barreau canadien ont moins de dix ans
d’expérience,

Je crois que les juges, en essayant de faire leur travail,
viennent à bout de cette masse de règles difficiles en disant
tout simplement, lorsqu’une objection est soulevée, «Je deman-
derai conseil à cet égard, monsieur l’avocat,» et l’avocat n’en
entend plus parler.

Je crois qu’il cst clair que les règles de la preuve doivent être
révisées au complet. Je ne tiens pas à prendre position aujour-
d’hui sur le débat entourant les questions comme la Charte,
entre autres, qui ont été soulevées par nos représentants ici,
mais une révision s’impose. Evidemment, pour y arriver, il faut
tenir d’autres consultations avec ceux qui doivent appliquer ces
règles, de sorte que, une fois révisées, elles seront efficaces.

M. Tremblay: J’allais soulever un point dont vous avez
peut-être déjà entendu parler. Dans le rapport du groupe de
travail, le juge Murray dit, à la page 554:

Le groupe de travail a recommandé d’incorporer la plu-
part des règles de la preuve dans ce texte. Je crois donc
que, quel que soit le nom qui lui sera donné, nous allons
avoir un code de la preuve, ce qui, à mon avis, n’est ni
nécessaire ni souhaitable.

chiff
:r et
tutre

uelle
uvez
; eus
lines
is le
trois

‘lüfl.’
ia a
éme
sons
tous
3 CC

22-6-1983 Affairesjuridiques et constitutionnelles 66 :47

{Taxi}
My point is simply that the concern you are expressing is basic
to many people.

Senator Godfrey: I must admit that I found it difficult to
follow one of tlie interpreters today, and this point may have
already been covered, for which I apologize.

I can follow the argument that there is difficulty in a
situation where thc federal law and the civil code crop up in
the same case. How is that problem handled now under the
laws of evidence? Do you not have that problem now? Why
would it be any greater under a code?

Mr. Lebel: Genly speaking, with respect to civil cases involv-
ing provincial and federal matters, at thc present time we
usually follow the provincial rules of procedure and evidence,
lt may happen that some provisions of the Canada Évidence
Act will have to be considered and applied, but because there
are relatively few such cases at the present time, they really
cause very few problems. The situation will change quite
completely if the bill is adopted in its present form, because we
will now have whole new sets of rules on matters that are
already regulated by the code of procedure in Quebec or by
provisions of our civil code.

Senator Basa: Madam Chairman, l have just two or three
brief questions. I am not sure whether I should address this
first question to Mr. Rosenberg or someone else. The brief
makes no reference to section 52(2), but when Mr. Greenspan,
a rather prominent lawyer, appeared before our committee he
was highly critical of that section which would allow into
evidence notes written by a policeman who is not able to
appear in court either because he is seriously ill or dead. Mr.
Greenspan contended that such notes are often slanted because
they are written in contemplation of litigation. He said that,
consequently, it would be unfair to admit them into evidence
because notes cannot be cross-examined.

Do you have any comment on that’!

Mr. Rosenberg: It is probably not fair to ask me because I
am Mr. Greenspan’s partner, but l agree with him. I have read
what he said to your committee. I think it reflects a real
concern that a number of defence counsel have with that
particular provision. It is kind of symptomatic of several
provisions in Bill 8-33, where for some reason there has been
inserted a kind of crown bias or prosecutor or police bias. This
is just a blatant example of that.

The circumstantial guarantee of trustwortltiness of docu-
ments made in thc course of cluty is that they are not made
looking to litigation or with the possibility that they will be
used in court, They are just made because thc person is under
a duty. Howevcr, a police office?s notes are made primarily to
help that police officer refresh his memory when he is in the
witness stand and testifying in court, They are therefere
slanted that way. He records what he wants to remember. He
does not record cverytlting and he usually does not record
exculpatory statements.

{Traduction}
Je tiens sout simplement à dire que de nombreuses personnes
partagent voter point de vue.

Le sénateur Godfrey: Je dois admettre que, comme j’ai eu
de la difficulté à suivre un des interprètes aujourd’hui, il est
possible que ce point ait déjà été soulevé; si c’est le cas, je
m’excuse.

Je comprends que l’on puisse éprouver des difficultés dans
les situations où la loi fédérale et le code civil se chevauchent.
Comment peut-on régler ce problème en vertu des lois sur la
preuvc’? N’avez-vous pas ce problème maintenant? Ne serait-il
pas plus grave si l’on avait un code?

M. Lebel: De façon générale, en ce qui concerne les affaires
civiles de compétence provinciale et fédérale, nous suivons
habituellement les règles provinciales en matière de procédure
et de preuve. Il peut arriver que certaines dispositions de la Loi
sur la preuve au Canada doivent être prises en considération et
mises en application, mais ces cas posent peu de problèmes à
l’heure actuelle parce qu’ils sont assez rares. La situation va
changer radicalement si le projet de loi est adopté dans sa
forme actuelle, parce que nous avons maintenant toute une
série de nouvelles règles qui s’appliquent à des questions qui
sont déjà visées par le code de la procédure du Québec ou par
des dispositions de notre Code civil,

Le sénateur Basa: Madame le président, j’ai deux ou trois
petites questions à poser. Je ne sais pas si je devrais d’abord
m’adresser à M. Rosenberg ou à quelqu’un d’autre. Le
mémoire ne fait aucune allusion au paragraphe 52(2), mais,
lorsque M. Greenspan, un très grand avocat, a comparu devant
notre comité, il s’est montré très sévère à l’égard de cet article
parce que celui-ci stipule que les notes écrites par un policier
qui ne peut témoigner en cour parce qu’il est trop malade ou
parce qu’il est mort sont recevables comme preuve. M. Greens-
pan prétend que ces notes sont souvent tendancieuses parce
qu’elles sont rédigées en prévision d’un litige. Il prétend qu’il
serait injuste de les admettre comme preuve parce qu’elles ne
peuvent faire l’objet d’un contre-interrogatoire.

Avez»vous quelque chose à dire à ce sujet?

M. Rosenberg: Il est probablement injuste de me demander
cela du fait que je suis l’associé de M. Greenspan, mais je suis
d’accord avec lui. J’ai lu la déclaration qu’il a faite à votre
comité. Je crois qu’elle reflète les préoccupations réelles qu’un
certain nombre d’avocats de la défense éprouvent à l’égard de
cette disposition. Je crois qu’il en est de même pour plusieurs
dispositions du projet de loi S-33 qui, pour une raison ou une
autre, sont conçues en faveur de la Couronne, du procureur ou
du policier. Il s’agit là d’un exemple ?agrant.

Ce qui garantit la fiabilité des notes prises dans l’exercice
d’une fonction, c’est que ces notes ne sont pas faites en
prévision d’un litige ou dans l’éventualité qu’elles seront utili«
sées en cour. Elles sont tout simplement prises parce que la
personne est obligée de le faire. Toutefois, les notes d’un
policier visent surtout à permettre à ce dernier de se rafraîchir
la mémoire s’il est appelé à témoigner. Elles sont donc tendan-
cieuses d’une certaine façon. Il enregistre ce qu’il ne veut pas
oublier. Il n’enregistre pas tout et, habituellement, il ne prend
pas en note des témoignages disculpatoires.

66:48

[Texl]

In fact, in a case in Toronto not long ago a police officer
experienced in homicide was asked why he did not record a
statement in which thc accused had denied the offence. He
said, “Well, I never record that part.” So there is just no
guarantee of trustworthincss in those kinds of notes and it is
not a fair provision to single out police officers for special
trealment.

There is a role for that kind of provision; it is for routine
entries in log books or the recording of exhibits and things like
that. If we ever went to that, l doubt that there would be any
problem, but that is not the way thc section reads.

Senator Basa: So you agree with Mr. Greenspan.

Mr. Rosenberg: I do.

Senator Bosa: I believe you said that clause 85 should be
changed t0 permit an alibi defence to be raised at any time
during the course of a trial. But isn’t there a provision within
clause 85 that would enable a judge to use his discretion to
allow an alibi to be admitted during the course of a trial? For
instance, if an accused did not comply with clause 81, which
requires him to submit notice ahead of time, wouldn’t clause
85, giving the judge that discretion. not answer your concern?

Mr. Rosenberg: There is a basic question: Why should
anyone, whether it be the trial judge or the Crown, have a
discretion to exclude defence evidence at all? To me that is the
basic proposition. If a person has a defence of alibi, he should
be allowed to present it. If he présents it late, if he does not
give his notice in time, then he should run the risk that
someone will comment on that and say, “Listcn. This is the
first time we have heard of that. We have not had a chance to
investigate it.”

That is fine, but what are those words, “unless the trial
eourt for cause shown orders otherwise »? Would that mean
that some lawyer would have to get on the stand and say that
he was incompétent and forgot about this provision? Will he
have to say, “I did not realize I had to comply »? Or will a
lawyer have to get on the stand and say that the previous
lawyer was incompétent?

What do those words mean? Why should we have to get into
that sort of thing in an ordinary area likc a defence of alibi, or
for any defence?

If you want to put in a notice provision, that is fine. The
British have done it. They have their own system and we have
our own system. There is nothing wrong in requiring an
accused to give notice of an alibi, but don’t penalize him if for
some reason, whatever it may be, he fails to do that. All there
needs to be is a comment on the validity of thc defence, but
don’t prevent him from being able t0 present his defence to the
jury, That is my complaint.

Senator Basa: So you think the discretion the judge has
under clause 85 is not sufficient.

Legal and Constitutional Affairs

22-6-1983

[Traduction]

En fait, il y a eu récemment un cas â Toronto où un policier
spécialisé dans les homicides s’est vu demander pourquoi il
n’avait pas noté le témoignage d’un accusé qui niait avoir
commis l’infraction. Il a répondu: «Eh bien, je nenregistre
jamais celam On ne peut donc pas garantir la fiabilité de ces
notes, et il n’est pas juste d’accorder un traitement spécial aux
policiers.

Cette mesure a pour but d’assumer la transcription de notes
courantes dans un carnet ou encore de permettre l’enregistre-
ment de pièces à conviction et de choses de ce genre. Nous
n’aurions probablement pas de problème si l’on procédait de
cette manière, mais ce n’est pas ce que stipule l’article.

Le sénateur Bosa: Vous abondez donc dans le sens de M.
Greenspan.

M. Rosenberg: Oui.

Le sénateur Bosa: Il me semble que vous avez dit que
l’article 85 devrait être modifié pour qu’un alibi puisse être
présenté à n’importe quel moment durant le procès. Mais
l’article 85 ne sous-entend-il pas qu’un juge pourrait se servir
de ses pouvoirs discrétionnaires pour admettre un alibi comme
preuve au cours d’un procès’? Par exemple, si l’inculpé ne se
conforme pas à l’article 8l, qui exige qu’il présente un avis
d’alibi, l’article 85 qui donne ce pouvoir au juge ne permet-il
pas de régler ce problème?

M. Rosenberg: Il y a une question fondamentale: pourquoi
devrait-on permettre à une personne, que ce soit le juge ou la
Couronne, d’cxclure des preuves? C’est d’après moi la proposi»
tion principale. Une personne devrait être autorisée à présenter
un alibi en sa faveur. Si elle le présente trop tard, si elle ne
présente pas l’avis dans les délais requis, elle risque de se faire
dire: «Écoutez. C’est la première fois que nous entendons
parler de cela. Nous n’avons pas eu la possibilité d’étudier
cette question.»

C’est bien, mais que veulent dire ces mots, «sauf ordre
contraire du tribunal de première instance donné pour des
motifs établis»? Est-ce que cela veut dire qu’un avocat doit se
tenir à la barre et avouer qu’il a fait preuve dïncompétence
parce qu’il a oublié cette disposition? Uobligera-t-on à dire,
«Je ne savais pas que je devais m’y conformer»? Ou donnerons-
nous la chance à un avocat de venir à la barre affirmer que
l’avocat précédent était incompétent?

Que veulent dire ces mots? Pourquoi devrions-nous nous
lancer dans un débat pour une question aussi simple que l’alibi.
ou pour toute autre question de défense?

Si vous voulez inclure une disposition sur l’avis d’alibi, très
bien. Les Britanniques Pont fait. lls ont leur propre système et
nous avons le nôtre. Il n’y a rien de mal à demander à un
inculpé de présenter un avis d’alibi, mais il ne faut pas le
pénaliser si, pour une raison ou une autre, il néglige de le faire.
Il suffit tout simplement de commenter la validité des preuves
de la défense, mais il ne faut pas l’empêcher de présenter sa
défense au jury. Voilà ce que je reproche à l’article.

Le sénateur Basa: Donc, vous croyez que les pouvoirs discré-
tionnaires dont jouit un juge en vertu de l’article 85 ne
suffisent pas.

È

cier
>i il
voir
stre

ces
aux

otes
‘UC-
tous
t de

rès
: et
un

le
ire.
ves
sa

ré-
ne

22-6-1983 Affairesjuridiques et constitutionnelles 66 :49

[Textj

Mr. Rosenberg: That is right. I don’t see the need for it. l
don’t think anyone should have a discretion to exclude defence
evidence, period.

Mr. Tremblay: If l may say so, senator, it is not a matter of
discretion. You have to show cause so that means there is a
trial within a trial. You have to say something like, “I was late
because it was lost in the mail. » or something like that. It is
nota matter of discretion.

Senator Basa: Well, is it reasonable to expect that an
accused who has an alibi would forget to tell his lawyer or the
court that he had that alibi?

Mr. Rosenberg: Yes, that happens. It is not a question of
forgetting. For example, what does “alibi » mean? If he says,
“l was in a bar somewhere. I don’t know who else was there, I
was just in a bar somewhere, » and he comes to trial and during
the course of the trial some witness crops up, actually appears
and says, “Yes, l can confirm that he was there, » does this
clause in the bill mean that that witness will be excluded, that
the accused can not call that witness?

There is an unnecessary formalism in the whole procedure
that l don’t think is required. Perhaps the accused does not
forget t0 tell the lawyer but perhaps the lawyer is busy and
forgets to send the notice.

l am telling you that, if you want to draft an evidence code,
don’t draft it for the careful lawyers. Their clients are protect-
ed already because they have careful lawyers. Draft it for thc
lawyer who will be carcless or draft it for the accused who does
not have a lawyer. That is what l am concerned about.

Mr. Fortier: May I point out to the honourable senators that
at page ll4 the position of the bar on that very question is set
out. Let me read from the second paragraph:

An accused should be permitted to raise a possible alibi
defence at any time as long as it is fully understood by the
accused that the judge has the right to comment on the
accused’s failure to disclose it at first opportunity.
We go on to say:

By making it not admissible “without the consent of the
prosecutor unless the trial court for cause shown orders
otherwise », one may be adding something new to the law.
We respectfully submit that there is nothing wrong with
the present state of the law.

Senator Basa: When Mr. Rosenberg was reviewing clause
123 I believe he stated that the previous record of an accused
ought not to be mentioned except in cases where the accused
attacks a co-accused or makes character references to wit-
nesses. But what about the situation where an accused brings
witnesses to attest to the good character of the accused
himself? Would it not in that case be proper to raise the
matter of his past record?

Mr. Rosenberg: Certainly. Senator Bosa, I was not attempt-
ing to be exhaustive in terms of when a criminal record should
be introduced. The point l was trying to make was that, rather
than focusing on the kinds of crimes or putting in the time-of-

[Traduction]

M. Rosenberg: C’est exact. Je n’en vois pas l’utilité. Je ne
vois pas pourquoi une personne devrait avoir le pouvoir d’ex-
clure une preuve, un point c’est tout.

M. Tremblay: Je crois, sénateur, qu’il n’est pas question de
pouvoirs discrétionnaires. Il faut donner des motifs, ce qui veut
dire qu’il y aura un procès à l’intérieur du procès. Il faut dire
quelque chose comme: «Je l’ai présenté en retard parce qu’il
s’est perdu dans le courrier», ou autre chose comme ça. Il n’est
pas question ici de pouvoirs discrétionnaires.

Le sénateur Boss: Est-il raisonnable de croire qu’un inculpé
qui a un alibi pourrait oublier d’en informer son avocat ou le
tribunal?

M. Rosenberg: Oui, cela arrive. Ce n’est pas une question
d’oublier. Par exemple, que veut dire l’expression «alibi»? Si
l’inculpé dit: «J’étais dans un bar. Je ne sais pas qui d’autre s’y
trouvait. J’étais tout simplement dans un bar», qu’il se présente
ensuite au procès et que, durant celui-ci, un témoin surgit de
nulle part et confirme que l’inculpé s’y trouvait, est-ce que cet
article du projet de loi veut dire que le témoignage de cette
personne sera exclu, que l’inculpé ne pourra citer ce témoin?

Cette procédure est entourée d’un formalisme qui â mon
avis est inutile. Il se peut que l’accusé pense à en aviser
l’avocat, mais que ce dernier soit occupé et oublie d’envoyer
l’avis.

Si vous voulez rédiger un code de preuve, ne le faites pas à
l’intention des avocats consciencieux. Leurs clients sont déjà
protégés à cause précisément de cette qualité de leur avocat.
Rédigez-le à l’intention de l’avocat négligent ou de l’accusé qui
n’a pas d’avocat. C’est le point qui me préoccupe.

M. Fortier: Permettez—moi de signaler aux honorables séna»
teurs que le Barreau a énoncé sa position sur ce point à la page
l l4 de son mémoire. Je lis, au deuxième paragraphe:

L’accusé devrait être autorisé à invoquer un alibi de
défense n’importe quand du moment qu’il a pleinement
conscience que le juge a le droit de critiquer le fait qu’il
ait omis de l’invoquer plutôt.
Et je poursuis:

En le rendant non recevable sans le consentement de
l’avocat de la poursuite, à moins que le tribunal de
première instance n’en ordonne autrement, on risque
d’ajouter quelque chose de nouveau à la loi. Nous croyons
respectueusement qu’il n’existe rien de mauvais dans le
libellé actuel de la loi.

Le sénateur Bosa: Lorsque M. Rosenberg a passé en revue
l’article 123, il a dit, si je ne me trompe, qu’il ne faudrait pas
mentionner le casier judiciaire d’un accusé sauf s’il attaque un
coaccusé ou fait allusion à le réputation des témoins. Mais que
se passe-t-il lorsqu’un accusé t’ait entendre des témoins pour
prouver sa bonne réputation’! Ne serait-il pas juste dans ce cas
de mentionner son casier judiciaire?

M. Rosenberg: Certainement. Sénateur Bosa, je ne préten-
dais pas avoir épuisé tous les cas où il fallait mentionner que
l’accusé avait un casier judiciaire. Je voulais insister sur ceci:
plutôt que de mettre l’accent sur le genre de crimes ou imposer

66:50

[Text]

year limitations, and that kind of thing, the focus should be on
the conduct of the trial. If the accused leads evidence of his
own good character, then, certainly, it is fair t0 adduce
evidence of his criminal record. l was merely using these as
examples; I did not mean to draft the rule before you.

Senator Basa: A last question, Madame Chairman, of a
general nature. Some witnesses who appeared before the com-
mittee pointed out that Bill S-33 did not incorporate all of the
laws of evidence, Do you have any comments about that?

Mr. Rosenberg: I think Mr. Fortin made that point.

Senator Basa: I am sorry, l was not here throughout the
hearing, so if that point has already been made-

Mr. Rasenberg: Let me just add what l think to what Mr.
Fortin said. It strikes me that if you are going through the
exercise, you should be as compréhensive as possible. For
example, one area that I would have thought would have been
included is the area of solicitor-client privilege. That is an area
where we are very much up in the air as to what should be the
procedure, and that struck me as an obvious area to codify, ifl
could use that word. However, as I understand it, the common
law takes over where ths bill does not specify, and as we have
lived with the common law for a long time, l suppose we
cannot complain if everything is not included in this bill.

Senator Lapointe: Mr. Guthrie, in your definition of
“record », would you object to the words “reflect accurately »
being included in the bill?

Mr. Guthrie: I do not think so. However, we do not feel that
we want to have “retlect accurately » and the came back to
some other additional criteria for admissibility. lt would seem
to me to be one or the other.

If my recollection is correct, l believe the Canadian Bank-
ers’ Association agreed, perhaps with a certain reluctance, that
they could live with the three criteria of the task force,
although they had some question with the third criterion. They
did not like the “reflect accuratcly » because it meant that the
matter could again come up before the courts which would
result in another Regina v. McMu/len décision which might
not be necessary, and I share their point of view in that
respect. In other words, by putting in “which would reflect
äccurately », it would allow that same point ta come up again
and the court would have to decide what “rellcct accurately »
means, and would have to decide what the criterian for
admissibility was, whereas the three criteria suggested by the
task force have already basically been promulgated by the
courts, perhaps not with the same clarity. However, this is a
question of language and the Canadian Bankers’ Association
would not wish to go back and litigate that matter again. My
answer to you, Senator, therefore, is that I would probably opt
for the three criteria set out by thc task force rather than the
phrase which we now see before us in the definition.

Senator Godfrey: When you commented on section 104, I
got the impression you felt that that excluded evidence, and
yet it seems to me that really does not exclude evidence but

Legal and Constitutional Affairs

22-6-1983

[Traduction]

les limites quant à la période de l’année, et ainsi de suite, il
faudrait plutôt s’intéresser au déroulement du procès. Si l’ac»
cusé invoque en prcuve sa bonne réputation, je pense qu’il est
tout à fait juste d’invoquer en revanche son casier judiciaire. Je
n’ai donné là que des exemples: ce n’était pas du tout mon
intention de définir pour vous cette règle.

Le sénateur Basa: Une dernière question, Madame le prési-
dent, d’ordre général. Certains des témoins qui ont comparu
devant le comité ont signalé le fait que le projet de loi S-33
nîncorporait pas toutes les lois sur la preuve. Avez-vous des
observations à faire à ce sujet?

M. Rosenberg: Je pense que M. Fortin a déjà traité de la
question.

Le sénateur Basa: Je m’excuse; je n’ai pas assisté à toute la
séance, et si ce point a déjà été soulevé . . .

M. Rasenberg: Laissez-moi simplement préciser ma pensée
sur ce qu’a dit M. Fortin. Il me semble que, si on se donne la
peine de codifier, il faudrait aller dans le plus de détails
possible. Par exemple, j’avais pensé qu’on inclurait le privilège
qui lie l’avocat et le client. Il n’y a guère de précision sur la
procédure à suivre, et je suis étonné qu’il n’y ait pas eu
codification dans ce domaine, si je peux me permettre l’expres-
sion. Toutefois, si je comprends bien, la common law l’emporte
lorsque le projet de loi est imprécis et, comme elle nous
gouverne depuis longtemps, je suppose qu’on ne peut pas se
plaindre que tout ne soit pas inclus dans le projet de loi.

Le sénateur Lapointe: Dans votre définition de «document»,
vous opposeriez-vaus à ce que les termes «re?ète exactement»
soient inclus dans le projet de loi?

M. Guthrie: Non, je ne crois pas. Cependant, nous ne
voudrions pas que les termes «re?ète exactement» y figurent et
que nous en revenions ensuite à d’autres critères additionnels
de recevabilité. Il faut choisir. .

Si ma mémoire est bonne, je pense que l’Association des
banquiers canadiens a admis, à contre-cœur peut-être, qu’il lui
serait possible d’accepter les trois critères du groupe de travail
même si elle s’interroge sur le troisième. Elle n’aimait pas
l’expression «reflète exactement» parce que les tribunaux
auraient pu une fois de plus prendre une décision du genre de
celle rendue dans l’affaire Regina v. McMuI/en, inutilement, et
je suis d’accord avec elle sur ce point. Autrement dit, si on
incorporait les termes «qui re?éterait exactement», la question
pourrait à nouveau se poser et les tribunaux auraient alors a
décider du sens à donner à «reflète exactement» et des critères
de recevabilité, alors même que les trois critères proposés par
le groupe de travail auraient déjà été promulgués par les
tribunaux, mais peut-être pas avec la même clarté. Toutefois,
c’est une question de formulation et l’Association des ban-
quiers canadiens ne tient pas à mettre la question en litige à
nouveau. Donc, sénateur, j’opterais probablement en faveur
des trois critères énoncés par le groupe du travail plutôt que
pour la phrase que contient actuellement la définition.

Le sénateur Godfrey: Lorsque vous avez commenté l’article
l04, il m’a semblé que vous aviez l’impression qu’il excluait la
preuve, ce qui n’est pas du tout le cas à mon avis; cependant, il

233

e, il
l’ac-
l est
a. Je
mon

‘ési-
taru
î-33

des

e la
ela

isée
e la
zails
lège
r la

eu
res-
Jrte
IOUS
s se

nln,
znt»

TIC
l Cl
tels

des

lui
vail
pas

22-6-1983 Affaires juridiques et constitutionnelles 66:51

[Texr]

permits the judge to make a comment, which is the very thing
you are saying you do not prefer. lt is, l admit, a draft, but is
that not really the effect of section 104, that it permits a juge
to make a comment?

Mr. Rasenberg: Section lO4 is a compromise that arose out
of the proceedings in Whitehorse, and subsection 3 was tacked
on as sort of a saving device.

Subsection 2, however, is clear. lt says:

Where a party cross-examining a witness intends to con-

tradict the witness on a fact in issue, the party shall direct

the attention of the witness to that fact.
Therefore, quite frankly, l do not know what subsection 3
means. I would prefer that we just got rid of the whole
concept, For example, what does that mean: “ . may take
any other appropriate measure provided by law. »? One appro-
priate measure might be to exclude the evidence, to prevent
the accused from giving his story, and l do not think that that
would be appropriate.

Senator Godfrey: The other point l would like to ask you a
question on is this business of the shifting of the onus. This
occurs presently in a narcotic case on a question of possession.
Suppose someone had a hundred pounds of hashish in the back
of his station wagon. Is there anything wrong with him having
to explain that?

Mr. Rosenberg: At what weight do you draw the line,
though?
Senator Basa: He said a hundred pounds.

Senator Godfrey: This is really a question of deciding at
what point, or how much, which is something that goes
towards the weight.

Mr. Fortier: Well, no shifting at fifty kilos.

Mr. Rasenberg: If someone has a hundred paunds af
marijuana in their trunk, they have a lot of explaining to do.
The Crown does not need the benefit of the reverse onus
provision, and that is the point. Where it hurts is if someone
has half a pound or an ounce in his or her possession. Why
should he have ta explain that? Therefore the Crown can get
along without this provision, and I think the Ontario Court of
Appeal made that clear in the Oakes case.

ln the ordinary case where there is a large quantity, the
Crown is not going to have any difficulty in proving its case.
Where the reverse onus provision hurts is with the possibly
innocent people who are found with a quantity of drugs and
they should not have to explain their possession.

Senator Godfrey: So their possession is evidence in itself‘?

Mr. Rasenberg: Yes, that is right.

M. Fortier: Monsieur le professeur Fortin aurait quelque
chose à ajouter.

M. Fortin: Avec votre permission, madame le président, au
sujet de cette question, je voudrais apporter la précision sui-
vante: Même dans les cas où la loi ne prévoit pas le renverse-

[Traduction]
permet au juge de faire des observations, ce qui vous déplaît.
Je sais qu’il ne s’agit que d’un projet de loi, mais l’article 104
n’a—t—il pas pour effet de permettre â un juge de faire des
observations?

M. Rosenberg: L’article lO4 est un compromis auquel on en
est venu après les séances tenues à Whitehorse, et le paragra-
phe 3 y a été ajouté en tant que sauvegarde en quelque sorte.

Le paragraphe 2 toutefois est clair. Il y est dit:

Elle doit attirer l’attention du témoin sur tout point
contesté sur lequel elle entend le contredire.

En toute franchise, je ne vois pas ce que veut dire le paragra-
phe 3. Je préférerais qu’on se débarasse tout à fait de cette
notion. Par exemple, que veut dire: «. .. peut prendre toute
autre mesure convenable prévue par la Loin? Une de ces
mesures pourrait consister à exclure la preuve afin d’empêcher
l’accusé de donner sa version des faits; je ne pense pas que ce
soit indiqué.

Le sénateur Godfrey: L’autre point sur lequel j’aimerais
vous interroger est le renversement de la charge de la preuve.
Ce problème se pose actuellement dans une affaire de narcoti-
ques au sujet de la possession. Supposons que quelqu’un ait
100 livres de haschich à l’arrière de sa familiale. Qu’y a»t-il de
mal à ce que cette personne s’explique?

M. Rasenberg: Mais à partir de quelle quantité’?

Le sénateur Basa: Il a dit cent livres.

Le sénateur Gadfrey: Il s’agit donc de décider de la quantité
minimale, ce qui a à voir avec le poids,

M. Fortier: La charge ne serait pas renversée à cinquante
kilos.

M. Rosenberg: Si quelqu’un avait cent livres de marijuana
dans le coffre arrière de sa voiture, il lui faudrait de toute
façon expliquer pourquoi. La Couronne n’a pas besoin de
l’avantage de la charge renversée, et c’est ce que je voulais
faire ressortir. Le problème se pose lorsque quelqu’un a une
demi-livre ou une once en sa possession. Pourquoi lui fauA
drait»il s’expliquer‘? Donc, la Couronne peut se passer de cette
disposition, et je pense que la Cour d’appel de l’Ontario l’a très
bien montré dans l’affaire Oakes.

Si une grasse quantité est en jeu, la Couronne n’aura aucun
mal à faire valoir son point. La preuve renversée pose des
problèmes lorsqu’une personne, peut-être innocente, a en sa
possession des drogues, et elle ne devrait pas à avoir expliquer
pourquoi.

Le sénateur Godfrey: Donc la possession est une preuve en
elle-même?

M. Rosenberg: Oui, c’est exact.

Mr. Fortier: Perhaps Professor Fortin has something to add.

Mr. Fortin: With your permission, Madam Chairman, l
would like ta clarify this question further. Even in cases where
the law does not permit the shifting of the burden of proof

66:52

[Text]
ment du fardeau de persuasion sur l‘accusé quant à la preuve
de certains faits, même dans ces cas-là, comme l’a dit Me
Rosenberg, Paccusé a le «bit of explaining to do», car il assume
quand même le fardeau de présenter des faits donnant ouver-
ture à un moyen de défense ou à une cause de disculpation,
lorsque la preuve de la poursuite ne contient pas ces faits. Le
but de ma précision est le suivant: C’est que dans la plupart
des cas où les lois actuelles font incomber a l‘accusé le fardeau
d’établir un fait ou Pexistence d’un fait par une preuve prépon-
dérante, le privant ainsi du doute raisonnable, tous ces cas-là
sont des atteintes à la présomption d’innocence. La plupart de
ces cas-là, pour ne pas dire tous, sont une atteinte inutile et
gratuite à la présomption dïnnocence, car il suffirait, en
l’absence de disposition précises de la loi, que l‘inculpé en
prenant le risque s’il ne vient pas, doive apporter des preuves
pour susciter un doute raisonnable sur la question. C’est sur
cet aspect de la question que je voulais attirer l’attention du
comité dans l’étude des dispositions du projet de loi qui
touchent trop facilement, de l‘avis du comité avec lequel j’ai
travaillé, au caractère sacre-saint de la présomption d’inno-
cence.

The Chairman: Thank you, Are there any further questions?

May l thank you on behalf of the committee for this very
compréhensive and important brief which you have presented
to us. l am sure it will be studied and observed very carefully
in the ensuing months, as the revisions take place.

Mr. Fortier: Thank you, Madam Chairman, for first of all
making it possible for all these views to be expressed. l
personally appreciate the privilege of being given the opportu»
nity of Ieading this délégation today. l hope that, through you,
the very hard working members of the Department of Justice
who have worked day and night in recent months on Bill S-33
will appreciate that, il » they wish to continue the process of
consultation, we would be more than happy to engage in it.

May l also remind you of the invitation which all of the
members of your committee have received to partake of the
Canadian Bar Association hospitality at 6.30 p.m. this evening
at the Four Seasons Hotel, Salon F. Many ol » you have already
indicated that you will be present and we look forward to
hosting you and the members of the Justice and Legal Affairs
Committee ot » the other place who will also be in attendance,
along with members of the Law Reform Commission of
Canada,

The Chairman: Thank you very much.
The committee adjourned.

Legal and Constitutional Affairs

2264983

[Traduction]

onto the accused when it comes to proving certain facts, even
in those cases, as Mr. Rosenberg has said, the accused has «a
bit of explaining to do». After all, he has to assume the burden
of presenting facts that will result in a means of defence or
that will lead to exoneration, when the proseeution evidence
does not include these facts. My point is this: in most cases
where existing laws require the accused to establish a fact or
the existence of a fact by preponderant evidence, thus depriv-
ing him of reasonable doubt, those cases are attacks on the
presumption of innocence. Most of those cases, not to say all of
them, are pointless and gratuitous attacks on the presumption
of innocence, because it is enough, in the absence of precise
provisions in the law, that the accused must produee evidence
to arouse a reasonable doubt about the matter, though he runs
the risk of not doing so. That is the aspect of the question to
which l would like to draw the committee,s attention as they
study the provisions of the Bill that tamper too casually, in the
opinion of the committee with which l worked, with the
sacrosanct character of the presumption of innocence.

Le président: Merci. Y a-t-il d’autres questions?

Permettez-moi de vous remercier au nom du Comité pour ce
important mémoire très détaillé que vous nous avez présenté.
Je suis persuadée qu’il fera l’objet d’une étude très soigneuse
au cours des mois à venir lorsque des modifications seront
apportées au projet de loi.

M. Fortier: Je vous remercie Madame le président, tout
d‘abord pour nous avoir permis d‘exprimer nos vues. Jïipprécie
personnellement Poccasion qui m’a été offerte de présider la
délégation d’aujourd‘hui, J‘ose espérer que, par votre entre-
mise, les fonctionnaires dévoués du ministère de la Justice qui
ont travaillé jour et nuit au cours des derniers mois au projet
de loi S-33 se rendront compte que, s‘ils désirent poursuivre le
processus de consultation, nous serons tout heureux de collabo-
rer avec eux.

Puis-je également vous rappeler Pinvitation faite à tous les
membres de votre Comité d’être les hôtes de l’Association du
barreau canadien ce soir, à l8 h 30, au salon F de l’hôtel Four
Seasons. Bon nombre d‘entre vous nous ont déjà annoncé qu’ils
nous y rencontreraient, et nous serons heureux de vous y
accueillir, ainsi que les membres du Comité de la justice et des
questions juridiques de l’autre endroit et les représentants de la
Commission de réforme du droit du Canada.

Le président: Merci beaucoup.
La séance est levée.

22-64983 Affaires juridiques et constitutionnelles 66A: l

APPENDIX “66-A”
Brief on Bill S-33
(Evidence Act)

June l, 1983
Canadian Bar Association

Bar of Quebec
Montréal, June l, 1983

M. le bâtonnier Louis LeBel
Bar of Quebec

Court House

Room 9.80

1 Notre Dame St. E.
Montreal, Quebec

H2Y 1B6

M‘ L. Yves Fortier, Q.C.

Président

Canadian Bar Association
Suite l700

130 Albert St.

Ottawa, Ontario

KIP 5G4

Re: Report of the joint committee of the Canadian Bar Association—Bar of Quebec on Bill S—33 (Evidence

Act)

Dear colleagues:

We have the honour of submitting to you the report of the joint committee of the Canadian Bar Association-
Bar of Quebec on Bill S—33, concerning evidence in Canada.

We would first thank you for the confidence you have demonstrated in us, in asking us t0 represent the
Canadian and Quebec Bars in developing the official position of these two bodies.

However, we greatly regret not having the time necessary to conduct a more thorough study and carry out
broader consultation, which would have bettcr re?ected the scope and significance of the proposed législation, and
we can only state our hope that the sponsors of this Bill will give us all——and themselves—additional time for
considération.

After ten years of work on this subject, it is difficult to imagine that there can suddenly be such urgency that
the people whose opinions would be of assistance in improving the Bill cannot have the opportunity of contributing
to the discussion.

66A: 2 Légal and Constitutional Affairs 22v6— i983

It should also be noted that thé portion of our Committee report dealing with the criminal aspects of the Bill
deals only with the points on which it was possible to gather opinions from a number of eminent lawyers who were
able to take timé to meet with the Committee.

Cértainly, in view of the intercst they démonstrated, a longer time would make it possible to obtain a more
représentative survey of the profession.

For thé same reason, we were ablé only to make a broad study of the Bill, by highlighting particularly
significant examples, although wé were aware that a more specific study is nécessary.

There was even greater difficulty in organizing any valid method of consultation on the civil aspect, as thé Bill
was almost unknown among the civil law practitioners in Quebec.

Nevertheless, wé were ablé to call together a number of people, who could only confirm what we had already
feared in the area of thé problems that Bill S—33 could cause for members of the Bar practising in thé civil law
jurisdiction, as well as for parties appearing before the Courts.

We were theréforé forced to limit our report to indicating thé areas that should be addressed by a more
thorough study and consultation process.

For their invaluable contribution, we would like to thank the following people, who agreed on little notice to
join us in considéring the effects of thé Bill:

——Léo Ducharme, Q.C., Professor in the Faculty of Law of the University cf Ottawa;

« Harvey W. Yaroskéy, esq

—Morris J. Fish, esq

—»François Daviault, esq

———Picrre Poupart, esq

——Jean-Claudé Hébert, esq

—Yves Bériault, esq

We offer a very sincere thank you to these generous people, with the hope that Parliament will give them thé
chance, as théy would liké, to examine the Bill further and in greater depth.

We would like to thank particularly our devoted secretary, Gustave Hébert, of the research service of the Bar
of Quebec, who often had to work at double speed. Without him, and thé support staff wé had around the
Committee, Mr. Président and M. le Bâtonnier, we would never have beén ablé to submit this study within thé time

limit imposed on us.
We hope that thé énclosed study will be of some use to you.

Yours very truly,

JOINT COMMITTEE OF THE CANADIAN

BAR ASSOCIATION AND THE BAR OF
QUEBEC ON BILL S—33

Gérald R. Tremblay, ésq., Chairperson
Prof. Gisèle Côté Carper
Prof Jacques Fortin
The Hon. André Nadeau, QC
Mélvin Rothman, JSC.

Per: (signed)
Gérald R. Tremblay

983

Bill
ere

OFC
.rly
Bill

idy
aw

OTC

to

22-64983 Affairesjuridiques et constitutionnelles 66A : 3

CANADIAN BAR ASSOCIATION——BAR OF QUEBEC
BRIEP
ON
BILL S—33

(EVIDENCE ACT)
June l, I983

Committee of the Canadian Bar Association—Bar of Quebec
on Bill S-33 (Evidence Act)

Gérald R. Tremblay, Chairperson
Gisèle Côté Harper
Jacques Fortin
André Nadeau
Melvin Rothman J.

Gustave Hébert, Secretary
Research service, Bar of Quebec

Légal flling—2nd semestér I983

INTRODUCTION

The Bill to give effect, for Canada, to thé Uniform Evideneé Act adopted by the Uniform Law Conférence of
Canada was tabled in the Sonate of Canada in November I982. Although this Bill is the final product ofa process
that extended over several years, it had not beén discussed with thé entire profession in its present form prior t0
tabling in the Senate.

In order to ensuré that the Quebec perspective on this Bill is clearly identified, a Committee of the Bar of
Quebec and th_e Canadian Bar Association was establishéd. While this Committee is one of several of the Canadian
Bar Association that has done such work, its particular mission was to present thé viéws of Quebec on the Bill.

I-Iaving said this, in view of thé physical impossibility of conducting any broader consultation process in the
very short time available to it, the members of thé Committee carried out its examination of the Bill in co—0peration
with lawyers who agreéd to contribute their considérable experience, in both criminal and civil law, and who
participated in the Committee’s study of this législation, in order to détermine the impact it may have on thé
practice of the profession of law in Quebec.

Desplte thé efforts éxpendéd in a very short time, it should bé noted that this document should in no way be
considered to be the result of any exhaustive study of all the sections and all possible conséquences cf énactment of
thé Bill. The Committee could only draw attention to thé points it considered most offensive, and is convinced that
an extended périod for considération and consultation would have contributéd to éxpanding the range of comments
on the Bill in question.

When we skim through Bill S-33, it is clear that it is dealing with both criminal and civil law. Our concerns in
the area of criminal law are similar to those of thé profession throughout Canada, and in all provinces. We shall
consider later in this brief the various criminal aspects of this Bill which particularly dréw our attention.

However, it is essential to note at thé outset that the civil aspects of this Bill as they concern Quebec are
unprecedéntéd.

66A z 4 Legal and Constitutional Affairs 22-64983

Thé law of evidence in Quebec has always béén——with minor excéptions—thé law provided in our Civil Code
and Code of Civil Procédure. It is important to noté that these provisions deal not only with rules of procedure, but
also with rules of substance, regardless of the Court to which one is dealing, and regardléss of thé area of législative
jurisdiction in question. In other words, even if thé résolution of a disputé at a trial réquirés that facts bé proved that
relate to enforcement of a fédéral Act, these facts must be proved according to the rules of our civil law. The unity
and cohérence that results from thé fact that the same rulés apply before all Courts, including Federal Court, can
only be benéficial.

If Bill S-33 is adopted as is, it will succeed in bringing about a significant changé to this situation.

Section 3 of the Act reads as follows:

Subject to sections 4 and 5, this Act applies to every proceeding and stage of a proceeding within the

jurisdiction of thé Parliament of Canada that is before a court or that is held for the purpose of taking évidence

pursuant to a court order.‘

When this section is read in conjunction with s 6 of thé Bill and the définition of a “court” that is found in s 1,
wé can only conclude that every time a fédéral Act is at issue in a civil proceeding before any Court at all, whether
federal or provincial, thé provisions of the new Bill must apply.

The Bill, which in several respects is simply a codification of the common law, will substantially changé the
rules of evidence that have beén applied in civil matters up to this time.

It théréforé follows that thé civil aspect of this Bill substantially amends thé civil law of Québec.

It is not a sufficient response to this statement to s 1 that s 2 of the present Canada Évidence Act contains a
provision similar to s 3 of thé Bill. While that is undoubtedly true, thé area to which the présent Canada Évidence
Act applies is so limited in civil matters that thé results of this section cannot bé compared to the results of the new
provision, which exist in the context of a Bill with an area of application that éxténds to our entire civil law of
evidence.

It should not be forgotten that Parliament itself récognized and réspécted the duality of the legal system in
Canada in énacting subs l1(b) of the Law Reform Commission Act, which states: “The objects of thé Commission
are t0 study and keep under réview . . . the statutes and other laws . . . with a view to . . . the réflection in and by thé
law of the distinctive concepts and institutions of thé common law and civil law légal systems in Canada, and thé
réconciliation of différences in those concepts and institutions . . f’?

We conclude that a changé that is at thé same time as substantial and as unilatéral as the change proposed is
totally unacceptable, and does not contribute to maintaining this duality. It is évén more unaccéptable in that there
was no prior consultation with civil law practitioners in Quebec, and that thé need for a national Code in questions
of evidence other than in criminal proceedings has never beén discussed, let aloné demonstrated.

Moreover, the constitutional disputes that could arise from such a codification of the rules of evidence in civil
proceedings could be avoided if thé Act applied only to criminal proceedings, as thé Law Reform Commission itself
suggested.

The members of thé Committee quéstioned the advisability codifying thé rules of evidence relating t0 both civil
and criminal proceedings in thé same législation.

In considéring thé présentation of evidence in criminal proceedings, the Committee gavé particular attention to
the rights now granted to the accused. The Bill disturbs thé traditional balance between thé rights of thé prosecution
and of the defence.

lndépendently of this question, certain basic rules, which arc intended as a codification of principles developed
in thé decisions of thé Canadian common law Courts are incompréhensible if thé reader does not have a thorough
knowlédgé of thé common law, as a result that is contrary t0 the véry spirit of a codification, whatevcr form it may
take.

Finally, although we first object to the véry essence of thé Bill, wé beliéved that it would be advisable to deal
with the French version of thé Bill. This version uses néw technology, which is used as thé vehiclé for concepts that
are totally foréign to our légal vocabulary.

22-6-1983 Affaires juridiques et constitutionnelles 66A: 5

Thé members of thé committee aré aware of the fact that the second French version provided to them is an
improvement over the first. Nevertheless, they note that it still contains a number of problems that léad them to
conclude that thé French version of thé Bill should be totally reworkéd. It is essential to ensuré that Parliament will
adopt two versions of thé same Act, and not two Acts——one in French and thé other in English. In addition,
Parliament should avoid discarding expressions that have been used correctly, in both thé linguistic and the
conceptual sensés, for générations, these expressions having become nécéssary when a legal system first conceived in
English is practised in French.

It is in this spirit that the Committee of the Canadian Bar Association—Bar of Quebec submits its comments
to you, dealing first with thé rulés of evidence in criminal proceedings, and then approaching the question from thé
angle of the rulés of évidence in civil proceedings.

l BILL S-33 AND THE CRIMINAL LAW

When thé joint Committee of the Canadian Bar and thé Québec Bar was formed to study Bill S-33, the
proposed Uniform Evideneé Act for Canada, thé members called a meeting of a number of lawyers of thé Bar of
Montréal, so as to obtain their comments on thé Bill as a whole as well as on the individual provisions that appeared
t0 the Committee to require specific comments. These notes have been prepared out of this consultation.

Becausé cf the short time given to us, it goes without saying that we were unable to carry out a complété
analysis of all the provisions of thé Bill. Wé rather pércéived our role as bringing to thé study of those particular
points of the Bill that are of undéniable significancé the point of view of lawyers who appear in the Courts on a daily
basis. In addition, the Canadian Bar Association had assigned the specific study of certain parts of the Bill to
another group of lawyers, so that all the topics dealt with in the Bill would be covered.

It should be noted at thé outset that thé Committee is in no way questioning the need to bring together in one
Act the various rulés now found in législation and the cases, which compose the law of evidence in criminal matters.
The Committee understands perfectly thé objectives of thé Bill.

Howevér, the manner in which these objectives aré attainéd is not immune to certain criticisms that are, in thé
eyes of the Committee, of fundamcntal importance. Thus thé information document published by the Department,
“A proposa! for a néw Evideneé Act” states in the clearest possible terms that the new Act is not intended to bc a
Code to cover all aspects cf the law of evidence. That document also states that it was considered moré désirable not
to législate in certain areas of law, but rather to permit the law to develop through the decisions of thé Courts.

In the opinion of thé Committee, this concept of the Bill is debatable, as wé shall see in the first part.
Moreovér, the information document states that thé changes made by the new Act to the rulés of evidence
themsélves do not différ radically from the present law. This statement is not an accuraté depiction of the reality of
the situation. We shall see in the second part to what point the Bill éffects numérous and substantial amendménts to
thé present law, which amendménts generally operate to thé détriment of thé rights of the accused.

PART I: GENERAL CONCEPT OF THE BILL

By denying that the Bill is an évidence codé, it is undoubtedly intended that all thé criticism to which the Law
Reform Commission was subject for its i976 code of evidence would bé avoidéd. An Evideneé Act is presented,
défining a séries of individual rules whose provisions may bé understood only in relation to thé common law, in the
absence of a statement of principles to guide thé Courts in intérpreting the rules in thé Act. However, thé intent to
codify the existing law is présent throughout the Bill, and the codification of rules without principles on which they
are based, or to which they are subject, cannot be carried out without risking the création of distortion of which wc
shall see a number of striking examples.

Déspite the broad scope of thé Bill, it remains véry incomplete.

The structure ofthe Bill

There is a paradox évident in the structure of the Bill. While thé feeling sharéd by a majority of thé profession
that the law of evidence as developed by the common law is in a state of disorganisation such that it is very difficult

66A :6 Legal and Constitutional Affairs 22-6-1983

to find the sources of the law and determine its substance, may make legislation necessary, nevertheless one cannot
but observe that the Bill has borrowed the structures of the common law and the rules in its case law without
changing any aspect oftheml Hearsay is just one example of this. The structure of the Bill is comparable, cxcept for
a few details, with that of the textbooks on the subject. First, we find a definition of hearsay, followed by the general
rule excluding hearsay evidence, and finally a series of exceptions that are grouped together without any reference
to the principle justifying the exceptionsmthe reliability of the evidence. Those who drafted the Bill thus indicated
their wish to codify the rules of the common law down t0 their smallest details, but they have done so without
bothering to rethink the fundamcntal rules and the reasons for these exceptions, or grouping thc provisions on the
basis of the principles set out in them in any comprehensible manner. The Committee feels that the effect of this
structure on the concept of the content of the Bill is unfortunate.

The concept ofthe content ofthe Bill

Simply to transform the common law rules into statutory rules, without any statement in thc Act at the same
time of the principles on which these rules are based, is t0 diminish the common law. A rule that is transposed into a
statutory context loses the flexibility that it has in a common law context. It also tends t0 become an end in itself,
isolated from its context, and thus becomes absolute, even when in its common law source it was relative, and was
valid only in relation t0 the principle that applied to the case, Two examples should be sufficient to illustrate this
idea: they are found in ss 14 and 22.

Section 14 of the Bill reads as follows:
ln a criminal proceeding, the court is not required to give the trier of fact any special direction or instruction on
the burden 0l » proof in relation to circumstantial evidence.

Leaving aside the innovative nature, to say the least, of the vocabulary used, at least in the French version, it
may be noted that the rule in question is intended to express the modifications made by the Supreme Court of
Canada in Cooper’ to the directions relating to circumstantial evidence.

The Supreme Court did not say that the Court was not required to give the trier of fact any special direction in
relation to circumstancial evidence‘ Rather, what it said was that there is no sacred formula that must be used for
circumstancial evidence, The Supreme Court pointed out that the important thing is that the trier of fact
understand the fundamcntal rule of the presumption of innocence and of reasonable doubt, and that is the principle
at issue in Cooper. Section l4 has been drafted in the negative, and se can only be understood by a reader who is
familiar with the Cooper dccision, and so the effect of s l4 is to lose sight of the principle that the Supreme Court
intended to put forward in this dccision. lt is very possible that the evidence in a specific case may by its very nature
require that the judge give special direction to the jury, in order that it may understand the principle of the
presumption of innocence and how the reasonable doubt rule gives effect to that presumption. Section l4 does not
set out this very important aspect of the Cooper dccision, and the statutory formulation of the common law rule is
thus without any doubt a derogation from the common law.

One more illustration of this effect, and one that is even more obvious, is found in s 122 of the Act. The affect
of this section is to codify a common law rule stated by the Ontario Court of Appeal in R v Davison, DeRosie and
MacArthur.‘ This dccision significant changed the statement of Spence J of the Supreme Court cf Canada in R v
Colpilts.’ lt should be noted that Spence J had stated that an accused who decides to testify in his own defence may
be treated as an ordinary witness for the purposes of verifying his credibility on cross-examination. The Ontario
Court o! » Appeal noted the absence of realism in this statement, because of the difficulty in presuming that the jury
can in fact appreciate that the implications of the facts disclosed on cross-examination are limited to the matter of
the credibility of the accused. lt is in this context that Martin J referred to the specific situation of the accused, by
virtue of which the Crown cannot rely in cross-examination on facts that would impugn the accused’s character and
that are cf no relevance to the facts in dispute. The well-known exception, which wc shall discuss later, is of course
in relation to evidence of previous convictions, which are dealt with in s 12 of the Evideneé Act.

The Ontario Court cf Appeal added another exception to this one, the purpose 0l » which is to permit the Crown
t0 impugn the accused witness’s character when the question of character is directly relevant for the purpose of
proving the falsity of the accused’s evidence,

22-6- I 983 Affaires juridiques et constitutionnelles 66A î 7

If we now examine s 122 of the Bill, we find that the exception to the principle that “an accused shall not be
cross-examined, solely for the purpose of challenging his credibility, as to his character, antecedents, associations,
mode of life or participation in crimes” is stated in a way that can be interpreted much more broadly than the
common law rule as stated by the Ontario Court of Appeal. The section in fact allows the Crown to give evidence of
character if it is directly relevant to proving the falsity of the accused’s evidence. Certainly, in the case in question,
Martin J did use the word’s “the accused’s evidence”, those being the words used in s 122. However, as was noted
above, “the accused’s evidence” in the context of thc dccision refers to the accused’s testimony. This is not made
clear in s 122. Either s 122 is intended t0 be interpreted without reference to the case law on which it is based, in
which case it is an obvious enlargement on the rule of law, to the disadvantage of the accused, or s l22 must, to be
understood in its true meaning, be understood on the basis of the common law rule it purports to set out.

Here again, it may be seen that the method in which the Act has been drafted distorts, if it doesn’t actually
derogate from the common law rules. As a result, the relative nature of the common law rules, which must always
be considered in the context of the facts to which they have been applied, disappears once they are put into statutory
form, a form that does not reflect the various shades that exist in the common law. As a result, they tend to become
absolute, in the absence of a clear statement of the principle that justifies the rule and the reasons for the exception.

The incomplete nature ofthe Bill .

A distinction must be made as clearly as possible between the non-exhaustive nature of an Act, as p 3 of the
information document appears to intend when it explains that it was considered preferable not t0 legislate certain
aspects of the law of evidence in order to permit the law to develop through the decisions of the Courts, and the
omissions there may be in a Bill. Clearly, a Bill such as the one in question here that does not include statements of
fundamcntal principles could not be exhaustive. On the other hand, the fact that a Bill is incomplete can create real
problems. In this respect, we would refer, for example, to at least four matters that are of great importance in the
law of evidence that do not appear in the Bill. These are the voir dire, dismissal, use of new evidence on appeal and
the guilty plea.

The importance of the voir dire in the evidence system need not be argued. When the Court is required to
verify facts in order to determine the admissibility of evidence or the competence of a witness to testify or the expert
qualifications of a witness, there will be a voir dire. The cases demonstrate a number of difficulties in the evidence
system in relation to the voir dire that do not require consideration here, but it should be noted that the Bill omits
any reference t0 the general characteristics of the voir dire. The Bill deals with the voir dire exclusively in the
context of statements by the accused. In particular, s 64 eliminates the need for a voir dire in relation t0 res gestal, s
65 prohibits cross-examination of the accused as to the truth of his statement, s 7l provides that the evidence
adduced at the voir dire shall form part of the evidence in the preliminary inquiry, s 68 provides for waiving a voir
dire, subs l 16(2) for a voir dire during cross-examination of the accused on the statement and, finally, s 64 alters
the burden of proof on the Crown on the question of whether the statement by the accused was made freely and
voluntarily.

Thus what the Bill does is to give us a series of individual provisions that deal with the vair dire exclusively in
relation to statements by the accused. However, there are problems relating to the burden of proof and the manner
of adducing evidence to demonstrate the admissibility of evidence other than a statement by an accused, that a draft
Evidence Act should deal with.

It is also surprising to note that the Bill makes no mention of the dismissal. This is an application in the law of‘

the principle of res judicata, and in this respect is exclusively a problem of evidence, which poses great problems for
Courts; an example may be found in the recent Supreme Court of Canada decision in Gushu v R.

The production of new evidence on appeal, now governed by s 610 of the Criminal Code, is itself essentially a
question of the law of evidence.

Finally, and not the least of the gaps found in the Bill, is the absence of any provision relating to the guilty plea.

Under the heading “Formal Admissions », in ss 16 and 17, the Bill deals with admissions that may be made by

the parties for the purpose of dispensing with proof by the adverse party. The modifications made by these sections
to the present law may be disputed, in so far as they now make it possible to make admissions involving a question

66A : 8 Legal and Constitutional Affairs 2245-1983

of law. However, what we want to point out here is the significance attached by s 16 to partial admissions made by
the parties, and particularly the accused, while the guilty plea, the admission par excellence, is completely omitted.
The Criminal Code devotes three brief sections to this legal institution, which is of great importance in evidence in
criminal proceedings, and which raises a host of problems in the case law. While we do not intend to give an
exhaustive list of these problems, we wish to raise the following points:
—plea bargaining between the defence and the prosecution, including the validity of agreements between the
parties;
wjudicial control of the acceptability of a guilty plea, the nature and extent of this control, verification of the
voluntary and informed nature of the plea and of its merits, the role of the lawyer, the conditions governing
withdrawal of the plea and the effect on the validity, as an informal admission, of the guilty plea when it is
withdrawn or decided to be unacceptable.
All these questions, which are of great importance in the law of evidence, are totally ignored in the Bill. The
Committee can only express here its bewilderment at this omission.

Finally, the difficult question of the admissibility of similar facts, which raises a fundamcntal aspect of the
concept of relevance, is simply ignored.

The concept of res gestae is defined exclusively in relation to statements that communicate facts or feelings,
when the common law applies to the concept also the admissibility of conduct that is part of the event in issue.

To conclude, it appears that the general concept of the Bill suffcrs from several fundamcntal problems, and
that its objective of simplifying the law runs serious risk of being compromised by the slavish reproduction of the
structures of the common law, by the distortions that result from the statutory transcription of common law rules
stripped oftheir context, and by the omissions in the Bill.

Part Il: MODIFICATION OF THE PRÉSENT RULES T0 THE DISADVANTAGE OF THE ACCUSED

Several provisions of the Bill include restrictions on rights that the accused now enjoys: the presumption of
innocence, the right of the accused not to testify in his own defence, the right to a full and complete defence, the
effect of prior statements, and burden of proof at a voir dire relating to a confession.

Presumplion of innocence

lt would undoubtedly be pointless to recall that the Canadian Charter enshrines the presumption of innocence
(subs ll(d)), which is traditionally identified with the rule of reasonable doubt. Sections 10 to 15 of the Bill deal
with this question, and there are three difficulties evident in those sections: first, there is a problem with the
formulation of the rights in question; secondly, there is the question of whether it is advisable to put into legislation
the proposed rules relating to the principle adopted in the Canadian Charter; and finally, there is the problem of
how the rule set out in s 730 of the Criminal Code will fit into the overall system of criminal law. Without delving
into the problems raised by the French version, the Committee notes that the formulation of the rules proposed by
this section does not assist in comprehension. ln this respect, the proposed provisions appear to the Committee to be
a clear step backward from the formulation advocated in the Code prepared by the Law Reform Commission. The
Commission avoided using formulae such as the “balance of probabilities” or “preponderance of evidence”,
proposing instead a descriptive formumation of the intellectual phenomenon in question. For example, subs 12(5) of
the Law Reform Commission‘s Code of Evidence reads as follows:
(5) When an Act expressly provides that the accused has the burden of persuasion with respect to a
defence, excuse or justification to a criminal offence, that burden is dicharged ifthe trier of fact is satisfied that
the existence of the defence, excuse or justification is more probable than its non existence.

On reading this provision, we note that the intellectual phenomenon that the expression “balance of
probabilities” or “preponderance of probabilities” seeks, with a lack of precision, to express is defined in simple,
concrete terms that are within the jury’s grasp without the judge having to define a technical expression. The
formulation advocated in the Code of Evidence has another significant advantage: the burden of persuasion on the
Crown is defined not only in relation to the essential elements of the offence, but it is also stated, as it is in the cases,
to relate to the defences available to the accused.

22-64983 Affaires juridiques et constitutionnelles ‘ 66A :9

The structure of the sections in the Bill also leave much to be desired in comparison with the structure of the
Code of Evidence. For example, with respect to criminal proceedings, the Bill discusses the specific rules relating to
the burden of proof, before setting out the more fundamcntal principle, the obvious one of the presumption of
innocence, One might ask, in relation to the burden of persuasion, whether it is advisable to put into statutory form
the formulae that place restrictions on thc presumption of innocence, when at the same time there are legal disputes
in progress concerning thc interpretation of the Charter. Clearly, the Bill could not have the effect cf validating, in
relation to the Charter, any provision that would impose on the accused the burden of proving a fact in issue, by a
preponderance of evidence. If a restriction on the presumption of innocence is not justified within the meaning of s 1
of the Charter, it is selfvevident that a judge would not give effect to the restriction.’

There is one remaining aspect of the Bill that significantly modifies the present law. Subsection 12(1) operates
to apply to all offences, whether they be criminal or summary conviction offences, the rule in s. 730 of the Criminal
Code that has until now been limited to summary conviction offences. Moreover, subs. 12(2) explicitly states the
effect of the provision: the presumption of innocence contained in that provision relates only to defences of general
application, and not to specific defences provided in legislation.

Right ofthe accused not to testify

At least four provisions of the Bill operate to penalize the accused if he decides not to testify in his own defence.
These provisions are innovations which are far from being justified in the Bill, particularly as the Bill recognizes the
present law that the failure of an accused or the spouse of an accused to testify shall not be made the subject of
comment by the court or by counsel for the prosecution (s. 94).

The provisions we refer to are subs. 62(2) relating to res gestae, s, 108 relating to the order of testimony, subs.
l23(3) dealing with cross-examination of the accused on his previous convictions, and s. 95 dealing with the burden

of proof on the accused.

Subsection 62(2) provides, in substance, that a statement made by the accused spontaneously and at the time of
the event may not be received in evidence if the accused does not testify. The section provides that the accused
cannot adduce such a statement by way of cross-examination of a witness who may have heard the statement. The
purpose of this provision is clearly to avoid the effects of the decision of the Supreme Court of Canada in Graham,“
A majority of the judges of the Supreme Court held in that case that the accused could give evidence of the
statement that he had made to the police at the time of his arrest for possession of stolen goods when he was in
possession of stolen jewels. ln the circumstances of this decision, the accused used thc cross-examination of the
police officer to put his exculpatory statement in evidence. The Court held that this statement was admissible on the
basis that it was part of the res gestae since it was contemporaneous with the possession, which possession was a
continuing offcnce. Of course, in circumstances of this type, it might be thought that an accused would have been
free to prepare an explanation intended to clear himself in the event that he were arrested, which would amount to
self-serving evidence, in the circumstances. It was clearly distrust of such evidence that led t0 the admissibility of
such a statement being made subject to the obligation of the accused to testify. The provisions of the Bill contain an
internal contradiction on this subject: on the one hand, the statement in question is admissible under para. 62(1)(i)
if it was made by the accused spontaneously at the time the event in question occurred; on the other hand,
regardless of whether it was spontaneous and contemporaneous with the event, it is not admissible il » the accused
does not testify. I-lowever, surely the decision of the Court that the statement is spontaneous is a sufficient
guarantee of its truth. The Committee is of the opinion that the right of the accused not to testify in proceedings
against him should not be compromised for the sole purpose of protecting the prosecution from what would appear
to be a tactical advantage that could be used for the benefit of a certain type of accused, when the prosecution could
rely on the doctrine of recent possession in the absence of the accused‘s statement.

Section 108, like the cxisting law, provides that the accused may call witnesses in any order he wishes, but also
provides that the Court may comment to thc jury as to the weight to be given to testimony by the accused that
confirms testimony given earlier by one of his witnesses. This provision, contrary to the present law, has the effect of
allowing thejudge to prejudge the credibility of the accused on the basis of the sole fact that he testifed before some

one or more of his witnesses.’

66A: l0 Legal and Constitutional Affairs 22-6-1983

This is a clear contradiction of the right of the accused to a full and complete defence and not to be required to
testify in his own trial. These two principles together mean simply that the accused has the right to give a full and
complete defence without testifying himself. Any rule that has the direct or indirect effect of forcing the accused to
testify before his witnesses is a restriction on the right of the accused to provide a full and complete defence and the
right not to testify. The effect of the rule is that the accused has to exercise his right to testify or not to testify even
before his defence is completed. It would appear essential that the accused be able to reserve his decision as to
whether he will testify until such time as he is able to have a full opportunity to hear the evidence. He has no control
over the credibility of the witnesses that he decides to call, or over the effect of the testimony of such witnesses on
the trier of fact. Considered in this way, section 108 clearly has the effect of penalizing the accused on the basis of
the point at which he decides t0 exercise his right to testify.

The wording of the directions set out in s. 95 of the Bill, relating to the evidential burden on the accused to
produce evidence to make his defence, includes references to the right of the accused not to testify in his defence
that are unacceptable in the opinion of the Committee. First, the content of the directions is itself a comment on the
decision of the accused not to testify, and such comment is contrary to the principle set out in s. 94 of the Bill.

Secondly, the cases have consistently held that the accused may discharge the evidential burden relating to a
fact that is relevant to his defence without testifying himself. The Bill confuses this issue. Finally, the last provision
of the direction, “if he does not testify, he runs the risk of not being able t0 defend the case (count(s) or charge(s))
against him”, can mean only one thing to a jury: if the accused does not testify, he is guilty.

The effect of subs. 123(3) is to amend the present s. 12 of the Evidence Act. Section 12 puts an accused who
testifies on the same footing as an ordinary witness with respect to cross-examination concerning previous
convictions, which is used to test the credibility of a witness, including an accused who is testifying on his own
behalf. The amendments to this section are necessary because of the dilemma in which an accused with a record is
placed: either he does not testify if he wishes to avoid cross-examination on his previous. convictions, with the
resultant risk that the jury will hold his failure to testify against him; or he does testify, and runs the risk of having
his record revealed to the jury. However, in the latter case, the judge must instruct the jury on its duty to limit its
consideration of the previous convictions to the question of credibility alone.

Empirical studies described in the report by the working group when the Bill was drafted show that the
direction cannot have the anticipated effect. It must be noted at the outset that the provisions of subs. l23(3) of the
Bill are a guarantee of the rights of the accused against the dangers in the rule set out in the present s. 12. This
amendment seems to be intended to encourage an accused who has a criminal record to testify. However, we must
ask whether the protection envisaged is as effective as those who drafted the Bill assumed. Undoubtedly, previous
convictions for perjury or for giving contradictory testimony are relevant t0 the witness’s credibility. It is less clear,
however, that an offence that includes fraud as an essential element is relevant. T0 isolate crimes “that include
fraud as an essential element” as being of particular significance with respect to the accused’s credibility is unfair at
the least, not to mention the insurmountable difficulties that could arise in attempting to apply this concept. It must
also be noted that the recommendation on which s. 123 of the Bill is based provoked strong disagreement within the
working group, precisely for these reasons.

The right to afull and complete defence

At least three provisions of the Bill operate to restrict very seriously the right of the accused to a full and
complete defence. They thus constitute innovations to present law, and can be justified neither in theory nor in
practice. The first is s. 28, which limits the circumstances in which the accused may adduce evidence of a character
trait cf the complainant, and leads to a conflict when an accused relying on a legitimate defence is deemed to be
putting in issue a character trait the complainant; the second is ss. 80 to 85, governing alibis.

To a certain extent, s. 28 restates the present law, but it then goes much further. Contrary to present law, it
permits an accused to prove a character trait of the complainant, if this trait is relevant to a matter in issue, For
example, the complainanfs propensity for violence is relevant to the fears that the accused may have and t0 a
defence of self-defence raised by the accused against a charge of bodily harm or homicide. On the other hand, and
contrary to the present law, s. 28 opens up the possibility that the Crown may prove a character trait of the accused,

1983

d to
and
d to
the
zven
S t0
trol
s on
s of

l to
nce
the

22-6-1983 Affaires juridiques et constitutionnelles 66A : 1 l

when the accused adduces evidence of a character trait of the complainant or pleads self-defence. This innovation is
limited by the conditions set out in s. 27 of the Bill, which provides that the prosecution may adduce evidence of any
trait of an accused’s character only if the court concludes that the accused has put his own character in issue by
attacking the character cf the complainant. These provisions are open to objections. The simple threat that if the
accused pleads self-defence the prosecution may rebut it by adducing evidence of a trait of his character appears to
the Committee to be an unjustified restriction on the accused’s right to a full and complete defence.

There is consistent case law that late disclosure of an alibi may be taken into consideration by the trier of fact
in determining what weight should be given to that defence. The case law authorizes the trier of law to bring this
matter to the attention of the jury. The Bill goes much further, and makes substantial changes to the evidence of
alibi, including an unjustifiable restriction on the right of an accused to a full and complete defence, In particular, s.
81 imposes an obligation on an accused who intends to present an alibi to inform the prosecution at the first
reasonable opportunity of his intention to rely on an alibi, and to indicate his whereabouts at the time the offence
was committed, and the names and addresses of the witnesses who can testify as to his presence at that place. An
accused’s failure to comply with this obligation makes him subject to the provisions of s. 83 of the Bill, which
permits the Court or the adverse party to comment on the weight to be given to the alibi.

The Bill goes so far as to provide (subs 85(1) that the failure of an accused to give the notice provided in s 81
within seven days after being committed for trial will render alibi evidence inadmissible. To remedy this situation,
the prosecution must have consented to the accused presenting his defence, or the accused must convince the Court
that it is admissible. There are two kinds of comments to be made on this provision. First, any changes to the
present law governing the weight of alibi evidence cannot be justified unless it is shown that the present rules are
inadequate. There is nothing on which such a conclusion could be based. On the contrary, it is well known that the
defence of alibi is generally regarded with some distrust. ln addition, the directions that the trier of law may give to
the jury on the credibility of alibi witnesses are the direct result of this distrust. The present situation appears to
provide sufficient safeguards t0 eliminate the risk of false alibis escaping detection by the Courts or notice by the
jury. Even if there were really risks in the alibi defence that were difficult to control, it is the opinion of the
Committee that the measures advocated in the Bill are an unwarranted restriction on the right of an accused to a
full and complete defence. lt is sufficient to note in this respect that an accused who fails to provide the details of his
alibi within the time provided in the section loses the right to rely on that defence, unless the prosecution consents to
his doing so. It is unconceivable that the accused’s ability to present his alibi should depend on the goodwill of the
prosecution. Moreover, failure by the accused t0 disclose his alibi before the trial may be attributable to a host of
reasons unrelated to any attempt on his part to rely on a false alibi.

The implications ofprevious statements

Prescrit law is that previous statements by a witness that are used to challenge or support the credibility of the
witness are not evidence of the truth of the statements. Apart from a statement by an eye-witness out of court
identifying the accused, which is admissible as evidence of its truth when the witness testifies (s 46 of the Bill), the
only time when, according to present law, a previous statement by a witness that is used to challenge or support the
witness’ credibility can be proof of its content is when it is adopted by the witness during the testimony of that
witness. This rule is codified by subs 120(a) of the Bill.

There are several provisions in the Bill that change the existing law in this respect; these are ss 48 and 115 t0
121, which provide that a previous statement by a witness used for the purpose of challenging or supporting his
credibility is evidence of the truth of the statement, to the extent that it was made by the witness under oath or
solemn affirmation while available for cross-examination. The reasons used by those who drafted the Bill to support
this change seem to be that the previous statement was made under oath and there was the opportunity to
cross-examine. This reason is not convincing, if we consider the reasons on which they rclied in support of their
definition of the concept of hearsay. That definition, in s 2 of the Bill, provides that hearsay includes any statement,
made by a witness or by a party, outside the Court in which the case is being heard, when the person was not under
oath and was not subject to cross—examination. Paradoxically, the fact that the previous statement was made under
oath and the witness was subject to cross-examination at the time of making the previous statement is now used to
avoid thc rule excluding hearsay evidence. It is felt that the safeguards offered by cross-examination in the past are

66A: 12 Legal and Constitutional Affairs 22-6-1983

sufficient to replace the safeguards normally offered by cross-examination before the Court. This conclusion
contradicts the rationale relied on in support of the definition of hearsay adopted in the Bill.

The privilege against self-crimination

The Bill includes several provisions that prejudge the interpretation of the Canadian Charter of Rights and
Freedams, which provides that everyone has the right not to have any incriminating evidence given to be used to
incriminate him in any other proceedings except in a prosecution for perjury or for the giving of contradictory
evidence. For example, the words “used to incriminate him in any other proceedings” may quite well be interpreted
to mean that testimony given under the privilege provided by the Charter may not be used against the witness, even
for the sole purpose of challenging his credibility. The least that can be said in this respect is that the case law is not
clear on this point at present. The draft Evidence Act prejudges the meaning of the constitutional provision.
Specifically, s 163 provides that a statement by a witness that is inconsistent in a material particular with his
present evidence may be received in evidence for the sole purpose of challenging his credibility. This provision
obviously assumes that use of the previous testimony for the purpose of challenging credibility is not an
incriminating use within the meaning of the provision of the Charter. The only argument that can be used in
support of this interpretation is that preventing the prosecution from using the previous testimony to challenge the
credibility of an accused witness would permit the accused to lie at his trial with impunity. However, to take the
contrary position, it may be argued that the accused cannot act with total impunity, since in any event, and by
virtue of the provisions of the Charter itself, the testimony in question may be used in a prosecution for perjury or
for giving contradictory evidence. Since these are the only two exceptions expressly set out in the Charter, this
interpretation lends support to the theory that the statement may not be used even for the sole purpose of
discrediting the witness. Of course, given the present situation, it is impossible to settle this question one way or the
other. On this point, the Committee would note that the danger that differences between the wording of the Bill and
that of the Charter will become a source of futile and frustrating litigation.

Burden ofproofat the voir dire

Section 64 of the Bill provides that the burden of proof on the prosecution to prove that a confession was
voluntary is on the balance of probabilities. It is well established law that the rule of reasonable doubt applies to a
determination of whether a confession is voluntary. It should be noted that the working group decided in favour of
retaining the present rule of law. The Bill contains a further serious restriction on the rights of the accused. Those
who favour this provision appear to be ignoring the very specific nature of the role a confession may play in the
criminal process. While the Supreme Court has in recent years given a technical meaning to the confession, so that
it includes statements that are not necessarily in the nature of an admission of guilt, nevertheless in the great
majority of cases confessions used in evidence against an accused are in the nature of an admission of guilt.
Evidence of a confession may therefore by itself justify a guilty verdict, and so it is important that there be specific
safeguards on the conditions which determine whether it is admissible. It is disconcerting to note that with the
stroke of a pen a rule that has developed through the wisdom and experience of the Courts has been set aside. A
confession is also evidence of a specific kind because of the circumstances in which it was obtained. lt must be
recalled that at the voir dire the accused is often alone in citing reasons to doubt that his statement was voluntary,
facing a whole series of police witnesses alleging, to the contrary, that the statement was voluntary. lt would seem
that if there is a reasonable doubt at the conclusion of the voir dire as to whether the accused made the statement in
question without being influenccd by promises or threats made by a person in authority, that should be sufficient
reason to prevent the prosecution from using it in evidence against the accused.

II—Bill S—33 and Civil Law in Quebec

As we have noted, the fundamcntal difficulty lies in the fact that the Bill changes the rules of civil law that
have applied until now to questions of evidence in Quebec.

Bcfore making such changes, the Department of Justice should have conducted a thorough study of the impact
that the civil aspects of the Bill would have in Quebec, by distributing a white paper or by organizing working

I983

sion

22-6-1983 Affaires juridiques et constitutionnelles 66A : 13

sessions of the kind held by the Law Reform Commission relating to its project, or by requesting that the Quebec
Bar organize such sessions for it.

Similarly, our Committee should have conducted a general consultation process with lawyers in Quebec, in
order to do the work merited by the significanee of the subject.

l-Iere again, we have had to go directly to the essential points, in the hope that before it is too late there will be
such a consultation process and a more detailed study can be made.

While all new legislation is to some extent a leap into unknown territory, nevertheless, to govern one must
foresee, and before the proposed legislation is enacted we would submit that there should be an attempt to foresee as
far as possible what effect there will be on those who will have to use it daily in Quebec.

The structure of the working group that developed the code adopted by the Uniform Law Conference of
Canada, the general orientaion of the group’s work, the kind of discussion found in its report and the very structure
of the Bill make it clear that the duality of the legal systems in Canada that results from the specific nature of the
civil law heritage in Quebec was not given any particular attention.

For example, nowhere is there any reference to the concern expressed by the Law Reform Commission, at p
106 of its report on evidence:

The existing Canada Evidence Act prescribes rules of evidence for criminal proceedings and proceedings
before the Federal Court and for appeals to the Supreme Court from these. Under subsection (1), the Code is
given the same application. The Code has not been extended to such matters of federal jurisdiction as divorce,
patents, bills of exchange, patents and bankruptcy because, apart from problems of derterming constitutional
boundaries in cases arising before provincial courts, these matters must frequently be dealt with in conjunction
with matters over which the provinces have exclusive jurisdiction. For example, a person may in the same
action seek both a contractual remedy and one under the Bills ofExchange Act. T0 avoid the possibility of two
sets of evidence rules, federal and provincial, applying in the same action, the Code was not made applicable to
these proceedings.”

Moreover, the wisdom of uniting the rules of evidence in civil and criminal proceedings in one piece of
legislation——particularly in the Quebec context-is far from obvious.

This mixture of common law concepts (badly translated into French), that had to be maintained for criminal
law, with rules of evidence for civil proceedings results in a dense and difficult text with significant problems of
interpretation. For example, we may ask who should give the directions referred to in s 8 to the trier of fact in
jurisdictions where there are no longer civil jury trials.

In addition, there is a particular problem in interpreting s 3 in the province of Quebec. The difficulty arises
from the way the texts and the cases have interpreted s 2 of the present Canada Evidence Act, which reads as
follows:

2. This Part applies to all criminal proceedings, and to all civil proceedings and other matters whatever
respecting which the Parliament of Canada has jurisdiction in this behalf.

The similarity between this provision and the provisions of s 3 of the Bill is noticeable, and so it is very likely
that the Courts would interpret s 3 in the same manner. If this were so, the result would be that the new Evidence
Act would apply to all cases heard in the Courts in Quebec that are under the jurisdiction of Parliament, except for
cases in which an express provision of a particular Act would make the new Act inapplicable, such as would be the
case in divorce proceedings.

Both the texts and the present case law state that the present Canada Evidence Act takes precedence over the
rules of Quebec law in all civil proceedings within federal jurisdiction that are heard in the Quebec Courts. Thus in
Dame Lortie v Perras, » the Court of Appeal of Quebec, referring to s 2 of the Canada Evidence Act, added the
following:

(Trans) Whereas Parliament by this formal legislative provision gave precedence to the Evidence Act in all
matters and proceedings over which it has competenee and jurisdiction whereas no specific legislation
enacted by Parliament may derogate from the Evidence Act unless such specific legislation does so in a
formal manner;

2442m3

66A: l4 Legal and Constitutional Affairs 22-6-1983

Whereas ss 4l, 121 and 148 of the Bankruptcy Act do not contain such a specific derogation, and as a result
the Canada Evidence Act must apply;

The Court, applying s 4 of the Canada Evidence Act, found that thc wife of a bankrupt may not be compelled
to testify in the bankruptcy of her husband.

More rccently, the Provincial Court found that in proceedings relating to bills of exchange the Canada
Evidence Act applies (Banque provinciale du Canada v Pou/in) »

In this case, a Bank was permitted, on the basis ofs 29 of the Act, to use entries in its books to prove payments
that interrupted the limitation pcriod, when such evidence would have been prohibitcd if the Quebec law set out in
Arts 1227 and I229 of the Civil Code had applied.

This decision is in accordance with the texts, which indicate that in proceedings relating to bills of exchangc the
Canada Evidence Act takes precedence over the rules of the Civil Code.”

More generally, O S Tyndale, latcr Chief Justice of the Superior Court, in a short article published in the Bar

Review, expressed the following opinion:
It accordingly appears that in all civil (including commercial) matters with respect to which the Dominion has
legislative authority the law of Quebec will apply, unless there is a relevant provision in the Canada Evidence
Act (or in some other Fedcral Statute applicable to the case), in which event the latter will prevail.“

It should be noted that in the common law provinces the question of the applicability of the Canada Evidence
Act in civil proceedings within federal jurisdiction appears to have been of little concern to thc Courts and the
authors. T0 our knowledge, the subject has only been discussed obiter by Killam J in The Queen v Douglasx”

I cannot agree with the contention of counsel for the prisoncr, that The Canada Evidence Act, I893, applies to
actions upon promissory notes or other subject matters respecting which the Parliament of Canada may
similarly lTlakC laws. It is the Provincial Legislatures which arc to make laws for regulating procedure in civil
actions generally in the Provincial Courts, including actions upon bills of exchange and promissory notes, &c.

It should be noted that the opinion of Killazn J is contrary to the opinion generally accepted in Quebec, which
we discussed above. It may be because thc common law bar is unaware of the interpretation of s 2 of the Canada
Evidence Act adopted by Quebec courts and the Quebec bar that some believe that s 3 of the Bill presents no
problem. This may be the explanation of the statement made by Mr Ewaschuck before the Senate Committee, that
s 2 of the Canada Evidence Ac! presented no problems, and that there would be no problems” with s 3 of the Bill.

In order to avoid any ambiguity, we recommend that if the scope of thc Bill cannot be better defined so as to
specify that it applies only to criminal proceedings, it should be clearly stated that the Evidence Act does not apply
to proceedings within federal jurisdiction that are brought in provincial Courts, except for proceedings under Part
lX, dealing with disclosure of govcrnment information. Such clarification is necessary to avoid having a system of
provincial rules of evidence and a system of federal rules of evidence both of which may apply to the sarne action. It
should be noted that this was the reason that the Law Reform Commission had proposed that its draft code of
evidence not apply to proceedings within federal jurisdiction heard in provincial Courts.”

We also know that the Law Reform Commission of Canada proposed that the division between federal and
provincial law be made on the basis of the Court in which a case is heard, and that therefore provincial law would
apply in provincial Courts and federal law would apply in Federal Court. This approach is not totally acceptable to
the Committee.

In so far as the Federal Courts has concurrent jurisdiction in certain areas with the provincial Courts, the
possibility that the outcome of an action could depend on the system of evidence that applies in one of the Courts
hearing an action would have to bc avoided. This could bc the result if the Commission’s approach were adopted.
Since a right only exists where it can be proved in law, it is obviously desirablc that the system of evidence should
not substantially vary from Court to Court.

For this reason, we suggest that there be provision that Parts I to III would not apply to proceedings brought in
Federal Court when the Federal Court is exercising jurisdiction concurrent to that of the provincial Courts.

i983

sult

lled

ada

ants
t in

the

Bar

has
ace

nce
the

t0

zay
vil

66A:l5

22-6- l 983 Affaires juridiques et constitutionnelles

Moreover, since the variations between provincial law and the rules set out in Part lV et seq of the Bill are not
significant, there would be no major disadvantage in having these rules apply to all cases heard in Federal Court.

By way of conclusion to this part of our brief, the Committee wishes to point out that the Conférence expected
that its draft Act would be enacted by both Parliament and the provincial législatures.

Otherwise, the comments in paras 1.7, 1.8 and 1.9 would make no sense. We must reach the same conclusion
on reading certain sections of its draft Act, particularly the “Comment” on s l (Report, p 623), the parentheses to s
2 (p 623) and s 5 (p 624), and the English version ofs 6 (p 624).

The prcface to the Report states this principle:

“ll était évident en effet qu’une telle conclusion lui imposerait la lourde charge de réaliser un projet de loi

uniforme à soumettre au Parlement du Canada et aux législatures des provinces, d’où toute une série de tâches

à accomplir: cerner et approfondir l’état du droit en la matière, étudier les règles appliquées dans les provinces,

analyser et comparer les décisions judiciaires qui les mettent en œuvre, déterminer les cas de con?it et, enfin,

faire les recommandations voulues pour Pédition d’un texte uniforme et harmonisé.”

Moreover, the Conference’s mandate, set out at p l of the Report, is quite clear:

“Son mandat était le suivant:

Favoriser Puniformisation des règles provinciales et fédérales de preuve et, â cet effet . . .”

lf Parliament were to act alone in enacting Bill S-33, the mandate of the Conférence itself, which is supposedly
being enacted in the Bill, as well as thc very spirit of its Report, would be betrayed.

The coexistence of rules of evidence for proceedings within the jurisdiction of Parliament (these being the
headings in s 91 of the BNA Act) that are différent from the rules for other proceedings can only cause widespread
confusion, which in certain cases would amount to absurdity, and would certainly complicate for no reason what was
supposed to be simplification, by increasing the length and cost of proceedings that are already long and costly for
the parties.

The French version:

Since the Canadian Bar Association made its preliminary comments to the Senate, a draft revised version
prepared unofficially by the legislation section of the Justice Department has been submitted to us.

This revision contains a number of improvements that we wish to note at the outset.

However, the Bill still re?ects what appears t0 be in?exible resistence respecting certain terms that had
previously been used by the Uniform Law Conférence of Canada.

For example, the very title of the Bill is misleading. The provisions of Bill S-33 do not in fact “give effect . . . to
the Uniform Evidence Act adopted by the Uniform Law Conférence of Canada », because the French version of the
Bill and the French version of the Conference’s draft Act are substantially différent.

For example, s l4 of the French version of the Conference’s draft uses the expression “preuve circonstanticlle”
for “circumstantial evidence », while the first version of S—33 uses “preuve indirecte” and the draft revision uses the
words “preuve par concordance dîndices”.

Section l0 of the Conference’s draft renders the expression “reasonably . . . could find that the fact in issue had
been established beyond a reasonable doubt” by “pourrait être convaincu au-delâ du doute raisonnable”.

The first version of S-33 translates “beyond a reasonable doubt » as “avec une quasi certitude”, and the draft
revision now refers to “conclure hors de tout doute”.

This fundamcntal common law concept that doubt should not be capricious or arbitrary, but must be
reasonable, is totally absent from the French version.

Another example: the expression “discharge » was not defined in the Conférence draft. In Bill S-33, it is added
to the définitions, by specific reference to s 662.1 of the Criminal Code. The Code translatcs “discharge” as
“libération”. The first French version of S-33 uses the expression “mise en liberté”, and the second uses the
expression “absolution”!

Rather than similarity with the text on which it is based, the Criminal Code, we find further différence created.

66A : 16 Legal and Constitutional Affairs 22-6-1983

Section 18 also shows a dcsire to diverge from terminology that is well known. The text reads as follows: “Le
tribunal admet d’office Paulhenlicite’. . .”.

The Conférence draft translates the expression “judicial notice shall be taken of the following without
production or proof“ as “le tribunal prend dbffice connaissance. . f’.

Bill Sv33 introduces a concept that has nothing to do in law with judicial notice, when it refers to the
authenticity of documents. The expressions used in the Code refer to two very different matters.

Within the limitations of this présentation, we cannot discuss all the problems. We must be content t0 reiterate
the importance that the two versions set out the same intention of Parliament, and the importance of the fact that
any change of vocabulary should be made with the greatest caution, because it could well result in a change of the
law not intended by Parliament.

In this spirit, with patience and humility, we must be ready to start over at the beginning with the job of
conferring with Judges and lawyers in Quebec who are the people most sensitive to the problems raised here,
because it is they who are most often required to “work” simultaneously with the two versions of legislation.

GENERAL RECOMMENDATIONS

1. That the Bill in its present form be withdrawn;

2. That there be a general consultation with Canadian legal experts (judges and lawyers) to be organized as
soon as possible, and that the Canadian Bar Association make this one of thc major themes of its next congress;

3. That a more specific consultation be organized with Quebec legal experts (judges and lawyers) to obtain
their views as to the effects that general legislation on evidence in civil proceedings within federal jurisdiction could
have on the practice of law in Quebec;

4. ln view of the preceding comments respecting criminal proceedings, the Quebec Bar is stronly opposed to the
Bill being enacted as it is, because it substantially changes the rights of the accused;

5. That the French version of any draft Evidence Act that may be submitted to Parliament be reviewed by a
group of legal experts (teachers, Judges and practitioners) in Quebec in order to ensure that the intent of
Parliament is the same in both ofthe languages in which it is expressed.

NOTES
1. Bill S-33, to give effect, for Canada, to the Uniform Evidence Act adopted by the Uniform Law Conference
of Canada, first reading 18 November I982.
2. RSC 1970, lst supp, Ch 23.
3. R v Cooper, (1978) RSC 860.
4. R v Davidson, DeRosie and MacArthur, (1975) 20 CCC.
5. R v Colpitts, (1965) RSC 739.
6. Gushue v R, (1980) 1 RSC 798.
7. See R v Oakes, Court of Appeal of Ontario, February 1983, under appeal to the Supreme Court of Canada.
8. R v Graham, (1974) SCR 206.
9. R vSmuk, (1971) 3 CCC (2d) 457 (BCCA)

l0. Law Reform Commission of Canada, Report on Evidence, Department of Supply and Services Canada,
(1977) p 121.

ll. Dame Lortie v Perras, (1954) BR 568.
12. Banque provinciale du Canada v Pou/in, JE 80-509, CP Montreal, 500-02-019240-790, May 6, 1980.

13. A Gérin-Lajoie, «Quelle loi s’applique en matière de preuve relativement aux effets de commerce»,
(1926-27) 5 Revue de droit 430-440; A Perrault, Trailê de droit commercial, Vol I, Montreal, Albert Lévesque,
1936, pp 206-210.

226-1983 Affaires juridiques et constitutionnelles 66A: 17

l4. O S Tyndale, “Notes on the Canada Evidence Act in Quebec“, (1942) 2 R du B 115.

15. The Queen v Douglas, (1898) CCC 221 at 228.
16. Proceedings of the Senate standing committee on legal and constitutional affairs, Thursday, April 2l, 1983,
section 52, p 52:23
17. Law Reform Commission of Canada, Report on Evidence, p 121.

CC

66A : l8 Legal and Constitutional Affairs 22-6-1983

SUPPLÉMENT T0 APPENDIX 66—A

The effects of enacting Bill S—33
on the rules of evidence in the
Courts of Quebec in proceedings under
federal legislation.

The proceedings to which the draft federal Evidence Act would apply are defined in s 3 as follows:

Subject to sections 4 and 5, this Act applies to every proceeding and stage of a proceeding within the
jurisdiction of the Parliament of Canada that is before a court or that is held for the purpose of taking evidence
pursuant to a court order.

lf the Courts are to interpret this provision as broadly as the Court of Appeal did, in considering s 2 of the
present Evidence Act, the result will be a system of rules of evidence, in all proceedings within federal jurisdiction
heard before the Quebec Courts, with the following characteristics:
1. On the basis of priority, the federal Evidence Act would apply, unless there were a provision to the
contrary in that Act or another federal Act (s 3);
2. The rules of evidence in effect in the province in which a proceeding took place would apply to
supplément the federal rules, but only to the extent that they are not inconsistent with a provision of the federal
Evidence Act or another Act ofthe Parliament of Canada (s 6).

Although in theory it could be said that the reform would change nothing, since this is the situation under the
present federal Evidence Act, in practice, it would croate wide—spread confusion. The present Evidence Act contains
very few provisions, s0 that in practical terms it is provincial legislation that applies to proceedings within federal
jurisdiction. Even though the proposed reform is presented as a draft Act and notas a draft Code, it contains a large
number of provisions that could conflict with the rules of evidence followed in Quebec.

Enactment of Bill S-33 would result in a curious paradox: an Act that is intended to bring uniformity to the
rules of evidence would have precisely the opposite result, since it would result in the creation of two systems of
evidence in Quebec: thc Quebec system, to be applied in provincial proceedings, and a special system to be applied
in federal proceedings.

Once we establish a dual system of rules cf evidence, we will be faced with the problem of precisely defining the
areas to which each applies, This situation will certainly arise if this Bill is enacted. In addition to the difficulty of
attempting to define precisely in each case whether the proceedings are under federal or provincial law, there will be
the necessity of settling the problem of what happens when the Court must deal with questions under both federal
and provincial law in a single action. The Court could then have to apply the two systems in parallel, with all the
complications that such a situation would engender.

Moreover, if we set up such a dual system, we will have to avoid drifting into incohérence and adopting rules
that require the Court to switch from one system to the other in order to decide a single case. This is just what
would occur under the proposed Act each time that an examination for discovery is held in a proceeding under a
federal Act. According to subs 4(1), the federal Evidence Act will not apply to an examination for discovery, and
the provincial law would then apply, so that it would be possible for certain evidence to be found inadmissible under
provincial law at an examination for discovery and then admitted at the trial under federal law. Such a situation
appears even more absurd when we consider that Art. 396 of the Code of Civil Procedure provides that depositions
taken at the examination for discovery arc part of the evidence on the same basis as dépositions taken at the trial.

As we said above, assuming that s 3 of the proposed Act would be broadly interpreted, a great number of
Quebec rules of law would undeniably cease to apply in federal proceedings in the Quebec Courts. The impact of
this Act on the law of evidence in Quebec may be understood by examining both the substantive and the procedural
rules of evidence that would be affected.

-—w–.u I-Lav-« (p

22-64983 Affaires juridiques et constitutionnelles 66A: 19

It should be noted that in Quebec law there are two distinct categories of rules of evidence: substantive rules
and procedural rules. The first are found in the Civil Code, and the second in thc Code of Civil Procedure.
Substantive rules deal with the following matters: the subjecbmattcr of the evidence, the burden of proof, types of
evidence and the admissibility of evidence. The procedural rules of evidence concern the presentation of various

types of evidence during a trial.
I Substantive rules of evidence in Quebec affected

by the proposed federal Evidence Act

With respect to the general principles of the law of evidence, the federal Act governs the burden of proof (ss 8
and 9), codifiés the rule of relevance (s 22) and provides for judicial notice (ss 18 to 21, 177 and 178). ln these
areas, the federal Act must be given priority, and will morcover render inoperative the corresponding rules in
provincial law. lt should be noted, for example, that Art I203 of the Civil Code dealing with the burden of proof is
draftcd in very différent terms from s 9 of the federal Act, which deals with the sarne subject matter. While s 9
appears to place thc entire burden cf convincing the Court on the plaintiff, Art 1203 CC divides the burden of proof
between the plaintiff and the defendant.

It should be noted that the Civil Code recognizes four types of evidence: writings, admissions, presumptions and
testimony. In addition, several provisions of the Code of Civil Procedure recognize that physical evidence may be
admitted.

The proposed Evidence Act undeniably makes a number of changes to the rules in the Civil Code respecting
types of evidence. We shall consider the main changes.

1. Authentic writings

The Civil Code recognizes the probative value of authentic writings, that is, writings received by public officers.
These writings are evidence, unless they are denied through a special procedure referred to as an improbation, of
any fact that the public officer is empowered to attest to. Evidence of an authentic document is given by producing a
copy delivered by the legal depositary of the original. The proposed Evidence Act provides for no particular
probative value to be given to authentic writings. Moreover, according to subs l39(2), a party could not use in
evidence a copy of a notarized act without giving at least seven days notice of the intention to do so to the other
parties.

2. The system of registers and domestic papers would bc completely chan
public or private sector provided in ss 152 to 158 of the draft Act.

In this respect, the very extraordinary implications of s 157, which provides that a business record of a financial
institution is presumed to be correct, should be noted. Under this section, a bank’s statement of account, sent to its
customer, is presumed to be correct, and the burden is on the customer to prove that it is in error. This provision is
contrary to the principle of civil law that no one may set themselves outside the law.

3. Section 16 provides for formal admissions on questions of law, while in provincial law admissions are permitted

only on questions of fact.

4. Under Quebec law, extra-judicial admissions are an independent form of evidence.

Extra-judicial admissions, however, are peculiar in that they must be proved. Evidence of such admissions must
comply with the requirements of Art 1244, which prohibits tcstimonial evidence of an extrajudicial admission when
such admission concerns facts that cannot be proved by testimonial evidence. The proposed Act deals with
extra-judicial admissions as an exception to the hearsay rule, and appears t0 authorize testimonial evidence of such
an admission in all cases (ss 57 et seq).

5. The Bill gives weight to certain prior judicial decisions (ss 74«79), while
would have no weight.

With respect to the rules concerning the admissibility of evidence, the prevailing principle recognized in the
proposed Act is thc rule of relevance set out in s. 22, Howevcr, this section recognizes that effect must be given to

gcd by the system of documents in the

under Quebec law such decisions

any rule excluding evidence “pursuant to the Canadian Charter of Rights and Frecdoms, this Act or any other Act
or law”. On the basis of s 6, it might be thought that the rules of Quebec law relating to the admissibility of
evidence would apply to supplement this rule. Because these provisions are no
would be inoperative each time they were inconsistent wit

t of a supplementary nature, they
h an express provision of the federal Evidence Act. Thus

66A : 20 Legal and Constitutional Affairs 22-6-1983

the entire Quebec system relating to hearsay evidence would be inoperative, and would give way to the special
provisions of the Bill, found in ss 45 to 73. Similarly, the Quebec version ofthe best evidence rule would be replaced
by the particular version in ss 130 to 138 cf the Bill.

As we have seen, the proposed Act makes significant changes to the substantive rules of the Quebec law of
evidence, but these changes are minimal in comparison to the changes to the procedural rules of evidence. The
federal Act deals with such a large number of matters relating to procedure that there is little room left for the use
of the rules in the Code of Civil Procedure. Thus, for all practical purposes, the rules relating to the examination of
witnesses (Arts 293 to 323 CCP) would be replaced by the rules in the Bill. Among the matters that are regulated
specifically in the proposed Act are the following:

1. The respective roles ofthe judge and the parties (ss 100 to 102);

2. Exclusion of witnesses (s 107);

3. Rules concerning compétence and compellability of witnesses (ss 86 to 94)

including rules relating t0 spousal privilege (ss 166 to 174) and the protection of witnesses against giving
incriminating evidence (161 to 164);

4. The subject matter of the testimony: opinion evidence (ss 33 to 39);

5. The weight of evidence in the absence of corroboration (s 125);

6. Credibility of witnesses (ss 104 and 105; 115 to 124);

7. The manner of giving testimony

———the system of oaths is changed (ss 96 to 99);

—regulation of cross-examination ofthe witness (ss 101 to 104);

8. Institution ofa specific system for statements by experts (ss 37 and 38);

9. Specific rules concerning a witness who is unable to recall fully a matter or who has used a writing or an

object to recall it (ss 110 to 114);

10. Rules relating to interpreters and translators (ss 126 to 129).

In addition to almost completely covering the area cf the examination of witnesses in court, the proposed Act
provides for a specific system for the use of statements by experts (ss 40 to 44), which would have the effect of
rendering Arts 414 to 425 CCP, which also deal with such statements and references to auditors or practioners,
inoperative.

As may be seen, it is not an exaggeration to state that ifs 3 of the proposed Evidence Act is to be broadly
interpreted, it will result in the establishment of dual systems for the law of evidence in the province of Quebec, with
all the disadvantages that would necessarily result from such a situation.

Léo Ducharme.

Ottawa, June 8, 1983.

22-6-1983

Affaires juridiques et constitutionnelles 66A : 21

APPENDICE «66-A»
Mémoire sur le projet
de loi S-33

(Loi sur la preuve)
Le leïluin I983

L’Association du Barreau canadien

66A : 22

Legal and Constitutional Affairs

Montréal, le ler juin 1983

M. le bâtonnier Louis LeBel
Barreau du Québec

Palais de justice

Bureau 9.80

1 est, rue Notre—Dame
Montréal, P.Q.

H2Y 186

Me L. Yves Fortier, c.r.
Président
Association du Barreau Canadien

Suite 1700
130, Albert
Ottawa, Ontario
KlP SG4
OBJET: Rapport du Comité conjoint As-
sociation du Barreau canadien
– Barreau du Québec sur le
projet de loi S-33
(Loi sur la preuve)

Chers confrères,

Nous avons l‘honneur de vous transmettre le rap-
port du Comité conjoint Barreau du Québec – Barreau canadien
sur le projet de loi S-33 concernant la preuve au Canada.

Nous tenons d’abord â vous remercier de la con-
fiance que vous nous avez témoignée en nous demandant de
participer au nom du Barreau canadien et du Barreau du

Québec à l‘é1aboration de la prise de position officielle de

ces deux organismes.

Il nous faut cependant déplorer de ne pas avoir eu
le temps nécessaire pour procéder â une étude plus poussée
et ä une consultation plus étendue, dignes de l’ampleur et
de l‘importance de la législation proposée et nous ne pou-
vons qu’exprimer le souhait que les promoteurs du projet
nous accordent ä tous – et s’accordent ä eux-mêmes – un

de réflexion.

temps additionnel

22—6»1983

64983 22-6-1983 Affaires juridiques et constitutionnelles 66A ; 23

M. le bâtonnier Louis LeBel,
Me L. Yves Fortier, c.r.

Après dix ans de travaux sur la preuve, il est
difficile de soutenir qu’il y a soudainement une urgence
telle que des personnes dont l’avis serait susceptible
d’améliorer le projet ne puissent avoir l’occasion d’appor-
ter leur contribution.

Il est également important de faire la mise au
point suivante: le rapport de notre Comité, dans sa partie
traitant des dimensions pénales du projet, ne traite que des
points sur lesquels il lui a été possible de recueillir l’a-
vis de quelques avocats – par ailleurs éminents – qui ont pu
trouver le temps de le rencontrer.

Il est certain devant l’intérêt manifesté par eux
qu’un délai un peu plus long aurait permis un échantillonna-
ge plus représentatif de la profession.J

C’est pour ces mêmes raisons que nous avons été
contraints d’aborder le projet de loi de façon thématique de
manière â dégager des exemples particulièrement significa-
tifs tout en étant conscients qu’une étude systématique du
projet de loi s’impose.

En ce qui concerne l’aspect civil, il a encore été
plus difficile d’organiser une consultation valable, le pro-
jet étant â peu prés inconnu des praticiens civilistes du
Québec.

Nous avons quand même réussi ä réunir un certain
nombre de personnes qui n’ont pu que confirmer les craintes
que nous avions déjà quant aux problèmes que le projet de
loi S-33 pourrait causer aux membres du Barreau pratiquant
en matière civile, et aux justiciables eux-mêmes.

Nous avons donc dû nous limiter ä pointer du doigt
la direction dans laquelle une étude et une consultation
plus poussées devravent s’orienter.

Nous tenons ä remercier de leur précieuse contri-
bution les personnes suivantes qui ont accepté ä pied levé
de participer â notre effort de réflexion:

– Me Léo Ducharme, c.r.,professeur ä la Faculté de
droit de l’université d’0ttawa;

– Me Harvey W. Yarosky

66A : 24

Legal and Constitutional Affairs

le bâtonnier Louis LeBel
L. Yves Portier, c.r.

Me Morris J. Fish
Me François Daviault
Me Pierre Poupart
Me Jean-Claude Hébert
Me Yves Bêriault

A ces généreuses personnes un merci bien sincère
et l’espoir que le législateur leur donnera la chance de
réaliser le voeu exprimé par elles de pousser plus loin et
plus â fond l’étude du projet de loi.

Un merci tout particulier ä notre dévoué secrétai-
re, Me Gustave Hëbert, du service de recherche au Barreau du
Québec, qui a dû souvent mettre les bouchées doubles. Sans
lui, et le personnel de soutien qui l’a entouré, M. le
Président et M. le Bâtonnier, nous n’aurions jamais pu
remettre ce travail l’intérieur de l’échéancier qui nous
était imposé.

a

Nous exprimons l’espoir que le travail ci-joint
pourra vous être de quelque utilité et nous vous prions d’a-
gréer, M. le président et M. le Bâtonnier, l’expression de
notre haute considération.

LE COMITÉ CONJOINT

ASSOCIATION ou BARREAU CANADIEN –
BARREAU ou QUÉBEC SUR LE PROJET
DE LOI s-33

Me Gérald R.Tremblay, président

Mme le professeur Giséle Côté Harper
M. le professeur Jacques Fortin
L’Honorable André Nadeau, c.r.
L’Honorale juge Melvin Rothman,J.C.S.

par:
‘ Tremblay

22-64983

9_33_ 22-6-1983 Affaires juridiques et constitutionnelles 66A : 25

ASSOCIATION DU BARREAU CANADXEN — BARREAU DU QUÉBEC

MÉMOIRE
sua
LE PROJET os LOI s-33

(LOI SUR LA PREUVE)

LE 1er JUIN 1983

66A : 26 Legal and Constitutional Affairs

Le comité Association du Barreau Canadien – Barreau

Québec sur le projet de loi S-33 (Loi sur la preuve)

Mes Gérald R. Tremblay, président
Gisêle Côté Harper
Jacques Fortin
André Nadeau
M. le juge Melvin Rothman

Me Gustave Hëbert, secrétaire
Service de recherche, Barreau du Québec

Dépôt légal – Ze trimestre 1983

22-6-l983

du

‘1933 226-1983 Affairesjuridiques et constitutionnelles 66A :27

INTRODUCTION

Le projet de loi donnant effet pour le Canada â la
Loi uniforme sur la preuve adoptée par la Conférence cana-
dienne de l’uniformisation du droit, a été déposé devant le
Sénat canadien au cours du mois de novembre 1982. Ce projet
de loi, bien qu’étant l’aboutissement d’un cheminement de
quelques années, n’a pas, dans sa forme actuelle, fait l’ob-
jet de consultations préalables auprès de l’ensemble de la
profession.

Pour s’assurer que la perspective du Québec soit
clairement identifiée face ä ce projet, un comité Barreau du
Québec – Association du Barreau canadien fut mis sur pied.
Ce comité tout en s’inscrivant dans l’ensemble des travaux
effectués par d’autres comités de l’Association du Barreau
canadien, veut présenter les vues particulières du Québec

sur cette question.

Ceci dit, vu l’impossibilité physique de procéder
â une consultation plus large dans le délai très court qui
leur était donné, les membres du comité ont procédé ä l’étu-
de de ce projet en ayant recours ä des avocats qui ont ac-
cepté d’apporter leur expérience considérable soit en droit
civil, soit en droit criminel, et ont étudié avec le comité
ce texte pour y déceler l’impact qu’il pourrait avoir sur
l’exercice de la profession d’avocat au Québec.

En dépit de ces efforts déployés sur une très
courte période de temps, il apparaît opportun de signaler
que ce document ne se présente d’aucune façon comme étant le
reflet d’une étude exhaustive de tous les articles et de

toutes les conséquences de l’adoption de ce projet. Le co-
mité n’a fait que repérer ce qui lui semblait le plus répré-

66A : 28 Legal and Constitutional Affairs 22-6-1933

hensible, assuré qu’une période de réflexion et de consulta-
tion supplémentaire aurait contribué â élargir l’éventaY
des commentaires sur le projet de loi en question.

Il est clair lorsqu’on parcourt le projet de Loi
S-33 que ce projt traite ä la fois de droit pénal et de
droit civil. Nos préoccupations relatives au droit pénal
rejoignent ä plusieurs égards celles des juristes de tout le
Canada quelle que soit leur province d’origine. Nous trai-
terons plus loin dans le texte des divers aspects criminels

du projet qui ont particulièrement retenu notre attention.

Il est cependant essentiel de souligner dés le
point de départ le caractère tout ä fait unique, en ce qui
concerne le Québec, des aspects civils de ce projet de loi.

En effet depuis toujours au Québec, le droit de la
preuve est celui – sauf exceptions mineures – qui est régi
par les dispositions de notre Code civil et de notre Code de
procédure civile. Il est important de noter que ces dispo-
sitions visent non seulement des règles de procèdurefmais
également des règles de fond, et ce quel que soit le tribu-
nal auquel on s’adresse, et quel que soit le domaine de com-
pétence législative en cause. En d’autres termes, même si ä
l’occasion d’un procès, la solution du litige nécessitait la
preuve de faits menant â l’application d’une loi fédérale,
la preuve de ces faits suivait les règles de notre droit ci-
vil. L’unité et la cohérence qui en résultaient ne pou-
vaient qu’étre bénéfiques, les mêmes règles s’appliquant de-
vant tous les tribunaux y compris la Cour fédérale.

Or, le projet de loi S-33, s’il est adopté tel
quel, aura pour effet de provoquer un changement majeur â

cet égard.

933 22-6-1983 Affaires juridiques et constitutionnelles 66A :29

En effet, l’article 3 se lit comme suit:

« Sous réserve des articles 4 et 5, la
présente loi s’applique aux procédu-
res ou actes de procédure de compé-
tence fédérale en instance devant les
tribunaux ou destinés â recueillir
des éléments de preuve sur ordonnance

judiciaire. » 1

En lisant ce texte en même temps que l’article 6
du projet et la définition de tribunal que l’on y retrouve â
l’article 1, on ne peut faire autrement que de conclure qu’à
toutes les fois qu’une loi fédérale sera en cause dans une
procédure civile devant n’importe quel tribunal, fédéral ou
provincial, il faudra appliquer les dispositions du nouveau

projet de loi.

Or, le nouveau projet qui, ä plusieurs égards,
n’est que la codification du Common law, vient, en matières
civiles, changer substantiellement les règles de preuve que
l’on appliquait jusqu’à maintenant.

Il s’ensuit donc que ce projet, sous son angle ci-
vil, modifie substantiellement le droit civil du Québec.

Il ne suffit pas, en réponse â ce qui précède, de
dire que l’actuelle Loi sur la preuve au Canada comporte â
son article 2 une disposition semblable ä l’article 3 du
projet . Cela est sans doute vrai mais le domaine d’appli-
cation de l’actuelle Loi sur la preuve au Canada est telle-
ment restreint en matières civiles que la conséquence de cet
article est sans aucune comparaison avec la conséquence de

66A : 30 Legal and Constitutional Affairs 226-1983

la nouvelle disposition, mais cette fois—ci, dans le cadre
d’un projet de loi dont le domaine d’application est auss
vaste que tout notre droit civil de la preuve lui-même.

Il ne faut pas oublier que le respect de la duali-
té juridique au Canada a été reconnu par le législateur fé-
déral lui-même lorsqu’il a adopté l’article 11, paragraphe
b) de la Loi prévoyant la création d’une commission de ré-
forme du droit du Canada qui énonce que « La Commission a
pour objet d’étudier et de revoir … les lois et autres rê-
gles de droit… en vue de … refléter dans le droit les
concepts et les institutions distinctes des deux systèmes
juridiques du Canada, le Common law et le droit civil, et
concilier les différences et les oppositions qui existent
dans la formulation et l’application du droit par suite des
différences entre ces concepts et institutions… » 2

Nous concluons qu’un changement â la fois aussi
substantiel et unilatéral que celui qui est proposé est tout
â fait inacceptable et ne contribue pas au maintien de cette
dualité. Ceci est d’autant plus vrai qu’aucune consultation
préalable des juristes civilistes du Québec n’a eu lieu et
que la nécessité d’un Code national de la preuve en matières
autres que criminelles n’a jamais été ni discutée voire dé-

montrée.

D’ailleurs les débats constitutionnels qui pour-
raient résulter d’une telle codification des règles de preu-
ve en matières civiles pourraient être évités si la loi ne
s’appliquait qu’en matières criminelles comme le suggérait
d’ailleurs la Commision de réforme du droit elle—mëme.

Les membres du comité se sont interrogés sur l‘op-_
portunité de codifier dans un même document les règles de

83 22-6-1983 Affaires juridiques et constitutionnelles 66A :31

preuve applicables en matières civiles et celles relatives
au droit criminel.

Au plan de la présentation de la preuve en matiè-
res criminelles, le comité a porté une attention particuliè-
re aux droits actuellement accordés ä l’accusé. Le projet

de loi porte atteinte a l’équilibre traditionnel entre les
droits de la poursuite et ceux de la défense.

Indépendamment de cet aspect, certaines règles de
fond qui se veulent une codification de principes élaborés
par les décisions des tribunaux canadiens et le Common law,
s’avèrent incompréhensibles si le lecteur n’a pas du Common
law une connaissance approfondie, ce qui est contraire â
l’esprit même d’une codification, quelque soit la forme
qu’elle revêt.

Enfin, même si notre objection est d’abord une ob-
jection de fond, il nous a semblé opportun de traiter de la
version française du projet. Cette version utilise une ter-
minologie nouvelle qui sert de véhicule â des notions com-
plètement étrangères â notre vocabulaire juridique.

Les membres du comité sont conscients du fait que
la deuxième version française mise â leur disposition cons-
titue une amélioration sur la première. Ils constatent tou-
tefois qu’elle comporte encore des lacunes les incitant â
conclure que le texte français est ä revoir dans sa totali-
té. Il est essentiel de s’assurer que le législateur adopte
deux versions de la même loi et non pas deux lois – l’une en
français, l’autre en anglais. De plus, le législateur de-
vrait éviter de mettre de côté des expressions utilisées
correctement depuis des générations tant au plan de la lan-

Legal and Constitutional Affairs 22-6- l 983

gue qu’au plan des concepts que ceux-ci expriment, et qui
ji’ sont rendus nécessaires par la pratique en français d’un

droit conçu a l’origine en anglais.

C’est dans cet esprit que le comité Association du
Barreau canadien — Barreau du Québec, vous présente ses ré-
flexions en traitant d’abord des règles de preuve en matiè-
res criminelles pour ensuite aborder la question sous l’as-
pect des règles de preuve en matières civiles.

‘3_3 V. 22-6-1983 Affaires juridiques et constitutionnelles 66A :33

I – LE PROJET DE LOI S-33 ET LE DROIT PÉNAL

Dès la formation du Comité conjoint entre le
Barreau canadien et le Barreau du Québec pour étudier le
projet de Loi S-33 comportant un projet de loi uniforme sur
la preuve au Canada, les membres ont convoqué la réunion
d’un certain nombre d’avocats du Barreau de Montréal, de ma-
nière â recueillir leurs commentaires sur l’ensemble du pro-
jet de loi de même que sur ses dispositions ponctuelles qui
leur semblaient devoir mériter des commentaires particu-
liers. C’est en fonction de cette consultation que les pré-
sentes notes ont été préparées.

En raison du court délai qui nous a été donné, il
va sans dire qu’il n’est pas question de faire une analyse
complète de toutes les dispositions du projet de loi. Nous
avons plutôt conçu notre rôle comme devant porter sur l’ana-
lyse de points particuliers du projet de loi dont l’impor-
tance ne peut être négligée du point de vue d’avocats occu-
pés quotidiennement â la plaidoirie devant les tribunaux.
D’ailleurs le Barreau canadien a confié â un autre groupe
d’avocats l’étude spécifique de certaines parties du projet,
de manière ä couvrir l’ensemble des matières traitées par
celui-ci.

Au point de départ, il est important de dire que
le comité ne met pas du tout en cause la nécessité de re-
grouper dans une même loi l’ensemble des règles législatives

ou jurisprudentielles qui constituent le droit de la preuve
en matières criminelles. Le comité comprend d’emblée les

objectifs poursuivis par le projet.

66A 2 34 Legal and Constitutional Affairs 22-6-1983

Cependant, la manière de réaliser ces objectifs
n’est pas â l’abri de certaines critiques qui paraissent re-
vêtir aux yeux du comité une importance fondamentale. Ainsi
le document d’information publié par le ministère et intitu-
lé « Proposition pour une nouvelle loi sur la preuve » dit, on
ne peut plus clairement, que la nouvelle loi n’est pas un
code devant couvrir tous les aspects de la Loi sur la preu-
ve. Il y est également dit qu’on a jugé préférable de ne
pas légiférer dans certains domaines du droit, mais plutôt
de permettre au droit de se développer dans le cadre des dé-
cisions des tribunaux.

De l’avis du comité, cette conception du projet de
loi est discutable, comme nous le verrons dans la première
partie. Par ailleurs, le document d’information affirme que
les changements apportés par la nouvelle loi quant aux ré-
gies de preuve mêmes ne diffèrent pas radicalement du droit
actuel. Cette affirmation ne reflète pas la réalité. Nous
verrons dans la deuxième partie jusqu’à quel point le projet
de loi apporte des modifications nombreuses et substantiel-
les au droit actuel, modifications qui jouent en général au

détriment des droits de l’inculpé.

i983

22-6- l 983 Affaires juridiques et constitutionnelles

PREMIÈRE PARTIE: CONCEPTION GÉNÉRALE ou PROJET os LOI

En se défendant de faire un code de la preuve, on
veut sans doute éviter les critiques que s’était attirée la
Commission de réforme du droit par son code de la preuve de
1976. On présente une Loi sur la preuve définissant une sé-
rie de règles ponctuelles dont l’énoncé devient compréhensi-
ble uniquement au regard de la jurisprudence de Common law
en l’absence d’une formulation de principes devant guider
le tribunal dans l’interprétation de ses règles. Pourtant,
l’objectif de codifier le droit actuel est partout présent
dans le projet de loi. Mais la codification de règles en
l’absence des principes qui les inspirent ou les régissent
risque de créer des distorsions dont nous verrons certains
exemples frappantsa

Malgré son ampleur, le projet de loi est aussi
très incomplet.

La structure du projet de loi

La structure du projet de loi met en lumière un
paradoxe. Si la nécessité de légiférer vient d’un sentiment
partagé par la majorité des juristes â l’effet que le droit
de la preuve tel que développé par le Common law est dans un
état de désorganisation tel que la recherche de ses sources
et l’analyse de son contenu en sont rendus très difficiles,
on ne peut par ailleurs s’empêcher de constater que le pro-
jet de loi emprunte sans rien n’y changer les structures du
Common law et des règles jurisprudentielles. Pour n’en don-

ner qu’un exemple, prenons le cas de la règle du oui-dire.

66A :36 Legal and Constitutional Affairs 22-6-1983

La structure du projet de loi se compare a quelques détails
près, â celle des « textbooks » traitant de la question. En
premier lieu on retrouve une définition du oui-dire, suivie
de la règle générale de l’exclusion de la preuve par ouï-
dire et enfin une série d’exceptions qui sont regroupées
sans référence au principe qui les justifie, soit celui de
la fiabilité de la preuve. Les auteurs du projet ont marqué
ainsi leur volonté de codifier les règles de Common law dans
leurs plus petits détails. Ils l’ont cependant fait sans se
donner la peine de repenser les règles fondamentales et les
raisons justifiant les exceptions ou de regrouper les dispo-
sitions autour de principes énoncés d’une manière compréhen-
sible. Cette structure a un impact que le comité juge
malheureux pour la conception du contenu du projet de loi.

La conception du contenu du projet de loi

La simple transposition en règles législatives de
règles jurisprudentielles, sans que la loi n’énonce en même
temps les principes d’où découlent ces règles, constitue un
appauvrissement du Common law. La règle transposée dans un
contexte législatif perd le caractère de souplesse que lui
donne son énonciation jurisprudentielle. Elle tend ainsi â
devenir une fin en soi, isolée de son contexte. Elle prend
aussi un caractère absolu alors même que sa source jurispru-
dentielle lui donnait un caractère relatif, valable unique-
ment en fonction du principe applicable â la cause. Deux
exemples devraient être suffisants pour illustrer cette

idée: on les retrouve aux articles 14 et 22.

l ‘C3’

22-6-1933 Affaires juridiques et constitutionnelles

66A :37

L’article 14 du projet de loi se lit comme suit:

“En matières pénales, le tribunal
n’est pas tenu de donner des direc-
tives particulières au juge des
faits sur la charge de la preuve par
concordance d’indices.“

Si on laisse de côté le caractère pour le moins
novateur du vocabulaire employé, du moins en français, on
constate que la règle en question veut exprimer le tempéra-
ment apporté par la Cour suprême du Canada dans l’arrêt
Cooper 3 aux directives relatives â la preuve circonstan-
tielle. »

La Cour suprême n’a pas dit que le tribunal n’é-
tait pas tenu de donner des directives particulières au juge
des faits sur la preuve circonstantielle. _Ce qu’elle a dit
plutôt, c’est qu’il n’y a pas de formule sacramentelle de-
vant s’appliquer â la preuve circonstantielle. Ce que la
Cour suprême a rappelé, c’est l’importance que le juge des
faits comprenne la règle fondamentale de la présomption
d’innocence et du doute raisonnable. C’est donc le principe
en cause dans l’arrêt Coope . L’article 14 étant formulé de
manière négative, ne devient compréhensible que pour le
lecteur qui connaît l’arrêt Cooper. La portée de l’article
14 perd donc de vue le principe que la Cour suprême voulait
mettre de l’avant dans sa décision. Il se peut fort bien
que, par sa nature, la preuve dans une cause donnée doive
amener le juge â donner des directives particulières au ju-
ry, de manière ä bien lui faire comprendre le principe de la
présomption d’innocence et son application â travers la rè-
gle du doute raisonnable. L’article 14 n’exprime pas cette

66A : 38 Legal and Constitutional Affairs 22-6-1983

dimension très importante de l’arrêt Cooper. La formulation
législative de la règle jurisprudentielle constitue ainsi,
sans aucun doute, un appauvrissement de celle-ci.

Une illustration encore plus évidente de cet effet
se retrouve ä l’article 122 du projet de loi. Cet article
a pour effet de codifier une règle jurisprudentielle énoncée
par la Cour d’appel d’Ontario dans l’arrêt R c. Davison,
DeRosie and MacArthur 4 . Cet arrêt a apporté un tempéra-
ment important â un énoncé formulé par le juge Spence de la
Cour suprême du Canada, dans l’arrêt R. c. Colpitts 5 . Rap-
pelons que le juge Spence avait dit que l’accusé qui déci-
dait de témoigner pour sa défense pouvait être traité comme
un témoin ordinaire quant â la vérification de sa crédibili-
té dans le cadre du contre-interrogatoire. La Cour d’appel
d’Ontario a constaté le manque de réalisme de cette affirma-
tion en raison de la difficulté de présumer que le jury
puisse effectivement limiter la portée des faits dévoilés
par le contre-interrogatoire ä la seule crédibilité de l’ac-
cusé. C’est dans ce contexte que le juge Martin a dégagé la
situation particulière ä l’accusé, situation selon laquelle
la poursuite n’a pas la faculté d’invoquer en contre-
interrogatoire des faits de nature ä mettre en cause la mo-
ralité de l’accusé et qui n’ont aucune pertinence avec des
faits en litige. L’exception bien connue, sur laquelle nous
reviendrons plus loin, touche évidemment la preuve des con-
damnations antérieures prévue par l’article 12 de la L31

sur l a preuve au Canada.

A cette exception, la Cour d’appel d’Ontario en
ajoute une autre dont l’objet est de permettre ä la poursui-
te de mettre en cause la »moralité »du témoin-accusé lorsque
celle-ci est directement pertinente aux fins de prouver la

983

22-6-1983 Affaires juridiques et constitutionnelles

66A : 39

fausseté de la preuve apportée par l’accusé. L’étude des
faits particuliers de l’arrêt en question montre que la ré-
gle énoncée par la Cour d’appel d’Ontario s’applique â un
accusé qui, dans le cadre de son témoignage, a affirmé des
faits dont la fausseté pouvait être démontrée par la preuve
de ses associations criminelles ou de son mode de vie.

A la lecture de cet arrêt, il est donc évident que
l’exception énoncée par la Cour d’appel s’applique exclusi-
vement â une situation oü le contre-interrogatoire sur la

moralité est destiné a montrer la fausseté d’une assertion
de l’accusé en tant que témoin.

Si on lit maintenant l’article 122 du projet de
loi, on voit que l’exception apportée au principe que « le
poursuivant ne peut, dans le seul but d’attaquer la crédibi-
lité de l’inculpé, le contre-interroger sur sa »moralitéÏ ses
antécédents, ses relations, son mode de vie ou sa participa-
tion â un crime » est énoncée d’une manière qui peut être in-
terprétée beaucoup plus largement que la régle jurispruden-
tielle énoncée par la Cour d’appel d’Ontario. L’article
permet en effet ä la poursuite de faire la preuve de“morali-
té si celle-ci est de nature â établir la fausseté d’une
preuve que l’inculpé a préalablement présentée. Il est vrai
que, dans l’instance, le juge Martin a bien employé les mots
« the accused’s evidence » qui sont ceux employés par l’arti-
cle 122. Mais, comme on l’a dit précédemment, « the accu-
sed’s evidence » signifie, dans le contexte de l’arrêt, le
témoignage de l’accusé. Cette précision n’apparaît pas ä
l’article 122. Ou bien l’article 122 est conçu comme devant
s’interpréter sans égard â la jurisprudence qui l’inspire
auquel cas il constitue un élargissement certain d’une rêgle
de droit au détriment de l’inculpé; ou bien l’article 122,

66A :40 Legal and Constitutional Affairs 22-6-1983

pour recevoir son véritable sens, doit être analysé en fonc-
tion de la régle jurisprudentielle qu’il prétend énoncer.

Encore ici, on constate que la manière de procéder
apporte, sinon une distorsion, tout au moins un appauvrisse-
ment des règles jurisprudentielles. En conséquence, le ca-
ractère relatif des règles jurisprudentielles qu’il faut
toujours analyser dans le contexte des faits ä propos des-
quels elles sont énoncées, disparaît une fois qu’on leur
donne une forme législative qui n’en retient pas les nuan-
ces. Elles tentent dés lors â prendre un caractère absolu
en l’absence d’une formulation claire du principe justifiant
la régle et des modalités justifiant l’exception.

Le caractère incomplet du projet de loi

Il est important de faire une distinction aussi
nette que possible entre d’une part le caractére non-exhaus-
tif d’une loi, tel que semble l’entendre le document d’in-
formation â la page 3, lorsqu’il explique qu’on a jugé pré-
férable de ne pas légiférer sur certains domaines de la
preuve, afin de permettre au droit de se développer dans le
cadre des décisions des tribunaux et, d’autre part, les la-
cunes que peut comporter un projet de loi. Il est évident
qu’un projet de loi tel que celui sous étude qui ne comporte
pas d’énoncés de principes fondamentaux, ne saurait être ex-
haustif. En revanche, le caractère incomplet d’un projet de
loi peut créer de réels problèmes. A cet égard, on peut
mentionner â titre d’exemple au moins quatre sujets très im-
portants dans le droit de la preuve et qui n’apparaissent
pas dans le projet. Il s’agit du voir-dire, de la fin de
non-recevoir, de la réception de preuves nouvelles en appel
et du plaidoyer de culpabilité.

22-6- l 983 Affaires juridiques et constitutionnelles

L’importance du voir-dire dans l’administration de
la preuve n’a pas â être démontrée. Dés que le tribune
doit vérifier certains faits aux fins de déterminer l’admis-
sibilité d’une preuve ou encore l’aptitude d’un témoin en
fonction de sa capacité de témoigner ou de sa qualité d’ex-
pert, le tribunal tient un voir-dire. La jurisprudence il-
lustre certaines difficultés dans l’administration de la
preuve au cours du voir-dire qu’il n’y a pas lieu d’analyser
ici. Ce qu’il faut constater, c’est que le projet de loi ne
mentionne aucunement l’institution du voir-dire dans ses as-
pects généraux. Le projet traite du voir-dire exclusivement
dans le cadre des déclarations de l’inculpé. Notamment,
l’article 64 élimine la nécessité du voir-dire lorsqu’il
s’agit de res gestae, l’article 65 prohibe le contre-
interrogatoire de l’inculpé sur la véracité de sa déclara-
tion, l’article 71 prévoit l’intégration de la preuve faite
au voir-dire dans celle du l’enquête préliminaire, l’arti-
cle 68 prévoit la renonciation au voir-dire, l’article 116
paragraphe 2 prévoit le voir-dire lors du contre-
interrogatoire de l’inculpé sur la déclaration et enfin
l’article 64 modifie le fardeau de preuve qui incombe â la
poursuite sur la question de savoir si la déclaration de
l’inculpé a été faite librement et volontairement.

Le projet de loi nous donne donc un ensemble de
dispositions ponctuelles traitant du voir-dire exclusivement
dans le cas de la déclaration d’un inculpé. Pourtant le
fardeau de preuve, ou la manière de faire la preuve de faits
préliminaires ou préalables ä l’admissibilité d’une preuve
autre que la déclaration d’un inculpé pose des problèmes
dont un projet de loi sur la preuve devrait traiter.

Il est également surprenant de constater que le
projet de loi ne fait aucune mention de la doctrine dite de

66A:4l

66A :42 Legal and Constitutional Affairs 22-64983

« la fin de non-recevoir“. Celle-ci est une application dans
le droit de la preuve de la doctrine de la chose jugée.
Elle est â cet égard exclusivement un probléme de preuve qui
pose de grandes difficultés aux tribunaux, comme en fait
foi, par exemple, l’arrêt récent de la Cour suprême du
Canada Gushue c. R. 5 .

La réception de preuves nouvelles en appel dont
les conditions sont prévues par l’article 610 du Code crimi-
nel, est elle-même essentiellement une question relevant du
droit de la preuve.

Enfin, l’absence de disposition sur le plaidoyer
de culpabilité, n’est pas la moindre des lacunes que l’on
peut constater dans le projet de loi.

Sous le titre « aveux judiciaires », le projet de loi traite
aux articles 16 et 17 des aveux que les parties peuvent
faire aux fins de dispenser la partie adverse de faire une
preuve. Ces dispositions modifient le droit actuel d’une
maniére contestable dans la mesure oü elles permettent dé-

sormais que les aveux portent sur des questions de
droit. Mais ce que nous voulons souligner ici, c’est l’im-
portance que l“article 16 attache aux aveux partiels

faites par les parties et notamment l’accusé, alors que le
plaidoyer de culpabilité, qui est l’aveu par excellence, est
complètement laissé de côté. Le Code criminel consacre
trois brèves dispositions â cette institution dont l’impor-
tance ne peut être négligée dans le cadre de la preuve péna-
le et qui soulève une foule de problémes dans la jurispru-
dence. Sans prétendre faire ici une énumération exhaustive
de ces problèmes, il nous suffira de mentionner les points

suivants:

9g 22-6-1983 Affaires juridiques et constitutionnelles 66A : 43

– la négociation du plaidoyer entre la défense et la pour-
suite, y compris la validité des ententes intervenues entre
les parties;

– le contrôle judiciaire sur la recevabilité du plaidoyer de
culpabilité, la nature et la portée de ce contrôle, la véri-
fication du caractère volontaire et informé du plaidoyer, la
vérification de son bien fondé, le rôle de l’avocat, les
conditions régissant le retrait de plaidoyer et l’effet au
plan de sa validité en tant qu’admission informelle du plai-
doyer de culpabilité qui a été retiré, ou jugé irrecevable.
Toutes ces questions extrêmement importantes dans le droit
de la preuve sont totalement ignorées par le projet de loi.
Le comité ne peut qu’exprimer ici son désarroi vis-â-vis une

telle lacune.

Enfin la difficile question de l’admissibilité des
faits similaires qui met en cause un aspect fondamental de
la notion de pertinence est tout simplement escamotée.

La notion de res gestae est définie exclusivement
par rapport aux déclarations comportant la communication de
faits ou de sentiments alors que la jurisprudence l’applique
également â la recevabilité des conduites faisant partie de

l’événement en litige.

En conclusion, on s’aperçoit qu’au plan de sa con-
ception générale, le projet de loi présente plusieurs pro-
blèmes de fond, et que son objectif de simplification du
droit risque sérieusement d’être compromis par la reproduc-
tion servile qu’il fait des structures de Common law, par
les distorsions qui résultent de la transcription législati-
ve de règles jurisprudentielles dépouillées de leur contexte

et par les lacunes qu’il présente.

66A 144 Legal and Constitutional Affairs 22-6-1983

DEUXIÈME PARTIE: MODIFICATION pas RÈGLES ACTUELLES AU
DETRIMENT ne L’INCULPÉ

Plusieurs dispositions du projet de loi apportent
des restrictions ä certains droits de l’inculpé qui lui sont
actuellement reconnus. Il s’agit de la présomption d’inno-
cence, du droit de l’inculpé de ne pas témoigner dans sa
cause, de son droit â une défense pleine et entière, de la
portée des déclarations antérieures et, enfin, du fardeau de

preuve lors du voir-dire en matière de confession.

Présomption d’innocence

Il est sans doute inutile de rappeler que la Char-
te canadienne consacre la présomption d’innocence (article
11 d) et que celle-ci est traditionnellement identifiée â la
règle du doute raisonnable. Les articles 10 â 15 du projet
de loi traitent de cette question. Ils soulèvent trois dif-
ficultés: d’abord un problème de formulation des règles en
cause, ensuite un problème ‘d’opportunité de l’adoption
législative des règles proposées au regard du principe con-
sacré par la Charte canadienne et enfin le problème de l’in-
tégration ä l’ensemble du droit criminel de la règle prévue
par l’article 730 du Code criminel. Sans entrer dans les
problèmes suscités par la version française, la formulation
des règles proposées par cet article laisse â désirer au
plan de sa compréhension. A cet égard, les dispositions
suggérées paraissent au comité être un net recul sur la for-
mulation préconisée par le Code de la preuve de la Commis-
sion de réforme du droit. Celui-ci évitait l’emploi de for-

mules telles que « balance des probabilités » ou « prépondéran-

e 22-6-1983 Affaires juridiques et constitutionnelles 66A : 45

ce de preuve » pour donner plutôt une formulation descriptive
du phénomène intellectuel en cause. Par exemple, le para-
graphe 5 de l’article 12 du Code de la preuve de la Commis-
sion de réforme du droit s’énonce comme suit:

« Lorsqu’une loi, en termes exprès im-
pose ä l’accusé le fardeau de persua-
sion d’une défense, excuse ou justi-

fication â une infraction criminelle,

il s’acquitte de ce fardeau lorsque
l’arbitre des faits est convaincu que
leur existence est plus probable que
leur inexistence ».

On constate â la lecture de cette disposition que
le phénomène intellectuel que cherche â évoquer avec impré-
cision l’expression « balance of probabilities » ou « prépondé-
rance des probabilités » se trouve défini dans des termes
simples et concrets qui sont â la portée du jury sans que le
juge ait l’obligation de définir une expression technique.
La formulation préconisée par le Code de la preuve présente
un autre avantage significatif: le fardeau de persuasion de
la poursuite est défini non seulement au regard des éléments
essentiels de l’infraction mais est énoncé également, tel
que le reconnaît la jurisprudence, au regard des moyens de

défense de l’accusé.

La structure des articles du projet de loi laisse
également â désirer si on la compare ä celle du Code de la
preuve. Par exemple, en ce qui concerne les matières péna-
les, le projet de loi discute les règles particulières rela-
tives au fardeau de présentation avant d’énoncer le principe
le plus fondamental qui est évidemment celui de la présomp-

24421-4

55A î 46 Legal and Constitutional Affairs 22-6-1983

tion d’innocence. En ce qui touche le fardeau de persua-
sion, on peut s’interroger sur l’opportunité de consacrer
par des textes législatifs des formules apportant des res-
trictions â la présomption d’innocence alors même que l’in-
terprétation de la Charte fait l’objet de controverses ju-
risprudentielles. Il est évident que le projet de loi ne
saurait avoir pour effet d’accréditer au regard de la Charte
la validité de dispositions quelconques faisant supporter ä
l’inculpé l’obligation d’établir un fait en litige par une
preuve prépondérante. Dans la mesure oü une restriction â
la présomption d’innocence ne se justifie pas au sens de
l’article 1 de la Charte, il va sans dire que le juge ne lui
donnera pas effet 7 .

Il y a toutefois un aspect où le projet de loi mo-
difie considérablement le droit actuel. Il s’agit de l’ar-
ticle 12 paragraphe 1 qui a pour effet d’appliquer â l’en-
semble des infractions, que celles-ci soient des actes cri-
minels ou des infractions sommaires, la règle jusqu’ici li-
mitée aux infractions sommaires qui apparaît â l’article 730
du Code criminel. Du reste, le paragraphe 2 de l’article 12
est explicite sur l’effet de la disposition: la présomption
d’innocence y est affirmée simplement en relation avec les
moyens généraux de défense et non en fonction des moyens de
défense particuliers prévus expressément par les textes de

loi.
Droit de l’inculpé de ne pas témoigner
Au moins quatre (4) dispositions du projet de loi

ont pour effet de pénaliser l’inculpé s’il décide de ne pas
témoigner pour sa défense. Ces dispositions sont ä ce titre

4983

22-6- l 983 Affaires juridiques et constitutionnelles

66A : 47

des innovations dont la justification est loin d’étre éta-
blie dans le projet de loi, encore que celui-ci reconnaisse
la règle du droit actuel selon laquelle le tribunal ou le
poursuivant ne peuvent pas faire d’observation sur le défaut
de l’inculpé ou de son conjoint de témoigner. (article 94)

Il s’agit de l’article 62 paragraphe 2 en matière
de res gestae, de l’article 108 qui traite de l’ordre des
témoignages, et de l’article 123 paragraphe 3 qui traite du
contre-interrogatoire de l’inculpé sur ses condamnations an-
térieures et enfin de l’article 95 portant sur le fardeau de

preuve incombant a l’inculpé.

Le paragraphe 2 de l’article 62 dispose en subs-
tance que l’inculpé ne peut produire en preuve une déclara-
tion qu’il a faite d’une manière spontanée et concomitante ä
l’événement en litige s’il ne témoigne pas. L’article pré-
cise que l’inculpé ne peut produire cette déclaration par le
biais du contre-interrogatoire d’un témoin qui aurait pu re-
cevoir cette déclaration. Le but de cette disposition est
évidemment d’écarter la décision de la Cour suprême du
Canada dans l’arrêt Graham 3 . Une majorité des juges de la
Cour suprême y a statué que l’inculpé pouvait faire la preu-
ve de la déclaration qu’il avait faite ä la police au moment
de son arrestation pour recel alors qu’il était en posses-
sion de bijoux volés. Dans les circonstances de cet arrêt,
l’inculpé s’était servi du contre-interrogatoire du policier
pour mettre en preuve sa déclaration disculpatoire. Selon
l’arrêt, la recevabilité de cette déclaration se justifie au
motif qu’elle fait partie des res gestae puisqu’elle est
contemporaine â la possession qui se conçoit comme une in-
fraction continue. Bien sûr, dans des circonstances de cet-
te nature, on peut penser qu’un inculpé a le loisir de se

66A :48 Legal and Constitutional Affairs 22-6-1983

préparer une explication destinée ä l’innocenter au cas oû
il serait mis en état d’arrestation, ce qui dans les cir-
constances équivaudrait â une preuve préconstituée. C’est
évidemment cette méfiance qui a amené les auteurs du projet
â subordonner l’admissibilité de cette déclaration â l’obli-
gation de l’inculpé de témoigner. Les dispositions du pro-
jet manifestent â cet égard une contradiction de principe:
d’une part, la déclaration dont il s’agit est admissible au
terme de l’article 62 paragraphe 1 alinéa i) si elle a été
faite par l’inculpé de façon spontanée ä l’époque de l’évé-
nement ou de l’acte en litige. D’autre part, malgré la
spontanéité de la déclaration et sa concomitance avec l’évê-
nement en litige, cette déclaration est irrecevable si l’in-
culpé ne témoigne pas. Pourtant la constatation que doit
faire le tribunal du caractère spontané de la déclaration
devrait être une garantie suffisante de sa fiabilité. Le
comité est d’opinion que le droit de l’accusé de ne pas té-
moigner dans sa cause ne doit pas être compromis ä la seule
fin de protéger la poursuite de ce qui semblerait être un
avantage tactique pouvant jouer au bénéfice d’une catégorie
d’inculpés, alors même que l’absence de la déclaration per-
mettrait ä celle-ci d’invoquer la doctrine de la possession
récente.

L’article 108 prévoit, â l’instar du droit actuel,
que l’inculpé puisse citer ses témoins dans l’ordre qui lui
convient. Il dispose cependant que le tribunal peut faire
des observations au jury sur la force probante du témoignage
de l’inculpé confirmant un témoignage préalablement rendu
par un de ses témoins. Cette disposition a pour effet, con-
trairement ä la jurisprudence actuelle, de permettre au juge
de préjuger de la crédibilité de l’inculpé du seul fait
qu’il témoigne après certains de ses témoins 9

1983 22-6-1983 Affaires juridiques c1 constitutionnelles 66A : 49

Elle entre en contradiction flagrante avec le
droit de l’inculpé de faire une défense pleine et entiêre et
avec son droit de ne pas être contraint ä témoigner dans sa
cause. La conjonction de ces deux principes signifie tout
simplement que l’accusé a le droit de faire une défense
pleine et entiêre, sans témoigner lui-même. Toute rêgle qui
a pour effet directement ou indirectement de forcer l’accusé
â témoigner avant ses témoins est une restriction au droit
de l’accusé â faire une défense pleine et entière et ä son
droit de ne pas témoigner. Elle signifie en effet que l’in-
culpé doit exercer son droit de témoigner ou de ne pas té-
moigner avant même que sa défense ne soit complète. Or, il
apparaît essentiel que l’inculpé puisse réserver sa décision
de témoigner ou de ne pas témoigner jusqu’au moment oü il
peut avoir une appréciation complète de la preuve. Celui-ci
ne peut en effet exercer le contrôle sur la crédibilité des
témoins qu’il décide de faire entendre ni sur l’impact que
les témoignages de ces témoins peuvent avoir sur le juge des
faits. En ce sens la disposition de l’article 108 a tout
simplement pour effet de pénaliser l’inculpé selon le moment
qu’il choisitd’exercer son droit de témoigner.

La formulation des directives prévues par l’arti-
cle 95 du projet de loi relativement au fardeau de présen-
tation que doit assumer l’inculpé quant aux éléments de
preuve â l’appui de sa défense comporte des mentions qui
sont inacceptables, selon le comité, au regard du droit de
l’inculpé de ne pas témoigner pour sa défense. D’une part,
le contenu des directives est en lui même un commentaire sur
l’abstention de l’accusé ä témoigner, commentaire qui est
contraire au principe énoncé ä l’article 94 du projet.

Deuxièmement, il est de jurisprudence constante
qu’un inculpé peut effectivement satisfaire au fardeau de

66A : 50 Legal and Constitutional Affairs 22-6-1983

présentation quant â un fait pertinent ä sa défense sans
devoir lui-même témoigner. Le projet de loi embrouille
cette question. Enfin la mention finale prévue aux directi-
ves: « s’il ne le fait pas, c’est-â-dire s’il (l’inculpé) ne
témoigne pas, il risque de ne pas pouvoir défendre sa cau-
se » ne peut avoir qu’un sens pour le jury: si l’accusé ne
témoigne pas, il est coupable.

L’article 123 paragraphe 3 a pour effet de modi-
fier l’actuel article 12 de la Loi sur la preuve. Cet arti-
cle 12 assimile, aux fins du contre-interrogatoire sur les
condamnations antérieures, l’accusé qui témoigne â un témoin
ordinaire. Ce contre-interrogatoire sur les condamnations
antérieures a pour effet de tester la crédibilité du témoin
y compris celle de l’accusé qui témoigne en sa faveur. Les
modifications de cet article sont rendues nécessaires en
raison du dilemme dans lequel il a pour effet de placer
l’accusé qui a un casier judiciaire: ou bien celui-ci ne
témoigne pas afin d’éviter le contre-interrogatoire sur ses
condamnations antérieures, et le jury risque alors de rete-
nir contre lui son abstention ä témoigner; ou bien il témoi-
gne et il court le risque de voir dévoiler devant le jury
son passé judiciaire. Mais dans cette hypothèse, le juge
doit avertir le jury de son devoir de limiter l’effet des
condamnations antérieures au seul plan de la crédibilité de
l’inculpé.

Des études empiriques, dont fait état le rapport
du groupe de travail ä l’origine du projet de loi, montre
que la directive ne peut avoir l’effet escompté. Il faut
constater au point de départ que les dispositions du para-
graphe 3 de l’article 123 du projet constituent une garantie
des droits de l’inculpé contre les dangers de la rëgle ins-

383 ‘Ï_ï_ 22-6-1983 Affaires juridiques et constitutionnelles 66/\ : 5l

crite dans l’actuel article 12. Cette modification semble
avoir pour objectif d’encourager â témoigner l’inculpé qui a
un casier judiciaire. Il faut se demander cependant si la
protection envisagée est aussi efficace que le supposent les
auteurs du projet. Il ne fait pas de doute que la condamna-
tion antérieure, soit pour parjure ou soit pour témoignages
contradictoires, est pertinente â la crédibilité du témoin.
Ce qui est moins certain, toutefois, c’est la pertinence
d’une infraction dont la fraude est un élément essentiel.
Isoler les crimes dont « la fraude est un élément essentiel“
comme étant particulièrement significatifs au plan de la
crédibilité de l’accusé est illogique et injuste sans comp-
ter les insurmontables difficultés d’application que cette
notion risque de provoquer. Il faut aussi noter que la re-
commandation sur laquelle s’appuie l’article 123 du projet a
fait l’objet de fortes dissidences au sein du groupe de tra-

vail précisément pour les raisons notées ci-haut.

Le droit â une défense pleine et entiére

Au moins trois dispositions du projet de loi ap-
portent de sérieuses restrictions au droit de l’inculpé ä
une défense pleine et entière. Elles comportent ainsi des
innovations sur le droit actuel qui ne peuvent se justifier
ni en principe, ni en pratique. ll s’agit d’abord de l’ar-
ticle 28 qui limite les circonstances ou l’inculpé peut éta-
blir un trait de la personnalité du plaignant et crée une
fiction selon laquelle l’inculpé invoquant légitime défense
est réputé mettre en litige un trait de la personnalité du
plaignant et ensuite des articles 80 ä 85 régissant l’alibi.

, –

a un certain point le

L’article 28 reproduit jusqu
droit actuel, mais va beaucoup plus loin que celui-ci. A

56A152 Legal and Constitutional Affairs 226-1983

l’instar du droit actuel, il permet â l’inculpé d’établir un
trait de personnalité du plaignant si ce trait de personna-
lité est pertinent â une question en litige. Par exemple la
propension du plaignant ä la violence est pertinente aux ap-
préhensions que pourrait avoir l’inculpé dans le contexte
d’une défense de légitime défense soulevée par celui-ci â
l’encontre d’une accusation de voies de fait ou d’homicide.
En revanche, ä la différence du droit actuel, l’article 28
donne ouverture â la possibilité pour la couronne de faire
la preuve d’un trait de personnalité de l’inculpé dés que
celui-ci cherche â établir un trait de personnalité du plai-
gnant ou plaide légitime défense. Cette innovation est li-
mitée par les conditions prévues ä l’article 27 du projet
selon lesquelles il y a ouverture pour la poursuite â la
preuve d’un trait de personnalité de l’inculpé dans la seule
mesure oü le tribunal conclut que l’inculpé a mis en cause
sa propre personnalité en attaquant celle du plaignant. Ces
dispositions sont discutables. La simple menace faite ä
l’inculpé qui plaide légitime défense que la poursuite ait
la possibilité de riposter par la mise en preuve d’un trait
de sa personnalité apparaît au comité comme une restriction
injustifiée au droit de l’inculpé ä une défense pleine et
entière.

En ce qui concerne l’alibi, il est de jurispruden-
ce constante que le dévoilement tardif de l’alibi puisse
être pris en considération par le juge des faits dans l’ap-
préciation de la crédibilité qu’il convient d’accorder au
moyen de défense. La jurisprudence autorise le juge du
droit â porter cette considération ä la connaissance du ju-
ry. Le projet de loi va beaucoup plus loin et apporte â la
preuve de l’alibi des modifications substantielles compor-
tant une restriction injustifiable au droit de l’accusé ä

22-6-1983 Affaires juridiques et constitutionnelles 66A : 53

une défense pleine et entière. En particulier l’article 81
impose â l’inculpé qui entend présenter un alibi l’obliga-
tion d’aviser le poursuivant â la première occasion convena-
ble de son intention d’invoquer un alibi et d’indiquer ä
l’endroit oü il se trouvait au moment de l’infraction ainsi
que les noms et adresses des témoins pouvant attester de sa
présence â cette endroit. L’omission de l’inculpé de se
conformer ä cette obligation est sanctionnée par l’article
83 du projet qui permet au tribunal ou ä la partie adverse
de faire des observations défavorables sur la force probante

de l‘alibi.

Le projet de loi va même jusqu’à préciser (article
85, paragraphe 1) que l’omission de l’inculpé de donner l’a-
vis prévu dans un délai de 7 jours après sa citation â pro-
cês entraîne l’irrecevabilité de la défense d’alibi. Pour
remédier â cette situation, il faut que le poursuivant con-
sente â ce que l’inculpé présente sa défense ou encore que
l’inculpé convainque le tribunal de statuer sur sa rece-
vabilité. Cette disposition appelle deux types de commen-
taires. D’abord toute modification au droit actuel régissant
l’appréciation de l’alibi ne peut se justifier que s’il est
démontré que les règles actuelles sont inadéquates. Rien ne
permet une telle conclusion, au contraire. Il est notoire
en effet que la défense d’alibi est en règle générale consi-
dérée avec une certaine méfiance. Du reste, les directives
que le juge du droit peut donner au jury sur la crédibilité
des témoins d’alibi sont la conséquence directe de cette mé-
fiance. Celle-ci semble une garantie suffisante pour élimi-
ner le risque que de faux alibis échappent ä la détection
des tribunaux ou ä la perspicacité des jurys. Même si la
défense d’alibi présentait effectivement un risque difficile
â contrôler, de l’avis du comité les mesures préconisées par

66A : 54 Legal and Constitutional Affairs 22-6-1983

le projet de loi constitueraient une restriction intempesti-
ve au droit de l’accusé â une défense pleine et entière. Il
suffit de noter ä cet égard que l’inculpé qui omet de four-
nir les détails de son alibi dans les délais prévus est pri-
vé de la possibilité d’invoquer le moyen de défense ä moins
que la poursuite ne consente ä sa présentation. Il est in-
concevable que l’accusé puisse ou ne puisse pas invoquer un
moyen de défense selon le bon vouloir de la poursuite. De
plus, l’omission d’un inculpé de dévoiler son alibi avant le
procès peut être attribuable â une foule de motifs non liés
â une tentative de sa part d’invoquer un faux alibi.

La portée des déclarations antérieures

Selon les règles du droit actuel, les déclarations
antérieures d’un témoin qui sont utilisées pour attaquer ou
défendre la crédibilité de ce témoin ne font pas preuve de
la véracité de leur teneur. Mise-ä—part la déclaration
extra-judiciaire comportant l’identification de (l’inculpé
par un témoin oculaire qui est recevable comme preuve de sa
véracité dans le cours du témoignage du témoin (article 46
du projet de loi), la seule circonstance oü, selon le droit
actuel, la déclaration antérieure d’un témoin utilisée aux
fins d’attaquer ou de défendre sa crédibilité puisse faire
preuve de son contenu est celle oü le témoin en adopte la
teneur dans le cours de son témoignage. Cette rëgle est co-
difiée par l’article 120 paragraphe a) du projet.

Le projet de loi comporte plusieurs dispositions
qui modifient l’état du droit ä cet égard. Il s’agit des
articles 48, 115 â 121 qui prévoient que la déclaration

983

22-6-1983 Affaires juridiques et constitutionnelles

antérieure d’un témoin utilisée aux fins de défendre ou
d’attaquer sa crédibilité fait preuve de la véracité de sa
teneur dans la mesure oü elle a été faite par ce témoin
alors qu’il était sous serment ou sous affirmation solennel-
le et qu’il était susceptible d’être contre-interrogé. La
raison invoquée par les auteurs du projet au soutien de cet-
te modification semble tenir au fait que la déclaration an-
térieure a été faite sous serment et ä la possibilité du
contre-interrogatoire. Cette raison n’est pas convaincante
si l’on tient compte des motifs invoqués par les auteurs du
projet au soutien de leur définition de la notion de oui-
dire. Selon cette définition, qui apparaît ä l’article 2 du
projet, le ouï-dire englobe toute déclaration, que celle-ci
soit faite par un témoin ou par une partie en dehors de
l’enceinte du tribunal oü s’instruit la cause alors que la
personne n’était pas assermentée ni sujette au contre-
interrogatoire. Or, paradoxalement, on invoque le fait que
la déclaration antérieure ait été faite sous serment et
qu’il y avait possibilité de contre-interrogatoire du témoin
au moment de sa déclaration antérieure, pour échapper ä la
règle d’exclusion de la preuve par ouï-dire. On considère
que les garanties offertes par le contre-interrogatoire an-
térieur sont suffisantes pour remplacer celle devant norma-
lement provenir du contre-interrogatoire mené en présence du
tribunal. Cette conclusion contredit la rationalisation in-
voquée au soutien de la définition du ouî-dire retenue par
le projet de loi.

Le privilège de non-incrimination

Le projet de loi comporte quelques dispositions
qui préjugent de l’interprétation de la Charte canadienne

66A :55

66A : 56 Legal and Constitutional Affairs 22-64983

des droits et libertés. celle-ci énonce que chacun a droit
â ce qu’aucun témoignage incriminant qu’il donne ne soit
utilisé pour l‘incriminer dans d’autres procédures sauf lors
de poursuites pour parjure ou pour témoignages contradictoi-
res. La question de savoir, par exemple, ce qu’il faut en-
tendre par les mots “utilisé pour l‘incriminer dans d’autres
procédures » peut fort bien être interprétée dans le sens que
le témoignage donné sous le couvert du privilège prévu par
la charte ne puisse être utilisé contre le témoin même aux
seules fins d’attaquer sa crédibilité. Le moins que l’on
puisse dire ä cet égard, c’est que la jurisprudence n’est
pas actuellement fixée sur cette question. Or le projet de
loi sur la preuve préjuge du sens de la disposition consti-
tutionnelle. Notamment, l’article 163 prévoit que la décla-
ration du témoin qui est incompatible sur un point important
avec le témoignage qu’il rend est recevable en preuve en vue
uniquement d’attaquer sa crédibilité. Cette disposition
suppose évidemment que l’utilisation du témoignage antérieur
aux fins d’attaquer la crédibilité ne constitue pas une uti-
lisation incriminante au sens de la disposition de la char-
te. Le seul argument que l’on peut faire valoir au soutien
de cette interprétation consiste ä dire que le fait d’empê-
cher la poursuite d’utiliser le témoignage antérieur pour
attaquer la crédibilité de l’accusé témoin a pour effet de
permettre â celui-ci de mentir impunément ä son procès. A
l’encontre de cette position, on peut toutefois faire obser-
ver que cette impunité n’est pas totale puisque le témoigna-
ge en question peut, en tout état de cause et en raison même
des dispositions de la charte, donner lieu ä une poursuite
pour parjure ou pour témoignages contradictoires. Comme il
s’agit des deux seules exceptions expressément énoncées dans
la charte, cette interprétation peut accréditer la thèse de
la non-utilisation de la déclaration même au seul fins de
discréditer le témoin. Bien sur, dans l’état actuel des

>83 22-6-1983 Affairesjuridiques et constitutionnelles 66A ; s7

choses, il est impossible de trancher cette question dans un
sens ou dans l’autre. A cet égard le comité souligne le
danger que les différences de texte entre le projet de loi
et de la charte soit une source inutile et frustante de li-
tiges.

Fardeau de preuve lors du voir-dire

L’article 64 du projet de loi prévoit que le far-
deau de preuve incombant â la poursuite quant au caractère
.volontaire d’une confession est celui de la prépondérance
des probabilités. Or il est bien établi en jurisprudence
que la règle du doute raisonnable s’applique ä la détermina-
tion du caractère volontaire de la confession. il est â no-
ter que le groupe de travail s’est prononcé en faveur du
maintien de la règle de droit actuelle. Le projet de loi
apporte encore une fois une restriction très importante aux
droits de l’inculpé. Les protagonistes de cette disposition
semblent ignorer le caractère tout â fait particulier du rô-
le que peut jouer une confession dans le procès pénal. Bien
que, ces dernières années, la Cour suprême ait donné â la
confession un sens technique qui englobe des déclarations
qui ne sont pas nécessairement de la nature d’un aveu, il
reste que dans la très grande majorité des cas les confes-
sions utilisées en preuve contre un inculpé sont de la natu-
re d’un aveu. La preuve d’une confession peut ainsi justi-
fier â elle seule un verdict de culpabilité. Il est donc
important de prendre des garanties particulières sur les
conditions entourant son admissibilité. Il est déconcertant
de constater que, d’un trait de plume, on écarte une règle
issue de la sagesse et de l’expérience des tribunaux. La

confession est aussi une preuve de nature particulière en

66A z 58 Legal and Constitutional Affairs 22-64933

raison des circonstances qui peuvent entourer son obten-
tion. Il faut se rappeler qu’au voir-dire l’inculpé est
souvent seul â invoquer des motifs pouvant mettre en doute
le caractère volontaire de sa déclaration ä l’encontre d’une
cohorte de témoins de la police affirmant au contraire le
caractère volontaire de celle-ci. Il semble que s’il sub-
siste un doute raisonnable â l’issue du voir-dire sur la
question de savoir si l’inculpé a fait la déclaration en
question sans être influencé par des promesses ou des mena-
ces de la part de personnes en situation d’autorité, celâ
devrait être une raison suffisante pour empêcher la poursui-
te de s’en servir en preuve contre l’inculpé.

i983 22-6-1983 Affaires juridiques et constitutionnelles 66A : 59

Il – LE PROJET DE LOI S-33 ET LE DROIT CIVIL DU QUÉBEC

Comme nous l’avions souligné, la difficulté fonda-
mentale réside dans le fait que le projet de loi vient modi-
fier des règles de droit civil jusqu’ici applicables en ma-
tiêre de preuve au Québec.

Avant d’en arriver lä, il aurait fallu que le mi-
nistère de la Justice procédât ä une étude sérieuse sur
l’impact au Québec des aspects civils du projet par la dis-
tribution d’un livre blanc ou par l’organisation de séances
de travail de la même nature que celles que la Commission de
réforme du droit avait tenues â l’égard de son propre pro-
jet, ou en demandant au Barreau du Québec de le faire pour

lui.

De la même façon, il aurait fallu que notre comité
procéde ä une consultation générale des avocats du Québec
pour faire le travail que l’importance du sujet aurait méri-
té.

Encore ici nous avons dû aller ä l’essentiel dans
l’espoir qu’avant qu’il ne soit trop tard une telle consul-
tation soit tenue et une étude plus détaillée se fasse.

S’il est vrai que toute législation nouvelle est
dans une certaine mesure un saut dans l’inconnu, il n’est
pas moins vrai que gouverner c’est prévoir et avant d’adop-
ter la législation proposée, nous soumettons qu’il faudrait
procéder ä l’exercice de tenter de prévoir le plus possible
quel en sera l’impact sur ceux qui seront au Québec appelés
ä l’utiliser tous les jours.

La formation du groupe de travail qui a donné
naissance au projet de la Conférence sur l’uniformisation
des lois au Canada, l’orientation générale de ses travaux,
le type de discussions que l’on retrouve dans son rapport et
la structure même du projet démontrent que l’aspect de la
dualité des systèmes juridiques au Canada, ä cause du carac-
tére particulier de l’héritage de droit civil du Québec, n’a
pas fait l’objet d’attention particulière.

Nulle part ne fait-on, entre autres, mention de
cette préoccupation qu’avait par ailleurs exprimée la Com-
mission de réforme du droit ä la page 121 de son rapport sur
la preuve:

 » L’actuelle Loi sur la preuve au Canada
contient les régles de preuve qui régissent
les instances criminelles et les instances
évoquées devant la Cour fédérale, de même
que les appels de ces décisions portés de-
vant la Cour suprême du Canada. Le para-
graphe 1 confère au code le même champ
d’application. Le code ne gouvernera pas
des domaines de compétence fédérale comme
le divorce, les brevets d’invention, les
lettres de change et la faillite. En ef-
fet, exception faite des problèmes posés
par la détermination des limites constitu-
tionnelles dans des affaires évoquées de-
vant les tribunaux provinciaux, la cour
doit souvent traiter de l’une ou l’autre de
ces questions de concert avec un problème
qui relève de la compétence exclusive des
provinces. Ainsi, un individu peut dans

Legal and Constitutional Affairs 22-6-1983

i983 22-6-1983 Affairesjuridiques et constitutionnelles 66A : 6l

une seule et même action invoquer un re-
cours contractuel et un recours prévu par
la Loi des lettres de change. Pour éviter
la possibilité qu’un groupe de règles de
preuve provinciales et un groupe de règles
de preuve fédérales s’appliquent â la même
action, le Code ne régira pas ces instan-
ces » 1°.

Par ailleurs, il est loin d’être certain que la
réunion dans un même texte de loi – surtout dans le contexte
du Québec – de règles régissant la preuve en matières civi-
les et la preuve en matières criminelles soit sage.

En effet, ce mélange de concepts de Common law
(mal rendus en français) qu’il a bien fallu maintenir ä cau-
se du droit pénal, avec des règles de preuve en matiéres ci-
viles, conduit â un texte lourd et difficile qui entraînera
des difficultés d’interprétation importantes. Par exemple,
on peut se demander de qui le juge des faits pourrait bien
recevoir les directives dont parle l’article 8 dans une ju-
ridiction oû il n’y a plus de procês civils devant jury.

D’autre part, l’interprétation de l’article 3 du
projet de loi soulève une difficulté particuliére dans la
province de Québec. Cette difficulté vient de l’interpréta-
tion donnée par la doctrine et la jurisprudence ä l’article
2 de la loi actuelle sur la preuve au Canada. Cet article,

comme on le sait, s’énonce ainsi:

“La présente partie s’applique â tou-
tes les procédures criminelles et ä
toutes les procédures civiles, ainsi

24421-5

66A :62 Legal and Constitutional Affairs 22-6-1983

qu’ä toutes les autres matières sur
lesquelles le parlement du Canada a
juridiction; »

On notera la similitude entre cette disposition et
celle que fournit l’article 3 du projet. Il est donc fort
probable que les tribunaux donneront â cet article 3 la même
interprétation. Si tel était le cas, il en résulterait que
le champ d’application de la nouvelle Loi sur la preuve s’é-
tendrait ä toutes les affaires en instance devant les tribu-
naux du Québec portant sur les matières relevant de la com-
pétence du Parlement fédéral, sauf dans les cas oü une dis-
position expresse d’une loi particulière rendrait la nouvel-
le loi inapplicable, comme c’est le cas, par exemple, en ma-
tiére de divorce.

En effet, tant la doctrine que la jurisprudence

actuelles énoncent que la présente Loi sur la preuve au
_____________________
Canada a préséance sur les règles de droit québécois dans

toutes les matières civiles de compétence fédérale en ins-
tance devant les tribunaux du Québec. Ainsi, dans l’affai-
re Dame Lortie c. Perras, 11 la Cour d’appel du Québec,

après avoir cité l’article 2 de la Loi sur la preuve au
_______________________
Canada ajoute les considérants suivants:

« Considérant que par cette disposi-
tion législative formelle le Parle-
ment du Canada a accordé, ä la Loi
sur la preuve, une primauté sur tou-
tes les matières et procédures sur
lesquelles il a compétence et juri-
diction; qu’aucune loi particulière
édictée par le Parlement fédéral ne

22-6-1983 Affaires juridiques et constitutionnelles 66A z 63

porte atteinte a la Loi sur la preu-
ve, â moins que telle loi particuliè-
re n’y déroge d’une façon formelle;

Considérant que les articles 41, 121
et 148 de la Loi sur la faillite ne
contiennent aucune dérogation et que,
conséquemment, la Loi sur la preuve
au Canada doit recevoir son applica-
tion;“

Le tribunal en a conclu par application de l’arti-
cle 4 de la Loi sur la preuve au Canada que l’épouse d’un
failli ne peut être contrainte de témoigner dans la faillite
de son époux.

Plus récemment, la Cour provinciale a jugé en ma-

tière de lettres de change, que c’est la Loi sur la preuve

au Canada qui s’applique (Banque provinciale du Canada c.
Poulin) 12 .

C’est ainsi qu’on a permis ä une Banque de prouver
par des inscriptions dans ses livres des paiements interrup-
tifs de prescriptions par application de l’article 29 de la
loi précitée, alors qu’une telle preuve aurait été prohibée
si la Loi du Québec avait été déclarée applicable en vertu
des articles 1227 et 1229 du Code civil.

Ce dernier arrêt est conforme a l’enseignement de
la doctrine selon laquelle, en matière de lettres de change,
c’est la Loi sur la preuve au Canada qui a préséance sur les
règles du Code civil 13 ‘

66A :64 Legal and Constitutional Affairs 22-6-1983

De façon plus générale, 0.5. Tyndale, devenu plus
tard le juge en chef de la Cour supérieure, dans un bref ar-
ticle publié dans la Revue du Barreau, exprimait l’avis
suivant:

« It accordingly appears that in all
civil (including commercial) matters
with respect to which the Dominion
has législative authority the law of
Quebec will apply, unless there is a
relevant provision in the Canada Evi-
dence Act (or in some other Federal
Statute applicable to the case), in
which event the latter will pre-
vail. » 1‘

Il y a lieu de noter que dans les provinces de

Common law, la question du domaine d’application de la Loi
sur la preuve au Canada dans les matières civiles de compé-
______________________

tence fédérale semble avoir peu préoccupé les tribunaux et
les auteurs. Le sujet, ä notre connaissance, n’a fait l’ob-
jet que d’un obiter dictum du juge Killam dans l’affaire
« The Queen c. Douglas »: 15

« I cannot agree with the contention
of counsel for the prisoner, that The
Canada Evidence Act, 1893, applies to
actions upon promissory notes or
other subject matters respecting
which the Parliament of Canada may
similarly make laws. lt is the Pro-
vincial Legislatures which are to
make laws for regulating procedure in

i983

22-6- I 983 Affaires juridiques et constitutionnelles

civil actions generally in the
Provincial Courts, including actions
upon bills of exchange and promissory
notes, & c.“

Il y a lieu de souligner que l’avis émis par le
juge Killam va â l’encontre de l’opinion généralement reçue
dans la province de Québec, tel que nous l’avons exposé plus
haut. C’est peut-être parce que les juristes du Common law
ignorent l’interprétation donnée par les tribunaux et les
juristes du Québec ä l’article 2 de la Loi sur la preuve au
Canada, que certains considèrent que l’article 3 du projet
ne soulève aucune difficulté. C’est ce qui explique peut-
être l’affirmation de M. Ewaschuk devant le comité sénato-
rial selon laquelle l’article 2 de la Loi sur la preuve au
Canada ne posait aucun problème et qu’il continuera â en
être ainsi 15 dans le cas de l’article 3 du.projet.

Afin de dissiper toute ambiguïté, nous recomman-
dons, qu’â défaut de mieux définir le champ d’application
de la loi projetée pour préciser que la loi ne s’applique
qu’en matières pénales, qu’il soit énoncé clairement que la
Loi sur la preuve ne s’applique pas dans les procédures de
compétence fédérale engagées devant les tribunaux provin-
ciaux, sauf en ce qui concerne la partie IX traitant de la
divulgation de renseignements administratifs. Une telle
précision est nécessaire afin d’éviter la possibilité qu’un
groupe de règles de preuve provinciales et qu’un groupe de
règles de preuve fédérales puissent s’appliquer concurrem-
ment â une même action. Il y a lieu de rappeler que c’est
pour cette raison que la Commission de réforme du droit du
Canada avait proposé que son projet de code de la preuve ne
s’appliquât pas aux matières relevant de la compétence fédé-
rale en instance devant les tribunaux provinciaux 17 .

66A : 65

66A : 66 Legal and Constitutional Affairs 22-6-1983

j On sait, par ailleurs, que la Commission de ré-

? forme du droit du Canada a proposé que Le partage du champ
d’application du droit provincial et du droit fédéral se
fasse eu égard ä la nature du tribunal devant lequel une af-
faire serait instruite. C’est ainsi qu’elle a proposé que
le droit provincial s’appliquât devant les tribunaux provin-
ciaux et le droit fédéral devant la Cour fédérale. Cette
approche ne nous parait pas totalement acceptable.

En effet, dans la mesure oü la Cour fédérale pos-
sède une compétence concurrente dans certains domaines avec
les tribunaux des provinces, il faut éviter que le sort
d’une action puisse dépendre du régime de preuve applicable
devant l’un ou l’autre des tribunaux saisis. c’est ce qui
risquerait de se produire si l’approche de la Commission de
réforme était retenue. Comme un droit n’existe que dans la
mesure oü il peut être prouvé légalement, il est donc évi-
demment souhaitable que le régime de preuve ne varie pas
substantiellement selon le tribunal saisi.

A cette fin, nous suggérons qu’il soit précisé que
les partiesll etIII ne s’appliquent pas aux procédures enga-
gées devant la Cour fédérale, lorsque celle-ci exerce une
compétence concurrente avec les tribunaux provinciaux. Com-
me, par ailleurs, les divergences entre le droit provincial
et les règles énoncées aux parties IV et suivantes du projet
de loi ne diffèrent pas substantiellement, il n’y aurait au-
cun inconvénient majeur ä ce que dans tous les cas ces rè-
gles soient applicables devant la Cour fédérale.

En guise de conclusion ä cette partie de notre mé-
moire, le comité souligne que la Conférence concevait son
travail dans le cadre de l’adoption ä la fois par le Parle-

i983

22-6-1983 Affaires juridiques et constitutionnelles 66A I 67

ment du Canada et des législatures provinciales de son pro-
jet de loi.

Les commentaires aux paragraphes 1.7, 1.8 et 1.9
de son Rapport n’ont pas de sens autrement. La même conclu-
sion s’impose lorsque l’on lit certains articles de son pro-
jet de loi notamment la « Remarque » â l’article 1 (Rapport

p. 623), les parenthèses ä l’article 2 (p. 623), a l’article
5 (p. 624) et le texte anglais de l’article 6 (p. 624).

La préface du Rapport reprend ce principe lorsque
le rédacteur écrit:

« Il était évident en effet qu’une
telle conclusion lui imposerait la
lourde charge de réaliser un projet
de loi uniforme â soumettre au Par-
lement du Canada et aux législatures
des provinces, d’où toute une série
de tâches â accomplir: cerner et ap-
profondir l’état du droit en la ma-
tière, étudier les règles appliquées
dans les provinces, analyser et com-
parer les décisions judiciaires qui
les mettent en oeuvre, déterminer
les cas de conflit et, enfin, faire
les recommandations voulues pour
l’édiction d’un texte uniforme et
harmonisé. »

D’ailleurs, le mandat de la Conférence reproduit ä
la page 1 du rapport ne peut être plus clair:

« Son mandat était le suivant:

Legal and Constitutional Affairs 22-6-1983

Favoriser l’uniformisation des ré-
gles provinciales et fédérales de
preuve et, ä cet effet… »

L’adoption par le législateur fédéral agissant
seul du projet de loi S-33 trahit non seulement le mandat
même de la Conférence dont on prétend mettre en vigueur le
projet mais l’esprit même de son rapport.

Au Québec, la coexistence de règles de preuve dans
le cadre de procédures relevant de la compétence du Parle-
ment du Canada (ce sont toutes les rubriques de l’article 91
de la Loi constitutionnelle de I867) différentes de celles
qui s’appliquent dans les autres cas ne peut que semer la
plus grande confusion, dans certains cas mener carrément ä
l’absurde, et certainement compliquer sans raison ce que
l’on prétendait simplifier en multipliant inutilement des
litiges déjà longs et coûteux au détriment du justiciable.

Le texte français:

Depuis les commentaires préliminaires du Barreau
Canadien devant le Sénat, le texte d’un avant-projet de ré-

vision prêparé a titre officieux par la section de la légis-
lation du ministère de la Justice nous a été communiqué.

Cette révision comporte de nombreuses améliora-
tions que nous reconnaissons d’emblée.

Cependant, le projet continue de refléter une ré-
sistance qui semble inflexible â l’égard de certains termes
qui avaient pourtant été retenus par la Conférence sur l’u-
niformisation des lois au Canada.

pas effet… â la Loi uniforme sur la preuve adoptée par la
Conférence canadienne de l’uniformisation du droit“ car le
texte français du projet de loi S-33 et le texte français du
projet de la Conférence sont substantiellement différents.

l’article 14 du texte français
« circumstantial

A titre d’exemple,
du projet de
evidence » par « preuve circonstacielle », alors que la premiè-

la Conférence rend les mots

re version de S-33 utilise les mots « preuve indirecte » et
l’avant-projet de révision utilise les termes « preuve par
concordance d’indices ».

L’article 10 du texte de la Conférence rendait
l’expression « reasonably … could find that the fact in is-
sue had been established beyond a reasonable doubt » par

“pourrait être convaincu au—delä du doute raisonnable“.

La première version de S-33 traduisait « beyond a
reasonable doubt » par « avec une quasi certitude » et l’avant-
projet de révision parle maintenant de « conclure hors de

tout doute ».

Cette notion fondamentale de Common law qu’un dou-

22-6-1983 Affaires juridiques et constitutionnelles 66A :69
Dans ce sens, le titre même du projet de loi est
trompeur. En effet, le texte du projet de loi S-33 ne donne

te ne doit pas être capricieux ou arbitraire mais RAISONNA-

BLE disparaît totalement du texte français.

n’était pas
le projet de

« discharge »
Dans

Autre exemple: le terme
défini dans le projet de la conférence.
loi S-33 on l’ajoute aux définitions en référant spécifique-
l’article 662.1 du Code criminel. Ce dernier traduit

« libération ».

ment a

le mot « discharge » par La première version

française de S-33 utilise le terme « mise en liberté“ et la

66A : 70 Legal and Constitutional Affairs 22-6-i983

deuxième utilise le terme… absolution!

Au lieu de se rapprocher du texte de base, â sa-
voir le Code criminel, on s’en éloigne.

L’article 18 dénote bien également le désir de
s’éloigner d’une terminologie pourtant bien connue. Le
texte se lit comme suit: « Le tribunal admet d’office
l’authenticité …“.

Le texte de la Conférence traduisait l’expression
suivante « judicial notice shall be taken of the following
without production or proof… » par l’expression “le tribu-
nal prend d’office connaissance… »

Le projet de loi S-33 introduit une notion qui n’a
rien ä voir en droit avec la connaissance d’office lorsqu’il
réfère ä l’authenticité des documents. Ces termes utilisés
au code expriment des réalités fort différentes.

Nous ne pouvons, dans le cadre de cette présenta-
tion tout relever. Nous devons nous contenter de réitérer
l’importance que le deux versions rendent la même intention
du législateur et l’importance du fait qu’un changement de
vocabulaire doit se faire avec la plus grande prudence car
il pourrait très bien résulter en un changement du droit que
le législateur n’aurait pas voulu.

C’est dans cet esprit qu’il faudra, avec patience
et humilité, être prêt â reprendre la tâche depuis le début
avec la collaboration des juges et des avocats du Québec qui
sont ceux qui sont les plus sensibilisés aux problèmes sou-
levés ici car ce sont eux qui ont été appelés le plus ä
« travailler » simultanément avec les deux versions des lois.

983 22-6-1983 Affaires juridiques et constitutionnelles 66A : 7l

RECOMMANDATIONS GÉNÉRALES

1. Que le projet de loi dans sa forme actuelle soit reti-
ré;

2. Qu’une consultation générale des juristes canadiens
(juges et avocats) soit organisée dans les meilleurs
délais et que l’Association du Barreau Canadien en fas-
se l’un des thèmes majeurs lors de son prochain con-
grès;

3. Qu’une consultation plus spécifique soit organisée au-
près des juristes du Québec (juges et avocats) pour ob-
tenir leurs vues quant aux effets qu’une législation
générale sur la preuve en matières civiles dans des
procédures de compétence fédérale pourrait avoir sur la
pratique du droit au Québec;

4. Vu ce qui précède, en matières criminelles, les membres
du Barreau du Québec ont de fortes oppositions â ce que
le texte du projet de loi soit adopté tel quel parce
qu’il comporte une modification substantielle des
droits de l’inculpé.

5. Que la version française de tout projet de Loi sur la
preuve qui pourrait être présentée au Parlement du
Canada fasse l’objet de révision par un groupe de ju-
ristes (universitaires, juges et praticiens) du Québec
dans le but de s’assurer que l’intention du législateur
est la même quelle que soit la langue dans laquelle on

l’exprime.

IL
12.

13.

14.

15.
16.

17.

22-6-1983

Legal and Constitutional Affairs

RÉFÉRENCES

Projet de loi S-33, donnant effet pour le Canada â la
Loi uni orme sur la preuve adoptée par la Conférence
canadienne de l’uniformisation du droit, Première lectu-
re le 18 novembre 1982.

S.R.C. 1970, 1er supp. c. 23

R. c. Couper, [I978] R.C.S. 860.

R. c. Davison, DeRosie and MacArthur,
(2d) 424 (Ont. C.A.)

R. C. Colpitts, [1965] R.C.S.,
Gushue c. R., [I980], 1 R.C.S.,798.

[1975] 20 C.C.C.

739.

Voir R. c. Cakes, Cour d’appel d’Ontario, février I983,
présentement en appel devant la Cour suprême du Canada.

R. c. Graham, [1974], R.C.S. 206.
R. c. Smuk, [1971], 3 c.c.c. (2d) 457 (C.A.C.B.)

Commission de réforme du droit du Canada, Rapport sur la

preuve. Ministre des Approvisionnements et ervices
Canada, [1977], p. 121.

Dame Lortie c. Perras, [1954] B.R. 568

Banque provinciale du Canada c. Poulin, J.E. 80-509,
C.P. Montreal, 500-02-019240-790, 6 mai 1980.

A. Gérin-Lajoie, Quelle loi s’applique en matière de

preuve relativement aux effets de commerce, (1926-27)‘Î

Revue de droit 430-440; A. Perrault, Traité de droit
commercial, Tome I, Montréal, Albert Levesque, 19 6,
PP. 206 – 210.

O.S. Tyndale, Notes on the Canada Evidence Act in
Québec, [I942], 2 R. du B. 115.

The Queen c. Douglas, [1898] C.C.C. 221, page 228.
Délibérations du Comité sénatorial permanent des affai-
res juridiques constitutionnelles, le jeudi 21 avril
1983, fascicule # 52, page 52:23.

Rapport sur la
_____________

Commission de réforme du droit du Canada,
preuve,

page 121.

22-6-1983 Affaires juridiques et constitutionnelles 66A : 73

SUPPLÉMENT Â UAPPENDICE «66-A»

Les incidences de l’adoption du projet de loi S433
sur le régime des preuves applicable devant les
tribunaux du Québec, dans les matières fédérales.

Le champ d’application de la loi fédérale projetée sur
la preuve est défini â l’art. 3 en ces termes:

« Sous réserve des articles 4 et 5, la présente

loi s’applique aux procédures ou actes de

procédure de compétence fédérale en instance

devant les tribunaux ou destinés ä recueillir
des éléments de preuve sur ordonnance judiciaire. »

Si les tribunaux devaient donner â cette disposition une
interprétation aussi large que celle que la Cour d’appel a donné
ä l’art..2 de l’actuelle Loi sur la preuve, il en résulterait que
le régime des preuves, dans toutes les matières de compétence
fédérale en instance devant les tribunaux du Québec, serait le
suivant:

1- Par priorité, la Loi fédérale sur la preuve s’appliquerait
sauf disposition contraire de cette loi ou d’une autre loi
fédérale (art. 3);

2- A titre supplétif, les règles de preuve en vigueur dans la
province oû se déroule une procédure s’appliqueraient mais
seulement dans la mesure où elles ne sont pas incompatibles
avec une disposition de la Loi fédérale sur la preuve ou

d’une autre loi du parlement du Canada (art. 6).

66A :74 Legal and Constitutional Affairs 22-6-1983

Même si, théoriquement, on pourrait croire que la réforme
ne changerait rien puisque telle est la situation sous l’empire de
l’actuelle loi fédérale sur la preuve; en pratique, il en résulterait
de profonds bouleversements. En effet, l’actuelle loi sur la preuve
contient très peu de dispositions de sorte que, concrètement, ce
sont les lois provinciales qui s’appliquent dans les matières de
compétence fédérale. Or, même si le projet de réforme se présente
comme un projet de loi et non comme un projet de code, il contient
de très nombreuses dispositions susceptibles d’entrer en conflit

avec les règles du droit québécois de la preuve.

L’adoption de la loi S-33 aboutirait au curieux paradoxe
suivant: une loi qui avait pour objet l’uniformisation
des règles de preuve aurait exactement le résultat opposé puisqu’elle
conduirait â l’établissement au Québec de deux régimes de preuve:
le régime québécois applicable dans les matières provinciales et un

régime spécial applicable dans les matières fédérales.

Dès qu’une dualité de régimes existe, le problème de déli-
miter exactement le champ d’application de chacun se soulève. Il
en sera certainement ainsi si ce projet de loi est adopté. En plus
de la difficulté de pouvoir définir exactement dans chaque cas si
le litige relève du droit fédéral ou du droit provincial, il Va

falloir régler le problème de savoir ce qu’il advient lorsque, dans

1983

‘me

ait

ve

w

.le

226-1983 Affaircsjuridiques et constitutionnelles 66A : 75

un même litige, le tribunal aura ä trancher ä la fois des questions
relevant du droit provincial et du droit fédéral. Il se peut qu’alors
le tribunal ait â appliquer parrallèlement les deux régimes avec

toutes les complications qu’une telle situation entraînerait.

De plus, lorsqu’on établit une dualité de régimes, il
faut éviter de verser dans l’incohérence et d’adopter des règles qui
obligent le tribunal ä passer d’un régime ä l’autre pour la solution
d’une même affaire. Or, c’est bien ce qui arriva sous l’empire
de la loi projetée chaque fois qu’un interrogatoire au préalable
sera tenu dans le cadre d’un litige portant sur les matières
fédérales. En effet, comme en vertu du paragraphe 4(1), la loi
fédérale de la preuve ne s’appliquera pas lors d’un interrogatoire
préalable et qu’il faudra alors s’en remettre au droit provincial,
il pourra donc arrivé que,lors de l’interrogatoire préalable,
certaines preuves seront jugées inadmissibles en vertu du droit
provincial, nàis seront par la suite déclarées recevables lors de
l’enquête, par application de la Loi fédérale. Une telle situation
serait d’autant plus aberrante qu’en vertu de l’art. 396 du Code de
procédure civile, les dépositions recueillies lors de l’interrogatoire
au préalable font partie de la preuve au même titre que les déposi-

tions recueillies lors de l’enquête.

Legal and Constitutional Affairs 22-6-1983

Tel que nous le mentionnions précédemment et, toujours
dans l’hypothèse où l’art. 3 de la loi projetée recevrait une
interprétation large, il est indéniable qu’un très grand nombre
de règles du droit québécois seraient rendues inapplicables dans les
matières fédérales jugées par les tribunaux du Québec. On peut
mesurer, en effet, l’impact de cette loi sur le droit québécois
des preuve en examinant â la fois les règles de fond et les règles

d’administration de la preuve qui seraient affectées.

Il y a lieu de rappeler qu’en droit québécois, on dis-
tingue deux catégories de règle de preuve: les règles de fond et
les règles d’administration de la preuve. Les premières se
retrouvent au Code civil et les secondes, au Code de procédure civile
Les règles de fond concernent les matières suivantes: l’objet de
la preuve, la charge de la preuve, les moyens de preuve et les
règles de recevabilité des moyens de preuve. On désigne par règles
d’administration de la preuve, les règles concernant la mise en

oeuvre des différents moyens de preuve dans le cadre d’un procès.

I— Règles de fond du droit de la preuve du Québec affectées par
le projet de loi fédéral sur la preuve.

En ce qui concerne les principes généraux du droit de
la preuve, la loi fédérale réglemente le fardeau de la preuve,

(arts. 8 et 9) codifie la règle de la pertinence (art. 22) et

comporte des dispositions sur la connaissance d’office (arts. 18

Z-6—l983

‘S

» les

es

s…

les

22-6-1983 Affaires juridiques et constitutionnelles 66A i 77

â 21 et arts. 177 et 178). sur ces sujets, les dispositions de
la loi fédérale devront être appliquées par priorité et rendront
pour autant inapplicables les règles correspondantes du droit
provincial. Il y a lieu de noter, par exemple, que l’art. 1203 du
Code civil sur la charge de la preuve est rédigé en des termes très
différents de l’art. 9 de la Loi fédérale qui traite du même sujet.
En effet, alors que l’art. 9 semble mettre exclusivement â la charge
‘du demandeur l’obligation de convaincre, l’art. 1203 C.C.

répartit la charge de la preuve entre le demandeur et le défendeur.

En ce qui concerne les moyens de preuve, il y a lieu de
rappeler que le Code civil en reconnaît quatre, ä savoir: les
écrits, les aveux, les présomptions et les témoignages. A ces quatre
moyens de preuve, s’ajoute la preuve matérielle reconnue recevable

par plusieurs dispositions du Code de procédure civile.

Il est incontestable que le projet de loi sur la preuve
apporte de nombreuses modifications aux règles du code civil con-

cernant les moyens de preuve. Nous allons énumérer les principales.

1- Les écrits authentiques

Le Code civil accorde une valeur probante toute particulière
aux écrits authentiques, ä savoir aux écrits reçus par des officiers

publics. Ces écrits font preuve, jusqu’à ce qu’ils soient déniés

au moyen d’une procédure spéciale, appelée l’inscription en faux,

66A : 78 Legal and Constitutional Affairs 22-6-1983

de tout fait que l’officier public avait mission de constater.
L’acte notarié est l’un des documents qui bénéficient ainsi du
caractère authentique. La preuve d’un document authentique se fait
par la production d’une copie délivrée par le dépositaire légal de
l’original. Or, la loi projetée sur la preuve n’accorde aucune

valeur probante particulière aux écrits authentiques. De plus,

en vertu de l’art. 139 par. 2, une partie ne pourrait pas utiliser

en preuve une copie d’un acte notarié sans donner aux autres parties

un préavis d’au moins 7 jours â cet effet.

2- Le régime des registres et papiers domestiques serait
complètement modifié par le régime des documents du
secteur public ou privé des articles l52 ä l58 de la
loi projetée.

A ce propos, il y a lieu de souligner la portée assez
extraordinaire de l’art. 157 qui attribue â un document Professionnel

d’une institution financière une présomption d’exactitude. Selon

cet article, un relevé de compte qu’une banque envoie ä son client
est présumé exact et il incombe au client de démontrer qu’il est

erronné. Cette disposition est contraire au principe de droit

civil selon lequel nul ne peut se constituer un titre ä soi—même.

3- L’art. 16 permet un aveu judiciaire sur des questions de

droit alors qu’en vertu du droit provincial, l’aveu n’est

permis que sur des questions de fait.

2-6-1983

ait

de

er

ties

Jnnel

ut

22-6-1983 Affaires juridiques et constitutionnelles 66A 2 79

4- En vertu du droit québécois, l’aveu extrajudiciaire est

un moyen de preuve autonome

L’aveu extrajudiciaire présente toutefois cette particu-
larité qu’il doit être prouvée. cette preuve doit respecter les
exigences de l’art. 1244 qui prohibe la preuve testimoniale d’un
aveu extrajudiciaire lorsque cet aveu porte sur des faits qui ne
sont pas susceptibles de preuve testimoniale. Or, la loi projetée
traite des aveux extrajudiciaires comme d’une exception ä la preuve
par oui-dire et semble autoriser la preuve testimoniale d’un tel

aveu dans tous les cas (arts. 57 et s.).

5- Le projet accorde une valeur probante â certaines décisions
judiciaires antérieures (arts. 74-79) alors qu’en vertu
du droit québécois, ces mêmes décisions n’auraient aucune

force probante.

En ce qui concerne les règles de la recevabilité des
moyens de preuve, le principe dominant reconnu par la loi projetée,
est la règle de la pertinence énoncée â l’art. 22. Cet article
reconnaît cependant qu’on doit donner effet ä une mise â l’écart
d’un élément de preuve « découlant de la Charte canadienne des droits
et libertés, de la présente loi ou d’une autre loi ou règle de droit »
Par le biais de l’art. 6, il est permis de penser que les règles du
droit québécois concernant la recevabilité des moyens de preuve

s‘app1iqueraient ä titre supplétif. Parce que ces dispositions

66A :80 Lcgal and Constitutional Affairs 226-1983

n’ont qu’un caractère supplétif, elles seraient écartées chaque

fois qu’elles seraient incompatibles avec une disposition expresse
de la loi fédérale de la preuve. C’est ainsi, que tout le régime
du droit québécois concernant la preuve par ouï-dire serait écarté
au profit des dispositions spéciales du projet de loi qu’on retrouve
aux arts. 45 ä 73. De même, le régime québécois concernant ce qu’on
appelle la règle de la meilleure preuve serait remplacée par le

régime particulier des arts. 130 â 138 du projet.

Comme on le voit, la loi projetée apporterait des modifi-
cations importantes aux règles de fond du droit québécois de la
preuve, mais ces modifications sont bien minimes comparativement
aux modifications apportées aux règles d’administration de la preuve.
En effet, la loi fédérale traite d’un nombre tellement étendu de sujets
relatifs ä l’administration des preuves qu’il resterait bien peu de
place ä l’application des règles du Code de procédure civile. C’est
ainsi qu’à toutes fins pratiques toutes les règles quant ä l’audition
des témoins, soit les articles 293 â 323 C.P.C., seraient
remplacés par les règles du projet de loi. Parmi
les sujets qui font l’objet d’une réglementation particulière dans
la loi projetée mentionnons les sujets suivants;

l— Le rôle respectif du juge et des parties (arts. 100 â 102).

2- Le huis-clos (art. 107).

3- Les règles de la capacité et de la contraignabilité des
témoins (arts. 86 ä 94)

Y compris les règles concernant le privilège
du conjoint (arts. 166 â 174) et la protection
du témoin contre les témoignages incriminante

(161 ä 164).

[V

224-1983 Affairesjuridiqucs ctconstitutionncllcs 66A :81

4- L’objet du témoignage: le témoignage d’opinion
‘(arts. 33 ä 39).

5- La force probante des témoignages par la suppression
de la corroboration (art. 125).

6- La crédibilité des témoins (arts. lO4 et 105; ll5 â 124).
7- Le mode de rendre témoignage
– le régime du serment est modifié (arts. 96 ä 99)

– réglementation de l’interrogatoire du témoin (arts. 101 a 104

8- Etablissement d’un régime particulier pour les rapports
d’experts (arts. 37 et 38).

9« Règles particulières concernant le témoin qui est incapable
de se remémorer complètement un fait ou qui a utilisé
un écrit ou un objet pour ce faire (arts. llO â lld).
10- Règles quant aux interprètes et traducteurs (arts. 126 ä 129).
En plus de couvrir presque complètement le domaine de
l’audition des témoins devant le tribunal, la loi projetée établie
un régime particulier d’expertise judiciaire (arts. 40 â 44) qui
aurait pour effet de rendre inopérants les articles 414 ä 425 c,P1L qui
traitent également de l’expertise judiciaire et du renvoi ä des
vérificateurs ou praticiens.
Comme on peut le constater, il n’est pas exagéré de
dire que si l’art. 3 de la loi projeté sur la preuve devait recevoir
une interprétation large, il en résulterait,au niveau du droit de
la preuve au Québec, l’établissement d’une dualité de régimes avec

tous les inconvénients qu’une telle situation entraînerait nécessai-

roment .

Ottawa, le 8 juin 1983. Léo Ducharme,

(lamé: P0919!
Pou! Canada
P0315190 Dâl? Port payc

Bock Tarif
rate des livres

KlA 0S9
OTTAWA

NI

Il Ulidê/ll/efëd, rlÿlurn COVEH ONLY l0.
Canadian Government Publushung Centre.
Supply and Services Canada,

Ottawa. Canada. KIA 0S9

En cas de nDn-HV/alSD/L

retournez cette COUVERTURE SEULEMENT à:
Centre dedmon du gouvernement du Canada,
Approvisionnements et SelViCES Canada.
Ottawa. Canada. KtA 0S9

WITNESSES»—TÉMOINS

From the Canadian Bar Aszrocialion.‘
Mr. Yves Forticr, Q.C. Prcsident.

Members ofthe Spatial Committre on S-33 (ofthe C.B.A.).’
Mr. John Sopinka, Q.C.;
Mr. Mark Roscnberg.
From the Bar ofQzmbez‘:
M. le bâtonnier Louis Lebel;
Mr. Jacques Fortin;
Mr. Gérald Tremblay.
Member ofthe Law, Science and Tenhnology Committee (of
{lie (ÎEAJ:
Mr. Derek Guthrie,

De F/issocialion du Barreau canadien.‘
M° Yvcs Portier, c.r., président.

Membre; du conmé spécial sur S-33 (de I’A.B,C,):
M‘ John Sopinka, c.r.; ‘
M‘ Mark Rosenberg.
Du Barreau du Québec.‘
M. le bâtonnier Louis Lebel.’
M‘ Jacques Fortin;
M‘ Gérald Tremblay.
Membre du Comité du droit, de la science et de la technologie
(de I’A.B.C.):
M‘ Derek Guthrie.

Available from thc (Ïanadian Government Pubiishing Centre,
Supply and Services Canada, Ottawa, Canada KlA 0S9

En vente: Centre d‘é ition du gouvernement du Canada.
Approvisionnements et Services Canada, Ottawa, Canada KlA 0S9

Cacher

Laisser un commentaire