« Discussions exploratoires sur la constitution », Le Devoir [de Montréal] (24 mars 1975)


Informations sur le document

Date: 1975-03-24
Par: Le Devoir
Citation: « Discussions exploratoires sur la constitution », Le Devoir [de Montréal] (24 mars 1975).
Autres formats: Consulter le document original (PDF).


Le Devoir — Monday, March 24, i975

Discussions
exploratoires
sur la
constitution

NlCOLET (Le Devoir) — Le premier
ministre, M. Bourassa, a déclaré hier que
son gouvernement est disposé à rouvrir le
dossier de la révision constitutionnelle
bien qu’il n’y voit, quant à lui, aucune ur-
gence particulière.

Au cours d’une conférence de presse
qu’il donnait à la suite d’un congrès régio-
nal de son Parti, M. Bourassa a fait savoir
que des discussions exploratoires seront
bientôt engagées entre M. Julien Choui-
nard, secretaire du Conseil exécutif, et
son homologue fédéral, M. Gordon Ro-
bertson, discussions, a-t-il tenu à préciser,
qui n’engagent pas le gouvernement.

C’est en fonction de la position tradi-
tionnelle du Québec, a encore dit le pre-
mier ministre, que le gouvernement
reprendra l’étude du projet de rapatrie-
ment de la Constitution. assorti d’une for-
mule d’emendement. Dans cette perspec-
tive, M. Bourassa a indiqué que le Qué-
bec, avant de consentir au rapatriment,
voudra s’assurer que la formule d’amen-
dement soit conçue de telle sorte que le
Québec obtienne un statut particulier.
Dans la mesure où son gouvernement au-
rait acquis l’assurance qu’une nouvelle
conférence constitutionnelle aboutirait à
des résultats satisfaisants, a dit M. Bou-
rassa, le Québec consentirait à s‘y rendre.
Car des échecs comme celui de la confé-
rence de Victoria (1971) sur le rapatrie-
ment et la formule d’amendement, a-t-il
souligné, ne servent ni le Québec, ni l’u-
nité canadienne, ni le fédéralisme.

On croit savoir que le gouvernement fé-
déral a entrepris récemment de nouvelles
démarches auprès du Québec afin d’ame-
ner M. Bourassa à reprendre avec Ottawa
et les autres provinces l’étude du dossier
constitutionnel qu’aucun gouvernement
n’avait encore pris l’initiative de rouvrir
depuis le retentissant échec de 1971.

Laisser un commentaire