Minutes of Proceedings and Evidence of the Special Committee on Indian Self-Government, 32nd Parl, 1st Sess, No 29 (19 May 1983)


Document Information

Date: 1983-05-19
By: Canada (Parliament)
Citation: Canada, Parliament, Minutes of Proceedings and Evidence of the Special Committee on Indian Self-Government, 32nd Parl, 1st Sess, No 29 (19 May 1983).
Other formats: Click here to view the original document (PDF).


The HTML Text Below Has Not Yet Been Edited

This document has not yet been edited for mistakes. Help us out by correcting the text and mailing it as a text file to pd@theccf.ca. Your help will make PrimaryDocuments.ca the most complete word-searchable electronic repository of documents relating to the Canadian constitution. For more information consult our Be a Contributor page.

Read the unedited text

HOUSE 01-‘ COMMONS
Issue No. 29

Ottawa, Ontario
Thursday, Mziy 19, 1983
Val d‘Or, Quebcc
Tucsday, May 24, 1983
Chisasibi, Qucbee
Wedncsday, May 25, 1983

Chairman: Mr. Keith Penner

CHAMBRE DES (‘OMMUNÆES
Fascicule n” 29

Ottawa (Ontario)

Le jeudi 19 mai 1983
Val d’Or (Québec)

Le mardi 24 mai 1983
Chisasibi (Québec)

Le mercredi 25 mai 1983

Président: W. Keith Penner

Mini/les (If Procaezlirigx‘ and E Wdëfltï’
ig/‘Ihe Spcciul (‘zimmi/lee on

Indian
Self-Government

RESPFCTING:
111c status. develtipmenl and fC3p0flS1b111l1CS01Bilnd
governments on lndian reservcs, as wcll as thc finaneial

relationships belwcen lhc Governmcnt 01 Canada and
Iiidian bands

WITNESSES:

(Sec brick covcr)

11151 Session ofihe
llnriyaäeeond Parliament, 1980-81-82-83

Provèx-verhatnr r’! l(;l1l(Il.(g’Nll_L{(’.\’
t/il Comité syiéritl/ .\’IU’

l’Aut0n0mie politique
des Indiens

CONCERNANT:

Le statut. lïêvohitiiiii et 1C.\[‘C\]‘1UI1.\H1)1111Ô.\ tiex‘
administrations de bandes dans les réserves‘ indiennes, de
même que les rapports financiers qui existent entre 1e
gouvernement du Canada ct les bandes indiennes

TÉMOINS:

(Voir à Fcndos)

Première session de 1a

trente-deuxième législature. 1 9X1]- I 91€ 1 — 1 914?; 1983

P1112 |

SPECIAL COMMITTEE ON
1ND1AN SELF-GOVERNMENT

Chairmari: Mr. Kcith Penncr

VicchChairman: Mr. Stan Schellcnberger

Allmand
Chénier

Gingras

Pursuanl to Standing Order 69(4)(b):
On Monday,May16, 1983:

Stan Schellcnberger rcpiaecd Girve Frctz.

On Wedncsday, May 18, 1983:

René Gingras replaced Henri Tousignant.

Pubiiahcd undcr aulhoril) or ihc Speaker oiihc
House 01 Commons by the Queen’; Printcr for Canada

COMITÉ SPÉCIAL SUR
IJAUTONOMIE POLITIQUE DES INDIENS

Président M. Keith Penner
VicerpréxidenlsM. Sian Schellenberger

Messrs. v Messieurs
Manly Oberlev/Ü)
(Quorum 4)

L4’ greffier du Comité spécial
François Prégent
(‘lerk oflhe Sperial (‘ommiltee
Conformément a l’article 69(4)” du Règlement:

Le lundi 16 mai 1983:
Stan Schellenberger remplace Girve Frctz.

Le mercredi 18 mai 1983:
René Gingras remplace Henri Tousigiizint.

Publie’ en conformité de l’autorité dii Président de 1a Chambre
des communes par 1’lmprimeur de 1a Reine pour 1c Canada

Available from lhc Canadien Guvcrnment Publishing Contre, Supply and En vente: Centre d’édition du gouvernement du Canada,
Approvisionnements ci Services Canada, Ottawa. Canada KtA 0S9

Services Canada. Ottawa, Canada KIA 0S9

15-54983 Autonomie politique des Indiens 29:3
MINUTES OF PROCEEDINGS PROCÈS-VERBAL

I’IlURSD/\Y,MAY 19.1983 LE.lEUDl19 MAI 1983

(63) (63)

|’I’cxt] [Traduction]

Thé Special Committee on lndian Self-Governmcnt met “in
vaincra” at 3:47 o’clock p.m., this day, the Chairman, Mr.
Penncr, presiding.

Members uf the Committec’ flfKVËIl/I Messrs. Allmand,
tiiiigras. Manly, Oberlc and Penner.

lîx-officir) nzembcr prcsent: From the Assembly of First
Nations: Ms. Roberta Jamieson.

Liaison mamber prescrit: Front the Native Womenît‘
.t.i’.\’ociation of Canada: Ms. Sandra lsaac.

In attendance: From the Research Branch ofthe Library of
Pnriiament: Mrs. Barbary Reynolds and Mrs, Katharine
Dunkley, Research Olficers. From the Parliamenlary Centre
lur Foreign Affairs and Forrign Trade: Mr. P.C. Dobell,
Policy Co-ordinator.

Witnesses: Fmm Coopcrs and Lybrtind: Mr. Glenn Ross,
Partner and Mr. Gary Peall, Manager.

The Committce resumed eonsideration of its Order o!”
Reierence dated Wednesday, December Z2. 1982. (Sec
Minutes of Proceedings‘, Wedtiesday, Deccmher 22, I982.
lisue No. 1,)

Thc Committee procecded t0 consider its future business.

1l was agrecd,—That Mr. Schellenberger be re-elected “in
n/mcntia” as Viee-Chairman to this Committee,

lt was agreed; That the dralt itinerary and sehedule of
iviinesses as preparcd by the stafl” for the trip to the province of
Qiiebec irom May 24 io 28, 1983, be adopted.

lt was agreed/That the contract for the services 01′ thc
Iïirliamentary Centre be extended under the same condition ol
tlie original contract.

li was agreed/That the expcnscs incurred by the Chair-
ltl.lll and his assistant, Ms. Penclope Mullcr, whilc attcnding
111L‘ Fourth Annual Asscmbly of First Nations Conférence in
Winnipeg be reimbursed.

lt was agreed,—That thé Chairman’s speech to the Fourth
\iinual Assembly of First Nations in Winnipeg be printed as
tll appendix to this day‘s Minutes of Proceedings and Evi-
I1\’IICC.(SE’E Appendix “SEND-JZ”)

1l was agrced. —That tlie meeting with the Native Women’s
hxuciation ot” Canada originally scheduled for Thursday, June
‘ ‘Il 3:30 p.m., be resehedulcd l’or Tuesday, Junc I4 at 3:30

|||ll

Mr. Ross tziblcd the research project entitled: “Federal
Itivenditures And Mechanisms For Their Transfer T0
Iiulians”,

Mi‘. Rossand Mr. Peall each made a statement and
Ill .wered questions.

‘\l 5:47 o’clock p.m., the Committee adjourned to the call et”
ilu- <‘1iair. Le Comité spécial sur l’autonomie politique des Indiens se réunit aujourd’hui à huis clos à 15h47 sous la présidence de M. Pcnncr (président). Membres du Comité présents: MM. Allmand, Gingras, Manly. Oberle et Penner. Membre dbfjice présent: De [Vtssenzb/ée des premières nations: Mm‘ Roberta Jamieson. Membre (agent de liaison) présent: De l’Association des femmes autochtones du Canada: Mm‘ Sandra lsaac. Aussi présents: Du Service de recherche de la Bibliothèque du Parlement: Mm‘ Barbara Reynolds et M”“ Katharine Dunklcy, rccherehistes, Du Centre parlementaire des affaires étrangères et du commerce extérieur: M. P.C. Dobell, coordonnateur des politiques. Témoins: De Coopers et Lybrand: M, Glcn Ross. associé et M. Gary Peall, gérant. Le Comité reprend l’étude de son ordre de renvoi du mercredi 22 décembre 1982. (Voir procès-iterhal du mercredi 22 zlécemhre I982, fascicule n” I.) Le Comité entreprend l’étude de ses prochains travaux. l1 est eonvenu,——Que M. Schellenberger soit ré-élu vice- président du Comité «en son absence». l1 est convenu/Que le projet d’itinéraire c1 la liste des témoins préparés par le personnel pour la visite à Québec du 24 au 28 mai I983, soient adoptés, ll est convenu-Que le contrat concernant les services du Centre parlementaire soit prolongé aux mêmes conditions que le contrat initial. ll est convenu—Que les frais subis par le président et son adjoint, Mm‘ Penelopc Mullcr, pour leur présence à la Qua- trième assemblée annuelle de la conférence des premières nations à Winnipeg leur soient remboursés. ll est convenu,—Que le discours du président a la Qua- trième assemblée annuelle des premières nations à Winnipeg soit joint aux procès-verbal et témoignages de ce jour. (Voir Appendice «SEND-JZ»). 1| est convenu,—Que la séance avec des membres de l‘Association des lemmes autochtones du Canada prévue originalement le jeudi 2 juin, a 15h30 soit reportée au mardi l4juin à 15h30. M. Ross dépose le projet de recherche intitulé: «Fedcra/ EX])€P1dÏIllÎ(’.i’ and Mechanismsfor Their Transfer to lndians». M. Ross ct M. Peall t’ont des déclarations et répondent aux questions. A 17h47, le Comité suspend ses travaux jusqu’à nouvelle Convocation du président. 29:4 lndian Self-Government 25-5493! TUESDAY, MAY 24,198} LE MARDI 24 MAI 1983 (64) The Special Committee on lndian Seli-Government met in Val d’Or, Québec al 12:20 o’clock p,m., this day, the Vice- Chairman, Mr. Schellenberger, presiding. Members of the Committee present: Messrs. Gingras, Manly, and Schellenberger. Allmand, Ex-ofjicio member present: From the Assemb/y of First Nations: Ms. Roberta Jamieson. Liaison member [Iresetttz Front the Native WomenÏs Association of Canada: Ms, Sandra lsaae. Front the Native Council ofCattaz/a: Mr. Bill Wilson. In attendance: Front the Research Branch of the Library of Parliament: Mrs. Barbara Rcynolds and Mrs. Katharine Dunkley, Research Officers. Witnesses: From the Algonquin Council of Western Quebec: Grand Chief Fred Kistabish and Mr, Louis-Marie Fortin, Consultant. The Committee resumed eonsideration of its Order ol Rcference dated Wednesday. December 22, I982. (See Minutes of Proceedings, Wednesday. December 22, I982, Issue No. I.) Grand Chief Kistabish made a statement and. with Mr. Fortin, answered questions. lt was agreedf-That the answers submitted quin Council to certain questions posed by thc Spccial Committee be filed as an exhibit with the Clerk ol the Committee. (Exhibit “LL”) On motion of Mr. Allmand, it was agreed,»That the opening address of National Chief David Ahenakew and the Honourablc John Munro’s statemcnt to the Fourth Annual by the Algon- “Send> 33 ” and Appendix “Send- 34″)

At 3:00 o’cl0ck p.m., the Committee adjourned to the call of
the Chair.

WEDNESDAY, MAY 25, I983
(65)

The Spécial Committec on lndian Self-Government met in
Chisasibi, Quebec at 9:19 o’clock a.m., this day, the Vice-
Chairman, Mr. Schellenberger. presiding.

Members of the Committee presenl:
Gingras, Manly and Schellenberger.

Messrs. Allmand,

Ex-officio mernber present: From the Assembly of First
Nations: Ms. Roberta Jamieson.

Liaison members present: ‘Front the Native Women’s
Association of Canada: Ms. Sandra lsaac. From the Native
Council ofCanada: Mr. Bill Wilson.

In attendance: From the Research Branch of the Library of
Parliantent: Mrs. Barbara Reynolds and Mrs. Katharine
Dunkley, Research Officers.

Witnesses: Front the Grand Council of the Crees: Grand
Chairman, Cree Régional Authority;

Chief Billy Diamond,

(64)

Le Comité spécial sur l’autonomie politique des Indiens NI‘
réunit aujourd’hui à l2h20 à Val d’Or. Québec sous l.|
présidence de M. Schellenberger, (vice-président).

Membres du Comité présents: MM. Allmand, Gingrax,

Manly et Schellenberger.
Membre d’office présent: M”‘° Roberta Jamieson.

Membre (agent de liaison) présent: De I’As.snciation dm
femmes autochtones du Canada: M”“ Sandra lsaac. Du
Conseil des Autochtones du Canada: M. Bill Wilson.

Aussi présents: Du Service de recherche de la Bibliothèque
du Parlement: M”” Barbara Reynolds et M”” Kathztrinx-
Dunkley, recherchistes.

Témoins: Du Conseil Algonquin de l’Ouesl du Québec‘
grand chef Fred Kistabish et M. Louis-Marie Fortin, conseil
ler.

Le Comité reprend l’étude de son ordre de renvoi (lu
mercredi 22 décembre I982. (Voir procèswerbal du flleffffll/I
22 décembre I982, fascicule n” I.)

Le grand chef Kistabish fait une déclaration puis, avec M
Fortin, répond aux questions.

ll est convenu,«—Que les réponses soumises par le Conseil
Algonquin à certaines questions posées par le Comité spécial
soient déposées auprès du greffier du Comité comme pièce
(Pièce nLLu).

Sur motion de M. Allmand, il est convcnm/Que le»
discours d’ouverture du chef national David Ahenakew et l.I
déclaration de l’honorable John Munro a la Quatriènn-
assemblée annuelle des premières nations soient joints aux
procès-verbal et témoignages de ce jour. (Voir AppenzIn-r
«SEND-JÏ» et Appendice «SEND—34»).

A l5 heures, le Comité suspend ses travaux jusqu’à nouvt-llr
convocation du président.

LE MERCREDI 25 MAI I983
(65)

Le Comité spécial sur l’autonomie politique des Indien.» w
réunit aujourd’hui à Chisasibi (Québec) à 9h19 sous l.n
présidence de M. Schellenberger (vice-président).

Membres du (‘onzité présents: MM. Allmand, Gingmu

Manly et Schellenberger.

Membre doffice présent: De [Assemblée des premiivn
nations: Mm‘ Roberta Jamieson.

Membres (agents de liaison) présents: De FÂSJOCÏIÏIÏOH (In
femmes autochtones du Canada: M”‘° Sandra lsaac. In.
Conseil des Autochtones du Canada: M. Bill Wilson.

Aussi présents: Du Service de recherche de la Bibliothiw/ur
du Parlement: Mm‘ Barbara Reynolds et M”‘° Katharttu
Dunkley, recherchistes.

Témoins: Du Grand conseil des Cris: le grand chef Bills
Diamond, président, Administration régionale des Cris; I-

25-5-1983

ltxecutive Chief Philip Awashish, Vice-Chairman, Cree
Régional Authority; Mr. Henry Mianscum. Director Gencral,
(‘ree Régional Authority: Chief Henry Diamond, Rupert
llousc; Mr. Allan lrlappyjack, Waswanipi; Chief Jantes
llobbish, Chisasibi; Chief Waltcr Hughboy, Wemindji; Mr.
Robert Kanatewat, Great Whale River; Chief Ted Moses,
lîttstmain; Chief George Wapachee, Nemaska; Mr. Peter
llutchins, Légal Counsel and Mr. Norman Hawkins, Consult-
ant. From the Cree School Board: Grand Chief Billy Dia-
ntond, Chairntan; Mr. Allan Happyjack, Dircctor Gencral;
Mrs. Janc Pacltano, School (Ïontntissioner, Chisasibi and Mr.
Bill Grodinsky, Légal Counsel. Front the Cree Board of
llcalth and Social Services of Jantes Boy: Mr. Steven
llearskin, Assistant Gcneral Manager and Mr. Bill Grodinsky,
Légal Counsel.

The Committee resuntcd eonsideration of its Order of
Reference dated Wedncsday, December 22, 1982. (See
Minutes of Proceedings, Wetlnesday, Decemher 22, I982,
Issue No. l.)

Grand Chief Billy Diamond, Mr. Mianseum, Chief Henry
Diamond, Mr. Happyjack, Chief Bobbish, Chief Hughboy.
Mr. Kanatewat, Chief Moses, Chief Wapaehec and Exécutive
(‘hicf Awashish of thc Grand Council of the Crces cach madc
.1 statentent.

Grand Chief Diamond, Chief Bobbislt, Exécutive Chief
Awashish, Mr. llawkins and Mr. Hutchins nnswercd ques-
ttons.

At 12:32 o’clock p.m., the sitting was suspended.

At 12:52 o’clock p.m., the sitting resumed.

Questioning of the witnesses from the Grand Council of the
(‘rees resumed.

Mr. llappyjack and Grand Chief Diamond of thc Cree
School Board cach madc a statcment and, with Mrs. Pachano
and Mr. Grodinsky, answcred questions.

lt was agreedp-That the submission of the Cree School
lloard be printed as an appendix to this day’s Minutes of
Proccedings and Evidence. (See Appendix ‘SI-IND-lî”)

Mr. Bearskin of thc Cree Board of ltlealth and Social
Services 0l Jantes Bay made a statcntent and, with Mr.
(irodinsky. answered questions.

/\t 2:55 o’clock p.m., the Comntittee adjourned to thc call of
tln: Chair.

Autonomie politique des Indiens 29 ; 5

chef de l’exécutif Philip Awashish, vice-président, Administra-
tion régionale des Cris; M. Henry Mianscum, directeur
général, Administration régionale des Cris; le chef Henry
Diamond, Rupert Housc; M. Allan Happyjack, Waswanipi; le
chef lames Bobbish, Chisasibi; le chef Walter Hughboy,
Wemindji; M. Robert Kanatewat, Rivière de la grande
baleine: lc chef Ted Moses, Eastmain: le chef George Wapa-
chee, Ncmaska, M. Peter Hutchins, avocat conseil et M.
Norman Hawkins, conseiller. Du Conseil scolaire des Cris: le
grand chef Billy Diamond, président; M. Allan Happyjack,
directeur général; M”‘° Jane Pachano, commissaire décale,
Chisasibi et M. Bill Grodinsky, avocat conseil. Du Conseil de
la santé et des services sociaux des Cris de la Baie Jantes: M.
Steven Bearskin, directeur général adjoint et M. Bill Gro-
dinsky, avocat conseil.

Le Comité reprend l’étude de son ordre de renvoi du
mercredi 22 décembre 1982. (Voir procès-verbal du mercredi
22 décembre I982, fascicule n” I.)

Le grand chef Billy Diamond, M. Mianscum, le chef Henry
Diamond, M, Happyjack, le chef Bobbish, le chef Hughboy,
M. Kanatewat, le chef Moses, le Chef Wapaehee et le chef de
l’exécutif Awashish du Grand Conseil des Cris foni chacun
une déclaration.

Le grand chef Diamond, le chef Bobbish, le chef de l’exécu-
tif Awashish, M. Hawkins et M. llutchins répondent aux
questions,

A 12h32, lc Comité suspend ses travaux.

A 12h52, le Comité reprend ses travaux.

L’interrogation des témoins du Grand Conseil des Cris se
poursuit.

M. Happyjack et le Grand chef Diamond du Conseil
scolaire des Cris font chacun une déclaration puis avec Mm‘
Pachano et M. Grodinsky, répondent aux questions.

Il est convenu,—Que le mémoire du Conseil scolaire des
Cris soit joint aux procès-verbal ct témoignages de ce jour.
(Voir Appendice «SEND-35»).

M. Bearskin du Conseil de la santé et des services sociaux
des Cris de la Baie lames fait une déclaration puis, avec M.
Grodinsky, répond aux questions.

A 14h55, le Comité suspend ses travaux jusqu’à nouvelle
convocation du président,

Le greffier du Comité

François Prégent

Clerk Dflht’ Committee

29 ; 6 lndian Sclf-Govcrntnent 25-5-wx t
EVIDENCE TÉMOIGNAGES

(Recordcd b y E lectroniu Apparatus) (Enregixlrentelzl électronique)

[Texte] [Traduction]

Tuesday, May I4, I983
‘ I220

The Vice-Chairman: I would like to begin the hearings of
the special committee in Val d‘Or, Quebcc. Wc have with us
today, as witnesses frein the Algonquin Council, Grand Chief
Mr. Fred Kistabish and his consultant, Mr. Louis-Marie
Fortin. I hope l have come close in the pronunciation.

Thank you very mueh for coming to talk to us this aftcr-
IIOOII.

As we begin our hearings, we have with us today members
of Parliament: Mr. Warren Allmand, member from Notre-
Dame-de-Grâce«Lachine East, Quebec; Mr. René Gingras,
membcr for this area, Abitibi; Mr. Jim Manly, member of
Parliament from Cowichan»MaIahat«The lslands; Roberta
Jamiesen, who is the delegate from the Assembly of First
Nations; Sandra lsaac, from the Native Women‘s Association;
and Mr. Bill Wilson. from the Native Council. I am the Vice»
Chairman, Stan Schellenberger, from Wetaskiwin riding in
Alberta.

We will begin now. We have the briefcirculatcd; thank you
for that. Mr. Grand Chief, if you would like to begin, this
would be in order.

M. Fred Kistabish (Grand chef. Conseil Algonquin): Merci,
monsieur le président.

En tant que Grand chef du Conseil algonquin, je vous
souhaite la plus cordiale bienvenue à Val d‘Or, le territoire des
Algonquins. J’espère que votre court séjour parmi nous vous
sera agréable.

J’ai une salutation très spéciale à vous faire de la part du
chef Jean-Guy Wydock qui est absent en ce moment. Il devait
faire une présentation suite à celle du Conseil algonquin, mais
elle a été jointe aux présentations du Conseil algonquin qui
vous seront transmises dans quelques instants.

Je suis accompagné du consultant M. Louis-Marie Fortin,
du Conseil algonquin.

Je ferai un bref historique du Conseil algonquin, Sa
fondation a eu lieu en juin I980. Beaucoup de Choses ont été
faites depuis ce temps mais actuellement, le Conseil algonquin
regroupe neuf bandes, dont celles de Maniwaki, Rapid Lake,
Grand Lac Victoria, Lac Simon, Pikogon, Notre-Damedu»
Nord, Winnaway, Wolfe Lake et Kippawa.

Uenvahissement des terres des Algonquins, particulièrement
en Abiti, est un phénomène très récent qui s’est produit au fur
et à mesure que les travaux mis en valeur ont été faits: la
colonisation, la coupe de bois, les mines, le tourisme et les
réservoirs hydro-élcctriques,

Maintenant, je vous soumets la première présentation.
SELF-GOVERNMENT

Le mardi 24 mai I983

Le vice-président: J’ouvre maintenant la réunion que tient Iv
Comité spécial à Val d‘Or, au Québec. Aujourd’hui, lrx
témoins, représentant le Conseil algonquin, sont le grand chel
Fred Kistabish et son consultant, M. Louis-Marie Fortin
J’espère avoir prononcé le nom assez correctement.

Je vous remercie de comparaître cet après-midi.

En ce début de réunion. nous comptons parmi nous des
députés, notamment: M. Warren Allmand, de Notre-Dame
de-Grâce/Lachinef-Est, au Québec; M. René Gingras, qui
représente cette région, I’Abitibi; M, Jim Manly, de Cowi
chan—Malahatv—Les Ilcs; siègent également au Comité
Roberta Jamieson, déléguée de l’AssembIée des premières
nations: Sandra Isaac. de l’Association des femmes autochtur
nes, et M. Bill Wilson, du Conseil des autochtones. Je suis le
vice-président, Stan Schellcnberger; je vicns de l’A|berta, de Li
circonscription de Wetaskiwin.

Nous commencerons dès maintenant. Nous avons fztil
distribuer Ie mémoire; je vous remercie de nous en avoir remis
des exemplaires. Grand chef, je vous prie de commencer, .\|
vous le voulez bien.

Mr. Fred Kistabish (Grand Chief, Algonquin Counci :
Thank you, Mr. Chairman.

As Grand Chief of the Algonquin Council, l would like tu
extend tu your group a most cordial welcome to Val d‘Or, the
territory of thc Algonquins. I hope that your short stay with ux
will be a plcasant one.

I would like to convey the bcst wishes of Chief Jean-Guy
Wydock who is absent for the time-being. He was to make u
présentation following that of the Algonquin Council, but il
has been appended to thc Algonquin Councifs présentation
whieh will be madc shortly.

l am accompanied by Mr. Louis-Marie Fortin, who is a
consultant to the Algonquin Council.

I will give you a brief history of the Algonquin Council. lt
was founded in June, 1980. Many things have been done sincc
that time but currently, the Algonquin Council represcnts
these ninc bands: Maniwaki, Rapid Lake, Grand Lac Victoria.
Lac Simon, Pikogon, Notre-Damedu-Nord, Winnaway,
Wolfe Lake and Kippawzt,

Thc invasion of Algonquin lands, particularly in the Abiti
région, is a very recent phcnomenon, gradually brought about
by colonization, the development of forests, mines, tourisin and
hydro-electric projects.

I will now proceed to read our brief.
AUTONOMIE POLITIQUE

25-5-1983

Autonomie politique des Indiens 29:7

[Texte]
Analytical Statement of the Problem, by Algonquin
Council of Western Quebec

Native Capacity to Survive:

Few decades ago, most bands of the Algonquin people
had a native capacity to survive, as long as they dcpended
primarily on what they could do for thcmsclvcs, with only a
very little reliancc on commodities and services produced
outside the community. They had a political systcm which
ensured a just distribution of natural rcsources and which
gave priority to the protection and maximum use of thc one
resource available to all: the land and its natural resources.

Role of lndian Affairs:

The increasing expenditures by government and the
greater qualities of physical asscts and available services
have mostly resulted in the Algonquin people losing control
over their lives and frecdom and their traditional capacities
for healing, caring, learning and providing food and shelter.

Resulting Situation in the Algonquin Nation:

Alienated front the mastering of tools to express their
ingenuity and their creativity and the ability t0 create and
conduct their own social and economic institutions, thc
Algonquins were soon in thc cspecially critical situation of
losing tlteir individual self-worth, of becoming passive
consumers depcndent on the government, of being disinher-
ited from their land and of being parked on much too small
réserves where they were discriminated against by racial
préjudice and isolated from the flow of ideas, information
and technology while the régional development was con-
ducted not only without them but against them.

Conclusion:

In a broad perspective, loss of culture, of the capacity to
provide for basic needs, of the control over tools and powers
and the dégradation of the natural, social and economic
environmcnt and the resulting individual demoralization,
social stress and unrest arc certainly a product of the
advance of industrial society which simply ignored the
lndian and whosc government administcred and controlled
the lives of Algonquin people but never gave them a chance
to participate actively in any development activitics.
DETERMINING FACTOR FOR CHANGE

Change in Government Policy:
° I230

The role and function of the Department of lndian
Affairs, prescribed by the Canadian government during the
very early days of colonization and the lndian Act, t0
manage the affairs of Indians have been changed rccently
l’or this first time in over 100 years to permit the creation
and acceleration of a take-over process and sclf-government
by the Indians tltemselves.

[Traduction]
Analyse de la question par le Conseil algonquin de
l’ouest du Québec

Habilité des autochtones à survivre:

Il y a quelques décennies, la plupart des bandes du
peuple algonquin pouvaient survivre, dans la mesure où elles
dépendaient surtout de ce qu’elles pouvaient faire pour elles-
mêmes et où elles ne faisaient appel que très peu souvent à
des denrées ou des services provenant de l’extérieur. Elles
exploitaient un système politique qui assurait une distribu-
tion équitable des ressources naturelles et qui accordait la
priorité à la protection et a l’utilisation maximale d’une
ressource dont tout le monde disposait: la terre et ses
ressources naturelles.

Rôle des Affaires indiennes:

Les dépenses accrues du gouvernement et les propriétés
considérables des biens physiques et des services disponibles
ont fait en sorte que les Algonquins ont perdu le contrôle de
leur vie, de leur liberté et de leurs aptitudes traditionnelles à
guéri à soigner, à apprendre, a se trouver de la nourriture
et un gîte.

Retombées pour la nation algonquine:

Ne pouvant plus maîtriser les outils qui leur permet-
taient de canaliser leur ingéniosité. leur créativité et leur
aptitude à créer et à administrer leurs propres institutions
économiques et sociales, les Algonquins se sont vitc trouvés
dans une situation particulièrement difficile, en ce qu’ils
perdaient leur fierté individuelle, devenaient des consomma-
teurs passifs vivant aux crochets du gouvernement, étaient
dépossédés de leurs terres et entreposés dans des réserves de
beaucoup trop petites, où ils étaient victimes de préjugés
raciaux et tenus à l’écart des échanges d’idées, dc renseigne-
ments et de technologie, tandis que lc développement
régional s’effectuait non seulement sans leur participation,
mais encore a leur détriment.

Conclusion:

De façon générale, la perte de la culture, de la possibi-
lité de subvenir aux besoins essentiels, d’avoir recours à des
outils ou des pouvoirs et l’érosion de l’environnement
économique et social naturel sont certainement le résultat
des progrès d’une société industrielle qui n’a tout simple-
ment pas tenu compte de l’lndicn et dont le gouvernement a
contrôlé et géré la vie des Algonquins sans leur permcttrc de
participer de façon active aux projets de développement.

FACTEUR DÉTERMINANT EN VUE D’UN CHAN-
GEMENT

Modification de la politique gouvernementale:

Le rôle et les fonctions du ministère dcs Affaires
indiennes, établi par le gouvernement canadien dès les
débuts de la période de colonisation et de la Loi sur les
Indiens, ce rôle qui consistait à administrer les affaires des
Indiens, a été modifié récemment pour la première fois
depuis 100 ans afin de permettre l’accélération d’une
certaine autonomie politique des Indiens,

29:8

lndian Self-Govcrnment

25-5- l‘).‘t t

[Taxi]

Fundamental changes to happen. To carry out this new
poliey and to permit the Algonquins to provide for them-
sclves. a fundamental change of this unsatisfactory situation
must gradually and progressively happen.

l. Govcrnmcnt must rccognize that Algonquins have
thc capacity and desire to provide for their own needs, if
given a chance,

2. (jovcrnment must make a clear and nceessary
commitment to provide the Algonquin with the authority,
rcsponsibility and resourccs so that they arc free to develop
and provide thc services that they themselves decide they
nced

3. Government must change its attitude and current
practiee of forcing technieal solutions for social and
economic development into the very narrow lcgal and
political parametcrs of thc lndian Acl and dual rescrve
system-the reserve and lndian settlement.

4. (iovernment must help in solving territorial status of
rescrves for urbanization and for trapping, hunting and
fishing, and problcms resulting from provincial policics
affecting the life of the Algonquin.

5. Govcrnment must change its policy towards off»
reserve lndians who, given the right training and support,
could be a good resource for leadership in the future; to
remove the barriers to the mobility of lndians, to the f’low of
capital. and to the obtention of property title, etc.

6, Govcrnment should consider total development
process of all the Algonquin people by the Algonquins
themselvcs and accept that such a development process is a
challenge to our education, organization, discipline,
decision— and poIicy-making, and long-term planning and
programming.

7. lndian Affairs must improve on its rccent concern for
economic development by not separating the element of
social structure, culture, economics and the band govern-
ment, and not treat us as disconnected things; or in the other
words, to remove the compartmentalization in the départ-
ment with its little communication and consultation which
Ieaves the Algonquin to adjust as best they can to adminis-
trative complexity and thus face unnecessary complication
and delay.

Important influences of the Algonquin Council. The
Algonquin Council is actively searching for innovativc and
pragmatic solutions to many réal problems on reserves and
in the region; to obtain a general consensus: to makc a
genuine commitment to work constructively with govern-
ment officials; and to have the department provide a proper
mcchanism of communication and consultation in policy-
making towards self-government, or to gain mutual
eonsideration by the Algonquin Council and the department
of what nccds to bc done and how it is to be done for the
greatest benefit to the Algonquin communities.

[TranxIa/ion]

ll doit y avoir des changements fondamentaux. Afin il:
permettre la réalisation de cette nouvelle politique et «l4-
donner aux Algonquins la possibilité de subvenir à lent.
propres besoins, il faudra qu’il y ait une mOdlfiCillttttl
fondamentale et progressive de cette situation

l. Le gouvernement doit reconnaître que les Algonquin»
ont la capacité et l’envie de subvenir à leurs propres bcsuim,
s’ils peuvent en avoir la possibilité.

2. Le gouvernement doit s’engager clairement
accorder aux Algonquins l’autorité. la responsabilité et | .
ressources leur permettant d” tborer et d’offrir des service.
dont ils auront établi la néccssi é.

3. Le gouvernement doit changer son attitude et sa
pratique actuelle qui consistent à faire entrer le développe
ment social et économique envisagé sous un angle technique
dans le cadre politico—juridiquc très étroit de la Loi sur les
Indiens et le système de réserve double la réserve ct ll’
village indien.

4. Le gouvernement doit aider à résoudre le statut
territorial des réserves en ce qui a trait a l’urbanisation et au
piégeage. la chasse et la péche et résoudre les difficultés
reliées à la politique provinciale dans la mesure tiû elle
affecte la vie des Algonquins.

5. Le gouvernement doit changer sa politique à l’égard
des lndiens hors réserve qui, avec un certain appui et
formation. offrent un bon potentiel comme dirigeants tlt-
demain: il doit supprimer les obstacles a la mobilité des
lnfiens, au flot des capitaux et a l’obtention de titres de
propriété, et cetera.

6. Le gouvernement devrait considérer globalement le
développement de tous les Algonquins, pris en charge par le.»
Algonquins eux-mêmes, et accepter le défi que cela repré
sente en matière d’éducation. organisation, di ipline, la
formulation de politiques et l:1 prise de décisions, et la
planification à long terme.

7. Le ministère des Affaires indiennes ne doit plus se
soucier uniquement du développement économique aux
dépens de la structure sociale, la culture. l’économie et le
gouvernement de la bande et ne doit pas nous traiter comme
des choses sans lien avec notre milieu; ‘autrement dit, il ne
faut plus de compartimentage rigide avec peu de commun:
cation et consultation cc qui oblige les Algonquins fi
s’adapter le micux po le a la complexité administrative et
subir par ce fait des complications et des retards indus.

Les influences importantes du Conseil des Algonquins
Le Conseil des Algonquins cherche des solutions innovatri
ces et pratiques a de nombreux problèmes réels qui se posent
dans les réserves et dans la région: il c ‘c d’obtenir un
consensus général et de travailler de façon constructive avet
les fonctionnaires du gouvernement: il essaie d’obtenir du
ministère un mécanisme adéquat de communication et (le
consultation dans l’établissement d’une politique en vuc de
l’autonomie politique, ainsi le Conseil et le ministère
pourraient étudier ensemble les mesures qui doivent être
prises et la meilleure façon de le faire dans l’intérêt des
collectivités algonquines.

25-5-1983

[Texte]

Functional organization. This mechanism of functional
organization must have a elear mandate and the authority to
decide the scope of its own work with line responsibilities to
ensurc co-operation or to have its output utilized by various
people involved in the process of change and development.

Therc are a fcw basic requircments for change, which
are:

I. clarification and uniformity ofstatus ofall bands and
TCSCFVCS:

2. that band council beeomc a political organization
designcd by and for tlie Algonquin people and endowed with
all powers and rcsponsibilities nccessary to give communities
control ovcr their uffairs; and that

3. lndian national or provincial associations be replaced
by regional association to respond better to the transforma»
tion in the department and all thc bands to the powers to be
vested in bands governments. to serve in thc establishment of
a changed mechanism within the department and all thc
communitics, and to act as a nerve centre to facilitate all the
activities in a long»term process aeeording to thc needs and
aspirations of thc Algonquin people.

Conclusion:

In this development and transformation which will be a
complex cvolutionary procc ‘ anning several ycars, it is
only the Algonquin people who can create a future by their
own imagination. détermination and effort, but they will
necd however consultation and a mechanism to permit the
government. thc department, and the Algonquin Council
and its membcrs to reshapc polieies to create a supportive
condition to revisc thc Algonquin Act, thc lndian Act. and
to change the climate in constructive Algonquin-government
relationship for better utilization of funds and resources to
give the proper authority. and to accept new rcsponsibility t0
gct on with this task.

Unless we go to questions after that . ..
‘ 1240

The Vice-Chairman: Which would you prefer? Would you
prefer to have both briefs read first and thcn questions, or
question on the individual . . , ‘7

Mr. Kistahish: Maybe I can read it and get it on thc . ..
The Vice-Chairman: Okay. Sure.
Mr. Kistabish: Mr. Keith Penner, Committee Président,

Spécial Committee on lndian Sclf-Govcrnmcnt. Housc of
tommons. Ottawa:

To facilitatc, as they demonstrate their wfillingness and
capability to do so. thc assumption by thc lndian people of
full responsibility for managing their own affairs.

IIIIS is from thc NIB red paper in January I969.
Démonstration of a practical approaclt to selfireliance

and sclf-governntent. or an agreentcnt on social and
economic development

fhis is onl_v a working document.

Autonomie politique des Indiens 29 :9

[Traduction]

L’organisation fonctionnelle. Il s’agit ici d’avoir un
mandat clair et l’autorité de décider quelle sera la portée du
travail selon la structure hiérarchique pour que collaborent
tous ceux qui participent au processus de changement et de
développement.

Le changement exige un certain nombre de choses
fondamentales, à savoir:

l. La précision du statut dc toutes les bandes et de
toutes les réserves. et l’uniformité de cclles—ci;

2. Que lc conseil de bande devienne un organisme
politique conçu par le peuple algonquin ct doté de tous les
pouvoirs et responsabilités nécessaires pour donner aux
collectivités le contrôle de leurs affaires; et que

3. Les associations indiennes nationales ou provinciales
soient remplacées par une association régionale afin de
mieux répondre à la transformation du ministère et à la
dévolution dc certains pouvoirs aux gouvernements des
bandes; cette association servira à établir un nouveau
mécanisme de communication avec le ministère et toutes les
collectivités et facilitera un processus à long terme visant à
préciser les besoins et les aspirations du peuple algonquin.

Conclusion:

Au cours de cette période de transorntation qui
constituera un processus évolutionnairc complexe couvrant
plusieurs années. seul le peuple algonquin est en mesure dc
créer son avenir en faisant preuve d’imagination. de
détermination et d’effort, mais il aura toutefois besoin de
consultations et d’un mécanisme permettant au gouverne-
ment, au ministère et au Cons il des Algonquins et a ses
membres de reformuler la poli que en ce qui concerne la
Loi sur les Algonquins. la Loi sur les Indiens. et afin
d’améliorer le climat des rapports entre les Algonquins et le
gouvernement en vue d’une meilleure utilisation des fonds et
des ressources.

Si nous ne passons pas aux questions après cela…

Le vice-président: Que préféra-vous‘? Voulez-vous d’abord
lire les deux mémoires et ensuite répondre aux questions, ou
étrc interrogé sur chaque… i’

M. Kistahish: Je pourrais peut-être le lire et passera . . .

Le vice-président: D’accord. Faites.

M. Kistabish: M. Keith Penncr. président, Comité spécial
sur l’autonomie politique des Indiens. Chambre des communes.
Ottawa:

Faciliter la prise en charge intégrale les Indiens de l’admi-

nistration de leurs propres affaires. à mesure qu’ils démon-

trent leur volonté et leur aptitude en la matière.

Ce paragraphe est extrait du Livre rouge publié par la FNI
en janvier I969.

Démonstration d’une façon pratique d’envisager
l’autonomie ou accord de développement socle-économique.

Il s’agit simplement d’un document de travail.

29:10

lndian Self-Government

25-54994 l

[Textl

Canadian Government-Algonquin Council of Western
Quebec, subsidiary agrecment

Whereas the Govcrnment of Canada has offered all
lndians thc option to exercise full power to manage their
own affairs;

And whercas the Ministcr of lndian Affairs has
instructed his officers to co»operate with lndian band
councils and regional lndian organizations in selecting and
implementing initiatives for their social and their economic
development;

And whereas the Algonquin people have demonstrated
willingness t0 accept the responsibility l’or managing their
own affairs:

And whereas this is a long and cemplex process
requiring certain measures to enable the Algonquins of
western Québec to contribute to and participate in economic
development, to continue their own way of life with
enhanced pride and purposc and to participate in planning
and in formulating a long-terni global development strategy
ofapproximately five years’ durution designed to encourage
the socio-economic development of the Algonquin bands and
of the people:

And whercas during the expérimental period after the
foundation of the Algonquin Council in Junc I980 satisfac-
tory progress has been made on the formulation of longsterm
programs, implcmentation of initial projects and develop-
ment of an effective management system;

Now thercfore the parties hereto mutually agree as
follows:

l. Te undertake a broad range of initiatives centred on
resources and community social and economic development,
human development and eommunity services.

2. To set up a development strategy consistent with the
objectives and strategy set forth by Parliamcnt and the
department ministcr and régional director to enable thc
people of all reserves or bands to contribute t0 and partici»
pate in the global development of the collectivity; to enablc
those Algonquins who wish te do so to continue their own
way of life with enhaneed pride and purpose; to encourage
the orderly utilization the natural resources in harmony with
resource conservation and for the bcnefit of thc inhabitants
and the area.

3. This agreement will include programs and projects
within thc following sectors: rcsources-human, natural,
physical»and community social and economic development;
human development and cemmunity services; transportation
and communications.

4. ln this agreement nothing shall be construed to affect
the special status of lndian Algonquin people and of reserve
lands, and furthcrmore nothing of the above shall jcopardize
the Algonquin position with respect to any legal obligations
which Canada might have becausc of treatics or of claims
arising therefrom.

Objectives
Self-reliance and self-government

[Translation]

Gouvernement du Canada-Conseil
l‘Ouest québécois, accord auxiliaire

Attendu que le gouvernement du Canada a offert a ltlll‘.
les lndicns la possibilité d’exercer les pleins pouvoirs tluir.
Fadministration de leurs propres affaires;

Attendu que le ministre des Affaires indienne. .i
demandé aux fonctionnaires de son ministère de collabora
avec les conseils de bande et les organisations indienucu
régionales pour ce qui est de la sélection et de la mise en
oeuvre des mesures de développement socio-éconontique;

Attendu que le peuple algonquin a démontré sa VOltNIIV
d’assumer la responsabilité de l’administration de se.»

algonquin lit

Attendu qu’il s’agit d’un processus long et CÛmplCkt’
nécessitant l’adoption de mesures devant permettre aux
Algonquins de l‘Ouest québécois de participer au développe
ment économique, de préserver avec fierté leur mode de vu‘
et de participer à la planification et a Fétablissement d’unir
stratégie globale quinquennale de développement visant .1
promouvoir le développement socio-économique des bantlt-x
et du peuple algonquins;

Et attendu que, depuis la création en juin I980 tln
Conseil algonquin, des progrès satisfaisants ont été réalisüx
dans l’établissement de programmes a long terme, dans la
mise en oeuvre de projets et dans Félaboration d’un systémi-
efficace de gestion;

Les parties conviennent de ce qui suit:

l. Entreprendre une vaste gamme de projets visant a la
mise en valeur des ressources, au développement sociu
économique communautaire, au développement humain ct
des services communautaires.

2. Etablir une stratégie de développement conforme atn
objectifs globaux établis par le Parlement, par le ministre ct
par le directeur régional de façon à permettre au peuplc tlc
toutes les réserves ou de toutes les bandes de contribuer au
développement global de la collectivité; de permettre aux
Algonquins qui le désirent de préserver leur mode de vu-
traditionnel avec fierté et à bon escient; de permettre une
utilisation rationnelle des ressources naturelles qui permet
tra leur conservation et qui profitera aux résidents et a la
région.

3. Le présent accord porte sur des programmes et du
projets touchant les domaines suivants: ressources humaines,
naturelles et matérielles; développement socio-éeonomiqtic
de la collectivité; développement humain et services
communautaires; transport et communications.

4. Nulle disposition du présent accord ne sera interpré
tée comme affectant le statut spécial du peuple algonquin ou
des terres de leurs réserves; en outre, rien de ce qui précède
ne doit compromettre la position du peuple algonquin pour
ce qui est des obligationsjuridiques auxquelles serait tenu le
Canada en raison des traités ou des revendications qui en
découlent.

Objectifs
Autonomie économique et politique

25-5-1983

Autonomie politique des Indiens 29: l l

[Texte]

ln order t0 work toward thc above objectives it is
necessary to define clearly the concept of a program and a
strategy: to provide resources- -physieal, human and
ñnancial/necessary for the assessment, planning develop-
ment and support for the community social and economic
development; to set a global development approach empha-
sizing local participation which could provide long-terni
employment and increase well-being in communitics; to
assist communities, groups, families, associations to provide
a social and physical environment conducive to thc improvc-
ment of the quality of life and the participation of people in
community affairs and development opportunities; to
provide reasonable aceess to all comntunities for the
transportation of people, goods and services and, further. to
ensure communications to increase the participation of
Algonquins in community, régional and national affairs.

Public information and participation

ln order to encourage the participation of band councils
and the population in general, parties agrée that information
regarding the purposes and objectives, progress and future
direction of all initiatives shall be made available regularly
toall bands.

Evaluation

During this agrcemeitt a special task force composed of
an equal number of department officials and delegates of
the Algonquin Council, and independent consultants, shall
effect an assessment of the programs. Each party shall
provide the other with such information and support in order
to accelerate the process of change and to assess it regularly
in order to maintain a good understanding of new respon-
sibilities transferred from the department and accepted by
the Algonquin Council or band councils and to maintain
smooth opération and Collaboration at all timcs for initia-
tives of a pilot nature which are designed t0 investigate and
test initiative approaches in the process of planning or
implementing this policy of self-reliance and self-govern-
ment.

‘ I250

In witness whereof this agreement has been exeeuted on
behalf of Canada by the Minister of lndian Affairs and
Northern Dcvelopment and the Secretary of State, and on
behalf of the Algonquin Pcople by the (President) Grand
Chief and Secretary of Algonquin Council of Western
Québec.

Canadian Governmcnt —Algonquin Régional Authority

Subsidiary agrecment on social and economic development
ofalgonquin nation.

Schedule A/Problcms and objectives

Introduction

The purpose of this schedule is to describe briefly thc
problcms and objectives which set the tcrms of a subsidiary
agreement betwcen the Canadian Governmcnt and the

[Traduction]

En vue des objectifs énoncés ci-dessus, il faut définir
expressément un programme et une stratégie: il faut assurer
les ressources matérielles, humaines et financières nécessai-
res â l’évaluation, à la planification, à l’élaboration et au
soutien d’un développement socio-économique communau-
taire; il faut se donner une optique globale de développement
insistant sur la participation locale, ce qui permettra
d’assurer des emplois à long terme et de relever le niveau de
vie dans les collectivités; il faut aider les collectivités, les
groupes, les familles et les associations a offrir un milieu
social et physique propice à Famélioration de la qualité de la
vie et à la participation des gens aux affaires contmunautai-
res et aux possibilités de développement; il faut assurer un
accès raisonnable à toutes les collectivités au transport des
personnes, des biens et des services et, en outre, il faut
assurer les communications qui permettront d’accroître la
participation des Algonquins aux affaires communautaires
régionales et nationales.

Information et participation du public

Afin de faciliter la participation des conseils de bande
et de la population en général, les parties acceptent de
communiquer régulièrement a toutes les bandes tous les
renseignements touchant les objectifs, les progrès et les
orientations futures de tous les projets.

Evaluation

Pendant la durée du présent accord, un groupe de
travail spécial composé en nombre égal de fonctionnaires du
ministère, de délégués du Conseil algonquin et d’experts-
conseil indépendants évaluera le programme. Chaque partie
fournira aux autres les renseignements et l’aide nécessaires
pour accélérer le processus de changement et pour l’évaluer
régulièrement afin de permettre une bonne compréhension
des nouvelles responsabilités transférées du ministère au
Conseil algonquin ou aux conseils de bande, et afin de
promouvoir le bon fonctionnement et la coopération en tout
temps pour ce qui est des projets-pilotes, conçus pour étudier
et expérimenter de nouvelles façons de voir la planification
ou la mise en oeuvre de cette orientation vers l’autonomie
économique et politique.

En foi de quoi, le présent accord a été signé au nom du
Canada par le ministre des Affaires indiennes et du Nord
canadien et le secrétaire d‘F.tat, et au nom du peuplc
algonquin par le (président) grand chef et secrétaire du
Conseil algonquin de l’ouest du Québec.
Gouvernement canadien—–Administration
algonquine
Accord auxiliaire sur le développement social et économique
de la nation algonquine.

Annexe A-Problèmes et objectifs
Introduction

régionale

La présente annexe a pour objet de décrire brièvement
les problèmes et objectifs qui sous-tendent l’accord auxiliaire
conclu entre le gouvernement canadien et le Conseil

29:12

[Texl]
Algonquin Council of Western Quebec, or the Régional
Authority of the Algonquin Nation.
Background

In January 1969, lndian leaders from all parts of
Canada seeking inereased responsibility of the control and
management of their affairs, asked the government “To
facilitate, as they demonstrate their willingness and capacity
to do so, the assumption by lndian people of full responsibil-
ity for managing their own affairs.

On June 25, 1969, the Honourable Jean Chrétien, in
the House of Commons, stated the policies and priorities of
the department and indecd of the Canadian government
toward the option offered all lndians in Canada to exercise
full powers to manage their own affairs.

Evolution in Relationships

ln November I979, the Honourable Jake Epp look
steps to change the role of thc lndian Affairs in order to
accelerate the process of necessary change toward:

wfaeilitating the assumption by lndian people of full
responsibility for and control of their destiny;

m-creating a genuine collaboration between the lndian
people and government in:

1. producing a thoughtful and coherent statement of
principles to ensure that lndian people and department staff
have the same clear and workable understanding of the
program of social, economic and political development to
permit the implcmentation of the Governmcnt policy;

2. working togcther to create supportive conditions for
development by lndians themselves;

3. approaching problcms from a same point of view in
a genuine effort to transfer authority, responsibility and
resources to the lndian nations so they could administer
every aspect of the lives of their people.

Assumption

The Algonquin people have shown a strong desirc and
will to plan and manage their own social, economic and
political affairs.
New Approach

The implcmentation of the Governmcnt policy, or
lndian self-relation and self-government will result mostly
from intellectual activities compatible with both the
aspiration of algonquin people and the tenets of the option
for self-détermination.

ln fact the desired social and economic development
cannot be based only on a crude and materialistic notion,
because it is mainly a challenge of education, formation,
training, understanding, organi7ation, planning, direction,
and discipline.

Concept

lndian Self-Governmcnt

25-5- I 9H t

[Translation]
algonquin de l’ouest du Québec, ou
régionale de la nation algonquine.
État de la question

|’Administr.ttiun

En janvier 1969. les dirigeants indiens de toutes lr.
régions du Canada. désireux d’assumer une FCSpOHSâIUIlIII
accrue pour ce qui est de l’administration de leurs prtipw.
affaires, ont demandé au gouvernement «de faciliter la plu:
en charge intégrale par les lndicns, dc lïtdministratitm (l4
leurs propres affaires, a mesure qu’ils démontrent luttt
volonté et leur aptitude cn la matière».

Le 25 juin I969, l’honorable Jean Chrétien, fi l.t
Chambre des communes, a énoncé les politiques et lt-
priorités du ministère et même du gouvernement canadit-tt
relatives à l’option qui était offerte à tous les lndicns «lu
Canada d’exercer les pleins pouvoirs pour ce qui était tlt-
l’administration de leurs propres affaires,

Evolution des rapports

En novembre 1979, l’honorable Jakc Epp a pris (l\”v
mesures en vue de modifier le rôle du ministère des Affniit-v,
indiennes de façon à accélérer le processus de changement
nécessaire toujours avec l’idée:

—de faciliter la prise en charge intégrale par les lndietis lit‘
leur destinée:

—de promouvoir une véritable collaboration entre l\’\
lndicns et le gouvernement afin: _

1. d’en arriver a un énoncé de principes bien pensé t‘l
cohérent destiné a permettre aux Indiens et au personnel (lll
ministère d’avoir la même compréhension claire et réalistv
du programme de développement social, économique et
politique nécessaire à la réalisation de la politique tlu
gouvernement:

2. de travailler ensemble a l’instauration de Conditions
propices au développement par les Indiens eux-mêmes:

3. d’envisager les problèmes d’un même point de Vllt’
dans un effort réel d’amener un transfert de pouvoirs, «le
responsabilités et de ressources aux nations indiennes pottt
leur permettre d’administrer leur propre vie à tous lcx
égards.

Hypothèse fondamentale

Les Algonquins ont indiqué de façon claire leur désir ct
leur volonté de planifier ct d’administrer leurs propres
affaires en matière sociale, économique et politique.
Nouvelle approche

La réalisation de la politique du gouvernement, ou
l’autonomie économique et politique des lndiens. résulteronl
principalement du déroulement d’une activité intellectuellt-
compatible tant avec les aspirations des Algonquins qu’au-t
les principes de l’option de l’auto-détermination.

Le développement social et économique souhaité ne
peut pas se fonder seulement sur une notion sommaire et
matérialiste. puisqu’il s’agit surtout d’un défi au niveau tlt’
l’éducation, de la formation. du perfectionnement, de l.t
compréhension, de l’organisation, de la planification, de la
direction et de la discipline.

Concept

25-5-1983 Autonomie politique des lndiens 29: l3
[Texle] [Traduction]
The program is intended t0 encourage and assist Le programme est destiné à encourager et a aider les
lndians t0 establish legal, competent and responsible Indiens a se doter de structures juridiques, compétentes et
structure: responsables:

—to negotiate with the governments (federal, provincial and
local) and their agencies the provisions of self-reliance and
self-government;

—to represent the real needs and wants of the Algonquin in
implementation of future programs that will affect their
destiny;

to negotiate législation, where the above principles will be
rooted in, and restructuration of aetual programs and
services in order to give the Algonquin Nation and the bands
real and substantive bargaining power in their revendica-
tions and the définition of what constitutes development and
substantive governing powers to plan, to manage and to
control their own affairs

——to coordinate and administer programs towards total
development

—to represent all Algonquins in negotiations concerning the
rights and legal position of local groups, of band councils
and of the nation as a whole;

to appoint Algonquin représentatives on all structures,
bodies, and entities concerned and involved wilh implement—
ing the social, economic and political development of the
Algonquin people;

—to see that elements of social structure, culture, économies
and self-government will have to be connected “things” of a
single reality, and will have to be interpreted as essentially a
political issue to be controlled by the Algonquin Council;

—to involve in the process on self-reliance and sellïgovern-
ment not merely a tiny minority or only a few bands but the
entire Algonquin population.
Strategic Planning

The purpose of ereating the Algonquin Council in June
I980 was and still is to assist thc bands and the Algonquin
people, and to provide them with a very démocratie and very
représentative legal body to manage the simultaneous
technical, political, and educational process involved in
starting up transformative activities, which include, inter
alia:
——improve understanding and collaboration;
—change attitudes and traditional operating procédures;

—define common goals, objectives and priorities and
organize around these underlying elements to elaborate
plans, development policies, standards and stratégies;

ÿidentify training needs;
‘ I300

fla nd organize arou nd
elaboratc

these underlying clements to
plans, development policies, standards and

stratégies; identify training needs; provide liaison and co-
ordination between bands and with other nations, with
government agencies, local and regional organizations.

—en vue de négocier avec les gouvernements (fédéral,
provincial et local) et leurs représentants les conditions de
l’autonomie économique et politique;
—de faire ressortir les besoins et les desiderata réels des
Algonquins dans l’application des programmes futurs qui
risquent d’influer sur leur destinée;
de négocier des lois qui consacrent ces principes et de
restructurer les programmes et les services actuels de façon
à accorder à la nation algonquine et aux bandes algonquines
un pouvoir de négociation réel et important dans leurs
revendications et dans la définition de ce que constituent le
développement et des pouvoirs politiques réels leur permet-
tant de planifier, d’administrer et de contrôler leurs propres
affaires;
—de coordonner et d’administrer les programmes menant à
un développement intégral;
—de représenter tous les Algonquins lors des négociations
portant sur les droits et le statut juridique des groupes
locaux, des conseils de bande et de la nation tout entière;
de nommer des représentants algonquins à toutes les
structures, tous les organismes et toutes les entités chargés
du développement social, économique et politique des
Algonquins;
—de veiller a ce que tous les éléments de la structure
sociale, de la culture, de l’économie et du gouvernement
forment un tout, tous ces éléments étant interprétés comme
une seule et unique question politique relevant du Conseil
algonquin;
-—de faire participer au processus d’autonomie économique
et politique non pas seulement une petite minorité ou
quelques bandes, mais toute la population algonquine.
Planification stratégique

L’objectif poursuivi par la création du Conseil algon-
quin en juin i980 était et est toujours d’aider les bandes et le
peuple algonquins et de les doter d’un organisme juridique
parfaitement démocratique et représentatif qui puisse
s’occuper simultanément des processus technique, politique
et éducatif nécessité par le changement. notamment:

—l’amélioration de la compréhension et de la collaboration;
—la modification des attitudes et des façons de procéder
traditionnelles;

ÿla définition des buts, objectifs et priorités communs et
l’organisation fondée sur ces éléments en vue des plans, des
politiques, des normes et des stratégies de développement;
——la détermination des besoins en matière de formation;

mla liaison et la coordination entre les bandes, les autres
nations, les organismes gouvernementaux, les organismes
locaux et régionaux, les commissions de planification et tous
les autres intéressés a un développement complet et à long
terme de la région.

29:14

lndian Self-Governmcnt

25-5- l 9s t

[Texl]
planning boards and others interested
long-range development of the arca.

in compréhensive

Algonquin Council of Western Quebcc

This organization is structured to be responsivc and
responsible to the bands and has demonstrated the commit-
ment of and a certain capacity to make bands work together
to create supportive conditions for social and economic
development. This was done mostly on a démonstration basis
in order to discover what powers, resources, structured
operation, administration and évaluation procédures are
required to achieve the development goals of the general
assembly of the Algonquin people,

Encouraging signs

So far the Algonquin council has gained good experi-
ence in the process of consultation, in identifying and
drawing upon the concerns and knowledge of all interested
parties in order t0 develop an understanding on all sidcs as
to the general roles and responsibilities which the council is
expected to fullil. ln fact, the Algonquin council has spent
many efforts and conducted its own intellectual activities in
establishing a legal, democratic and représentative organiza-
tion and in searching for a workable concept, a simple
design in a complex field of interrelated entities»bands,
DIAND, services centre, regional office, governments and
their agencies, etc.«that must respond positively and must
change their attitudes toward the Algonquin.

Future role

But the Algonquin leaders have recognized their own
defieiencies and have become aware that alternative ways of
overeoming them will have t0 be worked out with regional
offices, and they are well aware that no simple solutions or
changes in the role, structure and procédure will happen
overnight.

A change in mechanism of the new system will have to
be planned and operated over a three- to five-year period in
order to allow for systematic testing of developmental
principles and new administrative responsibilities, and also
to permit lndian Affairs to respond to all Algonquin bottom-
up strategy and initiatives in articulating and systcmatizing
their social, economic and political plans for progressive
changes and improvcments, which would enable the
Algonquin nation to develop and mobilize its human and
material resourccs in re-establishing their social and
economic self-reliance in order to accelerate the process of
self-government.

Organizational considérations: The current administra-
tivc responsibilitics are too eompartmented and isolated, and
the staff of each service or of existing structures involved are
habituated to a mode of thought and to standard operating

l Translation]

Le Conseil algonquin de l’ouest du Québec

Cet organisme est conçu de façon â répondre aux
besoins des bandes et à être responsable vis-â-vis d’elles; il n
démontré sa volonté et, dans une certaine mesure, \1I
capacité de faire en sorte que les bandes travaillent ensemble
en vue de créer des conditions propices au développement
social et économique. ll s’est agi jusqu’ici principalement
d’un projet pilote destiné à déterminer quels sont les
pouvoirs, les ressources, les structures, les processtr.
administratifs ct d’évaluation nécessaires à la réalisation tlcs
objectifs de développement établis par l’assemblée générale
des Algonquins.

Signes encourageants

Jusqu’à présent, le Conseil algonquin a acquis une
expérience utile en matière de consultation, pour ce qui est
d’identifier et d’utiliser les préoccupations et les connaissait
ces de toutes les parties intéressées, en vue d’en arriver à une
compréhension, de part et d’autre, des rôles généraux et des
responsabilités générales que doit assumer le Conseil. le
Conseil algonquin a consacré beaucoup d’efforts et de
recherche à l’établissement d’un organisme juridique.
démocratique et représentatif et a la poursuite d’un concept
réaliste, d’un système simple, dans un domaine où il y a
beaucoup d’entités inter-reliées, par exemple, les bandes, le
ministère des Affaires indiennes et du Nord canadien, les
centres de service, le bureau régional, les gouvernements et
leurs organismes, et le reste. Toutes ces entités doivent
répondre de façon positive et modifier leur attitude vis-â-vis
des Algonquins.

Rôle futur

Les dirigeants algonquins ont reconnu leurs propres
faiblesses et ont essayé de trouver des moyens d’y remédier.
en collaboration avec les bureaux régionaux. lls savent très
bien qu’il n’y a pas de solutions ou de changements simples
au niveau des rôles, des structures et des processus. lls tu’
s’attendent pas non plus â une amélioration de la situation
dujour au lendemain.

ll faudra que le nouveau système et son application
soient planifiés et introduits sur une période de trois ou cinq
ans. pour permettre une expérimentation systématique avet
les nouveaux principes de développement et les nouvelles
rcsponsabili és administratives, pour permettre également
au ministère des Affaires indiennes de s’adapter a toutes les
stratégies et initiatives algonquines venant de la base et
destinées a articuler et à systématiser les changements et les
améliorations au niveau de leur système social, économique
et politique, changements et améliorations destinés â faire
en sorte que la nation algonquine se développe et mobilise
ses ressources humaines et physiques en vue de redevenir
autonome sur les plans social et économique et d’accélérer Stl
marche vers Fautonomie politique.

Considérations relatives à l’organisation: les responsabt

lités actuelles en matière d’administration sont trop

compartimentées et isolées. Le personnel de chaque serviet-
et de chaque structure en place est habitué a

penser en

25-5-1983

Autonomie politique des lndicns 29 : I5

[Texte]
procédures particular to the present administrative and
control mode. This situation creates contradiction where
collaboration is needed.

Therefore, a special task group should be crcated to
clarify the concepts of self-reliance and self-government, to
search for ways to build understanding and agreement
within the department and with thc Algonquin people, to
eradicate the dependency, to produce confidence, education
and expcrience necessary for the development of the people
and organizatittn required for thc proper management, and
to set proper provisions for accountability.

This could constitutc a good change in mechanism that
will give a visible evidence of thc political commitment by
the Governmcnt of Canada and the Minister of lndian
Affairs to thc introduction of lndian self-confidence and
self-government, and it would give voice to Algonquin
people.

Therc is a great value in having an independent adviscr
who would assist and monitor the implcmentation of the new
policies or programs, because this would allow for objec-
tivity of advice and freedom from the pressures inherent in
both the bureaucracy and in the lndian organt ations.

The Viee-(Ïltairman: Thank you, You have another brief.
Would you like that tabled with the Committee’? We could
table that with our evidence and make it part of today’s report,
if that is your desire. ls it the same one as in French’? No, it is
différent. lt answers questions, as l read it.

Mr. Kistahish: Okay, we can get through all of them.

The Vice-Chairman: ll is up to the Committee, l guess. You
hztve presented to us another brief answering questions that
were presented to you by the Committee, and we would very
much like that to be part of our record today, if that is all
right.

ls that okay with the Committee?

Some hon. Members: Agreed.

The Vice-Chairman: All right, we will do that. We will
nntke it part of our record for today.

We open for questions, then, if you are prepared to begin.
Mr. Gingras is first on our list, and l will call on him to ask
tpicstions.

M. Gingras: Merci, monsieur le président.

lïn premier lieu, je désire souhai cr la bienvenue au Comité
Il.lll.\ cc coin de pays. ll me fait également plaisir d’être ici.
I tctll

le Comité a voyagé à travers l’ensemble du pays mais ce
ttllll m’apparaît être quelque peu différent de ce que nous y
nous vu. C’est par l’entremise de la Loi sur l’extension de la
piuvince de Québec, de i889, que ce territoire-ci a été cédé a
ll province de Québec. Ce n’est qu’en I960, environ, que la
pinviitce a commencé à donner des services aux lndicns. C’est

[Traduction]

fonction du système actuel et en fonction des processus

d’administration et de contrôle actuels. C’est une situation

qui est loin d’être propice à la collaboration.

Aussi, un groupe de travail spécial devrait être créé
pour clarifier les notions d’indépendance et d’autonomie
politique, chercher les façons d’amener une meilleure
compréhension et une meilleure entente au ministère et chez
les Algonquins, faire disparaître le sentiment d’indépen-
dancc, instaurer un climat de confiance, donner aux gens
l’éducation et l’expérience nécessaires pour leur permettre
de se développer et de s’organiser de façon adéquate, et
instaurer des mécanismes raisonnables dimputabilité.

Ce serait un changement dans les mécanismes qui serait
la preuve tangible de la volonté politique du gouvernement
du Canada et du ministre des Affaires indiennes de voir les
lndicns accéder à la confiance en soi et à l’autonomie
politique. Ce serait une façon de donner vraiment une voix
aux Algonquins.

ll serait sûrement très indiqué de faire entrer en jeu un
conseiller indépendant qui puisse aider à l’instauration des
nouvelles politiques et des nouveaux programmes, et
surveiller en même temps leur application. Ses avis auraient
un certain degré d’objectivé et ils seraient libres tant des
pressions de la bureaucratie qtte de celles des organismes
indiens.

Le vice-président: Merci. Si je comprends bien, vous ave7 un
autre mémoire. Vous voulez le déposer? Nous pouvons faire en
sorte qu’il soit inclus dans le compte rendu des délibérations
d’aujourd’hui. C’est le même que celui qui est en français?
Bon, il est différent. ll répond à un certain nombre de ques-
lions.

M. Kistabish: Nous pouvons tous les passer.

Le vice-président: C’est au Comité d’en décider. Vous nous
avez remis, entre autres, un mémoire qui répond à un certain
nombre des questions que nous vous avions posées d’avance.
Nous aimerions bien qu’il figure au compte rendu
d’aujourd’hui.

Le Comité est-il d’accord?

Des voix: D’accord.

Le vice-président: Nous procéderons donc ainsi. Nous
l’inclurons dans notre compte rendu d’aujourd’hui.

Nous allons tout de suite passer aux questions, si vous le
voulez bien, M. Gingras est Ic premier sur la liste. Je vais lui
céder la parole.

Mr. Gingras: Thank you, Mr. Chairman.

First, l would like to welcome the whole of thc committee to
this region. l can assure you l am very happy to be here, Fred!

The committee has travclled throughout the country but this
region seems to be a bit différent from what it has seemed up
to now. lt is through the Province of Quebcc Extension Act of
I889 that this territory was annexed to the Province of
Quebcc. And it is only around 1960 that the province has
started to provide services to the native people. This is why l

29:16

lndian Self-Governmcnt

25-5—l”«“.|

[Texi]

a cause de cela ue je tente de faire un résumé du problème
qui se présente aujourd’hui. Jusqu’en 1960, il n’y avait que
le gouvernement fédéral qui donnait des services aux Indiens,
comme les écoles, les hôpitaux. les dispensaires, c’est-à—dire les
services strictement sociaux.

Comme je suis né ici, il semble me manquer un lien. Mon
père s’est installé sur les bords de l’Harricanaw et je me
rappelle très bien le grand-père de Fred, parce que les grands-
peres vivaient très vieux dans ce temps-la!

‘ l3l0

Donc. son grandpere, ou son père, était vivant lors de
l’annexion de ce territoire a la province de Québec. De mon
vivant, j’ai 44 ans, j’ai vu les Algonquins s’établir a plusieurs
endroits près d’Amos. ce qui m’amène a poser la question
suivante. Lorsqu’on parle de réserves. comment ces histoires-là
ont-elles commencé parce que lorsque mon père est arrivé sur
le bord de l’Harrieana, cc n’était pas une réserve. les lndiens
étaient la, je m’en souviens très bien. A un moment donné, la
réserve Pikogon est arrivée. J’aimerais savoir quelle est la
grandeur de Pikogon présentement. Pikogon est la réserve où
les Indiens, .. ça va m’amener a ma deuxième question
ensuite.

M. Kistabish: Oui, monsieur Gingras”, mon voisin de deux
milles.

Au tout début, concernant Pikogon, j’aimerais l’aire un petit
historique. C’est seulement la quatrième fois qu’on se faisait
déménager où on est aujourd’hui. On a l’ait tout le tour de la
ville d’Amos. À chaque endroit, on avait une raison pour nous
dire: «les Indiens. cette année, allez donc camper plus loin», Il y
a un paquet de Facteurs a savoir que ça dérangeait, notam-
ment. la coutume des Algonquins, dans le temps. c’est qu’ils
vivaient dans le bois puis le seul moyen de transport w dans le
temps des lndiens, il n’y avait pas de skidua, il n’y avait aucun
mode de transport . c’étaient les chiens; chaque famille
d’indiens avait “‘ chiens. On nc voulait pas des chiens aux
alentours de la ville. c’était une raison pour éloigner les Indiens
aussi. Puis finalement, les Indiens eux-mêmes avaient un petit
fonds a Ottawa, un fonds d’argent, alors, ils ont été obligés
d’acheter, a un moment donne. leurs propres terrains. C’est
comme ça que le village aujourd’hui a coûté énormément cher.
pour la plus petite réserve qui est d’une superficie d’un quart
de mille par un mille de long, et qui englobe 350 lndicns dans
un petit morceau de terrain.

M. Gingras: J’ai posé cette question, monsieur le
président. ‘ ‘FOIS que c’est a peu près la même chose pour
les autres erve auf le Lac Victoria qui n’a pas du tout de
terrain, dans vos litiit bandes que vous avez ie. sur le grand
conseil Algonquin.

M. Kistabish: Dans les bandes du Conseil Algonquin, celles
qui sont reconnues comme reserve l y a Maniwaki, Pikogon
qui a acheté elle-même son terrain comme je l’ai mentionné
tout a l’heure, puis il y a NutreDzintvdu-Nord. Les autres
places, notamment Grand-Luc-Vietoria, on disait que ça
prenait tant d’année si tu restes a une place pour qu’à un
moment donne. tu puisses la considérer comme ta proprié ‘
Cela fait au-dessus de IOO ans que les lndicns du Grand-Lac-

[ Translation]

am trying to give you a little background first. Up to thc _\\‘.\I
1960, only the federal government was providing service‘ su. l:
as schools, hospitals, clinies, services strietly in the social l’ll’lll
to the native people.

l was born here. My father settled on the banks ol’ Iill
Harricanaw. l remember very well Fred’s grandfather, hlllu
grandlathers Iivcd a very long time in those clays!

So that his grandfather or his father was living when lin»
territory was annexed to the Province 0l Quebec, Over tlie vil
years that l have lived, l have seen the Algonquins settled III
different places around Amos, and that is the lead—in to un
next question. With respect to reserves, how did this all stait,
since when my father first arrived on the shore of the ”.II
ricana River, there was no reserves, tlie lndians were there, l
remember very well. Then came the time when the Piktnzmt
Reserve was established. l would like to know what the sire ul
Pikogon is today. Pikogon is the reserve where the lndians.
well. that will lead into my second question.

Mr. Kistabish: Yes, Mr. Gingras . ..
two miles away.

my neighbt ur livmy

With respect to Pikogon, first l would like to tell a little
story. lt is only the fourth time that we have moved to when‘
we are living now. We have gone right around the city ol
Amos, In each place we settled, there was some excuse to tcll
us: “Well, you lndians, go camp a little further away, lltl‘.
year,” Thcre were certain factors which came into play, lui
instance, when you are living in the woods, when the whilc‘.
first came, there was no means 0l transportation, there were un
skidoos, and se the Algonquins customarily used dogslcdn.
each family cf lndians had its own dogs. Well, the whites ilul
not want dogs around the city, and that was one ol the reasuii.
they sent the lndians farther away. Eventually, the lndlit .
had aecumulated a small lund in Ottawa, and su they WCIK‘
obliged to buy their own land finally. That is why the Vllltltti’
we have today has cest so much, particularly sinee it is one ut
the smallest reserves, with an area o!” only a quarter of a mil–
by one mile long, to serve 350 lndians.

Mr. Gingras: The reasen l asked that question, Mi
Chairman, is that l believe it is about the same l’or the otlivi
reserves, except for the Lac Victoria Reserve, which has m.
land whatever, or the other eight bands which are représente-l
by the Algonquin Grand Council,

Mr. Kistabish: Among the Algonquin Council buntlx,
Maniwaki, and Notre-Dame-du-Nord, are recognized a»
reserves, and Pikogon of course where they had to buy theii
own land, as l said earlier. A5 to the other settlements,
particularly Grand-Lac-Victoria, wc were told it would takc M7
many years of residing in one place, t0 aequire rights to [llf
property. Well, the lndians have been settled at Grandluc
Victoria for the past lOO years. Now as to proving that IllL’\

255-1983

Autonomie politique des Indiens 29 : l7

[Texte]

Victoria restent a la même place. De toute façon, pour prouver
que cela fait plus de 100 ans qu’ils sont la … tout le monde ici
est au courant qu’il y avait des robes noires dès les premiers
temps — l’église a été bâtie ça fait au-dessus de 100 ans et elle
est encore debout. Les autres conseils de bandes, notamment le
Lac Simon qui appartient aux Oblats, Winnaway qui est dans
la même catégorie, dans la même situation, et les autres, ce
sont toutes des lndian settlements, ce sont des campements
d’lndicns temporaires.

M. Gingras: .l’ai posé ces questions. monsieur le président,
parce quc ce n’est pas du tout le méme langage que dans
l’Ouest, surtout particulièrement pour les Algonquins. Dans le
concept du Comité sur l’autonomie politique des Indiens, je me
demande comment on peut le voir. D’après le concept de la
proclamation I763 et les traités, on voit ici que les Algonquins
étaient les habitants du territoire. il n’y a pas eu de traités, ils
ont été obligés d’acheter leurs terrains pour faire ce qu’on
appelle une réserve et je crois que le problème est plus de base
que ce qu’on entend, par exemple, en Saskatchewan ou dans le
Manitoba.

Comment peut-on parler de gouvernement Indien dans le
sens qu’on le parle dans le restant du pays, lorsqu’on part avec
un problème de base comme l’absence de terrains, on ne peut
pas faire un gouvernement sur un quart de mille par un mille
di. éminés a travers un territoire de 300 milles.

Cela m’embarrasse pas mal pour poser des questions à Fred,
parce que je suis forcé de lui demander.., le grand conseil des
Indiens, par rapport aux titres de propriétés de ce pays-ci, aux
titres de chasse et pêche tel qu’il est stipulé dans la proclama-
tion 1763, quelles sont vos relations avec la province de Québec
la-dessus’?

M. Kistabish: Je vais te répondre par un fait vécu personnel-
lement. Concernant la chasse et la pêche dans le moment au
Québec, il n’y a pas une loi définie exactement disant que les
Indiens ont le droit de chasser, de pêcher où ils n’ont pas le
(lroit. Il y a un paquet de causes en suspens. Le provincial dit
qu’il a juridiction sur les Indiens concernant la chasse et la
pêche. Il n’y a aucune entente qui a été signéejtisqu’a mainte-
nant, il n’y a aucune entente de prise avec le gouvernement
provincial concernant la chasse et la péche.

Si le gouvernement provincial pouvait nous prouver que c’est
une entente qui a été prise entre les Indiens et le gouvernement
provincial, a pourrait être clair, une fois pour toutes, concer-
nant la cha et la pêche ntais, il n’y a aucune loi qui existe,
même la loi.., les agents provinciaux abusent continuellement
concernant la chasse et la pêche chez les Indiens. Voici un
exemple très récent… lors de la Conférence des premiers
ministres à Ottawa, les l5 et 16 mars, il y a un événement qui
s’est passé au Grand-Lac-Vietoria, pendant les deux jours o>u
tout le monde s’est retrouvé à Ottawa. Il y a deux agents qui se
sont présentés au Grand-Lac et qui ont dit aux Indiens: «quel
est ton nom, on vient tc chercher, on a un mandat d’arresta-
tion». Heureusement, il y avait un Indien qui a demandé: «est-
ce que tu as un mandat d’arrestation pour I’individu‘.’». Le
garde-chasse en question a dit qu’il n’avait pas le mandat avec
lui. I.c gars lui a dit: «mais comment peux-tu amener un Indien

[Traduction]

have been there for more than 100 years, everyone around here
knows that thc missionaries were very early on, and the church
was built over 100 years ago, and it is still standing. Now as to
thc other bands, particularly Lac Simon which belongs to the
Oblate Fathers, as well as Winnaway, and the others, they are
all considered lndian settlements, that is, temporary lndian
camps.

Mr. Gingras: If l have asked tliose questions, Mr. <‘hair— man, it is t0 show that the situation, particularly for the Algonquin here, is quite différent than that in the West. With the committee’s concept of lndian self-government in mind, I wonder how we might envisage this particular situation. If we take into account the I763 proclamation, on the idea of treaties, here the Algonquins did inhabit the land, did not make any treaties, they were even forced to buy their own land in order to constitute a reserve, and I think the problem here is much more basic than it might be. say, for Saskatchewan or Manitoba. How can we speak of lndian government in a sensc that we see it for the rest of the country, when you have to start with the basic problem like thc laek ofa landbzise, since it i» hard to form a government for an area of a quarter of a mil- by one mile long, spread over territory and covering more than 300 ntilcs. I am a little reluctant to ask some questions to Fred, because then I would be forced to ask him what sort of relationship does thc Grand Council have with the Province of Quebcc with respect to land deeds in this areu, and hunting and fishing rights, as provided for in the proclamation of I763‘? Mr. Kistabish: Well, l will answer by citing certain facts. With respect to hunting and fishing in Quebcc al this moment, there is no specific législation defining whether or not the lndians have the right to hunt and fish. Therc are a whole series of cases pending in this respect. The provincial govern- ment maintains that it has jurisdiction over lndians with respect to hunting and fishing. However, there have been no agreements signed up to now, with the provincial government, regarding fishing and hunting. Now, if thc provincial government could prove to us that there was an agreement made between the lndians and thc provincial government with respect to hunting and fishing, then we could clear up the matter once and l’or all, but there is no law in this regard. And the provincial wardens continuously harass the lndians concerning hunting and fishing. Here is a recent example. During the first ministers’ conl’erence in Ottawa, March l5 and March I6, up in Grand-Lac—Victoria, during the two days when everybody was in Ottawa, two agents came to Grand-Lac, and told the lndian: What is your riante, we have come to arrcsl you, we have a warrant. Fortunately, another lndian asked if there was a warrant of arrest in that person’s name. The ivarden answcred that he did not have it with him. The lndian asked again: Well, then, how can you arrest an lndian without a warrant? Can you prove that you arc a warden? The fellow was sitting in his truck, and 29:18 [Texl] sans mandatî’. Est-ce que tu peux prouver que tu es garde- chasseîl». Le gars n’avait pas de papier, il était dans son camion, alors, il n’a pas pu amener l’Indien. C’est encore un cas en suspens. A propos de ces choses-là concernant lndian Governmen/ que nous autres on voudrait prendre en charge, concernant chasse et pêche, ils nous posent toujours un paquet de ques- tions lorsqu’on parle de telles chos s. lls nous disent: «c’est quoi votre constitution, c’est quoi vos règlementsh. Ils n’ont pas encore accepté que le règlement d’un Indien qui vit de chasse et pêche, le l5 mai, le I5 juin ou bien le mois de mars ou n’importe quel temps, ce n’est pas la date qui lui dit quand chasser et quand pêcher, c’est la nature elle-même, c’est sa constitution, ses règlements, les montagnes, les lacs, ct ainsi de suite. ‘ I320 M. Gingras: J’y reviendrai peut-être plus tard, monsieur le président. C’était seulement pour situer le contexte du Grand conseil à travers la région iei et travers les travaux du Comité. The Vice-Chairman: Thank you, Mr. Gingras. That was very helpful. Mr, Allmand. Mr. Allmand: Thank you, Mr. Chairman. J’ai quelques questions à vous poser. Dans votre mémoire, vous dites que le gouvernement doit changer sa politique envers les lndiens qui ne demeurent pas dans les réserves. Vous dites en anglais: Government must change its policy towards offreserve lndians, and to remove the barriers to the mobility of lndians to the flow of capital . .. ‘Cl cetera. Alors, qu’est-ce que vous suggérez au gouvernement comme politique concernant les Indiens qui ne demeurent pas dans les réserves? Par exemple, on sait que dans beaucoup de cas, le gouvernement refuse de donner l’habitation, les services sociaux aux lndiens qui demeurent dans les villes, la ville d’Ottawa et peut-être ici même à Val d’Or. Ils ont des programmes seulement pour les lndiens dans les réserves. J’ai remarqué qu’une grande partie de votre population ne demeure pas dans les réserves maintenant. lls doivent travailler dans les villes, les grandes villes, les petites villes. Avez-vous des suggestions plus précises concernant une politique souhaitable? Qu’est-ce que vous voulez que le gouvernement fasse en changeant sa politique envers les lndiens en dehors des réserves? M. Kistabish: Dans le moment le fédéral fait une politique, il fait des ententes avec le provincial sans consulter les lndicns. Notamment, ce sont les Indiens hors réserve qui sont punis, qui sont pénalisés dans des domaines… Je vais vous donner un exemple. Concernant l’aide sociale, lorsqu’un Indien vit hors réserve, automatiquement il devient un non-Indien en ce qui regarde son statut, et il n’a plus le droit de recevoir de l’aide du village. Il faut qu’il aille à la province. lndian Self-Governmcnt 25-5498 l [Translation] did not have any papers to prove he was a warden, and so lu‘ could not take away the lndian. Here is another Case, added tu those pending. When we try to discuss lndian government, saying that Wt‘ would like to establish ourselves the regulations for hunting and fishing, they will ask any number of questions. We Wcn‘ asked: Where is your constitution? What are your regulzitioits” They have not yet aceeptcd that for an lndian. regardiny hunting and fishing, dates really do not mzttter, il is his oun nature, his own constitution, his own regulations, the moun tains, the lakcs, his very nature, that tell him when he should go hunting and fishing. Mr. Gingras: l may come back to this later on, Mr. Chair man. l merely wantcd to get the Grand Couneils view on whut is happening here and inside the Committee. Le vice-président: Merci, monsieur Gingras. Ces renseigne ments nous seront très utiles. Monsieur Allmand. M. Allmand: Merci, monsieur le président. l have a few questions to ask you, In your brief, you statc that the government should change its policy towards lndian.» who are not living in their rcserves. Here is a quote from your brief: Le gouvernement doit modifier sa politique envers les Indiens qui ne vivent pas dans les réserves et balayer lux obstacles à la mobilité des lndiens. . . . . Cl CCICFH. So then, what do you suggest the government should adopl as a policy concerning “off reserve” lndians‘? For example, wc know that in many cases, the government refuses to givr- housing and social services to lndians living in eities. in Ottawa, and maybe even here, in Val d’Or. The programs arc designed only for lndians living on reserves. l notice that a large portion of your population is not now living on rcserves Those lndians must live in large or smallcr cities. Do you haw more précise suggestions to make concerning what a Suitztblv poliey would be‘? ln ehanging its policy towards “off reserve” lndians, what would you like the government to do‘? Mr. Kistabish: As matters now stand, the federal govcrn ment adopts a policy or concludes agrcements with tln- provincial government without eonsulting lndians. And il i«. the lndians who are living off the rcserves that are hein;- punishcd or penalized . . , I will give you an example. As regards social assistance, when an lndian is living off thr- reserve, he is automatically given the status of “non-lndizin‘ and cannot receive any assistance from the village. He has tu apply to the province. 25-54983 [TeX/e] Ce sont des cas comme ceux-la, C’est dans ce sens-là que l’on voulait mentionner les Indiens hors réserve. Les Indiens ne peuvent pas bâtir des maisons en dehors du village, en dehors des réserves. Il y en a qui le font, mais le processus est extrêmement long: c’est ce que le ministère appelle houxing off reserve. S’il se bâtit en dehors d’une réserve. il va peut-être avoir une maison, un peu d’aide, mais pour le reste… S’il a besoin de services concernant certains programmes, il ne sera pas desservi parce qu’il est en dehors de la réserve. Moi, je dis que c’est discriminatoire envers ces lndiens-la qui sont hors réserve. C’est dans ce sens-là que l’on demande que les lndiens hors réserve soient considérés comme des lndiens du village. M. Allmand: Comme vous l’avez dit, les Algonquins dans cette région et les Indiens partout au Canada deviennent responsables; le gouvernement reconnaît leur autonomie et leur droit de diriger leurs affaires eux-mêmes. A votre avis, ces associations, les Algonquins, les Sept nations, ont elles-mêmes la politique de donner les services aux lndicns, à leur peuple, même . ‘ ne sont pas dans les réserves. Il y a neuf bandes qui font partie de votre association. Vous avez l’intention, quand vous aurez le contrôle de vos affaires, de donner ces services même si vos lndiens ne sont pas dans la réserve, s’ils l’ont vraiment partie de votre peuple‘! M. Kistabish: Oui, ce sont tous des Algonquins, Lorsque l’on parle des lndiens hors réserve, automatiquement, ceux qui ne sont pas dans des réserves tombent dans la catégorie des . . . La majorité des Alonquins ne sont pas dans des réserves. Ils sont dans des lndian xetllcrnenls‘, ils vivent hors réserve. On voudrait, qu’a un montent donné, dans le lndian government, les Algonquins décident eux-mêmes de leur avenir, notamment en ce qui concerne le nrentbership. On dit: Un tel est un Indien. Ce n’est pas au ministère de dire qu’un tel n’est pas Indien et qu’un autre l’est. C’est une des choses que l’on voudrait que le Conseil algonquin prenne en mains. Cela met des barrières entre Indiens. Parfois un Indien a été oublié lors de l’inscription des numéros, et c’est seulement parce qu’il n’a pas de numéro qu’il n’est pas Indien. Nous, les Algonquins, on sait qui est Indien et qui ne l’est pas. M. Allmand: J’aurais une question supplémentaire. Quel est le statut de votre revendication territoriale‘! Si je comprends bien. vous ave7. fait une revendication. Est-cc que c’est l’Association des Algonquins qui a fait la revendication ou si ce sont les bandes individuelles‘? Pouvez-vous nous dire quel est le statut actuel de cette revendication‘? Est-ce qu’elle est encore a l’étude‘? Esbce qu’elle a été refusée’? Quelle est la situation? M. Kistabish: Le statut lui-môme n’est pas clair en ce qui concerne les autres bandes. mais le Conseil algonquin travaille énormément dans ce domaine-là avec la bande impliquée directement. Notamment on travaille pour ceux qui en ont le plus besoin. Autonomie politique des lndiens 29; 19 [ Traduction] These are examples. That is why we wanted to mention the case of lndians living off rcserves. These people cannot build houses outside the village off the rcserves. Sorne lndians do so, but the process is extremely long: the department calls this: “housing off reserve”. If an lndian builds a house outside a reserve, hc might have a house and some help. but other than that… If he needs services in the framework of certain programs, he will not be helped because he is living off the reserve. l for one think that this is diseriminatory towards these lndians who are living off the rcserves. That is why we ask that lndians living off rcserves be considered as lndians living in the village. Mr. Allmand: As you stated, the Algonquins in this region, and the lndians everywhere in Canada are beeoming respon» sible; the government recognizes their autonomy and their right to administer their own affairs. In your view. the policy of these associations, the Algonquins and the Seven Nations, is t0 give services to lndians, to their peoples, even though they are not living on their rcserves. Therc are nine bands within your association. When you will control your own affairs, you intend to provide these services even if your lndians are not living within the reserve, if they are really mentbers )f your people? Mr. Kistabish: Yes, these are all Algonquins. When we talk about lndians living off the reserve, automatically, those who are not on the rcserves fall within the eategory of. .. The majority of Algonquins are not living in thc rcserves, they arc living off the reserves, in lndian settlements, Within the contcxt of lndian government, we would like, at one point, for the Algonquins to deeide themselves what their future is going to be, and particularly what their membership is going to be. Some say: such a person i. an lndian. lt is not up to the department to say whether a person is or is not an lndian. This is one of the things that the Algonquin Council should be deciding. This type of policy is segregating lndians. _Sometimes. an lndian has been forgotten when numbcrs have been given and he is not considered an lndian simply because he does not have a number. We, thc Algonquins. we know who is an lndian and who is not. Mr. Allmand: A supplemcntary question. What is the status of your land elaiitt‘! lf I understand correctly, you did make a claim. Did the Algonquin Associa- tion or the individual bands tnake that claim‘? Can you tell us the current status of this claim‘? ls it still being considered‘? Has it been refused? What is the current situation? Mr. Kistabish: As regards the other bands, the status is not clear, but the Algonquin Council is looking very closely into the matter with the band that is directly concerned. We are working for those who need more help. 29:20 lndian Self-Governmcnt 25-5Al’lt‘\‘l [Text] ° 1330 Par exemple, au Grand lac Victoria, ils ont un besoin urgent de maisons, d’habitations, mais il n’y a pas de statut de prononcé par qui que ce soit; ce n’est écrit nulle part que le statut de tel seulement indien est ceci. Nous, les Algonquins, c’est un travail qu’on est en train de faire actuellement: on veut dire que tel endroit, tel individu, telle réserve, tel conseil de bande doit être considéré de telle manière. avec le consente- ment du conseil de bande. M. Allmand: Est-ce que les négociations sont encore en marche entre ces bandes, par exemple celle du Grand lac Victoria et les autres bandes sans réserve‘! Est-ce qu’il y a encore possibilité qu’on puisse leur accorder une réserve oti même un territoire plus grand qu’une réserve ou est-ce que cela a été refusé? Est-ce qu’il y a une possibilité de succès de ces revendications pour des réserves, pour des terrains indiens, complètement indiens et reconnus comme tels‘? M. Kistabish: Nous avons commencé une négociation, une revendication territoriale. Dans le moment, on n’est pas en mesure de dire que telles réserves sont de telle catégorie, etc. C’est une des demandes que les Algonquins font. Lorsqu’ils demandent un endroit pour rester . . . Ce n’est pas comme chez nous au village; il y a un demi-mille par un mille et demi de long. Cela va être autrement. On a déjà fait des revendications, on a demandé des réserves, mais la vraiment, la conclusion de ces bandes-là n’est pas définie. M. Allmand: Quelle a été la dernière réponse officielle du ministère’? Je voudrais savoir s’il y a vraiment espoir de faire quelque chose. Quelle a été la réponse du gouvernement fédéral, du ministère des Affaires indiennes, concernant ces demandes de territoires et de réserves’? Est-ce qu’il y a un espoir de succès ou non’? M. Kistabish: Pour ce qui est de l’implication du ministère des Affaires indiennes dans certains domaines, prenons un exemple précis: housing progmm. Une réserve n’est pas considérée comme réserve lorsqu’on fait une demande pour bâtir quoi que ce soit, une maison pour les habitants du village. La réponse est négative parce que le ministère des Affaires indiennes a dit qu’on ne pouvait pas bâtir des maisons où il n’y a pas de réserve. Le provincial et le fédéral n’ont pas d’entente concernant les services donnés à des bandes. M. Allmand: Donc, si je comprends bien, vous êtes encore en négociations avec le gouvernement fédéral pour des réserves pour ces bandes de votre association qui n’ont pas des réserve; les négociations continuent. Très bien, Ma dernière question monsieur le président. Nous avons voyagé presque partout, dans toutes les provinces, et la majorité des bandes veut que le ministère des Affaires indiennes soit aboli et que son autorité soit transférée aux associations et bandes indiennes, pas immédiatement mais peut être dans cinq ans, dans trois ans. Est-ce que vous êtes aussi d’avis qu’on doit abolir ce ministère sur une période de temps et transférer l’autorité directement aux lndiens, avec l’appui financier du gouvernement fédéral? M. Kistabish: Le Conseil algonquin vise l’autodétermina- tion, le gouvernement des Algonquins par les Algonquins. I Trmtrlzttizzrtl For example, at Grand-LaoVictoria. they have an urp-nt necd for houses or housing. but as yet, no one has expres view as to thc status of that region; nowhere is it written Illill the status is that of “lndian settlement”. That is what we, llli Algonquins, are currently working on: we wanl to say lIl.Il such an area, such a person, such a reserve or such a haut! council should be considered in suclt a way, and that the lltllltl council agrees to that. wl .l Mr. Allmand: Are negotiations still underway between tlu bands, for cxample the (irand-Lac-Victoriti band and (lIIlCt. who do not have a reserve? Is it still possible that they “lll l». given a reserve or even a territory ivhieh would bc greater lI|.Ill a reserve, or has that been rcfused‘? Is it still possible that soni- claims to obtain rcserves or lndian territories which woultl lu totally lndian and recognized as such do meet with success‘! Mr. Kistabish: We did institute a land claim. For lllt moment, wc are not in a position to say that such a FCSCIH comprises such a category of land, etc. This is one of Illt rcquests the Algonquins are making. When they ask l’or .| place t0 stay… It is not the same situation for us in tli. village; our territory measures one-half mile by one and oni- half miles long. This Wlll be différent. We have already lllkllll claims. we have asked for rcserves. but notliing dcfiiiitc li.i. been reached. Mr. Allmand: What was the latest official response from tlit- department’? l would like to know if there is really some hope that things will bc done. How did the fedcral goverment, Illt‘ Department of lndian Affairs react towards these claims foi territories or réserves’? Is there or is there not any hope Ul success’! Mr. Kistabish: As regards the involvement of thc Dcpait ment of lndian Affairs in some areas, let us talk, for examplc. about thc housing program. A reserve is not considered as sticli when a requcst is made to build. for cxample, a house for Illt‘ inhabitants of the village. The response is negative because tlii Department of lndian Affairs claims that we cannot blllltl houses where there is no reserve. The provincial and tlit- federal governments have not reached an agreement conceiu ing the services provided to bands. Mr. Allmand: In that case. if I understand correctly, you an- still negotiating with the federal government to obtain reserve» for these bands within your association who do not have .i reserve: the negolititions are UHZICTWII). Fine. One last question, Mr. Chairmtin; We travclled practiealh everywhere, in all provinces, and the majority of bands call l’on the abolition of the Department of lndian Affairs and lllt’ transfer of its powers to lndian bands and associations; lllh‘ should be done not immediately, but maybe within the next three or fivc years. Do you also feel that we should abolish Iltl\ department over a certain period and transfer the authorin direct, as well as the federal governments financial assistancc. to the lndians‘? Mr. Kistabish: The Algonquin Council is striving for sell government, the government of Algonquins by Algonquins 25-5-1983 [Texte] Mais fattitude du ministère est très difficile à changer. Parfois, lorsque le Conseil algonquin prend une décision quelconque. le ministère nous répond ct dit: ce sont les chiffres qui ont décidé, ce ne sont pas les conseils de bandes. On a même de la difficulté a faire reconnaître par le mi .tère une association comme la nôtre. En premier lieu. on demanderait que le ministère des Affaires indiennes, lorsqu’une décision est prise par le Conseil zilgonquin via s .’ chefs, reconnaisse quc c’est l’autorité des Algonquins. On demande une justification disant: ce n’est pas une résolution du conseil de bande, c’est une résolution du Conseil algonquin. M. Allmand: Merci. (“est tout, monsieur le président. Le vice-président: Merci, monsieur Allmand. Monsieur Manly. Mr. Manly: Thank you, Mr. Chairman. l would like t0 thank thc représentatives from the Algonquin Council for their presentatioii. l think one of thc very important things that you said was right at the beginning, where you pointcd to thc fact that the inereascd help, or sivcalled help, front the department had thc long-terni effcct of reducing your own sclf-reliance, At the same time, down at the bottom of that page, you say that the regional development was conducted not only without them— that is, without the Algonquin people—but against them. l wonder if you could tell the Committee some more about liow regional development has worked against the Algonquin people. How has it affeeted your eeonomy? How has it affectcd your society? How are all these things tied together’? M. Louis-Marie Fortin (conseil algonquin): Au cours du développentcnt de la région, le gouvernement a pris des décisions. Par exemple, on va procéder a la création d’une réserve de chasse a l’intention des lndiens dans ce que l’on connaît aujourd’hui comme le Pare de La Vérendryc; la réserve de chas ‘ du grand lac Victoria y avait été établie en I928, et cette ‘serve avait environ 7,00() milles carrés, Malheureusement, dès 193‘), le gouvernement ouvrait, dans les Iiiiiites mômes de cette réserve de chasse, le Parc de La Vérendrye et, en I945, il cri faisait une réserve faunique. Déjà cela commençait {i déranger les lndiens du lac Barrière, du lac Victoria, dii lac Simon et d’une partie du Témiscamingue. Par Iii suite, il y a eu la construction des barrages de Baskatong, du Iiic Dozois et ainsi de suite, qui ont inondé une foule de rivières ct détruit beaucoup des possibilités de chasse qui existaient «lzins cette réserve. Depuis quelques années, c’est la coupe à lilanc des foré c est également la chasse touristique au gros i-iliicr et au petit gibier qui est maintenant permise dans cette reserve de chasse. Altirs, on comprend très bien qu’a ce momentdâ. les lndicns perdent un revenu considérable et un nioven de survivre convenablement. Mr. Manly: Thank you. That brings me to a second question. Autonomie politique des lndiens 29:21 [Trac/Lwlion] But it is very difficult to change the departmenfs attitude. Sometimes, when the Algonquin Council rcaches a decision, the department rcaets by saying that numbers have been the deeiding factor and that they supersedc band council décisions. lt is evcn difficult t0 have the department recognize an association such as ours. First of all, we would ask that the Department of lndian Affairs rccognize that when a decision is reached by the Algonquin Council, it is dealing with thc body govcrniiig the Algonquins. We would like it to be known that it is not a band council résolution but a resolution from the Algonquin Council. Mr. Allmand: Thank you. No more questions, Mr. Chair- man. The Viee-Chairman: Thank you, Mr. Allmand. Mr. Manly. M. Manly: Merci, monsieur le président. J’aimerais remercier les représentants du Conseil algonquin de leur mémoire, Vous avez mentionné quelque chose d’important au début de votre expo é; vous avez dit que la prétendue aide du v vcrne» ment fédéral faisait en sorte qu’à long terme, vous n /, plus indépendants. En outre, vous dites, au bas de la même page, que le développement régional a été entrepris sans que le peuplc algonquin soit consulté, et que ce développement s’est fait au détriment des Algonquins. Pouvez-vous dire aux membres du Comité comment le développement régional s’est fait au détriment du peuple algonquin’! Quelle influence a-t-il eue sur votre économie‘! Sur votre société’? Quel est le rapport entre ces choses‘! Mr. Louis-Marie Fortin (Algonquin Council Consultant): During the development of thc region, the government reached décisions. For example, the decision te create a gamc reserve for lndians in what is now known as La Vérendrye Park; the game reserve in the Grand-Lac-Victoria région had been established in I928, and this reserve eovered some 7,000 square miles. Unfortunately, as early as I939, within the boundaries of this game reserve. the government opened La Vérendrye Park and, in 1945, it bccame a wildlife reserve. Already, this decision was starting to disrupt the life of lndians of Barrière, Victoria and Simon Lakcs and in some parts of Témiscamingue. Afterwards, the Baskatong, and lac Dozois and other dams were built: in thc process, a great number of rivers were floodcd and hunting possibilities which cxisted in that reserve were dcstroyed. For some years, clear cutting is taking place in the forests; tourists are now allowed t0 hum large and small game in this reserve. So, one can readily understand that the lndians are losing considérable incomc and an adequate nteans of survival. M. Manly: Merci. Cela m’amène a ma deuxième question. 29:22 lndian Self-Governmcnt 25-5- l 9s l [Text] ‘ 1340 You talk about one of the désirable thingsœthis is on page 2 of your second brief/you talk about objectives, self-reliance and self-government. One of thc objectives is to provide reasonable access to all communities for thc transportation of people, goods and services and t0 ensure communications to increase the participation of Algonquins in coinmunity, regional and national affairs. Could you tell the coinmittcc what is thc present situation of your communities in tcrms of access‘? How isolatcd are they? How connected are they with other parts of the province’? What you would like t0 see in the way of reasonable acccss? Given the fact that you have better access for thc Algonquin people, it is also going to mean there will be more access for non—Algonquin people coming into the area and you will have perhaps more of the kind of disruption you just mentioncd. M. Fortin: Avec lcs ententes fédéraleÿprovinciales, on a construit des routes en forêt pour le développement forestier, le développement minier, mais on ne participe pas du tout a l’entretien ou a la construction des routes pour les réserves indiennes. ll y a des routes d’accès à la réserve qui doivent être entretenues par la bande elle-même et à certains endroits, comme au lac Victoria, il n’y a aucun entretien; il est très difficile d’avoir accès au lac Victoria. De plus, c’est sur une presqu’île, de l’autre côté du lac; alors, vous arrivez du côté est du lac et la vous êtes obligé d’attendre que quelqu’un puisse vous voir de l’autre côté pour venir vous chercher en canot. ll n’y a pas possibilité d’avoir Ltn système de communications téléphoniques quelconque pour que ces gens-la puissent communiquer avec l’extérieur et puissent également voyager. Prenez ceux de Winneway; ch bien, il y a une route d’opéra- tions forestières qui existe, payée en partie par Ir: fédéral et le provincial, mais elle est entretenue simplement quand il y a des opérations forestières. Quand la route n’est pas entretenue, lcs Indiens de ce secteur sont obligés de faire 200 ou 250 milles pour venir aux réunions du Conseil algonquin et pour voir a leurs affaires. Alors, je crois que la difficulté existe. ll n’y a pas eu d’entente pour que les polulations des réserves qui sont en forêt soient considérées comme des populations ordinaires. M. Kistabish: Je vais juste ajouter quelque chose à la question de Jim. On parle de transport et de tout et tout. On a fait un genre de document de travail, de document de demande aussi. Le problème qui existe au Conseil algonquin, c’est qu’on demande des fonds au Secrétariat d’Etat, des fonds d’opéra- tions du Conseil algonquin. On a un budget très minime par rapport aux autres. On a demandé qu’il y ait un tatut un peu spécial, parce qu’on n’a pas lcs mêmes moyens de transport que les lndiens du Sud, notamment les lndiens urbanisés dans le Sud, Eux, en l’espace d’une demi-heure, ils se rendent dans une autre ville; le transport est très facile pour eux. Pour le Conseil algonquin. la région est très vaste, les réserves sont éloignées; le seul et unique transport, c’est l’automobile, et parfois tu le fais en canot, en motoneige ou bien de n’importe quelle manière. On a demandé qu’on révise lcs fonds distri» bués, à cause de la situation dans laquelle on vit. C’est une des raisons pour lesquelles on demande d’avoir notre propre [Translation] Vous parlez d’une des choses qui sont désirables a la page .’ de votre deuxième mémoire. vous parlez d’objectifs, d’indépen dance et d’autonomie. L’un des objectifs est que toutes lcs localités devraient être raisonnablement nanties en ce qui c ncerne le transport des gens et des marchandises et les service. d’autre part, il faudrait s’assurer de moyens de Communie tion afin d’accroître la participation des algonquins aux affaire. locales, régionales et nationales. Pourriez-vous décrire au Comité la situation actuelle de VUE. localités en ce qui a trait à l’accès‘? Comment sont-elles relié-ex aux autres parties de la province‘? Comment concevez-voua l’accessibilité raisonnable‘? Si l’accès est plus facile pour lvx Algonquins, il le sera aussi pour les non-Algonquins, ce qui pourra peut-être provoquer le genre de perturbation dont voir. venez de parler. Mr. Fortin: Under fedcral—provincial agreenients, rendu have been built for forest and mine development. but there lx nos participation at all in tlie maintenance or construction ol roads for lndian rcserves. Aeces roads to the reserve must lit- niaintaincd by the band at all: access to Victoria Lake. is VCH difficult. Moreover it is on a peninsula, on tlie other side of tlu- lakc; so you reach the East shore of the lake where you have to wait for someone to see you froiii tlie other side in order to lu- pickcd up with a canoc. Therc is no possibility for these pctiplc to have a teleplione system of any kind so they can conimuiii catc with the outside world or travel. Take for instance lllt’ people in Winneway; there is a road for luinber activity paiil for in part by the federal government and the province, but maintenance is provided only when there are forest opération» When no maintcnantcc is provided, lndians in this area must travel 200 or 250 miles to attend meetings of tlie Algonquin Council and take care of their business. So there is in fact 1| diffieulty. No agreement has been signed to recognize Indium living in rcserves located in the forest as ordinary populations Mr. Kistabish: l only want to add up to Jim’s question. Wr speak of tansportation and so on. A king of dise ion papi-i has been drafterd whieh is a request paper too. The probleiii facin the Algonquin Council is that we ask thc Secrctary ol Statc Department for operating funds. OUr budget is vcn limited compared to otliers. We asked for a special status because w do not have the same transportation facilities au lndians in the South, particularly the ones living in Southeiu citics, They can change city witliin half an hour; transportation is very easy for them, As ofr the Alogonqtiin Council, this Î.\ .i huge area and rcserves are far away; the only mcans ut trnasportation is the car, and sonictimes we must use the Cllll(ll’ or the snowmobile or viliaiever. We asked for a revision ol‘ llli’ funds allocation beacuase of our situation. This is why we zin- asking to have our own organization. We know thc problcin» we are faccd with. When we hold a meeting in any village W1‘ 25-5-1983 [Texte] organisation. C’est nous qui savons quels problèmes nous rencontrons. Lorsqu’on fait des réunions, dans n’importe quel village, la distance est très grande. Cela nous prend beaucoup de temps pour s’y rendre, pour communiquer et ainsi de suite. Mr. Manly: Thank you. So it is not just a matter of having better highways and so on. but of better communication processes for the council itself. You also said: lndian national or provincial associations to be replaeed by regional associations, to respond better to the transformation in the department , .. You are having difficulty; l understand that tribal and district councils all across Canada are having trouble getting their funding. ls that the case with you? Is it more difficult for the current year than lt has been in the past to get funding for your council? Do you have any idea why this might be, if that is the case? M. Forti – Les fonds sont remis à des associations représen- tant plusieurs nations, et c’est normalement dans le cadre d’une seule entente dc contribution. S’il y a neuf nations regroupées il faut que les neuf signent l’entente. Alors, il faut qu’elle circule a travers la province pour recevoir les signatu- res. Vous comprenez immédiatement le retard qu’il peut y avoir quand quelqu’un la laisse traîner le moindrement sur son bureau. Deuxièmement, les fonds sont distribués au prorata des populations. ll devrait y avoir d’autres normes pour établir les montants qui devraient être donnés à chaque nation. On devrait prendre en considération le fait . . . Par exemple, parlons des Algonquins: c’est un pays neuf, ce sont des gens qui s’ouvrent a notre monde économique; ils ont donc besoin de beaucoup de services de toutes sortes, lls sont dans une région immense; ils sont éparpillés loin les uns des autres. Alors, ils ont des besoins de financement beaucoup plus grands. Il y a aussi un autre facteur, C’est que lorsqu’ils passent par l’entremise d’une association provinciale, eh bien, la portée des mots, des expressions, n’est pas la même. Prenons un exemple, \I vous voulc/., au niveau des droits dc chasse et de pêche. Si une association provinciale fait des revendications, pour la majorité des lndiens de Caughnawaga, du village Huron, de Uilanak et ainsi de suite, les droits de pêche et de chasse, c’est ‘ ion un petit peu sportive. Mais pour les lndiens de . c’est fondamental. c’est vital, les droits de chasse et ilc pêche. Alors, vous voyez, cela n’a pas le même sens du tout et on ii’v accorde pas tous la même importance et la même significa- tion. C’est la même chose au niveau des revendications. Quand l\’.\ nations des secteurs urbanisés parlent de revendications, eh tiieii, ils parlent de quelque chose d’il y a 300 ans. lei, on parle «le quelque chose qui est en train de se produire, quelque chose I|lll se fait encore tous les jours. Â Winneway, ils ont été nliliges de déménager encore une fois la réserve il y a dix ans. llx ont fait des arrangements avec le ministère pour avoir un iiioreeau de terrain et, en I981. ils constatent qu’ils sont sur un Autonomie politique des lndiens 29:23 [Trazlucliun] must travel great distances. We need a lot of time t0 get there, to eomminieate, etc. M. Manly: Je vous remercie, Donc, il ne s’agit pas simplement d’avoir de meilleures routes, etc., mais d’avoir de meilleurs moyens de communica- tion pour le conseil même. Vous ave7 également dit: Les Associations indiennes, nationales ou provinciales, doivent être remplacées par des associations régionales, afin de pouvoir davantage faire face aux transformations intervenantes dans la région , .. Vous êtes en difficultés: je comprends que les conseils de tribu et de district, à traVers tout le Canada, ont des problè- mes de financement, Est-ce votre cas? Est-il plus difficile cette année que par le passé d’obtenir des fonds pour votre conseil? Dans l’affirmative, savez-vous pourquoi? Mr. Fortin: Funds are given to associations representing several nations. and this is usually done under one contribution agreement. lf you have nine nations, all nine must sign the agreement. So it must travel across the province in oriler te bc signed by all parties. And you can csasily imagine the delay that is incured when someone kceps the agreement in his dcsk drawer. Then funds arc allocated in proportion to the population. Amounts allocated to each nation should be established according to preset standards. We should take into account the fact that . ,. For exemple the Algonquins: il is a new country, they are people open to our economical world; so they necd all kinds of services. They live in a huge area far apart from each other. So their funding needs are much greatcr. Another factor is that when they are represented by a provincial awsociation, words and expressions have a different impact. Lcts take for example hunting and fishing rights. lfa provincial association is making claims for the majority of the Caughnawaga lndians, of the lluron village, of Odanak and s0 on, fishing and hunting rights are not very important because they are related more to a sport aetivity. But for the Abitibi lndians, it is a fundamental and Vital question. So you can sec that it is a different matter whieh is not being given the same importance and significance, I1 is the same thing as far as claims they go back 300 years. Here, we are speaking of something that is taking place now, of something that is happening daily. Ten years ago the Winne— way reserve had to be moved again. They have made arrange- ments with the Department to have a piece of land and, in I981, they discoverd that the land had only been rented for years and that the Departement had not renewed thc lease.. 29:24 lndian Self-Governmcnt 25-5- l ‘I-‘w \ [Text] terrain qui est simplement loué pour dix ans, que le bail est expiré et qu’il n’a pas été renouvelé par le ministère. ‘ I350 Vous comprendrez que dans ces circonstances, il est très difficile pour une bande de faire du développement économi- que et de parvenir, un jour, a prendre ses affaires en charge et a les administrer! Mr. Manly: What kind of ncgotiation process is there for getting funds for the council from the Seerctary of State? Do you consider that is a good process, an adequate process‘? lf not, what changes should be put in place so there would be a better process for getting your funding? Mr. Fortin: As l mentioned, at the moment the Seerctary of State gives an amount that is divided among nine nations, according to the population of each nation, That is the only thing we get. Let us say that the Algonquin Council reeeives 546,000 a year for its office and its personnel. That is not very much. lndian Affairs does not give any money for administra- tion, Mr. Manly: Could l interrupt, just for a moment’! The department just makes this money available-take it or leave it. There is no real negotiation. You do not present your budget, you do not present your needs and present your special case at all. lt is just: there it is and that is what there is. M. Fortin: Exactement. C’est une entente qui est renouvelée d’une année à l’autre, Cependant, cette année le renouvelle- ment n’est pas assuré pour toute l’année, ce n’est que pour la première partie, dest-â-dire quelques mois. Donc, on est assuré de recevoir 519,000, mais on ne l’est pas pour ce qui est des 546,000 habituels. Vous voyez la difficulté pour ce qui est de s’organiser, de maintenir un bureau et d’avoir un personnel compétent dans ces circonstances. M. Kistahish: J’aimerais ajouter un commentaire. Comme je l’ai dit, plus tôt, on a soumis une sorte de mémoire ou de présentation au Secrétariat d’Êtat concernant la répartition des budgets, et notre statut en tant qu’Algonquins, mais on n’a jamais reçu de réponse, soit positive ou négative. C’est une démarche que nous avons l’intention de refaire prochainement, mais est-ce que cela se fait? Est-ce favorable? On ne demande pas d’être privilégiés d’une quelconque façon, mais on voudrait qu’ils constatent la réalité actuelle et ce qui doit être fait s’ils veulent visiter et entretenir de bonnes relations avec les Algonquins. De plus, lorsque l’on demande des budgets supplémentaires au ministère des Affaires indiennes, ils nous répondent: On ne finance pas des associations politiques ou des associations régionales, notamment les Algonquins. C’est le Secrétariat d’Êtat qui les finance. lls se lancent la tomate! lls nous envoient à un autre qui est censé financer, mais celui-ci nous dit: Nous ne finançons pas. A un moment donné, tu te promènes de un à l’autre et tout le monde dit: Nous autres, on ne finance pas! ll serait important qu’à un moment donné, ls précisent de façon claire et nette. . , tout autant que les deux autres parties! [Translation] So you will understand that under these eircumstanccs it i. very difficult for a band to deal with economical development and to be able one day to manage its own business by itsclf M. Manly: Quel est lc processus de négociation qui iiitri vie_nt lorsque le Conseil demande des fonds au SCCTÔIIIILII d’Etat? A votre avis, ledit processus est-il bon et contient-il ‘ Dans la négative, que faudrait-il faire pour l’améliorer‘? M. Fortin: J’ai dit que le Secrétariat d’Êtat donne actuclli- ment une somme qui est répartie entre neuf nations indicniieu selon l’importance numérique de chaque nation. C’est tout ii que nous obtenons. Disons que le Conseil algonquin reçoit 546,000 par année pour son bureau et son personnel. Cc n’eut pas énorme. Le ministère des Affaires indiennes ne donne p.i. un sou pour l’administration. M. Manly: Puis-je vous interrompre pcndan‘ un lin-l instant? Le ministère ne fait que débloquer les fontls- c’est ,i prendre ou a laisser. ll n’y a pas de négociation comme lcllt‘ Vous ne présentez pas un budget, vous ne faites pas état de Vth besoins et de votre cas particulier. C’est plus simple que ce|.i voilà la situation c’est tout . . . Mr. Fortin: Exactly. lt is an agreement that is renewed froiii one year to the other. Although this yearly renewal does not apply to the whole year, but to the first part only. that is to sut a few months. Therefore we have the assurance that we will get 519,000 but there is no assurance whatsoever that we will receive 346,000 as usual. Under these eircumstanccs yoii imagine the difficulties we have in getting organized. llI operating an office and in having a competent personnel. Mr. Kistabish: l would like to make a comment. As l Sillkl earlier, we have submilted a kind of brief or document to tlii Seerctary of State Department dealing with fund allocation and our status as Algonguins, but we have not rcceived iiiii response, whether positive or negative. We wish to renew otii présentation in the near future, but wc wonder if this is lllt’ usual practice. We do not ask for a status of privileged peuplc. we would like departmental officials to acknowledge rciiliti and what must be done if they want to kecp good relation, with the Algonguins. Moreover, when wc ask lndian Affaiiu for supplementary funds, we are answcred that they do not provide funds to political or regional associations, particularli the Algonguins. They receive funds from the Seerctary ol State Department. They kecp throwing the ball back. Aftei .i while you notice that you are going from one to thc other aoil both are saying that they do not provide any funds! At a poiiii in time they should clearly statc——as much as the two otlici partics7? 255-1983 ITtuIï] Mr. Manly: Thank you. Just one final question on this round. Could you indicatc the relationship between the Algonquin Council and the individual band councils? What kind of authority does the band council give to the Algonquin (‘ouncil to operatc? Mr. Fortin: They have a general assembly every year, or they have a special general assembly. By a by-law, they give power to thc chiefs or the board of direetors to act for the period of a year. They have rcgular meetings of the board of (lIFCClOFS every month, and they have special committees that xiudy special problcms or general problcms to be solved. lt is ineorporated. Mr. Manly: You say that lndian Affairs does not want t0 fund the council because il looks on it as a political organiza- tion. Does thc council do administrative jobs for the different bands as well, or is it in effect largely a political organization? M. Fortin: l,e Conseil algonquin administre une foule de programmes de développement socio-éconotnique. ll s’occupe «lcs questions de santé et d’éducation. mais surtout du dévelop» peinent de ressources humaines. L’année dernière, nous avons icçu des fonds pour payer le bureau et le personnel en mettant une charge de l5 p. l00 de frais d’administration sur les différents programmes du ministère des Affaires indiennes. Mais c’est difficile d’organiser, parce que lorsqu’on procède pztr des ententes de contributions spécifiques, non flexibles, eh liicn à ce moment-la, il s’agit de périodes très courtes et il n’y a pas de plan d’ensemble possible à long terme. Donc. c’est toujours onéreux et il s’agit toujours de pertes de temps inutiles cl bien souvent, il y a contradiction. ll est absolument nécessaire de s’entendre avec le ministère ‘-III’ le concept, â savoir qu’est-ce que la prise en charge des programmes et services et qu’est»ce que l’autodétermination’? si vous vous rendez dans un bureau de district, ici. tout le monde se pose la question à savoir, que fait-on, nous, dans ce tl-unztine‘? ll y a tout prés de trois ans, c’est devenu un centre tlc service au lieu d’un bureau de district. l.a décision est prise à Québec, au bureau régional. C’est lits onéreux pour le Conseil algonquin et c’est pourquoi, dans l.t proposition qui vous a été soumise, il est question d’un ani-canisme de consultation et de collaboration avec les autorités du ministère. Cela permettrait de s’entendre sur un programme a long terme et de diriger toutes les ressources, qifell soient humaines, physiques ou financières, vers une inclue orientation, vers une même approche afin qu’éventuelle- iitrlll, on puisse avancer. (‘c qui se produit, actuellement, c’est que les Algonquins ont nm: approche ou une stratégie et le ministère nous propose des lnmls supérieurs qui sont souvent contradictoires aux program- mm spécifiques de la bande ou a l’ensemble du programme de (‘l tt-loppcment social et économique du Conseil algonquin. Il y l une contradiction manifeste. Il devrait y avoir une possibilité de consultations fréquentes – l a un échelon ‘ ‘sez élevé pour qu’on puisse s’entendre et étre l–l| que la décision qui sera prise soit valable, que l’entente sur valable. Autonomie politique des lndiens 29:25 [Traduction] M. Manly: Je vous remercie. Une dernière question pour ce tour. Pouvez-vous nous expliquer la relation entre le Conseil algonquin et les conseils de bandes? Quelle sorte d’autorité le conseil de bande confère-t-il au Conseil algonquin‘? M. Fortin: lls se réunissent en assemblée générale chaque année, ou alors ils tiennent une assemblée générale extraordi- naire. Par règlement, ils donnent autorité aux chefs ou au conseil d’administration pour une période d’un an. Le conseil d’administration se réunit en assemblée ordinaire chaque mois: des comités spéciaux étudient les problèmes particuliers ou généraux à régler. Le Conseil est constitué en société. M. Manly: Vous dites que le ministère des Affaires indien- nes refuse de financer le Conseil qu’il considère comme une organisation politique. Le Conseil s’acquitte-kil également de tâches administratives pour les différentes bandes ou est»ce en fait surtout une organisation politique’? Mr. Fortin: The Algonquin Council manages nurnerous social and economieal development programs. lt deals with health and education, but especially with the development of human resources. Last year, we securcd funds for our office and personnel by imposing a l5 percent administration change on the various programs of lndian Affairs. But the organisa- tion isldifficult, because when we proceed through speeific and nomflcxible contribution agreements, we deal with very short periods of time and it is impossible to have a general plan for the long term. So it is always costly, we waste a lot of time and very often we end up with contradictions. We absolutely have to get on with the department on the concept of program and service responsibility and of self government. Everybody, in a district office here, is wondering what he or she is doing in this area. About three years ago, it became a service centre and stopped being a district office. The decision is made by the regional office in Quebee City. This costs a lot of money to the Algonguin Council; this is why in our proposition we are speaking of a consultation mecanism and of co-operation with the department. We could reach an agreement on a long term program and direct all resources, whether human, physical or financial, towards the same approach in order to achieve some progress. At present, Algonquins have a speeific approach or strategy, and the department offers higher funding which is often in contradiction with the band programs or with the general social and economieal development program of the Algonquin Council. The contradiction is obvious. There should be frequent consultations at a level high enough to reach an agreement and be assured that the decision being implentented is good, that the agreement is valid. 29:26 lndian Self-Governmcnt 25-5- t 9s l [Taxi] Mr. Manly: Thank you very much. Thank you, Mr. Chairman. The Vice-Chairman: Thank you, Mr. Manly. Roberta. ‘ I400 The Vice-(Îhairman: Mr. Manly. Roberta. Ms Jamieson: Sincc last we met as a Committee there have been a number of events that have oecurred, and for a number of people, my colleagues and thc witncss no doubt and the people who follow the printed record very closcly, l would just like to highlight a couple of these things that have happened, Mr. Chairman. l do have some questions and l will corne back to them, but some of the things that l would like to highlight bear directly on thc arcas of questioning. First of all, you know there was a meeting of the Assembly of First Nations in Winnipeg from May l6 to May l8 and that Mr. Penner, the chairman of this Committee, spoke at that meeting, and his rcmarks have been appended to the record. Also. the national chief, David Ahcnakew, spoke on this Committee, and l have the portion of his statement that bears on thc work of this special cotnmittee, and l would also like t0 ask, Mr. Chairman. if we could append those remarks to our record. Last of all, the Minister of lndian Affairs spoke at that assembly with respect t0 this special Committee, and l would like to ask the clerk to secure those remarks to sec if we can append them as well. There have also been a number of things happening while this Committee has been travelling. One is with respect to the Department of Seerctary of State. and they handle the political funding, as you know, of tribal councils, lndian associations, ctc. Mr. Manly has highlighted some of the arcas of eoncern here. They have had an unfortunate leak of Cabinet documents which, no doubt, will be available very shortly to each and every one of us and reveals that they are carrying on with their policy of manipulation and control. l am very concerned about the fact that this Committee is exploring lndian self-government in one way and here we go with this department in the other way using mueh of their dollars to cancel out much of what this Committee could do, and l think we should think very scriously of calling before us the minister of Seerctary of State to see in effect if he is going to be willing to foster lndian self-government and promote that in the future, because l have not seen that in the past. l see the same thing that you see, passing the buck from one minister to the other, nobody wanting to really deal with this issue and both ending up to be obstructionist. The final thing l would like to raise is that there have been a series of articles now in the newspapers—l think they have been deliberate, and l think they are put out by the depart- ment—on the failure of lndian people to run lndian govern» [Translation] M. Manly: Merci beaucoup. Merci, monsieur le président. Le vice-président: Je vous rcmcrcie, monsieur Manly. Roberta. Le vice-président: Monsieur Manly. Roberta. Mme Jamieson: Depuis la dernière fois que le Comité réuni, plusieurs choses se sont passées, et pour la gouverne tlt‘ certaines personnes, pour mes collègues et le témoin saur. aucun doute ainsi que pour tous ceux qui lisent zttlentlvcntcttl nos délibérations, jc voudrais, monsieur le président, Ctl souligner certaines. J’ai des questions à poser et j’y reviendrai, car certaines des choses que je voudrais souligner portent directement sur les questions. En premier lieu, vous savez que l’Assentblée des premières nations s’est réunie à Winnipeg du l6 mai au l8 tnai et que M Penncr, le président du Comité, y a pris la parole et que w. interventions ont été annexées aux délibérations. Le Cllt” national David Ahenakew s’est également adressé at‘ Comitr et j’ai ici une partie de son intervention qui porte sur le travail de ce Comité spécial et je voudrais également vous dcm.’ ntltt. monsieur le président, si nous pourrions annexer cc tette [t m». délibérations. En dernier lieu, le ministre des Affaires indiennes csl adressé à l’assemblée pour parler du travail du Comité special et je voudrais demander au greffier de trouver le texte de ces remarques afin de voir si nous pouvons également Lanncxm aux délibérations. Plusieurs choses se sont passées pendant que le Comité était en_déplacement. L’une d’entre elles porte sur le Secrétariat d’Etat qui, comme vous le savez, s’occupe des questions (lt financement des conseils tribaux, des associations indienncx etc. M. Manly a souligné certaines questions à ce sujet. ll y .r eu une malencontreuse fuite des documents du Cabinet documents dont chacun d’entre nous pourra sous peu prentlrr connaissance et dans lesquels il est dit que le Secrétariat d’f-lt.rt n’a pas abandonné sa politique de manipulation et de contrôle Je suis très inquiète du fait que le Comité étudie l’autonomie des lndiens d’une façon et que, comme le révèle cette fuite, l. ministère s’y prend autrement en consacrant une bonne partit- de son budget pour mettre des bâtons dans les roues quant a t‘: que le Comité pourrait faire, et à cet égard, je pense que noir. devrions très sérieusement penser a demander au secrétaire d’Etat de comparaître devant le Comité pour voir si en fait rl est disposé a promouvoir l’autonomie des lndiens a l’avenir parce que compte tenu de ce qui s’est passé, je n’en suis 1mn convaincue. Comme vous, je con. ‘ e que les ministres su- renvoient la balle, personne à vrai dire ne veut attaquer rlt front la question, et en définitive, les deux font de I’obstrut tionnisme. La dernière chose que je voudrais signaler porte sttr llllt‘ série d’articles publiés dans les journaux «à mon avr-r, délibérément et je crois qu’ils émanent du ministère ——portattl sur l’échec des lndiens a se gouverner eux-mêmes, â prendre (‘Il .‘\»5—l983 | Imle] clients, lndian education. etc.—in their terms. l think it is «Icliberate, and l think it is going to continue to attempt to unclcrmine this committee‘s work. Finally, there have been a lot uf documents filtcring out of llIL‘ federal-provincial relations office that are saying effec- tively that a lid has been put on lndian selflgovernment. l hope Ilns is not truc. Ccrtainly, it is not true in lndian country. Il’ that is acceptable. Mr. Chairman. that that be appcnded In tuday’s proeecdings. l will move on to some of my questions. The Vice-Chairman: Mr. Allmand. Mr. Allmand: Roberta rcferred to many documents at the Fllll of quite a long statement, that is that is acceptable, l |tl\l Ms Jamiesan: Just that this document be appended, Warren, to today’s proceedings. Mr. Allmand: Did l understand you t0 ask that we append thc statement of Mr. Penner at the AFN conférence… Ms Jamieson: Yes. Mr. Allmand: ——the statement of Chief Ahenakew, and wc tllïlîlfll and append thc statement of Mr. Munro‘? Ms Jamieson: Yes. Mr. Allmand: lf this is the first meeting since then, l am tt-rtainly agreeable that those three statements be appendcd. llicrc were a lot of other things refcrred to and l was not too une whether you were asking us to agree to that or not, Ms Jamieson: No. lfl think it is important to append those. \‘\’;irren, l will at some later stage. At this stage, the docu- uwnts that Warren hasjust listcd are those that l am asking to lu‘ appcnded. The Viee-(‘hairmant If the Committee wishes to append Ilnlu: documents thcn unfortunately, Roberta. we require a nu-inbcr of Parliament to move that motion. Mr. Allmand: | so move. l was not at the conférence, but Illust- arc three very important documents it would seem, important statemcnts about this committee. l do not know nIu-ther it is more appropriate that they be attachcd to the minutes of proccedings of this meeting or the previous iut-t-iing, or that they bc put out as a separate document. l do nul know ifthat can be done. What l would really like to see is if they could be published un .l scparate document relating to the AFN conférence JJICIHCHÎS on this Committee, but if that cannot be done, thcn I|'[VL’llll them to whatevcr is appropriate. l do not want to take un: much time with that. Ms Jamieson: l have no preference, Mr. Chairman, as long l. lllCy are on the record somcwhere. Autonomie politique des lndiens 29:27 [Traduction] charge leur système d’enseignement, etc. Je crois que c’est une manoeuvre délibérée qui va continuer de saper le travail du Comité. Finalement, dans beaucoup de documents émanant du Bureau des relations fédéralesprovinciales, on peut lire qu’effcctivcment l’autonomie des lndicns n’aura pas lieu. J’espère que ce n’est pas vrai. Ce n’est certainement pas le cas pour les lndiens. Si vous êtes d’accord, monsieur le président, pour annexer ces documents aux délibérations d’aujourd’hui, je vais passer à mes questions. Le vice-président: Monsieur Allmand. M. Allmand: Roberta vient de parler de beaucoup de documents, c’est possible, je voudrais. . . Mme Jamieson: Warren, je voudrais que ce document soit annexé aux délibérations d’aujourd’hui, M. Allmand: Ai»jc bien compris que vous demandiez que soient annexées la déclaration de M. Penner â la Conférence de l’Assemb|éc des premières nations… Mme Jamieson: Oui, M. Allmand: . . . ladéelaration du chcf Ahenakew et nous essayerons d’obtenir et d’annexer également la déclaration de M. Munro‘? Mme Jamicson: Oui. M. Allmand: Si c’est la première réunion depuis lors, je suis d’accord pour que ces trois déclarations soient annexées. On a parlé de beaucoup d’autres documents aussi et je ne savais pas trop si vous nous demandiez l’autorisation de les annexer aux délibérations également. Mme Jamieson: Non. Si je pense qu’il est important de les annexer également, Warren, je le demanderai un peu plus tard. Pour l’instant, je demande que l’on annexe les documents dont Warren vient de parler. Le vice-président: Si le Comité veut annexer ces documents, malheureusement, Roberta, il faut qu’un député présente une motion a ce sujet. M. Allmand: Je présente cette motion. Je n’ai pas assisté à la conférence, mais il s’agit de trois documents très importants, trois déclarations importantes au sujet du Comité. Je ne sais pas s’il est plus indiqué que ces documents soient annexés au compte rendu des délibérations de cette séance ou de la séance d’avant, ou encore qu’ils soient publiés sous forme de docu- ment distinct. Je ne sais pas si c’est possible. Ce que je voudrais, c’est qu’ils soient publiés en tant que document distinct relatif aux déclarations faites lors de la Conférence de [Assemblée des premières nations au sujet du Comité, mais si ce n’est pas possible, qu’ils soient alors annexés a n’importe quelle séance du Comité. Je ne veux pas trop consacrer de temps à cela. Mme Jamieson: Je n’ai aucune préférence. monsieur le président, tout ce que je veux, c’est qu’ils figurent quelque part. 29:28 lndian Self-Governmcnt 25-54031 [Texl] The Vice-Chairman: Mr. Allmand, the committce had decided t0 append Mr. Penner’s statement to this hearing, s0 if it would be in order then t0 have them all together, wc would append the other two statcments to this day’s proceedings. Mr. Allmand: l so move. The Vice-Chairman: There has been a motion. ls it accept- ablc? Motion agreed to. The Viee-Chairman: Roberta, you would like to ask some questions. Ms Jamieson: Yes, thank you, Mr. Chairman; and thank you, witnesses, for indulging me in that. l thought those statements were very important and l am sure when you have an opportunity to review them you will agree with me. l would like to thank thc Algonquin Council for their submission, and l would like t0 ask a few questions. One is that it seems to me that you see yourself as a political organization. ls that right‘? Do you see yourselves as a political body or an administrative body, or both‘! Both, okay. On the sehedule that you have tabled with us, Schedule A, on the second page under “Conccpt” you go through a list of things that the council will be involved in or is involved in» negotiation with governments, representing the needs, negotiate législation, etc. l wonder if you would let us know how you are doing at those things. Are you finding co- opération on the part of the federal and provincial govern- ments as you attempt to do those things‘? Are you encounter- ing résistance, or how are you doing’? This is an agreement that has been signed, is that right’! Mr. Forti ‘ No, no. Ms Jamieson: lt is not signed yet? Mr. Fortin: Nothing is signed, it is a proposed agreement. Ms Jamieson: This is a proposed agreement. l see. Do you scc this agreement as sort of an interim step towards full lndian self-government‘? Mr. Fortin: Would you repeat the question? Ms Jamîeson: Do you see this agreement as your interim step, one step along the way towards full lndian self-govern- ment the way that you want to exercise it? Yes, okay. What kind of a rclationship would you ultimately like to have with the federal government and with the Province of Quebcc? Would you have areas of shared jurisdiction? What kinds of things would you like to have control over—you mcntioned citizenship, but resources and some of those other areas? M. Kistabish: Juste avant de répondre à la question de madame, je voulais ajouter quelque chose concernant sa [Translation] Le vice-président: Monsieur Allmand, le Comité a déntt. d’annexer la déclaration de M. Penner aux déllbéfîllltttl. d’aujourd’hui; donc, s’il était possible de tout annexer nm délibérations d’aujourd’hui, nous voudrions y annexer égal:- ment les deux autres déclarations, ainsi nous aurions lttnl ensemble. M. Allmand: Je propose la motion. Le vice-président: Une motion vient d’être présentée lwl elle acceptable‘? La motion est adoptée. Le vice-président: Roberta, vous ave7 quelques questwins .t poser‘? Mme Jamieson: Oui. merci, monsieur lc président; et ment également aux témoins pour leur patience. Je pct ( s que et”. déclarations étaient très importantes et je suis sûre que voit. serez d’accord avec moi lorsque vous aure7 eu foccasion de li”. étudier. Je voudrais remercier le Conseil algonquin pour sun mémoire et également poser quelques questions. Apparent ment, vous vous considérez comme une organisation politlqttr, est-ce exact? C’est ma première question. En d’autre.» tcntttw est-ce que vous vous considérez comme une entité polstiquc un une entité administrative ou alors les deux i1 la fois‘? Les dctn très bien. Dans le document quc vous avez déposé auprès du Comité document A, â la deuxième page sous la rubrique «Concept», vous donnez une liste de choses que le Conseil fera ou fait dép dans-—les négociations avec les gouvernements, la représcnta tion des besoins. les négociations de textes de loi, et .’ Pourric/ vous nous expliquer comment vous faites ces cho. s. A V0l|L’ avis, pensez-vous que le gouvernement fédéral et les gouverne ments provinciaux collaborent avec vous‘? Ou alors st-ce qui’ vous constatez une certaine résistance, comment vous ) prenez-vous‘? ll s’agit d’un accord qui a été signé, c’est exact‘! M. Fortin: Non, non. Mme Jamieson: l| n’a pas encore été signé‘! M. Fortin: Rien n’a été signé. c’est un projet d’accord. Mme Jamieson: Considérezwous cet accord comme unv mesure provisoire en attendant l’autonomie pure ct simple‘! M. Fortin: Voudriez-vous répéter la question‘? Mme Jamieson: Considérez-vous cet accord comme Lllll‘ mesure provisoire en attendant l’avènement d’un gouverne ment indien comme vous le voulez et comme vous voulc/ l’exercer? Oui, d’accord. Quel type de rapport voudriez-vous en définitive avoir avct le gouvernement fédéral et avec la province de Québec? ‘r aurait—il des domaines pour lesquels il y aurait partage lit’ juridiction? Quels genres de choses voudriez-vous contrôler vous ave7, parlé de la citoyenneté, les ressources ainsi qut- certains autres domaines? Mr. Kistabish: Before answering Mrs. Jamicson’s question, I would like to add something relating to her first question about 25-54983 [Texte] première question, a propos de la réunion de tous les chefs indiens à Winnipeg. Je voudrais seulement ajouter quelque chose à ce que je disais tantôt. concernant tout ça. C’est toujours les plus petites bandes qui sont pénalisées. Je sais que j’ai communiqué avec les chefs algonquins, peut-être deux semaines, un mois avant la réunion de l‘Assemblée des premières nations à Winnipeg, on a eu toutes les mêmes réponses de leur part. lls disent qu‘ils seraient très heureux d‘y aller, qu’ils sont intéressés d’y aller à |’Asscmblée des premiù res nations, mais vu qu’ils sont seulement peut-étre une centainewil y a des réserves où il n’y a même pas 100 mem» bres —leur rare funding pour faire voyager les chefs ou conseillers est très minime, et ils deviennent pénalisés à cause de leur budget. lls disent tous qu’ils sont prêts à participer aux assemblées des Premières nations, mais ils en sont empêchés à cause de leur minibudget. ‘ Pour répondre à la question concernant la relation avec le Québec et le gouvernement fédéral, lors des réunions du Conseil algonquin, les chefs ont indiqué clairement que dans le moment, la seule relation très étroite, c‘cst avec le gouverne» ment fédéral, vu que nous sommes sous la juridiction fédérale et ils ne voient aucune utilité de s’affilier, dans le moment, avec le gouvernement provincial. Ms Jamieson: Could you explaiit wh) they do not want tu have anything to do with thc provincial government? ° l4l0 M. Fortin: Au cours des années 70. une entente a été signée avec le ministre de la Chasse et de la Pêche du Québec, et également avec le ministre des Relations intergouvernementa- les. Cette entente, que l‘on a appelée «entente Loubier» permettait aux lndiens de cha ‘ser sur les terres de la Couronne ct sur leurs territoires de cha se, pour leur subsistance. Cette entente a également été approuvée par l’Association des lndicns du Québec et par le ministère des Affaires indiennes. Certaines plaintes ont été portées par les les garde-chasse mais le gouvernement a décidé de suspendre toute action [iortée contre les personnes qui avaient reçu des subpocnas. Cette pratique a donc pu continuer pendant un certain nombre d’années. Maintenant, le gouvernement du Québec vient de décider que le ministre Loubier n’était pas autorisé à signer une entente avec les lndiens et que cette entente n’existe plus! Donc. ils n‘ont plus aucune confiance. suite a de telles attitudes. Ms Jamieson: Thank you very much for that clarification, l would like to ask you what help the federal government provides you when you are under these kinds of circumstances where the provincial government is not living up to an agreement. What aid does the federal government provide mu‘? You say you have a special relationship with them. You wanl to retain that relationship. So will you explain to me tuliat help, if any, they are giving you in these circumstances? Autonomie politique des lndiens 29:29 [Traduction] the meeting of all the lndian chiefs in Winnipeg. Just a few words to what l was saying earlier on about all that. lt is always the smallesl bands that are penalized. l got in touch with the Algonquin chiefs, maybe two weeks or a month before the Conférence of the Assembly of First Nations in Winnipeg, and they have given us all kinds of answers. They told me that they would be extremely happy to attend the conférence. that they arc very interested but given the fact that there are only hundrcds of themwthere are réservations where there is not even 100 memberswthey have very little money to pay for thc travelling expenses of the chiefs or the counsellors. and because of the fact that they have very little money they are penalized. They say that they are ready l0 take part in the conferences of the First Nations, but they cannot do so because of their mini budget. To answer the question about the relation with Québec and the federal government, during the meetings of the Algonquin Council, the chiefs have clearly indicated that for thc lime- being, the only close relation they had was with thc federal government. Because we are under federal jurisdiction and moreover thc Council does not deem useful to become affiliated for the moment with the provincial government. Mme Jamieson: Pourriez-vous nous expliquer pourquoi ils ne veulent aucune relation avec le gouvernement provincial? Mr. Fortin: ln the 1970s, an agreement was signed with the Minister of Forestry and Fisheries for Quebee as well as with the Minister of lnter-governmental Affairs. Known as the Loubier Agreement, it allowed the lndians t0 hunt on Crown land and on their own territory for subsistance purposes. The agreement was approved by the Association des lndiens du Québec and by the Department of lndian Affairs. Somc complaints were ntade by the game wardens but the government decided to suspend any action brought against people who had been subpeoned. This continued for several years. Now, however, the Quebee government has decided that Minister Loubier did not have the authority to sign an agreement with the lndians and that the agreement no longer exists! So, they have no more confidence. Mme Jamieson: Je vous remercie d’avoir apporté cet éclaircissement. Lorsque vous vous trouvez dans une situation semblable parce que le gouvernement provincial n’a pas respecté une entente, obtenez-vous de l’aide de la part du gouvernement fédéral? Vous dites avoir un rapport spécial avec celui-ci et vouloir le maintenir. A ce propos, donc, pourriez-vous me dire si le gouvernement vous vient en aide en l’occurrence? 29:30 lndian Self-Governmcnt 25-5 I 9s l [TEXI] M. Fortin: Depuis que le bureau de district du ministère des Affaires indiennes a été transformé en centre de services. les Algonquins n’ont pas l’appui ou l’aide de quiconque pour défendre leurs droits de chasse, leurs droits aborigènes, enfin, pour défendre tous leurs droits. C’est par des initiatives, soit du conseil Algonquin ou d’un conseil de bande, lorsqu’ils ont les moyens, qu’ils vont faire pression, A ce moment-là, ils peuvent, de temps à autre, recevoir l’aide du bureau régional a Québec. M. Kistahish: J’aimerais juste ajouter une petite remarque qui m’apparâit importante. Concernant certains droits que l’on essaie de pratiquer, notamment la chasse et la pêche, certaines réserves délivrent leurs propres permis. Les permis que le provincial essaie de nous vendre, ceux qui qui sont émis par le gouvernement. ont toujours été refusés par nos membres jusqu’à maintenant. Le dernier qui nous a été envoyé était le même que nous leur avions fait parvenir pour approbation en tant que permis de chasse et de pêche, sauf qu’ils avaient enlevé la mention «gros gibier». Ils avaient presque totalement accepté notre demande de permis telle quelle. Mais, la raison principale d’avoir notre propre permis est que nous ayons le droit de chasser, y compris le gros gibier! Aucune entente n’a été conclue dans le moment entre qui que cc soit, même pas notre association, et le gouvernement provincial. Donc, un des buts de notre présentation aujourd’hui, est d’obtenir un appui dircct de la part du ministère fédéral a cet égard. Nous n’avons aucune aide, surtout financière, qui nous permette de lutter contre toutes les injustices qui nous assaillent de tout côté, chez nous. Ms Jamieson: Do you look to the federal government as being responsible to deal with that situation‘? You are telling me that you have a special relationship with them, that you look to them. but thcre are not enough funds at the district office to allow them to operate. l suspect that is the excusc they give you, but l wonder if you are still looking to them to cxercise some responsibility here. l will add one other part of my question. ln other areas in the country all the witnesses arc telling us they fccl that political funding for lndian government should be something that is guaranteed. At the moment thc government gives and takes and manipulates with the funding that is available. The political funding for lndian government should bc guarantecd, and some arc even saying in the Constitution guarantecd. How do you feel about those two things: the federal responsibility and the guaranteed political funding for lndian governments‘? M. Kistabish: Concernant l’appui que nous demandons du fédéral, nous avons toujours dit que ce qui a trait aux lndiens est la responsabilité du fédéral. C’est un des sujets qui a été mentionné dans notre présentation pour ce qui est des lndiens hors de la réserve ou a l’intérieur de la réserve. Toutefois, lc fédéral accorde souvent des budgets sous forme d’ententes non flexibles. Donc, dans la présentation qui vous a été soumise, on demande que chaque conseil dc bande ou association, comme ] Translation] Mr. Fortin: Sincc the district office of tlte Department nl lndian Affairs was transformcd into a service centre, llu- Algonquins receive no support and no assistance in defendmy their hunting rights, their aboriginal rights, in sum, any nl their rights. When they can afford it, either the Algonquin Council m .t band council does some lobbying. Sometimcs they succeed m obtaining assistance from the regional office in Quebcc. Mr. Kistabish: l would just like to make a brief remmk which l feel is important. Regarding the question of rights, some reservcs deliver lllrII own permits for hunting and fishing especially. The pernulx issued by thc government which the province tries to scll u» have always been refused by our members. The most recent permit they sent us was the same as the one we had submilted for government approval, except that the words “large gamc” had been struck. The government had accepted our permit application almost as submitted The main reason we uant ou: own permit is so that we can hunt everything, including largu- game. There is no agreement whatsoever at thc moment even between our association and the provincial government. One of thc objectives of our présentation today is to obtain direct support from the federal department in this matter. We receive no assistance whatsoever, let alone financial, thnt enables us to fight against the injustices which assai] us from all sides. Mme Jamieson: Comptez-vous sur le gouvernement fédéral pour résoudre le problème‘! Vous me dites que vous avez un rapport spécial avec lui, que vous comptez sur lui, et que les fonds disponibles aux bureaux locaux sont insuffisants. C’est probablement un prétexte que l’on vous donne. Quoi qu’il en soit, j’aimerais savoir si vous comptez toujou ‘ sur le gouverne ment pour exercer une certaine responsabilite i cet égard. A cette question, j’ajouterais que dans d’autres parties du pays, les témoins nous font savoir que le financement politique de l’éventuel gouvernement indien devrait étre garanti. A l’heure actuelle, le gouvernement tient les cordons de la bourse et contrôle ainsi les débourscments. D’aucuns estiment que le financement du gouvernement indien devrait être garanti, d’autres, qu’il devrait être garanti par la Constitution. Que pensez-vous de ces deux questions, celle de la responsa bilité fédérale et celle d’un financement politique garanti pou: les gouvernements indiens? Mr. Kistahish: Regarding federal support, we have always maintaincd that matters relating to the lndians are a fedcral responsibilit). ln our prescntation, we menlioncd this responsi bility for both lndians on and off thc reserve. However, quitt- often, the budgets given us by the federal government art- governed by fixed agreements. So, that is why we have asked in our présentation that each band council or association, likc ours, be grantcd the authority and the privilege of operating as they see fit. 25-54983 [Texte] la nôtre. ait l’autorité ou le privilège de fonctionner comme ils l’entendent. Lorsqu’est conclue une entente non flexible, c’est comme si on nous refusait l’outil de travail que l’on demande, ce qui nous permet de faire certaines choses. ll y a des choses qui se présentent très vite, partout. notamment en regard de la Constitution canadienne ou toute autre chose qui se présente à n’importe quel moment, a tous les matins. Par contre, si une nouvelle affaire se présente. les lndiens ou unc association telle que la nôtre ne peut pas être présente et/ou y participer parce qu’ils reçoivent un budget ou qu’ils sont soumis à une entente dans un domaine spécifique. lls ne pourront pas se servir d’un montant d’argent pour faire autre chose. C’est dans ce sens-la qu’on demande que soit reconnue la responsabilité fédérale et qu’elle soit transmise au conseil de bande ou â l’organisation qu’ils représentent. Ms Jamieson: Thank you. l wanted to ask one other question in the claims area because l am not sure l understood what you answcred to Mr. Allmand. First of all l am amazed that anybody purchased a reserve, that lndians have to purchase their own reservcs. l find thatÿl cannot think of a word. l am also amazed at the past and current attitude of the provincial government here with respect to lndians and their lands. But l would like to ask you if you are negotiating now with the Office of Native Claims in Ottawa’? Our information is that no claim is . . . We have some briefing notes here that we get from the department, and our information is that a claim has not been submitted from the Algonquin Council. M. Kistabish: Pour ce qui est des négociations, nous en avons entrepri s avec le fédéral dans plusieurs domaines. Dans notre présentation, aujourd’hui, il est surtout question de land claims, de revendications territoriales. Mais on est dans la phase préliminaire de l’étude. La deuxième phase se fera cette année. par le biais de déclarations de principe avec des mémoires concernant les revendications territoriales. ‘ i420 Nous sommes en négociations préliminaires aussi pour tout ce qui regarde les droits de chasse et de péche, de membership, tout ce qui regarde la citoyenneté algonquine, à l’intérieur de notre peuple. Ms Jamieson: Many lndian witncsses beforc us, or first nations government witnesses, have said they think that this eommittee… well. tying in land base with government is cssential: this is what they have told us. Mr. Gingras referred lu this earlier. They have said that many of them are involved Ill land claim negotiations. They are saying that the current policies on land claim policies are unaceeptable. They have Inoked to this committee to change the policies under which Ilie Governmcnt of Canada negotiates claims. They have said Iliat this is important and if you arc serious about looking at lndian self-government you have got to change the policies on land claims. Do you have any views on this’! Autonomie politique des lndiens 29:31 [Traduction] When an inflexible agreement is signed it is as though we were being refused the tool with which we can achieve certain goals. Issues come up quickly especially where the Canadian Constitution is concerned. There is something new every day. However, lndians or an association like ours cannot be involved in these processes if their budget or the agreement to which they are subject is inflexible. They cannot allocate moneys to other areas. We ask that federal responsibility in this matter be recog- nized and that the proper authority be transferred to the band council or to the organization in question. Mme Jamieson: Merci. Je voulais poser une autre question sur les revendications car je ne suis pas certaine d’avoir bien Compris votre réponse à M. Allmand. D’abord, je suis étonnée d’apprendre que les lndiens doivent acquérir leurs propres réserves. Je ne trouve pas les mots pour exprimer ce que je ressens. Également, l’attitude passée et actuelle du gouvernement provincial en ce qui corceine les lndiens et leurs territoires me laisse bouchebée. Cela dit, négociez-vous actuellement avec le Bureau des revendications des autochtones à Ottawa? Selon les derniers renseignements et la documentation soumis par le ministère, le Conseil algonquin n’avait pas soumis de revendications. Mr. Kistabish: As far as negotiations are concerned, they have been undertaken in several areas with the federal government. ln our presentation today, we concentrate on land claims. However, we are in the preliminary phase of the study. The second phase will begin this year with statements in principle and briefs regarding land claims. We have started preliminary negotiations for everything that deals with hunting and fishing rights, membership, Algonquin citizenship for our people. Mme Jamieson: Beaucoup de témoins indiens ou de représentants des gouvernements des Premières nations nous ont déclaré qu’ils pensaient que ce Comité… qu’il était essentiel de lier la terre au gouvernement. M. Gingras en a déjà parlé. lls nous ont dit que beaucoup d’entre eux avaient entrepris des négociations sur les revendications territoriales. Que la politique actuelle sur les revendications territoriales était inacceptable. Que le Comité pourrait peut-étre recom- mander que soit modifiée cette politique de négociation des revendications. lls jugent cela important et déclarent que si l’on veut véritablement envisager l’autonomie politique des lndiens, il faut changer la façon de considérer les revendica- tions territoriales. Qu’en pensez-vous? 29:32 lndian Self-Government 25-5403 l [Taxi] M. Fortin: Les travaux au niveau de la revendication sont des travaux préliminaires. ll y a eu la consultation préliminaire des bandes et plusieurs ont manifesté des craintes pour utiliser la réglementation mise de l’avant par le ministère pour les revendications. On semble mettre en second lieu le droit de premier occupant, les droits aborigènes, et on donne l’obliga- tion aux lndiens de faire la preuve, alors que les lndiens considèrent que depuis 1763, c’est le fédéral qui est censé être le gardien de leurs biens et de leurs terres. Alors, ils se demandent pourquoi ils seraient obligés aujourd’hui de faire la preuve de l’envahissement de leurs territoires et des attaques contre leurs droits fondamentaux. On sent cela dans toutes les réserves, dans toutes les bandes. Ms Jamieson: Would you just speak to the responsibility of this Committee in that area, if any? As l say, many people have been telling this committee—and this is my last question, Mr. Chairman—that we should turn our minds to this and make recommendations to change that process so that it is more in line with promoting lndian self-government, moving towards lndian self-government—which, really, in the lndian view, the view that has been put to us, is a recognition of something that is already there. As you put it in terms of land: why do you have to demonstrate to someone else that you have rights there‘? They are saying: change the land claims process; this is important if we are going to move towards lndian self- government. They are challenging this Committee to make recommendations on this, and l wonder how you feel. M. Fortin: Les Algonquins seraient très heureux que votre Comité puisse se faire le porte-parole de leur désir de voir ouvrir la réglementation concernant les revendications. pour que ce soit plus facile, plus ouvert et qu’il y ait plus d’aide technique et financière qui soit mise à la disposition des bandes. Les Algonquins sont une nation très jeune, qui s’ouvre à peine au développement qui se fait autour d’elle et qui se fait toujours contre elle. Ils sont un peu mal à l’aise de ne pas avoir plus d’aide de la part du gouvernement fédéral qui a quand même négocié les transactions territoriales avec les provinces et qui a aussi négocié des ententes pour ouvrir des routes en forêt pour développer la richesse naturelle, mais qui ne s’est pas préoccupé de donner accès aux réserves et de permettre aux lndiens de participer au développement en se basant sur les ressources naturelles. Alors, si vous pouviez faire des représentations, je crois que la nation algonquine serait très heureuse et très satisfaite. Ms Jamieson: Thank you. Thank you, Mr. Chairman. The Vice-Chairman: Thank you, Roberta. Bill, would you like to ask a question? Mr. W. Wilson: Thank you very much. Je regrette, mais je ne parle pas français. Je suis de la Colombie-Britannique. l am sure you understand our problem. ln the Province of British Columbia. however, contrary to what l hear you say about Quebee, provincial and regional political groups are funded by the Department of lndian [Tranxlaliün] Mr. Fortin: All negotiations regarding claims are prelnn inary negotiations, We had preliminary consultation of bnml. and a number of them have stated that they were reluctant lu use the rules suggested by the department for these claims. Ix seems that the right of thc first occupant, the aboriginal right‘. are not considered as a primary factor and that the lntlltlllx must bear the burden of the proof. Yet the lndians feel that since 1763 the federal government has been deemed to be thcn land and property warden. They do not tlterefore understand why they should today prove that their lands were invadetl anxl attacked against their basic rights. This is the feeling in all tln- reserves and all the bands. Mme Jamieson: Que pensez-vous de la responsabilité lll‘ notre Comité dans ce domaine‘? Je vous répète que beaucoup nous ont ditÀet c’est, monsieur le président, ma dernière questione-vque nous devrions y réfléchir et recommander dt- modifier la méthode d’approche pour qu’elle corresponds- mieux à la promotion de l’autonomie politique des lndiens qui, de l’avis des lndiens, nous a-t-il paru, consiste seulement {i reconnaître quelque chose qui existe déjà. Comme vous le dites pour les terres: pourquoi seriez-vous obligés de prouver [i quelqu’un d’autre que vous avez des droits‘! On nous a déclaré changez le processus de règlement des revendications territo riales; c’est très important si nous voulons arriver un jour {t l’autonomie politique des lndiens. Ces lndiens ont \.l0l|\ demandé au Comité de faire des recommandations dans ct‘ sens et c’est pourquoi je vous pose la question. Mr. Fortin: The Algonquins would be very happy that youi committee could express their wish to sec the claim process open t0 make it easier and to give more technical and financial assistance to the bands. The Algonquins are a very younp nation that has just started to open up to the outside develop ment whieh always seems to be going against its intere. s They find it hard to understand why they should not be getting more federal aid when the government has negotiatcd the lantl transactions with the provinces and the agreements to open forest routes to develop natural wealth without worrying about making the rcserves accessible and allowing the lndians tu participate in thc development based on natural resources. So if you could make represcntations, l feel that lllc Algonquin nation would be quite happy. Mme Jamieson: Merci. Merci, monsieur le président. Le vice-président: Merci, Roberta. Bill, vouliez-vous poser une question? M. W. Wilson: Merci beaucoup. l am sorry but l do not speak French. l am from British Columbia. Je suis sûr que vous comprenez notre problème. Toutefois, en ColombievBritanniquc, contrairement à ce qur vous dites à propos du Québec, les groupes politiques provin ciaux et régionaux sont directement financés par le ministère 25-54983 Autonomie politique des lndiens 29 : 33 [Texte] [Traduction] Affairs directly. Some 51.8 million the year before last and des Affaires indiennes. Environ 1.8 million de dollars l’année 51.2 million this year. lt is policy, research and development dernière, et 1.2 million de dollars cette année. l1 s’agit dc funding. Were you aware of that’? Mr. Fortin: No. Mr. W. Wilson: Core funding from the Department of the Secretary of State is also distributed to band eouncils; or, at least, it is distributed on the basis of the wishes of band councils in the sense that if a provincial, regional, territorial or tribal organization wantcd their particular per capita share of funding, they had to obtain band council resolutions specifying that the money would go to them. ls this not the situation in Quebcc as well? M. Fortin: Non, la situation est assez étrange au Québec. Jusqu’à il y a trois ans, le core funding était donné à une association provinciale qui prenait immédiatement 50 p. 100 du montant pour l’administration de son bureau avant de faire la distribution au prorata. ll y a eu un changement: il fallait absolument que ce soit une organisation de plusieurs nations pour qu’on puisse avoir le core funding. Alors, il y a eu l’organisation de neuf nations qui se sont regroupées au Québec et qui se partagent aujourd’hui une somme qui vient du ministère, sans aucune négociation de la part du Conseil algonquin ou des bandes. Mr. W. Wilson: l was wondering if it was your opinion that the différence between their funding in British Columbia and the funding in Quebcc is based on a certain federal govern- ment relationship to the province, or is it simply because of the different developments ‘l M. Fortin: Je crois que le problème est que c’est une région nouvelle et que même à l’intérieur du ministère, on ne s’est pas servi de méthodes d’administration ordinaires. Je ne crois pas qu’il existe ailleurs au Canada, ou même dans la partie urbanisée du Québec, cette pratique d’avoir des résolutions signées par un ou deux membres du conseil de bande et que le fonctionnaire fait parfois signer en blanc pour justifier ses activités. ‘ 1430 La procédure est assez flexible; ce n’est pas assez suivi comparativement à ce qui se fait ailleurs, et je crois que c’est une des difficultés que le Conseil algonquin rencontre. C’est qu’il n’y a pas de discipline, même à l’intérieur du bureau du ministère. Mr. W. Wilson: 1 understand you do not have a relationship directly with the provincial government, but do you receive funding in any form outside that of normal Quebcc citizens from the provincial government’? M. Kistahish: Par les années passées, à l’intérieur du Conseil algonquin, il y avait un petit groupe qui était peut-être un peu consentant a s’asseoir pour demander certains fonds au provincial, mais dernièrement, lors d’une réunion, le Conseil algonquin, dest-à-dire les chefs algonquins, ont passé une résolution disant que dorénavant, le Conseil algonquin demandera des fonds uniquement au fédéral. Le Conseil ZJIJZWZ subventions pour l’élaboration de politiques, la recherche et le développement. Etiez-vous au courant? M. Fortin: Non. M. W. Wilson: Les subventions globales venant du Secréta- riat d’État sont également distribuées aux conseils (le bande; du moins, distribuées en fonction des désirs des conseils de bande en ce sens que si un organisme provincial, régional, territorial ou tribal veut sa part propre de subvention par tête, il doit obtenir des résolutions du conseil de bande préci nt que les fonds doivent lui revenir. N’est-ce pas également la situation au Québec? Mr. Fortin: No, the situation is rather strange in Quebcc. Up until three years ago, the core funding was given to a provincial association who would immediatcly take 50% of the amount for the administration of its office before distributing the rest on a per capita basis. Then there was a change: core funding was only permitted to an organi7ation of several nations. So the organization of nine nations was set up in Quebee and is now getting an amount from thc department without any negotiation with the Algonquin Council or the bands. M. W. Wilson: Je me demandais si vous jugiez que la différence entre les méthodes de financement en Colombie- Britannique et au Québec était fondée sur une certaine relation entre le gouvernement fédéral et la province ou simplement due à des circonstances différentes. Mr. Fortin: 1 think the problem is that it is a new area and that even within the department they have not used common administration practices. 1 do not think that there is elscwhcre in Canada, or even in the urban areas of Quebee. such a practice of having résolutions signed by one or two mcmbcrs of the band council and even a civil servant asking someone to sign a blank cheque to justify his actions. The procédure is quite flexible; however, there is not enough of a sustained effort, compared to that donc elscwhcre, and l believe that is precisely one of the problcms facing the Algonquin Council. The problem is that there is no discipline, even within the office of thc department. M. W. Wilson: On m’a dit que vous n’avc7 pas de rapport direct avec le gouvernement provincial, mais recevez-vous une aide financière du gouvernement provincial sous une autre forme que celle dont bénéficie tout citoyen de la province de Québec’! Mr. Kistabish: ln the past, a small group within the Algonquin Council was perhaps willing to sit down and ask the provincial government for funds. Lately, however, at a recent meeting the Algonquin Council, in other words, the Algonquin chiefs, passed a resolution to the effect that heneeforth the Algonquin Council would only request funding from thc federal government. The Algonquin Council received some 29:34 lndian Self-Governmcnt 25_\ l‘ltt [Texl] algonquin a reçu certains fonds concernant. par exemple, la communication du ministère des Affaires culturelles du Québec. Ce sont de petits programmes, de petits montants d’argent. Mais la province de Québec ne fournit pas d’argent au Conseil algonquin lui-même, en tant que corps organisa- tionnel. C’est pour de petits programmes que nous, on fait fonctionner, par le Conseil algonquin. Mr. W. Wilson: On the matter of thc AFN assembly, l attcnded as a representative of a small band in British Colutnbia for thc very same reasons your small bands have. They could not afford to go there; and because l work for a national organization, l was going to be there anyway. They suggested l represent the interests oftheir band, which l did by keeping my mouth shut for three days. An hon. Memher: Hear, hear! Mr. W. Wilson: But | thought one lawyer making an ass of herself was enough. No, l am sorry. But l think the problem they state is one that must bc addressed if we are going to have any kind of true self- govcrnment by the small eommunitics. l hear self-government, lndian government, first nations’ government and all these other terms bandied about; yet l recognize that, unless you happen to be affiliated with a large provincial organization or a large tribal organization, your access to the govcrning systems does not really exist. l saw the AFN at this meeting not being dictated to so much but being, l think, controllcd to a large extent by those groups who arc affiliated with say, the Federation of Saskatchewan lndians or other provincial organizations like that, even provincial organizations or tribal organizations in British Columbia. with the result that perhaps half the population or two-thirds of the population are not heard. l am aware of the history of the problem your people have had with the Quebcc lndian Association. Does that problem still exist? Are you affiliated in any way with them, or are you just totally scparate‘? M. Kistabish: ll y a eu l’Association des lndiens du Québec: elle a été dissoute à un moment donné, puis il y a d’autres associations qui ont été créées, une coalition, et ainsi de suite. Encore aujourd’hui, il y a beaucoup de gens qui essaient de survivre dans ce domaine-là. Dans le moment, le Conseil algonquin a peut-être un statut particulier a l’intérieur de tout le système, concernant surtout les revendications territoriales, à l’intérieur même de l’Assemblée des premières nations. On disait qu’on était dans un groupe, un ou deux, comme on en avait parlé à Ottawa. Nous, les Algonquins, n’ayant signé aucun traité, aucune entente avec qui que se soit, cela nous met dans des situations assez spéciales, assez critiques souvent. Les lndiens entre eux, même aujourd’hui, sont réticents envers certains groupes. lls ont une raison: c’est qu’ils ont un statut particulier, n’ayant pas signé. Au Québec, il y a différents groupes d’lndiens. Je ne voudrais mentionner aucune nation. [Transfo/ion] funding through thc Department of Cultural Affatr. ut Quebec, for instance. But these are small programs, and small amounts of money. The Province of Quebee does not prutlnl. any money to the Algonquin Council itself, as an Urg.’II|t/I tional body. We only receive funds for certain programx |lt,tl we provide through the Algonquin Council. M. W, Wilson: Quant a la réunion dc l’Assemb|éc ll- prentières nations. j’y ai a té en tant que représentant d nm petite bande en (Îolomb Britannique. justement pou: I- mêmes raisons que vos petites bandes. Elle n’avait p.1‘. lt. moyens d’y aller: et comme je travaille au sein d’un organt-nu. national, je devais y aller, de toute façon. l.cs membre. (l! cette bande m’ont proposé de les représenter, ce que j’ai l.lll ltl gardant le silence pendant trois jours. Une voix: Bravo! M. W. Wilson: Mais il me semblait que c’était déjzi a-.-.. r d’avoir une avocate qui se couvrait de ridicule. Excuserrtnn, I. plaisante. Mais je crois que le problème qu’ils nous ont expose «ut justement celui qu’il faut aborder, si nous tenons à Créer un. véritable autonomie politique dans les petites communautt l On entend souvent parler d’autonomie politique, de gouvctn. mcnt indien de gouvernement par les pren ÔFC> nillllllh «l
toutes sortes d’autres termes; mais je sais très bien qu’à Illttltt.
d’être associé à un grand organisme provincial ou tribal, on n ,I
vraiment aucun accès au gouvernement. A la réunion que p
viens de vous mentionner, il serait inexact de dire qu’un
donnait des ordres à l’Assemblée des premières nations mai.
par contre, je crois qu’elle était contrôlée dans une l.It)n
mesure par les groupes qui sont a ociés, par exemple, n lt
Fédération des lndicns de la Saskatchewan ou a d’alun.
organismes provinciaux semblables, même les organistnn .
provinciaux ou tribaux en Colontbie-Britannique. ll en résultn
donc, qu’on n’entend jamais les opinions de peut-ère la titottt.
ou les deux ticrs de la population.

Je contiais l’histoire de vos problèmes avec l’Association «l.
lndiens du Québec. Avez-vous toujours ces problèmes? fic»
vous 2lSSOClÔS a cette association, ou travailla-vous intlepru
daimment?

Mr. K abish: Thc Quebee lndian Association CXlSlCkl .t|
one point, but was then dissolvcd. Later, other association.
were set up. and then there was the coalition. and so forth.

Evcn today, there are a lot of people who are tryiny. lu
survive in that area. At the present time, tlie Algonquin
Council may have a special status within the system, pllflltll
larly when it comes to land claims, even within the Assclllltl‘.
of First Nations. lt uas said that we were part of a group, un.
or two of us, as mentioned in Ottawa. As the Algonquin.
have signed no treaty or agrcctnenl of any sort, we are lll t
rather special situation, which often makes us subject tu
criticism. lndians among thcmselves. even today,

lut.

reservations about certain groups. Thcir rcason is that lllt”.t
groups have special status, by virtue of having signed un
trcaty. ln Quebee, there are various groups of lndians, l du Ilul
wish to mention the name of any particular nation… Alm-

25-5-1983

Autonomie politique des Indiens

29:35

[Texte]

aucune . . . Aussi, les problèmes a l’intérieur du Québec ne sont
pas les mômes. Comme M. Fortin le disait tout à l’heure, pour
ce qui est des groupes de chasse et péche, vers le Sud, c’est
plutôt sportif, alors que pour nous, c’est une vie qu’on vit tous
les jours. Egalcment, nos réclamations territoriales ne sont pas
les mêmes que celles des autres nations du Québec.

Mr. W. Wilson: S0 in regard to the development of any self-
governing forms, they would be along the traditional tribal
territories or those relationships. They would bc similar to
what we. in our province, call tribal eouncils.

M. Fortin: Pourriez-vous expliquer votre question’? On ne l’a
pas saisie.

Mr. W. Wilson: Given the fact that you do not relate to,
say, a large lndian organization, be it federal or provincial, any
future development of your relationship to the federal govern-
ment or the provincial government would be based on your
traditional local governing systems.

M. Kistabish: Dans la phase dans laquelle nous sommes
présentement, nous voulons qu’il y ait l’autorité régionale par
les Algonquins pour les Algonquins. De là à faire partie d’une
organisation autre que la nôtre dans le moment. .. C’est sûr
qu’au fur et à mesure que les démarches vont se faire, il va y
avoir d’autres implications. Je crois qu’il n’y aura pas de
problème au niveau de la participation des Algonquins à
d’autres nations, à d’autres groupes un peu plus tard.

Mr. W. Wilson: l think one of the problems with the AFN
and even with the group l represent is that it is initially based
on the assumption that some national group should take the
mandatcs from provincial groups, who supposedly take the
mandate from groups like yourself. We have seen that it just
does not work that way. What l think we are finding is a new
rethinking of national organizations along the lines of,
perhaps, common interests.

You are perhaps aware-l do not know if it is official or
not—of the founding of a special treaty unit within the AFN.

° I440

Have you thought beyond the present groups that exist to
the possibility of affiliations with other groups that share your
common interest‘?

M. Kistabish: Actuellement on se sent plus près d’autres
nations qui ont ces problèmes, dcst-à-dire les revendications,
lcs négociations communes a nous autres. Dans le moment, on
n’est pas affilié à ces organismes officiellement encore mais si
dans un plan qu’on présenterait à un moment donné vu
que nous sommes dans une situation géographiquement
similaire, nous avons une certaine tendance à nous grouper
zivce les nations qui vivent les mêmes situations que nous.
lorsqu’on parle d’un problème quelconque, les autres nations
telles que Attikamck, Montagnais, géographiquement sont sur
la même longueur d’ondes que nous.

[Traduction]

problems within Quebee are not the same. As Mr. Fortin said
earlier, when it eomes to hunting and ñshing, in the southern
area it is much more recreational, whereas as far as we are
concerned, it is part of our everyday life. There is also the fact
that our land claims are not the same as those of other nations
in Quebee.

M. W. Wilson: Donc, pour ce qui est de l’élaboration de
régimes de gouvernement autonome, vous seriez en faveur d’un
gouvernement tribal du genre traditionnel. ll s’agirait d’un
type de gouvernement très semblable à ce que nous appelons
les conseils tribaux dans notre province.

Mr. Fortin: Could you pleasc explain your question? We did
not fully understand it.

M. W. Wilson: Étant donné que vous n’êtes pas associés à
un grand organisme autochtone fédéral ou provincial, l’évolu-
tion de vos relations avec le gouvernement fédéral ou le
gouvernement provincial serait fondée sur vos systèmes de
gouvernement traditionnel dans les diverses localités.

Mr. Kistabish: ln the phase we are eurrently in, we would
like it to be regional authority, in other words, Algonquins
having control over Algonquins. As far as being part of an
organization other than our own, for the time being…
Ccrtainly, as things develop, there will be other implications.
But l do not believe there will be any problem in terms of
Algonquin participation in the affairs of other nations or other
groups later on.

M. W. Wilson: Je crois que l’un des problèmes de l’Assem-
blée des premières nations, et même du groupe que je repré-
sente, est justement qu’on part du principe qu’un groupe
national doit recevoir son mandat de groupes provinciaux, qui
sont censés recevoir leur mandat de groupes comme le vôtre.
Nous avons pu constater que cela ne fonctionne pas de cette
façon. Je pense qu’on s’oriente vers une réorganisation des
organismes nationaux pour que ces derniers reflètent peut-être
des intérêts communs.

Vous êtes peut-étre au courant-je ne sais pas si c’est
officiel ou non-de l’établissement d’une unité spéciale
chargée des traités au sein de l’Assemblée des premières
nations.

Avez-vous pensé à la possibilité de vous affilier à d’autres
groupes avec lesquels vous avez des intérêts en commun?

Mr. Kistabish: At the present time, we feel closer to other
nations with these problems, that is with claims and negotia-
tions similar to ours. At the present time we are not yet
officially aflîliated with these associations but were such a
proposa! to be made . .. in view of the fact that we are in a
similar geographic situation, we tend to see ourselves with
those nations living through the same expérience as us. When
we talk about a particular problem, other nations such as
Attikamek and Montagnais, are on the same wave-length as
we are.

29:36

[Text]
On parlait de l’Asscmblée des premières nations et il y a
d’autres associations qui sont présentes ici . . . A l’intérieur du

Conseil algonquin w seulement une petite parenthèse — cela
reste au conseil de bande de chacun, comme je le disais tout à
l’heure, de dire: ceci est un lndien, ou une Indienne. On
respecte le conseil de bande dans ce domaine—là. ll y a lc
problème de B.C., on en a jasé une couple de fois, nous autres
aussi on a un petit problème. .. chaque conseil de bande est
différent et il y a beaucoup de points qui diffèrent.

Mr. W. Wilson: That leaves me thc last question, Mr.
Chairman.

ls the issue of status:non»status a major issue here, as it is in
other parts of the country? l should inforni you that, as you
probably already know, we have done a lot to try to put the
groups together. We do not argue that it is up to the bands
ultimately to détermine their membership, provided initially
all the membership is together. Unfortunately, what we have a
complaint about is when one-third of the membership is non—
lndian and many lndian women are excluded; we cannot agree
that that is the unit that should make the decision. ls the
status:non—status issue one that is being dealt with, and how is
it being dealt with by you? ls it an issue‘?

M. Kistabish: Je vais donner une réponse là-dessus. Je parle
comme membre Pikogon Abitibi Uniband; je ne suis pas
familier avec les huit autres bandes, mais â l’intérieur des
bandes de l’Abitibi, il n’y a jamais eu aucun problème
concernant un lndien statué, ou bien une femme qui a perdu
son statut à cause d’un mariage, etc. Dans mon village, il n’a
jamais été question de . . . Je dirais même que mon petit frère
est adoptif aussi, c’est un lndien non statué, il a demandé
officiellement à être statué du village, et les lndiens ont voté; il
a toujours vécu à l’intérieur du village. ll y a aussi des lndiens
qui n’ont pas eu de numéro et puis qui vivent à l’intérieur du
village; ils ont les mômes privilèges que les lndiens qui sont à
l’intérieur de notre village.

Je ne peux pas me prononcer sur toutes les réserves des
Algonquins, mais je n’ai pas eu l’occasion de connaître
vraiment de problèmes à l’intérieur du Conseil algonquin.
Chez nous dans le village, des Indiennes mariées à des non
statués vivent sur la réserve, il n’y a pas de problème.

Mr. W. Wilson: Thank you very much, Mr. Chairman.
The Vice-Chairman: Thank you.

Sandra.

Ms lsaac: Thank you, Mr. Chairman.

l have a question similar to Bill’s. From your tcstimony, l
gather that your view is consistent with the majority, that
being that membership should be determined by the band
councils. l agree with that, but l would like to know what your
views are on having the government first correct its past
injustices by eliminating those discriminatory sections of the
lndian Act and reinstating those people who suffered as a
result of this législation, and then having bands détermine
membership.

lndian Self-Governmcnt

25-5- l 9X t

[Translation]

Referencc was made to thc Assembly of First Nations ainl
there are other associations which arc present here . .. Within
the Algonquin Councilwlet me make a brief asidev lllh
remains a matter for each band council, as l said, they arc tu
decide who is to be considered an lndian. We respect thc btllltl
council on this point. There is the problem in Britisli
Columbia, we talked aboutit a few times, we also have a small
problem . . . Each band council is different and there are main
points which differ.

M. W. Wilson: Cela me laisse une dernière question
monsieur le président,

Je voudrais savoir si la distinction entre l’lndien inscrit et
l’indien non inscrit constitue une question importante ici.
comme ailleurs au Canada? Je devrais vous dire que nous
avons beaucoup fait pour raccommoder les divers groupes
Nous ne contestons pas qu’il revient a chaque bande lll‘
déterminer quels sont ses effectifs, pourvu qu’on connaisse lux
membres déjà au départ. Malheureusement, il se trouve des
cas où un tiers des membres d’une bande est composé de non
lndiens et beaucoup d’lndiennes sont exclues; nous ne pouvons
pas accepter que la décision revienne à la bande dans ces
conditions-là. Essayez-vous de régler ces questions des lndicns
inscrits et des lndiens non inscrits et comment vous y prene/
vous? Est-ce une question qui vous intéresse?

Mr. Kistabish: I will try to answcr you. l am speaking a. ;
member of Pikogon Abitibi Uriiband; l am not familiar witli
the eight other bands but within the Abitibi bands, there hax
never been any problem about status lndians or a woman who
Iost her status because of marriage, etc. In my village there has
never been any such . . . My little brother is adopted too, hc I\
a non—status lndian, he made an official application to receive
status from the village and the lndians votcd; he has always
lived in the village. There are also other lndians who have
never had any number and who still live in the village; tltcy
have thc same privilèges as the other lndians on our reserve.

l cannot answer for the Algonquin rcservations but l havi-
never known of any real problem within the Algonquin
Council. In our village, lndian women married to non-status
men live on the reserve, there is no diffieulty.

M. W. Wilson: Merci, monsieur le président.
Le vice-président: Merci.

Sandra.

Mme lsaac: Merci, monsieur le président.

J’ai une question semblable à celle de Bill. D’après votre
témoignage, vous semblez étre d’accord avec la majorité qui
estime qu’il revient aux conseils de bande de déterminer qui
sont les membres. Je suis d’accord avec cela, mai aimerai»

savoir ce que vous pensez de la mesure qui consisterait a l’ain-
corriger les injustices passées du gouvernement en supprimant
les articles discriminatoires de la Loi sur les lndiens et en
reconnaissant ces personnes qui ont souffert a cause de cettr
loi, quitte à laisser les bandes déterminer les membres ensuite

25-54983

[Texte]
Could you comment on that, please‘?

M. Kistabish: Concernant la révision de tout lndian Act, on
travaille là-dessus à l’intérieur de notre programme sur le
même principe que la revendication territoriale. En même
temps, on fait la révision des changements â faire concernant
certains articles discriminatoires aussi. des Indiennes qui ont
perdu leur statut et ainsi de suite. Je disais ceci toul à l’heure,
ça reste à l’intérieur du conseil de bande.

Je vais peubêtre élaborer un peu plus en disant que le
conseil de bande donne peut-être la recommandation concer-
nant tous ces items-là, mais ça reste qu’a l’intérieur du conseil
de bande, il va y avoir une consultation sûrement avant qu’il
n’y ait changement de la part, notamment, des femmes
autochtones.

Ms lsaac: Okay.

Then, earlier, Mr. Gingras mentioned that it was until I960
that all services were delivered by the federal government.
Were they delivered by the provincial government? By the
federal government ——and then the provinces took over, in some
areas. Could you tell us whether it has improved to any degree;
or has it worsened since I960?

M. Fortin‘ La compétition s’est faite un peu entre les deux
gouvernentcnt, et à l’heure actuelle, elle se fait encore aussi.
Le fait que les Algonquins n’acceptent pas facilement l’inter-
vention de la province, ça s’est limité à des petits programmes,
mais qui sont quand même nombreux. D’un autre côté aussi,
cela a créé chez les fonctionnaires du fédéral de la région, une
espèce de crainte et ils sont peut-être devenus plus paternalis-
les, ils ont voulu protéger encore plus les lndiens contre des
interventions d’un autre gouvernement. un gouvernement
provincial.

° 1450

Ms lsaac: Okay, thank you. Thank you for your comments.

The Viee-Chairman: Thank you, Sandra. Are there any
furthcr questions‘?

Mr. Manly.
Mr. Manly: Just one. thank you, Mr. Chairman.

On page 3, where you were talking about the analytical
statement o!” the problem of selfigovernment, you say:

Governmcnt must help in solving territorial status of

rcserves for urbanization, and for trapping, hunting and

fishing . . .
l would like some clarification of thati By that. are you
xuggesting that the government should solve land claims in
such a way that you would have both urban rcserves and also
extensive reservcs for your traditional economy? ls that what
vou are getting at in that suggestion‘?

M. Fortin: Nous nous référons à la réserve résidentielle. si
mus voulez. Mais il y a également la réserve de chasse qui a
clé établie en I928 ou les ententes concernant les droits de
clizisse sur les réserves, qui ont été signées entre le ministre
l nubier, le ministre des Relations intergouvernementales et le
ministère des Affaires indiennes. Ces affaires ne sont pas

Autonomie politique des lndiens

29:37

lTraduc/ion]
Pourriez-vous répondre a cette question, s’il vous plaît?

Mr. Kistabish: Concerning thc revision of thc lndian Act,
we are tackling this in thc same way as land claims, We are
also reviewing the changes to be made to certain discrimina-
tory sections when looking at the situation of lndian women
who have Iost their status and so forth. As l said awhile ago,
this is dealt with by the band council.

l can elaborate a bit by saying that it may be tlie band
council which makes the recommandation on these items but
the fact rcmains that in thc band council there must surely be
consultation before any change takes place in the attitude of
native women in particular.

Mme lsaac: Très bien,

M. Gingras a dit tout à l’heure que tous les services étaient
fournis par le gouvernement fédéral jusqu’en 1960. Les
services étaient-ils offerts par le gouvernement provincial‘? Par
le gouvernement fédéral—c’est ensuite la province qui a pris la
relève dans certains secteurs. Pourriez-vous nous dire s’il y a eu
amélioration ou détérioration depuis 1960’!

Mr. Fortin: There was some competition between the two
governments and at the present lime this is still tlie case.
Because the Algonquins do not casily accept thc provinces
intervention, it has been limited to small programs but there
are good many of them. This also provoked a certain amount
of fear on the part of the federal public servants in the area
and they may have become more paternalistic, attempting to
protect lndians even more from the interventions of another
government, the provincial government.

Mme Isaac: Très bien, merci. Merci pour vos observations.

Le vice-président: Merci, Sandra, Est-ce qu’il y a d’autres
questions?

Monsieur Manly.

M. Manly: Merci, monsieur le président. Juste une question.

A la page 3, là où vous parliez de Fénoneé analytique du
problème de l’autonomie, vous dites:

Le gouvernement doit aider a résoudre les problèmes qui ont

trait au statut territorial des réserves quant à l’urbanisation,

et quant à la chasse, au piégeage et à la pêche. , .
J’aimerais des éclaircissements sur cela. Est-ce que vous voulez
dire que le gouvernement devrait résoudre les revendications
territoriales dc telle façon quc vous ayez non seulement des
réserves urbaines mais aussi des réserves considérables
consacrées à votre économie traditionnelle‘?

Mr. Fortin: We are refcrring to the residential reserve, if
you like. But there is also the game reserve which was set up in
I928 or thc agreements on reserve hunting rights whieh were
signed by thc Minister of lnter-government Relations, Mr.
Loubier, and the Department of lndian Affairs. These matters
have not been settled once and for all. And so the federal

29:38

[Text]

définitivement réglées. Donc. le fédéral doit absolument
intervenir auprès de la province pour régler cela. Dans le cas
de Winnaway. par exemple, les terrains ont été cédés aux pères
Oblats et loués â la bande de Winnaway, par la suite. selon un
bail de dix ans.

Ce territoire, qui était sous bail, a été divisé par la province,
afin d’en remettre une partie à un pourvoyeur, de telle sorte
qu’aujourd’hui, la bande de Winnaway n’a pas suffisamment
de terrain pour s’organiser convenablement. Elle manque
d’espace pour les habitations, les écoles. les cours de récréa-
tions, même si cette bande est située pratiquement en pleine
forêt!

ll s’agit donc de problèmes qui doivent être réglés entre la
province et le fédéral. C’est le fédéral, en fin de compte, qui a
cédé ces terrains à la province. Alors, il devrait leur être
possible, aujourd’hui, d’obtenir des réserves convenables. Ce
qui est frappant dans le territoire ici, c’est quc la colonisation a
débuté au cours des années 30. A cette époque, le gouverne-
ment remettait a chaque chef de famille ou à chacun de ses fils
majeurs, une terre de l00 acres: il y en avait une pour le père
et une pour chacun des fils. De plus, on leur remettait une
terre à bois pour le bois de construction et le bois de chauffage,
Pendant ce temps, la province et le fédéral convenaient de
donner 50 acres pour une réserve devant abriter 450 à 500
lndiens! Les Indiens ont trouvé cela très difficile à accepter,
car ce n’est pas un problème qu’ils ont créé. lls aimeraient bien
qu’il soit réglé par les deux intervenants, dest-à-dire la
province et le fédéral.

Mr. Manly: Has there been work done on that in the last
few years’? ls there any progress being made?

M. Fortin: Oui, des démarches ont été faites mais c’est très
lent. Nous ne participons pas à ces démarches, toutefois. On
est mis au courant de façon indirecte. Mais, ça n’avance pas
vite. Pour ce qui est des solutions, il en a eu une de proposée
dans le cas de Winnaway, mais à ce montent-là, les lndiens
devaient reconnaître la cession de leurs terres. Les Algonquins
de Winnaway n’étaient pas d’accord avec le gouvernement à
savoir qu’il prenne possession de leurs terres. Aujourd’hui, on
est très heureux qu’il nous en cède une partie pour établir une
réserve.

M. Kistabish: J’aimerais ajouter un commentaire aux
propos de M. Fortin. Le gouvernement provincial a fait
certaines réglementations concernant les petits villages indiens,
les lndian settlements. lls ont établi une sorte de règlements
qui transforment un lndian seulement en une réserve. Le
conseil de bande doit se conformer à certaines réglementations
s’il veut détenir le statut de réserve. ll forme même ailleurs
d’autres petites réserves sans jamais consulter les gens
concernés. Il y a un petit règlement qui dit que.., et je me suis
rendu compte de cela lorsque je l’ai lu l’autre jour… il dit,
donc, que pour qu’ils puissent former une réserve, il doit y
avoir tant de membres et tant de signataires. Ensuite, on peut
construitre une autre réserve, sans consultation aucune avec les
gens qui sont dans le milieu environnant.

Mr. Manly: So there is a process that is taking place very
slowly, but thc lndian people thcmselves are not involved in it,

lndian Self-Governmcnt

ZS-S-IOK t

[Translation]

government must get together with the province to settle ilu-.
In the Winnaway case, for example, the lands were granteil tu
the Oblate Fathers and then leased to the Winnaway nàllltl
under a IO-year lease.

The land covered by the lease was divided up by lllt
province, which assigned part of it to a contractor, witli Illl
result that the Winnaway Band today does not have cnotipli
land to get along properly. There is a shortage of space llll
housing, schools, recreational areas, even though the blllltl l’a
practically situaled in the middle ofa forest.

These are problcms which must be settled between tlu
province and the federal government. After all, it was tln-
federal government which ceded this territory to the provinci-
And it should be possible, today, to get suitable reserves. WlLIl
is stricking about this area is that eolonization began in lllt‘
1930s. At that time the government assigned a 100-acre lol to
each family head and to each of his adult sons; so there w;i-.
plenty for the father and for his sons. ln addition. they weu-
given a woodlot so they would have wood for building and
heating. During the same period, the province and thc fedcral
government agreed to provide 50 acres for a reserve which
would be home to 450 or 500 lndians! The lndians found u
hard to accept, because it is not a problem which they CYCülCll
They would like the problem to be resolved by the two parties
involved, in other words, the province and thc federal govern
ment.

M. Manly: S’est-on attaqué à ce problème ces dernières
années‘? Est-ce qu’il y a eu des progrès?

Mr. Fortin: Yes, there has been some action, but it is very
slow. We have not been participating, however, We were
informed of this indirectly. Things are not moving very
quickly. As far as solutions are concerned, a proposal Wzls
made in the Winnaway case, but the lndians would have hntl
to recognize that their lands had been ceded. The Winnaway
Algonquins did not agree that the government should talu-
possession of their lands. And today we are happy il‘ we an:
given just part to set up a reserve.

Mr. Kistabish: l would like to add to what Mr. Fortin has
said. The provincial government has issued certain régulations
on lndian settlements. They have established some sort of
regulations which change an lndian settlement into a reservc-
The band council must comply with certain regulations if they
wish to hold the status of reserve. And indecd other small
reservcs are being formed elsewhere without the people
concerned ever being consulted. There is a little regulations
and l became aware of it when I read it the other day-which
says that to set up a reserve there has to be so many members
and so many signatories. Then another reserve can be built anil
there is no need to consult the people in the surrounding area.

M. Manly: Alors, le processus se met lentement en train,
mais les lndiens eux-mêmes n’y participent pas, et vous n’aveI
pas d’informations directes au sujet des progrès.

25-5-1983

(‘fextej
and so you have no real first-hand information as to how it is
going.
Mr. Fortin: Exactly.

Mr. Manly: Thank you very much. Thank you, Mr.
Chairman.

The Vice-Chairman: Thank you very much.

Sccing there are no further questions then, l want to. on
behalf of the Committee, thank the witnesses this morning. Mr.
Kistabish and Mr. Fortin, very much for coming and present-
ing their briefs to us. You can tell by the amount of question-
ing that you have put forward a lot of ideas that are of
significance to the committee.

Beforc ‘adjourning, l would like everyone t0 stay in their
places. There has been a request for some pictures and l would
like to ask the witnesses if they have any closing statement to
make while that is taking place.

M. Kistabish: Je voudrais ajouter quelques mots au sujet de
notre présentation et ce sera à titre de conclusion.

Nous ne doutons pas de ce qui se fait à l’heure actuelle. J’ai
dit ceci l’autre jour: Nous ferons une présentation concernant
Tlndian (îovernmenl et j’espère qu’elle aura des conséquences
positives. Comme madame le disait, on vous recommande
fortement d’accepter nos propositions. S’il y a des changements
à apporter, on aimerait être consultés. Si des changements ou
des modifications doivent être apportés par l’un ou l’autre des
gouvernements, on souhaiterait être avisés. On serait prêts à
répondre à vos demandes ou a quoi que ce soit d’autre. Nous
espérons, lorsque vous parlerez au nom du Conseil algonquin,
que vos propos nous seront favorables.

De plus, j’aimerais dire, encore une fois, le plaisir que j’ai
éprouvé d’être ici avec vous. ll m’a fait plaisir de passer
l’après-midi en votre compagnie. Si vous revenez à Val d’or,
n’oublie7 pas que nos noms sont dans l’annuaire téléphonique,
ici à Val D’Or. Si vous visite7 un des villages du coin, avertis-
sez-nous et il nous fera plaisir de vous accompagner et de
rendre votre séjour agréable.

Je remercie tout le monde ici présent. Merci.
The Vice-Chairman: Thank you.

lf you could just keep your spots. Mr. Allmand is at the
back of thc room. lf he would join us, we would be happy to
allow some picturcs to be taken.

‘ I500

We want you in on this. The bus will leave shortly to take us
on a little tour of a reserve and the administration building,
after which we will then go directly t0 the airport to catch the
plane a1 around 4 o’clock for our next destination. Thank you.

Autonomie politique des lndiens

29:39

[Traduction]

M. Fortin: C’est exact.

M. Manly: Merci beaucoup. Merci, monsieur le président.

Le vice-président: Merci beaucoup.

Puisqu’il n’y a pas d’autres questions, j’aimerais remercier,
au nom du Comité, nos témoins MM. Kistabish et Fortin. qui
sont venus ce matin nous présenter leur mémoire. Le nombre
de questions posées par les membres du Comité devrait vous
indiquer l’importance que l’on accorde à vos idées.

Avant de lever la séance, j’aimerais demander à tout le
monde de rester assis. On veut prendre des photos et j’invite-
rais les témoins à faire quelques dernières observations entre
temps.

Mr. Kistabish: l would like t0 add a few words t0 our
presentation by way of conclusion.

We have no doubts about what is going on at the present
time. l said this the other day. We will make a presentation on
lndian Government and l hope there will be some positive
results. As the lady said, we strongly reeommend that you
accepteur proposais. lfchanges are to be made, we would like
t0 be consulted. lf one level of government or the other intends
to make changes, we would like to be informed. We would be
ready to answer your rcquests or be of service in any other
way. We hope that when you talk on behalf of the Algonquin
Band, what you have to say will be to our advantage.

l would also like t0 say, once again, how pleased l have been
to be here with you. lt has been a pleasure for me to spend the
afternoon with you. lf you come back to Val D’Or, do not
forget that our names are in the Val D’Or telephone directory.
lf you are visiting any of the nearby villages, let us know and
we would be delighted to go with you and help to make your
stay enjoyable.

l would like to thank everybody here. Thank you.
Le vice-président: Merci.

S’il vous plaît, restez à vos places. M. Allmand est au fond
de la salle. S’il veut se joindre à nous, nous serons très heureux
d’être photographiés.

Nous voulons que vous y figuriez. L’autobus quittera sous
peu pour nous faire faire le tour de la réserve, ainsi que de
l’immeuble d’administration. Nous nous rendrons ensuite

directement à l’aéroport, pour y prendre, vers 4 heures, l’avion
qui nous amènera a notre destination suivante. Je vous
remercie.

29:40

lndian Self-Government

25-5498 l

l Text]

[Translation]

Wednesday, May 25, I983
‘ 0920

The Vice-Chairman: lt sounds nice in this big auditorium to
rap the gavel: it echoes all through the room.

Good morning. Wclcome to the beginning of the hearings of
the Special Committee on lndian Self-Government, in a great
part of tlie country in which the Standing Contmittee on
lndian Affairs and Northern Dcvelopment has spent a great
deal of very successful time working. We were pleased to see
some of the results of the James Bay Treaty as we drove in
yesterday.

Before l begin, l want to just say a word to the special
Committee and staff. There is a no—smoking rule in this
auditorium, so please abide by it. You are welcome to do so
outside, if the need arises.

Today we have with us on the Committee the Hon. Warren
Allmand, member from this great province, from Notre-
Dame-de—Grace—-Lachine East, we have Mr. René Gingras,
who wclcomed us to his riding. lt is unbelievable how large it
is, the riding ofAbitibi. We also have Mr. Jim Manly, member
from British Columbia, Cowichan—Malahat—The Islands,
who says he is not going to present any petitions today: and
myself as member of Parliament from Wetaskiwin, Alberta.
We are pleased to have as well Ms Roberta Jamieson who is
representing the AFN on the Committee, Sandra lsaac from
the Native Womcn’s Association and Bill Wilson from the
Native Council.

l am pleased t0 welcome you before us today, Chief
Diamond. l will now call the meeting into ses. on and would be
pleased if you would introduce those that are with you, and
begin when you are ready.

Chief Billy Diamond (Grand Chief, Grand Council of thc
Crees: Chairman. Cree Regional Authority): Thank you, Mr.
Chairman.

We are most pleased to welcome the Special Committee on
lndian Self-Government to Chisasibi. Chisasibi, as you know,
is a brand new village and this cotnmunity was built as a result
of the courage taken by the community members of Chisasibi
to relocate from their old village five miles west of here.

The Grand Council of thc Crees of Quebee and the Cree
Regional Authority are the représentatives of the 8,000
beneficiaries of the Cree people of the James Bay and North-
ern Quebee Agreement.

We would like first of all to present our brief in several
parts. We know this is your first time in our territory and we
would like you to get familiar with our territory, so we thought
it would be wise on our part to present some community
profiles, and l will be calling upon each of the Cree chiefs or
community représentatives to deseribe to you, in brief. their
village which they represent.

Le mercredi 25 mai I983

Le vice-président: Le son du marteau résonne bien dans tlnt‘
grande salle comme celle-ci; l’écho résonne de partout.

Je vous souhaite une bonne journée et bienvenue aux
audiences du Comité spécial sur l’autonomie politique du.
lndiens qui commencent aujourd’hui dans une belle partie tllt
pays où le Comité permanent sur les affaires indiennes cl l(‘
Nord a travaillé très fructueusement pendant longtemps. Non.
avons été heureux, hier, de constater, sur la route qui itou.
amenait ici, certains des résultats de la Convention de la lïatr
James.

Avant d’entamer la séance, ” voudrais m’adresser plus
particulièrement au Comité spé al et au personnel. ll cxl
interdit de fumer dans cet auditorium et je vous prierais lll‘
respecter cette interdiction. Vous pouvez fumer dehors, si vous
le voulez.

M. Warren Allmand, député d’une localité de cette grlllltlt’
province, Notre»Dame-de-Grâce—Lachinc Est, siège ilvct
nous aujourd’hui, ainsi quc M. René Gingras qui nous .I
souhaité la bienvenue dans sa circonscription. Nous ivons (It-
vivement impressionnés par l’étendue de cette circonscription
d‘Abitibi. Nous avons également parmi nous M. Jim Manly.
député de la ColombieBritannique, de Cowichan—Malahat
The Islands, qui nous assure qu’il ne présentera pas de pétition
aujourd’hui; et moi-même. député de Wetaskiwin, en Alberla
Nous sommes également heureux d’avoir parmi nous M””
Roberta Jamieson. qui représente a ce Comité l’Assemblée des
premières nations, Sandra lsaac de l’Association des femmes
autochtones et Bill Wilson du Conseil national des autochtu
nes.

Chef Diamond, je suis heureux de vous voir parmi nous
aujourd’hui. .le vais maintenant déclarer la séance ouverte cl
vous prierais de bien vouloir présenter ceux qui sont avec Vutts
et de prendre ensuite la parole.

Le chef Billy Diamond (grand chef, Grand Conseil des (‘r’
président de I’Administration régionale crie): Je vous remercia.
monsieur le président.

Nous sommes heureux de souhaiter la bienvenue a Chisasilut
au Comité spécial sur l’autonomie politique des lndiens. Voir.
n’ignorez sans doute pas que Chisasibi est un village flambant
neuf, construit grâce au courage des membres de la commu
nauté de Chisasibi dont l’ancien village se trouve a l’ouest, f:
cinq milles d’ici.

Le Grand conseil des Cris du Québec et l’Adtninistratum
régionale crie sont les représentants des 8,000 bénéficiaires Crl‘.
de la Convention de la Baie James et du Nord québécois.

Nous voudrions tout d’abord vous présenter notre mémoria-
en plusieurs parties. Nous savons que c’est la première fois que
vous vous trouvez dans notre territoire et nous voudrions qllt‘
vous vous familiarisiez avec lui; aussi avons-nous jugé désiruhlt‘
de vous décrire sommairement certaines communautés et n-
vais demander â chacun des chefs cris ou des représentants dt-
communauté de vous décrire brièvement le village qu’t|-.
représentent.

25-54983

Autonomie politique des lndiens

29z4l

[Texte]

For Mistassi i it will bc llcnry Mianscttm; l’or Chisasibi it
will be Chief James Bobbish; for Rupert llousc it will be Chief
Henry Diamond; for Waswanipi it will be Allan Happyjack;
for Wemindji it will be Chief Walter Hughboy; for Great
Whale River it will be Robert Kanatewat and for Eastmain it
will be Chief Ted Moses. For Nemaska it will be Chief George
Wapachee, if he arrives in time; if not, we have John Jolly. l
understand Chief Wapachee is present.

The brief will bc divided into two parts for the Cree
Regional Authority and the Grand Council. My ‘ ciate,
Vicc-Chairmatn and Executive Chief Philip Awash h, will
present thc first part and l will go in for the kill.

We have as well, Mr. Chairman, certain expert witnesscs l
think will be useful for thc Committee to call upon; they are
our two members of legal counsel, maître Peter Hutchins, and
nzaîlre Bill Grodinsky, as well as our consultant that we use
from time to time in respect to the finaneing of the wholc
question of lndian self-government and local authority, and
that is Nortn Hawkins.

l understand as well that the Cree School Board, which is a
separnte entity by itself, will be presenting a brief and it will bc
presented by the Dircctor Gencral of the Cree School Board,
Allan llappyjack.

The Cree Regional Board of Healtlt and Social Services of
James Bay, which is also a scparate cntity. will be prcsenting a
health brief on the whole question of local control over health,
and that will be presented by Steven Bearskin. the Assistant
General Manager.

At this time, Mr. Chairman, l would like to bricfly say that
thcrc arc more than 8,000 Cree beneficiaries, of whieh 7,600
are résidents of what wc call category IA lands. Category lA
lands are under federal jurisdiction in The James Bay and
Northern Quebcc Agreement. There are eight Cree bands
within these category 1A lands as well as other groups spread
over thc large part of the Abitibi area, and when l say other
groups l refcr to what we call the Chibougamau Crees and thc
Sennetcrre Crees, as well as Crees living outside of the
boundaries of Quebec, particularly in the Moosonee and
Moose Factory area. These Crees use a large part of this
territory for the purposes of hunting, fishing and trapping. A
considérable portion of thc Cree population still depcnds upon
hunting. fishing and trapping as a livelihood, and approxi-
mately 4,000 of these Crees are beneficiaries of the lncome
Security Program cstablished under The James Bay and
Northern Quebcc Agrecment.

The eight Croc communities contemplated by The James
Bay and Northern Quebee Agreement are situated in Great
Whale River, which is the community furthest north of us,
Chisasibi. which is this community, and to thc south
Wemindji, ‘ ‘tmain. Rupert House. We also have three
eommuniti ‘which are inland of the James Bay coast and they

are Nemaska, Waswanipi and Mistassini. A map showing thc
approximate location of these communitie is attachcd to the
brief, in schcdttle Il, and now l will ask each of the community
chiefs and community members to describe briefly their

[ Tratlttclizm]

Mistassini est représenté par Henry Mianscum; Chisasibi,
par le chef James Bobbish; Rupert House, par le chef Henry
Diamond; Waswanipi, par Allan Happyjack; Wemindji, par le
chef Walter Hughboy; Great Whale River, par Robert
Kanatewat et Eastmain, par le chef Ted Moses. Nemaska sera
représenté par le chef George Wapachee, s’il arrive a temps et,
sinon, ce sera John Jolly. On me fait savoir que le chef
Wapachee est présent.

Le méritoire sera divisé en deux parties, l’une pour l’Admi-
nistration régionale crie, l’autre pour le Grand conseil. Mon
associé. le vice-président et chef Philip Awashish, présentera la
première partie et je me chargerai du dénouement.

Nous avons également fait venir certains témoins, monsieur
le président, qui sont des spécialistes auxquels le Comité jugera
peut-étre utile de poser des questions; ce sont deux jurisconsul-
tes, maître Peter Hutchins et maître Bill Grodinsky, et nous
avons également amené Nortn Hawkins, le consultant auquel
nous faisons appel de temps en temps pour les questions
relatives au financement de l’autonomie politique des lndiens
et des relations avec les autorités locales.

On m’a également fait savoir que Ic Conseil scolaire cri, qui
constitue une entité a part, présentera un mémoire par le

truchement de Allan Happyjack, directeur général de la
Commission scolaire crie.

Le Conseil cri de l‘ santé ct des servie“ sociaux de l.t Baie
James, qui constitue également une entit a part, présentera un
mémoire sur l’ensemble des problèmes sanitaires de l’endroit,
et c’est M. Steven Bearskin, adjoint au directeur général, qui
se chargera de le présenter.

En guise d’introduction, monsieur le président, je voudrais
vous signaler qu’il y a plus de 8,000 bénéficiaires eris. dont
7,600 sont résidents de ce que nous appelons des terres de la
catégorie 1A. Aux termes de la Convention de la Baie James et
du Nord québécois, les terres de la catégorie IA sont sous
juridiction fédérale. Huit bandes cries vivent sur lcs terres de
la catégorie IA, ainsi que d’autres groupes d’ ‘mines autour
de la région d’Abitibi et, quand je parle dautres groupes.
j’entends ce que nous appelons les Cris Chibougamau et les
Cris Senneterre, ainsi que les Cris qui vivent hors des frontiè-
res du Québec, en particulier dans les régions de Moosonee et
de Moose Factory. Ces Cris utilisent une grande partie de ce
territoire pour la chasse, la péche et le piégeage. Une propor-
tion considérable de la population crie dépend encore de la
chasse, de la péche et du piégeage pour sa subsistance et
environ 4.000 Cris bénéficient des prestations du Programme
dc sécurité du revenu, établi eonfortnément à la Convention de
la Baie James et du Nord québécois.

Les huit communautés cries auxquelles s’applique ladite
convention sont établies à Great Whale River… c’est la
communauté la plus au nord de nous, ici, a Chisasibi et au sud
a Wemindji, Eastmain et Rupert House. Nous avons égale-
ment trois communautés en retrait de la côte de la Baie Jantes,
ce sont Nemaska, Waswanipi et Mistassini. Vous trouverez a
l’Annexc ll une carte qui vous indique les emplacements
approximatifs de ces communautés. Je vais maintenant donner
la parole a chacun des chefs et membres de communauté ici
présents, en leur demandant de décrire brièvement leur

29:42

lndian Self-Government

25-54981

[Taxi]

community. First from Mistassini, Henry Mianscum, who is
the Director General of the Cree Regional Authority and also
the former Chief of Mistassini. Henry Mianscum.

Mr. Henry Mianscum (Director General, Cree Regional
Authority): Mistassini has the largest Cree population of all
the eight Cree communities. There are 2,200 beneficiaries of
Mistassini, and 2,000 of these beneficiarics reside in the
community of Mistassini.

The community members have an average per family
incomc 0l 58,305 as in 1981-1982. This is primarily because 0f
the lncome Security Program. Thc location of Mistassini is
approximately 100 kilometres north of Chibougamau and is
accessible by gravcl road which was constructed in 1969, 1
think.

° 0930

Under the agreement, the Cree of Mistassini have approxi-
mately 533 square miles of category 1 lands set aside for them,
including approximately 330 square miles of category 1A
lands for the band. The Cree of Mistassini have approximately
6,896 square miles of category 2 lands. All the land areas
rcfcrred to in thc sehedule are approximatc because the
transfer has not been finalized and wc cannot really determine
as to the exact area ofthe lands of which we are speaking.

Most of the band members are very active in hunting.
fishing and trapping. ln the lncome Security Program, a large
portion of the beneficiary units corne from Mistassini. The
Mistassini trap lines extend all thc way to north of thc 55th
parallel. lt is around the Caniapiseau area. lt is over 300 miles
from Mistassini. There are approximately 273 houses in the
community, although approximately 205 of these houses
require major rénovations. These are principally the old log
houses built under the direction and supervision of the
Department of lndian Affairs and Northern Dcvelopment.
These houses, during the time of their construction, did not
have any facilities whatsoeven. lt was a building and that was
Il.

ln addition, there is an immédiate housing shortage of 94
units. There is a water and sewage system in Mistassini, but
part of the pipe system has to be replaced. Again, primarily,
this was under the supervision of the Department of lndian
Affairs and Northern Development. During their administra-
tion, they just laid the pipes—not aceording t0 the spécifie
standards. A lot of this system has to be dug up again and the
pipes replaced and properly buried,

There are two administrative buildings in the community: a
school and a nursing station. There is a new clinic we are
presently planning to be constructed. Again this is entirely up
t0 Treasury Board approval. There is a police station. lt has
four police officers employed. There is a fire hall and that is it,
basically. There is no system in service. Again, it is because of
lack of funds to provide for the service. There are two commer-
cial stores. One is the Hudson’s Bay and another one is a
private grocery store. There arc no recreational facilities
exccpt for a school gymnasium. With a population of 2,200,

[Translation]

communauté. Tout d’abord, Henry Mianscum, de Mistassini.
directeur général de l’Administration régionale crie et ancien
chef de Mistassini. Henry Mianscum.

M. Henry Mianseum (directeur général de I’Admi istratinn
régionale crie): De toutes les huit communautés cries, c’est
Mistassini qui compte la population crie la plus nombreuse. ll
y a 2,200 prestataires à Mistassini et 2,000 de ceux-ci résident
dans la communauté même.

En 1981-1982, les membres de la communauté avaient un
revenu familial moyen de 8,305 dollars qui provenait. pour
l’essentiel, du Programme de sécurité du revenu. Mistassini se
trouve à une centaine de kilomètres au nord de Chibougamau;
on y accède par une route de gravier construite, je crois. en
1969.

En vertu de l’entente, les Cris du Mistassini disposent
d’environ 533 milles carrés de terres de catégorie 1, y compris
330 milles carrés environ de terres de catégories 1A pour la
bande, et de 6.896 milles carrés environ de terres de catégorie
2. La superficie des terres mentionnées au tableau est donnée
en termes approximatif parce que les modalités du transfert
n’ont pas encore été finalisées que nous ne savons pas de
quelles terres au juste il est question.

La plupart des membres de la bande font de la chasse, de la
péche et du piégeage. Une grande part des bénéficiaires du
programme de la sécurité du revenu viennent du Mistassini.
Les réseaux du piégeage du Mistassini s’étendent jusqu’au
nord du 551m‘ parallèle, qui se trouve de la Caniapisc, a plus de
300 milles de Mistassini. La collectivité compte environ 273
maisons, bien qu’environ 205 d’entre elles nécessitent des
réparations majeures, essentiellement de vieilles maisons en
rondins construites sous la direction et la surveillance du
ministère des Affaires indiennes et du Nord canadien. Ces
maisons, durant leur construction, n’étaient ni chauffées, ni
éclairées, pas plus qu’on n’y avait l’eau courante. C’était un
bâtiment. un point c’est tout.

Nous avons également besoin dans l’immédiat, d’environ 94
logements. 1| y a un système d’aqueduc et un réseau d’égouts à
Mistassini, mais les canalisations doivent être en partie
remplacées. Encore une fois, ces travaux ont été exécutés
essentiellement sous la surveillance du ministère des Affaires
indiennes et du Nord canadien, qui a tout simplement installé
les canalisations, sans respecter de normes précises. La plupart
des canalisations doivent être déterrées. remplacées et enfouies
a nouveau sous terre.

ll existe deux édifices administratifs dans la collectivité: une
école et une infirmière. Nous prévoyons de construire bientôt
une nouvelle clinique mais le projet devra être approuvé par le
Conseil du trésor. 1l y a également un poste de police, qui
emploie quatre agents de police, et une caserne de pompiers.
Voilà en gros ce qu’il y a dans la collectivité. ll n’y a pas de
systèmes, encore une fois d’un manque de fonds, Il y a deux
magasins, le magasin de la Baie d’Hudson ct une épicerie
appartenant à un particulier. 1l n’y a pas d’installations
récréatives sauf un gymnase. La collectivité, qui compte 2,200
habitants, ne possède pratiquement aucun service de loisirs.

25-5-1983

Autonomie politique des lndiens

29:43

[Texte]

there is virtually nothing the community has by way of
reereation.

Thank you.

Chief Billy Diamond: Thank you, Henry. Now l would like
to call upon the chief from Chisasibi, Chief .lamcs Bobbish, to
describe his community.

Maybe we can ask the ehief from Rupert House, Henry
Diamond, to continue.

Chief Henry Diamond (Rupert House Baud): Gentlemen;
Rupert House is situated on the southernmost point of James
Bay. 1 think it is one of the oldest Hudson Bay posts in Quebee
or in the James Bay area. The population there is around 1,200
in the summer months of the year. As far as work is concerned
around Rupert House, it is getting to be like the southern areas
of the country. 1 do not think we will be having any more
employment for a few years.

Rupert House is building a new school this year. The people
are very grateful for this building. The students will be able to
go to school in their own communities. Before, the students
would go far away from their communities to Moosonee and
Fort George and other areas. There is a small nursing station
in Rupert, which 1 think will be renovated to accommodate
more patients.

The only way you can go to Rupert House is by air. The
nearest highway is the Matagami road whieh is about 110
kilometres away. lt is very expensive for the people to get
things they want, like food. lt has to be ehartered in everytime
we have our groceries. Of course, the only store is the Hudson
Bay store and 1 do not think you people would want to buy
your groceries from there.

We have a water and sewage system which was just rccently
put in service one year ago. 1 think we will have some problems
there in the future. That is about all for now. l think l have
some other things we have to talk about.

We have some members, like Bill mentioned before, who are
out of the territory, in the Ontario region, who need some help.
Just recently, there was some problem which I do not think l
will go into right now. Thank you.

Chief Billy Diamond: Thank you. Just as a point of informa-
tion to the members of the Committee, Mr. Chairman, we will
all be coming back for any direct questions after the presenta-
tion of the brief. 1 would like to call upon Allan Happyjack
from Waswanipi to give the profile for Waswanipi.

Mr. Allan Happyjack (Waswanipi): Mr. Chairman,
members of the Special Subeommittee on lndian Self-
government, guests, ladies and gentlemen, 1 take this opportu-
nity to represent the community of Waswanipi to address the
aspects that involve the activities, the concerns and the
facilities presently within Waswanipi. 1 am very pleased to be
able to give this address on behalf of the people of Waswanipi.

[Traduction]

Merci.

Le chef Billy Diamond: Merci, Henri. Je demanderais
maintenant au chef James Bobbish de Chisasibi, de nous
parler de sa collectivité.

Nous pourrions peut-étre demander au chef Henry Diamond
de Rupert House, de continuer son exposé.

Le chef Henry Diamond (Bande de Rupert House):
Messieurs, Rupert House est située à l’extrême sud de la Baie
James. Je crois qu’il s’agit d’un des plus vieux postes de la Baie
d’Hudson au Québec ou dans la région de la Baie James. On y
compte environ 1,200 habitants pendant les mois d’été. En ce
qui concerne les emplois disponibles près de Rupert House, la
situation commence a ressembler à celle que connaissent lcs
régions du sud du pays. Je ne crois pas quc nous aurons de
nouveaux emplois avant un certain nombre d’années.

Une nouvelle école sera construite â Rupert House cette
année. Les gens en sont très rcconnaisants car les élèves
pourront fréquenter une école de leur propre collectivité.
Avant ils étaient obligés de se rendre à Moosonee et à Fort
George entre autres. ll y a également une petite infimerie à
Rupert, qui sera rénovée pour accueillir un plus grand nombre
de patients.

La seule façon de se rendre à Rupert House, c’est par avion.
L’autoroute la plus proche, la Matagami, est située à 110
kilomètres environ de Rupert House. Il en coûte donc cher aux
gens d’acheter ce dont ils ont besoin, comme des denrées. 1l
faut affréter un avion chaque fois que l’on veut faire venir de
la nourriture. Evidemment, le magasin de la baie d’Hudson est
le seul commerce qui existe ‘et je ne crois pas que vos voudric7.
acheter votre nourriture chez eux.

Nous disposons d’un système d’aqueduc et d’un réseau
d’égouts installés il y a un an. Je crois d’ailleurs que ces
systèmes nous causeront des problèmes. C’est tout ce que j’ai à
dire sur ce sujet. Je crois qu’il y a d’autres points dont nous
devons discuter.

Certains de nos membres, comme Bill l’a mentionné plus tôt,
qui se trouvent à l’extérieur du territoire, dans la région de
l’Ontario, ont besoin d’aide. lls ont eu des problèmes récem-
ment mais je ne crois pas que je vous en parlerai maintenant.
Merci beaucoup.

Le chef Billy Diamond: Merci. Je voudrais tout simplement
communiquer un renseignement aux membres du Comité,
monsieur le président. Nous répondrons à toutes vos questions
une fois l’exposé terminé. Je voudrais demander â Allan
Happyjack, de Waswanipi, de nous parler de sa collectivité.

M. Allan Happyjack (Waswanipi): Monsieur le président,
membres du Sous-comité spécial sur l’autonomie politique des
lndiens, chers invités, mesdames et messieurs, je saisis cette
occasion pour représenter la collectivité de Waswanipi et pour
vous parler des activités, des préoccupations et des installations
de Waswanipi. Je suis fort heureux de témoigner devant vous
au nom de la population de Waswanipi.

29:44

lndian Self-Government

25—5—l‘llit

[Text]

Therc are approximately 900 members in the community 0l
Waswanipi of which approximately 800 are résident on
category 1A lands or in thc immédiate surrounding areas.
There are approximately 231 square miles of category 1 lands
for the Waswanipi Crees, including approximately 141 square
miles of category 1A lands for the band. There are 2,949
square miles of category 2 lands l’or the Crees of Waswanipi.

° 0940

1 take this particular occasion to express that the develop-
ment ol Waswanipi in terms 0T the land that has been
allocated l’or specilic purposes has undergone various stages.
More particularly, the progress that has been made within the
confines or the descriptions ol the master community plan has
respected thc various needs or activities that have been set for
the community ol Waswanipi.

The community is accessible by road and is situated between
Desmaraisville and Chapais, along Route 113, which is
basically the main highway between the point 0l Senneterre
and Chibougamau. This road also serves the purpose 0l
providing links to various other towns and cities within the
territory. This particular road as well serves to provide services
in transportation l’or goods, services and materials that are
being delivered t0 the community ol Waswanipi l’or purposes
of development and construction ol the various facilities.

The Waswanipi Reserve is a new reserve selected by the
members of the Waswanipi Band, who were scattered in
several places prior to the signing 0l The James Bay and
Northern Quebee Agreement. lt is thus a new community.

The old reserve was under the threat of being flooded as a
result ol the proposed hydroeleetrie project which was under
eonsideration. As a result, the people of Waswanipi had made
various efforts to be able t0 relocate lo various places where
there are areas for employment, or where they lelt they would
be able to provide some means 0l living and accommodation
for their familles and children.

The relocation itself involved various places along the
highways, anywhere from the points ol Matagami to
Chibougamau, where basically the areas involved were
concentrated on the employment aspect. As a result, as well
because of the hydroelectric project, the people ol Waswanipi
came back, reunited, and thus the new site, the new reserve,
was as a result ol’ the ClCCÎSÎDHS made by the people of Was-
wanipi.

Approximately 83 new houses have been built since 1976,
and approximately 57 additional houses are required immedi-
ately. The actual construction ol the housing program involved
various stages, but in some cases the difficulty arose from the
fact that there were certain difficulties in providing the
necessary funding to implement the program in terms of the
actual plan that has been dcvelopcd for that community. We
as well recognize that there will be future development in
housing, and within that development various related facilities
or services will be made to that system. There is a water and
sewage system, but there arc no recreational community
facilities.

[Translation]

La collectivité de Waswanipi compte environ 900 habitant.
à peu près 800 d’entre eux habitent des terres de catégorie 1 \
ou les régions aVoisinantes immédiates. Les Cris de W:t\\\.t
nipi possèdent environ 231 milles carrés de terres de catégoii.
l, y compris 141 milles carrés environ de terres de calégÜllt
1A pour les membres de la bande. Les Cris disposent égalr
ment d’environ 2,949 milles carrés de terres de catégorie 2.

Je profite de l’occasion pour vous dire que le développement
de Waswanipi, en ce qui concerne les terrains affecté» fi «le.
fins précises s’est déroulé en plusieurs étapes. En particulier
les progrès réalisés dans le cadre du plan d’urbanisme principal
ont respecté les besoins ou activités variées qui avaient été fixe.
pour la collectivité de Waswanipi.

La localité est accessible par route. Elle est située Clllll‘
Desmaraisville et Chapais, le long de la route 113, qui eut
essentiellement la principale route entre Senneterre et
Chibougamau. Cette route relie également Waswanipi a
diverses autres cités et villes du territoire. Elle permet auxt le
transport des biens, des services et du matériel desti .
Waswanipi pour la conception et l’aménagement des diverseu
installations.

La réserve de Waswanipi est une nouvelle réserve choisie p.n
les membres de la bande de Waswanipi qui étaient disperse‘.
avant la signature de la Convention de la baie James et du
Nord québécois. ll s’agit donc d’une nouvelle localité.

L’ancienne réserve était menacée d’inondation en raison du
projet hydroélectrique qui était en cours d’étude. Par cotisé
quent, les Waswanipis ont fait diverses démarches afin d’étu-
autorisés à se réinstaller dans des endroits où il y avait de.
possibilités d’emploi, ou dans des endroits où ils estimaient
qu’ils pourraient assurer le logement et la subsistance de Iem
famille.

On a envisagé divers endroits le long des grandes routes, (le
Matagami à Chibougamau, en mettant l’accent surtout sur le.
possibilités d’emploi. Par la suite. et aussi a cause des projet.
hydroélectriques, les Waswanipis se sont regroupés et ils ont
eux-mêmes choisi 1e nouvel emplacement ou la nouvellr
réserve.

Environ 83 maisons ont été construites depuis 1976 et
approximativement 57 maisons additionnelles sont nécessaires
dans l’immédiat. Les activités de la construction ayant trait au
programme de logement se sont déroulées en plusieurs étapes.
mais les difficultés éprouvées pour obtenir les fonds devant
permettre de réaliser le programme en fonction du plan prévu
pour cette collectivité a causé certains problèmes. Nous l’ltlll’-
rendons compte aussi que le programme de logement V.1
connaître d’autres développements. et notamment. que dlVCTMW
installations ou services seront ajoutés au système. ll existe
déjà un système d’aqueduc et d’égout, mais il n’y a pan
d’installations récréatives communautaires.

25-54983

Autonomie politique des lndiens

29:45

[Texte]

Since the development of the housing and the various other
facilities within that community, certain difficulties were
experienced with adéquate services and the appropriate
funding that would be directed to the opération and mainte
nance of such a system. Other plans are on the drawing board
which are subject to further submissions to the federal
Treasury Board, and hopefully negotiations will be undertaken
to be able to construct such a system for the present and future
facilities for the community of Waswanipi. We also recognize
that serious negotiations will need to be undcrtaken by the
Waswanipi Band Council in collaboration and with thc
assistance of the Grand Council of the Crees of Quebee and
the Cree Regional Authority.

Thc school is dispersed through a number of buildings, and
there is a new nursing station. There is no lire hall; there is no
garage; there are no maintenance facilities and no proper band
or administrative buildings.

Since the community of Waswanipi is in its early stages of
development, and since it is also a new reserve itself, there will
be certain deficiencies that will be carried through as a result,
perhaps, through laek of funding to be able to carry out those
zictivities or projects that are being planned for that commu-
nity. About the actual school facilities or buildings that are
presently there, they are in such an arrangement that it has
cost the band and the other Cree entities to be able properly to
maintain the educational environment for the children in those
buildings. We respect that the community will undergo various
stages of development. However, certain arrangements will
need to be made with the federal government and the various
departments involved to be able adequately to negotiate the
proper funding that will be necessary to undertake such
projects.

On behalf of the people of Waswanipi and the band council,
l wish to express my appréciation for being able to present this
brief on the community of Waswanipi. 1 thank you very much.

Chief Billy Diamond: Mr. Chairman, the chief from
Chisasibi has arrived, so l will ask Chief James Bobbish to
present the profile for his community of Chisasibi.

Chief James Bobhish (Chisasibi): l do not know exactly
what the proper address is, but l would like to welcome
everybody here who is in any official capacity to listen to what
we have to say; and also the people sitting around doing all the
other extra work.

“Chisasibi” to us as a written word has only been existed for
the last two or two and a half years. Prior to this we had a
community called Fort George, which was situated at the
mouth of the river and which was basically an island about
four miles long and one mile wide, depending on where you
stood.

The community of Chisasibi, since it has moved, and indecd
prior, when it was still Fort George, happened to be one of the
key communities as far as the James Bay coast was concerned;
l can even say as far as the Hudson Bay coast was concerned.
lt seemed to be the focal point for transportation facilities both
by air and by water. At this time about 2,330 people reside in

[Traduction]

Depuis le lancement du programme de construction de
logements et de diverses autres installations dans la collecti-
vité, il y a eu certaines difficultés en ce qui concerne les
services requis et le financement nécessaire au fonctionnement
et à l’entretien d’un tel système. D’autres plans sont encore en
cours d’élaboration et feront l’objet de nouvelles présentations
au Conseil du Trésor. On espère que des négociations auront
lieu pour permettre l’aménagement d’un tel système visant les
installations actuelles et futures de la collectivité de Waswa-
nipi. Nous nous rendons également compte que le conseil de
bande de la réserve de Waswanipi devra entreprendre de
sérieuses négociations avec le Grand conseil des Cris du
Québec et l’Administration régionale crie et pouvoir compter
sur leur aide.

L’école est répartie entre un certain nombre d’immeubles, et
il y a une infirmerie. ll n’y a pas de poste d’incendie; il n’y a
pas de garage; il n’y a pas d’installation d’entretien et il n’y a
pas d’immeuble administratif adéquat pour la bande.

Comme la collectiVité de Waswanipi en est aux premières
étapes de son développement et qu’il s’agit également d’une
nouvelle réserve, il y aura certaines lacunes qui résulteront
peut-étre d’un manque de financement et qui empècheront la
réalisation des activités ou des projets prévus. lin ce qui
concerne les installations ou bâtiments scolaires actuels, ils
sont disposés de telle façon qu’il est coûteux pour la bande et
les autres entités Cries d’y entretenir un milieu scolaire
adéquat pour les enfants. Nous savons que la collectivité
passera par plusieurs étapes de développement. Néanmoins, il
faudra s’entendre avec le gouvernement fédéral et les divers
ministères intéressés pour pouvoir négocier adéquatement le
financement qui sera nécessaire à la réalisation de ce projet.

Au nom des Waswanipis et du conseil de bande, je tiens a
vous remercier de la possibilité qui m’a été offerte de présenter
ce mémoire sur la collectivité de Waswanipi.

Le chef Billy Diamond: Monsieur le président, le chef de
Chisasibi est arrivé. .le demanderais donc au chef James
Bobbish de décrire sa collectivité.

Le chef James Bobbish (Chisasi Je ne connais pas
exactement la procédure appropriée, mais je tiens â souhaiter
la bienvenue à tous ceux qui sont ici présents à titre officiel
pour écouter ce que nous avons à dire. ainsi qu’aux autres

personnes qui se chargent de diverses tâches.

Sous sa forme écrite, «Chisasibi» n’existe pour nous que
depuis deux ans ou deux ans et demi. Avant cela. nous
habitions une localité appelée Fort George, située à l’embou-
chure de la rivière, et qui était essentiellement une île d’environ
quatre milles de long sur un millc de large, selon l’endroit d’où
l’on se place.

La collectivité de Chisasibi, depuis qu’elle a été déplacée, et
même avant, quand elle s’appelait encore Fort George, était
l’une des principales collectivités de côte de la Baie James. Je
pourrais même dire de la côte de la Baie d’Hudson. Elle est un
important point de convergence des installations de transport
aérien et maritime. Actuellement, environ 2,330 personnes

29:46

lndian Self-Government

25-5» l 9s t

[Text]

Chisasibi, out of which 90% are status Cree persons, The other
10% consist of about 35 to 40 lnuit people, and the rest are
non-status and we have close to 250 non-native people who are
hired from the south because we do not have the technical and
administrative expertise at this time to replace those people.

Also, as l was Saying, it seems to be a centre for a lot of
aetivity within this particular region. The community ol‘
Chisasibi, or before, Fort George, had initiated developing a
high school. From that point the other communities, ncigh»
bouring communities on the James Bay coast, saw fit to send
their students here to go to school. So as a result of having
quite a large population of people under 18 years of age, this
number was augmented by other students coming in from the
other Cree communities,

° 0950

About two summers ago, two and a half years ago, when thc
community of Chisasibi was established, we had approxi«
mately 150 students who carne in from the other Cree
communities because facilities in their own communities were
not developed yet. Today we have 75 to 80 people, mostly
secondary school students, who come to school here from the
other Cree communities.

1 am sure a lot of you have been reading that when we were
talking about self-government and the Cree communities we
were talking about outlying areas. For instance, the commu-
nity of Chisasibi has approximately 505 square miles of
category 1 lands and 312 square miles 01′ eategory 1A lands,
and eategory 2 consists of about 6,300 square miles.

Just the act of trying to get Chisasibi together was very big.
1 was not directly involved in that so 1 cannot give you any
details, but there were quite a few people involved, including
local and technical people, to build lhe community of
Chisasibi, which was in excess of S50 million, out of whieh the
James Bay Energy Corporation covered the major part of the
eost, about S40 million.

The federal government from a previous commitment had
donated over S10 million. This was more or less for the water
and sewage system.

All thcse moneys were transferred over because of certain
changes that were envisaged that were demanded by the
Energy Corporation and Hydro-Québec. So the deal was made
through these means.

So as far as the new community was concerned, the
construction phase included about 94 new houses and reloca-
tion and rénovation of existing lndian Affairs houses that had
already been there. There were about 216 of those.

The water and sewage systems for the entire community
were something ncw to us. ln Fort George there was a water
and sewage system, but only for the major buildings, which
were the school and the hospital and the résidences of the

[Translation]

vivent à Chisasibi, dont 90 p. 100 sont des lndiens lnSCFIl‘.
appartenant au peuple Cri. Les I0 p. 100 restants sont
constitués d’environ 35 à 40 lnuit et d’indiens non inscrits. I)t-
plus, près de 250 personnes non autochtones y vivent. Elles ont
été embauchées dans le sud parce que nous ne possédons pas
encore les compétences techniques et administratives pour les
remplacer.

De plus. comme je le disais, Chisasibi semble étre un centre
d’activité important dans cette région. La collectivité ill‘
Chisasibi, ou avant, Fort George, a été la première a se dotct
d’une école secondaire. Depuis lors, les autres collectivité»
voisines de la côte de la Baie James y envoient leurs élèves
Donc, le fait d’avoir une population importante de gens âgés tlt‘
moins de 18 ans, fit que ce chiffre fut augmenté par (Poutres
étudiants provenant d’autres collectivités crics,

l| y a environ deux étés, il y a deux ans et demi, lorsque quc‘
fut créée la communauté de Chisasibi, nous avions environ 154)
étudiants d’autres villages cris parce que les installations dans
leurs collectivités n’étaient pas encore développées
Aujourd’hui nous avons de 75 à 80 personnes, la plupart sont
des élèves du secondaire, provenant d’autres villages erts et qui
fréquentent nos écoles.

Je suis convaincu que beaucoup d’entre vous ont lu quc
lorsque nous parlions d’autonomie politique et des communau
tés cries, nous parlions des régions périphériques. Pur exemple,
la collectivité de Chisasibi s’étend sur environ 505 milles Carrés
de terre de catégorie 1 et sur 312 milles carrés de terre (le
catégorie 1A, et les tcrres de catégorie 2 représentent environ
6,300 milles carrés.

Le simple fait d’essayer de regrouper cela fut une entreprise
énorme à laquelle je n’ai pas participé directement, donc je m-
peux pas vous donner de détails, mais beaucoup de personnes y
ont participé, dont les habitants locaux et les techniciens, pout
bâtir la collectivité de Chisasibi, ce qui a coûté plus de 5l)
millions de dollars, dont la plus grande partie, soit 40 millions
de dollars, fut fournie par la Société d’énergie de la Bain
James.

Le gouvernement fédéral a donné plus de l0 millions lit‘
dollars en vertu d’un engagement précédent. C’était plus ou
moins pour l’installation des réseaux d’eau et d’égouts.

Tous ces fonds furent transférés à cause de certains change
ments envisagés à la demande de la Société d’énergie ct
d’Hydro-Québec. C’est donc par ces moyens que l’affaire fttt
conclue.

Donc, pour ce qui est de la nouvelle localité, la phase dt‘
construction comprenait environ 94 nouvelles maisons et In
réimplantation et la rénovation des maisons existantes des
Affaires indiennes. 1| y en avait environ 216.

Les réseaux d’eau ct d’égouts pour toute la localité étaient
une nouveauté pour nous. A Fort George. il y avait un résenu
d’eau et d’égouts, mais desservant uniquement les principain
bâtiments dont l’école. l’hôpital et les résidences du personnel

15-5-1983

Autonomie politique des lndiens

29:47

[Yttïle]
.l\l1l1l11lSl.|’21llV€ staff and nursing and tcaching personnel hircd
from the south.

Thc school in which we arc sitting right now includes the
kindergarten class, elementary and a high school. A new
ltospital had to be built here because the construction of the
other one was impossible to move, and ztnyway the de ign was
not n11 that great. There arc approximatcly 32,000 square feel
of ltospital here.

A ncw commercial centre we have had as an expcrieticc in
lort George a community that is not planned prcviously‘. lt
started out as a depot for fur trading activities between tlie
Northwest Company, thc Révérend Frères and thc Hudson’s
llny Cotnpany. It boilctl down to tlie fact that thc Hudson’s
Il.t_v Company is now thc holding force as far as any commer-
ctnl activities here arc concerned.

As 1 was saying, thc development of the community was not
toreseen and not planned in Fort George; so if a store was
ncctlcd, it sprang up over here, and if a school was needcd, it
xptang up ovcr here. You had various buildings that sprang up
.|llUVC1″l.l’lC place without any particular town plan involved.

So wc have a commercial centre which consists ol about
HD1100 square fect. We have mttttagcd to put 90% of the
unntnereial ztctivity in the community of Chisasibi into this
luttltling, as well as office spaccs and things to that effect. This
1H21 new idea for us and we would like to sec how it works out.
lltcre are still a few odds and ends to be worked out on that.

As well as that, another major building in thc community is
tlie ice arcna, which we have acquired from Hydro-Québec or
I-ttergy Corporation as a free gift which cost us 51.5 million to
«ltag ovcr here. To us, this building was very essential in a way
IIVCÂIUSC when the rclocation corporation did their thing on
ltniltling the community priorities had to be plaecd on what
\\.l\ going to be built first. As everyone knows, thc priority
ll\”il”y when you build a community is thc new housing and
lllt‘ other supporting infrastructures that you necd, like the
Itospitttl and the school and the stores. Anyway, wc had
iontntitments with the store owncrs that they would get the
upnvnlent amount of space and all that. So these were the
priority. Likc all things. tnoney ran short. Ottc of thc things
|lI.ll run out, 1 guess, was money to bttild recreation facilities.

Wc have found since we have had this arcna that wc have
tlll tlown on a lot of, I gues vandalism related to students not
t. ntng enough things to do during the evening and stuff like
tlt.tl

\\ \vc|l as tlie stores and the office spaccs in the commercial
n ttlIc,y0u11lS0l1:\VC1l motel. where you people are staying.

\-. well as thc new houses and the renovated houses that
s. It‘ hrought ovcr hcrc there arc some résidences that were
I-tttll l’or the school and medicatl personnel. As I w ‘ tying,

«n. It‘ nrc a little over 250 of those people, so that is about 50
un. turcs altogcther.

[Traduclion]
administratif, des infirmières et des enseignants provenant du
sud.

L’école où nous nous trouvons en ce moment comprend la
maternelle, l’élémentaire et le secondaire. Un nouvel hôpital
devra être construit ici car il est impossible de transporter
l’autre édifice et de toute façon il n’était pas très bien conçu.
L’hôpital ici a une superficie d’environ 32,000 pieds carrés.

Un nouveau ccntre commercial… ä Fort George nous
avons fait l’expérience de quelque chose qui n’avait pas été
planifié. Au début c’était un comptoir pour le commerce des
fourrures entre la compagnie du Nord«Ouest, les Référends
Frères ct la Compagnie de la Baie d’Hudson. Le résultat. c’est
que la Compagnie de la Baie d’Hudson a la mainmise sur toute
l’activité commerciale dans ce secteur.

Je le répète, à Fort George, le développement de la commu-
nauté n’était pas prévu ni plani alors si on avait besoin d’un
magasin, on le construisait ici, s’il fallait une école on la
construisait là. Alors divers édifices ont été érigés iei ct là un
peu partout, sans aucun plan d’urbanisme.

Nous avons un centre commercial d’environ 70,000 pieds
carrés et nous avons réussi a y loger 90 p. 100 de l’activité
commerciale de Chisasibi, ainsi que lcs espaces de bureau et
les activités connexes. Pour nous, c’est la une nouvelle idee et
nous aimerions voir quel résultat cela donne. ll y a encore
quelques détails à régler.

En outre, un autre immeuble important de la collectivité,
c’est la patinoire, qu’Hydro-Québec ou la Société d’énergie
nous a donnée gratuitement mais qui nous a coûté 1,5 millions
de dollars pour l’amener jusqu’ici. Pour nous, cet immeuble
était très essentiel d’une certaine façon parce que lorsque la
société de réimplantation a fixé les priorités de la collectivité
pour les immeubles qui devaient y être installés, il fallait
déterminer lesquels seraient construits les premiers. Comme
vous le savez, habituellement lorsque vous bâtissez une
collectivité, la première priorité c’est les nouveaux logements et
les autres infrastructures dont vous ave7. besoin, comme un
hôpital, ttne école et les magasin. De toute façon, nous nous
étions engagés envers les propriétaires de magasins pour leur
assurer qu’ils obtiendraient une superficie équivalente, etc.
Alors c’était done là la priorité. Comme pour tout le reste, les
fonds ont manqué. Surtout les fonds pour la construction de
centres récréatifs.

Depuis que nous avons cette patinoire, nous avons constaté
une baisse du vandalisme qui était le fait d’étudiants n’ayant
rien à faire le soir.

En plus des magasins, de l’espace de bureau dans le centre
commercial, il y a aussi un motel, où vous êtes logés.

Il y a aussi les nouvelles maisons, les maisons rénovées qui
ont été amenées ici, il y a certaines résidences qui avaient été
construites pour le personnel enseignant et médical. Je le
répète, il. sont plus de 250, alors cela représente 50 bâtiments
en tout.

29:48

lndian Self-Government

25-5-WN l

[TexI]

To sum up all this, Chisasibi cost over 550 million. We are
one of the few native communities, as far as l know, that has
the appropriate water and sewage system as well as all the
trappings that go with having a new community.

One of the biggest problems we have had to deal with is now
that the infrastructures and the town are there and the services
have to be run \vc find that there are costs that are recurrent
from year to year in order to maintain and upkeep whatever
new village we have. For your information, the Department of
lndian Affairs and Northern Dcvelopment, according to a
certain formula that they use, have granted us about 590,000
for the opcration and maintenance to fund our activities
annually in the community.

One of the things, actually, that is not granted to us through
the department is the payment of électrification for service
buildings, like the pump house and the fire hydrant houses and
structures to that effect. We find that the électrification just
for those scrvice buildings costs in excess of 5100000. This is
something we would appreciate being mentioned in the report;
that is. when negotiations have hroken through for new
communities and new developments in a community such as
what is happening right now in the other Cree communities,
we would like to know if other efforts are being made parallel
to the development conccrning the opération and maintenance
of these particular infrastructures and communities.

° 1000

Now, in regard to time, l could tell you a lot more stories
about Chisasibi, but l will give a chance to somebody else t0
talk about their community. Thank you very much.

Chief Billy Diamond: Next is the Chief from Wemindji,
Chief Walter Hughboy.

Chief Walter Hughboy (Wemindji): Thank you. Wemindji
has a population of approximately 796 people of which 674 are
résidents. Wcmindj” ‘ ituated on the east coast of James Bay
al approximately a latitude of 53 degrees. It is accessible
principally by air and is not connectcd to the MatagamF-LG-
2 road.

Under the agreement the Wemindji Crees have approx-
iatntely 198 square miles of category l lands, including
approximately l26 square miles of category 1A lands for the
band. The Crees of Wemindji have approximately 2,634
square miles of category 2 lands.

Therc is an airstrip at Wemindji, but it is quite inadéquate,
/\ new airstrip is planned for thc community shortly.

Most band members actively hunt, fish and trap. The
community is quite isolatcd. There are approximately l04
houses in thc community, of which approximately 74 require
major rénovation. and there is an immediate housing shortage
of 23 houses.

A water and sewer system has reeently been constructed,
but is not yet fully opcrational.

[Translation]

Pour résumer, disons que Chisasibi a coûté plus de ‘a0
millions de dollars. A ma connaissance, nous sommes l’une dl”.
rares collectivités autochtones disposant d’un réseau d’eau t‘!
d’égouts convenable ainsi que de tout le confort qui va de paitt
avec une nouvelle collectivité.

L’un des plus graves problèmes que nous avons presentl-
ment, c’est que, maintenant que l’infrastructure et le villzn-r
sont en place, il faut administrer ces services et il y a des coùtx
réguliers d’année en année pour le maintien et l’entretien llt‘
ces installations, A titre d’information, le ministère du.
Affaires indiennes et du Nord, d’après une certaine formula-
qu’il utilise, nous a accordé environ 590,000 pour l’exploitation
et l’entretien de nos installations et pour nos activités, sur unr
base annuelle,

En fait l’une des choses que nous ne recevons pas du
ministère c’est le paiement pour l’électrification des bâtiments
techniques comme le centre de pompage et les bâtiments
abritant les bouches d’incendie et ce genre de constructions
Nous constatons que l’électrification de ces bâtiments ntttlx
coûte plus de 5100000. Nous aimerions que vous en parlie/
dans le rapport, c‘est-ä-dire que lorsque des négociations ont
abouti au sujet de travaux d’aménagement comme ceux dont Il
est question actuellement dans les autres collectivités cries.
nous aimerions savoir si d’autres efforts sont cottsentix
simultanément au niveau de l’exploitation et de l’entretien dcx
infrastructures et des collectivités en question.

Je pourrais vous en dire davantage au sujet de Chisasibi
mais le temps passe, et je veux donner la chance à quelqu’un
d’autre de vous parler de sa collectivité. Merci beaucoup.

Le chef Billy Diamond: Vous allez maintenant entendre lc
chef de Wemindji, le chef Walter Hughboy.

Le chef Walter Hughboy (Wemindji): Merci. Wemindji
compte une population d’environ 796 personnes dont 674 sont
résidents. Cette collectivité est située sur la côte est de la Baie
James, à environ 53 degrés de latitude nord. On y accède
essentiellement par voie aérienne et elle n’est pas reliée à la
route allant de Matagami à LG-Z.

Aux termes de l’entente, les Cris Wemindji disposent
d’environ |98 milles carrés de terre de première catégorie,
dont environ l26 milles carrés de terre de catégorie 1A pour la
bande. Les Cris de Wemindji ont environ 2,634 milles carré.»
de terres de catégorie 2.

Wemindji est équipée d’une piste d’atterrissage, mais celle-ct
est loin d’être adéquate, Une nouvelle devrait être construitc
prochainement.

La plupart des membres de la bande sc livrent activement a
la chasse, à la pêche et au piégeage. La collectivité est ase/
isolée. On y compte lO4 maisons, dont 74 environ ont sérieuse
ment besoin d’être remises en état; de plus, la collectivité a un
besoin urgent de 23 maisons supplémentaires.

Un système d’adduction d’eau et d’évacuation des eatn
vannes a récemment été aménagé, mais il ne fonctionne pas
encore à pleine capacité.

25-5-l933

[Texte]

There is a school which is inadéquate, and a nursing station
which is planned lo be renovated shortly.

Due to the Sakami Lake agreement, the community centre
was reloeated to Wemindji, but part of it has had to be used
for the school due to the lack of space for educational pur-
poses. A new, enclosed type of arena has been construeted, and
there i a small administrative building. There are a few stores,
but inadéquate garage and maintenance facilities. There are
inadéquate garbagc disposal facilities. Electricity comes from
a diesel gencrator, but thc community plans to build a mini-
hydroelectric dam on the Maquatua River t0 provide the basic
electrical needs for the community. The Department of lndian
Affairs and Northern Dcvelopment has not yet given its
support for this new project, even though experts state it will
be cost efficient.

The housing shortage would be even more dramatic and
there would be fewcr community facilities if it were not for the
Sakami Lake agreement and lhe financing by the Crees of
Wemindji of various facilities. Thank you.

Chief Billy Diamond: The spokesman for Great Whale
River, Robert Kanatewat.

Chief Robert Kanatewat (Great Whale River): Thank you.
Mr. Chairman, members of the special Committee, Great
Whale River has a Cree population of approximately 405
beneficiztries, of which approximately 397 are resident in the
community. The entirc village of Great Whale contains a
substantial lnuit population of approximately 600, and a non-
native population in the few hundreds.

Great Whale River is located slightly above the 55th
parallel on thc eastern shore of Hudson’s Bay at the mouth of
the Great Whale River. This was the site of a former air force
base. Because of the three distinct populations, there are
virtually three communities in the same immédiate area.

Under thc agreement, part of tlie village has been set aside
us category lA lands. ln all, the Great Whale River Crees
ltave approxintately l22 aquare miles of category l lands,
including approximately 78 square miles of category 1A land
lor the band. ln addition, the Crees of Great Whale River have
approximately l,995 square miles of category 2 lands exclu-
sively. They share another 294 square miles of category 2
lnnds with the Inuit. Aecess to Great Whale River is princi-
pzilly by air. although there is limited sea transportation in the
summer.

There is no water or sewer system, and water has to bc
«lelivercd by truck. Each house has a bucket-style toilet. Waste
réceptacles arc periodically pieked up by a truck and taken to
inirbtige dumps north of the community and burned, However,
tlie non-native scctor of the community does have a water and
\CWCT system.

Autonomie politique des lndiens

29:49

[Tradurliort]
L’école de cette collectivité est tout à fait inadéquate et le
dispensaire doit étre rénové très prochainement.

A la suite de l’entente relative au lac Sakami. le ccntre
communautaire a été déplacé a Wemindji, mais il a fallu
transformer une partie de ses locaux en salles de classe étant
donné l’insuffisance de celles-ci. Un nouveau stade couvert, a
été construit, ainsi qu’un pe t centre administratif. On y
trouve quelques commerces, mais les services d’entretien et de
réparation, ainsi que les services de ramassage des ordures,
sont tout à fait insuffisants. L’alimentation électrique se fait à
partir d’un générateur diesel, mais la collectivité a l’intention
dc construire un mini-barrage hydroélectrique sur la rivière
Maquata, afin de répondre aux principaux besoins des
résidents en la matière. Le ministère des Affaires indiennes et
du Nord n’a pas encore fait savoir s’il appuyait ce nouveau
projet, mais les spécialistes estiment que ce sera un projet tout
à fait rentable.

La collectivité souffrirait encore plus du manque de
logements et aurait moins d’équipements communautaires si
l’entente du lac Sakami n’avait pas été signée et si les Cris de
Wemindji n’avaient pas décidé de financer la construction de
certains de ces équipements. Merci.

Le chef Billy Diamond: Vous allez maintenant entendre le
porte-parole de Grande Rivière de la Baleine, Robert Kanate-
wat.

Le chef Robert Kanntewat (Grande Riviire de la Baleine):
Merci. Monsieur le président, messieurs les membres du
Comité spécial, Grande Rivière de la Baleine compte environ
405 Cris, dont environ 397 y résident. Le village de Grande
Rivière de la Baleine compte également un nombre assez
important d’lnuit, environ 600. ainsi que quelques centaines de
non-autochtones.

Grande Rivière de la Baleine est située légèrement au nord
du 55‘ parallèle, sur la rivc est de la Baie d’Hudson, a l’embou-
chure de la Grande Rivière de la Baleine. Il y avait jadis une
ba ‘ aérienne. Etant donné la présence de trois populations
. inctes, il y a pratiquement trois collectivités dans la même
région.

En vertu de l’entente, une partie des terres du village ont été
classées dans la catégorie IA. Au total, les Cris de Grande
Rivière de la Baleine disposent d’environ 122 milles carrés de
terre de catégorie l, y compris environ 78 milles carrés de terre
de catégorie lA pour la bande. De plus, les Cris de Grande
Rivière de la Baleine ont environ 1,995 milles carrés de terre
de catégorie 2, et ce a titre exclusif. lls partagent par ailleurs
294 milles carrés de tcrres de catcgorie 2 avec les lnuit. On
accède a Grande Rivière de la Baleine essentiellement par voic
aérienne, mais l’on peut également s’y rendre par bateau en
etc.

ll n’y a pas de systèmes d’adduction d’eau et d’évacuation
des eaux vannes, et l’eau doit être transportée par camion.
Chaque maison a ce que l’on appelle des tinettes, qui sont
régulièrement rama ce‘ par camion en vue de l’incinération

dans des décharges situées au nord de la collectivité. Par
contre. le quartier non autochtone de la collectivité dispose, lui,

29:50

lndian Self-Government

25-5-l98 t

[Texl]

There are approximately 62 old houses in Great Whalc
River, and almost all are in need of major rénovation. There
has been no new housing construction in the last several years.
There is an administrative building, but there are no reerea-
tional facilities. There is a school spread out in a number of
buildings, and a health clinic outside category 1A lands.

This is an extrcmely eomplicated community. There have
been considérable land sélection problems, and very little
money for operation and maintenance. Certain of these
problems have been eaused by the potential move by thc
majority of thé lnuit of Great Whale River to a new location
at Richmond Gulf; also, the inherent difficulties for commu-
nity planning caused by the prescnee of the three different
types of populations.

Recently, the Great Whale River band has determined to
build a new village on land which formerly was part of the
east-west runway, but there are problems in obtaining the
financing for the construction of the new village. Thank you.

Chief Billy Diamond: Chief Ted Moses from Eastmain, Mr.
Chairman.

Chief Ted Moses (Eastmain): Thank you, Mr. Chairman,
and members of the Committee. The community of Eastmain
numbérs slightly Iess than 370 members, of which approxi-
mately 330 are résidents of the community. Eastmain is
located at the mouth cf, and on the south side of, thc Eastmain
River on James Bay, at approximately the 52nd parallel of
latitude north. The village is accessible principally by air
throughout the year, weather permitting; also, by barge three
months of the year.

Under the agreement, the Eastmain Crees have approxi-
mately 189 square miles of category 1 land sct aside for them,
including approximately 60 square miles of category 1A lands
for the band. The Crees of Eastmain have approximately 1,384
square miles of category 2 lands set aside.

Most of the band members are aetively involved in hunting,
fishing and trapping which, togéther with related activities. are
the main sources of incomc for the community.

The airstrip at Eastmain is very inadequate. There have
been a number of incidents; fortunately no one was hurt, but
there are plans to construct a new airstrip in the community in
the immediate future.

Thcre is a water supply system. Only the school, the
teachcr’s résidence and the nursing station are connccted.
None of thc Cree houses arc conneeted. Wc have a potential
water problem resulting from the reduction of the flow of the
Eastmain Rivcr caused by the James Bay project.

There is no sewage system for the houses, no fire hydrants.
fire fighting equipmcnt or facilities, in the community.
Eleetricity is supplied to the community by two diesel genera-

IOTS.

[Translation]
d’un système d’adduction d’eau et d’évacuation des eaux
vannes.

Grande Rivière de la Baleine compte environ 62 anciennes
maisons, qui ont pratiquement toutes besoin d’être sérieuse-
ment réparées. Aucune maison n’a été construite depuis
plusieurs années. ll y a un centre administratif, mais aucun
équipement de loisirs. Les locaux scolaires sont répartis dans
un certain nombre d’immeubles, et un dispensaire a été
construit en dehors des terres de catégorie IA.

Cette collectivité se heurte a des problèmes extrêmement
complexes, ll y a eu notamment un grand nombre de problè-
mes au niveau dc la sélection des terres, et elle dispose de très
peu d’argent pour l’exploitation et l’entretien des infrastruc-
tures. Certains de ces problèmes ont été causés par le départ
éventuel de la majori ’ des lnuit de Grande Rivière de la
Baleine pour aller s’installer dans le golfe de Richmond; la
planification de la colleeti a également été rendue plus
difficile par la présence de trois populations différentes.

Récemment, la bande de Grande Rivière de la Baleine a
décidé de construire un nouveau village sur des terres qu’occu-
pait l’ancienne piste d’atterrissage est-ouest, mais elle se heurte
à des difficultés pour obtenir des crédits a la construction.
Merci.

Le chef Billy Diamond: Voici maintenant le chef Ted Moses
dc Eastmain. ‘

Le chef Ted Moses (Eastmain): Merci, monsieur le
président, messieurs les membres du Comité. La localité de
Eastmain compte un peu moins de 370 âmes, dont environ 330
y résident. Eastmain est située sur la rive sud de l’embouchure
de la rivière Eastmain dans la Baie James, au 52‘ degré de
latitude Nord. L’accès au village se fait essentiellement par
voie aérienne pendant toute l’année. si le temps le permet; on
peut également s’y rendre en barque. trois mois par an.

Selon l’entente, les Cris d’F.astmain disposent d’environ 189
milles carrés de terre de catégorie l. y compris environ 60
milles carrés de terre de e‘ tégorie 1A pour la bande. L’entente
réserve également aux Ç is d’Eastmain environ 1,384 milles
carrés de terres dc catégorie 2.

La plupart des membres de la bande se livrent activement [t
la chasse, à la pêche et au piégeage qui. avec d’autre aetiv
sont les principales sources de revenus de la collectivité.

La piste d’envol d‘Eastmain est loin d’être adéquate.
Plusieurs incidents se sont produits et, heureusement, il n’y a
pas eu de victime; on envisage cependant de construire d’ici
peu une nouvelle piste dans la collectivité.

Nous avons un système d’adduction d’eau mais seuls l’école,
la maison de l’instituteur et le dispensaire y sont relie.. Aucune
des maisons cries n’est desservie par ce système. Nous risquons
de manquer d’eau en raison de la diminution du débit de la
rivière Eastmain a cause du projet de la Baie James.

Nous n’avons ni système d’évacuation des eaux vannes, ni
bouches d’incendie, ni équipement de lutte contre l’incendie.
L’électricité nous est fournie par deux générateurs diesel.

25-54983

Autonomie politique des lndicns

29:51

[Texte]

Another problem area is that there are approximately 53
houses in thc community, but approximately 47 of them
require major rénovation. We have an immediate need for
approximatcly l8 houses. The last group of houses was
constructed in 1975, which the members of thc community did
not considcr to be very comfortable, given thc climatic
conditions.

A water and sewcr system is planned for construction
beginning this year, but we are encountering problcms with thc
department with respect to obtaining tlie nccessary approval of
the project. There arc no proper recrcational or administrative
facilities. Thank you.

ChiefBi1ly l)iamond: Finally, Mr. Chairman, thc chicf from
Nemaska, from Champion Lake, as well. His name is Chief
George Wapachee.

Chief George Wapachee (Nemaska): Thank you, Mr.
Chairman, and members of the Committee. The Cree benefici-
aries of Nemaska number approximately 130, but there are
approximately over 300 residents in Nemaska, of which over
170 members have still not been formally transferrcd to thc
band.

Nemaska is located ncar Champion Lake close to the
Nemaska substation, off thc IG-Z-lylatagaini road, almost at
tlie level of Rupert House.

Under thc agreement, Nemaska Crees have approximately
59 square miles of category 1 lands, of which approximatcly
37.6 square miles arc category 1A lands for the band. The
Crees of Nemaska have approximately 784 square miles of
category 2 lands. This is the smallest of thc eight Cree
communities.

Thc Nemaska community, however, was built pursuant to a
federal undertaking of November 15, 1974, to finance and
fund the return of members of the band to Nemaska, whieh
had been formerly abandoned in the latc 1960s. However the
Department of lndian Affairs and Northern Dcvelopment
tried to go back on its commitment to this effect for some time,
and insisted that only normal program funds could be used for
this relocation. To this day this has causcd many problems for
tlie community.

Access to thc zictual community from the Nemaska
substation is very difficult. as it is really only accessible by
road in winter, On a personal note, 1 can say l have been
«lriving since about 3.00 a.m. 1 have been living in a tent for
tlie past month. l cannot get to niy village because of the ice
conditions. So 1 hope it is still there when 1 get back. l hear
tlicre is no more ice on tlie lake now.

‘ 1010

There is an air strip at thc Nemaska substation to which the
residents have been given access. Nemaska is basically a new
community and has a water supply and a water distribution
svxtcm. Each house has ts own septic tank. There are approxi-
niately 39 houses in Nemaska and there are about 10 more
houses seheduled le be built this summer. There are no firc
protection facilities and no recréation facilities at thc moment.

lTrzuliu-Iiu/il

Sur les 53 maisons que compte la collectivité, environ 47 ont
sérieusement besoin d’être rénovées. Par ailleurs, nous avons
un besoin immédiat de 18 maisons supplémentaires. Les
dernières maisons ont été construites en 1975. maisons que les
membres de la collectivité ne trouvent d’ailleurs pns très
confortables étant donné 1c climat.

On devrait commencer l’aménagement d’un système
d’adduction d’eau et d’évacuation des eaux vannes au début de
fannéc, mais nous avons du mal a faire zipprotivcr cc projet
par le ministère Nous n’avons ni centre administratif. ni
équipement de loisirs. Merci.

Le chef Billy Diamond: Pour terminer, monsieur le prési—

dent. vous allez entendre le chef de Nemaska. du lac Cham-
pion. Son nom est George Wapachee.

Le chef George Wapachee (Nemaska): Merci. monsieur le
président, messieurs les membres du Comité. Les Cris de
Nemaska sont au nombre de 130 environ, mais cette collecti-
vité compte plus de 300 résidents, dont plus de 170 n’ont pas
encore été (iffieicllement intégrés a la bande.

Nemaska est située a proximité du lac Clitiiiipioii, en retrait
dc la route qui rclie Mataganii {i LG-Z, pcii près au niveau de
la Maison Rupert

Aux termes de l’entente, lcs Cris de Nemaska disposent
d’environ 59 milles carrés de terre de catégorie 1, dont environ
37.6 milles carrés sont des terres de catégorie 1A pour la
bande. Les Cris de Nemaska ont environ 784 milles carrés dc
terre de catégorie 2. C’est la plus petite des huit collectivités
cries.

l.a collectivité de Nemaska a cependant été créée à la suite
d’un engagement pris par le gouvernement fédéral, 1c 15
novembre 1974, de financer le retour des membres de la bande
à Nemaska, qui avait été abandonnée à la fin des tinnées 60.
Cependant, 1c ministère des Affaires indiennes cl du Nord a
essayé, pendant quelque temps, de revenir sur sa promesse en
prétendant que ce déplacement de population ne pouvait étre
financé qu’avec le budget normal du programme. Encore
aujourd’hui. cela cause énormément de problèmes pour la
collectivité.

Il est très difficile d’accéder au village a partir de la petite
gare de Nemaska, ct en hiver, on ne peut s’y rendre que par la
route. A cc propos, j’aimerais vous dire que je conduis depuis
3h00 ce matin. Je vis sous la tente depuis un mois. Je ne peux
pas me rcndrc a mon village à cause de l’état de la glace.
.l’espèrc en tout cas qu’il tiendra encore debout lorsque j’y
retournerai. On m’a dit qu’il n’y avait plus de glace sur le lac.

La gare de Nemaska est équipée d’une piste d’atterrissage,
laquelle les résidents ont accès. Nemaska est une nouvelle
collectivité, équipée d’un système d’adduction d’eau. Chacune
des 39 maisons de Nemaska a sa propre fosse septique, et l0
autres maisons devraient étre construites cet été. 1| n’y a ni
service de lutte contre l’incendie ni équipement de loisirs. Un

29:52

lndian Self-Government

25-5A l ‘l-‘i l

[Tex/t
Therc is a new clinic that was built about three years ago, but
there is no school.

Finally, Nemaska is destined to become the new head office
of the principal Cree regional organizationswthe Grand
Council cf the Crees of Quebcc and the Cree Regional
Authority. This will allow, hopcfully, the necessary increased
community facilities and construction for which financing will
be required in order that the interests of the Crees in the
various Cree communities can be better served. Thank you,

Chief Billy Diamond: Thank you, Mr. Chairman.

l would like to thank each of my colleagues for presenting
their community profiles. There was a purpose for this, the
purpose being that since the signing of The James Bay and
Northern Quebee Agreement, there has been a new beginning
for us. lt has been a new venture, a venture into the unknown,
more or less. We had t0 be very innovative and very Coura-
geous in some of our decisions, and we had to take a lot of risk
responsibility in some 0l our decisions. We feel that The James
Bay and Northern Quebcc Agreement has given us a substan-
tinl lead over what lndian self-government should be. Perhaps
in your tours across the country this committee has learned a
lot about theory… what lndian self-government should be.
But we, the Cree people of this part of the country, feel that
we ure practising lndian self-government and we are on the
verge agaiti of setting new precedents, particularly in the
implcmentation of Section 9 of the James Bay and Northern
Quebee Agreement.

Section 9 of The James Bay and Northern Quebee Agree-
ment contemplates special federal législation which will be
rcsponsible for the administration of the large tracts of
category 1/\ lands which are under federal jurisdiction. These
are large tracts of land, Mr. Chairman, and l am not talking
about the little, itty«bitty reservcs that Sol Sanderson talks
about. l am talking about large tracts of land that the Cree
people have to tnaintain and have to administer. l am also
talkitig about large costs for the opérations and maintenance of
local governments, and local government goes beyond the
administration of your own band; it goes beyond that. lt goes
into areas of hunting, fishing and trapping and into areas of
environment; into rcsponsibilities ofa new dimension.

So, in essence, we are practising Cree self-government. But
we have undertaken, under Section 9 of The James Bay and
Northern Quebcc Agreement, to negotiate a new lndian Act,
‘as far as the Crees are concerned. As far as the Crees of James
Bay are concerned, the lndian Act cannot work for us. lt has
to be devcloped on our own terms, taking into eonsideration
our own eustoms. our own values, and the way wc reach
deeisions.

l am going to call upon my colleague. Philip Awashish, the
Vice-Chairman of the Cree Regional Authority and the
Executive Chief of thc Grand Council of the Crees of Quebec,
to dcseribc to you now what that proposed législation intends
tn be.

The Vice-Chairman: Philip.

[Translation]

nouveau dispensaire a été construit il y a trois ans environ
mais il n’y a pas d’école.

Pour terminer, Nemaska doit devenir le nouveau siège (l\”i
principales organisations régionales cries, c’est»à-dire le grand
conseil des Cris du Québec et l’Administration régionale cric
Nous espérons que cela facilitera la construction des nouveaux
équipements communautaires qui seront nécessaire pour mietn
desservir lcs différentes collectivités cries de lu région. Merci

Le chef Billy Diamond: Merci, monsieur le président

J’aimerais maintenant remercier chacun de mcs collegttt-u
d’avoir présenté sa collectivité. Nous voulions vous montrei.
par là, que depuis la signature de l’entente de la baie James et
du Nord du Québec, nous avons connu un certain renouveau
Cette entreprise était, plus ou moins. un saut dans l’inconnu
Nous avons dû faire preuve de beaucoup d’imagination et tlt‘
courage pour prendre certaines décisions, et nous avons tlll
également assumer la responsabilite des risques que nous
prenions. Nous estimons que l’entente de la baie James et du
Nord du Québec nous a permis de progresser considérablement
vers l’objectif de l’autonomie politique des lndiens Au cours
de vos déplacements au Canada. vous ave7 Certainement
entendu beaucoup de déclarations théoriques sur le p “icipe lll‘
l’autonomie politique des lndiens. Nous. les Cflw, nous
estimons avoir réussi à appliquer ce principe et étre sur le point
d’établir de nouveaux précédents, surtout en ce qui concerne
l’application de l’article 9 de l’entente de la Baie James et du
Nord du Québec.

Cet article prévoit qu‘une loi fédérale spéciale régim
l’administration des grandes étendues de terre de catégorie IA
qui relèvent de la compétence fédérale. ll s’agit de vastes
étendues de terre, monsieur le président, et pas des petites
réserves minuscules dont a parlé Sol Sanderson, ll s’agit plutôt
des vastes étendues de terre que les Cris doivent entretenir et
administrer. Je parle également des coûts considérables que
cela représente pour les gouvernements locaux. gouvernements
locaux qui ne se limitent pas a la simple administration de lu
bande. En effet, les gouvernements locaux ont des responsabili
tés dans les domaines de la chasse, de la péche, du pi’ age et
de l’environnement, sans parler des autres responsabili es.

Donc, nous avons réussi à mettre en place un gouvernement
autonome Cri. Nous nous sommes engagés, en vertu (le
l’article 9 de l’entente de la baie James et du Nord du Québec.
à négocier une nouvelle loi sur les lndiens en ce qui concerne
les Cris. En effet, nous estimons que la loi actuelle ne nous
convient pas. Il faut done qu’une nouvelle loi soit formulée, qui
tienne Compte de nos propres coutumes, de nos propres valettrs
et de la façon dont nous prenons nos décisions.

Je vais demander a mon collègue, Philip Awashish, vice’
président de l’Administration régionales Crie et chef exécutil
du Grand conseil des Cris du Québec, dc vous expliquer
comment nous envisageons cette nouvelle loi,

Le vice-président: Philip, vous avez la parole.

25-5-1983

Autonomie politique des lndiens

29:53

[Texte]

Mr. Philip Awashish (Vice-Chairman, Cree Regional
Authority: and Executive Chief, Grand Council of the Crees of
Quebee): Thank you, Chief Diamond, Mr. Chairman,
members of the commitee. We are pleased to appear before
this special Committee of the House of Commons on lndian
self-government.

As Grand Chief Billy Diamond mentioned, wc are actually
practising lndian or Cree self-government. Our first witnesses
from the Cree Nation were représentatives front the local
governments. Now, on behalf of the Cree Nation of Quebec, as
represented by the Grand Council of the Crees of Quebee and
by the Cree Regional Authority, in particular, representing
and practising some form ol regional self-government, we are
pleased to present our brief on lndian self-government.

l would like to simply read the brief for the record. l believe
each member has received a copy of the brief.

Self-government is one of thc most cherished objectives of
lndian bands and nations across Canada. ln many respects,
this is simply a quest for the restoration of the political control
whieh lndians a1 one time enjoycd and exercised.

The importance of this goal of sellïgovernment was rccently
reflected in the rcquests of the native groups that it receive
high priority on the agenda for thc First Ministers’ Constitu«
tional Conférence held on March 15 and l6, 1983. ln fact, it
was one of the items which was not only plaecd on the agenda,
but was the object of some considérable discussion and debate.
Self-government was also dealt with at length by the Prime
Minister of Canada at the conférence.

Thus, the subject matter of selfgovernment is very topical,
artd it is appropriate that it is being considered by this special
Committee appointed by the House of Commons to act as a
parliamentary task force on lndian self-government.

ln the case of thc Crees of James Bay, however, The James
Ilay and Northern Quebcc Agreement of November ll, I975,
contains a speeific commitment by the federal government that
the Crees of James Bay will enjoy a very large measure of self-
gzovernment in respect of their people and their lands through
special federal legislation._This commitment, which is now a
eonstitutional obligation of the Governmcnt of Canada, is
Inntlly on the verge of being implemented.

° 1020

Special federal Iegislation to deal with the Crees and Cree
Ltuds is rendcred nee ssary by the bcnefits, rights and
privileges and particular scheme ol The James Bay and
Northern Quebcc Agreement.

lhe agreement itself gives bands special powers in such
.n as hunting. fishing and trapping, the environment and
the control of lands, all of which are important for both the
pieservation of the traditional way of life and the future
tlcvelopment of the Cree people.

[Traduction]

M. Philip Awashish (vice-président de l‘Administration
régionale Crie et chef exécutif du Grand conseil des Cris du
Québec): Merci, chef Diamond, monsieur le président et
messieurs les membres du Comité. Nous sommes heureux de
comparaître devant le Comité spécial de la Chambre des
communes sur l’autonomie politique des lndiens.

Ainsi que l’a mentionné le grand chef Billy Diamond, nous
avons réussi à créer un gouvernement cri autonome. Les
premiers témoins de la nation crie étaient des représentants des
gouvernements locaux. Maintenant, au nom de la nation crie
du Québec, et par l’intermédiaire du Grand conseil des C ris du
Québec et de l’Administration régionale crie, qui constituent
une forme de gouvernement autonome régional, nous sommes
heureux de vous présenter notre mémoire sur l’autonomie
politique des lndiens.

Permettez-moi de vous lire simplement ce mémoire afin qu’il
soit consigné au compte rendu. J’espère que chaque député en
a reçu un exemplaire.

L’autonomie politique est l’un des objectifs les plu: chers des
bandes et des nations indiennes au Canada. En f l s’agit
tout simplement de rendre aux lndiens le contrôle politique
dont ils jouissaient et qu’ils exerçaient jadis.

Cet objectif de l’autonomie politique a pris ttne nouvelle
importance lorsque les groupes autochtones ont demande qu’il
ait la priorité parmi les questions a l’ordre du jour de la
conférence constitutionnelle des premiers ministres, qui s est
tenue les l5 ct l6 mars 1983. En fait, non seulement cette
question a figuré à l’ordre du jour, mais elle a suscité de
longues discussions. Le Premier ministre du Canada en a
également beaucoup parlé lors de cette conférence.

La question de l’autonomie politique des Indiens est donc
tout a fait d’actualité, et il est donc opportun qu’un Comité
spécial de la Chambre des communes soit saisi.

Dans l’accord de la baie James et du Nord du Québec, qui a
été signé le ll novembre 1975, le gouvernement fédéral a
promis expressément aux Cris de la baie James qu’ils jouiront
d’une très grande autonomie politique pour ce qui est de leur
peuple ct de leurs terres grâce [t une loi fédérale spéciale. Cette
promesse, qui est une obligation constitutionnelle du Gouver-
nement du Canada, va finalement bientôt être respectée.

Les bénéfices, les droits et les privilèges ainsi que la
formulation particulière de l’entente sur la Baie James et le
nord du Québec a rendu nécessaire l’adoption d’une loi
fédérale spéciale relative aux Cris et aux terres cries.

L’entente proprement dite confère aux bandes certains
pouvoirs particuliers en matière notamment de chasse, de
péche et de piégeage, en matière environnementale, en matière
de contrôle foncier, autant d’éléments extrêmement importants
pour la préservation du mode de vie traditionnel et pour le
développement futur du peuple cri.

29:54

lndian Self-Government

25-5-[98 t

[Texl]

Furthermore, in contrast t0 other lndian bands under the
agreement, subject matters such as the management and
administration ol health and social services and educational
services have been plaecd undcr Cree regional control and are
vcstcd in the Cree Board 0l Hcalth and Social Services ol
James Bay and thc Crec School Board respectivcly.

The agreement itsell providcs lor self-government in many
areas and providcs lor a substantial measure ol regional self»
government through a range ol Crccecontrollcd entities and
institutions such as the Cree Regional Authority, the Cree
School Board and the Cree Board ol Health and Social
Services ol Jamcs Bay. This briel, though, deals with sell»
government at the band or local level.

Finally, because ol thc agreement, the proposed federal
legislation to be known as the Crce-Naskapi act must contem-
plate both status Cree lndians and other persons ol Cree or
lndian anccstry, a prcccdent setting situation.

Thus, thc lndian Act as such, even with substantial revi-
sions. cannot apply to thc Crees and thc Cree bands. Thc
whole scheme ol the James Bay and Northern Quebee
Agreement as a compréhensive native land claims agreement
rcquiI’es special and totally ncw lederal legislation. This has
been the working premise t0 date. ln fact, without such
legislation, one 0l the pillars ol the agreement would be
missing.

lt must be recognizcd, therelore, that many 0l the questions
being considered by this special committee have alrcady been
answcred in respect to the Crees because ol the special
provisions ol the Jantes Bay and Northern Quebee Agreement
and the work ol the last several years on appropriate legisla-
tion to fullil the letter and spirit 0l the agreement. ln lact, the
provisions ol the agreement reflect several major themes which
native people have put lorward in the past, including thc right
t0 sell-determination, the special relationship with the federal
government, the lull participation ol native people in the
Canadian system, and cxpanded powers and jurisdiction lor
native government.

Consequently, the Crees arc well on their way to achicving
what many other lndian groups are seeking and they are not
starting lrom scratch. Dralt législation on sell-government lor
thc Crees and lor their lands is almost ready. ln this sense we
arc the trail blazers in this area. We also think we have
acquired much expérience and research which this committce
will lind usclul.

There arc important unresolved problcms which remain
before this dralt legislation can proceed. Some 0l these relate
more directly to the content ol thc dralt législation. Two ol the
more striking examples are thc extent to which provincial law
may apply on category 1A lands, which are under ledcral

[Traits/alion]

Qui plus est, contrairement Z1 ce qui se passe pour les autres
bandes indiennes visées par l’entente, certaines questions
comme la gestion et Vadtninistrzttion des services de santé, des
services sociaux ct des services pédagogiques ont été pla es
sous l’emprise régionale des Cri. et ont été dévolues au Conseil
cri pour la santé et les service. . ciaux de la Baie James ainsi
qu’à la Commission scolaire cric.

L’entente proprement dite prévoit l’autonomie politique
dans de nombreuses régions, de même qu’une dose importante
d’autonomie politique régionale par l’entremise d’une série
d’organes et d’institutions sous contrôle cri comme la Régie
régionale crie, la Contmi ion scolaire cric ainsi que le Conseil
cri pour la santé et les services sociaux de la Baie James. Notre
mémoire ne porte cependant que sur l’autonomie politique au
niveau de la bande ou au niveau local.

Enlin, vu l’existence de cette entente, la luture loi fédérale
qui devra avoir pour titre Loi sur les Cris et lcs Naskapts
devrait envisager à la lois le cas des Indiens cris régulièrement
inscrits et celui des autres personnes de descendance crie ou
indienne. ce qui lera précédent.

Dès lors, même avec d’abondantes modifications l’actuelle
Loi sur les indiens pourrait s’appliquer au cas des (.ris et des
bandes cries. Toute la lormule qtte représente l’entente sur la
Baie James et le nord du Québec. qui est un ‘accord global su:
lcs revendications territoriales autochtones. exige une loi
lédéralc distincte ct entièrement nouvelle. C’est sur cette
hypothèse que nous avons tablé jusqu’à ce jour. De fait,
délaut d’une loi de ce genre. l’un des piliers mêmes de l’entente
viendrait à disparaître.

Il laut par conséquent admettre que bon nombre des
questions sur lesquelles le Comité spécial est appelé à se
pencher ont déjà lait l’objet d’une réponse dans l’optique des
Cris, compte tenu des dispositions expresses de l’entente sur la
Baie James et le nord du Québec et des travaux effectués
depuis quelques années en vue de l’adoption d’une législation
appropriée susceptible de respecter a la loi la lettre et l’esprit
de l’entente. De lait également. les dispositions de l’entente
traduisent plusieurs grands thèmes qui ont déjà été avancés par
les populations autochtones, et notamment le droit a l‘autodé—
termination, les rapports particuliers qu’elles entretiennent
avec le gouvernement fédéral, la participation pleine et entière
des peuples autochtones dans le système canadien et l’étoll’c
ment des pouvoirs et des compétences des gouvernements
autochtones.

Par conséquent, lcs Cris sont pour leur part en passe
d’aboutir a ce que bien d’autres groupes lndiens souhaitent
obtenir, et ils n’ont pas a partir de 7éro. Une ébauche de projet
de loi sur l’autonomie politique des Cris et des tcrres cries est
pratiquement terminée. A cet égard. nous laisons lonction «le
pionniers dans ce domaine. Nous pensons également avoii
‘acquis beaucoup d’expérience et avoir multiplié les recherches
que le Comité pourra juger précieuses.

Avant toutelois que cette ébauche législative pu se passer
aux phases suivantes. il laut reconnaître qu’il rcstc d’impoi
tants problèmes a résoudre. Certains d’entre eux sont plus
directement liés au libelle proprement dit de l’avant-projet (le
loi. Deux des exemples les plus lrappants sont le champ

25-5-1983

Autonomie politique des lndiens

29:55

[Texte]

jurisdiction, and the role and powers of the Cree-Naskapi
commission. We are somewhat hopeful that solutions can be
found to these through our continuing discussions with the
federal government.

However, we are particularly apprehensive at this time
about the issue of the implcmentation of the proposed legisla-
tion, especially in regard to the question of the financing of
this new scheme of self-government. We therefore intend to
concentrate upon this question in this brief.

l would just like to clarify that we are not tallging about a
new scheme as such. What we are talking about is implement-
ing a form of self-government which reflects our own customs
and traditions and also will take into account the additional
responsibilities which the Cree obviously inherit by acquiring
recognition over certain rights and also acquiring large tracts
ofland.

We consider it singularly important that this eommittec be
made aware of and consider at this time this important
dimension of self-government and its potential impact upon the
success of Cree self-government.

As the exercise in regard to the .lames Bay and Northern
Quebee Agreement itself shows, a legal framework, no matter
how good, will not in itself assure the attainment of desired
objectives. ln the case of the Crees, successful implcmentation
will require sufficient funding, an appropriate funding
mechanism, and new government mechanisms to respond t0
this new and special situation.

Before going into further detail, we wish at this juneture to
make a number of comments by way of background informa-
tion.

The Crees of James Bay, like other lndian groups wish to
zichieve constitutional recognition of self-government. This
must be done, however, by first having the special legislation
atlopted‘, that is the Cree-Naskapi act. lt can then be made
part of the Constitution through various techniques.

The Crees consider that The James Bay and Northern
Quebee Agreement, whieh was approved by a 1977 federal
statute, is already a constitutional document. As mentioned,
this agreement has, since its signature in l975, contemplated
special federal législation on local government and on lands lor
thc Crees.

lîsscntially, the agreement foresees that the bands would
take over the powers and responsibilities presently exercised by
the Governor in Council and the Minister uf lndian Affairs
and Northern Dcvelopment under the lndian Act.

This special federal législation is the instrument through
uliich the Crees will control their own lands and their own

[Tradueliortl

d’application de la loi provinciale à l’égard des terres de la
catégorie 1A, qui relèvent de la compétence fédérale, et le rôle
ainsi que les pouvoirs de la Commission crie et naskapic. Nous
formulons l’espoir que la poursuite de nos entretiens avec le
palier fédéral nous permettra d’aboutir à une solution à cet
égard.

En revanche, nous sommes pour l’instant particulièrement
inquiets a propos du problème de l’implantation de la nouvelle
législation, surtout pour cc qui touche au financement de la
nouvelle formule d’autonomie politique. Nous entendons dès
lors axer notre mémoire sur cette question.

J’aimerais préciser que nous ne pensons pas à proprement
parler, à une nouvelle formule. Nous parlons de l’implantation
d’une formule d’autonomie politique susceptible de traduire
nos coutumes et nos tradit” ns et également de tenir compte
des nouvelles responsabilités dont les Cris ont de toute
évidence hérité, en obtenant que soient reconnus certains droits
et également en ayant acquis de vastes territoires,

Nous considérons qu’il est particulièrement important pour
le Comité de prendre conscience immédiatement de cette
facette importante de l’autonomie politique et de ses retombées
possibles pour l’implantation fructueuse d’une autonomie
politique pour les Cris.

Comme le montre parfaitement l’historique de l’entente sur
la Baie James et le nord du Québec, tout cadre juridique, si
bon so ‘l, ne permet pas à lui seul de garantir les résultats
souhaités. Dans le cas des Cris, la réussite de cette implanta-
tion exigera suffisamment d’argent, une formule de finance-
ment bien pensée ainsi que de nouvelles structures gouverne-
mentales conçues en fonction de cette situation particulière et
nouvelle à la fois.

Avant d’entrer dans les détails, nous souhaitons vous faire
part de certaines données intrinsèques au dossier.

Les Cris de la Baie James. a l’instar des autres groupes
indiens, souhaitent obtenir une autonomie politique sanction-
née par la constitution. Toutefois, ce résultat doit être obtenu
par l’adoption en premier lieu d’une loi spéciale, la Loi sur les
Cris et les Naskapis. Cette loi pourra alors étre intégrée à la
constitution selon l’une ou l’autre formule.

Les Cris considèrent que l’entente sur la Baie James et le
nord du Québec qui fut approuvée par une loi fédérale de
l977, représente déjà un document à caractère constitutionnel.
Comme nous l’avons déjà signalé, cette entente laissait
pressentir, depuis sa signature en I975. une loi fédérale
particulière portant sur le gouvernement local et les terres
destinées au Cris.

L’entente prévoit avant tout que les bandes reprendraient à
leur charge les pouvoirs et les responsabilités relevant actuelle-
ment du gouverneur en conseil et du ministre des Affaires
indiennes et du Nord canadien. sous le régime de la Loi sur les
lndiens.

Cette loi fédérale particulière est l’instrument qui permettra
aux Cris d’administrer leurs propres terres ainsi que leur

29:56

lndian Self-Government

25-5- I ‘m i

[Texl]
affairs and achieve a substantial measure of self-determina-
tion.

Moreover, the special législation would take into account the
particular circumstances of the Crees, the new type of federal
reserves called category 1A lands created by the agreement»
the distinct features of the James Bay and Northern Quebcc
Agreement-as well as the unique interrelationship with
provincial jurisdiction resulting from other provisions of thc
agreement.

Since the signing of the agreement, very extensive discus-
sions and many meetings have taken place between the Crees
and the federal government to elaborate such new legislation.
Much innovation has had to be used, many concepts tested and
several formerly operative assumptions discarded. There is no
précédent for such législation.

The result of these discussions and meetings has been the
préparation ofa draft text which has been reviscd and rcfined
many times, but which is almost ready t0 be put into the form
of draft legislation. This will mean, in the near future, that if
certain remaining obstacles can be overcome there will be a
new bill presented to Parliament for the enactment of a statute
which will virtually replace the lndian Act for the Crees.

‘ 1030

A significant remaining problem is the financial resources
required for self-government. lt is one thing to have powers
and assume the responsibilities of government, but it is another
thing to exercise them effeetively. This cannot be done without
the moneys required.

For the Crees, the question of financial resourccs looms as
potentially the single biggest obstacle to the implcmentation
and effectiveness of a satisfactory legal system of self-
government. This is why the financing and implcmentation of
the proposed legislation arc the focus of this brief.

The federal government to date has financed band govern-
ments through programs and appropriations of general
application. The bands are dealt with as administrative
extensions of the department. This is absolutely unacceptable
to the Crees. There must be a new, unique, compréhensive
system elaborated for the funding of Cree bands to enable tlie
Crees to excreise effective self-government.

The Crees have requcsted that a secrétariat be established in
Ottawa for the implcmentation of the James Bay and North-
ern Quebee Agreement. This secretariat should also be
charged with the responsibility and provided with the resources
for the implcmentation of the proposed Crce-Naskzipi act.

[Translatipnl
propre destinée et d’obtenir dans une grande mesure lrttt
autodétermination.

Qui plus est, cette loi spéciale tiendrait compte tlc l.t
situation particulière des Cris, de la nouvelle catégorie lll
réserves fédérales qu’on apelle les terres de la catégorie IA \’l
qui ont été créées par l’entente-une caractéristique propw .i
l’entente sur la Baie James et le nord du Québec>ainsi qui
des relations réciproques très particulières avec les pouvon.
provinciaux qui résultent des autres dispositions de l’attente

Depuis la signature de l’entente, des entretiens très potisw.
et des réunions très nombreuses ont eu lieu entre les Cris «l’un.
part et le gouvernement fédéral d’autre part dans le lmi
d’élaborer cette nouvelle loi. Plusieurs formules innovatriir.
ont dû étre utili‘ es, plusieurs notions ont dû être jaugée
plusieurs hypothèses jusque-la valables ont dû étre Ôctlrlct”.
Cette loi en effet ne peut reposer sur aucun précédent.

Ces entretiens et ces réunions ont eu pour résultat l’élabin.i
tion d’une ébauche de texte de loi qui ‘ été a plusieurs rcprisvx
revue et perfectionnée, mais qui est désormais pratiquement
prête a devenir un avant-projet de loi. Cela signifiera que (lllllu
un avenir très proche, mais à condition que certains ill“.
obstacles qui subsistent puissent étre éliminés. le Parlcntcnl
scra saisi d’un nouveau projet de loi portant adoption «l’un
texte statutaire qui, pour les Cris, remplacera toutes lllln
pratiques. l’actuelle Loi sur les lndicns.

L’un des principaux problèmes qui subsistent est celui «lei.
ressources financières nécessaires à l’autonomie politique. Il llt’
suffit pas de pouvoir disposer des pouvoirs voulus ct d’assumt-i
toutes les responsabilités d’un gouvernement, il faut cncini‘
pouvoir les exercer avec efficacité. Cela n’est possible qiiïi
condition de pouvoir disposer de l’argent nécessaire.

Pour les Cris, la question des ressources financières Cul
potentiellement l’obstacle le plus formidable qui se pose .t
l’implantation et a l’efficacité d’un mode légal d’autonomie
politique qui soit satisfaisant. C’est la r on pour lËIqUCllt
notre mémoire est axé sur le financement et l’implantation lli‘
la nouvelle loi.

Jusqu’à présent, le gouvernement fédéral a financé lrn
gouvernements de bande par le biais dc programmes \’l
d’affectations de c ‘dits a caractère général. Les bandes sont
considérées comme le prolongement administratif du lnlllh
tére, chose absolument inacceptable pour les Cris. Il impoiit-
de mettre au point un nouveau système global, dlSllllkl.
permettant de financer les bandes Cris et de donner aux (‘iia
la possibilité d’exercer leur autonomie politique d’une façon
efficace.

Les Cris ont demandé la création à Ottawa d’un secrétariat
chargé de la mise en oeuvre des dispositions de l’entente sur l.t
Baie James et le Nord du Québec. Ce secrétariat dcvr.iii
également être chargé de l’application de la nouvelle Loi sin
les Cris ct les Ni kapis en se voyant doter à cette fin de toutw.

lcs ressources nécessaires.

25»5-l983

[Texte]

We would likc at this point l0 give you some general
eomments on the proposed legislation and thc status of the
proposed Cree-Naskapi act.

Chapter 9 of The James Bay and Northern Quebee Agree-
ment provides for the local government aspects of the proposed
Iegislation. lt should be stressed, however, that the proposed
legislation encompasses many other areas of the agreement,
particularly the land regime set out in Section 5. By way of
illustration of the local government and land provisions
contemplated, a copy of Section 9 and the relevant portions of
Section 5 of The James Bay and Northern Quebcc Agreement
are annexed hereto as Schedule l.

lt is true that discussions were to take place forthwith upon
the exécution of the agreement between the Government of
Canada and the James Bay Crees to détermine the terms of
the special legislation to bc so recommended, and the hope was
that such legislation could be introdueed shortly after the
coming into force of the agreement in l977. These discussions
have taken much longer than expeeted. ln all fairness,
however, part of the delay is undoubtedly attributable to the
inherent complexities and difficulties of the new legislation,
whieh in many respects involves pioneering in this area of the
law.

What has rendercd matters even more complex is the
intricate interweaving with provincial jurisdiction. Moreover,
the legislation is now also to apply to the Naskapis of Quebcc
and to thc special Naskapi reserves defined as category lA-N
land. Under the Northeastern Québec Agreement of January
îl. 1978, the Naskapis have the same type of local government
regime as is foreseen for the Crees of Quebee.

On the other hand, there is no question that attcmpts have
been made by both the Crees and the federal government t0
tztilor this proposed piece of législation to Cree needs and Cree
circumstances. This has involved very extensive and repeated
consultations with the Cree bands to develop and refine a
suitable, intelligible and workable document whieh will form
the basis ofa new federal statute.

We arc very satisficd with the federal governments
consultation to date. With the exception of thc unresolved
problems, we consider that much of thc present draft basically
it-flects Cree aspirations and the Cree position. lt is. however,
tntperative that lhe remaining problems be solved as quiekly as
jmsslblc and that the actual législation contain the draft
provisions to which the Crees have agreed.

lhe following is a summary of some of thc cssential
t’ik’lllCl’I1S of the present draft Cree-Naskapi aet. Each of the
t ice bands will be incorporated, and the old, predecessor
lndian Act bands will cease to exisl. All rights and obligations
nl the old bands will be transferred to thc incorporated bands.
Ihis will clarify the legal status of the bands and ensure their

Autonomie politique des lndiens

29:57

[Traduction]

Nous aimerions maintenant vous faire part de quelques
observations d’ordre général sur la nouvelle loi ainsi que sur sa
plaee.

Le chapitre 9 de l’entente sur la Baie James et le Nord du
Québec prévoit d’ores et déjà certains éléments de la nouvelle
loi, relatifs au gouvernement local. Il importe toutefois de
souligner que la nouvelle loi comportera bien d’autres facettes
de cette entente, et notamment le régime foncier défini à
l’article 5. À titre d’exemple des dispositions envisagées en
matière de gouvernement local et de régime foncier, nous
avons joint a notre mémoire une annexe portant le numéro l
qui contient copie de l’article 9 et des passages pertinents de
l’article 5 de l’entente sur la Baie James et le Nord du Québec.

Des entretiens devaient effectivement avoir lieu immédiate»
ment des la mise en application de l’entente conclue entre le
gouvernement du Québec et les Cris de la Baie James, dans le
but de définir les modalités de la loi spéciale recommandée par
l’entente, et nous avions espéré que cette loi serait déposée
aussitôt que possible après l’entrée en vigueur de l’entente en
I977. Les entretiens ont toutefois duré plus longtemps que
prévu. En toute franchise, il importe néanmoins de signaler
que le retard est sans aucun doute en partie imputable à la
complexité et aux difficultés intrinsèques de la nouvelle loi qui,
a bien des égards, devra faire oeuvre de pionnier dans ce
domainejuridique.

Toute cette question est rendue encore plus complexe du fait
de l’enchevêtrement des compétences, dont la compétence
provinciale. Qui plus est, la loi doit s’appliquer également aux
Naskapis du Québec et aux réserves spéciales des Naskapis
définies comme étant des terres relevant de la catégorie lA-N.
En vertu de l’entente sur le Nord»Esl du Québec intervenue le
3l janvier 1978, les Naskapis jouissent de la même forme de
gouvernement local que celle qui est d’ores et déjà prévue pour
les Cris du Québec,

En revanche, il ne fait aucun doute que les Cris comme le
gouvernement fédéral se sont efforcés d’adapter cet avant-
projet de loi a la situation et aux besoins particuliers des Cris.
En l’occurrence, il a fallu procéder a des multiples consulta-
tions très approfondies avec les bandes cries pour pouvoir
arriver a un document satisfaisant, compréhensible et com-
mode d’application qui sera le fondement de la nouvelle loi
fédérale.

Nous sommes très heureux des consultations qui ont eu lieu
jusqu’à présent avec le gouvernement fédéral. A l’exception
des problèmes qui restent en suspens, nous considérons que le
plus clair de l’ébauche actuelle traduit les grandes lignes des
aspirations et de la situation particulière des Cris. Il est
toutefois impérieux que les problèmes encore en suspens soient
résolus aussi rapidement que possible et que la loi proprement
dite contienne les ébauches de dispositions auxquelles les Cris
ont déjà donné leur aval.

Voici pour suivre un résumé de certaines des composantes
essentielles du texte actuel de l’ébauche de Loi sur les Cris et
les Naskapis. Chacune des bandes cries sera juridiquement
constituée et les anciennes bandes sanctionnées par la Loi sur
les lndiens cesseront d’être. Tous les droits et obligations des
anciennes bandes seront dévolus aux nouvelles bandes consti-

29:58

[Texl]

ability to contract and take other forms of legal action
indepéndéntly and without the intervention of thé ministcr.
The membérship in these ineorporated bands will bc that sct
out in the agreement in accordance with the criteria estab-
lishéd by thé Crees during the negotiation of the agreement.

Thé draft act also defines the band council and provides for
the positions of chief and deputy chief. lt sets out the rules for
quorums for council meetings as well as the méans by which
vacant seats on the council may be filled. ln addition, thé rules
relating to conflicts of interest for councitlors are sct out in the
draft act.

lnsofar as the actual procédures for thé council meetings are
concerned, such as notice requiréments, voting mcthods and
other such details, the draft act provides that each council may
establish its own procédures by by-Iaw. This allows flexibility
for each band council to establish its own procédures while at
the same time ensuring that the rules will be written down and
clear to all concerned.

With respect to the élections l’or the positions of councillor
and chief, each band will establish its own élection system by
by»law, Under the terms of the draft act, thc election by-Iaw
must eovér a certain number of subjects, including the way in
which the élection is called and tlie notices for élections, the
number of positions of councillors, the Iéngth of thc term of
office of the council, the means by which the chief and deputy
chief are chosen, the nomination procédures, the voting
procédures and the means of réeording and certifying the
results. This by-law must be approvcd by thc electors of the
band at a spécial band meeting, for which a minimum quorum
of band members is specified in the draft act,

The election by-law must also bé approved by the minister.
However, thé minister must approve the by»law if it includes
provisions for the matters listéd above. As long as tlie band has
eovered these subject mattérs in its by-law, the minister must
approve it, whether or not hé agréés with the modalitics. This
is the only case in which the minister has any approval power
or disapproval power of band by-laws.

Thé Govérnor in Council may make régulations for band
élections, but these will apply only where there is a vacuum
created in the case where a band does not pass an élection by-
law,

The powers to make by-laws are broad. They include a
number of spécial powers which flow from the agreement and
which are ineludéd in the draft Cree-Naskapi act, such as the
extensive powers over land use and management, hunting,
fishing, trapping and environment protection, in addition to
powers which are normally thought of as local government
powers.

lndian Self-Government

25-5-l9xt

[TraiLr/atianl

tuées. Cette disposition permettra de préciser le statiit
juridique des bandes et leur permettra de passer des contrats ct
de faire tous les autres actes juridiques nécessaires d’une façon
tout à fait indépendante et sans quc le ministre ait à intervenii

Les membres de ces nouvelles bandes dûment constituées
seront ceux qui auront été précisés dans l’entente conformé

ment aux critères établis par les Cris pendant les négociation.
qui ont abouti à la dite entente.

L’avant-projet dc loi définit également le conseil de bande cl
prévoit les postes de chef ct de sous-chef. ll précise également
le règlement en matière de quorum pour les réunions dii
conseil ainsi que les modalités de dotation des postes vacants
au conseil. En outre, l’ébauche de projet de loi précise égale
mént les règles applicables en matière de conflit d’intérêts poiii
lcs membres du conseil.

Pour cé qui est de la procédure a suivre lors des réunions dit
conseil, et notamment les avis de convocation et les méthodes
de scrutin, l’ébauche de projet de loi porte que chaque conseil
pourra arrêter sa propre procédure par voié de règlement
intérieur. Ainsi, chaque conseil de bande aura le loisir d’établii
sa propre procédure, étant bien entendu que les règles appliezi
blés seront arrêtées par écrit et compréhensibles pour tous.

Pour ce qui est de l’élection des membres du conseil et dii
chef, chaque bande devra arrêter par voie de règlement
intérieur sa propre procédure. En vertu de l’ébauche de projet
de loi, le règlement intérieur sur les élections devra comportci
un certain nombre de rubriques, notamment les modalités
d’émission des brefs d’élection, le nombre dé postes de membre
du conseil, la durée du mandat du conseil, le mode d’élection
du chef et du sous»chef, la procédure relative aux mises en
candidature, le mode de scrutin, de même que les méthodes
utilisées pour le décompte ét la vérification des résultats, (‘c
règlement intérieur devra être approuvé par les électeurs de l.i
bande à l’occasion d’une assemblée extraordinaire de la bande.
assemblée pour laquéllé un quorum minimum est expressément
prévu par l’ébauche de projet de loi.

Le règlement intérieur sur les élections doit également Ôlll‘
approuvé par le ministre. Toutefois, ce dernier doit approuvi-i
le règlement s’il comporte certaines dispositions relatives aux
éléments sus-mentionnés. Pour autant que la bande ait
effectivement prévu ces éléments dans son règlement intérieur,
le ministre doit donner son aval, même si les modalités ainsi
prévues ne le satisfont pas. ll s’agit en l’occurrence du seul c.i-.
pour lequel le ministre a le pouvoir d’approuver ou de ne pu‘.
approuver un règlement intérieur dé la bandé.

Le gouverneur en conseil peut établir des règlements rélatil-.
aux élections au sein des bandes, lesquels règlements s’appli
queront uniquement si la bande n’a pas encore adopté son
propre règlement intérieur.

Les pouvoirs de réglementation interne sont très étendus. Il
s’agit notamment d’une série de pouvoirs spéciaux découlant
de l’entente et qui font d’ores et déjà partie de l’ébauche de l iii
sur les Cris et les Naskapis; il s’agit notamment de toute llllt‘
série de pouvoirs très étendus en matière d’utilisation et \lt’
gestion des terres, dé péche, de chassé, de piégeage ét (lr
protection de l’environnement, sans parler des pouvoirs qui
sont normalement dévolus aux paliers dé gouvernement locaux

25-5-1983

[Texte]
The band corporation will have the power tu impose Certain
types ol taxes as well as user lees for services,

Thc cxercise of some 0l these by-laws. such as those
respecting hunting, lishing, trapping and taxation. are subject
t0 the approval ol the electors of the band. Quorums are
specilied for the” approvals in order to ensure that there is
suflicient representation ol the members ol the community
when a decision is made.

° 1040

With respect to the holding of band meetings and relerenda
in order to obtain band members‘ approval. where such is
required, the bands are lree to pa their own by-laws, sctting
out the procédures lor these meetings and referenda.

Thc Governor in Council may pass regulations conccrning
the procedures for band meetings and refercnda, but again, the
régulations will only apply in the case of a vacuum created
where a band has not passed its own by-law.

The draft act also sets out the requirements for linancial
administration. These include the requirements for the making
ol budgets, the annual audit of the band corporation, the
authorization by the band treasurer of expenditures and thc
requirement to present both the budget and the audited
linaneial statements to the band membership at public
meetings. They also include a requirement that any by-law
authorizing long-term borrowing be approved by the band
members.

More than halfof the draft Cree»Naskapi act deals with the
land régime on category IA lands. Thc basic land regime was
set out in Section 5 ol thc agreement and most ol it is repeatcd
in the draft leïslzttion. ln addition, the actual procédures by
which the de ons are made are also set out in detail in the
draft Crec-Naskapi act. Without going into the details ol a
somewhat complcx regime, the following are some ol the
major leatures of this regime.

First ol all, the Cree bands have control 0l their own land.
Any granting ol any type of right whatsoever on these lands is
in the hands of tlie band. The minister has no power to grant
or to intervene in thc granting of any type of rights. lt is the
liands who control the lands as well as the resources, including
forcstry and mineral resources on category IA lands. For these
purposes, a speeially designed registry system will be estab-
hshed and maintained in each community to protect individual
rights and provide compréhensive land use information for the
mntmunity.

In the draft Crec-Naskapi act, there is no concept équivalent
tu that in the lndian Act of “cession lor lease” or for any other
icason. The lands do not have to be ceded in order to be leased
m dealt with any other way. The band acts as owner of the
lands and the resources thcreon.

Autonomie politique des lndiens

29:59

[Traduction]

L’entité juridiquement constituée qu’est la bande aura le
pouvoir d’imposer certaines taxes ainsi que des droits d’utilisa-
tion a l’égard de certains services.

L’application de certains de ces règlements intérieurs. par
exemple ceux qui touchent la chasse. la péche, le piégeage et la
fiscalité, devra être entérinée par les électeurs membres de la
bande. En l’occurrence, certains quorums sont spécifiés afin
que, chaque lois qu’une décision est prise. les membres de la
collectivité soient représentés en nombre stillistint.

En ce qui concerne la tenue des réunions de bande et
l’organisation des référendums dans le but d’obtenir le
consentement des membres de la bande, le cas échéant, les
bandes sont libres d’adopter leurs propres règlements et
d’établir la procédure a suivre pour l’organisation de ces
réunions et référendums,

Le gouverneur en conseil réglemente la procédure à suivre
pour l’organisation des réunions de bandes ou des référendums,
mais une lois de plus, ces règlements ne s’appliquent que
lorsqu’une bande n’a pas adopté son propre règlement
intérieur.

L’avant-projet de loi établit également les principes
d’administration financière. Ceux-ci portent sur l’établisse-
ment des budgets, la vérification annuelle de la bande,
l’autorisation des dépenses par le trésorier de la bande ainsi
que l’obligation de présenter le budget et les états financiers
vérifiés aux membres de la bande lors des séances publiques.
lls prévoient également que tout règlement autorisant des
emprunts à long terme soit approuvé par les membres de la
bande.

Plus de la moitié de l’avant-projet de loi crimaskapi porte
sur le régime foncier à appliquer aux terrains de catégorie lA.
Ce régime foncier avait été établi a l’article 5 de l’accord et la
plupart de ses dispositions se retrouvent dans notre avant-
projet de loi, En outre, cet avant-projet de loi prévoit égale-
ment la procédure à suivre pour prendre des décisions. Sans
vouloir trop approfondir ce régime foncier quelque peu
complexe, je voudrais vous citer certaines caractéristiques
principales de ce régime.

Tout d’abord, les terres appartenant aux Cris sont sous
administration de la bande. L’octroi d’un droit quelconque sur
ces terres repose entre les mains dc la bande. Le ministre ne
peut accorder de droits ni intervertir dans l’octroi de ces droits.
Ce privilège revient aux bandes qui contrôlent les terres ainsi
que les ressources. y compris les forêts et les ressources
minières que renferment les terres de catégorie lA. A cette fin,
un système de cadastre spécial sera établi et tenu à jour dans
chaque collectivité en vue de protéger les droits de chacun et
d’offrir des renseignements à la collectivité de l’utilisation
globale des terres.

L’avant—projet de loi cri-naskapi ne renferme aucun concept
équivalent à la ‘cession pour fins de loeation’ que renferme la
Loi sur les Indiens. Les terres ne doivent pas être cédées en vue
d’être louées ou pour qu’on lasse quoi que ce soit avec ces

29:60

lndian Self-Government

25-5-l0N l

[Texl]

The band also has expropriation powers over certain
intèrests in the lands and buildings for community purposes.

The major decisions relating to the dispositions of rights and
interests in the lands or buildings or resources are also subject
to band membership approval. Thus, for example, no long-
tcrm leases may bc signed and no lorcstry or minéral rights
may be exploitcd unless the band members have voted to allow
such activities. Again, the draft act sets the minimum number
of band members who must vote on the issue in order for the
transactions to be approved. This ensures that thc control of
the land base, which is seen as communal property, remains in
the hands of the band membership.

The draft Cree-Naskapi act will also contain provisions
relating to successions of Crees where a Cree individual dies
without a will. The sections will make special provisions for
traditional property, that is, properly used in hunting, lishing
and trapping, in order to ensure Cree traditions with respect t0
same can be maintained.

Thc draft legislation contains provisions relating to taxation
and scizure exemptions which are essentially équivalent to
those presently found in the lndian Act. There will be addi-
tional provisions relating to policing and the administration of
justice which flow from the agreement.

This working draft has undergone many revisions and is still
a private document. Furthermore, discussions thereon continue
and further revisions are expected. Consequently, we cannot
distribute this document.

Discussions on the proposed législation has involved a re-
examination and a re-analysis of the operations of and future
relations with most branches of the Department of lndian
Affairs and Northern Dcvelopment as well as the activities of
many other departments. This leads us directly into the issue
of financing.

At this point in thc presentation of our brief, I would like to
call upon Grand Chief Billy Diamond.

Chief Billy Diamond: Thank you, Mr. Chairman.

Mr. Chairman, when you are talking about self-government,
you also have to consider the financing, especially when you
are talking about the dralting of a new piece of lcgislation.
From our expcrienee in the implcmentation of the James Bay
and Northern Quebee Agreement, we thought it would be wise
for this Committee to hear testimony concerning the financing
of self-government under the proposed Crce-Naskapi legisla-
tion. And it is in this context that we drafted the last part of
the brief.

ln March of 1981, the Crees raised the question of this draft
Iegislation on the occasion of a presentation to thc Standing
Committee on lndian Affairs and Northern Dcvelopment. ln
its brief to thc committee, the Grand Council of the Crees of

[Translation]

terres. La bande fait office de propriétaire des terres et (le.
ressources qu’elles renferment.

La bande détient également un pouvoir d’expropriation sur
certains droits portant sur des terres et bâtiments, et ce, rlt–.
fins communautaires.

Les membres de la bande doivent également donner leur
consentement à toute décision importante portant sur l.t
cession des droits portant sur des terres, des bâtiments ou Ll\”»
ressources. Ainsi, par exemple, aucun bail à long terme ne peut
étre signé et aucun droit sur les ressources forestières tlll
minières ne peut être exploité si les membres de la bande n’ont
pas autorisé la poursuite de ces activités. L’avant-projet de llll
fixe le nombre minimum de membres de la bande qui doivent
voter en vue d’autoriser les transactions en cause. Cela permet
de s’assurer que le contrôle des terres, considéré comme étant
la propriété de la collectivité, demeure entre les mains «le-t
membres de la bande,

L’avant-projet de loi cri-naskapi renfermera également «le.
dispositions portant sur la succession lorsqu’un Cri décetlt-
intestat. ll prévoit également des dispositions spéciales sur les
biens traditionnels, à savoir les biens utilisés dans la poursuite
des activités de chasse, de pêche et de piégeage, en vuc
d’assurer le maintien des traditions cries.

L’avant-projet de loi renferme des dispositions sur les
exonérations d’impôt et de saisie, qui sont à peu près équiva
lentes à celles qui figurent dans la Loi sur les lndiens. D’autres
dispositions porteront sur les activités de police et Fadministra
tion de la justice, dispositions découlant de l’accord signé.

Cet avant-projet de loi a été révisé à de nombreuses repri
et demeure encore un document privé. De plus, les discus. our.
se poursuivent et d’autres révisions sont attendues. Par
conséquent, nous ne pouvons pas vous distribuer ce document

Les discussions qui ont porté sur l’avant-projet de loi ont
porté sur le réexamen et sur une analyse nouvelle des activités
et des relations futures avec la plupart des bureaux régionaux
du ministère des Affaires indiennes et du Nord ainsi que sur
les activités de nombreux autres ministères. Cela nous améru-
directement à la question du financement.

Pour en parler, je voudrais céder la parole au grand cltt-t
Billy Diamond.

Le chef Billy Diamond: Merci, monsieur le président.

Monsieur le président, lorsqu’on parle d’autonomie politr
que, il faut également se pencher sur la question du financi-
ment, surtout lorsqu’il s’agit de rédiger une nouvelle ltll
D’après les enseignements que nous avons tirés de l’application
de l’accord de la Baie James et du nord du Québec, nous avoir.
pensé qu’il serait bon que ce Comité entende des témoignage‘.
sur le financement de l’autonomie politique dans le cadre llt‘
l’avant-projet de loi cri-naskapi. Et c’est en gardant cela {r
l’esprit que nous avons rédigé la dernière partie de notu-
mémoire.

En mars 1981, les Cris avaient soulevé cette question llt‘
l’avant-projet de loi lors d’un exposé qu’ils avaient fait devant
le Comité permanent des Affaires indiennes et du Nord. Dam
son mémoire au Comité, le Grand conseil des Cris du Québct‘

25-5-1983

[Texte]
Quebee indicated that it considered the funding of the
proposed législation to be very significant.

The Cree brief also pointed out that funding estimatcs for
the proper implcmentation of thc act were very substantial.

Although the department in March of 198| had not yet
come to grips with the issue of funding, there have since been
detailed financial discussions with the représentatives of the
Department of lndian Affairs and Northern Dcvelopment for
the purpose ol detcrrnining reasonable and specific community
and regional support service requiremcnts, detailed cost
cstintates and appropriate budgets for self-government.

In our view, self-government is the means by which the Cree
communities, the nucleus of the Cree society, are to be
preserved and maintained and strengthened. Self-government
thus deals with the daily lives of the Crees.

Cree self-government includes acting as the local govern-
ment authority for all persons on Cree lands, using, managing
and administering Cree lands and the natural resources
thcreof, providing, operating and maintaining housing, public
buildings and other public facilities and works, establishing
and administering services, programs and projects for band
members, prontoting community development and the general
welfarc of the band, promoting and preserving the culture,
values and traditions of the Crees, carrying out the specific
powers, duties and responsibilities of the bands under The
James Bay and Northern Quebcc Agreement and, in general,
managing band affairs.

Traditionally, the Cree local governments have a role in
assisting members of the community in regard to their
traditional way of life and in resolving internal and community
problcms.

Thus, self-government deals only with people and making
rules for the activities of people and providing services and
programs for them; it also deals with the provision, the
operation and maintenance of physical facilities for their well-
heing and the management and use of their lands.

ln the case of the Crees, self-government also involves
administering and providing services and programs in the Cree
language which, of course, adds another dimension and
expense.

And l may add, Mr. Chairman, that the Cree language is a
rccognized language in thc official Quebcc language charter,
tlre famous Bill l0]. In fact, the Crees are exempt from the
application of Bill 101 in the territory.

Cree self-government has a regional and a local dimension.
llowever, as mentioned, this brief deals only with the local
tlnncnsion.

In other words, ‘elf-government entails much more than the
Ittnctions of muni ipal government. In the case of the Crees,
self-government is further complicated by the vast tracts of
Lrnrl to be administered . . . over 1,274 square miles of category
lt\ lands which are undcr federal jurisdiction—the compara-
(IVC remoteness of the area, the difficulties of transportation.

Autonomie politique des lndiens

29:61

[Traduction]
avait indiqué qu’il estimait que le financement de l’avant-
projet de loi était très important.

Le mémoire faisait également remarquer que les prévisions
de dépenses portant sur l’administration de la loi étalent
considérables.

Bien qu’en mars 1981, le ministère n’eût pas encore résolu la
question du financement, des discussions financières approfon-
dies ont eu lieu avec les représentants du ministère des Affaires
indiennes et du Nord dans 1e but de définir lcs services de
soutien qui seraient octroyés à la collectivité et a la région, de
déterminer les coûts approximatifs et le budget correspondant
a l’autonomie politique de notre groupe.

A notre avis, ce n’est qu’en étant autonome que les collecti-
vités cries, le noyau de la société crie, pourront étre préservées
et renforcées. L’autonomie politique des Cris concerne donc
leur vie quotidienne.

En étant autonomes, nous voulons faire office d’autorité
publique locale pour toute personne résidant sur des tcrres
appartenant aux Cris, utiliser, gérer et administrer les terres et
les ressources naturelles appartenant aux Cris, offrir, gérer et
entretenir les logements, les bâtiments publics et les autres
installations et ouvrages publics, offrir et administrer des
services, programmes et projets pour le compte des membres
de la bande, promouvoir le développement de la collecti et
le bien-étre général de la bande, promouvoir et préserver la
culture, les valeurs et les traditions des Cris, exercer les
pouvoirs, fonctions et responsabilités des bandes en vertu de
l’Accord de la Baie James et du nord du Québec et, en général,
administrer les affaires de la bande.

Selon la tradition, l’administration locale crie aide les
membres de la collectivité dans tout ce qui touche leur mode
de vie traditionnel et à résoudre les problèmes internes et
collectifs.

Ainsi, l’autonomie politique concerne les individus, l’établis-
sement de règles régissant leurs activités et la prestation de
services et programmes; elle prévoit également l’offre,
I’admin’stration et l’entretien de locaux pour le bien-étre de la
collectivité ainsi que la gestion et l’utilisation de ses terres.

Dans le cas des Cris, l’autonomie politique comprend
également l’administration et la prestation de services et de
programmes en langue crie ce qui ajoute évidemment une
autre dimension et des dépenses supplémentaires.

Puis-je me permettre d’ajouter, monsieur le président, que la
langue crie est une langue reconnue par la charte linguistique
officielle du Québec, le célèbre bill 101. En fait, les Cris sont
dispensés de l’application du bill 101 sur leur territoire.

L’autonomie politique des Cris comprend également une
dimension régionale et locale. Cependant, comme nous l’avons
déjà dit, ce mémoire ne porte que sur sa dimension locale.

En d’autres termes, l’autonomie politique ne comprend pas
uniquement l’exercice de fonctions inhérentes a l’administra-
tion municipale. Dans le cas des Cris, cette autonomie est
rendue plus difficile par l’étendue des tcrres à administrer, plus
de 1,274 milles carrés de terre de catégorie 1A qui relèvent du
gouvernement fédéral, par l’éloignement relatif de la région,

29:62

lndian Self-Government

25-5-198]

[Tcxil

the high cost ol living, ol materials and ol work in the northern
communities, and the high cost ol the infrastructures, the
extensive capital building programs still required lor thc Cree
communities and the need to maintain in a good condition the
ncw housing and community lacilities built since the signing 0l
The James Bay and Northern Quebcc Agreement.

Thus a comprehcnsivc approach to the linancing ol bands is
indispensable. lt is evcn more critieal when the bands assume a
very large part 0l the responsibilitics ol the Department 0l
lndian Affairs and Northern Dcvelopment, which this new
législation envisages.

‘ 1050

Thus, a comprehensive approaeh to the linaneing ol bands is
indispensible, lt is even more critical when the bands assume a
very large part ol the responsibilities 0l the Department 0l
lndian Affairs and Northern Dcvelopment which this new
lcgislation envisages.

Conscquently. the operation and maintenance ol community
buildings and infrastructures, and the lurnishing 0l band
programs and services, are an integral part ol the general
‘administration by tltc band ol his own allait . ll funding lor
this purpose is inadequate, the band cannot eflectively control
its own allairs.

Finally, il the lunding mechanism is too restricted or
lragmcnted, the realization ol sell-government is seriously
compromised, While some ol these propositions may seem
obvious, it is also truc tltat thc existing linancial policies 0l the
Government 0l Canada do not take these factors into account.

The Department ol lndian Allairs and Northern Dcvelop-
ment provides little lunding lor administration 0l bands, while,
0l course, it incurs large expenditures lor its own administra-
tion. However, what is worse is that in the eight Cree com-
munities in 1981 and 1982, the total lunding lrom the
department lor all Cree bands lor administratian, operation,
and maintenance and other local services was approximately
51,100,000, or 3150 per capita. This represents approximately
one—tcnth ol the needs. The funding proposed by the depart-
ment lor this year has not improved signilicantly. ln ellect, the
Crees 0l James Bay are receiving approximately one-cighth 0l
the lunding lor comparable communities in the Northwest
Territories. lt is clear that with such lunding levels, Cree sell-
government will virtually be impossible to achieve.

ln the recent Cree experience with the lailures in imple»
menting parts ol Thc James Bay and Northern Quebcc
Agreement is considered, it is easily understandable why
without proper linancial guarantees thc Crees thcmselves will
reluse t0 support this législation.

Presently, much 0l the lunding ol tlie bands is obtained
through the programs 0l thc Department 0l lndian Allairs and

[Translation]

les dilficultés de transport, le coût élevé de la vie, des mate
riaux et du travail dans les collectivités du nord, par le coût
élevé de Finlrastructure, les programmes de construction zi
forte intensité de capital dont ont encore besoin les collectivités
cries, et par la nécessité d’entretenir les nouveaux logements ‘t
les nouveaux locaux communautaires construits depuis la
signature de l’Accord de la Baie .larncs et du Nord du Québec.

ll est donc essentiel d’aborder de laçon globale le linanee—
ment des band .. ll est encore plus important de le laire
lorsque les bandes devront a ‘unter une part importante des
responsabilités dévolues au min stère des Allaires indiennes et
du Nord, ce que préconise cette nouvelle loi.

Par conséquent. une approche exhaustive pour le linanee-
ment des bandes est indispensable. Elle sera encore plus
essentielle lorsq e les bandes assureront une très grande part
des responsabilités du ntinistère des Allaires indiennes et du
Nord canadien, comme le prévoit cette nouvelle mesure
législative.

Par conséquent, le fonctionnement et le maintien des
immeubles et des infrastructures des collectivités. de même que
la prestation des programmes et des services aux bandes
constituent une partie intégrante de ladministrattiun générale.
par les bandes, de leurs propres allaires. Si le linancentent de
ces activités est insullisant, les bandes nc pourront pas
ellicacement contrôler leurs propres affaires.

En dernier lieu, si lc mécanisme de linancement est trop
limité ou lragmenté, la concrétisation de l’autonomie politique
est gravement compromise. Bien que certaines de ces proposi
lions puissent sembler évidentes, il est vrai aussi que les
politiques financières actuelles du gouvernement du Canada ne
tiennent pas compte de ces facteurs.

Le ministère des Affaires indiennes et du Nord canadien ne
subventionne pas sullisamment l’administration des bandes.
alors qu’il dépense beaucoup d’argent pour sa propre adminis
tration. Cependant, le pire est que dans les huit communautés
Cries, en 1981 et 1982, le linancetnent total assuré par le
ministère pour toutes les bandes Cries pour l’administration, lt‘
fonctionnement et la maintien de même que pour d’autres
services locaux s’élevait à environ 31,100,000 soit S150 [1111
habitant. Cela représente environ un dizièmc des besoins. | e
financement proposé par le ministère pour cette année ne s’est
pas vraiment amélioré. En ellet, les Cries de la Baie Jantes
touchent environ un huitième des londs versés â des collectivi
tes comparables dans les Territoires du Nord-Ouest. Avec dl‘
tels niveaux de linancement, il est évident que les Cries m‘
pourront pratiquement jamais atteindre leur autonontu-
politique.

D’après l’expérience récente des Cries, et compte tenu kit‘
l’échec de la mise en vigueur de certaines parties de l’accord «le
la Baie James et du nord québécois, il est lacile de Comprcntlit
pourquoi sans garantie linanciére sullisante, les Cries refuse
ront d’appuyer cette loi.

Actuellement, une grande partie des londs des blllltlt”.
proviennent des programmes du ministère des Allan-t”.

255-1983

[Texte]

Northern Dcvelopment. The lunds arc voted by Parliament
through various appropriation acts but have t0 lit into the
lramework ol the departmental policies and programs.

Essentially, the bands are at present provided very limited
CORE and administrative funding which does not even come
close t0 meeting present administrative expcnses for powers
they now exereise under the lndian Act. Therc is very limited
funding lor operation and ntaintcnance. Such lunding is
unrcalistically based on tlie state of thc Cree communities of
70 years before thc considérable housing and infrastructure
programs began. There is very limited lunding for other
essential services, such as lire protection.

As we have mentioned, thc implcmentation of Thc James
Bay and Northern Quebcc Agreement has encountercd many
and very serious difficulties. Potentially the implcmentation of
the proposed Crec-Naskapi act could cause even greater
problems. They can only bc avoided il the proper resources are
provided t0 the Crees to go along witli the new powers and
responsibilitics.

Current lcvels ol’ financing, procédures, funding mcthods,
lincs of communication and authority, inadequate as they arc
on lndian reservcs throughout tltc country, particularly in
northern communities, will be rendered absolutely inapplicable
to the Crees with thc new législation.

Self-government cannot be properly carried out without a
lirm assurance of satislactory lunding lcvcls without which
none of the bands can properly plan or carry out its respon—
sibilities and dutie.

ln addition, even without the new funds which must be
provided with thc assumption of new responsibilities, there is a
very important dillerencc in respect to thc Cree bands. ln
ellect, Section 28.15 of Thc James Bay and Northern Quebcc
Agreement makes specific provision lor the lunding ol thc
administration costs of the bands.
Section 28.151 states:
Canada shall, subject to departmental directives existing
frotn time to time, provide Cree local governments and thc
Cree regional authority with CORE lunding for the conduct
0l their internal ‘administration and other lunds to eover
administrative costs of govcrnmental programs delegatcd to
thc said governments and/or Authority.

lt is to be notcd that it is not only CORE funding that is to
be provided but as well other funds to covcr administrative
costs of govcrnntcntal programs including services on a local as
well as a regional bas ‘.

During the recent review of the James Bay and Northern
Quebcc Agreement. this subsection, insolar as local govern-
ments wcrc concerned, was lcft to be implcmented at the time
0l dealing with the proposed Crec-Naskapi act. This time has
110W CÛIUC.

Autonomie politique des lndiens

29:63

[Traduction]

indiennes et du Nord canadien. Le Parlement vote les londs
par le biais de diverses lois de subsides, mais ils doivent
correspondre aux politiques ainsi qu’aux programmes du
ministère.

Essentiellement, les bandes disposent actuellement d’alloca-
tions très limitées pour lrais généraux et pour frais administra-
tifs, qui ne correspondent pas du tout aux frais administratifs
actuels correspondant aux pouvoirs qu’ils exercent maintenant
en vertu de la Loi sur les lndiens. ll s’agit donc d’un finance»
ment très limité en ce qui concerne l’entretien et l’exploitation.
L’établissement de ces fonds est fondé de façon non réaliste sur
la situation des collectivités cries 70 ans avant le début de
programmes considérables de logements et d’infrastructures,
Ce financement est aussi très limité pour d’autres services
essentiels comme la protection contre les incendies.

Encore une fois, la mise en oeuvre de la Convention de la
Baie James et du Nord québécois a rencontré des difficultés
nombreuses et très graves. La mise en vigueur de ce projet de
loi touchant les Cris et les Naskapis risquerait de soulever des
problèmes encore plus considérables, On ne peut lcs éviter
qu’en assurant aux Cris des ressources suffisantes qui aillent
de pair avec lexreleurs nouveaux pouvoirs ainsi que leurs
nouvelles responsabilités.

Les niveaux actuels de financement, les procédures, les
méthodes d’allocations, les lignes de communication et les
niveaux hiérarchiques, déjà insuffisants dans les réserves
indiennes dans tout le Canada, particulièrement dans le nord,
seront rendus entièrement inapplicables aux Cris compte tenu
de cette nouvelle loi.

L’autonomie politique ne saurait exister vraiment sans la
garantie ferme d’un niveau de financement satisfaisant sans
lequel aucune des bandes ne pourra planifier ni exécuter ses
responsabilités et ses fonctions.

En outre, même sans les nouveaux fonds qu’il faudra obtenir
en raison des nouvelles responsabilités, il existe une différence
très importante pour les bandes indiennes. En effet, l’article
28.15 de la Convention de la Baie James et du Nord québécois
prévoit de façon précise le financement des frais administratifs
des bandes.

L’article 28.151 stipule:
Sous réserve des directives ministérielles existantes en tout
temps, le Canada loLtrnit des allocations pour frais généraux
core funding et autres fonds semblables a chaque adminis-
tration locale crie pour couvrir les frais d’administration des
programmes et, à l’Administration régionale crie, pour
couvrir les lrais et dépenses d’administration de ces adminis-
trations locales et régionale.

ll faut souligner qu’il faut assurer non seulement les frais
généraux mais aussi d’autres fonds pour couvrir les frais
d’administration des programmes, y compris des services
relevant d’administrations locales et régionales.

Au cours du récent examen de la Convention de la Baie
James et du Nord québécois, cet article, en ce qui concerne les
administrations locales, devait être mis en oeuvre lors de
l’étude du projet de loi concernant les Cris et les Naskapis. Ce
moment est maintenant venu.

29:64

lndian Self-Government

zss-wxi

[Texl]

The Cree communities arc disbursed ovcr a widc territory,
as described to you by the Cree chiefs earlier, Moreover, as
can be seen by individual chiefs, and this is explained in the
federal review, there has been a formidable effort by the Crees
since the signing of The James Bay and Northern Quebcc
Agreement, particularly since 1979, in regard to the develop-
ment of the Crees. Much of this was able to take place because
of the financing provided by the Crees themselvcs through the
Board of Compensation of thc Cree Regional Authority from
their heritage fund.

-Water and sewage disposal systems to service all or part of
the community were constructed in Rupert House, in Was-
wanipi, Wemindji and Nemaska. The water and sewage
system was extended in Mistassini. Water and sewage disposal
systems are planned for Eastmain and Great Whale. Construc-
tion is to begin this year in Eastmain, and hopefully later on
this year in Great Whale River.

There has been a massive housing program in most of the
Cree communities and the Cree Housing Corporation has built
approximately 310 houses over the past seven years. ln
addition, some 94 new houses were built in Chisasibi by the
Fort George Relocation Corporation.

ln some of the communities, certain community facilities
have been built or acquired. Frein 1978 to I980, a new
community worth over S50 million was constructed by the
Crees of Chisasibi with Cree moneys obtained as a result of a
session made by them in respect of their James Bay projeetw
over S40 mil1ion—and in return for a release to thc fedcral
government from specific undertakings it made at the time of
the signing of the agreement in principlc of November 15.
I974, which preceded The James Bay and Northern Quebcc
Agreement, approximately S10 million.

The Crees have had to advanee ovcr S15 million of their own
funds for these community improvements, and, despite the
federal review and the recent Cabinet decision thereon, there
are still no commitments that they will bc reiinbursed over S8
million of these moneys.

Despite this extensive building program. and the dramati-
cally changed physical circumstances of the communiti s,
there has been virtually no increase in funds for operations and
maintenance provided by the Québec Regional Office of the
Department of lndian Affairs and Northern Dcvelopment. ln
fact, last month thc Crees learned that the moneys provided by
the Crees are not even taken into account to determine the
value of capital infrastructures on which the funding formula
for operation and maintenance is based.

ln the case of Chisasibi. thc Crees are expected to operate
and maintain S50 million worth of buildings and facilities on a
departmental contribution of some 5100000, The estimated
operation and maintenance costs are about 55800000. With
examples like this, the Crees‘ appréhension is, to say thc least,
justified.

[Translation]

Les collectivités cries sont dispersées sur un vaste territoire.
comme vous l’ont déjà dit nos chefs. En outre, comme l’ont dii
chacun, et cela s’explique dans l’examen fédéral, les Cris ont
fait un effort considérable depuis la signature de la Convention
de la Baie James et du Nord québécois, notamment depuis
1979, pour favoriser leur développement. Cet effort a été
possible en raison du financement que les Cris se sont assiiri”
eux-mêmes par le bi is de la Commis on des accidents du
travail de l’administration régionale crie, et grâce a leur fonds
du patrimoine.

Des sytèmes de canalisation d’eau et d’évacuation des égouts
pour desservir l’ensemble ou une partie de la collectivité tlnl
été construits à Rupert House, Waswanipi, Wemindji et
Nemaska. Le système d’eau et d’égouts a été prolongé Îi
Mistassini. De tels sytèmes sont prévus pour Eastmain et
Great Whale. Les travaux de construction vont commencer
cette année a Eastmain, et nous espérons que ceux de Great
Whale se feront un peu plus tard cette année.

Il y a eu beaucoup de programmes de logements dans l.l
plupart des collectivités cries, et la Corporation crie de
logements a construit quelque 310 habitations depuis sept ans-
En outre, la For! George Relocazion Corpora/irm a construit
94 nouveaux logements à Chisasibi,

Dans certaines des collectivités des installations eomnwunau
taires ont été construites ou achetées. Entre 1978 et 1980, les
Cris de Chisasibi ont construit un nouveau centre d’une valeur
de plus de 50 millions de dollars avec de l’argent qu’ils ont
obtenu à la suite d’une session qu’ils ont tenue au sujet de leur
projet de la Baie James — avec plus de 40 millions de dollars
——— et grâce une décharge ziccordée au gouvernement fédéral
de certaines promesses qu’il avait faites lors de la signature tli-
l’accord de principe, le 15 novembre 1974, accord qui avait
précédé la Convention de la Baie James et du Nord québécois.
ce qui représentait environ I0 millions de dollars.

Les Cris ont dû avancer plus de 15 millions de dollars tlr
leur propre fonds pour les améliorations de ces collectivités, ci
en dépit de l’examen fédéral et de la récente décision prise a Ct‘
sujet par le Cabinet, on ne leur a pas encore promis qu’il.
obtiendront par rapport à cette avance un remboursement «le
plus de 8 millions de dollars.

En dépit de ce grand programme de construction, et de‘.
changements considérables de la situation de ces colleetivit’ .
le bureau régional du Québec du ministère des Affaiit-u
indiennes et du Nord canadien n’a pratiquement pas augmeniv
les fonds d’entretien et d’exploitation. En fait, le mois dernier.
les Cris ont ‘appris que leurs propres fonds ne sont pas ménn
pris en compte pour déterminer la valeur des grands travaux
d’infrastructures sur lesquels est fondée la formule de finance
ment pour l’entretien et l’exploitation.

Dans le cas de Chisasibi, les Cris devraient assurer W
millions de dollars pour des constructions et des installation»
alors que la contribution du ministère s’élève a environ
5100000. Les coûts cstimatifs de l’entretien et de l’exploii.i
tion représentent environ 58800900. Avcc de tels exemplea.
l’appréhension des Cris est pour le moins justifiée.

25-5-1983

[Texte]

The Cree financial study group, in reviewing the funding
problems, came up with a number of vcry pertinent observa-
tions and conclusions. Somc of these may be summarized as
follows.

(a) Funding for administration and operations and mainte-
nance has not kept pace with thc growth of infr trueture and
other local responsibilities. Significant funds have not been
provided for maintenance or costly assets which could well
result in repairs or replacement being required prcmaturely.

(b) There is a severc lack of maintenance facilities and
equipmcnt. Many of the communities lack proper garage
facilities and equipmcnt for repairs and maintenance.

‘ 1100

(c) Equipment and funding are lacking for services which
are considered as standard and essential. For instance,
effective fire prevention and fire-fighting capability are non-
existeni in a majority of the communities and inadéquate in all
of them. There are very high insurance prcmiums and
unacceptable levels of danger to life and property. Waste
disposal facilities are also inadéquate.

(d) Technical and other qualified back-up for the eomniuni-
ties is inadéquate. The Department of lndian Affairs has
withdrawn from the field but has failed to provide funding in
lieu of the service. ln any event, it is very doubtful that the
department could meet the new and increasing demands for
specialized support. The only Iogical solution is a Cree-
controlled support system based on specific detailed mandatcs
and job descriptions with effective accountability to the local
level.

(e) There is a desperate necd for a new method of co-
ordinating government funding and policies with regard to the
entire broad range of local development issues. For instance,
there is an enormous waste of scarce human and financial
resources involved in the complex process of securing funds.
There are fragmcnted approaches and efforts, a bewildering
array of monitoring and reporting requirements, unnecessary
extra expenditures, or often funds totally wasted because they
could only be directed towards a small part of the problem or
could not be directed to the part which had to be dealt with
first.

(f) There is a major disparity between the funding for the
(‘ree communities and the comparable communities in the
Northwest Territories. Prescntly, the comparable communities
in the Northwest Tcrritories are fundcd at a level eight times
izreater than the Cree communities even though thc cost
laetors are quite similar. The same types of communities are
tunded directly by tlie same Department of lndian Affairs and
Northern Dcvelopment.

(g) The coinbined impact on costs due to northern condi-
IIUHS, remoteness and soeio-eeonomic factors has not been
ailcquately addressed in present programs and budgets. For
t-xzimple, in three of the Cree communities very scarce

23131-4

Autonomie politique des lndicns

29:65

[ Traduction]

Le groupe d’étude financier des Cris, qui a examiné les
problèmes de financement a présenté un certain nombre
d’observations et de conclusions très ertinentes ui euvent se

_ ‘l
resumer comme suit.

(a) Le financement des frais administratifs de même que de
l’entretien et de l’exploitation ne correspond pas au développe-
ment de l’infrastructure et d’autres responsabilités locales. Des
fonds suffisants n’ont pas été assurés pour assurer l’entretien
de biens coûteux, ce qui pourrait entraîner des réparations ou
des remplacements et ce de façon prématurée.

(b) 1l y a un manque grave d’installations et d’équipement
d’entretien. De nombreuses collectivités ne possèdent pas de
garage satisfaisant ainsi que d’équipement pour la répartition
et l’entretien.

e) Des services considérés comme normaux et essentiels ne
sont pas assurés faute de matériel et de financement. Par
exemple, dans la majeure partie des communautés. il n’y a
aucune organisation de lutte contre l’incendie et les rares
mesures dans ce domaine sont insuffisante. Les primes
d’assurance sont donc particulièrement élevées a cause des
risques excessifs pour la vie et la propriété des habitants. l.e
système d’enlèvement des déchets est également insuffisant.

d) Les communautés manquent de spécial les et de
personnel technique. Le ministère des Affaires ind nnes ‘est
retiré de ce secteur mais n’a pas remplacé ses services par un
financement adéquat. Quoi qu’il en soit, il est peu probable que
le ministère puisse faire face aux besoins croissants dans cc
secteur. La seule solution logique, c’est un système d’adminis-
tration des compétences contrôlées par les Cris accompagné de
descriptions d’emplois et d’un système local et efficace de
responsabilités.

e) 1l faut absolument trouver de nouvelles méthodes de
coordination des financements et des politiques gouvernemen-
tales pour tout ce qui est développement local. Par exemple. en
dépit de la pénurie très grave de ressources humaines et
financières nécessaires pour le processus complexe de finance-
ment, le gaspillage est incroyable. On assiste a des efforts
dispersés, il y a toute une gamme de systèmes de contrôle et de
responsabilités comptables désordonnés qui n’empêchent pas
les dépenses inutiles et, souvent, le gaspillage de fonds qui ont
été consacrés à la solution d’un élément d’un problème ou qui
ont servi à attaquer le problème par le mauvais bout.

j) 1l y a une grave disparité entre le financement des
communautés Cris et celui des communautés des Territoires
du Nord-Ouest. A l’heure actuelle, les communautés des
Territoires du Nord-Ouest reçoivent un financement huit fois
plus grand que les communautés Cris bien que les facteurs
coûts soient très semblables. Or. dans tous les cas, le finance-
ment vient du ministère des Affaires indiennes et du Nord
canadien.

g) Les effets combinés des coûts attribuables aux conditions
dans le Nord, à l’éloignement, à des facteurs socio-économi-
ques, n’ont pas bien été évalués par les programmes et les
budgets actuels, Par exemple, il y a trois communautés cries où

29:66

lndian Self-Government

25-5- l 98.!

[Te-XI]

maintenance funds have been diverted to opcrate dieselv
generated power stations. These costs exceed the total existing
funding for all eight Cree cotnmunities for operation and
maintenance.

Another aspect is that the Cree communities cannot realize
économies of scale through cost-sharing agreements with
neighbouring municipalities.

In addition. transportation, travel and communications are
mttch more expcnsive than down south. and hcating costs arc
largely due to both a longer heating season and a higher
landed cost of fuel.

Moreover, given the isolation, economic development and
recreation are of considérable urgency.

Furthermore, although the Crees represent approximately
23% of the lndian population serviced by thc Quebcc regional
office of the Department of lndian Affairs and Northern
Development, they receive a lower percentage of funding. The
treatment of the Crees is even worse if one considers that,
unlike many other bands, the Crees have financed to date large
parts of the administration in the communitie for example,
the housing programs, the construction and thc provision of
various services.

As pointed out by thé recent federal review, there is a
general misconception that the Crees are rich lndians. Yet the
average Cree per-family incomc is well below all three poverty
lines as defined by Statistics Canada, the Canadian Council on
Social Dcvelopment and the Senate committee. Furthermore,
not only is the cost of living very high, but the Crees have
already had to bear a disproportionate share of the cost of
municipal-type services. Uncmployment in the Cree communi-
ties is close to 52% and there is a very large young population.

Finally, as the fedcral review of the implcmentation of The
James Bay and Northern Quebee Agreement has confirmed,
the Crees have had to use a substantial part of their compensa-
tion revenues for programs and services which should have
been funded by the Governmcnts of Canada and Quebee.
Thcir capital has alrcady eroded in value because of this. and
thc Crees simply cannot afford to usc their own funds for the
implcmentation of the législation of self-government.

lt is the Cree position that they should not be expectcd to
use any of the compensation funds for this purpose. nor would
that be justified. The Crees have determined that past
mistakes with the implcmentation of the Jantes Bay Agree-
ment will not be repeated with the implcmentation of thc
proposed Crec-Naskapi législation.

Finally, Mr. Chairman, in conclusion, it is expected that
very shortly a text of suitable draft législation to achieve the
objective of self-government for the Crees will be ready. With
suitable efforts from all parties involved, a draft bill should bc
ready for Parliamcnt by this fall al the very latest,

[TraILV/nlfnlt]

des fonds pourtant très restreints destinés à l’entretien ont servi
a faire fonctionner des centrales d’électricité au diéscl. Ces
coûts dépassent les fonds dont disposent ces huit communautés
cries pour leurs opérations courantes et l’entretien,

Cela dit, les communautés cries n’ont pas la possibilité de
partager les coûts avec les ntunicipalités avoisinantes pottr
réaliser des économies.

De plus, les frais de transport. de déplacement et de
communication seront bien plus élevés que dans le sud, sans
parler des coûts de chauffage, à cause de la saison du chauf
fage qui est plus longue ct du prix du carburant qui est plus
élevé.

De plus. étant donné les conditions d’isolement, le dévelop-
pement économique et le développement d’activités récréative.»
ont une importance cruciale.

Les Cris représentent environ 23 p. 100 de la population
indienne servie par les bureaux régionaux québécois du
ministère des Affaires indiennes et du Nord canadien ct.
pourtant, ils sont moins financés proportionnellement. lls sont
encore plus mal traités si l’on considère que. contrairement ai
de nombreuses autres bandes, les Cris financent déjà une
bonne partie de l’administration de leurs communautés, par
exemple. leurs programmes de logement, de construction ainsi
que divers services

Comme la récente révision fédérale l’a signalé, les gens
considèrent généralement, à tort, que les Crees sont de.»
lndiens riches. En fait, le revenu moyen d’une famille crie est
bien inférieur aux trois définitions du seuil de la pauvreté dc
Statistique Canada, du Conseil canadien pour le développe
ment social et du Comité du Sénat. Cela dit, non seulement lc
coût de la vic est-il particulièrement élevé, mais encore les Cri.»
doivenbils défrayer une part disproportionnée des coûts de»
services de type municipal. Dans les communautés cries, lc
chômage approche de 52 p. 100 et la population est très jeune.

Enfin, comme le groupe fédéral de révision de l’application
des accords de la Baie James et du Nord québécois lli
confirmé, les Cris ont été forcés d’utiliser une large proportion
de leurs revenus de compensation pour des programmes et des
services qui auraient dû être financés par les gouvernements du
Canada et du Québec. Leur capital a déjà perdu de sa valeur a
cause de cela et les Cris ne peuvent tout simplement pas se
permettre d’utiliser leurs propres fonds pour appliquer les lois
relatives à l’autonomie.

Les Cris estiment que les paiements de compensation llk‘
devraient pas servir à cela, que ce ne serait pas justifié. lls sont
bien déterminés à ne pas répéter les erreurs passées de l’accord
de la Baie James lorsque viendra le temps de mettre en placi-
les dispositions du projet de loi Cris-Naskapis.

Enfin. monsieur lc président, et en conclusion, nous espérons
qu’un texte législatif réalisant les objectifs d’autonomie tlcu
Cris sera bientôt formulé. Si toutcs les parties en cause font le‘.
efforts voulus, ce texte devrait pouvoir étre soumis au Parle
ment cet automne au plus tard.

25-5-1983

Autonomie politique des lndiens

29:67

[Texte]

This legislation is seen by the Crees as a unique opportunity
to establish control of local government and lands and of the
tlaily lives of thc Crees in such a manner as both to preservc
thc traditional way of life and to allow the Crees to fully
develop in accordance with their own aspirations.

What is critical at this time is to anticipate realistically the
problems of implcmentation which will undoubtedly arise. The
unfortunate expérience with the implcmentation of the James
Bay and Northern Quebee Agreement must be prevented. A
special central sccretariat for the implcmentation of the
proposed Cree»Naskapi legislation must be establishcd in
Ottawa immediatcly, and dramatically increased funding must
be provided to the Cree local governments immediatcly. You
must be rcady when that lcgislation is passed. lt cannot be put
into place after; it must be put into place now, and that
secrétariat is necessary and must bc done now.

Moreover, funding should be provided immediatcly to
enable the Crees to prepare properly for the implcmentation of
lhe proposed legislation and to reimbursc the Crees for the
substantial costs of the discussions and negotiations respecting
lhe proposed Cree-Naskapi législation.

lt is hoped that this special committce has now gained a
sufficient appréciation of thc new policies which must be
tlevcloped in order to ensure that self-government is properly
frnanced and supported.

We respectfully, Mr. Chairman, request that this special
committce make thc strongest possible recommendation to the
Government of Canada to provide the resources and the
rncchanisms required so that meaningful Cree self-government
can be achieved and implemented.

The committce should also rccommend that strenuous
efforts should be deployed by thc federal government t0 résolve
the outstanding issues of the proposed Cree-Naskapi legisla-
tion, All of these recommendations should be included in this
committee’s report to Parliament.

Once more, thc Crees are involved with a prccedent. Other
lndian groups will be watching to see if effective Cree self-
iiovernmcnt becomcs a rcality. The outeome of this test will
lrkely influence tltcir attitude.

Thank you, Mr. Chairman, for allowing us this trcmendous
amount of time, and we are now available for any questions.

The Vice-Chairman: Thank you, Chief Diamond and thc
other chiefs who presented a part of this brief. lt is very
tliorough and has caused a great deal of interest.

Before l get into a number of questions that l have, and l
know other committce members have as well, we have two
lurther briefs to come before the committce. l would like to
suggest that we now have about 45 minutes ofquestioning and
then we would hear the other bricfs. lf we have not finishcd
questioning on this brief at that time, we will see how our time
n after that so all thc briefs are thoroughly heard and we do
not run out of time before we have to leave this afternoon.

[Traduction]

Pour les Cris, cette législation est une occasion unique
d’assumer le contrôle de leur gouvernement local et de leurs
terres, de leur existence quotidienne, pour ainsi préserver leur
mode de vie traditionnel tout en 5c développant conformément
à leurs aspirations.

Pour l’instant, le plus urgent est de déterminer lc plus
exactement possible les problèmes qui se poseront sûrement au
montent de l’application. L’expérience malheureuse des
ententes sttr le nord du Québec et sur la Baie .Iamcs nc doit pas
se répéter. Un secrétariat central spécial doit étre créé à
Ottawa immédiatement; il aura pour tâche d’appliquer les
dispositions du projet de loi Cris-Naskapis et d’obtenir un
accroissement considérable des fonds destinés aux gouverne-
ments locaux cris. ll faudra être prêt lorsque la législation sera
adoptée. Ce genre de chose ne pourra attendre, il faut que cela
soit mis en place immédiatement. ce secrétariat est indispensa-
ble et doit être créé immédiatement.

De plus, ces fonds doivent être débloqués immédiatement
pour permettre aux Cris de se préparer pour l’application du
projet de loi et également pour défrayer les frais considérables
des Cris pour les discussions et les négociations relatives à la
législation Cris-Naskapis.

Nous espérons que ce Comité spécial comprend maintenant
suffisamment les nouvelles politiques ä adopter pour assurer
un soutien et un financement adéquat du système d’autonomie
gouvernementale.

Monsieur le président, ce Comité spécial doit formuler des
recommandations très fermes à l’intention du gouvernement
du Canada, exiger les ressources et les mécanismes nécessaires
pour la mise en place d’un gouvernement cri autonome
fonctionnel et significatif.

Le Comité doit également recommander au gouvernement
fédéral de faire tous les efforts possibles pour régler tout ce qui
reste à régler à propos de la législation Cris-Naskapis. Toutes
ces recommandations doivent figurer dans le rapport que ce
Comité présentera au Parlement.

Une fois de plus, les Cris sont responsables d’un précédent.
D’autres groupes indiens surveillcront la situation pour voir si
les Cris sont parvenus à l’autonomie gouvernementale. L’issue
de cette affaire les influencera certainement,

Merci, monsieur le président, pour tout ce temps que vous
nous avez consacré: nous sommes maintenant prêts à répondre
aux questions,

Le vice-président: Merci, chef Diamond; je remercie
également les autres chefs qui ont participé à la présentation
du mémoire. ll est très exhaustifet nous a beaucoup intéressés.

J’ai moi-même plusieurs questions a poser, d’autres mem-
bres du Comité en ont également, mais avant de commencer,
nous avons deux autres mémoires a entendre. Peut-étre

pourrions-nous commencer par environ 45 minutes de ques-
tions puis, nous pourrions entendre les autres mémoires. Si
nous n’avons pas terminé les questions relatives a ce mémoire
au bout de 45 minutes, nous essaierons de répartir le temps qui
nous restera pour entendre tous les mémoires et terminer nos
travaux cet après-midi.

29:68

lndian Self-Government

25-5498 l

[Taxi]
Our first questioncr, then, will be Mr. Gingras.
Mr. Gingras: Thank you. Mr, Chairman.

l am very pleased that thc committce is Coming today into
our riding. Perhaps Chisasibi is not the typical Cree commu-
nity as far as eommodities are concerned——it is a very modern
place. . . but for our committces work it is a good examplc of
what would bc a typical lndian self-government.

We thank you for having made available the brief yesterday
night, and this morning for having the profiles presented to us
by the Cree community chiefs.

l am sure the committce resuming its hearings here in
Chisasibi find that in this part of the land self-government
exists.

We are now caught in implementing the results of our
hearings. l heard from you that for the past two years
negotiations were being held for the Cree Act. I do not know if
the other members kncw about the new Cree Act.

l would like to know, for the committce, who formed that
working group on that subject, where they arc now and why it
is so secret.

° lll0

Chief Billy Diamond: Mr. Chairman, before l answer Mr.
Gingras‘ question, l just want to ask the Chair if l can call
upon our expert witnesses to bring up their chairs and take a
seat with us‘? I refer to Mr. Hutchins, Mr. Grodinsky and Mr.
Hawkins.

The Vice-Chairman: Yes, that will be fine, Chief Diamond.

Chief Billy Diamond: To just make a comment on the first
part of Mr. Gingras‘ statement concerning Chisasibi, Chisasibi
may not be a typical Cree community, but Chisasibi is an
example of what Cree determination and Cree intelligence and
Cree planning and Cree management can do. Chisasibi is an
example of what the Cree can do if they are provided with the
necessary funds. Chisasibi was born as a result of a small
group of Cree getting together. along with their own member-
ship, and deciding what their own community should look like.
Chisasibi is an example of what can be done in respect to self-
govcrnment, and self-government is basically what native
people——at lcast as far as the Cree are concernedëwant their
own governments to look like.

lf given the resources and given the opportunity, the Cree
could have very efficient and manageable self-government in
the territory, and as far as the Cree-Naskapi législation is
concerned, the legislation was born as a result of Section 9 of
the James Bay and Northern Quebee Agreement. ln Section 9
of that agreement there was supposed to be a new regime
established te administer the category IA lands and a new
local government set aside to take ovcr some of the respon-
sibilities which the minister has, We no longer want to be kept
under trusteeship. We want to have those responsibilities. We
no longer want to be attached. As a result, the concept of a
Crec»Naskapi act was born. S0 that is one of the things that

[Translation]
Je donne maintenant la parole à M. Gingras.

M. Gingras: Merci, monsieur le président.

C’est un pl “r de recevoir le Comité dans notre circonscrip
tion. Chis bi n’est peut-étre pas un exemple typique (le
communauté cric pour ce qui est des installations—c’est unr
communauté très moderne—mais pour notre Comité, c’est un
excellent exemple de ce que pourrait devenir un gouvernement
indien autonome typique.

Nous vous remercions de nous avoir envoyé votre mémoiu-
hier soir; nous remercions également les chefs des communau
tés cries pour ce qu’ils ont ajouté cc matin.

Je suis certain qu’en reprenant ces audiences ici, a Chis siln,
le Comité constate que c’est un élément du gouvernement
autonome qui existe déjà.

Nous allons maintenant être forcés d’appliquer les résultats
de nos audiences. Vous nous dites que depuis deux ans lcs
négociations sont en cours pour la Loi sur les Cris, Je ne 511i.»
pas si mes collègues étaient au courant de cette nouvelle l lll
sur les Cris.

J’aimerais que vous disiez au Comité qui faisait partie du
groupe de travail chargé d’étudier ce sujet, où sont ces gens .i
l’heure actuelle et pourquoi toute cette affaire est si secrète.

Le chef Billy Diamond: Monsieur le président, avant de
répondre à la question de M. Gingras, pourrais-je inviter nu‘.
conseillers à venir se joindre à nous à la table? Je veux parler
de M. Hutchins, M. Grodinsky et M. Hawkins,

Le vice-président: Oui, bien entendu, chef Diamond.

Le chef Billy Diamond: En guise de réponse à la premier
partie de la déclaration de M, Gingras concernant Chisasibi, je
dirai quc cette communauté crie n’est peut-être pas typique
mais qu’elle est l’exemple de ce que la détermination, l’intel|i
gence, la planification et l’administration eries peuvent faire
Chisasi ‘ est l’exemple de ce que les Cris peuvent faire si on
leur accorde lcs fonds nécessaires. Chisasibi est le résultat de la
volonté collective d’un petit groupe de Cris ayant décidé, en
accord avec leurs propres membres, de façonner à leur propre
image leur communauté, Chisasibi est l’exemple de ce qu’un
peut faire en matière d’autonomie politique, et l’autonomie
politique c’est avant tout—tout du moins pour les Crisfi un
gouvernement qui soit le reflet de la population.

Si les Cris avaient lcs ressources et les pouvoirs nécessaires,
ils auraient déjà installé des gouvernements tout à fait
responsables dans le territoire, et en ce qui concerne la loi crie
naskapie, elle est le résultat de l’application de l’article 9 de la
convention de la Baie James et du Nord québécois. L’article ‘)
de cette convention prévoyait l’établissement d’un nouveau
régime pour administrer les terres de catégorie 1A et d’un
nouveau gouvernement local pour assumer certaines des

responsabilités du ministre. Nous ne voulons plus être soux
tutelle. Nous voulons assumer ces responsabilités. Nous ru-
voulons plus étre dépendants. Le concept de la Loi crie
naskapie en est le fruit. C’est donc un des éléments qui a éll‘

25-5-1983

Autonomie politique des lndicns

29:69

[Texte]
was negotiatcd as part of The James Bay and Northern
Quebcc Agreement.

The negotiating team started shortly after Thé James Bay
and Northern Quebcc Agreement was concerned. As far as thc
Cree arc concerned. wc pick our own ncgotiators, because we
pay for them, and thc Government of Canada has not reim-
burscd us for some of the costs of the negotiations to date. As
far as thc Governmcnt of Canada is concerned, they have
selected thcir own people through the Department of lndian
Affairs and it is up 1o the Government of Canada to answer
who thcir negotiators are. But wc are ncgotiating and we are
dealing, as far a. the secrecy of the department of the negotiat-
ing document is concerned. When you negotiate, it is a give-
and-take situation, and when il is a givoand-takc situation.
you do not negotiate in public. You negotiate in a room, and il
is a hard bargaining session. That is the way negotiations are.

We arc not about rcady to release the document, nor are we
preparcd to rele se the document. nor do wc intend to relcase
the document before it is in draft législation. We arc negotiat-
ing a draft piece of législation, something that very few groups
across the country are able to do. Groups negotiate agree-
ments, but they never get a chance to negotiate what gocs into
the draft piece of legislation. So that is why it is kept secret.

Mr. Gingras: l think l will go directly to tlie question of
financing. Let us suppose today that tlie propo”d Cree act is
in force; negotiation is over, and you arc satisfied with the
Cree act, and thc government would have no more money to
put, let us say, into lhe old pattern of the lndian Affairs
Department. For the first time, l saw a summary of some of
thc essential elements of the draft, that means ability t0
contract, to be incorporated, and to take legal action independ-
ently without tlie intervention of the minister, in page l0 of
your brief. On page 15, too, there is something aboutit:

Di ions on \l‘lC proposed lcgislation has involved a
rc-examtnation and a re-analysis of the operations of and
future relations with most branches of the Department of
lndian Affairs… This leads us directly into the issue of
financing.

That leads me to that. too. S0 my question is about page l8:

The Department of lndian Affairs and Northern
Dcvelopment provides little funding for administration of
bands whilc of course it incurs large expenditures for its own
administration.

Do you have figures on that‘?

(Îhief Billy Diamond: Well, maybe wc can start with Mr.
llawkins: hc has been doing an analysis for us. As far as lhe
bands are concerned. maybe some of the band members or thc
band chiefs or the band management can answcr that question.
Norm‘?

Mr. Norman Hawkins (Consultant, Grand Council nf the
(‘rees of Quebee): Your question specifically is: What range is
the amount of money thc department spcnds on its own
atlministralion’?

[Traducliolt]

négocié dans le cadre de la convention de la Baie James et du
nord québécois.

La négociation a commencé peu de temps après la ratifica-
tion de la convention de la Baie James et du nord québécois.
Nous choisissons nos propres négociateurs car c’est nous qui
les payons, et le gouvernement du Canada ne nous a rembour-
sés jusqu’a présent aucune partie des frais de ces négociations.
Pour ce qui est du gouvernement du Canada, il a choisi ses
propres négociateurs par l’intermédiaire du min” ère des
Affaires indiennes et c’est lui qui a la responsabilité de ces
négociateurs. Cependant, nous négocions et lc document de
négociation est secret. Lorsqu’on négocie, c’est la loi de l’offre
ct de la demande. et il n’est donc pas question de le faire en
public. On négocie dans une pièce et le marchandagc est âpre.

Nous ne sommes pas disposés à publier ce document et nous
n’avons pas l’intention de publier ce document avant qu’un
projet de loi n’ait été rédigé. Nous négocions un projet de loi,
ce que très peu de groupes dans le pays sont en mesure de
faire. Les groupes négocient des ententes, mais ils n’ont jamais
la possibilité de négocier le contenu de la proposition de
mesure législative. C’est la raison de ce secret.

M. Gingras: Je vais passer directement a la question du
financement. Supposo que la proposition de loi crie entre en
vigueur; les négociations sont terminées, cette loi vous satisfait,
le gouvernement est dans l’obligation d’injecter plus d’argent
qu’il ne le faisait, disons, auparavant, par l’intermédiaire du
ministère des Affaires indiennes. C’est la première fois que je
vois un résumé de certains des éléments essentiels de cette
proposition de loi qui vous donnent les pouvoirs de conclure des
contrats, de vous incorporer et de prendre des mesures
juridiques sans l’intervention du ministre, comme vous
Findiquez à la page I0 dc votre mémoire. Vous en parlez
également à la page l5:

Les discussions concernant cette propositon de loi ont
porté sur un réexamen et une nouvelle analyse des opéra-
lions et des rapports futurs avec la majorité des directions du
ministère des Affaires indiennes… Cela nous mène
directement à la question du financement.

Cela m’y mène également. Ma question porte sur ce quc
vous dites à la page l8:

Le ministère des Affaires indiennes et du Nord
canadien offre peu de financement pour l’administration des
bandes alors qu’il dépense de très grosses sommes pour sa
propre administration.

Avez-vous des chiffres‘?

Le chef Billy Diamond: Nous pourrions peut-étre commen-
cer avec M. Hawkins qui a fait une analyse pour nous. En cc
qui concerne les bandes, certains membres, certains chefs et
certains administrateurs pourraient répondre à cette question.
Norm‘?

M. Norman Hawkins (expert-conseil, Grand conseil des
Cris du Québec): Votre question est bien la suivante: quel est
le montant d’argent consacré par le ministère a sa propre
administration‘?

29:70

lndian Self-Government

255-198]

[Text]
Mr. Gingras: For that part of the proposed Cree act.

Mr. Hawkins: Oh. for the part of the proposed Cree act.
what the Cree spent‘?

Mr. Gingras Yes.

Mr. Hawkins: Okay. At the present time the Cree receive
something in thc vicinity ofSLl million a year for all adminis»
tration requiremcnts. all maintenance requirements and
various local services. That is all these bands together. ln
addition to that, the bands also raise additional funds through
local user fees. So. all together. I guess. the total cost ofall lhe
services is about 81.5 million. but those services are very
limited.

Mr. Gingras: This is the service, the funding for thc
expenditure here. but l would like to know if you have some
figures about what il cost them to spend that S1 million.

Mr. Hawkins: What their administration is’!

Mr. Gingras: Administration, their administration. Let us
suppose you put all those guys in Ottawa and Quebee and
Montreal and you put them here in Chisasibi. just for thc
administration of that part of the country.

Mr. Hawkins: The total budget for Quebcc region. l believe.
is somewhere in the vicinity of S60 million to S70 million for
all programs and services, including their own administration.
Although l have not seen the precise numbers. l am told that
roughly 25% or 30% of that they elaim is for administration
purposes, their own internal administration, so that would
mean that for all of Quebee they are incurring about SIS
million in administration costs. How much of that is applicable
to the Crce would be hard to determine,

Mr. Gingras: You are talking only about lndian Affairs?
Mr. Hawkins: Yes.

Mr. Gingras: And you are interested in other departments?
ls there any computing of all those clements for thc adminis-
tration of the Cree Regional Authority?

Mr. Hawkins: No, those numbers, what the other depart-
ments spend. we do not have them, they are not available to us.
And how much time they would spend on Cree affairs or
native affairs would be anybody’s best guess.

Mr. Gingras: My second question is: How much Iess money
would it cost to be . . . ‘.7 What could be saved; or what would it
cost, lel us say. t0 implement a Cree act. as discussed and as
you have negotiated’?

‘H20

Mr. Hawkins: The total cost that is estimated to provide
proper level administration. both loeally and regionally. also
covering all of the operation and maintenance requirements—
lire protection and so on . . . is estimated to be in the range of a
little under I520 million, and about S10 million of that would
be required as an operating subsidy, The balance would be
raised through charges to the users. cost-sharing programs
with Quebee and so on. So SIO million is required now for
those things. ln addition to that, to prepare for implementing

| ‘l’rzm.rlatinn]
M. Gingras: Pour cette partie de la proposition de loi crie?

M. Hawkins: Pour la partie de la proposition de loi crie, ce
que les Cris ont dépensé‘!

M. Gingras: Oui.

M. Hawkins: Très bien. À l’heure actuelle lcs Cris reçoivent
près de l.l millions de dollars par année pour couvrir tous
leurs besoins administratifs. tous leurs besoins d’entretien et
tous les divers services locaux. Ceci. pour l’ensemble de ces
bandes De plus, les bandes reeupèrent certaines sommes
supplément-turcs en faisant payer certains services locaux. Je
dirais donc qu’en tout, pour les services, cela fait environ l.5
millions de dollars mais ces services sont très limités.

M. Gingras: C’est cc que cela coûte pour financer cette
dépense. mais j’aimerais savoir si Vous avez certains chiffres
indiquant ce que cette dépense d,un million de dollars coûte au
Ministère.

M. Hawkins: Les dépenses administratives?

M. Gingras: Les dépenses administratives. Supposons que
vous installiez tous ces types d’Ottawa. de Québec ct de
Montréal à Chisasibi, pour l’administration de cette partie du
pays.

M. Hawkins: Le budget total de la région du Québec, je
crois, se monte à près de 60 millions de dollars a 70 millions de
dollars pour tous les programmes et tous les services, y compris
les fr ‘s administratifs. Bien que je n’ai pas vu les chiffres
pree ., on me dit qu’environ 25 ou 30 p. 100 de cette somme
sont consacrés aux frais administratifs. aux frais internes de
l’administration. si bien que pour l’ensemble du Québec ces
frais se monteraient à environ I5 millions de dollars. ll est
difficile de déterminer quelle partie s’applique aux Cris.

M. Gingras: Vous ne parlez que des Affaires indiennes?

M. Hawkins: Oui.

M. Gingras: Mais il y a d’autres Ministères. A-t-on fait
l’addition de tous ces éléments constituant l’appareil adminis-
tratifde l’autorité régionale crie?

M. Hawkins: Non. ces chiffres. ce que les autres Ministères
dépensent, nous ne les avons p‘ , on ne nous les communique
pas. Savoir combien de temps ils consacrent aux affaires cries
ou aux affaires autochtones est une question sans réponse.

M. Gingras: Ma deuxième question est la suivante: quelle
serait la différence de coût si vous . , . Quelle serait l’économie;
ou disons, combien coûterait la mise en vigueur de la Loi cric
que vous avez négociée’?

M. Hawkins: L’estimation du coût total pour une adminis-
tration digne de ce nom, à la fois sur le plan local et régional.
couvrant également tous les besoins de fonctionnement et
d’entretien . . , les services de pompiers, et cetera . . . se situe s.

un peu moins de 20 millions de dollars, à laquelle . ajouterait
une subvention de fonctionnement d’environ I0 millions de
dollars. Le solde serait assuré par des frais imputés aux
usagers. par des programmes à coût partagé avec le Québec, et
cetera. ll faut donc maintenant l0 millions de dollars pour ces

25»5-l983

Autonomie politique des lndiens

29:71

[Texte]

the new législation, to prepare for all the new systems and so
on, roughly, we estimate that about 51,865,000 would be
required. This would eover training, setting up new systems
and new procedures, this type of thing. So a significant amount
of money is estimated to be required t0 carry through here.

These numbers sound quite spcetacular, but in actual fact
we looked at about l2 communities in the Northwest Territo-
ries. We looked at their auditors’ financial statements, and
these numbers are in fact lower than what it is actually costing
t0 provide similar services in those comtnunities up there.

Mr. Gingras: Mr. Chairman . ..

Chief Bobbish: l would like to add to that particular
question concerning the financial aspects. Wc are always using
necessity as an examplc, so l will use it again.

When we were living in Fort George before the reloeation
took place, as l said, the water and sewage services were
available to only a portion of the community which excluded
the residents. At that time, the Department of lndian Affairs
paid for the maintenance of the water and sewage system there
in its entirety. Since we have moved here, wc have been cut
from the support of that particular cost by the ratio that was
told to you, which is about onc«eighth of the total expense that
we are incurring right now,

As far as Chisasibi is concerned, they are still using the
same formula whieh they used; l think it is 2.8% on whatever
cost of infrastructure has occurred. According to the expcnses
we have already incurred, the 2,8% is not adéquate and it does
not take the reality of the situation, when something is
formulated from thc source of expense.

Chief Billy Diamond: Mr. Chairman, as a point of further
clarification, the chief obviously mentioned a figure of 2.8%
that they use to estimate the cost for the operation and
maintenance; that is, 2.8%; of the money that thc Department
of lndian Affairs contributes to the cost of the water and
sewage system. or to thc infrastructure. So if the system
costs . .. For instance, in Rubert House it is a little over S5
million, and the lndian Affairs contribution is a little over 52
million. They only estimate on what they contributcd. Thcy do
not estimate the total value of the infrastructure. S0 the band
always ends up as the loser.

The same case is happening here in Chisasibi. lt is happen»
ing where the Crees have been asked to contribute their own
funds—well. not asked to contribute, but have been forced t0
contribute their own funds from their own héritage fund, from
compensation moneys. As a result, when the Department of
lndian Affairs gives estimates for the operation and mainte-
nance, they only estimate lor the cost that they contribute, not
tlie cost that the Crees have contributcd as wcll.

Furthcrmorc, the Crees are known to declare a lot of
statements in public; they do a lot of public crying sometimes.
We were the ones who objected in the Province of Quebee to
the very limited costs of opcration and maintenance to bands

[Traduction]

choses. En outre. pour préparer la mise en vigueur de la
nouvelle loi, préparer tous les nouveaux systèmes, et cetera.
nous estimons qu’il faudrait environ l.865,000 dollars. Cela
couvrirait la formation, l’installation de nouveaux systèmes et
de nouvelles procédures, entre autres. Nous estimons donc
qu’une somme d’argent considérable est nécessaire.

Ces sommes peuvent paraître assez astronomiques, mais il
ne faut pas oublier qu’il s’agit d’environ I2 communautés dans
les Territoires du Nord«Ouest. Nous avons étudié leurs états
financiers vérifiés, et ces sommes sont en fait inférieures a ce
que la fourniture de services analogues dans ces communautés
coûte à l’heure actuelle.

M. Gingras: Monsieur le président . . .

Le chef Bohbish: J’aimerais ajouter quelques commentaires
au sujet dc cette question du financement, Nous citons
toujours la nécessité en exemple ct c’est ce que je vais refaire.

Lorsque nous vivions a Fort George avant d’être déplacés,
comme je l’ai déjà dit, les services d’adduction d’eau et d’égout
n’étaient accessibles qu’a une petite partie de la communauté,
ce qui excluait les résidents. A cette époque, le ministère des
Affaires indiennes assumait tous les frais d’entretien de ces
réseaux d’adduction d’eau et d’égout. Depuis nolrc installation
ici. le ministère n’assume plus qu’un huitième des frais.

En ce qui concerne Chisasibi, ils utilisent toujours la même
formule. je crois que c’est 2,8 p. 100 de ce que coûte l’infra-
structure. En fonction des dépenses que nous avons déjà
encourues, ces 2,8 p. 100 ne sont pas suffisants et ils ne
tiennent pas compte de la réalité de la situation.

Le chef Billy Diamond: Monsieur le président, permettez-
moi de vous expliquer quc le chiffre de 2,8 p. 100 mentionné
par le chef correspond à leur estimation du coût de fonctionne-
ment et d’entretien; «festvzi-dirc 2,8 p. 100 de l’argent que le
ministère des Affaires indiennes consacre aux réseaux
d’adduction d’eau et d’égout. ou à l’infrastructure. Si bien que,
si le réseau coûte… Par exemple, a Rubert House, cela coûte
un peu plus de 5 millions de dollars et la contribution des
Affaires indiennes est un peu supérieure a 2 millions de
dollars. Ils ne font leur calcul qu’en fonction de leur contribu-
tion. lls ne font pas leur calcul en fonction de la valeur totale
de l’infrastructure. La bande se retrouve donc toujours
perdante.

C’est la même chose qui se passe ici a Chisasibi. On a
demandé aux Cris de contribuer directement. . . En fait, on ne
leur a pas demandé de contribuer directement, on les a obligés
à contribuer en puisant dans leurs propres fonds du patri-
moine, dans leurs fonds constitués par les indemnisations. En
conséquence, lorsque le ministère des Affaires indiennes es tmc
les coûts de fonctionnement et d’entretien, il n’cstime que sa
part sans tenir compte de celle des Cris.

De plus, les Cris sont connus pour faire beaucoup de
déclarations publiques, pour se plaindre parfois publiquement.
C’est nous qui nous nous sommes plaints au Québec des
subventions très limitées pour le fonctionnement et l’entretien

29:72

lndian Self-Government

25-5« l 983

[Taxi]

and to local governments. Beeause we objected in public, we
were the ones who were cut off. . . They were objecting, so we
will cut them offanyway.

Mr. Gingras: May l have a last question, please, Mr.
Chairman, on their relations with the province? There is
something maybe thc committce would like to know. l went up
north—- because we are here, we are down south in my riding —
to Sugluk and lvujivik, and there Hydro-Québec power is the
same price as in Montréal. l believe. l would like to know why,
here in Chi tsibi,‘ you have standard hydro fare . .. ln your
briefyou are saying that in Rupert House, Eastmain and Paint
Hills, your charge t0 your customcr is the amount that it costs.
lt is not Hydro-Québec.

Chief Billy Diamond: What we say in our brief, Mr.
Gingras, is that in Eastmain, Paint Hills and Rupert House,
there are diesel-powered generators that are maintained and
financed and serviced by the Department of lndian Affairs. So
the irony of the situation is that we have one of the biggest
hydroelectric projects in North America, yet we cannot get
transmission lines connected for those three particular
communities, because the cost of the transmission lines is far
too expansive. We have suggested to the Department of lndian
Affairs that they undertake an electricity study and see about
the cost of other methods of energy.

For instance, the community of Wemindji would like to
build a mini dam on thc Maquatua River, and that mini dam
will provide clectricity for the Cree community at Wemindji at
a cost of 56,5 million. But the Department of lndian Affairs
continues to insist on the use of diesel power at enormous
cxpensc and that diesel power may go on for years. That mini
dam would solve the problem, but we cannot convince the
department to divert the money from the diesel to the building
ofthe mini dam.

The same situation oceurs in Rupert House and Eastmain.
We still have to rely on diesel power and yet, in those com-
munities, we arc building brand new sehoolsÿwe are building
water systems that have to be maintained by electricity for the
circulatory systems so that it will not freeze in the winter-time,
and we are building additional houses. And when you build
additional houses, naturally the family wants to be accom-
modated with the most modern appliances. We were faced in
some situations where wc had to ask people not to plug in their
refrigcrators or freezers, or watch television. ln fact, in Paint
Hills they mentioned it cost 50e to produce 1 kilowatt for that
diesel power. So the same cost can occur in Rupert and
Eastmain.

lt is a very serious problem. Electricity is mentioned in the
James Bay and Northern Quebee Agreement, but the protocol
détente has not been reached and there has been no eleetricity
agreement with Hydro-Québee or the James Bay Energy
Corporation. We are still waiting for those undertakings to bc
done.

[Tranx/alimz]

accordées aux bandes et aux gouvernements locaux. Ayant
protesté publiquement, c’est à nous qu’on a coupé les fonds ,
lls protestent. nous leur couperons les fonds.

M. Gingras: Pourrai ‘ poser une dernière question, s’il
vous plaît, monsieur le président, sur leurs rapports avec la
province’? ll y a peut-étre quelque chose que le Comité
aimerait savoir. Nous sommes ici. dans le sud, dans ma
circonscription, mais je me suis rendu dans le nord à Sugluk et
à lvujivik, et l’électricité y coûte le même prix qu’à Montréal.
je crois. J’aimerais savoir pourquoi. ici à Chisasibi, vous ave7
des barèmes d’électricité. .. Dans votre méritoire, vous dites
qu’à Rupert House, Eastmain et Paint Hills, vous faites payer
aux usagers le prix coûtant. Ce n’est pas Hydro-Québec.

Le chef Billy Diamond: Monsi ur Gingras, dans notre
mémoire, nous disons qu’à Eastmain, Paint Hills et Rupert
House, il y a des générateurs diesel qui sont entretenus ct
financés par le ministère des Affaires indiennes. La situation
est ironique. Nous avons un des plus gros complexes hydro-
électriques d’/\n1ériquc du Nord et, pourtant, ces trois
communautés ne sont pas alimentées en électricité parce que
cela coûterait trop cher. Nous avons suggéré au ministère des
Affaires indiennes de faire une étude sur cette question pour
déterminer quel serait le coût d’autres modes d’alimentation cn
énergie.

Par exemple, la communauté de Wemindji aimerait
construire un mini»barrage sur la rivière Maquatua et ce mini-
barrage fournirait en électricité la communauté crie de
Wemindji à un coût de 6.5 millions de dollars. Le ministère des
Affaires indiennes, cependant. continue à insister pour quc
nous utilisions cette énergie diesel qui coûte énormément cher
et cela pourrait encore durer pendant des années. Ce mini
barrage résoudrait le problème, mais nous n’arriverons f:
convaincre le ministère de transférer l’argent consacré à cette
énergie produite par des générateurs diesel à la construction
d’un mini-barrage.

La même chose se répète a Rupert House et Eastmain. Nous
sommes toujours alimentés en électricité à partir de généra
teurs diesel et, pourtant, dans ces communautés, nous construi
sons de nouvelles écoles; nous construisons des réseaux
d’adduction d’eau dont lcs systèmes de circulation fonctionnent
a l’électricité afin de nc pas geler pendant l’hiver et nous
construisons d’autres logements. Lorsqu’on construit dm
logements supplémentaires, il est naturel que la famille veuille
avoir tous les appareils les plus ntoderncs. ll nous est arrive
d’avoir à demander aux gens dc ne pas brancher leur réfrigéra
teur, leur congélateur ou leur poste de télévision. A Paint Hills,
ils nous ont dit que la production d’un kilowatt d’électricité
dicscl coûtait 50 cents. ll est possible que cela coûte la même
chose à Rupert et Eastmain.

C’est un problème très grave. ll est question d’électricit«-
dans la Convention de la Baie James et du Nord québécois.
mais un protocole d’entente n’a pas été atteint et il n’y a pin
d’entente sur l’électricité avec l-lydro-Québec ou avec la
Société d’énergie de la Baie James. Nous attendons toujours
que ces promesses soient respectées.

25-5-1983

Autonomie politique des lndiens

29:73

[Texte]
° l 130

The Vice-Chairman: Thank you, Mr. Gingras. l will have to
move on.

Mr. Manly.

Mr. Manly: Thank you, Mr. Chairman. l would like to
thank the James Bay Crees for their presentation. There is a
lot of material here. l am sure we could ask a lot of questions,
but we have to be rather brief.

l have one quick question, On page ll, you discuss tlte
proposed by-laws regarding elections and some of the things
those by-laws would require. l5 therc any requirernent that the
by-laws should require an appcal mechanism to challenge
disputed elections’?

Mr. Awashish: We have considered that possibility. First,
the brief just mentioned that the bands can enact by-laws
respecting the proccdures for elections. There will bc by-laws
enacted by the band to deal with contesting of elections also. lt
is just that we wanted to give you a brief summary of thc
proposed législation. lf we have to discuss the other by-laws,
we will be going into greatcr detail; but there definitcly is a
provision for the band to establish some by»laws rcspecting the
contcsting of elections.

Mr. Manly: Would it bc eompttlstiry for each band to have
that kirtd of section‘?

Mr. Awashish: Yes.
Mr. Manly: Thank you.
A second question is this. On page 8 of the brief:

Thc Crees have requested that a secrétariat be establishcd in
Ottawa for the implcmentation of the Jantes Bay and
Northern Quebcc Agreement. This secrétariat should also
be chargcd with thc responsibility and provided with the
resources for the implcmentation of the proposed Cree-
Naskapi act.

Could you indicate t0 the eornmittee why you see this as
being an important part of the agreement, how you see the
secrétariat working and to whont the secrétariat would bc
accountable‘?

Mr. Awashish: First, wc do mention in our brief the fact
that wc have cxpcrienced serious difficulties and problems in
implementing the James Bay and Northern Quebcc Agree-
ment as a wholc. This was due to the fact that the Govcrnrttent
of Canada saw the implcmentation process as simply a process
whereby normal programs and normal policies would apply to
the Crees. The Government of Canada intended to respect
their obligations under thc agreement by simply making
general programs and services apply to the Crees. Obviously.
tlte agreement itself envisages otltcr undertakings of the
agreement which are special in nature, special because they
crtnnot be simply integrated into the general programs and
services of the department.

The undertakings of the Governmcnt of Canada were also

very difficult to implement on the government side due t0 the
l.1ck of any mechanism within the governments to sce that the

[Traduction]

Le vice-président: Merci, monsieur Gingras. Nous devons
passer au suivant.
Monsieur Manly.

M. Manly: Merci, monsieur le président. .le tiens à rcntcr»
cier les Cris de la Baie James pour leur exposé. Nous y
trouvons beaucoup de détails. Nous aurions beaucoup de
questions à poser mais il nous faut abréger.

J’ai une brève question. À la page ll, vous parlez des
règlements proposés concernant les élections et de cc qu’elles
exigeraicnt. Est-ce qu’on exigerait un mécanisme d’appel dans
le cas des élections contestées‘?

M. Awashish: Nous avons envisagé cette possibilité. Tout
d’abord, le mémoire se borne à dire que les bandes pourra” ‘nt
statuer des règlements concernant les procédures électorales.
La bande statuera des règlements pour cc qui est des élections
contestées également. Nous nous sommes contentés de vous
donner un bref résumé du projet de loi. Si vous voulez discuter
des autres règlements. nous vous donnerons plus dc détails. ll
est entendu qu’il y aura une disposition permettant a l.t bande
de statuer des règlements concernant les élections contestées.

M. Manly: Chaque bande sera-t-elle obligée d’adopter un tel
règlement?

M. Awashish: Oui.
M. Manly: Merci.

Voici ma deuxième question. À la page 8 de votre mémoire
vous dites et je cite:

Les Cris ont demandé qu’on constitue un secrétariat a
Ottawa pour Fapplication de l’Accord de la Baie Jantes ct
du nord québécois. Ce secrétariat aurait la responsabilité de
l’application du projet de loi Cri-naskapi et on lui fournirait
les ressources nécessaires à cette fin.

Pouvez-vous nous dire pourquoi vous cstitncz que c’est
élément important de l’Accord? Comment le secrétariat
fonctionnerait-il et à qui serait-il comptable‘?

M. Awashish: D’abord. nous disons dans notre méritoire que
nous avons eu beaucoup de mal dans l’ensemble à obtenir que
les clauses de l’Accord de la Baie Jantes et du nord québécois
soient appliquées. Cela s’explique du fait que le gouvernement
du Canada considérait que la mise en application de l’Accord
devait se borner à l’application de programmes et de politiques
ordinaires aux Cris. Le gouvernement du Canada entendait
respecter ses obligations en vertu de l’Accord en offrant des
programmes et des services généraux aux Cri‘ De toute
évidence, l’Accord prévoit d’autres modalités très spéciales. en
ce sens qu’elles ne peuvent pas étre assimilées aux programmes
et aux services généraux du ministère.

Les modalités liant le gouvernement du Canada étaient aussi
très difficiles à appliquer du fait qu’il n’existait pas de
mécanisme pour s’assurer que le gouvernement du Canada

29:74

[‘I‘exI]

Government of Canada honours its obligations under the
James Bay and Northern Quebcc Agreement. This has caused
us eonsiderable problems in implementing the agreement,
obviously. Therefore, wc want to avoid these problems which
we have encountcred in implementing the agreement. ln order
for the proposed Cree-Naskapi act to be properly imple-
mented. we foresce a central mechanism in Ottawa which will
be entrusted with the responsibility and the resources to
properly implement the proposed Crce»Naskapi act to ensure a
proper self-government for the Crees.

We also have expericneed certain problems, of course, with
the departments administrative structures. They have a
regional office in Quebcc. They used to have district offices,
but now there has been a rcorganization or rcstructuring done
within the department. We do not see any particular deccntral»
ization of responsibilities to a territory or t0 a province in
matters of great importance such, as the implcmentation of the
draft Cree-Naskapi act.

The secretariat, to us, should be locatcd in Ottawa, as we
said in our brief. The department must create the mechanisms
to properly implement the proposed Crce-Naskapi act. The
secrétariat, in our minds. should be created by the department
which will be entrusted with the responsibility to implement
any federal legislation respecting local or self-governments for
lndian bands. ln tltis case, wc have requested a special
secretariat for thc Crees to see that the proposed Cree-
Naskapi act is properly implemented.

The sizc of the secretariat would depend on thc extent of the
details that have to be worked out, which will set forth the
responsibilities of the minister. As you Can see within our
summaries of the draft Crce-Naskapi act, much of the
responsibilities of the minister and also of the Governor in
Council will be transferred t0 the local level. S0 the size of thc
secrétariat would depcnd on what is agreed upon between the
Cree représentatives and the Government of Canada. ln
essence, this secrctariat would be responsible to the minister
who is rcsponsible for the proper implementation of the
proposed Crcc-Naskapi act.

However, we have mentioned also a commission, whieh will
supervise thc implcmentation of the proposed Cree-Naskapi
act. We see some relationship between this proposed commis«
sion and the secrétariat also.

Mr. Manly: Would you want to see those provisions for the
secrétariat written right into the proposed Cree-Naskapi act?
Would there bc any provision for the Cree people t0 have
access to thc secrétariat‘? By that, l mcan: lf you felt the
sccretariat was not doing a proper job, what mechanism would
you have for getting at il’?

Mr. Awashish: We do foresec, first of all, a provision in the
proposed Cree-Naskapi act that would ensure the proper
implcmentation of the proposed act itself. We do hope to
negotiate some form of secretariat, whieh wc foresee in our
draft here, to be incorporated within thc proposed act itself.

lndian Self-Government

25-5» l 9:4 t

[ Translation]

respectait ces obligations en vertu de l’Accord de la Bttlt‘
James et du nord du Québec. Cela nous a causé des difficultex
innombrables de toute évidence. Par conséquent, nous vouloir.
éviter que ce genre de problèmes surgissent de nouveau lors tli-
l’application de l’Accord. Pour que le projet de loi cri-naskapi
puisse être mis en vigueur comme il se doit. nous proposons un
mécanisme central, â Ottawa, qui aura la responsabilité et lcx
ressources nécessaires pour veiller à la mise en application
ordonnée de la loi, assurant l’autonomie politique des Cris.

Nous avons également a faire face a certains problème» tlu
fait des structures administratives du ministère. ll existe un
bureau régional a Québec. ll y avait autrefois des bureaux tli-
district qui ont disparu depuis la réorganisation du ministère
Nous ne pensons pas qu’il soit opportun de décentraliser, (le
remettre des responsabilités aussi importantes que l’application
du projet de loi cri-naskapi à un territoire ou à une province.

Le secrétariat. selon nous, devrait être situé à Otta
comme nous le disons dans notre mémoire. Le mini ere
devrait prévoir les mécanismes permettant à une mise en
application ordonnée du projet de loi cri-naskapi. Le secréta
riat, à notre avis, devrait être créé par le ministère qui aura la
responsabilité de veiller a la mise en application de toute loi
fédérale concernant les gouvernements locaux ou autonomies
des bandes indiennes. Dans le eas qui nous occupe, nous
demandons qu’un secrétariat spécial soit créé pour les Crix
pour veiller a la mise en application ordonnée de la loi crie
naskapie,

Quant à la taille du secrétariat, il faudra voir quelles seront
les modalités qui régiront les responsabilités du ministre
Comme vous pouvez le constater dans notre résumé du projet
de loi cri-naskapi, une bonne part des responsabilités qui
appartiennent au ministre et au gouverneur en conseil seront
remises au gouvernement local. L’importance du secrétariat
dépendra donc de ce qui scra convenu entre les représentantx
des Cris et ceux du gouvernement du Canada. Essentiellement,
ce secrétariat scra comptable au ministre a qui il incombe de
veiller à la mise en application ordonnée du projet de loi cn—
naskapi.

Toutefois, nous avons également mentionné une commission
qui surveillcra la mise en application du projet de loi cri
naskapi. ll y aura interaction entre cette commission et lc
secrétariat.

M. Manly: Voudriez-vous que le projet de loi cri»naskapi
comporte des dispositions concernant ce secrétariat? Y aurait
il des dispositions précisant que les Cris auront accès au
secrétariat‘? Voici ce que je veux dire: Si le secrétariat ne
faisait pas l’affaire, quel mécanisme permettrait de remédier si
une telle situation‘?

M. Awashish: Tout d’abord, dans le projet de loi cri-naskapt,
il y aurait une disposition qui stipulerait comment devra se
faire la mise en application ordonnée dc la loi. Nous espérons
pouvoir négocier la façon dont le secrétariat fonctionnera, et
nous espérons que le fruit de ces négociations sera intégré au
projet de loi lui-même.

25-54983

Autonomie politique des lndiens

29:75

[Texte]

As far as the second part of your question is concerned, l
will call upon Peter Hutchins.

Mr. Peter Hutchins (Légal Counsel, The Grand Council of
the Crees of Quebee and the Cree Regional Authority): Thank
you, Philip.

Mr. Chairman, members of the committce, l think it is
important to make thc distinction between the sceretariat, as
mentioned in the brief, and the Cree-Naskapi commission,
which is also mentioned as an outstanding problem in the
content ofthe act, in thc continuing dise ssions ofthc act.

Just to deal with thc commission part of it without going
into the details, as we mentioned, it is still under discussion but
it is an unresolved problem in the discussions. The commission
will be composed of reprcsentatives of the parties. There would
be a Cree représentative on the commission; therc would be a
Naskapi reprcsentative, and a fedcral representative. Soit is a
meeting of the parties, a forum in which party représentatives
deal with ongoing problems in the implcmentation of the
proposed CrecvNaskapi act.

‘I140

lt is an entlty spccifically set up, or proposed. to deal with
ongoing problems of implcmentation of the propo-d Cree-
Naskapi act, The distinction there is that the secrétariat would
be. as it is being discussed at thc moment inshouse, a federal
entity. So there is the distinction between the two entities.

As far as aceess to thc bodies is concerned, with respect to
the commission, l would just like to say that one of the reasons
wc are promoting the idea of a commission is that it is
important to have a body to which individuals can have access
for problems related to implcmentation of the local govern-
ment system. And that relates to a various range of relation«
ships—a Cree individual to a council, the problem of relation-
ships between a council and a department. lt would deal with
that range of issues.

We see the commission as a relatively informal body to
which individuals could go with problems. Those problems
could be dealt with in a relatively informal way, by people
knowledgeable in the area and knowledgeable about the
positions of the parties. lt would be an alternative, for
example, to going to court, format legal proceedings wthat sort
ofthing.

This is an aspect of thc législation which wc arc strcssing,
not only with respect to thc commission but in other areas. lt is
important t0 make local government accessible to the members
uf the bands; to make them feel comfortable with the systems.
And we are trying very hard to devise structures which arc
simple. accessible, understandablc, to individuals,

Chief Billy Diamond: Mr. Chairman, may l go back to one
particular point with respect to the co-ordination of the
implcmentation of the James Bay and Northern Quebee
Agreement and the co-ordination of the proposed Cree
Naskapi législation‘? l think that is what we mean by
“sccretariaf”; it is the co-ordination and implcmentation that
we are after. For instance, we were able to accomplish that a
co-ordinator be appointed in the Quebee regional office for thc

[Traduction]
Pour ce qui est de la deuxième partie de votre question, je
demanderai à Peter Hutchins d’y répondre.

M. Peter Hutchins (conseiller juridique, Grand conseil des
Cris du Québec et administration régionale crie): Merci,
Philip.

Monsieur le président, membres du Comité, il est important
de faire la distinction entre le secrétariat, dont nous parlons
dans le mémoire, et la commission crie—naskapie. dont la
question n’est pas résolue, car elle ne cesse d’être débattue
quand on parle de la loi.

.le m’en tiendrai à la commission mais je nentrcrai pas dans
les détails car c’est un des problèmes qui fait encore l’objet de
discussions. La commission sera formée de représentants des
parties. Il y aura un représentant cri, un représentant naskapi
et un représentant fédéral. ll s’agit donc d’un organisme
tripartite qui discutera des problèmes éventuels de la mise en
application du projet de loi cri-naskapi.

ll s’agit d’une entité créée spécifiquement, ou proposée, pour
s’occuper de problèmes éventuels de la mise en application du
projet de loi cri-naskapi. Quant au secrétariat, tel qu’il est
envisagé actuellement, il s’agirait d’une entité fédérale. Voilà
donc la distinction qu’il faut faire entre les deux.

Pour ce qui est de l’accès au secrétariat et à la commission,
si nous revendiquons cette dernière, c’est parce qu’il nous
semble important que les gens aient un recours pour régler les
problèmes reliés à la mise en oeuvre du régime de gouverne-
ment local. Ces problèmes pourront surgir des rapports entre
un Cri et un conseil, entre un conseil et le ministère. La
commission s’occuperait donc de toute une gamme de ques-
ttons.

La commission serait donc relativement facile d’accès et les
problèmes que lui exposeraient les particuliers pourraient être
traités sans ambages par des gens qui connaissent bien la
question et la position des diverses parties. On pourrait done
s’adresser à la commission plutôt qu’au tribunal, éviter des
procédures juridiques officielles par exemple.

Cela touche â un aspect du projet de loi sur lequel nous
voulons mettre l’accent, non seulement pour ce qui est de la
commission mais à d’autres égards. En effet, il est important
que le gouvernement local soit accessible aux membres de la
bande pour qu’ils se trouvent à l’aise face aux diverses
institutions.

Le chef Billy Diamond: Monsieur le président, je voudrais
revenir à un point particulier de la coordination de la mise en
oeuvre de l’accord de la baie James et du nord québécois et de
la mise en application du projet de loi cri-naskapi. Quand nous
parlons de «secrétariat», c’est à la coordination et à la mise en
application que nous songeons. Par exemple, nous avons
obtenu qu’au bureau régional de Québec, on nomme un
coordonnateur pour la mise en oeuvre de l’accord de la baie

29:76

lndian Self-Government

25-5» | Un

[Taxi]

implcmentation of the James Bay and Northern Quebee
Agreement after certain discussions with the regional dircctor.
However, that co-ordinator had no authority, no budget, no
power. He still had to go to see the director of economic
development, the direetor of community affairs, for certain
things and authorization. And because of that frustration, the
co-ordinator left that position and has gone to another
position.

Consequently, in effect wc do not have a co-ordinator any
longer. And as you can sec from the audience, we have no
représentative from the Quebcc regional office witli respect to
this hearing. So we are disappointed in that.

But we see the secrétariat serving in two funetions. One is
the implcmentation of the James Bay and Northern Quebcc
Agreement; and may l add, Mr. Chairman, there are comple-
mentary agreements added to that implcmentation. The James
Bay and Northern Quebcc Agreement has been amcnded six
times since its signing, and each amendment includes a
eomplementary agreement. Another is for the implcmentation
of the Crée-Naskapi législation, which will have eight corpora-
tions underneath it-each of the band councils. So each of
those councils will havc to go to someone. We havc been
having our own difficulties and we thought a direct link
between the Cree and Ottawa should be established and
maintained.

l can give another exaniple. The reason why the constitu-
tional negotiations, discussions on the Constitution, worked
was that they were directly under the Prime Minister of
Canada. The native people of this country saw that those
negotiations were directly under his authority, and he was
making decisions for Canada and for the Government of
Canada. So those types of negotiations work.

The saine thing must be done in respect to any new piccc of
législation on self-government; it must bc done in respect to
any new compréhensive land settlement. such as the James
Bay and Northern Quebee Agreement. And only then will they
work.

The Vice-Chairman: Thank you. Have you one more
question on that subject’! Or were you going t0 another topic‘?

Mr. Manly: l was going to another subject.

The Vice-Chairman: Perhaps we can go around and then
corne back again. Then we can meet our sehedule.

Mr. Manly: Fair enough. Thank you, Mr. Chairman.
The Vice-Chairman: Thank you.

Mr. Allmand.

Mr. Allmand: Thank you. Mr. Chairman.

First l want to ask some questions about the new législation
which is in préparation. Do l understand correctly that this
new législation will conipletely replace the lndian Act as it
might apply to the Cree communities under the agreement’?

Chief Billy Diamond: l will ask Mr. Hutchins to answer.

[Translation]

James et du nord québécois et il a fallu pour cela en parlei au
directeur régional. Cependant. cc coordonnateur n’avait Ilt
pouvoir, ni budget, rien. Pour obtenir les autorisation.
nécessaires, il lui fallait s’adresser au directeur de [Expansion
économique ct à celui des Affaires communautaires. Hier .i
toutes ces entraves, le coordonnateur a quitté son poste puni
aller ailleurs.

C’est ainsi que nous n’avons plus de coordonnateur. Vllll.
n’avez. qu’a voir dans l’auditoire, il n‘y a pas de représentant «lu
bureau régional de Québec ici. Cela nous déçoit.

Le secrétariat aurait donc deux fonctions. D’une part, l.t
mise en oeuvre de l’accord de la baie James et du niml
québécois. Je signale en passant, monsieur le président, qu’il \
a dcs accords subsidiaires s. mettre en oeuvre. En effet,
l’accord de la baie James et du nord québécois a été moditnï
six fois depuis sa signature par des accords subsidiaires
D’autre part, le secrétariat pourrait servir a la mise en
application de la Loi crie—naskapie qui donnera lieu a liuit
assemblées, correspondant aux conseils de bandes. Chacun dt-
ces conseils devra pouvoir s’adresser à quelqu’un. Nous fitlsttll‘.
nous aussi face a des difficultés et nous avons cru qu’un lien
direct entre les Cris et Ottawa devrait ùtrc établi et maintenu

Je puis vous donner un autre exemple. Si les négociatiunu
constitutionnelles ont donné des résultats probants. c’est parei-
qu’elles étaient directement sous la houlette du premiei
ministre du Canada. Les autochtones ont reconnu que les
négoc‘ tions relevaient directement de lui et qu’il prenait de»
décisions pour le Canada et le gouvernement dit Canada. Dtltlx
ce cas-là, les négociations aboutissent.

On doit donc rocéder de la même fa on our l’a lication
_ 4 _ _ _ Ç P PP

du projet de loi sur l’autonomie politique et de même, pour ei-
qui est de tout nouveau règlement global des revendications
territoriales, comme l’accord de la baie James et du nuril
québécois. C’est seulement ainsi qu’on obtiendra des résultats.

Le vice-président: Merci. Avez-vous encore des questions
sur le sujet‘? Pouvons-nous passer à autre chose‘!

M. Manly: .I’y venais.

Le vice-président: Peut-étre pourrionsmous donner la parole
a quelqu’un d’autre et nous reviendrons a vous après. (‘ch
nous permettra de respecter notre emploi du temps.

M. Manly: D’accord. Merci, monsieur le président.

Le vice-président: Merci.

Monsieur Allmand.

M. Allmand: Merci, monsieur le président.

.le voudrais poser des questions concernant le projet de loi
Si j’ai bien compris, ce projet de loi remplacerait du tout au
tout la Loi sur les lndicns pour tout cc qui a trait aux collecti
vités cries, n’est—ce pas?

Le chef Billy Diamond: Je demanderais à M. Hutchins dt-
répondre.

l5-5—l983

Autonomie politique des lndiens

29:77

[Texte] _

Mr. Hutchins: Yes. With respect to the application of
legislation to category 1A lands, the régime applying in the
lands, the rights in the lands, and with respect to local
government issues, the jurisdiction of bands and councils, lhe
incorporation. both the structure and the operation of local
governments—yes; all that will be totally replaced by the
proposed Cree-Naskapi act. The lndian Act will not apply to
category lA lands as reserves under the lndian Act, and will
not apply to bands as local governments.

l have to say, however, that there are continuing discussions
un the particular details. This is one of the outstanding issues
in the drafting of the act, and it is tied into the entire question
of the application of federal law, provincial law, and band
bylaws to category 1A lands. lt is a very complex area. We are
still trying to work out the hierarchy, if you will, of laws
applying. And when l say “laws” l include, of course, local
bylaws and how local bylaws apply to provincial law or general
law. But in terms of community functioning, lhe lndian Act is
totally replaced.

There will still be, as we understand it at the moment, for
example, a distinction made for certain purposes of status and
non-status, within the meaning of the lndian Act, for the
personal tax exemption provisions. The federal position on that
is that income tax exemptions will be limited to status lndians
within the meaning of the lndian Act.

That is not the Cree position. That is still an outstanding
issue. but there is one example where certain residual provi-
sions of the lndian Act may apply to individuals. The
individual Crees will keep maintaining their status as lndians
under thc lndian Act, as well. l think it is important t0
remembcr that the James Bay—Northern Quebcc Agreement
does provide in section 2 the principal provisions that Crees do
not lose their rights as lndian people of Canada and as lndian
citizens of Canada and Quebcc as a result of the agreement.
S0 to thc extent that there arc individual benefits accruing
from status, from the application of the lndian Act to individu-
als, we would maintain that those should continue t0 apply t0
those individuals.

l do not know if that is clear, but l think thc basic distinc-
tion to make is the application of the act to lands and com-
munities, bands, as they function; that was totally replaced.
The residual application of the lndian Act to individuals is still
under discussion,

Mr. Allmand: Then if l understand it correctly. this bill
which is being dcveloped will deal principally with lands and
government and community structures. But you say residual
things under the lndian Act and other federal legislation might
still apply.

You mentioned status, but there are other parts of the
lndian Act… I mean. there are cultural things, language
rights, and so on. ln your brief on page 4 you talk about:

[Traduction]

M. Hutchins: Oui. Pour ce qui est des dispositions législati-
ves concernant les terres de catégorie lA, le régime s’appli-
quant aux terres donc, le droit aux terres, pour ce qui est des
questions du gouvernement local, des compétences des bandes
et des conseils, de la constitution des assemblées, pour ce qui
est de la structure et du fonctionnement des gouvernements
locaux, oui. Toutes les dispositions actuelles seront remplacées
par le projet de loi cri-naskapi. La Loi sur les lndiens ne
s’appliquera plus aux terres de catégorie 1A qui sont considé»
rées comme des réserves en vertu de la Loi sur les lndiens, ni
aux bandes qui auront constitué un gouvernement local.

Néanmoins, nous poursuivons nos discussions concernant les
détails. En effet, parmi les questions encore en souffrance.
pour lesquelles nous n’avons pas encore rédigé de proposition,
il y a celle de l’application des lois fédérales et provinciales ct
des règlements des bandes aux terres de catégorie lA. C’est
très complexe. Nous sommes en train de voir quelle hiérarchie
législative, si vous voulez, s’applique. Quand je dis «législative»,
je tiens compte des règlements locaux et de leur incidence sur
les lois fédérales et provinciales. Pour ce qui est de la collecti-
vité, en effet, la Loi sur les lndiens serait remplacée.

ll faut reconnaître par exemple, qu’on maintiendra à des fins
d’exemption fiscale, la distinction actuelle, aux termes de la
loi, entre lndiens de fait et lndiens de droit. Le gouvernement
fédéral souhaite que les exemptions fscales soient réservées
aux lndiens de droit, tels que définis dans la Loi sur les
lndiens.

Les Cris ne sont pas de cet avis. C’est donc une question
encore en souffrance mais c’est là un exemple de la façon dont
certaines dispositions résiduelles de la Loi sur les lndiens
pourraient toujours étre appliquées. D’autre part, les Cris
conserveront leur statut d’indiens aux termes de la Loi sur les
lndiens. Il est important de rappeler que l’accord de la baie
James et du nord québécois stipule, à l’article 2, le principal
article, que les Cris ne perdent pas leurs droits à titre d’indiens
canadiens, de citoyens indiens du Canada et du Québec par
suite de l’accord; dans la mesure où il y a des avantages
personnels conférés par le statut, du fait de l’application de la
Loi sur les Indiens aux particuliers, nous prétendons qu’ils
doivent étre maintenus.

Je ne sais pas si je me suis expliqué clairement, mais ce qui
sera remplacé, ce sont les dispositions de la loi en ce qui
concerne les terres et le fonctionnement des collectivités et des
bandes. Pour ce qui est des dispositions résiduelles de la Loi
sur les lndiens concernant les particuliers, les discussions se
poursuivent.

M. Allmand: Si j’ai bien compris, le projet de loi en prépara-
tion traitera surtout des terres, du gouvernement et des
structures de la collectivité. Pour ce qui est des autres disposi»
tions résiduelles en vertu de la Loi sur lcs lndiens ou d’autres
lois fédérales, elles continueront d’étre en vigueur, n’est-ce
pas?

Vous avez parlé de statut, mais il y a d’autres parties de lzt
Loi sur les lndiens . . . Je songe notamment à tout ce qui a trait
à la culture et à la langue. A la page 4 de votre mémoire, vous
dites et je cite:

29:78

lndian Self-Government

25—5»1‘)H l

[Texi]
. important unresolved problems which rcmain before
draft législation can proceed . . .

—and you immediatcly then go to certain provincial laws
which apply on category 1A land. While some of those laws
may not apply directly to the lands, they could apply to other
things relating to education. culture, and all that.

‘I150

On page 14 as well you speak about how the bill will deal
with property; that is, where there is no will . .. succession
laws. ln other parts of the country some of thc lndian nations
have spoken about the right to legislate their own succession
laws in accordance with their own customs and traditions. So
there are a lot of these types of things which are not just about
land and government structures. Arc you considering putting
in some kind of basket clauses or cateh-alls in your législation
t0 allow your community, the Cree community of James Bay,
to legislate through bylaws or whatever on all these other
things that may be now, especially in your own communities,
in thc IA communities, under provincial Iegislation… l’or
examplc, under the Quebcc civil code? 1 presume right now
your wills have to be in accordance with the Quebee civil code
and if you do not have a will it is under the Quebee succession
laws.

Do you want the right, as an lndian government, to do this
the way you want to do it’? 1 just give that as an example,
because you mention wills in your brief.

But there are other cultural things relating to cemetcries.
relating to languages, relating to radio… 1 guess you have
your own radio station up hereÿthe control of these things as
opposed to the CRTC, etc., which is all part of self-govern-
ment,

Mr. Hutchins: l will try to resist the temptation to take up
the time of the committee to answer that question in a totally
compréhensive way.

First of all, perhaps one thing we should clarify is that we
are talking about a statute which essentially applics to a
territory: category 1A lands. Of course, you have Crees who
live outside of those lands and who are conducting activities
outside of those lands and, in that case, the lndian Act will
apply to those persons for most purposes.

As far as the wholc range of self-government issues are
concerned, l notice, Mr. Allmand, you were mentioning
examples. Wc first of all feel that the Cree act is a comprehen-
sive document in terms of self»government——not just the classic
concept of self-government, but going to the range of activities
in the communities. There is a very compréhensive series of
bylaw powers, for examplc. You are talking about cemeteries,
you are talking about land usc, you are talking about zoning,
you are talking about management of lands and resources on
category 1A lands. Those are all contemplated by the act, and
of course, to the extent that a band chooses or opts to legislate
in those areas. it is clear that this would have thc effect of

[ TrarLr/a/I’0n]

. . . des problèmes graves non résolus qui sont en souffrance
avant que le projet de loi puisse. . .

. . et vous passez tout de suite à certaines lois provinciales qui
s’appliquent aux terres de catégorie 1A. 1l se peut qu’il y zut
des lois qui ne concernent pas directement les terres, mais (l\”-
domaines comme l’éducation, la culture, etc.

A la page 14 aussi. vous parlez des dispositions du projet tlr
loi concernant la propriété; particulièrement en l’absence il.‘
lois concernant les testaments et les successions. Dans d’autre.
régions du pays, certaines nations indiennes ont soulevé l.l
question du droit d’établir leurs propres lois successorale».
conformément à leurs coutumes et traditions. 1l y a donc «h-
nombreuses questions comme celles»là qui débordent l.l
question des terres et des structures gouvernementales. Ave/
vous l’intention d’inclure dans votre loi des dispositions-cadre.
pour permettre a votre communauté, à la communauté crie l.l
baie James, de légiférer par voie de règlements ou par quelqur
autre mécanisme sur toutes ces autres questions qui, spéciali-
ment dans le cas de vos collectivités qui appartiennent il l.l
région 1A, sont assujetties aux lois provinciales, par exemple
au Code civil du Québec‘? Je présume qtfactuellement. vw.
testaments doivent être conformes aux dispositions du (“otlc
civil québécois et qu’en l’absence d’un testament, on doit s’en
remettre au droit successoral du Québec.

Comme gouvernement indien, souhaitez-vous avoir le droit
de procéder à votre guise dans ces affaires’! Je vous donne cela
en exemple parce que vous parlez des testaments dans votre
mémoire.

Mais il y a d’autres questions culturelles se rattachant aux
cimetières, aux langues, à la radiowje pense que vous ave/
votre propre station de radio ici, vous en avez le contrôle, p.u
opposition au CRTC—qui sont tous des éléments de l’autono
mie politique des lndiens.

M. Hutchins: Je vais essayer de résister à la tentation tlt‘
prendre le temps du comité pour donncr une réponse complète
à votre question.

Premièrement, nous devrions peut-être préciser qu’il s’agit
d’une loi s’appliquant essentiellement a un territoire: aux tcricx
dc catégorie lA. ll y a évidemment des Cris qui vivent et ([111
mènent des activités a l’extérieur de ce territoire; dans ce cas,
la Loi sur les lndiens s’applique a la plupart des situations.

Quant à la vaste gamme des questions d’autonomie politi
que, je vois, monsieur Allmand, que vous donnez quelques
exemples. Nous estimons d’abord que la loi sur les (‘m
constitue un document complet en ce qui concerne l’autonomie
politique; elle nc recouvre pas seulement l’idée classique
d’autonomie politique, mais toutes les activités des collectivi
tés. La loi prévoit une série complète de pouvoirs de réglemcu
tation, par exemple. Elle renferme des dispositions sur lcs
cimetières, l’utilisation des terres, le zonage, la gestion (lcs
terres et des ressources en territoires de catégorie 1A. La ltll
recouvre toutes ces questions et, dans la mesure, évidemment.
où une bande choisira de légiférer dans ces domaines, il est

25-5-1983

Autonomie politique des lndiens

29:79

[Texte]
displacing a provincial law applying, notwithstanding exclusive
jurisdiction.

Evcn in areas where provincial law of general application
might apply, we think the bands are equipped with a complete
enough range of powers that if they chose to exercise those
powers they could effectively displace the vast majority of
provincial law that would apply. Therc is one exception, one
category, which 1 have to mention and that is provincial laws
llowing from the agreement which were enacted to give effect
to certain sections in thc agreement. Those may well apply.
Those apply in virtue of thc contract. But the contents of those
bills are satisfactory to the Cree, because they reflect what
were in the sections of the agreement. We arc not particularly
worricd about that.

ln terms of traditional activities, if you are talking about the
application of the civil code, it is a tricky area. We are talking
about this, again, in a compréhensive way, but succession
provisions of 111C proposed James Bay Cree-Naskapi act deal
with the issues you are talking about, in tltat there is total
band control over the disposition of traditional property, and
the traditional way of disposing of that property will be dealt
with. ln terms of the possible rcsidual application of the civil
code for other matters. there will be attempts to modify any
unreasonablc or difficult rcquircments in Quebcc law. This is
one of the things we arc doing as we review thc application of
provincial law. Wc are saying in what way does such and such
a law really hinder the operation of local government? How
does it put a burden on individuals‘!

l think succession duties, wills and estates arc a good
example. Where this is the case, either amendments will bc
sought or the local government can legislate to displace these
provisions which do cause problems. There has been a careful
analysis of the civil code in order to see where those very
concretc problems might be. The approach has been methodi-
cal and concretc. Rather than taking a global approach and
saying it does all apply or it does not all apply, wc have tried to
go through thc code and see where the practical problcms
apply. Somc of thc civil code will have to apply. There is no
federal civil code governing all the matters eovered by the civil
code at the moment.

Mr. Allmand: 1 think 1 have time for nne more question. lt
is, again, on your proposed act. On pages l0 and 1l you speak
about how thc bands will be incorporated and also how, set out
in the ncw act, there will be a system of elections for council
and chief. Just on those points, will your act provide for a
traditional government‘! ln the brief it talks about simply an
election process. ln the lndian Act you can have the election
process or thc traditional government process. 1 just want to
know whether you are going to have that option.

Also, most lndian bands do not like incorporation. Most
lndian nations consider it anathcma to . . . but maybe you arc
thinking of a different type of incorporation.

[Traduction]
clair que les lois de la bande rcmplaceraient la loi provinciale.
et auraient exclusivement compétence en la matière.

Dans lcs domaines où les lois provinciales de portée générale
pourraient s’appliquer, nous croyons que les bandes ont
suffisamment de pouvoirs pour remplacer efficacement la vaste
majorité de ces lois. 1| y a une exception, une catégorie de lois
que je dois mentionner, et ce sont les lois provinciales décou-
lant de la convention qui ont été adoptées pour donner effet a
certains articles (le celle-ci. Ces lois pourraient bien s’appli-
quer. Elles appliqueraient conformément aux termes du
contrat. Mais la teneur de ces lois satisfait lcs Cris, parce
qu’elle reflète des dispositions qu’on a convenu d’inclure dans
la convention, Cela ne nous préoccupe pas tellement.

Quant aux activités traditionnelles ‘i vous parlez de
l’application du Code civil, c’est une question délicate. Nous en
discutons de façon approfondie, mais le projet de loi des Cris-
Naskapis de la baie James renferme justement des dispositions
concernant les successions et prévoit un contrôle absolu des
bandes en matière de disposition des biens traditionnels, de
façon traditionnelle. Pour ce qui est de l’application résiduelle
du Code civil pour d’autres questions, on tentera de modifier
tout règlement déraisonnable ou difficile prévu dans le droit
québécois. Cela constitue un élément de notre étude sur
l’application du droit provincial. Nous faisons ressortir de
quelle façon telle ou tclle loi nuit au fonctionnctnetit du
gouvernement local. Nous établissons comment cela touche les
individus.

Je pense que les droits successoraux, les testaments ct lcs
successions sont un bon exemple. Dans ces cas, soit qu’on
cherche à apporter des amendements, soit que le gouvernement
local légifère pour remplacer les dispositions qui lui causent
des ennuis. Une analyse approfondie du Code civil a é ‘
effectuée afin de déterminer précisément quels pouvaient étre
ces problèmes. On a suivi une démarche méthodique et
concrète. Plutôt que de prendre une approche globale et de dire
que tout s’appliquait intégralement, ou que tout était a rejeter
complètement, nous avons essayé d’examiner le Code civil et
de voir où se trouvaient lcs problèmes Certaines dispositions
du Code civil devront s’appliquer. ll n xistc pas de Code civil
fédéral régissant toutes les questions prévues dans le Code civil
afhcure actuelle.

M. Allmand: Je pense que j’ai le temps pour une autre
question. Elle porte, encore une foi.. sur votre projet de loi.
Aux pages l0 et ll, vous parlez de la façon dont lcs bandes
seront constituées en corporation. et d’un système d’élection
des conseils et des chefs. Votre loi prévoira-t-elle l’existence
d’un gouvernement traditionnel‘? Dans votre mémoire, il est
uniquement question d’un processus électoral. Selon la Loi sur
les lndiens, vous pouvez faire appel au processus électoral, ou
au système d’un gouvernement traditionnel. Je voudrais
simplement savoir si vous aurez ce choix.

De plus, la plupart des bandes indiennes n’aiment pas se
constituer en corporations. La plupart des nations indiennes
condamnent cette pratique, mais vous pensez peut-étre a une
forme différente de constitution en corporation.

29:80

[Text]

Mr. Hutchins: On the first point, in terms of the traditional
or customary system ol” choosing leaders, it is there in bylaw
form. lt is not expressed that way, but the communities have a
lull bylaw power to establish how leaders in the community are
chosen, lf that bylaw reflects and repeats the custom, that is
the way the band wztnts it. l think there is one thing you have
to wateh very earelully in this proposed act: the words
“traditional” and “eustom” do not always appear throughout
the sections ol the proposed act. but the bylaw authority is
there. The bands have the authority to do whatever they want,
subject 1o certain minimum standards. The minimum stand-
ards, basically, just provide l’or certain things in the case of
elections or minimum quorums in the case ol public participa-
tion. So l think this is eovered through a bylaw authority,

Mr. Allmand: Incorporations.

Mr. Hutchins: As far as incorporations are concerned, first
ofall. we are all aware ol the problems at the moment with the
status or non-status ol bands in terms 0l legal capacity.
Nobody is quite sure what the legal eapacity is. lt is necessary
to clarify this. l1 is necessary 1o have an entity which can deal
with people, whieh can contract, whieh can act as a person in
law; we think that thi‘ is an advantage. We think it is very
important to clarify it. As lar as the psychology of the
situation is concerned and the attitude towards incorporation,
the fact that these bands are being incorporated by their act
and by the proposed Cree-Naskapi act solves this problem. lt
is their act which is the incorporating act. l1 is not the Canada
Corporations Act or something foreign, or not understood: i1 is
their act which they have discussed and agreed to which is
incorporating their bands. l do not think this is a great
problem.

Mr. Allmand: Thank you.

The Viee-Chairman: Thank you, Mr. Allmand. l propose to
break at 12.15 p.m. a! this round. The other questioners might
just use that time and then we will see il we have time to come
back.

We have Roberta.
‘ 1200

Ms Jamieson: How many minutes do l have. Mr. Chair-
man‘!

The Vice-(Îhairman: l would like you 1o stay within about a
live-minute range.

l just want 1o make sure that as a committee we get all the
briefs in, and then in whatever time is remaining in the day we
ean come buck 1o this subject and deal with it thoroughly. But
lor the first round l would like to doit in this manner.

Ms Jamieson: The witnesses rcmind me 1ha1 1her’e are 24
hours in the day, and l will take that under advisement.

l want to lollow up on W’arren’s questions. l am going to be
brief and eut the rhetoric. Il they are ineorporated under the
proposed Cree-Naskapi act. ean federal legislation or provin-

lndian Self-Government

25-5-198)

[TFGILVIa/Ïüll]

M. Hutchins: Pour ce qui est de votre première question,
portant sur le système traditionnel ou coutumier de sélection
des chefs, il existe un règlement lit-dessus. Ce n’est pas
explicite, mais les collectivités ont pleinement le droit, en vertu
du règlement, de déterminer la façon de choisir leurs chefs. SI
ce règlement reflète et perpétue la coutume, c’est conforme ri
la volonté de la bande, ll y a une chose qu’il ne faut pas oublier
dans le projet de loi: les mots «traditionnel» et «coutume»
n’apparaissent pas toujours dans tous les articles de la loi
proposée, mais le pouvoir prévu par le règlement existe
toujours. Les bandes sont autorisées à faire ce qu’elles veulent,
sous réserve de certaines normes minimales. Celles»ei portent
essentiellement sur les modalités d’élection, ou sur les quorums
dans les cas de participation publique. Alors, je pense que tout
est prévu par le règlement.

M. Allmand: Et la question de la constitution en eorpora’
tion,

M. Hutchins: D’abord, tout le monde connaît les problèmes
actuels concernant la compétence juridique des bandes
d’indiens de plein droit ou de fait. Personne ne sait exactement
en quoi consiste cette compétence. ll laut absolument clarifier‘
la question. Il faut un organe quelconque pouvant traiter avec
les gens, pouvant conclure des contrats, pouvant agir {t titre de
personne morale; et nous croyons que cela Comporte des
avantages, Nous estimons qu’il est très important de tirer cela
au clair. Quant à l’aspect psychologique de la situation et ri
l’attitude vis-â-vis de la constitution en corporation, le
problème ne se pose plus, du fait que ces bandes se constituent
en corporations en vertu de leur propre loi et de la loi proposée
sur les Cris-Naskapis. lls se conforment à leur propre loi sur la
constitution en corporation. ll ne s’agit pas de la 1.0i sur le.»
corporations canadiennes ou d’une loi étrangère, ou qu’on ne
comprend pas; c’est leur propre loi, dont ils ont discuté et
convenu. Je ne crois pas que ce soit un grand problème.

M. Allmand: Merci.

Le vice-président: Merci, monsieur Allmand. Je propose de
terminer ce tour de table à 12h15. Ceux qui ont des questions ri
poser ont ce temps à leur disposition, ensuite, nous verrons.

Je passe la parole à Roberta.

Mme Jamieson: J’ai combien de

président‘!

temps, monsieur lc

Le vice-président: J’aimerais que vous vous en 1enie7 {r
environ cinq minutes.

.le veux simplement m’assurer que nous puissions entendre
tous les mémoires, ensuite s’il reste du temps, nous pourrons
revenir sur cette question et Fapprolondir. Mais, pour le
premier tour de table, j’aimerais procéder comme cela.

Mme Jamieson: Les témoins me rappellent qu’il n’y a quc
24 heures dans une journée, et j’en prends bonne note.
Je veux poursuivre sur les questions de Warren. Je SCHH

brève et laisserai tomber la rhétorique. Si les bandes sont
constituées en sociétés aux termes de la loi proposée sur lcx

25-5-1983

Autonomie politique des lndiens

29:81

[Texte]
cial legislation restrict the operation ol the corporations, the
governments which are incorporated‘?

Mr. Hutchins: The quick answer is no, in principlc. The
reason l say so is that they are incorporated: the terms ol
incorporation, all the objects 0l the powers ol the corporation,
ure in the proposed Cree-Naskapi act/that is where they are
lound-wand there will be an incompatibility clause. This is one
ol the issues that has to be linally decided, but there is an
incompatibility clause in this le alion which says that where
another piece ol legislation rs in eonllict or is incompatible
with this législation the Cree-Naskapi act prevails.

Ms Jamîeson: One ol the other areas l wanted 1o question
on is that in your brief you talk about the fact that in Chisasibi
you have S50 million 0l buildings and you are getting 35100000
l’or O&M. l see this happening in other parts ol the country.
There are 25 bands being sclected right now within the country
and they are asking the bands to pay one-tenth ol their revenue
lor O&M; the other federal programs that they can take
advantage ol will pick up the rest; and il there is anything lelt
over, the department will lill the gap. l see this as the federal
government wanting to gel at the revenue ol bands and
wanting 1o divest itselfol obligations toward lndian bands.

l wonder il you see that same thing happening here. because
lrankly, the department in the past, the federal government,
has looked at lndians as a sort ol blemish on the lace ol
Canada: they are poor, and that is why we give them special
rights. They have ignored the part in terms of obligation. They
are providing assistance up to the point where you do not look
ncedy any more and then you are required to contribute your
band revenue, il you have it. Mind you, they will continue to
help the bands who do not have it; but il you have some, they
want it. S0 they are looking more at lndian governments and
obligations 1o lndian people on the basis ol needy segments ol
population rather than on the basis of legitimate political
ttovernments to which the Government ol Canada owcs
HlVllgEIlÛÏIS.

l wonder if you see that happening and il you think that is
tlie rationale here.

(‘hiel Billy Diamond: Mr. Chairman, l caught the lirst part
ut the question. Somebody was whispering in my ear.

I‘irst of all, as lar as the Crees are concerned, the Crees
Jjïllcd thc James Bay and Northern Quebee Agreement, and
nlnert they signed the James Bay and Northern Quebcc
\;- eement they signed i1 because of the rights contained in the
I)’IL nent, the benelits in the James Bay and Northern

Quebee Agreement. Originally we had thought we could put
.r|l kinds ol dollar and cent signs in the agreement, but we
thought at that time it would never get through Cabinet
tlI’\’I\lL)fl and would never be approved by the governments
«nncertted.

[Traduction]

Cris-Naspakis, lcs lois lédérales ou provinciales pourront-elles
limiter les activités des sociétés, des gouvernements ainsi
constitués?

M. Hutchins: La réponse est non, en principe. Les termes de
la constitution en société, tous les pouvoirs de la société sont
prévus dans la loi proposée sur les Cris-Naskapis, et il y aura
une disposition d’incompatibilité. C’est une des questions dont
il faudra décider, mais la loi renferme une disposition d’incom-
patibilité disant que lorsqu’une autre loi entre en conflit ou est
incompatible avec la Loi sur les Cris-Nakaspis, cette dernière
a préséance.

Mme Jamieson: Mon autre question est la suivante: Dans
votre mémoire, vous dites qu’à Chisasibi, vous possédez des
édilices d’une valeur de S50 millions et que vous obtenez
SIO0,000 pour en assurer l’exploitation et la gestion. Je vois
que cela se produit dans d’autres régions du pays. On est en
train de sélectionner 25 bandes au pays, et on leur demande de
verser un«dixième de leur revenu pour les coûts d’exploitation
et de gestion; les autres programmes lédéraux auxquels les
bandes ont droit absorberont le reste des coûts; et s’il y a
encore des lrais, le ministère s’en chargera. D’après moi, lc
gouvernement fédéral essaie ainsi de s’en prendre au revenu
des bandes ct de se dégager de certaines obligations à l’égard
des bandes indiennes.

Voyez-vous la chose comme moi; parce que franchement,
par le passé, le ministère et le gouvernement fédéral ont
considéré les lndiens comme une sorte de tare pour le Canada:
les lndiens sont pauvres et e’est la raison pour laquelle on leur
accorde des droits spéciaux. Le gouvernement semble oublier
ses obligations. ll dispense de l’aide pour que les lndiens
n’aient plus l’air d’être dans le besoin, ensuite on demande aux
bandes qui ont des revenus d’en verser une partie. ll est vrai
qu’on continuera d’aider les bandes qui n’en n’ont pas; mais on
exigera une partie des revenus des bandes qui en ont. On
considère davantage les gouvernements indiens et les obliga-
tions à l’égard du peuple indien en fonction des secteurs de la
population les moins favorisés, plutôt qu’en lonction des droits
d’un gouvernement politique légitime envers lequel le gouver-
nement du Canada a des obligations.

Voyez-vous les choses de la méme laçon que moi, et pensez-
vous que mes craintes sont justifiées‘? v

Le ehel Billy Diamond: Monsieur le président, j’ai saisi la
première partie de la question. Quelqu’un me cltuchotait a
l’oreille.

D’abord, en ce qui concerne les Cris, ils ont signé la
convention de la Baie James et du Nord québécois, et s’ils l’ont
signée, c’est justement â cause des droits qui y étaient renfer-
més. Au début, nous pensions pouvoir imputer une valeur
monétaire â chaque élément de l’entente, mais nous nous
sommes ravisés croyant que la convention ne recevrait jamais
l’aval du Cabinet ni celui des gouvernements concernés.

29:82

lndian Self-Government 25-54983

[Text]

ln one particular section ol the agreement there is a revenue
section; there is Cree money involved, and that Cree money
was for compensation—compensation for the loss of the
traditional way of life in respect of the llooded areas, compen-
sation for the surrender of certain rights in the territory in
exchange for the benelits in the agreement and compensation
for future generations.

We wanted 1o make sure no individual directly benelits from
that compensation money so we wanted to use thc money lor
future investments, and that is why we started a héritage fund.
We came up with a héritage fund before the Alberta Heritage
Fund. but we feel . ..

An hon. Memher: You havc a longer héritage.

Chief Billy Diamond: That is right. We have a longer
héritage.

We feel that the attitude of government and of civil servants
lor people who have signed the James Bay and Northern
Quebcc Agreement has not changed even though it is men«
tioned in the review ol the James Bay and Northern Quebee
Agreement, the so-called Tate report. lt is mentioned in there,
but it has not changed; it is still the same eivil servants who
negotiated the James Bay and Northern Quebee Agreement
who are implementing the agreement, the same civil servants
who recommended t0 their governments that they not sigrt the
agreement arc now being put into place 1o implement the
agreement.

S0 we are going to run into that problem—we are always
running into itvand the attitude ol people has not changed
towards the James Bay and Northern Quebee Agreement.
They still consider the Cree people and all the Cree bands as
rieh. We were told many times: Let us conccntrate on the
needy bands. There are other areas in the Province of Quebec,
but when we do speak up, we are always penalized lor doing it.
When we corne before this committee or any other committee
of the Parliament of Canada, we are penalized. We are
penalized when we speak about what the problcms are; we are
penalized when we bring up the subject of what i1 costs to
maintain an efficient and manageablc local government, what
it costs to maintain and run the infrastructure and the systems
that are being put into place. So we feel there has to be a
turning point, and l think with the establishment ol a
secrétariat that turning point can be reached for people who
need to see the whole situation globally in respect of one
particular area, and only then can i1 change.

I will turn over thc other part of the question to Norman or
Peter.

Mr. Hawkins; Just a clarification on the rich-lndian view.
We did some very eareful measuring of what the actual per-
family income was using l98l«82 earnings. lt shows that the
Crees on average are living about 35% below the poverty line,
the lowest one set by Statistics Canada. That is after making a
very conservative adjustment for northern cost of living. So in
my mind that fact in itself points out that there has to be an
ongoing obligation 1o subsidize the cost of these services,

[Transfo/ion]

L’accord renferme une disposition particulière concernant
lcs revenus; il s’agit de considérations financières pour les Cris,
et cet argent a été prévu a titre de dédommagement pour la
perte de jouissance de la vie traditionnelle dans les régions
inondées, pour la cession de certains droits dans le territoire en
retour d’avantages prévus dans l’accord, et de dédommage-
ment pour les générations futures.

Nous voulions nous assurer qu’aucun individu ne puisse
profiter directement de cc dédommagement financier, et e est
la raison pour laquelle nous avons décide d’investir dans
l’avenir et de créer un londs du patrimoine. Nous avons établi
notre fonds avant le Fonds du patrimoine albertain, mais nous
estimons . . .

Une voix: Mais votre patrimoine est plus ancien.

Le chef Billy Diamond: C’est vrai.
remonte a plus loin.

Notre patrimoine

Nous estimons que l’attitude du gouvernement et des
fonctionnaires à l’égard des signataires de la convention de la
Baie James et du Nord québécois n’a pas changé méme si on
en parle dans le rapport Tate qui a suivi l’établissement de la
convention. On le mentionne dans le rapport, mais l’attitude
n’a pas changé: ce sont ces mêmes fonctionnaires qui ont
négocié la Convention de la Baie James et du Nord québ’r‘iis
qui appliquent l’accord aujourd’hui; ce sont ces mêmes
fonctionnaires qui ont recommandé à leur gouvernement de ne
pas signer la convention qui sont chargés aujourd’hui de son
application.

Nous allons sûrement nous heurter à ce problème, nous nous
y heurtons constamment, et l’attitude des gens n’a pas changé
a l’égard de la Convention de la Baie James c1 du Nord
québécois. On croit toujours que le peuple cri et quc toutes les
bandes cries sont riches. On nous a souvent dit: Cottccntrom
nos efforts sur les bandes dans le besoin. ll y a d’autres régions
dans la province du Québec, mais quand nous nous faisons
entendre, nous sommes toujours pénalisés. Quand nous venons
devant votre comité ou tout autre comité du Parlement du
Canada, nous sommes pénalisés. Nous sommes pénalisés
quand nous parlons des problèmes qui existent; nous sommes
pénalisés quand nous soulevons la question des coûts inhércntx
au maintien d’un gouvernement local efficace qu’on peut bien
gérer, des coûts inhérents au maintien et à l’exploitation des
infrastructures et des systèmes qu’on met en place. Alors, nom
estimons que cela doit changer, et l’établissement d’un
secrétariat pourrait constituer le point tournant qui permettra
aux gens d’avoir une vuc globale de toute la situation.

Je vais demander à Norman ou Peter de répondre a l’aum-
partie de la question.

M. Hawkins: Un éclaircissement sur l’idée qu’on se l’ait llt‘
la richesse des lndicns. Nous avons fait une évaluation tri-n
précise du revenu réel familial pour l’année l98l-l98Z. lt–.
Cris vivent en moyenne à un niveau d’environ 35 p’ ltlo
inférieur au seuil de la pauvreté établi par Statistique Canada
Le calcul a été fait en faisant un ajustement très modéré pour
tenir compte du coût de la vie dans le nord. A mon sens, cet:
démontre qu’il faut toujours continuer à subventionner le cour
de ces services, parce que les gens n’ont tout simplement in‘.

25-5-1983

[Texte]

because thc people just cannot afford to pay for a substantial
portion of the services themselves.

Ms Jamieson: My point is simply that even if the statistics
were such that the Cree family made 520,000 or something, it
has nothing to do with thc fact that therc are outstanding
obligations, nothing t0 do with being needy or poor; it has to
do with obligations by the Government of Canada.

lf there were no Quebec, if tliis area had been devcloped by
the Cree people, if they had set up the James Bay hydro
project, there would be a lot more funding coming into this
area. This is why l object to that attitude that you have to
demonstrate how poor you are before you get the other party
to live up to the very agreement they have signed. The same
thing is happening throughout the country; that is the problem
with treaty implcmentation as well as James Bay.

You have signed this agreement; you still have declared you
are lndians under the lndian Act for other purposes; you are
involved in the constitutional discussions. Does that mean
despite thc agreement that has been signed here and moves
you are making with the proposed Naskapi-Cree act that if
something cornes out of that constitutional forum that will be.
let us say, a bcttcr deal. you reserve the right to take advan-
tage of that‘?

Chief Billy Diamond: As far as the signing of the James Bay
and Northern Qucbec Agreement is concerned, we signed the
agreement in all honesty and we signed the agreement because
we arc proud of it. We are not ashamed of the agreement, even
though thc agreement has run into many problems in respect
of the implcmentation. The James Bay and Northern Quebcc
Agreement is a very signifieant part of our lives,

We think we havc done fair consultation with our own
people and the people rcalize today thc significance of their
rights. lf something can result from the constitutional
discussions. we arc onc of thc few groups. we think. that can
take advantage of any situation. ln fact. wc are benefiting
from just about every piece of legislation we try to apply in the
.l.’imcs Bay territory. We feel if something can be accom-
plished, wc will take advantage ofit.

l think the significant step is the development of the Cree-
Naskapi legislation. That is another situation. lt might be
another piccc of legislation, Thc Cree regional authority was
«.et up by a special piece of législation. There are l6 other
prcecs of provincial législation that directly affect the Crees,
antl we take advuntage of all of them.

The important thing is that wc want our rights recognized in
the agreement. We want those rights in the Constitution. At
lln‘ same timc we want certain benefits, just like any other
lndians across the country. Evcn though we signed the James
ll.IV and Northern Quebcc Agreement. il has not given up our
anus at all.

‘I lIL‘ Vice-Chairman: Thank you.

Peter. a short comment‘?

Autonomie politique des lndiens

29:83

[Traduction]

les moyens de payer eux-mêmes une bonne partie de ces
services.

Mme Jamieson: Mais, méme si les statistiques montraient
que la famille cric a un revenu de 520,000. cela n’a rien à voir
avec le fait qu’il y a des obligations quitne sont pas respectées,
rien à voir avec le fait qu’il y ail des besoins ou de la pauvreté;
il est question d’obligations du gouvernement du Canada.

S’il n’y avait pas de Québec, si la région zivait été développée
par lc peuple cri, s’il avait développé le projet hydroélectrique
de la Baie James, il y aurait beaucoup plus de financement
destiné à cette région. C’est pourquoi je rejette cette attitude
que vous ayez à faire la preuve de votre pauvreté avant que
l’autre partie n’honore les engagements qu’elle a pris en vertu
de la convention. La même chose se produit partout au pays;
c’est le problème inhérent à l’application des traités, aussi bien
qu’a la Convention de la Baie James.

Vous avez signé cette conVenlion; vous vous étes déclarés
toujours lndiens aux termes de la Loi sur les lndiens pour les
autres questions; vous participez aux discussions constitution-
nelles, Cela veut-il dire que, en dépit de la convention que vous
ave7, signée et de votre projet de loi sur les Cris—Nz1skapis, si
quelque chose de mieux transpire des pourparlers constitution-
nels, vous vous réserver le droit d’en profiter‘?

Le chef Billy Diamond: Quant a la Convention de la Baie
James et du Nord québécois, nous l’avons signée cn toute
honnêteté, et nous l’avons signée parce que nous en étions fiers,
Nous n’avons pas honte de cette convention. méme si son
application nous a causé de nombreux ennuis. La Convention
de la Baie James ct du Nord québécois est un élément très
important de nos vies,

Nous estimons avoir assez bien consulté notre peuple. et le
peuple se rend compte aujourd’hui de l’importance de ses
droits. Si une solution émane des discussions constitutionnelles,
nous sommes l’un des rares groupes pouvant profiter de toute
situation. En fait, nous tirons profit d’à peu près toutcs les lois
qu’on essaie d’appliquer au territoire de la Baie James, Si on
fait quelque chose, nous allons sûrement essayer d’en tirer
profit.

Je pense que l’important c’est, l’établissement de la [.oi sur
les Cris-Naskapis. C’est une autre question. ll faudra peut-étre
une autre mesure législative. L’administration régionale crie a
été établie en vertu d’une loi spéciale. ll y a l6 autres mesures
législatives provinciales qui touchent directement les Cris, et
nous tirons profil de chacune d’elles.

L’important. c’est que nous voulons que nos droits soient
reconnus dans l’accord. Nous voulons que ces droits soient
inscrits dans la constitution. En même temps, nous voulons
certains avantages, au même titre que tous les autres lndicns
du pays. Même si nous avons signé la Convention de la Baie
James et du Nord québécois. nous n’avons pas renoncé a notre
statut.

Le vice-président: Merci.

Peter, un bref commentaire‘!

29:84

[Texl]

Mr. Hutchins: One very short comment. l think it is very
important. The agreement was signed as a special agreement
between governments and the Crees. ln return for thc surren-
der of certain rights, benefits were granted, rights recognized
over and above what the Crees havc a right to and Cree
communities have a right to as lndian people of Canada. This
is absolutely crucial to understand and it is in the agreement.

l just wanted t0 point out that section 2, which l mentioned
earlier, principal provisions, contains two paragraphs which
are very important, 2.1l and 2.l2, which address that matter
directly. section 2.1 l states:

Nothing contained in this Agreement shall préjudice the

rights of the Native people . ..
—the beneficiaries . ..

. . . as Canadian citizens of Québec, and they shall continue

to be entitled to all of the rights and bcnefits of all other

citizens as well as those resulting from the lndian Act (as
applicable) and from any other législation applicable to
them from time to time.

l think that answers the question in terms of if there arc
improvements—and we eertainly hope there will be—coming
out of the constitutional discussions, constitutional amend-
ments, or this committee, the Crees automatically have a right
to benefit from those undcr those provisions, undcr the very
terms of the agreement.

‘ l2l0

The agreement is over and above whatever rights exist in
favour of lndian people from timc to time and into the future;
2(l2) talks about the continued application of federal-
provincial programs and funding, and says the obligations of
the federal-provincial government shall continue to apply.

l just wanted to make reference to those two provisions of
the agreement.

The Vice-Chairman: Thank you, Roberta.
Mr. Wilson, have you any questions‘?

Mr. W. Wilson: As one who never engagés in rhetoric, l do
not have to put it aside at this time.

Chief Diamond, is there any significance to the fact that you
signed your agreement on Remembrance Day‘? Very seriously,
was therc any—or was it just coincidence‘?

Chief Billy Diamond: The original deadline in the agree»
ment in principle was for November l, 1975. We imposed that
deadline knowing the bchaviour of the federal government. In
fact, they came to negotiate three weeks before the signature
ofthe final agreement.

What happcned was that the Government of Quebcc and the
Crown corporations requested a dclay. We had to appear
before the provincial committee, and the provincial committee
dragged on. Then on November ll we said okay, we will give

lndian Self-Government

25-5498 t

[Translation]

M. Hutchins: Un très bref commentaire. C’est très impot
tant, je pense. La convention a été signée a titre d’accord
spécial entre les gouvernements et les Cris. En retour du
certains droits que nous avons cédés, nous avons reçu des
avantages et des droits qui s’ajoutaient aux droits qui rcve
naient aux Cris et aux collectivités cries â titre de peuplc
indien du Canada. Cela est prévu dans la convention, et il est
absolument essentiel de le bien comprendre.

Je vous ai parlé tantôt de l’article 2 de la convention qui
renferme deux paragraphes très intportants, les paragraphe»
2.ll et 2.12 qui portent directement sur cette question
L’article 2.1 l se lit comme suit:

Rien dans la convention ne porte atteinte aux droits (lux

Autochtones…

. . . les bénéficiaires…

. en tant que citoyens canadiens du Québec. et ceux-ct
continuent de bénéficier des mêmes droits et avantages que
tous les autres citoyens, et de ceux prévus à la Loi sur lcx
lndiens (telle qu’applicable), et à toute autre loi qui les vise
en tout tcmps.

.le pense que cela répond a la question de savoir que, s’il y a
des améliorations, et nous espérons certainement qu’il y en
aura, qui découlent des discussions constitutionnelles, d’amour
déments constitutionnels ou des travaux du comité, les (‘m
auront automatiquement droit d’en profiter, conformément
aux dispositions de la convention que je viens de vous lire.

L’accord est en sus de tous les droits qu’ont les lndiens, s.
certaine époque, et de ceux qu’ils auront a l’avenir; il est
question au paragraphe 2(l2) de l’application permanente des
programes du financement du gouvernement fédéral et de.»
provinces et de leurs obligations qu‘ils doivent continuer a
assumer.

.le voulais simplement faire allusion a ces deux dispositions
de la convention.

Le vice-président: Merci, Roberta.
Monsieur Wilson, voulez-vous poser des questions?

M. W. Wilson: Je ne fais jamais de rhétorique, je n’ai dont
pas à me dispenser d’en faire a ce moment»ci.

Chef Diamond, le fait que vous ayez signé la convention lc
Jour du souvenir a-t-il un sens quelconque’? Très sérieusement,
est-ce que cela avait un sens particulier, ou est«ce que c’était
une coïncidence‘?

Le chef Billy Diamond: La date limite initiale de l.l
convention était en principe le l” novembre I975. Nous avons
imposé cette date limite sachant comment le gouvernement
fédéral se comportait. En réalité, ses représentants ne sont
vcnus négocier que trois semaines avant la signature (lf
l’accord final.

Ce qu’ s’est passé c’est que le gouvernement du Québec cl
les socié ‘

es de la Couronne ont demandé un délai. Non»
devions comparaître devant le Comité provincial, et ce comitt-
s’étcrnisait. En novembre. nous avons dit très bien, nous vous

25-5-l983

Illavle]
you until November ll, which happcned to bc a Friday or a
Sunday or in the middle ofthe week.

There was no significance at all. lt was just November ll.
and we signed l0 minutes to midnight on November l l.

Mr. W. Wilson: One of the things that Philip has said is
that it is onc thing to assume the authority ol self-government;
Il is quite another to exercise the power of self-government.
You have talked about the need for money. Let us assume the
money is there. Do you have enough land and resources‘!

Chief Billy Diamond: We are a very young population, and l
think what we are considering is the fact of our own popula-
tion. We have to develop our own lands so that they will satisly
tlie needs ofour young population growing up,

Perhaps you arc wondering why we have such a young
yiopulation. The answer is that we have long, cold winters up
hcrc.

Mr. W. Wilson: But would you, under the agreement, in all
tlie catcgorics ol lands, have enough land and resources il the
money were provided to sustain or generate the selfgovern-
ment institutions‘?

Chief Billy Diamond: The lands were seleeted primarily
because ol their being are ‘of primary interest. They were not
selected because there was a chunk 0l land available. They
were selected because they were areas ol primary interest to
tlie community at large, and the community itself was involved
in the land selection. They are areas of primary interest
because of the goosc hunting available, the fishing, and the
trapping ncarby. for community usc. But there are other areas
nf land that are being used by the community, Henry Mian-
scum mentioned that people will go 350 miles from this
community’ t0 practise their traditional way of life.

Those lands that arc under federal jurisdiction are only one
part ol the lands. There are also lands that arc under direct
uwnership, that arc under provincial jurisdiction, called
category lB lands and lB Speeial lands. So there are two sets
uf category l lands: IA lands under federal jurisdiction; 1B
lands under provincial jurisdiction and lB Speeial lands under
provincial jurisdiction. The communities are quite satisfied
Ilmt there are enough areas for community development per
\C. in the sense of the down-south type ol municipality. But for
tlie use ol thc community as such, they have selected those
lunds lor their primary use. There are lands set aside for their
own mineral rights. their own tourism, thcir own forestry and
niining development. So there are possibilities there; but again,
nlll) if the lunding is provided so the community can develop
ltl thcir own way ol developing and with their own style of sell-
wwcrnntent.

Mr. W. Wilson: You said the lndian Act cannot work for
mu, and you arc devcloping the Cree and Naskapi Act. Have
mu had any problems in the development ol that act, with the

Autonomie politique des lndiens

29:85

[Traduction]

donnons jusqu’au ll novembre, un vendredi ou un dimanche
ou c’était peut-étre au milieu de la semaine.

Cette date n’avait aucune signification particulière. C’était
simplement le ll novembre, et nous avons signé l’accord ce
jour-la a minuit moins dix.

M. W. Wilson: Philip a souligné que c’était une chose
d’assumer l’autorité de l’autonomie politique, c’en était une
autre d‘exercer le pouvoir de l’autonomie politique. Vous ave7.
dit qu’il vous fallait de l’argent. Supposons que l’argent vous
est remis. Ave7-vous suffisamment de terres et de ressources‘?

Le chef Billy Diamond: Nous sommes une très jeune nation
et nous tenons compte de notre population. Nous devons
donner à nos terres une certaine expansion afin qu’elles
puissent répondre aux besoins des jeunes qui grandissent.

Vous vous demandez peut-étre pourquoi nous avons une
jeune population. La réponse c’est que les hivers ici sont longs
et lroids.

M. W. Wilson: En vertu de l’accord, et pour toutes les
catégories de terres, diriez-vous que vous avez suffisamment de
terres et de ressources si l’argent vous était lourni pour
soutenir ou pour créer les institutions nécessaires a une
autonomie politique?

Le chef Billy Diamond: Les tcrres ont été choisies d’abord
parce qu’elles représentaient les secteurs d’intérêt primordial.
Elles n’ont pas été choisies parce qu’il y avait un groupe de
terres disponibles. Elles l’ont été parce quelles représentaient
des secteurs d’intérêt primordial pour la communauté en
général. et celle-ci a participé au choix des terres. Elles sont
d’un intérêt primordial parce que la collectivité peut s’adonner
a la chasse à l’oie, à la pêche et au piégeage tout près. Cepen-
dant, la communauté utilise également d’autres secteurs.
Henry Mianscum vous a dit que les gens pouvaient parcourir
350 milles à partir de ce village pour s’adonner à leur façon de
vivre traditionnelle.

Les terres qui relèvent de la compétence fédérale ne
constituent qu’une partie des terres. ll y a également les terres
qui appartiennent directement, qui relèvent de la compétence
provinciale, ce sont les terres de la catégorie IB et les terres
spéciales de la catégorie 1B. ll y a done deux catégories l: les
terres de la catégorie lA qui relèvent de la compétence
fédérale et les terres de la catégorie 1B qui relèvent de la
compétence provinciale de même que les terres spéciales dans
la catégorie IB. Les communautés sont d’avis qu’elles ont
suffisamment d’espace pour le développement communautaire
en soi. pour créer des municipalités du genre de celles qu’on
retrouve au sud. Toutefois, pour l’utilisation de la commu-
nauté, elles ont choisi ces terres comme étant essentielles. Ce
sont des terres réservées à cause dc leurs propres droits
minéraux, leur tourisme, leur forcstrie et leur développement
minicr. Elles offrent donc des possibilités, mais là encore
seulement si lc financement nous est donné alin que la
communauté puisse se développer de sa propre façon en ayant
son propre genre d’autonomie politique.

M. W. Wilson: Vous ave7. déclaré que la Loi sur les lndiens
n’est pas à votre avantage et que vous étiez en train de mettre
au point la Loi sur les Cris et les Naskapis. Est-ce que cette

29:86

[Text]

assumptions that always go on with the Department of lndian
Affairs that somchow it must not only relate particularly to
James Bay but it must also be applicable across Canada? lt is
my opinion that these various acts are going to have to be
negotiated witli all special groups across the country, without
having reference to a sort of pan-lndian concept. Have you had
those problems in your negotiations?

Mr. Hutchins: There has been a tendency on certain
occasions during thc discussions te make reference to the
application of what we are talking about to other areas, other
bands, and the problems that would entail: the precedcnts
being set. the difficulties faced by the department if the same
regimes, the same rights, the same structures were applied
elsewhere. We have been, l think, very consistent on that in
reminding the department that this is special legislation being
enacted in virtue of section 9 of the James Bay and Northern
Quebcc Agreement. That is what it is. lt is not amendments to
the lndian Act. lt should have no direct impact on other
lndian people.

They can look at it; il they like what they see, they can
adopt the formulas. But the Cree position. at any rate. has
been very firm on that. We do not like that, beea se, of course,
that is an excuse for not ltilly implementing section 9. So we
are clear, and l think those protestations have been fewcr and
lurther between rccently in thc negotiations.

Mr. W. Wilson: Mr. Chairman, l had the privilcge of not
only hearing but reading a lot ol the material on James Bay, so
l intend t0 come back with it for a second round of questions.
But l would like to thank Chief .lames Bobbish for his
hospitality, and also Billy Diamond and the Grand Council of
the Crees.

l would particularly like to thank you for not bringing along
James O’Reilly. l have noticed, however, that verbosity is not
something that James has uniquely, Peter.

Thank you very much, Mr. Chairman.

The Vice-Chairman: Sandra, would you like to ask some
questions?

Ms lsaac: Thank you, Mr. Chairman.

l know the question of membership has been touched on
already, but just for purposes of information, could you
disclose to the committee what the eligibility of the niember-
ship is for those benefieiaries of thc agreement who, for
example. marry non-Crees?

Chief Awashish: Mr. Chairman, section 3 sets forth the
criteria lor eligibility to dcterminc the beneficiaries of the
rights and benelits that flow lrom the James Bay and North-
ern Quebee Agreement. As a general rule those people who as
of November 1974 were members of the band automatically
become entitled to be enrolled as beneliciaries. ln addition to
that, people of Cree ancestry or lndian ancestry also become
beneficiaries. The latter part means that non—status Crees,
people who never had status to start off with, maybe Métis

lndian Self-Governmcnt

2S» -I‘i.‘<t
fi_;____
[Transfo/ion]
dernière vous pose des problèmes, en supposant comme le l.lll
toujours le ministère des Affaires indiennes que de toute façuu
cette loi doit non seulement se rapporter a la Baie James l’ll
particulier mais s’appliquer à l’ensemble du Canada? .le slli‘.
d’avis que ces diverses lois devront faire l’objet de négoc ‘
avec tous les groupes spéciaux au pays, sans être relié ‘
sorte de concept panvindien. Avez-vous éprouvé ces di
dans vos négociations?

M. Hutchins: Au cours de certaines dis sions. on a parfoi.
mentionné l’application de ec que nous d.cutons a d’ami-n
secteurs, à d’autres bandes, et aux problèmes que ct-li
entraînerait: les précédents qui seraient créés, les diffiviiIii-a
auxquelles ferait face le ministère si les mêmes régime», l\”-
mômes droits, les mêmes structures étaient adoptés partout
Nous avons, de façon constante, je crois. rappelé au ministéri-
qu’il s’agissait la d’une loi spéciale promulguée en vertu tll’
l’art’ le 9 de la convention de la Baie James et du Noitl
québécois. Voila ce que c’est. ll ne s’agit pas d’amendement .i
la Loi sur les lndiens, Cela ne devrait avoir aucun effet tlircii
sur les autres lndiens.

lls peuvent étudier cette loi, s’ils aiment ce qu’ils y voient, il.
peuvent adopter ses formules. Toutefois, la position des (‘ris
de toute façon, est très ferme à ce sujet. Nous n’en sommes p.i.
très heureux car évidemment on s’en sert comme excuse poni
ne pas appliquer entièrement l’article 9. Nous sonintes dom
clairs a ce sujet, et je pense que les protc anions FCÇlItW
récemment au cours des négociations ont été moins nombreu
ses et moins rapprochées.

M. W. Wilson: Monsieur le président,j’ai eu le privilège non
seulement d’entendre mais de lire beaucoup de documents
concernant la Baie James, par conséquent j’ai l’intention tli-
revenir a cette question au deuxième tour. Permettez-moi de
remercier le chef James Bobbish de son hospitalité, et égale
ment Billy Diamond et le Grand Conseil des Cris.

.le vous remercie tout particulièrement de ne pas avoir
amené James O’Reilly. J’ai remarqué, cependant, que l.t
verbosité n’est pas le propre de James uniquement. Peter.

Merci beaucoup. monsieur le président.

Le vice-président: Sandra, voulez-vous poser des questions”

Mme lsaac: Merci, monsieur le président.

.le sais que la question d’affiliation a déjà été soulevée, man
pour notre gouverne, pourriez-vous expliquer aux membres (lll
Comité ce que représente lïidmissibilitéâ l’affiliation pour lcx
bénéficiaires de la convention qui. par exemple, épousent «les
non-Cris‘?

Le chef Awashish: Monsieur le président. l’article 3 prévoit
les critères d’admissibilité qui déterminent quels sont lcs
bénéficiaires des droits et donnent les avantages qui découlent
dc la convention de la Baie James et du Nord québécois. I .I
règle générale c’est que les personnes qui en novembre l‘)7»t
étaient membres de la bande deviennent ziutomatiquemciil
admissibles comme bénéficiaires. De plus, ceux qui sont
d’ascendance Cri ou indienne deviennent également tlcx

bénéficiares. Ce que je viens de dire signifie que les Cris «le

25-5-1983

[Texte]
people, become bencfieiaries as long as they arc of Cree or
lndian ancestry.

What we havc sueceeded in negotiating for the eligibility
criteria is simply to establish the rule that if you are born a
Cree, you die a Cree. That is, no matter what you do in life,
you cannot [ose your rights to be a beneficiary under the
agreement. Thc only way you change your status is when the
lndian Act applics, as Mr. Hutchins mentioned: the lndian
Act will continue to apply and so forth in detcrrnining who is a
status Cree.

Ms lsaac: | am just talking about the beneficiarics. lf they
marry non-Crees, they do not lose their status?

Chief Awashish: That is correct.

Ms lsaac: Okay. Thank you very much for that information.

Thank you, Mr. Chairman.

Mr. Allmand: Just a supplementary. What happcns if a Cree
marries a Micmac or a Mohawk?

Mr. W. Wilson: They stone him to death.

Mr. Allmand: Ducs thc status lndian who is not a Cree
become a beneficiary, or do the children become bencficiaries?

Chief Billy Diamond: If a Mohawk marries a Cree, he
becomcs a “Creehawk”.

Chief Awashish: lf a status lndian who is not a Cree person
to start off with marries a Cree beneficiary, that status lndian
in the first instance will not become a beneficiary. /\ person
does not become a Cree, but he remains an lndian by status
because ofthe lndian Act.

Mr. Allmand: Do the children become beneficiztries?

Chief Awashish: The children become bcneficiaries, yes.

The Vice-Chairman: Just before we eoncludc, l want to get
in a couple ofquestions myself, ifthat is in order.

I would like you to tell me what northern communities you
were comparing to, when you suggest that you have northern
communities you compare to as far as thc bencfits that are
received arc concerned, and do you believe the Cree in this
atrea ought to receive more of a contribution from the fedcral
government than the Quebcc government givcs municipalities
In the south, when it comes to maintaining facilities that arc
built?

Mr. Hawki s: To answer thc first part of the question, we
look at l2 communities in the Northwest Tcrritories. Would
you like me to name some 01’ them‘? Arctie Bay, Baker Lake,
ltroughton lsland, Clyde Rivcr, Hall Beach, lglulik, Pond
lnlet, Pangnirtung, and Rankin lnlct. Wc were trying to find
vtnntnunities that were comparable in size. isolation, popula-
tmn. and so on.

Autonomie politique des lndicns

29:87

[Traducliun]

fait, ceux qui n’avaient pas dc statut au départ, les Métis peut-
être, deviennent bénéficiaires en autant qu’ils sont d’ascen-
dance crie ou indienne.

Dans nos négociations concernant le Critère d’admissibilité
nous avons simplement réussi à établir cette règle: si on est né
Cri, on meurt Cri. Quel que soit ce qu’on a fait dans la vie, on
ne peut perdre ses droits de bénéficiaire en vertu de l’accord.
La seule façon de changer son statut c’est lorsque la l.oi sur les
lndiens s’applique, comme l’a souligné M. Hutchins, la Loi sur
les lndiens continuera a sappliquer. par exemple, pour
déterminer qui est un Cri de fait,

Mme lsaac: Je songeais simplement aux bénéficiaires. S’ils
épousent une personne non-crie, ils ne perdent pas leur statut?

Le chef Awashish: C’est exact.

Mme lsaac: Bien. Je vous remercie beaucoup de ces
renseignements.

Merci, monsieur le président.

M. Allmand: Permettez-moi de poser une question supplé-
mentaire. Qu’arrive-t-il si une personne Cri épouse une
personne Micmac ou Mohawk?

M. W. Wilson: lls vont la lapider.

M. Allmand‘ Est-ce que l’indien de plein droit qui n’est pas
Cri devient bénéficaire, ou les enfants le deviennent-ils‘!

Le chef Billy Diamond: Si un Mohawk épouse un Cri, il
devient un «Creehawk».

Le chef Awashish: Si un lndien de plein droit qui n’est pas
Cri au départ épouse un bénéficiaire Cri, l’lndien de plein droit
ne sera pas bénéficiaire. Une personne ne devient pas Cri, mais
elle demeure indienne de plein droit à cause de la Loi sur les
lndicns.

M. Allmand: Est-ce que les enfants deviennent bénéficiai-
res‘?

Le chef Awashish: Oui, ils deviennent bénéficiaires.

Le vice-président: Avant de terminer, je voudrais poser
quelques questions également, si cela m’est permis.

Je voudrais tout d’abord que vous me disiez quelles sont les
communautés dans le nord auxquelles vous vous compariez,
lorsque vous avez prétendu vous comparer a elles pour les
prestations quc vous recevez, et croyez-vous ensuite que les
Cris de cette région devraient recevoir davantage du gouverne-
ment fédéral que ne donne le gouvernement du Québec aux
municipalités du sud, lorsqu’il s’agit d’entretenir les installa-
tions construites’!

M. Hawkins: Pour répondre à la première partie de votre
question, nous tenons compte de 12 communautés des Territoi-
res du Nord-Ouest. Voulez-vous que je vous en nomme
quelques-unes? Arctie Bay, Bakcr Lake, Broughton lsland,
Clydc River, Hall Beaeh, lglulik, Pond lnlet, Pangnirtung et
Rankin lnlet. Nous avons essayé de trouver des communautés
auxquelles nous pouvions nous comparer comme taille,

isolation, population, etc.

29:88

[Text]
‘ 1220

The Vice-Chairman: Did you want to answer the second
part, or is it too hard?

Chief Billy Diamond: The second part was about the Qucbec
municipalities‘?

The Vice-Chairman: You have stated in your brief that an
adéquate amount of moneys are coming forward to maintain
homes,’ sewer, water, recreational facilities and so forth, as
compared t0 what the federal government is giving to other
communities. Have you made any comparison as to what the
provincial Government of Quebee gives thc municipalities, who
have to assume much of the same responsibility, and whether
you feel there is any eomparison there as t0 whether the
federal government ought to be doing a similar amount if you
move into an incorporated type ofan operation’?

Mr. Hawkins: We did look at a number of other communi-
ties. outside the Northwest Territories. We looked at several in
Quebee and other places across the country. The problem we
had there was the différence in size of the population. lt was
very hard to make a comparison with the Cree communities.
The only conclusion wc could come to is that yes, a substantial
cost is involved. But to try t0 equate that was very difficult,
because of économies of scale. For example, to put in place a
garbage collection system for a community of 5,000 —-it costs
almost the same to do it for a community of 1,000. So it is
quite difficult.

There are some problems in provincial funding for the Cree
communities. Somc funding was being provided to the lB
corporations; not a very large amount. There is not that much
activity going on there. But just as an indication of some of the
problems, they recently announced that they are suspending all
funding for IB corporations.

A second part of the problem related to that is that the
provincial institutions whieh have facilities on the IA lands,
right in thc communities, for example this building here,
should be paying for a portion of their municipal services. But
again, this is another ongoing problem with Quebec, in that
Quebcc refuse to pay for services on IA lands, because they
consider that to be a federal responsibility.

Soit is quite a complicated situation.

Chief Billy Diamond: Mr. Chairman, just t0 add a point on
that, under the James Bay and Northern Quebee Agreement it
was envisaged that Quebee and Canada would share the cost
of providing essential services and community infrastructures
to thc Cree communities in the James Bay territory. To date
the Government of Québec has not contributcd a penny to that
infrastructure. The contribution to date has come from grants
from the Department of lndian Affairs and Northern Dcvelop-
ment, loans from CMHC, and the contribution from the Board

lndian Self-Government

25-5- I ‘)\‘ t

[Translation]

Le vice-président: Voulez-vous répondre à la deuxicinr
partie de la question, ou est-ce trop difficile‘!

Le chef Billy Diamond: La deuxième partie avait trait aux
municipalités du Québec n’est-ce pas‘?

Le vice-président: Vous ave7 déclaré dans votre mÔInUIIt‘
qu’une somme adéquate d’argent vous est donnée pou:
entretenir les maisons, les égouts, les conduits d’eau, les
services récréatifs et autres, comparativement a ce que donni-
le gouvernement fédéral aux autres communautés. Avez-vint.
tenté d’établir des comparaisons avec ce que donne le gouwi
nement provincial du Québec aux municipalités, qui doivent
assumer les mêmes responsabilités en grande partie, et â votre
avis pourriez-vous faire des comparaisons et nous dire si lr
gouvernement fédéral devrait donner les mêmes sommes .\l
vous vous Constituez en corporation en quelque sorte?

M. Hawkins: Nous avons étudié un certain nombre d’autre»
communautés hors des Territoires du Nord-Ouest. Nous avons
examiné plusieurs communautés au Québec et ailleurs au payx
La difficulté c’est que la population était de taille différente ll
était donc très difficile d’établir une comparaison avec lcx
communautés cries. La seule conclusion quc nous en avon»
tirée c’est que oui, les coûts seraient importants. Il a étt’: très
difficile d’établir une comparaison a e e des ÔCOn\)InlU\
d’échelle. Ainsi, par exemple, pour avoir un système de collecti-
des ordures ménagères pour une communauté de 5,000
habitants—il en coûte a peu près la même chose que pour unc
communauté de l,000 habitants. l.a question est dom
complexe. ‘

Le financement des communautés cries par lcs provinc
pose quelques problèmes. Une partie du financement a étc
offerte aux sociétés de la catégorie 1B; la somme n’est pas très
importante. Les activités ne sont pas très nombreus , Pour
vous donner une idée des problèmes, les autorités provinciales
ont annoncé récemment qu’elles interroinpaient tout finance
ment pour les sociétés de la catégorie lB.

Un autre volet du problème c‘est que les lnstitutionx
provinciales qui créent des installations sur les terres (lk
catégorie IA, dans lcs communautés, cet édifice-ci pat
exemple, devraient payer une partie des services niunicipatix
Cette f ci encore, il s’agit d’un autre problème permanent
au Québec, dans ce sens que le Québec refuse de payer le‘.
services accordés aux terres de catégorie 1A, parce que I.i
province considère qu’elles sont la responsabilité du gouverne
ment fédéral.

La situation est fort complexe.

Le chef Billy Diamond: Monsieur le président, permctte/
moi d’ajouter une remarque à ce sujet, on avait prévu en Vertu
de la Convention de la Baie James ct du Nord québécois que lu
Québec et le Canada partageraient les coûts des Services
essentiels et des infrastructures communautaires dans lL’\
communautés cries du territoire de la Baie James. A ce jour, lk‘
gouvernement du Québec n’a pas donné un sou. Jusquïi
maintenant la contribution se compose de subventions tltl
ministère des Affaires indiennes et du Nord canadien, (lcs
prêts de la SCHL et des contributions de la Commission tle»

25-5-1983

[Tcxle]
of Compensation of the Cree Regional Authority. lt works out
to approximately 30% each, or 33%—something like that.

lf Quebee came through with their contribution, they would
at least pay for a third of it. But we received early in the
implcmentation of the agreement a letter from the Govern-
ment of Quebcc stating that they do not wanl to put provincial
dollars on lands that are under federal jurisdiction, because
they would not know how t0 recoup their investment ifa major
disaster ever oceurred in Quebee.

So we are caught in a battle between Quebcc and Ottawa
again. Wc are always caught in that situation. lt is unfortu-
nate, but lhc Crees end up contributing the Quebee share. We
intend to try to rccoup that money from the Government of
Quebee. We do not know how yet.

The Vice-Chairman: A lot of scalps to sell, l guess.

Thank you, Chief Diamond. l would like t0 break until
12.45 now. l would like t0 ask you whether you and your group
would bc available later this afternoon l’or questioning, and if
wc could thcn hear at l2.45 the two additional briefs, have
some questioning on those, and then come back l0 the second
round on questioning until wc havc to catch our bus to meet
our plane. ls that in order‘?

Chief Billy Diamond: ll is okay.

The Vice-Chairman: We will break now. Sandwiches are
available for those who are hungry, and we will be back al
I145. when thc gavel will come down.

‘ 1224

Autonomie politique des lndiens

29:89

[Traduction]

indemnisations de lautorité régionale crie, Cette contribution
se répartit comme suit, 30 p. 100 chacun environ ou 33 p.
100/ou quelque chose du genre,

Si le Québec contribuait, il pourrait au moins en payer le
tiers. Nous avons reçu au tout début de la mise en vigueur de
la convention une lettre du gouvernement du Québec qui
déclarait ne pas vouloir investir d’argent provincial dans les
terres qui sont de compétence fédérale, car il ne sait comment
il pourrait récupérer ses investissements si un désastre
important survenait au Québec.

Par conséquent, nous sommes de nouveau au beau milieu
d’une lutte entre le Québec et Ottawa. Nous sommes toujours
pris dans une situation de ce genre. C’est dommage, mais les
Cris finissent par payer la contribution que devrait faire le
Québec, Nous avons l’intention de récupérer cet argent du
gouvernement du Québec. Nous ne savons pas encore com-
ment.

Le vice-président: J’imagine qu’il faudra vendre beaucoup
de scalps.

Merci, chef Diamond. Je voudrais que nous Ievions la séance
jusqu’à 12h45. Je voulais vous demander si vous et votre
groupe serez disponibles plus tard cet après-midi pour
répondre à des questions, et si vous pouviez venir entendre à
12h45 les deux autres mémoires, qui feront l‘0bjte de ques-
tions, et revenir ensuite au deuxième tour des questions jusqu’à
ce que nous soyions prêts à prendre le bus pour aller â
l’aéroport, Est-ce que cela vous convient?

Le chef Billy Diamond: C’est très bien.
Le vice-président: Nous allons donc nous interrompre
maintenant. Il y a des sandwichs pour ceux qui ont faim, nous

reviendrons à 12 h 45. alors que le marteau du président
signalera la reprise des travaux.

‘ 1300

The Vice-(‘hairmanz We will begin the afternoon hearings. l
thank everyone for being so punctual. l know it is very difficult
tu have lunch so quiekly, but we do want to make sure we
make the most of our time in the James Bay region of Quebec,

Chief Diamond, we have two further briefs that we would
love to have put on the record. l believe we are ready now and
m; will proceed.

(‘hief Billy Diamond: Mr, Chairman, I would like to
mlroducb Allan Happyjack, Director General of the Cree
School Board, as well as Mrs. Jane Pachano, the School
(‘ummissitiner for Chisasibi.

Mr. Happyjack: Mr. Chairman, members of the Special
«ummittee on lndian Self-Government, guests, ladies and
gentlemen, on behalf of the Cree School Board, we wish to
nmkc this presentation on Cree education with respect to
section 16 of the James Bay and Northern Quebee Agreement.
\\‘e would like at this time to have this particular opportunity

Le vice-président: La séance de l’après-midi est ouverte. .le
vous remercie tous d’être aussi ponctuels, je sais combien il est
difficile de prendre un déjeuner aussi rapide mais nous devons
utiliser au mieux le temps dont nous disposons dans la région
de la Baie James,

Chef Diamond, il reste deux mémoires que nous voudrions
voir figurer au procès-verbal et, puisque nous sommes prêts,
nous allons les entendre.

Le chef Billy Diamond: Monsieur le président. j’aimerais
vous présenter Allan Happyjack, directeur général de la
Commission scolaire cri, ainsi que M”‘° Jane Pachano, membre
de la Commission scolaire de Chisasibi.

M. Happyjack: Monsieur le président, mesdames et
messieurs et les membres du Comité spécial sur l’autonomie
des Indiens, au nom de la Commission scolaire crie, je tiens â
faire cette présentation sur l’éducation des Cris au regard de
l’article 16 de I’Accord de la Baie James et du nord du
Québec. Nous souhaitons saisir cette occasion pour vous faire

29:90

lndian Self-Government

25-5» 1 98}

{Terri}

to address some of our coneerns, issues and problems that have
affected the Cree School Board in terms of the implcmentation
of the James Bay Agreement.

The Spécial Committee on lndian Selffiovernment was
mandated to present recommendations on the status, develop-
ment and responsibilities of band governments and the
financial responsibility of thc Government of Canada in this
regard. The Cree School Board fccls that its subinission t0 this
special committee will be of particular use in that it will
provide on unique perspective to thc question of lndian self-
government and thc financial responsibilities of the Govern-
ment of Canada. This will be true for two reasons.

First, the Cree School Board was created in order t0
implement thc concept of Cree control of Cree education. lt is
a prime example of lndian self-control and détermination and
stands as a precedent in the field of lndian assumption of
responsibilities previously directed by others,

‘ I310

Second, thc Cree School Board has a unique view of the
situation which exists at the local community level with respect
to problems relating to local self-government.

The Cree School Board was set up pursuant to the provi-
sions of section l6 of the .lames Bay and Northern Quebcc
Agreement, which is attaehed as Annex A to this particular
submission. section l6 of the agreement provides for the
incorporation of the Cree School Board, which has a basic
jurisdiction with respect to Crees within the Cree communities
of northern Quebee.

The Cree School Board has a geographical and ethnie
jurisdiction which is extremely large and puts great respon-
sibilities on it with respect to the provision of educational
services to thc Cree nation.

You will zipprcciate that prior to thc exécution of the
agreement education in the Cree communities of northern
Quebcc was provided by the Department of lndian Affairs and
Northern Dcvelopment. Withoiit going into the reasons or
merits of same, it was clear that the department was providing
a level of educational services to the communities which was
vastly inferior to that which nomlndian communities of
Quebee were receiving. lt is clear that these services were poor.

The reason bchind the creation of the Cree School Board
was t0 allow the Crees to have local and regional government
control of education which was to be provided to their people,
»to upgrade the level of educational services previously avail-
able and to put them in a position to influence future genera»
tions of thc education process, The Crees have always con-
sidered that providing the proper educational system was the
key in order to allow them to control their destiny.

ln the past, management over the educational system had
been an influential factor in how the Crees were developing
internally and vis-a-vis the outside world. The system was
controllcd by outsiders. The teachers were outsiders; the
curriculum was decided by non-Crees, and the textbooks were

[ TrarLr/alinrz]

part de nos préoccupations et des problèmes que l’exécution de
la Convention de la Baie Jantes pose à la Coinm on scolairc
crie.

Le Comité spécial de l’autonomie des lndiens a pour mandtit
de formuler des recommandations sur la situation, la progres’
sion et les responsabilités des gouvernements des bandes et stir
la responsabilité financière du gouvernement fédéral a cet
égard. La Commission scolaire crie considère que son exposé a
ce Comité spécial sera particulièrement titile dans la mcsurc
où il dégagera une perspective tout â fait singulière sur In
question de l’autonomie indienne et des responsabilités
financières du gouvernement du Canada, et ce pour deux
raisons.

Premièrement, la Commission scolaire crie a été créée en
vue de traduire dans les faits le concept de la maîtrise des Cris
sur leur éducation. C’est un exemple de choix de la maîtrise ct
de la détermination des Indiens et constitue un précédent dans
la prise en main par les lndiens de responsabilités qui appartcv
naient auparavant â d’autres.

Deuxièmement, la Commission scolaire crie est particulière
ment bien placée pour connaître les problèmes que rencontre
au niveau local l’autonomie des lndiens.

La Commission scolaire a été fondée conformément aux
dispositions de l’article l6 de la convention de lLl Baie James et
du Nord québécois, dont vous trouverez le tcxte à l’annexe À
de ce mémoire. L’article l6 érige la Commi on scolaire Cree
et lui confie la compétence principale visa-vis de l’éducation
des Cris dans les localités du nord du Québec.

La Commission scolaire Crie possède une compétence
géographique et ethnique extrêmement vaste, ce qui noir.
impose de lourdes responsabilités sur lc plan des service.
éducatifs de la nation crie.

Vous savez qu’avant la signature de la convention, l’éduc:i
tion des Cris du Nord québécois était ‘assurée par le ministéri-
des Affaire indiennes et du Nord. ll est manifeste que i\’
ministère assurait un niveau de services aux lndiens cris qin
était considérablement inférieur a celui des locali és non
indiennes du Québec mais je ne veux pas cntrer iei dans li–.
raisons de cette situation, Nous constaton. simplement quc I.i
qualité du service était mauvaise.

Les raisons qui ont présidé a la création de la COIIHÏIÎSMUII
scolaire crie étaient de confier aux Cris le contrôle de l’édiic,i
tion, aux niveaux local et régional, d’améliorer la qualité d
services éducatifs et de donner aux lndiens les moyen.
d’influer sur l’avenir des générations futures par le biais «li
l’éducation. Les Cris ont toujours jugé que la mise en plati-
d’un enseignement approprié est une condition de la prist- i-n
main de leur propre destin.

Le système d’éducation, tel qu’il était zidministré pni l.
passé, n’a pas manqué d’influencer le développement inlClIIi
des Cris et leurs rapports avec le monde extérieur. L’éducation
était sous le contrôle d’étrangers. Les enseignants étaient «li-a
étrangers, les programmes étaient arrêtés par des étrangers 4’l

25-5-1983

[Texte]

written by thc southcrners. The Cree input was minimal, and
thcir participation was only as récipients of whatever form and
manner of education was deemed acceptable by those in
control in Ottawa or Quebcc.

One must read section l6 of the James Bay and Northern
Quebee Agreement as a whole, but you will appreciate that
article 16.0.9 provides for a list of special powers which are
unequallcd in other lndian-controllcd school boards across the
land. and ccrtainly beyond cotnpttrison with powers related to
tlie administration of other lndian boards in Canada. We
submit that it will help the special committce in understanding
our position in regard to provisions of article 16.0.9 of thc
James Bay and Northern Quebcc agreement, which is included
within the submission.

You can see from section 16 that the Crees were convinced
they would finally be able to control the educational process in
till regards. They at lcast legally havc the power to decide on
the language of instruction, choose the curriculum, selcct
appropriate textbooks, hire appropriate teachers, hire Crees to
bc teachers and allow the administration from top to bottom to
be controllcd and directed by Crees.

This. at lcast on papcr. is “local government” and local
control in its best sen‘ Local “government” really is a
synonym for the word “control”, and thc Crees were able to
take the reins of Cree education because of the provisions of
section l6 of the agreement.

There is, of course, a parallel with thc negotiations which
are continuing with respect t0 the proposed James Bay Cree-
Naskapi act.

Althougli thc obligations of thc Governments of Quebee and
Canada were precise and the powers of the Cree School Board
were related in detail in section l6, the Crees have found that
by restricting funding and working against the successful
implcmentation of the agreement, the governments have been
Ilblc to cause great problems in the administration of education
in thc Cree communiti The Govcrnmcnts of Canada and
Quebcc have. to a certain extent, been able t0 subvert the clear
purpose and tibjcctivc of the agreement and are attcmpting to
take from the hands of thc Crees the control over education
tliut the Crees had dearly fought for.

The Crees feel thc Cree School Board is basically a test case
for the question of lndian self-government. What is thc
iiicaning of granting powers of self-government or self-control
tu lndians ifcontrol cannot be practically exercised‘?

Thc budget process does not provide for special funding to
implement thc special powers in article 16.0.9. lt refuses to
iccognize legitimatc start-up and implcmentation problems of
Iltc Cree School Board, ignores the inhcrited difficulties with
icspcct to insufficient facilities and provides for no effective
.IIltl planned capital cxpenditures.

(‘an it be truc that, above and beyond all the budget
ilifficultics dcscribcd, Canada refuses to take into account the
increase in studcnt population when it detcrmines budgets for
lllt‘ Cree School Board in future years? We are informed this

Autonomie politique des lndiens

29:91

[Traduction]

les manuels scolaires étaient rédigés par des enseignants du
sud. La participation des Cris était minime et se limitait à un
rôle entièrement passif de récepteurs de la forme et du fond de
l’enseignement fixé par les responsables d’Ottawa ou de
Québec.

l1 faudrait lire l’article l6 de la convention de la Baie James
et du nord québécois dans son entier mais l’alinéa 16.0.9 dresse
une liste des pouvoirs spéciaux qui sont confiés â la Commis-
sion ct qui n’ont d’égal dans aucune autre bande indienne et
qui vont bien plus loin que les pouvoirs administratifs confiés
aux autres commissions scolaires indiennes. La lecture de cet
alinéa 16.0.9 permettra au Comité de mieux comprendre notre
situation.

Vous pouvez voir, en lisant l’article l6, que lcs Cris étaient
convaincus qu’ils pourraient enfin contrôler tous les aspects du
système éducatif. lls ont au moins le pouvoir légal de décider
de la langue d’enseignement, d’arrêter les programmes, de
choisir les manuels appropriés, de recruter dcs enseignants cris
et de diriger toute l’administration scolaire de haut cri bas.

Voici, du moins sur le papier, ce qtie devrait signifier le
«gouvernement local» dans son acception la meilleure «Gou-
vernement local» est en fait synonyme de «rcontrôlen et les Cris
ont pu prendre en main les rênes de leur éducation grâce aux
dispositions de l’article I6 de la convention.

ll y a évidemment un parallèle a faire avec les négociations
qui se poursuivent concernant le projet dc loi Cri-Naskapi de
la Baie James.

Bien que l’article l6 détaillait avec précision les obligations
des gouvernements du Québec et du Canada et les pouvoirs de
la Commission scolaire Crie, nous nous sommes aperçus, que
ces gouvernements étaient en mesure de causer de graves
problèmes a l’administration de l’éducation dans les localités
cries en restreignant les crédits et en oeuvrant contre la bonne
exécution de la convention. Les gouvernements du Canada et
du Québec ont réussi, dans une certaine mesure, à saper les
objectifs clairement exprimés de la convention et essaient
d’arracher des mains des Cris le contrôle sur l’éducation pour
lequel ils ont tant combattu.

Les Cris considèrent que la Comm’ ‘on scolaire crie fait
figure d’exemple dans toute la question de l’autonomie
indienne. À quoi sert-il de concéder des pouvoirs d’autonomie
aux lndiens si on ne leur donne pas les moyens pratiques de
l’exercer?

Le processus budgétaire n’accorde aucun crédit spécial pour
exercer les pouvoirs spéciaux contenus à l’alinéa 16.0.9, Il
refuse de prendre en compte les problèmes normaux de
démarrage que connaît la Commission scolaire, ignore les
difficultés que nous avons hérité sur le plan des locaux et ne
prévoit aucun plan d’investissement structuré.

Est-il vrai que lc Canada, indépendamment des contraintes
budgétaires que l’on invoque, refuse de tenir compte de
l’augmentation de 1a population scolaire lorsqu’il arrête le
budget de la Commission scolaire crie’? On nous dit que c’est le

29:92

[Texl]

is s0. The Government ol Canada has relused to provide the
necessary linancial resources t0 meet its obligations as sct
forth in section l6 of the agreement and has systematically
worked against the successlul implcmentation of this part 0l
the agreement.

Notwithstanding that the Cree School Board was set up in
1978 and has been lunctioning for fivc years, we feel the
Department of lndian Allairs and Northern Dcvelopment has
not yet fully aceepted thc rationale lor its creation. The idea of
an lndian-controllcd school board still meets résistance from
department officials. Will it be the same in the area ol local
government‘?

The Cree School Board wishes to point out to this commit»
tee that the success ol thc Cree School Board is, indecd, a test
case for the question 0l local control of lunctions by lndian
groups: and it can testily to the fact that ilcontrol is not given
with the appropriate tools to implement that control and if thc
governments do not take a eonscious and determined decision
to transfer authority, then problems will arise.

An essential loundation upon which the activities ol the
Cree School Board are based is the assumption that there will
be a local government which will effectively be able t0 provide
certain support services and be able to react swiltly and
effectively in relevant situations, lt is essential that municipal
services such as water and sewage and other municipal services
be properly provided to the lacilities 0l the Cree School Board
in the Cree communities. The proper lunctioning 0l the schools
and résidences is based on this assumption.

lt is clear there is insuflicient operation and maintenance
funding available lrom the Government of Canada properly t0
take care ol these systems. This may result in a great loss 0l an
important investmcnt made by the bands and by Canada in
municipal services il they are not properly maintained.

‘ I320

lt is illogical t0 provide lor the investment 0l millions ol
dollars in the construction ofa sewage trcatment plant and yet
not provide the funds required to opcrate and maintain it.

There is also a problem with respect t0 the nature and
quality 0l electrical services available t0 the communities. The
department refuses to meet its obligations in this regard and
has now taken the unpreeedented step 0l suing the Cree School
Board for the departments lailures in the field ol electricity.
The Iack ol proper municipal services results in the deerease 0l
the level of ellective education services available t0 the Crees
and is directly eonnected to a brcach by Canada ol its
obligations t0 the Crees of Quebee in the field ol education,

We are informed that the proposed Jantes Bay Cree-
Naskapi Act will in fact provide the powers whieh are
nccessary t0 allow the bands to properly regulate activities in
the community, in order t0 best serve the interests ol the Crees
and other persons in the Cree community.

lndian Self-Governmcnt

25-5» t Us l

l ‘Ïrmtvla/ion]

cas. l.e gouvernement du Canada rcluse de nous donner le.
ressources financ ‘res néce. res pour s’acquitter de w.
obligations exposées Z1 l’article l6 et oeuvre systématiquement
pour empêcher la bonne exécution de cette partie dc l’accord

Bien que la Commission scolaire crie ait été mise sur pied ru
1978 et fonctionne maintenant depuis cinq ans. nous croyoux
que le ministère des Affaires indiennes et du Nord canadien un
‘a pas encore pleinement acceptée. La notion d’une eomuux
sion scolaire sous contrôle indien rencontre encore tlt”.
résistances chez les fonctionnaires du ministère, La ntêllli’
chose arrivera-t-elle dans le domaine de l’autonomie politiqun
locale‘?

Nous souhaitons faire ressortir que le succès de la (Îontnus
sion scolaire cric a valeur exemplaire pour toute la question ll\
l’autonomie locale des lndiens; et nous pouvons témoigner du
fait que si le contrôle n’est pas assorti d’outils appropriés pour
le mettre en oeuvre et que si les gouvernements n’agissent pan
avec détermination pour transférer lcs pouvoirs. des problème‘.
nombreux vont surgir.

La Comm ion scolaire crie est fondée sur l’hypothèse qu’il
existera un gouvernement local qui sera en mesure dassurr:
effectivement une certaine inlrastruclure et de réagir rapidi-
ment et a bon escient aux situations nouvelles, Il e.t iudispru
sable que des services ntunicipaux tels quc l’addurtiozi d’eau
les égouts et d’autres services soient assurés aux locaux
scolaires dans les communautés cries. Le bon lonctionnentexit
des écoles et des résidences en dépend.

ll est manifeste que le gouvernement du Canada ne vent-
pas suffisamment de crédits d’exploitation et d’entretien pou:
assurer ces services. Le mauvais entretien de Linlrastruetuu

‘municipale risque d’entraîner la dégradation des réalisation.

dans lesquelles les bandes et le gouvernement fédéral ont tant
investi.

ll est illogique de dépenser des millions de dollars pour l.l
construction d’une installation de traitentent des eaux usées cl
de refuser les crédits nécessaires a son Fonctionnement et à son
entretien.

L’équipement électrique des localités pose également un
problème et le ministère refuse de respecter ses obligations .1
cet égard ct a maintenant pris la décision sans précédent d.
poursuivre en justice la commission scolaire crie alors que lr.
lacunes du réseau électrique relèvent de sa propre responsaln
lité. L’absence de services municipaux appropriés entraîne um
dégradation de la qualité de l’éducation mise a la disposition
des Cris due directement au non-respect par le Canada (lr-
obligations qu’il a contractées envers les Cris du Québec dan.
le domaine de l’enseignement.

On nous informe que la loi visant les Cris-Naskapis de l:
baie James en projet donnera aux bandes les pouvoirs nécessm
res pour gérer correctement les activités de la communauté rl
servir au mieux les intérêts des Cris et des autres habitants llt
la communauté.

25-5-1983

[Texte]

However, the Cree School Board strongly supports the
adoption of this proposed Cree»Naskapi legislation as quiekly
‘ possible. This proposed legislation should finally allow truc
. -government and improve the ability ol the Cree School
Board to carry out its functions.

However. thc mcrc adoption of thc proposed Cree-Naskapi
legislation without a serious commitment by government t0
work towards its success, and without providing for the
necesary linancial resources to support such legislation, is an
exercise in futility.

lt is necessary that the local governments bc properly
lunded and staffed in order t0 allow them t0 actually exercise
tlie powers which are given t0 them under the legislation.
(‘anada must make a commitment lo support the new legisla»
tion and to ensure its proper and complète implcmentation,
both as regards the letter and spirit ol the legislation.

In conclusion, the Cree School Board suggests t0 the Special
(‘ommittee on lndian Self-Governmcnt that it is essential that
tlie proposed James Bay Cree-Naskapi Act be adopted as
quickly as possible; that adequate financial and human
resources be made available to the Cree bands in order to
allow them to implement this legislation; that Canada make a
forma] commitment to support the new regime; that in the
interim, tlie existing policies 0l thc department with respect t0
tlie funding 0l the communities be reviscd to take into
eonsideration their additional needs; and that Canada review
its position and obligations towards thc Crees and the Cree
School Board in the field 0l education in order t0 provide the
necessary commitment and funding to properly implement
Section l6 0l the James Bay and Northern Quebee Agree-
IIICHL

At this particular time, l wish to take the opportunity to be
able to allnw members ol the représentatives ol the Cree
Seltool Board to as well provide their address to this special
committee on lndian self-government. l call upon the Chair-
iuan of the Cree School Board, Chief Billy Diamond, to olfer
his point 0l view.

Chief Billy Diamond: l would just add, Mr. Chairman, in
talking about Cree selfigovernment one must also consider the
wholc field ol education. The concept that we talked about in
respect t0 Cree control of Cree education was discussed
earlier, particularly in the National lndian Brotherhood paper
ol’ lndian control of lndian education.

These ideas that we have developed were basically the
aspirations ol the local people. The local people wanted to
really have the say and the control——the direction of the
t-«ltieation 0l their own children. Evcn though the Cree School
Huard is composed of nine school commissioners, there is still
Ilte whole concept that the school committees and the parents
,11 annual assemblies and parents‘ meetings really have that
rontrol, And it is through the whole concept of local govern-
ment that that control can be exercised. And it was with these
ideas that Section l6 was born.

Again. it came t0 the making 0l choices. We know that
many native groups are opposed to the idea of provincial

Autonomie politique des lndiens

29:93

[TraduC/ion]

Par conséquent, la commission scolaire crie se prononce
fermement en faveur de l’adoption la plus rapide possible de ce
projet de loi. Celui-ci devrait enfin nous doter d’une autonomie
véritable et permettre à la commission crie de remplir correcte-
ment ses fonctions.

Cependant. la simple adoption du projet de loi, s’il n’est pas
assorti d’un engagement ferme du gouvernement de travailler
a son succès et des ressources financières correspondantes. ne
sera qu’un coup d’épée dans l’eau.

ll est indispensable que les gouvernements locaux disposent
de ressources financières et d’un personnel suffisant pour
exercer les pouvoirs que la loi leur confère. Le Canada doit
prendre l’engagement d’appuyer la nouvelle législation et
d’assurer sa bonne et complète exécution, aussi bien dans
l’esprit que dans la lettre de la loi.

En conclusion, la commission scolaire crie recommande au
Comité spécial de l’autonomie des lndiens que le projet de loi
Cri-Naskapi soit adopté le plus rapidement possible, que des
ressources financières et humaines appropriées soient mises à
la disposition des bandes cries pour leur permettre de mettre
en oeuvre ces dispositions, que le Canada prenne l’engagement
formel d’appuyer le nouveau régime, et que, dans l’intervalle.
les politiques actuellement suivies par le ministère en matière
de financement des communautés soient revues en lonction des
besoins nouveaux; enfin, que le Canada revoit sa position et ses
obligations à l’égard des Cris et de la commission scolaire crie
et verse les ressources nécessaires à la bonne exécution de
l’article l6 de la convention de la baie James et du Nord
québécois,

Je souhaite maintenant donner l’occasion aux membres de la
commission scolaire crie de dire quelques mots à ce Comité
spécial et j’invite le président de la commission scolaire, le chef
Billy Diamond, de nous faire part de son point de vue.

Le chef Billy Diamond: J’ajouterai seulement, monsieur le
président, qu’il faut tenir compte de toute la question de
l’éducation lorsqu’on parle d’autonomie crie, Nous avons déjà
traité du contrôle de l’éducation des Cris dans d’autres
documents. et notamment dans celui de la Fraternité nationale
des lndiens qui traite du contrôle de l’éducation des lndiens
par les lndiens.

Les idées que nous avons formulées répondent aux aspira-
tions de la population locale. Cette population veut contrôler
elle-méme l’éducation de ses enfants. Bien que la commission
scolaire comporte neuf commissaires, il n’en reste pas moins
que le contrôle réel est exercé par les comités scolaires et par
les parents lors des réunions de parents d’élèves et des assem-
blées annuelles. Ce contrôle ne peut s’exercer que dans le cadre
de l’autonomie locale et c’est dans cet esprit que l’article l6 a
été adopté.

ll a done fallu faire des choix. Nous savons que beaucoup
d’autochtones sont opposés à la notion de compétence provin-

29:94

[Texl]

jurisdiction, but it was something that had to be agreed to in
the James Bay and Northern Quebee Agreement, because it
was something that Quebcc in particular wanted clarified. and
that is why you have the Cree School Board under provincial
jurisdiction. But if you look at thc Cree School Board, you
have the powers that the community has and you have the
powers that any other school board has. under the Education
Act of Quebec, plus the additional federal powers. S0 il goes
beyond the normal concept of a provincial school board. lt
gocs into the areas that were traditionally controlled and
administered by the Crees themselves. lt goes beyond the areas
that were administered and managed by the Department of
lndian Affairs.

S0 its innovation, its concept is brand new. lt was one of thc
things that wc had tu decide upon, and it is a very important
part of the James Bay and Northern Quebee Agreement. We
think it is a very significant part. We know that Section 16,
that the creation of the Cree School Board is thc foundation of
our own future, and we arc entrusted t0 look after the future of
some 4,000 children in a small population of 7,600. So you can
see how important education is in our society.

Thank you.

The Vice-Chairman: Thank you. To Mr. Happyjack, l
believe you read a summary of your brief into the record. ls
that correct’?

Mr. Happyjack: Yes.

The Viee-Chairman: Would it be in order if the members
agree that we append the total brief to our records today?
Then, if any person in the future would like more than the
summary he may have the total brief, Is that be agreed?

Some hon. Members: Agreed.

The Vice-Chairman: Thank you, We will havc the total
brief added to the record today.

ljust have a couple of quick questions. You mentioned that
the department was suing the Cree School Board. ls that the
federal Department of lndian Affairs that is suing the Cree
School Board?

Mr. Bill Grodinsky (Legal Counsel): Yes, they are. The
Department of Justice, representing the Government of
Canada and lndian Affairs, has sued the Cree School Board
for the cost of supplying electricity to the facilities of the board
in the Cree community. lt is somewhat of a difficult problem,
although those facilities are still basically owned by the
Government of Canada. There has been no specific agreement
on transferring them over to thc control of the Cree School
Board. Therc has been no agreement in principlc as to the cost
of supplying those elcctricity services. Perhaps the regional
office of the department in Quebcc has taken the step of
sending bills to the Cree School Board and instituting legal
proceedings, which, in itself, is a problem and shows the
difficulties in funding on both sidcs.

lndian Self-Government

25-5» l 9s t

l Translation]

ciale mais il a fallu s’y résoudre dans le cas de la convention
sur la baie James et le nord québécois, car c’est une chose qui:
le Québec souhaitait voir préciser et c’est pourquoi la commis’
sion scolaire crie relève de la province. Mais, dans notre L .,
nous excrçons les pouvoirs de la communauté et les pouvoirs tic
toute autre commission scolaire aux termes de la Loi n
l’éducation du Québec, auxquels s’ajoutent les pouvoirs
fédéraux supplémentaires, Le concept va donc plus loin que les
commissions scolaires provinciales normales; il va plus loin quc
les domaines administrés antérieurement par le ministère des
Affaires indiennes et s’étend à des questions qui étaient
traditionnellement sous le contrôle des Cris eux-mêmes.

C’est donc un concept entièrement nouveau. C’est une des
décisions qu’il nous a fallu prendre et elle constitue un aspect
très important de l’entente sur la baie Jantes. Nous savons que
l’article l6, que la création de la commission scolaire Cric
constitue le fondement même de notre avenir puisqu’il nous
confie le soin de quelques 4,000 enfants dans une population
réduite de 7,600 personnes, Vous voyez done l’importance quc
revét l’éducation dans notre société.

.le vous remercie.

Le vice-président: Je vous remercie. Monsieur Hzippyijack.
c’est un résumé de votre mémoire que vous ave7. lu. n’est-cc
pas?

M. Happyjnck: Oui.

Le vice-président: Souhaitez-vous que le mémoire complet
soit annexé au procès-verbal d’aujourd’hui‘! De cette façon, si
quelqu’un veut le lire au complet, il sera publié. Estrcc
convenu?

Des voix: D’accord.

Le vice-président: Je vous remercie. La totalité du mémoire
sera annexée au procès-verbal d’aujourd’hui.

J’aurais quelques courtes questions à poser. Vous avez dit
que le ministère intente des poursuites contre la commission
scolaire erie. Est-ce lc ministère fédéral des Affaires indiennes
qui poursuit la commission‘?

M. Bill Grodinsky (conseiller juridique): Oui. Le ministère
de la Justice, représentant le Gouvernement du Canada et les
Affaires indiennes, a intenté des poursuites contre la commis—
sion scolaire cric concernant le coût de la fourniture d‘électri»
cité aux locaux de la commission. C’est un problème asse/
complexe car ces locaux continuent en fait à appartenir au
Gouvernement du Canada, Aucune entente précise n’a été
conclue concernant leur transfert à la commission scolaire cric
Aucun accord de principe n’a été conclu concernant le coût de
la fourniture d’électricité à ces locaux. Peut-étre le bureau
régional de Québec du ministère a-t-il pris l’initiative de
facturer la commission scolaire et d’intenter des poursuites. De
toute façon, c’est un problème qui révèle bien les difficultés
budgétaires rencontrées des deux côtés.

Autonomie politique des lndiens

255-1983 29 ; 95
l ÏPX/El [Tradnelion]
‘ I330
‘ 1340

But to make matters worse l have just been informed that
this year, in this ycar’s budget tu thc Crec School Board,
instcad of letting this matter go before the courts the depart-
ment npparently is going to take the unprccedentcd step of
simply retaining money from this year’s budget to thc Cree
School Board to pay for the bills they had in the past. Of
course, wc will go to the courts as soon as that happens, but it
perhaps shows that on thc part of the regional office there is no
commitment to making sure the Cree School Board fulfils its
mandate under Section l6 of thc agreement.

The Vice-Chairman: ljust want to clarify; the cost of power
is the problem. The Quebee province is charging the Cree
School Board for that cost, is that correct?

Mr. Grodinsky: No. This is thc diesel, the power generated
in the coastal communities.

The Vicc-(‘hairmanz Oh, I see. So the Cree School Board is
chargitig thc department for thc power that is being used in
the schools? Am l totally inixed up?

Mr. Grodinsky: lt is thc opposite. The department is
charging the Cree School Board for the power that the
department produces through these diesel plants.

The Vice-Chairman: And they are preparcd to sue you for
not paying for il‘?

Mr. Grodinsky: Yes, lnstead of the department going ahead
under thc agreement and negotiating with Quebcc and
arranging for the transfer of responsibility for electricity, they
have not done anything: they have kept on with these diesel-
generatcd plants in the communities. There has been no
progress in terms of getting the communities linked up with
llydro Quebcc and thc problem becomcs worse every year in
the communities. l suppose in this case, an outside body like
the Crec School Board ends up suffering because of it.

The Vice-Chairman: l have no questioners. so l atn using
the chairman’s prérogative to ask questions.

Mr. Manly: l can think of a dozen.

The Viee-Chairman: l want to ask one further question —
but it provoked someone to ask a question. My further
question, then, is regarding curriculum, ls there any responsi-
lvility for thc Cree School Board to follow any of the Quebee
provincial curriculum or the curriculum that was provided by
tlie department before you took over, or do you have total
control over that at this time‘? lfyou do, how do you sct that’?

Cc qui est encore pire, on m’a dit que cette année, on va
prélever des sommes affectées au budget du conseil scolaire
cri. Plutôt que de laisser les choses aller devant les tribunaux,
le ministère va donc retirer de l’argent affecté au budget du
conseil scolaire pour éponger des frais qui ont eu lieu dans le
passé. Bien sûr, nous irons devant les tribunaux aussitôt que
cela se produira, mais cela indique tout de même que le bureau
régional ne veille pas a ce que le conseil cri se conforme au
mandat qui lui est confié par l’article l6 de l’entente.

Le vice-président: A titre d’éclaircissement, ce sont les coûts
énergétiques qui représentent le problème. Or, la province de
Québec fait assumer ces coûts a la commission scolaire crie,
c’est bien cela?

M. Grodinsky: Non. Il s’agit du diesel; de l’énergie produite
dans les collectivités côtières,

Le vice-président: Oh, je vois. La commission scolaire crie
fait donc payer les coûts énergé ques liés au fonctionnement
des ccolcs par le ministère’? Suis-je complètement embrouillé‘!

M. Grodinsky: C’est le contraire. Le ministère fait assumer
à la commission scolaire crie le paiement des coûts énergéti»
ques découlant du fonctionnement des usines diesel du
ministère.

Le vice-président: Et le ministère est disposé à vous
poursuivre si vous ne payez pas?

M. Grodinsky: Oui. C’est ce qu’il fait plutôt que de se
conformer aux dispositions de la convention et partant, de
négocier avec le Québec et de procéder aux transferts des
responsabilités en matière d’énergie électrique; il a continué à
agir de la sorte au sujet des centrales diesel utilisées dans les
collectivités. Aucun progrès n’a donc été réalisé au chapitre du
rattachement des collectivités aux réseau de |’hydro»Québec, et
le problème s’aggrave d’année en année. En l’occurrence, je
suppose qu’un organisme externe comme la commission
scolaire crie finit par en souffrir,

Le vice-président: ll n’y a personne d’autres qui veuille
poser des questions: je vais donc user de mes privilèges en tant
quc président pour le faire moi»méme.

M. Manly: ll y a environ une douzaine de questions qui me
viennent à l’esprit.

Le vice-président: Le fait que je vais poser une autre
question semble avoir incité quelqu’un d’autre à en poser une,
Quoi qu’il en soit. j’aimerais vous interroger au sujet des
programmes scolaires. La commission scolaire crie est»elle
obligée d’enseigner les programmes provinciaux du Québec ou
les programmes offerts par le ministère avant que vous ne
preniez en charge l’enseignement, ou avez-vous toute latitude
en la matière en ce moment’? Si tel est le cas. comment
établissez-vous vos programmes?

29:96

[Texl]

Chief Billy Diamond: Mr. Chairman. first ol all let me
explain. Under the James Bay and Northern Quebee Agree-
ment, as far as the curriculum is concerned and the use of
standardized tests, the Cree can determinc their own use for
that. ll there are any changes in the curriculum we have to
consult, at least the Council of Commissioners has to consult
with each of the local school committees regarding any
changes to the curriculum, to the school calendar and to the
principals and teachers, lt is the school committees that have
the authority and power, but there is a consultation process
established.

When we took over in 1978 there was no curriculum by the
Department of lndian Affairs. Today we are still arguing
about what type of curriculum we should use. We know the
quality of education is very important and it is uppermost in
all parents’ minds. ln fact, we have been asked to improve thc
quality of education. We have been asked to improve it.
because we find that when we send our kids down to schools in
Val d’Or or Ottawa or to other non—native communities down
south, they are behind the other kids. The same situation
occurs when kids from down south come to school up here;
they are advanced. S0 the quality of education is being looked
into very seriously.

l know Madam Pachano has some comments on curriculum.
Maybe she has some comments to add, but basically that is
where we are now. We are a very young school board; we have
been in existence since July l, 1978, and what we have done in
the last couple of years is astonishing compared to other school
boards. lt takes other school boards l5 years to do what we
have been able to do: take over a budget or take over schools
from the Department of lndian Affairs, lrom Commission
scolaire du Nouveau-Québec, from the Jesuit Oblate priests
and from the Government of Quebec, and put it under one
rool, under one system, and develop a budget based on that
and argue with Quebcc and Canada about its costs.

To date the operation of the Cree School Board costs a little
over S20 million, just in operations alone. ln capital expendi—
tures, l understand that this year’s budget has been approved
at 54.2 million. S0 we are talking about a school board that is
around S25 million, but we are looking after a territory that is
l35,000 square miles.

The Viee-Chairman: Mrs. Pachano, would you like to make
a comment?

Ms Jane Pachano (School Commissioner, Chisasibi): l
attended a meeting in Quebee City in November, where the
question of curriculum came up. ln the past we have had
3200000 for what they call “Creeway”, and they develop Cree
curriculum. But most of that 5200000 goes for salaries,
although we have a few books that were put out by
“Creeway”.

lndian Self-Government

25—5—l9Xl

l Translation]

Le chef Billy Diamond: Monsieur le président, permette/
moi d’abord d’expliquer quelque chose, En vertu de ln
convention de la Baie James et du Nord québécois. les Cris ont
le droit d’établir leur propre programme et d’administrer les
tests normalisés qu’ils voudront. Si on apporte des modifiez:
tions quelconques au programme, nous devons, tout au moins
le conseil doit consulter chacun des comités scolaires locaux
qu’il s’agisse non seulement de modifications au programme
mais du calendrier scolaire ainsi que des changements (le
personnel, aussi bien de directeur que d’enseignants. Cc sont
les comités scolaires qui détiennent l’autorité et le pouvoir.
mais un processus de consultations a été établi.

Lorsque nous avons pris en charge ce domaine en 1978, lc
ministère des Affaires indiennes n’avait aucun programme
scolaire. Aujourd’hui; nous discutons encore du genre de
programme à imposer, Nous n’ignorons pas que la qualité de
l’enseignement est d’une très grande importance, cela constitue
d’ailleurs une priorité pour tous les parents. De fait, on nous u
demandé d’améliorer la qualité de Fenseignement. Cela tient
au fait que lorsque nous envoyons nos enfants dans des écoles il
l’extérieur, dans des collectivités non-indiennes du sud, soit ri
Val d’Or ou à Ottawa, ces derniers ont du retard sur les autres.
L’inverse se produit lorsque les étudiants du sud viennent ici.
ils sont plus avancés. Nous étudions donc cette question de l.l
qualité de l’enseignement avec le plus grand sérieux.

Je crois que M”“ Pachano a certaines observations a faire la
dessus. Quoi qu’il en soit, grosso modo, ce que je viens de voux
dire correspond à notre situation actuelle. Nous sommes un
conseil scolaire très jeune, nous n’existons que depuis le l”
juillet I978 et ces deux dernières années, nous avons réalisé des
choses étonnantes par rapport aux autres conseils scolaires
Cela prendrait en effet l5 ans aux autres conseils scolaires
pour accomplir ce que nous avons accompli, dest-a-dirt-
prendre en main un budget et des écoles après que le ministère
des Affaires indiennes, la commission scolaire du Nouveau
Québec, les Jésuites et les Oblats ainsi que le gouvernement du
Québec nous les eussent remis, et de regrouper cela en un
système relevant d’un organisme, et enlin de concevoir un
budget fondé sur cette situation tout en discutant de coûts avec
Québec et Ottawa.

Jusqu’à ce jour, les coûts de fonctionnement du conseil
scolaire cri sont légèrement supérieurs a S20 millions, et cela
est uniquement au titre du fonctionnement. .le crois savon
qu’on a approuvé un budget de dépenses de 54.2 millions pour
cette année. Au total, le conseil scolaire coûte donc environ
S25 millions, mais il rayonne sur un territoire de 135,000
milles carrés.

Le vice-président: Madame Pachano, avez-vous quelque
chose à dire‘?

Mme Jane Pachano (commissaire scolaire, Chisasibi): J’ai
assisté à une réunion tenue à Québec en novembre, où il a 1c
question des programmes scolaires. Par le passé, nous rec
vions 3200000 au titre de ce qu’on appelle les études crie

dans le cadre desquelles nous élaborons un programme cri
Toutefois, la plus grande part de cette somme a été affectée a
la rémunération, même si nous disposons maintenant tlt‘
quelques livres publiés grâce au programme d’étude cri.

255-1983

|’l’axie]

The question l asked at this meeting was why we could not
get more money for curriculum development, The answer l got
was, Why not accept what is therc? We havc a curriculum for
southern schools that the province requires all the school
boards to use, why not use that? Why spend more money to
develop your own curriculum?

The Vice-Chaîrman: l would like to make members of the
committce aware that we have at least one and maybe two
classes, who have joined us to watch our proceedings. Weleome
to the special committee hearings. l hope you gather some
knowledge about how parliamcntary committees work while
you are here.

l have Mr. Manly, who would like to ask some questions.

Mr. Manly: Thank you, Mr. Chairman. Just to avoid
confusion in lhe future, if there is ever a time when l do not
want to ask questions l will let you know,

The Viee-Chairman: lt is difficult for the chairman lo get a
word in edgewise sometimes, so that is why l ignore you.

Mr. Manly: l think the key to your whole presentation here
is very important. The key is on page l0, where you ask us the
question:

What is the meaning of granting powers of self»
government or self-control to lndians if control cannot be
practically exercised?

Then you go on, on page l l, to ask:

Can it be truc that above and beyond all of the budget
difficulties described, Canada refuses to take into account
the increase in student population when it determines
budgets for the board in future years? We arc informed this
rs so.

l would like some comment on that and also on Section l6.
The introduction to Section l6 says:

The Crec School Board shall also have the following special
powers, subject only to annual budgetary approval.

lt seems to me the problem lies in that phrase, “subject only
to annual budgetary approval”, because it means you are
always having to go back to the department for your budget.
In the department, as you know, there are some areas that are
statutory, that are covered by inflation, for example. The
contract with the Public Service Alliance of Canada for
officials of lndian Affairs eovers their salaries by statutory
requirement. Do you have some suggestion that this committee
could recommend for some kind of statutory provision to eover
xneh things as school board costs and perhaps the costs for
uthcr areas of lndian government, so that on the one hand the
federal government would know where it stood in terms of
linances, and on the other hand your institutions like school
boards and local governments and health centres would know

ZJI J274

Autonomie politique des lndiens

29:97

[ Traduction]

Lors de cette réunion, j’ai donc demandé pourquoi nous ne
pouvions pas receVoir davantage d’argent à affecter à
l’élaboration d’un programme. En guise de réponse, on nous a
demandé pourquoi ne pas accepter ce qui existait déjà’! On
nous a dit qu’il existait un programme normalisé utilisé dans
toutes les écoles du sud de la province, pourquoi ne pas s’en
servir? Pourquoi dépenser de l’argent pour mettre au point
notre propre programme‘?

Le vice-président: J’aimerais attirer l’attention des membres
du comité sur le fait qu’une et peut-étre même deux classes
sont entrées dans la salle pour suivre le déroulement de notre
réunion. .le souhaite donc la bienvenue aux nouveaux arrivés.
J’espère que pendant que vous nous observerez, vous pourrez
apprendre quelque chose sur la façon dont lcs comités parle-
mentaires fonctionnent.

M. Manly aimerait poser quelques questions.

M. Manly: Merci monsieur le président. Auparavant, pour
éviter tout malentendu â l’avenir, si jamais il arrive que je n’ai
pas envie de poser des questions, je vous le laisserai savoir.

Le vice-président: ll est parfois difficile pour le président de
placer un mot, c’est donc pourquoi je vous néglige de temps à
autre,

M. Nlanly: L’aspect primordial de votre exposé me paraît
très important. On le trouve a la page l0, dans le passage où
vous posez la question suivante. et je cite:

A quoi rime l’octroi de pouvoirs politiques, d’une
autonomie politique aux lndiens, si cela ne peut se traduire
de façon concrète’!

Puis à la page Il, vous posez la question suivante. et je cite
CHCÛFCI

Est-il vrai qu’au-delà de toutes les difficultés budgétai-
res évoquées, le Canada refuse de tenir compte de l’accrois-
sement des effectifs scolaires lorsqu’il établit les budgets du
conseil scolaire pour les années a venir? On nous dit qu’il en
est ainsi.

.l’aimerais qu’on me parle de cela ainsi que de l’article l6.
En effet, le préambule a l’article l6 établit ce qui suit, et je
cite:

La commission scolaire crie possède aussi, sous réserve

seulement d’une approbation annuelle des budgets, les

pouvoirs spéciaux suivants:

ll me semble que c’est l’expression «sous réserve seulement
d’une approbation annuelle des budgets», qui fait problème car
cela signifie que vous devez toujours vous adr z au minis-
tère pour obtenir votre budget. Vous n’ignore7. p s qu’au sein
du ministère, certains aspects sont couverts par des dispositions
relatives a l’inflation, et cc, en vertu de la loi. Ainsi, le contrat
signé par l’Alliance de la Fonction publique du Canada au
sujet des hauts fonctionnaires des Affaires indiennes couvre les
traitements de ces derniers et cc, de par la loi. J’aimerais donc
savoir si vous voulez recommander que notre comité propose
une disposition juridique semblable de sorte a couvrir des
choses comme les coûts relatifs à la commission scolaire et
peut-être aussi les coûts afférents des autres aspects d’un
gouvernement indien. Cela permettrait à la fois au gouverne-

29:98

[ Texr]

where they stood financially? l would like some comment on
those please.

‘ 1350

Chief Billy Diamond: Mr. Chairman, just perhaps to answer
one part of the question, and l will let Allan Happyjack and
Bill Grodinsky answer the other parts. Section l6 of The
James Bay and Northern Quebcc Agreement was also adopted
by special provincial legislation. That provincial legislation is
called Bill 2. Basically what you had in Section 16 was put
into the provincial legislation of the National Assembly of
Quebee. So in essence, that particular section of the agreement
has already statutory obligations, and it is up to the Govern-
ment of Canada and the Government of Quebee to respect
those statutory obligations.

What we say in this case, however, is that the Cree School
Board was given these special powers and Canada and Quebee
must make their utmost effort to implement these special
powers. Wc feel that these special powers of the Cree School
Board. reccived in Section l6, are above and beyond the
powers that other school boards have under the present
education act of Quebee. They also go over and above and
beyond the departmental programs of the Department of
lndian Affairs. So these were considered new and innovative
programs.

l recall originally, when we went to the Government of
Quebcc to go after some of these special powers, we were
advised that the computer could not read our budget. That was
because the Government of Quebcc did not have a clothing
allowance; did not have a roorn and board program. and did
not have transportation of students more than 50 kilometres
from their own eomtnunities. ln some cases, we have to
transport students hundreds of miles. When we took over in
I978, we had 4 students in posbsccondary. This year alone, wc
have over 130 children or young adults, in post-secondary; yet,
we are bickering as t0 who is going to pay for that post»
secondary education. We feel that under The James Bay and
Northern Quebee Agreement, thc Government of Canada is
entitled to doit. But the Government of Canada says, Well, we
transferred jurisdiction over to the Cree School Board, and you
are a Cree coming from the Cree territory so, therefore, the
Cree School Board should do it. So again, we are caught in thc
situation, who pays for it? Because of humanitarian reasons,
Crec School Board ends up paying for it and the Cree School
Board ends up having a déficit. What we have done is to go
through an exercise in the same way they did with the
eleetricity. We sent the bill to thc Department of lndian
Affairs. ll’ they do not want to pay the bill, we will get our
lawyers to take certain legal proceedings. You know, we arc a
legal entity, and we are entitled to exercise our legal rights as
an entity and as a Cree School Board.

lndian Selflûovernment

25-5- l vs‘ l

[Tranx/a/ion]

ment fédéral et a vos institutions comme les conseils scolaires,
les gouvernements locaux et les centres de santé de savoir n’
qui se passe sur le plan financier, où on en est. J’aimerais qu’on
me dise ce qu’on pense de cela.

Le chef Billy Diamond: Monsieur le président, je var.
répondre à une partie de la question puis je laisserai M. Allan
Happyjaek et M. Bill Grodinsky poursuivre sur les 1111111“.
parties. L’article l6 de la convention de la Baie James et tln
Nord québécois a été adoptée grâce à unc loi provincial.
spéciale, la loi 2. Grosso modo, les dispositions figurant .1
l’article l6 ont été inscrites dans la loi adoptée par |’Assetnblev
nationale du Québec. En conséquence, cela signifie que cet
article précis de l’entente a déjà force de loi, et qu’il incombe
au gouvernement du Canada et au gouvernement du Quélien
de le respecter.

En l’occurrence cependant, nous sommes d’avis qu’on a
accordé des pouvoirs spéciaux à la Commission scolaire cric et
qu’en conséquence, le Canada et le Québec doivent faire tout
en leur pouvoir pour les mettre en oeuvre. Nous estimons que
les pouvoirs spéciaux consentis par l’article l6 à la (‘omnns
sion scolaire crie vont plus loin que l’autorité reconnue a tous
les autres conseils scolaires par la Loi sttr l’enseignement
présentement en vigueur au Québec. Ces pouvoirs ont égale
ment préséance sur les programmes ministériels du ministère
des Affaires indiennes. lls ont donc été considérés connue
ayant mis en oeuvre des programmes innovateurs.

Je me souviens que lorsque nous nous sommes adressés an
gouvernement du Québec pour obtenir certains de ces pouvoirs
spéciaux, on nous a dit que l’ordinateur ne pouvait lire notre
budget. C’était parce quc le gouvernement du Québec n’avait
pas d’allocation de vêtements, ni de programmes couvrant l.l
pension, ni encore de transport d’étudiants sur des distances
supérieures a 50 kilomètres de leurs collectivités. Dans certain.
cas, nous devons en effet faire voyager des étudiants sur dt“.
centaines de milles. Lorsque nous avons pris le contrôle de l.l
Com on scolaire en 1978, quatre de nos étudiants étaient
au post-secondaire. Or, pour cette seule année, il y en a plus rlr
130 inscrits à ce niveau. En dépit (le cela cependant, nous now.
querellons a savoir qui assument les coûts de cet enseignement
posbsecondaire. A notre avis, aux termes de la convention lll‘
la Baie James et du Nord québécois, c’est le gouvernement dn
Canada qui a cette responsabilité. Toutefois, l’administration
fédérale nous dit avoir cédé son autorité en la matière s. l.l
Commission scolaire crie, et étant donné que nous sommes des
Cris vivant sur le territoire cri, c’est à celle-ci d’assumer cette
responsabilité. Nous nous retrouvons donc encore une fois dan.
ttne situation où il faut trouver quelqu’un pour assumer le»
coûts. Or, pour des raisons humanitaires, c’est la Commission
scolaire crie qui finit par payer la note et qui se retrouve dom
en position déficitaire. Nous avons donc agi de la méme façon
que nous l’avions fait au sujet des comptes d’électricité. c’est ‘i
dire que nous avons envoyé la note au ministère des Affaires
indiennes. Si le ministère ne veut pas payer, nous demanderons
a nos avocats d’intenter des poursuites. Vous n’ignorez pas que
nous constituons une entité juridique et que de ce fait, nous

25-5- l 983

[Texte]

That was only one part of the question: the othcr part, legal
eounsel can answer. Mr. Happyjack.

Mr. Happyjack: With respect to the question, on page l0 of
the submission which is being addressed to the Department of
lndian Affairs with regard to the granting of powers of self-
government or self-control to lndians. if control cannot be
exercised. As Chief Diamond has already mentioned, within
that agreement there arc special powers whieh havc been
identified for the Cree School Board. From thc cxperience that
we had since the creation of the Cree School Board, on an
annual basis we present our priorities, our needs, and the
appropriate budgets needed for us to carry out those particular
activities. ln each case, for each year, the Government of
Canada and the Government of Quebee have taken certain
measures to reduce the actual amount requested to meet the
budgetary requirements of the Cree School Board for that
particular fiscal year.

However, in some cases, with those amounts indicated and
the allocations directed towards a particular activity, that
usually caused certain setbacks in the actual implcmentation
of those special powers. At the same time, those programs or
services wcre identified, basically, to properly implement that
particular Section 16.0.9, As a result, the actual implémenta-
tion for exercise of thosc powers in fact, and in essence,
rcduced the actual control.

So we would suggest that there be special protection for
those special powers of the Cree School Board whereby, when
the Cree School Board identifies its budgets, those particular
amounts would not be affected.

We would further suggest that perhaps the Government of
Canada can respect that particular provision in honouring
those special powers and in providing the necessary budgets
that would bc required.

We also, in fact, havc dcmonstrated that Cree control of
(‘ree education can best be met with the proper resources, both
financial and human. But in most cases, the actual control
stems from the grassroots level-basically from the Cree
people at the local level—and as a result, in most cases there is
no actual funding provided for that particular activity whercby
the Cree people have an opportunity to exercise that control.
So, whatever impact or effect it has on the cuts that are made
hy Canada and government, it certainly has an effect at the
local level, in terms of being able to provide the necessary
services to the students and the various other activities within
.lll the departments. We are very concerned that those special
powers are respeeted and that the Cree School Board will be
able to exercise totally the control that was intended under the
lames Bay agreement. Legal counscl, Mr. Grodinsky, will
answer the third part of the question.

Mr. Grodinsky: This relates to the question we poscd here
about the refusal to take into account the increase in the

Autonomie politique des lndiens

29:99

[Tradurlian]

pouvons exercer nos droits en tant qu’entité et commission
scolaire.

Voilà pour une partie de la question; pour cc qui est de
l’autre aspect, je vais demander à notre avocat, d’y répondre.
M. Happyjack.

M. Happyjack: ll s’agit de la question figurant à la page l0
du mémoire qui est posée au ministère des Affaires indiennes.
On y demande pourquoi on accorde l’autonomie gouvernemen-
tale aux lndiens si dans les faits, il leur est impossible d’exercer
de tels pouvoirs. À ce sujct, comme le Chef Diamond vient de
le mentionner, l’entente prévoit l’exercice de pouvoirs spéciaux
par la Commission scolaire crie. Depuis la création de celle-ci,
nous présentons nos priorités, nos besoins et les budgets
appropriés nécessaires au déroulement des activités. Cepen-
dant, tous les ans, le gouvernement du Canada et le gouverne-
ment du Québec ont pris certaines mesures visant à réduire les
sommes demandées et correspondant aux budgets exprimés par
le Conseil scolaire cri pour chaque année financière.

Dans certains cas, compte tenu des sommes figurant aux
budgets et affectées a une activité précise, cette attitude a
entraîné un certain recul pour ce qui est de la mise en oeuvre
des pouvoirs spéciaux. En même temps, les programmes ou
services ont d’abord eu pour objectif de concrétiser «et .ll’llClC
16.0.9. En conséquence, la mise en oeuvre de ces pouvoirs a
dans les faits réduit le contrôle véritable que nous exercions.

Nous recommandons done qu’on protège les pouvoirs
spéciaux de la Commission scolaire crie afin que lorsqu’elle
soumettra ses budgets, les montants en question ne soient pas
touchés.

Nous proposons également que le gouvernement du Canada
témoigne de son respect de cette disposition en respectant
également ces pouvoirs spéciaux et en fournissant les budgets
nécessaires.

Nous avons également démontré que la meilleure façon
d’assurer la gestion par les Cris de leur propre enseignement,
c’est de leur donner les ressources apropriées, à la fois financiè-
res et humaines. Dans la plupart des cas cependant, c’est à la
base qu’on contrôle le système, c’est-à-dirc que ce sont les Cris
eux-mêmes qui le font au niveau local, et à cause de cela,
aucune subvention n’est prévue au titre de cette activité où les
Cris exercent réellement leur droit de regard. En conséquence,
quelles que soient les répercussions de cela sur les coupures de
la part du gouvernement canadien, elles se font certainement
sentir à l’échelle locale, pour ee qui est d’acheter des services
nécessaires aux étudiants ainsi qu’aux autres activités relevant
de tous les secteurs. Nous tenons énormément a ce qu’on
respecte ces pouvoirs spéciaux et à ce que le Conseil scolaire
cri soit en mesure de contrôler véritablement sa destinée
comme cela était prévu par l’entente de la B‘ ‘e James,
Maintenant, c’est M. Grodinsky, notre conseiller juridique qui
répondra à la troisième partie de la question.

M. Grodinsky: ll s’agit ici du fait que nous ayons demandé
pourquoi on refusait de tenir compte de l’accroissement des

291100

[Täxr]

student population. lt is more indicative of a general approach
taken by the department and, specifically, the regional office,
because there has been no commitment, as such, to deal with
lhe Cree School Board. The basic approach is that you take
thc Cree School Board as just a normal part of the program;
you take a third of the Quebee budget and you give it to thc
Cree School Board. So whether or not there are special
powers, special obligations or special conséquences to the Cree
School Board as such, that is irrelcvant. You take that part of
the budget and you just transfer it over.

Nobody in the regional office really is committed to the
Cree School Board. lt is difficult to say that about thc
department as a wholc, because there are some discussions
going on with the department. But in principlc, there has been
no commitment in thc past to sit down and try to look at what
a real budget for thc Cree School Board should bc, and what
should be the financial participation of Canada and Quebcc. lt
is just an automatic thing. You take that part of the regional
budget and you transfer it to the Crees. Nobody cares about
the Crec School Board.

The Vice-Chairman (Mr. Schellenberger): Thank you. l will
have to go on.

Mr. Manly: Could l ask just one supplemental‘?

The Vice-Chairman: You asked such a long question the
first time, but…

Mr. Manly: This is a very short supplemental. Okay? Thank
you. lt is to Chief Diamond, to ask if he could cxplain how hc
sees the secrétariat hclping in a situation like this,

Chief Billy Diamond: Well, it would certainly be a place
where the Cree School Board can deal directly with Ottawa,
instead of going through the Quebcc regional office. lf you
look at Section l6, it says “ . . . Québec and Canada and the
Crees will determinc together . . . ” So far, it has been Québec
and Canada without the Crees. The Crees need to have a
voice. And that voice could he heard through the secrétariat.
The secrétariat could look into the work, act as a liaison, bring
together the parties, and make sure there is a reasonable
budget and a reasonable funding program for the Cree School
Board. lt could make sure that obligations set out in Section
l6 bc carried out in order to ensure that the mandate of the
Crec School Board is fulfilled.

‘ I400
Mr. Manly: Thank you, Mr. Chairman.
The Vice-Chairman: Thank you. Roberta.
Ms Jamieson: Thank you, Mr. Chairman.

These arc questions on the education brief now, is that
right‘?

The act under 16.0.11 provides that the school board can
make by-laws that are subject to disallowanec by the minister.
l assume the Minister of lndian Affairs.

lndian Self-Government

25-5-1931

[Translation]

effectifs scolaires. Cette façon de faire illustre l’attitude du
ministère, et plus précisément, du bureau régional, car il n’y .i
cu aucun engagement de traiter avec la Commission scolaire
erie. On se contente tout simplement de considérer celle-ci
comme un élément normal du programme et compte tenti tlt’
cela. on lui accorde un tiers du budget provenant de Québec
Qu’il y ait done des obligations ct des pouvoirs spéciaux prévus
pour le Conseil scolaire cri ou des conséquences particulières si
cet organisme. cela n’est pas pris en ligne de compte. On prend
tout simplement une partie du budget prévu et on le llll
accorde.

Personne du bureau régional nc prend vraiment au sérieux la
Commission scolaire. ll est assez difficile d’affirmer cela nu
sujet du ministère car certaines discussions sont en cours avec
lui. Toutefois, par le passé, il n’a jamais essayé d’étudier ce qllk‘
devrait être un véritable budget pour le conseil scolaire, ni ce
que devrait être la participation financière du Canada et du
Québec. On agit comme par réflexe. On prend une partie tln
budget régional et on le cède aux Cris. Personne ne se soucie le
moins du monde de la situation du Conseil scolaire cri.

Le vice-président (M. Schellenberger): Merci. Nous devons
poursuivre.

M. Manly: Me permettez-vous de poser une question
supplémentaire?

Le vice-président: Vous avez posé une question tellement
longue la première fois que j’hésite, mais . . .

M. Manly: Elle sera très brève, D’accord‘? Merci. J’aimerais
que le Chef Diamond me dise comment le secrétariat peut étre
utile dans une telle situation?

Le chef Billy Diamond: Eh bien, ce serait certainement un
endroit où le Conseil scolaire cri pourrait traiter directement
avec Ottawa plutôt que de passer par l’entremise du bureau
régional du Québec. Si vous vous reportez â l’article 16, il y est
dit que «le Québec, le Canada et les Cris détermineront
ensemble» des dispositions à prendre. Or, jusqu’à maintenant,
c’est le Québec et le Canada qui ont agit sans les Cris, et il
faut donc qu’ils aient voix au chapitre. Cette voix, elle pourrait
se faire entendre par le truchement du secrétariat. (‘ct
organisme pourrait examiner le travail accompli, servir tlc
liaison, rapprocher les parties et s’ ssurer qu’il existe un
budget ainsi qu’un programme de financement raisonnables
accordés à la Commission scolaire cric. ll peut s’assurer que lcx
obligations figurant à l’article I6 50′ respectées afin que le
mandat de la Commission soit concrétt é.

M. Manly: Merci. monsieur le président.
Le vice-président: Merci. Roberta.
Mme Jamieson: Merci, monsieur le président,

.le suppose que ces questions concernent le mémoire sut
l’éducation et l’enseignement, est-ce bien exact?

L’article 16.0.11 de la loi prévoit que la commission scolaire
pourra adopter des décrets qui pourraient cependant être

75-5-1983

Autonomie politique des lndiens Z9: l0l

| [tarte]

(‘hief Billy Diamond: No, no; this is the Minister of
lâtlucation.

Ms Jamieson: Oh.

Chief Billy Diamond: The council of commissioners is
composed of nine people.

Ms Jamieson: Yes.

(‘hief Billy Diamond: They can make by-laws with respect
to how il conducts its own meetings. on the functions of thc
school committees and on the funetions of any committees it
creates. These by-laws are sent to thc Minister of Education of
Quebec, and if we do not hear anything for 40 days, they are
put into force.

Ms Jamieson: That is similar to the way it is handled under
tlie lndian Act. How are you doing with that‘? Have any of
them been disallowed’? Have you cxercised it’.’

(‘hief Billy Diamond: Yes: we have passed a number of by-
laws and none. to date, havc been disallowed.

Mr. Grodinsky: They are, basically, administrative by-
l.iws—mectings and such ——and therc has been no problem to
llIllC.

Ms Jamieson: l see. The other thing l wanted to ask is: in
terms of the funding . .. I, too, was concerned in the section
that Jim raised subject to the annual budget. l wonder if what
vou are looking for, if l understand you, is statutory protec-
tion, a guarantec of an amount every year, a mutually
acceptable formula that will be used . . . does the proposed act
eover all those concerns so that you have secure funding
coming in every year, and you can plan’? Let us face it: the
[arovinces have it. They even have constitulional guarantees for
vqualiration payments, etc., and this is something that has
lvecn advocated by other lndian witnesses throughout the
country. Similar guarantees for funding should bc made for
lutlian governments to operate as well.

Mr. Grodinsky: The guarante ‘ havc to come, but tlie
important thing t0 start with vaas to sec what the budget of the
(“rce School Board should be. At this point in time. neither
(‘anada nor Quebcc have put their minds to this question.
Iutlcxing the budget, for example, every year on some statu-
Iury basis is fine. but if you havc not got a proper base year
autl you havc nol covered all the special powers in Section l6,
mu are not any further advanced. The idea is to start from
square one, look at what the Cree School Board should do, see
uliat the financial conséquences are and then move from there.
lhe logical result of this is to have some statutory protection
ou lhe increase which should be given every year. But that
lllllldl step has not been taken and if you jump ahead then
Ilicrc are going to be problems in the future.

[Traduction]
d’ avoués par le ministre. Je suppose qu’il s’agit du ministre
des Affaires indiennes.
Le chef Billy Diamond: Non, non: il s’agit du ntinistrc de
l’éducation.
Mme .lamieson: Oh,

Le chef Billy Diamond: Le conseil des commissaires se
compose de neuf personnes. ‘

Mme Jamieson: Out.

Le chef Billy Diamond: lls peuvent adopter des décrets
relatifs a la tenue et au déroulement des réunions ainsi que sur
le rôle des commissions scolaires ct de toutes commissions
qu’ils créent. Ces décrets sont envoyés au ministre de Fliduca-
tion du Québec. et si nous n’avons pas de réponse au bout de
40jours ils entrent en vigueur.

Mme Jamieson: Cela ressemble beaucoup aux dispositions
de la Loi sur les lndie . Comment vous en trouvez-vous?
Certains décrets ont-ils été désavoués par le ministre‘? Avez-
vous déjà eu recours a ces dispositions?

Le chef Billy Diamond: Oui, nous avons déjà adopté certains
décrets qui, jusqu’ici. ont tous été acceptés.

M. Grodinsky: Il s’agit essentiellement de décrets sur
l’administration, la lcnue (les réunions etc., ct cela n’a posé
aucun problcmejusquîci.

Mme Jamieson: Je vois. Je voulais aussi poser une autre
question: je pense au financement. . . je me posais également
des questions sur l’article que Jim a évoqué, à propos du
budget annuel. Je me demande si vous voulez que cela soit fixé
dans les statuts, qu’une somme soit garantie chaque année, que
l’on adopte en quelque sorte une formule acceptable de part et
d’autre . . . est-ce que la loi telle qu’elle est proposée répond a
vos préoccupations de ce côté. en prévoyant annuellement un
budget assuré, vous permettant de planifier‘? Regardons les
choses en fae les provinces, elles, ont ce budget. Elles
bénéficient même de garanties co ‘titutionnelles au titre des
paiements de péréquation etc., et je sais que certains témoins
indiens que nous avons pu rencontrer dans le reste du pays ont
proposé cette solution. Il faudrait donc que des garanties
semblables soient offertes au gouvernements indiens pour
qu’ils puissent également fonctionner.

M. Grodinsky: Nous n’avons pas encore de garantie, mais il
était d’abord question de régler le problème du budget de la
Commission scolaire erie. Jusqu’ici, ni le gouvernement ni le
Québec n’ont répondu a la question. Les dispositions légales
pourraient prévoir une indexation annuelle du budget. mais
tant que l’on n’a pas fixé une base de départ suffisante, tant
que les pouvoirs spéciaux de l’article l6 n’ont pas encore fait
l’objet de mesures d’application. nous ne pouvons pas avancer.
ll faut donc commencer au commencement, étudier les

prérogatives et attributions de la Contmission scolaire crie, et
ensuite en faire des déductions au plan financier; à partir delà
on pourra prendre des dispositions. Logiquement il faudra
donc prévoir unc protection statutaire prévoyant une augmen»
tation annuelle. Mais jusqu’ici on n’a toujours pas franchi la
première étape, il n’est donc pas question de prévoir déjà au»
delà de cela.

29:I02

[Taxi]

One additional point: the special powers . . . we are talking
about budgetary restrictions. lf we get nothing every year for
any of those special powers, this is not subject to budgetary
restrictions. ln principlc, this is a policy decision by the
government. Il is not t0 recognize that there are special powers
on behalf of the Cree School Board. lt is seen the other way,
but that is the Iogical conséquence.

Ms Jamieson: Yes.

Mr. Grodinsky: ln the minds of the people involved on both
sides of the government, therc are no’speciaI powers.

Ms Jamieson: Exactly. That is the point.

Chief Billy Diamond: Mr, Chairman, l just want to point
out that l6.0.9 of The James Bay Northern Quebee Agree-
ment must be read also in context of 16.0.27 where it says:

The budget of the Cree School Board shall take into account
the unique characteristics of the Crec School Board’s
geographieal location and of its student population. lt shall
provide for items such as the following: . ..

These are the things. lf you read this and read l6.0,9
together you would get a compréhensive budget for the Cree
School Board. This was never done. lt was intended to be done
during the transitional period before 1978. By 1978, there was
supposed to be a compréhensive budget of what it would cost
to bring together four education systems in the Cree territory.
We are just entering into this stage now. Nobody has really sat
down and said this is what it is going to cost. Hopefully, we
will be able to do that, because we are reviewing the entire
section and it has been a number of years since it carne into
force. Another review of Section I6 is required by the Depart-
ment of lndian Affairs to look at what Cree education will cost
in the territory.

Ms Jamieson: Mr. Chairman, l have other questions but not
on the education portion. l will wait for my turn on the other
round.

The Vice-Chairman: Thank you.
Ms Jamieson: Thank you,

The Vice-Chairman: l would like to thank the Cree School
Board l’or coming before us. l will allow a brief concluding
statement ifyou would like to deliver one to the committee.

Mr. Happyjack: Thank you, Mr. Chairman.

ln presenting this particular brief to the Special Subeommit-
tee on lndian Self-Government, we are anticipating that
serious eonsideration be given to the particular facts and
statements contained within the brief.

The Cree School Board recognizes that this particular
committee has a special mandate to carry out and we would
seriously consider as well that all the recommendations we

lndian Self-Governmcnt

25-5- t us t

[Translation]

Un commentaire supplémentaire: à propos des pouvoir.
spéciaux . . . nous parlons des restrictions budgétaires. Si iit-ii
n’est prévu au titre des pouvoirs spéciaux, cela ne peut pas iioii
plus faire l’objet de restrictions budgétaires. En principe, c’est
une décision politique qui revient au gouvernement. ll n‘ t
plus question des pouvoirs spéciaux de la commission SCtllulH
crie. Les choses sont vues de l’autre point de vue, et voila I.i
conséquence logique.

Mme Jamicson: Oui.

M. Grodinsky: Pour ceux qui, au gouvernement, sont
concernés par cette question il n’y a pas de pouvoirs spéciaux
ni d’un côté ni de l’autre.

Mme Jamieson: Exactement.
voulais dire.

C’est exactement ce qui-

Le chef Billy Diamond: Monsieur le président, je voudrais
faire remarquer que la disposition l6.0,9 de la convention de I.i
Baie James et du Nord québécois doit être interprétée piii
rapporta la disposition l6.0.27 qui prévoit:

Le budget de la Commission scolaire crie tient compte de l.i

nature exceptionnelle de sa situation géographique et de I.i

composition de sa population étudiante. ll prévoit dont‘.

entre autres: . .

Voilà donc ce qu’il en est. Celte disposition, et la disposition
16.0.9 prévoient donc, ensemble, l’établissement d’un budget
complet pour la Commission scolaire crie, Ces disposition‘.
n’ont jamais été appliquées. On avait d’abord eu l’intention (lf
le faire pendant la période de transition nous menant jusqu’en
1978. On prévoyait qu’en I978 on pourrait présenter uii
budget complet, correspondant a ce que coûterait la réunion de
quatre systèmes d’éducation en territoire cri. Or, nous n’avons
toujours pas dépassé ce stade. Personne n’a fait le calcul ni
donné une estimation de ce que cela allait coûter. Espérons qui‘
nous allons être capables de le faire maintenant; nous sommes
en train d’étudier l’article dans sa totalité, un article qui csl
déjà en vigueur depuis plusieurs années, ne l’oublions pas. l‘iii
ailleurs, le ministère dcs Affaires indiennes a demandé
également de son côté que l’on étudie cet article l6, poiii
savoir ce que l’enseignement cri va coûter au budget.

Mme Jamieson: Monsieur le président, j’ai d’amies
questions, mais elles ne concernent pas l’enseignement. Je vais
donc attendre le tour suivant.

Le vice-président: Merci.

Mme Jamieson: Merci.

Le vice-président: J’aimerais remercier ici la Commission
scolaire crie d’être venue témoigner. Si vous voulez conclure ](‘
vous permettrai de faire encore une déclaration finale.

M. Happyjack: Merci, monsieur le président.

En présentant notre mémoire au Sous-comité spécial siii
l’autonomie politique des lndiens, nous espérons qu’il sera teiiii
le plus grand compte des thèses qu’il propose et des faits qu’il
cite.

La Commission scolaire crie reconnaît la nature spéciale tlll
mandat de ce Comité. et espère qu’il pourra tenir compte dziir.

25-5-1983

l Texte]

have offered to this committee be taken into account in its
final report.

We are at the stage of having reached a milestone in terms
of being able to demonstrate to the Department of lndian
Affairs and Northern Dcvelopment, and to the Government of
Canada as a whole, that the Crees have the ability and
capability to take over an education program of this particular
magnitude and exercise certain controls under certain
circumstances.

We wish, as well, for the special committee to reeognize that
the Cree School Board will continue to function and carry out
its mandate in the future. We also emphasize that the centre of
all the education programs is on the students to whom we
provide the service. We are preparing these students to be able
to assume those particular roles in the future which the Cree
leaders have taken in the present.

We also antieipate that education, as part of the component
of thc selfigovernment concept, will certainly strengthen the
position of the Cree School Board and will, as well, lay down
the foundation for the future leaders of the Cree nation who
will be taking over such particular roles we have assumed so
far.

On behalf of the Cree School Board, we wish to express our
appréciation to this special committee on lndian self-govern-
ment to be able to offer its time to allow the Cree School
Board t0 express its particular needs and issues with regard to
education. We thank you on behalfof the Cree School Board,

The Viee-Chairman: We thank you for the brief and we
certainly will take note of some of the things that you have
mentioned. There is no doubt about that.

l wish now te call to the table people from the Cree Board of
Health and Social Services. Is that in order. Chief Diamond?

C ief Billy Diamond: That is correct. Steven Bearskin, the
Ass tant General Manager of the Cree Board of Health and
Social Services of James Bay.

The Vice-Chairman: Thank you. You may proeeed when
ready. then.

Mr. Steven Bearskin (Assistant Genernl Manager, Cree
Regional Board of Health and Social Services): Mr. Chair-
man, members of the committee: the Cree Board of Health
and Social Services is pleased to be allowed to make a
presentation before this committee. l understand we are under
a time restriction. s0 l will not take as much time as Mr.
llappyjack did.

The Special Subeommittee on lndian Self-Government was
mandated t0 present recommendations on status development
and responsibilities of band government and the financial
rcsponsibilities of the Government of Canada in this regard.
These are essential issues relating to the process of maintain-
mg the lndian people of Canada as a separate group and a
nation as \velI as allowing them to develop their societies in
accordance with their wishes.

Autonomie politique des lndiens 29

:103

[Traduction]
son rapport final des recommandations que nous lui avons
soumises.

Nous avons franchi une nouvelle étape et sommes a même
de prouver au ministère des Affaires indiennes et du Nord
ainsi qu’au gouvernement fédéral dans son ensemble que les
Cris sont capables de prendre en charge et de gérer un
programme d’éducation de cette ampleur et, dans certains
circonstances, d’exercer eux»mémes certaines fonctions de
contrôle.

Nous espérons également que le Comité special reconnaîtra
à la Commission scolaire crie le droit de poursuivre son
mandat et d’exercer les tâches qui lui sont confiées. Nous
tenons a souligner que les programmes d’éducation sont conçus
pour les étudiants au service desquels nous nous sommes mis.
Nous les préparons notamment à pouvoir assumer dans le
futur les responsabilités particulières incombant jusqu’ici aux
chefs cris.

Nous pensons également que la Commission scolaire crie se
renforcera au fur et à mesure qu’elle exercera ses responsabili-
tés d’éducation, et notamment si celles-ci sont conçues comme
partie intégrante de l’exercice de l’autonomie politique. C’est
de la Commission scolaire que dépendra notamment la
formation des futurs chefs de la nation crie, auxquels nous
eonfierons les taches que nous avons jusqu’ici assumées.

Au nom de la Contmissioti scolaire crie. nous remercions ce
Comité spécial sur l’autonomie politique des lndiens de nous
avoir permis d’exposer ici nos préoccupations particulières
relatives à l’éducation. Au nom de la Commission scolaire,
merci.

Le vice-président: Nous vous remercions pour votre
mémoire, soyez sûrs que nous tiendrons le plus grand compte
de certaines de vos remarques.

Je vais maintenant passer la parole aux représentants du
Conseil eri de la Santé et des Services sociaux de la Baie
James. Cela convient-il au chef Diamond‘?

Le chef Billy Diamond: Très bien.
directeur général adjoint du Conseil cri de la Santé et des
Services sociaux de la Baie James.

Le vice-président: Merci. Vous pouvez donc prendre la
parole, dès que vous serez prêt.

M. Steven Bearskin (directeur général adjoint, Conseil cri
régional de la Santé et des Services sociaux): Monsieur le
président, membres du Comité, le Conseil cri de la Santé et des
Services sociaux est heureux de pouvoir témoigner devant le
Comité. Notre temps est limité, je n’aurai pas besoin d’aussi
longtemps que M. Happyjaek.

Le Sous-comité spécial sur l’autonomie politique des lndiens
a reçu pour mission de présenter ses recommandations
relatives aux droits des Indiens, aux responsabilités de
gouvernement de bandes ainsi qu’aux responsabili ‘s financiè-
res vis-â-vis de ces dernières du gouvernement du Canada.
Voilà donc les questions essentielles qui se posent si l’on veut
que les lndiens puissent se maintenir comme groupe séparé,

Steven Bearskin,,

29: 104

[Texl]

The Cree Board of Health and Social Services of James Bay
feels this suhmission will be of particular use to the committee
and that it will provide a novel perspective to the question of
lndian sel f-government.

The Cree Board of Health and Social Services of James Bay
was set up pursuant to the provisions of Section I4 of the
James Bay and Northern Quebee Agreement. Section l4 of
the agreement provides for the creation of the Cree Board of
Health and Social Services to care for Crees in Northern
Quebee. The board has a geographical and ethnie jurisdiction
which is extremely large and has great responsibility with
respect t0 the provisions of health and social services to the
Cree nation.

Prior to the agreement, health and social services in the
Crec communities of northern Quebee were provided jointly by
the Department of National Health and Welfare and the
Ministry of Social Affairs of Quebee. lt is clear that these
services were poor, unco-ordinated and far below the minimum
levels required by any standard.

The Cree Board of Health and Social Services of James Bay
was created to allow the Crees to have local and regional
control of health and social services which were to be provided
to their people and to upgrade the level of such services as
were previously available.

° l4l0

The Cree input over health and social services was minimal
and their participation was only as récipients of whatever was
deemed acceptable by those in control in Ottawa and in
Quebee. This happcned at a time when the whole concept of
lndian control of certain basic functions was deemed unaeeept-
able.

Cree control of health is best seen when you focus on
Section 14 of the James Bay and Northern Quebee Agree-
ment. This, at Ieast on paper, is local government and local
control at its best.

The organization of the Cree Board of Health and Soeial
Services of James Bay, based as it is on effective reprcsenta-
tion from each of the Cree communities and dependent upon
the advice and consultation of local officials, is unique in the
field of lndian health and social services,

The negotiations which are continuing with respect to the
proposed James Bay Cree—Naskapi Act is similar to the
process the Crees follewed for the assumption of control over
health and social services.

The Crees in Section 9 of the agreement wished to have
control over the local administration of their communities. The
proposed James Bay Cree-Naskapi Act is being negotiated in
conséquence.

lndian Self-Government

25-5» l ou l

l Translation]

comme nation, et qu’ils puissent gérer leurs affaires comme il-t
l’entendent.

Le Conseil cri de la Santé et des Services sociaux de la Bill!’
James pense que ce mémoire sera d’une utilité toute particn
lière au Comité, en lui ouvrant un certain nombre de perspecti
ves nouvelles sur la question de l’autonomie indienne.

Le Conseil cri de la Santé et des Services sociaux de la Han‘
James a été constitué conformément aux dispositions Il!‘
l’article 14 de la Convention de la Baie James et du Noul
québécois. Cet article l4 prévoit la création d’un Conseil (‘u
de la Santé et des Services sociaux, responsable des Cris tln
Nord québécois. Le domaine de compétences duconseil est
étendu, aussi bien du point géographique que du point de Vllt‘
culturel, et il a une responsabilité fondamentale en matière «ln-
services médicaux et sociaux offerts à la nation crie.

La responsabilité de ces services dans le Nord québécois,
avant la convention incombait à la fois au ministère fédéral dt-
la Santé nationale et du Bien-être et au ministère québéülh
des Affaires sociales. Ces services étaient largement insuffi
sants, la coordination était mauvaise et les besoins étaient loin
d’être satisfaits.

Le Conseil cri de la Santé et des Services sociaux de la Ban-
James a été créé pour permettre aux Cris de contrôler ces
services au niveau régional et local. et de les améliorer.

Les Cris participaient très peu à la gestion des services
médicaux et sociaux, leur participation consistait seulement a
recevoir ce que les gouvernements d’Ottawa et de Québec
jugeaient utile de leur octroyer. A cette époque, l’idée d’un
contrôle indien sur un certain nombre de tâches fondamentales
étaitjugée inacceptable.

Pour vous faire une idée de ce que représente maintenant ce
contrôle cri sur le domaine de la santé, reportez-vous à l’article
I4 de la Convention de la Baie James et du Nord québécois
Cela constitue, au moins sur le papier, le meilleur exempla-
possible de gouvernement et de contrôle locaux.

L’organisation du Conseil cri de la santé et des services
sociaux de la Baie James est un exemple unique en matière (le
services de santé et de services sociaux indiens. Chaque
communauté eri est en effet réellement représentée au conseil,
et les décisions sont prises après consultation des représentants
locaux.

Les négociations en cours relatives à la proposition de loi sur
les Cris-Naskapi de la Baie James se déroulent selon le schéma
adopté par les Cris lorsqu’ils ont demandé le contrôle des
services de santé et des services sociaux.

A l’article 9 de la convention, les Cris revendiquent le
contrôle de l’administration locale de leurs collectivités. C’est
en fonction de ces dispositions que l’on négocie l’adoption
d’une loi sur les Cris-Naskapi de la Baie James,

25-5-1983

Autonomie politique des lndiens 29 :

l05

|’l‘exie]
The Cree Board of Health and Social Services of James
llay, like the Cree School Board, are self-governments.

What is the meaning of granting powers of self-government
or self-control to lndians ifcontrol cannot really be exercised?

The budget of the Cree Board of Health and Social Services
of James Bay has, in fact, been incrcasing, but is much less
than is necessary to implement, even in a minimal way, the
provisions of Section l4 of the agreement and there are no
signs of this changing.

The budget process still does not adequately provide for
special funding to implement the real purpose in Section 14. lt
refuses to recognize the legitimate start-up and implementa-
tion problems of thc board, ignores the inherited difficulties
with respect to insufficient facilities, and provides for no
affective and planned future expenditures.

The laek of proper level of capital investment has forced the
board to use large amounts on operation and maintenance
costs to keep substandard facilities operational.

The recent review of the James Bay and Northern Quebec
Agreement, which made available certain funds for clinic
construction and renovation, helps to some extent, but does not
sulve current problems,

The Governments of Canada and Quebcc have refused to
provide the necessary financial resources t0 meet its obliga-
tions as set forth in Section l4 of the agreement. Both have
systematically worked against the successful implcmentation
nl‘ this part of the agreement. The recent court proceedings
zigainst the governments is testimony to this point.

This is not the way to properly implement Section I4 cf the
agreement. Lack of funding threatens the success of this aspect
ol’ local control and will do the same for putting into force the
Cree-Naskapi Act.

We therefore conclude before this committee, and submit
before this committee, that it is essential that the proposed
.Ititnes Bay Cree-Naskapi Act be adopted as quickly as
possible; that adequate financial and human resources be made
.tv lable to the bands in order to allow them to implement this
lcglb ation; that Canada make a formal commitment to
support the new regime; that in the interim the existing
policies of the department with respect t0 the funding of the
communities be reviscd to take into eonsideration their
ntlditional needs; that Canada review its position and obliga-
IIUIlS towards thc Crees and the Cree Board of Health and
Social Services of James Bay in the field of health and social
services in order to provide the necessary commitment and
lunding to properly implement Section l4 of the James Bay
and Northern Quebec Agreement.

‘Thank you.

[Traduction]

Le Conseil cri de la santé et des services sociaux de la Baie
James, comme la Commission scolaire eri, représente un
élément d’autonomie politique.

Quel sens y a-t-il à accorder des pouvoirs d’autonomie
politique aux lndiens si ceux-ci ne sont pas effectivement
responsables de leurs affaires’!

Le budget du Conseil cri de la santé et des services sociaux
de la Baie James s’est accru… c’est un fait . .. mais il s’est
accru beaucoup moins que ne Fexigerait une application même
minimale des dispositions de l’article I4 de la convention, et
rien ne semble indiquer quc les choses doivent changer.

Les dispositions budgétaires ne permettent toujours pas de
disposer des fonds spéciaux dont on aurait besoin pour
véritablement faire appliquer l’article l4. Ce budget ne tient
en effet pas compte des difficultés tout à fait légitimes qu’un
organisme comme le conseil connaît à ses débuts, il ne tient pas
compte non plus de l’insuffisance des installations et ne prévoit
rien pour l’avenir en matière de dépenses planifiées.

Étant donné l’insuffisance des dépenses d’immobilisation. le
conseil a été obligé de consacrer des sommes énormes pour
faire fonctionner et entretenir des installations en mauvais
état.

La révision récente de la Convention de la Baie James et du
Nord québécois, en allouant certains fonds à la construction et
â la restauration des locaux hospitaliers, a permis de pallier cet
handicap, sans toutefois véritablement résoudre les problèmes.

Les administrations fédérale et provinciale ont refusé de
fournir les fonds nécessaires â l’application des dispositions de
l’article l4 de la convention. Bien plus, l’une et l’autre ont
systématiquement travaillé contre une véritable application de
cet article. Les dernières procédures judiciaires entamées
contre ces administrations en témoignent.

Le manque de moyens financiers menace cette tentative
d’autonomie, et il en scra de même lorsque la Loi sur les Cris»
Naskapi entrera en vigueur. Cette façon de procéder n’est de
toute évidence pas la bonne si l’on veut faire appliquer les
dispositions de l’article l4.

En conclusion, nous soumettons devant le Comité qu’il est
essentiel que la Loi sur les Cris-Naskapi de la Baie James soit
adoptée aussi rapidement que possible, que des ressources
financières et humaines suffisantes soient mises à la disposition
des bandes pour qu’elles puissent mettre en oeuvre cette loi,
que le Canada s’engage officiellement â encourager l’applica-
tion des nouvelles dispositions, que, pendant une période de
transition, le ministère revoie ses politiques de financement,
afin que les nouveaux besoins soient pris en compte, enfin, que
le Canada revoie sa position vis-ä-vis des Cris et du Conseil cri
de la santé et des services sociaux de la Baie James et qu’il
s’engage à leur fournir des moyens financiers permettant
d’appliquer véritablement les dispositions de l’article l4 de la
Convention de la Baie James et du Nord québécois.

Merci.

29:l06

[Texl]
The Vice-Chairman: Thank you very much for those words
and the conclusions and recommendations.

l did not miss you, Mr. Manly; l have you on as the first
qucstioner.

Mr. Manly: Thank you, Mr. Chairman. l have just one
question. Two years ago when this whole question was a very
critical onc for your communities, the Governmcnt of Canada
took thc position that under the agreement it had dcvolved all
responsibility for thc Crec Board of Health io the Quebcc
government, and that it was the Quebcc governments
responsibility t0 establish tlie board and to fund it properly.

ln the light of that, have you any comment to make about
the whole process of involvement of provincial governments in
the evolving lndian self-government of other pcoples across
Canada‘? Have you any suggestions that you think other
people should pay hecd to from your expericnce?

Mr. Bearskin: You say “two years ago”. l take it that the
datc undcr the James Bay and Northern Quebcc Agreement,
March 3l, I981, is the date that was agreed to by all parties
whereby thc Government of Canada would cease its operations
for its involvement in respect of health and social services for
the Crec communities. /\t that point in time, as you know, and
today it is still ongoing, therc are still legal procccdings going
against both levels of government in respect of this provision.
One of tlie main disputes that we have had with both levels of
government was the neglcet or their continued non-coopération
in the implcmentation of Section l4. There were provisions in
there provided for both levels of government and the Cree
people to work out some kind of art orderly process of transfer
of these services from the federal government to the Govern-
ment of Quebee and on to the Cree Board of Health and Social
Services of James Bay.

During this agreed process that was supposcd to have taken
place, it did not take place, both levels ofgovernment just took
it upon themselves, well, this is the date and wc are going to
live by a certain clause, and that is it. There were other
factors, of course, that were involved, especially the relation»
ships between thc Quebcc government and the federal
government ai that timc. The new party that came into power,
it complicated the wholc process, the communication process
between both levels of government and thc Crees thcmselvcs,
and il complicated the established process for the transfer of
the services and facilities.

Wc have gone through a very hard and difficult period since
that timc, but l think wc havc recovered fully, and if there is
anything to be letirned by our experience in dealing with native
people and certainly when both levels of government are
involved, the lesson is that tlicy havc to talk together. They
must talk together on a tripartite basis at least and try to carry
out and be honest with exactly what was written, othcrwise the
very people that were supposcd to havc benefited front this
process arc not going to.

Sol would say that il‘ both levels of government are going to
do something for the nativc people, whether it be self-govern-

lndian Self-Government

25-5-198]

[ TrarLr/aiiort]

Le vice-président: Mcrci beaucoup dc ces quelques paroles
d’introduction ainsi que de vos conclusions et recommanda
tions.

Je ne vous ai pas oublié, monsieur Manly; vous êtes lc
premier sur ma liste.

M. Manly: Merci, monsieur le président. J’ai une seule
question a poser. ll y a deux ans, a l’époque où toutes ces
questions se posaient de façon très urgente pour vos collectivi
tés, lc gouvernement fédéral a déclaré que, aux termes de cette
convention, le Conseil cri de la santé et des services sociaux
relevait de la compétence du gouvernement du Québec, et quc
c’était lui qui était responsable de sa constitution et dc son
financement.

Cela dit, pouvez-vous faire ici quelques commentaires siii
l’attitude dcs gouvernements provinciaux et autres responsa
bles dans toute cette question de l’autonomie indienne en
gestation‘! Auriez-vous des propositions a faire, tenant compte
de votre expérience, et dont on pourrait s’inspirer?

M. Bearskin: Vous dites «il y a deux ans». Je pense que vous
voulez parler de la date du 3l mars I981, prévue par lu
convention, comme date a laquelle le gouvernement fédéral
ccsserait toute participation au financement des services du
santé et des services sociaux des collectivités cri. VoLs s:ivc/
que des poursuites avaient été entreprises devant les tribunaux,
les choses ne sont pas encore terminées, contrc lcs deux
niveaux de gouvernement, â propos de l’application de cette
disposition. Pour l’essentiel, nous accusions ces deux paliers de
gouvernement de négligence ou de refus de collaboration pont
l’application de l’article l4. ll y avait en effet un certain
nombre de dispositions prévoyant que ces niveaux de gouverne
trient, en collaboration avec la population cri, organisent lc
transfert eri bon ordre de ces services pour que le Conseil cri ilt-
la santé et des services sociaux de la Baie James en prenne l.l
responsabilité.

Cette période de passation des pouvoirs ne s’est pas déroulée
comme prévue, les deux niveaux de gouvernement refusant (lt’
collaborer en invoquant un certain article. ll y a eu d’autre»
éléments, bien sûr, qui ont joué et, notamment, les rapport»
entre le gouvernement du Québec et le gouvernement fédéral
L’arrivée au pouvoir d’un nouveau parti a compliqué lr
proc us, la communication entre ces deux gouvernements ci
les Cris eux-mêmes n’a pas été très bonne, ct le transfert (l\’
responsabilités ne s’est pas déroulé de façon satisfaisante.

Depuis, nous avons connu une période extrêmement difficile.
dont nous sommes sortis… je l’espère . .. et s’il est un
enseignement que l’on peut tirer de cette expérience, c’est qllt‘
les deux niveaux de gouvernement doivent pouvoir commum
quer chaque fois qu’il est question d’affaires indiennes. lrn
discussions doivent pouvoir sc dérouler sur une base tripartite,
au moins, cn respectant à la lettre les dispositions écrites, fatilr
de quoi les lndiens ne tirent pas de ces nouvelles disposition.
tout le bénéfice qu’ils en espéraient.

Je dirais donc que, si les deux niveaux de gouvernement
veulent faire quelque chose pour les autochtones, qu’il s’agi.xw

25-5-1983

[Texte]

ment or anything else, they would have to talk, communicatc
with the very people they are supposed to be hclping.

‘ 1420

Mr. Grodinsky: For the record, l must add two things. The
first one is that legal proceedings against Canada have rccently
been terminated. They are procecding against Quebcc. but the
proceedings against Canada have been droppcd. as a result of
the federal review which rccently took place.

Thc second point is that Canadzÿs responsibilities towards
the Cree in the field of health are not tcrminatcd. they are still
responsibilities. They still make a contribution to the budget
and have concomitant responsibilities for looking at that
budget and making sure it is being implemented: and secondly,
they are still responsibilitics of Canada with respect to Crees
outside the region—for example,thc Cree Board of llealth and
Social Services of James Bay, outside of region IOD. They are
still obligations of the Government 0l Canada whieh continue
in the field of health towards the Cree.

Mr. Manly: You say that there arc continuing obligations of
the Government of Canada. Do thc Crec have any way of
getting at the Government of Canada with regard to those
obligations‘?

Mr. Grodinsky: Apart from talking and discussing and
suing, as everybody else does, there is no secrétariat in
existence. for example.

Mr. Manly: Thank you very much. Thank you, Mr.
Chairman.

The Vice-Chairman: Mr. Allmand.

Mr. Allmand: Could you tell us more specifieally what
health and social services you provide to the eight communi-
lies.

Mr. Bearskin: Certainly. The Cree Board of Health and
Social Services is responsible for thc administration and
dclivery of these services to. as you know, the eight Cree
bands. ln order to do this, the Cree Board of Health and Social
Services operates a hospital, located here in Chisasibi. There is
a community clinic in each of the Cree communities. whcreby
we have certain . . . overall we have more than 161 people on
our staff to operate these facilities. About 105 of them are
native personnel. Thc remaining are non-native personnel,
which includes mostly medical personnelm-doctors and nurses
who operate these clinics.

We also operalc a social service centre, which has its head
office here in Chisasibi. On the medical side, as l said, we
opcrate a hospital, we operate outpatient clinics. We have a
12-bed hospital here in Chisasibi, The other communities havc
clinics. We also have a working arrangement with the Mont-
rcal General Hospital, for other specialized services. Special-
ists‘ visits are arranged l’or us, throughout the territory. at
various times oflhe year.

We have special dental visits during the Course of the year.
As l said, we also operatc a social service centre, whercby we
provide services for the aged. as much as possible. We try to
kecp the old people within our own communities.

Autonomie politique des lndiens 29

:107

[Traduction]

d’autonomie ou d’autre chose, il importe avant tout qu‘ils se
mettent en rapport avec la population qu’ils sont censés aider.

M. Grodinsky: Je vais ajouter deux choses pour la bonne
règle. Premièrement les poursuites contre le gouvernement
fédéral ont été abandonnées à 1a suite d’une étude entreprise
récemment par le gouvernement, alors que les poursuites
contre le gouvernement du Québec suivent leur cours.

Par ailleurs, le gouvernement fédéral est toujours responsa-
ble de tout ce qui touche â la santé des lndiens CTlS. Ainsi le
gouvernement contribue au budget de la santé et est chargé de
veillcr à sa mise en oeuvre: d’autre part, le gouvernement
fédéral est également responsable des soins de santé des
lndiens cris résidant en dehors de la région 10D, notamment
l‘Office cri des soins de santé et des services sociaux de la baie
James.

M. Manly: Mais est-ce que les lndiens cris peuvent faire
valoir ces obligations, qui d’après vous sont toujours celles du
gouvernement fédéral.

M. Grodinsky: Ils peuvent, bien entendu. discuter ou
intenter des poursuites, mais il n’existe pas d’instances
spéciales.

M. Manly: Merci, monsieur le président,

Le vice-président: Monsieur Allmand.

M. Allmand: Quelle sorte de services sanïaires et de services
sociaux fournissez-vous à ces huit collectivités?

M. Bearskin: L’office cri des soins de santé et des services
sociaux est chargé d’assurer ce service aux huit bandes cries. A
cette fin, l’office dirige un hôpital ici à Chisasibi. Chacune des
collectivités cries possède sa propre clinique; 161 personnes en
tout, dont 105 autochtones, travaillent dans ces établissements.
Les autres sont des Blancs, principalement les médecins et des
infirmières.

Nous avons également un centre social, dont le bureau
principal se trouve à Chisasibi. Notre hôpital de Chisasibi
compte 32 lits, tandis que les autres agglomérations ont des
cliniques. Pour les soins spécialisés, nous envoyons nos malades
à l’hôpital Général de Montréal. En outre des spécialistes font
une tournée de la région à différentes époques de l’année.

Des dentistes font également des tournées. Notre ccntre
social s’occupe essentiellement des personnes âgées, que nous
essayons de garder au sein de la communauté.

29: 108

[Text]

We also provide certain services for students who are outside
the territory during the course of the school calcndar ycar. and
we are also providing services for the. .. Well, we havc a
youth protection program for the youth. (jenerally, those are
the services that wc provide to the eight Cree communities.

Mr. Allmand: 1 was fairly clear on thc health side; it was the
social services side that l was wondering about.

The social service centrc that you have, which you say works
out of Chis sibi, is that equivalent to the CLSCs that they
have in the rest of thc province‘? You say you do youth
protection. Do you do foster care. too, and the aged? Do you
do any probation out of thcre»alcohol treatment and so on?

Mr. Bearskin: Thc social service centrc’s head office is here,
but it is an extension towards all the eight Cree communities.
There are community workers in each Cree community who
look after certain problcms that are incurred by the familics.
Wc provide counselling services for familles, for the youths, or
even for thc oldcr population. We provide foster home
services . . .

Mr. Allmand: How many cmployees are on thc social
services side? l think you gave it on the health side.

Mr. Bearskin: Well, they are included in part of the 161.
Therc would bc about 28 of them in tlie social services. But
again, like tthe school board, we are in tlic organizing stages of
thc services, and this is just the base . . . We need more
personnel in this area and we intend to increase. Again, we
have had similar problems as the school board in our budgets.
We want t0 be able to hire additional personnel, to be able to
carry out some of this work.

During thc course of the year we have employcd over Z00
people. 1 did not mention some of the part-time people whom
we employ during the course of the year. Thc 16| are the full-
timc employées.

The Vice-Chairman: Thank you. Mr. Allmand, l am pleased
to note that thc standing committee, with your help, was able
t0 give some assistance in this area, and that your report to the
committee this timc is of a much more positive nature, with
some recommendations that wc can use in our terms of
reference. But we do take some pridc as a committee in being
able to assist you . . . Hopefully, the conditions that were
prevalent at that timcweat lcast the fedcral government has
assumcd more ofits responsibility in that line.

So thank you very much for prescnting to us a very effective
brief, which 1 know we can use in our delibcrations. lf you
have a concluding statement, that would be in order now. lf
not, we will go on thcn. Do you have something‘?

Mr. Bearskin: Ycs. The Cree Board of Health and Social
Services is, likc thc school board, a very unique organization.
lt is one of thc first of its kind in thc country. Wc havc gone
through some very hard growing pains, just like any other
organi7ation. But we know what the objectives are; we know
what we havc to do and that is thc direction we are going, what
we are headed towards. We believe the past services that were
provided for, by both levels of government. can be improved

lndian Self-Government

25»5—l‘)1\’ 1

[Translation]

Nous nous occupons également des étudiants qui pendant
l’année scolaire ont étudié ailleurs et enfin nous avons un
programme de protection de la jeunesse. Voila la liste tlt’\
services que nous fournissons aux huit communautés cries.

M. Allmand: Je savais plus ou moins ce que vous faisiez llll
plan des soi s de santé; c’est au sujet dcs services sociaux qnt-
je me posais certaines questions.

Le service social basé è Chisasibi est-il équivalent au centre.
locaux de services communautaires du reste de la proxincc’
Outre le service de protection de la jeunesse. avex-vnn.
également des foyers pour placer lcs enfants‘? Comment Vtltl‘.
occupez-vous des personnes âgées et des alcooliques.

M. Bearskin: Le service social possède son bureau pFlflClpJl
ici, mais il a également des antennes dans les huit communal:
tés cries. Des travailleurs sociaux s’y occupent notamment (lL’\
problèmes auxquels se heurtent les familles, qu’il s’agisse (le
jeunes ou de personnes âgées. Nous avons des foyers pour l\’
placement d’enfants.

M. Allmand: Combien de personnes travaillent dans lrx
services sociaux‘!

M. Bearskin: Sur lcs 161 personnes travaillant pour le.» sninu
de santé, 28 s’occupent des services sociaux. Mais tout comme
pour les commissions scolaires, les services sociaux n’en sont
qu’à leur début. Nous avons l’intention d’engager davantage llt‘
personnel pour s’occuper de tous ces problèmes.

Donc au cours de l’année, 200 personnes en tout ont travailli-
dans ce secteur, dont 161 a temps plein.

Le vice-président: Merci. Je tiens Z1 rendre hommage a l\1
Allmand dont le rapport, très positif cette fois. ainsi uc 1m
recommandations qu’il contient, a été fort utile au Com’ ’. l’:n

c
ailleurs. lc Comité s’honore d’avoir pu vous être utile et est
heureux de constater que le gouvernement fédéral assunw
maintenant ses responsabilités dans ce domaine.

Je vous remercie de votre exposé, dont nous ne ntanquemn.
pas dc faire état au cours de nos discussions. Voulez-you.
ajouter quelque chosc en guise de conclusion.

M. Bearskin: Tout comme la commission scolaire, I’Ol’I’i«.-
cri des soins de santé et des services sociaux est une organisa
tion uniquc en son genre, maisje ne pense pas qu’il y en ait un:
autre pareille dans lc pays. Au départ nous avons eu de grosse.
difficultés. Mai‘ nous nous sommes fixés des objectifs et nnn.
comptons les réaliser. Nous sommes convaincus que non.
parviendrons par nos propres efforts à améliorer les Service‘.
assurés auparavant par les deux niveaux de gouvernement!

‘v 3 I983

Autonomie politique des lndiens 29 :

[09

| Imlc]

umler the direct control of the very people who use these
‘ . We believe not only ean we do the job of providing
services, but we also believe we can do a better job than
what was previously done. ljust thought l would say that, lt is
nui strong belief that because it affects us, we have to live with
Il un a day to day basis. .. l Can honestly say that we will be
unproving the situation for our own people, because il is and
Wlll become under the control of the Cree people themselves.
l Iunnk you.

The Vice-Chairman: Thank you, Mr. Bearskin. That is very
vllective. Chief Diamond. we would very much like to, in the
tune remaining to us, continue our questioning from this
nmrning. And if you would like to remain, Mr. Bearskin, there
may be some further questions as well.

Would you like t0 call any of your supporting people back to
lllC table or are you going to fly by yourself, Billy‘?

Chief Billy Diamond: Yes. Perhaps the Cree Chiefs and the
expert witnesses can come back and we will field the questions.

The Vice-Chairman: Sure.
Chief Billy Diamond: So what is the first question?

The Vice-Chairman: We have about half an hour. l have
four or fivc questioners, so please walch your time, My first
questioner will be Mr, Manly.

Mr. Manly: At the bottom of page six and the top of page
seven, you say:

‘ I430

Since the signing of the agreement, very extensive discus-
sions and many meetings have taken place between the
Crees and the federal government to elaborate such new
legislation. Much innovation has had to be used, many
concepts tested and several formerly operative assumptions
discarded. There is no preeedcnt for such legislation.

lt might help the committee if you could indicate some of
the assumptions that you discarded. lt might help us in our
recommendations, some blind alleys we should not be Iooking
down.

Mr. Hutchins: ln reply t0 that question, l could perhaps give
a few examples. As the brief indicates, the discussions have
taken place over a number of years and there is relative weight
to bc given to some of thc items that have been discussed, some
of the approaches that have been discussed and discarded——
some right away, some after eareful eonsideration.

l suppose a general one, which might be of interest to the
committee because l believe it is still being discussed in the
context cf a reviscd lndian Act, is the idea of individual
charters for bands. Wc did early on in the discussions examine
the possibility of having individual charters for each Cree band
with a brief statute eovering areas of uniform interest. That
was developed to quite an extent, but at some point during our
examination of that particular approach we realized that
perhaps the same thing could be achieved in a more flexible
manner through very extensive by-law authority, very exten»
sive by-law powers, which basically gives the bands the ability

[Traduction]

Comme notre vie de tous les jours en dépend, je suis convaincu
que maintenant que nous sommes chargés de ces services, nous
veillerons à ce qu’ils s’améliorent. Merci.

Le vice-président: Merci. monsieur Bearskin. Voilà qui est
bien dit. Si vous le permettez, chef Diamond, nous allons,
pendant le temps qu’il nous reste, poser quelques questions, et
vous pouvez également rester, monsieur Bearskin, si vous
voulez.

Voulez-vous rappeler vos adjoints ou préférez-vous voler par
vos propres ailes, Billy?

Le chef Billy Diamond: .le demanderai aux chefs cris et aux
experts de prendre place à mes côtés.

Le vicæprêsident: Parfait.
Le chef Billy Diamond: Quelle est la première question‘?

Le vice-président: ll nous reste une demi-heure, et vu que
quatre ou einq personnes ont demande à poser dcs questions, je
vous demanderai à tous d’être brefs. Monsieur Manly allez-y.

M. Manly: Vous dites ce qui suit au bas de la page 6 et au
haut de la page 7:

Depuis la conclusion de l’accord, les représentants des
lndiens Cris et du gouvernement fédéral se sont réunis à de
nombreuses reprises pour discuter de l’élaboration d’un
nouveau projet de loi. On a dû faire preuve de part et
d’autre d’un esprit novateur en abandonnant notamment des
principes longtemps tenus pour acquis. ll n’existe en effet
aucun précédent à cette loi.

Pour nous aider à rédiger nos recommandations, pourriez-
vous nous indiquer les principes qui ont ainsi été abandonnés?

M. Hutchins: Je vais vous donner quelques exemples. Les
discussions se sont donc déroulées sur plusieurs années, et au
cours de celles-ci, certai s principes ont été abandonnés,
parfois d’emblée, mais parfois après un examen attentif.

La notion de chartes individuelles pour chaque bande
pourrait vous intéresser, car il cn est encore toujours question à
l’occasion de la révision de la loi sur les lndiens. Tout au début
de nos entretiens, on avait envisagé la possibilité de rédiger des
chartes individuelles pour chacune des bandes cries, chartes
qui seraient ehapeautées par un texte qui reprendrait les
questions d’intérêt commun. Après avoir étudié cette hypo-
thèse en détail, on est arrivé a la conclusion que la même chose
serait obtenue plus simplement par des règlements adminstra-
tifs étendus, lesquels permettraient à chaque bande de rédiger
sa propre charte, sans avoir â passer par d’autres instances.

29rll0

[Taxi]

to create a charter themselves, to create a bill of rights for the
community, ifyou will, through by-laws uneneumbered by any
other procedures or dealing with outside agencies.

So there is a general example where, after looking at the
charter concept for some time, we came to the conclusion that
through a full, extensive range of by-Iaw powers thc same
thing could be achieved.

Mr. Manly: Would the problem with the charter be that it is
too rigid and too difficult to amend’?

Mr. Hutchins: That was part of the problem. Certainly the
concept that we were diseussing/and this was several years
ago»involved discussions with the department for amend-
ments to the charter. lt was attractive in that it dealt with
issues. lt allowed a flcxibility between communities, and when
you have a range of sizes and a range of circumstances in
communities you do not want a totally uniform approach. Soit
was attractive, but those particular communities still had to
deal with the department and the minister in amending those
things. There was a certain complication in coming up with the
charters in the first place, and we just felt that it was not
worth while, that extensive by-Iaw authority achieved the same
thing.

There was thc question also of what goes in the charter and
what goes in the act. That was a real problem. When you look
at the full range of issues that have to be dealt with in a
compréhensive local government document, separating what
you want to put in the act from what you want to put in the
charter causes problems. Again, some of that could be solved
through by-laws because the other thing about a by«law
provision is that all you are doing is having a very expensive
enabling provision in the act. lt does not mean that a band has
to exercise those by-laws.

So you are not imposing a nccessarily complex structure on
the band. lt has the authority and the powers to do that if it
wants t0; if it does not want to, it does not act, So it can be as
simple or as complex as it wants to over time, and it is flexible
in terms of changing, whereas a charter system seemed to
indicate that, although there would be a different approach,
different quorums provided, different election procedures
provided, the whole range of issues were dealt with in each
charter for each community. That is an example.

l do not know if you want me to carry on with some other
examples. For the record, l see many heads shaking, so there is
one example.

Chief Awashish: l would like to add one comment.
The Acting Chairman (Mr. Allmand): Yes, go ahead, please.

Chief Awashish: One of the objectives in the draft of the
Cree-Naskapi Act is to integrate Cree conditions and customs
of electing a band council and also get our customs integrated
into the system rcspecting the decision-making process. Where
there have been many changes the technique is simply of a
legal or technical nature, and that is basically what Peter
Hutchins is describing.

Chief Billy Diamond: Just another point, Mr. Chairman.
The whole purpose of the evolvement of the Cree-Naskapi Act

lndian Self-Government

25-5» t 0x l

[TrarLr/alion]

Donc voila un exemple où, après avoir examiné le princip.
de chartes multiples, on est arrivé à la conclusion qu’il setznt
préférable d’opter pour des règlements administratifs étendus

M. Manly: Ces chartes seraient trop rigides et donc dlfficllt”.
â modifier,

M. Hutchins: Oui, c’était un aspect du problème. Non.
avions effectivement discuté avec le ministère des modalités tli-
modification des chartes, lesquelles auraient l’avantage tlt-
permettre une approche souple des différentes collectivités, cr
qui est un aspect positif, car celles-ci sont loin d’être toutou
uniformes. Mais malgré cet avantage, les bandes auraient tlll
traiter avec le ministère pour modifier leurs chartes, lesquelles
ne seraient d’ailleurs pas si simples à rédiger que cela. Nom
sommes done arrivés a la conclusion que plutôt que d’opter
pour les chartes, il était préférable d’agir par voie de règle
ments administratifs étendus pour obtenir les mêmes résultats

On se demandait par ailleurs ce qui relèverait des chartes et
ce qui relèverait de la loi. En effet compte tenu du vastr
nombre de questions relevant des pouvoirs locaux, faire l.l
distinction n’était pas si simple. La solution est sans doute dans
des règlements administratifs, car la chose à faire est tlt-
prévoir une clause habilitante dans la Loi sur les lndiens. lit
cela ne signifie pas que telle bande particulière devrait
nécessairement appliquer ces règlements.

Cela ne reviendrait donc pas â imposer une formule
extrêmement complexe aux bandes, qui seraient libres dt-
décider si elles tiennent ou non â y avoir recours. La formule
pourrait donc aller du simple au complexe et serait facile si
changer, alors que, si l’on retenait la formule des chartes, il en
faudrait une pour chaque communauté.

Je ne sais pas si vous voudriez avoir d’autres exemples. .le
vois que vous faites oui de la tête, donc je vais vous en citer un
autre.

Le chef Awashish: Je voudrais ajouter un mot.
Le président suppléant (M. Allmand): Allez-y.

Le chef Awashish: Notre projet de loi Cri-Naskapi inem
pore les modalités d’élections des conseils de bande ainsi que le
processus de prise de décision conforme à nos traditions. ll y a
également eu toute une série de modifications d’ordre juridiqut-
ou technique, ainsi que Peter Hutchins vous l’a expliqué.

Le chef Billy Diamond: L’objet de la Loi Cri»Nakaspi est (le
récupérer les pouvoirs actuellement détenus par le ministre ti

25-5-1983

[Texte]

is to patriate the powers the minister presently has in Ottawa.
When we first started talking about Section 9 of thc James
Bay and Northern Quebcc Agreement the Crec communities
could not understand why the Minister of lndian Affairs held
so much power and why the Minister of lndian Affairs never
lived on an lndian reserve and yet he had all this power in
Ottawa. So basically the community wanted this power back
and the community wanted to exercise that right of governing
themselves, and it was through this concept that we developed
the Cree-Naskapi Act, that the whole concept of the Cree-
Naskapi Aet was borne. S0 in essence it is giving the power
back to the community and letting the community look after
themsclves and letting the community grow at their own pace
and develop at thcir own pace. That is the wholc purpose of the
Crec-Naskapi legislation.

But again the financing has to be included and thc changes
te policy havc to be done and the mechanism to get the Cree»
Naskapi legislation into place has to start now before the
legislation is finalized because we need to go through the
whole thing of training, of dcveloping curriculum for training.
That development of curriculum has to be done, and the
financing of that development of curriculum and development
of training programs for chiefs and councillors and people
involved in local government has to start now. So il is very
important that the process bcgin now even while we arc talking
about Cree local government,

‘ I440

The Acting Chairman (Mr. Allmand): Have you finished,
Mr. Manly?

Mr. Manly: l have more questions, but . . .

The Acting Chairman (Mr. Allmand): That is fine. Then
you come and take the Chair because it is my turn. My name
was on the list. I had better keep this short. lt is Mr. Schellen-
berger who is the official chairman, who gave me instructions
to do this before he went outside for a minute or so. So Mr.
Chairman, in the brief a lot of attention is paidwand rightly
so—to the problems of financing. A good number of pages and
suggestions are put forward. At the first ministers’ conférence.
national Chief Ahenakew and the Assembly of First Nations
suggested that thc bands and the lndian nations in Canada be
treated for funding purposes in the same way as thc provinces
are. The provinces get bloc funding. They have equalization
payments now entrenehed in thc constitution. in Section 36(2)
where it says:

Parliament and the Government of Canada are committed
to the principlc of making equalization payments to ensure
that provincial governments have sufficient revenues to
provide rcasonably comparable levels of public services.

et cetera.

That is right in the Constitution. Would you like to see
similar words for lndian nations and lndian bands in there. so
that this would put a eonstitutional obligation on the federal
government? l mean this formula like the provinces havc–

Autonomie politique des lndicns

29:11]

[Traduction]

Ottawa, Lorsqu’il a été pour la première fois question de
l’article 9 de l’Accord sur la Baie James et du Nord québécois,
les Cris n’arrivaient pas à comprendre pourquoi le ministre des
Affaires indiennes détient des pouvoirs aussi étendus, alors
qu’il ne vit même pas dans une réserve indienne. C’est pour
recouvrer ce pouvoir, ainsi que notre autonomie, que nous
avons décidé d’élaborer la Loi Cri»Nakaspi. ll s’agit de rendre
le pouvoir à notre communauté, laquelle dirigera ses propres
affaires et vivra comme elle l’entend selon ses propres tradi-
tions.

Mais avant d’adopter le texte définitif de la loi, il faudra
trouver l’argent nécessaire et assurer la formation d’un
personnel compétent, ll faut donc dès maintenant penser a
mettre sur pied un programme de formation destiné aux chefs,
aux conseillers et aux membres de notre communauté.

Le président suppléant (M. Allmand): Avez-vous terminé,
monsieur Manly’!

M. Manly: J’ai encore d’autres questions, mais . ..

Le président suppléant (M. Allmand): C’est parfait. Dans ce
cas, vous pouvez venir assumer la pré. idence, car c’est mon
tour. Mon nom était sur la liste. J’ai intérêt a faire vite.
Monsieur Schellenberger, le président officiel, avant de
s’absenter pour quelques instants m’a donné instruction de
procéder ainsi. Donc monsieur le président, on accorde une
grande attention dans le mémoire, et ajuste titre. aux problè-
mes du financement. On y avance, sur plusieurs pages, des
suggestions. A la conférence des premiers ministres, le chef
national Ahenakew et l’Assemblée des premières nations ont
proposé que les bandes et les nations indiennes du Canada
soient traitées de la méme façon que les provinces en matière
de financement. Les provinces reçoivent un financement
global. Les paiements de péréquation leurs sont garantis par la
Constitution, a l’article 36 (Z), où il est dit:

Le Parlement et le Gouvernement du Canada prennent
l’engagement de principe de faire des paiements de péréqua-
tion propres à donner aux gouvernements provinciaux des
revenus suffisants pour les mettre en mesure d’assurer les
services publics à un niveau de qualité… sensiblement
comparables.

. etc.
Cela figure dans la Constitution mente. Vous conviendrait-il
de trouver des termes semblables visant les nations indiennes et

les bandes indiennes de façon que le gouvernement fédéral soit
assujetti à une obligation constitutionnelle? Je veux parler

29zll2

lndian Self-Government

25-5» I 9x t

[TeX/j
that is, live»year, seven-year, sometimes ten-year
agreements so you do not have to go back every year.

funding

Chief Billy Diamond: First ol’ all, the remarks ol the
national chiel were not given in thc conlext. lle was suggesting
that the Assembly of First Nations bc lunded in a bloc system;
that a large sum ol money be allocated to the Assembly ol
First Nations lor its work on tlte eonstitutional process, and for
its work in the implcmentation 0l thc result ol the constitu»
tional process. And the national chiel. l think was saying that
Canada should set aside these funds immediately, so that the
Assembly of First Nations can properly do its work and
funetion.

The Crees are in a similar situation. The Crees would like to
see such a lunding mechanism developed, because what
happens is that funding may be given to you, but there are all
kinds ol strings attaehed as to how you should use those lunds.
But il we can prove and demonstrate as we have done, l think,
belore this committee, that we are capable administrators,
managers and leaders; that we can look alter, manage, large
sutns of money, l do not see why there cannot bc bloc-type
lunding for all the Cree communities in the James Bay
territory. But it is important that this lunding titecltztnisttt be
established as a eonstitutional right. l think that is one ol the
points the Assembly ol First Nations was tnaking as well.

Mr. Allmand: l just have another very short question. ln
your briel al pages 24 and 26, on 24 you say one ol the
problems is that ” . . , technical and other qualilied back-up for
communities is inadéquate.” Then on page 26, you point out
that “The rate of unemployment in the communities is about
52%.” Now because of this shortage of technical and qualilîed
backup, l want to ask if, in your school here. itt your education
system, are you lrying to train skilled tradesmen? l mean,
mechanics, electricians, and people like that. who will do this
mechanical backup l’or youæthat is, your own people, rather
than t0 have to hire people on the outside, thereby crcating
employment and also solving the problem.

(‘hief Billy Diamond: We feel the Cree School Board is
unique. lt has jurisdiction over the Crec communities. lt has
power over eletnentary, sccondttry and adult education. We
have a very large adult education department which is involved
in some certain technical courses as well: heavy equipmcnt,
carpentry, electricity, prolessional cooking, se on and so forth.
So that is the adult education.

But we would like to develop a curriculum whereby when
the young people graduate from our schools, they will be able
to pursue their studies competitively in the southern schools/
that is, at the university extension lcvel, and just like any other
person in the Province ol Quebec, be able to obtain degrees in
engineering or any other field ol expertise.

[Translation]

d’une formule semblable à celle qu’ont les provinces, c’est-n
dire. cinq ans, sept ans, parfois même des ententes de finance
ment portant sur 10 ans de façon à ne pas avoir à revetttt
chaque année demander de l’argent.

Le chef Billy Diamond: Tout d’abord, ce n’est pas dans ct-
contexte que le chef national a fait ses remarques. Il suggérait
que l’Assemblée des premières nations reçoive un financement
global; qu’on alloue a l’Assemblée des premières nations unc
somme importante pour ses travaux sur le processus Constiltt
tionnel et pour ses travaux de mise en oeuvre du résultztt du
processus constitutionnel. Et le chef national disait, je crois,
que le Canada devrait réserver ces crédits immédiatement, tic
façon que l’assemblée puisse bien faire son travail et bien
remplir son rôle.

Les Cris se trouvent dans une situation semblable. Nous
aimerions voir mettre au point un mécanisme semblable de
financement, car dans le contexte actuel, on reçoit peut-étre Llll
financement, mais assujetti a toutes sortes de conditions sur l.t
façon dont on peut utiliser cet argent. Toutefois, si nous
pouvons faire la preuve et démontrer comme nous l’avons
lait—je crois—au Comité, que nous sommes des administra
teurs, des gestionnaires et des dirigeants capables, que nous
pouvons nous gérer des sotnmes importantes, je ne vois pas
pourquoi toutes les localités cries du territoire de lzt Baie James
ne pourraient pas recevoir un linancement global. Toutefois, il
est important qu’un tel mécanisme de financement soit l’onde
en droit constitutionnel. Je crois que c’est la également un
point que faisait aussi valoir l‘Assemblée des première.»
nations.

M. Allmand: J’ai encore une autre brève question. Dans
votre mémoire, pages 24 et 26; à la page 24, vous dites que l’un
de vos problèmes découle du fait que «x . . . l’appui technique et
spécialisé aux localités est inadéquat». Ensuite à la page 26.
vous soulignez que «le taux de chômage se chiffre à environ 52
p. l00 dans les localités», A cause précisément de ce manque
d’appui technique et spécialisé, je veux vous demander si, dans
votre école ici, grâce à votre système d’éducation, vous tente7
de former des hommes de métier qualifiés? J’entends par la
des mécaniciens, des électriciens et autres ouvriers semblables,
qui vous donneront cet appui mécanique, dest-à-dire, des gens
de chez vous plutôt que d’embaucher des gens de l’extérieur,
créant ainsi de l’emploi et ayant par le fait même à régler le
problème.

Le chef Billy Diamond: Nous estimons que la commission
scolaire crie est unique. Elle a compétence sur les localités
cries. Elle exerce son autorité sur l’enseignement élémentaire,
secondaire et sur l’enseignement aux adultes, Nous avons un
service d’éducation permanente très important, qui ollre
également certains cours techniques: équipement lourd,
menuiserie, électricité, cuisine professionnelle, etc., etc. Voil;’t
pour l’enseignement aux adultes.

Toutefois, nous aimerions élaborer un programme d’enset—
gnement qui permette à nos jeunes à la lin de leur séjour dans
nos écoles, de poursuivre leurs études avec succès dans les
écoles du sud, c’cst»à-dire, au niveau universitaire, obtenant
ainsi, comme toute personne au Québec, des diplômes en génie
ou dans d’autres secteurs de compétence.

25-5-1983 Autonomie politique des lndiens 29 : l l3
[Texte] [Traduction]

Now page 24 relers t0 “ . .. technical and other qualified A la page 24, lorsque nous parlons de «un appui technique et
backup . . . ” which was made available t0 us by the Depart- spécialisé» mis a notre disposition, il s’agit de celui du minis-

ment ol lndian Alfairs. As you know the Department cl lndian
Affairs closed the district office in the Abitibi area, and very
limited number people are made available to us lrom the
Quebee regional office.

Here is an instance of what l mean. We have a housing
corporation. The Cree housing corporation manages and
prepares the plans for housing and the infrastructures in the
Cree communities. That housing corporation looks after some
SIS million ol works. Yet, that housing corporation receives
only Sl00,000 for administration. Out of that Sl00,000, they
are expected to hire architeets, engineers, and all kinds ol
other professional and technical people. You find me any
company that can hire a number of engineers and project
managers at SI00,000 per year, and l will make you président
of the Cree housing corporation, Mr. Allmand.

Mr. Allmand: l am afraid l would not be able to do it. We
read in the newspapers that you made représentations to the
Chief Electoral Officer, and l must say l have done similar
things over the last lew years, whereby you want to create a
constituency in the north ol the province, so that you will not
have the situation that exists now. Right now the whole north
of Quebee is divided down the middle with people up on
Hudson Strait and Hudson Bay in with Val d’Or and so on,
and your votes do not count lor much. You cannot really elect
either a Cree or. . . l know Rennie is not here right now, but
the point is that it looks grossly unfair. You have people on the
eastern side in with Seven Islands, and all the communities on
the St. Lawrence River going right up to the north.

There is the same thing on this side where a lew years ago
lhe federal government saw that, even in the Yukon where we
ltave only about l5,000 people and they have their own
constituency ol—I do not know—about 7,000 or 8,000
electors. They formed the constituency of Nunatsiaq in the
eastern Arctie with a very few electors, but they did it to make
sure there was an lnuit member of Parliament.

How is that proceeding‘? l know the Chief Electoral Olliccr
now is in the process of forming new constituencies. ls there
ttny chance that you will have your own constiutuency here in
tlte north t0 elect your own people?

‘ i450

Chief Billy Diamond: The important thing about the Abitibi
tlistrict is that we feel that the Crees have the control of power
ltere. ln fact, it was the Cree vote that put Mr. Gingras in as
tlte MP of this area after JO-some-odd years of Social Crédit.
It was the Cree vote that actually got him into Parliament. But
our problem in Iooking at the proposed électoral district is that
now we are being split up. The communities of Waswanipi and
Mistassini are being split up with the rest of the Cree com-
munities. They are being integrated into the much greater
population of Chibougamau and the rest of the non-native vote
toward that part, So there is in essence some gerrymandering

tère des Allaires indiennes. Comme vous le savez, ce dernier a
fermé le bureau régional pour la région de l’Abitibi, et c’est en
très petit nombre qu’on met du personnel à notre disposition à
partir du bureau régional de Québec.

Voici un exemple de ce que je veux dire. Nous avons une
société de logement. La Société de logement crie gère et
prépare les plans pour le logement et les infrastructures dans
les localités cries. La société fait effectuer des travaux de l5
millions de dollars. Pourtant, elle ne reçoit que 100,000 dollars
pour les lrais d’administration. Sur cette somme, on s’attend à
ce qu’elle embauche des architectes, des ingénieurs et un autre
personnel professionnel et technique. Trouvez-moi une
entreprise qui puisse embaucher plusieurs ingénieurs et
directeurs de projet avec 100,000 dollars par année, et je vous
nommerai président de la Société de logement crie, monsieur
Allmand.

M. Allmand: Je crains ne pouvoir le faire. Nous lisons dans
les journaux que vous avez fait valoir auprès du directeur des
élections, et je dois vous avouer que j’ai fait la même chose au
cours des quelques dernières années, que vous voulez qu’on
crée une circonscription dans le nord de la province, de façon ä
mettre fin à la situation qui prévaut actuellement. A l’heure
actuelle, tout le Nord du Québec se trouve divisé en deux
regroupant les électeurs du détroit d’Hudson, de la Baie
d’Hudson avec ceux de Val d’or, etc., et vos voix ne comptent
pas pour grand-chose. Vous ne pouvez pas vraiment élire ni un
Cri ni . . . Je sais que Rennie n’est pas ici maintenant, mais en
lait, cela semble manifestement injuste. ll y a des électeurs du
côté est qui sont regroupés avec ceux de Sept-lies, et toutes les
localités le long du St-Laurent jusque dans le nord.

On a vu la même chose de ce côté- l y a quelques années,
lorsque le gouvernement lédédral a décidé que même s’il n’y
avait qu’environ 15,000 habitants dans le Yukon, on leur
accorderait leur propre circonscription de je ne sais pas,
environ 7,000 ou 8,000 électeurs. On a formé la circonscription
de Nunatsiaq dans l’est de l’Aretique, méme s’il n’y avait que
très peu d’électeurs, afin qu’il y ait un député lnuit au
Parlement.

Est-ce que cela avance’? Je sais que le directeur des élections
est en train actuellement de constituer de nouvelles circons-
criptions. Y a—t-il une chance pour que vous ayez votre propre
circonscription ici dans le Nord, afin d’élire vos propres gens?

Le ehel Billy Diamond: Ce qu’il est important de retenir au
sujet du district de l‘Abi ‘bi. c’est que nous estimons que les
Cris exercent le pouvoir ici. En lait, c’est le vote cri qui a fait
élire M. Gingras comme député, après quelque 30 années de
représentation créditiste, C’est le vote cri qui l’a fait élire au
Parlement en réalité. Quant a la circonscription électorale
proposée, notre problème, c’est que maintenant, nous nous
trouverons divisés. Les localités de Waswanipi et de Mistassini
se trouveront séparées des autres localités cries. Elles se
trouveront intégrées au sein d’une population beaucoup plus
nombreuse a Chibougamau et au vote non autochtone de cette

29ïll4

[Texr]

going on by the electoral commission, and we have made
représentations to that,

The Crees consider that they control a large, vast territory.
In fact, we say that we control 135,000 square miles, and in
fact we say that that should encompass one constituency by
itself and the Crees should be given the opportunity to elect
someone of their own choice, and the lnuit, north of us, feel
the same way. But there are also discussions going on with the
Government of Quebee with respect to Cree-Unuit rcpresenta—
tion in the National Assembly. Those discussions havc just
begun. We went before the liearings and we are still awaiting
for an answer from the hearings.

Thank you, Mr. Chairman.

The Vice-Chairman: l am sorry, Mr. Allmand, l must move
on. Roberta, l have eut Mr. Allmand off, because l wanted
you to get in on the questioning. so please proceed.

Ms Jamieson: Thank you, Mr. Chairman. First of all, l
regret that we do not have much time to spend here. l will try
to use my time wisely.

You cannot make it any clearer to me the need for some
kind of implcmentation committee, secrétariat or commission
to oversee agreements, to oversee any movement. l mean, this
is something I think as a committee we should really pay
attention to, Say we make recommendations and the Govern-
ment of Canada says, wonderful idea, we will doit. But if wc
have nothing to oversee the implcmentation, l think we have
little more than a lot of rhetoric.

What l wanted to ask you about is the secretariat and the
commission. I think it is a good idea. l want to ask you, who
sits on il? Is it separate from the Department of lndian
Affairs, because you said earlier that the reason the eonstitu-
tional forum worked was because it was under the Prime
Minister. ls it visible? What tectlt does it have? Does it table a
report in Parliament? l mean, how does it effcctively force
obligations to be met‘? That is one question. l have one more.
Mr. Chairman.

Chief Billy Diamond: Well, maybe l should start. ln the
review of the James Bay and Northern Quebee Agreement, we
found that the only real reason perhaps the review worked was
it was under the Assistant Deputy Minister of Corporate
Poliey. He was able to muscle his way in and had enough
power to be able to call upon people within his department to
answer certain questions. Also, therc was very close consulta-
tion, and there was a real effort on both sides to make il really
work and to really dig in internally, not only within your own
internal organization but within your own self as well, which is
really what happcned during the James Bay negotiations. We
were basically able to come up with a review that could satisfy
both parties. It satisfied the Crees, even though the Crees
could have got more. They felt they deserved more, and they
were disappointed that nothing could be done about thc

lndian Self-Government

25«5- l 98.1

l Tnmx lation]

région. En fait, la commission électorale s’adonne a un certain
tripotage, et nous avons présenté nos objections à ce fait.

Les Cris estiment qu’ils contrôlent un territoire très grand et
très vaste. En fait, nous exerçons un contrôle sur 135,001)
milles carrés, et nous prétendons que nous devons avoir une
circonscription pour nous-mêmes et que nous devons avoir
l’occasion d’élire quelqu’un de notre choix, et les lnuit au nortl
de che7 nous, sont du même avis. En même temps, il y a (les
discussions avec le gouvernement du Québec au sujet d’une
représentation Crie-lnuit a l’Assemblée nationale. Ces
discussions ne viennent que de commencer. Nous avons
comparu, mais nous attendons toujours le résultat de ces
séances.

Merci, monsieur le président.

Le vice-président: Excusez-moi, monsieur Allmand, je dois
passer au suivant. Roberta,j‘ l coupé la parole à M. Allmand.

carje voulais que vous puissiez poser vos questions, et donc, s’il
vous plaît. allez-y.

Mme Jamieson: Merci, monsieur le président. Tout d’abord.
je regrette que nous n’ayons pas beaucoup de temps ici. Je vals
tenter d’utiliser mon temps à bon escient.

Vous ne sauriez me convaincre plus clairement dc la
nécessite d’un comité de mise en oeuvre, d’un secrétariat on
d’une commission qui surveille les ententes, qui surveille toute
mesure. Comme comté, j’estime que nous devons vraiment
accorder notrc attention à cet aspect. Disons que nous
formulons des recommandations et que le gouvernement (lu
Canada dise, idée formidable, nous le ferons. Toutefois, si nous
n’avons rien qui permette de surveiller l’exécution de cette
politique, je crois que nous n’aurons que de belles paroles.

Je voulais vous interroger au sujet du secrétariat et de ln
commission. Je crois que c’est une bonne idée. Je voulais vous
demander qui en ferait partie‘? s’agirait-il d’un organisan-
distinct du ministère des Affaires indiennes, car vous ave7. tlll
précédemment que si le forum constitutionnel avait donné (les
résultats, c’est qu’il relevait du premier ministre. Lbrganistnr
serait-il visible? Aurait-il un pouvoir réel? Déposeraibil un
rapport devant le Parlement? Comment pourra-t-il vraiment
forcer le respect des obligations‘? C’est la une question. J’en n:
encore une autre, monsieur le président.

Le chef Billy Diamond: Peut-être devrais-je commencer .t
répondre. Lors de la révision de l’entente sur la Baie James t-t
le Nord du Québec, nous avons constaté que si l’on a pu faire
cette révision, c’était uniquement parce qu’elle se faisait son‘.
l’égide du sous-ministre adjoint, orientation générale. ll a pu
jouer des coudes et exercer suffisamment de pouvoir pour
exiger que certains fonctionnaires de son ministère répondent a
Certaines questions. En outre, la consultation a été très étmiu-
et les deux parties ont fait des efforts très réels pour travaille:
sérieusement et à fond, et pas seulement au sein de volu-
organisme, mais dans chacun d’entre eux, ce qui s’est pfüllllll
au cours des négociations sur la Baie James. En l’ait, mur.
avons pu faire une révision qui satisfasse les deux parties. l t”.
Cris se sont trouvés satisfaits, même s’ils auraient pu obtenu
plus. lls estimaient mériter plus, ils ont été déçus qu’il n’y avant

25-54983

[TeX/e]
Quebcc obligations, and the same with the Department of
lndian Affairs.

We see a secrétariat for two things: thc implcmentation of
the James Bay and Northern Quebee Agreement, and the
implcmentation of the Crec-Naskapi legislation. The
secrétariat should bc able to have enough power to call upon
not only its own officials within the departntcnt but as well
officials from other departments.

Do not forgct that when you are dealing with a comprehcn»
sivc land settlcment and when yott are dealing with self»
government, you are dealing in areas where other departments
havc jurisdiction, or supposedly have jurisdiction, such as
Environment, such as Oceans and Fishcries, such as National
llealth and Welfare, such as Secretary of State. So you are
dealing with all the basic departments of the federal govern-
ment, and those departments do not want to be told what to
do. So you are talking about someone who will co-ordinate the
implcmentation of compréhensive land settlements. thc James
Bay agreement in this case, and the itnpletnentation of the
Cree-Naskapi legislation. someone who can reach these people
and start giving directions and start making decisions on
behalfof government, t

The decision-making process is very, very slow, and it takes
a long timc to get decisions made. ln effect, this person should
report directly, either to the Minister of lndian Affairs r in
this case wc are saying the Minister of lndian Al’fairs——or to a
very high official within the Cabinet, someone who can get
Cabinet decisions. because you are talking about allocations of
new moneys, you are talking about changes to policies, and
you are talking about development of new programs when you
get into areas of compréhensive land settlemcnts and when you
get into areas of self-government.

Soit is a very brand new thing, and it is going to take a lot
of will power on both sides. particularly a lot of will power by
the federal government whether to accept that concept. That is
the only way it is going to work, and my example has been thc
eonstitutional proe

The only reason that you havc a eonstitutional accord today
ts because of, again. the risk responsibility taken by thc native
leadership and the will power given by not only the native
leadership but by the Prime Minister of Canada, and he was
ordcring people on how to procecd and what had to be donc in
order for that accord to bc reached. Do not forget, l was in the
backroom negotiations when that eonstitutional accord was
being tlcveloped. l knew what thc situation was and. on top of
tltat, we knew that if wc could count on the Prime Minister’s
Ufficc there could be an accord. The only reason you have an
accord today is because the people were getting thcir direction
directly from thc Prime Minister of Canada.

And if sueh a secrétariat can be established for thc

implcmentation of thc James Bay and Northern Quebcc
Agreement, and for thc implcmentation of the Cree-Naskapi
Iegislatioti under thc minister, with thc authority of thc
ntinister, and making sure that that minister has the power to
move other departments to implement such agreements and
stieh legislation, only then will it work.

Autonomie politique des lndicns

29rll5

l Trazlutliun]
rien il faire quant aux obligations du Québec, ct il en a été de
même pour le ministère des Affaires indiennes.

Nous envisageons un secrétariat pour deux raisons: la mise
en oeuvre de l’entente sur la Baie James et le Nord du Québec,
et la mise en place de la Loi Cri-Naskapi, Ce secrétariat
devrait détenir un pouvoir suffisant pour faire appel non
seulement à ses fonctionnaires, mais également aux fonction-
naires des autres ministères.

ll ne faut pas oublier quc lorsqu’il s’agit d’un règlement
territorial global ct de l’autonomie politique, on touche des
domaines où d’autres ministères ont compétence—ou du tnoins
on peut le supposer- —commc le ministère de I’Environnemenl,
celui des Péches et Océans, celui de la Santé et du Bien-étre
social, et le Secrétariat d’Etat. Tous les grands ministères du
gouvernement fédéral sont visés, et ils ne veulent pas qu’on
leur disc quoi faire, ll s’agit donc d’un organisme qui verrait a
coordonner l’exécution des règlements territoriaux généraux,
dans le présent cas l’entente sur la Baie Jantes, et la mise en
oeuvre de la Loi Cri-Naskapi, quelqu’un qui pourrait rejoindre
les gens, commencer à donner des directives, et commencer a
prendre des décisions au nom du gouvernement.

Le processus de prise de décision est extrêmement lent, et il
faut longtemps pour obtenir que les décisions se prennent. En
fait. cette personne devrait relever directement sott du ministre
des Affaires indiennes—et dans cc cas, nous recommandons le
ministre des Affaires indiennes—soit d’un très haut fonction-
naire du Cabinet, quelqu’un qui peut obtenir que le Cabinet
prenne des décisions, car il s’agit d’allouer de nouveaux fonds,
de modifier des politiques, d’élaborer de nouveaux programmes
lorsque l’on s’intéresse aux règlements territoriaux généraux et
lorsqu’on s’intéresse à l’autonomie politique.

En effet, il s’agit de quelque chose de tout neuf, et il faudra
que les deux parties, particulièrement le gouvernement fédéral,
fassent preuve d’une grande volonté afin de faire accepter cette
idée. Je me fonde sur le proce ‘us constitutionnel pour dire que
c’est la seule façon que cela pui.sc fonctionner.

S’il y a aujourd’hui un accord constitutionnel, c’est unique-
ment encore une fois parce que les dirigeants autochtones ont
assumé la responsabilité du risque et ont fait preuve de volonté,
volonté également manifestée par le premier ministre du
Canada, qui a donné instruction aux gens sur la façon de
procéder et leur a dit ce qu’il fallait faire pour parvenir â cet
accord. N’oubliez pas que j’ai assisté aux négociations privées
lors de la mise au point de cet accord constitutionnel. Je
conna ..ais la situation, et en outre, nous savions que si nous
pouvions compter sur le bureau du premier ntinistre, il y aurait
un accord. Si vous avez un accord aujourd’hui, c’est unique-
ment parce que les gens ont reçu leurs directives directement
du prcmicr ministre du Canada.

Si l’on peut créer un tel secrétariat pour la mise en oeuvre de
l’entente sur la Baie James et le Nord québécois, et pour la
mise en place de la Loi Cri-Naskapi, sous l’autorité du
ntinistre et avec son appui, et si l’on assure que ce ministre
aura le pouvoir de faire bouger les autres ministères et de les
amener a exécuter ces ententes et cette loi, alorsmmais alors
seulement les choses fonctionneront.

291116

lndian Self-Government

25-5493 t

[Text]
Peter.

Ms Jamieson: Peter, before you answer, l understand what
Billy is saying, but I think that relies on political will. We
happencd to have had a Prime Minister who wanted to do it.
Say, we have a Minister of lndians Affairs who does not want
to live up to the obligations, that is where the problem is.
Peter, can you eover that off?

Mr. Hutchins: Okay. Perhaps that brings us nicely to the
subject of the commission, the Cree-Naskapi Commission
which is proposed for the legislation, whieh l mentioned this
morning.

l will not go into details. We said that we cannot discuss in
great detail the contents of thc proposed act, but the commis-
sion itself is distinct from the secrétariat in that it is the
creature we would think of as the parties. l refer to the three
parties… Canada, the Crees, and the Naskapis. On that
commission you would have représentatives of each of these
parties, or persons named upon the recommendation of the
parties. So it is distinct; it is not part of the department. lt is
not even part of the federal government. lt is, we would hope,
an autonomous body, upon which sits représentatives of thc
three parties. That is the distinction, and l think that would
solve your problem.

But l will go on to tell you something about the commission
that might further solve the problem that you mention. The
commission would be a distinct entity. lt would have a head
office. These things are pretty well dealt with in the present
draft; and the head office would have a staff. One of its
functions is to report to Parliament. lt would be reporting
directly to Parliament or the minister would be obliged to
submit its report to Parliament. So it would have direct access
to Parliament. l think, again, that would solve part cf the
problem of a minister who was reluctant, perhaps, t0 use the
secrétariat toits full potential that we have been discussing. So
direct access to Parliament.

‘ I500

lt would have the authority to conduct inquirics and have
certain powers specifted in the act to conduct inquiries, to hear
witnesses, get documents and that sort of thing.

Again, its role, we would hope, would be to not only
supervise but also mediate the various relationships which will
be developing under this legislation—individuals t0 bands.
individuals to the department, band to department, those kinds
of relationships. All those should be dealt with. We would likc
to stress the mediating role of the commission. Sometimes
people get a little worried when you talk about supervisory
commissions. l think it is very important to stress its role as a
mediator, as a place to talk out problems before they develop
to the point where there is conflict, Iitigation or whatever. l
think that is an important aspect of this proposal.

Finally, we are thinking in terms of having a five-year
review of the whole structure, five years down the line again to

[Translation]
Peter.

Mme Jamieson: Peter, avant que vous ne répondiw, p‘
comprends ce que dit Billy, mais je crois que vous vous fiel l.l .t
une volonté politique. ll se trouve que nous avons cu un
premier ministre qui le voulait. Mais si un ministre «leu
Affaires indiennes ne veut pas respecter ces obligations, il v
aura problème. Peter, pouvez-vous nous en parler’?

M. Hutchins: Très bien. Cela nous amène peut-être tout
naturellement au sujet de la commission, la Commission (‘n
Naskapi proposée dans le projet de loi dont j’ai parlé ee matin

Je n’entrerai pas dans le détail. Nous avons dit que nous nr
pouvions pas discuter d’une façon très détaillée le contenu tlll
projet de loi. mais la commission elle-même se distingue du
secrétariat, en ce sens qu’elle est une des parties. Je veux parle:
des trois parties——le Canada, les Cris et les Naskapis. Serait
représentée a la commission chacune de ces trois parties, ou
des personnes nommées sur la recommandation des parties
C’est donc indépendant: Cela ne fait pas partie du ministère, Ill
même du gouvernement fédéral. ll s’agirait, du moins l’espé
rons-nous, d’un organisme autonome, auquel siègeraient des
représentants des trois parties. C’est la la distinction, et je crois
que cela règlerait le problème que vous soulevez.

Néanmoins, je vais ajouter au sujet de la commission
quelque chose qui pourrait régler encore plus définitivement lr
problème que vous mentionnez. La commission serait un
organisme distinct, doté d’un siège social. Ces questions ont
déjà été plus ou moins réglées dans l’ébauche actuelle. le siège
social aurait des employés. L’un de ces rôles serait de faire
rapport au Parlement. L’organisme ferait rapport directement
au Parlement ou encore le ministre serait obligé de présente:
son rapport au Parlement. L’accès au Parlement serait dom
direct. Encore une fois, je crois que cela règlerait en partie le
problème d’un ministre réticent à utiliser peut-être le sccréta
riat autant que nous avons parlé. Donc un accès direct au
Parlement.

La commission détiendrait l’autorité d’effectuer des
enquêtes et serait dotée de certains pouvoirs précisés dans la lot
méme en matière d’enquête: entendre des témoins, obtenir (les
documents, etc.

Encore une fois, sort rôle, du moins l’espérons-nous, serait
non seulement de surveiller, mais également de faire la
médiation entre les divers éléments concernés par cette loi
médiation entre les particuliers et les bandes, entre Icx
particuliers et le ministère, les bandes et le ministère, etc. Il
faudra s’en occuper. Nous tenons à souligner le rôle «le
médiation de la commission. Parfois les gens s’inquiètent un
peu lorsqu’il est question de commission de surveillance. Je
crois qu’il est donc très important d’accentuer son rôle dt-
médiateur, d’endroit où discuter de problèmes avant qu’ils ne
tournent en conflit, en litige, etc. Je crois que c’est un aspcet
important de cette proposition.

Enfin, nous songeons à prévoir une révision quinquennale tle
toute la structure; dans cinq ans, quelqu’un examinera encore

1525-1983

Autonomie politique des lndiens 29 :

ll7

| Itzïte]

havc someone look at this Commi sion. the structure, and see if
Il works, see if it is responding to the objectives and the spirit
III which it was conceived.

Ms Jamieson: Thank you very much. l understand thc
relationship between the two now. l get it.

‘l’hat leads me into my second question very niecly because
Vou now have a comm on reporting to Parliament. This
committce has commissioncd four research reports. One of thc
UIICS we got back was on trust and what it said clearly to me is
tliat there is a responsibility within Parliament, and it belongs
in all the parliamentzirians, to promotc lndian self-govern-
ment’ eamong other things. but that was one of the prime
things that it wa saying. l wonder if you would speak to the
hSuC of responsibility of ntetnbers of Parliament in this issue.
You have had some very recent expérience, in particular using
lhc standing committee to do something like that. l myself
would like to see Parliament become much more active in this
field, and l wonder if you would speak to that issue. Do you see
that as important‘?

(‘hief Billy Diamond : We have had the opportunity, l guess.
m deal more than most native groups with the Standing
(‘ommittce on lndian Affairs and Northern Dcvelopment and
other committees as well. Our fceling is that nativc groups
must bc willing to appcar before standing committees and
standing committees must be willing to listen to native groups,
but the native groups as well just cannot go to Ottawa and say
here wc are in Ottawa and then leave. You have to have a
présence. You have to maintain your liaison, and you have to
have a liaison with your member of Parliament as well. That
liaison must be established not only with the party in power
hut all thc MPs.

The issues we dealt with before the standing committee were
non-partisan and everybody agreed that they would be non-
partisan and everybody agreed that something definite had to
lie done. The members of the standing committee wanted to do
something. They made a commitment to the Crees that
something should be done. ln turn, it really spirited the Crees.
ll really kept the Crees together and really built confidence in
the Crees, the Crecs saying wc havc certain members of
Parliament with us and we think we can doit if we can stay
with thc situation. But thc whole thing is making your
presentation and being able to rely on certain dialogue that has
tu be established between certain members of Parliament—in
Iacl. all the members of Parliament.

There needs to be a dialogue. l do not think there is enough
«lialogue, and l think native groups again have to come
Iurward with their own material and express it in their own
. Perhaps what l am saying would not satisfy what other
native groups arc saying: perhaps l am saying it a little
ilifferently. but l am saying it thc way l understand it and l
.nn saying it the way l hope my people are understanding it.

l think if you usc contmittees effectively you will be able to
achieve what was achieved with respect to the review. l do not
think without a standing committce there would havc been a
ieview. l do not think without the unprecedented move of

[Traduction]
la commission, sa structure, son fonctionnement. afin de voir si

elle répond aux objectifs et a l’esprit qui lui ont donné
naissance.

Mme Jamieson: Merci beaucoup. Je comprends maintenant
la relation entre les deux. Je comprends.

Cela m’amène a ma deuxième question d’une façon tout
naturelle, car nous avons maintenant une commission qui
ferait rapport au Parlement. Le Comité a commandé quatre
rapports de recherche. L’un de ceux que nous avons reçu porte
sur la confiance, et ce quej’en ai clairement compris, c’est que
la responsabilité existe au Parlement, qu’il appartient â tous les
parlementaires de promouvoir l’autonomie indienne—
notamment, mais c’était la l’une dc ces recommandations
principales. Je me demande si vous voulez nous parler de la
responsabilité des députés dans cette affaire. Nous avons
quelques expériences très récentes, particulièrement l’utilisa-
tion d’un comité permanent pour faire ce que nous faisons.
J’aimerais pour ma part que le Parlement devienne beaucoup
plus actif dans ce secteur, et je me demande ce que vous en
pensez. A votre avis, est-ce important‘?

Le chef Billy Diamond: Nous avons eu l’occasion, je
suppose, de traiter beaucoup plus que les autres groupes
autochtones avec le Comité permanent des Affaires indiennes
et du Développement du Nord canadien, ainsi qu’avec d’autres
comités. Nous sommes d’avis que les groupes autochtones
doivent être prêts à comparaître devant les comités permanents
et que les comités permanents doiventétre disposés à écouter
les groupes autochtones, mais par contre, les groupes autochto-
nes ne peuvent pas tout simplement aller à Ottawa et dire:
nous sommes à Ottawa, et ensuite partir. Il faut une présence.
ll vous faut assurer une liaison avec le comité ainsi qu’avec
votre député. Cette liaison doit s’effectuer non seulement avec
le parti au pouvoir, mais avec tous les députés.

Les questions dont nous avons traité devant le Comité
permanent étaient non partisanes, chacun en a convenu, et
chacun a convenu qu’il fallait absolument faire quelque chose.
Les membres du comité permanent voulaient faire quelque
chose. lls ont pris l’engagement envers les Cris de faire quelque
chose. En retour, cela a vraiment inspiré les Cris. Cela les a
vraiment réunis et leur a vraiment donné confiance puisque les
Cris se disaient: nous avons certains députés avec nous et nous
croyons que nous pouvons réussir si nous nous accroehons.
Toutefois il est essentiel de témoigner et d’être capable de
compter sur un dialogue établi avec certains députés/en fait,
avec tous les députés.

ll faut qu’il y ait dialogue. Je ne crois pas qu’il soit suffisant,
j’estime que les groupes autochtones doivent encore une fois se
présenter avec leurs documents et exprimer leurs idées à leur
façon. Ce que je dis ne va peut-étre pas de pair avec ce que
disent les autres groupes autochtones; je le dis peut-être un peu
différemment, mais je le dis comme je l’entends, et comme
j’espère que mon peuple l’entend.

Je crois qu’avec un usage justicieux des comités, on pourra
réaliser la même chose qu’avec la révision. Sans comité
permanent, je ne crois pas qu’il y aurait eu une révision, Je ne
crois pas que si les membres du Comité n’avaient, fait sans

29zll8

[Text]

members of the standing committee going before a press
conférence and getting the minister to move or to appear
before the Cabinet and getting a Cabinet decision . . . l think
that is unprecedented and l think MPs have to be given much
more leeway on how to make their présentations and their own
frustrations known before the public.

What we did and what the standing committee has been
able to secure for us we can never rcpay. l just hope the little
dinner last night will pay for everything we have done.

Ms Jamieson: Of course I have other questions, Mr.
Chairman. What can ldo?

The Vice-Chairman: Thank you. lt went a long way. lt was
excellent.

Okay, very quiekly, please, Mr. Hutchins.

Mr. Hutchins: Just to follow up on thc answer to that
question, l think it is important legally and eonstitutionally to
remind ourselves once in a while that the Constitution provides
the powers of Parliament and Section 9l(24) talks about the
exclusive jurisdiction of Parliament to pass laws. lt is Parlia»
ment that enacts the expression of this jurisdiction; Parlia-
ment, through its législative authority, empowers the ministcr,
delegates certain authority t0 the minister to departments, The
ultimate authority is Parliatnent, and l think that is sometimes
forgotten. So from a eonstitutional and legal point of view this
is very important. The minister is accountable to Parliament
and he derives his authority from Parliament, from statutes of
Parliament.

The Vice-Chairman: Thank you.

l want t0 give the final word to the member of Parliament
from this area, but as chairman of the committee—or vice-
chairman of the committee, acting as chairman on this trip—
on behalf of the committee I want to thank you very much,
Chief Billy, and the chiefs of the Cree nations in this area for
having us here and for the wonderful hospitality that you have
shown us while we are here. Wc appreciate being able to use
your facilities here to hold our hearings. So thank you very
much for that.

Mr. Gingras, we would be very pleased if you would like to
wrap up.

Mr. Gingras: Mr. Chairman, Grand Chief, Chiefs, l hope il
is not the last word l will have with the Cree lndians from my
riding.

l am pleased to be here with the committee. l would have
liked to stay one more day so the committee would learn more
about your structure. Be assured that our research staff will
study your brief, and l hope if they have some questions they
will call you. They have your tclephone number, and you are in
Ottawa all the time anyway,

We have made a lot of precedents and l am sure we are not
at the end of them. We hope the Cree Act will be before our

lndian Self-Government

ZS-S-lfilxl

[Translation]

précédent, tenu une conférence de presse afin de forcer le
ministre a agir ou a comparaître devant le Cabinet et à obtenu
une décision du Cabinet je crois que c’est sans précédent et
je crois que les députés doivent avoir plus dc liberté dans la
façon dont ils font connaître leur opinion et leurs frustrations
au public.

Ce que nous avons fait et ce que le Comité a pu obtenir poiii
nous, nous ne pourrons jamais le rendre. J’espère simplement
que le petit dîner d’hier soir paiera pour tout cc que nous avons
fait.

Mme Jamieson: Evidemment, j’ai encore d’autres questions.
monsieur le président. Qu’est-ce que je peux faire’!

Le vice-président: Merci. Cela a pris du tcmps. C’était
excellent.

Très bien, très rapidement, s’il vous plaît, monsieur llut
chins.

M. Hutchins: Afin de préciser un peu plus la réponse à cette
question, je crois qu’il est important sur le plan légal et
constitutionnel, que nous nous rappelions de temps a autre que
la Constitution définit les pouvoirs du Parlement et qiir
l’article 9l(24) accorde au Parlement compétence exclusive
pour adopter des lois. C’est le Parlement qui donne suite f!
l’expression de cette compétence; le Parlement, grâce â suit
autorité législative, dote les ministres de pouvoirs, délègue unc
certaine autorité au ministre et au ministère. L’autorité
suprême, c’est le Parlement, et je crois que parfois, nous
l’oublions. Mais d’un point de vue constitutionnel et légal, c’est
très important. Le ministre doit rendre des comptes au
Parlement, il tire son autorité du Parlement, des lois adoptées
par le Parlement.

Le vice-président: Merci.

Je tiens â donner le mot de la fin au député de cette région.
mais comme président du Comité—ou vice-président du
Comité, comme président suppléant au cours de ce voyage» an
nom du Comité, je tiens a vous remercier infiniment, cIit-l
Billy, et tous les chefs de la Nation Cri de la région, de nous
avoir accueillis ici et de la mervcilleurse hospitalité dont Voltx
avez fait preuve à notre égard pendant notre séjour ici. Nous
vous sommes reconnaissants d’avoir pu utiliser vos installaliottx
ici pour tenir nos séances. Donc je vous remercie beaucoup
pour tout.

Monsieur Gingras, nous serions très heureux si vous vouliez
donner le mot de la fin.

M. Gingras: Monsieur le président, grand chef, chefs,
j’espère que ce ne sera pas la dernière fois que je parlerai aux
lndiens Cris de ma circonscription.

Je suis heureux d’être ici avec lc Comité. J’aimerais qui’
nous puissions rester encore un jour de façon quc le Comité en
apprenne plus long sur votre structure. Soyez certains que nm
recherchistes étudieront votre mémoire, et j’espère que, s’il‘.
ont certaines questions, ils vous téléphoneront. lls ont votre
numéro de téléphone, et vous êtes de toutc manière toujours .i
Ottawa.

Nous avons créé beaucoup de précédents, et je suis pcrstimlr
que ce ne sont pas les derniers. Nous espérons que la Loi siii

255-1983

[Texte]

standing committee pretty soon, and bc assured that most of
the people around the table will work on it pretty hard.

Thank you, and until then, see you.
The Vice-Chairman: Thank you.

Billy, Chie1’ Diamond/l know you so well that 1 call you by
your first naine just naturallymbefore your concluding
remark, which will be in (irder, l would like to remind the
members and staff that thc transportation will leave between
2.55 p.m. and 3.00 p.m. so you will have to grab your luggage
fairly quickly and the bus will be at the door.

Chief Diamond, ifyou would like to have thc final word, it is
your area and we will give you tlie final word.

Chief Billy Diamond: Mr. Chairman, for us Section 9 of the
James Bay and Northern Qucbec Agreement is very impor-
tant. It is our own self-government; it is the administration of
our own lands; and the passage of the Cree-Naskapi legislation
once it is tabled would be very important to us. At the same
time, we must also realize that the Cree-Naskapi legislation
must be properly financcd in order to get its full implcmenta-
tion and that the whole question of the secretariat for the
implcmentation of tlte .lames Bay Agreement and thc
implcmentation of the Crce—Nask-.ipi Act be given a high
priority. There necd to be chattges to policy and attitudes with
respect to ncw and innovative ideas.

As a final note, l would like to thank the Cree chiefs. lt was
a short time we spcnt together today. l know thcre are other
individual Crees who wanted to give testimony, but time did
not permit.

But you gave us an opportunity to express our views. We
gave you a quick view of the Cree—Naskapi proposed Iegisla»
tion. Once tabled, l am sure we will see each other again in the
standing committce, perhaps this fall when the negotiations
have been complctcd.

On bchalfof the Grand Council of the Crees of Quebcc and
the Crce Regional Authority, thank you very much.

The Vice-Chairman: Thank you,

This meeting now stands adjourned until tomorrow morning.

Autonomie politique des lndiens 29;

119

[ Yhzdizcrionl

les Cris sera déposée avant longtemps au Comité, et vous
pouvez être certains que la plupart des gens autour de cette
table y travailleront assez fort.

Merci, au revoir et à bientôt.
Le vice-président: Merci.

Billy, chef Diamond/je vous connais si bien, que je vous
appelle par votre prénom tout naturellement/avant que vous
ne fassiez vos dernières remarques, ce qui est tout a fait
permis, je tiens à rappeller aux députés et au personnel que
l’autobus partira entre 14h55 ct 15h00; donc il vous faudra
prendre vos bagages assez rapidement, l’autobus sera a la
porte.

Chef Diamond, si vous voulez avoir le dernier mot, c’est
votre région, et nous vous donnons 1e dernier mot.

Le chef Billy Diamond: Monsieur le président, pour nous,
l’article 9 de l’entente sur la Baie James et le Nord québécois
est très important. Cet article porte sur notre autonomie
politique; il porte sur l’administration de nos propres terres; en
outrc. une fois le projet de Loi Cri-Naskapi déposé. son
adoption serait très importante pour nous. Par contre, nous
comprenons également que le projet de Loi Cri—Naskapi doit
être suffisamment financé si l’on veut voir sa mis. en oeuvre
complète et nous espérons que toute la question d’un secréta-
riat pour la misc en oeuvre de l’entente sur la Baie .lames et
pour l’application de la Loi Cri-Naskapi se verra ziccorder une
grande priorité. ll faut apporter des modifications à la
politique et aux attitudes lorsqu’il s’agit d’idées neuves et
novatrices.

En dernier lieu, je tiens a remercier les chefs cris. Nous
n’avons passé que très peu de temps ensemble aujourd’hui. Je
sais que d’autres Cris voulaient témoigner, mais que le temps
ne le permettait pas.

Vous nous avez donné l’occasion d’exprimer nos opinions.
Nous vous avons donné un aperçu rapide du projet de Loi Cri-
Naskapi. Unc fois ce projet de loi déposé, je suis persuadé que
nous nous verrons à nouveau au Comité, peut—étre a l’automne,
une fois les négociations terminées.

Au nom du Grand conseil des Cris du Québec et de l’auto—
rité régionale Crie, merci beaucoup.

Le vice-président: Merci.

La séance est maintenant 1evéejusqu’a demain matin.

25-5-I983 Autonomie politique des Indiens 29A : l

APPENDIX ‘ ‘SEND-32 ’ ‘

HOUSE OF COMMONS
CHAMBRE DES COMMUNES
OTTAWA, CANADA

KIAOAG
SPÉCIAL COMMITTEE ON count SPÉCIAL SUR
INDIAN SELF-GOVERNMENT L’AUTONOMIE POLITIQUE mas INDIENS
KEITH PENNER, M.P., CHAIRMAN KEITH PENNER. DÉPUTÉ. PRÉSIDENT
STAN SCHELLENBERGER. M.P., STAN SCHELENBERGER, DÉPUTÈ,
VICE-CHAIRMAN VICE-PRÉSIDENT
NOTES FOR
A

STATEMENT T0

THE ASSEMBLY OF FIRST NATIONS

BY

KEITH PENNER. M.P.

CHAIRMAN, SPÉCIAL COMMITFEE ON

INDIAN SELF-GOVERNMENT

MAY l6. 1983

29A : 2 Indian Self-Governmcnt 25-5-[981

In being asked to address this Assembly of Chiefs, the Assembly of First
Nations has bestowed upon me a very distinct honour. As Chairman of the
Special Taskforce on Indian Self-Government. I accept that honour in the name
of all Members of the Committee, and in the fervent hope that the work of this
Committee will, in the end, please you. The honour which you have given me is
that of a member of one Assembly, the Canadian House of Commons, being asked
to address another Assembly, yours; the Assembly of First Nations.

Your ancestors have occupied and used this great land for many thousands
of years. My own ancestors came to this good place only about one hundred
years ago. They came as immigrants. They came to North America because they
had been dispossessed and driven out of their former places of abode on the
continent of Europe. They acquired land and worked hard. They struggled,
suffered setbacks and endured some hardship. But they persevered, and. in
time, they prospered. They were able to plan and to dream and to hope.
without fear of oppression. Before the coming of the Europeans, the Indian
peoples of this country were also able to plan, dream and hope without fear of
oppression.

When the first Europeans, arrived here, Indian peoples had been governing
themselves for hundreds of centuries. If my ancestors were able to hear m3
now, I would say to them: “I have a message.” T0 their descendants 1 say:
“I have a message.” And the message is: “We have a debt.” That debt is
staggering in its size. We have failed even to keep up the interest payments.
The French and the English; the Germans, the Russians, and the Poles; the
Ukranians, and all others who came to this place of promise and hope–they
came here as guests and they stayed to become masters of the house. T0 all of
them I say: “We have a debt.” That debt can never be repaid in full. But
neither can the obligation ever be written off.

In the beginning, the newcomers and the Indian Nations established a
special relationship. This unique relationship was intended to serve as the
basis for a satisfactory, peaceful and good association between your peoples
and mine. It has not. But I say, it still can. This special relationship
between the Government of Canada and the Indian peoples of this country must
be honoured and respected.

Let there be no misunderstanding. The Special Taskforce on Indian Self-
Government does not exist to write a report telling Indian people how to
govern themselves. Our purpose, in my view, is to tell Parliament. and the
Government of Canada, and the people of this country, that the right to Indian
Self-Government must be recognized and facilitated, not ignored and
frustrated. The Taskforce exists to remind Canada of its obligations and to
show Canada how it can reconstruct and revitalize its relationship with the
Indian peoples of this country. I believe we can help define this
relationship in terms that are relevant, meaningful, practical and tangible.
This. I understand, is what Indian leaders have asked us to do.

1315- l 983 Autonomie politique des lndicns 29A : 3

Canadians must recognize that among the Indian Nations of this country,
there is great diversity. Differences in history and circumstance have
created diversities of expression. Indeed, at the recent Section 37
Conference, the Prime Minister of Canada acknowledged this reality. He said:

“It seems likely. and not inappropriate to me, given the known
diversities which prevail across the country, that we will come up
with different solutions for different communities in different
places. once we have begun seriously to discuss their preferences
in a pragmatic way.”

Discussing the preferences in‘ a pragmatic way is precisely the task of my
Committee.

Before next March. a second Constitutional Conference on Aboriginal
Rights will take place. Indian Self-Government is an item on the agenda of
this upcoming Conference. The Committee plans to report to Parliament this
fall and our report might well become the base document for discussion on this
item at the Conference. The Federal Government is required to respond to our
report within 120 days cf its release. It is essential that the Committee
receive your reactions as soon as possible after the publication of our
report. If the report is not acceptable to you, then you must tell us
forcefully, and you must tell the Government, that the report does not have
your support. If, on the other hand, you think the report is a good one, I
ask you to make these views known to us and to the Government, because we will
need your help in implementing the recommendations which you support.

At this point I would like to say how much the Committee has appreciated
and benefited from the active involvement of Roberta Jamieson. As a delegated
member of the Committee from the Assembly of First Nations, she is a very
special person on this Special Committee. If we succeed in our task, a good
measure of the credit will belong to her.

There are those who ask, “are Indians ready for self-government?”
Personally, I find that question offensive. Behind that odîous inquiry is a
philosophy which I reject. That philosophy implies that Indians may be

granted self-government when they have developed sufficiently. That is an
upside-down pyramid. Such an approach must be turned on its head. My view is
that development will follow quickly and naturally from the recognition and
accommodation of Indian Self-Government.

I want to say something further about the notion of “granting” Indians
Self-Government. That notion is the devolution scenario which is one of the
options under discussion in the development of a policy towards Indian Self-
Government. Under devolution. certain powers are delegated to Indian
Governments at someone else’s discretion. It is a move towards
municipalization. It limits self-government to only local autonomy. This
option. Indian people have told us, is not acceptable. It does not recognize
the original and continuing authority of Indian Governments.

29A : 4 lndian Sclfiüovcrnmcnl 25.5. | 4m!

There is another option, however. This option is to change, basically
and fundamentally. the framework of Indian-Canada relations. This approach
would recognize Indian rights to political self-determination. It would
entail the constitutional entrenchment of Indian Government as an integral
part of the Canadian Political System. I feel, as you do, that this îs the
route we must take.

But simply recognizing a government does not guarantee that Government’s
survival. No Government can govern without adequate financial resources.
Indian Governments must be able to have access to the financial resources they
require and are entitled to. Indian Governments must be able to respond to
the needs of their people, for health care and housing. for education and
economic development. The Special Committee has been shown most clearly that
funds to Indian Governments must jlgy. Funding cannot continue to trickle or
dribble as it does now through a bureaucracy that acts as a huge sponge.

Funds must not be blocked, hampered and diverted by circulars,
guidelines. bureaucratie d0wn—the-neck breathers, and official 0ver-the-
shoulder lookers. A study brought to the Committee’s attention revealed that
Chiefs and Councils devote seventy to eighty percent of their time to the
administrative overburden imposed upon them by Departmental Regulations aid
Guidelines of one frustrating kind or another. Recently, a band who testified
before us described their relationship to the Department of Indian Affairs by
quoting from Leo Tolstoy:

“I sit on a man’s back choking him and making him carry me and yet
assure myself and others that I am sorry for him and wish to
lighten his load by all possible means——except by getting off his
back.“

And what of accountability? We seem to be hung up on accountability.
Clearly, there is too much accountability for too little. The procedures are

complicated and misdirected. Chiefs have told us they have no problem with
accountability, but that they must be accountable to their people first. I
agree. A Government must be able to be politically and financially

accountable to its own people. The people of the Indian communities must be
able to hold their leadership accountable.

Someone said, in testimony to the Committee, “it’s a damn shame that the
need for your Taskforce exists.” I agree. But the need does exist and the
time to act and forge a new relationship between Canada and the lndian peoples
is now.

The time is ripe for us in Canada to take the concept of lndian Self-
Government light years forward. The movement towards Indigenous Self-
Government is gaining strength in this country and internationally. Canada is
in a position to give leadership. Canada has a unique opportunity to lead the
world in new institutional arrangements for Indigenous Self-Government. We

25-5-1983 Autonomie politique dcs lndicns 29A ; 5

must grasp this opportunity. The United States may lead the world in space
technology; we can lead the world in the field of human relations.

The right to Indian Self-Government must be recognized and appreciated.
The trust relationship must be renewed. It must be a renewal which is
comprenensive and just and equitable. It must be a relationship that can be
negotiated and guaranteed by the Constitution and by statute, mutually

agreed
to and ratified by our governments and by mine. And I say to this Assembly
that this must be done. Like you, I feel that this must be done soon. The

world is watching us here in Canada. We must not fail to act decisively.

Thank you for permitting me to be with you today.

29A :6 lndian Self-Governmcnt 25-5— | ‘m:

APPENDIX “SEND—33″

DAVID AHENAKEW, NATIONAL CHIEF
OPENING ADDRESS
IVTH ANNUAL ASSEMBLY OF FIRST NATIONS

NINNIPEG, MANITOBA

MAY 16, 1983

25-5-1983 Autonomie politique des lndicns 29/\ :7

I HISH T0 TURN NON T0 THE SPECIAL COMNITTEE ON INDIAN
SELF-GOVERNMENT NHICH IS T0 REPORT IN THE FALL-

THE NATIONAL INDIAN BROTHERHOOD. AND THEN THE ASSENBLY OF
FIRST NATIONS. NORKED HARD T0 GET THIS COMMITTEE ESTABLISHED
SOME TINE AGO-

NE LOBBIED FOR IT-

29A 18 Indian Self-Government 25-5- | ‘m l

NE’VE NORKED HARD ON IT, AND NE HAVE OUR ONN EX-OFFICIO
MEHBER ON THAT COMNITTEE.

HE’VE BUILT A LOT OF RESPECT. A LOT OF CONFIDENCE AND
UNDERSTANDING AND THE HARD-HITTIN6. SOLID. THOUGHTFUL AND
CREATIVE BRIEFS YOU CHIEFS HAVE PRESENTED NILL 60 A LONG NAY
T0 ENCOURAGING THAT COMMITTEE INTO A REPORT NHICH NOULD HELP
RECTIFY CANADA’S RELATIONSHIP WITH THE FIRST NATIONS-

THE BATTLE ISN’T OVER YET-
NE’VE GOT T0 KEEP THE PRESSURE ON-

BUT SOVEREIGNTY, SELF-GOVERNMENT. AND ALL THE REST DON’T COME
OUT OF A CONNITTEE REPORT-

WE’VE GOT A LOT OF NORK T0 DO-
THE TASK IS MASSIVE IN EACH ONE OF YOUR FIRST NATIONS-

NE’VE GOT TO DECOLONIZE OURSELVES — DECOLONIZE OUR
THINKING, OUR INSTITUTIONS. OUR NAY OF DOING THINGS-

SELF-GOVERNMENT MEANS MORE PONER FOR OUR PEOPLE-

SELF-GOVERNNENT DOESN’T MEAN THAT NE NO LONGER HAVE T0 BE
ACCOUNTABLE — IT NEANS NE HAVE T0 BE MORE ACCOUNTABLE. BUT
T0 OUR ONN PEOPLE-

OUR PEOFLE NILL BE NAKING NEH DEMANDS ON OUR LEADERSHIP-
FINANCIAL RESOURCES NILL HAVE T0 BE REALLOCATED-

SELF-GOVERNMENT IS NOT FREEDON FOR CHIEFS AND COUNCILS. BUT
NEN RESPONSIBILITY AND NEN AUTHORITY-

SOME OF YOU HAVE ALREADY TAKEN THESE STEPS-

25-5-1983 Autonomie politique des Indiens 29A :9

I AM NOT TELLING YOU ANYTHING NEU-
OTHERS MAY NEED ASSISTANCE IN RESPONDING-
NE NILL NEED NEN SKILLS T0 OPERATE OUR GOVERNMENTS-

I BELIEVE TRAINING AND DEVELOPMENT ACTIVITIES SHOULD DE
DECENTRALIZED IN YOUR AREAS-

I THINK THIS IS A PROPER FUNCTION FOR MY OFFICE T0 INITIATE
SO THAT YOU ACROSS CANADA NILL HAVE THE FUNDS YOU NEED

T0 PARTICIPATE IN THESE SELF-GOVERNMENT DEVELOPMENTAL
PROGRAMS-

I SHOULD MENTION T00

THAT THE SPECIAL COMMITTEE’S REPORT IS GOING TO BE VERY
CAREFULLY STUDIED AND READ IN GOVERNMENT-

AND IT’S GOING TO COME OUT BEFORE THE NEXT CONSTITUTIONAL
CONFERENCE- NE NEED TO BE THINKING ABOUT THIS.

AND T0 INTEGRATE THIS COMMITTEE PROCESS INTO OUR
CONSTITUTIONAL STRATEGY AND BILATERAL PROCESS-

SELF-GOVERNMENT TAKES PLACE IN EVERY SOVEREIGN FIRST NATION
— NOT OUT OF MY OFFICE IN OTTAWA-

AND YET IT IS CLEAR THAT NON.

MORE THAN EVER,

MY OFFICE NILL HAVE A HEAVIER RESPONSIBILITY-

23l3Z—5

29A : I0 lndian ScIFGovcrnmcnt 25—5—l‘P-‘H

FOR ME T0 BE ABLE TO RESPOND T0 YOUR REOUESTS FOR SERVICES.
T0 MEET YOUR NEEDS.
T0 PROTECT YOUR INTERESTS.

THEN I NEED T0 REORGANIZE MY OFFICE T0 RESPOND TO THE NEH
SITUATION-

I NEED AN ACTIVE COUNCIL —

PEOPLE HHO CAN GIVE FULL-TIME T0 NATIONAL RESPONSIBILITIES.
PEOPLE IN NHOM YOU CHIEFS HAVE THE FULLEST CONFIDENCE-

I NEED PEOPLE TO NORK NITH ME NHO ARE AS CAPABLE —

OR MORE CAPABLE —

THAN THE CABINET NHO RUNS THE CANADIAN GOVERNMENT-

I NEED PEOPLE NHO ARE RESPONSIBLE TO YOU – THE CHIEFS OF THIS
ASSEMBLY OF FIRST NATIONS.

AND I NEED A CONFEDERACY WHICH IS RESPONSIBLE T0 YOU-
I NEED YOUR MANDATE

T0 ALLON ME T0 BRING ABOUT AN ASSEMBLY OF FIRST NATIONS
NATIONAL CHIEF’S OFFICE

NHICH ENHANCES AND STRENGTHENS THE FIRST NATIONS

25-5-1983 Autonomie politique dcs lndicns 29A: l l

GOVERNMENT OF EACH AND EVERY ONE OF YOU CHIEFS-

MY RESPONSIBILITY IS NOT T0 BUILD AN OTTANA EMPIRE.
BUT T0 BUILD A RESPONSIVE OFFICE
NHICH CAN EFFECTIVELY ADVOCATE YOUR NEEDS NATIONALLY,

WHICH CAN FOSTER THE DEVELOPMENT OF FIRST NATIONS
GOVERNMENT-

ALL THIS IS NOT GOING T0 BE EASY-

IT MAY REOUIRE SOME NEN INSTITUTIONS AND ATTITUDES NITHIN
THIS ASSEMBLY-

NHAT ABOUT ACCREDITATION?

NE NILL NEED SOME KIND OF ACCREDITATION PROCESS FOR FIRST
NATIONS AS YOU GET YOUR GOVERNMENTS FUNCTIONING AS THEY
SHOULD-

I ASK YOU T0 CONSIDER THIS AS YOU ADJUST THE AFN’S RULES OF
OPERATION-

NE NEED T0 GET IN PLACE SOME SORT OF ARBITRATION PROCESS, T0
NHICH OUR PEOPLE CAN TURN T0 RESOLVE PROBLEMS-

NE HAVE T0 STOP RUNNING T0 NON-INDIAN GOVERNMENTS T0 SETTLE
OUR DISPUTES-

NE HAVE T0 BEGIN SHOULDERING MORE RESPONSIBILITY OURSELVES
THAN HAS BEEN THE CASE S0 FAR-

NE MUST NOT FEAR CHANGE-

29A: I2 lndian Self-Government 25-5-108 |

NE HAVE T0 FIND NAYS T0 SEEK OUT OUR HUMAN POTENTIAL
THAT LIES NITHIN EVERY PERSON OF THE FIRST NATIONS
AND USE IT T0 DEVELOP OUR FIRST NATION GOVERNMENTS-

EVERYONE NEEDS T0 BE REPRESENTED. AND PARTICIPATING IN HIS OR
HER ONN INDIAN GOVERNMENTS-

AND NE’RE GOING T0 HAVE T0 DEVELOP STRATEGIES- NHAT NILL OUR
STRATEGY BE FOR CHANGING THE ROLE OF THE DEPARTMENT OF INDIAN
AFFAIRS?

JUST HON D0 NE D0 THAT?

HON D0 NE DETERMINE THE FAIREST NAY T0 ALLOCATE BLOCK
TRANSFER PAYMENTS T0 FIRST NATIONS?

HON DO NE DETERMINE NHO NILL SERVE ON JOINT COMMISSIONS?
I AM ASKING YOU MANY QUESTIONS.
BECAUSE NE HAVE BEEN ON THE DEFENSIVE S0 LONG.

NE’VE NEGLECTED T0 DEVELOP OUR OFFENSIVE TEAM AND SIGNALS AND
PLAYS-

BUT THE BALL IS OURS NON-
IT’S OUR TURN T0 RUN NITH IT-
THERE’S NO TURNING BACK-

ON FEBRUARY 22. I APPEARED BEFORE THE SPECIAL COMMITTEE AND
PRESENTED SEVERAL IDEAS AND I STRESS THE NORD ”IDEAS”.

25-5-1983 Autonomie politique des lndicns 29A: l3

A COMMISSION T0 NEGOTIATE TREATIES OR A REVISION OF
TREATIES NITH ANY FIRST NATION NISHING T0 D0 S0;

– AN ABORIGINAL AND TREATY RIGHTS PROTECTION OFFICE – GIVEN
QUASI-JUDICIAL PONERS. BOTH BY CANADA AND THOSE FIRST
NATIONS SUBSCRIBING T0 IT. NHOSE DECISIONS NOULD BE BINDING
ON BOTH PARTIES. T0 ACT AS A NATCHDOG AGAINST ANY
JURISDICTION THREATENING ABORIGINAL TITLE AND ABORIGINAL
AND TREATY RIGHTS AND LANDS;

– AN OFFICE THROUGH NHICH CANADA NOULD HONOUR AND FULFILL ITS
OBLIGATIONS T0 FIRST NATIONS;

– A FISCAL ARRANGEMENT – T0 DEVELOP THE FORMULAS AND
MECHANISMS FOR EOUALIZATION PAYMENTS T0 THE FIRST NATIONS;

– AN AGENCY – T0 PROVIDE FUNDS T0 FIRST NATIONS S0 THAT YOU
CAN UNDERTAKE SPECIAL RECONSTRUCTION EFFORTS T0 RECOVER
FROM THE DAMAGE OF COLONIALISM; AND

– A DEVELOPMENT AGENCY – MODELLED ALONG THE LINES OF THE
CANADIAN INTERNATIONAL DEVELOPMENT AGENCY (CIDA) NHICH

NOULD PROVIDE GRANTS T0 FIRST NATIONS AND NON-GOVERNMENTAL
ORGANIZATIONS. SUCH AS COOPÉRATIVES T0 FUND DEVELOPMENT
PROJECTS-

29Azl4 -, . ‘ _
lndian Self-Governmcnt 255498}

I” * lndian and Northern Affaires indiennes
Affairs Canada et du Nord Canada

APPENDIX “SEND—34”

NOTES FOR
AN ADDRESS BY
THE HONOURABLE JOHN C. MUNRO. P.C. M.P.
MINISTER OF INDIAN AFFAIRS AND NORTHERN DEVELOPMENT
T0 THE
ASSEMBLY OF FIRST NATIONS
WINNIPEG, MANITOBA

MAY 17. 1983

Gieck Æainst Delivery

IAND 126 (242) 7530-21023-141;

Canadä

25-5-1983 Autonomie politique des lndiens 29A : l5

THERE ARE OCCASIONS IN THE LIFE OF EVERY NATION AND EVERY
COMMUNITY WHEN THERE IS AN EXCEPTIONAL CHANCE T0 INFLUENCE

BOTH THE QUALITY AND THE DIRECTION OF THE FUTURE.

IT SEEMS T0 ME THE CANADIAN INDIAN COMMUNITY IS POISED ON
THE EDGE OE SUCH A PERIOD. THE KIND OF DECISIONS THAT YOU
MAKE OVER THE NEXT FEW YEARS: THE KIND OF CONSENSUS YOU CAN
REACH AMONG YOURSELVES, AND THE KIND OF REPRÉSENTATIONS YOU
ARE ABLE T0 MAKE AT THE LOCAL, REGIONAL AND NATIONAL LEVELS
WILL BE CRUCIAL T0 DETERMINING THE INDIAN’S NEW PLACE IN THE
NATION. I SAY NEW PLACE BECAUSE IT WILL, IF WE ARE
SUCCESSFUL, BE BASED ON A NEW UNDERSTANDING BETWEEN INDIAN
AND NON-INDIAN. I SAY “A NEW PLACE” BECAUSE IT WILL BE
BASED ON A NEW ECONOMIC AND SOCIAL RELATIONSHIP BETWEEN
INDIAN AND NON-INDIAN. I SAY “A NEW PLACE” BECAUSE IT WILL
BE BASED ON INDIAN SELF-GOVERNMENT, NOT THE SYSTEH 0E

DECISION-MAKING WITH WHICH WE PRESENTLY ALL MUST COPE.

AND IF THE QUALITY OF THE LEADERSHIP THAT YOU DISPLAYED AT
THE FIRST MINISTERS’ CDNFERENCE AND THE SUCCESS YOU ACHIEVED
THERE IS ANYTHING T0 JUDGE THE FUTURE BY, THE OUTLCOK FOR
THE INDIAN COMMUNITY IN CANADA IS QUITE PROMISING. I STILL
HAVE THE IMAGES IN NY HIND OF DAVID AHENAKEW BEGINNING THE
DEBATE, OF CHIEF JAMES GOSNELL OP THE NISHGA, DESCRIBING THE

INDIAN POSITION ON LAND CLAIMS. OF GEORGE ERASMUS AND

SOL SANDERSON PRESENTING THEIR ELOQUENT AND PERSISTENT

29A : l6 lndian Self-Government 25-5-198 l
ARGUMENTS. THESE ARE MEMORIES I WILL CARRY WITH ME LONG
AFTER I LEAVE POLITICAL LIFE. AND NOT JUST BECAUSE 0F THE
WORDS THAT WERE SPOKEN… THE SPIRIT OF THE CONFÉRENCE WAS

AS IMPORTANT FOR THE FUTURE AS ANYTHING THAT WAS SAID.

YOU COULD FEEL FROM THE VERY OUTSET OF THE FIRST MINISTERS’
CONFERENCE THAT BOTH ABORIGINAL LEADERS AND FIRST MINISTERS
WERE EXTENDING THEMSELVES, TRYING T0 UNDERSTAND WHAT WAS
REALLY BEING SAID, LOOKING FOR A WAY T0 MAKE THIS FIRST
NATIONAL CONFERENCE ON ABORIGINAL RIGHTS A SUCCESS. FOR
ONCE WE NEREN’T TROTTING OUT WELL-WORN PHRASES OF GOOD
INTENTIONS AND N0 MEANING. BOTH THE PREMIERS AND THE INDIAN
LEADERS WEREN’T AFRAID T0 DISAGREE BUT IT WASN’T THE
DISAGREEMENT OF ACRIMONY AND AGGRESSION. IT WAS THE
CONSIDERED, THOUGHTFUL EXCHANGE OP DIFFERENCES THAT LEADS T0
RECONCILIATION AND T0 NEW CONSENSUS. IT IS THIS SPIRIT
WHICH WILL BE AS IMPORTANT T0 MAINTAIN OVER THE NEXT FOUR OR
FIVE YEARS A5 ANY NEW SIGNATURES ON LAND CLAIMS OR ECONOMIC
AGREEMENTS. FOR WHAT WE HAVE HAMMERED OUT AT THE FIRST
MINISTERS’ CONFERENCE IS A NEW WINDOW ON THE FUTURE. IT IS
A WINDOW. OPENED BY THE CLAUSES OF THE ACCORD, WHICH COMHITS

FIRST MINISTERS AND INDIAN LEADERS T0:

– MEET AGAIN AT LEAST THREE TIMES IN THE NEXT FOUR

YEARS. THE FIRST MEETING WILL FOCUS ON THE SAME

NATIVE-CDNCEIVED AGENDA USED AT THE MARCH FMC.

25-5-1983

Autonomie politique des lndicns 29A 1 17
TERRITORIAL GOVERNMENT REPRESENTATIVES WILL ALSO
PARTICIPATE ON ANY AGENDA ITEM THE PRIME MINISTER

CONSIDERS DIRECTLY AFFECTS THEM.

THE PARTIES ALSO AGREED THAT ABORIGINAL
REPRESENTATIVES NOULD PARTICIPATE IN A
CONSTITUTIONAL CONFERENCE WHICH WOULD HAVE TC BE
CDNVENED BEFORE SECTION 91 (24) OF THE
CONSTITUTION ACT 1867, OR SECTIONS (25) OR (35) OP
THE CONSTITUTION ACT 1982 COULD BE AMENDED.

THESE, OF COURSE, ARE THE SECTIONS WHICH MOST
DIRECTLY AFFECT CANADA’S ABORIGINAL PEOPLE,
ALTHOUGH THIS IS NOT FORMALLY A CONSENT CLAUSE, IN
POLITICAL TERMS IT AFFORDS A UNIQUE RIGHT T0
ABORIGINAL PEOPLES TO PARTICIPATE IN

CONSTITUTIONAL CHANGE OF SPECIAL CONCERN T0 THEM.

THE ACCORD ALSO GIVES PAST AND FUTURE LAND CLAIM
SETTLEMENTS A NEW STATUS AND SECURITY, BY
INCLUDING THEN AMONG THE “TREATY RIGHTS”

RECOGNIZED AND AFFIRMED IN THE CONSTITUTION.

THE PARTIES TOOK THE FURTHER STEP OP SPECIFYING

THAT ABORIGINAL AND TREATY RIGHTS AFFIRMED IN THE

CONSTITUTION APPLY EQUALLY T0 MEN AND WOMEN.

29Azl8

lndian Self-Governmcnt 25-5-1981

FINALLY, THE PARTICIPANTS AFFIRMED THAT NOTHING IN
THE ACCORD INTERFERES WITH BILATERAL DISCUSSION OR
AGREEMENTS INTO NHICH INDIVIDUAL GOVERNMENTS AND
ABORIGINAL ASSOCIATIONS MAY WISH T0 ENTER.

IN PRACTICAL, DAY TO DAY TERMS, THE ELEMENTS OF THIS ACCORD

SHOULD HAVE PROFOUND CONSÉQUENCES FOR THE DEPARTMENT FOR

WHICH I HAVE RESPONSIBILITY.

FIRST. THE ACCORD AND THE ONGOING CONSTITUTIONAL DISCUSSION
PRESENT A POWERFUL MODEL FOR THE NEGOTIATION OF NEW
LAWS AND POLICIES.

RELATIONSHIPS, FOLLOWING THE SAME

SPIRIT, I CAN SEE US WORKING TOGETHER ON POLICY AND PROGRAM
CHANGES WHICH CAN BUILD TOWARDS INDIAN SELF-GOVERNMENT AND

WHICH WILL GIVE NEW IMPETUS T0 INDIAN CONTROLLED DEVELOPMENT.

SECOND, THE CONFERENCE CONFIRMED CANADA‘S RECOGNITION OF THE
UNIQUE PLACE OF ABORIGINAL PEOPLE IN CANADIAN SOCIETY. THIS
OPENS THE NAY T0 NEGOTIATING FORMAL PROTECTION FOR THE
CULTURAL DISTINCTIVENESS AND DIVERSITY OF CANADA’S

ABORIGINAL PEOPLE.

THIRD. WE NOW HAVE AN ONGOING FORUM AND A PROCESS FOR

DEFINING ABORIGINAL RIGHTS TOGETHER, AND FOR AGREEING ON

THEIR RECOGNITION IN THE CONSTITUTION.

25-5-1983 Autonomie poliliquc dcs lndiens 29A: I9

FOURTH, ABORIGINAL SELF-GOVERNMENT WILL BE CENTRAL T0 FUTURE
DISCUSSIONS. THE PRIME MINISTER TOLD THE CONFERENCE THAT
ABORIGINAL GOVERNMENT IS “THE HEART OF THE MATTER. THE CRUX
OF OUR EFFORTS T0 IMPROVE THE CONDITIONS OF OUR ABORIGINAL
PEOPLES”. HE ALSO SAID THAT BETWEEN THE UNACCEPTABLE
EXTREMES OF ASSIMILATION AND ABSOLUTE SOVEREIGNTY, THERE IS
A BROAD RANGE OF POSSIBILITIES WHICH WOULD YIELD VARIED
FORMS OF SELF-GOVERNMENT. WE WILL ALL BE WORKING TOWARDS
AGREEMENT ON PRACTICAL ARRANGEMENTS FOR ABORIGINAL
SELF-GOVERNMENT WHICH CAN FUNCTION EFFECTIVELY WITHIN THE
EXISTING CANADIAN FEDERATION, WHILE MEETING DIFFERING

COMMUNITY NEEDS.

THE FIËTË AND FINAL CONSEQUENCE IS THAT THE PROVINCES AND
TERRITORIES HAVE BEGUN T0 PLAY A KEY ROLE IN DISCUSSING THE
ISSUES AT THE MOST FUNDAMENTAL LEVEL. FOR THE FIRST TIME,
WE NOW HAVE THE OPPORTUNITY T0 WORK ON THESE ISSUES WITH ALL
THE PARTIES AND IT IS THE FEDERAL INTENTION T0 PURSUE THIS
OPPORTUNITY IN A POSITIVE, CONSTRUCTIVE MANNER. MEANWHILE.
DISCUSSIONS ARE ALSO TAKING PLACE T0 CONTINUE AND PROVIDE A
FRAMEHORK FOR THE BILATERAL PROCESS BETWEEN THE FEDERAL
GOVERNMENT AND THE A.F.N. THAT WAS BEGUN LAST FALL. THE
FEDERAL GOVERNMENT PLACES HIGH PRIORITY ON THIS PROCESS.

BOTH IN ITS OWN RIGHT AND AS A CONTRIBUTOR T0 ACHIEVING

CONSTITUTIONAL CHANGE.

29A : 20 lndian Self-Government 25-5-193‘

THUS WE HAVE IN THE ACCORD THE FRAMEWORK FOR NEGOTIATING AND
IMPLEMENTING CHANGE. AGREEMENTS ON THE EXACT DETAILS OF

THOSE CHANGES WILL N0 DOUBT TAKE SOME YEARS T0 ACHIEVE.

AS THE PRIME MINISTER HAS SAID, THERE IS A FEDERAL

COMMITMENT T0 SUPPORT YOUR INVOLVEMENT IN THE ONGOING
PROCESS FINANCIALLY. THE SECRETARY OF STATE, THE HON.
SERGE JOYAL, WILL BE MEETING WITH THE A.F.N. AND OTHER

ABORIGINAL ASSOCIAITONS T0 DISCUSS THIS.

IN THE MEANTIME, NE MUST ALSO BE ABLE T0 MOVE WITH INDIAN
PEOPLE T0 ADDRESS SOME OF THEIR PRESSING DAY-TO—DAY
CONCERNS. IN THIS CONTEXT, I WOULD LIKE T0 TALK BRIEFLY
ABOUT THE WORK OF THE SPECIAL PARLIAMENTARY COMMITTEE ON
INDIAN SELF-GOVERNMENT, SOME NEW HOUSING INITIATIVES THE
DEPARTMENT IS BRINGING FORWARD AND THE ALBERTA AND NEW

BRUNSWICK CHILD WELFARE AGREEMENTS.

IN ITS CONTINUING WORK. THE SPECIAL PARLIAMENTARY COMMITTEE
HAS MET INDIAN LEADERS FROM THE NATIONAL T0 THE BAND LEVEL.
THE COMMITTEE HAS HEARD THE DIVERSE VIEWPOINTS THAT I HAVE

ENCOUNTERED IN MY THŒEE YEARS AS MINISTER OF INDIAN

AFFAIRS. TWO KEY MESSAGES HAVE COME THROUGH VERY CLEARLY.

25-5-1983 Autonomie politique des Indiens 29A : 2|
Elgâî, THE PRESENT SYSTEMS MUST CHANGE, AND SECOND, FROM THE
INDIAN PERSPECTIVE, CHANGE MUST COME THROUGH INDIAN
GOVERNMENT, THAT IS, THOUGH INDIAN COMMUNITIES AND
INSTITUTIONS WHICH POSSESS THE EFFECTIVE POWERS T0 PLAN.

INITIATE AND DELIVER PROGRAMS AND SERVICES THAT RESPOND T0

INDIAN NEEDS AND ASPIRATIONS. AS YOU ARE AWARE. I SHARE

THAT VIEW.

IT WILL BE IMPORTANT THAT WE WORK CLOSELY TOGETHER IN
EXAMINING THE COMMITTEE’S REPORT WHEN IT IS TABLED. OUR
PURPOSE WOULD BE T0 REACH AGREEMENT ON WHICH OF THE
COMMITTEE’S RECOMMENDATIONS WOULD BEST BE DEALT WITH IN THE
CONSTITUTIONAL FORUM, AND WHICH MIGHT BE PURSUED ON A MORE

IMMEDIATE BASIS.

WORDS AND CHANGES IN SPIRIT DON’T BUILD HOUSES. MONEY DOES
AND ON THAT FRONT I’M HAPPY TODAY T0 BE ABLE T0 GIVE YOU
MORE DETAILS ABOUT THE INCREASED FUNDING FOR HOUSING ON

INDIAN RESERVES. UNDER THE NEW BUDGET INTRODUCED BY THE

HONOURABLE MARC LALONDE ON APRIL 19TH:

29A 2 22

lndian Self-Government 25-5—I*).‘H

40 MILLION DOLLARS HAVE BEEN ADDED T0 THE DEPARTMENT’S
ON-RESERVE HOUSING BUDGET. THIS WILL ALLOW FOR AT
LEAST AN EXTRA B00 HOUSES T0 BE BUILT ON INDIAN
RESERVES THIS FISCAL YEAR. THIS 40 MILLION IS IN
ADDITION T0 22.3 MILLION ADDITIONAL DOLLARS PROVIDED BY
CABINET ON MARCH 1, 1983. WITH THESE NEW FUNDS,
TOTALLING 62.3 MILLION DOLLARS, THE NATIONAL B3-84
ON-RESERVE HOUSING BUDGET IS 136 MILLION DOLLARS. THIS
TRANSLATES INTO AT LEAST 3,200 NEW HOUSING UNITS AND
3,000 RENOVATIONS THIS YEAR. OF THE 62.3 MILLION
DOLLARS WHICH HAVE BEEN ADDED T0 OUR HOUSING BUDGET
THROUGH THESE TWO SUPPLEMENTS, 22.3 MILLION DOLLARS ARE
A PERMANENT ONGOING ADDITION OF FUNDS AND 40 MILLION

DOLLARS ARE A ONE-TIME INCREASE.

THIS IS THE FUNDING BASE WE STARTED FROM AND AFTER MEETING

WITH REPRESENTATIVES OF THE ASSEMBLY OF FIRST NATIONS, WE

HAMMERED OUT HOW THESE FUNDS WILL BE APPLIED, THE DETAILS OF

WHICH ARE NOW BEING MADE AVAILABLE T0 BANDS.

YOU WILL FIND

THAT IMPORTANT STRUCTURAL CHANGES T0 THE BASIC ON—RESERVE

HOUSING PROGRAM HAVE BEEN MADE.

THEY ARE:

. THE BASIC SUBSIDY FOR HOUSING HAS BEEN INCREASED

BY 6% ACROSS THE BOARD;

255-1983 Autonomie politique des lndicns 29A : 23
. THERE ARE NEW ECONOMIC SUBSIDIES OF 6,000 DOLLARS
FOR HOUSING ON RURAL RESERVES AND 12,000 DOLLARS
FOR HOUSING IN REMOTE AREAS, TO OFFSET THE REDUCED
ECONOMIC OPPORTUNITY AND LACK OF EMPLOYMENT IN

THESE TWO AREAS.

. FOR REMOTE RESERVES THAT REQUIRE TWO OR MORE MODES
OF TRANSPORTATION, FREIGHT CHARGES WILL BE PAID

FOR.

DETAILS ON THE INTER-REGIONAL BREAKDOWN OF THE 22.3 MILLION,
THE INTER-REGIONAL BREAKDOWN FOR THE 40 MILLION DOLLARS, AND
FINALLY, HOW THE ALLOCATION OF FUNDS IS T0 TAKE PLACE ARE
BEING MADE AVAILABLE T0 BANDS. REGIONAL DIAND OFFICIALS ARE
NOW RECEIVING THE MONEY IN THEIR BUDGETS AND AS SOON AS THE
APPROPRIATE ARRANGEMENTS HAVE TAKEN PLACE WITH LOCAL INDIAN
LEADERS, THE MONEY SHOULD START FLOWING T0 BANDS FOR

CONSTRUCTION OF NEW HOUSES ON RESERVES.

THIS IS AN IMPORTANT ANNOUNCEMENT FOR USE IN A NUMBER OF
WAYS. FOR THE FIRST TIME, WE HAVE SUFFICIENT FUNDS T0 BEGIN
REDUCING OVERCROWDING ON RESERVES AS WELL AS THE ANNUAL

DEMAND CREATED BY NEW FAMILY FORMATION AND HOUSING THAT

WEARS OUT. FOR THE FIRST TIME, CABINET HAS MADE MAJOR

29A : 24

lndian Self-Governmcnt 25-54981

STRUCTURAL CHANGES T0 THE INDIAN ON-RESERVE HOUSING
PROGRAM. IT’S MORE THAN JUST A FEW MORE DOLLARS IN
SUBSIDIES AND OTHER COSMETIC CHANGES. CABINET NOW ACCEPTS

THE NEED FOR ONGOING ECONOMIC SUBSIDIES FOR HOUSING FOR THE
MOST DISADVANTAGED BANDS. THEY ALSO RECOGNIZE THE EXTREME

COST OF TRANSPORTATION AND BUILDING IN VERY REMOTE AREAS.

AND THEY’VE ALSO ACCEPTED THAT THERE SHOULD BE SOME OFFSET
FOR INFLATION. FURTHER THAN THAT, THEY INSIST HOUSING MUST
BE BUILT T0 THE MINIMUM STANDARDS OF THE NATIONAL BUILDING
CODE AND AS EVIDENCE OF THIS, THEY HAVE FUNDED THE
DEPARTMENT FOR COMPLIANCE INSPECTIONS. BUT THE COST OF
THESE INSPECTIONS IS NOT TAKEN FROM HOUSING CAPITAL.
CABINET HAS ALSO ACCEPTED THAT THE COST OF SERVICING FOR
SEWER AND WATER WILL BE PROVIDED AS THE DEPARTMENT’S
CONSTRUCTION TARGET FOR NEW HOUSES IS INCREASED.

WHERE NEEDED, SOME BANDS WILL BE FUNDED FOR TECHNICAL,

PLANNING AND MANAGEMNT EXPERTISE.

CABINET HAS UNDERLINED THE PRINCIPLE 0F HOUSING LOANS AS AN
INTEGRAL PART OF THE HOUSING PROGRAM AND SHELTER ALLOWANCES

WILL BE PROVIDED FOR THOSE FAMILIES ON SOCIAL ASSISTANCE

LIVING IN BAND-OWNED RENT-T0-INCOME HOUSING.

25-54983 Autonomie politique des lndiens 29A ; 25

ANOTHER FACTOR WE ARE TRYING TO ALLOW FOR IS T0 PROVIDE
REGIONS WITH SOMEWHAT MORE FLEXIBILITY IN APPLYING THE
PROGRAM. FOR EXAMPLE, REGIONS WILL STILL BE FUNDED FROM
HEADQUARTERS ACCORDING T0 THE PRESENT CLASSIFICATION SYSTEM
OF URBAN, RURAL AND REMOTE RESERVES BUT REGIONS, MAY ON
APPLICATION T0 THE PROGRAM, VARY SUBSIDIES NITHIN THE
PRINCIPLE OP THE EXISTING CLASSIFICATION SYSTEM. THIS HAS
BEEN DONE IN RESPONSE TO CONSULTATION BETWEEN MYSELF;

DEPARTMENTAL OFFICIALS AND THE AFN.

THE LAST POINT I WOULD LIKE TO MAKE IN CONNECTION WITH THESE
NEW HOUSING INITIATIVES IS T0 ANNOUNCE A JOINT,HOUSING
CONFERENCE T0 BE HELD IN JUNE OR EARLY JULY WHICH WILL
INVOLVE INDIAN LEADERS CONCERNED ABOUT HOUSING AND REGIONAL
PROGRAM OFFICERS FROM ALL REGIONS. MY OFFICIALS WILL BE
WORKING WITH THE A.F.N. T0 CO-ORDINATE THIS IMPORTANT

CONFERENCE.

APART FROM THE PROVISIONS OF THE RECENT FEDERAL BUDGET, WE
ARE ALSO MAKING MONEY AVAILABLE FOR HOUSING FROM THE

20 MILLION DOLLAR N.E.E.D. ALLOCATION SET ASIDE FOR INDIAN

PEOPLE EARLIER THIS YEAR.

29A ; 26 lndian Self-Governmcnt 25»5-|9K3

WE SET THIS MONEY ASIDE TO ENSURE INDIAN ACCESS T0 THIS
PROGRAM. WE ARE COMBINING THE 20 MILLION DOLLARS WITH

12 MILLION DOLLARS THAT WOULD OTHERWISE BE SPENT ON SOCIAL
ASSISTANCE AND 17 MILLION DOLLARS FROM THE DEPARTMENT. THIS
WILL PROVIDE A TOTAL PACKAGE OF 49 MILLION DOLLARS
NATIONALLY FOR INDIAN JOB CREATION. I HAVE ALSO RECENTLY
DECIDED T0 INCREASE THE N.E.E.D. ALLOCATION FROM 500 DOLLARS
PER PERSON-MONTH OF EMPLOYMENT T0 750 DOLLARS. THIS WILL
ENSURE THAT COMPARABILITY EXISTS BETWEEN THE VARIOUS

N.E.E.D. STREAMS.

I KNOW THAT YOU HAVE BEEN WAITING FOR THIS ANNOUNCEMENT ON
HOUSING FOR SOME TIME. MY OFFICIALS HAVE BEEN WORKING HARD
T0 GET THE PROGRAM CHANGES THROUGH THE MINISTRY OF STATE FOR
SOCIAL DEVELOPMENT, T0 CABINET AND THEN THROUGH TREASURY
BOARD. I THINK THEY’VE DONE A GOOD JOB. ALL WE NEED NOW T0
MAKE IT A SUCCESS IS GOOD WILL AND FAIR WEATHER DURING THE

BUILDING SEASON.

SUCCESSFUL SELF-GOVERNMENT FOR INDIANS WILL DEMAND A SOUND
ECONOMIC BASE. MY DEPARTMENT’S PROGRAMMING IS CONTRIBUTING
BY RESPONDING T0 INDIAN DEVELOPMENT INITIATIVES THROUGH SUCH
MANS AS THE LOANS, GUARANTEES AND CONTRIBUTIONS PROVIDED BY

THE INDIAN ECONOMIC DEVELOPMENT FUND, AND THE SPECIAL

FUNDING FOR RESOURCE DEVELOPMENT IMPACTS.

25-5-1983 Autonomie politique des lndicns 29A : 27

AS YOU KNOW THE GOVERNEMENT IS READY TO MOVE ON THE BROAD
FRONT OF NATIVE ECONOMIC DEVELOPMENT. I HAVE NOTED THE
A.F.N.’s INSISTENCE ON SEPARATE TREATMENT FOR INDIANS IN THE
ADMINISTRATION OF THΠ345 MILLION DOLLAR FUND FIRST
ESTABLISHED IN THE NOVEMBER 1981 BUDGET. WHATEVER HAPPENS.
IT WILL NOT PRECLUDE US FROM RECOMMENDING A SEPARATE INDIAN

ENTITY T0 SHARE IN THE MANAGEMENT OF THE FUND.

THE REAL KEY T0 INDIAN ECONOMIC DEVELOPMENT IS INDIAN
ENTREPRENEURSHIP. THE WIDESPREAD UNEMPLOYMENT AND HIGH RATE
OF FAILURE AMONG INDIAN BUSINESSES WILL ONLY BE OVERCOME
THROUGH INDIAN INGENUITY AND SKILL. I AM, THEREFORE.
DELIGHTED THAT TH NATIONAL INDIAN BUSINESS ASSOCIATION
(NIBA) HAS BEEN FORMED T0 PROVIDE SUCH LEADERSHIP. THIS
GROUP HAS COME FORWARD WITH CONCRETE PROPOSALS T0 UNIFY
INDIAN BUSINESS PEOPLE INTO AN INFORMED AND PROFESSIONAL
BUSINESS SECTOR. THROUGH ITS INFORMATION AND TRAINING
PROGRAMS, NIBA PLANS T0 ASSIST INDIAN ENTREPRENEURS IN ALL
ASPECTS OF THEIR BUSINESS DEVELOPMENT. MY STAFF IS NOW

NEGOTIATING FUNDING FOR NIBA. I CAN ASSURE YOU THAT OUR

RESPONSE T0 THIS VERY WELCOME INITIATIVE WILL BE POSITIVE.

29A : 28 lndian Self-Government 25-5- I ‘NM

THE FINAL ONGOING CONCERN THAT I WOULD LIKE T0 DISCUSS
BRIEFLY IS CHILD WELFARE. INDIAN PEOPLE HAVE BEEN PUSHING
FOR GENERAL IMPROVEMENTS AND GREATER CONTROL OVER THEIR
CHILD CARE SERVICES FOR MANX YEARS AND WITH JUST CAUSE. THE
LACK OF PREVENTIVE SERVICES IS ILLUSTRATED BY THE HIGH
INCIDENCE 0F INDIAN CHILDREN IN PUBLIC CARE COMPARED T0
NON-INDIAN CHILDREN. SIX PER CENT OF INDIAN CHILDREN ARE
NOW IN FOSTER HOMES AND INSTITUTIONS AS OPPOSED T0 1.3 PER
CENT FOR ALL CANADIAN CHILDREN. OF ALL INDIAN CHILDREN
ADOPTED OVER THE PAST I0 YEARS, 76% WERE ADOPTED BY
NON-INDIAN FAMILIES. HOWEVER, SOME PROVINCES HAVE BEEN VERY
RELUCTANT T0 PROVIDE SERVICES T0 INDIANS ON RESERVES WITHOUT
GUARANTEED REIMBURSEMENT AND THE SITUATION HAS REMAINED

STALEMATED BETWEEN THE GOVERNMENTS FOR MANY YEARS.

BUT IN FEBRUARY 1982, WE MADE A BREAKTHOUGH WITH THE
CANADA-MANITOBA TRIPARTITE AGREEMENT. THIS AGREEMENT NOW
SERVES AS A NATIONAL MODEL FOR TRIPARTITE AGREEMENTS AND WE
HAVE RECENTLY ACHIEVED AN AGREEMENT WITH NATIVE PEOPLE AND

BOTH THE PROVINCES OF ALBERTA AND NEW BRUNSWICK USING THE

MANITOBA AGREEMENT AS A MODEL FOR FAMILY AID SERVICES.

25.5.1983 Autonomie politique des lndiens 29A : 29

THE ALBERTA TRIPARTITE AGREEMENT IS WITH THE LESSER SLAVE
LAKE REGIONAL COUNCIL AS THE INDIAN AUTHORITY REPRESENTING
NINE MEMBER BANDS IN CENTRAL ALBERTA. ONCE THE AGREEMENT IS
SIGNED AND CANADA ACCEPTS 100 PER CENT FUNDING
RESPONSIBILITY FOR ON-RESERVE SERVICES FOR THE BANDS WHICH
ARE SIGNING THE AGREEMENT, ALBERTA WILL ASSUME THE COST OF
FULL CHILD WELFARE SERVICES T0 OFF-RESERVE MEMBERS OF THOSE
BANDS. SERVICES EXTENDED T0 THE NINE BANDS ON-RESERVE WILL

EOUAL THOSE OFFERED T0 OTHER CITIZENS OF ALBERTA.

THE PROVINCE OF NEW BRUNSWICK HAS BEEN OPEN T0 THE IDEA OF
EXTENDING SERVICES T0 ALL INDIANS. THE PROBLEMS HAVE BEEN
THOSE OF COST AND OF INDIAN BANDS’ RELUCTANCE T0 ACCEPT
PROVINCIAL SERVICES. THE PROPOSED TRIPARTITE AGREEMENT T0
SE SIGNED LATER THIS MONTH, NOW COVERS FOUR INDIAN BANDS
(BIG COVE, TOBIQUE, BURNT CHURCH, EEL GROUND) REPRESENTING
60% OF THE NEW BRUNSWICK INDIAN POPULATION. OTHER BANDS
WILL SUBSEOUENTLY HAVE THE CHANCE T0 OPT INTO THE
AGREEMENT. THE FOUR BANDS AND ANY OTHERS WHO MAY EXERCISE
THEIR OPTION WILL RECEIVE CHILD WELFARE SERVICES EOUAL T0
THOSE OFFERED ALL NEW BRUNSWICK CITIZENS. THE PROVINCE WILL

CONTINUE T0 OFFER PROTECTION SERVICES T0 BANDS NOT COVERED

BY A SUBSIDIARY AGREEMENT.

29A ï 30 lndian Self-Government 25—5—l’lH|

THE FINANCIAL CDMMITMENT ON THE PART OP THE FEDERAL
GOVERNMENT IS 10.4 MILLION DOLLARS T0 ENTER INTO TRIPARTITE
HASTER AND SUBSIDIARY AGREEMENTS IN ALBERTA AND NEW

BRUNSWICK.

THE ALBERTA AND NEW BRUNSWICK AGREEMENTS WILL GIVE ACCESS T0
INDIANS AND FAMILY AID SERVICES SUCH AS CHILD CARE, CHILD
PROTECTION. HEAD START AND HOMEMAKERS, ALL OF WHICH WILL
ENHANCE THE COMMUNITY LIPE OF INDIAN BANDS. THE AGREEMENTS
PROVIDE FOR LOCAL INVOLVEMENT AND CONTROL, HIRING AND

TRAINING OF INDIAN PROFESSIONAL AND PARAPROFESSIONAL PEOPLE.

WHAT I HAVE BEEN TRYING T0 DESCRIBE TO YOU HERE IN THIS
SPEECH ARE TWO DIFFERENT, BUT INTER-RELATED PROCESSES. THE
FIRST IS HIGHLY INNOVATIVE AND THAT IS THE CONTITUTIONAL
DISCUSSIONS WHICH BEGAN IN OTTAWA IN MARCH. THE SECOND ARE
ONGOING INITIATIVES BY THE DEPARTMENT OF INDIAN AFFAIRS AND
NORTHERN DEVELOPMENT WHICH ARE STILL LARGELY IN THE
OLD-FASHIONED MODEL OF DEVISING PROGRAMS AND POLICIES IN

RESPONSE T0 THE SPECIAL RELATIONSHIP THE CROWN HAS ALWAYS

HAD TO INDIAN PEOPLE, AND ALWAYS WILL HAVE.

25-5-1983 Autonomie poliliquc des lndicns 29A : 3|

BUT NOTHING IN THIS WORLD EXISTS IN ISOLATION, INITIATIVES
LIKE’THE CHILD WELFARE AGREEMENTS, HOUSING, THE SPECIAL
PARLIAMENTARY COMMITTEE ON SELF GOVERNMENT, ARE INFLUENCED
BY THE DEMANDS AND DEBATES AT THE CONSTITUTIONAL TABLE, AND
THE CONSTITUTIONAL DISCUSSIONS WILL INEVITABLY BE INFLUENCED
BY OUR SUCCESSES AND FAILURES AT FINDING NEW SOLUTIONS TO
OLD PROBLEMS SUCH AS CHILD WELFARE. EACH IMPINGES ON THE

OTHER. HOWEVER WE FEEL ABOUT THAT.

TOGETHER, THE CONSTITUTIONAL DISCUSSIONS AND THE NEW POLICY
AND PROGRAM INITIATIVES FORM, I BELIEVE, THE BEST
OPPORTUNITY T0 CHANGE THE LIVING, SOCIAL AND ECONOMIC
CONDITIONS OF CANADIAN INDIAN PEOPLE THAT WE HAVE SEEN SINCE

CONFEDERATION.

WE NOW HAVE THE MECHANISMS AND THE COLLECTIVE WILL T0 MAKE

THAT VISION OF A NEW PLACE FOR INDIAN PEOPLE A REALITY, AND
IT IS MY GREAT HOPE THAT THIS VISION OP A MORE COMFORTABLE,
SATISFYING AND INDEPENDENT FUTURE WILL BE REALIZED. BUT WE
ARE NOT THERE YET. AS A POLITICIAN I KNOW FROM BOTH BITTER

AND HAPPY EXPERIENCE THAT OPPORTUNITIES CAN BE LOST AS WELL

AS SEIZED.

29A : 32 lndian Self-Governmcnt ZS-S-IOX l
WHAT WE ARE SEEING WITH THE CONSTITUTIONAL EXPERIENCE IS A
GREAT, RUSTY DOOR FINALLY SWINGING OPEN T0 ALLOW, FOR THE
FIRST TIME, A NATIONAL DEBATE BETWEEN DESCENDANTS OF
ABORIGINAL PEOPLE AND NATIONAL ELECTED LEADERS, BUT IT IS A
DEBATE THAT HAS ONLY JUST BEGUN. WHILE THE SIGNS ON BOTH
SIDES ARE ENCOURAGING. WE DO HAVE A PSYCHOLOGICAL MOMENTUM
FOR HEALTHY REFORM GOING AS WELL AS THE CONSTITUTIONAL
OPPORTUNITY. FOR EXAMPLE, WE HAVE MET WITH REPRESENTATIVES
OF THE ASSÈMBLY OF FIRST NATIONS ON THE NEW HOUSING
INITIATIVES TO GET THEIR INPUT BEFORE THE PROGRAM WAS
FINALIZED. WE, ALSO, HAVE A JOINT DIAND-AFN WORKING
COMMITTEE ON TAXATION T0 EXAMINE THIS PROBLEM. IN SHORT,
THE DEPARTMENT IS WILLING TO LOOK AT NEW WAYS OF PROCEÈDING,
TO LOOK AT NEW WAYS OF SERVING THE INDIAN COMMUNITY IN

PARTNERSHIP RATHER THAN AN “US” VERSUS “THEY” RELATIONSHIP.

ON THE INDIAN SIDE, WE’RE SEEING A RENAISSANCE OF
COMMUNITIES ACROSS THE COUNTRY. THERE’S A POPULATION
INCREASE. CULTURALLY, SOCIALLY, ECONOMICALLY, AND
POLITICALLY, INDIAN PEOPLE ARE ON THE MOVE. FUNDAMENTAL
CHANGES ARE OCCURRING AT EVERY LEVEL WHICH ARE BEGINNING T0
SHIFT US NOT JUST INDIVIDUALLY AS ONE PROVINCE OR ONE
GOVERNMENT OR ONE INDIAN BAND, BUT TOGETHER TOWARDS A
MUTUALLY AGREED UPON SYSTEM OF CONSULTATION. NEGOTIATION AND

AGREEMENT THAT WILL ENHANCE LIFE FOR ALL. THAT IS THE

BRIGHT SIDE OF THE NEW OPPORTUNITY THAT LIES BEFORE US.

25-54983 Autonomie politique dcs lndicns 29A z 33

THE DARK SIDE I5 NOT S0 EASY T0 DESCRIBE. PART OF THAT
PUZZLE IS SIMPLY THE UNAVOIDABLE CIRCUMSTANCE THAT TIMES
CHANGE. TODAY’S OIL CRISIS IS TOMORROW’S OIL GLUT.
NATIONAL ATTENTION DOES NOT STAY FOCUSED ON ONE ISSUE
FOREVER. ISSUES AND PERSONALITIES COME INTO AND OUT OF

FOCUS.

I WOULD GUESS, THEREFORE, THAT THE FOUR-YEAR TIME FRAME OF
THE CONSTITUTIONAL DISCUSSIONS IS A VERY REAL HORIZON. IF
WE DO NOT ACHIEVE MAJOR REFORMS DURING THAT TIME, WE MAY

VERY WELL LOSE THE OPPORTUNITY T0 FIND THAT NEW BASIS FOR

INDIAN/NON-INDIAN RELATIONS FOR MANY YEARS T0 COME.

FINALLY THERE ARE THE DECISIONS ABOUT WHO SHOULD REPRESENT
YOU AND HOW YOU SHOULD PROCEED. THAT IS OUITE CLEARLY FOR
YOU T0 RESOLVE. I ONLY WANT TO ENCOURAGE YOU T0 SUMNON ALL
THE WISDOM THAT YOUR LEADERS DISPLAYED T0 THE NATION AT THE

FIRST MINISTERS’ CONFERENCE.

I DON’T WISH T0 INTRUDE INTO YOUR DOMAIN. WHAT I SUGGEST IS
THAT THE SPIRIT OUR FIRST NATIONAL CONFERENCE ON ABORIGINAL
RIGHTS AND THE CONSTITUTION HAS SHOWN US THE WAY T0 THE

FUTURE.

THANK YOU FOR INVITING ME HERE TODAY.

29A : 34 lndian Self-Governmcnt

APPENDIX “SEND-35″

S U B M I S S I O N
to the
SPECIAL COMMITTEE ON INDIAN SELF-GOVERNMENT
EX
THE CREE SCHOOL BOARD – LA COMMISSION SCOLAIRE CRIE

EEYOU CHISKOMATACHAOUN

Chisasibi, Québec
May 25,

1983

25-5-193 l

15454983 Autonomie politique dcs lndiens 29A : 35

INTRODUCTION

The Special Committee on Indian
self-government was mandated to present
recommendations on the status, development, and
responsibilities of band governments and the
financial responsibility of the Government of Canada
in this regard.

This is a very broad mandate and deals
with a large spectrum of policies and issues

affecting the Indian peoples of Canada.

These are essential issues relating to the
process of maintaîning the Indian people of Canada
as separate groups and nations as well as allowing
them to develop their societies in accordance with
their wishes.

Many Indian bands and associations in
Canada will be making submissions to this
Committee. These presentations will likely be in
the context of what they perceîve as their
requirements in order to provide proper local

government functions.

29A : 36 lndian Self-Government 25-5-1981

The Cree School Board feels that its
submission will be of particular use to the Committee
in that it will provide a unique perspective to the
question of Indian “self-government” and the
concomitant financial responsibilities of the
Government of Canada.

This will be true for two reasons.

Firstly, the Cree School Board was created in
order to implement the concept of Cree control of Cree
education. It is a prime example of Indian
self-control and determination and stands as a
precedent in the field of Indian assumption of

responsibilities previously directed by others.

Secondly, the Cree School Board has a unique
view of the situation which exists at the local
community level with respect to problems relating to
local self-government.

CREE CONTROL OF EDUCATION

The Cree School Board was set up pursuant to
the provisions of Section 16 of the James Bay and

Northern Québec Agreement (Annex A).

2ÿ5-5-l983 Autonomie politique des lndiens 29A : 37

The Agreement is of course a cornerstone for
Cree rights in and to Québec and Canada.

It is a comprehensive one which covers a wide
range of areas and was negotiated in order to deal in a
comprehensive way with the great majority of subject
matters which could affect the Crees at present and in
the future.

Section 16 of the Agreement provides for the
incorporation of the Cree School Board which has a
basic jurisdiction with respect to Crees within the
Cree communities of northern Québec.

The Board has a geographical and ethnic
jurisdiction which is extremely large and puts great
responsibilities on it with respect to the provision of
educational services to the Cree nation.

You will appreciate that prior to the
execution of the Agreement, education in the Cree _
communities of northern Québec was provided by the

Department of Indian Affairs and Northern Development.

without going into the reasons or merits of
same, it was clear that the Department was providing a
level of educational services to the communities which
was vastly inferior to that which non—Indian

communities of Québec were receiving.

29A : 38

lndian Sclffiovcrnment

25-5-I0x t

It is clear that these services were poor.

How else could one explain that at that

time one-half of the Cree school population was leaving

school by the end of grade six?

Why were there then only

three or four

children in post—secondary education when now there are

over 100 post—secondary students with the Cree School

Board in control?

It was clear that the services provided by

the Department were inadequate and
were aimed only at securing a very
some Cree children. It was almost
on the part of the Department that

provided, if at all, to the Crees.

The raison d’être behind
Cree school Board was to allow the

unacceptable and
basic education for
as an afterthought
services were

the creation of the
Crees to have local

and regional control (government) of education which

was to be provided to their people, to upgrade the

level of educational services previously available, and

to put them in a position to influence future

generations of the education process.

The Cree School Board was incorporated under

provincial legislation in 1978 and

has been

25.5.1983 Autonomie politique des lndiens 29A : 39

operating ever since. It controls a budget of over
520.000.000 and provides education services to close to
4,000 students at the primary, secondary, and
post—secondary levels.

The Crees always considered that providing
the proper educational system was the key in order to
allow them to control their destiny.

In the past, management over the education
system had been an influential factor in how the Crees
were developing internally and vis-à—vis the outside
world.

The system was controlled by outsiders, the
teachers were outsiders, the curriculum was decided by
non-Crees, and the textbooks were written by the
southerners. The Cree input was minimal and their
participation was only as recipients of whatever form
and manner of education was deemed acceptable by those
in control in Ottawa or Québec.

It is strange that the Crees had to negotiate
a land claim settlement in order to focus the attention
of the governments on the whole question of education
and allow the Crees to have control over the

educational process.

29A : 40 lndian Self-Governmcnt 25-5 I‘!!! I

This happened at a time when the whole
concept of Indian guidance of the education process was
novel, untested, and very badly received.

The negotiations relating to the James Bay
and Northern Québec Agreement gave the Crees the
opportunity to raise the question of education and
allow them to obtain stewardship over it in the
communities.

You will appreciate the context in which we
use the words “Cree control of Cree education” above
when you focus on Section 16 of the James Bay and
Northern Québec Agreement.

One must read Section 16 as a whole, but you
will appreciate that article 16.0.9 provides for a list
of special powers which are unequalled in other school
boards across the land. and certainly beyond comparison
with powers related to the administration of other
Indian boards in Canada.

We submit that it will help the Board in
understanding our position by repeating the provisions
of article 16.0.9 which read as Eollowsz

‘The Cree School Board shall also have the

following special powers, subject only to
annual budgetary approval:

15.5.1983 Autonomie politique des lndicns 29A :41

a) to make agreements with Canada for
education and training programs not provided
by Québec, in accordance with the laws and
regulations relating to such agreements;

b) to determine, in conjunction with the
Québec Department of Education, the school
year and school calendar limited only by the
total number of days per year required by law
and regulations;

C) to make agreements for post—secondary
education for the persons specified in
paragraph 16.0.6;

d) to acquire, build and maintain
residential facilities for its teachers;

e) to determine, in conjunction with the
Québec Department of Education, the number of
Native persons and nonrNative persons
reguired as teachers in each of its schools;

f) to arrange, with the Québec Department of
Education, for the hiring of Native persons
as teachers notwithstanding that suchépersons
might not qualifv as teachers in accordance
with the standard Qualifications prevailing
in the other areas of the province:

g) to select courses, textbooks and teaching
materials appropriate for the Native people
and to arrange for their experimental use,
evaluation and eventual proposal;

h) to develop courses, textbooks and
materials designed to preserve and transmit
the language and culture of the Native

people;

i) to make agreements with universities,
colleges, institutions or individuals for the
development of the courses, textbooks and

23|32«ô

29A : 42 lndian Sclf-(iovcrnntctit 25-5-1931

materials for the programs and services that
it offers;

j) to give instruction and guidance to its
teachers in the methods of teaching its
courses and in the use of the textbooks and
teaching materials used for such courses;

k) to establish courses and training progams
to gualify Native persons as teachers;

1) to establish courses and training
programs for non-Native persons who will
teach in the schools;

m) to make agreements with universities,
colleges, institutions or individuals to
provide training for the Cree School Board’s
teachers and prospective teachers.“

You can see that from Section 16, the Crees
were convinced that they would finally be able to
control the educational process in all regards.

They at least legally have the power to
decide on the language of instruction, choose the
curriculum, select appropriate textbooks, hire
appropriate teachers, hire Crees to be teachers, and
allow the administration from top to bottom to be
controlled and directed by Crees.

The history of being taught what was
effectively a foreign culture, in a foreign language,
by outsiders and being unable to influence in any way
the process was presumably at an end.

25-5-1983 Autonomie politique des lndicns 29A :43

This, at least on paper, is “local

government” and local control in its best sense.

Local “government” really is a synonym for
the word “control” and the Crees were able to take the
reins over Cree education because of the provisions of

Section 16 of the Agreement.

You will also appreciate that the
organization of the Cree School Board, based as it is
on effective representation from each of the Cree
communities and dependant upon the advice and
consultation of local school committees, only
reinforces Cree control over the area.

There of course is a parallel with the
negotiations which are continuing with respect to the
proposed James Bay Cree-Naskapi Act.

The Crees in Section 9 of the Agreement
wished to have control over the local administration of
their communities and it was with this in mind that the
proposed James Bay Cree-Naskapi Act was negotiated.

It may only be a matter of circumstance that
the Crees were able to assert control over education

before local government.

29A :44 lndian ScllïGovcrnmcnt 25-5— l’un

Here, however, the experience of the Cree
School Board is extremely important.

Although the obligations of the governments
of Québec and Canada were precise and the powers of the
Cree School Board were related in detail in Section 16,
the Crees have found that by restricting funding and
working against the successful implementation of the
Agreement, the governments have been able to cause
great problems in the administration of education in
the Cree communities.

They have, to a certain extent, been able to
subvert the clear purpose and objective of the
Agreement and are attempting to take from the hands of
the Crees the control over education that the Crees had
dearly fought for.

The Crees feel that the Cree School Board is
basically a test case for the question of Indian
self-government.

What is the meaning of granting powers of
self-government or self-control to Indians if control
cannot be practically exercised?

The budget of the school board has in fact
been increasing, but is much less than is necessary to

15-5-1983 Autonomie politique des lndicns 29A :45

implement, even in the minimal way, the provisions of
Section 16 of the Agreement and there are no signs of
this changing.

The budget process does not provide for
special funding to implement the special powers in
article 16.0.9, it refuses to recognize legitimate
start-up and implementation problems of the Cree School
Board, ignores the inherited difficulties with respect
to insufficient facilities, and provides for no
effective and planned capital expenditures.

The lack of the proper level of capital
investments forces the Board to use an inordinate
proportion of the budget on operation and maintenance
costs to keep substandard facilities operable.

The involvement of the Cree School Board in
budget discussions and approvals with Canada is
nonexistent and attempts to have’Canada cover the real

costs of providing services are fruitless.

Can it be true that above and beyond all of
the budget difficulties described Canada refuses to
take into account the increase in student population

when it determines budgets for the Board in future

years? we are informed this is so.

29A : 46 lndian Self-Governmcnt 25.5.|9xt

Has Canada refused to pay its legal share of
the cost of education services as provided in the James
Bay and Northern Québec Agreement and is indebted by
over 53,000,000 to Québec as a consequence? We are
informed this is true.

The Government of Canada has refused to
provide the necessary financial resources to meet its
obligations as set forth in Section 16 of the Agreement
and has systematically worked against the successful
implementation of this part of the Agreement.

Notwithstanding that the Cree School Board
was set up in 1978 and has been functioning for five
years, we feel the Department of Indian Affairs and
Northern Development has not yet fully accepted the
rationale for its creation. The idea of an
Indian—contro1led school board still meets resistance
from Department officials. will it be the same in the
area of local government?

The Cree School Board wishes to point out to
this Committee that the success of the Cree School
Board is indeed a test case for the question of local
control of functions by Indian groups and that it can
testify to the fact that if control is not given with
the appropriate tools to implement that control and if

the governments do not take a conscious and determined

15.5.1983 Autonomie politique des lndicns 29A :47

decision to transfer authority, then problems will
arise.

EXISTING PROBLEMS OF CREE LOCAL GOVERNMENTS

An essential foundation upon which the
activities of the Board are based is the assumption
that there will be a local government which will
effectively be able to provide certain support services
to to be able to react swiftly and effectively in
relevant situations.

As with the operations of any school board in
the south, it is important that the Board be able to
rely upon the local government with which it works for
certain matters. It is a kind of reciprocal
relationship where the health and welfare of one entity
is based upon that of the other.

Therefore, a good deal of the success of the
Cree School Board depends on the strength of local
governments and the financial resources available to
it to operate.

It is essential that municipal services, such
as water and sewage and other municipal services, are

properly provided to the facilities of the Board in the

29A :48 lndian Self-Government 25-5-198]

communities. The proper functioning of the schools and

residences is based on this assumption.

without the necessary municipal services in
place and without the proper operation and maintenance
of these services, the services provided by the Board
to the communities are affected and to a certain extent
jeopardized.

It is clear that there is insufficient
operation and maintenance funding available from the
Government of Canada in order to properly take care of
these systems. This may result in a great loss of an
important investment made by the bands and by Canada in
municipal services if they are not properly maintained.

It is illogical to provide for the investment
of millions of dollars in the construction of a sewage
treatment system and yet not provide the funds required
to operate and maintain it.

There is also a problem with respect to the
nature and quality of electrical services available to
the comunities.

The Department refuses to meet its

obligations in this regard and has now taken the

25-5-l983 Autonomie politique des lndicns 29A : 49

unprecedented step of suing the Cree School Board for
the Department‘s failures in the field of electricity.

The lack of proper municipal services results
in the decrease of the level of effective education
services available to the Crees and is directly
connected to a breach by Canada of its obligations to
the Crees of Québec in the field of education.

PROPOSED JAMES BAY CREE-NASKAPI ACT

We are informed that the proposed James Bay
Cree-Naskapi Act will in fact provide the powers which
are necessary to allow the bands to properly regulate
activities in the community in order to best serve the
interests of the Crees and other persons in the Cree

communities.

The Cree school Board strongly supports the
adoption of this proposed legislation as quickly as
possible. This proposed legislation should finally
allow true self-government and improve the ability of
the Cree School Board to carry out its functions.

However, the mere adoption of legislation
without a serious commitment by government to work

towards its success and without providing for the

29A ; 50 lndian Self-Government 25-5-1983

necessary financial resources to support such

legislation is an exercise in futility.

It is necessary that the local governments be
properly funded and staffed in order to allow them to
actually exercise the powers which are given to them
under the legislation. Canada must make a commitment
to support the new legislation and to ensure its proper
and complete implementation, both as regards the letter
and the spirit of the legislation.

It is clear that if the James Bay
Cree-Naskapi Act does no more than allow on paper the
Cree communities of James Bay to have the same type of
power and services which are available in the south,
without giving them the necessary financial
and human resources to do the job and without Canada
supporting it, no real progress will have been made.

The Cree School Board has at times
experienced situations where it has had the authority
to do something but has not had the resources nor the

cooperation of Canada to carry it out.

255-1983 Autonomie politique des lndiens 29A : 51

CONCLUSION

The Cree School Board suggests to the
standing Committee that it is essential that the
proposed James Bay Cree-Naskapi Act be adopted as
quickly as possible; that adequate financial and human
resources be made available to the bands in order to
allow them to implement this legislation; that Canada
make a formal commitment to support the new regime;
that in the interim, the existing policies of the
Department with respect to the funding of the
communities be revised to take into consideration their
additional needs; and that Canada review its position
and obligations towards the Crees and the Cree School
Board in the field of education in order to provide the

necessary commitment and funding to properly implement
Section 16 of the James Bay and Northern Québec
Agreement.

29A :52 lndian Self-Government

APPENDICE “SEND-32″

SPECIAL COMMITTEE ON

INDIAN SELF-savamment nous: o, cgnMons

CHAMBRE DES COMMUNES
OTTAWAJZANADA
KIA 0A8

KEITH PENNER, MF, CHAIFIMAN
STAN SCHELLENBERGER, M P., VICE-CHAIRMAN

ALLOCUTI ON PRONONCEE
PAR

KEITH PENNER, DÉPUTË
PRÉSIDENT,
cor/un‘ SPÉCIAL SUR L’AUTONOMIE
POLITIQUE DES INDIENS

DEVANT
L’ASSEMBLÉE DES PREMIÈRES NATIONS

WINNIPEG

25-5493!

COMITÉ SPECIAL SUR

EAUÏONOMIE POLITIQUE DES INDIENS

KEITH PENNEFI, DÊFUTE, PRÉSIDENT
STÀN SCHELLENBEHGER. DÊPUTÈ, VICE-PRÉSIDENT

LE 16 MAI 1983

2564983 Autonomie politique des lndiens 29A :53

C’est un très grand honneur que m’a fait l’Assemblée
des premières nations en me demandant de prendre La parole
devant cette assemblée des chefs. En ma qualité de
président du Comité spécial sur l’autonomie politique des
Indiens, j’accepte cette invitation au nom de tous les
membres du Comité et j’espère de tout coeur que nos travaux
seront ä la hauteur de vos espérances. Je représente ici
une assemblée, la Chambre des communes du Canada, qui, par
mon intermédiaire, a l’honneur de s’adresser ä une autre

assemblée, la vôtre, l’Assemblée des premières nations.

Vos ancêtres ont occupé cet immense pays pendant des
millénaires. Les miens ne sont ici que depuis environ un
siècle. C’étaient des immigrants qui ont choisi de s’établir
en Amérique du Nord parce qu’ils avaient été dépossédés de
leurs biens et chassés de leur lieu d’origine, le continent
européen. s’installant sur des terres, ils ont travaillé à
la force du poignet, lutté pour survivre, subi de nombreux
revers et enduré mille peines. Pourtant, ils ont tenu bon,
et, finalement ont été récompensés de leurs efforts. Ils
ont pu faire des projets, rêver et espérer sans aucune
crainte de l’oppression. Les peuples indiens ont pu aussi
faire des projets, rêver et espérer sans crainte de l’oppres-

sion, avant l’arrivée de l’homme blanc.

Les peuples autochtones s’administraient déjà eux-mêmes

29A : 54 lndian Self-Government 25-5» | ‘H11

depuis des siècles lorsque les premiers européens sont
arrivés ici. Si nos ancêtres étaient capables de m’entendre
maintenant, je leur dirais: “J’ai pour vous un message.”

Il en est de même pour leurs descendants, j’ai aussi pour
eux un message ä comuniquer et il est le suivant: “Nous
avons tous contracté une dette et elle est immense!” Nous
n’avons même pas été capables d’honorer les intérêts de
celle-ci. Français et Anglais, Allemands, Russes, Polonais,
Ukrainiens et personnes d’autres nationalités, nous somes
tous venus sur cette terre riche de promesses et d’espoir,
comme des invités qui se sont rendus maîtres de la maison

de leur hôte. A tous ceux-là, je dois dire que nous avons
“une dette à payer“. Nous ne pourrons jamais l’honorer
intégralement, mais il n’en restapas moins que rien ne peut

l’effacer…

Au début, les immigrants et les nations indiennes ont
noué des liens particuliers afin que vos peuples et le mien
puissent vivre en bonne harmonie, pacifiquement, d’une
façon satisfaisante et heureuse pour tous. Cela n’a pas
été le cas mais je dois dire que ce peut l’être encore.

Les liens privilégiés entre le gouvernement du Canada et
les peuples autochtones de ce pays doivent être respectés

et honorés précieusement.

Qu’il n’y ait pas de malentendu ici. Le Comité spécial

sur l’autonomie politique des Indiens n’a pas été institué

25-5-l933 Attlottotttie politique des lndiens 29A :55

pour rédiger un rapport qui indique aux peuples autochtones
comment il leur appartient de se gouverner euxmmêmes.

Pour ma part, je considère que notre mandat est de montrer
au Parlement et au gouvernement du Canada, ainsi qu’aux
citoyens de ce pays, qu’il ne suffit pas que le droit des
Indiens à s’administrer eux-mêmes ne soit pas spolié, mais
encore faut—il qu’il soit reconnu et son exercice facilité.
Le Comité spécial a été institué pour rappeler au Canada
ses obligations et lui montrer comment il peut permettre

de renouer, en les revitalisant, les liens privilégiés

qui l’unissent aux peuples autochtones de ce pays. Je suis
convaincu que nous pouvons définir ces liens dans des termes
qui soient réalistes, pertinents, pratiques et concrets.

C’est, selon moi, ce que les chefs indiens attendent de nous.

Les Canadiens doivent reconnaître qu’il existe une
grande diversité chez les peuples autochtones de ce pays.
Les différences générées par le cours de l’histoire et les
circonstances de la vie ont engendré des diversizés égale-
ment au plan de l’expression. Le premier ministre du
Canada ne l’a t’il pas reconnu lui—même récemment, lors
d’une conférence, lorsqu’il s’est exprimé ainsi:

“Il me semble probable, et ä mon avis pas injustifié,

compte tenu de toutes les diversités qui, comme on

le sait, caractérisent ce pays, que nous parvenions

à des solutions différentes pour des communautés

29A : 56 llldldll Self-Government 25-5-WN1

différentes, établies dans des lieux différents ,

dès que nous nous serons penchés sérieusement

sur leurs préférences, de façon concrète.”
Examiner les préférences d’un point de vue pragmatique

est justement la mission du Comité.

Une seconde conférence constitutionnelle sur les
droits des autochtones aura lieu d’ici mars de l’année
prochaine. L’autonomie politique des Indiens figurera
alors à l’ordre du jour. Le comité prévoit présenter son
rapport au Parlement en automne et ce document pourrait
bien servir de point de départ aux discussions qui seront
alors menées sur cette question. Il appartient au gouver-
nement de faire connaître ses observations sur ce rapport,

dans un délai de 120 jours après sa publication.

Il est essentiel que le comité connaisse vos réactions
le plus vite possible après la publication de ce rapport.
Si vous jugez que ses conclusions ne sont pas acceptables,
vous devez nous l’indiquer clairement, en informant le
gouvernement que vous ne les approuvez pas. Par contre,
si vous estimez que le rapport vous convient, je vous
demande de nous le faire savoir ainsi qu’au gouvernement,
parce que nous aurons alors besoin de votre aide pour

mettre en oeuvre les recommandations qui auraient reçu votre

aval.

25-5-1983 Autonomie politique des lndiens A 29A :—57

Je voudrais maintenant saisir cette occasion pour
vous dire que le comité a particulièrement apprécié la
collaboration de Roberta Jamieson. Membre déléguée de
l’Assemblée des premières nations, elle nous a été d’un
précieux secours. Si nous réuississons dans notre tâche,

ce sera surtout à elle qu’en reviendra le mérite.

Il y a ceux qui se demandent: “Les Indiens sont-
ils mûrs pour l’autonomie politique?” Quant â moi, je
considère que cette question est une offense. En effet,
cette pernicieuse interrogation repose sur un schème de
pensée que je rejette et selon lequel les Indiens ne
devraient pouvoir accéder à l’autonomie politique que
lorsqu’ils auraient atteint un niveau de développement
suffisant. C’est ici mettre la charrue avant les boeufs:
Il importe de replacer les choses dans leur juste perspective.
A mon avis, le développement découlera naturellement et
rapidement de la reconnaissance des droits des Indiens ä
l’autonomie politique et de l’accès de ces derniers à ce

statut.

J’aimerais apporter une précision au sujet de la
notion de “L’octroi” de l’autonomie politique aux Indiens.
C’est une notion qui est à la base de l’une des options, la
délégation des pouvoirs, qui est â Ïétude dans le cadre

des pourparlers sur la définition d’une politique orientée

vers l’autonomie politique des Indiens. En vertu de cette

29A : 58 lndian Scllëfiovernntent 25-5-1981

formule, certains pouvoirs sont délégués aux gouvernements
autochtones, à la discrétion de quelqu’un d’autre. Il
s’agit d’un pas vers la municipalisation. Cela limite
l’autonomie ä un simple pouvoir local. Cette option, au
dire des Indiens, est inacceptable. Ell ne reconnaît pas
l’autorité des gouvernements autochtones qui existait â

l’origine et qui est toujours vivante.

Il existe cependant une autre option, qui est de
mofifier entièrement la base des relations entre les
Indiens et le Canada. Une telle formule reconnaîtrait les
droits des Indiens à l’autonomie politique. Elle impliqu-
erait l’enchâssement dans la Constitution des droits des
autochtones ä l’autonomie, lesquels feraient ainsi partie
de la réalité politique canadienne. J’estime, comme vous,

que c’est dans cette voie que nous devons nous engager.

Le simple fait de reconnaître un gouvernement n’est
pas une garantie de survie pour celui-ci. Aucun gouver-
nement ne peut fonctionner sans ressources financières
suffisantes. Par conséquent, les gouvernements autochtones
doivent pouvoir avoir accès aux ressources financières
qui leur sont nécessaires et auxquelles ils ont droit.

Ils doivent être en mesure de satisfaire aux besoins des

peuples autochtones, qu’il s’agisse de soins médicaux,

de logement, d’éducation ou de développement économique.

25-5-1983 Aulottotttie politique des Indiens 29A : 59

On a administré au comité la preuve que les fonds destinés
aux instances indiennes doivent leur être attribués
régulièrement et autrement qu’au compte—goutte, comme c’est
le cas actuellement, avec une bureaucratie qui ne les

laisse filtrer qu’avec une parcimonie d’éponge.

Les fonds ne doivent pas être bloqués; leur distrib-
ution ne doit pas être freinée ou détournée â grands coups
de circulaires, de directives, ou de chinoiseries et de

tracasseries administratives.

Une étude qui a retenu l’attention du comité démontre
que les chefs et Conseils gaspillent 70 ä 80 p. cent de leur
temps a tenter de résoudre les problèmes administratifs qui
leur sont imposés par les directives et règlements minist-
ériels, qui ne cessent de les frustrer d’une manière ou d’une
autre. Ainsi, il y a peu, une bande qui a témoigné devant
nous, a emprunté une citation de Léo Tolstoi pour décrire
comment se passent leurs relations avec le ministère:

“Je me fais porter à dos d’homme et étouffe mon

cavalier de mes mains, tout en me persuadant et

en assurant les autres que j’en suis désolé et

que je suis prêt à tout pour alléger son fardeau –

sauf descendre de son dos!”

Qu’en est-il des comptes à rendre? C’est une question

29A :60 lndian Self-Government 25-5-198!

qui semble beaucoup nous préoccuper. De toute évidence,

on fait toute une montagne pour peu de choses en définitive.
Les formalités sont compliquées et détournées de leur but.
Selon les chefs, rendre des comptes ne pose pas de problème
pour eux, sinon que c’est d’abord devant leur propre peuple
qu’ils doivent répondre de leurs actes. J’abonde dans

leur sens. Un gouvernement doit être responsable Qevant

la nation qu’il représente. Les membres des collectivités
indiennes doivent pouvoir demander des comptes à leurs

propres dirigeants.

Un témoin qui a comparu devant lecomité s’est dit
d’av;s que c’était “une véritable honte qu’on ait même
besoin d’instituer un comité spécial”. Je suis bien
d’accord. Il reste que le besoin est la et que c’est
maintenant le moment d’agir pour forger une nouvelle

relation entre le Canada et les peuples indiens.

Le temps est mûr pour nous, maintenant, au Canada,
de jouer vraiment un rôle de fer de lance en ce qui
concerne l’autonomie politique des Indiens. Ce dernier
concept ne cesse de gagner du terrain, tant chez nous que
sur le plan international. Le Canada est bien placé pour
jouer un rôle pilote à cet égard. Notre pays a l’occasion

unique d’être ä l’avant-garde pour ce qui est de nouvelles

mesures institutionnelles touchant 3 l’autonomie politique

25-5-I983 Autonomie politique des lndiens 29A : 6|

des autochtones. Nous nous devons de ne pas laisser
passer cette chance! Il se peut que les États-Unis
soient les premiers dans le domaine de la technologie de
l’espace; pour notre part, nous pouvons l’être dans celui

des relations humaines.

Je le répète, le droit des Indiens à l’autonomie
politique doit être pleinement reconnu. Le rapport de
confiance doit être instauré de nouveau, de façon complète,
juste et équitable. Il doit s’agir d’un rapport qui
puisse être négocié et garanti par la Constitution et par
la loi, faire l’object d’une entente bilatérale, ratifiée
par vos autorités et par les miennes. Membres de l’Assemblée,
j’affirme qu’il s’agit là d’un impératif. Comme vous,
j’estime que cela doit se faire prochainement. Le monde a
les yeux braqués sur nous au Canada. Nous devons passer

aux actes!

Permettez—moi de vous remercier ä la fois de votre

invitation et de votre attention.

29A :62 lndian Self-Government 25-5-198!

APPENDICE «SEND- 33 n

DAVID AHENAKEH. CHEF NATIONAL
ADRESSE D’OUVERTURE
IVième ASSEMBLÉE ANNUELLE mes PREMIÈRES NATIONS

WINNIPEG . MANITOBA

1e 16 mai 1983

25-5-l983 Autonomie politique des lndicns 29A : 63

Je souhaite maintenant m’adresser au Comité spécial sur l’autonomie politique
des Indiens qui fera son rapport à l’automne.

La Fraternité nationale des Indiens du Canada et, après elle, l’assemblée des
premières nations ont travaillé avec acharnement pour obtenir que ce comité
soit créé, il y a déjà quelques années.

Nous avons fait beaucoup de démarches en ce sens.

29A : 64 lndian Self-Government 25-5-[981

Nous avons travaillé sans relâche et notre représentant est maintenant membre
d’office de ce comité.

Nous avons acquis beaucoup de respect, une grande confiance et une
compréhension profonde et les mémoires très au fait, substantiels, réfléchis
et créatifs que vos chefs ont présentés contribueront grandement à inspirer à
ce comité un rapport qui aidera à l’amélioration des relations entre le Canada
et les premières nations.

La bataille n’est pas terminée.

Nous devons continuer d’exercer des pressions.

Mais la souveraineté, l’autonomie politique et tout ce qu’elles représentent
ne seront pas le résultat d’un simple rapport de comité.

Nous avons encore beaucoup à faire.
Chacune de vos premières nations a une tâche colossale à abattre.

Nous devons nous décoloniser, c’est-à-dire décoloniser nos institutions, nos
façons de penser et de faire.

L’autonomie politique signifie un pouvoir accru pour nos peuples.

L’autonomie politique signifie que nous aurons plus de responsabilités, mais
que nous n’aurons plus de comptes à rendre qu’à nos propres peuples.

Nos gens présenteront de nouvelles exigences à nos dirigeants. Les ressources
financières devront être redistribuées.

Pour nos chefs et nos conseils, l’autonomie politique ne signifie pas une plus
grande liberté, mais bien de nouvelles responsabilités et un nouveau pouvoir.

Certains d’entre vous ont déjà agi dans ce sens.
Je ne vous apprends rien.
D’autres chefs auront peut-être besoin d’aide pour amorcer ces changements.

Nous devrons acquérir de nouvelles compétences pour faire fonctionner nos
gouvernements.

Je crois que les programmes de formation et de perfectionnement devraient être
décentralisés et assurés dans chacune de vos régions respectives.

A mes yeux, c’est au titulaire de mon poste qu’il incombe d’accomplir cette
tâche de telle sorte que tous les Indiens du Canada disposent des capitaux

15-5-1983 Autonomie politique des lndiens 29A :65

sans lesquels ils ne pourront participer à ces programmes de développement de
l’autonomie politique.

Je dois également préciser que le rapport du Comité spécial fera l’objet d’une
étude exhaustive et qu’il sera lu au gouvernement.

De plus. il sera publié avant la prochaine conférence constitutionnelle. Nous
devons tenir compte de cela et intégrer les recommandations du Comité à notre
stratégie constitutionnelle et à nos négociations bilatérales.

L’autonomie politique doit venir de chaque première nation souveraine et non
seulement de mon bureau d’Ottawa.

Pourtant, il est certain que maintenant, ma responsabilité sera plus lourde
que jamais.

Pour être en mesure de satisfaire à vos demandes de services,

de répondre à vos besoins,

de protéger vos intérêts.

il me faudra réorganiser mes services en fonction de la nouvelle conjoncture.
J’ai besoin d’un conseil énergique,

de gens qui puissent consacrer tout leur temps à des responsabilités
nationales. de gens en qui vous, les chefs, ayiez une confiance totale.

J’ai besoin de collaborateurs qui soient aussi compétents,
sinon plus,
que les membres du cabinet qui dirige le gouvernement canadien.

J’ai besoin de gens et d’une confédération qui soient responsables devant
vous, les chefs de l‘Assemblée des premières nations.

Il me faut votre autorisation

pour pouvoir instituer un bureau des chefs nationaux de l‘Assemblée des
premières nations

qui soit propre à valoriser et à affermir le gouvernement de chacun d’entre
vous. chefs des premières nations.

Je n’ai pas pour mission de créer un empire à Ottawa,

29A : 66 Indian Self-Governmcnt 25-5-I98J

mais d’instituer un bureau qui soit à l’écoute de ceux qu’il représente, qui
puisse défendre efficacement votre cause sur le plan national et qui puisse
présider à l’avènement et à la croissance du gouvernement des premières
nations.

Ce ne sera pas une tâche facile.

Notre Assemblée pourrait devoir abandonner certaines institutions et attitudes
et en adopter de nouvelles.

Que dire de l’accréditation?

Au fur et a mesure que vos gouvernements fonctionneront comme ils le doivent,
les premières nations devront prévoir un processus d’accréditation.

Je vous demande d’y songer lorsque vous remanierez les règles de conduite de
l’Assemblée des premières nations.

Nous devons instituer un processus d’arbitrage auquel nos peuples pourront
recourir pour résoudre leurs différends.

Nous devons cesser de compter sur les gouvernements non Indiens pour régler
nos querelles.

Nous devons commencer à assumer nous-mêmes plus de responsabilités que ce n’a
été le cas jusqu’à maintenant.

Nous ne devons pas craindre le changement.

Nous devons trouver des moyens de solliciter les ressources

que possède chaque individu

et nous en servir dans l’édification des gouvernements des premières nations.
Chacun doit être représenté à son propre gouvernement indien et y participer.

Nous devons mettre des stratégies au point. Quelle stratégie adopterons-nous
pour modifier le rôle du ministère des Affaires indiennes et du Nord?

Comment nous y prendrons-nous?

Comment allons-nous déterminer le meilleur moyen d’accorder aux premières
nations le versement en bloc de leurs paiements de transfert?

Comment choisirons-nous les membres des commissions mixtes?

Je vous pose beaucoup de questions.

25-54983 Autonomie politique des lndiens 29A :67
Parce que nous sommes sur la défensive depuis si longtemps

que nous avons négligé notre équipe offensive, les signaux qu’elle emploiera
et les tactiques qu’elle mettra en pratique.

Mais maintenant, la balle est dans notre camp.
C’est à nous de prendre l’offensive.
Nous ne pouvons plus revenir en arrière.

Le 22 février, j’ai témoigné devant le Comité spécial et j’y ai fait valoir
plusieurs idées et j’insiste sur le mot «idées».

— L’institution d’une commission qui négociera ou révisera des traités avec
celles des premières nations qui le souhaiteront,

— d’un bureau de protection des droits des autochtones et des Indiens
inscrits–investi de pouvoirs quasi-judiciaires. tant par le Canada que
par les premières nations qui y souscriront et dont les décisions
lieraient les deux parties, qui ferait office de gardien contre tout
gouvernement susceptible de menacer le titre d’autochtone et les droits
et les terres cédés aux autochtones et aux Indiens inscrits;

—- d’un bureau par l’intermédiaire duquel le Canada honorerait ses

engagements et assumerait ses responsabilités a l’égard des premières
nations.

— d’un arrangement fiscal servant à la mise au point des formules et

mécanismes de péréquation a l’égard des premières nations,

— d’une agence qui fournirait aux premières nations les fonds dont elles
auraient besoin pour entreprendre les programmes spéciaux de
reconstruction qui s’imposent en raison des dommages causés par le
colonialisme et

— d’une agence de développement inspirée de l’Agence canadienne de

développement international (ACDI) qui accorderait des subventions aux
premières nations et aux organismes non gouvernementaux, notamment aux
coopératives de financement des projets de développement.

29A:68

Indian Self-Governmcnt ZS-S-IONI

APPENDICE «SEND-34»

NOTES POUR UNE ALLOCUTION PRONONCÉE PAR
L’HON. JOHN C. MUNRO, C.P., DÉPUTË

MINISTRE DES AFFAIRES INDIENNES ET DU NORD CANADIEN

À L’ASSEMBLÉE DES PREMIÈRES NATIONS

WINNIPEG, LE 17 MAI\1983

A vérifier au moment de l’allocution

25-5-1983 Autonomie politique dcs lndiens 29A :69

Des circonstances particulières permettent parfois à une nation ou à une
communauté d’exercer une influence positive sur l’avenir, tant au niveau de la
qualité de la vie que de l’orientation à prendre.

Il me semble que c’est justement le cas de la communauté indienne au Canada.
Les décisions que vous prendrez au cours des prochaines années, le consensus
auquel vous parviendrez, et les points de vue que vous ferez valoir aux
niveaux local, régional et national, auront une importante influence sur le
rôle nouveau des Indiens au pays. Je dis «rôle nouveau» parce que, si nous
réussissons, celui-ci sera fondé sur une nouvelle entente, et sur de nouveaux
échanges économiques et sociaux entre Indiens et non-Indiens. Ce «rôle
nouveau» sera aussi fondé sur l’autonomie politique des Indiens, et non plus
sur le système de prise de décisions que nous connaissons présentement.

Si l’esprit d’initiative manifesté lors de la conférence des premiers
ministres et le succès obtenu permettent de prévoir l’évolution des
événements. L’avenir de la communauté indienne est riche en promesses. Je
revois David Ahenakew ouvrant le débat, le chef des Nishga, James Gosnell,
exprimant le point de vue des Indiens sur les revendications foncières ou
encore George Erasmus et Sol Sanderson exposant leurs arguments avec
éloquence. Je m’en souviendrai longtemps après avoir quitté la vie politique,
pas seulement à cause des paroles prononcées… L’esprit qui régnait lors de
la conférence avait autant d’importance pour l’avenir que les décisions qui y
ont été prises.

On sentait dès le début que les chefs autochtones et les premiers ministres
s’étaient dépassés. essayant de comprendre au-delà des propos échangés,
déterminés à ce que cette première conférence fût un succès. Il ne s’agissait

pas d’échanger des phrases bien tournées et vides de sens. Les premiers
ministres et les chefs ne craignaient pas, de part et d’autre. de manifester
leur désaccord mais ils l’ont fait sans acrimonie ni agressivité. La

conférence a permis de faire connaître les différences de chacun et de
parvenir à un consensus. Il sera tout aussi important de garder cet esprit au
cours des quatre ou cinq prochaines années que de conclure de nouveaux accords
économiques ou de régler des revendications foncières. La conférence des
premiers ministres a tracé une nouvelle voie. Grâce à elle, les premiers
ministres et les chefs indiens ont signé un accord par lequel ils s’engagent
a:

– Se réunir de nouveau au moins trois fois au cours des quatre prochaines
années. La première réunion suivra principalement l’ordre du jour
préparé par les autochtones pour la conférence des premiers ministres,
tenue en mars dernier.

– Les représentant des gouvernements territoriaux participeront aussi à
toute discussion à l’ordre du jour qui, de l’avis du premier ministre,
les concerne directement.

29A :70 lndian SclllGiJvcrnmcnl 25-54054

« Les parties sont aussi convenues que les représentants des autochtones
participeront à une conférence constitutionnelle qui devrait avoir lieu
avant la modification de l’alinéa 24 de l’article 91 de la Loi constitu-
tionnelle de 1867, ou les articles 25 ou 35 de la Loi constitutionnellç
de 1982. Bien des articles touchent les peuples autochtones du Canada.
Bien qu’il ne s’agisse pas d’une disposition officielle de consentement.
cela offre aux autochtones le droit de participer aux changements
constitutionnels qui les intéressent particulièrement.

– L’accord garantit aussi une place particulière aux règlements passés et
futurs des revendications foncières, en les incluant parmi les «droits
issus des traités», reconnus et confirmés dans la Constitution.

– Les parties ont également souligné que les droits ancestraux ou issus des
traités confirmés dans la Constitution. s’appliquent également aux hommes
et aux femmes.

– Finalement, les participants ont affirmé que nulle disposition do
l’accord ne portait préjudice aux négociations ou aux conventions
bilatérales que les gouvernements et les groupes autochtones peuvent
désirer amorcer ou conclure.

Dans la pratique, il est à prévoir que cet accord aura de profondes
répercussions sur le ministère dont j’ai la charge.

En premier lieu, l’accord et les discussions constitutionnels sont un
véritable modèle de négociations pour définir des relations, des lois et des
orientations nouvelles. De même, j’aimerais nous Voir travailler à améliorer
les programmes et à modifier les lignes directrices favorisant l’autonomie
politique des Indiens et la relance d’une économie qu’ils contrôleraient eux-
memes.

Deuxièmement, le gouvernement a reconnu, lors de la conférence, la placc
unique occupée par les peuples autochtones au sein de la société canadienne.
Il ouvre ainsi la voie aux discussions qui permettront de protéger
officiellement les différentes cultures et la diversité de ces peuples.

Troisiemement, nous disposons maintenant d’un mode de rencontre assuré et d’un
processus permanent, ce qui nous donnera la possibilité de définir les droits
ancestraux, et de nous entendre sur leur reconnaissance dans la Constitution.

De plus, l’autonomie politique des Indiens sera le thème principal des
négociations à venir. Le premier ministre soulignait à la conférence que
c’était là le coeur du sujet, le point de convergence de tous les efforts
visant à améliorer les conditions de vie des autochtones. Il déclarait aussi
que, entre les extrêmes de l’assimilation et de la souveraineté absolue, deux
hypothèses inacceptables, se dressait un large éventail d’options qui
conduiraient à diverses formules d’autonomie politique. Nous travaillerons
donc tous à l’élaboration d’ententes sur les moyens concrets de favoriser

2564983 Autonomie politique dcs lndicns . 29A : 7|

l’autonomie politique au niveau local, et de permettre aux autochtones
d’évoluer au sein de la Confédération canadienne tout en répondant aux besoins
des différentes communautés.

Enfin. les provinces et les territoires ont commencé à jouer un rôle clé dans
une discussion approfondie de ces questions. Pour la première fois, nous
avons la chance d’étudier attentivement ces sujets avec toutes les parties en
cause. Aussi le gouvernement fédéral a-t-il l’intention de saisir cette
occasion de poursuivre un dialogue positif. Pendant ce temps, des rencontres
ont également lieu en vue de mettre en place le cadre des négociations
bilatérales amorcées l’automne dernier entre le gouvernement fédéral et
l‘Assemblée des premières nations. Le gouvernement fédéral considère qu’il
s’agit non seulement d’une priorité en soi mais aussi d’une condition du
changement constitutionnel.

Nous disposons donc dans l’accord, d’un cadre de négociations qui est propice
à la réalisation de changements; il faudra toutefois plusieurs années pour que
nous nous entendions sur leur nature.

Comme le déclarait le premier ministre, le gouvernement fédéral s’est engagé
financièrement à permettre votre participation au processus permanent. Le
Secrétaire d’Êtat du Canada, M. Serge Joyal. rencontrera les représentants de
l‘Assemblée des premières nations et des autres associations autochtones pour
aborder ces questions.

D’ici là, nous devrons aussi comprendre les difficultés des Indiens et nous
occuper de leurs problèmes quotidiens les plus urgents. À ce sujet,
j’aimerais vous parler brièvement du Sous-comité parlementaire sur l’autonomie
politique des Indiens, de quelques décisions nouvelles que le ministère a
prises en matière de logement. et des accords qui vont prochainement entrer en
vigueur en Alberta et au Nouveau-Brunswick, et qui se rapportent à la
protection de l’enfance.

Durant ses travaux, le Sous-comité a rencontré des dirigeants indiens, tant au
niveau national qu’à celui des bandes. Le Comité a entendu divers points de
vue dont j’ai pu moi-même me rendre compte au cours de mes trois années à
titre de ministre des Affaires indiennes, et j’ai constaté que le point de vue
des Indiens comporte deux aspects.

En un premier temps, la situation actuelle doit évoluer, mais pour les
Indiens, ce changement ne peut s’effectuer qu’à l’intérieur d’un gouvernement
indien. Ceci signifie que les communautés et les institutions indiennes
doivent disposer d’un pouvoir réel de planification, d’élab0ration et de mise
sur pied de programmes et de services qui répondent à leurs besoins et à leurs
aspirations. Comme vous le savez, je partage ce point de vue.

Il est important que nous examinions ensemble le rapport du sous-comité
lorsqu’il sera présenté. Nous devrions alors nous mettre d’accord sur les

29A : 72 Indian Self-Governmcnt ZS-S-WXI

recommandations qu’il serait préférable d’inclure au débat constitutionnel en
raison de leur nature, et auxquelles l’on pourrait donner suite à court terme.

Il faut plus que des paroles et des changements de mentalité pour construire
des logements: il faut aussi de l’argent. Je suis heureux de vous donner
aujourd’hui davantage de détails sur le financement accru au chapitre du
logement dans les réserves indiennes. En vertu du nouveau budget présenté le
19 avril par le ministre des Finances, Marc Lalonde:

40 millions de dollars ont été ajoutés au budget du ministère, au
chapitre du logement dans les réserves. Ces fonds permettront la
construction d’au moins 800 logements supplémentaires dans les
réserves au cours de la présente année financière. Cette somme
s’ajoute aux 22,3 millions de dollars accordés par le Cabinet le
ler mars 1983. Compte tenu de ces nouveaux crédits, qui totalisent
62,3 millions de dollars, le budget national au poste du logement
dans les réserves pour 1983-1984, atteint les 136 millions de
dollars. Pour cette année, ceci représente au moins 3 200
nouvelles unités de logement et 3 000 rénovations. Des 62,8
milions qui ont été ajoutés à notre budget du logement grâce à ces
deux subventions, 22,3 millions constituent un supplément
permanent, et 40 millions représentent un supplément exceptionnel
versé une fois seulement.

Cette base de financement nous a servi de point de départ. Nous avons
rencontré les représentants de l’Assemblée des premières nations. Mais le
temps nous a manqué pour examiner en profondeur les façons d’employer ces
fonds. Je me suis senti obligé do les débloquer aussi vite que possible, et
les détails en ont été communiqués aux bandes. Vous pourrez vous rendre

compte que d’importants changements ont été apportés au programme de logement
des Indiens des réserves.

La subvention de base pour le logement a été augmentée de 6 p. 100
pour tous.

Il y a de nouvelles subventions dites économiques de 6 000 dollars
au chapitre du logement dans les zones rurales, et de l2 000
dollars pour le logement dans les régions éloignées, afin de
compenser les débouchés économiques réduits et l’absence d’emplois
dans ces endroits en particulier.

Dans le cas de réserves éloignées qui requièrent deux ou plusieurs
moyens de transport, les coûts du transport seront défrayés.

La ventilation par région des 22,3 millions de dollars, de même que la
ventilation par région des 40 millions de dollars, ont été mises à la
disposition des bandes. Les fonctionnaires du ministère dans les régions
disposent de fonds dans leurs budgets et, dès que les consultations
nécessaires auront été engagées avec les dirigeants indiens, les bandes

25-5-1983 Autonomie politique des lndicns 29A : 73

commenceront à recevoir les crédits retenus au chapitre de la construction de
nouveaux logements dans les réserves.

Cette allocation de fonds est importante à de nombreux égards. Pour la
première fois, nous disposons de sommes suffisantes pour réduire l’entassement
dans les réserves, et répondre aux besoins engendrés par la formation de
nouvelles familles et par la vétusté des logements. Pour la première fois, le
Cabinet a apporté des changements importants au programme de logement des
Indiens des réserves. Il ne s’agit pas tout simplement de quelques dollars de
plus en subventions. Le Cabinet convient maintenant de la nécessité
d’accorder en permanence des subsides en matière de logement. aux bandes les
plus défavorisées. Il connaît aussi les coûts prohibitifs du transport et de
la construction dans les régions éloignées.

Le Cabinet accepte aussi le principe selon lequel il faudrait pallier à
l’inflation. Qui plus est, il exige que la construction soit conforme aux
normes minimum du code national du bâtiment et à cette fin, a accordé des
crédits au ministère pour lui permettre de procéder à des inspections. Mais
le coût de ces dernières n’est pas déduit du capital destiné au logement. Le
Cabinet accepte également que les coûts de l’installation des réseaux
d’adduction d’eau et d’égouts soient défrayés au fur et à mesure que s’étend
l’objectif du ministère relativement à la construction de nouveaux logements.

S’il y a lieu, certaines bandes recevront des fonds dont elles pourraient
disposer en vue d’obtenir des conseils techniques en matière de planification
et de gestion.

Le cabinet a précisé que le système de prêts au logement faisait partie
intégrante du programme d’aide au logement; des allocations seront octroyées
aux familles vivant de l’aide sociale dans les logements dont le loyer est
calculé en fonction du revenu et dont les bandes sont propriétaires.

Nous essayons également de donner aux régions un peu plus de latitude dans
l’application de ce programme. Ainsi, les régions continueront de recevoir
des fonds de l’administration centrale selon le système actuel de
classification des réseves en zones urbaines, rurales et éloignées. Mais les
régions pourront, dans le cadre du programme, modifier les subventions à
l’intérieur de ce système. Cette décision résulte de consultations entrele
ministère, l‘Assemblée des premières nations et moi-même.

Finalement, en ce qui a trait à ces initiatives, je voudrais mentionner qu’en
juin ou au début de juillet, se tiendra une conférence sur le logement à
laquelle participeront les dirigeants indiens intéressés par ces questions.
Les fonctionnaires du ministère collaboreront avec l’A.P.N. à la préparation
de cette importante rencontre.

En plus des dispositions contenues dans le dernier budget, nous libérons aussi
des crédits de 20 millions prévus plus tôt cette année pour le logement des
Indiens, dans le cadre du programme RELAIS.

23| 32 ——7

29A : 74 Indian Self-Governmcnt 25-5403!

Cet argent a été mis de côté pour assurer la participation des autochtones au
programme. Nous ajoutons à ces 20 millions de dollars, l2 millions
supplémentaires qui seraient autrement utilisés pour l’aide sociale et 17
millions provenant du ministère. La somme globale accordée au niveau national
pour la création d’emplois destinés aux autochtones, sera de 49 millions de
dollars.

J’ai également décidé de faire passer la subvention accordée en vertu du
programme RELAIS, de 500 a 750 dollars par mois-personne d’emploi et ce, afin
d’asurer un certain équilibre avec les différents champs d’application du
programme.

Je sais que vous attendiez ces nouvelles sur le logement depuis quelque temps.
Plusieurs ont travaillé énormément pour que les changements apportés au
programme soient approuvés par le département d’Êtat au développement social,
par le Cabinet, puis le Conseil du Trésor. Je crois qu’ils ont fait du bon
travail. Un peu de bonne volonté et du beau temps durant la saison de la
construction et l’entreprise connaîtra un succès.

L’autonomie politique des Indiens ne saurait exister sans une assise
économique stable. Le ministère y contribue en répondant aux initiatives
d’expansion économique des Indiens, au moyen de garanties de prêts et de
subventions fournies par le fonds de développement économique des Indiens et
le financement spécial pour les répercussions de l’exploitation des
ressources.

Comme vous le savez, le gouvernement est prêt à jouer un grand rôle sur le

plan de l’expansion économique des Indiens. Je tiens compte du fait que
l’A.P.N. a insisté pour que l’on administre séparément poru les Indiens, les
345 millions de dollars prévus dans le budget de 198]. Quoi qu’il arrive,

cela ne devrait pas nous empêcher de reconnaître une entité indienne dotée
d’une certaine autonomie. Celle-ci s’occuperait du financement des fonds déja
réservés au ministère et destinés à l’expansion économique.

La vraie clé de cet essor est la création d’une entreprise menée par les
Indiens eux-mêmes. Le chômage généralisé et le taux élevé d’échecs dans le
milieu indien des affaires, pourra être résorbé grâce à l’ingéniosité et aux
talents des Indiens. Je suis très content que l’Association nationale des
gens d’affaires indiens ait été instituée pour donner une telle impulsion. Ce
groupe en est arrivé à faire des propositions concrètes pour créer un milieu
indien des affaires et le transformer en un secteur averti et compétent.
Grâce à ses programmes d’information et de formation, cette association
envisage de seconder les entrepreneurs indiens à toutes les étapes de leur
expansion. Le personnel du ministère négocie actuellement des crédits qui lui
seront destinés. Je puis vous garantir que notre réponse à cette initiative
sera des plus positives.

Le dernier aspect dont j’aimerais brièvement parler est la protection de
l’enfance. Les Indiens essaient depuis longtemps, et avec raison, d’obtenir

25-5-1983 Autonomie politique dcs lndicns 29A : 75

des améliorations générales et plus de contrôle en ce domaine. L’absence de
services préventifs est illustrée par le pourcentage élevé d’enfants indiens
recevant des soins dont les coûts sont défrayés à même les fonds publics,
comparativement aux enfants non indiens.

On compte à l’heure actuelle 6 p. 100 d’enfants indiens dans des foyers
d’adoption et des institutions, relativement à 1,3 p. 100 de l’ensemble des
enfants canadiens. Ajoutons que 76 p. 100 de tous les enfants indiens adoptés
au cours des l0 dernières années, l’ont été par des familles non indiennes.
Toutefois, quelques provinces ont manifesté une certaine réticence à dispenser
des services aux Indiens des réserves sans garantie de remboursement, et la
situation est depuis longtemps dans une impasse.

Néanmoins, en février 1982, nous avons fait des progrès lors de la signature
de l’accord tripartite Canada-Manitoba sur la protection de l’enfance. Ce
document sert maintenant de modèle aux accords du même genre; et nous en avons
récemment conclu deux autres avec les autochtones et la province de l’Alberta
d’une part, et celle du Nouveau-Brunswick d’autre part.

Un accord tripartite a été passé avec le gouvernement de l’Alberta et le
conseil régional du Petit Lac des Esclaves, le conseil agissant au nom des
neuf bandes membres. Une fois l’accord signé, le Canada accepte de financer à
100 p. 100 les services proposés dans les réserves, aux bandes signataires de
l’accord. L’Alberta veillera aux coûts de la totalité des services de
protection de l’enfance, rendus aux membres de ces bandes vivant hors des
réserves. Les services offerts aux neuf bandes dont il est question, seront
identiques à ceux qui sont à la disposition des autres habitants de l’Alberta.

La province du Nouveau-Brunswick partage volontiers l’idée de mettre ses
services à la portée de tous les Indiens. Les difficultés cependant restent
liées aux coûts, et aussi à 1’hésitation des bandes à accepter les services
provinciaux. L’accord tripartite projeté, qui sera signé prochainement, vise
maintenant les quatre bandes indiennes–Big Cove, Tobique, Burnt Church, Eel
Ground–soit 60 p. 100 de la population indienne du Nouveau-Brunswick.
D’autres bandes auront plus tard la possibilité de se prévaloir de cet accord.
Ces quatre bandes et celles qui choisiront de signer, profiteront de services
de protection de l’enfance semblables à ceux qui sont dispensés à tout
habitant du Nouveau-Brunswick. La province continuera de proposer, grâce à un
accord complémentaire, des services de protection aux autres bandes.

L’engagement financier du gouvernement fédéral est de 10,4 millions de dollars
pour les accords tripartites principaux et complémentaires signés avec
l’Alberta et le Nouveau-Brunswick. Ces dispositions permettront aux Indiens

d’avoir accès aux services d’aide à la famille, comme le bien-être a
l’enfance, la protection de l’enfance, les activités préscolaires et l’aide
familiale, en un mot tout ce qui peut mettre en valeur la vie communautaire
des bandes. Les accords reconnaissent à ces groupes une certaine autonomie sur
le plan local. De plus, ils prévoient l’embauche et la formation d’Indiens
dans les secteurs professionnel et paraprofessionnel.

29A : 76 lndian Self-Governmcnt 25—5— I ‘M4

J’essaie de vous décrire ici deux démarches différentes, mais complémentaires.
La première est très novatrice, il s’agit des discussions constitutionnellus
commencées en mars dernier à Ottawa. La deuxième se compose d’une série dv
projets du ministère des Affaires indiennes et du Nord canadien, qui
s’inspirent encore largement du modèle traditionnel utilisé pour élaborer des
programmes et des principes directeurs, en accord avec la relation
particulière qui existe et existera toujours entre la Couronne et les Indiens.

Mais rien dans ce monde n’existe de façon isolée. Des initiatives telles quc
les accords sur la protection de l’enfance, le logement, le Sous-comité sur
l’autonomie politique des indiens, ne sont pas sans influer sur les demandes
et les débats d’ordre constitutionnel. Les discussions à ce Chapitrv
dépendront sans aucun doute de nos succès et de nos échecs dans la recherche
de solutions à des questions comme la protection de l’enfance. Il y a donv
interdépendance, que nous le voulions ou non.

Prises dans leur ensemble, les discussions constitutionnelles et les
initiatives en matière d’orientations et de programmes constituent, à mon
avis, une occasion unique de changer les conditions de vie des Indiens du
Canada, conditions qui prévalent depuis la Confédération.

Nous disposons maintenant de moyens et nous sommes prêts à transformer en
réalité ce rêve d’un rôle nouveau pour les Indiens. J’espère beaucoup quc
cette vision d’un avenir plus facile, plus agréable et plus juste se
réalisera. Mais nous n’en sommes pas encore là. Comme politicien, je sais.
pour avoir connu des moments amers autant qu’heureux, que l’ont peut saisir sa
chance comme on peut la perdre.

Ce que nous remarquons‘dans cette évolution constitutionnelle, c’est qu’une
porte lourde et rouillée s’entrouvre enfin pour permettre, événement inédit,
un débat national entre les Indiens et les chefs nationaux élus. Mais U
s’agit d’un débat qui ne fait que commencer, même si certains signes de part
et d’autre sont encourageants. Nous avons en mains deux atouts, l’impulsion
nécessaire à une saine réforme, et le débat constitutionnel. Malgré le peu de
temps dont nous disposions, nous avons rencontré les représentants des
premières nations et avons discuté avec eux des nouveaux projets de logement,
afin d’obtenir avis et suggestions avant de mettre au point ce programme. Nous
avons également institué un comité paritaire (MAINC – A.P.N.) sur la
fiscalité, pour étudier cette question. En bref, le ministère n’a pas de ligne
de conduite précise sur les nouvelles méthodes de procéder, et les façons de
servir la communauté indienne, dans un climat de consultation plutôt que de
confrontation.

Du côté des Indiens, on constate un renouveau général des communautés
autochtones. La population augmente. Sur les plans culturel, social,
économique et politique, on remarque une certaine évolution. Des changements
très importants se produisent a tous les niveaux, changements qui commencent à
nous affecter. non pas comme province, comme gouvernement, ou comme bande,
mais tous ensemble. Et ceci nous conduira vers un système de consultations

25-5-1983 Autonomie politique des lndiens 29A : 77

réciproques, de négociations et d’ententes. C’est cela le côté séduisant de
l’avenir qui nous est proposé.

L’autre côté de la médaille n’est pas aussi facile à décrire. C’est là,
reconnaissons-le, la loi immuable de l’alternance. ,Aujourd’hui, pénurie du
pétrole, demain abondance. L’attention nationale n’est pas définitivement
rivée à un seul sujet. Les questions et les personnalités surgissent tour à
tour, puis disparaissent.

Je suppose que la période de quatre ans consacrée aux discussions
constitutionnelles est tout à fait raisonnable. Si entre-temps nous ne
parvenons pas à de grandes réformes, il est fort possible que nous n’aurons
plus avant longtemps l’occasion de profiter de cette nouvelle impulsion donnée
aux relations entre Indiens et non-Indiens.

Finalement. il reste à régler la question de la représentation et la façon de
procéder à ce sujet, et c’est à vous de trouver une solution. Je veux
seulement vous inciter à faire preuve de la même sagesse que vos chefs lors de
la conférence des premiers ministres.

Je ne veux pas m’ingérer dans vos affaires, mais en terminant je voudrais
souligner que l’esprit de la première conférence nationale sur les droits
ancestraux et la constitution, nous ouvre de nouvelles perspectives.

Je vous remercie de m’avoir invité parmi vous aujourd’hui.

29A : 78 Indian SclflGovcrnmcm ZS-SJVK I

APPENDICE «SEND-35»

MEMOIRE

A L’INTENTION DU

COMITE SPECIAL SUR L’AUTONOMIE POLITIOUE DES INDIENS

PRESENTE PAR

LA COMISSION SCOLAIRE CRIE

EEYOU CHISKOMATACHAOUN

Chisasibi, Québec
le 25 mai 1983

25-5-1983 Autonomie politique des lndiens 29A : 79

INTRODUCTION

Le Comité spécial sur l’autonomie politique des Indiens a reçu pour
mission de formuler des recommandations sur le statut, l’évolution et les
responsabilités des gouvernements de bande, et sur la responsabilité
financière du gouvernement du Canada à cet égard.

Il s’agit d’un mandat très vaste qui englobe une multitude de politiques
et de questions intéressant les populations autochtones du Canada.

La subdivision des Indiens du Canada en nations et en groupes distincts,
de même que leur accès à l’auto-gestion de leur société soulèvent
inévitablement certaines questions fondamentales.

De nombreuses bandes et associations d’Indiens du Canada feront valoir
leur point de vue devant ce Comité. Leurs présentations seront
vraisemblablement orientées vers ce qu’ils perçoivent comme nécessaire au bon
fonctionnement de leur gouvernement sur la scène locale.

La Commission scolaire crie est d’avis que son mémoire revêt un intérêt
particulier pour le Comité, en ce sens qu’il présente dans une perspective
unique la question de «l’autonomie politique» des Indiens et des
responsabilités financières qui en découlent pour le gouvernement du Canada.

La particularité de ce mémoire tient à deux principaux faits.

D’abord, la Commission scolaire crie a été créée en vue de mettre en

pratique le principe de la prise en main par les Cris de leur éducation. Il
s’agit d’un excellent exemple de la maîtrise et de la détermination dont ont
fait preuve les autochtones en assumant, pour la première fois, des

responsabilités qu’ils avaient antérieurement cédées à des étrangers.

Ensuite, la Commission scolaire crie est en mesure d’envisager dans une
optique particulière, soit au niveau même de la collectivité, les problèmes
d’autonomie politique locale.

PRISE EN MAIN PAR LES CRIS DE LEUR EDUCATION
La Commission scolaire crie a été mise sur pied conformément aux
dispositions de l’article l6 de la Convention de la Baie James et du Nord

québécois (Annexe A).

Cette Convention représente évidemment la pierre angulaire des
revendications cries au sein du Québec et du Canada.

Elle constitue, dans la pratique, un document exhaustif portant sur des
domaines très diversifiés. Cette Convention est intervenue en vue de régler,

29A : 80 Indian Self-Governmcnt 25-5—I‘)X|

de façon générale, la grande majorité des points susceptibles d’intéresser les
Cris, dans l’immédiat et dans l’avenir.

L’article 16 de la Convention prévoit la constitution de la Commission
scolaire crie, qui est fondamentalement chargée des Indiens cris habitant les
communautés cries du nord du Québec.

La Commission s’est vue confier des compétences géographiques et
ethniques très considérables, et s’acquitte d’importantes responsabilités en
ce qui a trait aux services éducatifs assurés à la nation crie.

Vous savez sans doute qu’avant la signature de cette Convention.
l’éducation dans les communautés cries du nord du Québec relevait du ministère
des Affaires indiennes et du Nord canadien.

Sans vouloir faire le procès de ce dernier, il est évident que le
Ministère assurait à ces collectivités un niveau d’enseignement largement
inférieur à celui dont pouvait bénéficier les communautés non autochtones du
Québec.

Il faut reconnaître que le niveau d’enseignement offert aux autochtones
était assez médiocre.

Comment expliquer autrement le fait qu’à un moment donné, la moitié de la
population scolaire crie quittait l’école à la fin de la sixième année?

Pourquoi ne retrouvait-on que trois ou quatre étudiants au niveau
postsecondaire, tandis qu’à l’heure actuelle plus de l00 personnes sont
inscrites à l’enseignement postsecondaire dispensé par la Commission scolaire
crie?

Il ne fait nul doute que les services offerts par le Ministère étaient
inadéquats et inacceptables, n’ayant pour seul objet que d’assurer un niveau
d’éducation très élémentaire à certains enfants cris. En outre, les quelques
services offerts aux Cris résultaient, à toutes fins pratiques, de décisions
prises à posteriori par le Ministère.

La raison d’être initiale de la Commission scolaire crie était de
permettre aux Indians cris d’accéder, sur la scène locale et régionale, au
contrôle (gouvernemental) de l’éducation offerte à leurs semblables, en vue
d’améliorer le niveau d’enseignement qui leur était dispensé, et de leur
permettre d’influer sur les générations à venir, dans le processus de
l’éducation.

La Commission scolaire crie a été constituée en 1978, en vertu d’une loi
provinciale et son exploitation se poursuit toujours. Elle compte à son actif
un budget de plus de 20 millions de dollars et assure l’éducation de près de
4000 étudiants de niveaux primaire, secondaire et postsecondaire.

25-5-l983 Autonomie politique des lndiens 29A : 8l

Les Cris ont toujours été d’avis qu’il était primordial d’établir un
système adéquat d’enseignement avant même de tenter d’assumer leur propre
destin.

De par le passé, le degré de gestion du système d’éducation a largement
influé sur l’évolution interne des Cris et sur leur progrès par rapport au
monde extérieur.

Antérieurement. le système en entier était contrôlé par des étrangers,
l’enseignement dispensé par des étrangers, les programmes établis par des non-
Cris et les manuels scolaires rédigés par nos voisins du sud. Les Cris
n’étaient en mesure de participer qu’à titre de bénéficiaires d’une forme
d’enseignement jugée acceptable par les responsables d’Ottawa ou de Québec.

Il est assez curieux que les Cris aient eu à revendiquer une entente
territoriale avant de pouvoir attirer l’attention des gouvernements sur la
question de leur éducation, et d’obtenir le contrôle de l’ensemble de ce
pFOCGSSUS .

Ces événements ont eu lieu à un moment ou l’idée d’une prise de contrôle
par les Indiens était encore inédite, hasardeuse et très mal vue.

Les négociations qui ont entouré la signature de la Convention de la Baie
James et du Nord québécois ont fourni aux Cris l’occasion de soulever la
question de leur éducation et d’accéder. en quelque sorte, à l’intendance de
leurs propres collectivités.

Vous remarquerez le contexte dans lequel nous employons l’expression
“prise en main par les Cris de leur éducation”, à la lumière de l’article 16
de la Convention sur la Baie James et le Nord québécois.

L’article l6 appelle à être lu en entier, mais vous pourrez constater que
le paragraphe 16.0.9 fournit une liste des pouvoirs extraordinaires qui sont
encore inédits dans d’autres commissions scolaires du pays, et qui défient
certes toute comparaison avec les pouvoirs liés à l’administration d’autres
commissions scolaires indiennes au Canada.

Nous sommes d’avis que le rappel des dispositions du paragraphe 16.0.9
reproduit ci-dessous permettrait à la Commission de mieux comprendre notre
position:

La Comission scolaire crie possède aussi, sous réserve seulement d’une
approbation annuelle des budgets, les pouvoirs spéciaux suivants:

a) conclure avec le Canada des ententes sur des programmes
d’enseignement et de formation que le Québec ne fournit pas, conformément
aux lois et règlements relatifs auxdites ententes,

29A :82 lndian Self-Governmcnt 255 l’I?=|

b) fixer en liaison avec le ministère de l’Éducation du Québec, l’annéo
scolaire et le calendrier scolaire assujettis seulement au nombre total
de jours de scolarité par an requis par la loi et les règlements,

c) conclure des ententes sur l’enseignement postsecondaire pour les
personnes visées à l’alinéa 16.0.6,

d) acquérir, construire et entretenir des logements pour son personnel
enseignant,

e) déterminer, en liaison avec le ministère de l’Éducation du Québer.
le nombre de personnes autochtones et non autochtones requises à titre
d’enseignants dans chacune de ses écoles,

f) prendre, avec le ministère de l’Éducation du Québec, des
dispositions pour engager des autochtones comme enseignants, même s’ils
ne possèdent pas des qualifications conformes aux normes appliquées dans
les autres régions de la province,

g) choisir des cours. manuels et matériel didactique convenant aux
autochtones et prendre des dispositions pour les mettre à l’essai, les
évaluer et, finalement, les faire aprouver,

h) élaborer des cours, manuels et matériel didactique conçus pour
préserver et perpétuer la langue et la culture des autochtones,

i) conclure des ententes avec des universités, collèges, institutions
ou personnes en vue de l’élaboration de cours, manuels et matériel
didactique correspondant aux programmes et services qu’elle offre,

j) donner à son personnel enseignant des instructions et des directives
sur les méthodes d’enseignement et sur l’utilisation de manuels et
matériel didactique utilisés pour ces cours,

k) mettre sur pied des cours et des programmes de formation permettant
aux autochtones d’être qualifiés comme enseignants,

l) mettre sur pied des cours et des programmes de formation destinés
aux non-autochtones appelés à enseigner dans ses écoles,

m) conclure des ententes avec des universités, collèges, institutions
ou des personnes pour qu’ils forment les membres du personnel enseignant
de la Commission scolaire crie et les futurs enseignants.

Évidemment, à la lumière de l’article 16, les Cris ont acquis la
conviction qu’ils pourraient enfin prendre en main l’ensemble du secteur de
l’éducation.

25-5-I983 Autonomie politique des lndiens 29A : 83

Légalement du moins, ils ont le pouvoir de décider de la langue
d’enseignement, de choisir les programmes d’études et les manuels scolaires
pertinents, d’embaucher des professeurs appropriés, d’embaucher des Cris comme
enseignants et de permettre à des Cris de prendre en charge et de diriger tous
les rouages de l’administration.

Les Cris ont cru qu’était révolue l’époque ou des étrangers leur
enseignaient, dans une langue étrangère, une culture qui leur était réellement
étrangère et ou il leur était impossible de changer quoi que ce soit a la
situation.

Voilà, du moins sur le papier, l’idée d’une administration locale et
d’une prise en main locale.

L’administration locale est bel et bien synonyme de prise en main, et les
Cris ont pu prendre les rênes de l’éducation crie en raison des dispositions
de l’article 16 de la Convention.

Vous constaterez en outre que l’organisation de la Commission scolaire
crie, qui repose actuellement sur une représentation réelle de chacune des
communautés cries et qui s’inspire des recommandations et conseils des comités
scolaires locaux, vient simplement étayer la prise en main des Cris dans ce
domaine.

Bien entendu, il existe un parallèle avec les négociations qui se
poursuivent au sujet du projet de loi concernant les Naskapis et les Cris de
la baie James.

À l’article 9 de la Convention, les Cris demandent la prise en main
complète de l’administration locale de leurs communautés, et c’est dans cette
optique que se sont déroulées les négociations concernant le projet de loi sur
les Naskapis et les Cris de la baie James.

Que les Cris aient obtenu le feu vert en matière d’éducation avant que ne
leur soient conférés les pouvoirs d’une administration locale peut s’expliquer
tout simplement par un concours de circonstances.

Dans ce cas, toutefois, l’expérience de la Commission scolaire crie revêt
une importance capitale.

Même si les obligations des gouvernements du Québec et du Canada étaient
bien précisées et que les pouvoirs conférés à la Commission scolaire crie
étaient exposés en détail à l’article 16, les Cris ont constaté qu’en
restreignant les fonds et en travaillant à l’encontre d’une application
efficace de la Convention, les gouvernements ont réussi à perturber
considérablement l’administration de l’éducation dans les communautés cries.

29A : 84 lndian Self-Government 25-5-l‘).‘€|

Dans une certaine mesure, ils ont réussi à détourner la Convention de son
objectif précis et ils tentent actuellement de reprendre les pouvoirs que les
Cris ont obtenus après les avoir revendiqués avec ferveur.

Les Cris estiment que la Commission scolaire crie est essentiellement un
conflit-test en ce qui concerne l’autonomie politique des Indiens.

 quoi bon accorder aux Indiens des pouvoirs au chapitre de l’autonomie
politique ou de la prise en main, s’ils ne peuvent les exercer dans la
pratique?

Le budget de la Commission scolaire a certes augmenté, mais il est
nettement insuffisant pour permettre l’application même limitée des
dispositions de l’article 16 de la Convention; par ailleurs, rien ne laisse
entrevoir un changement de la situation.

La procédure budgétaire ne prévoit pas de fonds particuliers pour
l’exercice des pouvoirs spéciaux mentionnés a l’article 16.0.9; elle refuse de
reconnaître les problèmes légitimes liés à la mise sur pied de la Commission
scolaire crie, elle passe sous silence les difficultés liées aux installations
inadéquates et ne prévoit aucune dépense en capital actuelle ou à venir.

En raison des investissements insuffisants en capital, la Commission est
obligée d’affecter une proportion exhorbitante de son budget au fonctionnement
et à l’entretien d’installations qui ne sont pas conformes aux normes.

La Commission scolaire crie ne peut participer avec le Canada aux
discussions sur le budget ni à la procédure d’approbation, et les efforts
qu’elle a déployés afin que le Canada couvre le coût réel des services
s’avèrent infructueux.

Est-il possible qu’en plus de toutes les difficultés budgétaires
mentionnées, le Canada refuse de tenir compte de l’accroissement de la
population étudiante lorsqu’il établit les budgets de la Commission pour les
années à venir? Nous avons tout lieu de croire que c’est bel et bien ce qui
se produit.

Est-il également vrai que le Canada a refusé de payer sa quote-part
prévue dans la convention de la Baie James et du Nord québécois pour les
services d’éducation, et qu’il devrait par conséquent plus de 3 millions de
dollars au Québec? On nous dit que c’est le cas.

Le gouvernement du Canada a refusé de dégager les ressources financières
nécessaires pour faire face à ses obligations en vertu de l’article 16 de la
Convention et a systématiquement entravé la mise en oeuvre de cette partie de
la Convention.

Même si la commission scolaire crie existe depuis cinq ans–elle a été
créée en 1978-—nous estimons que le ministère des Affaires indiennes et du

25-54983 Autonomie politique des lndiens 29A :85

Nord canadien n’a pas encore totalement accepté le raisonnement qui a conduit
à sa création. L’idée d’une commission scolaire controlée par les Indiens se
heurte touiours a une résistance de la part des fonctionnaires du Ministère.
En sera-t-il de même pour l’administration locale?

La commission scolaire crie tient à signaler au Comité que son succès ou
son échec sera déterminant pour la question de l’autonomie locale indienne et
affirme solennellement que des problèmes surviendront si les Indiens
n’obtiennent pas les outils nécessaires pour se prendre en main et si les
gouvernements négligent de prendre des décisions conscientes et réfléchies
pour céder aux Indiens des pouvoirs qui leur reviennent.

DIFFICULTÉS OUI SE POSENT AUX GOUVERNEMENTS LOCAUX CRIS

La création de la commission scolaire crie supposait qu’il y aurait un
gouvernement local capable de fournir certains services de soutien compétents,
rapides et efficaces.

Comme c’est le cas dans le sud. il est important que la commission
scolaire soit en mesure de se fier à son gouvernement local pour certaines
questions. Il s’agit d’un genre de symbiose ou la santé et le bien-être d’un
partenaire s’appuient sur ceux de l’autre.

Par conséquent, le succès de la commission scolaire crie repose en grande
partie sur la force des gouvernements locaux et des ressources financières
dont ils disposent.

Ainsi, il est esentiel que les services municipaux, tels l’aqueduc, les
égouts et les autres, soient assurés convenablement aux bâtiments de la
commission scolaire puisque la bonne gestion des installations en dépend.

Si les services municipaux nécessaires ne sont pas en place ou si leur
fonctionnement ou leur entretien ne sont pas assurés, la Commission scolaire
offrira à la collectivité des services réduits et jusqu’à un certain point
inadéquats.

Il est manifeste que le fonctionnement et l’entretien des bâtiments de la
Commission scolaire sont insuffisamment financés par le gouvernement du
Canada, ce qui risque d’entraîner de lourdes pertes sur un investissement
important des bandes indiennes et du Canada dans les services municipaux.

En effet, il est illogique d’affecter un million de dollars à la
construction d’un système d’épuration des eaux usées mais de ne pas trouver
d’argent pour l’exploiter et de l’entretenir.

La nature et la qualité des services d’électricité offerts à nos
collectivités présentent également des problèmes.

29A Z 86 Indian Self-Government 25-549Nl

Le Ministère refuse de faire face à ses obligations à cet égard et a même
poussé l’affront jusqu’à intenter des poursuites judiciaires contre la
Commission scolaire crie pour ses propres erreurs en ce qui a trait à la
fourniture d’électricité.

L’absence de services municipaux appropriés entraîne une diminution de la
qualité des services d’éducation offerts aux Cris et est directement
attribuable au refus du Canada de faire face à ses obligations envers les Cris
du Québec dans le domaine de l’éducation.

PROJET DE LOI SUR LES CRIS ET LES NASKAPIS DE LA BAIE JAMES

Nous apprenons que le projet de loi sur les Cris et les Naskapis de la
Baie James accordera aux bandes indiennes les pouvoirs nécessaires pour
réglementer convenablement les activités de leurs populations afin de mieux
servir les intérêts de la collectivité crie et des autres résidents du
territoire cri.

La Commission scolaire crie souhaite ardemment que ce projet de loi soit
adopté le plustôt possible car il permettra enfin aux Cris d’obtenir un
véritable gouvernement autonome et rendra la Commission scolaire plus capable
de s’acquitter de son mandat.

Toutefois, tant que le gouvernement ne se sera pas engagé formellement à
contribuer au succès de ce projet de loi et à fournir les ressources
financières nécessaires pour concrétiser son engagement, la simple adoption
d’un projet de loi ne représentera qu’un exercice inutile.

En effet, il est nécessaire que les gouvernements locaux soient bien
financés et bien pourvus en personnel s’ils veulent être en mesure d’exercer
réellement les pouvoirs qui leur sont accordés par la loi. Le gouvernement du
Canada doit s’engager à appuyer la nouvelle loi et à assurer sa mise en oeuvre
intégrale, tant en ce qui concerne la lettre que l’esprit.

Il est certain que si la nouvelle loi sur les Cris et les Naskapis de la
Baie James ne fait rien d’autre qu’accorder sur papier aux collectivités cries
de la Baie James les mêmes pouvoirs et services que dans le sud, sans leur
offrir les ressources humaines et financières nécessaires pour exercer ces
pouvoirs et rendre ces services, et si le Canada lui-même n’appuie pas ce
projet de loi, aucun progrès réel n’aura été fait.

Ce n’est pas la première fois que la commission scolaire crie vit une
situation où elle a le pouvoir de faire quelque chose mais ne bénéficie ni de
ressources ni de la collaboration du Canada pour exécuter son projet.

255-1983 Autonomie puliliquc des lndicns 29A : 87

CONCLUSION

La Commission scolaire crie demande au Comité de reconnaître qu’il est
esentiel d’adopter le plus rapidement possible le projet de loi sur les Cris
et les Naskapis de la Baie James; qu’il faut accorder aux bandes indiennes les
ressources humaines et financières nécessaires pour mettre en oeuvre cette
loi; que le Canada doit s’engager officiellement à appuyer le nouveau régime
et que dans l’intervalle, les politiques existantes du Ministère concernant le
financement des collectivités amérindiennes soient révisées de façon à tenir
compte de leurs nouveaux besoins; et enfin, que le Canada doit réviser sa
position ainsi que ses obligations à l’égard des Cris et de la Commission
scolaire crie dans le domaine de l’éducation. de façon à offrir l’engagement
et le financement nécessaires pour mettre en oeuvre de façon conséquente
l’article l6 de la Convention de la Baie James et du Nord québécois.

From lhe Crce School Board:
Grand Chief Billy Diamond, Chairman,
Mr. Allan Happyjack, Director General.
Mrs. Jane Pachano. School Commissioner, Chisasibi.
Mr. Bill Grodinsky, Legal Counsel.

Fram lhe Cree Board of Health and Social Services of James
Bay:
Mr. Steven Bearskin, Assistant General Manager.
Mr. Bill Grodinsky, Legal Counscl.

Du Conseil scolaire dex Cris:
Le grand chef Billy Diamond. président.
M, Allan Happyjack, directeur général.
M”‘° Jane Pachano, commissaire d’école, Chisasibi
M. Bill Grodinsky. avocat conseil.

Du Conseil de la santé e! des services raciaux des Cris de la
Baie James:

M. Steven Bearskin, directeur général adjoint.
M, Bill Grodinsky, avocat conseil.

Canldl Poilu
I m. c…”
l Poxtagt‘ nm Fort pave

Book Tarif
rate des livres

K1 A 0S9
OTTAWA

Il uride/rvered fOluI/l COVER ONLY Io
Canadian Government Publishing Centre.
Supply and Services Canada

Ottawa Canada. KtA 0S9

En cas de nomlivraison,

retourner celle COUVERTURE SEULEMENT a
Centre dedition du gouvernement du Canada.
Approvisionnements et Services Canada
Ottawa Canada K|A 0S9

WITNESSES—TÉMOINS

From (‘oupers and Lybrand:
Mr. Glcnn Ross, Partner.
Mr. Gary Peall. Manager.

From lhe Algonquin Council of Western Qiiebet‘:
Grand Chief Fred Kistabish.
Mr. Louis-Marie Fortin, Consultant.

From lhe Grand Council oflhe Crees:

Grand Chief Billy Diamond, Chairman, Crec Regional
Authority.

Executive Chief Philip Awashish, Vice-Chairman, Crec
Regional Authority.

Mr. Henry Mianscum, Director General. Crce Regional
Authority.

Chief Henry Diamond, Rupert House.

Mr. Allan Happyjack. Waswanipi.

Chief James Bobbish, Chisasibi.

Chief Waltcr Hughboy. Wemindji.

Mr. Robert Kanatewat, Great Whale River.
ChiefTed Moses, Eastmain.

Chief George Wapachee, Nemaska.

Mr. Peter Hutchins, Legal Counsel.

Mr. Norman Hawkins, Consultant.

(Cour/nuer! on lhe previous’ page)

De Coopers e! Lybrand:

M. Glcn Ross. associé.
M. Gary Peall. gérant.

Du Conseil Algonquin de [Ouest du Québec:

Le grand chef Fred Kistabish.
M. Louis-Marie Fortin, conseiller.

Du Grand conseil des Cris:

Le grand chef Billy Diamond, président, Administration
régionale des Cris.

Le chef de l’exécutif Philip Awashish, vice-président,
Administration régionale des Cris.

M. Henry Mianscum, directeur général, Administriiliiiii
régionale des Cris.

Le chef Henry Diamond, Rupert House.

M. Allan Happyjack, Waswanipi.

Le chef James Bobbish, Chisasibi.

Le chef Waltcr Hughboy, Wemindji.

M. Robert Kanatewal, Rivière de la grande baleine.
Le chef Ted Moses. Eastmain.

Le chef George Wapachee, Nemaska.

M. Peter Hutchins, avocat conseil

M. Norman Hawkins, conseiller.

(Sirile à la page prerëderrlr)

Available from tlie Canadian Government Publishing Centre.
Supply and Services Canada. Ottawa. Canada KIA 0S9

En vente: Centre d’édition du gouvernement du Canada.
Approvisionnements et Services Canada. Ottawa, Canada KlA 0S9

Read less

Leave a Reply