Procès-verbaux et témoignages du Comité spécial sur L’autonomie politique des Indiens, 32e parl, 1re sess, nº 11 (2 mars 1983).


Informations sur le document

Date: 1983-03-02
Par: Canada (Parlement)
Citation: Canada, Parlement, Procès-verbaux et témoignages du Comité spécial sur l’autonomie politique des Indiens, 32e parl, 1re sess, nº 11 (2 mars 1983).
Autres formats: Consulter le document original (PDF).


Le texte HTML ci-dessous n’a pas encore été modifié

Ce document n’a pas encore été modifié pour des erreurs. Aidez-nous en corrigeant le texte et en l’envoyant sous forme de fichier texte par courriel à pd@theccf.ca. Votre aide fera PrimaryDocuments.ca le référentiel électronique le plus complet des documents relatifs à la constitution canadienne. Pour de plus amples renseignements, consultez notre page Soyez un contributeur.

Lire le texte non édité

_-—->

.,__._..

.—_r…,.,.. r.

j‘:
r,
i‘
‘w
‘PI
‘Î
i. .
É

HOUSE OF COMMONS
Issue No. 1l

In Saskatoon, Saskatchewan
Wednesday, March 2, 1983

Chairman: Mr. Keith Penner

CHAMBRE DES COMMUNES

Fascicule n° ll

A Saskatoon (Saskatchewan)
Le mercredi 2 mars 1983

Président: M. Keith Penner

Minutes of Proceedings and E vidence
of the Special Committee on

Indian
Self-Government

Procès- verbaux et témoignages
du Comité spécial sur

L’autonomie politique
des Indiens

RESPECTING:

The status, development and responsibilities of Band
governmenls on lndian reserves, as well as the financial
relationships between the Government of Canada and
Indian bands

WITNESSES:

(Sec back cover)

First Session of the
Thirty-second Pariiament, 1980-81-82-83

CONCERNANT:

Le statut, Pévolution et les responsabilités des
administrations de bandes dans les réserves indiennes, de
même que les rapports financiers qui existent entre le
gouvernement du Canada et les bandes indiennes

TÉMOINS:

(Voir à Fendos)

Première session de la
trente-deuxième législature, 1980-1981-1982-1983

29250» l

SPECIAL COMMITTEE ON
INDIAN SELF-GOVERNMENT

Chairman: Mr. Keith Penner

Vice- Chairman: M r. Stan Schcllenberger

Warren Allmand
Ray Chénier

René Gingras

Published undcr aulhorily cf thc Speaker nf lhe
Housc cf Commons by thc Quecn‘s Printcr for Canada

COMITÉ SPÉCIAL SUR
L’AUTONOMIE POLITIQUE DES INDIENS

Président: M. Keith Penner
Vice-présidera: M. Stan Sehellenberger
Messrs. —— Messieurs

Jim Manly Frank Oberle—(7)

(Quorum 4)
Le greffier du Comité spécial
François Prégent

Clerk ofthe Special Commitlee

Publié en conformité de l’autorité du Président de la Chambre

des communes par l’imprimeur de la Reine pour le Canada

Availablc îrom the Canndian Government Pnhlishing Centre. Supply and

Services Canada, Hull. Québec. Canada KIA 0S9

En vente: Cenlrc d’édition du gouvernement du Canada,
Approvisionnements cl Services Canada, Hull, Qucbec. Canada K l A 0S9

Frx>vfirj asrrvjvw‘ »-c.——.;q=——»..»,r3 7.î.,._,..,.,. wl4

2-3-1983

MINUTES OF PROCEEDINGS

WEDNESDAY, MARCH 2, 1983
(24)
[Text]

The Special Committee on Indian Self-Government met in
Saskatoon, Saskatchewan at 9:14 o’clock a.m., this day, the
Acting Chairman, Mr. Chénier, presiding.

Members of the Commiltee presem‘: Messrs. Chénier,
Gingras, Manly and Schellenberger.

Ex-oflicio member présent: From the Assembly of First
Nations: Ms. Roberta Jamieson.

Liaison members present: From the Native Women’:
Association of Canada: Ms. Sandra Isaac. From the Native
Council of Canada: Mr. Clem Chartier.

In attendance: From the Research Branch of the Library of
Parliament: Mrs. Barbara Reynolds and Mrs. Katharine
Dunkley, Research Officers. From the Parliamentary Centre
for Foreign Affairs and Foreign Trade: Mr. P.C. Dobell,
Policy C0-ordinator.

Witnesses: From Treaty No. 2: Senator Bill Standingready.
From the Federalion of Saskaichewan Indian Nations: Mr.
Sterling Brass, Chairman. From the Pasqua Band: Eider
Walter Gordon. From the Starblanket Band: Chief Irvin
Starr. From the Whitebear Bond: Chief Brian Standingready.
Fram the Yorkton District Chiefs: Mr. Norman Stevenson,
District Representative. From Lac La Hache Bond: Chief Joe
Tsannie.

The Committee resumed considération of its Order 0l
Référence dated Wednesday, December 22, 1982. (Sec
Minutes of Proceedings, Wednesday, December 22, I982,
Issue No. 1.)

By unanimous consent, it was agreed that Mr. Chénier do
take the Chair as Acting Chairman.

Senator Standingready rccited a prayer.

Chief Starr made a statcment.

The Vicc-Chairman assumed the Chair.

Chief Starr answered questions.

Elder Gordon made a statement and answered questions.
Al 10:55 o’clock a.m., the sitting was suspended.

At 11:05 o’clock a.m., the sitting resumed,

Chief Standingready. Mr. Stevenson and Chief Tsannie
each made a statement and answered questions.

At 12:40 o‘clock p.m., the Committee adjourned until 1:45
o’clock p.m. this afternoon.

AFTERNOON SITTING
(25)

The Special Committee on Indian Self-Government met in
Saskatoon, Saskatchewan at 1:50 o’clock p.m., the Vice-
Chairman, Mr. Schellenberger, presiding.

Members of the Committee present: Messrs. Chénier,
Gingras, Manly and Schellenberger.

___,,_ . .. ,.__,,L.Lm.L-

Autonomie politique des Indiens 11 ; 3

PROCÈS-VERBAL

LE MERCREDI 2 MARS 1983
(24)

‘ [Traduction]

Le Comité spécial sur l’autonomie politique des Indiens se
réunit aujourd’hui à Saskatoon, (Saskatchewan) à 9h14 sous la
présidence de M. Chénier, président-suppléant.

Membres du Comité présents: MM. Chénicr, Gingras.
Manly, et Schellenberger.

Membres d’office présents: De I’Assemblêe des Premières
Nations: M »“ Roberta Jamieson.

Membres (Agents de liaison) présents: De l’Association des
Femmes autochtones du Canada: Mm‘ Sandra Isaac. Du
Conseil des Autochtones du Canada: M. Clem Chartier.

Aussi présenls: Du Service de recherche de la Bibliothèque
du Parlement: M » Barbara‘ Reynolds et M » Katharine
Dunkley, recherchistes. Du Centre parlementaire des Affaires
étrangères et du Commerce extérieur: M . P.C. Dobell,
Coordonateur des politiques.

Témoins: Du Traité Numéro 2: Le sénateur Bill Standin-
gready. De la Fédération des Nations indiennes de Saskatche-
wan: M. Sterling Brass, président. De la bande Pasqua: L’aîné
Walter Gordon. De la bande Starblanket: Le chef lrvin Starr.
De la bande Whitebear: Le chef Brian Standingready. Des
Chefs de district de Yorkton: M. Norman Stevenson, représen-
tant de district. De la bande Lac La Hache: Le chef Joe
Tsannie.

Le Comité reprend l’étude de son ordre de renvoi du
mercredi 22 décembre 1982. (Voir procès-verbal du mercredi
22 décembre l 982, fascicule n” l.)

Du consentement unanime, il est convenu que M. Chénier
prenne place au fauteuil à titre de président-suppléant.

Le sénateur Standingrcady récite une prière.

Le Chef Starr fait une déclaration.

Le vice-président assume la présidence.

Le Chef Starr répond aux questions.

Uaîné fait une déclaration et répond aux questions.
A 10h55, le Comité suspend ses travaux.

A 11h05, le Comité reprend ses travaux.

Le chef Standingready, M. Stevenson et le chef Tsannie font
chacun une déclaration et répondent aux questions.

A 12h40, le Comité suspend ses travaux jusqu‘â 13h45.

SÉANCE DE UAPRÈS-MIDI
(25)

Le Comité spécial sur Pautonomie politique des Indiens se
réunit aujourd’hui à Saskatoon, (Saskatchewan) à 13h50 sous
la présidence de M. Schellenberger, vice-président.

Membres du Comité présents: MM. Chénier, Gingras,
Manly et Schellenberger.

SPECIAL COMMITTEE ON

COMITÉ SPÉCIAL SUR
INDIAN SELF-GOVERNMENT

UAUTONOMIE POLITIQUE DES INDIENS
Chairman: Mr. Keith Penner

Président: M. Keith Penner
Vice- Chairman: Mr. Stan Schellenberger

Vice-président: M . Stan Schellenberger
Messrs. — Messieurs

Warren Allmand René Gingras .lim Manly Frank Ober1e—(7)
Ray Chénier
(Quorum 4)
Le greffier du Comité spécial
François Prégent
Clerk ofthe Special Committee

Puhlishcd under authority of thc Speaker ol the

Publié en conformité de l’autorité du Président de la Chambre
House of Commons by the Quecn’s Primer for Canada

des communes par l’imprimeur de la Reine pour 1e Canada

Availablc from the Canadian Government Publishing Centre. Supply and

En vente: Centre d’édition du gouvernement du Canada,
Services Canada. Hull, Québec, Canada KlA 0S9

Approvisionnements ct Services Canada. Hull, Québec, Canada KlA 0S9

f\\

;ï3; îgogqgzçwag 151-1».

Sa
Cl

Gi.

K
i:
i
‘x

.rn:zarç=w-z<»sræe—ç:rr;aæ;:a‘rw.nwyf_ a » 2.3.1983 Autonomie politique des Indiens 1 1 ; 3 MINUTES OF PROCEEDINGS PROCÈS-VERBAL WEDNESDAY. MARCH 2, I983 LE MERCREDI 2 MARS 1983 (24) (24) [rem] [Traduction] The Special Committee on Indian Self-Government met in Saskatoon. Saskatchewan at 9:14 o’clock a.m., this day, the Acting Chairman. Mr. Chénier, presiding. Members of the Committee present: Messrs. Chénier, Gingras, Manly and Schellenberger. Ex-officio member present: From the Assembly of First Nations: Ms. Roberta Jamieson. Liaison members present: From the Native Women’s Association of Canada: Ms. Sandra Isaac. From the Native Council of Canada: Mr. Clem Chartier. In attendance: From the Research Branch of the Library of Parliament: Mrs. Barbara Reynolds and Mrs. Katharine Dunkley, Research Officers. From the Parliamentary Centre for Foreign Affairs and Foreign Trade: Mr. P.C. Dobell, Policy Co-ordinator. Witnesses: From Treaty No, 2: Senator Bill Standingready. From the Federation of Saskatchewan Indian Nations: Mr. Sterling Brass, Chairman. From the Pasqua Band: Elder Walter Gordon. From the Starblanket Bond: Chief Irvin Starr. From the Whilebear Band: Chief Brian Standingready. From the Yorkton District Chiefs: Mr. Norman Stevenson, District Representative. From Lac La Hache Band: Chief Joe Tsannie. The Committee resumed considération ol‘ its Order of Rclerence dated Wednesday, December 22, 1982. (See Minutes of Proceedings. Wednesday, December 22. I982, Issue No. l.) By unanimous consent, it was agreed that Mr. Chénier do take the Chair as Acting Chairman. Senator Standingready ‘recited a prayer. Chief Starr made a statement. The Vice-Chairman assumed the Chair. Chief Starr answered questions. Elder Gordon made a statement and answered questions. At 10:55 o’clock a.m., the sitting was suspended. At 11:05 o’clock a.m., the sitting resumed. Chief Standingready, Mr. Stevenson and Chief Tsannie each made a statement and answered questions. At 12:40 o’clock p.m., the Committee adjourned until 1:45 o’clock p.m. this afternoon. AI-TERNOON SITTING (25) The Special Committee on Indian Self-Government met in Saskatoon, Saskatchewan at 1:50 o‘clock p.m., the Vice- Chairman, Mr. Schellenberger, presiding. Mcmbers of the Committee present: Messrs. Chénier, Gingras, Manly and Schellenberger. Le Comité spécial sur Pautonomie politique des Indiens se réunit aujourd’hui à Saskatoon, (Saskatchewan) à 9h14 sous la présidence de M. Chénier, président-suppléant. Membres du Comité présents: MM. Chénier. Gingras, Manly, et Schellenberger. Membres d’office présents: De I’Assemblée des Premières Nations: M »“ Roberta Jamieson. Membres (Agents de liaison) présents: De l ‘Association des Femmes autochtones du Canada: M » Sandra Isaac, Du Conseil des Autochtones du Canada: M. Clem Chartier. Aussi présents: Du Service de recherche de la Bibliothèque du Parlement: M »‘° Barbare Reynolds et M »‘= Katharine Dunkley, recherchistes. Du Centre parlementaire des Affaires étrangères et du Commerce extérieur: M. P.C. Dobell, Coordonateur des politiques. Témoins: Du Traité Numéro 2: Le sénateur Bill Standin- gready. De la Fédération des Nations indiennes de Saskatche- wan: M. Sterling Brass, président. De la bande Pasqua: L’aîné Walter Gordon. De la bande Starblanket: Le chef Irvin Starr. De la bande Whitebear: Le chef Brian Standingready. Des Chefs de district de Yorkton: M. Norman Stevenson, représen- tant de district. De la bande Lac La Hache: Le chef Joe Tsannie. Le Comité reprend I’étude de son ordre de renvoi du mercredi 22 décembre 1982. (Voir procès-verbal du mercredi 22 décembre I982, fascicule n‘ l.) Du consentement unanime, il est convenu que M. Chénier prenne place au fauteuil à titre de président—suppléant. Le sénateur Standingready récite une prière. Le Chef Starr fait une déclaration. Le vice-président assume la présidence. Le Chef Starr répond aux questions. L’aîné fait une déclaration et répond aux questions. A 10h55, le Comité suspend ses travaux. A 11h05, le Comité reprend ses travaux. Le chef Standingready, M. Stevenson et le chef Tsannie font chacun une déclaration et répondent aux questions. A 12h40, le Comité suspend ses travaux jusqu’â 13h45. SÉANCE DE UAPRÈS-MIDI (25) Le Comité spécial sur Fautonomie politique des Indiens se réunit aujourd‘hui à Saskatoon, (Saskatchewan) à 13h50 sous la présidence de M. Schellenberger, vice-président. Membres du Comité présents: MM. Chénier, Gingras, Manly et Schellenberger. 1 l : 4 Indian Self-Government 2-34983 Ex-of/icio member present: From the Assembly of First Nations: Ms. Roberta Jamieson. Liaison members present: From the Native Womenlr Association of Canada: Ms. Sandra Isaac. From the Native Council ofCanada: Mr. Clem Chartier. In attendance: From the Research Brunch of the Library of Parliament: Mrs. Barbara Reynolds and Mrs. Katharine Dunkley, Research Officers. From the Parliamentary Centre for Foreign Affairs and Foreign Trade: Mr. P.C. Dobell, Policy Co-ordinator. Witnesses: From the Federation of Saskatchewan Indian Nations: Mr. Vern Bellcgarde, Chairman. From the Peepeeki- sis Band: Elder Walter Dieter Chief Aubrey Goforth and Chief George Poitras. From the Gordon Band: Senator Hilliard McNabb. From the James Smith Band: Chief Angus McLean. From the Saskatchewan Indian Education Commis- sion: Mr. Clive Linklater, Member. From the Red Earth Band: Chief Alvin I-Iead and Mr. Ken Hodgins, Resource Persan. From the Prince Albert Student Résidence: Mr. Howard Bighead, Administrator. From the Saskatchewan Indian Federated College: Mr. Dennis Acoose, Director. From the Saskatchewan Indian Cultural College: Mr. Alex Greycyes, Director. From the Saskatchewan Indian Commu» nity College: Mr. Ray Ahenakew, Director. From the Sas- katchewan Servicesfor Off-Réserve Treaty lndians: Ms. Elsie Roberts. From the Fédération of Saskatchewan Indian Nations: Mr. Gary Waters, Consultant. The Committee resumed considération 0l its Order of Référence dated Wednesday, December 22, 1982. (Sec Minutes of Proceedings, Wednesday, Dccember 22, I982, Issue No. l.) On motion ol Mr. Chénier, it was agreed,«That the expenscs and services of Ms. Mary Rose Yooya, Chipewyan lnterprcter, and Mr. Stan Wilson, Cree Interpréter, be paid by the Committee. Chief Goforth, Senator McNabb, Elder Dieter and Chiel McLean each made a statement and answered questions. At 2:50 o’clock p.m., the sitting was suspendcd. At 3:02 o’clock p.m.. thc sitting resumed. Chief Poitras, Mr. Linklater, Chief Head, Mr. Hodgins, Mr. Bighead, Mr. Acoose, Mr. Greycyes, Mr. Ahenakew and Ms. Roberts cach made a statement. It was agreed,—That the documents tabled by the group making the présentation on éducation be filed as an exhibit with the Clerk of the Committee (Exhibit-H). It was agreed,—That certain documents listed in the Order Form ol the “Publications of the Saskatchewan Indian Cultural Collegc » be filcd as an exhibit with thc Clerk of the Committee (Exhibit-I). Mr. Waters, Mr. Linklater, Ms. Roberts and Mr. Acoose answered questions. At 5:33 o’clock p.m., the Committee adjourned until 7:00 o’clock p.m. this evening. Membre d’office présent: De l’Assemblée des Premières Nations: M »“ Roberta Jamieson. Membres (Agents de liaison) présents: De l’Association des Femmes autochtones du Canada: M »“ Sandra Isaac. Du Conseil des Autochtones du Canada: M. Clem Chartier. Aussi présents: Du Service de recherche de la Bibliothèque du Parlement: M »“ Barbara Reynolds et M »“ Katharine Dunkley, recherchistes. Du Centre parlementaire des Affaires étrangères et du commerce extérieur: M. P.C. Dobell, Coordonateur de la politique. Témoins: De la Fédération des Nations indiennes de Saskatchewan: M. Vern Bcllegarde, président. De la bande Peepeekisis: L’aîné Walter Dieter; le chef Aubrey Goforth et le chef George Poitras. De la bande Gordon: Le sénateur Hilliard McNabb. De la bande James Smith: Le chef Angus McLean. De la «Saskatchewan Indian Education Commis- sion»: M. Clive Linklater, membre. De la bande Red Earth: Le chef Alvin Head et M. Ken Hodgins, personnes ressources. De la Résidence des étudiants de Prince Albert: M. Howard Bighead, administrateur. Du «Saskatchewan Indian Federated College»: M. Dennis Acoose, directeur. Du «Saskatchewan Indian Cultural College»: M. Alex Greyeyes, directeur. Du «Saskatchewan Indian Community College»: M. Ray Ahenakew, directeur. Des «Saskatchewan Services for Off- Reserve Treaty lndians:»: Mm‘ Elsie Roberts. De la Fédération des Nations indiennes de la Saskatchewan: M. Gary Waters, conseiller. Le Comité reprend l‘étude de son ordre de renvoi du mercredi 22 décembre I982. (Voir procès-verbal du mercredi 22 décembre I982, fascicule n“ I.) Sous motion de M. Chénier, il est convenu,—Que le Comité couvre les frais et services de M »‘= Mary Rose Yooya. Inter- prète de Chipewyan et de M. Stan Wilson, interprète des CrIs. Le chef Golorth, le sénateur McNabb, l’aîné Dicter_ct le chef McLean font une déclaration et répondent aux questions. A 14h50. le Comité suspend ses travaux. A 15h02, le Comité reprend ses travaux. Le chef Poitras, M. Linklater, le chef Head, M. Hodgins, M. Bighead, M. Acoose, M. Greyeyes, M. Ahenakew et Mm‘ Roberts font des déclarations. Il est convenu,—Que les documents déposés par 1c groupe qui présente le mémoire sur l’éducation soient déposes aupres du greffier du Comité comme pièce (h), Il est convenu,—Que certains documents énumérés sous la formule des «Publications of the Saskatchewan Indian Cultural College» soient déposés auprès du greffier du comité comme pièce (1). MM. Waters ct Linklater, M »“ Roberts et M. Acoose répondent aux questions. A 17h33, le Comité suspend ses travaux jusqu’à 19h00. stal eacl S. Nuances/u“ aux g.- 2-3-1983 Autonomie politique des Indiens 1 1 ; 5 EVENlNG SITTING SÉANCE DU SOIR (25) (25) The Special Committee on Indian Self-Government met in Saskatocn, Saskatchewan at 7:25 o’clock p.m., the Vice- Chairman, Mr. Schellenberger, presiding. Members of the Committee present: Messrs. Chénier, Manly and Schellenberger. Ex-officio member present: From the Assembly of First Nations: Ms. Roberta Jamieson. Liaison members present: From the Native Women’s Association of Canada: Ms. Sandra lsaac. From the Native Council of Canada: Mr. Clem Chartier. In attendance: From the Research Brunch of the Library of Parliament: Mrs. Barbara Reynolds and Mrs. Katharine Dunkley, Research Officers. From the Parliamentary Centre for Foreign Affairs and Foreign Trade: Mr. P.C. Dobell, Policy Co-ordinator. Witnesses: From the Federation of Saskatchewan Indian Nations: Mr. Sterling Brass, Chairman. From the Black Lake Band: Chief Ben Toutsaint and Ms. Mary Rose Yooya, Interpréter. From the Fond du Lac Band: Acting Chief Norbert Fern. From the Saskatoon District Chiefs Conven- tion: Chief Joe Quewezance and Mr. Andy Michael, Président. From the Shellbrook District Chiefs: Senator Lorne Ahena- kew. From Treaty No. 8: Senator Louis Chicken. From the Piapot Band: Chief Roland Crowe. From the Regina Indian Development Association: Mr. Glen Gordon. From the Saskatchewan Indian Federated College Students Union: Mr. Syd Fiddler. From the Saskatchewan Indian Wamen’s Association: Mrs. Angeline Roberts, Président; Mrs. Dorothy Bird, Secretary; Senator Philomene Gamble and Chief Mary Anne Walker, Okanese Band. The Committee resumed considération of its Order cf Reference dated Wednesday, December 22, 1982. (Sec Minutes of Proceedings, Wednesday, December 22, I982, Issue No. l.) Chief Toutsaint and Acting Chief Fern, through an interpreter, each made a statement. Chief Quewezance, Senator Ahenakew, Mr. Michael, and Ms. Yooya each made a statement and answered questions. Senator Chicken, through an interpréter, made a statement. Chief Crowe, Mr. Gordon and Mr. Fiddler each made a statement and answered questions. Mrs. Roberts, Mrs. Bird, Senator Gamble and Chief Walker each made a statement. Mrs. Bird and Chief Walker answered questions. Senator Gamble recited a prayer. Le Comité spécial sur Pautonomie politique des Indiens se réunit aujourd’hui â Saskatoon, (Saskatchewan) à 19h25 sous la présidence de M. Schellenberger, vice-président. Membres du Comité présents: MM. Chénier, Manly, Schellenberger. Membre d’office présent: De [Assemblée des Premières Nations: M »“ Roberta Jamieson. Membres (Agents de liaison) présents: De l’Association des Femmes autochtones du Canada: M’“° Sandra lsaac. Du Conseil des Autochtones du Canada: M. Clem Chartier. Aussi présents: Du Service de recherche de la Bibliothèque du Parlement: Mm‘ Barbara Reynolds et M““ Katharine Dunkley, recherchistes. Du centre parlementaire des Affaires étrangères et du Commerce extérieur: M. P.C. Dobell, coordonateur des politiques. Témoins: De la Fédération des Nations indiennes de la Saskatchewan: M. Sterling Brass, président. De la Bande Black Lake: Le chef Ben Toutsaint et M' »° Mary Rose Yooya, interprète. Du la bande Fond du Lac: Le chef suppléant Norbert Fern. De la «Saskatoon District Chiefs Convention»: Le chef Joe Quewezance et M. Andy Michael, président. Des Chefs de district de Shellbrook: Le sénateur Lorne Ahenakew. Du Traité numéro 8: Le sénateur Louis Chicken. De la bande de Piapot: Le chef Roland Crowe. De la «Regina Indian Develapment Association»: M. Glen Gordon. De la «Saskat- chewan Indian Federated College Students Union»: M. Syd Fiddler. De l’Association des Femmes indiennes de la Saskatchewan: M »‘° Angeline Roberts. président; M »“ Dorothy Bird, secrétaire; le sénateur Philomène Gamble et le chef Mary Anne Walker, bande Okanese. Le Comité reprend Fétude de son ordre de renvoi du mercredi 22 décembre 1982. (Voir procès-verbal du mercredi 22 décembre I982, fascicule n“ I.) Le chef Toutsaint et le chef suppléant Fern, font des déclarations à l‘aide d’un interprète. Le chef Quewezance, le sénateur Ahenakew, M. Michael et M »‘° Yooya font des déclarations et répondent aux questions. Le sénateur Chicken fait une déclaration à l‘aide d’un interprète. Le chef Crowe, M. Gordon et M. Fiddler t’ont des déclara- tions et répondent aux questions. M »“ Roberts, Mm‘ Bird, le sénateur Gamble et le chef Walker font des déclarations. M »“ Bird et le chef Walker répondent aux questions. Le sénateur Gamble récite une prière. 11 I 6 Indian Self-Government 2-3-1983 At 11:07 o‘clock p.m. , the Committee adjourned to the call of the Chair. A 23h07, le Comité suspend ses travaux jusqu’â nouvelle convocation du président. Le greffier du Comité François Prégent Clerk ofthe Committee ï i. r l aux: ayæzasgçaya; _ 2-3-1983 Autonomie politique des Indiens 1 I : 7 EVIDENCE (Recorded by Electronic Apparatus) [Texte] Wednesday, March 2, 1983 ‘ 0910 The Acting Chnirman (Mr. Chénier): Chief Brian Standin- gready will say the opening prayer this morning. Chief Brian Standingready (Fédération ol’ Saskatchewan Indians): Good morning, friends. I will say the prayers in my language; as you stand there, in whatever language you have you say your prayers. (ChiefStandingready speaks in his native language-Edilor) The Acting Chairman (Mr. Chénier): As the vice-chairman of the committee, Mr. Schellenberger, will be detained for a lew minutes, I will need unanimous consent to act as chair- man, or acting chairman, until he returns. Some hon. Members: Agreed. The Acting Chairman (Mr. Chénier): Before we start, I would like to introduce the members of the Committee. From the Assembly of First Nations we have Roberta Jamieson, who is part of the Committee as a delegate. She has the same privileges as members of Parliament, except the one to vote. Next to her is René Gingras, a member of Parliament from the Province of Quebec, and Mr. Jim Manly, from British Columbia. My name is Ray Chénier; I am from Ontario. This morning we have présentations on spiritual sovereignty and Indian self-government. We have here one elder and one chief: Elder Walter Gordon, and Chief Irvin Starr. You may begin. Chief Irvin Starr (Fédération of Saskatchewan Indian Nations): Thank you, Mr. Chairman. I want to thank you personally for this opportunity t0 provide évidence on Indian self-government to the hon. members of the standing commit- tee and the hon. ex-officio and liaison members as well. This opportunity is most welcome and deeply appreciated. In this submission I will be dealing with two areas: Indian government and land entitlement. Before actually discussing thc-se two topics, I would Iike to draw attention tc some speciñc recommendations that, in reading évidence given by other witnesses across Canada, must be heeded and adhered to by the committee for all intents and purposes: One, acceptance and confirmation of all our aboriginal and treaty rights. Two, that these hearings and this consultation process will be ongoing and will not replace the need for more hearings on any resulting législation. TÉMOIGNAGES (Enregistrement électronique) [Traduction] Le mercredi 2 mars 1983 Le président suppléant (M. Chénier): C’est le chef Brian Standingready qui fera la prière d’ouverture ce matin. Le Chef Brian Standingready (Fédération des Indiens de la Saskatchewan): Bonjour, mes amis. Je vais réciter la prière dans ma propre langue et je demanderai à chacun de se lever et de la réciter dans sa langue, quelle qu’elle soit. (Le chef Standingready s’exprime dans sa langue mater- nellexle rédacteur) Le président suppléant (M. Chénier): Le vice-président du Comité, M. Schellenberger, ayant été retenu, je suis prêt à assurer l’intérim jusqu’à son retour, mais j’ai besoin du consentement unanime du Comité. Des voix: D’accord. Le président suppléant (M. Chénier): Avant que nous ne commencions, j’aimerais vous présenter les membres du Comité. Tout d’abord, Roberta Jamieson, de l’Assemblée des premières nationsj qui a été déléguée à notre comité. Elle dispose des mêmes privilèges que les députés, â l’exception du droit de vote. Assis à ses côtü, est M. René Gingras, député du Québec, et â côté de lui, se trouve Jim Manly, de la Colombie- Britannique. Moi, je m’appelle Ray Chénier, et je suis ontarien. Nous allons ce matin entendre des mémoires qui traitent de la souveraineté spirituelle et de l’autonomie politique des Indiens. Nous accueillons tout d’abord un ancien et un chef: Walter Gordon et le chef Irvin Starr. Vous pouvez commencer. Le chef Irvin Starr (Fédération des nations indiennes de la Saskatchewan): Merci, monsieur le président. Je tiens tout d’abord a vous remercier de nous avoir ainsi donné l’occasion de faire connaître notre point de vue sur l’autonomie politique des Indiens aux membres du comité permanent ainsi qu’aux membres ex-officio et aux personnes responsables de la liaison. Nous en sommes à la fois ravis et reconnaissants. Dans mon mémoire, je vais traiter de deux questions distinctes, notamment le gouvernement indien et les droits territoriaux. Mais avant d’aller plus avant, j’aimerais attirer votre attention sur un certain nombre de recommandations bien précises, énoncées par des témoins de partout au Canada, et que le Comité doit absolument adopter: Tout d’abord, l’acceptation et la confirmation de tous les droits des autochtones et des droits garantis par traité. Deuxièmement, que ces audiences et ce processus de consultation soient permanents et n’interdisent pas la tenue d’autres audiences portant sur toute éventuelle loi. 1 1 I 8 Indian Self-Government 2-3-1983 [Text] Three, that there is a need for this committee to continue pressing and to maintain constant vigilance on the recommen- dations put forward by witnesses of the first nations even after your terms of reference are essentially complete. Four, that full and formal recognition be given Indian government by Canada as an inherent right, which existed and was practiced by the Indian nations prior to exploration and scttlement on this continent and its restitution must be addressed within the Canadian confédération. Five, that the primary political unit of Indian government is the band and band membership, through which llows the authority to govern and implement all powers of political autonomy through a true and démocratie process. I will claborate more fully on this point later on in this presentation. Six. that an Indian rights protection office must be estab- lished immcdiatcly to directly protect, enforce and ratify aboriginal and treaty rights. This point will also be discussed later on this this présentation. Now, to get back to the two areas of discussion. Indian govcrnment: I Wlll outline the historical basis of Indian government. As was said to this committee many times before, the ancestors of Indian nations practiced their own forms of government from far back in history. There is growing Indian sentiment that we were historically, and continue to be, sovereign nations with our own Indian government, Indian govcrnments are not all the same, because of the differing Indian languages, differing cultures and life-styles and perhaps, today, differing levels of band development from coast to coast in Canada. Because of the nature of life on the prairies before European settlemcnt, individual bands operated as independent units. They recognized and respected each other’s autonomy. They not only lived and hunted together, but they also: established their own form of government, including the choosing of leadership; defined conditions for membership in bands; regulated economic activity; administered social, spiritual and hcalth needs to members; and enacted and enforced laws within the band and administered justice. In essence, the social, cultural, economic and religious activities of the bands were controllcd by the people. They asscrted’sovereignty——they were Indian government—- stemming from the principle that the will of the people was the basis of their Indian government. No outside group insisted or dictated to them as to how they should run their affairs. [Translation] Troisièmement, que le Comité continue à surveiller de façon très attentive les recommandations proposées par les témoins représentant la premières nations, même après échéance de son mandat. Quatrièmement, que le Canada reconnaisse officiellement en tant que droit inhérent le droit à l’autonomie politique des Indiens, car il s’agit là d’un droit qui a existé et qui a été exercé par les nations indiennes avant la colonisation du continent où nous nous trouvons. La restitution de ce droit devra par ailleurs se faire dans le cadre de la confédération canadienne. Cinquièmement, que les bandes et les membres des bandes soient reconnus comme étant la principale unité politique du gouvernement indien, unité à travers laquelle est transmise l’autorité de gouverner et de mettre en oeuvre les pouvoirs nécessaires au maintien d’une autonomie politique, et ce en vertu d’un processus démocratique véritable. Je fournirai des précisions supplémentaires sur ce point un peu plus tard. Sixiêmement, que soit immédiatement créé un bureau de protection des droits des Indiens, bureau qui serait chargé de protéger, de mettre en oeuvre et de ratifier les droits des autochtones et les droits garantis par traité. Là encore, je vais revenir là-dessus un peu plus loin dans mon mémoire. Revenons-en maintenant aux deux questions qui nous préoccupent ici. Tout d’abord, le gouvernement indien. Je vais commencer par vous donner un petit historique du gouverne- ment indien. Comme cela a déjà été dit nombre de fois au Comité, les ancêtres des nations indiennæ pratiquaient leur propre forme de gouvernement, qui remonte très loin dans l’histoire. Le peuple indien est de plus en plus convaincu que nous avons toujours été et que nous continuons d’être des nations souverai- nes, dotées de leurs propres gouvernements indiens. Les gouvernements indiens ne sont pas tous identiques, compte tenu des langues, des cultures et des genres de vie différents et peut-être, ce qui est plus probant à l’heure actuelle, des différences constatées au niveau du développement des bandes entre régions. Étant donné le genre de vie qu’on avait sur les Prairies avant l’arrivée des Européens, les bandes indiennes individuelles fonctionnaient en tant qu’unités indépendantes. Elles recon- naissaient et respectaient l’autonomie des autres. Elles vivaient et elles chassaient ensemble, mais elles établissaient également leur propre forme de gouvernement. Elles choisissaient leurs chefs, elles définissaient les critères en fonction desquels on pouvait en être membre, elles contrôlaient l’activité économi- que, elles administraient les besoins sociaux, spirituels et de santé de leurs membres, elles élaboraient des lois applicables au sein de la bande et elles assuraient la justice. En gros, toutes les activités sociales, culturelles, économiques et religieuses des bandes étaient contrôlées parle peuple. Elles affirmaient leur souveraineté, ce qui prouve bien qu’il s’agissait de gouvernement indien, axé sur le principe que tout gouvernement indien devait se fonder sur les désirs du peuple. Aucun groupe extérieur n’intervenait pour leur dire comment elles devaient organiser leurs affaires. lndi spiri that survi hum P°°P any thc choir ln thc z instr tnair Brit: TI Onc. Two Thrt Four Tl sion: proc and Onc. Two land Thrt Indi: agrc law Tl of t1 Croi [fCfil In as a foret lishc ents. miss lndi; two adm Tl The by rr whilv land l83 î0ll ins de les w -—— -—- «av»: w-n-e: mur-enrage»… ma, / qavv.“ v «na ‘ ‘ ‘ »**“= »*>‘V »ÆW5r*wma-q.-rgwa u..-

l
l
l‘
l
è
l
I5
‘r_.

l.
è

l
l
t.
e

2-3-1983

[Texte]

Treaties and early government législation: The right t0
Indian government was guaranteed by our ancestors under the
spirit and intent of the treaties. Treaty No.4 of 1874 stipulated
that the Indian way of life would not be changed but would
survive in perpetuity. International law and basic principles of
human rights recognize that for a way of life to survive the
people concerned must have the right to develop politically in
any direction they chose. This treaty guarantee acknowledges
the inherent right to self-government, which flows from thc
choice of the people.

In I670, King Charles II, cognizant of the threat of war and
the aggressive imperialism of many of Europe’s nations, issued
instructions to the governor of the North American coloniesto
maintain peace and not provocate any Indians at peace with
Britain.

Thesc early instructions acknowledged:

One, that Indians possessed a right to lands:

Two, that Indians were to be kept free from provocation;
Three, that they were to bc maintained as allies;

Four, that they were to be Christianized.

Thc Royal Proclamation of 1763 containcd special provi-
sions concerning Indians in newly established colonies. This
proclamation—statement——was the first on aboriginal rights
and contained three essential elements:

One, certain lands were to be reserved to Indians;

Two, Indians were not t0 be disturbed in their possession of
lands reserved t0 them:

Three, only the Crown could acquire the interests of the
Indians in the lands reserved to them through lawful treaty
agreements—ultimate title was in accordance with English
law, vestcd in the Crown.

This proclamation was the origin of treaties and the origin
of thc trust and spécial relationship of Indian nations with the
Crown. This trust responsibility is further ratified by the

treaties.

In 1775, instructions were forwarded to nurture thc Indians
as allies—invaluab1e in the event of war between colonial
forces. Towards this goal, an Indian department was estab-
lished under military control and a hierarchy of superintend-
cnts, deputy superintendents, commissaries, interpreters,
missionaries, etc. This was the basis of British policy for
Indians for ovcr 50 ycars. In I830, the department was split in
two units, Upper and Lower Canada, and placed under civil
administration.

This change brought about a new direction in philosophy.
The objective was now to educate and civilize the Indian and,
by means of treaties, pave the way for settlement of the colony
while protecting the Indians’ rights to occupy certain parcels of

land.

Autonomie politique des Indiens l1 ; 9

[Traduction]

Les traités et les premières lois: Le droit â l’autonomie
politique a été garanti par nos ancêtres dans le cadre de l’esprit
et de l’intention des traités. Le traité N“ 4, signé en 1874,
stipulait que le genre de vie indien resterait inchangé jusqu’à la
fin des temps. Le droit international et les principes fondamen-
taux sur lesquels reposent les droits de l’homme reconnaissent
que le maintien d’un genre de vie n’est possible que si le peuple
concerné a le droit de se développer politiquement dans la
direction qu’il choisit lui-même. Cette garantie, offerte dans le
cadre du traité, reconnaît le droit inhérent à Pautogouverne-
ment, ce qui découle a son tour du choix du peuple.

En 1670, le roi Charles II, conscient des menaces de lutte
armée et de l’impérialisme agressif de nombre de nations
européennes, ordonna au gouverneur des colonies nord-
américaines de maintenir la paix et de ne pas provoquer les
Indiens qui voulaient la paix avec la Grande-Bretagne.

Ces ordres reconnaissaient:
Premièrement, que les Indiens avaient des droits territoriaux;
Deuxièmement, que les Indiens ne devaient pas être provoqués;
Troisièmement, que les Indiens devaient être des alliés; et
Quatrièmement, qu’il fallait les christianiser.

La Proclamation royale de 1763 contenait des dispositions
spéciales s’appliquant aux Indiens établis dans des colonies
nouvelles. Cette proclamation, la première portant sur les
droits des autochtones, comportait trois éléments essentiels:

Premièrement, que certaines terres devaient être réservées aux
Indiens;

Deux, qu’il ne faudrait pas déranger les Indiens sur les terres
qui leur auraient été réservées;

Trois, que seule la Couronne pouvait acquérir les intérêts des
Indiens sur les terres réservées pour eux, et ce dans le cadre de
traités légaux. Les titres territoriaux devaient être signés
conformément à la Loi britannique, représentée par la
Couronne.

C’est cette proclamation qui est à l’origine des traités, ainsi
que de la confiance et des relations spéciales qui existaient
entre les nations indiennes et la Couronne. Cette responsabilité
a par ailleurs été ratifiée par les traités.

En 1775, il a été recommandé de se faire des Indiens, des
alliés. En effet, leur aide aurait été précieuse en cas de guerre
entre divers groupes de colonisateurs. C’est à cette fin qu’a été
créé un ministère des Indiens, géré par les militaires et par
toute une hiérarchie de surintendants, de sous-surintendants,
de commissaires, d’interprètes, de missionnaires, etc. C’est là-
dessus que c’est pendant 50 ans appuyé la politique britanni-
que vis-à-vis des Indiens. En 1830, le ministère a été divisé en
deux, une unité étant responsable du Haut Canada, et l’autre
du Bas Canada, et il a été doté d’une administration civile.

Ce changement amena une nouvelle orientation philosophi-
que. L’objectif était dorénavant d’éduquer et de civiliser
l’lndien et de pavcr la voie pour la colonisation des terres, par
le biais des traités, tout en protégeant le droit des Indiens
d’occuper certaines parcelles de terre.

11:10

Indian Self-Government

2-3-1983

[Taxi]
° 0920

After the Act of Union of Upper and Lower Canada in
1841, a major inquiry was launched for the continued protec-
tion of Indians, with special laws dealing with liquor and
preventing whites from settling in Indian villages. In 1850, two
différent acts for Upper and Lower Canada were passed: One,
“l’or the better protection ot” lands the property of Indians in
Lower Canada »; and, two, “An Act for the protection ot”
Indians in Upper Canada from imposition and the property
occupied or enjoyed by them from trespass and injury. »

In 1857, “An Act to encourage gradual civilization of
Indian Tribes and to amend the laws respecting Indians” was
passed. These all served not only to civilize the Indian but to
encourage enfranchisement, assimilation and termination of
SÎBILIS.

In the meantime, some treaties were signed between the
Indian nations and représentatives of the Crown in a period
where illness was rampant and periodic starvation existed
because of depleting buffalo herds. These early treaties were
signed by Indians for the cessation of title to the land of the
region in return for such things as military protection, goods,
money, medicines, hunting and fishing rights throughout the
region and more specific rights to smaller areas of land in the
reglon.

In 1859, “An Act Respecting Civilization and Enfranchise-
ment of Certain Indians” was passed. It consolidated all
existing législation dealing with Indians but not land reserved
for Indians.

In 1860, “An Act respecting the Management of Indian
Lands and Property“, establishing Indian affairs in the
Commissioner of Crown Lands department was instituted. The
Province of Canada was now the responsible agent of Indian
affairs and the imperial government was replaced from this
responsibility.

In 1867, the Dominion of Canada was created by the British
North America Act, Section 91.24 gives the federal govern-
ment exclusive jurisdiction in relation to Indians and lands
reserved for Indians. Administration of Indian affairs was
handled through the Department of the Secretary of State. In
1873, it became the responsibility of a branch of the Depart-
ment of Interior.

In the mid-1800s, the Province of Canada treaties and the
post-confederation numbered treaties were relatively complex.
The Crown représentatives promised annuities, education
rights, hunting, fishing and trapping rights, economic,
resource, social development rights, health, exemption from
taxation, reserve lands and special reserves—-such as fishing
stations—and the inherent rights to language, religion, culture
and self-government. These are neither gifts nor privileges,
these are what we term treaty rights, the price the Crown must
honour in perpetuity for ceded Indian lands.

[Tranrlation]

Après la signature, en 1841, de l’Actc de l‘Union du Haut et
du Bas Canada, on a lancé une enquête d’envergure sur le
maintien de la protection des Indiens, grâce, notamment, â
l’adoption de lois spéciales portant sur l’alcool et empêchant
aux Blancs de s’installer dans des villages indiens. En 1850, on
a adopté deux lois différentes pour le Haut et le Bas Canada:
l’une visant «une meilleure protection des terres appartenant
aux Indiens dans le Bas Canada», et l’autre, «une loi pour la
protection contre Pimposition des Indiens du Haut Canada et
pour la protection des terres occupées par eux ou dont ils
jouissent contre les intrus et les dommages».

En 1857, on a adopté «une loi visant â encourager la
civilisation progressive des tribus indiennes et à modifier les
lois se rapportant aux Indiens». Toutes ces mesures ont non
seulement servi a civiliser l’Indien, mais également à encoura-
ger Fémancipation, Passimilation et la révocation de son statut
d’Indien.

Entre-temps, certains traités ont été signés entre des nations
indiennes et des représentants de la Couronne, dans une
période où sévissaient épidémie et faim a cause de la diminu-
tion des troupeaux de bison. Dans le cadre de ces premiers
traités, les Indiens cédaient leur titre à certaines terres et
recevaient, en compensation, une protection militaire, des
biens, de l’argent, des médicaments, des droits de pêche et de
chasse dans la région et des droits plus particuliers se rappor-
tant ä des parcelles plus petites des terres de la région.

En 1859, «une Loi respectant la civilisation et l’émancipa-
tion de certains Indiens» a été adoptée. Cette loi regroupait
toutes les lois existantes se rapportant aux Indiens, mais ne
traitait pas les terres réservées aux Indiens.

En 1860, on adoptait «une loi respectant la gestion des terres
et des propriétés indiennes», en vertu de laquelle on établissait
l’ancétre des affaires indiennes, le Ministère du commissaire
des terres de la Couronne. La province du Canada était
dorénavant Fagent ruponsable des affaires indiennes et le
gouvernement impérial cédait ses responsabilités dans ce
domaine.

En 1867, le Dominion du Canada a été créé en vertu de
l’Acte de l’Amérique du Nord britannique. L’article 91.24 de
cet acte accorde au gouvernement fédéral la juridiction
exclusive relativement aux Indiens et aux terres réservées aux
Indiens. L’administration des affaires indiennes relevait du
ministère du Secrétariat d’État. En 1873, cette responsabilité a
été cédée à un service du ministère de Flntérieur.

Vers le milieu des années 1800, les traités de la province du
Canada et les traités numérotés d’après la confédération
étaient relativement complexes. Les représentants de la
Couronne promettaient rentes, droits en matière d’éducation,
de péche, de chasse et de chasse à la trappe, droits économi-
ques, sociaux, droits aux ressources et au développement,
droits à la santé, exemption de taxes, terres de réserve et
réserves spéciales (notamment des stations de péche) et droits
inhérents en matière de langues, de religion, de culture et
d’autonomie politique. Mais il ne s’agit là ni de cadeaux ni de
privilèges, mais de droits garantis par traité. C’est le prix que

983

u… .qz;..u,,:

l? ‘v ..—9..v.w;<_ l

2-3-1983

Autonomie politique des Indiens 1 1 : 1 1

[ Texte]

In 1876, all laws respecting Indians were again consolidated
to coincide with the expansion of the federal government
jurisdiction, first to the Maritimes and then to the west. This
1876 law covered three main areas: membership, lands and
local government.

In 1880, another act was written. the Indian Advancement
Act. A separate department of Indian affairs was established,
which continued to exist until 1936, when it became a branch
of the Department of Mines and Minerais. In 1946, it came
under the Department of Citizenship and Immigration. This
1880 act was the basis for all successive Indian acts until the
act was rewritten in 1951.

This new act still protected Indians from alienation, Indian
property from depredation, and provided a form of local
government and, as well, a system for ending Indian status. It
no longer contained some of the restrictive provisions of earlier
acts; however, the powers of the minister and the Governor in
Council reamined excessive—over half of the act is at their
discretion. Today, this is the dilemma to which the Indian
nations are subjected and the only législative document
through which Indian affairs and Indian rights are adminis-
tered.

Numerous attempts to revise the act have been undertaken
with generally little success. Indian status is determined solely
through the opération of the act and repeal of the act would
mean a loss of special rights resulting from aboriginal and
treaty positions. In 1978, the National Indian Brotherhood
withdrew from a joint Cabinet—National Indian Brotherhood
committee because of the government insincerity to distinguish
between privilèges and Indian rights. More recently, revisions
to the Indian Act have been considered in the light of Indian
government, and it is only through this philosophy that Indian
rights can be significantly defined, improved and recognized.

Having presented a brief chronology of events leading up to
the present, it becomes increasingly evident that in the
government’s overtures for peace and alliance with Indian
nations there evolved outright controls, restrictions, manipula-
tion and eventual génocide within their législative processes.

Although the post-Confederation and numbered treaties
eased the situation somewhat and were a welcome process to
the Indian nations, these were considered very lightly, with
very limited significance, by the government. The Indian
nations, on the other hand, held the treaties in solemnity,
always conscious of the présence of the Creator as the primary
guiding force.

[Traduction]

la Couronne doit payer, à perpétuité, pour les terres cédées par
les Indiens.

En 1876, on a de nouveau regroupé ensemble toutes les lois
se rapportant aux Indiens pour que cela cadre avec l’élargisse-
ment de la juridiction des autorités fédérales, qui s’est d’abord
étendue jusqu’aux Maritimes, et ensuite dans l’ouest. Cette loi
de I876 couvrait trois questions principales: l’appartenance
aux bandes, les terres et les gouvernements locaux.

En 1880, on rédigeait une nouvelle loi, la Loi sur l’avance-
ment des Indiens. On a également créé un ministère distinct
responsable des affaires indiennes, ministère qui a existé
jusqu’en 1936, année au cours de laquelle il est devenu une
direction du ministère des Mines. En 1946, ce ministère a été
transféré à celui de la Citoyenneté et de Plmmigration. C’est
sur cette loi de 1880 que sont fondées toutes les lois indiennes
subséquentes,jusqu’à révision de la loi en 1951.

Cette nouvelle loi protégeait toujours les Indiens contre
l’aliénation et elle protégeait les propriétés indiennes. Enfin,
elle garantissait une forme de gouvernement local et elle
proposait un système visant ä mettre fin au statut indien. Elle
ne contenait pas un certain nombre des dispositions restrictives
de ses ancêtres, mais les pouvoirs du ministre et du gouverneur
en conseil demeuraient excessifs. Plus de la moitié des articles
prévus dans la loi relèvent de la discrétion de ces deux
personnes. C’est d’ailleurs le même problème qui se pose
aujourd’hui pour les nations indiennes, et ce document est le
seul document légal en fonction duquel sont administrées les
affaires et les droits des Indiens.

On a â maintes reprises tenté de réviser cette loi, mais ces
efforts n’ont en général rien donné. Le statut d’lndien est
déterminé en fonction des articles de cette seulc loi, et la
révocation de celle-ci amènerait la perte de certains droits des
autochtones et de certains droits garantis par les traités. En
1978, la Fraternité des Indiens du Canada s’est retirée d’un
Comité mixte du cabinet et de la fraternité, à cause du refus
du gouvernement de faire une distinction entre les privilèges et
les droits des Indiens, Plus récemment, des révisions à la Loi
sur les Indiens ont cependant été envisagées à la lumière du
concept de gouvernement indien, et ce n’est que dans le cadre
de cette philosophie que les droits des Indiens pourront
véritablement être définis, améliorés et reconnus.

La brève chronologie d’événements que je viens de vous
faire, pour nous amener à l’époque contemporaine, révèle que
les efforts déployés par le gouvernement pour vivre en paix
avec les Indiens et s’allier à leurs nations ont supposé tout un
tas de mesures de contrôle, de restrictions, d’efforts de
manipulation et même de génocide, dans le cadre du processus

législatif,

Même si les traités numérotés et ceux qui ont suivi la
confédération ont permis d’atténuer certains problèmes et ont
été applaudis par les nations indiennes, le gouvernement n’y a
attaché que très peu d’importance. Les nations indiennes,
quant à elles, respectaient solennellement ces traités, toujours
conscientes de la présence du Créateur et du rôle de guide qu’il
jouait.

ll:l2

[Taxi]

The déclaration of first nations and the aboriginal and
treaty rights principles attest to the faith and spirituality of thc
Indian nations. This déclaration also attests to the direction
and position of the Indian nations at this point in history.

Not only were the government’s législative enactments
dictatorial, discriminatory and a detraction of Indian rights
throughout history, but their policies were of a similar nature.
The following will describe briefly Canada’s Indian policy:

One, thc de-tribalization policy, 1840: Canada’s first policy
was to destroy the Indians’ political, religions, social and
educational institutions. This was done by confirming lcgisla—
tion, establishing boarding schools and overt control by Indian
agents.

Two, the plan tu liquidate Canada’s Indian problem within
25 years, 1947: This plan was presented to Parliament by the
Standing Committee on Indian Affairs hearings by Dr. Jennes.
The plan called for the liquidation of Indian lands, wholesale
intégration and enfranchisement of Indians and the diffusion
of Indian programs to other departments and the provinces.

Three, the Dr. Harry Hawthorne Report, 1954: Although
thc report critieized the administration of Indian affairs as
paternalistic, the report was eonfined to Indian nations in
British Columbia. It recommended the following:

abandonment of enfranchisement policy;
right to vote in federal and provincial elections;

maintain exemption from federal taxes but recommended
payment of provincial taxes;

agency councils of Indians take over full administration of
Indian Affairs;

‘band councils take over local authorities with right to levy
taxes and acquire provincial subsidies;

abolish reserves and amalgamate within local municipal
authorities with the right for non-Indian residence on reserves;

encourage assimilation by modification of urban policy and
enticement of Indians to leave reserve;

Indians attain drinking rights and acquire special policing of
TCSCFVCS.

Four, new Indian policy, 1969: This policy implemented
some of the Hawthorne report recommendations. This white
paper went further and called for a five-year phase-out of the
Department of Indian Affairs with Indian services transferred
to thc provinces.

Five, local government guidelines, 1975: These guidelines
ignored the presence and ongoing development of Indian
government and called for the municipalization of Indian lands
and institutions. They were basically administrative guidelines

Indian Self-Government

2-3-1983

[Translation]

La déclaration des premièrs nations et les principes relatifs
aux droits aborigènes et aux droits garantis par traité sont une
preuve de la spiritualité et de la foi des nations indiennes.
Cette déclaration est également un témoignage de la direction
et de la position qu’ont choisi de poser les nations indiennes.

Ce n’est pas simplement les lois du gouvernement qui ont été
dictatoriales et discriminatoires envers les Indiens, sa politique
l’était aussi. Ce que je vais maintenant vous lire décrira très
bien la politique du Canada vis-à-vis des Indiens:

Premièrement, la politique de détribalisation, 1840: le
premier objectif du Canada était de détruire les institutions
politiques, religieuses, sociales et éducatives des Indiens. Cela
a été fait par l’adoption de lois, la création de pensionnats et
l’établissement du contrôle des agents des Indiens.

Deuxièmement, le plan visant à liquider le problème des
Indiens du Canada dans un délai de 25 ans, 1947. Ce plan
avait été présenté au Parlement par le docteur Jenncs du
Comité permanent sur les affaires indiennes. Il prévoyait la
liquidation des terres indiennes, l’intégration complète ct
l’émancipation des Indiens et la délégation des programmes
indiens à d’autres ministères ainsi qu’aux provinces.

Troisièmement, le rapport du docteur Harry Hawthorne,
I954. Bien que ce rapport ait reproché à l’administration des
affaires indiennes d’être paternaliste, il ne sïntéræsait qu’aux
nations indiennes de la Colombie-Britannique. Il recomman-
dait ce qui suit:
l’abandon de la politique d’émancipation;
le droit de vote dans le cas des élections fédérales et provincia-
les;
le maintien de l’exemption des taxes fédérales, mais le
paiement de taxes provinciales;

la création de conseils d’Indiens qui seraient responsables de
l’administration des affaires indiennes;

le droit pour les conseils de bandes de remplacer les autorités
locales, de percevoir des taxes et de se procurer des subventions
provinciales:

l’abolition des réserves et l’annexion de leurs habitants aux
municipalités locales, et le droit a des non Indiens de vivre sur
les réserves;

l’assimilation par la modification des politiques urbaines et par
l’encouragement des Indiens à quitter les réserves;

l’octroi aux Indiens de droits en matière de consommation
d’alcool et des services de contrôles spéciaux sur les reserves.

Quatrièmement, nouvelle politique indienne, 1969. Cette
politique englobait un certain nombre des recommandations
énoncées par le rapport Hawthorne. Ce Livre blanc allait
cependant plus loin encore et réclamait l’élimination, au bout
de cinq ans, du ministère des Affaires indiennes, tous les
services indiens devant être transférés aux provinces.

Cinquièmement, lignes directrices pour les gouvernements
locaux, 1975. Ces lignes directrices ignoraient la présence et le
développement du gouvernement indien et réclamaient la
municipalisation des terres et des institutions indiennes. Ces
lignes directrices étaient surtout administratives et elles

1983

atifs
une
nes.
tion

été
que
très

lcs
an
du
la

6S

n

. xav-q.

2-3-1983

.,L’AILS.J .-

Autonomie politique des Indiens 1 1 : l3

[Texte]

designed to complete the policies of the 1969 white paper and
the 1947 plan.

Six, Indian-government relationships policy, 1976: This
policy set up a situation which limited Indian government
leadership-chiefs and councillors——to mere partners with the
civil servants. The legitimate leadership were made accom-
plices to their own fate, which was to undermine their offices
and thereby destroy the voice of Indian governments.

Seven, native policy, federalv-provincial documents, 1976:
The word Indian now disappears as the implementation of
assimilation continues. A number of native policy papers were
drafted, which places Indian, Métis and Inuit groups together.

° 0930

Under these types of policies, the special relationship with
the government acquired through treaties by Indian nations
cease to exist. Hence, Indian treaty status and Indian rights
ratified through treaties will be diluted to the point of dissolu-
tion, unless these rights are entrenched and protected in the
Canadian Constitution.

Eight, native affairs offices, federal»provincial, 1979: The
federal government, in co-operation with the provincial
government, established offices to deal with native peoples and
native affairs. These native desks unilaterally implement native
policy without the consent of the natives involved.

Nine, local government bill, 1981: This bill proposes some
fundamental concepts of Indian government, however there is
the control factor through dévolution or delegation of powers.
The will of Indian nations to govern themselves is not recog-
nized by this législation. Powers over Indians will still emanate
from the British North America Act. Thé proposed bill will
not alter that power base and Indian government will not
devélop in the true sense that Indian nations envision. Wé do
not want municipal-type government, we want to govern
ourselves, we want to determine for ourselves our form of
government, our right to make and enforce laws.

These are some of the government’s policies, which were
developed through studies without due recognition of all the
factors encompassing the Indian nations’ aboriginal and treaty
rights. Through all this one-sided governmental législation and
policy development—geared to assimilale, climinate and
terminate, improvised to oppréss and suppress——the Indian
nations have managed to survive and have gained strength and
wisdom in the process.

We ask for the opportunity, in view of the history of failure
by the government . . . the inherent right to Indian government
with all the powers exercised by a government. Indian nations

[Traduction]

avaient pour objet dé compléter les politiques contenues dans
le Livre blanc de 1969 et dans le plan de 1947.

Sixièmement, politique sur les relations entre les Indiens et
le gouvernement, 1976. Cette politique a amené une situation
dans laquelle les leaders indiens, dest-à-dire les chefs et lcs
conseillers, étaient de simples partenaires aux côtés des
fonctionnaires. Ils ont donc été complices de leur propre
dégradation, car le sort qu’on leur a réservé était de miner les
efforts de leurs propres bureaux et, partant, de détruire la voix
des gouvernements indiens.

Septièmement, politique sur les autochtones, documents
fédéraux-provinciaux, 1976. Le mot Indien disparaît, mainte-
nant que le processus d’assimilation est bien entamé. Un
certain nombre de documents qui ont été élaborés, mettent
ensemble les groupes indiens, métis et inuits.

Dans le cadre de ces politiques, les relations spéciales,
acquises par le biais des traités, qui liaient le gouvernement et
les nations indiennes ont cessé d’exister. Ainsi le statut
d‘lndien et les droits qui reviennent aux Indiens en vertu des
traités seront dilués au point de disparaître, à moins bien sûr
que ces droits soient enchâssés dans la constitution canadienne.

I-Iuitièmement, Bureau des affairés des autochtones, fédéral-
provincial, 1979: Le gouvernement fédéral, en collaboration
avec le gouvernement provincial, a créé des bureaux responsa-
bles des peuples autochtones et de leurs affaires. Ces services
appliquent unilatéralement les politiques autochtones sans le
consentement des personnes concernées.

Neuvièmement, Bill sur le gouvernement loca, 1981: Ce bill
propose un certain nombre de concepts fondamentaux en
matière de gouvernement indien, mais ne prévoit aucun facteur
de contrôle sous forme de dévolution ou de délégation de
pouvoirs. Le voeu des nations indiennes de s’autogouverner
n’est pas reconnu dans ce projet de loi. Les pouvoirs exercés
sur les Indiens émaneront toujours de l’Acte de l‘Amériquc du
Nord britannique. Ce projet de loi ne modifiera en rien l’assise
du pouvoir et le gouvernement indien ne pourra pas s’épanouir
ni se développer dans le vrai sens du mot, comme l’auraient
souhaité les nations indiennes. Nous ne voulons pas un
gouvernement de type municipal; nous voulons nous gouverner
nous-mémés; nous voulons choisir nous-mémés notre formé de
gouvernement et nous voulons avoir le droit d’élaborer et
d’imposer des lois.

Voila un certain nombre des politiques du gouvernement,
qui ont toutes été élaborées dans le cadré d’études qui n’ont
pas reconnu tous les facteurs entrant én ligne dé compte
lorsqu’on parle des droits autochtones et des droits garantis par
traité. Mais malgré toutes ces lois et toutes ces politiques
gouvernementales biaisées, visant à assimiler, à éliminer, a
appauvrir, à opprimer et à supprimer les nations indiennes,
celles-ci ont réussi à survivre ét elles en ont même tiré une
certaine force ét une certaine sagesse.

Ce que nous demandons, c’est la possibilité, compté tenu des
nombreux échecs qu’a connus le gouvernement… le droit
inhérent a l’autonomie politique, et le droit de nous doter de

11:14

[ Text]

did not occupy their territory by permission of any other
nation and the right of Indians to regulate and control their
internal affairs is solely the Indian government’s authority.
The laws and policies that have attemptéd to control this right
are incidents of génocide.

We speak of Indian governmental powers; let me cite an
example: Six years ago, almost to the day, the Indian govern-
ment of my band, the Star Blanket Band, ran their élection
under their own elective system developed by the people. A
copy of this law is attached for your information. I have
approximately 210 members and 115 electors at the present
time. A survey was taken initially to begin the implementation
of this band law. The survey was approved by a general band
meeting and forwarded to both the on- and off-reserve
populace of the band, age 18 years and over.

The respondents were given a deadliné for responding to the
questionnaire. A group of three university students assisted
some of the members in responding to the questions, which
were directly related to the actual band law. Tabulations of the
responses began. A concensus of opinions resulted. Some
options were eliminated to questions whose results could not be
determined on consensus and a resurvéy was undertaken.
Finally, when the resurvey was returned, the results were
tabulated and the first official draft of the band law was
produced, based on the overall results of both surveys. This
initial draft was taken to a general membership meeting for
review. Based on recommendations from the membership, a
second draft was produced with slight revisions. This second
draft was once again taken to the general membership and
subsequently ratified and sanctioned as a band law, known as
the Star Blanket Indian Band Government Election Act and
Régulations. This process took approximately a year to
complete in its entirety.

This documentation of actual implementation of Indian
Government, Mr. Chairman, is to demonstrate:

One, that time is of essence in the effective development of
laws at thé band level;

Two, that the need for additional time to adequately address
processes in developing workable laws with the involvement of
band members is essential to Indian government development;

Three, that this band law is a primary example of true
democracy, an actual internal assertion of authority by an
Indian government without outside interférence;

Four, that this system of création of legislation is much more
acceptable and workable at the band level as opposed to
delegatéd authority or imposed legislation under the Indian
Act;

Indian Self-Government

2-3-1983

[Translation]

notre propre gouvernement qui ait tous les pouvoirs d’un
gouvernement. Les nations indiennes n’ont pas occupé leur
territoire parce qu’elles en ont obtenu la permission auprès
d’une autre nation. Le droit des Indiens dé contrôler leurs
affaires internes ne doit relever que de l’autorité d’un gouver-
nement indien. Les lois et les politiques qui ont visé à contrôler
ce droit sont qualifiables de génocide.

On parle de pouvoirs gouvernementaux indiens. Permettez-
moi de vous donner un exemple. Il y a six ans, presque jour
pour jour, le gouvernement indien de ma bande, la bande Star
Blanket, a tenu des élections conformément à son propre
système, qui a été élaboré par le peuple. Une copie de cette loi
a été jointe au document qu’on vous a fourni. A l’heure
actuelle, j’ai environ 210 membres et 115 électeurs. On avait
entrepris une enquête au départ avant la mise en application de
cette loi de la bandé. L’idée de l’enquête a été approuvée lors
d’une réunion générale dé la bande, et la décision a été
transmise à tous les membres de la bande âgés de 18 ans et
plus, qu’ils vivent ou non sur la réserve.

Les intéressés devaient répondre dans un délai donné au
questionnaire. Trois étudiants d’université ont aidé un certain
nombre des membres â répondre aux questions, qui se
rapportaient directement â la loi de la bande en vigueur à
l’heure actuelle. On a ensuite compilé les réponses pour savoir
ce que pensait la majorité. Pour les questions où les réponses
ne permettaient pas de trancher, une nouvelle enquête a été
entreprise. Enfin, une fois cette étape franchie, on a compilé
tous les résultats et on a produit une première ébauche
officielle de la loi, ébauche qui tenait compte des résultats
obtenus à l’égard des deux enquêtes. Cette ébauche a été
présentée aux membres lors d’une assemblée générale. Une
deuxième ébauche, légèrement révisée, a ensuite été préparée
en tenant compte des recommandations formulées par les
membres. Cette deuxième ébauche a, elle aussi, été étudiée
lors d’une assemblée générale et elle a, par la suite, été ratifiée
et sanctionnée en tant que loi de la bande. Cette loi a été
officiellement baptisée Loi ct Règlements sur les élections du
gouvernement de la bande indienne Star Blanket. Tout ce
travail a demandé près d’un an.

Cette documentation sur l’effet de la mise en place d’un
gouvernement indien a pour objet, monsieur le président, de
démontrer:

Premièrement, qu’il faut disposer de beaucoup de temps pour
élaborer des lois au niveau des bandes;

Deuxièmement, qu’il est essentiel de disposer de délais
supplémentaires pour étudier dé façon approfondie les
processus qui entrent en ligne de compte dans l’élaboration de
lois pratiques, afin que les membres de la bande puissent
participer;

Troisièmement, que cette loi est une parfaite illustration de ce
qu’est la vraie démocratie, l’affirmation interne d’une autorité
par un gouvernement indien sans que des étrangers n’intervien-
rient.

Quatrièmement, que ce système d’élaboration de lois est
beaucoup plus acceptable et plus pratique au niveau des
bandes, surtout si on compare ce système à l’autorité déléguée
et aux lois imposées en vertu de la Loi sur les Indiens;

983

un
cur
rrès
urs
er-
ilcr

nmw «me. =I c

‘v’ .-——x—-t-»»-.r«—.-.—_..s _…_ m–. .4 _, .u…-«..t,«.—.r——z.._wv«ær—-.. —_«<w.v..-..».._.,.,,_.,. g _,,__g_w_r

« »p,—-V—,«..7W.._,.. ,_<,_<__A___V__’__ v ‘___‘«__A_

2-3-1983

[Texte]
Five, that band laws developed and exercised according to
custom may differ from band to band—the important point is
that the will of the people is paramount.

Mr. Chairman, l have taken much time in presenting
factual evidence, both historical and present-day évidence. The
government systems that have come and gone, supposedly for
the development of Indian nations, have failed drastically. The
Indian enactments and policies of the government are unac—
ceptable and are more of a hindrance and interférence in the
Indian nations‘ quest for selfldetermination. A new direction is
required. Indian nations can be responsible to provide this
direction through our concept of Indian government.

The present system is one of administration, because the
formal authority of the chiefs and councils is reduced to the
passing of by-laws under the Indian Act, developed and passed
by an external power. The Indian nations did not intend this to
happen when they made treaties. Slowly usurping Indian
authority under the guise of implementing treaty provisions, by
means of intimidation, the government was able to maintain
complete control of every aspect of Indian life and activity on
reserves for a long period of time, as the overview of history
has demonstrated.

In closing out this portion of the présentation, the basic
positions of Indian nations in this province are:

One, recognition of Indian nations‘ sovereignty and the right to
self-détermination according to treaty within their relationship
with Canada;

Two, time for Indian nations to develop their own governing
constitutions—at the band level, initially, systematically to
district, provincial and national levels.

We want this opportunity today, as the Indian nations of
yester-year wanted this in treaty negotiations five generations
ago, With sound recommendations from this committee in
recognizing Indian self-government on our terms within our
jurisdiction and control, only then would past injustices be
rectified, the road to self-détermination become a reality and
the control of the destiny of Indian nations will be completely
in our hands—in our hands t0 plan, organize, control, direct,
develop and evaluate.

The Canadian Constitution now recognizes both the political
and legal status of treaty and aboriginal rights. The jurisdic-
tion at all levels of governments, departments and agencies is
now required to recodify their régulations to recognize and
respect aboriginal and treaty rights. Indian control of Indian
government will result only from the exercise and execution of

Indian political rights.

Autonomie politique des Indiens l 1 : I5

[Traduction]

Cinquièmement, que les lois des bandes élaborées et imposées
en vertu de coutumes peuvent différer d’une bande à une autre.
Le point essentiel ici, c’est que ce sont les désirs du peuple qui
comptent plus que tout.

Monsieur le président, je sais que j’ai pris beaucoup de
temps pour vous présenter des faits historiques et des faits qui
se rapportent à la période contemporaine. Les systèmes
gouvernementaux qui se sont succédé, qui avaient supposément
pour objet de permettre le développement des nations indien-
nes, n’ont connu que des échecs. Les politiques et les lois du
gouvernement qui se rapportent aux Indiens sont inacceptables
et ne sont qu’une entrave de plus a l’autodétermination des
nations indiennes. Une nouvelle orientation s’impose. Les
nations indiennes peuvent être responsables d’esquisser cette
nouvelle orientation, par le biais de notre propre concept dc ce
que devraient être les gouvernements indiens.

Le système actuel est administratif parce que l’autorité
formelle des chefs et des conseils se limite à l’adoption de
règlements en vertu de la Loi sur les Indiens, loi qui a été
élaborée et adoptée par des pouvoirs externes. Les nations
indiennes n’avaient pas prévu cela lorsqu’ils ont signé les
traités. En usurpant lentement l’autorité indienne sous lc
couvert des dispositions des traités, et par le biais de l’intimida-
tion, le gouvernement a pu maintenir un contrôle total sur tous
les aspects de la vie indienne et sur toutes les activités des
réserves, et ce pendant très longtemps, comme en témoigne
notre histoire.

J’aimerais, pour conclure cette partie de mon mémoire, vous
énoncer quelles sont les positions essentielles adoptées par les
nations indiennes de notre province:

Premièrement, la reconnaissance de la souveraineté et du droit
à l’autodétermination des nations indiennes conformément au
traité;

Deuxièmement, l’établissement d’un calendrier suffisamment
souple pour permettre aux nations indiennes d’avoir le temps
nécessaire â l’élaboration de leur propre constitution, au niveau
des bandes tout d’abord, mais ensuite, de façon systématique,
au niveau des districts, des provinces et du pays.

Nous voulons dès aujourd’hui avoir cette possibilité, comme
le voulaient les Indiens d’il y a cinq générations lorsqu’ils
négociaient les traités. Ce n’est que si Ic Comité reconnaît
notre forme de gouvernement indien et le droit pour celui—ci de
contrôler le peuple indien, que le Canada pourra réparer les
injustices qu’il a commises par le passé, que le chemin à
l’autodétermination deviendra une réalité et que le contrôle du
destin des nations indiennes reviendra enfin aux nations
indiennes, afin que celles-ci soient responsables de la planifica-
tion, de l’organisation, du contrôle, de la direction, de l’élabo«
ration et de l’évaluation.

La constitution canadienne reconnaît le statut politique et
légal des droits des autochtones et des droits garantis par
traité. Tous les gouvernements, ministères ct organismes
gouvernementaux sont maintenant tenus de réviser leurs
règlements de façon à reconnaître et à respecter les droits des
autochtones et les droits garantis par les traités. Le contrôle
par les Indiens d’un gouvernement indien ne pourra se réaliser

11:16

[ Texr]

Canada cannot deny the présence of Indian government in
the Canadian polity. Canada has attempted to manage Indian
Affairs under their systems over the past three centuries with
only superficial success. Canada, through their Constitution
and législative processes, must recognize Indian government as
a right for Indian nations to exercise, develop, implement,
make mistakes, all on their own accord and discrétion.

I will now go into the treaty land entitlement rights: In
1867, the federal government of Canada assumed the responsi-
bility for “Indians and lands reserved for Indians » through the
British North America Act. At that time Canada consisted
only of Upper and Lower Canada and two maritime colonies.
Thc government felt it was critical to Canada’s future t0
prevent American encroachment into the rich mineral and fur-
trading arca of what is now western Canada. Moving quickly,
the government claimed all land west and north of Ontario. In
1870, Canada purchased all land then held by the Hudson’s
Bay Company. This acquisition connected the British colony,
now British Columbia. to the rest of Canada and created a
nation that stretched from the Atlantic to the Pacific. To
protect its vast territory, the government underwent the
construction of a transcontinental railway. It was also felt the
railway would provide a new source of trade for eastern goods.

A 1763 Royal proclamation by the British sovereign stated
new-found land could be taken in the name of the King, but
recognized Indian rights to use the land. Treaties between the
Crown and the Indians were required before non-Indian
settlement, or developments such as the railway, could begin.
The Canadian government, assuming sole responsibility for
extinguishing Indian treaty land entitlements, began to settle
the treaties in 1871.

‘ 0940

Treaties No. 4 and 6, signed in 1874 and 1876 respectively,
extinguished most Indian claims in the southern agricultural
belt. These treaties cleared the way for the railway to be built.
The northern part of what is now Saskatchewan was largely
covered by Treaties No. 8, 1899, and 10, 1906. Small portions
of Treaties No.2, 1871, and 5, 1875, made up the remaining
part of the province.

In most treaties the land allocation was the same: each
family of live was to receive one square mile, or 128 acres, per
person. Reserve lands were to be chosen by the band but
approved by the government.

The 1876 Indian Act established the rules and procédures
for government workers to interact with Indian bands. The act

Indian Self-Government

2-3-1983

[Translation]

que par le biais de l’exercice et de l’exécution des droits
politiques des Indiens.

Le Canada ne peut pas nier la présence en son sein du
gouvernement indien. Le Canada a pendant trois siècles
essayé, sans succès, de gérer les affaires indiennes en fonction
et dans le cadre de ses propres systèmes. Le Canada doit, par
l’intermédiaire de sa constitution et de ses lois, reconnaître aux
nations indiennes le droit de se doter d’un gouvernement indien
habilité à élaborer et à mettre en oeuvre ses propres lois, à
faire des erreurs, a agir â sa discrétion.

Je vais maintenant vous entretenir des droits territoriaux
garantis par les traités: En 1967, le gouvernement fédéral du
Canada assumait la responsabilité, par l’Acte de l’Amérique
du Nord britannique, pour «les Indiens et les terres réservées
aux Indiens». À cette époque, le Canada ne comptait que la
Haut et la Bas Canada et deux colonies des Maritimes. Le
gouvernement était d’avis à cette époque qu’il était essentiel
pour l’avenir du Canada d’empêcher les Américains d‘empiéter
sur la zone très riche en minerais et en fourrures que l’on
appelle maintenant 1’0uest du Canada. Le Canada a très vite
pris toutes les terres à 1’0uest et au Nord de l’Ontario. En
1970, le Canada achetait toutes les terres que possédait alors
la compagnie de la Baie d’Hudson. Cet achat faisait la liaison
entre la colonie britannique, maintenant connue sous le nom de
Colombie-Britannique et le reste du Canada, et créait une
nation qui s’étalait de l’Atlantique au Pacifique. Pour protéger
ce vaste territoire, le gouvernement a entrepris la construction
d’un chemin de fer transcontinental. On pensait également que
ce chemin de fer faciliterait la commercialisation des biens en
provenance de l’Est.

En 1763, une proclamation royale du souverain britannique
déclarait que toute terre nouvelle pourrait être prise au nom du
roi, mais cette proclamation reconnaît aux Indiens le droit
d’utiliser ces terres. D’autre part, des traités devaient être
signés entre la Couronne et les Indiens avant que des non-
Indiens puissent s’installer sur des terres ou entreprendre des
travaux, comme par exemple la construction du chemin de fer.
Le gouvernement canadien, assumant seul la responsabilité
pour la révocation des droits territoriaux garantis aux Indiens
par les traités, a commencé à régler les traités en 1871.

Les traités n“ 4 et 6, signés en 1874 et 1876 respectivement,
ont aboli la plupart des revendications des Indiens dans la
région agricole du sud. Ces traités ont donc laissé la voie libre
à la construction du chemin de fer. Quant au territoire qui,
maintenant, est le nord de la Saskatchewan, il était largement
couvert par les traités n » 8, en 1899 et n° l0, en 1906. De
petites parties des traités n“ 2, de 1871 et n° 5, de 1875,
portaient sur le reste de la province.

Dans la plupart des traités, on accordait la même chose:
chaque famille de cinq devait recevoir un mille carré, ou 128
acres, par personne. Les terres de la réserve devaient être
choisies par la bande, mais également approuvées par le
gouvernement.

La Loi sur les Indiens de 1876 établit les règles et les
procédures à suivre par les fonctionnaires gouvernementaux

ŸïË7’?fI!0f\YhOi<I-—m>v-1-—n-| .t_._.__…_

“UQQŒG

vi

dt
c(
re

——rr\ »|;Ëh:

n, _..,.,. v .. . 4… 1… vîc.»4,«-.,.—wy_ v“.

.._.-.«»_-_…, I, .. . .

2-3-1983

» 1>ÂArM>uA r_L>G-‘(.1A I,“‘}L»*\A . L.

Autonomie politique des Indiens 11 : 17

[Texte]

made Indians wards of the state and withdrew many rights.
Indian people could not vote, leave the reserve without
permission, or enter into contracts. Indians were defined as
“non-persons », who were to be controlled, monitored and
directed.

Indian agents were appointed to liaise on behalf of the
bands. Band concerns relating to treaty land entitlement were
often ignored or overlooked.

When the Province of Saskatchewan was formed in 1905,
the federal government retained the administration of lands
and resources. This was done for several reasons, including the
assurance that land settlements would not be interrupted. By
1930, when the federal government transferred the remaining
natural resources and land to the provincial government
through the Resources Transfer Agreement, the majority of
the province’s good agricultural land had been claimed by non-
Indian settlers. Section 10 of the agreement instructed the
province to make unoccupied Crown land available to Canada
in order to assist the federal government in fulfilling any
outstanding Indian land entitlements.

Outstanding land entitlement rights were not realized until
research was made into the treaties during the 1960s. The
federal government wrote to the premiers of the prairie
provinces in 1975 stating some Indian bands were still owed
additional land under the original treaties. Under Section l0 of
the Resources Transfer Agreement, Canada was requesting
the provinces‘ co-operation to settle all outstanding treaty
commitments. Through correspondence with the Federation of
Saskatchewan Indians and the federal government, the
Government of Saskatchewan agreed to negotiate the land
entitlement claims. These negotiations resulted in the 1977
Saskatchewan formula, which made available all Crown lands
for the purpose cf treaty land entitlement rights settlements. It
is under the conditions of the Saskatchewan formula that land
settlement has been made.

To date, 21 bands have been validated. This validation
entitles them to additional lands in excess of one million acres.
Several other bands are presently seeking validation. The
combined acreage owed to all bands as settlement for out-
standing land entitlements will equal less than 1% of the
province’s total agricultural acreage.

Presently, the work on land entitlement in Saskatchewan is
virtually at a standstill, due primarily to the election of a new
government. The province has requested a review of validation
documents and statistics of all the entitlement bands, which
consequently delayed the total transfer process. Another
reason for the delay is that the province is in the process of

[Traduction]

dans leurs rapports avec les bandes indiennes. La loi mettait
les Indiens sous la tutelle de l’Etat et leur retirait bon nombre
de droits. Ainsi, les Indiens ne pouvaient pas voter, ni quitter la
réserve sans permission, ni encore être partie à un contrat. Les
Indiens furent donc définis comme des «non-personnes», à

contrôler, surveiller et diriger.

On nomma des agents des Indiens pour faire la liaison au
nom des bandes. Souvent, on négligea les préoccupations de
ces dernières en matière de droits territoriaux, ou on n’en tint
aucunement compte.

Lorsque la province de la Saskatchewan a été créée en 1905,
c’est le gouvernement fédéral qui conserva l’administration des
terres et des ressources, et ce, pour bon nombre de raisons, y
compris la certitude que l’établissement sur les territoires ne
serait pas interrompu. En 1930, lorsque le gouvernement
fédéral céda ce qui lui restait de ressources naturelles et de
territoires au gouvernement provincial, par le truchement du
Resources Transfer Agreement (entente relative à la cession
des richesses naturelles), la plupart des bonnes terres agricoles
de la province avaient déjà été réclamées par des colons non
indiens. L’article l0 de l’entente en question chargeait la
province de remettre les territoires de la Couronne inoccupés à
la disposition du Canada afin que le gouvernement fédéral se
les réserve pour régler toute revendication territoriale des
Indiens non encore résolue.

Les droits territoriaux non encore réglés ne furent connus
que lorsqu’on effectua des recherches sur les traités pendant
les années 60. En 1975, le gouvernement fédéral écrivit alors
aux premiers ministres des provinces des Prairies en rappelant
que certains territoires n’avaient toujours pas été accordés aux
bandes â qui ils revenaient de droit, en vertu des traités. En
conséquence, le Canada, se reportant à l’article l0 du Resour-
ce: Transfer Agreemen! (entente relative à la cession des
richesses naturelles), demanda que les provinces collaborent
pour honorer tous les engagements pris en vertu des traités et
pas encore concrétisés. Après avoir correspondu avec la
Fédération des Indiens de la Saskatchewan et le gouvernement
fédéral, le gouvernement de cette province convint de négocier
les revendications territoriales. Ces négociations aboutirent, en
1977, à la formule de la Saskatchewan, par laquelle toutes les
terres de la Couronne étaient rendues disponibles pour le
règlement des revendications territoriales. C’est d’ailleurs en
vertu des conditions figurant dans cette formule que le
règlement des revendications a été effectué.

Jusqu’à ce jour, 21 bandes ont eu leurs droits reconnus.
Cette reconnaissance leur accorde plus d’un million d’acres de
terre supplémentaires. Par ailleurs, plusieurs autres bandes
cherchent présentement à obtenir cette reconnaissance, elles
aussi. Le total du nombre d’acres qui reviendront aux bandes,
grâce à ces règlements, correspondra à moins de 1 p. 100 de la
superficie totale des terres cultivées de la province.

A l’heure actuelle, les négociations territoriales en Saskat-
chewan sont au point mort, principalement â cause de
l’élection d’un nouveau gouvernement. La province a demandé
le réexamen des documents validant les revendications ainsi
que les statistiques relatives â toutes les bandes ayant présenté
de telles revendications, et, en conséquence, tout le processus

11:18

Indian Self-Government

2-3-1983

[ Texl]

conducting a province-wide assessment of federal and provin-
cial Crown lands. This is only one-third complete at the
moment.

Treaty land entitlement fulfilment under treaties and the
Saskatchewan formu1a»—l28 acres per person multiplied by
the December 1976 population-is a major breakthrough for
Indian band governments. Although the process is recognized
as one of great magnitude and length, Indian bands are
anxious to actually see the direct transfer of lands to Indian
bands. Indian nations are also pleased by the direct recognition
of aboriginal and treaty rights to land presently being
honoured through the co-operation of the provincial, federal
and Indian governments.

As Indian nations negotiate constitutionally in defining and
confirming aboriginal and treaty rights and as land transac-
tions become a reality under treaty, it becomes apparent that
there is a need for some mechanism to protect those rights.
That mechanism, as I pointed out earlier, must be instituted as
quickly as possible, so that the defined Indian rights will not be
jeopardized.

Indian rights protection office: As Canada becomes
theoretically and constitutionally sovereign and independent of
the imperial Crown, Indian rights protection within the
confines of the Canada Act may not be present. Examples of
this are:

One, the imperial Crown will no longer have residual responsi-
bility to protect Indian lands and Indian people;

Two, there is no Indian consent clause on future constitutional
amendments, which could affect Indian rights;

Three,’ provision is made for identification and définition of
aboriginal and treaty rights by the first ministers, which does
not mclude Indians;

Four, since the entrenched Indian rights in the Constitution
are vaguely worded, élaboration of their meaning will likely be
left to the courts;

Five, special Indian status might not survive the effects of the
Charter of Human Rights.

In the past, most of the intended législative and administra-
tive protections for Indian nations have proven impotent in
their treatment of land claims-entitlements, resource
development and redress, property and territorial jurisdiction,
treaty enforcement and Crown trusteœhip of these rights.
Because of these problems, an institution must be established
to protect Indian rights against further attrition. Details for
the establishment of this office have been considered by the
Saskatchewan Indian Nations.

[Translation]

en a été ralenti. A part cela, la province est en train d’effectuer
une estimation provinciale des terres de la Couronne apparte-
nant au gouvernement fédéral et à la province. Cette tâche est
seulement accomplie au tiers.

Cela dit, le règlement des revendications territoriales, ainsi
que la formule de la Saskatchewan, soit la remise de 128 acres
par chaque personne de la population indienne de décembre
1976, constituent un gain considérable pour les gouvernements
d_es bandes indiennes. Même si l’on n’ignore pas que ce
processus sera très long, les bandes indiennes ont hâte que
cette cession des terres soit enfin réalisée. Les nations indien-
nes sont également heureuses qu’on ait reconnu les droits
territoriaux que les traités confèrent aux autochtones, et que
les gouvernements provinciaux, fédéral et indiens collaborent à
honorer les engagements qui en découlent.

Au fur et â mesure que les nations négocient la définition et
la confirmation de leurs droits constitutionnels en tant
qu’autochtones ayant bénéficié de la protection de traités, et,
au fur et a mesure que s’effectuent les cessions de terres, grâce
aux droits reconnus par les traités, il devient parallèlement de
plus en plus évident qu’on doit disposer d’un mécanisme de
protection de ces droits. Ainsi que je l’ai dit plus tôt, ce
mécanisme doit être créé le plus tôt possible afin que les droits
des Indiens définis et reconnus ne soient pas compromis.

Bureau de protection des droits des Indiens: Au fur et à
mesure que le Canada obtient sa souveraineté et son indépen-
danee constitutionnelles de la Couronne impériale, il se peut
que la protection des droits des Indiens relevant de la Loi
constitutionnelle n’existe pas. À titre d’exemple, je mentionne-
rai ce qui suit:

Premièrement, la Couronne impériale n’aura plus la responsa-
bilité de protéger les terres des Indiens et le peuple indien;

Deuxièmement, la loi ne comporte aucune disposition exigeant
le consentement des Indiens en matière de modifications
constitutionnelles, ce qui, à l’avenir, pourrait avoir des
répercussions sur les droits des Indiens;

Troisièmement, la loi prévoit que les premiers ministres
pourront, sans les Indiens, identifier et définir les droits des
autochtones, ainsi que les droits reconnus par traité.

Quatrièmement, étant donné que les droits des Indiens inscrits
dans la constitution sont libellés de façon très vague, on s’en
remettra vraisemblablement aux tribunaux pour préciser leur
sens;

Cinquièmement, la situation spéciale qu’on reconnaît aux
Indiens ne survivra peut-être pas aux conséquences de la mise
en oeuvre de la Charte des droits.

Par le passé, la plupart des mécanismes de protection conçus
à l’intention des nations indiennes, législatifs et administratifs,
se sont révélés impuissants â jouer dans le cas de revendica-
tions territoriales, dest-a-dire de questions relatives aux droits,
à l’exploitation des ressources et aux indemnisations, à la
compétence en matière de propriété et de territoires, â la mise
en oeuvre des traités ainsi qu’à la protection de la part de la
Couronne. C’est â cause de cela qu’on doit mettre sur pied un
organisme ayant pour vocation de protéger les droits des
Indiens de toute atteinte ultérieure. Les nations indiennes de la

r‘ * »- — , nanas-van væ-w» — —vr—»-..«açmæn,—.x«:….mg.ç«pu». Wÿumficfl, _..,,_ W _.,,…_ ,_..-,.,… «c__.«..,.«.,,…. J

g,
i
‘F

2-3-1983

[ Texte]

This concludes my présentation at this time.

Thc Vice-Chairman: Thank you, Chief Starr. Would you be
ready to accept some questions from the committee‘? Mr.
Manly.

Mr. Manly: Thank you, Mr. Chairman. I would like to
thank Mr. Starr for his présentation, especially for the
historical background that it gave. I think this is helpful.

One comment: My understanding of the Jennes plan for
termination is that this was a présentation that was made to
the standing committee in 1946, and was not something that
the standing‘ committee itself recommended to government.
That is something I want to check more surely, because I think
our government has enough on its conscience already, without
having something that it did not actually endorse.

I would like to go on to the question of land entitlement. I
found your summary there especially helpful. In an editorial in
the Regina Leader Port on December 10 of last year, it says
that there is a pledge from Grant Devine that the government
will take a position on the principle of the formula before the
year end. Has the Saskatchewan government taken a position
in favour of, or in opposition to, the Saskatchewan formula
yet?

Chief Starr: As far as I know, their position is to honour the
Saskatchewan formula. We have been advised by the intergov-
ernmental affairs people of Saskatchewan that their policy was
to honour the 1976 formula—or 1977 formula.

Mr. Manly: So what is involved right now is a review of
validation documents and statistics. What does that involve,
Mr. Starr?

Chief Starr: That involves your outstanding treaty land
entitlement statistics and the history that is involved in that
process of validation. The population statistics, as to the
amount of land that was to be received, are all documented,
based on first payments of treaty annuities. From the valida-
tion of those population statistics, it becomes apparent that
more land is owed to a band, or whatever—when they take the
membership statistics from away back to the first payment of
treaties.

0 0950

Mr. Manly: You did a great deal of work establishing those
statistics in the past few years. Has the government given any
reason why it feels it has to review those statistics now?

Chief Starr: 1 believe, at least they informed me… For
instance, l have to pay . . . outstanding treaty land entitlement
myself, my band has. They want to examine those validation
statistics, they tell me, to make sure that . . . Bands have been
receiving, in treaty land entitlement, very poor land. Their
reason for wanting to examine those validations was so that

Autonomie politique des Indiens l l : 19

[Traduction]
Saskatchewan ont déjà étudié les détails ayant trait à la
création d’un tel bureau.

Voilà qui termine mon exposé,

Le vice-président: Merci, chef Starr. Êtes-vous disposé a
répondre aux questions du Comité? Monsieur Manly.

M. Manly: Merci, monsieur le président. D’abord, je tiens à
remercier M. Starr de son exposé, particulièrement en ce qui a
trait à l’évolution historique qu’il a nous présentée, car cela
nous sera utile.

Maintenant, j’ai une remarque à faire. Je crois savoir que le
projet Jennes relatif â l’abolition a été présenté au Comité
permanent en 1946, et que le Comité permanent n’a pas
recommandé ses propositions au gouvernement. C’est cepen-
dant quelque chose que j’aimerais vérifier, car je crois que
notre gouvernement a déjà beaucoup de choses à se reprocher
sans qu’on n’y ajoute un projet qu’il n’a pas appuyé.

Par ailleurs, j’aimerais maintenant aborder la question des
droits territoriaux. A cet égard, votre résumé m’a paru très
utile. Sur le même sujet, un éditorial du Regina Leader Port,
paru le 10 décembre dernier, affirmait que le gouvernement de
Grant Devine se prononcerait sur le principe de la formule
avant la fin de l’année. J’aimerais donc savoir si le gouverne-
ment de la Saskatchewan a effectivement pris position soit
pour ou contre la formule de la Saskatchewan‘?

Le chef Starr: À ma connaissance, il s’est engagé à honorer
la formule de Saskatchewan. Les fonctionnaires du ministère
des Affaires intergouvernementales de la Saskatchewan nous
ont en effet avisés que le gouvernement s’engageait à respecter
la formule de 1976, ou de 1977.

M. Manly: En conséquence, à l’heure actuelle, on s’occupe
de réexaminer les documents et les statistiques portant sur la
reconnaissance des droits. En quoi cela consiste-t-il, monsieur
Starr?

Le chef Starr: Cela porte sur les statistiques relatives aux
droits territoriaux ainsi que sur l’évolution de ce processus de
reconnaissance. Les données démographiques correspondant
au nombre de terres à accorder sont toutes documentées ct se
fondent sur les premiers paiements de rentcs accordés en vertu
des traités La vérification de la reconnaissance de ces données
démographiques révèle que plus on recule dans le temps pour
vérifier les statistiques relatives au nombre de membres des
bandes ct les premiers paiements accordés par voie de traités,
plus y il a de terres revenant à une bande.

M. Manly: Ces dernières années, vous avez travaillé très fort
pour dresser ces statistiques. Le gouvernement vous a-t-il
donné des raisons pour justifier son réexamen de ces données?

Le chef Starr: D’après ce qu’on m’a dit . . . Par exemple, je
dois payer . . . C’est-â-dire que ma bande doit payer pour les
revendications territoriales non encore réglées. Enfin, on me
dit qu’on veut examiner ces données afin de s’assurer que. . .
Par le truchement des droits territoriaux, les bandes se sont vu
accorder des terres très pauvres. En conséquence, si l’on vcut

l l î 20 Indian Self-Government 2-3-1983

[Taxi]

they could give better land and assess the whole situation for
transfer of land, for a transfer with economic potential—I
guess that is what they are looking at. They told me that that
was their reason for examining those validation statistics.

Mr. Manly: Do you agrée with that basic premise, that the
land that had been set aside was basically poor land and,
therefore, there is a need to take a second look at this whole
question? Do you feel that this will be to your advantage?

Chief Starr: Yes, I personally feel that it would be to our
advantagc.

Mr. Manly: Thank you for that.

Just one further question and that relates to the Star
Blanket Band Law. Could you, very briefly, outline to the
committee how this band law differs from the standard Indian
Act provisions for bands; what advantages this has provided
for your people since it was enacted; and what additional
powers need to be recognized for you to be fully effective‘?

Chief Starr: l think the establishment of our band law with
the involvement of the people was one of the reasons why. . .
There are a lot of loopholes under the present system in the
lndian Act related to élections; nobody here has to be told how
much difficulty we have had under the system of the Indian
Act. That was the reason why we established our election
rcgulations. They were based on the wishes of the people. And
there was the fact that there were so many appeals under the
lndian Act system: the residency was not clearly defined;
under the Indian Act, non-residents arc not allowed to vote in
band elections.

We wanted to rectify some of those blatant setups under the
Indian Act system of elections. We wanted both our off-
reservc population and on-reserve population to have the
privilege of voting in our elections. Also, any appeals proce-
dure had t0 go to thc minister. To me, that is just control and
monitoring people—manipulation. We have our own appeals
procedure right within our own government regulations;
appeals are heard by a council of elders, which is appointed by
our band council. lt is all an internal process. We like it that
way, because the minister’s authority is now limited and the
authority of the chief and council and the people themselves is
clcarly recognized under our system.

Mr. Manly: This system is also recognized by the depart-
ment at the present time. 1s that correct?

Chief Starr: Yes, it is.
The Vice-Chairman: Thank you, Mr. Manly. Mr. Chénier.

Mr. Chénier: Thank you, Mr. Chairman. l do not have
many questions—l have one. I think the présentation is
excellent and l would like to commend Chief Starr for the
excellent work. I think thc historical part will certainly
cnlightcn us.

[Translation]

examiner ces reconnaissances de droits, c’est pour donner de
meilleures terres et évaluer toute la situation à des fins de
cessions territoriales qui soient économiquement avantageuses
à la longue. Enfin, ce sont les raisons qu’on m’a données pour
justifier l’examen de ces statistiques.

M. Manly: Approuvez-vous Paffirmation d’après laquelle les
terres réservées à l’intention des Indiens étaient pauvres et que,
par conséquent, il faut réétudier toute cette question? Croyez-
vous que cela sera à votre avantage?

Le chef Starr: Oui, c’est ce que je pense personnellement.

M. Manly: Je vous remercie.

.l’ai une autre question portant sur la Star Blanket Band
Law (Loi relative à la bande de Star Blanket). Pouvez-vous
nous dire, brièvement, en quoi cette loi diffère des dispositions
de la Loi sur les Indiens concernant les bandes? Quels
avantages cette loi vous a-t-elle procurés depuis son adoption,
et quels pouvoirs supplémentaires doit-on vous accorder pour
qu’elle soit véritablement efficace?

Le chef Starr: La loi de notre bande, à la préparation de
laquelle ont participé nos membres cst une des raisons pour
lesquelles… La Loi sur les Indiens comporte bon nombre
d‘échappatoires en matière d’élections; il est inutile de répéter
combien de difficultés cette loi nous a données. C‘est pour cela
que nous avons adopté nos propres règlements en ce qui
concerne les élections, et que nous les avons fondés sur les
désirs exprimés par notre peuple. A cela s‘ajoute le fait qu’on
avait interjeté bon nombre d’appels contre le système décou-
lant de la Loi sur les Indiens. cela parce que la notion de
résidant n’est pas clairement définie par la loi, et que cette
dernière ne permet pas aux non-résidants de voter lors des
élections de bandes.

Nous voulions rectifier certains coups montés que permet le
système d’élection de la Loi sur les Indiens. Nous voulions que
la population â la fois des réserves et hors réserve puisse voter
lors de nos élections. De plus, tout appel devait être interjeté
auprès du ministre. A mon avis, c’est une forme de contrôle et
de surveillance, cmt-ä-dire de manipulation des nôtres. Nous
disposons donc de notre propre procédure d’appel, établie par
nos propres règlements. Ce sont nos anciens qui entendent les
appels, et ils sont nommés par notre conseil de bande. Tout
cela fait partie d’un processus interne. C’est ainsi que nous
aimons que les choses se passent, car Fautorité du ministre est
maintenant limitée, alors que celle du chef, du conseil et de la
population elle-même est clairement reconnue.

M. Manly: Ce système est également reconnu par le
ministère, c’est bien cela?

Le chef Starr: Oui, il l’est.

Le vice—président: Merci, monsieur Manly. Monsieur
Chénier.

M. Chénier: Merci, monsieur le président. Je n’ai qu’une
seule question. Je crois que votre exposé était excellent et _|C

tiens à vous en féliciter. Je crois que votre historique nous sera
certainement utile.

-‘ v-cmn-H

ë
l

r-— w

2-3-1983

Autonomie politique des Indiens l l : 2l

[Texte]

My question concerns the Indian rights protection office, in
point number five, where you say:

Special Indian Status might not survive the effects of the
Charter of Human Rights.

It seems to me that I read a report this week that, at the
ministerial discussions, it has been indicated that there could
be a possibility of excluding native people from the présent
Charter of Rights and having a special charter for the native
population. Do you feel that that would be a good idea‘!
Secondly, because of the great diversity of bands across the
country, do you think it would be possible to have an Indian
charter of rights that would apply to all Indians in Canada?

Chief Starr: I think it is a good idea. Because of the treaties
the special relationship was there and because we were the first
nations. I think the royal proclamation of 1763 recognized that
fact, that Indians had special rights and had a special relation-
ship with the government. I think that is a good process, if we
have a charter of rights that is geared toward the Indian
people.

Mr. Chénier: Thank you, Mr. Chairman.
The Vice-Chairmau: Thank you, Mr. Chénier.
Roberta,

Ms Roberta Jamieson: Thank you, Mr Chairman. Thank
you, Chief Starr. I want to follow on what Mr.Chénier has
asked, and ask this of Chief Starr: If such a charter were
developed, who do you think should develop it?

Chief Starr: I believe it should be developed possibly
through the Assembly of First Nations, at least the initial work
should be done at that level.

Ms Jamieson: But you see it as having full Indian involve-
ment.

Chief Starr: That is right, yes.

Ms Jamieson: As you know, that has not been the history.
Even at the meeting over the last couple of days there was
some concern about equal participation.

I see the Star Blanket Band Law and I have known about
this for a few years. I wonder if you have plans to go on, or
whether you are now developing further laws.

Chief Starr: We are in the process of developing land-use
policies, housing policies, but we have been stymied time and
time again hy the department’s saying that we should go under
provincial laws and the department does not have any policies
with regard to lands, or with regard to housing, or anything
like that.

In my expérience as chief, I believe it should be our right, I
guess, to develop those policies and laws. But, as I said, there is
the time factor. It took me a little better than a year to develop

[Traduction]

J’aimerais vous interroger sur le Bureau de protection des
droits des Indiens, et plus particulièrement sur le point n° 5 où
vous affirmez, et je cite, que:

La situation spéciale qu’on reconnaît aux Indiens ne survivra
peut-être pas aux conséquences de la mise en vigueur de la
Charte des droits.

Or, il me semble avoir lu un rapport cette semaine, d’après
lequel, après discussions, les ministres songeraient à exclure les
autochtones de la portée de la Charte des droits pour leur
accorder plutôt une charte spéciale conçue pour les autochto-
nes. Croyez-vous que ce soit une bonne idée‘! En second lieu,
compte tenu de la grande diversité des bandes situées dans
notre pays, croyez-vous qu’il soit possible de concevoir une
charte des droits qui englobe tous les Indiens du Canada?

Le chef Starr: Je crois que c’est une bonne idée. Grâce à
l’existence des traités et parce que nous étions les premières
nations à occuper le territoire, des rapports spéciaux ont existé
dès le début. Je crois d’ailleurs que la proclamation royale de
1763 reconnaissait que les Indiens avaient des droits spéciaux
et, partant, des rapports particuliers avec le gouvernement. Je
crois donc que ce sera une bonne chose que d’adopter une
charte des droits conçue spécialement en fonction de la
situation des Indiens.

M. Chénier: Merci, monsieur le président.
Le vice-président: Merci, monsieur Chénier.
Roberta.

Mine Roberta Jamieson: Merci, monsieur le président.
Merci, chef Starr. Pour poursuivre sur la lancée de M.
Chénier, si l’on se dotait d’une telle charte, d’après vous, qui
devrait Pélaborer?

Le chef Starr: Je crois que cela pourrait être fait par
l’Assemblée des premières nations, tout au moins le travail
initial.

Mme Jamieson: Cependant, vous entrevoyez une participa-
tion entière de la part des Indiens.

Le chef Starr: C’est exact, oui.

Mme Jamiesoii: Vous nîgnorez pas que ce n’est pas comme
cela que les choses se sont passées. Même lors de la réunion
tenue ces deux derniers jours, on se préoccupait de savoir s’il y
aurait une participation égale.

Concernant la Star Blanket Band Law (Loi sur la bande
Star Blanket), je suis au courant de son existence depuis
quelques années. J’aimerais savoir si vous avez l’intention de
poursuivre ou si vous avez d’autres lois en chantier en ce
moment.

Le chef Starr: Nous sommes en train d’élaborer les politi-
ques relatives à l’utilisation des terres et d’autres en matière de
logement, mais à maintes reprises, c’est le ministère qui nous a
coincés en nous disant que nous devions nous reporter aux lois
provinciales puisqu’il n’est doté d’aucune grande orientation en
matière de terres, ni en matière de logement.

En tant que chef, j’estime que nous devrions avoir le droit
d’élaborer nos propres politiques et nos propres lois. Cela dit,
cela prend du temps. Par exemple, cela m’a pris un peu plus

11:22

[Text]

just one policy. If you want to involve all the people . . . My
band is relatively small; there are other bands with 1,000
people or more and the process is long to develop laws that are
going to reflect the membership. ’

We could develop laws, but for too long the councils and the
department have had that very bad name of developing policies
that we did not really want to accept. So, rather than going
through that process, we feel that with anything that has to do
with land, anything that is commonly owned at the band level,
the people have to be involved in the process, so that we could
establish policies that are going to be reflective of the people’s
wants and needs and aspirations.

_ We are working that way, involving the people. but as I said.
it is a long process and very difficult to handle-very hard.
There are so many opinions that one has to keep in mind all
the time.

Ms Jamieson: Thank you. I notice, also, that in your act, in
the law that you have, you have aocepted the registration list
maintained by the registrar under the Indian Act. Are you
looking to develop your own citizenship laws as well?

Chief Starr: That is right. hopefully, that can happen. But to
develop citizenship policies there are certain common grounds
that people have to identify with bands. There are common
grounds from band to band.

‘ 1000

I will give you an example of that. If. in the case of an
Indian woman’s marrying outside the reserve, say with a non-
Indian, I recognize that person at my band level, it would be
conflicting if another band did not recognize that person. on
the other hand. There are certain common things we have to
take when we look at membership, there are certain common
grounds that we want to establish. Somebody has to do that
work, I do not know who. Right now, under the Indian Act . . .
it is discriminatory. I know, under the present system.

To address that whole area effectively, there has to be some
start somewhere. We were trying to take over the membership
function at our band level because, again, we have a small
band and we can do it. But the fact remains that if we are
going to do it under the present Indian Act we do not want any
part of it. because it is discriminatory as it is. If we were to
take over the membership function—I think that is a reality, it
is going to happen anyway, the Indian people are going to
attain more Indian government. That is what I am saying.

Ms Jamieson: Thank you. I am very happy to see that the
department has recognized the Star Blanket Band Law,
because in other areas bands who have taken similar measures
have been told by the department that they have had no
authority under the Indian Act to go out and do things like
this. It seems to me that you have taken the bull by the horns,

Indian Self-Government

2-3-1983

[Translation]

d’un an pour élaborer une seule politique. En conséquence, si
vous voulez faire participer tout le monde. . . Ma bande à moi
est relativement petite, mais il y en a d’autres qui comptent
environ 1,000 personnes ou plus, et le processus d’élaboration
sera donc allongé s’il doit tenir compte de l’apport des
membres.

Nous sommes en mesure d’élaborer des lois. mais cela fait
trop longtemps que les conseils et le ministère ont l’habitude
désagréable d’élaborer des politiques dont nous ne voulons pas
vraiment. En conséquence, plutôt que de passer à travers cela
encore une fois, nous sommes d’avis que tout le monde doit
participer à l’élaboration de tout ce qui se rapporte a la terre,
ou ce qui appartient à toute la bande, afin que nous puissions
établir des politiques qui expriment les besoins, les désirs et les
aspirations de notre peuple.

C’est ainsi que nous travaillons. en faisant participer tout le
monde, mais comme je l’ai déjà dit, ce processus est long et
très difficile, du fait qu’il y a tant d’avis dont il faut tenir
compte tout le temps.

Mine Jamieson: Merci. J’ai remarqué que votre loi conserve
la liste des inscriptions dressée par le secrétaire en vertu de la
Loi sur les Indiens. Envisagez-vous cependant d’élaborer vos
propres lois en matière de citoyenneté‘!

Le chef Starr: C’est exact, nous espérons que c’est ce qui se
passera. Toutefois, lorsqu’il s’agit d’élaborer des grandes
orientations en matière de citoyenneté. les diverses bandes ont
en commun quelques aspects auxquels les bandes s’identifient.

Je vais vous donner un exemple de cela. Si une femme
indienne épouse quelqu’un de l’extérieur de la réserve, par
exemple, un non indien, et si je reconnais cette personne au
sein de ma bande, alors qu’une autre bande ne la reconnaîtrait
pas, il y aurait conflit. Il faut donc que nous examinions tous
certaines choses lorsque nous étudions la question de l’apparte-
nance â la bande, il faut que nous adoptions certains points
communs. Or, il faut que quelqu’un fasse ce travail, et j’ignore
qui. A l’heure actuelle, la Loi sur les Indiens est discrimina-
toire, je ne l’ignore pas.

Pour qu’on effectue un travail efficace, il faut commencer
quelque part. Chez nous, nous avons commencé à nous occuper
de la question de l’appartenance, car, encore une fois, je
précise que notre bande est petite et que nous sommes en
mesure d’assumer cette responsabilité. Il n’en demeure pas
moins que nous ne voulons pas nous reporter à l’actuelle Loi
sur les Indiens, car elle est discriminatoire. Quoiqu’il en soit, à
la longue, les Indiens vont obtenir davantage Œautodétermina-
tion, et ce sont eux qui auront droit de regard en matière
d’appartenance à la bande. Enfin, c’est mon avis.

Mme Jnmieson: Merci. Je suis très heureuse que le minis-
tère ait reconnu la Star Blanket Band Law (Loi relative à la
bande Star Blanket), car d’autres bandes, situées ailleurs et
ayant eu le même genre d’initiative. se sont fait dire par le
ministère que la Loi sur les Indiens ne leur accordait nullement
l’autorité d’agir de la sorte. Vous semblez avoir pris le taureau
par les cornes, vous être affirmés en tant que gouvernements

.—..vz..—»—- —.,……._,..__…,…. «.F?*—,I.— i».

l.
1L
s
a
l

t‘

v‘.
P
r
i
i

.

2-3-1983

[Texte]
asserted Indian government and gone well beyond the Indian
‘Act, almost at a constitutional level.

There is one other question I wanted to ask you. It is to help
clarify something for the committee. I notice in your brief, I
think it is on page 7, you say that under the new policies . . .

Under these types of policies

—the native policy, the native affairs office, and all these
directions:
the Special relationship with Government acquired through
Treaties by Indian Nations ceases to exist. Hence, Indian
Treaty Status and Indian Rights ratified through Treaties
will be diluted to the point of dissolution unless, these rights
are entrenched and protected in the Canadian Constitution.

This all points towards the government policy of implementing
assimilation by creating a new category and putting Indians
into it, whether it be natives or, some would say, aboriginal
people, even. In this, it seems you are making the statement
that the rights of first nations are being diluted by making
them equal to all people with any degree of Indian ancestry, no
matter how little, or no matter what their tie is with the first
nation land base or with the first nation community.

I wonder if you would expand on this and explain to the
committee why you think that is a problem. because I do not
think everyone fully understands that. Many people think the
first nation’s position in this is interpreted to be against Métis
rights or against non-status rights, whatever those rights might
be. I do not think that is so. but I wonder if you would speak to
that point.

Chief Starr: Okay, thank you, Roberta.

With regard to the special rights, I believe, as I pointed out
in the historical documentation I presented, there is a special
relationship with governments and it was recognized a long
time ago, With the coming of the white man there had to be a
special relationship set up because of our first nation status.
The policies that are coming down from the government under
their systems are diluting those rights, because of the control
factor, again; Indian governments’ not having authority within
their own bands dilutes the chieFs and council’s positions.
Their policies are geared to assimilation; they are geared to
wipe off, to terminate, reserves. All those people who do
studies on Indian problems do not take into account that the
first nations have aboriginal and treaty rights. They do not say
that, they say: Let us make them all equal in Canada and
forget about special status. But that special status, according
to our treaties, has to be recognized and confirmed in any type
of legislation that cornes down——those rights have to be
entrenched in there.

Autonomie politique des Indiens l l : 23

[Traduction]
indiens, et être allés bien au-delà de la Loi sur les Indiens,
presque au niveau constitutionnel.

Par ailleurs, j’aimerais vous poser une autre question pour
éclaircir certaines choses â l’intention du Comité. Je crois que
c’est â la page 7 de votre mémoire que vous affirmez qu’en
vertu des nouvelles politiques, et je cite:

En vertu de ces politiques

. il s’agit des politiques relatives aux autochtones, du
Bureau des affaires des autochtones, etc.:

les rapports spéciaux liant les nations indiennes au gouverne-
ment et acquis par voie de traités. cessent d’exister. Par
conséquent, les droits reconnus par traités et les droits des
Indiens ratifiés par ce même moyen seront atténués au point
de disparaître, à moins qu’on ne les protège en les inscrivant
dans la constitution canadienne.

Tout cela indique que cette politique gouvernementale créant
une nouvelle catégorie, comprenant les Indiens, et même les
autochtones, entraînera l’assimilation. Il me semble ici que
d’après vous, les droits des premières nations seront amoindris
étant donné qu’on les mettra sur le même pied que tous ceux
ayant un peu de sang indien, même s’il y en a que très peu ou
même si ces derniers n’ont que très peu de liens avec les terres
des premières nations, ou encore avec la collectivité des
premières nations.

Pouvez-vous développer quelque peu ce point et dire au
Comité pourquoi d’après vous cela constitue un problème, car
je ne crois pas que tout le monde comprenne vraiment. En
effet, bon nombre de gens interprètent la position des premiè-
res nations a cet égard comme une opposition aux droits des
Métis ou à ceux des Indiens non inscrits, quels que soient leurs
droits. Ce n’est pas mon avis. mais j’aimerais que vous
développiez quelque peu cette idée.

Le chef Starr: C’est bien, je vous remercie Roberta.

Pour ce qui est des droits spéciaux, comme je l’ai mentionné
dans l’exposé historique que je vous ai soumis, il existe des
rapports spéciaux avec les gouvernements, rapports qui ont été
reconnus il y a longtemps. Cela devait être ainsi à cause de
notre situation spéciale en tant que première nation. Or, dans
le système actuel, les politiques émanant du gouvernement
amoindrissent nos droits, encore une fois â cause du facteur de
contrôle, c’est-ä-dire le fait que les gouvernements indiens
n’ont pas de pouvoir au sein de leurs propres bandes, ce qui
affaiblit les positions prises par le chef et le conseil. Par
ailleurs, les politiques gouvernementales sont conçues eri
fonction de l’assimilation. elles cherchent à éliminer les
réserves. Tous ces gens qui font des études sur les problèmes
des Indiens ne tiennent pas compte du fait que les premières
nations ont des droits en tant qu’autochtones et des droits
reconnus par traités. 0h, ils ne disent pas cela, mais plutôt:
rendons-les tous égaux aux autres Canadiens et oublions la
question du statut spécial. Toutefois, d’après les traités qui
nous protègent, cette situation particulière doit être reconnue
et confirmée, dans quelque genre de loi que ce soit——ces droits
doivent donc être inscrits dans la constitution.

ll:24

[Text]

That is niy feeling on that. Most of the policies that come
out, as I said, are just diluting those special rights we have
with Canada that were recognized in treaty signings.

Ms Jamiesoii: Thank you. Chief Starr. Is it fair, then, to say
that the fear is that from first nations. with all those rights, all
of a sudden you are Indians, next thing you know you are
natives, next thing you know you are ethnics, next thing you
know you are Canadians, there are no more first nations; you
areÿgoing along that trail. the trail that first nations, or the
Indian people, do not want to go on? Is that a fair understand-
ing of your position?

Chief Starr: That is a pretty close assessment, yes.

Ms Jamieson: Thank you, Chief Starr. Thank you, Mr.
Chairman.

The Vice-Chairman: Thank you. Roberta. That

question tempted some thought.

last

Thank you very much, Chief Starr. I see no further ques-
tions. Walter Gordon . . , I am sorry, Mr. Chartier. I would
like to welcome Mr. Chartier to the table. This is your home
area Clem, I guess you should be welcoming me. If you have a
question, please . . .

Mr. Clem Chartier: Thank you. Mr. Chairman. Good
morning, Mr. Starr, Mr. Gordon. I should just make a premise
that I am representing the Native Council of Canada, which is
made up of Métis and non-status Indians within Canada. I am
also the vice-président of the Association of Métis and Non-
Status Indians of Saskatchewan. I guess, to set the record
straight, the Association of Métis and Non—Status Indians and
the other two Métis and non-status Indians organizations on
the prairies are no longer a part of the Native Council of
Canada. These are quite trying times, because of the Constitu-
tion, which was imposed, creating further difficulty in the
native community or the aboriginal community. Nevertheless.
I do have to fulfil my role with the Native Council of Canada
until there is a replacement. On that particular point, my
purpose is to represent the interests of people currently known
as non-status Indians by virtue of the Indian Act-which most
people are not in favour of.

You made an interesting comment with respect to the native
policy federal-provincial documents of 1976. We are totally
sympathetic to that statement. We, I should say the Métis
people, have no inclination to state that all aboriginal people
are the same. We recognize and respect the fact that the
aboriginal peoples are différent. have différent rights and want
to see those rights recognized——respecfivc rights recognized-
and entrenched.

In that connection, I have been. on and off, speaking to
Chief Sanderson. and one of the things we have been discuss-
ing is the possibility of entrenching in the Constitution
separate charters for the Indian. the Inuit and the Métis,
where the respective charters would set out respective rights.
You were in favour, I believe, of there being some form of

Indian Self-Government

244983

[Translation]

C’est mon avis là-dessus. Je répète que la plupart des
politiques émanant du ministère ne font qu’amoindrir ces
droits spéciaux que nous reconnaissaient les traités.

Mme Jamieson: Merci, chef Starr. Ai-je raison de dire alors
que la crainte des premières nations, avec tous ces droits. c’est
de se retrouver tout à coup considérés comme des Indiens, puis
comme des autochtones, puis comme des groupes ethniques, et
enfin de compte comme des Canadiens. plus du tout comme
premières nations, car elles auront alors disparu. Vous êtes sur
cette pente, sur laquelle ni les premières nations, ni les Indiens
ne veulent glisser‘? Aie-je bien compris votre position?

Le chef Starr: C’est assez juste, en effet.

Mme Jamieson: Merci, chef Starr. Merci. monsieur le
président.

Le vice-président: Merci. Roberta. Cette dernière question
porte à réfléchir.

Merci beaucoup. chef Starr. Je crois qu’il n’y a pas d’autres
questions. Walter Gordon . . . Je m’excuse. monsieur Chartier.
J’aimerais souhaiter la bienvenue a M. Chartier. C’est votre
région, je suppose que ce serait à vous de me souhaiter la
bienvenue, Quoi qu’il en soit, si vous avez une question à poser,
allez-y . . .

M. Clem Chartier: Merci, monsieur le président. Bonjour,
M. Starr et M. Gordon. En premier lieu, je devrais rappeler
que je représente le Conseil des autochtones du Canada, qui
est constitué de Métis et d’Indiens non inscrits vivant au
Canada. Je suis également vice-président de l’Association des
Métis et des Indiens non inscrits de la Saskatchewan. Pour que
tout soit clair. je précise que l’Association des Métis et des
Indiens non inscrits et les deux autres organisations des
Prairies représentant les Métis et les Indiens non inscrits ne
font plus partie du Conseil des autochtones du Canada. Nous
vivons à une époque difficile à cause de la constitution, qui.
lorsqu’elle nous a été imposée, a créé d’autres problèmes pour
la collectivité autochtone. Je dois cependant assumer mes
responsabilités au sein du Conseil des autochtones du Canada
jusqu’à ce qu’on me trouve un successeur. A cet égard, je
cherche a représenter les intérêts de ceux qu’on appelle
présentement les Indiens non inscrits, en vertu de la Loi sur les
Indiens, loi à laquelle des gens ne sont pas favorables.

Vous avez fait une remarque intéressante au sujet des
documents fédéraux et provinciaux de I976 en matière de
politique à l’endroit des autochtones. Nous sommes tout à fait
d’accord sur cette observation. Nous, les Métis, n’avons
nullement envie d’affirmer que tous les autochtones sont
pareils. Nous reconnaissons que les peuples autochtones sont
différents et que, partant, ils ont des droits différents. Nous
respectons cela et tenons à ce que ces droits respectifs soient
reconnus et consacrés dans la constitution.

J’ai discuté de temps à autre, sur ce sujet avec le chef
Sanderson, et l’une des choses dont nous nous sommes
entretenus est la possibilité d’inscrire dans la constitution des
chartes distinctes pour les Indiens, les Inuit et les Métis,
chacune d’elles précisant nos droits respectifs. Je crois que
vous étiez favorables à l’élaboration d’une espèce de charte des
droits indiens, qui pourrait correspondre à l’annexe consacrée

l
2
Ë
I
A
l:

. .,,…,.,_-. w.‘- ,. ,.—..-…—._..,..,,,C gangs-” ..,

fï“? »ff »:*.î_lpÿv’rriagozsçglvn-pfiÿwæ

2-3- l 983

Autonomie politique des Indiens 1l : 25

[Texte]
charter cf Indian rights, that possibly could be the Indian
schedule. What is your feeling with respect to that approach’?

Chief Starr: I believe we have had some discussions here in
Saskatchewan regarding that position under the present-as I
believe it is called—-Constitution Act, that recognition should
be given but should be separate—not treating aboriginal
peoples in one lump, but separating those things out and
saying the Métis people have these rights. But there could be
some common grounds that we could work on also
regarding . . . Then as to the special rights for Indians. . . I am
saying that our rights are being diluted. I alluded to that point
when I answered Roberta’s question.

We are of the position that the Inuit, the Métis and the
Indians should not be lumped together under that charter.
Under the present Constitution, the way it is, we want separate
things recognized, separate entities, because of the differing
rights we have. For instance, our treaties are ratified and the
Inuit and Métis probably do not have any treaties. We are
basing our position on our treaties. That is because of our first
nations nationhood.

° 1010

But as negotiations take place. like this Constitution
meeting coming up. .. I hope it will not be a case of one
meeting and that is it. It has to be an ongoing process——and I
pointed that out——to establish those différent areas of how we
look at it as native people.

Mr. Chartier: Given that situation. the issue of the Métis, I
think, is quite clear. The people who are Métis will be able to
identify as being Métis and so will the Inuit. I think the
problem comes—and you addressed it, in a sense, with respect
to your band by-law-the issue will be aconcerning those
people who lost their status, the non-status Indians. Just
speaking for your own Indian government, your own reserve,
how would you see a way of possibly getting around the issue
of those people who have lost their status, if there is to be a
separate schedule for Indians‘? Do you see that there is a
possibility of working something out? I-Iow do you view that
whole issue‘?

Chief Starr: We speak of Indian government development at
the band level and I know that on my band many people have
lost their status. I know I have two non-status Indians but they
live as Indians on my reserve. They were taken off the list;
their mothers were from my band. Today I do not want to go
to court with it, because it is going to cost me money and I do
not like the courts’ deciding who should be a member of my
band. I do not want that. I want a negotiation process where I
can fully identify that these people are my people—they have
been here and their mothers were Indians. These people I was
telling you about. these two individuals, today have the saine
services and everything that we provide, yet their status is . . .
They are not band members, yet they get all the services and
the housing and whatever is provided.

[Traduction]

aux Indiens. Cependant. que pensez-vous de cette autre
proposition?

Le chef Starr: Je crois que nous avons tenu quelques
discussions ici en Saskatchewan au sujet de la loi constitution-
nelle, et on a proposé de reconnaître officiellement des droits
aux autochtones, mais de ne pas les mettre tous dans le même
sac, c’est-â-dire de distinguer les groupes et de préciser, par
exemple, que les Métis auraient tels et tels droits. Cela dit,
nous pourrions aussi travailler de concert sur certains points
communs . . . Maintenant, pour ce qui est des droits spéciaux
des Indiens… Ce que j’affirme, c’est que nos droits sont
amoindris, mais j’ai déjà mentionné cela en répondant posées
aux questions posées par Roberta.

Nous sommes d’avis qu’il ne faut pas confondre les Inuit, les
Métis et les Indiens pour le besoin de la charte. Nous voulons
que la constitution actuelle reconnaisse ces identités distinctes,
à cause des droits différents qui en découlent. Par exemple, les
traités nous régissant sont ratifiés, alors que les Inuit et les
Métis n’ont probablement pas signé de traités. Nous fondons
notre position, à nous, sur nos traités. Cela tient au fait que
nous faisons partie des premières nations.

Mais au fil des réunions, tout comme cette conférence
constitutionnelle qui va bientôt avoir lieu, j’espère que nous
nous en tiendrons pas la. Les discussions doivent se poursuivre,
comme je l’ai déjà dit, pour que nous puissions étudier les
différentes questions qui nous touchent en tant qu’autochtones.

M. Chartier: Dans ce cas, la question des Métis est, je crois,
est tout à fait claire. Ceux-ci pourront conserver leur identité
propre tout comme les Inuit. Le problème porte davantage—et
vous en avez parlé, dans un sens, lorsque vous avez cité votre
règlement de bande——sur ceux qui ont perdu leur statut, à
savoir, les Indiens de fait. Selon votre gouvernement local,
votre propre réserve, comment pourrions-nous trouver une
solution aux problèmes des Indiens qui ont perdu leur statut.
s’il doit y avoir une annexe différente pour eux’! Pensez-vous
que l’on puisse trouver une solution à ce problème? De quelle
manière envisagez-vous cette question?

Le chef Starr: Nous parlons de gouvernement local au
niveau de la bande et je sais que ma propre bande compte de
nombreux Indiens qui ont perdu leur statut. Je sais, par
exemple, que deux Indiens de fait vivent dans ma réserve en
tant qu’Indiens. Ils avaient été rayés de la liste, mais leur
mères étaient originaires de ma bande. Je ne veux pas intenter
des poursuites judiciaires, car cela va entraîner des frais et je
ne veux pas que ce soit les tribunaux qui décident qui devrait
faire partie de ma bande. Je ne le veux pas. Je voudrais
entamer des négociations au cours desquelles je pourrais
reconnaître pleinement ces Indiens, car ils sont ici et leurs
mères étaient indiennes. Ces deux Indiens dont je vous parlais
bénéficient des mêmes services et des mêmes avantages que les
autres et pourtant leur statut . . . Ils ne sont pas membres de la
bande et pourtant ils bénéficient des mêmes services, des
mémés conditions de logement et ainsi de suite.

11:26

[ Texl]

That is a situation that has bothered me for a long time, that
these people live like Indians. I think in the final analysis, as
we define our citizenship from a band standpoint, a lot of those
non-status people could be brought off the list of our bands, I
believe it has to be the Indian government that decides that.

Mr. Chartier: Once again, through discussions with Chief
Sanderson over the past several months, we have addressed
this same issue. Of course, it is the feeling-—and Chief
Ahenakew as well as Mr. Sanderson did state it in front of this
committee at some point in time——that the Indian nations, at
least in this part of the country, do not recognize the Indian
Act’s definition of who their membership are; that all Indians
are Indians, whether you are a non-status or a status Indian
you are still a member of the Indian nation and still a member
of the original treaty-making people, but it would be left to
each individual Indian government to decide on their member-
ship. That is, I guess, exactly what you are saying. But Mr.
Sanderson also said that basically it is a political process that
should be entered into between Indian governments and those
people who have lost their status, but there would be a
willingness to enter into those discussions

Given that sort of atmosphère. and from the honest state-
ments that you make, I think probably thæe situations could
be resolved now.

_ With that I really do not have any further questions. I would
just like to thank you for your comments.

The Vice-Chairman: Thank you, Mr. Chartier.

Seeing no further questions, I would like to thank you, Chief
Starr and Mr. Gordon, for your présentation. It was well
received. There were some good questions.

I would like now to take about a five-minute break as we ask
the next witnesses to come to the table. There will be Chief
Standingready—I am sorry, I am mistaken, we have not heard
from Mr. Gordon. You have a présentation to put before the
committee, is that correct’? Mr. Gordon.

Elder Walter Gordon (Federation of Saskatchewan Indian
Nations): Thank you, Mr. Chairman.

Today is a good day. I can see that you are all happy and,
according to the prayer this morning to open up this meeting, I
will go into my presentation with a clear mind, a kind heart.
Let us go.

We have before us the Union Jack, world indigenous
nations, the Deelaration of First Nations and the Canadian
flag. What my présentation is going to be about is Indian
cultural sovereignty, Indian government, the spiritual perspec-
tive. I think what I will bc saying you already know——what
sovereignty is all about.

Sovereignty is everything you can feel is alive and vibrant,
pulsating and creating, developing integral patterns weaved
together in a strong human fabric. That strong Indian fabric is
Indian identity and Indian dignity. They are people with a

Indian Self-Government

2-3-1983

[Translation]

Cette situation me préoccupe depuis longtemps, dest-à-dire,
que ces individus puissent vivre comme des Indiens. Je crois
qu’en dernier recours. lorsque nous préciserons les conditions
d’appartenance à notre bande, un certain nombre de ces
Indiens de fait seront raya de la liste de nos bandes, mais je
crois qu’il appartient au gouvernement indien de le faire.

M. Chartier: Je le répète, nous avons parlé de cette même
question lorsque nous nous sommes entretenus avec le chef
Sanderson au cours des derniers mois, Or, comme l’ont dit M.
Ahenakew et M. Sanderson devant le Comité â un moment
donné. les nations indiennes. du moins dans cette partie du
pays, n’accordent aucun crédit â la définition donnée par la
Loi sur les Indiens sur la composition de leur bande; ils disent
que tous les Indiens sont indiens, et qu’ils soient de fait ou de
droit, ils font toujours partie de la nation indienne et sont les
descendants de ceux qui ont signé les traités. Cependant, il
reviendrait a chaque administration indienne de décider de la
composition de leur bande. C’est. je crois, exactement ce que
vous nous dites. Mais M. Sanderson a également dit qu’il
faudrait engager des discussions entre les gouvernements
indiens et ceux qui auraient perdu leur statut et il s’est montré
tout à fait disposé à engager ces discussions.

Ceci dit et compte tenu de l’honnêteté de vos propos, je
pense que ce problème pourrait vraisemblablement être résolu
maintenant.

Je n’ai pas d’autres questions à vous poser et je voudrais
simplement vous remercier d’avoir bien voulu nous présenter
vos observations à ce sujet.

Le vice-président: Merci, monsieur Chartier.

Puisque personne n’a d’autres questions à poser, je voudrais
vous remercier, monsieur Starr et monsieur Gordon, de votre
exposé. Elle nous a été très utile et les questions posées étaient
judicieuses.

Nous allons maintenant faire une pause de cinq minutes
pour permettre aux témoins suivants de venir nous rejoindre.
Nous entendrons le chef Standingready, excusez-moi, je fais
erreur. nous-n’avons pas encore entendu M. Gordon. Vous avez
un exposé à faire devant le Comité, n’est-ce pas? Monsieur
Gordon.

Ancien Walter Gordon (Fédération des nations indiennes de
la Saskatchewan): Merci, monsieur le président.

Cette journée s’annonce bien. Je constate que vous êtes tous
contents et, si je m’en tiens à la prière qui a été dite ce matin
juste avant le début de cette réunion, je vous parlerai l’esprit
clair et le coeur sur la main. Allons-y.

Nous avons devant nous I’Union Jack, les nations indigènes
du monde, la déclaration des Premières nations et le drapeau
canadien. Je vais vous parler de la souveraineté culturelle du
peuple indien. de l’administration indienne et de notre force
spirituelle. Je pense que je ne vous apprendrai rien sur la
souveraineté.

La souveraineté est tout ce qui vit et vibre, tout ce qui
palpite et crée, c’est un ensemble d’éléments reliés entre eux
pour former une étoffe humaine solide, cette étoffe indienne,
dont la solidité est à toute épreuve correspond à l’identité et à

l C5

cf555‘?

a

mm ._n a

24-1983

Autonomie politique des Indiens

11:27

[Texte]

language, land, natural resources, principles, leadership,
customs, traditions, religion, spiritual philosophies, institu-
ti ns, virtues, morals, values, conventions, doctrines, respon-
sibilities, domestic protocols and international protocols.

Basic and fundamental to all living beings, which people
have been given by the Supreme Being, which must be paid the
highest and greatest respect, without which there could be no
life upon the face of this great mother earth, are the sun, the
water, the air and mother earth, the core of our very existence
upon which Indians, as a people, anchor our Indian sovereignty
and our Indian governments in respect to the four great laws of
our universe. The Great Spirit is in our government and our
government is in the Great Spirit:

. . . for as long as the sun shall shine, the rivers flow and the
grass grows.

lncidentally, that is what the treaties are based on, the total
spiritual perspective of all that.

‘ 1020

Indian culture, Indian sovereignty and Indian government
have not separated government from religion, nor do they ever
want to. Since the coming of the European cultures, causing
terrific open conflicts and insidious impacts on Indian culture,
the culture of the Indian is still there on sacred Indian reserve
lands which they reserved l’or themselves to continue to live
their own style of life. That Indians did not develop the kind of
writing in use in these modem times does not mean that they
were not in control in their Indian nations situation.

European and Roman Christian sectarianism regarded the
Indian cultures as evil. What they did not understand they
feared. What they feared they sought to destroy—to destroy
from the pulpit through dictatorial legislation and enforcement
by a far richer and more powerful alien government.

Each culture developed its own civilizations in its own way,
setting into place its own governing body for its own people,
governing bodies unequally complex to suit the culture that
devised them.

The clash of cultures between the European Christian
whites and the Indians of North America will stop only when
the white culture retreats from its present position ol’ commit-
ting cultural genocide.

All laws line out from the spiritual source to the family, to
the community, to the nation, in respect for the community‘s
leadership and respect for the knowledge and wisdom of its
elders t0 make the laws by which the community must live.
The communitiæ of the nation meet in general assembly once
every year, first to perform their spiritual purification of the
soul and of the mind in order to review the laws by which they
live, revise and delete to the best interests of their people’s
well-being and survival.

[Traduction]

la dignité du peuple indien. C’est un peuple qui possède sa
langue, ses terres, ses ressources naturelles, ses principes, un
rôle dirigeant, ses coutumes, ses traditions, sa religion, sa
spiritualité, ses institutions, ses vertus, ses principes moraux,
ses valeurs, ses conventions, ses doctrines, ses responsabilités,
ses coutumes domestiques et son protocole international.

Le soleil, l’eau, l’air et la terre sont à la base même de notre
existence qui nous a été donnée par l’Etre suprême, à qui nous
devons le plus grand respect, et sans qui la vie serait inexis-
tante sur cette terre; ces quatre éléments constituent le noyau
de notre existence même et c’est à ceci que nous, peuple indien,
ancrons notre souveraineté indienne et notre gouvernement par
rapport aux quatre grandes lois de l’univers. Le grand esprit
nous gouverne et nous puisons nos lois dans sa sagesse:

car tant que le soleil brillera, l’eau coulera et l’herbe
poussera.

D’ailleurs, c’est là le fondement même des traités, à savoir,
leur perspective spirituelle.

Les cultures indiennes, la souveraineté indienne et l’adminis-
tration indienne n’ont pas séparé le politique du religieux et
n’ont pas l’intention de le faire. L’avènement des cultures
européennes a entraîné de terribles conflits ouverts et celles-ci
se sont immiscées insidieusement dans la culture indienne,
mais celle-ci est toujours présente dans les réserves sacrées que
les Indiens se sont arrogés pour continuer à vivre comme ils
l’entendent. Si les Indiens n’ont pas poussé très loin l’art de
l’écriture en vigueur aujourd’hui, cela ne signifie pas pour
autant qu’ils ne maîtrisaient pas leur propre destinée.

Le sectarisme européen et chrétien assimilait la culture
indienne au diable. Les chrétiens craignaient ce qu’ils ne
comprenaient pas. Ils ont donc cherché à détruire ce qu’ils
craignaient et ils l’ont fait en imposant des lois dictatoriales,
lois adoptées par un gouvernement étranger beaucoup plus
riche et plus puissant.

Chaque culture possède sa propre civilisation, érige le
système de gouvernement qui convient le mieux à son peuple,
système de gouvernement inégalement complexe, mais qui
s’adapte à la culture du peuple en question.

Le conflit culturel entre les chrétiens européens et les
Indiens de l‘Amériquc du Nord ne cessera que lorsque la
culture européenne cessera de commettre un génocide culturel.

Toutes les lois coulent du spirituel vers la famille, la
collectivité, la nation, en signe de respect envers les chefs de la
collectivité, envers le savoir et la sagesse de ses anciens chargés
d’établir les lois que devra respecter la collectivité. Les diverses
communautés qui composent la nation se réunissent en
assemblée générale annuelle, pour procéder tout d’abord â la
purification spirituelle de leur âme et de leur esprit pour
qu’elles passent ensuite en revue leurs propres lois, les révisent
ou les abolissent dans l’intérêt même du bien-être et de la
survie de leur propre peuple.

11:28

[Text]

Before the European encroachment on our America, our
peoples had inhabited this continent for thousands of years.
We possessed our distinctive languages, cultures, legal and
social systems. We were a religious people with strong spiritual
values and virtues insofar as we believed in the Great Spirit
who had, in all his supreme goodness, fashioned the world and
instilled in his people a sense of respect for all created things.
Indians have always nurtured a great respect for nature. We
have emphasized the need for conservation, good husbandry
and, above all, sharing and co-operating with others in pursuit
of a more abundant life. To view the world holistically, man is
part of the natural order in which he was related to all other
beings and things. Perhaps others are inclined to regard
themselves more as the unqualified masters of nature than we
are inclined to do.

European-derived cultures tend more to analyse concepts
and proceed by abstract deductive reasoning than we have
done. Such cultures tend to compartmentalize problems
whereas we prefer to see things in terms of their entire context,
in wholes rather than in parts.

This cultural différence may even have consequences for the
new constitutional order. Section 25 of the charter emphasizes
that the guarantee of certain rights in the charter shall not be
construed so as to abrogate or derogate from any aboriginal
treaty or other rights or freedoms that pertain to the aboriginal
peoples of Canada. Among these rights and freedoms, surely,
there must be one to preserve the best elements in our cultural
héritage, all of which are interdependent and interact with
each other in a total order.

lndian peoples have always had a close relationship with
their lands, which they have never freely regarded as alienable
commodities to be bought or sold like pieces of merchandise or
horse trading. It is difñcult to communicate exactly to peoples
of other cultures what this bond oonsists of. We have never
regarded the European so-called discovery of America as ever
conferring a right on the discoverers to take our lands without
our consent.

Our rights have a prescriptive origin. They have arisen
independently of any grant or cession by others through our
actual habitation of the land over many centuries through
hunting, fishing, trapping, cultivation, and through our own
self-governing institutions. We consider that our aboriginal
and treaty rights have been diminished or eradicated in many
instances without our consent. We have been victims of a
historical and constitutional process which was not of our
making which has gravely undermined our rights and which
we now look to the new Constitution at this time of renewal to
restore. The relationship between the British Crown and the
Indian peoples has been summed up in the following words by
Chancellor Kent:

The colonial authorities uniformly negotiated with the
Indians and made and observed treaties with them as
sovereign communities, excrcising the right of free delibera-
tion and action; but, in considération of protection, owing a

Indian Self-Government

2-3-1983

[Translation]

Avant que les Européens n’envahissent notre continent,
notre peuple l’habitait depuis des milliers d’années. Nous
possédions nos dialectes, nos cultures, nos systèmes juridiques
et sociaux. Nous étions un peuple religieux et nous nous étions
dotés de profondes valeurs et vertus spirituelles dans la mesure
où nous croyions au Grand Esprit qui, dans toute sa bonté
infinie, avait façonné le monde et inculqué â son peuple un
sens du respect envers son oeuvre. Les Indiens ont toujours eu
un grand respect pour la nature. Nous avons toujours mis
l’accent sur la protection de la nature, sur une bonne gestion de
la faune et surtout, nous avons toujours essayé de partager,
dans la coopération, nos biens avec d’autres en vue d’améliorer
notre mode de vie. Pour vous donner un aperçu général de
l’univers, l’homme fait partie de l’ordre naturel et est une
chaîne liée à d’autres êtres et d’autres éléments. D’autres ont
peut-être tendance à se considérer plus que nous-mêmes
comme les maîtres incontestés de la nature.

La culture européenne a davantage tendance à analyser des
concepts et à procéder par déduction abstraite. Ces cultures
tendent à compartimenter les problèmes, alors que nous
préférons analyser les nôtres dans leur contexte global, en tout
plutôt qu’en partie.

Cette différence culturelle pourrait même avoir des consé-
quences sur le nouvel ordre constitutionnel. L’article 25 de la
charte dispose que la garantie par la présente charte de
certains droits et libertés ne porte pas atteinte aux droits ou
libertés ancestraux, issus de traités ou autres, des peuples
autochtones du Canada. Parmi ces droits et libertés, nous
avons sûrement celui de préserver les meilleurs éléments de
notre patrimoine culturel, qui s‘imbriquent tous les uns dans
les autres dans un tout.

Les peuples indiens se sont toujours sentis étroitement liés à
leurs terres qu’ils n’ont jamais assimilé à des biens aliénables
pouvant être achetés ou vendus comme une marchandise
quelconque ou un échange de chevaux. Il est difficile de
communiquer exactement aux peuples d’autres cultures la
nature exacte de ce lien. Nous n’avons jamais considéré la
prétendue découverte de l’Amérique par les Européens comme
leur conférant un droit d’emprise sur nos terres sans notre
consentement.

Nos droits sont consacrés par l’usage. Ils ne découlent
d’aucun don ni de cession par d’autres, mais plutôt de notre
présence sur ces terres depuis des siècles et des siècles, de notre
propre mode de vie (chasse, pêche, piégeage, agriculture) et de
nos institutions autonomes. Nous estimons que nos droits
autochtones et ceux issus des traités ont été érodés ou abolis
dans de nombreux cas sans notre consentement. Nous avons
été les victimes d’un processus historique et constitutionnel
auquel nous n’avons pas participé et qui a sérieusement sape
nos droits; tous nos regards se tournent maintenant vers la
nouvelle constitution pour que nos droits soient rétablis. C’est
le chancelier Kent qui a résumé le rapport entre la Couronne
britannique et le peuple indien en ces termes:

Les autorités coloniales ont négocié uniformément avec les

Indiens, ont conclu et respecté les traités signés en tant que

communautés souveraines jouissant du droit de parole et

….. 4., .. , ..-…..«,,« .—..e,tgy.-v.-w—_-wrr—:—-v< w «v» «v .. r.\4‘—Vê\-4— .0… ‘.0.- l l l’ .,..,,,.,,.p—,w.«,.—=.._….,._,—.. :-pr’4. f, » ._.r._..—.es..«-y..:-« —. 2-3-1983 [Texte] qualified subjcction, in a national capacity, to the British Crown. The fundamental inequity here is that at the beginning of our negotiations with the colonial powers we were treated virtually on a plane of sovereign equality since we were needed in military alliances against rival European states. At the culmination of the process we were treated in a most demean- ing mariner with solemn treaties being likened more or less to contracts. An international treaty, of course, can be altered only by the parties thereto by mutual consent, whereas a contract can be altered or abrogated by ordinary statute. We have had, accordingly, scant protection for our rights. At the negotiations of the treaty Lieutenant Governor Morris for the Crown of England: “What I have offered does not take away your way of life; you will have it then as you have it now, and what I offer is put on top of it. » Morris again, in treaties: The Crown in Right of an Indian Reserve, the Coronation Oath, Her Majesty to rule her dominions accord- ing to their laws and their customs and their traditions. Morris: “To show that you are officers of the Crown we shall issue a suitable suit of clothes to show you are officers of the Crown, one uniform for the chief, which shall be special, and uniforms to the headmen of the chiefs. We shall recognize four headmen to each band and shall pay them all a salary. We shall issue her Majesty’s flag to fly over your assemblies when you are conducting business for the respective bands, and on those important occasions we expect you to dress up in your uniform. We shall issue you each a medal with the Queen’s picture on it. In addition, you will receive on parchment the scroll of the treaties. » Chief: “ls it true that you are bringing the Queen’s kind- ness? ls it true that you are going to give my child what he may use‘? Is it true that you are going to give the différent bands the Queen’s kindness? It is true that you bring the Queen’s hand? Is it true that you are bringing the Queen’s power? » ° 1030 Lieutenant Governor Morris, for the Queen: “Yes, to those who are here and those who are absent, such as she has given LIS. Chief: « ls it true that my child will not be troubled for what you are bringing him? » Morris: “The Queen’s power will be around him. » The Vice-Chairman: Thank you, Mr. Gordon. Elder Gordon: That is not all that Morris promised. He also promised that the Queen’s ear would be open to the Indians at all times. Now the Department of Indian Affairs is not the Queen’s ear by a long shot. Your Prime Minister and your Parliament as a whole deal with your nation’s business, and ifI have grievances against your nation that is the Queen’s ear that should be open to us at all times. Autonomie politique des Indiens 11:29 [Traduction] d’action; mais ils sont, pour leur propre protection, sujets de la Couronne britannique. L’injustice fondamentale, c’est que lorsque nous avons commencé à négocier avec les autorités coloniales, nous avons été virtuellement traités d’égal à égal puisque les armées américaines avaient besoin de nous pour combattre les Européens. A l’apogée de ce phénomène, nous étions traités de la façon la plus avilissante possible, les traités officiels étant assimilés à de vulgaires contrats. Un traité international ne peut évidemment être modifié que par les intéressés après consentement mutuel, alors qu’un contrat peut être modifié ou abrogé par l’adoption d’une simple loi. En conséquence, nos droits ont été peu protégés. Lors de la négociation du traité, voila ce que disait le lieutenant gouverneur Morris représentant la Couronne d’Angleterre: «Ce que je vous ai offert ne modifie en rien votre mode de vie. Vous pourrez en jouir maintenant comme vous l’avez fait auparavant et ce que je vous offre ne vient que s’y ajouter». Voilà ce que disent les traités: La Couronne manda- taire d’une réserve indienne, le serment du couronnement, Sa Majesté chargée de gouverner ses possessions selon leurs lois, leurs coutumes et leurs traditions. Morris: «Pour vous montrer que vous êtes agents de la Couronne, nous allons vous donner des uniformes, un uniforme pour le chef, qui sera spécial, et des uniformes pour les conseillers des chefs. Chaque bande aura droit à quatre conseillers et nous leur verscrons un salaire, Nous vous remettrons un drapeau officiel que vous hisserez lorsque vous vous réunirez en assemblée pour discuter des problèmes de vos bandes respectives et lors de ces occasions spéciales, nous nous attendons à ce que vous portiez votre uniforme. Nous vous remettrons une médaille sur laquelle figurera 1e portrait de la reine. Vous recevrez en outre le manuscrit des traités sur parchemin.» Le chef: «Est-il vrai que vous nous apportez la bénédiction de la reine’! Est-il vrai que vous allez donner à mon enfant ce dont il pourra jouir? Est-il vrai que vous allez donner aux différentes bandes la bénédiction de la reine? Est-il vrai que vous nous accordez sa faveur? Est-il vrai que vous nous apportez son pouvoir?» Le lieutenant-gouverneur Morris représentant la Reine: «Oui, aux présents et aux absents, comme elle nous l’a demandé.» Le chef: «Est-il vrai que mon enfant n’aura pas d’ennuis à cause de ce que vous lui apportez?» Morris: «Il sera protégé par la Reine.» Le vice-président: Merci, monsieur Gordon. Ancien Gordon: Ce n’est pas tout ce qu’a promis Morris. Il a également promis que les Indiens n’auraient aucune difficulté à se faire entendre de la Reine. Or, le ministère des Affaires indiennes n’est pas, et de loin, le digne successeur de la Reine en la matière. Votre premier ministre et votre législature s’occupent, grosso modo, des affaires de votre pays et je vous en veux, car personne ne veut nous entendre. l‘ ï 3° . lndian Self-Government 2-3-1983 [Text] Morris: “The_Queen’s government will carry out the terms of the treaty with absolute good faith and with the utmost exactness. On each reserve the Queen will put an agent to see toit that the stipulations of the treaties will be carried out. » Another stipulation: the review of the progress of the treaties once each year where the Indian population shall be paid S5 each to show as a symbol of good faith. That is not treaty money; that is a spiritual symbol to guarantee that that is being carried out forever as long as the sun shall shine. “The Quecn will make strong laws to protect the Indians to preserve their way of life. These laws will also be in the language of the Indian people. » 1 must remind you we are a nation surrounded completely by another nation which can take legal, economic-name the sanctions; they could take them. They surround us. We are not part of the Canadian mix, the Canadian melting pot of foreign cultures. We are différent, and thc meaning of the treaties is to remain différent, t0 remain a distinct people. Thank you. The Vice-Chairman: Thank you, Mr. Gordon. Do you accept some questions on your brief? Elder Gordon: Certainly. The Vice-Chairman: Thank you. Mr. Chénier‘? Mr. Chénier: No, I do not have any questions now, Mr. Chairman. The Viee-Chairman: Mr. Manly. Mr. Manly: Just one. l would like to thank Mr. Gordon for his brief. Nations all over the world assert their sovereignty; but, increasingly, in a world where one nation pushes against another because of a growing world population and diminish- ment of resources, it sometimes becomes necessary for nations to agree to limit their authority. For example, we have tried to do that in some respects with the United Nations, and many people feel that if we want to have world peace we are going to have to limit our authority as nations, our sovereignty as nations, much more than we havc ever done before. I wonder if you as members of Indian nations have ever considered that possibility and if you see that as something that needs to be done, or if you feel that in the 1980s the primary need is to have your sovereignty re-recognized by the Canadian nation. Elder Gordon: Thc prescription of who will be in the Indian nation and who will be outside of the lndian nation is found within the treaties. 1 have an lndian treaty rights handbook. It tells you the powers of that nation and what that nation can do. The Indian reserves are capable and have the power to determine the kind [Translation] Morris: «Le gouvernement de la Reine respectera les termes du traité en toute bonne foi et en tout point. La Reine délè- guera un agent dans chaque réserve pour qu’il veille a ce que les conditions du traité soient respectées.- Autre chose: il était également stipulé que les traités devaient ètre revus chaque année et que le gouvernement verserait à la population indienne cinq dollars par personne en signe de bonne volonté. Il ne s’agit pas de crédit issu des traités, mais plutôt d’un symbole spirituel permettant de nous assurer que ces traités seront respectés tant que le soleil brillera. «La Reine établira des lois fermes pour permettre aux Indiens de préserver leur mode de vie. Ces lois seront écrites en langue indienne.» Je dois vous rappeler que nous sommes une nation entourée par une autre nation et qui a le droit de prendre n’importe quelles sanction juridique, économique ou autre si elle le veut. Cette nation nous entoure complètement, nous ne faisons pas partie de la mosaique canadienne, de ce creuset de cultures étrangères. Nous sommes différents et les traités doivent conserver leurs différences pour que nous demeurions un peuple distinct. Merci. Le vice-président: Merci, monsieur Gordon. Acceptez-vous que des questions vous soient posées’! Ancien Gordon: Certainement. Le vice-président: Merci. Monsieur Chénier’! M. Chénier: Non, monsieur le président, je n’ai pas dc question à poser pour l’instant. Le vice-président: Monsieur Manly. M. Manly: Je n’ai qu’une question. Je voudrais tout d’abord remercier M. Gordon de son exposé. Les pays du monde entier affirment leur souveraineté; cependant, dans un monde où une nation pousse l’autre en raison d’une démographie croissante et d’une diminution des ressources, il est parfois nécessaire que certains pays acceptent de limiter leurs pouvoirs. Nous avons essayé de le faire à certains égards au sein dm Nations unies et nombreux sont ceux qui pensent que si nous voulons la paix, nous allons devoir limiter notre pouvoir en tant que nation, notre souveraineté beaucoup plus que par le passé. En tant que membres de nations indiennes, avez-vous déjà envisagé cette possibilité, pensez-vous que cela devrait se faire ou au contraire voulez-vous avant tout que votre souveraineté soit reconnue par 1e Canada? Ancien Gordon: Les traités stipulent qui fera partie de la nation indienne et qui n’en fera pas partie. J’ai ici un livret sur les droits des Indiens issus des traités. Il indique les pouvoirs de cette nation et ce que cette nation peut faire. Les réserves indiennes ont compétence et autorité pour mrn>—_.m_.___.

.__ m. … .

-—.——.—_»-«—«-— .

‘< v“‘-‘—-*—.z-»-:-»«w-zs.w——,_.,q,f,……,q…agar. .,… . .

2-3-1983

[Texte]

of éducation that they want and devise that, what the social
orders are going to be, what their elections are going to be and
what their membership is going to be and why it should be.
However, within the treaties there is a prescription that no
white man can ever become an Indian and live on an Indian
TCSCYVC.

lt also determined, because of the conflicts between the
Métis and the white government, that they were given a choice
to become part of the Indian nation and get into that treaty. If
they did not, they would be counted elsewhere.

Then that prescription of who could be an Indian and who
could not be an Indian. When a woman marries a non-Indian
she does not lose the right of being an Indian. That is empha-
sized by receiving a red ticket that she still remained and
participated within that nation and was within treaty parame-
ters. That was the prescription, and anyone enfranchising,
people who call themselves non-status Indians today, received
a blue ticket to show that they were once Indian within treaty
and now they have commuted, taken enfranchisement and
acquired citizenship within Canada.

Mr. Manly: Thank you very much.

Thank you, Mr. Chairman.

The Vice-Chairmnn: Any further questions?

Roberta.

Ms Jamieson: Ijust have one question, Mr. Chairman. First

of all, this is the first such brief that we have received, and I
am very, very thankful to have it as part of the evidence.

I wonder also, Senator Gordon, if you would like to table the
treaty handbook that you have with you with the committee.

Elder Gordon: It is a bit of a surprise that you are coming as
a committee to deal with Indian people and you have not their
fundamental principles of what the treaty agreement was all
about. However, the federation, I suppose, will gladly give you
a copy.

Ms Jamieson: We do have it. I personally have it, but I
would like it tabled as a matter of the record so we can use it
for the report, Senator, if you agree.

Elder Gordon: Can you give them a book ot » this? You see,
this is not mine; Ijust borrowed it.

Mr. Brass: Yes.

Ms Jamieson: My question is this, Mr. Chairman: Often
when particularly the non-Indian public hear Indian people
talk about cultural sovereignty, spiritual sovereignty, especially
the word “sovereignty » bothers them-sometimes even “self-
determination »——because they think that Indian nations when
they are saying that are saying they want to separate. They get
shades of Quebec in the back of their minds and they think
Indians want to dismember the country of Canada. I would
like to give you an opportunity to answer that on the record,
Senator. How do you feel about that, and is that what you are

saying?

Autonomie politique des Indiens 1 1 ; 31

[Traduction]

déterminer et élaborer le genre d’éducation qu’elles veulent,
pour établir l’ordre social, leurs élections, la composition de
leur bande et leur raison d’être. Cependant, les traités stipulent
qu’aucun homme blanc ne peut devenir Indien et vivre dans
une réserve indienne.

En raison des conflits entre les métis et l’homme blanc, les
traités stipulaient également qu’ils pouvaient faire partie de la
nation indienne et relever des traités en question. Si les métis
ne le désiraient pas, ils seraient recensés ailleurs.

Les traités stipulaient ensuite qui pouvait être Indien et qui
ne pouvait pas l’être. Lorsqu’une femme épouse une‘ personne
qui n’est pas indienne, elle ne perd pas son droit d’être
Indienne. On lui remettait d’ailleurs un billet rouge prouvant
qu’elle faisait toujours partie de la nation indienne et était
régie par les traités. Voilà ce que stipulaient les traités, et
quiconque demandait sa liberté——ceux qui s’appellent
aujourd’hui les Indiens de fait——recevait un billet bleu
prouvant qu’il était auparavant Indien, mais qu’il avait choisi
d’acquérir la citoyenneté canadienne.

M. Manly: Merci infiniment.

Merci, monsieur le président.

Le vice-président: D’autres questions?
Roberta.

Mme Jnmieson: Je n’ai qu’une question à poser, monsieur le
président. Tout d’abord, c’est la première fois que nous
recevons un mémoire de ce genre et je suis très heureux qu‘il
fasse partie de nos témoignages.

Je me demande, sénateur Gordon, si vous voulez bien donner
un exemplaire du livret sur les droits des Indiens au Comité.

Ancien Gordon: Il est surprenant que votre comité s’inté-
resse au sort des Indiens et en discute, alors que vous n’avez
même pas avec vous leurs principes fondamentaux. Mais je
suppose que la fédération vous en remettra un exemplaire avec
plaisir.

Mme Jamieson: Nous en avons un exemplaire. J’en voudrais
un, mais je voudrais qu’il soit remis officiellement pour que
nous puissions l’utiliser lorsque nous rédigerons notre rapport,
si vous êtes d’accord, sénateur.

Ancien Gordon: Peut-on leur donner un exemplaire de ce
livret? Vous voyez, ce n’est pas à moi, je n’ai fait que
l’emprunter.

M. Brass: Oui.

Mme Jamieson: Ma question est celle-ci, monsieur le
président: souvent, lorsque le public non-indien entend les
Indiens parler de souveraineté culturelle, de souveraineté
spirituelle, en particulier le mot «souveraineté», ils deviennent
craintifs, et cela s’applique même pour le mot «autonomie», car
ils pensent que les nations indiennes veulent se séparer du
Canada. Ils pensent immédiatement au Québec et croient que
les Indiens veulent démembrer la nation canadienne. Je
voudrais que vous répondiez à cette question, sénateur. Qu’en
pensez-vous, est-ce ce que vous voulez dire en réalité?

11:32

[Texl]
‘ I040

Elder Gordon: What I am saying is the Constitution is
people‘s business because the Constitution is for people.
Britain, for instance, does not have a written constitution. It
evolved in the same way as Indian people so you may be able
to call them aboriginal people. lt is discontented people who
cruise around all over the world and who go out and create
documentation that they call a written constitution to empha-
size who they are and just coming into or trying to become a
patiän. All nations are founded on the ingrédients that I have
iste .

Am I heading in the right direction?

Ms Jamieson: Well, I do not presume to tell you how to
address . .. You head in any direction you like. I would like
you to, if you could, speak to this fear that non-Indians have
that when Indians use the English word “sovereignty » they are
talking about something that non-Indians should feel threat-
ened by, that Indians want to destroy Canada, that they want
to break it up into all kinds of little pieces. That, to me, is not
what Indian nations are saying; but I would like your com-
ments on the record, if you will.

Elder Gordon: This is not what lndian people are saying.
Sovereignty over land has shrunk to the dimensions it now is in
and we have total control within those defined boundaries with
all of its resources inside there. The Canadian people have the
rest because of the treaties. They are the greatest beneficiaries
as a result of the treaties, and yet the promise is made as a
share in those resources for all time to provide at their cost
education, médical services, educationally applied arts and
sciences, which this nation that calls itself Canada never knew
about and afterwards followed and brought up those institu-
tions.

Sovereignty has shrunk now to the dimensions of our lndian
reserves, and why should white people feel threatened about
it? They surround us. They should be happy at this time
because none of the treaty economy sits there on the reserve
and is accumulated on the reserve. None of it ever has. When I
buy cigarettes I buy them off the reserve. When I buy
anything it is off the reserve. They have enriched the munici-
palities through education. The schools promised in treaty to
be on the reserve are now outside of the reserve. All of the
economy but treaties has been deflected off the reserve to
enrich the municipalities and the provincial government.

When they say I do not pay tax, I buy everything off the
reserve and therefore I pay tax. ‘

I do not think they should feel threatened about the
situation today. How could they possibly feel threatened,
unless it is a false front because of the economy that the
municipalities are getting surrounding an lndian reserve, that
they do not want to lose it.

lndian Self-Government

2-3-1983

[Translation]

Ancien Gordon: Je dis que la constitution est l’affaire du
peuple, parce qu’elle touche le peuple. La Grande-Bretagne,
par exemple, n’a pas de constitution écrite. Ce pays a connu
une évolution similaire â celle des populations indiennes; donc,
à la limite, on peut dire que les Britanniques sont des autochto-
nes. Ce sont des mécontents qui parcourent le monde pour se
renseigner et élaborer ce qu’ils appellent une constitution écrite
destinée à leur permettre de s’affirmer et de devenir une
nation. Toutes les nations reposent sur les éléments dont j’ai
parlé.

Est-ce que je suis sur la bonne voie?

Mrne Jamieson: Je ne voudrais pas vous dire quoi dire . . .
Vous dites ce que vous voulez. Si vous me le permettez, je
voudrais dire quelques mots de la crainte des non-Indiens
lorsqu’ils entendent parler les Indiens de «souveraineté»; en
effet, pour eux, ce mot connote une certaine menace, ils
comprennent que les Indiens veulent détruire le Canada et
qu’ils veulent le morceler. À mon sens, ce n’est pas ce que les
nations indiennes disent, mais je voudrais que vous me donniez
votre point de vue, s’il vous plaît, à ce sujet.

Ancien Gordon: Ce n’est pas du tout ce que les Indiens
disent. La souveraineté territoriale des Indiens a beaucoup
diminué, et à l’heure actuelle, cette souveraineté ne s’exerce
plus que sur des territoires bien définis, ainsi que sur les
ressources qui s’y trouvent. Les Canadiens se partagent le reste
du territoire â cause dm traités. On peut dire qu’ils ont été les
grands bénéficiaires des traités et ont promis aux Indiens, en
paiement du partage de ces ressources, de financer les services
éducationnels, médicaux, les arts et les sciences appliquées,
sciences que la nation qui s’appelle Canada a toujours
ignorées, et ensuite institutionnalisées.

La souveraineté des Indiens ne s’exerce plus maintenant que
sur nos réserves; en conséquence, pourquoi les blancs
devraient-ils se sentir menacés’? Ils nous entourent. Ils
devraient au contraire être heureux parce que, d’un point de
vue économique, l’accumulation des richesses est un phéno-
mène qui n’a rien à voir avec les réserves. Cela a toujours été
ainsi. Ainsi, lorsque j’achète des cigarettes, je dois les acheter
ailleurs que sur la réserve, et c’est aussi le cas pour tout ce que
j’ai à acheter. Ils ont enrichi les municipalités grâce à l’éduca-
tion. Les écoles que l’on nous a promises dans les traités, qui
devaient être sur les réserves, se trouvent à l’extérieur des
réserves. Toute l’activité économique s’est déplacée hors des
réserves et enrichit maintenant les municipalités et le gouver-
nement provincial.

Cela n’empêche pas les blancs de dire queje ne paie pas de
taxes, mais en achetant tout ce dont j’ai besoin ailleurs que sur
la réserve, je paie des taxes.

Je ne crois pas que les blancs, en conséquence, devraient se
sentir menacés par la situation actuelle. Comment pourraient-
ils se sentir menacés, à moins que ce soit une façade, étant
donné les avantages économiques que les municipalités retirent
des réserves indiennes, avantages qu’elles ne veulent, au
demeurant, pas perdre.

._.o r‘. n

ŒPË/‘inïîanî/ÊOUË: Nîrïl-îw=mni

se

E2?

C111

t

r
4.
1

r<« “r’r, » v – ..,..,.._.-..,.,.._.,,‘.

2-3-1983

[Texte]

Ms Jamieson: Thank you, Senator. I think you have
clarified two things for us; one in response to Mr. Manly’s
question, I think, that Indians are in fact willing to share as
interdependent nations and realize the need for that according
to the treaties and in a harmonious manner.

Thank you, Senator. Thank you, Mr. Chairman.

The Vice-Chairman: Roberta, your request to have the
document tabled has already been done. lt was done on
December 16 by the Saskatchewan Federation when they were
before us so it is available as an exhibit to any member who
wishes a copy of it.

Ms Jamieson: Thank you, Mr. Chairman.

Elder Gordon: I have one or two things to say. Our chiefs
have jurisdiction extending off the reserve where their
membership is concerned, where many things are concerned
that ought to be dealt with by your government to acknowl-
edge these jurisdictions. What I have just presented to you is
Indian sovereignty in relation to all treaty areas.

Thank you, Mr. Chairman.

The Vice-Chairman: Mr. Chartier, do you have a short
question?

Mr. Chartier: I just want t0 make a comment and then a
very short question.

I say to Elder Gordon that your brief is very compréhensive
and explains very well the essence of Indianness and lndian
nationhood and sovereignty, I was going to get into the
question of Mr. Manly; but it has been well dealt with, and in
fact I would say that the Indian nations of North America by
treaty have, I think, probably been the most generous people in
the community of nations at sharing what you have.

But, just t0 clarify the record, I think you made a comment
that under prescription, under treaty, Métis were given the
choice. I would like to maybe clarify that and see what your
opinion is. I think in Lieutanent Governor Morris‘ report he
says that there are some Métis who live with and as Indians,
and those we allow to enter into treaty, but for the other ones I
guaranteed the Indian chiefs that Her Majesty would deal
with her children in an equally fair manner at some other point
in time. Is that correct?

Elder Gordon: I suppose so, yes.
The Vice-Chairman: Thank you. I see no further questions.

l am sorry I almost missed that excellent brief. Mr. Brass
informed me . . . I also apologize I was late, and that was one
of the reasons 1 did not realize that it was not read.

Thank you very much for your prcsentations.

l would now like to call a short live-minute break. I would
like all the members of the committee to meet with me just
briefly right behind here for a few minutes, and we will then,

29250» 2

Autonomie politique du Indiens 11 : 33

[Traduction]

Mme Jamieson: Merci, sénateur. Je crois que vous avez
précisé deux choses; la première, en répondant à la question de
M. Manly, vous avez dit, je crois, que les Indiens sont tout à
fait disposés à partager en tant que nations interdépendantes et
se rendent compte de ce besoin selon les traités, et également
qu’ils doivent le faire d’une façon harmonieuse.

Merci sénateur. Merci, monsieur le président.

Le vice-président: Roberta, le document dont vous avez
exigé le dépôt avait déjà été déposé le 16 décembre par la
Fédération de la Saskatchewan lorsqu’elle a comparu devant 1e
comité; donc, les membres du comité qui le veulent peuvent en
obtenir une copie ou le consulter.

Mme Jamieson: Merci, monsieur le président.

Ancien Gordon: J’aurais quelque chose à ajouter. Nos chefs
ont des pouvoirs sur les membres de leurs bandes ailleurs que
sur la réserve; il faudrait que votre gouvernement étudie la
question pour reconnaître ces pouvoirs. Ce que je viens de vous
dire porte sur la souveraineté des Indiens en ce qui a trait aux
questions visées dans les traités.

Merci, monsieur le prflident.

Le vice-président: Monsieur Chartier, est-ce que vous voulez
poser une brève question?

M. Chartier: Je voudrais faire un commentaire, et ensuite
poser une brève question.

Monsieur Gordon, votre mémoire est très détaillé et explique
très bien l’origine de lïindianité,» la nationalité des Indiens,
c’est-à-dire leur existence en tant que nation et la souveraineté.
J’allais poser la même question que M. Manly, mais vous y
avez répondu, et en fait, je me bornerai à dire que les nations
indiennes d’Amérique du Nord, en signant les traités qu’elles
ont signés, ont probablement été, de toutes les nations, celles
qui ont été les plus généreuses pour partager leur patrimoine.

Mais pour bien préciser ce dont on parle, je pense que vous
avez dit que, en vertu des traités et des prescriptions, on avait
donné le choix aux Métis. Je voudrais que vous apportiez des
précisions et fassiez connaître votre opinion. Je pense que dans
son rapport, le lieutenant-gouverneur Morris dit qu’il y a
certains Métis qui vivent en tant qu’Indiens avec les Indiens,
auxquels on permet d’être assujettis au traité, mais pour les
autres, j’ai garanti aux chefs indiens que sa Majesté traiterait
leurs enfants de façon équitable plus tard. Est-ce exact’!

Ancien Gordon: Je crois que oui.

Le vice-président: Merci. Je n’ai pas d’autres questions à
poser.

Je regrette d’avoir, pour ainsi dire, raté cet excellent
mémoire. M. Brass m’a dit . . . Je voudrais également m’excu-
ser d’être arrivé en retard, et c’est l’une des raisons pour
lesquelles je ne me suis pas rendu compte que le mémoire
n’avait pas été lu.

Merci beaucoup pour ce que vous nous avez dit.

Je voudrais maintenant faire une brève pause de cinq
minutes. Je voudrais que les membres du comité se réunissent
avec moi brièvement ici, pendant quelques minutes, et ensuite,

1 1 : 34 Indian Self-Government

[ Texl]

in five minutes, hear présentation four, and I will have Mr.
Brass bring forward the witnesses.

° 1049

2-3-1983

[Translation]

dans cinq minous, nous entendrons le quatrième témoignage,
et je demanderai a M. Brass de nous présenter les témoins.

‘ 1 102
The Vice-Chairman: Order, please.

I will now call on thé first witness, Chief Standingready, to
begin his présentation.

Chief Brian Stnndingready (Federation nf Saskatchewan
Indian Nations): Thank you, Mr. Chairman and committee
members, for giving us the opportunity to make our présenta-
tion.

No doubt in your travel across Canada in meeting with the
various Indian organizations and Indian représentatives you
have heard and will continue to hear concerns dealing with the
Department of Indians Affairs on Indian issues regarding
Indians.

At this time, rather than go through the routine of making
accusations, name-calling, criticizing, etc., wé would like to
start our présentation where everybody seems to leave off, and
that is to make recommendations to thé committee. To do this,
we will show you two complétely différent situations in our
dealings with thé Department of Indian Affairs and recom-
mendations in dealing with these situations.

Our présentation will be dealt with in two parts: number
one, the Department of Indian Affairs; number two, the
situation regarding fraudulent land surrenders in Saskatche-
wan.

To give you a little background on the présentation that was
circulated to the committee members entitled The Réorgani-
zation of the Department of Indian Affairs, some time back
thé Yorkton district chiefs, which consist of the chiefs from
eight reserves in the Yorkton area, came to realize that there
were a lot of problems that had to be addressed.

Regarding the programs and services that are supposedly
delivered by the Department of Indian Affairs, we recognized
that there was inefficiency which had to be dealt with. In
November 1981, we formed a committee consisting of
members from the eight chiefs, one représentative from the
Yorkton district, thé district manager of the Department of
Indian Affairs, one représentative from the régional office of
the Department of lndian Affairs. Thé committee was
mandated to look into thé situation as far as programs and
services to thé eight bands were concerned in thé area of
program delivery and to come up with a plan of action for a
five—year program to carry out some of the recommendations
in impleménting the services and programs that had to be
delivered to the bands,

Following some of the numerous meetings we had with the
committee, we came up with a proposal to the district chiefs of
a live-year program. We will go into it in détail a little further

Le vice-président: A l’ordre, s’il vous plaît.

Je vais demander au chef Standingready, qui est le premier
témoin, de prendre la parole.

Le chef Brian Standingready (Fédération des nations
indiennes de la Saskatchewan): Merci, monsieur le président
et distingués membres du Comité, de me donner l’occasion dé
vous adresser la parole.

Sans aucun doute, en rencontrant les différentes organisa-
tions indiennes, un peu partout au Canada, ainsi que les
représentants des Indiens, vous aurez entendu parler et vous
continuerez d’ailleurs d’entendre parler des craintes qu’éprou-
vent les Indiens au sujet de la façon dont le ministère des
Affaires indiennes traite des questions qui touchent lés Indiens.

Pour l’instant, plutôt que de proférer dés accusations
routinières, d’insulter les personnes en cause, de lés critiquer,
etc., nous voudrions commencer là où, apparemment, s’arrê-
tent lés autres, c’est-à-dire par faire des recommandations au
Comité. Pour cé faire, nous allons vous décrire deux cas
complètement différents dans nos relations avec le ministère
des Affaires indiennes; ensuite, nous vous ferons des recom-
mandations pour chacun.

Notre exposé comportera deux parties: premièrement, une
partie consacrée au ministère des Affaires indiennes, deuxiè-
mement, le cas des cessions frauduleuses de terres en Saskat-
chewan.

En guise de préambule, nous vous parlerons d’un mémoire
remis aux membres du Comité, intitulé «La réorganisation du
ministère des Affaires indiennes»; il y a quelque temps, les
chefs du district de Yorkton, cest-à-dire les chefs de huit
réserves de la région de Yorkton, se sont rendu compte qu’il y
avait beaucoup dé problèmes à débattre.

En ce qui concerne les programmes et les services que le
ministère des Affaires indiennes est censé fournir aux Indiens,
nous pensons que ces programmes ne sont pas efficaces et qu’il
faut étudier la question. En novembre 1981, nous avons formé
un comité regroupant les huit chefs, un représentant du district
de Yorkton, le responsable de district du ministère des Affaires
indiennes, et un représentant du bureau régional du ministère.
Le comité avait pour mandat d’étudier les programmes et les
services s’adressant aux huit bandes de cette région et de
formuler un plan d’action destiné â élaborer un programme
quinquennal visant à mettre en oeuvre certaines des recom-
mandations susceptibles d’améliorer Ies programmes et les
services destinés à ces bandes.

A la suite des nombreuses réunions que nous avons eues avec
le comité, nous avons soumis un projet de programme quin-
quennal aux chefs du district. Nous en discuterons plus en

__……_……-._.u_.— —pmann.0< -—-so<r

I983

33°,

Iicr
IIIS

znt
de

les
us

CS

11S

fiat???‘

E.»

2-3-1983

[Texte]

on when we discuss the charts that we have. Following the
numerous meetings that we had, the recommendations that we
had that were presented to the chiefs, we came up with a
proposed structure différent from what the structure was at
the district level, the new structure that you see pinned up on
the board. So in April 1982, after meeting with the Régional
Director of the Department of lndian Affairs, Dr. Owen
Anderson, and also the director of opérations, Emil Korchin-
ski, we signed a five-year agreement. There was an under-
standing between the regional office, the district office and the
Yorkton district chiefs at that signing that there was a need for
a change within the organization itself. Also, we have identi-
fied funding in the amount of approximately S250,000 to cover
the oosts to implement the program.

Following that historical signing, we hired what are termed
band development officer trainees at the district level, starting
off with my band, the White Bear Band, in June 1982. The
rest of the seven band development officers were hired in July
1982.

A training program was drawn up. A series of training
workshops were held and are still being held. University credit
classes are in the works. All the training centres are on the
different areas that the bands deal with on a daily basis:
economic development, the différent departments within the
government and the diffèrent programs that the government
has to offer.

The program really emphasizes the training aspect as far as
the trainees are concerned. The way the structure is set up and
the five-year programs are in place it is a gradual takeover of
some of the programs that were supposed to have been
professionally delivered by the Department of lndian Affairs
which we felt were not being delivered up to the efficiency they
were supposed t0. So the recommendations that were made by
the committee were from the grass-roots level, made right
from each individual band and also to the chiefs at the district
level. lt was quite opposite from what the department or the
Government of Canada usually does: makes policy at head-
quarters and goes on down the line right down to the bands. In
this aspect, we are making recommendations from the grass-
roots level right to the headquarters or wherever the programs
are being delivered from.

l just want to stress, too, that the changes we made are
structural only, having to do with the reorganization of the
department. Further on down in the works they are planning to
get into the policy development of all programs, where we will
make the recommendations. Eventually, wc hope to have the
authority t0 make those policies at the band level.

‘I110

On taking over some of these programs, as far as the
administration of programs is concerned, we also do not forge!
the department‘s or the governments obligation, the trust
responsibility and trust obligation that they have to the bands.

Autonomie politique des Indiens 11 : 35

[Traduclion]

détail un peu plus loin, lorsque nous ferons des commentaires
sur les graphiques que nous vous présentons. Donc, à la suite
des nombreuses réunions que nous avons tenues, nous avons
fait des recommandations que nous avons présentées aux chefs,
et nous avons proposé une structure différente de celle qui
existait au niveau du district, et cette nouvelle structure est
celle que vous pouvez voir agrafée au tableau. Donc, en avril
1982, après avoir rencontré le directeur régional du ministère
des Affaires indiennes, M, Owen Anderson, et également le
directeur des opérations, M. Emil Korchinski, nous avons signé
un accord portant sur cinq ans. Aux termes de cet accord, il y
avait une entente entre le bureau régional, le bureau de district
et les chefs du district de _Yorkton reconnaissant le besoin de
modifier Porganisation. Egalement, nous avons demandé
approximativement 5250000, destinés à financer la mise en
oeuvre du programme.

Après 1a signature de ce document historique, nous avons
recruté des stagiaires en développement au niveau du district,
en commençant par ma propre bande, la bande White Bear, en
juin 1982. Les sept autres stagiaires ont été recrutés en juillet
1982.

On a mis au point un programme de formation. Plusieurs
ateliers ont été organisés, et continuent d’ailleurs. On est en
train de mettre sur pied des cours universitaires crédités. La
formation porte sur différentes questions auxquelles font face
les bandes, jour après jour, à savoir le développement économi-
que, les différents ministères au sein du gouvernement et les
différents programmes que le gouvernement offre.

Le programme insiste surtout sur la formation des stagiai-
res. De par leur structure, ces différents programmes quin-
quennaux visent à permettre aux Indiens d’assurer eux-mêmes
graduellement la gestion des programmes qui étaient censés
être gérés de façon professionnelle par le ministère des Affaires
indiennes et qui, d’après nous, n’ont pas été aussi efficaces
qu’on l’aurait pensé. Donc, les recommandations que nous
avons faites au comité émanaient de la base, dest-à-dire de
chaque bande, et également des chefs au niveau du district.
C’était donc le contraire de ce que fait habituellement le
gouvernement du Canada, dest-à-dire élaborer des politiques à
Ottawa, et ensuite les imposer aux bandes. A ce sujet, nous
faisons des recommandations qui émanent de la base au
ministère ou aux instances qui sont censées administrer ces
programmes.

Je voudrais insister également sur le fait que les change-
ments que nous avons apportés ne sont que des changements de
structure, étant donné qu’ils portent sur la réorganisation du
ministère. Après, on envisage d’étudier la politique de dévelop-
pement des programmes, pour laquelle nous ferons des
recommandations. Finalement, nous espérons pouvoir élaborer

ces politiques au niveau des bandes.

En assumant la responsabilité de certains de ces program-
mes, du moins en ce qui touche leur administration, nous
n’oublions pas l’obligation du ministère ou du gouvernement.
la responsabilité et Fobligation fiduciaires qu’ils ont envers les
bandes.

11:36

[ Taxi]

Before l get into the charts, I would like to bring to your
attention some of the concerns, some of the situations, the
scene that the committee has seen and the recommendations to
you and also to the Department of lndian Affairs. I will just
review them briefly.

We found that the department has too much control. The
bands are told what to do and what not to do. Program
direction stems from the department instead of the band. The
system is outdated and it is costly. The organization does not
relate to the aspirations of Indian leaders and band member-
ship. The organization is program rather than people oriented.
The system promotes dependency on the department instead of
self-reliance. Departmental structure does not lend itself to
band self-determination. Chiefs receive little compensation for
the amount of work done. Bands are unable to pay staff
reasonable wages; for example, many have not received a raise
in years. Also, bands want to be trained in the management of
their own lands.

Regarding funding, the available resources do not match
band priorities. There is a lack of funding flexibility. The
resource distribution is unrealistic and, also, [or the dollar we
do not get what the dollar is worth.

A Also, in dealing with procedural problems, they are lengthy,
time consuming and cumbersome because of all the paperwork
that has to be done. Allocations are uncontrolled and unco-
ordinated when coming from other agencies. Also, bands want
to collcct their own lease revenues and manage their own
revenue accounts.

These are some of the concerns that the committee have
noted. Also, we came up with some comments on recommen-
dations on the operational structure of the department so there
would be a more efficient use of human resources, financial
resources and time and also so it would be responsive to the
needs of the bands and to the departmental goal of person-year
cuts.

Also, to provide a more professional atmosphère and better
quality of service; to provide the capability to administer the
trust responsibility and mandate to the department; to improve
communications between programs; to encourage individual
staff productivity; to encourage a team approach and an
organization where it would better fit the district chiefs. This
would clarify roles and responsibility at the district level. It
would provide a better service with a 26% reduction in staff,
from 46 to 34, at the district level. In this way, stagnation is
relieved and the district becomes more responsive to the
changing needs of the bands. lt also eliminates false middle
management positions or paper shufflers.

Those are parts of the committee’s report to the district
chiefs and some of thc recommendations in dealing with the
problem that we are having.

lndian Self-Government

2-3-1983

[ Translation]

Avant de passer aux tableaux, j’aimerais soumettre à votre
attention certaines des préoccupations, des situations, le
scénario que le Comité a pu voir et les recommandations qui
nous ont été faites, ainsi qu’au ministère des Affaires indien-
nes. Je vais brièvement les passer en revue.

Nous avons trouvé que le ministère a trop de contrôle. Il dit
aux bandes ce qu’il faut faire et ce qu’il ne faut pas faire.
L’orientation du programme vient du ministère plutôt que de
la bande. Ce système est périmé et coûteux. Ce genre d‘organi-
sation ne tient pas compte des aspirations des leaders indiens et
des membres des bandes. Ces organisations visent le pro-
gramme plutôt que les gens. Le système encourage la dépen-
dance envers le ministère plutôt que l’autonomie. La structure
ministérielle ne se prête pas â l’autonomie des bandes. Les
chefs sont peu indemnisés pour la quantité de travail qu’ils
fournissent. Les bandes ne sont pas en mesure d’accorder un
traitement raisonnable à leur personnel; par exemple, bon
nombre des employés n’ont pas reçu d’augmentation depuis des
annéæ. De plus, les bandes voudraient recevoir une promotion
dans la gestion de leur propre territoire.

En matière de financement, les ressources disponibles ne
correspondent pas aux priorités des bandes. Le financement
manque de souplesse. La répartition des ressources est
irréaliste et nous n‘obtenons pas non plus une juste contrepar-
tie pour la valeur du dollar.

De plus, lorsque nous traitons de problèmes de procédure,
cela demande énormément de temps et d’efforts, à cause de
toute la paperasserie nécessaire. Les allocations provenant
d’autres organismes ne sont pas contrôlées ni coordonnées. De
plus, les bandes veulent également percevoir les revenus de
leurs baux et gérer leurs propres comptes de recettes.

Voilà certaines des préoccupations que le Comité a relevées.
Nous avons aussi formulé certains commentaires sur les
recommandations touchant la structure fonctionnelle du
ministère, afin qu’il y ait une utilisation plus efficace des
ressources humaines et financières, du temps, et afin égale-
ment que cette structure réponde davantage aux besoins des
bandes et â l’objectif ministériel de réduction des années-
personnes.

Nous avons aussi noté qu’il fallait une atmosphère plus
professionnelle et une meilleure qualité de service; fournir au
ministère la capacité et le mandat d’administrer la responsabi-
lité fiduciaire; l’amélioration des communications entre les
programmes; l’encouragement de la productivité chez chaque
membre du personnel; l’encouragement d’une démarche
d’équipe et d’une organisation mieux adaptée aux chefs de
district. Cela aura comme effet de préciser les rôles et les
responsabilités du district, en offrant un meilleur service, avec
une réduction de personnel de 26 p. 100, lequel passerait de 46
à 34. De cette façon, on brise la stagnation, et le district pourra
mieux répondre aux besoins changeants des bandes. Cela
élimine également les postes inutiles de gestionnaires moyens
ou de gratte-papier.

Ces éléments-là font partie du rapport du Comité aux chefs
de district, et ce sont aussi certaines des recommandations
visant à régler le problème que nous connaissons.

J83

n…‘ JVJDEÏÎ

F:
l

“T9,. …

w ujÿr-o

2-3-1983

Autonomie politique des Indiens l | ; 37

[Texte]

Before we went into the particular structure that we have
proposed here we had some options that we had to deal with.
One was to eliminate the district office completely and have all
the programs and services rendered from the regional office;
one was to create a service centre to replace the district office;
and the third one was to strengthen the district office to the
point where it could function more efficicntly through a
revised organizational structure. The third option is what we
have selected.

I hope that gives the committee members some of the
background of the situation that we are dealing with, and
hopefully we are progressing in some orderly fashion towards
carrying out the programs and services to bands in a more
efficient manner than what has been happening in the past.

With that, I would like to be allowed to request Mr.
Norman Stevenson, the Yorkton district chiefs rep, to further
expand on the organizational structure on the charts.

Mr. Norman Stevenson (Represeutntive, Yorkton District
Chiefs, Federation of Saskatchewan Indian Nations): Thank
you very much, Brian.

1 think before I go to the charts l would like to explain a
couple of things that Brian might have left out. I think this is a
Yorkton district chiefs’ project, but I think we are on the same
wavelength across Saskatchewan regarding the concerns of
lndian affairs. lt is just that the Yorkton district chiefs took
the concept and carried it out, and l think I will be explaining
that through the form of charts. You will realize what Brian
just explained when l go to the charts, why we went ahead
with this program.

l think mainly l will be explaining the fiscal structure. I will
not be going into programs or policies. I think generally we all
know here, before we go into something as big as policy and
changing policies and carrying programs, that you are going to
have to have that basic foundation; and what we are trying to
create here with our fiscal structure is a basic foundation.

‘I120

I think over a period of five years we intend to carry this out,
and when l get to the charts you will know what I mean.
Basically, we want our foundation before we go into programs
and policy development. I think from past expériences . . . We
visited a few places that went strictly into programs and
policies, and they ran into a lot of problems.

So, with that, I will get up—-I notice the bulletin board is
facing the crowd, but I will have the charts in front of you and
I will explain to you.

Another thing: operationally this has to have, basically, two
things. It has to come from thc grass mots-Brian touched on
that—and it has to have a good communication level and good
unity within the district itself. I am very pleased we havc that,

[ Traduction]

Avant d’aborder la structure spéciale que nous avons
proposée là, nous avons dû étudier certaines options, dont l’une
était l’élimination totale du bureau de district, confiant au
bureau régional la responsabilité de tous les programmes et des
services rendus. Une autre possibilité, c’était le remplacement
du bureau de district par un centre de service, et la troisième
possibilité était le renforcement du bureau de district, à un
point tel qu’il pourrait fonctionner plus efficacement, grâce à
une structure fonctionnelle révisée. Nous avons choisi la
troisième option.

J’espère que cela donne aux membres du Comité un aperçu
de la situation que nous étudions et qu’ils peuvent constater
que nous progressons de façon ordonnée vers une prestation
plus efficace que par le passé de programmes et de services aux
bandes.

Cela dit, permettez-moi de demander à M. Norman
Stevenson, représentant les chefs du district de Yorkton, de
vous apporter plus de précisions sur les organigrammes.

M. Norman Stevenson (représentant, chefs du district de
Yorkton, Fédération des nations indiennes de la Saskatche-
wan): Merci beaucoup, Brian.

Avant de passer aux organigrammes, je voudrais préciser
certaines choses que Brian a peut-être oubliées. Je pense qu’il
s’agit la du projet des chefs du district de Yorkton, mais
partout en Saskatchewan, nous sommes sur la même longueur
d’onde en ce qui touche les préoccupations des Indiens. C’est
simplement que les chefs du district de Yorkton ont concrétisé
ce concept, et c’est ce que je vous expliquerai à l’aide d’organi-
grammes, Vous comprendrez ce que Brian vient juste de vous
expliquer lorsque je passerai aux organigrammes, et vous
verrez pourquoi nous sommes allés de l’avant avec ce pro-
gramme.

Je pense que j’insistcrai surtout sur la structure fiscale. Je
laisserai de côté les programmes ou la politique. Généralement,
je pense que nous savons tous qu’avant d’aborder quelque
chose d’aussi important que la politique, les changements de
politique et la mise en oeuvre de programmes, il faut d’abord
avoir une base, et c’est ce que nous avons essayé d’établir par
la structure fiscale.

Nous avons l’intention de mettre cela en oeuvre sur une
période de cinq ans, et vous verrez ce que je veux dire lorsque
je passerai au tableau. Fondamentalement, nous voulons que
les bases soient en place avant d’aborder l’établissement de
programmes et de politiques. D’après les expériences
passées… Nous avons visité quelques endroits où les gens se
sont occupés de programmes et de politiques, et ils ont connu
énormément de problèmes.

Donc, je vais me lever… Je remarque que le panneau
d’affichage est en face de l’auditoire, mais je vous présenterai
mes tablœux et je vous les expliquerai.

Autre chose: pour l’exploitation, il faut fondamentalement
deux choses. Il faut que cela vienne de la base—Brian y a fait
allusion——et il faut qu’il y ait de bonnes communications et une
bonne unité à l’intérieur du district lui-même. Je suis très

l 1 : 38 Indian Self-Government 2-3-1983

[Taxi]

and I_ am very pleased we have that communication level with
the district office and the regional office. I think that has to be
there, and we stressed that when we started this opération.

Also, after I finish the charts I will do a review of our 10
months of opération, the problems we have been having.
Again, I stress that this is just a fiscal structure; it is not into
policies and program structures, but I think Brian will deal
with some policies once we complete the chart.

You will notice on this section we have the Indian Affairs
section; that is the present staff structure at the district office.
On this section is the District Chiefs’ Council. In simple
terms—l do not want to complicate things—we are attempting
to transfer staff from the district office to the District Chiefs‘
Council, keeping in mind that the trust relationship is still
there. What we are doing is this: transferring staff from the
district office to the District Chiefs‘ Council. These staff work
under the eight chiefs: the eight chiefs comprise the District
Chiefs‘ Council.

So we have assigned a band development officer trainee to
work with key bands—I will use the reserve’s name—and also
services corne from lndian Affairs at the same time. Like this:
Keeseekoose has theirs; Cote has theirs. ‘

We stress training; I think Brian dwelt on that. They are not
working full time for that reserve; but the training has to come
into place, and we have had training now for nine months, and
once the training is complete we get the funding dollars from
the opération officer transferred to this position. So I hope I
get across to you, gradually, that it will not be a grant; it will
be moneys of wages coming to these individuals to the District
Chiefs’ Council.

Our plan, after five years, is to revert 17 staff into this
opération. Presently, we have eight staff plus an accountant’s
clerk, and we are creating a manager. So in due time, in five
years, we should have 17 positions transferred to the District
Chiefs’ Council.

Basically, we have done this for two reasons. One of them
was that you look at lndian Affairs at the district level and
what you see are all, if you will excuse the expression, white
people. It is time we have Indian people. I think times have
changed. Indian people are more educated. lt has changed
both ways. So one of the reasons we wanted to go into that
fiscal structure was to train our own lndian people to work for
Indian peoplc.

l think Brian dealt with the services. The services are there,
but they are not there like they should be. S0 we felt that
lndian people know the situation and know what goes on on
the reserve and they will provide better services. They are more
loyal to the reserve than people from the outside. So these are

[Translation]

heureux que nous ayons de bonnes communications avec le
bureau de district et le bureau régional. Je pense que c’est un
prérequis, et nous avons insisté sur cela au début de cette
opération.

Aussi, lorsque j’en aurai terminé avec le tableau, je vous
ferai un résumé de nos dix mois d’exploitation et des problèmes
que nous avons connus. Encore une fois, j’insiste sur le fait
qu’il s’agit uniquement d’une structure fiscale, que ce n’est pas
une structure de politique ou de programme, mais je pense que
Brian parlera de politique lorsque nous en aurons terminé avec
les tableaux.

Sur cette partie, vous remarquerez que nous avons la section
des Affaires indiennes; cela représente la structure actuelle du
personnel au bureau de district. Sur cette section, vous avez les
chiffres du conseil de district. En termes simples-je ne veux
pas compliquer les choses—nous essayons de transférer du
personnel du bureau de district au conseil des chefs de district,
sans oublier qu’il y a toujours cette relation de confiance. Nous
effectuons donc un transfert de personnel du bureau de district
au conseil des chefs de district. Ce personnel travaille pour les
huit chefs qui composent le conseil des chefs de district.

Pour travailler avec les principales bandes—je vais utiliser le
nom des réserves—-nous avons affecté un agent de développe-
ment de bandes stagiaires. Simultanément, des services sont
offerts par les Affaires indiennes. Voyez ici, par exemple, la
réserve Keeseekoose a les siens, la réserve Cote également.

Nous insistons sur la formation. Je pense que Brian l’a
mentionné. Ces gens ne travaillent_ pas a plein temps pour cette
réserve, mais il faut que leur formation se fasse, et elle est
maintenant en marche depuis neuf mois. Une fois la formation
terminée, nous obtenons les fonds de l’agent d’exploitation
muté à ce poste. J’espère que je me fais bien comprendre:
graduellement, il ne s’agira pas d’un octroi, ces sommes
correspondent aux salaires de ces personnes travaillant pour le
conseil des chefs de district.

Après cinq ans, notre plan prévoit que l’on revienne à un
effectif de 17 personnes pour cette exploitation. Présentement.
nous avons un effectif de huit plus un commis-comptable, et
nous sommes à créer un poste de gestionnaire. Donc, le
moment venu, dans cinq ans, nous devrions avoir 17 postes
transférés au conseil des chefs de district.

Fondamentalement, nous avons procédé de la sorte pour
deux raisons, l’une d’elles étant que si vous regardez le
personnel du bureau de district des Affaires indiennes, tout ce
que vous voyez là, ce sont des blancs, si vous me passez
l’expression. Il est temps que nous ayons des Indiens. Je pense
que les temps ont changé, les Indiens sont plus instruits, les
Choses ont changé dans les deux sens. L’une des raisons pour
lesquelles nous avons choisi cette structure fiscale, c’était afin
de former nos gens à travailler pour lcs Indiens.

Je pense que Brian a parlé des services. Les services existent,
mais ils ne sont pas ce qu’ils devraient être. Nous avons donc
pensé que les Indiens, connaissant la situation et sachant ce qui
se passe sur les réserves, seront en mesure d’offrir de meilleurs
services. Ils sont plus loyaux à la réserve que les gens de

.._._.._mm

ILIS
ICS
ait
18S
U5
CC

….—. wan.-o;

2-3-1983

[Texte]
basically the two reasons why we asked for this change of
structure.

So after five years we want to review this thing. Are we
succeeding? Are we carrying along like we should, providing
services‘! Are we training them so they can carry on and
possibly get into these higher positions’! That is within five
years and, as I indicated, after five years we might go into
programs and policies if these people have the proper training
and know the philosophy of Indian Affairs and so on.

The board of directors are the eight district chiefs. They
assign the individuals where they are going to work. They
select the individuals.

Brian, did I forget anything on the structure‘! If not, I can
dwell on the 10 months we have been in opération.

Maybe I can dwell on the conditions. When we met regional
office, we had five conditions before we accepted this program.
I think I will just explain, basically, two of them: that there
would be acceptable training for the band development
trainees . . . of course, that is basically common sense-and
that regional and district managers are committed to this
project for a period of five years and that includes funding. I
think a lot of times projects start and they cut them off in one
year, two years; they do not give them a chance. But we have
got a commitment for a five-year program, which we feel will
be sufficient time to evaluate and carry this out.

So these are basically the three conditions we had before we
accepted this program. Again, I indicated the communication
is there with the district and regional offices. We have had this
program in opération for 10 months. Granted, we had a few
minor problems that could not be resolved. The District
Chiefs‘ Council made their own financial régulations; they
made their own personnel régulations. I think in any kind of
opération you need those, and we have carried those out; we
have them in effect. I think out of nine staff members we have
had only one résignation, and that was due to family problems.
So we feel it is a success up to this point.

Do you have anything to add, Brian’?

Chief Standingready: I guess, on the overall organization of
the Yorkton District Chiefs Council, the programs that he
mentioned from the department, the services, the programs
from the Department of Indian Affairs are only part of the
programs that the District Chiefs’ Council want to get into.
There are other programs presently being administered by
différent organizations within Saskatchewan. Also, other
funding agencies from other departments within the govern-
ment . . . those kinds of programs we are also going to go into.
So this only has to do with the department programs at this
time.

Mr. Chairman, as I mentioned before, there are two parts to
our présentation. The second part l would like to get into——I

Autonomie politique des Indiens

1 1 : 39
[Traduction]

l’extérieur. Fondamentalement, ce sont là les deux raisons pour
lesquelles nous avons demandé ce changement de structure.

Donc, après cinq ans, nous voulons évaluer la situation, afin
de déterminer si nous réussissons, si nous rencontrons nos
objectifs, si nous offrons les services, si nous formons les gens
afin qu’ils puissent remplir ces postes et possiblement accéder
à des postes plus élevés. Ceci s’étend sur une période de cinq
ans et, je le répète, après cinq ans, nous voudrons peut-être
aborder les programmes et les politiques, si ces gens ont reçu
une formation suffisante et connaissent la philosophie des
Affaires indiennes, et ainsi de suite.

Le conseil d’administration est composé des huit chefs de
district. Ce sont eux qui choisissent les personnes et leur
confient des affectations.

Brian, ai-je oublié quoi que ce soit au sujet de la structure’?
Sinon, je peux parler de nos dix mois d’exploitation.

Je pourrais peut-être commencer par les conditions. Lorsque
nous avons rencontré le bureau régional, nous avions cinq
conditions préalables à l’acceptation de ce programme. En
gros, je vais vous expliquer deux d’entre elles. Il y avait, bien
sûr, une formation acceptable pour les agents de développe-
ment de bandes stagiaires, c’est une simple question de bon
sens, et les gestionnaires de la région et du district devaient
s’engager envers ce projet pour une période de cinq ans, et cela
comprend aussi le financement. Souvent, je pense, des projets
fonctionnent pendant un an ou deux, après quoi ils sont coupés,
sans qu’on leur donne de chance. Toutefois, nous avons obtenu
un engagement pour un programme de cinq ans, ce qui, selon
nous, sera suffisant pour le mettre en oeuvre et l’évaluer.

Généralement, c’étaient là nos trois conditions préalables a
l’acceptation de ce programme. Encore une fois, je le répète, la
communication existe avec les bureaux du district et de la
région. Ce programme est en marche depuis dix mois. et je
reconnais que nous avons eu quelques problèmes mineurs qui
n’ont pu être résolus. Le Conseil des chefs de district a établi
ses propres règlements financiers et ses propres règlements
touchant le personnel. Je pense que c’est nécessaire dans
n’importe quel type d’exploitation, et c’est ce que nous avons
fait; nous avons donc ces règlements. Sur un effectif de neuf
personnes, nous n’avons eu qu’une seule démission, et c’était
dû à des problèmes familiaux. Donc, jusqu’ici, je pense que
c’est un succès.

Brian, voulez-vous ajouter quelque chose?

Le chef Standingready: Pour ce qui est de l’organisation
générale du Conseil des chefs du district de Yorkton, les
programmes du ministère qu’il a mentionnés, les services, les
programmes du ministère des Affaires indiennes ne sont
qu’une partie des programmes que le conseil des chefs du
district veulent prendre en main. Il existe présentement, en
Saskatchewan, d’autres programmes administrés par divers
organismes. Il y a aussi d’autres agences de financement.
d’autres ministères du gouvernement; nous voulons également
prendre en main ce genre de programmes. Donc, pour l’instant,
cela ne touche que les programmes du ministère.

Monsieur le président, je le répète, notre exposé est en deux
volets. Le deuxième volet, que je vais aborder maintenant—et

l 1 I 40 lndian Self-Government 2-3- l 983

[Texl]

will make it as brief as possible—is the fraudulent surrenders
of lndian reserves in Saskatchewan in the past. At present,
there is a policy in place that was approved by Cabinet
regarding land surrenders. For those of you who are not
familiar with surrenders and land entitlements, those are two
completely diffèrent issues. Under the land surrenders policy
of the Department of lndian Affairs an office of native claims
was put in place to make decisions on land claims brought
forward by différent bands. However, we feel the policy that
was put in place does not serve our purpose.

‘I130

Basically, the policy makes the Department of lndian
Affairs or the Office of Native Claims, which yet is only an
arm of the department, the defendant and the jury in dealing
with problems which the department itself or its agents have
created. As far as the White Bear Band is concerned—and
other bands in Saskatchewan have lost reserves by fraudulent
means——we cannot go into that type of a situation or that type
of a forum or, using simple terms, into their ballpark.

We have documentation covering most of the surrender
bands, as we call them. As for White Bear, the band l
represent and come from, just to give you a brief example:
Presently we have before the courts a statement of claim
containing over 100 pages. Two very important items are in
the statement of claim; for example, we are requesting 60,000
acres of reserve lands that we have lost in the past. On top of
that, we are asking for S100 million in compensation and also
S100 million in damages.

Those are just three examples of what we have in our
statement of claim. As l said, it is over 100 pages long. With
that kind of situation on our hands, and also all the documen-
tation we have as évidence, we cannot submit that kind of
evidence to the Office of Native Claims. In fact, we do not
recognize the Office of Native Claims.

That seems to be the stand-off at this point. We refuse to
deal with the Office of Native Claims because of the principles
involved and also the amount of what we have to lose, if we do
lose. To compound the problem, we have the Department of
Justice trying to get involved, and also commitments made by
John Munro in regard to setting up a joint commission made
up of politically appointed people. So everybody in the
government——-the Department of Justice, John Munro himself,
the Office of Native Claims, the Department of lndian
Affairs—is trying to get involved, and we refuse to budge on
that.

These are the two different examples we wanted to bring
out: The district rcorganization, attempting to work with the
department so the programs are administered more effectively

[TransIa/ion]

je serai aussi bref que possible——porte sur les cessions fraudu-
leuses de réserves indiennes de la Saskatchewan par le passé. ll
existe présentement une politique approuvée par le cabinet en
matière de cession de territoires. Pour ceux d’entre vous qui ne
sont pas au courant des cessions et des revendications territo-
riales, ce sont deux questions complètement différentes. En
vertu de la politique sur les cessions de terrains du ministère
des Affaires indiennes, on a mis en place un bureau des
revendications des autochtones, qui doit prendre des décisions
sur les revendications territoriales présentées par différentes
bandes. Toutefois, selon nous, la politique mise en place ne
répond pas à nos besoins. –

Fondamentalement, la politique fait que le ministère des
Affaires indiennes, ou le Bureau des revendications des
autochtones, qui n’est encore qu’un bras du ministère, soit juge
et partie lorsqu’il traite des problèmes créés par le ministère
lui-même ou par ses agents. Pour ce qui est de la bande White
Beur, et d’autres bandes de la Saskatchewan ont perdu des
réserves par des moyens frauduleux, nous ne pouvons accepter
ce genre de situation ou ce genre de tribune, ou, en termes plus
simples, de jouer leur jeu.

Nous avons de la documentation sur la plupart des terres
cédées, comme nous les appelons. En ce qui touche la bande
White Bear, que je représente et dont je suis originaire, je vous
donne un petit exemple. Nous avons présentement soumis aux
tribunaux une déclaration de revendication de plus de 100
pages. Cette déclaration de revendication contient deux
articles d’une extrême importance. Par exemple, nous récla-
mons 60,000 acres de territoires de réserve que nous avons
perdus par le passé. En plus de cela, nous réclamons 100
millions de dollars d’indemnisation et un autre 100 millions en
dommages-intérêts.

Voilà simplement trois exemples de ce que contient notre
déclaration de revendication. Je le répète, elle contient plus de
100 pages. Etant donné le genre de situation que nous avons
sur les bras, et aussi toute la documentation que nous avons en
preuve, nous ne pouvons présenter ce genre de preuve au
Bureau des revendications des autochtones. En fait, nous ne
reconnaissons pas le Bureau des revendications des autochto-
nes.

Pour l’instant, les choses semblent être au point mort. Nous
refusons de traiter avec le Bureau des revendications des
autochtones, à cause des principes en jeu, et aussi à cause des
sommes que nous risquons de perdre, si nous sommes déboutés.
Et pour compliquer le problème, il y a le ministère de la
Justice qui essaie de s’en mêler, et il y a aussi des engagements
pris par John Munro visant la mise sur pied d’une commission
mixte composée de personnes choisies par nomination politi-
que. Donc, tout le monde au gouvernement, le ministère de la
Justice, John Munro lui-même, le Bureau des revendications
des autochtones, le ministère des Affaires indiennes essaient de
s’en mêler, et nous refusons de bouger là-dessus.

Voici deux différents exemples que nous voulons faire
ressortir: la réorganisation du district, un effort pour travailler
avec le ministère afin que les programmes visant les bandes

r nmno

u-nnn-v-on-nn

,………_;_…A

«uuKIVJVI

i.
i
s.
l
Ë
Ï
l

l
2
i.
l

E
l
l

l
i
i‘

2-3- l 983

[Texte]

to the bands; also, on the other hand, within the same depart-
ment, as you go higher up the departmental ladder, we have
the other situation again where the same people, or the same
department, anyway, refuse to deal with us.

I think we made recommendations as far as the restructur-
ing of the department was concerned and almost forgot to
mention the recommendation that we would like to make as
far as our land surrenders are concerned. As I mentioned, we
refuse to deal with the Office of Native Claims, basically
because of, as l pointed out, the amount of land, the amount of
money and the amount of principles involved. We cannot
throw our cards on the table and say: Here, Office of Native
Claims, deal with us. We cannot do that.

As l mentioned before, the government, or the Department
of Indian Affairs, under that policy that was approved by
Cabinet is the defendant, the jury and so on down the line-v
and also the courts. The Department of Justice are trying t0
come into the picture.

We find that the courts are not geared to deal with these
kinds of claims.

S0 we would like to recommend to the committee for their
considération some form of a body or an organization put in
place where bands such as ourselves can safely—I guess I
could use the word “safely »—put all our évidence, knowing
that the évidence will not be tampered with. As I mentioned
before, we have attempted to put a political body, a joint
commission, in place to deal with land surrenders, but we
cannot lay our cards on the table and show our opponent, in
this case, what we have in case we have to go back to court.

l think that is about all we had on our présentation. If there
are any questions, we will attempt to answer them.

The Vice-Chairman: Thank you, Chief Standingready.

l would like to propose that we hear from Chief Joe Tsannie,
and then we may question both witnesses. That will be easier
for me as chairman to try to keep track of the questioners. lf
that is in order, Chief Joe Tsannie.

Chief Joe Tsannie (Federation of Saskatchewan Indian
Nations): Thank you, Mr. Chairman, ladies and gentlemen of
the committee.

I have a fairly large area to cover, but I will try to keep it as
brief as possible.

The first area l would like to talk about is the treaties. First
of all, we, the chiefs of northern Saskatchewan, have always
ahided by the treaties that were signed between the federal
government and the Indian people of the north. We have
fullilled our part in having the Department of lndian Affairs
run our programs and our resources; but, again, this has side-
tracked to an area where we do not get anything out of our
resource that is being taken out of northern Saskatchewan at

the present time.

Autonomie politique des Indiens l 1 : 4l

[Traduction]

soient administrés plus efficacement; aussi, d’autre part, dans
le même ministère, à mesure que vous grimpez les échelons.
nous avons l‘autre situation, où les mêmes personnes, le même
ministère, de toute façon, refusent de traiter avec nous.

Je pense que nous avons formulé des recommandations sur
la restructuration du ministère, et nous avons presque oublié
de mentionner la recommandation que nous aimerions faire en
ce qui touche nos cessions de territoires. Je le répète, nous
refusons de traiter avec le Bureau des revendications des
autochtones, fondamentalement à cause de [importance des
territoires, de l’importance des sommes d’argent et de l’impor-
tance des principes en jeu. Nous ne pouvons étaler nos pertes
sur la table en disant au Bureau des revendications des
autochtones: voilà, traitez avec nous. Nous ne pouvons faire
cela.

Je le répète, en vertu de la politique approuvée par le
Cabinet, le gouvernement, ou le ministère des Affaires
indiennes, est juge et partie, et ainsi de suite, sur toute la
ligne . . . et aussi le tribunal. Le ministère de la Justice essaie
également de s’immiscer dans la question,

Nous constatons que les tribunaux n’ont pas les mécanismes
nécessaires pour traiter ce genre de renvendications.

Nous recommanderions donc au Comité d’étudier la
création d’un genre d’organisme auprès duquel les bandes
comme la nôtre pourraient, en toute sécurité, je pense que je
peux le dire, présenter toutes leurs preuves, en sachant que ces
preuves ne seront pas manipulées. Je le répète, nous avons
tenté de mettre en place un organisme politique, une commis-
sion mixte pour traiter la question des cessions de territoires,
mais nous ne pouvons étaler nos cartes sur la table en faisant
voir nos atouts à la partie adverse; dans ce cas—ci, nous devons
nous adresser au tribunal.

Je pense que cela conclut notre exposé, et si vous avez des
questions, nous essaierons d’y répondre.

Le vice-président: Merci, chef Standingready.

Je propose que nous entendions le chef Joe Tsannie, et
ensuite, nous pourrons poser des questions aux deux témoins.
Ce sera plus facile pour moi, en tant que président, de me
rappeler les intervenants. Alors, si C’est acceptable, je donne la
parole au chef Joe Tsannie.

Le chef Joe Tsannie (Fédération des nations indiennes de la
Saskatchewan): Merci, monsieur le président, mesdames et
messieurs du Comité.

Je vais couvrir un sujet assez vaste, mais j’essaierai d’étre
aussi bref que possible.

Le premier sujet que je vais aborder, ce sont les traités.
D’abord, nous, les chefs du nord de la Saskatchewan, avons
toujours respecté les traités signés par le gouvernement fédéral
et les peuples indiens du nord. Nous avons respecté nos
obligations en laissant le ministère des Affaires indiennes
administrer nos programmes et nos ressources, mais, encore la,
les choses ne se sont pas déroulées comme prévu, car nous
n‘obtenons rien, présentement, de l’exploitation de nos
ressources exportées hors de notre région.

l l : 42 lndian Self-Government

253-1983

[Text]
° l 140

Treaty rights in the north have slowly been invaded by
provincial and international laws in casa such as hunting,
trapping and fishing.

We, the northern treaty people, have been accused of killing
wildlife out of season and mostly for sport. So to clarify that, I
can tell you that whenever duck season is opened down south,
from northern Saskatchewan the ducks have already left and
flown south. This is one reason why we cannot be accused of
killing off the wildlife.

Our forefathers were on hand at the time of the treaties, and
most of the older people are still alive today. They still believe
in them, and they were handed down to us in most cases. My
father was chief for 22 years and he has passed these on to all
the generations.

Before that time, people lived with the migration of caribou
and other wildlife, winter and summer. But at the time of
treaty and afterwards, everything has slowly changed for
people settling down in small communities where reserves were
brought in. But why on the reserves in the north where we
cannot even farm in the rocks and muskegs of northern
Saskatchewan? The reserve boundaries were put up by the
department officials. Whenever they came in, they talked to
the chiefs and councils and asked that they arrange for the
reserve land. They did not ask the chiefs and councils where
they wanted the reserve land or where the reserve was to be
put.

Traditional différences in culture in the north are all
différent, even though we are all Chipewyans. Government
transfers—both federal and provincial but, in particular in
cases of the provincial government having the resources——have
slowly set up a lot of guidelines against our treaties. ln many
cases, we must have licences to fish, to trap, to hunt, and to go
to other leases on private land.

But now to get back to the Indian Act, we are still under the
band custom where the chief and council are elected at any
time, any year, any day, depending on the kind of work which
has been done. One important point is that the department has
tried to get us onto a term system. The people themselves have
gone against that; they have rejected that idea. So, we are still
under band customs.

As the saying goes, the old are the wise. These are the
people who have given us the wisdom to understand the
treaties which were signed with the department, and the
younger generation who have gone to school in cities_ have
taken the sight, or vision,74 of the older people. But what
happens when they go to school? All that is eroded by city life.
But do they believe it, or not? Maybe they do. But when they
come back to the villages, they tell us that in many areas of
those signed treaties we were cheated. ln a lot of areas, we
gave up a lot of resources and got no share out of them. Where
does the money go from the resources‘? It goes to the govern-
ment. And we get hardly anything out of it. We have asked
many times for economic development to try to start up our
own businesses in northern Saskatchewan, but all we get in

[Translation]

Dans le nord, les droits accordés en vertu des traités ont
maintenant été envahis par des lois provinciales et internatio-
nales en matière de chasse, de piégeage et de pêche.

On nous a accusés de tuer des animaux hors saison, et
surtout pour le sport. Donc, pour apporter quelques précisions,
je peux vous dire que lorsque la saison de la chasse aux canards
est ouverte dans le sud, les canards ont déjà quitté le nord de la
Saskatchewan pour le sud. Voilà une des raisons pour lesquel-
les on ne peut nous accuser de tuer la faune,

A l’époque des traités, nos ancêtres vivants, et les plus vieux,
pour la plupart, sont encore vivants aujourd’hui. lls y croient
toujours et on nous en a transmis la plupart. Mon père a été
chef pendant 22 ans et il les a transmis de génération en
génération.

Auparavant, nous vivions de la transhumance du caribou et
d’autres animaux. Cependant, à partir de la signature du
traité, tout a commencé à changer et les gens se sont établis
dans de petites collectivités où l’on a créé des réserves. Mais
pourquoi les a-t-on créées dans le nord, là où nous ne pouvons
pas cultiver la roche et les muskegs du nord de la Saskatche-
wan? Les limites des réserves ont été tracées par les fonction-
naires. Chaque fois qu’ils venaient chez nous, ils imposaient
aux chefs et aux conseils les limites du territoire de la réserve,
sans leur demander leur avis.

Même si nous sommes tous Chipewyans, dans le nord, nous
avons des traditions culturelles différentes. Les transferts du
gouvernement, qu’ils soient fédéraux ou provinciaux, mais
surtout ces derniers, ont peu a peu contribué à établir des
directives allant a l’encontre de nos traités. Dans bon nombre
de cas, il nous faut avoir des permis pour se livrer â la péche,
au piégeage, à la chasse, etc.

Pour en revenir maintenant à la Loi sur les indiens, nous
respectons toujours la coutume de la bande qui veut que le chef
et le conseil soient élus à une date qui varie en fonction du
travail ä accomplir. Or, le ministère a essayé de nous imposer
un système de mandats fixes. Notre peuple est contre cela et il
a rejeté ce système. Nous respectons donc toujours les
coutumes de la bande.

Comme le dit le vieil adage, la sagesse appartient aux
anciens. Ce sont eux qui nous ont donné la sagesse de com-
prendre les traités qui ont été signés avec le ministère, et les
jeunes qui fréquentent aujourd’hui les écoles urbaines ont été
élevés dans cette tradition et ont adopté la vision des anciens.
Or, que se passe-t-il lorsqu‘ils vont à Pécole? Toutes ces
traditions sont sapées par la vie citadine. Y croient-ils encore?
Peut-être. Quand ils reviennent au village, ils nous disent que,
dans bien des domaines régis par ces traités, nous nous sommes
fait rouler. En effet, dans bon nombre de cas, nous avons
abandonné nos ressources sans en exiger le partage. A qui va le
produit de ces ressources? Au gouvernement. Nous n’en tirons
pratiquement rien. Nous avons réclamé, a maintes reprises, de
pouvoir créer nos propres entreprises dans le nord de la
Saskatchewan, afin de promouvoir le développement économi-

En

cl-

“ » » »‘? »f »‘pve’—‘v »-—v—- n» – Awtwflsp… -..,y—..,.._.._,..=…. ….

æ-ew-«z-c zÙîzanruiæçeo-<,a< »4‘V\1‘Afi

È
l
‘J
i‘:
1
à
5:.
ï

u-e-«v-w» .«-—‘–:ç_.rv-—çre-w-xa..-r..zw,—.— <1 A 2-3-1983 [Texte] return is welfaré assistance, which spoils our kind of livelihood in the north. This has happéned over the past ten years. Hunting, trapping and fishing aré our main goals and means of livelihood. This is slowly changing. Now again caribou management has been implemented with them classified as an endangered species. Eight board members have been very active in that area. But again, five government représentatives are on the board compared to three of thé local resource-users, as they aré called, or Indian people. This type of management shows that the governments are in complete control. We, the northern chiefs, cannot depénd on the Department of Indian Affairs and Northern Development much longer. We are able to handle, our own affairs, given thc chance. But to take the stép of managing our own affairs . . . well, guidelines have béén put in place which give us a hard timé in trying to achiéve our goals. Now to get back to thé spirit and intent of the treaties. Most of our ancestors who were on hand at the time of the signing of the tréatiés aré still alive today and have told us that, during the summer they had to travel over hundréds of miles by canoe, and over portages, to attend thé signing cérémonies. There is one casé in particular, and maybe you can call it extraordinary, where, at thé timé of thé treaty, many people were classified as non-status Indians, on account of the fact that thé husband had gone down to Pélican Narrows, south of Reindéer Lake to get supplies for his family. And at thé time the treaty was being given out in Pélican, although this particular man, himself, was a treaty Indian, hé was given thé choice of taking either thé S5 to bé a treaty Indian, or S150 plus a land strip to be a non-treaty Indian. In that case where he was out to get supplies, hé took the non-treaty classification under which he would get a lot more money. But the wife was in Brochet, Manitoba, where she insisted that she take the treaty money for thé husband and for thé children. Now this case still goes on. The wifé is a treaty Indian, her husband is a non-treaty Indian, and the children are all non-treaty. Although this case has been brought up before, nothing has been done about it. Such a case can never bé justified in court. Thé Department of Indian Affairs and Northern Development itself cannot justify it. They will just throw the case out, because they know it will bé a long battlé. This woman is still alive and is over 90 years old—1iving proof that she gave this statement. ‘i150 Régarding participation in minéral and resource dévelop- ment, since between 15 years and 20 years ago, northern Saskatchewan has been the sight of uranium exploration, and now mines aré slowly being developed there. Our lands have been eroded by land-cutters, geologists, drilling rigs, machinéry, etc. The economy has been good for the federal and provincial governments, but the Indian people have been slowly pushed aside. Local trappers themselves have tried to speak up and organize themselves to talk against it, but Autonomie politique des Indiens 1 1 : 43 [Traduction] que de cette région, mais tout ce qu’on nous donne en réponse, ce sont des prestations dé bien-être qui contribuent à détruire notre mode de vie dans le nord. C’est ce qui se passe depuis l0 81″15. La chasse, le piégeage et la péche sont nos principales activités de subsistance. Or, cela change peu à peu. Un programme de gestion des peuplements de caribous a été mis sur pied, qui fait de ces animaux une espèce en voie dé disparition. Huit membres du conseil ont été très actifs dans ce domaine-là. Mais la encore, ce conseil est composé de cinq représentants du gouvernement et dé trois représentants des utilisateurs des ressources locales, comme on les appelle, c’est- â-dire trois représentants des Indiens. Cé sont donc les gouvernements qui ont le contrôle de tout. Nous, lés chefs des réserves du nord, nous ne pouvons plus dépendre encore très longtemps du ministère des Affaires indiennes et du Nord canadien. Si on nous en donné la chance, nous sommes tout à fait capables de gérer nos propres affaires. Malheureusement, des directives ont été instaurées qui nous rendent la tâche très difficile pour atteindre nos objectifs. Revenons-en maintenant a l’esprit des traités. Bon nombre de nos ancêtres qui étaient là au moment de la signature dé ces traités sont encore vivants, et ils nous ont dit que, pendant l’été, ils avaient dû parcourir dés centaines de milles en canots pour assister aux cérémonies de signature. Vous connaissez sans douté ce cas extraordinaire qui s’est produit lors de la signature du traité, où bon nombre de personnes ont été classées dans la catégorie dés Indiens non inscrits parce que le mari était allé chercher dés provisions à Pélican Narrows, au sud du lac Réindeer. Cet homme était un Indien inscrit, mais, au moment de la signature du traité, a Pélican, on lui donna le choix entre le statut d’indien inscrit, avec S5. ou le statut d’indien non inscrit, avec S150, plus un lopin de térré. Dans cé cas-la, il a décidé de devenir Indien non inscrit, parce que la somme d’argent était plus importante. Or, sa femme se trouvait a Brochet, au Manitoba, et elle a insisté pour avoir 1c statut d’Indien pour elle, son mari et ses enfants. L‘affairé n’est toujours pas réglée. La femme a le statut d’indien inscrit, tandis que le mari est Indien non inscrit, tout comme lés enfants. Bien que l’affaire ait déjà été examinée, aucune mesure n’a été prise à son sujet. Une telle situation né pourrait jamais être justifié devant un tribunal. Le ministère des Affaires indiennes et du Nord canadien ne pourrait pas la justifier. Le ministère ne veut pas porter cette affaire devant le tribunal, car il sait très bien que la bataille serait dure. Cette femme vit toujours et a plus de 90 ans maintenant. En ce qui concerne la participation à Pcxploitation des ressources, depuis une quinzaine d’années, le nord de la Saskatchewan attire des sociétés de prospection de l’uranium, qui commencent à y ouvrir dés mines. Nos térrés ont été saccagéés par les bûcherons, les géologues, lés équipements de forage, les grosses machines, etc. Tout cela a rapporté énormément au gouvernement fédéral et au gouvernement provincial, mais peu à peu, le peuplé indien a été écarté de toutes ces activités. Les piégeurs locaux ont essayé de s’organi- 11:44 [Text] nothing has been done. Trappers and fishermen have been told to get out of the private properties which are being leased by the mining companies. And at any place now where they fish, there is a special toll which they can only take. At the same time, the Department of lndian Affairs has had very littlc success in trying to provide us with economic development funds in order that we may get involved in any source of employment, or bidding on contracts for exploration and other construction work. There have been a lot of studies and surveys done in the last seven years concerning uranium and mineral resource developments. But when these surveys are handed down to the governments, they are slowly being rejected in order that they can get the mining developments going and that they get a share out of them. Now, of many of these studies, the local people of the northern communities have exprcssed their concern about getting a percentage of the resources being removcd from the north, in compensation for the land destruction—not only land destruction, but that done to the wildlife and the livelihood of the people there. All that these people can do now is to depend mostly on welfare, which is something they are trying to get out of in many cases. But the Department of lndian Affairs has ignored us and just handed out welfare. Again Iet me say that few people are being hired in these northern developments. When the government classifiés northerners, they are the people like the treaty’s, the non- treaty’s and the white people, who have lived up there for 15 years or more. They are all classified as northerners, and there is no percentage as to how many treaty’s, non—treaty’s or whites there are who are being put in those guidelines. As 1 have said before, regarding the development of the north, the Indian people are way behind. In order to acquire skills, we have tried to obtain training opportunitiœ. However, in isolated communities it is very_ hard-such as in Wollaston Lake in the north, Stony, One Lake communities, which are all isolatedhit is very difficult for us to handle our own training courses. And at the same time, we have no machinery there which could be brought into those isolated communities. We are told only that it is a waste of money. There have been at least a few people who have taken courses down south and are working today in Rabbit Lake or in other mines, and they arc succeeding. And since the change of government in Saskatchewan, all rulings are effected without the consent of local people who are affected by the changes. The only way that I personally found out that Collins Bay bitumen of Rabbit Lake had approval to go ahead-was by the newspapers. That was never brought up. Now soon again, the agreement will be signed-still without the consent of the local people themselves or the local governments. Now to go back to the impact studies that were done they were rejected by the province. Wc demand that they put a freeze on them unless we get some consent or some participa- Indian Self-Government 2-3-1983 [Translation] ser pour protester, mais en vain. Les sociétés minières ont interdit aux piégeurs et aux pécheurs de venir sur les propriétés privées qu’elles louaient. Et aujourd’hui, partout où il y a du poisson, il faut payer un droit spécial pour pêcher. Parallèlement, le ministère des Affaires indiennes n’a guère réussi à nous donner les ressources financières nécessaires pour que nous puissions participer au développement économique, soit par la création d’emplois, soit en faisant des soumissions pour des contrats de prospection ou de construction. Bon nombre d’études et de relevés ont été faits au cours des sept dernières années en ce qui concerne l’exploitation de l’uranium et des ressources minières. Cependant, lorsque ces études sont soumises aux gouvernements, ces derniers en rejettent les conclusions, afin que Pexploitation minière puisse se poursuivre et qu’ils puissent en avoir leur part. Lors de la préparation de ces études, les habitants de ces collectivités du nord ont réclamé publiquement un pourcentage des ressources extraites de leur sous-sol, à titre dîndemnisation pour les dégâts causés, non seulement au sol lui-même, mais aussi à la faune et au mode de vie des habitants de cette région. Ces gens-là sont obligés aujourd’hui de vivre essentiellement de leurs presta- tions de bien-être, alors qu’ils voudraient tellement sortir de cette situation. Le ministère des Affaires indiennes se montre tout â fait indifférent à nos problèmes et se contente de leur verser des prestations de bien-être. Permettez-moi de vous dire encore une fois que toutes ces activités de développement dans le nord ne permettent d’embaucher que très peu d’Indiens. Le gouvernement a établi une définition de Fexpression «habitants du nord», et ce sont les Indiens inscrits, les Indiens non inscrits et les blancs qui habitent lâ-bas depuis au moins l5 ans. Aucun pourcentage n’est fixé dans ces directives. Comme je vous l’ai dit tout à l’heure, les Indiens sont écartés des activités de développement du nord. Afin d’acquérir des qualifications, nous avons essayé d’obtenir des programmes de formation. Cependant, dans des collectivités aussi isolées que celles de Wollaston Lake, dans le nord, de Stony, de One Lake, etc., il est très difficile d‘avoir nos propres programmes de formation. De plus, on ne peut pas faire venir des équipements et des machines dans des localités aussi reculées, car on nous dit que cela coûterait beaucoup trop d’argent et que ce serait du gaspillage. Quelques personnes ont réussi à suivre des cours de forma- tion dans le sud et travaillent aujourd’hui à Rabbit Lake ou dans d’autres mines; elles ont donc réussi. Malheureusement, depuis le changement de gouvernement, en Saskatchewan, toutes les décisions peuvent entrer en vigueur sans le consente- ment des personnes qui sont touchées par les changements en cause. Ce n’est qu’en lisant le journal que j‘ai appris que la société de bitume de Collins Bay, à Rabbit Lake, avait été autorisée à poursuivre ses travaux. Bientôt, l‘entente sera signée, toujours sans le consentement des habitants de la région et des gouvernements locaux. Les études qui ont été faites sur Pimpact de toutes ces activités ont été rejetées par la province. Nous demandons que la province bloque toutes cm activités tant que nous n’aurons >83

J111.

tes
du

‘I0
U1’

11S
J11

._c:“va:<Td:Ài5E

Wun

ê‘

2-3-1983

[Texte]
tion in the agreements being signed between the province and
the mining companies.

Going now to the northern programs, let me remind you that
the Prince Albert district is about the largest in Canada. We
have to rely on plane-charter flights to come down to every
meeting. There is a shortage of funds for these meeting
expenses, which is why we are way behind in development. In
the negotiations which go on between the department and
other various agencies, the northern chiefs are always
excluded, because we are isolated and it is very hard for us to
get out to meetings. So we are never included and, at times,
never informed. Let me say again, that we have never given up
our resources or water rights——this being the main reason why
we are frustrated and our goals and objectives are not recog-
nized.

We, the Chipewyan people of northern Saskatchewan and
northern Manitoba, are scattered in northern areas and are
very isolated. We never can get together as much as we
possibly would like to; in order to achieve our goals in the
development going on around us. We are being in the dark.
The main reason for this is that travel costs are high. The
administration funds given to us by the department are very
low and, by the time January cornes around, we are out of
funds. As a result, we have to make it through by laying off
people until we get the new funding in either May orJune.
That leaves us with four or five months of being without funds.
Therefore, to our creditors, we have brought a bad name,
especially the band itself.

So, in dealing with the matter of self-government, these
kinds of programs which are being implemented are very hard
for us. We would like a chance to catch up on the development
which is going on around us. But we need more economic
development dollars in northern Saskatchewan. We try to
improve our education. This IS one factor which has cost us a
lot of good people. People in northern Saskatchewan are not
used to the environment of cities where they go to school. So in
many cases, due to the environment, they quit and come back
to the reserve. There have been a lot of cases where students
have gone to school and then quit because of the frustrations
they find in the cities. And even though they go to schools in
the south, they still all come back to the reserve. This lS the
type of livelihood that we have: the environment is something
they have inherited; they have strong courage and sense, but
they keep a hold on that instead of going down south and living
the life of the white people. Thank you. That is about all I
have in my présentation.

The Vice-Chairman: Thank you very much, Chief Tsannie.
Was there something further you wanted to add?

‘ 1200
Chief Tsanni Yes, 1 want to go back to the mineral and

resource development matter and the agreement which is to be
signed by the province and also by Collins Bay or Rabbtt Lake

Autonomie politique des Indiens l l : 45

[Traduction]
pas notre mot â dire dans les ententes qui seront signées entre
la province et les sociétés minières.

Parlons maintenant des programmes du nord. Auparavant,
j’aimerais vous rappeler que le district de Prince Albert est le
plus vaste du Canada. Nous sommes obligés de prendre un
avion nolisé chaque fois que nous devons nous rendre à une
réunion. Or, cela coûte beaucoup d’argent et nos fonds sont
épuisés. C’est l’une des raisons pour lesquelles nous nous
retrouvons à l’écart de tous ces projets de développement. En
effet, les chefs du nord sont toujours exclus des négociations se
déroulant entre le ministère et d’autres organismes, car nous
venons de régions isolées, et il nous est très difficile de nous
rendre à ces réunions. Nous n’y participons donc jamais et,
parfois, nous ne sommes même pas informés. Permettez-moi
d’insister sur le fait que nous n’avons jamais renoncé à nos
ressources ou à nos droits sur les ressources aquatiques, et c’est
pour cela, essentiellement, que nous sommes frustrés de voir
que nos buts et objectifs ne sont pas reconnus.

Le peuple chipewyan du nord de la Saskatchewan et du nord
du Manitoba est dispersé sur ce territoire septentrional et ses
membres sont très isolés les uns des autres. Nous ne pouvons
pas nous réunir aussi souvent que nous l’aimerions, pour nous
entendre sur les objectifs â arrêter face aux activités de
développement qui se poursuivent autour de nous. Nous
sommes donc au courant de rien. tout simplement parce que
les déplacements coûtent cher. Les fonds que nous donne le
ministère pour l’administration sont très limités et, dès janvier,
ils sont complètement épuisés. En conséquence, nous sommes
obligés de licencier du personnel jusqu’à ce que nous recevions
d‘autres fonds, en mai ou en juin. Nous restons donc quatre ou
cinq mois sans argent. Bien sûr, vis-à-vis de nos créanciers.
nous avons mauvaise réputation.

Toutes les activités qui se déroulent actuellement nous
causent donc beaucoup de difficulté, surtout au niveau de
Pautonomie politique de notre peuple. Nous aimerions avoir la
possibilité de participer pleinement à ces activités de dévelop-
pement, mais nous avons besoin d’un budget plus important
pour notre développement économique. Nous essayons
d’améliorer notre éducation. C’est un facteur qui nous a coûté
un grand nombre de gens fort compétents. Les habitants du
nord de la Saskatchewan ne sont pas habitués au milieu urbain
des grandes villes et, lorsque les enfants y sont envoyés pour
aller à l’école, bon nombre d’entre eux la quittent pour revenir
sur la réserve. Il est arrivé bien souvent que des étudiants
quittent l’école â laquelle ils avaient été envoyés, à cause des
frustrations du milieu urbain. De toute façon, même s‘ils vont
à l’école dans le sud, ils reviennent toujours sur la réserve, car
ils tiennent au mode de vie dont ils ont hérité. Ils préfèrent
rester sur la réserve, plutôt qu’aller vivre comme les Blancs,
dans le sud. Merci. C’est tout ce que j’avais à dire.

Le vice-président: Merci beaucoup, chef Tsannie. Avez-vous
quelque chose â ajouter‘!

Le chef Tsannie: Oui, je veux revenir à la question du
développement des ressources et des mines et de l’entente qui
doit être signée par la province, ainsi que par Collins Bay ou

1 l 2 46 Indian Self-Government 2-3-1983

[ Text]

Mine. In the past five or seven years, as I stated before, there
have been a lot of public hearings, and we have a whole bunch
of log books from the hearings. The northern people them-
selves have rejected the words against us by the mine due
because, whenever it is open mining, there is bitumen and it is
partially in the lake. This is where the disruption will come as
to the fishing industry.

Also, the only way to go up to the far north is by air,
because there are no roads, and this presents our main
difficulties. It is the reason why we had to corne down here
through use of the band’s own funds to place our submission or
our présentation in order to get you to understand what kind of
difficulties we are faccd with in the north. The situation is very
frustrating. The kind of travels that Indian Affairs have
undertaken in the past for as long as we can remember has
been that they have come up once a week every so often by
plane ——charter flights. In looking back at the costs, it seems
to us that we could have had enough funds to buy at least 10
planes.

Before 1 close off, I would like to ask each of the committee
members to tell me whether or not they do respect those
treaties of ours which were signed. Could I get an answer from
each of the committee members, please?

The Vice-Chairman: You are asking a question?

Chief Tsannie: Yes. I am asking each of the committee
members if they do respect our signed treaties, because we still
abide by them.

The Vice-Chairman: All right. You are finished with your
présentation then, Mr. Tsannie. The committee members may
respond if they wish. Thank you. We are open for questions
now. First, Mr. Chénier.

Mr. Chénier: First of all, Mr. Chairman, I will say, yes; I do
respect your treaties. 1 do not think that the problem is with
the members of the committee around the table. It is with the
rest of Canada, 1 think, that we have to deal, and this is what
we are trying to do. My question is to Chief Standingready
and concerns the reorganization of the district office under the
district chiefs. Does the district office that you have handle the
Yorkton district bands only, or do they handle services to other
bands besides?

Chief Standingready: This is for the eight bands in the
Yorkton district.

Mr. Chenier: All right. Then I want to find out if you have
the assurance that for every job you create there will be one
officer removed from the district office. 1s that what you said?

Chief Standingready: Okay, now when we signed the
agreement in April 1982, there were conditions that we agreed
to. One of those conditions was . . . well, 1 will just read them
out.

l. The conversion of staff salary dollars into aid-based
programs.

2. Commitment for salary conversion contribution on a
five-year basis.

[Translation]

Rabbit Lake Mine. Comme je l’ai dit plus tôt, depuis cinq ou
sept ans, nous avons eu un grand nombre d’audiences publi-
ques, et nous avons une pile de livres de procès-verbaux à
l’appui. Même les gens du nord nous ont rejeté les mots à la
figure, car là où il y a des mines à ciel ouvert, il y a du bitume
dans le lac. C’est ce qui nuit à l’industrie de la pèche.

Aussi, la seule façon de se rendre dans le nord, c’est par voie
aérienne, car il n’y a aucune route. C’est une de nos préoccupa-
tions principales. C’est pourquoi nous avons dû utiliser les
fonds mémes de la bande pour venir déposer notre mémoire,
afin que vous compreniez comme il est difficile de vivre dans le
nord. La situation est très frustrante. D’aussi loin que je m’en
souvienne, le ministère des Affaires indiennes nous a visités
peut-être une fois par semaine, de temps en temps, par vol
nolisé. Si on additionne les frais, il me semble qu’on aurait
suffisamment d’argent pour acheter au moins 10 avions.

Avant de terminer, je voudrais demander à chaque membre
du Comité de me dire si, oui ou non, il respecte les traités que
nous avons signés. Pourrais-je avoir une réponse de chaque
membre du Comité, s’il vous plaît?

Le vice-président: Est-ce que vous posez une question?

Le chef Tsannie: Oui. Je demande à chacun des membres du
Comité de me dire s’il respecte les traités que nous avons
signés, car nous, nous les respectons toujours.

Le vice-président: Très bien. Vous avez donc fini votre
exposé, monsieur Tsannie. Les membres du Comité peuvent
répondre s’ils le désirent. Merci. Nous passons donc aux
questions. D’abord, monsieur Chénier. –

M. Chénier: Monsieur le président, je dirai que oui, je
respecte vos traités. Je ne crois pas que ce soit les membres du
Comité qui vous causent des problèmes. C’est le reste du
Canada, et c’est justement la question que nous cherchons à
résoudre. Ma première question s’adresse au chef Standin-
gready et concerne la réorganisation du bureau de district sous
les chefs de district. Le bureau de districts de Yorkton
s’occupe-t-il seulement des bandes de ce district, ou offre-t-il
des services à d’autres bandes‘?

Le chef Standingready: Strictement des huit bandes de la
région de Yorkton.

M. Chénier: Très bien. Alors, je voudrais savoir si on vous a
assuré que pour chaque poste que vous créez, un agent sera
éliminé au bureau de district. N’est-ce pas ce que vous avez
dit’!

Le chef Standingready: En effet, lorsque nous avons signé
l’entente, en avril 1982, on y a attaché certaines conditions.
Une de ces conditions… Bon, laissez-moi lire toutes les
conditions.

1. La conversion des fonds destinés aux salaires du
personnel en subventions aux programmes d’aide.

2. L’engagement de contribuer à la conversion des
salaires pendant une période de cinq ans.

……….._ nna..—.._—…nnnnn—mne-n-_—e»a n—-coo.a.—-J:r::omn

only the Department of lndian Affairs, but other department

ministère des Affaires indiennes, mais aussi d’autres ministè-

933 2.3.1933 Autonomie politique des Indiens l l : 47
i‘ [rage] [Traduction]
[ou i 3. Provision of acceptable training for band develop- 3. La prestation d’une formation acceptable pour les
b”. j‘ me“; train“; stagiaires en développement de bandes.
X â 4. The regional director general and regional manage- 4. Le directeur général régional et l’administration
Î la 2 ment are committed to this reorganization and that it be régionale s’engagent à exécuter cette réorganisation sur une
imc j seen as a priority base prioritaire.
‘ 5. Band development trainees be encouraged, and that 5. Encourager la formation de stagiaires en développe-
È promotion through the organization be seen as a high nient de bandes, et_ce, de façon très prioritaire au niveau du
voie l priority at district and region. district et de la région.
pa- i l6. A a series of policy development meetings is to be 6. Tenir une série de réunions pour discuter de l’élabo-
Ics 1 initiated to review all departmental policies. ration des politiques, afin de revoir toutes les politiques du
ire, j ministère.
Île .\ Mr. Chénier: The reason I asked that question, Mr. M. Chénier: Si j’ai posé cette question, monsieur le prési-
‘ê’; l Chairman, is because I wanted to follow it with a comment dent,_c’est que j’ai une remarque â faire â ce sujet, et aussi un
i- and, maybe, a note of warning. We have heard in other parts avertissement à donner. Dans d’autres parties du Canada, nous
« Ïl l, of Canada where regions have closed district offices because avons entendu dire que certaines régions ont fermé les bureaux
a » the bands were taking over the services. What has happened, de district parce que les bandes devaient assurer la prestation
5’ however, is that where they took away field officers, they des services. Toutefois, lorsqu’on a enlevé des agents au niveau
î replaced them at the regional level with control officers, and du district, on les a remplacés par des agents de contrôle au
1 the bands did not get the total benefit of the dévolution of the niveau régional, et les bandes n’ont pas eu le plein bénéfice de
re È district office. In one case, if I recall correctly, I think the cette dévolution des bureaux de district. Si je me souviens bien,
ue a district office had 147 employées. When the dévolution was dans un cas, le bureau de district comptait 147 employés.
ac complete, the bands in the area, I think, received the services Après la dévolution, la bande de cette région a reçu les services
i of about 100. The other 47 positions had beentransferred to d’environ 100 employés. Les 47 autres postesont été transférés
Ë tze rîlgign becauseïsilqicebthtedy WÊIÏÎ mât then deliverirtig service, a? nireau de la relgiqin parce‘ que, «atlantldorène guïl/sànbffraient
t e a to contro t e an s. at oes not seem air in my pus esservices,is evaien contro er es an es. mon sens,
‘u opiiiion. cela n’est pas très juste.
‘S Chief Standingready: I would like just to comment on that, Le chef Standingready: Monsieur le président, j’ai une
Mr. Chairman. When they first started out, as I mentioned, we remarque à faire à ce sujet. Lorsque le programme a com-
L i‘ were very dissatisfied with the program delivery at the reserve mencé, comme je l’ai dit plus tôt, nous étions très mécontents,
il .1 level by district staff. We felt that, by our taking over these au niveau des réserves, de la prestation des services par le
x i programs or at least by giving some direction, the services personnel de district. Nous avons pensé que si nous assurions
j which originally were intended for the bands would be carried ces services nous-mémes, ou au moins si nous les orientions
7- out in a more efficient manner. It has always been my nous-mémes, on pourrait le faire avec plus d’efficacité. J’ai
5 argument as far as the department is concerned and as far as toujours dit, qu’en ce qui concerne les Indiens et le ministère,
1 Indian people or myself are concerned, that I can deliver a je peux assurer la prestation d’un programme beaucoup mieux
f [î program a hell of a lot better than any departmental official, que tout fonctionnaire du ministère, que toute autre personne
‘ or any person who is hired by any organization. 1 mean not engagée par un organisme. Je parle ici non seulement du

employées including lndian organizations. lt has always been
one of my biggest complaints, I guess, and I think I had reason
to protest. Certainly, 1 am in a better position to promote those
programs at the reserve level.

But I understand your comment about putting control people
into the regional office. That is why we made sure that, in
their conditions—No. 6 in your documents there—that
whenever policy changes are made in any program, the district
chiefs or the bands are first dealt with and their consent
obtained for any policy that is made.

Mr. Chénier: Thank you.
The Vice-Chairman: Mr. Manly.

Mr. Manly: Thank you, Mr. Chairman. I would like respond
first of all to Chief Tsannie’s question to us. Yes, I respect the
treaties. I believe that there has to be greater attention given to
getting the governments to respect the treaties—that is, to
respect them not only in the letter of the treaties but, also, in
the spirit of the treaties. 1 think some of the testimony that we

res, y compris des organisations indiennes. Cela a toujours été
une de mes marottes, et avec raison, je pense. Je suis certaine-
ment en meilleure position pour encourager ces programmes
au niveau de la réserve.

Toutefois, j’ai très bien compris votre remarque au sujet des
agents de contrôle au niveau de la région. C’est pourquoi nous
nous sommes assurés, par le truchement de la condition
numéro 6, dans vos documents, que tous les changements de
politique, dans la prestation des programmes, devront être
approuvés par les chefs de district et les bandes.

M. Chénier: Merci.
Le vice-président: Monsieur Manly.

M. Manly: Merci, monsieur le président. Je voudrais
d’abord répondre à la question du chef Tsannie. Oui, je
respecte les traités. Je crois d’ailleurs qu’on devrait pousser les
gouvernements à mieux respecter les traités, dest-à-dire
respecter non seulement les dispositions, mais aussi l’esprit des

traités. Certains témoignages que nous avons entendus au

11:48

[Texi]

have heard in the last two days points to how the treaties are
being undermined and slowly eroded. Sometimes there is a
direct attack on the treaties but, more often, it is by very subtle
and small things. If you take a lot of things and add them all
up, they can have the effect of undermining the treaties.

I was very interested in what you said about economic
development. I think the importance of economic development
to Indian self-government cannot be overestimated.

° 1210

No matter how many rights people have on paper, unless
they have the real right to be in charge of the way in which
they oonduct their living and develop their economy, they do
not have any real rights at all.

Now in your situation where there is a lot of resource
development taking place, you mentioned four things, and I
would like you maybe just to confirm whether or not l have the
picture right. First of all, there is a need for greater training
opportunities, so that your people can take advantage of any
job opportunities there are. Second; there is a need for an
affirmative action program, a hiring program, directed
specifically to lndian people and not just to northern people.
Third; there is the need for greater funding for meetings, so
that the scattered population can get together and have some
kind of co-ordinated approach to the development that is
taking place; so that they will have up-to-date information on
what is happening, and so that you will not need to get the
information from the newspapers but will have it available
there. You can meet with members from other bands and you
can have a co-ordinated approach. You will be able to have
environmental impact studies, so that you will know how new
resource developments impact upon your traditional fishing,
trapping and liunting economies. And, finally, you will want a
share of the revenue.

Do those four things pretty well surn it up—training, job
affirmative action for Indian people, greater money for
meetings and oo-ordination and resource revenue sharing. ls
that a fair summary of what you see as being necessary?

Chief Tsannie: Well, as for the training part, that has been
slowly taking place now, and we are glad to see it. Also, the
hiring is partially in place at the present time. The différence is
in the hiring of northern people. To my mind, there is a kind of
misunderstanding. Of northerners, they are classified as
treaties, non-treaties, and the white people all together; there is
no classification as to how many treaties there are, how many
non-treaties there are,and and how many white people there
are who have lived there l5 years or more. They are classified
as northerners.

Mr. Manly: And you would like that spelled out‘!

Indian Self-Government

2-3-1983

[Translation]

cours des deux derniers jours indiquent justement que les
traités sont minés et graduellement érodés. Parfois, on attaque
directement les traités, mais plus souvent, on les ronge plus
subtilement. Si une foule de petites choses ne sont pas respec-
tées, l’effet total est de miner les traités.

Ce que vous avez dit au sujet du développement économique
m’intéresse beaucoup. L’importance du développement
économique pour l’autonomie politique des Indiens ne saurait
être surestimée.

Peu importe les droits que l’on accorde sur papier aux gens,
à moins qu’on ne leur donne de véritables droits de prendre en
main leurs affaires, de façon a ce qu’ils puissent diriger leur vie
et leur économie, ces gens n’auront absolument aucun droit du
tout.

Dans votre situation, où il se fait beaucoup d’exploitation de
ressources, vous mentionnez quatre choses, et je voudrais que
vous me disiez si j’ai raison ou non de les comprendre comme
suit. Tout d’abord, il vous faut plus de possibilités de forma-
tion, de façon à ce que votre peuple puisse profiter de toute
occasion d’emploi qui passe. Deuxièmement, il vous faut un
programme d’action positive, un programme d’embauche,
orienté plus précisément pour le peuple indien, et non pas pour
tous les habitants du nord. Troisièmement, il vous faut un
meilleur financement pour vos réunions, de façon à ce que la
population dispersée puisse s’assembler afin de coordonner ses
activités face à l’expansion économique; de cette façon, ces
gens auront des renseignements â jour sur tout ce qui se passe,
vous n’aurez pas besoin de vous fier aux journaux pour obtenir
vos renseignements, mais ces renseignements seront disponibles
sur place. Vous pourrez rencontrer les membres d’autres
bandes et vous pourrez coordonner vos efforts. Vous pourrez
commanditer des études sur l’environnement, de façon à savoir
quelles seront les conséquences de l’exploitation de certaines
ressources sur vos économies traditionnellement fondées sur la
pêche, la chasse et le piégeage. Enfin, vous voudrez une part
des revenus.

Est-ce que votre pensée est bien résumée en ces quatre
points: formation, action positive dans le domaine de l’emploi
pour les Indiens, plus de fonds consacrés aux réunions et à la
coordination, ainsi qu’un partage des revenus provenant des
ressources. Ai-je réussi â bien résumer vos besoins, tels que
vous les voyez »!

Le chef Tsannie: Pour ce qui est de la formation, cela se
produit peu à peu depuis un certain temps, et nous sommes
heureux de le constater. L’embauche aussi se fait en partie sur
place à l’heure actuelle. La différence se trouve dans l’embau-
che des habitants du nord. A mon avis, on comprend mal la
question. Dans le nord, on procède comme suit: les Indiens
conventionnés, lcs non conventionnés, et les blancs tous
ensemble; on ne fait aucune distinction quant au nombre
d’Indiens inscrits ou non inscrits ni quant au nombre de blancs
qui vivent dans la région depuis 15 ans ou plus. Ils sont tout
simplement dits: «habitants du nordn.

M. Manly: Et vous voudriez que l’on précise tout cela
davantage’?

Ë‘! .,v

983

lcs
que
ulus
tec-

[ue
5111
ait

ris
en
rie

:lu

._wm—i;-mwu:=f »:8’7‘

2.3.1983 Autonomie politique des Indiens l l : 49

[Texte]

Chief Tsannie: We would like to see that explained or
clarified. And more funding is another thing and the co-
ordinating of our band businesses, or to allow different bands
in the north to get together. Like I said before, our main
difficulty is the shortage of funds to travel in different areas in
order to conduct our own surveys. The surveys that are being
done are owned by the mine officials where they have direct
control of what to put in and, also, of what to put in their
statements to their mining companies and employées.

Your last point is the share of revenues. We believe, and it
has been put into our every statement and every study which
has been done, that we get a share of the revenue. This is
because there has been a lot of disruption of the land, disrup-
tion of the wildlife and disruption of our livelihood. Like I said
before, there is nothing else that we can do now but depend on
welfare, which is very unrealistic. Our people themselves have
expressed their concern; they hate to live on welfare all their
lives.

Mr. Manly: Over the past two years there has been some
funding available for resource impact studies. Have the people
in your area received any of those funds?

Chief Tsannie: We never did get any of the funds. But the
provincial government has hired consultants from Saskatoon
and from different areas to do the studies which, in turn, were
given to the government. Those consultants in turn hired one
or two local people to help them out but, like I said before, the
recommendations which came out of these studies have been
rejected by the province in order that they could get the mine
approved and let it go ahead. The mine has gone ahead
without native participation since the mining started.

Mr. Manly: Thank you very much, Mr. Chairman. I find

The Vice-Chairman: Roberta Jamieson.

Ms Jamieson: Thank you, Mr. Chairman. First of all, l
would like to answer the question. l think it is a very fair
question. Chief Tsannie, there is no doubt in my mind that I
personally respect the treaties, and the Assembly of First
Nations, which asked me to sit here on its behalf, is struggling
at this very moment to have the Constitution of Canada
indicate Canada’s respect for those treaties by entrenching
them within the Constitution of Canada. It seems to me that
this is going to be a very important test in March when we will
see the sincerity of, particularly the federal government, when
it says to Indians, yes, you have treaty rights and we respect
them. We will be able to see if the federal government, in
particular, is willing to take any concrete action at long last to
do something in a real sense to prove that. I also think that you
will hear every member of this committee indicate that they do
respect the treaties, and I hope that will indicate how impor-
tant that is and the respect that we have for them when we
come to write this report.

[Traduction]

Le chef Tsannie: Nous voudrions que ce soit expliqué ou
éclairci. Quant à obtenir plus de fonds, c’est une autre histoire,
tout comme coordonner de nos affaires de bandes, ou permet-
tre aux différentes bandes du nord de se rassembler. Comme je
l’ai dit auparavant, notre difficulté principale, c’est qu’on
manque de fonds pour pouvoir voyager d’une région à l’autre
afin de faire nos propres études. Les études qui se font
appartiennent aux compagnies minières, qui décident quel sera
le contenu des rapports et qui décident aussi du contenu de
leurs rapports aux sociétés minières et aux employés.

Vous avez, enfin, parlé du partage des revenus. Nous
croyons, et cela se trouve inscrit dans toutes les déclarations
que nous avons faites et dans toutes les études que nous avons
commanditées, nous croyons qu’une part des revenus nous
revient. C’est parce qu’il y a eu de grands bouleversements
quant à notre territoire, à la faune et à la façon de gagner
notre vie. Comme je l’ai dit tout â l’heure, il ne nous reste plus
qu’a compter sur le bien-être social, et ce n’est pas réaliste.
Nos gens eux-mêmæ nous ont fait connaître leurs craintes: ils
ont en horreur l’idée de devoir vivre au crochet du bien-être
social le reste de leur vie.

M. Manly: Pendant les deux dernières années, il y a eu des
ressources financières disponibles pour financer des études sur
l’effet de l’exploitation des ressources sur l’environnement. Les
gens de votre région ont-ils reçu ces fonds?

Le chef Tsannie: Nous n’avons jamais obtenu aucun de ces
fonds. Mais le gouvernement provincial a engagé des experts-
conseils de Saskatoon et d’ailleurs pour faire des études qui ont
été remises au gouvernement. Ces experts-conseils ont bien
embauché un ou deux autochtones pour les aider, mais comme
je l’ai dit plus tôt, les recommandations qui sont sorties de ces
études ont été rejetées par la province afin qu’elle puisse
obtenir les approbations qu’il faut pour la mine, pour que les
choses avancent. La mine s’est faite sans participation des
autochtones depuis qu’on a commencé à y travailler.

M. Manly: Merci beaucoup, monsieur le président. Je
IYOUVE…

Le vice-président: Madame Roberta Jamieson.

Mine Jamieson: Merci, monsieur le président. Tout d’abord,
j’aimerais répondre à la question. Je crois que c’était une
question équitable. Chef Tsannie, il ne fait aucun doute que,
personnellement, je respecte les traités, et l’Assemblée des
premières nations, qui m’a demandé de siéger ici en son nom,
lutte, en ce moment même, pour que le Canada démontre son
respect envers ces traités en les enchâssant dans sa constitu-
tion. Il me semble que ce sera très important, cette réunion du
mois de mars, car c’est la que nous verrons la sincérité du
gouvernement fédéral, surtout lorsqu’il dira aux Indiens: oui,
vous avez des droits en vertu des traités et nous lcs respectons.
Nous verrons alors si le gouvernement fédéral, en particulier,
est prêt à prendre enfin des mesures concrètes pour le prouver.
Je crois aussi que vous entendrez tous les membres du comité
vous dire qu’ils respectent les traités, et j’espère que cela vous
fera sentir combien toute cette question cst importante pour
nous, et le respect que nous avons pour ces traités, ce que nous
démontrerons quand viendra le moment de rédiger notre
rapport.

1 l : 50 Indian Self-Government 2-3-1983

[Text]

As to my question, it is for Chief Tsannie. l am thankful
that Jim Manly has explored some of these areas already. My
question is quite simply this: Is it in line with your exercise of
lndian government to be not just the récipient of jobs and a
share of the resource development which comes out of it but,
actually, do you not think that you should be part of the
negotiations with the province and the company for this
development‘? What has the federal government done—that is,
the department or the minister—to advance your concerns‘!
Have they gone to the companies’? Have they gone to the
province and said, Now wait a minute; there are outstanding
treaty obligations here to these people. You are on their land.
You are taking their resources and you have an obligation to
deal with these Indian people. Would you shed some light on
those two things for me, please.

Chief Tsannie: On the point of the negotiations, when the
study surveys were being done, the people themselves
expressed their concern that we try to negotiate with the
appropriate people. On the other hand, we had the Federation
of Saskatchewan Indians handle part of the negotiations for
us. However again, we were into the problem of being in a part
of northern Saskatchewan where they could not recognize the
FSI as our negotiator. It had to be done individually so there
again we were stuck. So the province has done a lot in the way
of excluding us in many, or all, areas and the Department of
lndian Affairs really has done nothing for us. They are on the
mining company’s side because whatever kind of ideas we
bring up, they bring up different ideas. They go somewhat by
their own intentions. There again, we are excluded. The
provincial relationship is probably the worst in northern
Saskatchewan, because we never have seen the minister in
northern Saskatchewan. We never have talked to him. We
have invited some of the ministers to our meetings in the past
five years and, rarely, has anybody shown up-or they send
somebody else. The kinds of problems we have are those which
they know they will get into trouble over, s0 they keep away
from us. This is a reason why we are way behind in develop-
ment, as I said before.

° 1220

Ms Jamieson: Thank you very much, Chief. Thank you, Mr.
Chairman.

The Vice-Chairman: Mr. Chartier.

Mr. Chartier: I have no questions, Mr. Chairman. Instead, I
have just a comment with respect to the question. Certainly, I
state, as a représentative of the Native Council of Canada and,
more specifically, a Métis représentative in Saskatchewan, that
we fully support the treaty rights of the Indian peoples of
Saskatchewan and of Canada. The other thing I would like to
say, Chief, is that 1 myself am from northwestern Saskatche-
wan. Buffalo Narrows is my home community.

l think you have done a very good job in putting forward to
the members of this committee the importance of the tradi-

[Translation]

Quant ä ma question, elle s’adresse au chef Tsannie. Je suis
heureuse de voir que Jim Manly a déjà posé des questions dans
certains de ces domaines. Ma question est tout simplement la
suivante: lorsque vous parlez de gouvernement indien, c’est que
vous ne voulez pas tout simplement jouir de certains emplois et
partager les revenus tirés de l’exploitation des ressources, mais
aussi prendre part aux négociations avec la province et la
compagnie pour ce qui est de cette exploitation. Qu’a fait le
gouvernement fédéral, c’est-â-dire qu’a fait le ministère, ou le
ministre, pour vous aider à atteindre vos buts”. Sont-ils allés
voir les compagnies’? Sont-ils allés voir les provinces, pour leur
dire: «Un instant, il ne faut pas oublier les obligations que nous
avons envers ces gens en vertu des traités. Vous étes sur leurs
terrm. Vous prenez leurs ressources et vous devez traiter avec
ces Indiens.» Pourriez-vous me dire ce qu’il en est de ces deux
choses, s’il vous plaît?

Le chef Tsannie: Tout d’abord, les négociations. Quand se
faisaient les études, les gens eux-mémes sont venus nous faire
part de leurs inquiétudes et nous ont dit d’essayer d’entrepren-
dre des négociations avec qui de droit. D’autre part, nous avons
demandé à la Fédération des Indiens de la Saskatchewan de
s’occuper d’une partie des négociations en notre nom. Cepen-
dant, encore une fois, il y avait le bon vieux problème suivant:
nous nous trouvons dans une partie du nord de la Saskatche-
wan où l’on ne voulait pas reconnaître la Fédération des
Indiens de la Saskatchewan comme négociateur en notre nom.
Mais il a fallu agir individuellement; là encore, nous étions
coincés. La province nous a exclus de beaucoup de domaines,
sinon de tous les domaines, et le ministère des Affaires
indiennes n’a rien fait pour nous aider. Il est du côté de la
compagnie minière; peu importe ce que nous lui proposons, il a
toujours autre chose en tête. Il fait plus ou moins ce qu’il veut.
Là encore, nous sommes exclus. Nos rapports avec le gouver-
nement provincial sont particulièrement mauvais dans le nord
de la Saskatchewan, car le ministre n’est jamais allé dans cette
région. Nous ne lui avons jamais parlé. Depuis cinq ans, nous
invitons des ministres à participer à nos assemblées, mais il est
rare que quelqu’un vienne. Parfois on envoie un remplaçant.
S’ils commençaient à s’occuper de nos problèmes, ils pour-
raient se retrouver dans une mauvaise position; donc, ils nous
évitent. Comme je l’ai dit tout à l’heure, c’est la raison pour
laquelle nous avons énormément de retard.

Mme Jamieson: Merci beaucoup, chef. Merci, monsieur le
président.

Le vice-président: Monsieur Chartier.

M. Chartier: Je n’ai pas de questions, monsieur le président,
mais j’aurais une observation à faire â ce sujet. En tant que
représentant du Conseil des Autochtones du Canada et des
métis de la Saskatchewan, je peux affirmer que nous appuyons
pleinement les droits, prévus par les traités, des autochtones de
la Saskatchewan et du Canada. Je voudrais aussi signaler au
chef que je viens, moi-même, du nord de la Saskatchewan.
J’habite à Buffalo Narrows.

Vous avez souligné, pour les membres du Comité, l’impor-
tance des moyens de subsistance traditionnelle dans le nord de

llx)

«  »  » ‘” “T ‘“” » » »- » à‘ < « v -‘<“.1-:.-— .- .-<‘îe:.——»—n »’\- n…“ ….V..,. … -———-e=a<_ ..w,_….,,.r,….,—._. …
. ., . …:…_,…€..».-…..—..,..—…,._.‘….V_..m,……

2-3-1983

[Texte]

tional livelihood that is still continuing up there and, espe-
cially, with respect to the trapping industry. Currently that is
an international issue, and over the next month there is going
to be an intensive lobby in Europe to get a ban on trapping.
The Native Council of Canada just yesterday sent a letter to
several hundred people in Europe, including members of
Parliament of the European Parliament, in view of that move
in the European parliament to ban trapping. It is important
that this committee here, or at least the individual members of
Parliament, lends support to the Indian people that the fur
trade industry in Canada is very important to the aboriginal
peoples. Thank you for your présentation.

The Vice-Chairman: Mr. Gingras.

Mr. Gingras: We had an agrcement together, Ray, and I
that as members we will ask only one question, but I have a
question to answer. There is one treaty that I know. It is the
James Bay Agreement which relates to my riding and, when I
came to Parliament, I started to study that treaty. And as a
member of the committee with Ray, Mr. Manly and Mr.
Schellenberger, I do let them know if I do not concur in a
signed agreement. Maybe we worked for over a year to
straighten out that particular agreement, and I think for the
committee the implementation of the James Bay Agreement is
quite the answer to your question.

The Vice-Chairman: Thank you, Mr. Gingras. Sandra
Isaac.

Ms Isaac: Thank you, Mr. Chairman. I have just one
question which I will direct to any of the chiefs. If, in the
future, all program delivery services currently administered for
Indians were to be transferred to the full control of the people
themselves, what program services would you see as the most
crucial for taking immediate control of?

Chief Standingready: Mr. Chairman, it is not my intention
to show any disrespect to the liaison members, but 1 think
some of the issues which we have to talk about are between the
treaty lndian people and tbe other native organizations across
Canada. So I would not like to use this forum t0 deal with
those matters, although I thank you anyway.

The Vice-Chairman: Mr. Manly, do you have one further
comment?

Mr. Manly: Thank you. May I ask just one short question of
Chief Tsannie for clarification‘? He indicated that the province
would not recognize the FSI as the negotiator in the whole
question of resource development. Will he tell the committee
why that was and whether there has been any follow-up on it?

Chief Tsannie: If I understand correctly, that was before I
became chief. But this is what we have been told. I myself had
done an impact study for the province from the community of
Wollaston Lake at the time, and we had asked the federation
1o do most of our studies. I just do not understand how they
could have rejected the FSI handling the negotiations for us.
They do not recognize the FSI as a northern member of the
DNS. So we, with the DNS, had not too much participation in
any kind of dealings that had gone on between the local
governments of the province. But the local governments, like
the “non-treaties” as they call them—the LCAs—they

Autonomie politique des Indiens 1 1 ; 51

[Traduction]

la province, surtout en ce qui concerne l’industrie du piégeage.
Aujourd’hui la question du piégeage est une question d’ordre
international; le mois prochain, en Europe, on va monter un
lobby pour tenter de faire interdire le piégeage. Hier, le
Conseil des Autochtones du Canada a envoyé une lettre à
plusieurs centaines de personnes en Europe, dont des députés
du Parlement européen, concernant les efforts de celui-ci en
vue d‘interdire le piégeage. Il est essentiel que le Comité ou
que des députés appuient le peuple indien et affirment que
Findustrie canadienne de la fourrure est extrêmement impor-
tante pour les peuples aborigènes. Je vous remercie de votre
expose.

Le vice-président: Monsieur Gingras,

M. Gingras: Nous avons convenu, Ray et moi, que nous ne
poserions qu’une seule question et j’en ai une à vous poser. Il y
a un traité que je connais très bien: l’entente de la baie James,
qui touche ma circonscription. Lorsque j’ai été élu au Parle-
ment, j’ai commencé à étudier ce traité. Je siège au Comité
avec Ray, M. Manly et M. Schellenberger et si une entente ne
me plaît pas, je le leur fais savoir. Nous avons travaillé sur
cette entente pendant plus d’un an et, pour avoir la réponse â
votre question, il suffit de regarder la façon dont elle a été
appliquée.

Le vice-président: Merci, monsieur Gingras. Sandra Isaac.

Mme Isaac: Merci, monsieur le président. Je n‘ai qu’une
seule question, qui s’adresse à n’importe lequel des chefs. S’il
était question de confier aux peuples indiens tous les services
d’accès au programme qui sont, en ce moment, administrés par
le gouvernement, quels services devraient vous être confiés
immédiatement?

Le chef Standingready: Je ne veux pas, monsieur le prési-
dent, insulter les représentants du gouvernement, mais il y a
certaines questions qui doivent être réglées par les Indiens
inscrits et les autres associations autochtones du Canada. Je
vous remercie d’avoir pensé à cela, mais ce n’est pas l’endroit
pour discuter de la question.

Le vice-président: Avez-vous quelque chose â ajouter,
monsieur Manly?

M. Manly: Merci. Puis-je demander une précision au chef
Tsannie? Il a dit que, pour ce qui est de la mise en valeur des
ressources, la province ne reconnaît pas la Fédération des
Indiens de Saskatchewan comme négociateur. Peut-il nous dire
pourquoi‘? Y a-t-il eu des suites?

Le chef Tsannie: Si je comprends bien, je n’étais pas encore
chef à ce moment-là. Mais C’est ce qu’on m‘a dit. J’avais moi-
même fait une étude des répercussions, à la demande de la
province, à partir de la collectivité de Wollaston Lake et la
majorité de nos études ont été faites par la fédération. Je ne
comprends vraiment pas pourquoi on n’a pas voulu que la
F.I.S. négocie en notre nom. Ils n’admettent que la F.I.S.
représente le nord au sein de la D.N.S. Comme la D.N.S.,
nous n‘avons pas beaucoup participé aux négociations qui ont
eu lieu entre les gouvernements locaux dans la province. Mais
les gouvernements locaux, comme les Indiens qui ne sont pas

11:52

[Text]

themselves participatéd in parts of thé negotiations, and they
had thé same kind of recommendations as wé had. But the
représentatives were opposed to it, unless wé got certain
guidelines that we could agréé on. So this is where the FSI got
into the picture. They were not classified as a member or a
northérnér either, and we had to do it mostly ourselves like a
chief in council. But there again, we were put down. It was the
technical people whom we had to rely on, the FSI, and they
just would not recognize them. So wé had to do all our
dealings ourselves, and had to make it cléar that we were
against it. This is what it was all about.

Mr. Manly: Thank you very much. I think this is extremely
important, Mr. Chairman. On a number of occasions we have
heard Indian people stress the importance of being able to
delegate some of their authority, and this is a good example
where they wanted t0 do that and were not able to. It seems to
me to be a rather ridiculous situation. Thank you very much.

The Vice-Chairman: Thank you very much for your
présentation, Chief Standingready, Chief Tsannie and Mr.
Stevenson. We appreciaté your présentations very much, as a
committee. They are very helpful. I propose now to adjourn
this committee meeting until 1.45 p.m. when we will hear
présentation No. 5. We will re-assemble at 1.45 this afternoon.

lndian Self-Government

2-3-1983

[Translation]

soumis au régime d’un traité, comme on dit-—les L.C.A.—-ont
participé a certaines parties des négociations et ils ont fait les
mémés recommandations que nous. Mais les représentants
n’étaient pas d’acc0rd, à moins que nous n’ayons pu nous
entendre sur un certain nombre dé lignes directrices. C’est à ce
moment-là que la F.I.S. est entrée en scène. La fédération
n’était ni membre, ni un représentant du nord. Nous avons dû
presque tout faire nous-mêmes, un peu comme un chef en
conseil. Encore une fois, on a perdu. On avait besoin des
compétences techniques que la F.I.S. pouvait nous offrir, mais
on n’a pas voulu la reconnaître. Par conséquent, nous avons dû
tout faire nous-mêmes et nous avons dû faire comprendre que
nous étions contre. Voilà de quoi il s’agissait.

M. Manly: Merci beaucoup. Ce qu’on vient de dire,
monsieur le président, est extrêmement important. Beaucoup
de témoins ont souligné l’importance de pouvoir déléguer une
partie de l’autorité. Voilà l’exemple d’une situation où l’on a
voulu déléguer l’autorité, mais où l’on n’a pas pu. C’est
parfaitement ridicule. Merci beaucoup.

Le vice-président: Je vous remercie de votre exposé, chef
Standingready, chef Tsannie et M. Stevenson. Le Comité vous
en est très reconnaissant. Vos observations nous seront très
utiles. Je propose de lever la séance jusqu’à 13h45. A 13h45,
nous nous réunirons dé nouveau pour entendre le cinquième
exposé.

AFTERNOON SITTING
‘ 1350

The Vice-Chairman: I call thé mééting t0 order to begin the
afternoon session. Mr. Chénier wishes to addréss the commit-
tee.

Mr. Chénier: Mr. Chairman, I move that the éxpensés and
services of Ms Marié Rose Yooya, Chipewyan interpréter, and
Mr. Stan Wilson, Cree interpréter, be paid by thé committee.

Motion agreed to.

The Vice-Chairman: We will begin with prmentation No. 5
on health and social services. Welcome to the afternoon session
Chief Aubrey Goforth, Senator Hilliard McNabb, Chief
Angus McLean and Elder Walter Deiter. Chief Aubrey, are
you going to the address the committee first? You may
proceed.

Chief Aubrey Goforth (Peepeekisis Band): Mr. Chairman,
before I begin with my actual text that I will be presenting to
you, I would like you first to look over to the southeast corner
of the building. In relation to health, in relation to social
services, that is the proposed format or formula that we, as a
task forcé, had proposed to work out and implement on behalf
of our Indian people here in Saskatchewan.

My written téxt does not only relaté to my own reserve
people but also éxtends to the urban people from my band who
are living off thé reserve. ln my possession here before me I
have three or four documents. You will notice that my text is
short; it is brief. You have heard from some chiefs this

SÉANCE DE IJAPRÈS-MIDI

Le vice-président: À l’ordre, je vous prie. Nous allons
commencer notre séance de l’après-midi. M. Chénier aurait
une intervention.

M. Chénier: Monsieur le président, je propose que lés frais
et les honoraires de Mm‘ Marié-Rosé Yooya, l’interprète
Chipewyan, et de M. Stan Wilson, Finterprète Cree, soient à la
chargé du comité.

La motion est adoptée.

Le vice-président: Nous allons maintenant entendre l’exposé
n° 5 sur les services sociaux et les services médicaux. Nous
souhaitons la bienvenue cet après-midi au chef Aubrey
Goforth, au sénateur Hilliard McNabb. au chef Angus
McLean et à l’ancien Walter Deiter. Chef Aubrey, voulez-vous
prendre la parole én premier lieu‘? La parole est à vous.

Le chef Aubrey Goforth (bande Peepéekisis): Monsieur le
président, avant d’entamer mon exposé proprement dit,
j’aimerais que vous regardiez en direction de l’angle sud-est du
bâtiment. Pour ce qui est de la santé et des services sociaux,
c’est en effet la formule dont nous avions proposé Fimplanta-
tion pour les Indiens de la Saskatchewan.

Mon exposé ne porte pas seulement sur ma propre réservé,
car il s’adresse également aux gens de ma réserve qui nous ont
quittés et qui vivent en ville. J’ai ici en main trois ou quatre
documents. Vous remarquerez que mon exposé n’est pas très
long. Vous avez entendu ce matin certains chefs qui ont pris la

1157865‘

, _WT,____,

, 7.- fa. na-m-q-sw-sm. .1 .4, ,. .e-a:».—n..,…,_,vwyæ—m=my-: vas-vs «m-ma-«e

2-3- l 983

[Texte]

morning who have taken the time to do research into the
présentations that have been placed before you and, certainly,
it is something that l have become very aware of today.
Indeed, there is a lack of concern that we as lndian people are
faced with today, not only in Saskatchewan but all across
Canada.

The first document l would like to bring to your attention
deals with the spirit and intent of a treaty. l understand now
that you are to have in your possession a very similar docu-
ment.’ Enclosed in the document dealing with the spirit and
intent of treaty, there is the interprétation of treaty in relation
to health and social services, and I would ask your sincerest
consideration as to spirit and intent.

You will notice that this book sits on top of the preceding
documentation presented to you by our national chief, David
Ahenekew, and our provincial chief, Mr. Solomon Sanderson.
I understand that there has been documentation in relation to
lndian government, and I will make reference to a document
which I believe has been presented to Mr. Penner. It is a
document such as this which l show you. In the pages are
outlined to you the documents detailing how we propose to
deal with the alternatives that we suggest in implementing
lndian government—again based on the interpretation of
treaty. You have heard a very well-presented document this
morning from Mr. Walter Gordon.

You will notice how I sit here. l feel very secure as, on each
side of me, there are people whom l respect very highly. I have
noticed that perhaps very little attention is being paid to elders
of Indian communities, but certainly l am happy to say that l
have never ever lost sight of that respect in relation to my
elders who believe me when I say it. I feel very secure in sitting
between two of my elder senators who advise me in relation to
the spirit and intent of treaty. I will now begin my written text.

I am a chief who is situated in Saskatchewan here. My
membership and my band is almost 1,100 people. l have on my
band 600 in number. I have living in urban centres such as
Regina and Saskatoon, from 400 to 500 people. So the
concerns I speak about will include my urban people who live
off the actual site of my reserve. l want to make it very clear to
the committee that my jurisdiction extends certainly off the
boundaries of the réservation and, certainly, I know in your
possession you have documentation relating to jurisdiction or
disputes that are happening every day, further creating
problems for us as Indian people.

Members of the committee, first of all, as chief of an Indian
band in Saskatchewan I want to welcome you to a région of
Canada that my ancestors, by treaty, agreed to share with you.

The results of those political, economic and social agree-
ments, known as the treaties, have not been good for the

s.» v.

Autonomie politique des Indiens l l : 53

[Traduction]

peine de procéder â des recherches avant de s’adresser à vous,
mais, en ce qui me concerne, je n’en ai pris conscience que ce
matin. Effectivement, le problème qui se pose pour les Indiens
non seulement en Saskatchewan mais sur tout le territoire
canadien est un peu une attitude dîndifférence.

Le premier document que j’aimerais porter à votre attention
cet après-midi a trait â l’esprit d’un traité. Je crois savoir que
vous allez recevoir à ce sujet un document très semblable.
Dans notre document relatif à l’esprit du traité, nous parlons
également de l’interprétation de ce dernier en matière de
services sociaux et de services médicaux, et je vous conjurerais
de porter la plus vive attention à l’esprit et à Pintention sous-
jacents au traité.

Vous remarquerez que ce texte est le premier de la pile de
documents qui vous a été remise par notre chef national David
Ahenakew et par notre chef provincial, M. Solomon Sander-
son. Je sais que dans ces documents on parle du gouvernement
indien, et je vais également évoquer un autre texte qui a, je
crois, été remis par M. Penner. C’est un document qui
ressemble â celui-ci. Nous vous y donnons la liste des docu-
ments dans lesquels figure le détail de la formule selon laquelle
nous entendons traiter de diverses solutions que nous préconi-
sons en matière de gouvernement indien, solutions qui une fois
encore sont basées sur Pinterprétation du traité. Vous avez
entendu à ce sujet ce matin un excellent exposé de M. Walter
Gordon.

Vous remarquerez également la place que j’occupe. Je me
sens très en confiance dans la mesure où je suis encadré par
des gens que je respecte énormément. J’ai remarqué personnel-
lement qu’on a peut-être tendance à ne pas accorder suffisam-
ment d’attention aux anciens des collectivités indiennes, mais
je suis, quant â moi, très heureux de pouvoir vous dire que ce
respect, je ne l’ai jamais perdu de vue dans mes rapports avec
les anciens qui effectivement me croient lorsque je vous dis
cela. Je me sens très confiant du fait que je suis assis entre
deux de mes frères anciens qui me conseillent sur tout ce qui
touche à l’esprit et à Pintention sous-jacents au traité. Je vais
maintenant passer à mon exposé proprement dit.

Je suis l‘un des chefs de la Saskatchewan. Je représente près
de 1100 personnes, dont 600 membres de ma bande. Dans les
centres urbains comme Regina et Saskatoon, vivent aussi de
400 à 500 de mes gens. Ainsi les inquiétudes dont je vais vous
faire part sont également celles de mes gens qui vivent dans les
villes, qui ne vivent pas effectivement dans la réserve. Je tiens à
préciser très clairement devant le comité que mon ressort de
compétence déborde très nettement les frontières de la réserve
et je sais d’ailleurs que vous avez entre les mains des docu-
ments relatifs aux conflits de juridiction qui éclatent quotidien-
nement et qui viennent encore exacerber les problèmes qui se
posent à nous en notre qualité d’lndiens.

Distingués membres du comité, en ma qualité de chef d’une
bande indienne de la Saskatchewan, je voudrais pour commen-
cer vous souhaiter la bienvenue dans une région du Canada
que mes ancêtres ont accepté, par traité, de partager avec vous.

Les incidences de ces ententes politiques, économiques et
sociales qui ont pour nom traités n’ont pas été positives pour

l1 : 54 Indian Self-Government 2-3-1983

[Text]

Indian people of Saskatchewan. I will not repeat what you
already know about the socio-economic situation of the Indian
people of Saskatchewan except to say that the situation is
severe and it is critical.

In addressing the need for change in the planning and
delivery of health and social services to Saskatchewan Indians,
I want to make it very clear to the members of this committee
that l fully support and endorse the statements of Chief
Solomon Sanderson when he appeared before the Standing
Committee on Indian Affairs and Northern Development on
December 16, 1982, as well as Dr. David Ahenakew’s presen-
tation to the Special Parliamentary Task Force on Indian Self-
government on February 22, 1983.

Mr. Chairman, in order effectively and effîciently to attack
the problems of Indian health and social services, it is impera-
tive that we thoroughly investigate the health, social service
and developmental needs of the Indian people of Saskatche-
wan. The major products of this investigation would be an
accurate assessment of the present health and social service
delivery systems. and the policies governing these opérations.
Most importantly, this investigation would result in the
development of a compréhensive and consistent set of policy
recommendations to close the gaps between the needs of
Indian people and the existing programs—programs which at
present are not meeting the needs of Indian people.

° 1400

The Indian people of Saskatchewan have taken a holistic
approach toward the création of a developmental process that
will promote the general well-being of Saskatchewan Indians.
To this end, seven characteristics of health care, health
education and social development have been identified as
requiring high priority.

The first is the development of clear and explicit national,
provincial and territorial, health policies, including monitoring
of health, both of people and communities, and using indica-
tors which relate not only to disease but also t0 the qualitative
aspects of life;

The assignment of much higher priority to the training of
health liaison officers, community health représentatives and
health educators whose primary concern must be with the
school, the family and the community.

The development of a massive education and health
promotion program for families, schools and communities.

The development of curricula directly related to Indian
health—care and daily living.

[Translation]

les Indiens de la Saskatchewan. Je ne vais pas vous répéter ce
que vous savez déjà à propos du contexte socio-économique des
Indiens de la Saskatchewan, si ce n’est pour réaffirmer que la
situation est grave, critique même.

En insistant sur le fait qu’il est impératif de modifier la
planification et la prestation des services sociaux et médicaux
destinés aux Indiens de la Saskatchewan, je tiens à préciser
très clairement devant vous que j‘abonde entièrement dans le
sens de ce que disait le chef Solomon Sanderson lorsqu’il avait
comparu devant le comité permanent des affaires indiennes et
du nord canadien le 16 décembre 1982, de même que de
l’exposé présenté par M. David Ahenakew devant le comité
spécial sur l’autonomie politique des Indiens le 22 février 1983.

Monsieur le président, si nous voulons régler véritablement
et efficacement les problèmes qui se posent dans le domaine
des services sociaux et médicaux à l’intention des Indiens, il est
impératif de procéder à une enquête approfondie sur les
services sociaux et médicaux de même que sur les besoins en
matière de développement du peuple indien de la Saskatche-
wan. Les principales conclusions de cette enquête permet-
traient de procéder à une évaluation précise de la situation
actuelle en matière de prestation des services sociaux et
médicaux, ainsi que des politiques qui régissent ces program-
mes. Plus important encore, cette enquête déboucherait sur
l’élaboration d’un ensemble complet et logique de recomman-
dations qui permettraient de faire la soudure entre les besoins
du peuple indien et les programmes actuels, lesquels ne
répondent absolument pas â l’heure actuelle aux besoins du
peuple indien.

Le peuple indien de la Saskatchewan a adopté une attitude
holistique à Pendroit de la création d’une formule de dévelop-
pement susceptible de promouvoir d’une façon générale le
bien-être des Indiens de la Saskatchewan. Dans ce but, nous
avons relevé sept caractéristiques des programmes de soins, de
prophylaxie et de développement social qui méritent la priorité.

En premier lieu, il convient de mettre au point des politiques
nationales, provinciales et territoriales en matière de santé qui
soient absolument claires et non ambiguës, notamment en ce
qui concerne les activités de dépistage à l’échelon individuel et
collectif, en utilisant des indicateurs qui soient non seulement
épidémiologiques mais également relatifs aux aspects qualita-
tifs de la vie;

Il importe d’accorder une priorité beaucoup plus importante
à la formation des agents de liaison sanitaires, des représen-
tants communautaires et du personnel d’enseignement dans les
domaines de la santé, avec pour objectifs principaux |’école, la
famille et la collectivité.

Il est également impératif de mettre au point à l’intention
des familles, des écoles et des collectivités un programme
d’encouragement â grande échelle dans les secteurs de
l’éducation et de la santé.

Il est parallèlement impératif de mettre au point des
programmes qui aient directement trait aux soins et à la vie
quotidienne des Indiens.

hl
SK

p4

h:
Ir
1l
ki
C(
cc

0l
in
th
ai

sc
S:
Cl
in
lr

ol
b4
Ir

al
S(

c4
1c

0l
S(

(a .._,.t»-..,. ne…

f
1
L,
l,
I
it.
i
l
i’
[v
i’
l.
l‘
l
‘l.
l
r
l
l
l.‘
t2
Ë
Î.
z
Ë
F
l’

-: fiæql . .._,,.ä.:,_,.<____,.- e_ 2-3-1983 [Texte] The development of a program that strengthens family units and promotes community ties. The development of a program to train lndian health professionals in medicine, nursing and community health education. And last, the development of educational programs for health and social development professionals in community settings where interprofessional and intercultural interaction is promoted. We formulated these high priority objectives or characteris- tics in January 1979, and through both bureaucratie and political channels have attempted to secure the human and financial resources to begin the processes to carry out these objectives. Thc résistance of government to these initiatives has been great. A situation that is frustrating to me and other lndian leaders who expérience first hand, on a daily basis, are the health and social problems confronting our people. We know the problems and we know what needs to be done to correct those problems. What we require is the economic commitment of Canada to the lndian people of Saksatchewan, which will facilitate the state of well—being which I and many others want for our people. This commitment must also include a fundamental assummption on the part of Canada that the Indian right to health and social development services and funding is based on the obligations of Canada as agreed to in the treaties. We know that this position will require the resolution of some jurisdictional and financial issues with the Province of Saskatchewan, but that needs to be resolved anyhow. The current system of health and social services, as it exists, is inadéquate, and consistently creates unwarranted hardships for lndian people, both on and off the reserve. Mr. Chairman, I came here today fully aware of the stature of you and your committee, and of the importance of the task before you as you gather and assess information from the lndian people of Canada. But on the other hand, Mr. Chair- man, 1 want you to recognize the stature of Indian leadership and their governing authorities in the political, economic and social mosaic of lndian culture and society. What I would like you to do, as Canadian parliamentarians, is to accurately and precisely get the point across to your colleagues that the fundamental position of Indian people is based on the treaties and the rights of Indian people and its leadership to govern; that it is to establish policy, manage and administer the affairs of Indian people; that specifically in order to promote the changes required in health and social services, Canada must be prepared, as a matter of course, to Autonomie politique des Indiens 1 1 : 55 [Traduction] Il importe aussi de mettre au point un programme suscepti- ble de renforcer les cellules familiales et de promouvoir les liens communautaires. Il est impératif de mettre au point un programme qui permettrait de former des professionnels indiens de la santé dans les domaines de la médecine, des sciences infirmières et de la prophylaxie communautaire. En dernier lieu, il importe de mettre au point des program- mes d’enseignement permettant de former dans les collectivités des professionnels de la santé et du développement social en mettant l’accent sur les rapports interprofessionnels et interculturels. Nous avons formulé ces grands objectifs en janvier 1979 et nous nous sommes efforcés, par les voies bureaucratiques et politiques, d’obtenir les ressources humaines et financières nécessaires pour en assurer l’exécution. Le gouvernement a opposé une très vive résistance à cette initiative. Les problèmes sociaux et les problèmes de santé qui sont le lot quotidien de nos gens représentent pour moi et pour les autres chefs indiens qui en avons directement connaissance, une source de frustra- tion. Nous exigeons que le Canada prenne à l’endroit du peuple indien de la Saskatchewan un engagement à caractère économique qui faciliterait l’émergence de ce bien-être dont je vous parlais au début et que nous voulons, moi comme les autres chefs indiens, garantir à notre peuple. Cet engagement doit également se baser, de la part du gouvernement du Canada, sur la prémisse fondamentale selon laquelle le droit qu’ont les Indiens de bénéficier de services d’hygiène et de développement social et d’un financement corollaire découle des obligations contractées par le Canada dans le cadre des traités. Nous savons que cette prise de position exigera au préalable le règlement de certains contentieux financiers et de certains problèmes de juridiction avec la province de la Saskatchewan, mais ces contentieux et ces problèmes devront de toute manière être réglés. Le système actuel de services sociaux et médicaux est insuffisant et crée sans cesse pour les Indiens vivant ou non dans les réserves des difficultés inutiles. Monsieur le président, je comparais aujourd’hui devant vous en ayant pleinement conscience de votre importance et de celle de votre Comité, de l’importance également de la tâche qui est la vôtre, celle d’obtenir toute l’information nécessaire des Indiens du Canada pour en faire ensuite l’analyse. En revanche toutefois, monsieur le président, je tiens à ce que vous recon- naissiez de votre part l’importance des structures dirigeantes indiennes et l’autorité des dirigeants indiens dans la mosaïque politique, économique et sociale que constituent la culture et la société indienne. En votre qualité de parlementaires canadiens, j’aimerais avant tout que vous fassiez comprendre avec exactitude à vos collègues que la position fondamentale du peuple indien découle des traités et des droits à l’autodétermination du peuple indien et de ses dirigeants; il s’agit en l’occurrence du droit d’établir des politiques, de gérer et d’administrer les affaires du peuple indien; plus précisément, pour pouvoir mener à bien les changements qu’il importe d’apporter à la structure des services sociaux et médicaux, le Canada doit 11:56 [Text] enter into fiscal arrangements with Indian governments for thé provision of health and social services to Indian people. If 1 may, Mr. Chairman, 1 would like you also to recognize as the two gentlemen who, as I stated previously, sit on each side of me. And if they wish to contribute to what I have said, 1 would ask that their words also be recorded. Thank you. The Vice-Chairman: Gentlemen, would you like to address the committee? Chief Hilliard McNabb (Gordon Indian Band): I am Hilliard McNabb. I have been the chief for many, many years of the Gordon Indian Band at Punnichy and am still on the council thére. 1 guess they address me as a teenage Senator. ÀNow, thé few words I have to say are that of all the witnesses who have appeared before now and maybe today, this evening and tomorrow, I would emphasize the spirit and intent of treaties. It is our hope that you as a committee will make recommendations to thé powers in Ottawa that it is our wish, no matter what our deliveries are, that it all boil down to one issue, which is the entrenchment in the Constitution of our treaties. Once that is done, as Indian people maybe we will have recognition of exactly who we are, what wé are and what we intend to do with our livés. For far too long our way of life has bcen handled by politicians, bureaucrats, Department of lndian Affairs and so on. 1 think our message today is to ask for authority or have you recognize our rights as treaty Indians. Then 1 am sure that with your help there will be no stopping us from learning the ways of the white man. l think we may be helped along even in the universities from which many non-Indian students have come to the Indians and said, wé want your story to usé for a thesis so we can graduate to the next class. We have done that, but l do not think that at any timé we have corne even to ask to write a thesis on how we can be like you. I do not think there is that intention but, hopefully, some time wé will bé able to work and learn together in an understanding of our economic, cultural and environmental différences. With that l guess 1 have put most of the emphasis on you good gentlemen. I know you listen well. You asked some very good questions. And wé would ask that you give considération to the fact that we are different. We try to do things as wé have been taught. Even from the early days when the ministers or Jesuits came out to teach us the gospel of their Lord, or our Great Spirit, there was caused a lot of confusion. Probably our case problems, our rights, have been dormant for almost a hundred years. As 1 say, that was due to thé confusion or lack of understanding of our different cultures, different environ- ment situations, and being made t0 forget what was our lndian Self-Government 1349B [ Translation] accepter dé conclure avec les gouvernements indiens des accords financiers relatifs à la prestation des services sociaux ét médicaux au peuple indien. Si vous me le permettez, monsieur le président, j’aimerais également que vous donniez la parole, si elles le désirent, aux deux personnes qui, comme je l’ai déjà dit, sont assises aujourd’hui â mes côtés. Si elles souhaitent ajouter quoi que ce soit à mes propos, j’aimerais que leurs paroles figurent également au compté rendu. Je vous remercie. Le vice-président: Messieurs, aimeriez-vous prendre la parole‘? Le chef Hilliard McNabb (bandé indienne de Gordon): Je suis Hilliard McNabb et cela fait bien des années que je suis le chef de la bande indienne de Gordon de Punnichy, et je siège d’ailleurs toujours au conseil. J’imagine qu’on me considère un peu comme un sénateur débutant. Cela dit, les quelques mots que je voudrais vous adresser reprennent ce que vous ont déjà dit tous les témoins que vous avez entendus et que ne manqueront pas de vous répéter ceux que vous entendrez ce soir et demain: moi aussi, j’aimerais insister sur l’esprit et l’intention qui sous-tendent les traités. Nous espérons que votre Comité précisera, dans les recomman- dations qu’il formulera aux autorités d’Ottawa, que ce que nous souhaitons essentiellement, quelle que soit la formule utilisée, c’est que nos traités fassent partie dé la Constitution. Lorsqu’il en sera ainsi, peut-être le peuple indien sera-t-il reconnu pour ce qu’il est exactement, avec l’identité et les aspirations qui sont les nôtres. Trop longtemps en effet, notre mode de vie a été régenté par les hommes politiques, les fonctionnaires ét le ministère des Affaires indiennes. Notre message se résume, je crois, à ceci: nous demandons des pouvoirs, nous vous demandons de reconnaître nos droits d’Indiens des traités. A ce moment. je suis persuadé qu’avec votre aidé, plus rién ne nous empêchera d’apprendre les façons de faire de l’homme blanc. Nous pourrons peut-être aussi nous faire aider mémé dans les universités, ces mémés universités qui ont formé tous ces étudiants non indiens qui sont venus nous dire qu’ils voulaient en savoir plus long sur nous pour pouvoir rédiger une thèse et obtenir leur diplôme. Nous les avons toujours aidés, mais je ne pense pas que nous ayons jamais demandé à ce qu’on écrive une thèse sur la façon dont nous pourrions finir par vous ressembler. Je né pense pas que la soit l’intention, mais il est à espérer qu’un jour, nous pourrons travailler et apprendre ensemble grâce à une compréhension réciproque des différences économiques, culturelles et environnementales qui nous séparent. Cela dit, je pense avoir surtout mis vos personnes à contribu- tion, mes bons amis. Je sais que vous écoutez attentivement. Vous avez posé d’excellentes questions. Nous vous demande- rions donc de tenir bien compte du fait que nous sommes différents. Nous essayons d’agir comme on nous l’a appris. Déjà dans les temps anciens, à l’époque où lés religieux ou les jésuites venaient nous enseigner leur Évangile. par opposition aux enseignements de notre Grand Esprit, le trouble était grand parmi nous. Il est possible que nos problèmes fondamen- taux et nos droits soient restés en sommeil pendant près d’un siècle. Comme je vous le disais, cet état de latence était 2-3-1‘ [Texl hérite confo stand aroui we l soma up u thinl tell ) 1 l mini traii one is a l thcr lndi find friei cert do r righ inte Eng thai he l so | Ani am m am guc wci pec ani ani chl tat firi tal do fig co‘ WE W6 253195‘ ÿzfixäv 2-3-l983 [Texte] heritage, our cultural life, our religious life. We were asked to conform to other issues of religion which we did not under- stand. ° 1410 You know, there were many occasions that I travelled around where there was an audience. I would like to tell that we have been very serious; it has been good listening, but sometimes to get the people on the right track we have to come up with some humorous things. This is off the record, but I think to put in a bit of humour and a bit of closeness I will just tell you maybe an example of what I mean about confusion. I guess this happened many years ago when the Jesuits and ministers and preachers all came rushing out-we want to train these people in religion, peace, and what not. There was une young fellow, I guess he was a little bit behind the rest, he is a little minister. He travelled here all ready to go to someone there in that Indian community, preaching the gospel to the Indians, and s0 on and so on. So he went back . . . where can I find a group of Indians or a community of Indians? Well, his friend told him, you go away up into the bushes; I think in a certain place you will find a group there. Gosh, he rushed off, I do not know how long he travelled, and he finally got there. So right, he was the first one there-good, I found what I want. So he said, now I want a building. They had to use an interpreter, although the chief maybe understood a bit of English. S0 they built him a church or a house and he used that. He taught them the catechism, and when he got over that he baptized them; and the Indians said, well, what he has done so far did not hurt us. So finally he confirmed them in the Anglican faith and so on, and then he said, so far, so good, I am making good progress; next l want to marry them. So he told the chief one day: Next Sunday you all come, I am going to marry you. They did not know what exactly that meant . . . in their traditional way married. So they said, I guess it will not hurt to try it. So they all came, and the women went to one side and the men to the other. He said: I want two people, a man and a woman. So a man and a woman went up and he married them in his faith. The next two carne along, and s0 he married the whole bunch of them in that little church, or in his little missionary home. So he felt great. Now, he said, I have baptized them, I have taught them religion, I have taught them this, I have con- firmed them, and now I have married them. S0 while he was taking his things off and putting them away, he went to the door. Gosh, he looked around the yard, there was some fighting, some laughing, and, oh, everything was in a real commotion. S0 he said, hey chief, come here! He said: What is it with all these people’! Oh, he said, everybody got a different woman. You see how he confused the community then. So I guess it is probably just the same; maybe these are the types of things we want to get to you with the different papers that have been Autonomie politique des Indiens l 1 : 57 [Traduction] attribuable au trouble qui nous habitait, à cette absence de compréhension du fait que notre culture et notre environne- ment étaient différents, et tout cela nous a fait oublier quels étaient notre patrimoine, notre vie culturelle et notre vie religieuse. On nous a demandé de nous aligner sur une religion que nous ne comprenions pas. Vous savez, j’ai beaucoup voyagé pour assister à toutes sortes de réunions. .l’ai beaucoup appris en écoutant les gens, mais, parfois, il faut les faire rire pour les lancer dans la bonne voie. Je vais vous raconter une anecdote plutôt drôle pour montrer ce que j‘entends par confusion. C’était il y a quelques années, à l’époque où les Jésuites et les prêtres et les prédicateurs se bousculaient chez nous, voulant nous instruire dans la religion, la paix et Dieu sait quoi encore. Il y avait là un jeune pasteur un peu attardé qui débordait d’enthousiasme et voulait enseigner l’Evangile aux Indiens. Il demande à son ami où il peut trouver un groupe ou un village d’lndiens. Va dans le bois, lui dit son ami, tu vas en trouver. Là-dessus, il se précipite, voyage, je ne sais combien de temps, et finit par arriver. Il se trouvait être le premier ct sc dit donc qu‘i1 a trouvé ce qu‘il cherchait. Alors, voilà, dit-il, je veux un bâtiment. Il a dû faire appel à un interprète, même si le chef comprenait un peu l’anglais. Ils lui ont donc construit une église ou une maison, il leur a enseigné le catéchisme et après, les a baptisés. Les Indiens se sont dit que, jusqu’à présent, il ne leur avait pas fait mal. Il les a donc confirmés dans la foi anglicane et s’est dit: jusqu’ici ça va, cela avance, maintenant il faut les marier. Il va donc voir le chef un jour et lui dit: Dimanche prochain. venez tous, je vais vous marier. Ils ne savaient pas ce que cela voulait dire exactement vu qu’ils se considéraient déjà comme mariés, mais se sont dit que cela ne pouvait pas faire de mal et qu’ils pouvaient bien essayer. Ils sont donc tous venus, les femmes d‘un côté, les hommes de l’autre. Il leur a dit: Je veux deux personnes, un homme et une femme. Les deux se sont approchés et il les a mariés selon son rite, Ensuite, deux par deux, il a marié tout le monde dans cette petite église. Tout allait donc très bien. Il se disait, je les ai baptisés, je leur ai enseigné le catéchisme, je les ai confirmés et mainte- nant je les ai mariés. Pendant qu’il rangeait son attirail, il a regardé par la porte et ne voilà-t-il pas que tout le monde est en train de se battre, de rire, c’était un vrai spectacle. Il appelle donc le chef pour lui demander ce qui se passe. Oh, lui dit le chef, personne n’a eu la femme qui était la sienne. Vous voyez donc comment il a semé la confusion dans ce village. C’est peut-être ce que nous voulons montrer ici avec toutes ces interventions de tous ces témoins. Peut-être sommes- nous même en pleine confusion. 11 : 58 Indian Self-Government 2-3-1983 I Ïexl] issued by the witnesses. So I guess we are in some state of confusion. I think after today I am sure that each and every one of us, the things that we have been . , . to for years is to get recogni- tion of who we are, what we are, and what we are about to do. When we talk about self-government, I think this is really where we can develop ourselves with your resources, your technical expertise, and anything else you can combine. Thank you, Mr. Chairman. The Vice-Chairman: Thank you, Senator McNabb. Do you wish to address the committee, Mr. Dieter’! Elder Walter Dieter (Peepeekisis Band): Well, I do not have too much to say. I have been doing a lot of thinking and listening to you fellows. I met with many government commit- tees and government organizations in the past and I have tried to follow up the actions of what happened, the end results ol‘ some of these committees. I think, before I say anything more, the basic idea I had when l became a leader of Indian people was to press the theory of our Indian treaties. Many versions and many interprétations are made of the treaties, and the people that are witnessing to support the kind of things that have hap- pened in the treaties, that has always been done by a lawyer or a person who does not have any idea of the spirit and the idea of the whole meaning of the treaty. This point of the treaty is a real important issue amongst us, because the spirit and intent of the Indian treaty was to create a better feeling, a better understanding, and to live in harmony with one another. I have, as I have said, sat on many committees. I sat on one big committee, the Great West Development. The recommen- dations that came out of that committee were sent to Ottawa. I have never heard anything about that committee or the recommendations since. Another committee I sat on for l3 years; I sat on the Canadian Council on Rural Development. I saw all the papers, all the recommendations that were made to the government, and I have not seen one act or one thing come out of Ottawa on those recommendations. That committee is another one that went down the drain. I sat on the committee that went around investigating the Indians and asking about the Indian Act. I travelled with that committee. That was the most useless committee that I ever had anything to do with, because they came out with a whole bunch of red papers, red books, and red letters; they never once heard what the Indians wanted, what the Indians were asking for. I am just wondering today whether you people are listening to what the Indians are saying basically as number one. Almost before that committee’s recommendations were made to the parliamentary committee on Indian affairs, the white paper of 1969 was out. There was no way they could possibly have read any of the recommendations that were made between the time that paper was sent out and put out. They said: In five years we are going to get rid of the Indians. I [Translation] Après aujourd’hui, je suis sûr que chacun d’entre nous . . . ce que nous recherchons depuis des années, c’est de faire accepter ce que nous sommes, ce que nous voulons. Lorsque nous parlons d’autonomie, nous parlons de la possibilité de nous développer, en faisant appel â vos connaissances et à vos ressourcm et à tous les facteurs qui peuvent se combiner. Je vous remercie, monsieur le président. Le vice-président: Je vous remercie, sénateur McNabb. Souhaitez-vous prendre la parole, M. Dieter? M. Walter Dieter (Bande Peepeekesis): Je n‘ai pas grand- chose â dire, je vous ai beaucoup écoutés et j’ai réfléchi jusqu’à maintenant. J’ai rencontré beaucoup de comités et d’organisa- tions gouvernementales et j’ai essayé de suivre ce qui en sortait. Lorsque je suis devenu dirigeant d’Indiens, ma grande idée était la théorie des traités indiens. Il y en a beaucoup de versions et on en a fait beaucoup d’interprétations, mais elles ont toujours été données par des juristes ou des gens qui n’en connaissent pas l’esprit et ne comprennent pas toute la signification d’un traité. Pour nous, ces traités sont une chose très importante, car leur esprit et leur intention étaient de créer un meilleur rapport, une meilleure compréhension et de nous permettre de vivre en harmonie les uns avec les autres. Comme je l’ai dit, j’ai siégé à de nombreux comités dont notamment le Great West Development Committee. Les recommandations qu’il a faites ont été communiquées à Ottawa et je n’en ai plus jamais entendu parler depuis. J’ai siégé à un autre comité pendant 13 ans, le Conseil canadien du développement rural. J’ai vu tous les documents, toutes les recommandations qui ont été adressées au gouverne- ment, mais je n’ai pas vu une seule suite qui aurait pu être donnée par Ottawa. Voilà un autre comité qui n’a servi à rien. J’ai siégé au comité qui faisait enquête sur les Indiens et posait des questions au sujet de la Loi sur les Indiens. J’ai voyagé avec ce comité, c’est le plus inutile de tous ceux que j’ai vus car il a produit tout un tas de livres rouges, de lettres rouges, de documents rouges, mais, pas une seule fois, il n’a entendu ce que les Indiens veulent vraiment. Je me demande, aujourd’hui, si vous autres écoutez parfois les Indiens, si vous comprenez vraiment ce qu’ils veulent avant tout. Le Livre blanc de I969 a été publié avant même que les recommandations du comité aient été faites au Comité parlementaire des affaires indiennes. Il est absolument impossible que l’on ait eu le temps de læ prendre en considéra- tion avant de publier ce livre blanc. Je ne veux même pas le lire car il prévoit que, dans cinq ans, on va se débarrasser des [7 dit P9 m1 pa th: [Il] us yo he se: an wt l0 tir (hl ca wz bu In‘ bu lTlI Tl 3l » pr feu In pa A: w: ce it pr 3C Cl’ 11S LIS 3S a1 ai es 28.0. ÏC ES – w- ——A-»-v:.-V-—–wep.«. . . -.>-v<*/> = no”. vgpç-J-xura.»r‘1o«-y-e1Mæ3″ñâèu;-3’w—\:vyr\fl=8? »rf<fiPf:* . 2-3-1983 [Texte] did not even bother reading that paper, that white paper policy. I just said: No way are we going to accept that. The minute they start to speak of getting rid of the treaties, of any paper of any kind, I do not waste my time reading it, because that is not what the Indian people are saying. Number 1 is that we want recognition of our treaties; and number 2 is a settlement on what is coming to us. I was a little bit set back by a politician one day. I-Ie said: When are we going to stop paying you guys? l said: Well, let us settle for half. And he said, what is half? I said: We gave you 144,000 square miles of land, give us 70,000 back. Well, he said, that is not the question, that is out of order, that is senseless. But, by golly, if 1 sold a section of land to somebody and he promised to pay me so many thousands of dollars, he would damn well pay me or else he would end up in court. I do not know where and how long this kind of thing is going to act, or be perpetrated, or whatever you want to say. Every time we ask for a dollar to settle for something we are given the great runaround: Canada has no more money. It is kind of easy to understand why there is such a little bit of money. I was in Ottawa the other day and I was looking at a great big building. I asked who owned it and they told me who owned it. Indian Affairs has a 20- or 30—year contract for renting that building, and there is not one Indian official in that building. There is where our money is going. We need some of that money out here. Before I get mad, I had better keep quiet. Thank you. ‘ 1420 The Vice-Chairman: Thank you very much, Mr. Dieter. Did you wish to address the committee as well, Chief McLean? Chief Angus McLean (James Smith Band): Thank you very much. I am quite new to this business. Ijust got elected as chief in my home band in the Prince Albert district and I was just asked yesterday to represent the sports and recréation field to this committee. 1 work for the Federation of Saskatchewan Indians in this area training recreational directors, and this is certainly a problem area for us to run due to the lack of finances from the federal government or the provincial government. I was honoured to represent the Federation of Saskatchewan Indians in organizing a winter games in 1980, and just this past summer a mini-Olympics in Regina during the World Assembly of First Nations. In the summer of 1974, the Côté Indian Band sort of Ied the way to establishing the summer games program and it was certainly remembered by all Saskatchewan Indian youth, and it was felt by all Indian sports enthusiasts that it was finally a program in place to develop the Indian athlete. T0 make it relatively short as 1 know we are running into a time factor, we have a program in place in the Saskatchewan Autonomie politique des Indiens 1 1 ; 59 [Traduction] Indiens. Il est hors de question que nous acceptions cela, dès qu’on parle de se débarrasser des traités ou de toute autre obligation, je ne perds plus mon temps à en discuter, car ce n’est pas du tout ce que veulent les Indiens. La première chose que nous voulons est la reconnaissance de nos traités, la deuxième est le règlement de nos revendications. Un jour, un politicien m’a fait sursauter. Il m’a demandé: Quand donc allons-nous cesser de vous payer, vous les Indiens? Je lui ai répondu: Mettons-nous d’accord sur la moitié. La moitié de quoi? me demande-t-il. Je lui ai répondu: Vous avez 144,000 milles carrés de terre, rendez-nous en 70,000. C’est insensé, c’est hors de question, s’est-il écrié. Eh bien, si je vendais un terrain à quelqu’un en échange d’une certaine somme, il aurait intérêt à me payer, sinon je le traînerais en justice. Je ne sais pas combien de temps tout cela va traîner ou durer, mais, chaque fois que nous demandons un dollar pour régler quelque chose, on nous fait courir en rond et on nous dit que le Canada n’a plus d’argent. C’est bien facile de compren- dre pourquoi. J’étais à Ottawa l’autre jour et je regardais un gros immeuble. J’ai demandé à qui il appartenait et on m’a dit que c’était le ministère des Affaires indiennes, qui a un bail de 20 ou 30 ans et il n’y a pas un seul Indien qui y travaille. Voilà où passe notre argent. 1l nous en faut un peu ici, chez nous. Maintenant, je vais me taire, avant de me fâcher. Merci. Le vice-président: Je vous remercie, monsieur Dieter. Chef McLean, souhaitez-vous prendre la parole également? Le chef Angus McLean (bande James Smith): Je vous remercie. Je suis nouveau, je viens d’être élu chef de ma bande du district de Prince Albert, et ce n’est qu’hier qu’on m’a demandé de parler des sports et des loisirs â ce Comité. Je travaille pour la Fédération des Indiens de Saskatchewan dans la région, chargée de former des moniteurs de loisirs et c’est un domaine où nous rencontrons beaucoup de difficultés en raison du manque de crédits provenant du gouvernement fédéral ou du gouvernement provincial. J’ai eu l’honneur de représenter la Fédération des Indiens de Saskatchewan dans l’organisation des Jeux d’hiver en 1980 et des mini-jeux olympiques à Regina l’été dernier, durant l’Assemblée mondiale des premières nations. En 1974, la bande indienne Côté a ouvert la voie avec un programme de jeux d’été qui est resté dans le souvenir de tous les Indiens de Saskatchewan, et tous les sportifs indiens ont vu la l’occasion de former des athlètes indiens. Pour être bref, car je sais que nous manquons de temps, nous avons un programme en place au Collège des sports des 1 1 : 60 Indian Self-Government [Text] lndian Sports College-—grants for programming, grants for facilities, and a grant for educating our recréation directors. I can take you to probably the federal school system where we have absolutely no recreational facilities in place for the schools that have been established on the reserves. As a result our education programs have suffered due to the lack of interest, making the education process uninteresting for our Indian youth. It is my hope that this area of sports and recréation will find its rightful place entrenched in the new Indian constitution. And maybe, to further elaborate, one of our senators stated earlier on yesterday, or last night it was, that our foreign aid program is probably too elaborate for our own Canadian economy and that our backyards should be cleaned up before we start sending or accommodating our foreign aid program. Thanks a lot for listening. The Vice-Chairman: Thank you, Chief McLean. It was interesting that when Dr. Ahenakew appeared before us last week he made a specific recommendation on the very program that you are talking about; that we create something of the same for Canadian purposes. That is a very interesting proposal. If that is the extent of the briefs, would you be prepared for some questions from the committee? Mr. Gingras. Mr. Gingras: Mr. Chairman, chiefs, senators, today I do not want to go too deeply into the content of the treaties. It seems to me there is a consensus among the Indian chiefs and people about the meanings of the words in the treaty. It seems to me, too, that there is a misunderstanding in the interprétation of the words in the treaties. That means that the white man has problems to say, okay, we recognize the treaty, because they have to know what it means, even for them or for you. Do you think it would be a good exercise to try to find a common language on the words written in the treaties? If I read Treaty No. 8—after they signed the treaty they went to the bands, and the big guy said, okay, I will explain to you what they signed, and after that they said they agreed to adhere to the terms thereof in considération of the undertak- ings made therein. That means that somebody went to the bands, sometimes it is only five, six persons, and they say: Do you agree‘? They translate, and they say okay. But I was not there, what the Indian understood, the meaning of what he signed. I am sure that in—this one was in 1898; it is fairly new this one. But when you look at the 1874, 1875 ones, there were no schools in the band, and anyway everybody signed by their x anyway—I understand why. So do you agree that we should find a common language about those treaties, as a bottom line? Is there somebody who could . . . ? Chief Goforth: Yes. First of all, I would like to say that I have no problem with the interprétation of the treaty. I think the problem resLs on you. So, you know, it is definitely in my mind . . . Mr. Gingras: It is in my mind, too, sir. 2-3-1983 [Translation] Indiens de Saskatchewan avec des subventions pour les activités, les installations et la formation de moniteurs. Je peux vous emmener dans les écoles fédérales dans les réserves et vous constaterez qu’elles ne disposent absolument d’aucune installation de loisirs. Nos programmes d’enseignement en souffrent car il n’y a rien pour intéresser et attirer les jeunes Indiens. J’espère que la nouvelle constitution indienne consacrera une bonne place au secteur des sports et des loisirs. L’un de nos sénateurs a déclaré hier que le programme d’aide étrangère du Canada coûte trop cher à l’économie canadienne et qu’il vaudrait mieux commencer par faire le ménage chez nous avant d’aider les autres. Je vous remercie de votre attention. Le vice-président: Je vous remercie, chef McLean. Il est intéressant de noter que le docteur Ahenakew qui a comparu la semaine dernière â ce comité a fait une recomman- dation expressément sur le programme dont vous venez de parler. C’est une proposition très intéressante. S’il n’y a pas d’autres mémoires, je pense que nous pouvons passer aux questions. Monsieur Gingras. M. Gingras: Monsieur le président, chefs, sénateurs, je ne veux pas aujourd’hui entrer dans le détail des traités. Il me semble que les Indiens et leurs chefs sont d’accord sur la signification des mots qui y sont inscrits, mais également qu’il y a beaucoup de malentendus quant à leur interprétation. Autrement dit, l’homme blanc a beaucoup de mal â reconnaî- tre le traité car il ne sait pas ce qu’il signifie, même à vos yeux. Pensez-vous que ce serait une bonne chose que d’essayer de trouver un langage commun quant à la signification des traités? Si je lis le traité no 8—après la signature, le traité a été envoyé aux bandes et le grand type leur a dit, voilà, je vais vous expliquer ce qu’ils ont signé, et les Indiens ont dit: D’accord, nous l’acceptons en échange des engagements pris. Cela signifie que quelqu’un a rendu visite aux bandes, et leur a demandé: Êtes-vous d’accord? On leur traduit, ils disent d’accord. Mais moi je n’étais pas là, je ne sais pas ce que les Indiens ont compris, quelle était la signification de ce qu’ils ont signé. Celui-là était un traité relativement récent, signé en 1896, et je suis sûr que si l’on remonte â 1874, ou 1875, les bandes n’avaient pas d’école et de toute façon, tout le monde signait par une croix, et je comprends très bien pourquoi. Soyez-vous donc d’accord pour que l’on recherche un langage commun concernant ces traités, que l’on trouve une base de départ. Quelqu’un voudrait-il . . . Le chef Goforth: Oui. Tout d’abord, je n’ai pas de difficulté à interpréter le traité, le problème se situe chez vous. J’y pense beaucoup . . . M. Gingrns: Moi aussi, monsieur. wit thc the wli to r to 1 say sea: did arg trie We som of c und 1 wi mmurvpoæsw Ëñh‘ 2-3-1983 [Texte] Chief Goforth: Athe interprétation of treaty. When you talk about a common ground of understanding . . . Mr. Gingras: Yes, in between white and Indian. Chief Goforth: Yes. You know, as far as I am concerned, there is no problem with my understanding of treaty, as interpreted by my colleagues. Mr. Gingras: I know you have no problems, because we feel that consensus when we go from one place to the other. But we are around five, six, or ten around a table, and we say in Ottawa there, we have a feeling that you white men, you do not understand what is the consensus inside those treaties. So that is my question. What we do after that, and say, okay, we do not agree on the meaning of those words. We have the same problems with the James Bay Agreement, and it is a fairly new treaty; it was written in 1975. I guess it is a start of the recognition of the treaty. Chief Goforth: I have some thoughts about that agreement in relation to the interprétation of treaty. Mr. Gingras: The spirit of the treaty’! Chief Goforth: I am talking about this . . . Mr. Gingras: This—I mean, I am talking about. . . Chief Goforth: Mr. Gingras: Is that why . . . ‘? Treaty 4; the spirit and intent of treaty. Chief Goforth: There is no problem as far as interpreting that treaty. Mr. Gingras: We have better knowledge now in meeting with the elders. They are sometimes the third generation, and the tradition in the house when you can have the real feeling, the real thing about the treaty, but the white man in Ottawa who has never lived on a réservation cannot have the real meaning, the real spirit of that treaty. Elder Dieter: I think in December of last year . . . I will have to say this, that within the white community there always has to be some person that is able to understand what everybody is saying, a common understanding. Well, there was a case in Ontario where a hunter was picked up for killing game out of season who claimed it was his treaty right. But the prosecutor did not understand the terms of that treaty and there was an argument between the prosecutor and the guy that was being tried for killing his game out of season. So the judge said: Well, we will have to come to some kind of an agreement, some kind of exercise. If, in fact, he said, you are a descendant of one of the signers of the treaty, then it is possible that you understand what you are talking about. On that basis, he said, I will have to let you go. ° 1435 So today we are talking about who is going to interpret the treaties. You do not understand our language or our ideas, our intent. Again, I am a descendant of two chiefs who signed treaties, from my mother’s side and from my father’s side. I should be able to understand that twice as good when it comes to talking about the treaty. Autonomie politique des Indiens 1 1 ; 51 [Traduction] Le chef Goforth: Lorsque vous parlez d’un terrain d’entente . . . M. Gingras: Oui, entre l’homme blanc et l’lndien. Le chef Goforth: Oui. Pour ma part, je n’ai pas de mal à comprendre le traité, tel qu’il est interprété par mes collègues. M. Gingras: Je le sais, car nous constatons le concensus partout où nous allons. Mais nous sommes cinq, six ou dix autour d’une table, et lorsque nous allons à Ottawa, nous disons aux Blancs, là-bas, vous ne comprenez pas ce qu’il y a dans‘ ces traités. Voila donc ma quæticn. Que faisons-nous ensuite, nous ne sommes pas d’accord sur la signification de ces mots. Le méme problème se pose avec l’accord sur la Baie James, qui est un traité tout récent, rédigé en 1975. Je pense que c’est un début de reconnaissance du traité. Le chef Goforth: J’ai quelques idées sur cet accord, en rapport avec l’interprétation du traité. M. Gingrasz L’esprit du traité‘? Le chef Goforth: Je parle du . . . M. Gingras: Je parle moi du . . . Le chef Goforth: . . . traité 4; l’esprit et l’objectif du traité. M. Gingras: Est-ce la raison pour laquelle . . . ‘Le chef Goforth: Il n’y a pas de problème concernant l’interprétation de ce traité. M. Gingras: Nous commençons a mieux comprendre après avoir parlé aux anciens. Ils sont parfois de la troisième generation, et transmettent la tradition qui indique la vraie signification du traité, mais l’homme blanc â Ottawa qui n’a jamais vécu dans une réserve ne peut pas connaître le véritable esprit de ce traité. Ancien Dieter: Je crois qu’en décembre de l’année dernière… Dans la communauté blanche, il faut toujours ,. . , . . . qu Il y ait quelqu un qui puisse comprendre ce que disent tous les autres. Il y a eu un cas en Ontario, où un chasseur a été arrêté pour avoir tué du gibier en dehors de la saison, et il a répondu que c’était son droit par traité. Mais le procureur n’a pas compris ‘les termes du traite, et il y a eu toute une discus- sion entre lui et celui qui a été accusé de braconnage. Le juge a donc déclaré: il va falloir se mettre d’accord et si vous étes en fait _un descendant de l’un des signataires du traité, il est possible que vous sachiez de quoi vous parlez. Je vais done devoir vous relâcher. Nous voulons savoir qui doit interpréter les traités. Vous ne comprenez pas notre langue, notre façon de penser. Par ma mère et par mon père, je suis descendant de deux chefs qui ont signé des traités. Je devrais être en mesure d’interpréter ces traités deux fois mieux que n’importe qui d’autre. 11:62 [Text] Mr. Gingras: Ten times. Elder Dieter: So I will tel1 you, the spirit and intent of the treaty is that first we get a good personal understanding of friendship, and then we talk the deal from there. Mr. Gingras: I completely agree. Thank you. The Vice-Chairman: Thank you, Mr. Gingras. Roberta, do you have a question? Ms Jamieson: Thank you, Mr. Chairman. I would like to recognize Senator McNabb and Senator Dieter, two men not new to the national world of Indian politics. They are very well known and very well accomplished in the Indian political world. I am sure they are not new faces to many of the members of Parliament around the table. The committee has heard, and I would like to ask Chief Goforth or any of the witnesses, any of the représentatives here, to answer this question. The committee has heard much évidence from Indian governments saying that the only way of dealing with a lot of these issues is on a government-to- government basis. Dave Ahenakew was one of those people. He also said that what has to happen is that the Government of Canada has to change its laws so that it can deal with First Nations on a government-to-government basis. Now, in the brief it says that some of these issues of jurisdiction and finances have to be resolved. I wonder how you see that being resolved. Is it through these what have been called government-to-government negotiations that will recognize First Nations as an order of government‘? Is that how you see it being settled? And maybe you can tie that even to the fiscal area of once those are settled, does the money then go to the First Nations who then decide how they want to run their government and how they want to deliver their services’! How do you see that operating? Chief Goforth: You know, when I mentioned that there had been prior documentation left with the committee itself, and with all the research that has gone into prior submissions made yesterday and this morning, I said that my présentation would be short, brief. There I think the committee has to go home and review all the documentation that has been placed before them and sincerely study them. I think that is one of the reasons for the bilateral process, in that if we are going to begin discussing my destiny—I spoke about recognizing the parliamentarians here, their stature as parliamentarians of Canada, but I also pointed out the recognition we want as chiefs of Canada. I want equal recognition. For too long I have lived with a subservient inferiority complex. You know, these considérations have to be taken, and I will endorse what the senator said in that we have to begin working on mutual ground, common understanding of issues that I definitely have no problem determining. And certainly I want to be part of continued meetings such as we are having here today, not just a one-shot deal like is planned for next month. You talk about a great democracy. To me that is not democ- racy. Certainly I have to decide my destiny. Indian Self-Government 2-3-1983 [Translation] M. Gingras: Dix fois mieux. Ancien Dieter: Je vais donc vous dire quel est l’esprit des traités. C’est qu’avant toute discussion, s’établisse un climat de compréhension et d’amitié entre les personnes. M. Gingras: Je suis tout à fait d’accord avec vous. Merci. Le vice-président: Merci, monsieur Gingras. Vous avez une question, Roberta? Mme Jamieson: Oui, monsieur le président. Je voudrais souligner la présence des sénateurs McNabb et Dieter, deux hommes qui sont fort connus dans le monde de la politique indienne à l’échelon national. Ils jouissent d’une excellente réputation à ce niveau. Je suis sûr que les députés assis autour de cette table en ont entendu parler. Je m’adresse ici au chef Goforth, ou â n’importe quel autre témoin. Le Comité a entendu beaucoup de représentants des gouvernements indiens, lui dire que la seule façon de régler toutes ces questions est de traiter de gouvernement à gouverne- ment. Dave Ahenakew a été l’un de ceux quiont soutenu cette thèse. Il a fait valoir par la même occasion que le gouverne- ment du Canada doit modifier ses lois de façon à pouvoir traiter avec les premières nations sur un même pied. Vous dites dans votre mémoire que certains problèmes de compétence et de finance doivent être réglés. Je me demande comment vous Penvisagez. Est-ce par la voie de ces négocia- tions de gouvernement â gouvernement, qui sous-entendent la reconnaissance des premières nations‘! Vous pouvez ajouter le problème des transferts financiers. Est-ce que l’argent doit aller aux premières nations pour leur permettre de diriger leur propre gouvernement et d’offrir des services’? Quel système envisagez-vous? Le chef Goforth: J’ai déjà indiqué que de nombreux documents avaient été déposés auprès du Comité. Une longue recherche a précédé la présentation des mémoires hier et aujourd’hui. C’est la raison pour laquelle je voulais être bref dans mon exposé. Le Comité, maintenant, doit rentrer à Ottawa et étudier avec le plus grand soin tous ces documents qu’il a reçus. Nous voulons discuter de notre avenir sur une base bilatérale. Nous avons reconnu le statut des parlementai- res canadiens. Nous voulons, en ce qui nous concerne. être reconnus comme chefs indiens du Canada. Je tiens à être reconnu comme tel. Trop longtemps, j’ai vécu avec un complexe d’infériorité. A ce sujet, je partage ce qu’a dit le sénateur. Nous devons essayer de travailler sur une base commune, trouver des solutions communes à nos problèmes. Ces problèmes sont bien connus. Personnellement, je suis prêt à continuer de participer à du rencontres comme celle d’aujourd’hui, non pas comme celle qui mt prévue le mois prochain, et qui ne doit pas être répétée. Vous parlez de grande démocratie. Ce n’est pas un exemple de démocratie. Je dois être en mesure de décider lorsqu’il s’agit de mon avenir. 1K»!!! w-eæn  » « ‘”“’—’1P“= »>t’—‘ «v m»- «mg-w «me . ……..——v—«..«.;.—.-w=-« e ….-W«._…_. a …,.n,….fi.,,._,..-.cv.+

l
z.

2-3-1983

[Texte]

So that is the beginning of a working mechanism that I
would recommend. I know there must be piles and piles of
documents on your desks. I suggest you go home and take the
time to pull our documentation, lay it before you and under-
stand it.

Elder Dieter: There is a great spiritual movement afoot
within the native community. We do not write our theories and
theses and papers, because our bible is not written on paper,
our bible is outside; it is the way the trees are growing, it is the
way the grass is growing, il is the way everything operates in
an order.

Just to give you a little example of how we live as Indian
people if we were going t0 practice living in our spiritual way
of living. We had some visitors from the United States, people
we had never heard of, never knew. They had an automobile
accident; they were driving a 1969 Ford truck. In the United
States there is no insurance for vehicles over that age. The only
insurance he could get was liability if he hurts anything or
hurts anybody, but no insurance for the vehicle or himself. So
he did not have anything. He phoned me, he knew my wife, he
phoned us, and l phoned a few of my friends. I never got paid
for quite a few days-heavens, I did not have much. The next
day my fridge was full of food; they had blankets there for
these fellows; everything was ready for them. l could not really
believe my cyes that Indian people in their way of living really
went out of their way to show these Indians from the United
States that we have a spiritual way, and they have a spiritual
way, and we exercised it. There is no need for us to write our
theories and our theses on paper, because it is grown inside.
Thank you.

Ms Jamieson: Thank you, Mr. Chairman.
The Vice-Chairman: Thank you. Mr. Chartier.

Mr. Chartier: Thank you, Mr. Chairman. Chiefs, senators,
elders, I would just like Chief Goforth, with respect to the
health and social services task force that had been undertaken,
to briefly explain to the committee some of the work that was
done with respect to Indian child welfare and what possible
direction he sees Indian governments going with respect to that
issue or that area.

‘ 1445

Chief Goforth: When I spoke about jurisdictional disputes, I
have had some very trying expériences this past year in
relation to my own grandchildren. Because the province, the
officials of the welfare agencies, perhaps had heard somewhat
the direction that thc chiefs of Saskatchewan are now taking in
relation to child appréhension, and at that time I was only a
counsellor of my band-my grandchildren were going to be
apprehendedwthey phoned me on the reserve and asked me t0
come up. So I went up, and I welcomed the opportunity to
meet the people who were going to apprehend my grandchil-
dren. It was something that 1 was going to enjoy doing and
something that I did enjoy, because I spelled out to them,_as
little civil servants carrying out their duties, that these were
band members belonging t0 my band and certainly no one
could apprehend them without first coming to the chief in
council.

Autonomie politique des Indiens 1 1 ; 53

[Traduction]

C’est donc à ce niveau que je propose de commencer. Vous
devez déjà avoir des montagnes de documents sur vos bureaux.
Je vous suggère de rentrer à Ottawa et d’étudier très attentive-
ment toute cette information.

Ancien Dieter: Il y a un grand mouvement spirituel qui se
manifeste dans la communauté autochtone. Nos théories, nos
thèses, ne sont pas écrites. Notre bible n’est pas écrite. Elle se
trouve dans la nature, dans la façon dont les arbres croissent,
l’herbe pousse. Tout se fait dans un ordre prédéterminé.

Je puis vous donner un exemple de la façon dont les Indiens
appliquent dans la pratique cette spiritualité. Nous avons reçu
des visiteurs des Etats-Unis, des gens que nous ne connaissions
pas auparavant. Ils ont eu un accident de la circulation. Ils
conduisaient un camion Ford 1969. Aux États-Unis, les
véhicules de cet âge ne sont pas assurés. Tout ce qu’on peut
assurer, c’est la responsabilité civile, au cas où on blesserait
quelqu’un. Le véhicule lui-même n’est pas protégé. Ces gens,
donc, n’avaient plus rien. Ils m’ont téléphoné, ils connaissaient
ma femme. J’ai communiqué moi-méme avec quelques amis.
Je n’avais pas beaucoup d’argent; il y avait plusieurs jours que
je n’avais pas été payé. Le lendemain, mon réfrigérateur était
plein. J’avais des couvertures pour les visiteurs. J’étais prêt à
les recevoir. J’avais du mal à croire que ces Indiens fassent
tous ces frais pour d’autres Indiens des États-Unis qu’ils ne
connaissaient même pas. C’est la façon dont nous vivons notre
spiritualité. Nous n’avons pas à écrire nos théories et nos
thèses dans des grands livres. Notre bible, c’est la nature.
Merci.

Mme Jamieson: Merci, monsieur le président.
Le vice-président: Merci. C’est à M. Chartier.

M. Chartier: Merci, monsieur le président. Chefs, sénateurs,
anciens, en ce qui concerne le groupe de travail sur les services
médicaux et les services sociaux, j’aimerais que le chef Goforth
explique au Comité les mesures prises a l’égard des enfants
indiens et l’orientation des gouvernements indiens dans ce
domaine.

Le chef Goforth: Lorsque je vous ai parlé de conflit de
compétence, j’aurais dû vous dire que j’ai eu quelques déboires
cette année avec mes propres petits-enfants. La province, les
fonctionnaires des services de bien-être avaient peut-être
entendu parler de l’intention des chefs de la Saskatchewan vis-
à-vis de la question de l’arrestation des jeunes, à ce moment-là,
je n’étais que conseiller de ma bande, mais voila qu’on me
téléphonait dans la réserve pour me dire de venir parce que
mes petits-enfants allaient être‘ arrêtés. J’avais hâte de
rencontrer les gens qui s’apprêtaient à arrêter mes petits-
enfants. J’en profiterais pour leur dire, à ces petits fonctionnai-
res accomplissant leur devoir, que ces jeunes étaient des
membres de la bande et qu’ils ne pouvaient être arrêtés par qui
que ce soit sans la permission du chef en conseil.

H264

[Text]

When l spoke that my présentation would not only cover
problem areas within the boundaries of the reserve but also
extcnd outside the boundaries into urban centres, l meant
exactly that in questioning agencies that could come and
apprehend people, more so my grandchildren, that l feel we, as
a chief in council, have definite jurisdiction over.

This tics in again with the suggested membership. Again, I
have had some real expériences in that little area, and to me I
say “little” because it is a band decision as to membership.
You heard this morning the chief talk about citizenship, and
certainly we have no quarrel with anyone, but l think we are
the deciding factor of band membership right on our reserve.

l think, again, by dialogue, by an educational process—you
know, my aspiration is that that is the only meaningful way
that changes are going to happen when l refer to a fundamen-
tal change. You talk about a law reform, legislation, that is not
hard for anyone to comprehend, and yet people seem so
reluctant to accept the principles of treaty. 1 am saying that
this is a beginning learning process—two governments sitting
at the same table. That is the statue that I want, and certainly
those arc my aspirations for my people,

Mr. Chartier: Thank you, Chief Goforth. Thank you, Mr.
Chairman.

The Vice-Chairman: Seeing no further questions, I want to
sincerely thank you for making your presentation available to
this committee and for answering our questions. Do you have
any concluding rcmarks?

Chief Goforth: Yes. l would again just recommend to the
committee that every submission that has been made to you by
our leaders, national and provincial, t0 presentations that have
corne forth preceding me, they are all based on the spirit and
intent of treaty.

The Vice-Chairman: Thank you. We do have a copy, and
the emphasis that you place on it is noted. I am sure that
members will be searching it through very carefully.

Elder Dieter: I see this as a committee that has a little bit
more power than any l have sat on before, but l still do not
want it to die in the process; that is all.

The Vice-Chairman: Wc do not intend that to happen. We
are very sincere in our motivation and in preparing a report
that will go to Parliament this fall. You have our assurances on
that.

Chief Goforth: One more parting comment. You have heard
of that famous John Munro bill. Certainly l as a chief totally
rcject that concept of local government.

The Vice-Chairman: l appreciate that comment. Thank you
very much.

Wc will now havc a five-minute recess. We will call the
witnesses for Presentation 6 on education to corne forward to
the table in about five minutes.

Indian Self-Government

2-3-1983

[Translation]

Lorsque dans mon exposé, j’ai parlé des problèmes en dehors
des réserves, dans les grands centres urbains, non pas seule-
ment dans les réserves, j’avais justement à l’esprit ces organis-
mes qui se font fort de venir dans les réserves pour arrêter des
gens. Dans ce cas, il s’agissait de mes petits-enfants. En tant
que chef en conseil, j’estime avoir compétence dans ce genre de
situation.

Cette question rejoint celle de l’appartenance à la bande.
J’ai eu de nombreuses expériences dans ce secteur limité, je dis
«limité» parce qu’il s’agit d’une décision qui appartient à la
bande. Ce matin, le chef a parlé de citoyenneté. Nous n’en
voulons à personne, mais nous souhaitons être les seuls a
pouvoir déterminer qui appartient à notre bande et qui a le
droit de se trouver dans notre réserve.

Il y a le dialogue, Péducation . . . je pense que c’est la seule
façon dont les changements fondamentaux pourront se faire.
Vous parlez de la réforme du droit, de la législation, ce sont
des choses qui ne sont pas si difficiles à comprendre. Lorsqu’il
s’agit de traités, cependant, les gens semblent être plus
réticents. Ce qui se passe ici, il me semble, c’est le commence-
ment d‘un processus d’apprentissage. Deux gouvernements se
retrouvent assis à la même table. C’est le genre de chose que je
souhaite, et que souhaite mon peuple.

M. Chartier: Merci, chef Goforth. Merci, monsieur le
président.

Le vice-président: Comme il n’y a pas d’autres questions, je
vous remercie de nous avoir présenté votre exposé et d’avoir
répondu aux questions. Vous voulez dire quelque chose en
guise de conclusion’!

Le chef Goforth: Je tiens à souligner à l’intention du Comité
que tous les mémoires qui lui ont été présentés par nos chefs,
soit à l’échelon national, sois à l’échelon provincial, que tous les
exposés qui ont précédé le mien, portent sur l’esprit des traités.

Le vice-président: Merci. Nous avons un exemplaire de
votre mémoire et nous notons l’accent que vous y placez. Je
suis sûr que les députés Fexamineront soigneusement.

M. Dieter: Je pense que ce Comité a un peu plus de pouvoirs
que ceux auxquels j’ai eu affaire auparavant. Cependant, je
tiens à ce qu’il y ait une suite à ce processus.

Le vice-président: Nous n’avons pas l’intention de laisser
languir les choses. Nous avons les meilleures intentions du
monde et nous entendons bien présenter un rapport au
Parlement cet automne. Vous avez notre assurance à ce sujet.

Le chef Goforth: Une dernière observation, si vous le
permettez. Nous avons entendu parler de ce fameux projet de
loi de John Munro. Je tiens à ce que vous sachiez qu’en tant
que chef, je rejette totalement ce concept de gouvernement
local.

Le vice-président: J’en prends bonne note. Je vous remercie.

Nous allons faire une pause de cinq minutes, après quoi nous
entendrons l’exposé n” 6 sur Péducatton.

« – – “r  » ‘ «  » »‘ »f‘ï* »* », »‘ifi;uet—vm<«vrv-«ax-«r-eqyw»… .,«.»__._.—_«.v…_, 4 ,.,,,.,.,._,

2-3-1983 Autonomie politique des Indiens 1 1 ; 65
[Texte] [Traduction]
° I450
‘ I504

The Vice-Chairman: We will call the committee back into
session to hear Presentation 6 on education.

I welcome the group prepared to present evidence to us:
Chief George Poitras and Mr. Clive Linklater who will be
presenting the brief to us, and Chief Alvin Head; and then we
will have a présentation from Howard Bighead, Alex
Greyeyes, Dennis Acoose, Ray Ahenakew, and from Elsie
Roberts if she gets here. I do not see Elsie at this time.

I would like then to turn the meeting over to you, George,
for your presentation.

‘ 1505

Chief George Poitras (Education Commission—l’rovincial
Joint Arrangements, Federation of Saskatchewan Indian
Nations): Thank you, Mr. Chairman.

Committee members, ladies and gentlemen, chiefs, I would
like to make the présentation on behalf of the Federation of
Saskatchewan Indians, the people who live in this province and
who have taken part in the development of the education
program.

The whole education field is a key areathat we want to
pursue and establish so that the future of Indian people is
maintained throughout. We would also want to leave with you
that the treaty clearly indicates the trust responsibility for
education to Indian people, and that the treaty be entrenched
in the Constitution of the March 15, 16 and 17 hearings. That
is a very important area, because these hearings, with docu-
mentation tabled, will only be heard somewhat down the
road—I believe five or six months-and the treaty arca must
be established in the Constitution, entrenched so that we have
those rights guaranteed, especially in the area of education.

The next arca that we want to get into is that it is a some-
what difficult time to discuss the history of Indian education.
Indian education over the past 100 years has gone through
some rather deploring, devastating and downgrading turns,
and in recent decades, or in the last decade, the 1970s, the
education development program was set up by the Indian
people of Saskatchewan so that they could provide for
themselves the necessary vehicle by which the future could
develop on.

Let me go back now to the early times when the delivery
system of Indian Affairs was contracted to the religious orders.
We have in there the personality, the character of the Indian
taken away, erased and eroded, through the process of
education. The education itself was to do five or six things:
take away the language, remove the religious beliefs of the
lndian people, break up the family unit——and by that I mean
take the child away from the family when he is five or six years
old and put him, isolate him, into an institution, which
institution is equivalent to the Regina or Saskatoon or Prince
Albert correctional institutes of today. What else did they do?

29250-4

Le vice-président: Nous reprenons la séance. Nous enten-
drons le sixième exposé sur l’éducation.

Je souhaite la bienvenue au groupe qui doit témoigner: Le
chef George Poitras et M. Clive Linklater qui nous présente-
ront le mémoire, et le chef Alvin I-Iead; ensuite nous enten-
drons l’exposé présenté par Howard Bighead, Alex Greyeyes,
Dennis Acoose, Ray Ahenakew, et par Elsie Roberts si elle
arrive. Je ne vois pas Elsie pour le moment.

George, vous avez la parole.

Le chef George Poitras (Commission de l’édueation—
Ententes provinciales mixtes): Merci, monsieur le président.

Mesdames, messieurs, j’aimerais faire cet exposé au nom de
la Fédération des Indiens de la Saskatchewan, ceux qui vivent
dans cette province et qui ont participé à l’élaboration du
programme d’éducation.

L’éducation est un domaine primordial que nous voulons
conserver et contrôler afin de préserver l’avenir de la popula-
tion indienne. Nous voudrions également vous rappeler que
notre traité confie clairement la responsabilité de l’éducation
aux Indiens, et nous voudrions que ce traité soit consacré dans
la constitution au cours des audiences du 15, du 16 et du I7
mars. C’est très important car ces témoignages ne seront
compilés que d’ici cinq ou six mois, sauf erreur, et notre traité
doit être inscrit dans la constitution afin que ces droits soient
garantis, surtout en matière d’éducation.

Il est assez difficile de faire l’historique de l’éducation
indienne. Au cours des 100 dernières années, cette éducation
s’est détériorée de manière déplorable et catastrophique, et au
cours des dernières décennies, au cours de la dernière décennie,
celle des années 70, les Indiens de la Saskatchewan ont mis sur
pied un programme de développement éducatif leur offrant
l’instrument nécessaire pour assurer l’avenir.

Permettez-moi de revenir à l’époque où l’éducation avait été
confiée par les Affaires indiennes aux ordres religieux. Ce
système d’éducation a entraîné la perte et l’érosion de la
personnalité et du caractère des Indiens. Ce système s’était
fixé cinq ou six objectifs: faire disparaître la langue, étouffer
les croyances religieuses des Indiens, faire éclater la famille—
j’entends par là retirer aux familles les enfants de cinq ou six
ans pour les mettre, les isoler, dans des institutions dont les
équivalents aujourd’hui sont les maisons de redressement de
Regina, de Saskatoon ou de Prince-Albert. Qu’ont-ils fait
d’autre? Ils leur ont pris leur culture et leurs croyances et, en

1 1 : 66 lndian Self-Government 2-3-1933

[Text]

They took away the culture-«removed the culture and
beliefsvand, in turn, he was rewarded by having to adopt new
areas of education which they call—which the religious
indoctrination came about very strongly.

So you have a new language, adopt a new religious belief,
because the God now that existed in the schools is the only true
God there is and the Great Spirit no longer exists; that
paganism is something that we had to downgrade. S0 the
inferiority complex certainly developed over the education
system that was instilled.

Then we go on to the other things, such as two or three
generations of this kind of indoctrinating was carried on so
that the people were led to believe that their way of living was
wrong, that their God they believed in was wrong, that their
culture was wrong, tbat even their family was wrong. Further
to that, the child was taken away from his home for 1l out of
12 months of the year from the age of 5 or 6 years to the age
of 18 years. At the age of l8 hc was then married, because he
is married right in the institution, and placed onto a different
reserve other than his own. And we have évidence of that
because the chief who spoke before me is the chief of my
reserve. and he is well acquainted with this whole matter,
because in that pursuit we now have people from all over
Saskatchewan on the Peepeekesis Reserve, or the Final Hills
Reserve as it was then known.

Further to displacing the child from his own home, educat-
ing him, we go into another era of development. We call it thc
high-school era. In the late 1940s we have the education
program going beyond Grade Eight, Prior to that most of the
children who wanted to go into high school or attain a higher
education had to pay and sponsor their own education
throughout high school and university.

Now what do we have when we get to the latter part of the
1940s? You have in there the child who wants to go on further
because he feels that it is nocessary, and we have the religious
orders being very interested. Okay’! And they call a meeting
with some of the parents in order to indicate that at least they
havc some input. Where was the parents‘ input prior to this
time? There was none whatsoever, because they were not
allowed to leave the reserve—they had to have a permit or they
could be incarcerated. As a matter of fact. there are examples
of that. If you left the reserve without permission or without
that little yellow ticket, you were put in jail; those kinds of
punishmcnts. The commissioner then had the authority and
power to put any people in jail at will.

So we feel there was an indication of fear in all these
transactions instilled into the Indian people. Naturally, the
second generation felt that their children must learn the
English language; they must learn the religious dénomination
upon which they had come from; they had tu be certain that
their child growing up had all these fixtures so that they could
fit into the white society. We now know it as assimilation.

So in 1948, 1949 and 1950 we had the high schools coming
into the picture. It was a great feeling by the people, seeing
that their children could go further in education, and the
institution was developed in the Lebret area for the western
provinces. We had children from Ontario, Manitoba, Sas-

[Translation]

récompense, ces enfants ont dû adopter de nouveaux dogmes——
ils ont subi l’endoctrinement religieux.

Il fallait donc apprendre une nouvelle langue, adopter une
nouvelle croyance religieuse car le Dieu de ces écoles était le
seul vrai Dieu et le Grand Esprit n’existait plus. Le paganisme
était à bannir. Ce système d’éducation n’a donc pu qu’ajouter
à ce complexe d’infériorité.

Après deux ou trois générations de soumission à ce genre
d’endoctrinement, comment ne pouvaient-ils pas être amenés à
croire à la nocivité de leur mode de vie, de leur Dieu, de leur
culture et même de leur tradition familiale. En outre, ces
enfants étaient enlevés de leur _foyer l1 mois sur 12, de l’âge de
5 ou 6 ans à l’âge de 18 ans. A l8 ans ils étaient alors mariés,
car ils étaient mariés dans l’institution, et installés dans une
réserve différente de leur réserve d’origine. Nous en avons la
preuve car le chef qui a témoigné avant moi est le chef de ma
réserve, et il connaît très bien toutes ces questions et nous
avons maintenant dans la réserve Peepeekesis, ou la réserve
Final Hills comme elle s’appelait alors, des Indiens venant de
toute la Saskatchewan.

Ensuite est venue s’ajouter à cette éducation hors foyer, ce

l que nous appelons l’ère des collèges. A la fin des années 40, le

programme d’éducation est allé au-delâ de la huitième année.
Auparavant, la majorité des enfants qui voulaient bénéficier
d’une éducation supérieure devaient financer eux-mêmes leur
propre éducation collégiale et universitaire.

Que se passe-t-il à la fin des années 40? Vous avez ces
enfants qui veulent continuer car ils l’estiment nécessaire, et
les ordres religieux sont très intéressés. D’accord? Ils convo-
quent certains des parents pour donner une impression de
consultation. Quelle était la participation des parents avant?
Elle était totalement nulle car ils n’avaient pas le droit de
quitter la réserve—il leur fallait un permis sous peine d’être
emprisonnés. Nous en avons des exemples. Si vous quittiez la
réserve sans autorisation ou sans ce petit ticket jaune, vous
alliez tout droit en prison. Le commissaire avait alors le
pouvoir et l’autorité d’emprisonnement à volonté.

Nous estimons que si les Indiens ont laissé faire, c’est parce
qu’ils avaient peur. Naturellement, la deuxième génération a
estimé nécessaire que ses enfants apprennent la langue
anglaise, nécessaire qu’ils apprennent la religion qui leur avait
été enseignée, nécessaire de s’assurer qu’ils grandissent dans
cet environnement pour s’intégrer à la société blanche. C’est ce
que nous appelons aujourd’hui l’assimilation.

Il y a donc eu en 1948, 1949 et 1950 les collèges. Les Indiens
étaient fiers de voir que leurs enfants pourraient poursuivre
leurs études, et une institution a été construite dans la région
de Lebret pour les provinces de 1’0uest. Elle était fréquentée
par les enfants venant de l’Ontario, du Manitoba, de la

th(
att
als
coi

ha
bc
thi
l0
pl:
In
pe
In
hi:

ha
to
th
th
t0

C(

_-_.a-—-n -r1<‘n<« .’O3’W QDŒQESÊ-Ëïîfiflï

s ..,.«—..e, – – n

7r< « äbætrznqfi , 2-3-1983 [Texte] katchewan, and Alberta. The success story of that whole area is something that is probably documented with you already, because around this table there is evidence that will relate to those kinds of results. I can attest to that, simply because I attended that school for 13 years. The chairman of the day also went to the same institution. So we have those things in common, if you look around the table, around the whole room. Now that was an indication to me that, okay, what is happening with our Indian education then’? It was proving to be a very positive aspect of Indian life. It seems to me now that the department had to make sure that we could not allow this to happen too long. So the phasing out of the schools took place in the 1960s, and it was not in consultation with the lndian people, it was just a departmental policy. The Indian people felt they were left out, because you cannot educate the Indian person, otherwise he may take over and start setting out his own life-style, his own way of life so that the future for him is going to be very, very positive. ‘ 1515 We get into the 1970s, and it was during the 1970s that we have a real big improvement, a real big move I should say, towards the development of education programs. The chiefs of the province had set out to sanction developments, mandate the exécutive to put on programs such as the colleges that exist today—the Saskatchewan Indian Federated College, the Saskatchewan Indian Cultural College, and the community eollege. As well in the latter part of the 19705, the commission did a study on the education task force to carry out what the joint schools were going to do. Now the joint schools is another story of the educational program that the department had instigated—although I think the word “instigated » is a little awkward . . . developed, pursued, and implemented. So if the department felt there were tax dollars—the way we feel about it is you cannot put educational institutions on reserves-make sure that the educational institutions are off reserves; provide capital agreements, tuition agreements so that they cannot be broken right away. So we are involved at present with those capital… break into those capital agreements in order to establish education on the reserve. Il is at this point in time in the history of education that we get into the development of the various institutions. But what is lndian education, before we get into the delivery of these other présentations? In my view it is simply this: it involves two worlds. One is the Indian world, and the other one is the white world. It is the diagram whereby you put the best in place and focus on developing an education system based on what is the best of the two worlds: the bicultural, the bilingual process that is certainly maintained in the colleges. Now we have had much difficulty in trying to implement the programs, and we have to, in our own region, get more involved with the various chiefs across the province in setting out the goals and objectives, the criteria by which we want to maintain the standards that we want to maintain in education. We feel it is necessary and that this will also take place in the next three or four months whereby we do have some rules, Autonomie politique des Indiens 1 1 ; 57 [Traduction] Saskatchewan et de I‘Alberta. Le succès de cette expérience vous est déjà probablement connu car les preuves de cette réussite se trouvent autour de cette table. Je peux en attester car j’ai moi-même fréquenté cette école pendant 13 ans. Le président d’aujourd’hui a également fréquenté cette méme institution. Si vous regardez autour de la table, dans cette salle, beaucoup d’entre nous ont ces choses en commun. C’était un indice. À quoi servait cette éducation indienne‘? Elle s’avérait être un aspect très positif de la vie indienne. Il me semble maintenant, avec le recul, que le ministère a décidé que cela ne pouvait pas durer. La fermeture progressive de ces écoles a donc commencé dans les années 60, et cela sans consulter les Indiens, c’était simplement la politique du ministère. Les Indiens se sont sentis rejetés. Il ne faut pas éduquer les Indiens car autrement ils risquent de prendre en main leur propre vie, leur propre avenir pour en faire quelque chose de très positif. Nous arrivons maintenant aux années 70. C’est au cours de ces années que s’est amorcé le grand mouvement, selon moi, des programmes d’éducation. Les chefs de la province avaient mandaté l’exécutif pour qu’il mette au point les programmes de collèges analogues à ceux existant aujourd’hui: le «S’as- katchewan Indian Federated Collage», le «Saskatchewan Indian Cultural Collegen, et le collège communautaire. Également, à la fin des années 70, la Commission s’est intéressée aux travaux du groupe d’étude sur les écoles mixtes. Les écoles mixtes étaient une autre idée contenue dans le programme d’éducation proposéwje ne devrais pas dire «proposé» mais plutôt: conçu et appliqué-par le ministère. Le ministère estimait que si des fonds étaient disponibles-nous estimons qu’il ne peut y avoir d’établissements d’éducation dans les réservcs—il fallait s’assurer que les établissements d’enseignement soient hors réserve; prévoir des ententes de financement, des ententes d’enseignement de sorte qu’elles ne puissent être rompues immédiatement. Nous participons donc actuellement à ces ententes… Rompre ces ententes de financement pour que l’éducation se fasse dans les réserves. C’est â ce moment de l’histoire de l’éducation que nous entrons dans l’ère de création de ces diverses institutions. Avant d’aborder ces questions, reposons-nous la question: qu’est-ce que l’éducation indienne? A mon avis, c’est simple, il y a deux mondes: le monde indien et le monde blanc. Il faut que le système éducatif procède du meilleur de ces deux mondes: le biculturalisme, le bilinguisme qui sont le fondement de ces collèges. L’application des programmes nous a posé beaucoup de problèmes, et dans notre région, la participation des divers chefs à la détermination des buts et des objectifs, des critères pour les normes d’éducation que nous voulons est indispensa- ble. C’est indispensable, et d’ici trois ou quatre mois, nous aurons des règles, des directives et des politiques appuyées par l l I 63 Indian Self-Government 2-3- 1983 [Text] guidelines and policies in place so that our students will know what it is all about and that they will be backed by the chiefs of this province. ‘As much as I have to say about the history of it, the overall picture of running the educational programs in the province, there are areas that I probably have not touched on that are quite vital to the educational process in the Province of Saskatchewan. I am going to now ask the various technicians and witnesses to give the specifics of their programs, the goals and objectives that they do have. The ‘first I have on the list is the Saskatchewan Indian Education Commission, and it will bc dealt with by Clive Linklater. Mr. Clive Linklater (Saskatchewan Indian Education Commission, Federation of Saskatchewan Indian Nations): Thank you, Mr. Chairman. I would like to table some documents for the committee. I am sorry we do not have enough to distribute to everyone today, but one of them is called “Indian Education Commission-Indian Control of Indian Education in the Saskatchewan Indian Education Commission ». I would like you to have that. These other one-sheet papers, we have plenty of those so you can pass those around. These give a summary of the rights of thc Indian people regarding education, so we would like to table that for the committee. I have what is usually a long presentation. so I will try to race through it as quickly as I can in order to get the high- lights. I will skip over some of the other points in order to get to the main issue. First of all, the document that we tabled, the green docu- ment entitled “Indian Control of Indian Education », is a follow-up from this document entitled “Indian Control of Indian Educatiom-National Indian Brotherhood Policy Paper », which was adopted in 1972 by the National Indian Brotherhood and thc Minister of lndian Affairs at the time, Jean Chrétien, and has been the policy of the Department of Indian Affairs ever since. So this is the policy paper. _ This green book is how this policy paper is going to be implemented in Saskatchewan. It is quite a thorough and compréhensive paper, as you will see when you read it. l am trying to give you a quick outline of what is contained in the document of how we see control of Indian education in Saskatchewan. First of all, the big issue is: what do we mean by Indian control of Indian education? So we have the définition. We say that Indian education is to educate Indian people to be Indian people. That is a simple statement, but we think it has profound implications. As George was saying, the reason for education before was anything but to get Indians to be Indian, it was to de-Indianized Indians, to take away their language, [Translation] les chefs de notre province et permettant â nos étudiants de comprendre nos intentions. Je vous ai fait un rapide historique de la situation, je vous ai brossé un tableau d’ensemble de l’administration des program- mes d’éducation dans la province et il reste certainement des questions que je n’ai pas abordées, questions tout â fait vitales pour l’éducation en Saskatchewan. Je vais maintenant demander aux spécialistes de vous donner les détails de leurs programmes, de vous communiquer leurs buts et leurs objectifs. Le premier sur ma liste est Clive Linklater qui parlera au nom de la Saskatchewan Indian Education Commission. M. Clive Linklater («Saskatchewan Indian Education Commission, Fédération des nations indiennes de la Saskat- chewan): Merci, monsieur le président. J’aimerais déposer quelques documents. Je m’excuse de ne pas avoir suffisamment d’exemplaires pour tout le monde, mais un de ces documents s’intitule «Indian Education Commis.rion—Indian Control af Indian Education in the Saskatchewan Indian Education Commission» (Commission d’éducation indienne«Contrôle indien de l’éducation indienne dans la Commission d’éducation indienne de la Saskatchewan). J’aimerais que vous l’ayez. Pour ce qui est de cet autre document d’une page, nous en avons suffisamment pour que vous en donniez à tout le monde. C’est un résumé des droits des Indiens en matière d’éducation et nous aimerions le déposer. Mon exposé est assez long et j’essaierai d’aller le plus vite possible en m’arrêtant sur les faits saillants. Je sauterai certains points pour consacrer plus de temps à la question principale. Premièrement, le document que nous avons déposé, le document vert intitulé «Indian Control o] Indian Education: (Contrôle indien de l’éducation indienne), est une suite au document intitulé «Indian Control of Indian Education- National lndian Brotherhood Policy Pape» (Contrôle indien de l’éducation indienne—Document politique de la Fraternité nationale des Indiens), qui a été adopté en 1972 par la Fraternité nationale des Indiens et le ministre des Affaires indiennes de l’époque, Jean Chrétien, et qui est depuis la politique du ministère des Affaires indiennes. Ce livre vert indique la manière dont cette politique va être appliquée en Saskatchewan. C’est un document très exhaustif comme vous pourrez le constater en le lisant. Je vais essayer de vous résumer rapidement ce qui est contenu dans ce document sur la manière dont nous concevons le contrôle de l’éducation indienne en Saskatchewan. Premièrement, la grande question est la suivante: qu’enten- dons-nous par contrôle indien de l’éducation indienne? C’est donc d’abord une question de définition. Pour nous, l’éducation indienne, c’est d’apprendre aux Indiens à être indiens. Cela peut sembler simple, mais les implications sont profondes. Comme George le disait, autrefois si on éduquait des Indiens, ce n’était pas du tout pour qu’ils soient indiens, c’était pour les Inc an ch as: ed thi ca an ar‘ dil tw ot‘ 3S i-nzmaufiî-‘DUI rsrtftfl-azéälfiÿ ’83 de ai m. les les int irs ll’S au 0l! ifif 711i 11S On ile on en le. on ité la cs re lif l‘ ‘l i. l pe-z-ez-«äauzwmwggæguqæ. g 2-3-1983 Autonomie politique des Indiens 11 ; 69 [Texte] their culture, their familles, their economics, their political structure, and so on. S0 we say we need a new order of education which we define as “education to be Indian people ». There were many assumptions that were made regarding lndian people at one time. The education system was owned and controlled by outside people, departmental officials, churches, etc., and they had a series of assumptions. Their assumptions were that Indians were ineducable, you could not educate Indian people; that Indians had limited intelligence, they could only learn so much; that Indians had limited capabilities, they did not have the ability to learn very much and they were only good with their hands, or they were good artists; that Indians were slow learners, they have a very difficult time comprehending anything, that it usually takes two to three times longer for an Indian to learn something that other people learn in a short time; that Indians are lazy; that Indians are irresponsible; that Indians are unreliable. All those assumptions were what went into education for Indian people. Whatever assumptions you have about people affects how you treat other people; that if you have those kinds of négative assumptions then you treat people in a certain way. If you are an educator and a teacher and you have those assumptions about the students in your school, then you treat them in a certain way. This is what happened to the Indian students, and out of that resulted what we call the failure cycle. Indian students enter school at an early age. They are like anyone else; they are excited. They face initial success and they are excited and want to learn, etc. Then they run into learning difficulties. Now everybody runs into learning difficulties all through school and all through our lives. And because people have these négative assumptions when they run into learning difficulties they face discouragement—the children are discouraged . .. saying: you are only an Indian anyway and what more can we expect of you‘? And so they face regression; they start to regress in grades. We have statistics available that 30% to 40% of Indian students in Saskatchewan are age-grade regressed, which means they are either two or three years behind the grade in which they should be if they had started and progressed year t0 year. This cventually leads to disengagement; that the children pull back from school. They start to miss school, they drop out, do not go to school, come late, etc. That leads cventually to failure, and failing a particular grade the failure rate is also very high. And believe it or not, there are children failing kindergarten. How that is possible, I do not know. Eventually that leads to what we call the destructive cycle. So now the student has failed and has dropped out of school, and most of the children, even in Saskatchewan, still drop out at a rate of 60% at the grade 8 level, and the grade 12 drop-out rate is slightly above 90% now . . . 93%. So the drop-out rates are very high. When the child has dropped out then he has doubts about himself; they have self-doubt about themselves and they say, well, I am only a dumb Indian anyway, there is no hope for me. That leads to unhealthy relationships with other people. They become loners and do not have friends and there are family break-ups and so on and so on. [Traduction] désindianiser, faire disparaître leur langue, leur culture, leurs familles, leur économie, leurs structures politiques, etc. Nous avons donc besoin d’un nouvel ordre d’éducation que nous définissons comme «éducation pour être Indien». A une certaine époque, beaucoup de suppositions ont été faites concernant les Indiens. Le système éducatif était financé et contrôlé par des gens de l’extérieur, des fonctionnaires, des Eglises, etc., et ils se reposaient sur une série d’hypothèses. Ils supposaient que les Indiens étaient inéducables, qu’on ne pouvait éduquer les Indiens; que l’intelligence des Indiens était limitée, que leurs capacités d’apprentissage étaient limitées, qu’ils n’étaient bons que sur le plan manuel ou qu’ils étaient de bons artistes; qu’ils étaient lents, qu’ils ont beaucoup de mal à comprendre quoi que ce soit, qu’il faut généralement deux ou trois fois plus de temps pour enseigner la méme chose à un Indien; qu’ils sont paresseux; qu’ils sont irresponsables, qu’ils ne sont pas sérieux. C’est sur ces hypothèses qu’on a fondé les programmes d’éducation pour les Indiens. Ce sont ces hypothèses qui dictent les rapports entre populations; si ces hypothèses sont négatives, votre comporte- ment n’est pas le même. Si vous êtes éducateur, enseignant, et que vous partez de ce genre d’hypothèses dans vos rapports avec les étudiants dans votre école, vous les traitez d’une certaine manière. C’est ce qui est arrivé aux étudiants indiens, et c’est ce qui a entraîné ce que nous appelons le cycle de l’échec. Les étudiants indiens entrent à l’école très jeunes. Ils sont comme tous les autres, ils sont excités. Ils connaissent des premiers succès, cela les excite et ils veulent apprendre, etc. Il leur arrive ensuite de connaître du difficultés. Tout le monde connaît des difficultés dans sa vie scolaire et dans sa vie tout court. Mais, compte tenu de ces hypothèses négatives, lorsqu’ils connaissent des difficultés, on les décourage en leur disant: vous étes Indiens, que peut-on attendre de plus‘? Et c’est le cycle de la régression qui commence. Nous avons des chiffres démontrant que 30 à 40 p. 100 des étudiants indiens de la Saskatchewan ont deux ou trois années de retard par rapport â la progression scolaire normale. Cela mène finalement au désenchantement, à l’abandon. Ils commencent à manquer l’école, ils ne vont plus à l’école, ils arrivent en retard, etc. Cela mène finalement à l’échec, et le taux d’échec est très élevé. Croyez-le ou non, il y a même des enfants qui redoublent en maternelle. Comment est-ce possible, je ne sais pas. Finalement, cela mène a ce que nous appelons le cycle de destruction. L’étudiant a échoué, il ne va plus à l’école, et la majorité des enfants, même en Saskatchewan, continuent à abandonner l’école en huitième à un taux de 60 p. 100, et le taux d’abandon en douzième année est légèrement supérieur à 90 p. 100-93 p. 100. Les taux d’abandon sont donc très élevés. Lorsque l’enfant abandonne l’école, il doute de lui- méme; il se dit, n’importe comment, je ne suis qu’un pauvre idiot d’Indien, il n’y a pas d’espoir pour moi. Cela mène à des relations malsaines avec d’autres personnes. Il s’enferme dans sa solitude, n’a plus d’amis, rejette sa propre famille, etc., etc. ll:7Û [Text] The unhealthy relationships in turn lead on to negative dissociation. Well, negative dissociation is where people become loners; they have no friends. That leads to a whole bunch of other things like denial. They deny their own skills; they deny their own abilities; they deny their own intelligence; they deny their own nationhood and say, I do not want to be an Indian anymore. lt leads to pessimism; that people become pessimistic about life, about school, about other people, about themselves. This leads eventually to despair where they say there is no hope for me; there ain’t no hope for anybody; there ain’t no hope for me anyway, because I am just a dumb Indian like the rest of them. Eventually that leads to destructivity, and destructivity is measurcd in many ways in the Indian society: family break- ups, incarceration—30% to 40% of the people in penal institutions, federal and provincial, are Indian people. It leads to dealing with alcohol, alcoholism, drugs, and a whole bunch of things like this. ° I525 So we say that is the result of the kinds of assumptions that people have. So we propose that you either get people to change their assumptions, their attitudes, or you get people with a different set of assumptions to operate in the schools. Now, the reverse of that: that Indians are educable, just as cducable as anyone else, that the Indians have normal intelligence, whatever that means, whatever normal, human intelligence is; that they are just as intelligent as French Canadians or Japanese or Mohawks or whatever. Indians have unlimited capabilities as well as anyone else; some of them are artists and some of them are musicians and some are athletes and some are all of those things. Indians are normal learners; they can learn just as normally as anyone else, as quickly or slowly as anyone else. Indians are industrious, Indians are hard-working and can be hard-working and have been hard- working. Indians are responsible, are reliable. and Indians have hopes and ambitions and ideals. I think if we operate with those sets of assumptions, then when you have children in your school, the results will bc different. We hope to inculcate what we call a success cycle: when the children come to school, at first they have initial success, they enjoy school, learning, etc. Then they run into learning difficulties. Now that is a critical point and you will see that this works the reverse. When they run into learning difficulties, if you have positive assumptions, you will give them encouragement instead, and in many ways, in the classroom. This can be done by tutoring, by individual talking, by counselling and so on. That will then lead to progression, where the children will progress in their daily lessons and their school work and so on. So they will continually progress in learning and expanding their skills. That will lead to reinforcement, where you will reinforce the progression and reinforce the positive attitudes that go on. Thc reinforcemcnt in turn will lead to promotion, promotion at all levels, grades 1, 2, 3, 4, 6, 7, 8, 9, l0, ll, I2 and beyond, Indian Self-Government 2-3-1983 [Translation] Les relations malsaines à leur tour mènent à la dissociation négative. La dissociation négative, c’est lorsque les gens deviennent solitaires, qu’ils n’ont pas d’amis. Cela mène â toute une série d’autres choses comme la négation. Ils nient leurs propres compétences; ils nient leurs propres aptitudes; ils nient leur propre intelligence; ils nient leur propre nationalité et finissent par ne plus vouloir être indiens. Cela conduit au pessimisme; ils considèrent avec pessimisme la vie, l’école, les autres, eux-mémes. Cela finit par les conduire au désespoir, à dire qu’il n’y a pas d’espoir pour eux; qu’il n’y a d’espoir pour personne, qu’il n’y a pas d’espoir pour eux car ils ne sont que de pauvres idiots d’Indiens comme les autres. Tôt ou tard, cela a un effet dévastateur comme en témoignent, dans la société indienne, les familles désunies, les emprisonnements-—de fait, 30 à 40 p. 100 de la population carcérale dans les établissements fédéraux et provinciaux sont des Indiens—l’alcoolisme, la toxicomanie et quantité d’autres maux sociaux. Selon nous, cela tient aux hypothèses que formulent les gens. Nous proposons, de deux choses l’une: soit que les gens qui s’occupent de l’instruction changent d’attitude, soit qu’on les remplace par d’autres gens qui posent des hypothèses différen- tes. Cela donnerait ainsi: les Indiens peuvent être instruits, comme n’importe qui, car ils possèdent une intelligence normale, si tant est que l’on puisse définir ce qu’est une intelligence humaine normale. Ils sont tout aussi intelligents que les Canadiens-français, les Japonais, les Mohawks. Les Indiens ont des talents illimités, comme le reste de la popula- tion. Certains sont artistes, certains sont musiciens, athlètes, ou autre chose. Les Indiens peuvent apprendre au même rythme que les autres, rapidement ou lentement suivant le sujet. Les Indiens sont travailleurs, et ils ont prouvé qu’ils pouvaient l’être. On peut leur confier des responsabilités, ils sont fiables, et ils ont des espoirs, des ambitions et des idéaux. Donc, si l’on pose ces hypothèses, nos enfants dans vos écoles obtiendront des résultats différents. Nous comptons instaurer le cycle du succès: quand les enfants arrivent à l’école, au début, tout va bien, ils aiment bien apprendre. Dès que des difficultà d’apprentissage surgissent, c’est un tournant critique, et les choses se dégradent. Ainsi, à ce moment-là, si les hypothèses sont positives, ils recevront des encouragements, en classe, sous forme de leçons particulières, de conseils individuels, et ainsi de suite. De cela résulteront des progrès quotidiens dans le travail scolaire. Ainsi, les enfants progresseront de façon continue et ils accroîtront leur bagage. A partir de cette base, il y aura accélération des progrès et confirmation des attitudes. A partir de là, le passage d’une classe à l’autre se fera automatiquement, de la première année à la douzième année, et méme au-delà et il sera couronne, en temps voulu, par un ___……_._._…u.._.—.m»-»——s l mnamamnn n.m_.w.,,,; —_.,.w._-qm minou. murmura. » -..».. r. . ,,, i-rwÿî. .. t .-‘t-:‘>;:€?‘ï1?î‘

l

.« n57 …,;aa-,._»N_.A,__. .

2-3-1983

[Texte]
and cventually to graduation. That success cycle will then lead
to a productive cycle.

Now you have a graduate, at whatever level he graduates
from school—post-secondary level or whatever. We think, if
this graduation occurs at every level, cyclical, grades 1, 2, 3, 4,
and so on—it is not only at high school or secondary school or
post-secondary school level—it will lead to self-confidence;
Indians will have self-confidence in themselves; they will have
self-esteem, self-reliance and so on. They will have healthy
family relationships, friendships with other people; healthy
political relationships and so on; they will be psychologically
healthy. This will lead to positive association with other
people. They will join teams, they will belong to organizations,
they will get involved in politics and sports and recréation and
so on, and that will lead to acceptance: aceeptance of them-
selves as a human beings, and acceptance of other human
beings, the différences that we have as human beings, either as
individuals, as Indians, or acceptance of whites or blacks, of
other people.

That leads to optimism, so that you become optimistic about
your own value and your own virtues in life and so on, and
optimistic about life itself. So it leads to hope, and people will
have hope instead of hopelessness; and cventually, that will
lead to success.

So we think the matter of assumptions is very crucial in
education.

That is all I want to say about that.

I would like to describe a little bit about how we see the
structure of the schools, the grade system. As you are all aware
now, we have grades 1 to 12 and post-secondary. What we
propose is that the grades be broken down into categories: pre-
school; grades l and 2 to be primary; grades 4, 5 and 6 to be
intermediate; grades 7 and 8 to be elementary; junior second-
ary, senior secondary, et cetera.

What goes on in the school now is that there are basically
two levels: grade 8, elementary level, and then grade 12 level.
There are only two big steps and it is a long haul from
kindergarten to the grade 8 level.

We propose dividing up the catégories into these levels so it
becomes like a stepladder process; Once they pass the pre-
school level, then it is a success. It would be a big graduation
and certificate—a sort of celebration. Then they would go to
the primary level, grades 1 to 3, and that would be another
break-off point and then have a major event. It would be a
major event in their lives so as to inculcate success. And then
at the intermediate level and at the elementary level, the
junior, secondary, the senior secondary level and s0 on.

What will we teach in the schools? We propose restructur-
ing and altering the curriculum to a great degree. We say that
there should be four basic essentials, which we call core
essentials. One of them is Indian languages. Indian languages
should be emphasized in the school: reading, writing and
oratory. Oratory means public speaking, being able to speak in
publie in the Indian language.

Autonomie politique des Indiens 1 I : 71

[Traduction]
diplôme. Cet engrenage du succès débouchera sur un engre-
nage de production.

Nous aurons dès lors des diplômés, quel que soit le niveau,
qui auront fait des études secondaires, voire postsecondaires.
Nous pensons que si le passage se fait d’un niveau à l’autre,
d’un cycle à l’autre, première année, deuxième année, troi-
sième année, et ainsi de suite, même si le diplôme d’école
secondaire ou d’école postsecondaire n’est pas atteint, cela
créera une certaine confiance en soi. Les Indiens auront
confiance en eux-mémes, ils s’estimeront, ils sauront qu’ils
pourront compter sur eux-mémes. Ils auront ensuite des
rapports familiaux sains, des amitiés, une conscience politique
solide et un bon équilibre psychologique. Leurs rapports avec
les autres seront enrichissants, et ils se joindront à des équipes,
à des organismes, et ils participeront à la vie politique, ils
feront du sport et ils auront des activités qui aboutiront à leur
acceptation: ils s’accepteront eux-mêmes en tant qu’êtres
humains, et ils seront acceptés des autres, avec leurs différen-
ces, en tant que particuliers, en tarit qu’Indiens, par rapport
aux autres groupes raciaux, les Blancs, les Noirs ou les autres.

Tout cela aboutit à l’optimisme, à la fois dans ses propres
valeurs, dans ses propres vertus, à la fois dans la vie elle-même.
C’est ainsi que naît l’espoir, au lieu du désespoir, et au bout du
compte, nous aboutissons au succès.

Nous pensons que la question des attitudes est capitale en
éducation.

C’est tout ce que j’ai â dire à ce propos.

Je voudrais vous dire en quelques mots comment nous
envisageons la structure scolaire, le système de niveaux.
Comme vous le savez, le système actuel prévoit 12 niveaux et
ensuite le postsecondaire. Nous proposons de remanier cette
classification et de former les catégories suivantes: la mater-
nelle; les niveaux l et 2, le primaire; les niveaux 4, 5 et 6,
l’intermédiaire; les niveaux 7 et 8, l’élémentaire; le secondaire
junior, le secondaire senior, et ainsi de suite.

Actuellement, dans les écoles, il y a essentiellement deux
niveaux: Pélémentaire jusqu’au niveau 8, et ensuite le niveau
12. Il y a done deux grandæ étapes â franchir, mais le chemin
à parcourir entre la maternelle et le niveau 8 est long.

Nous proposons donc les catégories que j’ai énoncées plus
haut pour que le processus soit plus gradué. Une fois le niveau
de la maternelle franchi, c’est déjà un succès. Il y aurait donc
célébration de l’obtention d’un certificat, une sorte de remise
des diplômes. Ensuite il y aurait le primaire, les niveaux 1, 2 et
3, qui constituerait aussi une étape franchie. Pour les enfants,
ce serait un événement important dans leur vie, une sorte de
façon de reconnaître le succès. Au niveau intermédiaire et au
niveau élémentaire, et ainsi de suite, on procéderait de la sorte.

Qu’enseignerions-nous dans les écoles? Nous proposons de
restructurer et de modifier les programmes en profondeur.
Nous pensons qu’il devrait exister quatre matières essentielles,
centrales. L’une d’entre elles serait les langues indiennes, et on
mettrait l’accent sur la lecture, l’écriture, l’expression. Dans
l’expression, on soignerait également l’art de prendre la parole

l l î 72 Indian Self-Government 2-3-1983

[Texl]

We also advocate the English language in western Canada
because the Indians‘ prédominant language is English. So that
‘would be reading, writing and, again, oratory. Public speaking
IS very crucial. At one time public speaking was a powerful
element of Indian society, but it has been ignored to quite an
extent lately.

Of course we advocate mathematics, and particularly
budgeting and accounting. The reason we had budgeting and
accounting is because Indians need to deal with money.
Indians al one time had a cashless society, they did not use
cash. Indians do not have Cash today either; it is being cut off
at some levels.

Indians need to be able to deal with money. There are also
the traditional arts, the arts and crafts: music, singing, drama,
dancing and so on. So these are the basic core essentials under
which they would operate.

We see these basic core essentials operating at all levels as
we have outlined before: grades l to 12, and all the different
stages.

We then break the other subject areas down into three
components. What goes on in the schools? One is what we call
information. People corne to school to get information. We
could label it information; that is, teaching and learning of
facts, knowledge, information, data, truths, beliefs, principles,
assumptions, realities, observations, etc. It is knowledge that
you pick up. It is telling, explaining, studying, observing,
watching, viewing and so on. It is what you get from school.

Another part is training. Training is different from informa-
tion. Showing and practising of skills, techniques, abilities,
know-how, how to do things, etc. lt is done by repeating,
experimenting, demonstrating and so on. It is the how that you
get in the schools.

The other one is development. Development is arranging and
using the skills that you get, combined with the knowledge that
you get, in order to do something with it. It is the doing of
things, which is not emphasized in school these days.

So we say, we are breaking up these three things: informa-
tion, training and development. In what? We say that there
are 12 basic areas. One is the family: information, training and
development regarding the family. At one time the family was
a basic unit of the Indian society and it still is to a great
extent. We must strengthen the Indian family.

Then we must strengthen the Indian community, the whole
community itself; the familles relating to each other, etc. We
must strengthen Indian information, training and development
regarding the community. We must strengthen information,
training and development regarding the spiritual life because
Indian basically was a spiritual culture and it still is. So we
talk about the Indians‘ spiritual life and the Indians‘ spiritual
values and so on.

[Translation]

en public, pour que les Indiens puissent parler en public en
langue indienne.

Nous préconisons également l’enseignement de la langue
anglaise dans l’ouest du Canada a cause de la prédominance de
cette langue. Une fois de plus, la lecture, l’écriture et l’expres-
sion seraient enseignées. L’art de prendre la parole en public
est capital. Il fut une époque où cet art était un événement
important de la société indienne, mais ces dernières années, on
l‘a négligé.

Bien entendu, il faut enseigner les mathématiques, en
particulier la préparation d’un budget et la comptabilité. Les
Indiens doivent pouvoir administrer de l’argent. Il fut une
époque où la société indienne n’utilisait pas d’argent, mais les
Indiens n’ont pas d’argent aujourd’hui non plus. Au—delâ d’un
certain niveau, l’argent ne circule plus.

Les Indiens doivent pouvoir administrer de l‘argent. Il y a
également les arts traditionnels, la musique, le chant, le
théâtre, la danse, etc. Il y a donc un bagage essentiel qu’ils
doivent recevoir pour bien vivre.

C’est à tous les niveaux qu’on offrira l’apprentissage, du
niveau l au niveau 12, suivant les étapes.

Ensuite, il y aura une ventilation en trois composantes. Que
trouve—t-on dans les écoles? D’une part des renseignements.
Les enfants viennent à l’école pour être renseignés. C’est ainsi
qu’ils sont en contact avec les faits, la connaissance, l’informa-
tion, les données, les vérités, les croyances, les principes, les
hypothèses, les réalités, les observations, etc. Tout cela suppose
qu’on leur parle, qu’on leur explique, qu’ils étudient, qu’ils
observent, qu’ils regardent, etc. Voilà ce qui se passe dans les
écoles.

D’autre part, il y a l’apprentissage, c’est différent de
l’information. C’est ainsi qu’on leur enseigne des habilités, des
techniques, du savoir-faire, comment se font les choses, etc.
Cela se fait par répétition, expérimentation, démonstration et
ainsi de suite. Voilà ce que l’on trouve dans les écoles.

Par ailleurs, il y a le développement. Cela signifie une
structuration des habilités acquises, alliée aux connaissances,
pour en faire quelque chose. De nos jours, on ne met pas assez
l’accent sur les réalisations dans les écoles.

C’est ainsi qu’on obtient trois nouvelles catégories: l’infor-
mation, l’apprentissage et le développement. Où se concréti-
sent-elles? Dans 12 secteurs fondamentaux. D’une part, la
famille: l’information, l’apprentissage et le développement en
ce qui concerne la famille. Il fut une époque où la famille était
l’unité de base de la société indienne et elle l’est toujours dans
une grande mesure. Il faut renforcer la famille indienne.

Il faut renforcer la collectivité indienne, les rapports des
familles entre elles. Il faut renforcer l’information des Indiens,
leur apprentissage et leur développement par rapport a la
collectivité. Il faut renforcer l’information, l’apprentissage et le
développement par rapport à la vie spirituelle car les Indiens
sont traditionnellement d’une culture spirituelle et le sont
toujours. Il s’agit donc ici de la vie spirituelle des Indiens et de
leurs valeurs spirituelles.

fil‘?

Cl
ar

ta

CC
re
fC

IN
bi
cu

de
tic
d:
in
d:
In
p(

al
te

I’€

:2

Nr-lîfl.

x.- ‘<‘!\ »‘n tw-ew-va-m-m-s. 2-3-1983 [Texte] We talk about the culture, all the things that are involved in culture—language, information, training and development, and political information, training and development. By politics we mean the decision—making processes. I am not talking about whether you are Liberals or NDP or Conserva- tives in this instance. We talk about economics, and economics being three basic components to any economy: the land, the people and the resources, and how Indians use the people, the land and the resources. This is what we mean by developing economic information, training and development. We talk about social information, training and development, how people relate to each other. Dealing with such things as birth, death and marriage and so on, and all the social customs; visiting and so on, and how that works. Recreation and physical information, training and develop- ment. Science and technological information, training and development. Dealing with the environmental and conserva- tion; dealing with nature. The Indian society traditionally has dealt with nature, so we must deal heavily with nature. With institutional and organizational information, training, and development. Some of that may be something new as far as Indians are concerned. There are many kinds of institutions: political institutions, economic institutions, and so on. Also we deal with information and communications, that is, all the technology regarding information-giving; radio, television, including public speaking. So that is another area. That is how we propose to incorporate the curriculum—what is going to be taught in the schools. It essentially means revising, revamping the curriculum over a period of time. Just let me go through how we see the the organizational structure. In Saskatchewan there are 69 bands and each band will appoint what we call an Indian Education Board, and that could be made up in many ways. For example, in some bands, the band council itself is the Indian Education Board. Or it could be a board appointed by the band council or elected by the band or a committee of the band council. There are different ways to do it, depending on the bands, so that each band will have an Indian Education Board. ° I535 There are 69 bands in Saskatchewan, so there would be in effect 69 education boards. That is the commission: one représentative from each of those 69 bands is the commission. ln Saskatchewan there are seven districts, so there would be district education councils there, or something bands can do within their own districts; sharing of teachers, buildings, etc. There are many things that they can do: purchasing supplies and so on. Autonomie politique des Indiens 1 | ; 73 [Traduction] Quand nous parlons de culture, nous faisons allusion â toute une gamme d’éléments: l’information, l’apprentissage et le développement de la langue, l’information, l’apprentissage et le développement politique. Du point de vue politique, il s’agit avant tout du processus de prise de décisions et non pas des couleurs politiques, de savoir si quelqu’un est Libéral, Néo- démocrate ou Conservateur. Du point de vue économique, nous entendons trois compo- santes fondamentales: la terre, les gens et les ressources, et la façon dont les Indiens s’en servent. C’est de cela qu’il s’agit quand nous parlons d’information, d’apprentissage et de développement économique. Du point de vue social, l’information, l’apprentissage et le développement ont trait aux rapports des gens entre eux. Cela touche â la naissance, à la mort et au mariage, aux coutumes sociales, aux visites, et ainsi de suite. Ensuite, il y a l’information, l’apprentissage et le développe- ment du point de vue récréatif et développement physique. Les trois mémes éléments s’appliquent à la science et à la technolo- gie. Il faut également tenir compte de l’environnement, de la conservation et de la nature. La société indienne a de tout temps été très liée à la nature. Quant à l’information, à l’apprentissage et au développement du point de vue institu- tionnel et organisationnel, c’est en quelque sorte nouveau pour les Indiens. Il y a toutes sortes d’institutions: les institutions politiques, économiques, etc. D’autre part, il y a les communications et l’information, toute la technologie qui s’y rattache, la radio, la télévision, l’art de prendre la parole en public. C’est un autre secteur. Voilà comment nous entendons intégrer tout cela au programme d’enseignement dans les écoles. Cela signifie qu’il faudra refondre et remanier tout le programme pendant un certain temps. Je vais maintenant vous exposer la structure d’organisation. En Saskatchewan, il y a 69 bandes et chacune d’entre elles nommera un conseil scolaire indien, qui pourrait prendre diverses formes. Par exemple, dans certains cas, c’est le conseil de bande lui-méme qui constitue la Commission scolaire indienne. Vous pourrez également songer à une commission scolaire nommée par le conseil de bande ou élue par la bande ou encore un comité du conseil de bande. Il y a toute une gamme de possibilités et chaque bande aura sa commission scolaire indienne, adaptée à ses besoins. En Saskatchewan, il y a 69 bandes, ce qui signifie qu’il y aurait 69 commissions scolaires. Ensuite on formerait un conseil scolaire composé d’un représentant de chacune des commissions. En Saskatchewan, il existe sept districts et il y aurait donc des conseils scolaires de district qui donneraient aux bandes une certaine latitude pour le partage des enseignants, des locaux, etc. On pourrait également faire des achats communs pour les fournitures et ainsi de suite. 11 ï 74 Indian Self-Government 2-3-1983 [Text] There would be a chairman. In addition to one representa- tive from the 69 bands, there would be five board members, as it were: one a chairman and four vice-chairmen. The way we see it at present, subject to change, is that one vice-chairman would be in charge of administration and finance; staffing and personnel; public and community relations; curriculum programs, courses, buildings; supplies and services, et cetera. There would be an executive board made up of those five- plus one représentative from each district. There would be l2 persons on an executive board. We have 69 bands and 50,000 Indians in Saskatchewan. There would be 69 Indian education boards and from 300 to 400 persons on those boards, depending on the size of each board. Then, one représentative from each of the bands would make up the commission; 69 plus 5 is 74, right? And then there would be district education councils: 7 districts, and out of the 7 districts there would be l représentative, plus the 5 executive, and that would be the executive board, l2 persons. We usually do the design that way, but sometimes, in going to the bands, they do not like this hierarchical structure so we try to show that in a circular fashion because Indians like circles. There are the 69 bands; one représentative would be on the commission. There would be 7 district councils. From each of the district councils there would be l représentative plus 5 members selected from the commission. So there would be 12 persons on the executive board. That is the structure as we see it. In order to carry that out, we are doing several activities. We are now conducting training sessions for the people who ar going to be on the Indian education boards. We have con- ducted several training courses, both regionally, at the district and at the band levels. We are doing an analysis of the schools—attendance rates, drop-out rates and so on. It is all outlined in the book, the other kinds of activities we are doing. We are currently holding band meetings with all the bands in all the districts, in order for people to understand this proposal. We are in the process of taking this to all the bands in the districts so the bands can discuss it; and we anticipate that within five years, that is our timeframe. By that time we will have all thc discussions, band visits and so on taking place. I havc gone over my 15 minutes. I am sorry, Mr. Chairman. I think that concludes my presentation. Chief Poitras: Thank you, Clive. The next item that we have is the elementary area and we are going to discuss here the band controls. We have a number of those in Saskatchewan. We had at our disposal the Red Earth Band, and the Chief of the Red Earth Band will give his presentation. Chief Alvin Head. Chief Alvin Head (Red Earth Band): Thank you, Mr. Chairman. My topic today is band control, which is Indian education and process at the reserve level. I have with me a resource person who will explain the statistics as they relate to the opération of the education system. [Translation] Il y aurait un président. En plus des représentants des 69 bandes, le conseil scolaire serait composé de cinq membres du conseil d’administration, c’est-à-dire un président et quatre vice-présidents. Sous réserve de modification, il y aurait un vice-président chargé de l’administration des finances, un autre du personnel, un autre des relations communautaires et publiques, un autre des programmes, des locaux, des fournitu- res et des services. A ce conseil d’administration, siégerait également un représentant de chacun des districts. Au total, le conseil serait formé de douze personnes. Il y a 69 bandes et 50,000 Indiens en Saskatchewan. Chacune des 69 commissions scolaires desserviraient 300 à 400 personnes, dont un représentant siégerait au conseil scolaire. Cela ferait 74, c‘est-â-dire 69 plus 5. Ensuite, il y aurait les conseils scolaires de district. Un représentant pour chacun des 7 districts viendrait se joindre aux 5 membres du conseil d’administration pour faire un total de l2 personnes. C’est la structure que nous établissons d’habitude, mais parfois les bandes n’aiment pas cette hiérarchie et préfèrent une structure circulaire. Il y a 69 bandes. Un représentant de chacune d’entre elles siégerait au conseil scolaire. Il y aurait 7 conseils de district. Un représentant de chacun d’entre eux se joindrait aux 5 membres du conseil d’administration du conseil scolaire. Cela ferait donc l2 personnes. Voilà la structure que nous envisa- geons. Pour mener tout cela à bien, nous avons prévu des séances de formation â l’intention des membres des commissions scolaires indiennes. Nous avons fait cela dans les régions, dans les districts et dans les bandes. Nous faisons une analyse des écoles, du taux d’assiduité, des désistements, etc. Toutes nos activités sont décrites dans ce document. Actuellement, nous tenons des réunions de bandes avec toutes les bandes de tous les districts pour que les gens comprennent notre projet. Nous allons soumettre notre projet à toutes les bandes de tous les districts pour qu’elles en discutent et nous pensons que d’ici à cinq ans, nous aurons terminé. Toutes les discussions, toutes les visites auront eu lieu. J’ai parlé pendant plus de 15 minutes. Excusez-moi, monsieur le président. J’ai terminé mon exposé. Le chef Poitras: Merci, Clive. Nous voudrions maintenant vous parler des responsabilités des bandes à l’élémentaire. En Saskatchewan, c’est assez fréquent et le chef de la bande Red Earth fera un expose. Chef Alvin Head. Le chef Alvin I-Iead (Bande Red Earth): Merci, monsieur le président. Je vais vous parler des responsabilités des bandes, dest-â-dire l’instruction des Indiens dans les réserves. Un de mes collègues vous expliquera les statistiques concernant notre système d’éducation. non‘: 1% 77:5 l x.) u‘: vîmmwù’: .e:v-r’ ratera 41men“ .»>fi1— ..-__..».-— .

2-3-1983

[Texte]

Good afternoon senators, chiefs and représentatives of
lndian governments. Welcome to you, the représentatives of
the Canadian government.

We appreciate this opportunity to speak to you and to share
information which, after all, is the essential task of an
education process. In the past, information sharing has been
sadly lacking and our story has not been heard. It goes without
saying, that he that controls information, controls decisions.
Just in a humorous way, I will highlight that point.

Take, for example, the current issue of the NHL franchise
in Saskatoon. You are here now and you can see that Sas-
katoon is likely the most beautiful spot in the world_. But if if
you were I-Iarold Ballard, and you controlled the information,
then you could not see or hear for yourself the truth. You
would all think Saskatoon, as Ballard says, is a place where it
is always 50 below zero, where our only two restaurants serve
caribou and moose, and where dog sleds are the only form of
transportation.

Control, as you see, colours perception. So I thought I would
bring that out, just to emphasize that he who controls informa-
tion controls decisions.

The Hon. Jean Chrétien, in a speech in Regina on June 23,
I972, spoke on education of Indian children as having been a
process of whitewash. He proposed an infusion of cultural
content into the curriculum, a sort of red rinse. My purpose is
to speak to you of full control or, if you will, as détergent ads
would state, the process of making our children “redder than
red. » No left-leaning pun intended on that one.

I am the chief of a band of 500 people of Cree descent, and
have served in that capacity for five years. I intend to speak of
some changes that have occurred in that brief time, changes
that I feel will make a point for all treaty Indians.

We see here the presentation made by Clive of the education
systems that will take place to support Indian government. So
be it with band control at the reserve level, where we feel that
essentially growth of Indian government will take place. That
is the point that we are making at this time; how band control
relates to Indian government. However, I will get back to my
speech.

We at Red Earth are but one example of this change process
and we acknowledge that a number of bands have hclped
break trail in this process. We at Red Earth have had our
journey eased by their efforts and we appreciate the bands that
went forth before us into band control. Apparently, they are
still suffering today because of that. Government suppression
and a lot of things happened to them.

‘ I545

Prior to I980, students of Red Earth were required to attend
a federal school to grade 9 and then move on to a provincial

Autonomie politique des Indiens l l : 75

[Traduction]

Bon après-midi, sénateurs, chefs et représentants des
gouvernements indiens. Bienvenue aux représentants du
gouvernement canadien.

Nous sommes très heureux d’avoir l’occasion de nous
entretenir avec vous et de partager des connaissances, ce qui
est, après tout, l’objectif premier en éducation. Dans le passé,
ce partage n’a pas toujours eu lieu, ce qui a abouti à une
méconnaissance de notre sort. Il va sans dire que celui qui
possède la connaissance a le pouvoir de prendre des décisions.
Permettez-moi, avec un peu d’humour, de développer ce point.

Prenez par exemple toute la controverse qui entoure la
franchise de la LNH à Saskatoon. Vous qui êtes ici, vous
pouvez constater que Saskatoon est l’un des plus beaux
endroits au monde. Harold Ballard, par contre, qui détient
l’information, pourrait vous faire croire n’importe quoi, si bien
que vous ne pourriez pas juger vous-mémes. Selon lui,
Saskatoon est une ville où il fait toujours 50 sous zéro, où il n’y
a que deux restaurants qui servent du caribou et de l’orignal, et
où le seul moyen de transport est le traîneau tiré par des
chiens.

Le contrôle de l’information, comme vous pouvez le voir,
colore la perception. Voilà un exemple qui illustre bien, d’après
moi, que celui qui contrôle l’information a du fait même la
mainmise sur la prise de décisions.

L’honorable Jean Chrétien, dans un discours prononcé à
Regina le 23 juin I972, a dit que l’instruction reçue par les
enfants indiens avait été un processus de lessivage. Il a proposé
alors que le programme prévoie désormais une certaine
coloration rouge, c’est-à-dire l’ajout de la culture indienne au
programme. Mon propos aujourd’hui sera de vous parler du
plein contrôle, ou si vous voulez, comme la publicité de
détersifs le proclame, d’un processus qui rendrait nos enfants
«plus rouges que rouge». Ne vous méprenez pas, il ne s’agit pas
ici d’un penchant gauchiste.

Depuis cinq ans, je suis le chef d’une bande de 500 person-
nes d’ascendance crie. Je vous parlerai des modifications qui se
sont produites en très peu de temps et qui ont été déterminan-
tes pour tous les Indiens conventionnés.

Vous avez entendu l’exposé de Clive sur les systèmes
d’éducation qui viendront se greffer au gouvernement indien.
C’est ainsi que s’exercera le contrôle de la bande au niveau de
la réserve où le gouvernement indien doit se développer
essentiellement. Nous voulons démontrer que le contrôle de la
bande est inhérent au gouvernement indien. Néanmoins, je
reviens à mon propos.

La bande Red Earth n’est qu’un exemple de cette évolution
et nous reconnaissons qu’une quantité d’autres bandes y ont
participé. Les choses ont été relativement faciles pour la bande
Red Earth et nous savons gré aux bandes qui nous ont ouvert
la voie. Apparemment, elles en souffrent les conséquences
encore aujourd’hui. Elles ont dû subir les représailles du
gouvernement notamment.

Avant I980, les étudiants dc la bande Red Earth devaient
fréquenter une école fédérale jusqu’au niveau 9 et ensuite, ils

11:76

[Text]

system for senior grades. Since 1980, the band has secured
control and IS operating a system, kindergarten through grade
l 2, on site.

I wish to make some comparisons to show how my people
can perform, can produce exciting results when given the
opportunity.

Before doing these comparisons, I wish to note that this has
been achieved with limited resources and with limited control.
I will speak to these points in a moment, but first let me reveal
this data.

In the last year of federal-provincial schooling, our attend-
ance figures in the latter part of the school year were at 40%,
having fallen from 74% at the beginning of the year. This
figure does not reflect drop-outs, for they were deleted from
the registers.

In last year’s operation, under band control, our attendance
was at 94% in our high school grades at the beginning of the
year and was sustained to 88% by year-end. The provincial
average is roughly 80% for all high school students, and I
would like to have my resource person explain what I was
talking about with regard to these statistics.

Mr. Ken Hodgins (Resource Persan, Red Earth Band):
Educators love to graphically illustrate everything, as Clive did
before me.

This simply speaks to the point that Chief Head is making,
that in a period of two years the transition that has occurred
by . . . I suppose, in a sense, the fact of speaking to the pride of
the students in the transformation. This was not uncommon,
that more than half of the students who remained on the
registers towards the end of the year were not attending school
any longer. At this point, the students were in a boarding home
program, off-site, living in strangers’ homes. So at this point,
the students are attending their full schooling on-site and the
program is determined by the band, and the results are
evident.

Chief Head: In the last year of federal-provincial operation,
our drop-outs in two senior grades approached 50%. The
provincial average is roughly 10%. Last year we had a 6%
drop-out rate at Red Earth.

Mr. Hodgins: Again, that is simply articulating that. Insofar
as attendance is concerned, it must be made clear that
anybody who dropped out was deleted from the register. So
this shows a compounding of the problem. It was drop-outs
plus lousy attendance in 1979-1980 and down to 6% in the last
school year.

Chief Head: Thank you, Ken.

So far this year we have lost two students. These numbers
include losses to marriage, pregnancy, family urgency, etc.
Compare this drop-out rate to Jean Chrétien’s figures in 1972,
which speak of a 95% drop-out rate before graduation.

Further to this point, in the last year of federal-provincial
schools, the number of graduates from Red Earth were two.
Last year, we had only four grade l2 students, all of whom

Indian Self-Government

2-3-1983

[Translation]

passaient au système provincial pour terminer. Depuis lors, la
bande est responsable de tout le système d’enseignement de la
maternelle au niveau 12, dans la réserve.

Je voudrais faire certaines comparaisons pour démontrer
que mon peuple peut être à la hauteur de la tâche et produire
des résultats emballants, quand on lui en fournit l’occasion.

Auparavant, je tiens a signaler que cela s’est fait malgré des
ressources et un contrôle limités. J’y reviendrai dans un
instant, cependant.

Au cours de la dernière année du régime fédéral-provincial,
la fréquentation des écoles était de 40 p. 100, en fin d’année
par rapport à 74 p. 100 au début. Ces chiffres ne prennent pas
en compte le nombre d’abandons puisque nous les avions rayés
des registres d’inscription.

L’an dernier, le contrôle de la bande étant institué, la
fréquentation qui était de 94 p. 100 à l’école secondaire en
début d’année était de 88 p. 100 â la fin de l’année. La
moyenne provinciale est d’environ 80 p. 100 pour toutes les
écoles secondaires et je demanderai â mon collègue ici de vous
expliquer ce que ces statistiques signifient.

M. Ken I-Iodgins (personne-ressources, Bande Red Earth):
Les éducateurs aiment beaucoup les graphiques comme vous
avez pu vous en rendre compte dans l’exposé de Clive.

Ce graphique illustre bien ce que vient de dire le chef Head
au cours de la période de deux années de transition que nous
venons de connaître. Je pense qu’on peut constater que les
étudiants fréquentent l’école avec fierté. Auparavant, il
arrivait fréquemment que la moitié des étudiants inscrits au
début de l’année ne fréquentent plus l’école à la fin de l’année.
A ce moment-là, il faut dire que les étudiants étaient en
pension, loin de chez eux, des étrangers. Désormais, les
étudiants sont très assidus et le programme d’enseignement est
établi par la bande. Les résultats sont éloquents.

Le chef Head: Au cours de la dernière année du régime
fédéral-provincial, les désistements étaient d’environ 50 p. 100
pour les deux derniers niveaux. La moyenne provinciale est
d’environ l0 p. 100. L’an dernier, notre taux de désistement a
été de 6 p. 100 à Red Earth.

M. Hodgins: Voici un autre graphique pour illustrer cela.
Pour ce qui est de l’assiduité, il faut bien dire que tous les
désistements ont été rayés du registre d’inscriptions. En 1979-
1980, nous avions un double problème, celui des désistements
et celui d’une piètre assiduité et désormais, le taux est de 6 p.
100.

Le chef Head: Merci, Ken.

Cette année, nous n’avons perdu que deux étudiants. Les
raisons de départ sont soit le mariage, la grossesse, une crise
familiale, etc. Les chiffres fournis par Jean Chrétien en 1972
indiquaient qu’il y avait 95 p. 100 de désistements avant le
diplôme.

Qui plus est, au cours de la dernière année du régime
fédéral-provincial, nous n’avons eu à Red Earth que deux
diplômés. L’an dernier, il n’y avait que quatre étudiants au

mwwau wmor

. . ÿæ. _,.

r v-»urr–t-ns-i-—vqavæzz,_.a-.m_ m…“ .

2-3-1983

[Texte]

had been in the federal-provincial system for all but this last
year. Three students graduated. The fourth student has
returned this year to conclude her high school studies.

I think you can see, as we compare figures here, that Indian
people are working within a framework of an education system
which is not theirs to begin with; it is a failure-oriented system
for Indian people. Because it is not Indian we can see the
results of the statistics; we have dropout rates and nobody is
making it to grade 12.

This year we have our first class of students who never had
to leave home for their schooling. There are l8 grade 12
students. We expect all to have a good chance of graduating.
We have 19 grade 1l students, 20 grade l0 students. In a
couple of years we have reversed a syndrome of failure, drop-
outs and lack of attendance. Although we do not feel we have
to adhere to provincial standards, let me assure you we do
presently meet these standards for grade 12 as proved by our
writing of province-wide departmental exams.

In the short time we have had control, we have had other
manifestations of success. In the areas of program, the
provincial schools we were involved with showed their lack of
concern and fairness by serving a school population of 14%
Cree students, by having as the only special Indian program a
segregated class to orient Indians, to upgrade us to white
standards at grade 10.

Meanwhile, the same school served a population of 12%
Urkrainian students and 3% French students with language
programs, with extensive inclusions in social studies as to
Ukrainian and French contributions to Canada, with conces-
sions in home economics, art, and other subjects to Ukrainian
and French culture input. I mean no disrespect to these
cultures, but only refer to them as a means of showing the
unfairness.

This state of affairs was a result of federal-provincial tuition
agreements that paid high tuitions, higher than tuition costs
for federal or band schools, but that had no assurance of
Indian contribution or involvement in program decisions. The
result at this school was that the 86% non-Indian population
dictated 100% of policy and program. Our share of develop-
ment and innovation dollars contributed to creating programs
for the 86% non-Indian students.

Since breaking out of this system, let me highlight only a
few achievments. Our students now enjoy a program of
curriculum that includes a science program that to date has
dealt with local concerns of wildlife, forest management,
animal husbandry and plant science. We are currently working
to set up a small school farm to teach practical application.
This replaces a provincial curriculum that insisted on a study
of chemistry and physics in grades 9 and 10 that almost always
forced our children to hate science.

Autonomie politique des Indiens l1 : 77

[Traduction]

niveau 12, tous avaient fréquenté les écoles fédérales ou
provinciales auparavant. Trois d’entre eux ont reçu leur
diplôme et la quatrième est revenue terminer cette année.

Comme vous pouvez le constater d’après ce tableau, les
Indiens pour qui le système d’éducation était étranger
s’acheminaient inévitablement vers un échec. C’est cela qui
explique ces statistiques-là. Il y avait un fort taux de désiste-
ment et personne n’atteignait le niveau 12.

Cette année, nous avons un groupe de 18 étudiants au
niveau 12 qui sont les premiers à ne jamais avoir quitté la
réserve pour aller à l’école. Nous pensons qu’ils ont tous de
bonnes chances d’obtenir leur diplôme. Au niveau 1l, il y a 19
étudiants et au niveau 10, 20. Dans quelques années, le
syndrome de l’échec, les désistements et la piètre assiduité
auront complètement disparu. Même si nous pensons que les
normes provinciales ne s’appliquent pas à nous, il n’en demeure
pas moins qu’actuellement nos étudiants sont tout à fait à leur
hauteur puisqu’ils arrivent a passer les examens du niveau 12
du ministère provincial de 1’Education.

Depuis que nous avons le contrôle de l’éducation, il y a eu
d’autres preuves de succès. Les écoles provinciales que nos
enfants fréquentaient offraient un programme révélateur du
peu de cas que l’on faisait des 14 p. 100 de la population
scolaire crie. Il n’existait qu’un seul programme spécial à
l’intention des Indiens et c’était une classe de rattrapage,
d’orientation, pour leur permettre de rattraper la norme
blanche du niveau l0.

D’autre part, dans une école desservant une population à 12
p. 100 ukrainienne et à 3 p. 100 française, il existait des
programmes de langues, des programmes d’initiation aux
études sociales mettant l’accent sur les contributions française
et ukrainienne au Canada, et en complément, des classes
d’économie domestique et d’art et d’autres matières tenant
compte des cultures française et ukrainienne. Je n’en veux pas
à ces cultures, mais j’offre ces données tout simplement a titre
de comparaison et pour montrer l’injustice.

Cette situation résultait d’un accord sur les frais de scolarité
entre le gouvernement fédéral et la province qui prévoyait des
frais de scolarité élevés, au-delâ des coûts pour les écoles
fédérales ou les écoles de bandes, mais ne prévoyait pas la
garantie d’une contribution de la part des Indiens ou de leur
participation aux décisions concernant le programme d’ensei-
gnement. Il s’est avéré que 86 p. 100 de la population non
indienne détenaient 100 p. 100 des voix en ce qui a trait aux
politiques et aux programmes. Notre participation aux coûts
ne faisait que grossir le budget prévu pour créer des program-
mes à l’intention des 86 p. 100 d’étudiants non indiens.

Depuis que nous avons renversé la vapeur, il y a eu de
nombreuses réalisations dont je ne citerai que quelques-unes.
Le programme d’enseignement prévoit actuellement une
matière, les sciences, qui traite de la faune, de la gestion des
forêts, du soin des animaux et des plantes. Nous sommes en
voie de fonder une petite ferme agricole pour enseigner
l’application pratique de cette matière. Cela vient remplacer
un programme d’enseignement provincial qui mettait l’accent

11 : 78 Indian Self-Government

[Text]

Our program now has an art component which is two years
old and includes Indian traditional and contemporary art. In
only two years with our students, never having had a decent art
program, we have had several students enter and be given
recognition in art shows province-wide, with some awards.
Several weeks back one student was chosen to have his design
adorn and take up a full lobby wall of new office tower for the
Saskatchewan Power Corporation headquarters in Regina.

° 1555

We have initiated and are developing, language programs,
computer and business programs, and are even delving into
communications. We have set up and are operating the very
first band controlled TV station in Canada, and it is run by
students. It broadcasts to all of Red Earth, and to Shoal Lake,
which is I5 miles away. We are in a joint venture with another
band; the Shoal Lake band is with us in our high school
system.

We hope to exploit this by developing communications
courses and by using the station to broadcast sports, band
meetings, our news stories, and by broadcasting films from our
Saskatchewan Indian Cultural College and other sources. In
this respect, we will control and educate right into our own
living rooms. In addition, our schools are now winning awards
in sports compétitions that we did not even know how to play
two years back. We recently won a volley-ball tournament
against teams from communities up to I0 times our size.

In addition to our achievements in our kindergarten to grade
12 system, we are in our third year of operating a trades
training program that currently is training I3 apprentices to be
carpenters, electricians, plumbers and auto mechanics. This
program is 85% on site, the balance being at technical
institutes.

We are launching a fuIl-fledged complete to degree on-site
teacher training program, of our own design. This will involve
20 students who will one day, we hope, staff the largest part of
our school operations. This program will be over 90% on site.
We hope to set up our university programs so that we can train
any student for up to the first two years of a general arts
program on site. The individuals would then attend the
university of their choice to complete the specialization of their
choice. This may seem ambitions; it is. Red Earth has never
had a university graduate. In fact, only a handful have ever
attempted post-secondary training. In order to maximize these
chances, we need to achieve equity of funding for services such
as daycare as well.

2-3-1983

[Translation]

sur la chimie et la physique aux niveaux 9 et I0, si bien que
nos enfants étaient dégoûtés des sciences.

Notre programme comporte désormais une composante
artistique, et cela depuis deux ans, où on enseigne l’art
contemporain et traditionnel indien. Ainsi, nos étudiants qui
jusque-là n’avaient jamais pu compter sur un programme
artistique adéquat, ont été nombreux â participer â des
expositions artistiques à l’échelle de la province, et ils ont
même obtenu des prix. Il y a quelques semaines, l’oeuvre d’un
étudiant a été choisie pour décorer un pan de mur entier du
nouvel édifice abritant les bureaux du siège social de la
Saskatchewan Power Corporation à Regina.

Nous avons organisé et nous sommes en train de mettre au
point des programmes de langue, des programmes informati-
ques, d’affaires, et nous nous sommes même lancés dans le
domaine des communications. Nous avons établi et nous
exploitons la première station de télévision gérée par une
bande indienne au Canada. Cette station est exploitée par des
étudiants et diffuse dans toute la région de Red Earth et à
Shoal Lake, à I5 milles de là. Nous participons à un projet
conjoint avec la bande de Shoal Lake; ce projet vise l’école
secondaire.

C’est la raison pour laquelle nous voulons développer les
cours de communications et utiliser la station afin de télédiffu-
ser les programmes sportifs, les réunions de bandes, notre
propre journal parlé ainsi que des films provenant du Saskat-
chewan lndian Cultural College ainsi que d’autres sources.
Ainsi, nous pourrons instruire notre propre peuple jusque chez
lui. De plus, nos écoles remportent des prix dans les compéti-
tions sportives pour des sports que nous ne connaissions même
pas il y a deux ans. Nous avons récemment gagné un tournoi
de volley-ball qui nous opposait à des équipes de localités
jusqu’à dix fois plus importantes en nombre que la nôtre.

En plus des réalisations obtenues du jardin d’enfance à la
douzième année, nous avons depuis trois ans un programme
d’arts et métiers où nous formons I3 apprentis-menuisiers,
électriciens, plombiers, mécaniciens automobiles. Les cours se
suivent â 85 p. 100 sur les lieux, et pour le reste du temps dans
des instituts techniques.

Nous mettons sur pied un programme complet de formation
d’enseignants conçu par nous et conduisant au diplôme. Vingt
étudiants suivront ces cours et une fois diplômés, nous espérons
qu’ils pourront répondre à la plus grande partie de nos besoins
en enseignant dans nos écoles. Il s’agit d’un programme qui se
suit à 90 p. 100 sur les lieux. Nous espérons établir des
programmes universitaires comprenant deux années d’un
programme général d’art et ceci, chez nous également. Par la
suite, nos étudiants pourraient alors aller â l’université de leur
choix pour compléter la spécialisation. Cela peut sembler
ambitieux et ce l’est. Red Earth n’a jamais eu un seul de ses
membres diplômé d’université. En fait, seuls quelques-uns
d’entre nous se sont lancés dans l’éducation postsecondaire.
Afin de maximiser les chances, nous avons besoin d’obtenir un
financement égal à celui des Blancs pour les services, des
garderies notamment.

rvv”. . ….,..,.. _._..__.., V .,

<-v.<mrv—z-r»——-—.-n\——

__…—mu._._.n

.<.-e.. m”… ,_ _ g4*WF-’)’ï’\’I1P’IqL—LflŸ\‘3*F?/ »>rx<wunî«ç’î’fif »èv_rm

2-3-1983

[Texte]

I sound as ifI am bragging; I am. I am proud of my band, of
my students. We have done all this in only a couple of years.
Other bands have similar stories which I am aware of. We
have broken the yoke, broken free of most restraints. But we
have not shaken all the reins, nor do we have full choice as
Indian governments, as to the relationship we wish to have
with the federal government.

Let me address the matter of accountability, of terms and
conditions. Some bands wish to retain federal schools. I fear
the Canadian government will not let these bands do this. Just
as my band wishes an arm’s-length arrangement, other bands
wish various degrees of this autonomy and the opportunity to
move along a continuum of band control at will by agreement.
My fear is that the extremes of this continuum will be denied.
On the extreme of maintaining federal schools for those who
desire, this is contrary to an apparent government policy to
have band control region-wide by I985.

The thrust of band control is our tool, not to be abused to
alleviate person-year concerns or appease Canadian con-
sciences. It must be implemented at the pace a band wishes.
Conversely, for those wishing to fully exercise the option of
autonomous band control, the current policy restricts that
option as is clear from page 39 of the “Indian Education
Paper: Phase I » by the Education and Social Development
Branch of Indian Affairs, issued May I, I982. This is a copy
that I have and it will be presented.

Under Section 2:11 of the Commitment to Local Control
section, it states:
. . . the federal government would still retain a responsibility
for the expenditure of funds and qualitative outcome of
programs much the same as provincial departments of
education.

Furthermore, page 7 of Annex F of the same report suggests,
under subsection IV, entitled Department-Band Education
Agreement, that terms and conditions must reflect these
control requirements. Although these statements are improve-
ments over past policies, it is still asserted that there must be a
financial audit, a program audit, and assurances of maintain-
ing standards. It goes on to claim that there should be more
terms and conditions which are left unstated. In the sense of
band control and Indian government, I assert the option of
being fully autonomous. Look what we at Red Earth have
achieved. Do Canadian government people feel our parents
will permit abuse? I would suggest that with the record of both
federal and provincial governments in Indian education, it
would be hard for us to do worse.

We must have the right to make mistakes. Inherent in that
right are responsibilities and the chance for us to excel.

_. a..t».,…..ta.u……… .. .–.-;»— ._

Autonomie politique des Indiens 1 1 : 79

[Traduction]

J’ai l’air de me vanter, et c’est un fait, je me vante. Je suis
fier de ma bande, de mes étudiants. Toute cette réalisation ne
date que de deux ans. D’autres bandes ont réalisé des progrès
semblables aux nôtres. Nous nous sommes libérés de nos liens,
du moins de la plupart de nos liens. Cependant, nous n’avons
pas encore la liberté totale, nous n’avons pas le choix en tant
que gouvernement indien des rapports que nous voulons
entretenir avec le gouvernement fédéral.

J’aimerais maintenant parler de la question de la responsabi-
lité et de ses conditions. Certaines bandes veulent garder des
écoles fédérales. J’ai peur que le gouvernement fédéral ne les
en empêche. Alors que ma bande désire avoir une entente assez
peu structurée avec le gouvernement fédéral, d’autres bandes
désirent d’autres degrés d’autonomie et la possibilité d’évoluer
librement en matière de contrôle de la bande et cela grâce à
des ententes. J’ai peur que les extrêmes ne soient impossibles.
J’ai peur que l’on empêche ceux qui le désirent de continuer à
avoir des écoles fédérales, ce qui semble contraire à une
politique du gouvernement prévoyant que les bandes auront le
contrôle dans toute la région en I985.

C’est nous qui devons décider de la façon dont nous voulons
que la bande contrôle la situation: il faut que cela soit un outil
à notre disposition dont nous pouvons nous servir librement. Il
ne faut pas que ce contrôle serve à apaiser les consciences
canadiennes. Il faut que les bandes décident selon leur propre
rythme de la façon dont elles veulent exercer ce contrôle. Par
contre, dans le cas des bandes qui veulent exercer pleinement
le contrôle, la politique actuelle les restreint; en effet, à la page
39 du document sur l’éducation des Indiens, phase 1, publié le
1°‘ mai 1982 par la Direction du développement éducatif ct
social des Affaires indiennes, cela ressort clairement.

A l’article 2.11, Engagement envers le contrôle local, on
peut lire ce qui suit:
. . . le gouvernement fédéral garderait toujours la responsa-
bilité de la dépense des fonds et de l’aspect qualitatif de
programmes et ce, de la même façon que les ministères
provinciaux de I’Education.

De plus, à la page 7 de l’annexe F du même rapport, paragra-
phe IV, Entente en matière d’éducation entre le ministre et la
bande, on remarque les mêmes exigences en matière de
contrôle. Même si une telle attitude est une amélioration par
rapport aux politiques passées, il n’en reste pas moins que le
gouvernement exige toujours une vérification à la fois des
finances et de la qualité du programme et du maintien des
normes. Le document indique également qu’il faudrait tout
préciser dans les détails. Pour ce qui est du contrôle des bandes
et du gouvernement indien, je prétends qu’il faudrait être
entièrement autonome. Il faut se rendre compte de ce qui a été
réalisé â Red Earth. Le gouvernement canadien pense-t-il que
les parents indiens permettraient que l’on abuse de la situa-
tion’? Je prétends personnellement qu’étant donné les réalisa-
tions tant du gouvernement fédéral que des gouvernements
provinciaux en matière d’éducation des Indiens, il serait
difficile pour nous de faire pis.

Nous devons avoir le droit de faire des erreurs. Ce droit
comporte également des responsabilités ainsi que la possibilité
d’exceller.

11:80

[ Text]

With respect to resources, let me assure you that we at Red
Earth, and in other bands, are making accomplishménts in
spite of inadéquate financing. Let me refer you to the lndian
Affairs statement again. Page 51 reveals a need for catch-up
funding for equality with provincial tuitions of S14 million. It
also concedes to a per-unit cost elemént in recognition of the
special characteristics of Indian education in an amount of S22
million. These are Canadian government concessions, not our
claims to funds.

Pagé 2 of Annex G shows that these figures, on analysis,
reveal a 10% disparity in funding between band control and
provincial schools, and a full 15% shortfall for federal schools.
So with that, I would like to have the resource person make a
oomparison with that on the chart.

Mr. Hodgins: The current funding for the fiscal year 1981-
1982 is revealed in the first three items and, as Chief Head has
suggested, the source for these figures is the “Indian Educa-
tion Paper: Phase I », issued May 1, 1982. These figures aré
not stated this cleanly in the paper. They are extrapolated.

The current tuition for federal schools in that year was
averaged nationally, 83,215. For band controlled, 53,360. If
the Department of Indian Affairs were paying tuition to a
provincial school, they were paying on average in the nation of
53,675. Now it would be worth pointing out that the disparity
is larger than that in the Saskatchewan region. Fédéral and
band-controlled schools did not get that level of funding. In
provincial schools we are approaching 34,000, but we take thé
national figure because we have an undeniable source for it.

0 1605

The other thing that Chief Head has alluded to is the fact
that the booklet speaks to the shortfall of funding to address a
catch-up, in a sense, for a lack of programs previously and a
cultural considération. The figures that it uses are of its own
making. They aré not of the making of Indian organizations.
By saying that, what I am suggesting is that the study
concedes to that need. Indian organizations may feel that that
need requires far greater input than does the paper concede to.
But again, in the sense of keeping to figures that it reveals, it
suggests that an approximate 10% additional requirement
would be necessary to offset those needs. So in that year you
can see the disparity in funding. lt approaches 25% from
federal tuition agreements to tuition that the study indicatés
should have been paid, and it is roughly 15% simply from
federal to provincial. Just to make this clear, you could take
the same child and put him into any one of these three
schools—as a matter of fact, you could put him into one of
these three schools in the same year or all three schools, and

Indian Self-Government

2-3-1983

[Translation]

En ce qui concerne les ressources, il faut dire que nos
réalisations se font à Red Earth de même que dans d’autres
bandes én dépit d’un financement inadéquat. J’aimerais vous
demander de vous reporter de nouveau à cette déclaration du
ministère des Affaires indiennes. À la page 51, on parle de la
nécessité d’un rattrapage financier afin de pouvoir arriver au
méme niveau que celui de l’éducation provinciale qui s’élève à
I4 millions de dollars. Le document estime également qu’il
faudrait faire intervenir un élément de coût par unité qui
tiendrait compte des caractéristiques spéciales de l’éducation
des Indiens, et ce de l’ordre de 22 millions de dollars. Il s’agit
la de concessions du gouvernement canadien et non de
revendications de notre part à de tels fonds.

La page 2 de l’annexe G révèle une différence de 10 p. 100
dans le financement des écoles sous contrôle de bande et des
écoles provinciales et des subventions insuffisantes de I5 p. 100
pour les écoles fédérales. J’aimerais demander à la personne-
ressources qui m’accompagne de vous donner une explication
de ces chiffrés.

M. Hodgins: Le financement actuel pour l’année financière
1981-1982 se retrouve dans les trois premières rubriques et,
comme le chef Head l’a dit, la source de ces chiffres provient
du «Document sur l’éducation des Indiens: Phase I» publié le
1°’ mai 1982. Ces chiffres né figurent pas avec une telle
précision dans le document d’où ils ont été déduits.

Le prix des cours dans les écoles fédérales pour cette année
atteignait 83,215, moyenne nationale. Dans le cas des écoles
contrôlées par la bande, il s’agissait de 53,360. Dans le cas où
le ministère des Affaires indiennes versait les frais à une école
provinciale, il versait en moyenne 83,675. Il convient égalé-
ment de signaler que la différence est plus importante dans la
région de la Saskatchewan. Les écoles fédérales ainsi que celles
qui sont contrôlées par les bandes n’ont pas obtenu cé niveau
de financement. Dans les écoles provinciales, les frais sont
presque de 84,000. Cependant, nous avons choisi le chiffre
national parce que nous pouvons nous fier a la source de
renseignements.

Comme l’a dit le chef Head, les fonds sont insuffisants pour
rattraper toutes les lacunes des programmes précédents. Les
chiffres proviennent du ministère lui-mémé et non des
organisations indiennes, et dénotent donc une reconnaissance
de l’état de fait de la part du ministère. Les organisations
indiennes estiment peut-être que la contribution devrait être
encore beaucoup plus importante. Le document révèle une
insuffisance de fonds d’environ l0 p. 100. Il existe également
une différence d’environ 25 p. 100 entre les fonds prévus dans
lés ententes fédérales et ceux qui auraient dû être versés. C’est
en effet le ministère dés Affaires indiennes qui paie les cours
dans un de ces trois modes d’enseignement. De plus, il n’existe
aucune imputabilité dans le cas des ententes avec les provinces
concernant les frais de scolarité. Une facture est simplement
envoyée et lé ministère n’a plus qu’à payer.

ur
cs
es
cc
ns
re
ne
nt
ns
:st
irs
;tc
‘es
nt

2-3-1983 Autonomie politique des Indiens 1 1 ; 31

[Texte]

the Department of Indian Affairs would respond to that child’s
attendance by paying tuition in these amounts. And it might
further be pointed out that there is no acccountability at all for
provincial tuition agreements. An invoice is sent out, the
department coughs up. lt is merely an issuance of an invoice
without any accountability at all.

Chief Head: Thank you, Ken.

In sum, this suggests roughly 25% shortfall to adequately
finance Indian schools. My point, therefore, is this: Imagine
what we could do should we have the option of full autonomy
with the benefit of adequate funds. We in band control have an
opportunity you in provincial schools squandered. ln Saskatch-
ewan all schools were locally controlled 50 years ago. Now all
provincial schools are run from Regina with parents having
virtually no say. There is one way with mild variations. But in
band control we can be the cutting edge. We can show how
influential and effective parents can be.

Before concluding, let me suggest to you how we in one part
of this region have sophisticated our services. l raise this to
offset the likely questions of how a small set-up in Red Earth
could ever hope to offer full range of services to its students.
This is the usual line that results in creation of centralized
jurisdiction: such as Saskatchewan parents have in Regina.

In Prince Albert District nine bands have pioneered a
system and service mechanism that we feel serves to protect
and enhance our interests in the field of education. This
organization, working under the district chiefs, is called the
Consultative Services Group. It renders services in response to
request and invitation by individual bands or by the district
collective. lt is a group free of jurisdiction. lt can easily be
networked province-wide and lend itself to assuming that
portion of the Indian Affairs role of consultation that is likely
to be lost by the Department of Indian Affairs and Northern
Development by process of devolution.

By the way, in terms of dévolution, l have a little humour
that I wanted to bring out in terms of devolution and our
perspective. We Indians are thinking of adopting dévolution as
a policy. We hope to devolve a couple of hundred years only to
the point where we can meet again at a treaty table. This is a
process of going backwards. We would this time say, no thank
you, and send you packing back overseas. We then would
establish immigration policies to let people like Wayne
Gretzky in, so our Indian boys like Reggie Leach or even
George Armstrong could have compétition.

Let me close with a quote in reference to education:

This then is the challenge: to explore all possible avenues
and to use the best means to promote the identity, dignity,
and potential of each lndian child, so that he or she might
acquire mastery of him or herself and his or her environ-
ment, and be able to advance on the road to independence
and self-determination.

[Traduction]

Le chef Head: Merci, Ken.

En résumé, il s’agit donc d’un financement des écoles
indiennes de 25 p. 100 inférieur à ce qu’il devrait être. Mon
argument est donc le suivant: imaginons ce que nous pourrions
faire si nous bénéficiions d‘autonomie complète en même
temps que de fonds adéquats. Nous avons une possibilité que
vous avez galvaudée dans les écoles provinciales. En Saskat-
chewan, toutes ‘les écoles étaient sous contrôle local il y a
cinquante ans. A l’heure actuelle, cependant, toutes les écoles
provinciales sont gérées à partir de Regina et les parents n‘ont
plus rien â dire. Cependant, si les écoles relèvent du contrôle de
la bande. nous pourrons faire intervenir les parents et montrer
à quel point ceux-ci peuvent avoir de l’inf’luence, a quel point
ils peuvent être efficaces.

Avant de terminer, j’aimerais vous montrer jusqu’à quel
point nous avons perfectionné nos services et cela, afin de
répondre â Fobjection selon laquelle il serait difficile de croire
que Red Earth pourrait, avec ses possibilités limitées, offrir
tous les services voulus a ses étudiants.

Dans le district de Prince-Albert, neuf bandes ont mis au
point un système et un mécanisme de service qui a pour but de
protéger et d’améliorer les intérêts des Indiens dans le domaine
de Péducation. Cette organisation dépendant directement des
chefs de district, est connue sous le nom de Groupe de services
consultatifs. Il s’agit de services fournis dans le cas de deman-
des de bandes ou de districts. Il sera possible détendre un tel
service â toute la province qui remplira alors le rôle consultatif
quäbandonnera le ministère des Affaires indiennes à la suite
du transfert des pouvoirs.

En ce qui concerne ce transfert des pouvoirs. ÿaimerais faire
intervenir un peu d’humour et vous montrer quel est notre
point de vue sur la question. Nous voulons que le transfert des
pouvoirs devienne une de nos politiques. Nous voulons faire
marche arrière dans le temps. Nous voudrions pouvoir vous
renvoyer d’où vous venez, établir des politiques dïmmigration
qui permettraient seules à des gens comme Wayne Gretzky
d’immigrer au Canada afin que nos petits Indiens comme
Reggie Leach ou même George Armstrong puissent bénéficier
de la compétition.

J’aimerais terminer en faisant une citation concernant
Véducation:

Tel est le défi: explorer toutes les possibilités et ne retenir
que les meilleurs moyens de promouvoir Fidentité, la dignité,
le potentiel de chaque enfant indien afin qu’il ou elle puisse
devenir son propre maître, contrôler son milieu et s’engager
sur la route de Pindépendance et de l’autodétermination.

11 :82 ‘ Indian Self-Government 2-3-1983

[ Text]

This quote, ladies and gentlemen, is not from an Indian, as
one might suspect, but is from the former Minister of Indian
Affairs, the I-Ion. Jean Chrétien, again in June of 1972.

Thank you for listening. 1 hope 1 have helped you under-
stand Indian government and how we see it manifested in
lndian education. 1 know of your sincere interest.

I am aware, Mr. Schellenberger, of your personal interest,
which is heightened by the involvement of your wife as a
teacher on a reserve. I know of Mr. Chénier’s previous role as
a school principal; and the other committee members, through
their children, are very concerned about education. To me,
education is our ticket to a better future and I trust you will
appreciate our concern about control of it. Thank you.

Chief Poitrns: Thank you, Chief Head.

The next item is the student residence. There are seven in
the province and Howard Bighead will make the presentation.

Mr. Howard Bighead (Admiuistrator, Prince Albert
Student Résidences): Mr. Chairman, members of the commit-
tee, chiefs, senators, ladies and gentlemen, my short presenta-
tion is going to deal with the student residences of Saskatche-
wan. As a lot of the comments that have been made already, I
will be bringing out in my short synopsis of the student
residences in Saskatchewan.

In i967 there were in CXCŒS of 60 Indian student residences
operating in Canada. Today, with the exception of a few
isolated cases, Saskatchewan has been the only province to
retain these institutions. Why? Traditionally, Indian resi-
dences were operated by various churches and the federal
government. They were primarily used to enculturate Indians.
It was believed that by removing Indian youth from their
homes and placing them in captive environments, thc heart
and soul of Indian culture would be removed or a process of
de-Indianizing the Indians. Specifically. residential school
Indians were not permitted t0 speak their language, practise
their religious beliefs and rituals, or have the opportunity to
learn what it means to be a self-actualized Indian. Rather,
these institutions were were highly regimented with programs
and a school curriculum alien to its students.

° 1615

As the cost of opcrating Indian student residences increased,
the Department of Indian Affairs attempted to close these
institutions. As a result of the factors mentioned previously,
the Indian leadership in many provinces concurred with the
closures. With the advent of band control in Saskatchewan, the
chiefs of this province seized the opportunity to turn what were
anti»lndian institutions into schools that advocated and
cncouraged lndians to be Indians. The accomplishments of our
schools in the few short years are many. The fact that band

[Translation]

Ces paroles, mesdames et messieurs, ne viennent pas d’un
Indien comme on pourrait le supposer; elles ont été prononcées
par l’ancien ministre des Affaires indiennes, l’honorable Jean
Chrétien en juin 1972.

Je vous remercie de m’avoir écouté. J’espère vous avoir aidés
à comprendre ce dont il s’agit quand on parle de gouvernement
indien et comment nous voyons celui-ci en oeuvre dans
l’éducation de nos enfants. Je sais que l’intérêt que vous portez
à cette question est sincère.

Je sais, monsieur Schellenberger, que vous portez un intérêt
personnel ä cette question, et votre femme également
puisqu’elle enseigne dans une réserve. Je connais le rôle que M.
Chénier a joué en tant que directeur d’école. Quant aux autres
membres du Comité, puisqu’ils ont des enfants, ils se préoccu-
pent de la question de l’éducation. A mon avis, l’éducation
nous ouvre la porte d’un meilleur avenir et j’ai confiance que
vous comprendrez la raison pour laquelle nous voulons avoir le
contrôle en ce domaine. Merci.

Le chef Poitras: Merci, chef Head.

Le point suivant porte sur la question des résidences pour
étudiants. Il y en a sept dans la province et Howard Bighead
fera une présentation.

M. Howard Bighead (administrateur, Résidences pour
étudiants de Prince-Albert): Monsieur le président, membres
du Comité, chefs, sénateurs, mesdames et messieurs, ma courte
présentation portera sur les résidences pour étudiants en
Saskatchewan.

En 1967, il y avait plus de 60 résidences pour élèves indiens
au Canada. À l’heure actuelle, a l’exception de quelques cas
isolés, la Saskatchewan est la seule province où se retrouvent
encore de telles institutions. Pourquoi? Traditionnellement, les
résidences pour les élèves indiens relevaient de différentes
églises et du gouvernement fédéral. Elles ont servi surtout à
endoctriner les Indiens, à leur donner la culture des Blancs. La
philosophie était la suivante: en séparant un jeune Indien de sa
famille, en le mettant dans un environnement captif, on lui
fera oublier à tout jamais qu’il est Indien: bref, à la fin de ses
études, il aura perdu son identité. C’est ainsi que les Indiens
dans ces écoles ne pouvaient parler leur propre langue,
pratiquer leur religion, leurs croyances, ils ne pouvaient
apprendre ce que cela signifie que d’être un Indien. Les
programmes de cours dans ces institutions étaient très stricts et
la mentalité y était complètement étrangère aux Indiens.

Quand les coûts d’exploitation de ces pensionnats pour
élèves indiens ont augmenté, le ministere des Affaires indien-
nes a essayé de fermer ces institutions. Etant donné la situation
décrite précédemment, les chefs indiens dans beaucoup de
provinces ont donné leur assentiment à ces fermetures. Avec
l’arrivée du contrôle par les bandes en Saskatchewan, les chefs
de cette province ont saisi l’occasion de transformer ce qui
était auparavant des institutions anti-indiennes en écoles où

l’on encourageait les Indiens a être eux-mémes, Les réalisa-

«cAQ. »‘.OD:’U=EÆÏ’ËQ’* IÏ »

ées

Dlll‘
rres
irte

en

ens
cas
ent
les
ites
.t a
La
: sa
lui
ses
ens
411B,
Lent
Les
s et

our
ICI]-
.ion

de
VBC
icfs
qui


isa-

2-3-1983 Autonomie politique des Indiens 11 : 83

[Texte]

control schools and residences exist is in itself a tribute to
lndian incentive. leadership and concern for the education of
future generations. lt is an opportunity to have an educational
system geared to success rather than failure. Evidence as to the
success of residences is reflected in tlie increase of high school
graduates. Student residences have played an important part
in the development of Indian communities. Through our doors
a large portion of today’s Indian leaders have passed. Teach-
ers, doctors and a host of other professionals have received
their rudimentary education in our schools. The future
direction of residential schools is presently under discussion.
What is clear is that our Indian governments will determine
what is best for Indian student residences.

Some of the educational options Indian governments may
wish to explore include: a satellite campus for the Indian
community college, a federated college, a cultural college; a
sports college to develop Indian athletics; a technical or trade
school.

The success of any future alternative for Indian residential
schools must be initiated, developed and operated by the
lndian governments of this province.

Thank you.
Chief Poitras: Thank you, Howard.

We go on to the institutions now, the colleges that were
instituted by the chiefs of Saskatchewan, the first one being
the cultural college. Alex Greyeyes will make the presentation.

Mr. Alex Greyeyes (Saskatchewan Indian Cultural
College): The cultural college was started under the centre’s
program on a national level in 1971, as Mr. Chénier is quite
familiar with. The philosophy of the Indian Cultural College is
based on the following principles: Indian control—the Indian
Cultural College is a servant of all Saskatchewan Indian
people in tbe area of educational and cultural enhancement.
The lndian people formulate its policies and programs. They
themselves wield the executive authority over the institution.

Pride in héritage: The fundamental aim of the cultural
college is to develop in the Indian people a proud and positive
self-image.

Bridging the cultures: The Indian Cultural College considers
that it is important to bring about the understanding and
appréciation of Indian culture to the larger Canadian society.

The overall purpose of the cultural college is to revive and
perpetuate Indian culture, tradition, history, language,
religion, all other aspects of the Indian way of life. Indian
cultures are unique to this land. The only place our culture
survives is in Indian reserves. We have a right to be born and
live as Indian. A quotation here of Indian treaty negotiations:

[Traduction]

tions de nos écoles au cours de quelques années sont nombreu-
ses. Le fait que des écoles et des résidences sous contrôle de la
bande existent est à porter au crédit du sens de l’initiative des
Indiens, leur sens de la direction et leurs préoccupations pour
l’avenir des générations futures. Cela représente pour la
communauté indienne la possibilité d’avoir un système éducatif
axé sur le succès et non sur l’échec. Le succès de ces pension-
nats se reflète dans l’augmentation du nombre de diplômés
d’écoles secondaires. Ces résidences ont joué un rôle important
dans le développement des communautés indiennes. Une
grande partie des chefs indiens d’aujourd’hui sont passés par
chez nous. Des enseignants, des médecins ainsi que d’autres
professionnels ont reçu leur éducation de base dans nos écoles.
Nous discutons à l’heure actuelle de l’orientation future de ces
pensionnats. Ce qui est clair, c’est que les gouvernements
indiens détermineront eux-mêmes ce qu’il y a de mieux à faire
en la matière.

Certaines des possibilités en matière d’éducation qu’étudie-
ront les gouvernements indiens comprennent entre autres
l’établissement d’un autre campus du collège communautaire
indien, un collège fédéré, un collège culturel, un collège sportif
pour développer les capacités athlétiques des Indiens ainsi
qu’une école technique ou d’art et métiers.

Le succès de tout développement ne peut être garanti que s’il
provient de l’initiative des gouvernements indiens de la
province et s’il est mis au point et dirigé par ces mêmes
gouvernements.

Je vous remercie.
Le chef Poitras: Merci, Howard.

Nous passons maintenant aux institutions, les collèges mis
sur pied par les chefs de la Saskatchewan, et dont le premier
est le Collège culturel. Alex Greyeyes fera une présentation à
ce sujet.

M. Alex Greyeyes (Collège culturel des Indiens de la
Saskatchewan): Le Collège culturel a connu le jour dans le
cadre du programme national de 1971 concernant les centres,
comme M. Chénier le sait fort bien. Le principe de base sur
lequel a été établi ce collège culturel est celui du contrôle par
les Indiens. Le Collège culturel est au service de toute la
population indienne de la Saskatchewan et ce, dans le domaine
de l’éducation et de la culture. C’est le peuple indien qui
formule ses politiques et ses programmes et qui dirige l’institu-
tion.

Fiers de notre héritage: le but fondamental du Collège
culturel est de développer chez l’lndien la fierté et une image
de lui-méme positive.

Jeter un pont entre les cultures: le Collège culturel des
Indiens considère qu’il est important de faire connaître et
apprécier la culture indienne au grand public canadien.

Le but général du Collège culturel est d’empêcher l’extinc-
tion de la culture indienne, de ses traditions, de son histoire, de
sa langue, de sa religion et de tous les aspects de son mode de
vie. Les cultures indiennes sont uniques dans notre pays. Le
seul lieu où cette culture peut survivre est la réserve. Nous

11:84

Indian Self-Government

2-3-1983

[Text]

What I offer does not take away your way of life. You will

IIÊYC it then as you have it now and what I offer is put on top

0 1l.

The aims and objectives of the cultural college were
stipulated under the centre’s program criteria. The cultural
college picked out nine of the ten criteria that were set out in
1971. The nine are: The general philosophy of the Indian
Cultural College will be articulated through the following
specific objectives. The college will maintain a compréhensive
and a sensitive communication network with all Indian
communities so that it may plan and implement the activities
with assured knowledge of the needs and wishes of the people.
For the same reason, the cultural college will develop a system
of obtaining advice, guidance from our elders. To further
ensure that the cultural college will continue to attend to the
educational needs of people at all levels, decision-making
authority for the institution will be kept in the hands of the
elected representativm of the Saskatchewan Indians, the
executive of the FSIN.

The college will create educational programs in such areas
as history, philosophy, religion, art, literature, social science, in
order to help our young people develop a proud Indian
identification.

It will promote the teaching of courses that are uniquely
suited to the demands of the reserve life.

It will identify support and promote talent in Indian art and
professions and sports.

_It will collect, produce and circulate written and audio-
visual materials dealing with Indian people.

It will act as a clearing-house for research concerning
lndians in the Province of Saskatchewan that is necessary in
order to protect our people from misinterpretation and to
preserve authenticity of our cultural tradition.

It will provide assistance, consultation, and direction to all
agencies serving the lndian people of Saskatchewan. An
example of these would be the Indian Affairs branch, the
provincial Department of Education and the Univcrsity of
Saskatchewan.

It will give all possible help to Indian bands in such matters
as planning of schools, improvement of schools’ curriculum,
training of teachers as well as other staff.

lt will develop, in conjunction with the Saskatchewan Indian
Federated College and the Community College, university
accredited courses related to Indian culture, Indian dance,
music, law and Indian political science.

With that, which is sort of brief, thc material which I have
tabled with tbe clerk today is the material that has been
produced and circulated throughout Saskatchewan; also a
document of lndian control of Indian people in Saskatchewan

[Translation]

avons le droit de naître indiens et de vivre en Indiens. Voici un

extrait des négociations concernant un traité indien:
Ce que je vous offre ne vous oblige pas à renoncer à votre
mode de vie, vous le conserverez et vous y ajouterez
simplement ceci.

Les buts et objectifs du collège culturel sont précisés dans les
critères programme des centres. Le Collège culturel a choisi
neuf des dix critères établis en 1971. Il a établi des objectifs
précis. Le Collège maintient un lien très étroit avec toutes les
collectivités indiennes afin de pouvoir planifier et appliquer les
programmes en tenant compte des besoins et des désirs du
peuple indien. C’est pour la même raison que le Collège
culturel mettra au point un système lui permettant d’obtenir
les conseils et l’orientation des anciens. Pour s’assurer en outre
que le Collège culturel continuera à répondre aux besoins de la
population en matière d’éducation â tous les niveaux, le
pouvoir de décision relèvera des représentants élus des Indiens
de la Saskatchewan, dest-a-dire à l’exécutif de la FNIS.

Le Collège sera responsable de la création de programmes
d’éducation dans dm domaines comme l’histoire, la philoso-
phie, la religion, l’art, la littérature, les sciences sociales, ce qui
permettra à nos jeunes de se sentir vraiment Indiens et d’en
être fiers.

Notre Collège permettra l’enseignement de cours qui
conviennent parfaitement aux exigences de la vie dans les
réserves.

Il permettra l’éclosion des talents des jeunes Indiens en
matière artistique, professionnelle et sportive.

Il sera un centre où l’on pourra trouver de la littérature et
des matériels audio-visuels portant sur le peuple indien.

Il agira en tant que centre de documentation pour la
recherche sur les Indiens de la Saskatchewan, ce qui est
nécessaire afin de protéger notre peuple contre toute fausse
interprétation et permettra de préserver l’authenticité de notre
culture traditionnelle.

Il fournira aide, conseils et direction aux organismes servant
le peuple indien de la Saskatchewan. En exemple, on pourra
citer le ministère des Affaires indiennes, le ministère provincial
de l’Education et l’Université de la Saskatchewan.

Il aidera de toutes les manières possibles les bandes indien-
nes en matière de planification scolaire, amélioration des
programmes de cours, formation des enseignants et de tout
autre personnel.

Il élaborera, de concert avec le Collège fédéré indien de la
Saskatchewan et le Collège communautaire, des cours
universitaires accrédités portant sur la culture indienne, la
danse, la musique, la loi et les sciences politiques indiennes.

En plus de cette courte déclaration, j’ai déposé auprès du
greffier aujourd’hui les documents qui ont été distribués en
Saskatchewan, de même qu’un document portant sur le

.-.-.-…_…… _,,,.,.,,._

‘rrîgfi

2-3-1983

[Texte]
presented to Prime Minister Trudeau in 1975 is in the
complete kit.

One other thing, on a national level, is the survival of this
cultural education centre’s program. There are 62 centres in
Canada. Saskatchewan is the largest, and there is Nova
Scotia. These are the only two provinces in Canada that have
one cultural centre’s program. There is in the criteria one thing
lacking, and that is capital expenditures within the program.
This is one of the most important things.

There is no room for expansion. And Mr. Chénier was
presented with the document in March 1982. You have this in
your kit.

With that, I would like to thank the panel.
Chief Poitras: Thanks, Alex.

We will now go to the federated college. Dennis Acoose will
make the presentation.

Mr. Denis Acoose (Saskatchewan Indian Federated
College): I would like to thank the chiefs, the senators, the
elders and the committee on Indian self-government for giving
ourselves, the technicians, the opportunity to speak to you as a
committee. Hopefully, we can give you our perspective, in
terms of Indian controlled institutions.

The Saskatchewan Indian Federated College is an Indian
institution of higher education. I would like to make reference
to tabling the documents in the red folder you have received.
Hopefully, l will not take too much time in explaining the
process of Indian higher education. I have presented my notes
to the committee.

‘ 1625

Also the legal status of the Saskatchewan Indian Federated
College, as you may witness on Appendices 1, 2, 3 and 4. I
would like to make special reference to our college calendar,
which you may refer to, and also our organizational structure
of the Indian Federated College, on page 4.

We, as an Indian higher education institution, recognize
Indian culture and history that is impérative in order to
understand contemporary Indian culture within today’s
society, and I must add that it is well understood that it is
recognized at the University of Regina. I would also like to say
something about our philosophy. It is exemplified by Indian
culture and the wisdom of elders and our own professional
competency. To go on further, these elements have brought
together a unique bicultural approach to university education,
which hopefully will give our graduates a more solid base than
previous institutions which have attempted to provide lndian
students at a university level a background that other institu-
tions felt necessary to provide.

There is quite a history, which I will not get into, in terms of
the development of the college previous to 1976, but I would
like to refer to our historic month of May in 1976. The senate

1:4 ‘.4. .1 «anses-magasin.

Autonomie politique des Indiens 1 1 ; 85

[Traduction]
contrôle indien en Saskatchewan présenté au Premier ministre
Trudeau en 1975. Cela se trouve dans le dossier complet.

Au niveau national, il y a également la question de la
survivance du programme du centre d’éducation culturelle. Il y
a 62 centres au Canada. Celui de la Saskatchewan est le plus
important et il y en a un en Nouvelle-Ecosse. Il s’agit des deux
seules provinces au Canada qui disposent d’un tel programme.
Il manque une chose dans tous ces critères que je viens de
citer: des dispositions prévoyant des dépenses d’immobilisa-
tions dans le cadre du programme. C’est une des choses les
plus importantes.

Or, il n’y a aucune possibilité d’expansion. M. Chénier a
reçu ce document en mars 1982. Vous l’avez dans votre
dossier.

J’aimerais maintenant remercier le panel.
Le chef Poitras: Merci, Alex.

Nous allons passer maintenant au Collège fédéré. Dennis
Acoose fera la présentation.

M. Dennis Acoose (Saskatchewan Indian Federated
College): J’aimerais remercier les chefs, les sénateurs, les
anciens et le Comité sur l’autonomie des Indiens de nous
donner la possibilité de prendre la parole. Nous espérons que
nous pouvons vous faire comprendre notre perspective, la
perspective des institutions contrôlées par les Indiens.

Le «Saskatchewan Indian Federated College», Collège
fédéré indien de la Saskatchewan, est une institution indienne
d’enseignement supérieur. J’ai déposé les documents à l’appui
de ma présentation dans le dossier rouge que vous avez reçu.
J’espère ne pas passer trop de temps â expliquer le processus
d’éducation supérieure des Indiens. J’ai présenté mes notes au
Comité.

Il y a aussi le statut légal du Saskatchewan Indian Federa-
ted College, comme vous pouvez le voir dans les annexes 1, 2, 3
et 4. J’aimerais parler spécialement de notre calendrier
d’activités, auquel vous pouvez vous reporter, ainsi que de la
structure organisationnelle du collège dont il est fait état à la
page 4.

En tant qu’institution indienne d’enseignement supérieur,
nous estimons que la culture et l’histoire indiennes sont
indispensables a la compréhension de la culture indienne
contemporaine, et je dois ajouter que ce principe est également
reconnu â l’Université de Regina. J’aimerais aussi vous parler
un peu de notre philosophie. Elle est fondée sur la culture
indienne et sur la sagesse de nos anciens, ainsi que sur notrc
propre compétence professionnelle. De plus, ces éléments ont
permis une approche biculturelle unique à l’éducation universi-
taire, ce qui donnera à nos diplômés une base plus solide qu’il
leur était possible d’obtenir dans les autres institutions qui ont
déployé des efforts pour inculquer aux universitaires indiens la
base que les autres institutions estimaient nécessaire.

Il y a toute une histoire que je ne vais pas vous relater, en ce
qui concerne le développement du collège avant 1976; mais
j’aimerais vous parler de ce mois de mai historique de 1976. Le

11:86

[Taxi]

of the University of Regina, and also the executive council of-
the university, unanimously approved a proposal from the
Saskatchewan Indian Cultural College to establish federated
status with that university, meaning that we were to be
administratively independent and also academically integrated
with the University of Regina. Along with that, federation
brought certain terms and I would just like to read the terms,
if I may.

There will be interaction and agreement on academic
program matters between the Saskatchewan Indian Federated
Eoläege and the University of Regina deans and department

ea s.

Members of the college teaching staff must possess qualifi-
cations sufficiently high to be recognized members of appro-
priate faculties.

‘College programs are open to all students, with priority
given to Indian students of Indian and Inuit ancestry.

Students enrolled in the college must satisfy the University
of Regina requirements for admission. They shall be admitted
to such university classes as they are qualified to enter on the
same basis as any other university students.

. Tthe college may offer off-campus extension courses in a
similar manner as those given by the University of Regina.

And those are the terms and conditions that we have with
the university, and I must say that relationship is solidly in
place.

îfo refer to our objectives as a college federated with the
university, our objectives are as follows.

To have direct control and administration of an institution
of education by the Indian people of Saskatchewan.

To research, develop and implement methods and programs
to make the educational process relevant to Indian people of
Saskatchewan.

To maintain and promote various Indian cultures of
Saskatchewan in terms of histories, beliefs and values.

And that is the essence of our objectives.

I would like to make reference to the organizational
structure of the college. Like any other institution, we have a
decision-making body as represented by the Federation of
Saskatchewan Indian Nations, as represented by the Indian
people of Saskatchewan. In our structure, of course, we have
gone through many difficulties in establishing the institution.
It has seen periods of growth that probably no other institution
of higher learning has had within the past seven years.
Consequently, with that growth, we restructured and, as it
exists on page 4, that is the structure that we have adopted
within the college. For your reference, the operational plan is
here, which I have not tabled. If you find it necessary, we can
provide it. I would like to make reference to point 5, that off-
campus extension courses will be provided by the college in a
similar manner as the University of Regina.

lndian Self-Government

2-3-1983

[Translation]

Sénat de l’Université de Regina ainsi que le conseil d’adminis-
tration de l’Université ont approuvé à l’unanimité une
proposition du Collège culturel des Indiens de la Saskatchewan
visant â établir une fédération des deux universités, de sorte
que nous puissions être indépendants sur le plan administratif
et intégrés sur le plan scolaire à l’Université de Regina. La
fédération s’est donnée aussi certains statuts dont j’aimerais
vous faire la lecture, si vous me permettez.

Il y aura interaction et aocord entre les doyens et les chefs
de département du Saskatchewan Indian Federated College et
ceux de l’Université de Regina sur les questions relatives au
programme de cours.

Les membres du personnel enseignant du Collège doivent
posséder les compétences voulues pour être reconnus membres
de la faculté.

Les programmes de cours collégiaux sont offerts à tous les
étudiants, la priorité étant accordée aux étudiants indiens de
descendance indienne et inuit.

Les étudiants inscrits au Collège doivent satisfaire aux
conditions d’admissibilité de l’Université de Regina. Ils
pourront suivre les cours universitaires lorsqu’ils répondent aux
exigences, et ce au méme titre que tout autre étudiant de
l’Université.

Le Collège peut offrir des cours à l’extérieur du campus
selon une formule analogue a celle de l’Université de Regina.

Voilà les conditions qui nous lient à l’Université, et je dois
dire que nos rapports sont solidement établis.

Voici les objectifs que nous nous sommes donnés cn tant que
collège rattaché â l’Université.

Contrôle et gestion directs d’un établissement d’enseigne-
ment par les Indiens de la Saskatchewan.

Recherche, élaboration et exécution de méthodes ct de
programmes afin d’établir un processus d’éducation propre aux
Indiens de la Saskatchewan.

Maintien et promotion de la culture de divers groupes
indiens de la Saskatchewan sous le rapport de l’histoire, des
croyances et des valeurs.

Voilà essentiellement nos objectifs.

J’aimerais vous parler de la structure organisationnelle du
Collège. Comme toute autre institution, nous possédons un
organe décisionnel représenté par la Fédération des Indiens de
la Saskatchewan et par les Indiens de la Saskatchewan. Sur le
plan organisationnel, nous avons évidemment éprouvé de
nombreuses difficultés. L’institution a connu des périodes de
croissance qu’aucun autre établissement d’enseignement
supérieur n’a vues au cours des sept dernières années. Par suite
de cette croissance, nous avons restructuré le collège tel qu’il
en est fait état à la page 4. Pour votre information, j’ai ici le
plan opérationnel qui n’a pas été déposé avec les autres
documents. Si vous le voulez, nous pouvons vous le remettre.
J’aimerais maintenant vous parler du paragraphe 5: les cours
du soir hors campus qui seront dispensés par le Collège selon
une formule analogue a celle de l’Université de Regina.

M

nnannnmzucov

2-3-1983

Autonomie politique des Indiens 11 : 87

[Texte]

One of our major priorities as a federated college is to offer
programs and classés in Indian communities. Consequently,
our extension program has found that a growing demand by
on-reserve residents for university and professional training
programs has increased dramatically. In 1977 we had approxi-
mately 270 part-time students. They were all part-time. I
should make note that in the 1982-1983 academic year we
have 450 part-timé and full-time students off campus to date. I
think it is imperative that the extension program continue to
offer community-based university and professional training. In
many instances this process has been successful in promoting
meaningful training programs in the community. And I will
explain the difficulties of that procms later on.

I would now like to make reference to the legal status of the
Saskatchewan Indian Federated College. Under the University
of Regina Act, we have obtained a legal status as recognized
by the Province of Saskatchewan to provide university degrees,
diplomas and cértificates through this federation, and I quote
from thé senate of thé University of Regina:

The Senate may provide for affilation or federation of any
college established for the promotion of art or science or the
instruction in law, medicine, engineering, agriculture, or any
other useful branch of learning, and for the dissolution of
affiliation or the modification or alteration of the terms
thereof.

And I would like to make reference to Appendix 1 on those
terms of federation for your information.

1 would like to go into the aspect of Indian control and
Indian people‘s désiré to have control and responsibility for
education décisions and directions as a treaty right to educa-
tion. Indian education policy must work in concert with a duly
elected Indian education authority, as expressed by Mr. Clive
Linklater, in order to overcome thé present difficulties with
our institutions. For example, limited funding through the
Department of Indian Affairs have not adequately addressed
the needs and requirements of Indian higher education in
Saskatchewan. Dual administration has also accounted for a
very inadéquate delivery system for university and professional
training.

I would now like to get into the problems or issues that
relate to those very important and difficult situations that wé
get into in respect to the bureaucracy. One of the most
significant and more frustrating aspects of the college’s
administration is the method of decentralizing funds to
districts. Often the offices of the Department of Indian Affairs
complicate and delay matters with respect to tuition payments
and research and development payments.

Data base projections are inadéquate or inaccurate with
respect to two areas which often arc traded off against one
another: university professional budget and occupational skills
budget.

[Traduction]

L’une de nos principales priorités en tant que collège fédéré
est d’offrir un programme de cours et des classes aux collecti-
vités indiennes. Par conséquent, la popularité du programme
de cours du soir a augmenté considérablement chez les Indiens
habitant les réserves désireux de suivre des cours universitaires
et de formation professionnelle. En 1977, nous avions environ
270 étudiants à temps partiel. Ils étaient tous étudiants â
temps partiel. Je vous ferai remarquer qu’en 1982-1983,
jusqu’à présent, nous comptons 450 étudiants à temps partiel
et à temps plein qui suivent des cours hors campus. Je pense
qu’il est essentiel de continuer à offrir dans la collectivité des
cours universitaires et de formation professionnelle. Dans bien
des cas, ce processus a permis de promouvoir l’établissement
de programmes de formation intéressants dans la collectivité.
Et je vais vous expliquer plus tard les difficultés inhérentes â
ce processus.

J’aimerais maintenant vous parler du statut légal du
Saskatchewan Indian Federated College. Aux termes du
University of Regina Act, nous avons obtenu un statut légal
reconnu par la province de la Saskatchewan qui nous permet
d’offrir des degrés, diplômes et certificats universitaires par le
biais de cette fédération, et je cité un extrait des statuts du
conseil de l’Université de Regina:

Le Sénat peut permettre l’affiliation ou la fédération de tout
collège établi dans le but de promouvoir l’art ou la science
ou l’enseignement du droit, de la médecine, du génie, de
l’agriculture ou de tout autre domaine d’instruction, et
permettre la dissolution d’une affiliation ou la modification
des conditions s’y rattachant.

J’aimerais maintenant, pour votre information, me reporter
à l’annexe 1 portant sur les conditions de la fédération.

J’aimerais aborder l’aspect du contrôle par les Indiens et le
désir du peuple indien d’obtenir en vertu d’un traité le droit de
contrôle et de responsabilité en matière de décisions et
d’orientation dans le domaine de l’éducation. La politique
d’éducation doit être établie par un conseil de l’éducation
indienne dûment élu, comme l’a déclaré M. Clive Linklater,
afin de surmonter les difficultés actuelles dans nos institutions.
Par exemple, les fonds limités obtenus du ministère des
Affaires indiennes n’ont pas permis de répondre efficacement
aux besoins et exigences en matière d’éducation supérieure des
Indiens de la Saskatchewan. Cette dualité administrative a
également entraîné un système de prestations de cours de
formation universitaire et professionnelle très inefficace.

J’aimerais maintenant aborder les problèmes ou les ques-
tions se rattachant aux situations très importantes et difficiles
de la bureaucratie. L’un des aspects les plus importants et lcs
plus frustrants de l’administration du Collège réside dans le
processus de décentralisation des fonds vers les districts.
Souvent, les bureaux du ministère des Affaires indiennes
compliquent et retardent les dossiers en ce qui concerne le
paiement des frais de scolarité ainsi que les paiements versés
pour la recherche et le développement.

Les bases de données concernant deux domaines sont
inefficaces et inexactes, et sont souvent considérées indifférem-
ment: le budget des cours de formation universitaire et
professionnelle et le budget des compétences professionnelles.

H288

[Texl]

The economic conditions as they relate to Saskatchewan and
in turn relate to other areas within federal departments:
Economic conditions have seen increasing numers of lndian
people desiring to seek a professional education relevant to
their own communities’ needs in education, social work,
administration and the social sciences; i.e., Indian studies,
economics, psychology, sociology, the languages, the sciences,
etc. l must say that with respect to the above-the two areas,
university and professional and occupational skills—industrial-
related training and resulting employment in industry. i.e.,
manufacturing, mining, tourism and services have not provided
a sufficient marketable option to trained lndian people at all
levels, on and off reserve-based industries. In other words, no!
all Indian adults desire to be carpenters, bricklayers, electri-
cians, plumbers, draftsmen, etc. Electricians may want t0
become electrical engineers; draftsmen may want to pursue a
civil engineering degree. l would say Canadian universities
that are not lndian controlled, or lndian controlled institutions
within Canadian universities, tend to be insensitive to the
needs of lndian communities based upon Canadian society’s
needs for technological advancement.

0 1635

l come to you, the Special Committee on lndian Self-
Governmcnt, from a professional institution-which happens
to be an lndian institution—that recognizes the needs of
lndian people to receive training at higher educational levels.
This is reflected in the SIFC mandate and its objectives, as
reflected by the lndian people of Saskatchewan and as
represented by the executive council of the FSIN and the
college’s own board of directors.

l would like to rellect on the fourth point. We are increas-
ingly seeing a lot of lndian adults entering the University of
Regina and the SIFC because of the resulting failures of joint
schools, residential schools, who were controlled by the
Department of lndian Affairs.

We have seen many Indian students who were in that system
in the 1950s, the 1960s and the early 1970s; and we have seen
increasing attendance of Indian adults between the ages of 19
and 45 at our institution. As a result of that, we have had to
provide remedial and upgrading programs, which have been
established by the college in order to accommodate this influx
of lndian students seeking higher education.

lt was indicated to me—and I feel it is important—that
those people we put through those programs are serious in
attaining that level of education. lt was indicated to our
rcgistrar of the college that 86% of our graduates, as a result
of that process, have graduated from our programs through
the mature student category or adult education area. It is
imperative this process continue for the better development of
our human resources.

lndian Self-Government

2-34983

[Translalion]

Les conditions économiques telles qu’elles se rapportent à la
Saskatchewan et telles qu’elles se rapportent à d’autres
secteurs des ministères fédéraux: la situation économique a
incité un nombre croissant d’Indiens à chercher à obtenir une
éducation professionnelle pertinente afin de répondre aux
besoins de leurs propres collectivités en matière d’éducation, de
travail social. d’administration et de sciences sociales; c’est-à-
dire, les études indiennes, l’économie, _la psychologie, la
sociologie, les langues, les sciences, etc. A cet égard, je dois
dire au sujet des deux domaines susmentionnés, la formation
universitaire et professionnelle et les compétences profession-
nelles—que les cours de formation industrielle et l’emploi qui
en résulte dans l’industrie, notamment dans les secteurs
manufacturiers, miniers, du tourisme et des services n’ont pas
ouvert suffisamment de perspectives aux lndiens instruits à
tous les niveaux dans les industries à l’intérieur comme à
l’extérieur des réserves. En d’autres termes, ce n’est pas tous
les adultes indiens qui désirent devenir menuisiers, briqueleurs,
électriciens, plombiers, dessinateurs, etc. Les électriciens
souhaitent peut-être devenir ingénieurs en électricité; les
dessinateurs souhaitent peut-être obtenir un diplôme de génie
civil. Je dirais que les universités canadiennes qui ne sont pas
dirigées par les lndiens, ou les institutions au sein d’universités
canadiennes dirigées par les Indiens, sont portées à ne pas tenir
compte des besoins des collectivités indiennes en ce qui
concerne les besoins de la société canadienne sur le plan de
l’avancement technologique.

Je viens d’une institution professionnelle, une institution
indienne qui reconnaît la nécessité pour le peuple indien
d’obtenir un niveau de formation plus élevé. Cela se reflète
dans le mandat du SIFC et dans ses objectifs qui tiennent
compte des lndiens de la Saskatchewan représentés par le
conseil d’administration de la FNIS et le conseil même du
Collège.

J’aimerais faire quelques réflexions sur le quatrième point.
On voit de plus en plus d’adultes indiens s’inscrire à l’Univer-
sité de Regina et au SIFC à cause des échecs des écoles mixtes
et des pensionnats dirigés par le ministère des Affaires
indiennes.

Nous avons vu de nombreux étudiants indiens issus de ce
système dans les années 50, 60 et au début des années 70; et
nous avons remarqué une présence accrue dans notre établisse-
ment d’adultes indiens de 19 â 45 ans. Par suite de cela, le
Collège a dû établir des programmes de rattrapage ou de
recyclage pour permettre à ce grand nombre d’Indiens de
poursuivre leurs études.

On m’a dit—et je pense que c’est important—que les
personnes qui s’inscrivent à ces programmes tiennent vraiment
à obtenir ce niveau d’instruction plus élevé. Le registraire du
Collège a constaté que 86 p. 100 de nos diplômés ont obtenu
leur diplôme par le biais de nos programmes après s’être
inscrits au programme d’éducation des adultes ou des étudiants
plus âgés. L’existence de ce programme est indispensable pour
le développement plus efficace de nos ressources humaines.

.4r-ra:,vsw_..c,. ….._._«-,,-…_.,-..,.. .._. … m-.. . ‘N4.
., ,_

24-1983

[Texte]

1 would like to get on to the funding agreement. The
Saskatchewan Indian Federated College agreement was signed
in .lu1y 1981. lt is basically for tuition fcc payments and
research and development for a period of over five years, which
will end in 1985-1986 fiscal year.

I would like to mention we have been having some problems
in terms of being able to administer the agreement-J have
provided the agreement before you—for the opération and
maintenance of the college. The agreement is based upon
tuition fee payments to the institution. Consequently, we rely
heavily on enrolments; and with increased enrolments over the
past, especially the past three years, we have found there is an
inability of the Department of lndian Affairs to provide the
level of funding in order to operate the institution at the levels
of enrolment we are now getting within the Saskatchewan
lndian Federated College.

l guess we are getting short on time. I would just like t0
indicate to you, as further documentation, our enrolment
statistics on Appendix lll; Appendix 1V, the evidence of
funding difficulties; and the Department of lndian Affairs
regional statements.

Just to give you some indication of the difficulties we had in
terms of not being able to provide a sufficient funding base for
the Saskatchewan Indian Federated College, particularly this
semester, for the 1983 winter semester we have 436 registra-
tions at the Saskatchewan lndian Federated College. We have
calculated that 156 students who registered at the college have
been affected by recent DIA policy, and 1 must say that is
quite a significant impact within the institution. A breakdown
of these 156 students shows 105 DIA-sponsorable students
were denied sponsorship and had to drop their classes. Fifty-
one other students were forced to seek alternative funding
arrangements. Forty-seven were sponsored by CElC, the
Canada Employment and Immigration Commission; three
students were subsequently dropped; two students decided to
pay their own tuition and books; and two other students are
receiving SIFC support.

1 would also like to say that 18 out of our 21 classes off-
campus have not been funded to date as a result of the
inadequate funding base for university and professional
programs within the Department of lndian Affairs regional
office.

1 would like to make reference to the two last pages on the
kinds of concerns we have had from such groups as the
Canadian Teachers’ Federation and Luther College, which is
another federated college of the University of Regina. What
our option will be is to seek core funding and negotiate core
funding from a base that any other institution has across
Canada.

1 would like to thank the committee for listening to me. 1
hate to bring up those kinds of situations, but 1 felt it was
necessary in the struggle of the Saskatchewan lndian Fede-
rated College. 1 am sure other endeavours of Indian higher
education across Canada will have some of the difficulties we
have now. l thank you.

Autonomie politique des Indiens 1 l : 89

[Traduction]

J’aimerais aborder la question de l’accord de financement.
L’accord du Saskatchewan Indian Federated College a été
signé en juillet 1981. Il porte essentiellement sur le paiement
de frais de scolarité et le financement de la recherche et du
développement pour une période de plus de cinq ans se
terminant à la fin de l’exercice financier 1985-1986.

Nous avons eu quelques difficultés sur le plan de l’applica-
tion de l’accord dont je vous ai fourni copie en ce qui concerne
le fonctionnement et la gestion du Collège. L’accord porte
essentiellement sur le paiement des frais de scolarité à
l’institution. Par conséquent, nous comptons énormément sur
les inscriptions; et avec l’accroissement des inscriptions,
spécialement au cours des trois dernières années, nous avons
constaté que le ministère des Affaires indiennes était incapable
de fournir le niveau de financement voulu pour nous permettre
de gérer l’établissement en fonction du nombrc d’inscriptions
au Saskatchewan Indien Federated College.

Le temps passe. J’aimerais simplement porter à votre
attention, à titre d’information, nos statistiques d’inscription
exposées aux annexes lll et IV qui font état de nos difficultés
financières et des rapports financiers régionaux du ministère
des Affaires indiennes.

Pour vous donner une idée des difficultés que nous avons
éprouvées sur le plan du financement du Saskatchewan lndian
Federated College, particulièrement ce semestre-ci, pour le
semestre de l’hiver 1983, nous avons eu 436 inscriptions au
Collège. Nous avons calculé que 156 étudiants inscrits au
Collège ont été touchés par la récente politique du ministère et
je dois dire que cela a une incidence assez marquée au sein de
l’institution. Une ventilation des 156 étudiants visés montre
que 105 étudiants ayant droit au financement du ministère se
sont vu refuser des fonds et ont dû abandonner leurs études.
Les 51 autres étudiants ont été obligés de chercher d’autres
moyens de financement. Quarante-sept d’entre eux ont été
parrainés par la Commission de l’emploi et de l’immigration
du Canada et trois d’entre eux ont été refusés par la suite;
deux autres étudiants ont décidé de payer eux-mémes leurs
frais de scolarité et leurs livres; et deux autres reçoivent de
l’aide du SIFC.

J’aimerais aussi dire que 18 de n“ 21 classes hors campus
n’ont pas encore reçu de financement â cause de la base
inefficace de financement pour les programmes de formation
universitaire et professionnelle dans les bureaux régionaux du
ministère des Affaires indiennes.

J’aimerais maintenant parler des deux dernières pages du
mémoire portant sur le genre de difficultés que nous ont
occasionnées la Fédération canadienne des enseignants et le
Collège Luther, qui est un autre collège fédéré de l’Université
de Regina. Ce que nous devrons faire, c’est tenter d’obtenir par
voie de négociation une base de financement global selon une
formule universelle pour toutes les institutions du Canada.

J’aimerais remercier le Comité de m’avoir écouté. Je n’aime
pas parler de ce genre de choses, mais je croyais qu’il était
nécessaire de le faire pour le bien du Saxkatehewan Indian
Federated College. Je suis sûr que d’autres projets d’éducation
supérieure des Indiens au Canada se heurteront à certaines
difficultés sur lesquelles nous butons actuellement. Merci.

1 1 ; 90 Indian Self-Government

[Text]
Chief Poitras: Thank you, Dennis.

We will now go to the community college and have Ray
Ahenakew make the presentation.

Mr. Ray Ahenakew (Director, Saskatchewan Indian
Community College): Thank you very much, Mr. Chairman.

1 would like to have my next statement recorded for the
committee’s purpose. We see no age barrier in the field of
education guaranteed to us under treaty. I-Iere are some hard
facts you might not understand here in the Province of
Saskatchewan. We have approximately 53,000 registered
lndians within our province, of which 75% are under the age of
30.

° 1645

Our unemployment rate is at an annual average of 72%. Our
drop-out rate is at an average of 80%. If 20% of the Indian
students entering the labour market were éligible for training,
we would have approximately 500 students per year. In the
training institutions within the province of Saskatchewan here,
we have 20 students at the minimum enrolled per year. The
rest is pretty well done through our college.

The conclusions are quite obvious: Unemployment is directly
related to lack of skills for our people here in Saskatchewan,
We should have approximately 500 enrolments every year
where we have 20; that is at the other technical institutes
throughout the province. I think the message is pretty clear
that, if we do not start training now, there is going to be a
serious problem in the long term, which is going to be the end
of the 1980s.

The community college was established in 1976. The
establishment of the Saskatchewan Indian Community College
was a major breakthrough for Indian educators in this
province. We are also incorporated under the Commmunity
Colleges Act here in the Province of Saskatchewan. As a result
of establishing the community college, all 69 bands in this
province gave a broad mandate to the college to identify,
develop and deliver specified training programs designed to
meet the actual needs of the Indian people on the reserves in
this province.

Our aims and objectives have not changed that much:
provision of all ræources and services to Indian people,
identification of specialized programs, meeting the training
needs of Indian people in this province, never endangering
traditional lifestyles of Indian people, greater control of Indian
education by lndian people—I am going to make one comment
later on, which I would like you to remember, on our aims and
objectives relating to this point—catering to all treaty and
status adult Indians on and off reserve, preparing Indian adults
for eventual employment in this province or wherever.

On-reserve training: Some of the problems we have in
policy. Indian Affairs provide limited funds for the training of
Indian people, and I do not think anybody around here will
deny that. Over the past couple of years, the department has
taken what I am going to call basic adult education, which was
under the Department of Indian Affairs Education Branch,

2-34983

[Translation]
Le chef Poitras: Merci, Dennis.

Nous allons maintenant passer au Collège communautaire
et demander à Ray Ahenakew de présenter son exposé.

M. Ray Ahenakew (Directeur, Collège communautaire des
Indiens de la Saskatchewan): Merci beaucoup, monsieur le
président.

J’aimerais que ma déclaration soit consignée au compte
rendu du Comité. Pour nous, l’âge ne constitue pas un obstacle
dans le domaine de l’éducation qui nous est garanti en vertu
des traités. Voici quelques faits que vous ne comprenez peut-
être pas bien en Saskatchewan. La province compte environ
53,000 Indiens inscrits dont 75 p. 100 ont moins de 30 ans.

Nous connaissons un taux annuel de chômage de 72 p. 100.
Les abandons scolaires accusent un taux de 80 p. 100. Si 20 p.
100 des étudiants indiens arrivant sur le marché du travail
pouvaient être formés, il y aurait chaque année quelque 500

_ étudiants. Un minimum de 20 étudiants s’enrôlent tous les ans

dans les centres de formation de la province de la Saskatche-
wan. Quant aux autres, ils fréquentent notre collège.

Les conclusions sont faciles à tirer: Le chômage est directe-
ment lié au manque de compétence de notre peuple en
Saskatchewan. Tous les ans, quelque 500 Indiens devraient
s’inscrire aux autres écoles techniques de la province; a l’heure
actuelle seulement 20 Indiens le font. C’est assez évident: si
nous ne commençons pas immédiatement a former nos gens,
nous ferons face à un sérieux problème à long terme, vers la fin
des années 80.

Le collège communautaire indien de la Saskatchewan a été
créé en 1976. Il s’agit là d’une victoire importante pour les
enseignants indiens de la province. Le collège est constitué en
vertu de la Community College: Ac! de la Saskatchewan. Lors
de la création du collège communautaire, les 69 bandes de la
province lui ont donné comme mandat d’identifier, d’élaborer
et dispenser des programmes de formation conçus pour
répondre aux besoins réels des lndiens vivant dans les réserves
de la province.

Nous avons gardé sensiblement les mêmes buts et objectifs:
Offrir tous les services et ressources aux Indiens, identifier des
programmes spécialisés, répondre aux besoins en matière de
formation des lndiens de la province, respecter pleinement les
modes de vie traditionnels des Indiens, assurer un meilleur
contrôle de l’éducation des lndiens en confiant cette tâche â
des lndiens—je reviendrai un peu plus tard sur ce sujet—
conseiller tous les adultes indiens régis par traités ou par la loi
vivant à l’intérieur ou à l’extérieur des réserves, préparer les
adultes indiens à des emplois dans la province ou ailleurs.

Formation dans les réserves: Nous avons certains problèmes
d’ordre politique. Le ministère des Affaires indiennes offre
certaines subventions pour la formation des Indiens; personne
ici ne peut le nier. Depuis quelques années, le ministère a
transféré ce que j’appelle la formation de base des adultes de

OVE
unt
tak

prc
gu:
fac
im;
tra
qui

CE
ski
US

ha‘
thc
rig

llK
rat
TC(
int
im
ha‘

C01
bil
ha
tio
wi’
tr)

rcs
In:

do
isl
re:

gr;
lnv

.—.—».»v——s.-—._,,x. _ . _…—. – _ . )m’v;—v»;_ tfi-som, …………….v.,A- F.»

rrs-w-u-«nv w v -»-mw—.‘-_..—«esqw—lgyg.gp.,w._g_._., … 0,..- . . ,

2-3-1983

[Texte]
and has moved this program over to the economic development
sector.

I would like to refer that back to my first statement where 1
said I do not see any age barrier coming into play with
education. This was done with no input from lndian people; it
was done across all of Canada. They gave us the courtesy of
being the last province to have this turned over. It is turned
over officially already but will not come into place, in my
understanding, until the new year. Hopefully, this will be
taken into considération.

This college has to negotiate funding every year from the
provincial government. CEIC, for training days that should be
guaranteed to us under treaty. There is a lack of quality
facilities on reserves. We talk about recréation, but you can
imagine the lack of facilities we have for adult education in
trades, skills or whatever. lt is quite a way down, which is
quite essential.

We are enoountering other problems. Indian Affairs and
CEIC will no longer sponsor treaty Indian students into pre-
skill training programs. It is something that has not really hit
us here but is going to hit us in the next year. We would like to
have the committee take note of this, too. It all relates back to
the changing over from education, which we consider a treaty
right, to economic development.

Technical schools will not accept Indians who do not meet
their entrance standards. If you relate back to the drop-out
rate of 80% 1 mentioned previously, if ABE is not going to be
recognized, then how the hell are we going to get our people
into skills, trades or university entrance‘! It is going to be
impossible. 1 think you can see the problems we are going to
have, if something like that is not addressed shortly.

The province will not sponsor treaty Indians on any of these
courses, too, because of their claim that it is a federal responsi-
bility. lt leaves us shaking our heads, wondering what is really
happening here. Everybody seems to be shifting from educa-
tion and economic development. Provinces come back to us
with: It is a federal responsibility. It is something we have to
try to address, 1 guess.

In conclusion, we have some limited resources on reserves.
As 1 mentioned before, the facilities are very inadéquate. Off-
reserve, we have the policy dispute that is preventing our
Indians from entering any of these institutions plus our own.
We have our own entrance level.

1 think our solution would be—I have tabled al1 our
documents and 1 will read it for the record when I am fin-
ished—the Saskatchewan Indian Training Institute Plan, on-
reserve Indian training centres, the Saskatchewan Indian
Management Training Institute, better management pro-
grams. All require authority and funds to provide services for
lndians on and off reserves.

Autonomie politique des Indiens

11:91

[Traduction]

sa direction de l’éducation à celle du développement économi-
que.

J’aimerais, à ce propos, rappeler ma première déclaration,
lorsque je disais que selon moi l’âge n’a rien à voir avec
l’éducation. Ce transfert de programme a été fait sans
consulter les Indiens; il a été fait pour tout le Canada. Ils ont
eu la gentillesse de nous servir les derniers. Le transfert a été
fait mais ne sera pas mis en vigueur, si je comprends bien,
avant l’année prochaine. Espérons qu’on tiendra compte de
tous les aspects.

Tous les ans, le collège doit négocier son financement avec le
gouvernement provincial et la CEIC; cette formation devrait
être garantie en vertu du traité. La qualité des installations
dans les réserves est insuffisante. Nous avons parlé de loisirs,
mais vous pouvez vous imaginer le manque d’installations pour
la formation professionnelle des adultes. Ces installations sont
essentielles mais de qualité insuffisante.

Nous nous heurtons à d’autres problèmes. Le ministère des
Affaires indiennes et la CEIC n’acceptent plus de parrainer
des Indiens régis par traité aux programmes de formation
générale. Cela ne nous touche pas encore cette année mais
nous touchera l’année prochaine. Nous aimerions que le
Comité en prenne bonne note. Tout cela parce que le pro-
gramme de formation générale des adultes a été transféré de la
Direction de l’éducation, ce qui est un droit découlant des
traités, au développement économique.

Les écoles techniques n’acceptent pas les Indiens qui ne
satisfont pas aux critères d’admission. Si nous revenons aux 80
p. 100 d’abandons scolaires, si l’ABE n’est pas reconnu,
comment pensez-vous que nous pourrons jamais inscrire les
Indiens aux programmes de formation professionnelle ou
universitaire? Ce sera tout simplement impossible. Vous
pouvez, je crois, anticiper les problèmes auxquels nous devrons
faire face si cette question n’est pas réglée incessamment.

La province ne parraine pas d’Indiens régis par traité à ces
cours parce que, selon la province, cela relève du gouvernement
fédéral. Nous ne comprenons plus du tout ce qui se passe. Tout
semble maintenant dépendre du développement économique.
Les provinces nous disent qu’il s’agit d’une responsabilité
fédérale. Il faudra, j’imagine, démêler cet écheveau.

En conclusion, les réserves disposent de ressources limitées.
Comme je le disais précédemment, les installations sont
insuffisantes. En dehors de la réserve, un conflit de juridiction
empêche les Indiens de s’inscrire a ces écoles. Notre centre de
formation a ses propres critères d’admission.

J’ai déposé tous nos documents et j’en brosserai un tableau
rapide lorsque j’aurai terminé; selon moi, la solution serait: le
plan de l’Institut de formation des Indiens de la Saskatchewan,
les centres de formationdes Indiens vivant sur les réserves,
l’Institut de formation à la gestion des Indiens de la Saskatche-
wan et enfin, de meilleurs programmes de gestion. Pour ce
faire, il faut avoir le pouvoir et les fonds nécessaires pour
assurer des services aux Indiens vivant a l’intérieur et a
l’extérieur des réserves.

11:92

[Text]

I will just go through the documents. They are already
tabled. First is the Saskatchewan Indian Training Institute
Plan. Overall, it is still the number one concern. We have an
executive summary to go along with it. We have the Saskatch-
ewan lndian Training Institute Plan, Phase I, which is
currently in Ottawa. We also have an executive summary to go
along with that. We have the Saskatchewan Indian Manage-
ment Training Institute Plan, which is registered, and a long-
term funding proposal for the Saskatchewan Indian Commu-
nity College, which is also included in there.

I think that will pretty well wrap up what I have to say.
Thank you very much.

Chief Poitras: Thank you, Ray.

_ The last item we have to present is the off-reserve or urban
situation that exists in the province. We will have Elsie
Roberts make the presentation.

Ms Elsie Roberts (Saskatchewan Services for Off-Reserve
Treaty lndians): Thank you, Chief Poitras.

Elders, senators, chiefs, ladies and gentlemen and members
of the subcornmittee, a recent decision by the Department of
lndian Affairs to discontinue the provision of education
assistance to treaty Indians living off the reserve once again
highlights the attempts being made by the federal government
to erode trœty rights.

° 1655

The treaties form the basis of all our rights, including
education rights, as clearly demonstrated in the following
excerpt from Treaty 6:

Further, Her Majesty agrees to make such provision as may
from time to time be deemed advisable for the education of
lndian children.

We refute the reasons given by the Department of lndian
Affairs for discontinuing education assistance to us who live
off the reserve. 1 understand some of the reasons they have
given are that band-controlled schools have taken up all the
money available for Indian education, that they have no legal
basis for the provision of education assistance for Indians
living off reserves; and the third reason is that it is against
their education guidelines, most specifically what we refer to
as the E-l2 guidelines.

We refute those reasons, because Indians secure their rights
under treaty, under the BNA Act and under the Canadian
Constitution. Those three legal sources guarantee Indian
rights. The Indian Act and its implementation and interpréta-
tion by lndian Affairs are being used to deny us those rights.

The migration of Indians from reserves to urban centres in
Saskatchewan is relatively recent. Chief Poitras has tabled two
documents which the Federation of Saskatchewan Indians had
their legal people do. One is entitled A Treaty Position for
Ofl-Rexzrve Indians and the other one is entitled A Constitu-

Indian Self-Government

2-3-1983

[Translation]

Je vais énumérer rapidement les documents qui ont été
déposés. Tout d’abord, le Plan de l’Institut de formation des
lndiens de la Saskatchewan et le résumé qui l’accompagne. Ce
plan est encore notre priorité. Ensuite, nous avons le premier
volet du Plan de l’Institut de formation des Indiens de la
Saskatchewan, qui est présenté â Ottawa. Nous avons
également un résumé qui accompagne ce premier volet. Il y a
ensuite le Plan de l’Institut de formation en gestion des Indiens
de la Saskatchewan ainsi qu’une proposition de financement à
long terme du collège communautaire des lndiens de la
Saskatchewan.

Cela conclut ma présentation. Merci beaucoup.

Le chef Poitras: Merci, Ray.

Finalement, nous aimerions vous présenter la situation des
Indiens vivant à l’extérieur des réserves ou dans les villes de la
province. M »“ Elsie Roberts fera l’exposé.

Mme Elsie Roberts (Services de la Saskatchewan, Indiens
régis par traités vivant à l’extérieur des réserves): Merci, chef
Poitras.

Anciens, sénateurs, chefs, mesdames et messieurs, membres
du Comité, la décision qu’a prise récemment le ministère des
Affaires indiennes de ne plus financer l’éducation aux Indiens
régis par traités vivant à l’extérieur des réserves illustre encore
une fois les efforts du gouvernement fédéral pour rogner les
droits découlant des traités.

Les traités sont à la base de tous nos droits, y compris les
droits à l’éducation, comme le montre bien cet extrait du traité
n° 6:

Par ailleurs, Sa majesté accepte de prendre les dispositions

qui seront souhaitables en matière d’éducation des enfants

indiens.

Nous refusons les raisons données par le ministère des
Affaires indiennes pour justifier l’arrêt des subventions à
l’enseignement aux Indiens qui vivent en dehors de la réserve.
Parmi ces raisons, on invoque le fait que les écoles contrôlées
par les bandes accaparent tout le budget réservé à l’éducation
des Indiens, le fait que du point de vue juridique, ils ne sont
pas tenus de financer l’éducation des Indiens vivant en dehors
des réserves; on invoque aussi une troisième raison, à savoir
que cela va à l’encontre des lignes directrices en matière
d’éducation, le document E-12.

Nous rejetons ces raisons car les Indiens ont protégé leurs
droits grâce aux traités, grâce à l’Acte de l’Amérique du nord
britannique et grâce à la Constitution du Canada. Ces trois
documents garantissent les droits des lndiens. Le ministère des

Affaires indiennes interprète a sa manière la Loi sur les
Indiens pour nous refuser ces droits.

Les Indiens n’ont commencé que récemment à émigrer des
réserves vers les centres urbains de la Saskatchewan. Le chef
Poitras a déposé deux documents préparés par les juristes de la
Federation o] Saskatchewan lndians. Voici les titres de ces
documents: Treaty Position for Off-Reserve lndians ct A

.. . .4»… “m. .-

. main mon”… .._

……n.-—«uu.n»

‘Ûr-(È

pv“ »— » »=’-‘<« *“’ «rwrr-«r- – nxœmfl.t—…._.e.g..,.,….,..wr_alw—. n. .-

2-3-1983

[Texte]

tional Position for Off-Reserve lndians. Included in those
documents are percentages of the treaty Indians who live off
the reserve in Saskatchewan, and the percentage right now is
near 15%. It also includes projections.

The department’s concern over the migration patterns is
highlighted in one of their recent publications, called Indian
Conditions: A Survey, commissioned by Indian Affairs in
Ottawa in 1980. According to this publication, the number of
Indians living off-reserve has increased from 45,000 in 1966 to
99,000 in 1982. It is predicted that the population of Indians in
urban centres throughout Canada will rise to 110,000 over the
next décade. The implications are clear. The substantial
increase in the number of Indians living off reserve results in a
considérable saving of resources by the department, if services
to these lndians are cut off. A new and different interpretation
of the Indian Act enables the department to carry out this
withdrawal of services.

In that same survey, it is pointed out that the greatest
proportion of lndians living in urban centres are young. It says:
“Levels of educational attainment among off-reserve Indians
appear to be well below those of the average Canadian. » In
Saskatchewan, a Federation of Saskatchewan Indian Nations
study indicated that about 40% of men and 40% of women had
completed eight or fewer years of formal education.

Obviously, the need for better educational opportunities for
Indians living off reserve is great. The decision to curtail
educational assistance for off-reserve Indians will only
significantly increase that problem. These are some of the
impacts that decision has . .. These three factors—the
tremendous need for better educational opportunities, the
growing number of lndians living off the reserve and the lack
of resources the department has to meet its obligations and
commitments—appear to have instigated the change in the
educational assistance policy.

lnterestingly, at one time the Department of Indian
Affairs . .. The policy used to promote assimilation was the
intégration policy, by entering into off-reserve joint school
arrangements and residential schools, as Chief Poitras referred
to. Now the lndian governments in Saskatchewan are asserting
their authorities and insisting Canada live up to its part of the
treaty bargain by making resources available for education
programs, services and institutions designed, controlled and
delivered by Indians. So Indian Affairs is again pulling out the
old Indian Act trick; and this time, they want to slough off
their responsibilities to the provinces.

In any case, when any service is provided by the province to
lndian education, they are reimbursed 100%. So they really do
not get away from it at all; they do not want the lndians to
have control.

The existing rights of treaty lndians are recognized and
affirmed in Section 35 of the Canadian Constitution. Thus, it

Autonomie politique des Indiens 1 1 z 93

[Traduction]

Conslitulional Position for Off-Reserve Indians. Ces docu-
ments donnent le pourcentage des Indiens régis par traités
vivant à l’extérieur des réserves en Saskatchewan; â l’heure
actuelle, ce pourcentage oscille autour de 15 p. 100. Les
documents donnent également des prévisions.

Les préoccupations du ministère par rapport à ces tendances
migratoires sont soulignées dans une publication récente: Les
Indiens: Situation actuelle document publié par le ministère
des Affaires indiennes à Ottawa en 1980. Selon ce document,
le nombre d’Indiens vivant â l’extérieur des réserves est passé
de 45,000 en I966 à 99,000 en 1982. On prévoit que le nombre
d’Indiens vivant dans les centres urbains au Canada passera à
110,000 au cours des dix prochaines années. Les répercussions
sont évidentes. Si le ministère peut couper les services aux
Indiens ne vivant plus sur les réserves, cette augmentation
marquée du nombre des Indiens dans les centres urbains lui
permettra de faire des économies considérables. En interprè-
tant différemment la Loi sur les Indiens, le ministère peut
retirer ses services.

Dans le même document, on souligne que la majorité des
Indiens vivant dans les centre urbains sont jeunes. On y lit que
le niveau d’éducation des lndiens vivant hors des réserves
semble de loin inférieur â la moyenne canadienne. En Saskat-
chewan, une étude menée pour le compte de la Federation of
Saskatchewan Indian: Nation: montre qu’environ 40 p. 100
des hommes et des femmes ont fréquenté des écoles pendant au
plus huit années.

L’importance d’offrir de meilleurs services d’éducation aux
Indiens vivant à l’extérieur des rflerves est criante. En
décidant de ne plus offrir l’aide à l’éducation aux Indiens qui
vivent a l’extérieur des réserves, on ne fera que compliquer le
problème. Telles sont les répercussions de cette décision…
Ces trois facteurs: le besoin criant de services d’enseignement
de qualité, le nombre croissant d’Indiens vivant hors des
réserves et le manque, pour 1e ministère, des ressources
nécessaires pour s’acquitter de ses obligations et de ses
engagements——ces trois facteurs semblent être à l’origine de la
modification de la politique d’aide à l’éducation.

Il est intéressant de souligner qu’à une époque le ministère
des Affaires indiennes invoquait, pour faciliter l’assimilation,
une politique d’intégration en envoyant les enfants à des écoles
mixtes hors réservesgcomme le disait le chef Poitras. Or, les
gouvernements indiens de la Saskatchewan défendent leurs
droits et exigent du Canada qu’il respecte les traités en offrant
les ressources nécessaires aux programmes aux services et aux
centres d’enseignement qui sont désignés, contrôlés et adminis-
trés par les Indiens. Voilà que le ministère des Affaires
indiennes essaie encore une fois d’interpréter à sa façon la Loi
sur les lndiens afin, cette fois-ci, de se départir de ses responsa-
bilités et de les remettre aux provinces.

De toute façon, lorsque la province offre un service d’éduca-
tion aux Indiens, elle est remboursée à 100 p. 100. Donc, le
ministère ne veut pas faire d’économies; il ne veut tout
simplement pas que les Indiens puissent contrôler leurs propres
affaires.

Les droits des Indiens régis par traités sont reconnus et
garantis à l’article 35 de la Constitution du Canada. Il s’agit

1l :94 lndian Self-Government 2-3- 1983

[Text]

then becomes a question of who is an lndian. When the
treaties were signed, there were no questions regarding
residence requirements for entitlement by an Indian. Without
any explicit clause being needed, treaties are seen to inure to
the benefit of the legal descendants of the signatories of the
treaties, as determined by the internal political rules of the
nation or community signing the treaty, not by parties signing
opposite. In other words, the détermination of one’s status as
an lndian rests with the Indian governments, not with the
federal government. The present attempt by the department to
restrict educational assistance to lndians living off reserve runs
counter to this principle.

The policy also runs counter to the expression of authority in
the BNA Act. This act gave jurisdiction and legislative
authority for lndians and lands reserved for Indians in Section
91.(24) to the Canadian government. This comes from that
paper 1 was talking about, Constitutional Position for Off-
Reserve lndians:

For the Imperial Parliament to have exempted for regular
treatment a racial grouping (Indians) and a territorial
jurisdiction, land reserved for Indians, was t0 create in its
fledgling form special status for Indian people, based upon
the two fundamentals of nationhood being distinct racial or
cultural and social grouping and territorial sovereignty.

lnterestingly, the BNA Act differentiates between Indians
and lands reserved for Indians. They are not necessarily
dépendent on each other. One can be, despite Indian Affairs
policy, an Indian without being resident on a reserve.

The Indian governments in Saskatchewan have declared
they have jurisdiction over and responsibility for all their band
members. They never even take into considération the question
of residency, and they enter into any negotiations with other
governments with that guiding principle.

Thank you.
Chief Poitras: Thank you, Elsie.

That concludes our presentation. May I wrap up the
comments made by the evidence given from the people here on
the panel‘!

We feel you have heard the problems encountered in the
recent past, especially because the 1970s was the development
of education in Saskatchewan. We also brought you the
concerns we do have on education, regarding al1 components of
education. It is a wide range because it is the key, in our view,
to the development of all the areas on which we must improve,
especially into the professional areas, into the employment
areas. There seems to be a need right through, as indicated by
the people who are here.

‘ 1705

Past and recent developments have led us to conclude that
the future. . The lessons of the past are obvious. There must
be two gui ng principles governing lndian education in the

[Translation]

donc de savoir qui est Indien. À la signature des traités, on n’a
pas lié la question de la résidence d’un Indien à ses droits. On
considère que les traités confèrent les droits aux descendants
légaux des signataires des traités; ces descendants sont
reconnus selon les politiques de la nation ou de la communauté
signataire du traité et non pas par l’autre partie au traité.
Autrement dit, il revient aux gouvernements indiens, et non au
gouvernement fédéral, de déterminer le statut d’un Indien. En
essayant de couper l’aide à l’éducation aux Indiens vivant à

l’extérieur des réserves, le ministère va a l’encontre de ce
principe.

Cette politique va également à l’encontre de l’expression du
pouvoir de l’Acte de l’Amérique du nord britannique. Cette loi
confère au gouvernement canadien les compétences et le
pouvoir législatif sur les Indiens et les terres qui leur sont
réservées â l’article 9l.(24). Cela découle du document dont je
vous parlais précédemment: HeConstitutional Position for
Off-Reserve lndians.

Lorsque le Parlement impérial a exempté un groupe racial

(les lndiens) et les terres qui leur sont réservées, il a créé, a

l’état embryonnaire, un statut spécial pour les Indiens,

reposant sur les deux principes fondamentaux de la nation, à

savoir la race et la culture d’une part et le regroupement

social et la souveraineté territoriale d’autre part.

Il faut souligner ici que l’Acte de l’Amérique du nord
britannique établit une distinction entre les Indiens et les terres
réservées aux Indiens. L’un peut aller sans l’autre. En dépit de
ce qu’en pense le ministère des Affaires indiennes, on peut être
Indien sans vivre dans une réserve.

Les gouvernements indiens de la Saskatchewan ont déclaré
leur compétence et leur responsabilité envers tous les membres
de leurs bandes. Les gouvernements indiens ne tiennent jamais
compte de la question de 1a résidence et c’est en se basant sur
ce principe qu’ils entament les négociations avec les autres
gouvernements.

Merci.
Le chef Poitras: Merci, Elsie.

Cela met fin a notre exposé. J’aimerais récapituler les
observations faites aujourd’hui.

Nous avons brossé à votre intention un tableau des problè-
mes rencontrés depuis quelque temps, parce que pendant les
années 1970, le secteur de l’éducation en Saskatchewan c’est
considérablement développé. Nous vous avons également
transmis nos préoccupations en matière d’éducation, sur tout
ce qui touche à l’éducation. Ces préoccupations sont vastes car
l’éducation est à la base, selon nous, des progrès que nous
devons accomplir sur tous les fronts, notamment en matière
d’emploi. Ce besoin semble exister partout, comme le disent les
gens qui sont ici.

Les leçons que nous pouvons tirer du passé sont évidentes. A
l’avenir, deux principes doivent gouverner l’éducation des
lndiens: tout d’abord, les Indiens doivent exercer un contrôle

FOC?!‘

‘-‘7 01107

‘I — —-«-«-« – -»-a .—— w. gfiwgvæwqfiwawflÿyæ-sngflqaafin».

r.

… su… u A. mua“.-. ,.\4 La.

2.3.1983 Autonomie politique des Indiens 11 : 95
[Textg] [Traduction]
future: First, Indian people must have effective control over efficace sur leur éducation; deuxièmement, il incombe au

lndian education; and second, it is the responsibility of the
federal Government of Canada to provide whatever support is
necessary to further the cause of Indian education.

With those two principles, I would like to thank the panel
for listening; and I want to thank my cohorts for their delivery
of the présentations. Thank you.

The Vice-Chairman: Thank you very much, Chief Poitras.

1 must say we have learned a lot about education, and you
have certainly given us our homework. The documents are
impressive, and I know we will go through them when we get
back to Ottawa.

ln that light, I would like the committee to agree that this
kit be tabled with the committee as an exhibit. The full kit will
be in Ottawa for each and every one of you to look at, in case
you have missed any one of the docments. That will be filed. Is
it agreed that be done?

Some hon. Members: Agreed.

The Vice-Chairman: Also, certain documents, referred to by
Mr. Ahenakew in the order form as publications from the
Saskatchewan lndian Cultural College, should be filed as an
exhibit. Is that agreed as well?

Some hon. Members: Agreed.

The Vice-Chairman: We now will have all the documents
available not only to the committee members who are here, but
to those who were not able to make it today.

We have some time left for questions, if that is in order: and
1 know there will be some questions. We will start with Mr.
Chénier.

Mr. Chénier: 1 have one question and one comment, Mr.
Chairman.

The first question is: How many bands in Saskatchewan are
still under master tuition agreements?_Do you know?

Mr. Ahenakew: There are no master tuition agreements in
Saskatchewan. They are with each individual band, and 1
would assume approximately 40% to 50% of the bands have
tuition agreements with joint schools.

Mr. Chénier: Are they 25-year agreements‘?

Mr. Ahenakew: The old agreements went in perpetuity. For
the new agreements, bands have now negotiated a provision for
opting out of the agreements.

Mr. Chénier: Okay, thank you. 1 think it is quite important,
Mr. Chairman, if bands are going to take control of their
education, that these tuition agreements that were made in
perpetuity be looked at to see if the Indian bands can get out
of them.

My second is not a question; it is a comment. Chief Angus
McLean was talking about recreation and education, and then
I heard the people here talking about elementary education.

gouvernement fédéral du Canada d’appuyer toutes les mesures
nécessaires pour promouvoir l’éducation des lndiens.

Cela dit, j’aimerais remercier les membres du Comité de
m’avoir permis de m’adresser à eux et j’aimerais remercier mes
collègues qui ont fait des exposés. Merci.

Le vice-président: Merci beaucoup chef Poitras.

l1 faut dire que nous avons appris beaucoup de choses au
sujet de l’éducation et vous nous avez donné beaucoup de
travail à faire à la maison. Les documents sont imposants et
nous les étudierons lorsque nous serons rentrés à Ottawa.

Je demanderais donc aux membres du Comité de consentir à
ce que ce lot fasse partie des documents du Comité. Chacun
d’entre vous aura l’occasion de consulter ces documents ä
Ottawa si vous n’avez pas eu l’occasion d’en prendre connais-
sance aujourd’hui. Les documents seront répertoriés. Êtes-vous
d’accord?

Des voix: D’accord!

Le vice-président: Il en sera de même pour certains
documents auxquels M. Ahenakew a fait allusion; il s’agirait
de publications du Saskatchewan Indian Cultural College.
Etes-vous d’accord‘?

Des voix: D’accord!

Le vice-président: Ainsi, tous les documents seront à la
disposition non seulement des membres du Comité qui sont
présents aujourd’hui, mais aussi de ceux qui ne pouvaient pas
participer.

Il nous reste quelque temps pour poser des questions, si vous
le voulez; je sais que vous en aurez a poser. M. Chénier sera le
premier intervenant.

M. Chénier: Monsieur le président, j’ai une question à poser
et un commentaire à faire.

Voici la question: combien de bandes en Saskatchewan sont-
elles encore visées par les ententes-cadres concernant les frais
de scolarité? Le savez-vous’?

M. Ahenakew: En Saskatchewan, il n’existe pas d’ententes-
cadres sur les frais de scolarité. Des ententes ont été conclues
avec chaque bande et environ 40 à 50 p. 100 des bandes ont
conclu des ententes visant les écoles co-administrées.

M. Chénier: S’agit-il d’ententes de 25 ans‘!

M. Ahenakew: Les anciennes ententes étaient valables à
perpétuité. Par contre, les nouvelles ententes comportent une
disposition permettant aux bandes de s’en libérer.

M. Chénier: Très bien, merci. Monsieur le président, S’il
faut permettre aux bandes d’administrer leur propre éduca-
tion, il faudrait étudier ces ententes de durée infinie pour
déterminer si les bandes indiennes peuvent s’en libérer.

J’ai posé ma question, je passe à mon commentaire. Le chef
Angus McLean parlait de récréation et d’éducation; les gens
d’ici ont parlé ‘éducation au niveau élémentaire. Lorsque nous

l 1 : 96 Indian Self-Government 2-3-1983

[Text]

When we get back to Ottawa, Mr. Chairman, l think we
should call on the Education Branch of the department.

Two years ago, they promised me they were going to look
into their planning for construction of schools, I had been after
them, telling them the school buildings we were putting up
were substandard in that there were no general-purpose areas
or gyms in in most elementary schools. They told me they were
studying that and they were hoping there would be a paper
coming out, I think, last fall. I do not think it is out yet, unless
I have missed it. But certainly, I think we should meet with
them and press that, when they do build schools on reserves or
on band lands, those schools offer all the services any other
school would offer to any other Canadian.

The Vice-Chairman: Thank you for that suggestion, Mr.
Chénier. 1 am sure we are going to follow that up.

Mr. Manly.

Mr. Manly: Thank you, Mr. Chairman. 1 would like to
thank tlie reprcsentatives for a wide range of présentations
dealing with education.

1 would like to ask a series of questions now, Mr. Chairman:
and perhaps if another area of interest is not covered, I could
have a second round. But I will just deal with one at the
present time, and that deals with the subject of Elsie Roberts‘
presentation and the whole question of off-reserve funding.

As you know, this question has corne up before in this
committee. When Justice officials were asked about the reason
why off-reserve funding for students was discontinued, they
indicated it was simply because the appropriations bill did not
havc the right wording. When I asked the minister about this,
at first hc agreed. Then he disagreed and said he would get a
more detailed answer.

l would like t0 read part of that answer. It says:

During the fiscal years 1980-1981 and 1981-1982, the
regions were periodically reviewing their opérations for the
purpose of bringing their expenditures in line with their
financial resources.

That is a fancy way of saying the amount of money was being
cut back.

In doing this, the regions gave priority to elementary and
secondary educational services for on-reserve students who
did not liave access to any other source of funding. As a
result, some regions began to reduce or discontinue such
services to off-reserve students. At the same time, the
Dcpartmcnfs authority for the provision of educational
services to off-reserve students was questioned.

Some regions discontinued the service to off-reserve students
and others continued, and so they decided that they would

[Translation]

serons de retour à Ottawa, monsieur le président, il faudrait
communiquer avec la direction de l’éducation du ministère.

Il y a deux ans, les fonctionnaires de cette direction m’ont
promis qu’ils étudieraient la question de construction d’écoles.
Je suis la situation de près; je leur ai dit que la installations
que nous érigons ne répondent pas aux normes et notamment
qu’on ne prévoyait pas de gymnases ou cour de récréation dans
la plupart des écoles élémentaires. On m’a répondu que les
fonctionnaires étudiaient la question qu’ils espéraient publier
un document sur ce sujet à l’automne, si je me souviens bien.
Je ne crois pas que le document ait déjà été publié, â moins
qu’il ne l’ait été à mon insu. Mais il faudrait certainement
rencontrer ces fonctionnaires et insister sur ce point: lorsque
des écoles sont construites dans les réserves ou sur les terres
des bandes, elles doivent offrit tous les services qu’offrirait
toute autre école à n’importe quel autre Canadien.

Le vice-président: Je vous remercie de votre proposition,
monsieur Chénier. Nous allons lui donner suite, j’en suis sûr.

Monsieur Manly.

M. Manly: Merci, monsieur le président. J’aimerais
remercier les témoins de la grande variété de leurs mémoires
sur l’éducation.

Monsieur le président.j’aimerais poser une série de questions
dans l’immédiat; et, si le temps nous permet de procéder à un
deuxième tour, j’aimerais parler d’un autre sujet qui n’a pas
été soulevé. Mais, pour le moment, je veux traiter d’une seule
question: Le mémoire présenté par Elsie Robert au sujet du
financement de l’instruction reçue à l’extérieur de la réserve.

Cette question a déjà été soulevée durant les séances de ce
Comité. Interrogés sur les raisons pour lesquelles on avait
supprimé le financement des études faites à l’extérieur de la
réserve, les représentants du ministère de la Justice ont
répondu que le projet de loi portant affectation de crédits était
tout simplement mal libellé. Interrogé à son tour, le ministre
s’est d’abord dit d’accord. Puis, il s’est dédit et à promis de
nous donner une réponse plus détaillée.

J’aimerais vous lire une partie de cette réponse. La voici:

Au cours des exercices financiers 1980-1981 et 1981-1982,
les régions ont fait des études périodiques de leurs activites
dans le but de faire correspondre leurs dépenses a leurs
ressources financières.

Euphémisme qui veut dire que les crédits étaient réduits.

Dans le cadre de cette évaluation, les régions accordaient la
priorité aux services éducatifs du niveau élémentaire et
secondaire offerts aux étudiants dans les réserves qui
n’avaient pas d’autres sources de financement. Par consé-
quent, certaines régions ont commencé à réduire ou
supprimer certains services offerts aux étudiants ne vivant
pas dans les réserves. Parllèlement, on se demandait si le
Ministère était autorisé à offrir des services en matière
d’éducation aux étudiants ne vivant pas dans les réserves.

Certaines régions ont supprimé les services offerts aux
étudiants ne vivant pas dans les réserves et d’autres les ont

Sc
no

EI

th

10
ki
Lll
ïll
ct
a!

al

0’003!“

zarnäzzaiaä »:

.—œo

2-3-1983

[Texte]

have one policy for al1 across Canada; namely, to discontinue
it.

This would make everything very simple for the department.
This ensured a uniformity of action by all regions with
regard to the provision of elementary and secondary
educational services to Indian students not resident on
reserves. Although the matter of the Minister’s responsibil-
ity in this area is still being pursued, there is no clear
indication at this time that the status will change.

So there still seems to be some uncertainty about whether or
not the minister does have authority.

Then I would like to read this paragraph. 1 would like to get
Elsie Roberts‘ comment on it and perhaps some other com-
ments on it, because I think it is significicant. It says:

There is a possibility that changes in the overall roles and

responsibilities of the federal and provincial governments for

the provision of services to Indian people could fiow from
decisions pending in the Constitutional process.

Do you see any good decision regarding this educational
thing coming out of the current constitutional process?

Ms Roberts: I know my leaders in Saskatchewan are going
to approach the Constitution table with certain positions, and I
know one of them is going to be that there will be no valid
delegation from the federal government to the provinces of any
authority regarding the Indians, unless the Indian nations
consent. We are represented by our lndian government leaders
at that table.

Mr. Manly: l think Mr. Linklater would like to comment
also, Mr. Chairman.

Mr. Linklater: Yes, l would like to make a comment on the
question regarding the Constitution.

lt statcs: “Existing aboriginal and treaty rights cf Indian
people are hereby recognized and affirmed ». One of those
treaty rights is education rights; and we say this section of the
Constitution applies to all lndians, whether on or off reserves.
Our position regarding treaties is that the education rights for
Indians apply to all Indians, whether on or off reserves, at all
levels. So the section on the legal interpretation regarding the
Indian Act . . . The lndian Act itself will have to be revised in
order fit the constitutional position regarding treaty rights.

Mr. Manly: So I could take it that the position of Saskatch-
ewan Indians would be quite clearly that they do not want to
see any change in the constitutional provision, that the federal
government is responsible for Indian education; and it is your
position that this includes off-reserve Indian people as well as
tan-reserve’!

‘ 1715

Mr. Linklater: A11 Indians, yes.

Mr. Manly: Thank you very much. Thank you, Mr.
Chairman.

292504

Autonomie politique des lndiens 1 1 : 97

[Traduction]

maintenus; puis, on a décidé d’adopter une politique uniforme
pour l’ensemble du pays, notamment, de les supprimer.

Cela faciliterait de beaucoup le travail du ministère.

Cette solution assurait l’uniformité des mesures prises par
toutes les régions eu égard â la prestation de services
éducatifs au niveau élémentaire et secondaire à l’intention
des étudiants indiens qui ne vivaient pas dans les réserves.
Bien que l’on ait pas encore réussi à définir la responsabilité
du ministre dans ce domaine, rien n’indique pour le moment
que la situation pourrait changer.

Alors il semble exister encore une certaine incertitude quant a
l’autorité du ministre en cette affaire.

Je vous lirai un autre paragraphe. J’aimerais connaître
l’opinion d’Elsie Robert et d’autres â ce sujet car cette question
est importante. Voici le paragraphe:

Il est possible que le processus constitutionnel puisse

modifier le rôle et les responsabilités des gouvernements

fédéral et provinciaux en matière de prestation des services
aux Indiens.

Croyez-vous qu’une décision importante puisse découler des
négociations constitutionnelles actuelles?

Mme Roberts: Je sais que mes chefs en Saskatchewan
adopteront certaines positions sur la constitution, dont celle-ci:
Le gouvernement fédéral ne peut pas déléguer certains
pouvoirs concernant les Indiens aux provinces à moins que les
nations indiennes n’y consentent. A ces négociations, nous
sommes représentés par les chefs de nos gouvernements
indiens.

M. Manly: Je crois que M. Linklater aimerait également
faire connaître son point de vue, monsieur le président.

M. Linklater: Oui, j’aimerais parler de la constitution.

En voici un extrait: «les droits existants—ancestraux ou issus
de traités-ailes peuples autochtones du Canada sont reconnus
et confirmés». Les droits à l’éducation sont un de ces droits
issus de traités, cette disposition de la constitution vise tous les
Indiens, qu’ils habitent dans les réserves ou non. Pour ce qui
est des traités, nous prétendons que les droits à l’éducation
visent tous les niveaux et tous les Indiens, qu’ils habitent dans
les réserves ou non. Il faudra donc réviser la Loi sur les lndiens
de façon que la disposition sur les droits issus de traités
corresponde à cette disposition de la constitution.

M. Manly: Il faut donc en déduire que la position des
Indiens de la Saskatchewan est très claire, qu’ils ne souhaitent
pas de modification à la disposition actuelle de la constitution,
qu’ils estiment que le gouvernement fédéral est responsable de
l’éducation des Indiens; et qu’à votre avis ceci vise tous les
lndiens, ceux des réserves et ceux a l’extérieur des réserves,
n’est-ce pas?

M. Linklater: Tous les Indiens, oui.
M. Manly: Merci beaucoup. Merci, monsieur le président.

11:98

Indian Self-Government

2-3-1983

[Text]
The Vice-Chairman: Thank you, Mr. Manly.

Roberta.
Ms Jamieson: Thank you, Mr. Chairman.

One of the areas on which 1 was going to question has been
covered by Mr. Manly. 1 am thankful for thé comments that
have been made on that point because I think thé answer we
got is wholly inadéquate. and I think we should go back to thé
minister with a series of other questions. I think it was very
skilfully worded to evade the issues.

We have another response-I understand we will be talking
about this tomorrow, so I will hang on to it-on the issue in
Saskatchewan about the Indian university students, the recent
blow-up that has occurred here. I see we have some news
clippings. When we have Mr. Fiddler before us tomorrow, 1
understand we will be looking at that; so I will save my
question for that.

One thing I would like to say is that we hear so much
evidence in this committee about Indian government, and
many people have expressed frustration with the fact that it is
so conceptual they cannot hang on to it. One thing that has
happened this afternoon is wé have seen some very concrete
illustration of what it means and how at least the Indian
governments in this province have pushed it to the limit in the
education area, under current law and current arrangements,
and are now pushing beyond. It seems to me this is where this
committee comes in, where we have to make the changes in thé
Canadian laws to allow Indian government to exercise its full
power and remove some of those restrictions that are afllicting
you.

I have had a look at the 1983-1984 estimates that are now in
committee; and Saskatchewan, on a per capita share in
operating alone, is due to have 272 person-years, S30 million.
Their share of Indian Affairs grants and contributions is S36
million for education, which adds up to almost 510,000 a year
per family of five. I would be interested to see how much of
that efféctively reaches the Indian people, because it seems to
me you could do a much better job of délivering éducation to
Indian people than thé current department can.

There are two parts to my question. First, thé same esti-
mates, under capital for éducation, list only one item for
Saskatchewan; that is, complétion of Thunderchild School. I
wonder if that reflects your needs or if that reflects their
decision. That is the only one in the estimates, Stan. I have
them here.

The other question is this, and it is also out of thé estimates.
The department says:
lt assists and supports Indians to have access to educational
programs and services which are responsive to their needs
and aspirations, consistent with thé concept of Indian
control of Indian education.

It also says it is focusing the education program to meet major
Indian social needs.

[Translation]
Le vice-président: Merci, monsieur Manly.

Roberta.
Mme Jamieson: Merci, monsieur le président.

M. Manly a déjà soulevé une du questions que je voulais
reprendre. Il m’est agréable d’entendre ces commentaires car il
me semble que la réponse du ministre est tout â fait insuffi-
sante et qu’il faudrait lui poser toute l’autre série dé questions.
Je crois que sa réponse est très savamment formulée dans le
but de parer aux questions.

Si j’ai bien compris, nous parlerons demain de la situation
des étudiants d’universités indiens en Saskatchewan, de
l’incident qui s’est produit ici dernièrement; je ne soulèverai
pas dé questions à ce sujet pour le moment. On nous a remis
des coupures de journaux. Demain, lorsque M. Fiddler
comparaîtra, il sera question de cet incident; je lui poserai mes
questions demain.

Les membres de ce Comité entendent beaucoup de témoi-
gnagés sur le gouvernement dés Indiens; bon nombre de
personnes se sont dites frustréés du fait que le concept est si
théorique qu’elles ne peuvent s’y accrocher. Cet après-midi,
nous avons eu un exemple très concret du gouvernement indien
et de la façon dont il a exercé ses pouvoirs dans lé domaine dé
l’éducation, aux termes de la loi et des accords actuels; de la
façon dont il veut maintenant les dépasser. Voilà, il me semblé,
où le Comité peut intervenir, en modifiant les lois canadiennes
pour permettre au gouvernement indien d’exercer ses pleins
pouvoirs et de supprimer certaines restrictions qui nuisent aux
Indiens.

J’ai étudié le budget de 1983-1984 qui est actuellement
soumis à l’étude des Comités; au seul chapitre du fonctionne-
ment, les dépensés calculées par habitant s’élèvent â 272
années-personne ou à 30 millions de dollars. Au chapitre de
l’éducation, lé financement et les contributions du ministère
des Affaires indiennes s’élèvent à 36 millions dé dollars, ce qui
correspond à environ 810,000 par année pour une famille de
cinq personnes. J’aimerais savoir quelle partie de cette somme
les lndiens recoivent effectivement car il me semble que vous
pourriez mieux administrer l’éducation des Indiens que le
ministère.

Ma question ést double. Tout d’abord, ce même budget, au
chapitre des dépenses capitales en matière d’éducation, ne
comporte qu’un poste visant la Saskatchewan: l’école dé
Thunderchild. Ce poste répond-il à vos besoins? S’agit-il d’une
décision du ministère? C’est le seul poste du budget qui vous
vise, Stan. Je l’ai ici.

Voici l’autre question qui porté également sur le budget. Le
ministère prétend:
aider les Indiens et les Inuit à faire appel à des services et à
des programmes d’éducation qui répondent à leurs besoins et
à leurs aspirations, et qui cadrent avec leur désir de contrô-
ler leur enseignement.

Il dit également qu’il cherche à répondre aux grands besoins
sociaux des Indiens.

fi“ äww“ <____v__( _,___,__,g __,_.- . ._,..,.,r__ _ .,..__.,…, …._.__.___. ._«___……

2-3-1983

[Texte]

l wonder if you want to comment on that. Do you sec that
happening; first, on the capital-are your needs beyond the
one school that is listed‘?—and second, on the effectiveness ot »
what the department states are its goals?

Mr. Linklater: Can we have the first question once more,
please‘?

Ms Jamieson: Sure. The first one is on the Thunderchild
School. That is the only one listed in the estimates as being
provided for. It is the only single capital allocation for 1983-
1984 in the Saskatchewan region. I wonder if you could tell me
if you have needs that go beyond. Do you have other capital
needs?

Mr. Linklater: l do not know if we have the expert here.
Okay, Gary.

Mr. Waters: Maybe we could table with the committee later
on a study undertaken by the Federation of Saskatchewan
Indian Nations two years ago, called Our Children are
Waiting, which was a major study of capital requirements in
Saskatchewan on Indian reserves. The conclusions drawn were:
First, there was substantial need for new capital facilities of an
immediate nature; and second and as important, those
guidelines now around the requirements for building of schools
had to be changed drastically due to the basis that they would
only allow, in many communities, the the construction of
classrooms. As one gentleman said, the ancillary services like
gymnasiums, industrial shops, etc., cannot be provided within
the guidelines; and may I add that those guidelines are
substantially much different from provincial guidelines, which
provide for much higher-quality facilities for schools with the
same nmber of students.

So I would draw your attention to that document. I think,
Roberta, you are correct in terms of saying needs are much
greater than the present resources being provided.

The Vice-Chairman: If I may interject, we already have the
document tabled today. It is in the kit and it will be available
for us.

Mr. Chénier: Just as a supplementary to what Roberta was
saying, l think it would be fairly easy, Mr. Chairman, to get
from their agent a list of priorities for the construction of
schools in Saskatchewan. If you were to look at that list, l am
sure the priorities probably go to 1997 or so.

Ms Jamieson: The second part of the question was on the
stated goals and objectives of the department in its estimates
document it has tabled. In the back of my head, I wonder why
you need a department at all in this province. Why do you not
just . . . ‘.7 I assume you are advocating receiving your money
directly in one lump sum,

It says:

It assists and supports Indians to have access to educational
programs and services which are responsive to their needs
and aspirations, consistent with the concept of Indian
control cf Indian education.

Autonomie politique des Indiens l l ‘. 99

[ Traduction]

Qu‘en pensez-vous? Est-ce exact‘? Vos besoins en capitaux
dépassent-ils l’unique école prévue dans le budget? Deuxième-
ment, le ministère a-t-il été fidèle à ses objectifs?

M. Linklater: Pouvez-vous nous répéter la première
question‘! t

Mme Jamieson: Bien sûr. Elle porte sur l’école de Thunder-
child. C’est le seul poste prévu au budget, la seule allocation
prévue pour la région de la Saskatchewan en 1983-1984. Avez-
vous d‘autres besoins? D’autres besoins en capital?

M. Linklater: Je ne sais pas si notre spécialiste en la matière
est la. Allez-y, Gary.

M. Waters: On pourrait remettre aux membres du Comité
le document d’une étude entreprise par la Federation of
Saskalchewan lndian Nations, il y a deux ans, intitulée: «Our
Children are Waiting»; il s’agit d’une étude importante sur les
besoins en capital dans les réserves indiennes de la Saskatche-
wan. Voici les conclusions: tout d’abord, on notait un grand
besoin et un besoin immédiat d’installations; deuxième
conclusion, tout aussi importante que la première: les lignes
directrices actuelles concernant les normes de construction
d’écoles doivent être largement modifiées pour permettre la
construction de classes dans certaines collectivités. Quelqu’un
avait dit que les normes actuelles ne permettaient pas la
construction dînstallations secondaires, de gymnases, d’ate-
liers mécaniques, par exemple; ces normes sont très différentes
des normes provinciales qui prévoient des installations de
meilleure qualité dans les écoles ayant le même nombre
d’étudiants.

J’attire donc votre attention sur les conclusions renfermées
dans ce document. Il me semble. Roberta, que vous avez raison
de dire que nos besoins dépassent largement les ressources qui
sont actuellement mises à notre disposition.

Le vice-président: Permettez-moi d’intervenir; le document
nous a été remis aujourd’hui. Il fait partie de la trousse et nous
pourrons le consulter.

M. Chénier: Pour compléter ce que Roberta demandait, il
me semble qu’il serait facile d’obtenir du représentant des
Indiens une liste des priorités en matière de construction
d’écoles en Saskatchewan. On donnerait probablement les
priorités jusqu’à l’an 1997.

Mme Jamieson: La deuxième partie de la question portait
sur les objectifs reconnus du ministère dans le budget qui a été
déposé. Au fond, je me demande si vous avez besoin d’un
ministère dans cette province. Vous cherchez, je suppose, à
obtenir les crédits dans un versement global?

Voici un des objectifs:

Aider les lndiens et les Inuit à faire appel à des services et à
des programmes (Péducation qui répondent à leurs besoins et
â leurs aspirations, et cadrent avec le désir de contrôler leur
enseignement.

ll:l0O

[Text]

They also say they are focusing the education program to
meet major Indian social needs. I wonder if you would
comment on the effectiveness of this.

Chief Poitras: Elsic.

Ms Roberts: Yes, Roberta. The Federation of Saskatchewan
lndian Nations are presently negotiating with the federal
government for a block transfer of funds under the Established
Programs Financing Act, and we propose to break out the
Indian portion of that money. We can put it to far better use
than the province has. Well, they have not, because we do not
accept services for them; but they do take out money. We have
limited resources, as was indicated by the directors of the
various institutions.

Ms Jamieson: l understand we will hear more about the
EPF financing tomorrow, so maybe I will hang on until then to
get into that. 1 take it, from all the evidence we have heard
today, you would agree they are not meeting the goals they
have outlined and that you could meet them in a much better
fashion.

Thank you, Mr. Chairman. That is all.
The Vice-Chairman: Thank you, Roberta. _
Mr. Manly, would you have one further supplementary?

Mr. Manly: Yes, thank you, Mr. Chairman. I would like to
ask Mr. Acoose about a letter that is tabled here with an
appendix for December 29 from Dr. Glen Sinclair, the
Director of Education. I quote:

It should be noted that we are not closing the doors to self-
determination or a higher education, but rather redirecting
our training emphasis. The process over the past three or
four years of putting the majority of post-school moneys in
the UP program, has not shown dividends parallel to those
gained from other similar endeavours in other institutions
throughout Canada.

Could you comment on that assertion from Dr. Sinclair? Is
that a fair assessment or not‘?

Mr. Acoose: I would have to say Mr. Sinclair’s remarks in
respect to his description here of our post-school programs, or
in our institution, in respect to Indian students entering the
Saskatchewan Indian Federated College and the University of
Regina . . . Basically, we are going through a process, in
increasing numbers in the past two to three years, which has
led to putting these students presently in the system into
various facultics of the university of their interest, whichever
professional area they want to go into.

First of all, it does not take one or two years, or even three
or four years, to get results from students in terms of graduat-
ing. In terms of making that statement, I think he is jumping
the gun in not giving us the chance to give results within four
years.

Indian Self-Government

2-3-1983

[Translation]

On prétend également mettre l’accent sur les programmes
d’éducation qui répondent aux principaux besoins sociaux des
Indiens. S’agit-il d’une mesure efficace?

Le chef Poitras: Elsie.

Mme Roberts: Oui, Roberta. La Federation of Saskatche-
wan Indian Nations négocie actuellement avec le gouverne-
ment fédéral pour obtenir un transfert global des crédits en
vertu de la Loi sur les programmes établis; nous voulons que
ces sommes nous soient versées directement. Nous saurons
mieux que la province comment les utiliser. Nous n’acceptons
pas les services de la province mais elle s’approprie une partie
des crédits. Nos ressources sont limitées, comme vous l’ont
signalé les directeurs des diverses institutions.

Mme Jamieson: Je suppose qu’on parlera plus longuement
demain du financement des programmes établis; je poserai mes
questions à ce moment-là. D’après les témoignagæ que nous
avons entendus aujourd’hui, il semblerait que vous ne croyez
pas que le ministère ait atteint les objectifs qu’il a définis et
que vous pourriez mieux faire.

Merci, monsieur le président. C’est tout.
Le vice-président: Merci, Roberta.
Monsieur Manly, avez-vous une autre question à poser’?

M. Manly: Oui, merci, monsieur le président. Je m’adresse à
M. Acoose; il s’agit d’une lettre du 29 décembre remise en
annexe et signée par M. Glen Sinclair, directeur de l’éduca-
tion. En voici un extrait;

Il faut signaler que nous ne faisons pas obstacle à l’autodé-

termination ou à l’enseignement supérieur; plutôt, nous

donnons une nouvelle orientation à notre programme de
formation. Au cours des trois ou quatre dernières années.

l’investissement de la plus grande partie de l’argent versé à

l’enseignement postsecondaire au progrmme UP n’a pas

donné les résultats escomptés semblables à ceux d’autres
programmes semblables dans d’autres institutions au

Canada.

Que pensez-vous de cette déclaration de M. Sinclair‘! Est-ce
une évaluation exacte?

M. Acoose: M. Sinclair semble s’en prendre à nos program-
mes d’enseignement supérieur, qu’il s’agisse de notre institu-
tion, des étudiants indiens qui s’inscrivent au Saskatchewan
Indian Federated College ou à l’Université de Regina…
Essentiellement, nous cherchons depuis deux ou trois ans, à
augmenter le nombre d’étudiants dans les universités, quel que
soit leur domaine de prédilection.

Tout d’abord, on ne peut espérer obtenir des résultats dans
deux, trois ou quatre‘ ans. Il me semble que M. Sinclair saute
aux conclusions car il est trop tôt pour évaluer le succès du
programme.

_ __Ï__ 7

gramme-w s» »- « wmaÿçaugnoæ-wflwrærn-«Âwfi», .v,, . ,…

2-3-1983

Autonomie politique des lndiens 1 1 : l0l

[Texte]
9 1725

Mr. Manly: So the department is looking for a quick fix
rather than taking a long-term point of view.

Mr. Acoose: Basically, that is what the statement implies to
me, yes. and to our institution.

Mr. Manly: There is a rather strange définition of self-
determination here. It is a good example of jargon. I would
just like to read it into the record. He says:

Therefore, the doors of higher education are not being

closed. Rather, by better monitoring and utilization of

resources, realization of self-determination via application of
trained skills will be accomplished.

Is that your understanding of self-détermination’?

Mr. Acoose: No. I cannot understand why his rationalc is
for trained skills to be accomplished through self-determina-
tion. It is a very irrational statement from what I can see.

Mr. Manly: Just in closing, I hope it is not the departments
définition of self-détermination, either. But I rather wonder
from the contents of their policy here.

Thank you very much, Mr. Chairman.
Mr. Acoose: Thank you.
The Vice-Chairman: Mr. Linklater, would you like to . . . ‘I

Mr. Linklater: One of the big difficulties we have with
regard to education and the Department of Indian Affairs is
this. The department interprets decisions and even laws that
we disagree with; their interpretation of the Indian Act, for
example, as the one you quoted. They have given their own
interpretation of that Indian Act, but have never given us the
opportunity to have our legal people interpret our version of
that Indian Act; and so now we are being ruled by legal
interprétations which we can never challenge. We think we
should be given the opportunity to challenge that.

You all have this document; but just the same, I would like
to read it into the record regarding off reserve. This is the
government’s own Indian control of Indian education policy
paper, and it states very clearly and specifically in this paper
regarding off-reserve lndians.

We strongly maintain that it is the financial responsibility of
the federal government to provide the education of all types
and all levels to all status Indian people, whether living on or
off reserves.

Now, that is the policy the government itself has accepted,
and it is very clear and specific in this statement that they
provide education services to all people. So their legal interpre-
tation—-or whose-ever legal interpretation it is—is clearly
against the treaties, and it is clearly against their own policy
they have adopted.

That is the difficulty we have in dealing with the department
regarding self decision-making by lndian governments. It is up

[Traduction]

M. Manly: Le ministère veut donc trouver une solution
immédiate plutôt qu’à long terme.

M. Acoose: Voilà essentiellement comment je comprends
cette déclaration; notre institution est du même avis.

M. Manly: C’est une définition assez curieuse de l’autodé-
termination. C’est un bon exemple de jargon. J’aimerais vous
en lire un extrait:

Par conséquent, nous ne faisons pas obstacle â l’enseigne-

ment supérieur. Plutôt, un contrôle plus efficace et une

meilleure utilisation des ressources permettront l’autodéter-
mination par le biais de l’apprentissage.

Est-ce la façon dont vous entendez l’autodétermination‘?

M. Acoose: Non. Je ne comprends pas comment on pourra
acquérir certaines compétences grâce à l’autodétermination.
D’après moi, ce n’est pas logique.

M. Manly: J’espère que cette définition de l’autodétermina-
tion n’est pas celle du ministère. Ce qui ne m’étonnerait pas,
d’ailleurs, à en juger par sa politique.

Merci beaucoup, monsieur le président.
M. Acoose: Merci.

Le vice-président: Monsieur

ajouter . . . Î’

Linklater, voulez-vous

M. Linklater: Dans le domaine de l’éducation, c’est une
question qui rend très difficiles nos relations avec le ministère
des Affaires indiennes. Le ministère interprète des décisions et
méme les lois avec lesquelles nous ne sommes pas d’accord;
vous venez de donner un exemple de son interprétation de la
Loi sur les Indiens. Les fonctionnaires nous donnent leur
propre interprétation de cette Loi sur les Indiens mais ils n’ont
jamais permis à nos conseillers juridiques d’expliquer notre
interprétation de cette même loi; en conséquence, nous sommes
gouvernés par des interprétations légales que nous ne pouvons
jamais contester. Il faudrait nous permettre de contester ces
interprétations.

Vous avez tous un exemplaire de ce document; néanmoins,
j’aimerais en lire un extrait qui porte sur les services d’éduca-
tion offerts à l’extérieur de la réserve. Il s’agit de l’énoncé de
politique du gouvernement sur le contrôle par les Indiens de
leur propre éducation et en voici un extrait qui porte sur les
Indiens ne vivant pas dans la réserve.

Nous affirmons que le gouvernement fédéral a la responsa-

bilité financière d’assurer Féducation de tous les Indiens

inscrits, quel que soit le genre ou le niveau de cette éduca-
tion, que ces Indiens vivent dans les réserves ou non.

Or, il s’agit de la politique que le gouvernement lui-même a
acceptée; il est très clair qu’il doit assurer les services d’éduca-
tion â tous les Indiens. Pourtant, l’interprétation de je ne sais
qui va à l’encontre des traités et de sa propre politique.

Voilà une des difficulttä auxquelles nous faisons face lorsque
nous discutons des prises de décisions par les gouvernements

ll:l02

[Text]

to the Indian people, through their governments at band and
district levels, to make decisions. But what has happened with
the Department of lndian Affairs is that they make their own
executive and administrative decisions that limit the rights of
Indian bands, as governments, to make their own political
decisions.

That is what really needs to happen as far as self-govern-
ment is concerned, that lndian bands, at the band, district or
regional level, make their own political decisions. That is what
it is, but we are now being ruled by executive and administra-
tive decisions of Indian Affairs.

The Vice-Chairman: Thank you very much.

l see no further questions, and we have masterfully used our
time. We are right on time, which is excellent.

I really want to thank you very much, each and every one of
you, for the impressive statements and documentation you
have put before us. They will be very valuable as we do our
work in recommendations in the area of education. Thank you
so much for that.

I now propose to adjourn this part of the meeting. We will
start again at 7.00 p.m. with presentation number 7, state-
ments by three chiefs. Thank you. The meeting is adjourned
until 7.00 p.m.

Indian Self-Government

2-3-1983

[Translation]

indiens avec le ministère. Ce sont les Indiens, par le truche-
ment de leurs gouvernements, qu’il s’agisse des bandes ou des
conseils de districts, de prendre des décisions. Mais voici: le
ministère des Affaires indiennes, par le biais de leurs direc-
teurs ou de leurs administrateurs, prend ses propres décisions
qui restreignent les droits des bandes indiennes à prendre leurs
propres décisions politiquu. a titre de gouvernements.

Pour en arriver à l’autodétermination, il faut que les bandes
indiennes prennent leurs propres décisions politiques, au niveau
des bandes, des districts ou des régions. Malheureusement,
nous sommes gouvernés par des décisions prises par des
directeurs et des administrateurs du ministère.

Le vice-président: Merci beaucoup.

Personne n’a d’autres questions à poser; nous avons trà bien
utilisé le temps mis â notre disposition. Nous avons respecte
notre horaire; c’est merveilleux.

Je tiens à remercier chacun d’entre vous d’avoir répondu à
nos questions et de nous avoir fourni une documentation
impressionnante. Elle nous sera trà utile lorsque nous
formulerons des recommandations dans le domaine de
l’éducation. Merci beaucoup.

Je propose maintenant de lever la séance. Nous reprendrons
à l9 heures et nous entendrons notre septième exposé fait par
trois chefs. Merci. La séance est levée jusqu’à l9 heures.

EVENING SITTING
‘ 1925

The Vice-Chairman: I call the evening session of the special
committee to order.

I welcome the witnesses to the table this evening. We havc
with us Chief Ben Toutsaint, Acting Chief Norbert Fern,
Elder and Senator Louis Chicken—it is good to see you again,
Senator—Chief Joe Quewesance, Mr. Lance Ahenekew, Andy
Michael and Ernie Ahenekew. Thank you very much.

You may proceed, then, when you are ready.

Chief Ben Toutsaint (Interpretatinn): At first, this land or
what they call reserves, which they gave us, is what I wish to
speak about. There is now a population of over 700 people on
that reserve. When that reserve was given to us, outside people
were not supposed to interfere with that reserve without our
consent.

We made a contract with Eldorado for them to explore that
land for five years, and they were to pay us 550,000 a year for
every year they were on that land. That was the original
agreement or understanding. The following year, they gave us
only 530,000 a year. Today, none of our band members are
working with that company.

When they come into that reserve and start exploring or
doing whatever they wish to do, wc do not even know when
they get there. Quite often, we do not even know when they
leave. They arc just doing their own thing, you might say. This

SÉANCE DU SOIR

Le vice-président: La séance est ouverte.

Je souhaite la bienvenue aux témoins qui comparaissent ce
soir. Nous accueillons le chef Ben Toutsaint, le chef intéri-
maire Norbert Fern, l’Ancien et sénateur Louis Chicken—
qu’il nous est agréable de revoir-le chef Joe Quewesance, M.
Lance Ahenekew, Andy Michael et Ernie Ahenekew. Merci.

Vous pouvez commencer quand vous voudrez.

Le chef Ben Toutsaint (interprétation): J’aimerais tout
d’abord parler des réserves, de ces terres qu’on nous a données.
La réserve compte maintenant une population de plus de 700
personnes. Lorsqu’on nous a donné cette réserve, les gens de
l’extérieur ne devaient pas se méler aux affaires de la réserve
sans notre consentement.

Nous avons conclu un contrat avec l’Eldorado qui leur
permettait de procéder à des travaux d’exploration sur nos
terres pendant cinq ans; en retour, l’Eldorado devait nous
donner 850,000 par année durant laquelle elle faisait ses
travaux. Nous en étions arrivés à cette entente au départ.
L’année suivante, nous n’avons reçu que 530,000. Aujourd’hui,
aucun membre de notre bande ne travaille pour cette société.

Nous n’avons jamais su quand les gens de la sociétés sont
venus dans la réserve pour commencer leurs travaux; très
souvent, nous ne savons même pas quand ils quittent la réserve.
On peut dire qu’ils font tout ce qu’ils veulent, en quelque sorte.

r-.. ..

2-3-1983

[Texte]

land we are working on is your land. They never approach us
and say: this is your land; can we come back this year and
explore again? They do not even ask us.

‘ 1930

In the far north of the reserve where l come from, there are
no jobs, no development. If they do not get welfare assistance,
those people do not have anything to live on. Those companies
do not come to us and say: because we are working on your
land, we are going to hire your band members. Not once do
they ask us that.

Now, today, it looks as if their explorations are heading even
right into the waters. I have seen their tracks on the lakes, on
the snow on top of the ice. l have seen their tracks up there
from the air.

Now, towards the mining that is going on at Rabbit Lake-
that is on Wollaston Lake—the chiefs who have spoken to
what I said feel l am right in what is happening. That mine is
situated at Rabbit Lake. Those waters also flow into the Fond
du Lac River, into the settlements of Stony Rapids and Fond
du Lac. lf something happens at that mine, those communities
are going to be affected as well, such as the fish, wildlife and
the people, too.

That is why I feel very strongly that the uranium develop-
ment that is going on should be very closely watched, so that
nothing drastic happens.

We Indian people from that area do not know for a fact
whether or not uranium is dangerous. We do not know, but a
lot of white people have approached us and told us it is a
dangerous element.

ln the future, whatever those companies wish to do on those
reserves, before they do any developments or explorations, I
would like to see them first approach the chief and council and
say: this is what we want to do on your land. The only way
anything will work is if we talk those things out together. If we
do not try to do it together, nothing will ever work.

I wish to speak further on some things relating to the
treaties when they were first signed, to give you some history
of our treaty.

When those treaties were first signed, the way it must have
happened is that thc Indian people-or in our case, the
Chipewyan lndian people-were not the ones who asked to
sign those treaties.

What we were apparently told is when those treaties were
signed, it seems the white people who signed those treaties with
us had put some strong, heavy words in those treaties. They
had apparently told us, as long as that rock is sitting on that
ground, that sun is shining and that water is fiowing, those
treaties would not be broken. These things we live off-
caribou, fishing, trapping—had apparently been promised us
in those treaties; that they would not be taken away from us.

Autonomie politique des lndiens 1 1 : 103

[Traduction]

Cette terre sur laquelle nous travaillons est votre terre. Ils nc
viennent jamais nous dire: cette terre est à vous; est-ce que
nous pourrions revenir l’an prochain et prospecter encore? 11s
ne nous demandent méme pas.

Dans l’extrême nord de la réserve, d’où je viens, il n’y a pas
de travail, rien n’est fait pour le développement. À moins de
pouvoir bénéficier du bien-être social, les gens n’ont rien pour
vivre. Or, ces sociétés qui travaillent sur notre terre ne nous
disent pas: puisque nous y travaillons, nous allons employer les
gens de votre bande. Pas une seule fois ils nous l’ont demandé.

Aujourd’hui, il semble même que leurs travaux de prospec-
tion aillent jusque dans l’eau. J’ai vu des traces sur lcs lacs, sur
la neige, sur la glace. J’ai vu cela d’avion.

Parlons maintenant des mines de Lac Rabbit près du lac
Wollaston—les chefs qui se sont exprimés là-dessus ont tous
dit que j’avais raison. Voilà une mine qui est située à Lac
Rabbit. Les eaux de ce lac vont également se déverser dans la
rivière Fond du Lac, jusqu’aux installations de Stony Rapids et
Fond du Lac. Que quelque chose se passe à la mine, cela va
tout de suite avoir des répercussions sur la vie des collectivités
en question, sur la vie du poisson, de la faune et de la flore et
des personnes.

Voilà pourquoi je pense que l’exploitation d’uranium devrait
être surveillée de près, afin qu’aucun accident ne survienne.

Nous, Indiens de cette région, ne savons pas exactement si
l’uranium est dangereux ou non. Nous ne le savons pas, mais
beaucoup de blancs nous l’ont dit.

A l’avenir, quels que soient les projets des sociétés concer-
nant les réserves, j’aimerais que le Chef et le Conseil soicnt
d’abord consultés, avant toute mise en chantier ou tout travail
de prospection, et que l’on nous dise ce que l’on a l’intention de
faire sur notre terre. En parler au préalable est donc bien la
seule façon de mener les choses â bien. Si nous n’essayons pas
de nous rencontrer, rien ne marchera jamais.

J’aimerais parler ensuite d’un certain nombre de choses
concernant les traités, à l’époque où ils furent signés, afin de
vous donner quelques renseignements historiques là-dessus.

La signature de ces traités ne s’est pas faite, selon toute
vraisemblance, à la demande du peuple indien; ou dans notre
cas, du peuple indien Chipewyan.

Ce que l’on nous a dit de la signature de ces traités c’est que
les blancs y avaient inclus des termes extrêmement forts.
Apparemment, ils nous auraient dit, que les traités ne seraient
jamais démentis aussi longtemps que les rochers seraient là,
aussi longtemps que le soleil brillerait et que les rivières
couleraient. Toutes ces choses dont nous vivons le caribou, le
poisson, le gibier de piégeage – devaient nous rester aussi
longtemps que les traités resteraient en vigueur; rien de cela ne
nous serait jamais enlevé.

112104

[Text]

As long as we live, as long as we treaty people exist, we want
to protect those treaty rights and maintain that lifestyle.

‘ 1940

Since that treaty was signed, it seems like it is 100 years or
that 100 years has passed and we are starting another 100
years. When those treaties were first signed, we people were
poor people. What happened in that 100 years, the things that
happened in our lifestyle, the way we lived——in the next 100
years we do not want anybody to try to take that away from
LIS.

We people living in the far north, we are in a pitiful
situation. Thc thing they call money-we are always in drastic
need of that money. When we ask the government for funding,
tlfiey are always, you might as well say, drastically cutting us
s ort.

Those people who are supposed to be working for us——1
believe by that he is referring to the Department of lndian
Affairs—whcn we request funding of them, they should give us
as much assistance as we request. They should not be trying to
hold us back.

Anything that you_try t_o accomplish or do, if you try to go
the wrong way, that IS going to win, but if you try to do good
things, it IS going to be hard. But that is the only way we can
go.

Thank you for listening to me. That is all I have to say for
110W.

The Vice-Chairman: Thank you very much for that
presentation.

1 have next Acting Chief Norbert Fern.
The Vice-Chairman: Acting Chief.

Acting Chief Norbert Fern (Fond du Lac Band, Federation
of Saskatchewan Indian Nations) (Interprétation): What I
wish to say to you is more or less an information type of
speaking. To us people living in the far north, it seems as if you
are not aware of how we live or the problems we have.

We lndian people who live in the far north come from a cold
part of the country. We also come from a part of thc country
that bcars many hardships, and there are three basic, main
things in our lifestyle that keep us alive: hunting, trapping,
fishing. Those three things are the main things we depend on
to maintain our lifestyle as well as exist. We cannot read or
write English nor can we speak the English language. That is
why we depend on those things to live.

People my age——there are a lot of people in that age group
in the north where we live. When I was a child, in the area of
those lands. there was no existence of any school in that area.
That is why we, in my age group, never had a chance to go to
school.

lndian Self-Government

2-3-1983

[Translation]

Aussi longtemps que nous vivrons, aussi longtemps que les
Indiens des traités existeront, nous voulons protéger les droits
inclus dans les traités, et préserver le style de vie qu’ils
garantissaient.

Depuis la signature de ce traité, 100 années se sont écoulées,
apparemment, et les 100 années suivantes commencent.
Lorsque les traités ont été signés, nous étions tous pauvres.
Mais ce qui s’est passé pendant 100 ans, ce que nous avons
connu, notre style de vie, la façon dont nous vivions, tout cela,
nous ne voulons pas qu’on nous l’enlève dans les 100 années qui
viennent.

Nous qui vivons dans l’extrême nord, nous sommes dans une
situation pitoyable. Ce que vous appelez l’argent, nous fait
toujours cruellement défaut. Mais lorsque nous demandons des
subventions au gouvernement, celui-ci est toujours extrême-
ment parcimonieux.

Ceux qui en principe devraient travailler pour nous, il s’agit
du ministère des Affaires indiennes, je pense, devraient nous
donner toute l’aide que nous demandons au lieu de toujours
essayer de nous freiner.

A chaque fois que l’on essaie de faire quelque chose, il y a
toujours une mauvaise façon qui donnera des résultats, mais si
vous voulez bien faire les choses, ce sera difficile. Mais c’est la
seule façon pour nous de procéder.

Merci de m’avoir écouté. Ce sera tout pour maintenant.
Le vice-président: Merci beaucoup pour cet exposé.

J’ai maintenant le chef suppléant Norbert Fern.
Le vice-président: Chef, je vous en prie.

Le chef suppléant Norbert Fern (Bande Fond du Lac,
Fédération des nations indiennes de la Saskatchewan)
(Interprétation): Ce que j’ai à vous dire vise simplement à vous
donner quelques informations et renseignements. Pour nous
qui vivons dans le grand nord, il semble bien que vous ne
sachiez pas quelles sont nos conditions de vie ni quels problè-
mes nous avons.

Nous, Indiens, vivant dans le grand nord, venons de cette
région froide du pays. Voilà une contrée où la vie est difficile,
et il y a trois moyens de subsistance essentielle pour nous: la
chasse, le piégeage, la péche. Voilà donc trois activités dont
dépend notre survie et notre style de vie. Nous ne savons ni lire
ni écrire l’anglais, ni méme le parler. C’est ce qui explique
notre dépendance â l’égard de ces moyens de subsistance.

Il y a beaucoup de personnes de ma génération dans le nord.
Lorsque j’étais enfant, il n’y avait pas d’écoles dans ces
régions. Les gens de ma génération n’ont jamais eu la possibi-
lité d’aller à l’école.

4.. .,….. w. ..

2-3-1983

[Texte]

That is one of the reasons why trapping, hunting, and
trapping in the wintertime is really the best time of the year
for us. In the past, what helped us, our mainstay of life in the
summertime up until three years ago, was commercial fishing.

It has now been three years since they have shut off that
commercial fishing on us; what we used to live in the summer-
time—that has been taken away from us.

° 1950

The lake that I am referring to is there on the map, at the
top of the province. . . Lake Athabasca. In that lake there are
lots and lots of fish; there is a lot of money in that lake.
Although there is that fish, that resource to be harvested, and
all that money in that lake, if you government people do not
help us develop that resource, there is not anything we can do
aboutit.

There is also talk about a dam being developed north of
there, I believe—at Fort Smith, in that area. What is going to
happen when that dam is developed‘? It will flood that area. It
will also eventually destroy all the marine life in those lakes
and that harvesting, or that money we could be making off
that lake, is going to be destroyed for us.

Another reason, too, why they have so much trouble
harvesting that fishing resource, is we do not have any roads
into that area; any commercial fishing they do has to be
shipped out of there by air. If there were some way you could
help us in restarting the commercial fishing in that area, it
would be a great help to those people there. That is why I am
asking for this.

Ms Yooya: Excuse me, Mr. Chairman, may I give you some
background on this commercial fishing so that l can make you
understand what he is talking about, get off my interpreting
chair and talk as a witness’?

The Vice-Chairman: Of course.

Ms Yooya: What Acting Chief Norbert Fern is referring to
is the Gunnar fish plant. It is situated approximately 20 miles
from Uranium City. There was a commercial fish plant that
existed there. In the past thcy had been getting subsidies from
the federal government to subsidize treaty Indian fishermen in
the summertime, but within the last three years Indian Affairs
has been telling them that the department is not making
money out of the fish plant, that it is going in the hole.

They told the band membership, and he is one of the
fishermen, that they owe freshwater fisheries 560,000, that
until such time as that 560,000 bill is cleared up by those
fishermen, the fish plant cannot be reopened. That is just for
one year. One of tlie reasons I requested to get off my inter-
preting chair is that we spoke to this topic at some length
together, as a group. Therefore, it is not just one person; it is
all of us.

The Department of Indian Affairs in one month, especially
in the winter months-dt is not unusual to see them spend
560,000 per band per month for welfare. They say it is in the
budget. Yet when you ask them for 560,000 for a whole year

.54… v.

Autonomie politique des Indiens 1 1 : 105

[Traduction]

C’est ce qui explique que nous vivions encore beaucoup de
piégeage, de chasse, et pour le piégeage, l’hiver reste la
meilleure saison. Dans le passé, nous avons pu nous maintenir
en été jusqu’il y a trois ans, grâce à la pèche commerciale.

Or, il y a trois ans, toute possibilité de péche commerciale
nous a été enlevée; ce dont nous vivions d’habitude en été, nous
a été maintenant supprimé.

Le lac dont je parle se trouve en haut de la carte de la
province, le lac Athabasca. C’est un lac trà poissonneux, on
peut y gagner beaucoup d’argent. Malgré toute cette ressource
à récolter, et tout l’argent que cela représente, sans l’aide du
gouvernement pour sa mise en valeur, nous ne pouvons rien
faire.

Il est aussi question de la construction d’un barrage au nord,
à Fort Smith ou dans cette région. Que va-t-il se passer après
la construction du barrage‘? Toute la région sera inondée.
Toute la faune aquatique dans ces lacs sera détruite et l’argent
que nous pourrions gagner en péchant 1e poisson sera sacrifié.

Une autre difficulté concernant l’exploitation de cette
ressource, c’est que nous n’avons pas de routes, toutes les prises
de poisson doivent être expédiées par voies aériennes. S’il vous
était possible de nous aider à faire redémarrer la péche
commerciale dans cette région, la population locale en
profiterait beaucoup. C’est pour cela que je vous fais cette
demande.

Mme Yooya: Si vous permettez, monsieur le président, je
pourrais vous faire un bref historique de cette pêche commer-
ciale pour que vous compreniez de quoi parle le témoin. Puis-je
cesser de faire l’interprétation et vous parler comme témoin?

Le vice-président: Certainement.

Mme Yooya: Le chef suppléant Norbert Fern vous parle de
l’usine de transformation du poisson Gunnar. Elle se trouve à
environ 20 milles de Uranium City. Cette usine de transforma-
tion du poisson n’existe plus. Elle recevait des subventions du
gouvernement fédéral destinées aux pêcheurs qui étaient des
lndiens de plein droit pendant l’été mais depuis trois ans, le
ministère des Affaires indiennes dit que cette usine n’est pas
rentable pour le ministère et que son déficit augmente.

Ils ont dit aux membres de la bande, et lui, il est un des
pêcheurs, qu’ils doivent 560,000 à l’Office du poisson d’eau
douce et tant que cette facture ne sera pas réglée par les
pêcheurs, l’usine de transformation ne sera pas rouverte. C’est
pour une période d’une année seulement. Je vous ai demandé
de pouvoir témoigner au lieu d’interpréter justement parce que
nous avions parlé longuement de cette question ensemble
comme groupe. Je ne parle pas seulement en mon propre nom
mais pour nous tous.

Il n’est pas rare que le ministère des Affaires indiennes
dépense, surtout en hiver, plus de 560,000 par bande chaque
mois pour l’aide sociale. On dit alors que c’est prévu au
budget. Mais quand on lui demande 560,000 pour toute

111106

[Text]

or something, to help those people live through the whole
summer—those people fishing at that commercial fishing plant
would be off welfare for five or six months in the summer-
time-«they do not take that into considération. We do not
understand their reasoning, and that is why l could not put it
into proper wording. I guess, from his language to your
language.

Acting Chief Fern (Interprétation): That commercial
fishing we had in the summertime really helped us exist, paid
for our boats and motors and, in turn, we went hunting with
those boats. Now, in the summertime, we do not have any way
of getting money to buy equipment to go hunting. We are just
forced to, I do not know if you can call it exist or just barely
CXISI.

That was the main point I wished to bring to your attention.
That is all I have to say to you for now.

‘ 2000

The Vice-Chairman: Thank you, Acting Chief Fern.
I would now like to call upon Chief Joe Quewezance.

Chief Joe Quewezance (Nut Lake Band, Federation of
Saskatchewan Indian Nations): Thank you very much, Mr.
Chairman.

Mr. Chairman, members of the committee, on behalf of the
Saskatoon District Indian governments, their people, I wish to
thank you at this time for the opportunity to have input into
the hearings on Indian government.

_ I want to continue discussion on the rights derived from the
signing of the treaties, the main one being the right to Indian
self-government. We have the right to choose our own form of
governments. We did not cede this fundamental right by the
treaties. We retained it. Our roots are deep into this land, and
as long as they remain so we will not perish. We were made to
feel strange in our own land. The European political system
disrupted ours. The European education displaced ours. The
European economic system created dependencies. The
European culture brought chaos to ours. The European values
crept in, replacing ours.

Our treaties negotiated by our forefathers did not call for
our élimination as a people. Those treaties were a sacred
agreement in which we gave up this great land for little in
return. We kept only small parcels of land. As you know, Mr.
Chairman, 128 acres for each person was allotted according to
treaty, or one section for each family of five. We requested and
were guaranteed certain rights to goods and services, including
money, education, health, welfare aid, economic assistance and
more.

Thc queen who made treaties with our forefathers said we
would receive these things, but some of them over the years
have been slowly eroded. Your government gives the Indians
much of their services and money. As you well know, your

Indian Self-Government

2-3-1983

[Translation]

l’année ou pour aider la population à exploiter la ressource
pendant tout l’été, ce qui permettrait aux pécheurs de renoncer
â l’assistance sociale pendant cinq ou six mois, le ministère ne
le prend pas en considération. Nous ne comprenons pas les
raisons de ce comportement et c’est cela que j’ai eu du mal à
exprimer dans mon interprétation du témoin.

Le chef suppléant Fern (interprétation): Cette péche
commerciale pendant l’été nous a beaucoup aidés et nous a
permis de payer nos bateaux et nos moteurs dont nous nous
sommes servis aussi pour aller à la chasse. Maintenant nous
n’avons plus aucun moyen d’obtenir de l’argent en été pour
acheter 1e matériel de chasse. On ne peut pas dire que nous
vivons, nous végétons.

C’est le point principal que j’avais à vous signaler. C’est tout
ce que j’ai à dire maintenant.

Le vice-président: Je vous remercie, chef Fern.

Je vais maintenant donner la parole au chef Joe Quewe-
lance.

Le chef Joe Quewezance (Bande de Nut Lake, La fédéra-
tion des nations indiennes de la Saskatchewan): Merci
beaucoup, monsieur le président.

Monsieur le président, membres du Comité, je voudrais vous
remercier au nom des gouvernements indiens du district de
Saskatoon et de leur population de nous avoir donné cette
occasion de participer aux audiences sur l’autonomie indienne.

Je voudrais poursuivre les discussions concernant les droits
découlant des traités, dont le principal est celui a l’autonomie.
Nous avons le droit de choisir notre forme de gouvernement.
Nous n’avons pas cédé ce droit fondamental par traité. Nous
l’avons conservé. Nous avons des racines profondes dans cette
terre et tant qu’elles resteront, nous ne périrons pas. On nous a
amenés à nous sentir comme des étrangers dans notre propre
terre. Le système politique européen a perturbé le nôtre.
L’éducation européenne a remplacé la nôtre. Le système
économique européen a créé des dépendances. La culture
européenne a apporté le chaos chez nous. Les valeurs euro-
péennes se sont infiltrées supplantant les nôtres.

Nos traités, négociés par nos aïeux, ne prévoyaient pas notre
élimination en tant que peuple. Ces traités étaient des accords
sacrés par lesquels nous avons renoncé à cette grande terre
pour peu de choses. Nous n’avons gardé que de petites
parcelles. Comme vous le savez, monsieur le président, le traité
a accordé 128 acres par personne, ou une section pour chaque
famille de cinq. Nous avons demandé, et on nous a garanti,
certains droits à des biens et des services, y compris de
l’argent, l’éducation, les services sanitaires, l’assistance sociale
et économique et autres.

La Reine avec laquelle nos aïeux ont conclu ce traité nous
ont garanti ces choses mais il y a eu une lente érosion au cours
des années. Votre gouvernement accorde aux Indiens beaucoup
de leurs services et argent. Comme vous le savez fort bien, c’est
votre administration qui en profite le plus. Nous ne recevons

,._.._m …-n-—-

-»»— -_-« <- :—* »‘ s « .. , . . . . _.,.. _..,._. va… .,.r.,«.qg…,w.s—_-.,« w..- .

2-3-1983

[Texte]
administration gets most of it. We only get a small portion of
the so—called lndian benefit money.

Again, l must stress to the committee that this must change
in the future. We will not accept any argument that serves no
other purpose but to cloud or confuse the issue. Our govern-
ments existed for centuries before the Europeans arrived. Our
treaties were made by our chiefs, headmen, our governments.
Your ancestors acknowledged and accepted that. The treaties
signed between our nation and représentatives of the queen
were permanent guarantees to protection of our property,
protection of certain rights, and protection from interférence m
our governments.

lt is the responsibility of the Government of Canada fully to
implement the treaties and face up to the real and grave issues.
Our governments change with time, but our rights do not
change. Our institutions and programs can serve the real needs
of the people to whom we are responsible. You agreed in the
treaties to finance these needs, as well as provide other forms
of assistance.

Your government has a clear responsibility to live up to the
treaty. We will accept nothing short of enactment of all
provisions of the treaties through a joint process between our
governments, the Crown and the Government of Canada.
These processes are outlined in other documents tabled with
your committee throughout the last two days, I believe.

Also tabled with this committee is our convention, which
was executed in February of 1982, which is this document. It
clearly states the basic principles and conditions that comprise
and are integral to our desired form of governments and
institutions.

In the important areas concerning citizenship, or otherwise
known as lndian band membership, your government was
presumptuous in taking control of who is and who is not an
lndian, and you call it membership. The rights and powers of
our governments to decide questions of citizenship and band
membership corne from our status as a nation. We did not
transfer that right to your government. We kept it.

Your government must change its attitude and accept that
we have exclusive rights and powers in this and other areas.
The responsibility of your government is to accept our laws
and régulations governing marriage, divorce, adoption.
guardianship and legitimacy. Your government has the
responsibility of recognizing and affirming our laws and
régulations on the whole question of citizenship.

ln the areas of fiscal arrangements, one of the main areas of
difficulty is the fiscal and financial arrangement between your
governments and ours. Again, your government was presumpt-
uous in demanding certain requirements of our governments in
accounting for finances. Our responsibility is to our people and
those treaty moneys must be transferred to our governments
accordingly.

Autonomie politique des lndiens 1 1 : 107

[Traduction]

qu‘une petite portion des crédits prétendument alloués aux
lndiens.

Encore une fois, je souligne au Comité que cela doit changer
à l’avenir. Nous n’accepterons aucun argument qui ne sert qu’à
brouiller les cartes. Nos gouvernements existaient depuis des
siècles avant l’arrivée des Européens. Nos traités ont été
conclus par nos chefs, nos anciens, nos gouvernements. Vos
ancêtres l’ont reconnu et l’ont accepté. Les traités signés entre
notre nation et les représentants de la Reine offraient des
garanties permanentes de protéger nos biens, certains de nos
droits, et devaient aussi préserver nos gouvernements des
ingérences.

Il appartient au gouvernement du Canada d’appliquer
intégralement les traités et de faire face aux questions réelles
et graves qui se posent. Nos gouvernements changent avec le
temps, mais pas nos droits. Nos institutions et nos programmes
peuvent servir les véritables besoins de la population envers
laquelle nous sommes responsables. Vous avez accepté dans les
traités de financer ces besoins, et de prévoir aussi d’autres
formes d’aide.

Votre gouvernement a la claire responsabilité de respecter
les traités. Nous n’accepterons rien de moins que la promulga-
tion de toutes les dispositions des traités par un processus
entrepris conjointement par nos gouvernements, la Couronne
et le gouvernement du Canada. Ce processus est décrit dans
d’autres documents déposés auprès du Comité depuis deux
jours, je crois.

Également déposé au Comité est un exemplaire de notre
convention, adoptée en février 1982, dest-â-dire ce document
que voici. Elle précise clairement les conditions et principes
fondamentaux de notre forme souhaitée de gouvernement et de
nos institutions.

Dans le domaine important de la citoyenneté, autrement
connu comme l’appartenance â une bande indienne, votre
gouvernement a eu la présomption de décider qui et qui n‘est
pas lndien, ou membre d’une bande comme vous dites. Les
droits et les pouvoirs des gouvernements de décider sur des
questions de citoyenneté et d’appartenance aux bandes
découlent de notre statut comme nation. Nous n’avons pas
transféré ce droit à votre gouvernement, nous l’avons conservé.

Votre gouvernement doit changer d’attitude et accepter que
nous avons les droits et les pouvoirs exclusifs dans ce domaine
et dans d’autres. Votre gouvernement doit accepter nos lois et
règlements régissant le mariage, le divorce, l’adoption, la
tutelle et la légitimité. Il incombe à votre gouvernement de
reconnaître et d’affirmer nos lois et nos règlements sur toute

cette question de citoyenneté.

Quant aux arrangements fiscaux, une des difficultés
majeures concerne les arrangements fiscaux et financiers entre
vos gouvernements et les nôtres. Encore une fois, votre
gouvernement a eu 1a présomption d’exiger certaines formes de
comptabilité de la part de nos gouvernements. Notre responsa-
bilité est envers notre peuple et les fonds prévus par les traités
doivent être transférés à nos gouvernements.

11 ï 103 lndian Self-Government 2-3-1983

[Texl]

We_are not an administrative extension of the Department
ol lndian Affairs. We are not social interest agencies. We are
governments in our own right.

The Government of Canada must accept the fact that its
responsibility to our people, through our government, is to
provide the resources guaranteed in treaties, to develop and
sustain our people economically, socially, politically, and allow
them to determine their own future. Your government credits
itself with using vast sums of money in Indian programs and
assistance. Again, I would like to stress and make you aware of
how much of that so-called lndian money reaches us, the
lndians in our communities. Your committee should closely
examine these proportions.

Your committee should see the conditions in many of our
communities and on our reserves, because while the govern-
ment on one hand boasts of its commitment to the Indian well-
being and development, our shortages of basic necessities
continue to prevail. You can look at our housing programs,
look at our economic state, examine these things. We are
telling you, and you have heard and will hear many examples
of these déplorable conditions. This is the result, because of the
guidelines that come with the housing programs, limiting the
need ever to build a good home.

Why does the Government of Canada not want to accept
these responsibilities and properly implement the provisions of
treaty? Your government argues about limited resources
allocated by Parliament, but laughs off gross wastes and
mistakes in the tens of millions of dollars. Your government
provides massive sums in foreign aid, yet many of our people
live in conditions worse than those of Third World countries.
The Fourth World is even worse.

Your government cannot try to hide behind the cloaks of
acts and régulations like the Financial Administration Act,
and whatever else it cares to use as a block t0 delivering Indian
treaty rights. Your government must become responsible. It is
obligated by treaty. It has accepted that responsibility; now it
must deliver.

ln the area of education, the government must again accept
its responsibility of free education to Indians provided for by
treaty. We want this right back. The government must reverse
all policies that are now denying Indians this right in second-
ary and post-secondary education. l hope your committee will
deal with this matter immediately.

° 2010

The government must cease playing Indians against one
another in the reserve, off-reserve policies. This is cheap
policy. We have rights to education wherever we happen to
live. The government must provide greater resources to lndian
education institutions, wherever they may be or what they may

[Translation]

Nous ne sommes pas un prolongement administratif du
ministère des Affaires indiennes. Nous ne sommes pas des
organismes à rôle purement social. Nous constituons des
gouvernements à part entière.

Le gouvernement du Canada doit accepter que sa responsa-
bilité envers notre peuple est de fournir, par l’entremise de
notre gouvernement, les ressources garanties dans les traités,
de favoriser et maintenir le développement économique social
et politique de notre population et de lui permettre de détermi-
ner son propre avenir. Votre gouvernement prétend consacrer
d’énormes sommes d’argent à des programmes pour les lndiens
et à à l’aide. Je tiens encore une fois à souligner qu’une part
infime de cet argent prétendument consacré aux Indiens nous
parvient, dest-a-dire à la population indienne locale. Votre
Comité devrait se pencher attentivement sur cette question et
étudier la répartition.

Votre Comité devrait voir sur place les véritables conditions
dans beaucoup de nos villages et nos réserves car même si le
gouvernement se targue de se préoccuper du bien-étre et de
l’épanouissement de la population indienne, nous continuons à
manquer des choses essentielles à la vie. Vous pouvez étudier
nos programmes de logement, les conditions économiques et
tout cela. Nous vous informons des conditions déplorables dont
vous avez déjà entendu parler. A cause des directives établies
pour les programmes de logement, il n’est guère possible de
construire une bonne maison.

Pourquoi le gouvernement du Canada ne veut-il pas accepter
ces responsabilités et mettre en pratique, comme il avait été
prévu, les dispositions du traité? Votre gouvernement invoque
les ressources limitées à la disposition du Parlement mais se
lave les mains d’erreurs monumentales qui coûtent des dizaines
de milliers de dollars. Votre gouvernement offre des sommes
énormes en aide étrangère tandis que beaucoup de nos gens
vivent dans des conditions pires que celles des pays du tiers
monde, voire du quart monde.

Votre gouvernement ne peut plus se cacher derrière des lois
et des règlements comme la Loi sur l’administration financière
et les autres prétextes dont elle se sert pour justifier son
manque d’action en ce qui concerne les droits accordés aux
Indiens par les traités. Votre gouvernement doit faire preuve
de responsabilité. Les traités l’y obligent. ll a accepté cette
responsabilité, il doit maintenant agir.

Dans le domaine de l’éducation, le gouvernement doit encore
une fois accepter sa responsabilité d’assurer une instruction
gratuite aux Indiens comme cela est prévu par les traités. Nous
voulons que ce droit nous soit restitué. Le gouvernement doit
changer toutes les politiques qui empêchent maintenant les
lndiens d’exercer ce droit dans les institutions secondaires et
postsecondaires. J’espère que votre Comité se penchera
immédiatement sur cette question.

Il faut que le gouvernement cesse de créer des conflits entre
Indiens dans la réserve, ou même à l’extérieur de la réserve.
Tout cela est de la petite politique. Nous avons le droit à
l’éducation, quel que soit l’endroit où nous vivons. Le gouver-

nement doit donc débloquer des fonds plus importants pour

n…“ _,_Ÿ__.W m —— v v» «à ——-—- —- ———–

[ 7
b4:
pc

f r
h;

di
pi

r: amvaooc

..-t.—n

.- _.-._ ._-___, _.,_î

._._ _.._,.__.._ c-..“ ,..-—_——-..,«,….-_….. .-.. . . .

2-3-1983

[Texte]
be developed on. The government has denied this right to our
people and, again, that must change.

I would again like to make reference back to fiscal arrange-
ments. The treaty money transfer is another problem, l guess,
from one government to another, of adéquate levels of funding
to do a complete job. Our accountability is to the people. We
have systems in place. We do not have to accept Indian
Affairs’ régulations. If the Department of lndian Affairs has
difficulties, it should maybe do its homework. We have no
problem with accountability.

The government must increase the level of funding to lndian
governments, to all levels. Governments must increase the level
of funding to all seetors of lndian development, especially
economic development, education, community services and
housing. The government must reduce administrative and
financial restrictions so our communities and économies can
develop and grow in a more meaningful way.

The government must accept our principles of self-determi-
nation and our policies and procédures. The department must
elevate its role from that of a paternalistic welfare agent to
that of the deliverer of treaty rights. The chiefs and councils
must be recognized and accepted as the legitimate and
responsible governments of Indian nations.

The government must raise its level of thinking to treaty
rights and revenue sharing, economic expansion, and direct
transfer payments.

Mr. Chairman, members of the committee, we have come a
long way in a few short years, but we are still behind the rest
of the world. You are all familiar with the statistics. Your
government must increase its effort to live up to treaty
promises. Our économies need money, start-up grants. Our
children have a right to free education. Our joint consultation
processes, yours and ours, have to be stepped up. Your
government has to open its mind and not only hear us, but
listen and try to understand.

These are not gifts we ask for, Mr. Chairman and members
of the committee. These are rights. Remember, we gave up this
great land to your forefathers in exchange for a small price.

With that, I would like to thank you, Mr. Chairman, for
affording me the opportunity to express the views of our
district. Thank you very much.

The Vice-Chairman: Thank you very much for giving us
that brief, Chief.

Autonomie politique des lndiens 1 1 : 109

[Traduction]

soutenir les institutions indiennes d’éducation, quelles qu’elles
soient et quel que soit l’endroit où elles se trouvent. Voilà un
droit que le gouvernement nous a refusé, et, je le répète, il faut
que cela change.

Je voudrais revenir encore aux accords fiscaux. ll semble
bien que les transferts de fonds aux termes du traité soient
encoire un problème entre gouvernements, et qu’il soit difficile
d’avoir des crédits suffisants pour que le travail soit bien fait.
En ce qui nous concerne, nous nous sentons responsables
auprès de notre peuple. Nous avons déjà des dispositifs en
place. Nous n’avons pas à respecter les règles des Affaires
indiennes. Si le ministère des Affaires indiennes a des difficul-
tés, qu’il fasse le travail qui lui revient; en ce qui nous con-
cerne, nous n’avons aucun problème avec cette notion de
responsabilité financière.

Le gouvernement devra accroître les crédits aux gouverne-
ments indiens, a tous les niveaux. Ces crédits devront étre
accrus dans tous les domaines d’activité des lndiens, et plus
spécialement dans le domaine du développement économique,
de l’éducation, des services communautaires et du logement.
Le gouvernement devra réduire les plafonds qu’il impose à
notre administration et à nos finances, afin que nos commu-
nautés et nos économies puissent se développer et prospérer de
façon satisfaisante.

Le gouvernement devra également accepter nos principes
d’autodétermination et nos politiques et procédures. Le
ministère devra élever son rôle de celui d’un agent d’assistance
sociale de type paternaliste à celui d‘exécuteur des traités. Les
chefs et conseils devront être reconnus et acceptés comme
gouvernants légitimes et responsables des nations indiennes.

Le gouvernement devra faire un progrès dans sa façon de
penser, et tenir compte des droits des traités, des notions de
partage des revenus, d’expansion économique et de paiements
de transfert directs.

Monsieur le président, membres du Comité, nous avons déjà
fait un très long chemin en quelques années, mais nous sommes
encore très loin du reste du monde. Vous connaissez tous les
chiffres et les statistiques. Vous savez que votre gouvernement
devra faire un effort pour tenir les promesses des traités. Nos
économies ont besoin d’argent, et nous avons besoin de fonds
de démarrage. Le droit à la scolarité doit également exister
pour nos enfants. Nos procédures de consultation mixtes, entre
vous et nous, devront être généralisées et accélérées. Votre
gouvernement doit s’ouvrir, et non seulement nous écouter,
mais également essayer de nous comprendre.

Nous ne demandons pas de cadeaux, monsieur le président,
et membres du Comité. Ce sont la des droits. Souvenez-vous
que nous avons abandonné cette terre immense à vos aieux, en
échange de trois fois rien.

Cela dit, je voudrais vous remercier, monsieur le président,
de m’avoir donné l’occasion de faire connaître le point de vue
de notre district. Merci beaucoup.

Le vice-président: Merci beaucoup pour cette présentation,
chefl

ll:ll0

Indian Self-Government

Z’-3-l983

[ Texl]

Mr. Ahenakew, did you want to address the committee? Do
you have a brief to give to the committee‘!

Senator Louie Ahenakew (Shellbrook District Chiefs): No.
Am I ready to proceed, or . . .

The Vice-Chairman: I do not have you on the agenda, but I
see you are ready there . . .

Senator Ahenakew: Let me explain. We are making a short
oral presentation; later on it will be followed by a written
presentation in conjunction with our oral presentation of this
evening.

The Vice-Chairman: Very good. You may proceed, then,
with your oral presentation.

Senator Ahenakew: Thank you, Mr. Chairman.
Good evening, members of the parliamentary committee.

My remarks, of course, will be kept very, very brief. First, l
must explain that I am representing four chiefs of the Shell-
brook area, the Shellbrook Indian Agency. They have asked
me to represent them and give the oral presentation.

It has been quite a difficult task to cut it down. I asked for
seven minutes, and I hope to keep within that timeframe. The
difficulty was to cut down the big area into such a small space
of time. As we all realize, time is of the essence at the present
time, so I will continue with our oral presentation as such.

Opening our oral presentation, I would like to pose a few
questions which we should look at. I have four of them on hand
at the present time. Should we ask ourselves why we are
gathered here together? Question number one. I think it
behoves us to think about those things. Question number two:
is it because we have a problem‘? Question number three: and
if so, what is that problem? And if we do identify the problem,
where does the problem stem from? I think maybe the basis of
our oral presentation rests on some of those questions l have
put forth.

The fact that we are gathered here together implies there is
a problem. Then, why should a problem arise when the rules of
conduct are spelled out in Treaty No. 6, which, in part,
concerns our specific area? Clearly then, there has been a
misinterpretation of Treaty No. 6 by one or both parties that
were involved, or both the nations involved… I am sorry
about that little slip there.

I have outlined five points for considération, and l will list
them as such. Number one, treaties were signed by two
nations. Indians and the queen came together as equal
participants and came to an understanding. Number two, the
government did not follow thc spirit of these treaties, but
began to interpret the treaties from its own viewpoint. One
illustration I think you are all aware of is we have the Indian
Act. Now, l will not enlarge upon that, because of the time
element. It would take a tremendous amount of discussion,
pros and cons.

[ Translation]

Monsieur Ahenakew, voulez-vous également vous adresser
au Comité? Est-ce que vous avez un mémoire à lui présenter?

Le sénateur Louie Ahenakew (chefs du District de Shell-
brook): Non. Je suis prêt à prendre la parole, ou . . .

Le vice-président: Vous n’êtes pas inscrit à l’ordre du jour:
maisje vois que vous étes prêt . . .

Le sénateur Ahenakew: Permettez-moi de vous expliquer.
Nous allons faire un exposé rapide; il sera suivi, plus tard, d’un
mémoire écrit, qui reprendra les termes de notre exposé de cc
soir.

Le vice-président: Très bien. Allez-y, vous avez la parole.

Le sénateur Ahenakew: Merci, monsieur le président.
Membres du Comité parlementaire, bonsoir.

Mes commentaires et remarques vont étre extrêmement
brefs. Je dois d’abord expliquer que je représente quatre chefs
de la région de Shellbrook, il s’agit de l’Agence indienne de
Shellbrook, Ils m’ont demandé de les représenter et de faire un
exposé oral.

Il a été très difficile de réduire les dimensions de mon
exposé. J’ai demandé sept minutes, et j’espère pouvoir
respecter cette limite de temps. Il a été difficile de faire tenir
en si peu de temps des considérations touchant à des domaines
aussi vastes. Comme nous le savons tous, le temps est essentiel
de nos jours, je vais donc continuer cette présentation orale
sans plus attendre.

Je voudrais d’abord poser un certain nombre de questions,
auxquelles j’aimerais que nous cherchions à répondre. J’en ai
quatre. La première est celle-ci: Pourquoi nous sommes-nous
réunis ici? Je pense qu’il convient que nous réfléchissions un
peu à ces questions. Deuxième question: Est-ce parce que nous
avons un problème â résoudre? Question n° 3: Et dans ce cas,
quel est le problème? Et si nous arrivons à circonscrire ce
problème, quelle en est l’origine‘? Je crois que l’essentiel de
notre exposé oral tient dans les limites des questions que je
viens de poser.

Que nous soyons réunis ici, implique qu’il y a problème.
Alors, comment se fait-il qu’il en soit ainsi, puisque les règles
de conduite sont bien indiquées dans le traité n“ 6, par lequel
nous sommes, en partie, régis? Il faut alors que l’une ou l’autre
des parties intéressées ait mal interprété le traité n » 6, ou plutôt
parlons des deux nations concernées—excusez-moi ce lapsus.

. J’ai mis en évidence cinq points qui devraient retenir notre
attention, et je vais les énumérer. N » 1, les traités ont été signés
par deux nations. Les Indiens et la reine se sont rencontrés, en
qualité de partenaires égaux, et ont conclu un accord. Deuxiè-
mement, le gouvernement ne s’en est pas tenu à l’esprit de ces
traités, mais a commencé à les interpréter de son seul point de
vue. Ceci est confirmé par l’existence de la Loi sur les Indiens,
dont vous avez tous connaissance. Je ne vais pas m’attarder là-
dessus, en raison du peu de temps dont je dispose. Il faudrait
très longtemps pour en discuter, pour en peser le pour et le
CODITE.

i
î
î
l
à
1
l
i
1
.1
1
l.
5
î

2-3-1983

[Texte]

Number three, Indian people believe in the treaties, have
honoured them and they have lived up to their promises.
Number four, the time has come for the Parliament of Canada
seriously to consider, study and understand the treaties and to
honour their obligation. Number five, l am recommending
that an approach be developed whereby Indians can provide
this information to you and you can then recommend to your
colleagues what action is necessary to live up to the treaties.

One last question that maybe we should consider is, why
were the treaties necessary‘? Was there a need for them’?

Thank you.

The Vice-Chairman: Thank you. You have given us
something to think about at the end of your presentation.

Andy, did you want to make a . . .

Mr. Andy Michael (District Representative, Beardy’s Band,
Saskatchewan Federation of Indian Nations): Yes, thank you,
Mr. Chairman.

Mr. Chairman and members of the committee, I would like
to expand on the statements made by Chief Joe Quewezance in
regard to the convention of the Saskatoon chiefs. Before this
session, we distributed 20 copies to the clerk, and I am sure
you each have a copy.

I will briefly go into that, because it is quite a document. We
will not fully examine it here tonight, but I will just go on the
broad issues of it. This convention was signed in February,
1982 after two years of meetings, workshops, negotiations
between the eight bands involveŒ-that is, the Saskatoon
District Chiefs.

‘ 2020

This convention, or we refer to it sometimes as the memo-
randum of agreement, is one example of other political and
economic arrangements that do exist across the province. I
suppose it could be considered as a modern treaty between the
Indian bands, between the eight bands that are concerned on
this particular convention. The Indian bands in their desire to
enhance the development of the Indian people—and we have
always felt that this convention was an instrument to express
our desire to speak with one voice in the protection of our
treaties, in the protection of our Indian rights, our lands, our
resources and our people. It is also an instrument of our desire
to work together in the promotion of economic development in
our reserves, and our desire to promote together the health and
social well-being of our Indian people, to promote the educa-
tion and to revive some of the culture and Indianness we have
lost over the years.

I think the most important statement we can make with it is
that we will not give into assimilation. We will not give into
domination by the larger society. We have agreed on paper, in
black and white, that we are determined more than ever to
fight back for our people. In addition to the eight bands

Autonomie politique des Indiens l l : l l l

[Traduction]

Troisièmement, les Indiens font confiance à ces traités, les
ont respectés et ont tenu leurs promesses. Quatrièmement, le
moment est venu pour le Parlement du Canada de se pencher
sérieusement sur ces traités, de les étudier et de les compren-
dre, et d’en respecter les termes. Cinquièmement, je recom-
mande que l’on permette aux Indiens de faire connaître leur
point de vue, de vous fournir toute l’information vous permet-
tant de faire des recommandations à vos collègues, sur les
mesures a prendre afin que les traités soient respectés.

Il reste une dernière question que nous pourrions peut-étre
envisager: pourquoi a-t-il fallu signer des traités? En avait-on
véritablement besoin‘?

Merci.

Le vice-président: Merci. Voilà donc, â la fin de votre
exposé, un sujet de méditation pour nous.

Andy, est-ce que vous voulez . . .

M. Andy Michael (représentant de district, Bande Beardy,
Fédération des nations indiennes de la Saskatchewan): Oui,
merci, monsieur le président.

Monsieur le président, membres du Comité, je voudrais
développer un peu les déclarations du chef Joe Quewezance
concernant la convention des chefs de Saskatoon. Nous en
avons donné 20 exemplaires au greffier avant la réunion, je
PC1156 (IODE qllB VOUS en avez chacun un.

Je vais en parler tout de même brièvement, car c’est un
document très important. Nous n’allons pas nous y attarder
dans le détail, ce soir, je vais simplement aborder les grandes
questions qu’il pose. Voilà une convention qui a été signée au
mois de février 1982, après deux années de réunion, de séances
de travail, de consultations et négociations entre huit bandes
concernées—c’est-à—dire, les chefs du district de Saskatoon.

Cet accord, que nous appelons parfois protocole d’entente,
est un exemple des autres arrangements économiques et
politiques qui ont été conclus dans la province. Il pourrait être
considéré, je suppose, comme un traité moderne signé entre les
bandes indiennes, entre les huit bandes qui sont touchées par
cet accord. Les bandes indiennes, dans leur désir de promou-
voir le développement des Indiens—et nous avons toujours cru
que cet accord était un instrument qui traduisait notre désir
d’être unanimes à vouloir protéger nos traités, nos droits
indiens, nos terres, nos ressources et notre peuple. Cet accord
est également un instrument de notre désir de travailler tous
ensemble â l’avancement du progrès économique de nos
réserves, et de notre désir de développer a la fois la santé et le
bien-étre social de nos populations indiennes, de promouvoir
l’éducation et de faire revivre la culture et le sentiment
d’appartenance à la nation indienne que nous avons perdus au
cours des ans.

Ce que nous pouvons dire de plus important, c’est que nous
n’allons pas nous laisser assimiler. Nous ne voulons pas être
dominés par une sociétés plus grosse. Nous avons écrit sur
papier, en noir sur blanc, que nous sommes décidés plus que
jamais à lutter pour notre peuple. A part les huit bandes qui

ll:ll2

[Text]

signing this agreement, they are also signatories to the
provincial convention which involves thé other chiefs in the
province.

ln addition to the convention, I guess one other statement
we would like to make is that for years Indian Affairs have
tried to establish district councils that would reduce our band
councils into municipal-type governments. We do not accept
that. We reject that totally.

As far as the government is concerned, band councils are
just an administrative arm of Indian Affairs, an agent for the
delivery of programs. Again, we do not agree with that at all.
If you want to refer to it, this convention is a form of Indian
government. The Indian people aré thé overall authority. They
choose or elect their leaders, their chiefs. They will choose who
they want to lead them. It involves senators or advisers. It
involves and it provides provision for Indian people, Indian
women and our youth to be involved in our convention.

It involves the stipulation that if the chiefs so desire, boards
and commissions will be struck up to deal with our issues. And
very importantly, thé chiefs have struck a by-law in regard to
financial régulations, because we want to be accountable to
our people and also to any funding agency that desires to see
what our accountability is all about. As far as the lndian
people are concerned, we are prepared to honour it.

As I said, this agreement is approximately one year old and
we havc just begun impleménting it. It is not perfect, but with
the consent of the chiefs, we will amend it from time to time as
is required.

One example I suppose I can give you of the Indian people
working together is that the eight bands last September 1 took
over responsibility for the administration of the Duck Lake
students’ residence, using this convention. We have 35 people
working there with close to a million-dollar budget. That was
phase one. Phase two is to take responsibility for the building
itself. Phase three will be totake ovér the administration of the
classrooms and teachers.

So as l think you can see, Indian people are able to take and
keep responsibility and be accountable for it.

Mr. Chairman, I guess the broadest statement l can make
here is our détermination to take control of our lives and our
détermination to take control of our future.

Thank you very much.
The Vice-Chairman: Thank you.

Have we heard from everyone, then‘? Are we prepared for
questions?

Ms Yooya: Mr. Chairman.

The Vice-Chairman: Yes.

Indian Self-Government

2-3-1983

[Translation]

ont signé cet accord, on compte également les signataires à
l’accord provincial qui inclut les autres chefs de la province.

A part cet accord, nous aimerions faire une autre déclara-
tion: depuis bien dés années, lé ministère des Affaires indien-
nes a tenté de créer des conseils de districts qui réduiraient nos
conseils de bandes au rang d’administrations municipales.
Nous né l’acceptons pas. Nous rejetons entièrement cela.

Pour ce qui est du gouvernement, les conseils des bandes ne
sont qu’un instrument administratif du ministère des Affaires
indiennes, un organisme pour l’application des programmes.
Là encore, nous ne sommes pas du tout d’accord. Si vous
voulez vous y reporter, cet accord est une forme de gouverné-
ment indien. Le peuple indien est l’autorité. Il peut choisir ou
élire ses leaders, ses chefs. Il choisira les personnes qu’il veut
avoir comme leaders. Cela englobe les sénateurs ou les
conseillers. Cela comprend également des lndiens, des femmes
indiennes ou de jeunes Indiens qui participeront à notre
accord.

Cela tient compte également de la condition que, si les chefs
le désirent, des conseils et des commissions seront établis pour
s’occuper de nos affaires. C’est très important, les chefs ont
ratifié un règlement concernant les règlements financiers,
étant donné que nous voulons étre responsables envers notre
population et également envers toute agence de financement
qui aimerait voir commment nous pouvons rendre des comptes.
En autant que les Indiens sont concernés, nous sommes
disposés â le respecter.

Je répète, cet accord date d’il y a environ un an et nous
commençons seulement à le mettre en vigueur. Il n’est pas
parfait, mais si les chefs y consentent, nous allons le modifier
de temps â autre, au besoin.

Je pourrais vous citer cet exemple d’Indiens qui travaillent
ensemble: les huit bandes dont j’ai accepté la responsabilité le
l » septembre dernier, ont recours a cet accord pour l’adminis-
tration de la résidence pour étudiants dé Duck Lake. Trente-
cinq personnes y travaillent et le budget atteint presque un
million de dollars. ll s’agissait de la phase I. La phase Il
prévoit qu’on accepte la responsabilité de l’édifice lui-même.
La phase lII prévoit l’administration des classes et des
enseignants.

Comme vous pouvez le voir, les Indiens peuvent prendre des
responsabilités, s’en acquitter et rendre des comptés.

Monsieur le président, je veux dire qu’en gros, que nous
sommes déterminés à prendre le contrôle de nos vies et de
notre avenir.

Merci beaucoup.
Le vice-président: Merci.

Avons-nous entendu tout le monde? Êtes-vous prêts à poser
des questions’?

Mme Yooya: Monsieur le président.

Le vice-président: Oui.

Autonomie politique des Indiens l 1 : l l3

r ———-»- -——-«—w.—.—-«»._o.».tA—-v.- æ…—._i……a,,-u-sa—s.._ ,.__,

F1xî_n\‘/—‘Ar .. .,.

2-3-1983

[Texte]

Ms Yooya: Before you proceed, would you allow me once
more to get off my chair as an interpreter and make a couple
of comments?

The Vice-Chairman: Certainly.

Ms Yooya: Three minutes at the most. I will be brief.

The Vice-Chairman: Okay. »

Ms Yooya: About education, you have heard a lot about
education today. I am from the area called Treaty No. 8,
which was made June 21, I899, and I will quote from that
treaty:

As to education, the Indians were assured that there was no

need of any special stipulation as it was the policy of the

government to provide in every part of the country, as far as
circumstanccs would permit, for the education of Indian
children.
It does not stipulate there whether it be urban, reserve or off-
reserve.

Now a lot of urban lndian people are being forced to face
havoc and hardship because of what the department is doing to
us today. They will not provide for educational assistance to
Indian children off-reserve. I am facing this problem myself as
a treaty Indian. I have talked to Indian Affairs several times,
and they usually turn around and tell me education is only
provided to Indian people on reserve, or Indian children on
reserve. It states il is because of the lndian Act. The treaties
were made with the Indian peoples of this land before the
lndian Act ever existed. The lndian Act was developed by a
bureaucracy for lndian people, without consultation and
without consulting the Indian people.

That is my education point. Now, in regard to uranium
development: first, in reference to the Stony Rapids Band,
which my chief Ben Toutsaint comes from, there was an
agreement reached between the band and Eldorado Nuclear.
There is no hiring of band members happening now, yet this is
one of the things agreed upon and stipulated as conditional in
the contract signed with the band; that they would hire band
members. They are importing their labour; mostly Caucasian
labour.

About the uranium development, to further strcngthen what
Chief Joe Tsannie stated to you about Rabbit Lake, within the
last three years in the north there were a lot of public hearings
in most cf the communities up there. They wished to develop
what they called the B zone, which is on a point. If they
develop that uranium, that ore body, the major part of it is
situated under water, and in order for them t0 get at that ore
body, they would have to get into the water before they got at
that uranium, and there was a lot of fear. That fear still exists
today, that it would destroy the marine life, the wildlife. Not
only that, they would have to fool around with the water, put
dams in there somehow, to get rid of the amount of water in
order to get at the uranium. The result of these public hearings

[Traduction]
Mme Yooyn: Avant de commencer, me permettriez-vous de
quitter mon poste dînterprète pour faire quelques remarques?

Le vice-président: Certainement.
Mme Yooya: Il me faut trois minutes au plus,je serai brève.
Le vice-président: Très bien.

Mme Yooya: Vous avez beaucoup entendu parler d‘éduca-
tion aujourd’hui. Je suis de la région du Traité n“ 8, qui a été
conclu le 21 juin I899, qui dit, entre autres:

En matière d’éducation, les Indiens se sont vu garantir qu’il
n’y avait pas besoin de disposition spéciale puisque c’était la
politique du gouvernement d’offrir partout au pays, en
autant que les circonstances le permettraient, l’éducation
aux enfants indiens.

On ne mentionne pas si ce sera fait dans le secteur urbain,
dans la réserve, ou â l’extérieur de la réserve.

Il y a beaucoup d’Indiens qui vivent dans les secteurs
urbains et qui doivent faire face à beaucoup de difficultés et
d’ennuis ä cause de ce que nous impose présentement le
ministère. Il ne veut pas nous accorder d’aide pour l’éducation
des enfants indiens à l’extérieur des réserves. J’éprouve moi-
même cette difficulté puisque je ne suis pas un Indien inscrit.
J’en ai parlé à plusieurs reprises à des fonctionnaires du
ministère des Affaires indiennes, et ils me répondent habituel-
lement que l’enseignement n’est offert qu’aux Indiens vivant
dans les réserves, aux enfants indiens dans les réserves. On me
dit que c’est à cause de la Loi sur les Indiens. Les traités ont
été conclus avec les Indiens de ce pays avant même que la loi
sur les Indiens n’existe. La Loi sur les Indiens a été mise au
point par des bureaucrates pour les lndiens, sans que ceux-ci
soient même consultés.

Voila ce que je veux dire en matière d’éducation. Pour ce qui
est maintenant du développement de l’uranium, premièrement,
au sujet de la bande de Stony Rapids, dont fait partie mon
chef Ben Toutsaint, un accord a été conclu entre la bande et
l’Eldorado Nucléaire. On n’embauche pas encore de membres
de la bande, pourtant c’était là une des dispositions, une des
conditions du contrat qui porte la signature de la bande, qu’on
embaucherait des membres de la bande. On importe de la
main-d’oeuvre. de la main-d’oeuvre caucasienne en grande
partie.

Au sujet du développement de l’uranium, pour renforcer la
déclaration que vous a faite le chef Joe Tsannie au sujet de
Rabbit Lake, on a tenu beaucoup d’audiences publiques depuis
trois ans dans la plupart des collectivités du nord. On semble
vouloir développer ce qu’on appelle la zone B, qui est située sur
une pointe. Si on exploite cet uranium. le minerai qu’on trouve
en grande partie sous l’eau, pour y accéder, il faudra aller sous
l’eau avant d’extraire l’uranium, et cela suscite des craintes.
On craint toujours aujourd’hui, car cela pourrait détruire la vie
aquatique, la faune. On devra aussi affecter les cours d’eau,
installer des barrages, se débarrasser de quantités d’eau pour
en arriver à l’uranium. Ces audiences publiques ont démontré
qu’il y avait consensus parmi la population du nord: on ne
voulait pas que cette zone B soit développée.

ll:ll4

[Text]

was a consensus by the northern peoples that they did not want
that B zone to be developed.

Therefore there was, if you can so call it, a moratorium put
on the development of that zone. Because of that, Gulf
Minerals, who then controlled that company, would have had
to shut down by year-end of 1984. In fact, they had started
slowing down their opérations last year. Now, within the last
half year, apparently the company has changed hands. It is
now controlled by Eldorado Nuclear, which is a federal
company. The provincial government has also changed. The
chief stated that the province and Eldorado, or the federal
government, were supposed to sit down today to sign an
agreement to go ahead with the development of that B zone
which the northern people were against.

Thank you.

The Vice-Chairman: Does anybody have any questions?
Mr. Chénier.

Mr. Chénier: Mr. Chairman, I would like to pursue that
contract with Eldorado. First of all, I would like to know how
long has exploration or mining been taking place in that area‘!

Ms Yooya: Eldorado, which operated the mines out of
Uranium City, just recently closed down. They have been in
existence for years. I will not tell you, because otherwise I will
have to tell you how old I am.

Mr. Chénier: It was indicated before that the contract,
whether it was Eldorado or Gulf before them, was signed
between them and the band. Who conducted the negotiations
between the band? Was it the band itself? Did they bring in
people or lawyers to do the negotiating for them‘?

Ms Yooya: I took part in some of those negotiations, as a
band member and quite often as an interpréter. Indian
Minerals out of Calgary was one of the key people involved in
that. It is Eldorado Nuclear that Stony Rapids Band is dealing
with. And, of course, the Department of Indian Affairs was
involved. That is why it is such havoc—and Eldorado Nuclcar
and the provincial government.

Mr. Chénier: Could you elaborate? You indicated there
were a numberof conditions in the contract. Originally, I think
the company was paying the band 550,000 a year. I guess that
was part of the conditions in the contract. You also indicated
there was a hiring policy. What other criteria or conditions
were established in the contract’!

‘ 2035

Ms Yooyn: I cannot remember everything offhand; the
money part I cannot really attest to because I do not have the
figures here. In regard to the hiring part, I do remember that
part very clearly. One of the stipulations was an agreement in
the contract that they would hire and train band members to
work with their crews, if they came into the reserve to explore
or whatever they do, so that the band members would have

Indian Self-Government

2-3-1983

[Translation]

ll y a donc eu en quelque sorte un moratoire d’imposé au
développement de cette zone. A cause de ce moratoire, Gulf
Minerals, qui avait le contrôle de cette compagnie, devrait
fermer sas portes à la fin de 1984. Ils ont même commencé à
ralentir leurs activités l’année passée. Au cours des six derniers
mois, la compagnie a apparamment changé de propriétaire.
C’est maintenant l’Eldorado Nucléaire, une compagnie
fédérale, qui la contrôle. Il y a également eu des changements
au gouvernement provincial. Le chef a mentionné que la
province et Eldorado, ou le gouvernement fédéral, étaient
censés se rencontrer aujourd’hui pour signer un accord
prévoyant le développement de la zone B auquel s’opposaient
les gens du nord.

Merci.
Le vice-président: Quelqu’un veut-il poser des questions‘!
Monsieur Chénier.

M. Chénier: Monsieur le président, je voudrais parler de ce
contrat avec Eldorado. Premièrement, j’aimerais savoir depuis
combien de temps on fait des opérations d’exploration ou
d’extraction minières dans ce secteur?

Mme Yooya: Eldorado, qui exploitait les mines d’Uranium
City, a fermé ses portes récemment. Ces compagnies existaient
depuis des années. Je ne vais pas vous dire combien de temps,
puisque je vous révélerais ainsi mon âge.

M. Chénier: On avait mentionné que le contrat, qu’il s’agisse
d’Eldorado ou de Gulf avant cela, avait été signé entre la
compagnie et la bande. Qui dirigeait les négociations pour la
bande? Est-ce que c’était la bande? Est-ce qu’on a fait venir
des gens, des avocats pour négocier en leur nom?

Mme Yooya: J’ai participé à certaines des négociations, en
tant que membre de la bande et très souvent en tant qu’inter-
prête. lndian Minerals de Calgary était un des groupes clés
participants. La bande de Stony Rapids traitait avec Eldorado
Nucléaire. Le ministère des Affaires indiennes était évidem-
ment impliqué. C’est la raison pour laquelle il y a eu tellement
d’ennuis——Eldorado Nulcléaire et le gouvernement provincial.

M. Chénier: Pourriez-vous apporter des précisions? Vous
semblez dire qu’il y avait dans le contrat un certain nombre de
conditions. Je pense qu’au départ la compagnie versait à la
bande 550,000 par année. J’imagine que cela faisait partie des
conditions du contrat. Vous avez également parlé des politi-
ques d’embauche. Quels autres critères ou conditions contenait
le contrat’! i

Mme Yooya: Je ne me souviens pas de tout présentement, je
ne peux pas confirmer le montant d’argent, car je n’ai pas les
chiffres ici. Pour ce qui est de l’embauche, je me souviens très
bien de cette partie du contrat. Une des conditions, c’était une
stipulation qui faisait partie du contrat pour qu’on embauche
et forme les membres de la bande qui devaient travailler avec
leurs équipes, lorsqu’il devait y avoir de la prospection ou autre
travail dans la réserve, afin que les membres de la bande aient

jobs. Apparently what is happening now is they are not doing
that; they are not hiring any band members.

Mr. Chénier: But if it is part of the contract, and the
company is not holding up its end of it, are there no ways in
which the band can get back at the company, stop the
exploration or’ stop the mining? Are there no conditions‘! Was
it just a friendly arrangement, without any ways of retaliating‘?

Ms Yooya: Our present chief would have to pursue those
points. I am no longer working with the band. I am not living
on the reserve. l am an urban Indian, by the way. That is why
I feel very strongly about this education thing.

You would have to get help to pursue those things. I suppose
someone should tell them that the company has broken that
contract.

Mr. Chénier: About the treaties, as somebody mentioned
this afternoon, if you buy a piece of land from someone and
you do not pay for it, he will either take you to court or you
will lose your piece of land. because it has not been paid for.

To me, this is a contract, a good contract, and if one of the
parties is breaking some of the conditions, they should be
brought to answer for their actions. l think it might be worth
taking one of the 530,000 that the band is receiving to pursue
it, to see what the company will do.

Ms Yooya: Was that just a comment?

Mr. Chénier: That is just a comment.

The Vice-Chairman: Do you want to ask a question?
Mr. Manly: Thank you, Mr. Chairman.

I would just like to follow up on the whole question of the
role that the Department of Indian Affairs played in the
negotiations between the band and Eldorado Nuclear. Did you
feel that the department was urging you to go ahead with the
contract?

Ms Yooya: That is my personal point of view. They are,
after all, a federal department and Eldorado is a federal
company. l guess they were working hand in hand, more or
less, because whatever arrangements were to be made, whether
it be just a phone call, or quite often letter-writing, and
meetings especially, Indian Affairs usually made the arrange-
ments: okay, you are supposed to meet with Eldorado and
Indian Minerals at such and such a place and at such and such
a time . . . they always knew what was happening.

Mr. Manly: Did the Department of Indian Affairs ever have
any education program with the Indian people about the
possible dangers of uranium mining‘?

Ms Yooya: No. Of course they will contradict me, but I still
hold the answer is no.

2.3.1933 Autonomie politique des Indiens 1 l : ll5
[raye] [Traduction]

des emplois. Il semble maintenant que ce n’est pas du tout ce
qui se passe, on n’a embauché aucun membre de la bande.

M. Chénier: Si cela fait partie du contrat, cependant, et si la
compagnie ne respecte pas son engagement, la bande dispose-t-
elle de moyens pour revenir contre la compagnie, pour que
l’exploration ou les travaux miniers cessent? N’y a-t-il pas des
conditions? s’agissait-il simplement d’un arrangement amical,
sans aucun moyen de représailles?

Mme Yooya: Notre chef actuel devra donner suite à cette
affaire. Je ne travaille plus avec la bande. Je ne vis pas non
plus dans la réserve, je suis en fait une Indienne urbaine. C’est
la raison pour laquelle cette question d’éducation me touche
beaucoup.

Il faudra obtenir de l’aide pour poursuivre l’étude de ces
questions. Je suppose que quelqu’un devrait leur dire que la
compagnie n’a pas respecté le contrat.

M. Chénier: Au sujet des traités, quelqu’un l’a mentionné
cet après-midi, si on achète un morceau de terre de quelqu’un
et qu’on ne le paie pas, le vendeur vous traînera devant le
tribunal ou alors vous perdrez votre morceau de terre. étant
donné qu’il n’a pas été payé.

Je considère. pour ma part, qu’il s’agit d’un contrat, d’un
bon contrat, et si une des parties ne respecte pas certaines
conditions du contrat, elle devrait répondre de ses actions. Il
serait peut-étre bon de se servir d’une des sommes de 530,000
que la bande reçoit pour poursuivre cette affaire afin de voir ce
que fera la compagnie.

Mme Yooya: Est-ce une remarque seulement?

M. Chénier: Oui, ce n’est qu’une remarque.

Le vice-président: Voulez-vous poser une question?
M. Manly: Merci, monsieur le président.

Je voudrais poursuivre la question du rôle qu’a joué le
ministère des Affaires indiennes lors de la négociation entre la
bande et Eldorado Nucléaire. Aviez-vous l’impression que le
ministère vous exhortait à conclure le contrat?

Mme Yooya: C’est mon opinion personnelle. Il s’agit, après
tout, d’un ministère du gouvernement fédéral et Eldorado est
une compagnie fédérale. J’imagine que les deux travaillent la
main dans la main, plus ou moins, car quels que soient les
arrangements qui devaient être conclus, que ce soit par appel
téléphonique, ou très souvent par lettre, lors de réunions
surtout, le ministère des Affaires indiennes faisait habituelle-
ment les arrangements en disant: «C’est vrai, on est censé
rencontrer Eldorado et Indian Minerals à tel ou tel endroit, à
telle ou telle heure». Le gouvernement était toujours au
courant de ce qui se passait.

M. Manly: Le ministère des Affaires indiennes n’a-bil
jamais prévu des programmes éducatifs pour les lndiens au
sujet des dangers possibles que posait l’extraction de l’ura-
niurn?

Mrne Yooya: Non. Le ministère va évidemment me contre-
dire, mais je réponds toujours qu’il ne l‘a pas fait.

112116

[Text]

Mr. Manly: Chief Toutsaint indicated he had heard from
other people that there are possible dangers to uranium
mining. I think there are many people who are very, very
concerned about the dangers of uranium mining, both to the
environment and to human beings that are involved with it. It
bothers me that the Department of Indian Affairs is not seen
to be more helpful in explaining some of these dangers, that it
is not at arm’s length from a federal Crown corporation. It
seems to me that its responsibility is not to Eldorado Nuclear,
but its responsibility should be to the Indian people. But you
did not feel that was where its real interest lay?

Ms Yooya: In that case, no.

Mr. Manly: This is a question that I asked this afternoon.
The federal government has made money available in the last
couple of years for doing impact studies of the social and
economic impacts of major developments as they will impact
on Indian people. Were any of those funds made available to
the Stony Rapids Band?

Ms Yooya: If they were, I am not aware of it. That is, just
since I worked with the Federation of Saskatchewan lndians
up to November 1982. Up to that point I was not aware of
those funds.

Mr. Manly: Thank you very much, Mr. Chairman.

Ms Yooya: Excuse me. One thing I have to bring to your
attention. It was brought to me by Chief Tsannie. One thing
concerning uranium waste: it will affect the land for more than
500 to 800 years. Environmental studies which were done in
the communities were conducted by the provincial government.
The local people themselves were opposed to the approval of
the Rabbit Lake-Collins Bay bitumen. There was never a
proper answer to the question, what will Rabbit Lake do after
they have taken the uranium ore out and what will they do
with the waste deposits? This question still lingers on with the
provincial government and the mining companies, but approval
is going ahead. I only hope they will put a stop to it, unless we
have full participation.

Thank you.

The Vice-Chairman: Thank you. Are there any more
questions on the uranium issue? I want to go into another area,
so we should finish those first. Did you have any questions on
thc uranium issue?

Ms Jamieson: No. I have a comment, but I will save it.

The Vice-Chairman: I want to ask a question regarding the
Freshwater Fish Corporation. 1 did not quite understand. Is
the 560,000 debt owing to the Department of Indian Affairs or
to the Freshwater Fish Corporation?

° 2045

Ms Yooyn: Usually what happens is that the Department of
lndian Affairs provides 560,000 of funding or assistance to get
the program going, but Freshwater Fish, in turn, does not
return that money t0 the Department of Indian Affairs. Acting

Indian Self-Government

2-3-1983

[Translation]

M. Manly: Le chef Toutsaint a dit avoir appris d’autres
personnes qu’il pouvait y avoir du danger à extraire l’uranium.
De nombreuses personnes sont très très inquiètes des dangers
que pose cette extraction, à la fois pour l’environnement et
pour les êtres humains qui y participent. Ce qui m’inquiète.
c’est que le ministère des Affaires indiennes ne semble pas
aider beaucoup pour expliquer certains dangers, qu’il n’ait pas
pris ses distances par rapport à une société fédérale de la
Couronne. Il me semble que sa responsabilité n’est pas envers
Eldorado Nucléaire, mais envers les Indiens. Vous n’avez pas
l’impression, toutefois, que c’était là son intérêt véritable,
n’est-ce pas?

Mme Yooya: Dans ce cas-ci, non.

M. Manly: J’ai posé la question cet après-midi, et le
gouvernement fédéral a offert de l’argent au cours des
dernières années pour des études sur les effets socio-économi-
ques que pourraient avoir les exploitations importantes sur les
Indiens. Est-ce qu’une partie de ces fonds à été mise à la
disposition de la bande de Stony Rapids‘?

Mme Yooya: Si c’est le cas, je ne suis pas au courant. Du
moins jusqu’au moment où je travaillais avec la Fédération des
Indiens de la Saskatchewan, jusqu’en novembre 1982. Jusqu’à
cette date, je n’étais pas au courant de ces fonds.

M. Manly: Merci beaucoup, monsieur le président.

Mme Yooya: Excusez-moi. Je voulais porter une chose à
votre attention, elle a déjà été soulevée par le chef Tsannie. Il
s’agit des déchets d’uranium, ces déchets auront un effet sur
nos terres pour plus de 500 à 800 ans. Des études écologiques
concernant les collectivités ont été faites par 1e gouvernement
provincial. La population locale ne voulait pas qu’une autorisa-
tion soit accordée pour le bitume de Rabbit Lake-Collins Bay.
On n’a jamais vraiment fourni une réponse convenable à ce
sujet: que fera Rabbit Lake après que le minerai d’uranium
aura été extrait et que fera-t-on des dépôts de déchets? Cette
question traîne toujours au gouvernement provincial et chez lcs
compagnies minières, mais l’autorisation est en voie d’être
donnée. J’espère seulement qu’on pourra l’interrompre, à
moins qu’il y ait participation complète.

Merci.

Le vice-président: Merci. Avez-vous d’autres questions
concernant l’uranium? Je voulais passer à un autre domaine,
par conséquent il faut terminer ce sujet-ct avant.

Mme Jamieson: Non. J’ai un commentaire à faire, mais je le
ferai plus tard.

Le vice-président: Je voulais poser une question concernant
la Société Freshwater Fish. Je n’ai pas vraiment compris. Est-
ce au ministère des Affaires indiennes ou à la Freshwater Fish
Corporation qu’est duc une dette de 560,000’?

Mme Yooya: Le ministère des Affaires indiennes donne
habituellement une somme de 560,000 pour aider à lancer le
programme, mais Freshwater Fish ne remet pas, a son tour,
cette somme d’argent au ministère des Affaires indiennes. Le

2-3-1983

[Texte]

Chief Fern is under the impression that Indian Affairs thinks
that Freshwater Fish or the fishermen owe the department
that amount of money, and until that is cleared up, the
department does not want to give them any more assistance.

The Vice-Chairman: The fish plant loses about 560,000 per
year to operate. Does it lose that because the money they
receive for the fish, when sold, does not meet the cost of
running the fish plant and the boats? ls that the reason for the
loss?

Ms Yooya: The fish plant makes over and above that
amount, but what happens is the department gives out this
money to subsidize treaty Indian fishermen. This money is
handed over to Freshwater Fish. It subsidizes the transporta-
tion of the fish, their operating costs, but Freshwater Fish does
not, in turn, answer tu the department as to what it did with
that money. Indian Affairs feels that the money should be
accounted for. What did Freshwater Fish do with that money?
That is what they are asking.

The Vice-Chairman: How many fishermen are there, and
how many people work in the fish plant? How many people are
employed in this process—and I am given to understand will
not be employed this year if additional funds are not forthcom-
ing‘?

Ms Yooya: The boats that go out to harvest the fish, Acting
Chief Fern figures, average about 20 boats per summer. The
number of people who work at the fish plant would he about
25.

The Vice-Chairman: One person per boat?

Ms Yooya: In a small boat, usually two people; in a middle-
sized boat, three people; in a big boat, four people.

The Vice-Chairman: We are looking at over 100 people
employed at 5600 per job. That is not a bad investment. We
make a much poorer investment in a lot of people in the
country, in the neighbourhood of 53,000 to 56,000 per job, al1
the time. I think we might want to investigate the reason why
some of the make-work programs in the Department of
Manpower are not allocated here, because otherwise there are
100 people who will be unemployed and it is only at a cost of
about 5600 per job. That would seem to me to be a pretty
reasonable investment.

Ms Yooyn: That was over the last three seasons, by the way.
This will be the fourth fishing season coming up.

The Vice-Chairman: Yes.

Ms Yooya: Norbert also pointed out that his boat brought
in, in one load, approximately 51,000 worth of fish. I guess the
other fishermen brought in that kind of money too.

The Vice-Chairman: We will try to follow this up and see
what we can do on it.

Ms Yooya: Thank you.

Autonomie politique des Indiens 1 1 :

117

[Traduction]

chef intérimaire Fern a l’impression que le ministère des
Affaires indiennes est d’avis que Freshwater Fish ou les
pêcheurs doivent au ministère cette somme, et, en attendant
que les choses soient tirées au clair, le ministère ne veut pas
leur accorder plus d’aide.

I..e vice-président: La conserverie de poissons perd environ
60,000 dollars par année. Est-ce qu’elle perd cette somme
parce que l’argent qu’elle reçoit pour le poisson, une fois
vendu, ne suffit pas pour payer les coûts d’exploitation de la
conserverie de poissons et des bateaux? Est-ce la raison de la
perte‘!

Mme Yooya: La conserverie de poissons fait beaucoup plus
d’argent que cela, mais il se trouve que le ministère donne cet
argent pour subventionner les pêcheurs indiens inscrits. Cette
somme est remise à Freshwater Fish. 1l s’agit d’une subvention
pour le transport du poisson, pour les coûts d’exploitation, mais
Freshwater Fish ne rend pas compte au ministère de ce qu’il a
fait de l’argent. Le ministère des Affaires indiennes est d’avis
qu’il faudrait rendre compte de cet argent. Qu’a fait Freshwa-
ter Fish de l’argent? C’est ce que le ministère veut savoir.

Le vice-président: Combien y a-t-il de pêcheurs, et combien
de personne travaillent à l’usine de poissons‘? Combien de
personnes sont employées dans ce processus’? Je me suis laissé
dire qu’elles ne seront plus employées cette année s’il n’y a pas
de fonds additionnels.

Mme Yooyz: Le chef intérimaire Fern calcule qu’il y a en
moyenne 20 bateaux par été qui sortent pêcher le poisson.
Quant au nombre de personnes qui travaillent à l’usine de
poissons, il se situe à environ 25.

Le vice-président: Une personne par bateau’?

Mme Yooya: Dans un petit bateau, il y a habituellement
deux personnes, dans un bateau moyen, trois personnes, et
dans un gros bateau, quatre.

Le vice-président: Cela fait donc 100 personnes employées à
un salaire de 600 dollars pour faire le travail. Ce n’est pas un
mauvais investissement. Nous avons fait de plus mauvais
investissements pour beaucoup de gens au pays, nous accor-
dons presque tout le temps de 3,000 à 6,000 dollars environ par
emploi. Il faudrait peut-être faire enquête afin de savoir
pourquoi certains programmes de création d’emplois du
ministère de la Main-d’oeuvre ne pourraient pas être appliqués
ici, car autrement 100 personnes ne seront pas employées et
leur emploi ne coûte que 600 dollars chacun. Il me semble que
c’est un investissement assez raisonnable.

Mme Yooya: C’était la situation au cours des trois dernières
saisons, la quatrième saison de pèche s’en vient.
Le vice-président: Oui.

Mme Yooya: Norbert a également souligné que son bateau a
ramené, en une seule fois, environ 1,000 dollars de poissons.
J’imagine que les autres pêcheurs avaient des pêches d’une
valeur équivalente.

Le vice-président: Nous allons essayer de suivre l’affaire
pour voir ce que nous pouvons faire.

Mme Yooya: Merci.

llzll8

[Text]

The Vice-Chairman: Roberta, do you have anything
further?

Ms Jamieson: Thank you, Mr. Chairman. There are two
areas I think we should do some work in after hearing the
evidence here. One is the one that you raised. The other is in
this Eldorado Nuclear and the B zone, this development issue.
I am very concerned and upset about that. I have real trouble
seeing the department as trustee in many of these matters,
when they turn out in this fashion, and I think we should have
a look at that.

One of the things we did in some of the other areas was to
ask a few of our researchers to sit with the witness. Could we
not do that and see if we could get some more facts, when they
leave the table, perhaps, and then we could follow it up? Or I
could encourage the witnesses to forward some more material
to us and either this committee could take it up, or the
standing committee could take it up. 1 will look to you, Mr.
Chairman, for that direction.

l just wanted to make one other comment. lt is very
frustrating to see all the money that is available to all kinds of
companies. There are 300 federal corporation assistance
programs in this country. Did you know that? There are all
kinds of forgivable loans, al1 kinds of grants, all kinds of other
acceptable ways in which government gives money to compa-
nies, yet when money goes to lndians, the only acceptable form
is either handout or welfare.

is interesting to look at some of the statistics. 1 have been
raismg a few today and I am going to raise one more.

When you look at the inequity, when you look at the 1983-
1984 total federal estimates and see how much money is going
for development in the country at large, if Indians got their
fair share of that, even based on per capita, they should get
S150 million. What they are in fact getting-say, if they got
5150 million, that would be, for each community of 500,
5660,000 a year for economic development. But if you look at
what they are really getting . . . they are supposed to get 5150
million. Indian Affairs may get in their estimates 566 million.
A lot of that will be eaten up by the bureaucracy, let us face it.
All this spells a situation where we see once again First
Nations not getting the proper support for any kind of
development. We have heard many Indian witnesses speak of
the need to get economic development money into the reserves
without all the strings and the bureaucracy, as in the past—the
chairman has alluded to this before—and also for that
resource base to be established.

‘ 2055

_It is ironic that while this committee goes around getting
evidence and looking to promote Indian self-government and

lndian Self-Government

2-3-1983

[Translation]
Le vice-président: Roberta, voulez-vous ajouter quelque
chose’!

Mme Jamieson: Merci, monsieur le président. Après avoir
entendu les témoignages, deux autres secteurs devraient retenir
notre attention. D’abord, celui que vous avez soulevé, l’autre
c’est celui d’Eldorado Nucléaire et la zone B, la question du
développement. Je suis très préoccupée et très troublée par
cette question. J’ai beaucoup de difficulté à accepter que le
ministère soit fiduciaire dans ces nombreux cas, avec le
résultat que nous voyons, et je pense qu’il faudrait étudier la
chose.

Une des choses que nous avons faites dans d’autres secteurs
ce fut de demander à quelques-uns de nos recherchistes de
rencontrer le témoin. Ne pourrions-nous pas le faire pour voir
si nous pouvons obtenir davantage de renseignements, lorsque
les témoins quitteront la table, peut-étre, nous pourrions
ensuite suivre cette question? Ou alors, je pourrais encourager
les témoins à nous envoyer des documents, ce comité-ci ou le
Comité permanent pourrait s’en occuper. Vous nous direz ce
que vous en pensez, monsieur le président.

Je voulais faire une autre remarque, je trouve qu’il est très
frustrant de voir tout cet argent offert à toutes sortes de
compagnies. Il y a au pays 300 programmes d’aide fédérale
aux corporations. Le saviez-vous? Il s’agit de toutes sortes de
prêts à remboursement conditionnel, de toutes sortes de
subventions, de toutes sortes de façons acceptables pour le
gouvernement d’accorder de l’argent aux compagnies,
pourtant, lorsque de l’argent est donné aux Indiens, la seule
façon acceptable est sous forme d’aumône ou d’assistance
sociale.

Il est intéressant d’étudier les statistiques. J’en ai mentionné
quelques-unes l’autre jour, je vais vous en donner une autre.

On voit qu’il y a injustice en étudiant le budget fédéral de
1983-1984 quand on voit combien d’argent est dépensé pour le
développement du pays en général. Si les Indiens obtenaient
leur juste part, même sur la base par personne, ils obtien-
draient 150 millions de dollars. Ce qu’ils reçoivent. .. Disons
qu’ils recevraient 150 millions, ce serait pour chaque commu-
nauté de S00, 5660,000 par année pour l’expansion économi-
que. Voyez ce qu’ils reçoivent vraiment… Ils sont censés
recevoir 150 millions, mais le ministère des Affaires indiennes
ne prévoit à son budget que 66 millions de dollars. Une grande
partie de cette somme sera dépensée pour la bureaucratie, ne
l’oublions pas. On voit bien quelle est la situation. Là encore,
les Premières Nations ne reçoivent pas un appui adéquat pour
l’expansion qu’il leur faut. Nous avons entendu beaucoup de
témoins indiens nous parler de la nécessité de recevoir de
l’argent pour l’expansion économique dans les réserves, sans
toutes ces conditions qu’on nous impose, sans cette bureaucra-
tie, comme par le passé, et le président y a fait allusion
précédemment, et également pour qu’on crée cette base de
ressources.

C’est ironique que ce comité qui voyage pour obtenir des
témoignages et veut favoriser l’autonomie des Indiens et leur

M ___r_

l C?

5

uawtîñflm nännh=ri=‘=’

l.

– ‘ ‘ « NM H » ‘N-—-—-—»-4.-—a—-.-«««—nw-«.A,.._., .. “r- _… _.____,__…..,,….,.-..__s,,.a. ,__,..,._,._,…,,…..,.,..,._ ,.,,..c…_.._,….,,_.,, _,

2-3-1983

[Texte]
the resource base, we hear how it is being taken away every
place we go. I find it very frustrating.

Anyway, I just had that comment, Mr. Chairman. Maybe
we could have some direction from you on how we should get
some more information on these two issues.

The Vice-Chairman: Certainly the committee, or anyone
individually, is open to all the information you have available.
That is the only way members of Parliament can deal with
issues: if they have the information. Sometimes in our travels,
when we are looking for information to write a report, we find
out other interesting information that we can deal with. If you
have any further information, you can table it with me as the
chairman or with any of the members of Parliament at the
table.

Mr. Chénier: Mr. Chairman, I think we should get as much
information as possible about the contract that was signed
between the band and Gulf, because Gulf was the original
owner—is that it: both Gulf and Eldorado?

Ms Yooya: Eldorado is still the company that is exploring
around the Stony Rapids Reserve. Gulf is the original owner of
the company that is at Rabbit Lake.

Mr. Chénier: I think we should get copies of the two
contracts.

Ms Yooya: There is no contract signed with the Lac La
Hache Band. I do not believe so. The chief is here; he can
COITCCI me.

Mr. Chénier: On the fishing, I do not quite understand what
happened there; and 1 would like to know. Maybe we should
direct the clerk to write a letter to the department to find out
their side of the story, because it would appear that either the
money was advanced and it had to be repaid——because if it was
a subsidy, there would be no reason to repay it. They could
say, well, next year we are not going to advance any more
money; but they would not say, well, you have to repay it
before we do anything else. I think that would be one thing
that we would have to clarify.

If they were in a phased-in economic development program,
why would the department at one point just stop giving
money? That is what I would like to find out, because that has
happened in many other instances and that is what we should
look into, Mr. Chairman.

Before we get off this, in case we forget, do we need a
resolution… because the written document has not been
submitted, and it will be later, and I think we should make
sure that it is part of the documentation that we have on hand.
Do we need a motion for that?

The Vice-Chairman: A motion would be in order. If I
understand you correctly, you would like it tabled and
attached to this day’s Minutes ofProceedings and Evidence.

Mr. Chénier: That it be part of the testimony.

Autonomie politique des lndiens l1 : 1 l9

[Traduction]
base de ressources s’entende dire partout que c’est le contraire
qui se produit. Je trouve cela très décourageant.

C’était mon seul commentaire, monsieur le président. Peut-
être pourriez-vous nous indiquer comment obtenir plus
d’information sur ces deux questions.

Le vice-président: Il est sûr que le Comité ou n’importe
lequel de ses membres est très réceptif à toute information que
vous pouvez lui fournir. Les députés ne peuvent se pencher sur
certains problèmes que s’ils ont l’information voulue. Parfois
lorsque nous voyageons à la recherche d’information pour
rédiger un rapport, nous trouvons d’autres données qui peuvent
nous servir. Si vous avez d’autres renseignements, n’hésitez pas
à nous les remettre, soit â moi en tant que président, ou à un
autre membre du Comité.

M. Chénier: Monsieur le président, je crois que nous
devrions obtenir le plus d’information possible au sujet du
contrat qui a été signé par la bande et la société Gulf, parce
que la Gulf était le propriétaire original. Est-ce bien cela:
c’était la Gulf et Eldorado’!

Mine Yooya: La société Eldorado continue son exploration
autour de la réserve de Stony Rapids. La Gulf était le proprié-
taire de la société qui est à Rabbit Lake.

M. Chénier: Je crois que nous devrions obtenir des copies
des deux contrats.

Mme Yooya: La bande du lac La I-Iache n’a pas signé de
contrat. Du moins je ne le crois pas. Leur chef est ici; il pourra
me corriger si j’ai tort.

M. Chénier: En ce qui a trait â la péche, je ne comprends
pas très bien ce qui s’est produit, et j’aimerais le savoir. Peut-
être devrions-nous demander au greffier d’écrire au ministère
pour connaître sa version des faits, parce qu’il semble qu’au
bien une avance a été versée et aurait dû étre remboursée, ou
bien il s’agissait d’un subside, et il n’y a pas lieu de le rembour-
ser. Le Ministère pourrait dire qu’il n’avancera plus de fonds
l’an prochain; mais il ne pourrait pas exiger un remboursement
avant de faire quoi que ce soit d’autre. Je crois que nous
devrions éclaircir cette question.

S’il s’agit d’un programme de développement économique
progressif, pourquoi le Ministère cesserait-il tout à coup de
verser des fonds? Voilà ce que j’aimerais savoir, parce que cela
s’est déjà produit à maintes reprises, et nous devrions éclaircir
cette question, monsieur le président.

Avant de passer au point suivant, pour ne pas oublier, avons-
nous besoin d’une résolution‘? Le document écrit n’a pas été
soumis, bien qu’il le sera plus tard, et je crois que nous
devrions nous assurer qu’il fait partie de la documentation.
Avons-nous besoin d’une motion pour cela?

Le vice-pré rtlent: Selon le Règlement, il faudrait proposer
une motion. Si je vous ai bien compris, vous aimeriez que le
document soit déposé et annexé aux procès-verbaux et
témoignages de ce jour.

M. Chénier: J’aimerais que le document soit annexé aux
témoignages.

ll:120

[ Text]

The Vice-Chairman: Will we be getting this written
submission today, or will it be delivered to us later‘?

Ms Yooya: 1 was only informed of this meeting on Friday. I
got here on short notice, so I do not have any documentation
with me.

The Vice-Chairman: If anything comes forward, I think we
will deal with it as we receive it.

Mr. Chénier: Okay, no problem.

The Vice-Chairman: When any written submission comes to
us, the clerk Wlll give the chairman notice and we will see to it
that it is dealt with.

Mr. Chartier.

Mr. Chartier: Thank you, Mr. Chairman. I do have two
short questions, but before I ask them, Senator Chicken, I
believe, had signified prior to questioning that he wanted to
talk.

The Vice-Chairman: l would ask Senator Chicken to
address the committee after questions.

Mr. Chartier: Okay, thank you.

Mention was made by Chief Tsannie today that in explora-
tion in northern Saskatchwewan traplines are often destroyed
and trappers in essence forced out of their traplines. When
that happens, is any compensation given to the trappers?

Ms Yooya: The band mainly affected by that is the Lac La
Hache Band, because the uranium mine that is developed is
not even 14 miles from the reserve. There has been destruction
of traplines, but to date no trappers have been compensated.
We have tried to deal with the mining company, and the stand
they take is that it is not on reserve, it is not your land, you did
not talk about it before, you did not make any deal with us
beforehand on that, so we cannot compensate you.

Mr. Chartier: Would I be correct in stating that the chiefs
would view their trapping lines as part of their lands or
resources as agreed to by treaty? Would that be correct’!

Ms Yooya: At a lot of these public hearings, as well as
meetings, the chiefs as well as the band memberships have
stated that this was always their land; they always trapped in
that area and lived in that area, even before the existence of
treaties and boundaries and companies. These companies came
in and destroyed their way of life.

Mr. Chartier: It is not on exploring directly, but in the north
there is always a problem of forest fires. Some of them are
natural and some of them of course are created by—in some
cases, in northwestern Saskatchewan, I think a jet plane
crashed and a lot of traplines were burned. There had been an
attempt by some people to get compensation, and I am sure
this happens. I am talking about the Buffalo Narrows area,
but I am surc that happens further north as well. Has any

Indian Self-Government

2-3-1983

[Translation]
Le vice-président: Va-t-on nous remettre le mémoire écrit
aujourd’hui, ou nous sera-t-il transmis plus tard?

Mme Youya: Je n’ai su que vendredi qu’il y aurait réunion
aujourd’hui. J’ai eu très peu de préavis, et je n’ai donc pas de
documentation avec moi.

Le vice-président: S’il y a des documents, nous nous en
occuperons au fur et à mesure que nous les recevrons.

M. Chénier: Très bien, cela ne pose pas de problème.

Le vice-président: Si l’on nous présente des mémoires écrits,
le greffier le signalera au président et nous verrons â ce qu’on
s’en occupe.

Monsieur Chartier.

M. Chartier: Merci, monsieur le président. J’ai deux brèves
questions, mais avant de les poser, il me semble que le sénateur
Chicken avait indiqué avant le début des questions qu’il avait
des observations à faire.

Le vice-président: Je demanderais au sénateur Chicken
d’avoir l’obligeance d’attendre â la fin des questions avant de
nous adresser la parole.

M. Chartier: Très bien, merci.

Le chef Tsannie a fait allusion aujourd’hui au fait que lors
d’exploration dans le nord de la Saskatchewan, les territoires
de chasse des Indiens sont souvent détruits, et les trappeurs
sont de fait forcés de quitter ces zones. Quand cela se produit,
est-ce que l’on indemnise ces trappeurs?

Mme Yooya: La bande la plus touchée est la bande du lac
La Hache, parce que la mine d’uranium qu’on exploite est à
moins de 14 milles de la réserve. Certains territoires de chasse
ont été détruits, mais jusqu’à maintenant aucun trappeur n’a
été indemnisé. Nous avons tenté de transiger avec la société
minière, et son point de vue est que ces terres ne font pas partie
de la réserve, que ce ne sont pas nos terres, que nous n’en avons
pas discuté avec eux auparavant, que nous n’avions conclu
aucune entente avec eux, et qu’ils ne peuvent donc pas nous
indemniser.

M. Chartier: Serait-il exact de dire que les chefs considèrent
ces territoires de chasse comme faisant partie de leurs terres ou
de leurs ressources aux termes des traités? Est-ce que cela
seraitjuste?

Mme Yooya: À maintes reprises lors d’audiences publiques
et de réunions, les chefs et les membres des bandes ont déclaré
que ces territoires ont toujours fait partie de leurs terres; ils ont
toujours piégé et vécu dans ces territoires, même avant
l’existence des traités, des limites et des compagnies. Ces
compagnies sont arrivées et ont détruit leur mode de vie.

M. Chartier: Il ne s’agit pas seulement de l’exploration en
tant que telle, mais dans le nord il y a toujours le problème des
feux de forêt. Certains sont naturels, mais d’autres sont causés
par l’homme; par exemple dans le nord-ouest de la Saskatche-
wan, je crois qu’un avion à réaction s’est écrasé et qu’un vaste
territoire de chasse au piège a été incendié. Certains trappeurs
ont essayé d’obtenir une indemnisation; je suis sûr que ce genre
de chose se produit. Je parle de la région de Buffalo Narrows.
mais je suis sûr que cela se produit plus au nord aussi. Est-ce

au.» v: w a.

2-3-1983

[Texte]
compensation ever been paid to the trappers who have lost
their traplines up in the area that the chiefs come from?

Ms Yooya: No. A forest lire has destroyed a lot of what you
would call the gathering grounds of the caribou. When fire
destroys the food they live on, such as tundra, they will veer in
a different direction. They will not come back to that land. It
is just within this past year that the caribou have started
coming back towards our area. Not only that, within the last
two years there was a major forest lire that took in part of
northern Saskatchewan and into the territories and destroyed
quite a few traplines as well as their equipment and everything
they had on their traplines, their cabins and so on up there. To
this day they have not been compensated for that.

Mr. Chartier: Do you think that forest fire area is something
the governments, both federal and provincial, should pay more
attention to and not let get out of hand? Do you think there is
a need for that?

Ms Yooya: There definitely is a need for that. The Indian
people, on their level, have requested some type of compensa-
tion, but there again the governments have given us negative
BÏISWCFS.

Mr. Chartier: Thank you, Mr. Chairman.

The Vice-Chairman: Thank you. If there are no further
questions, I will allow Senator Chicken—l believe he would
like to address the committee. If that is so, we will hear
Senator Chicken.

‘ 2105

Senator Louis Chicken (F ederation of Saskatchewan lndian
Nations) (Interprétation): I wish to speak to you again. You
are sitting here representing the big boss. I am very happy this
has happened. I have been wanting to see this happen for a
long time. Today I am finally seeing it happen.

You people sitting here facing us, I am thinking about the
way you are dealing with us. I am not trying to say bad things
about you, I just want to tell you what I think. You represent
this government and the leader of this government in this land
that we live in. Because you are the government, it is as if we
were your children.

The Creator who put us on this earth, regardless of how we
live, treats us all the same. If the Creator put on this earth
people who will be leaders, those leaders are supposed to look
after the rest of the people on this earth. I feel as if I can see it,
because it says so in tlie Big Book.

When we have children, we have those children in our
homes, they ask us for something. If we feel that it is going to
help them, be useful to them, we try our best to give them
what they request. By the same token, the government should
treat us the same way.

There have been a lot of people who approach you here, talk
to you, tell you things, make requests. lt is because they are
asking for your help. That is why they carne and talked to you.

Autonomie politique des Indiens 1l : 121

[Traduction]
qu’on a déjà versé des indemnisations aux trappeurs qui ont
perdu leurs territoires dans la région d’où viennent les chefs?

Mme Yooya: Non. Un feu de forêt a détruit une grande
partie du territoire où les caribous s’attroupaient autrefois.
Quand le feu détruit la végétation dont ils se nourrisent,
comme la toundra, ils se dirigent ailleurs. Ils ne reviendront
jamais â ces terres. Ce n’est que pendant l’année qui vient de
s’écouler que les caribous ont commencé à revenir vers nos
territoires. De plus, au cours des deux dernières années, il y a
eu un feu de forêt très grave qui a détruit une partie du nord
de la Saskatchewan et des territoires. Plusieurs territoires de
trappeurs ont été détruits ainsi que tout ce qui s’y trouvait, leur
équipement, leurs cabanes et ainsi de suite. Personne n’a
encore reçu la moindre indemnisation.

M. Chartier: Croyez-vous que ces territoires vulnérables aux
feux de forêt devraient être surveillés et mieux protégés par les
gouvernements fédéral et provinciaux? Estimez-vous que c’est
nécessaire?

Mme Yooya: C’est très certainement nécessaire. Le peuple
indien, pour sa part, a demandé qu’on l’indemnise, mais encore
une fois les réponses des gouvernements ont été négatives.

M. Chartier: Merci, monsieur le président.

Le vice-président: Merci. S’il n’y a plus de questions, je
donne la parole au sénateur Chicken qui a, je crois, certaines
choses a dire au Comité. Si c’est le cas, nous allons entendre le
sénateur Chicken.

Le sénateur Louis Chicken (La fédération des nations
indiennes de la Saskatchewan) (Interprétation): J’aimerais
vous parler encore une fois. Vous représentez le grand patron.
Je suis très heureux que cette réunion ait lieu. Je l’attends
depuis longtemps. Aujourd’hui je la vois enfin de mes yeux.

Vous qui ètes assis en face de nous, j’ai réfléchi a la façon
dont vous nous traitez. Je ne veux pas vous critiquer, je veux
simplement vous dire ce que je pense. Vous représentez le
gouvernement et 1e chef – du gouvernement de ce pays où nous
vivons. Parce que vous étes le gouvernement, c’est un peu
comme si nous étions vos enfants.

Aux yeux du Créateur qui nous a mis sur cette terre, nous
sommes tous égaux, quel que soit notre mode de vie. Si le
Créateur a bien voulu qu’il y ait des dirigeants, c’est que ces
dirigeants sont censés s’occuper du reste des habitants de la
planète. J’estime que je peux parler ainsi. parce que c’est ce
qui est dit dans le Grand livre.

Quand nous avons des enfants à la maison il arrive qu’ils
nous demandent des choses. Si nous croyons que d’accéder à
leurs demandes les aiderait, leur serait utile, nous faisons de
notre mieux pour leur donner ce qu’ils demandent. C’est ainsi
que le gouvernement devrait nous traiter, de la même façon.

Beaucoup de gens viennent ici pour discuter avec vous, vous
parler, vous demander des choses. C’est parce qu’ils deman-
dent votre aide. C’est pour cela qu’ils viennent ici vous parler.

112122

Indian Self-Government

2-3-1983

[Texr]

You have been approached with a lot of different things. To
you they may seem like different requests. It might look to you
like different people coming from different ways down the
road who approach you at this table. The way they approach
you-they ask you for a lot of different things, but because
they want your help, if you are able to help them . . . that is
why they approach you here.

We treaty people do not have that many basic needs. You
have already heard me say that. I have heard talk today that
people want to stop trapping. They have gone to other
countries across from our land. Those people who live in those
Ëttfhcr countries do not live by trapping. Trapping is our way of
l e.

Those people who are talking about stopping this way of life
called trapping—if they were to come and see how we live,
compare it with their way of life, they would see something
very different. It is a hard way of life that we have. We go
through many hardships in this life.

‘2115

Even in this room we are sitting in, if you look around, there
are not very many items in here that are necessary to exist; and
yet if you look around, it looks nice in here. When you go to
my land, you go to take a look at our lifestyle, you go to see
the life the trapper lives, you will see a totally different picture.

When I sit and talk about these things, I do not add
anything to what I am telling you. I do not tell lies; I do not
exaggerate. l tell you the truth about what I have seen.

1 have lived that way of life. People the same age as myself
have lived in that manner, where we suffered, where we
worked, to make an existence for our familles.

It has only been a little more than l0 years that social
assistance has existed in the north. Up to that time, the way we
lived and suffered—«l am only telling you those stories.

l am not saying that we are totally destitute. The children
are being fed: they are living, through this social assistance. I
am only telling you these things and these stories about the
way we have lived because this is the first time that you ever
sat down and listened to us in this manner.

We in the far north, when it comes to different things like
attending meetings, do not have proper funding. We are
always needing money to go somewhere to attend a meeting. If
you were able somehow to help us obtain funding to attend
different meetings that we arc requested to go to. . .

Another source of funding that we would like you to
investigate is funding for the FSI senators. They do not have
any source of funding from which they can operate, and we
definitely need help in that area.

[Translation]

On s’est adressé à vous pour de nombreuses raisons. Toutes
ces demandes doivent vous sembler différentes. Vous devez
avoir l’impression d’entendre des gens différents, qui viennent
d’endroits différents, et qui font leur démarche de manières
diverses. Ils viennent à vous pour vous demander une foule de
choses différentes; mais tous viennent à vous pour la même
raison: pour vous demander votre aide.

Les besoins fondamentaux des Indiens sont peu nombreux.
Je l’ai déjà dit. J’ai entendu dire aujourd’hui que certaines
personnes voudraient faire cesser le piégeage. Ils se sont rendus
à l’étranger, loin de notre pays. Les gens qui vivent dans ces
autres pays ne vivent pas du piégeage. Le piégeage, c’est notre
mode de vie.

Ces gens qui voudraient mettre fin au mode de vie que nous
appelons le piégeage—s’ils venaient ici pour voir comment
nous vivons, s’ils comparaient nos vies aux leurs, ils s’aperce-
vraient qu’elles sont très différentes. Notre mode de vie est très
dur. Nos vies sont remplies d’épreuves.

Même dans cette pièce où nous sommes assis, si vous
regardez autour de vous, vous verrez qu’il n’y a pas beaucoup
de choses qui sont vraiment indispensables pour notre subsis-
tance, ce qui ne veut pas dire que la pièce n’est pas jolie.
Lorsque vous viendrez visiter notre région, pour avoir une idée
de notre mode de vie, du mode de vie du trappeur, vous verrez
quelque chose de complètement différent.

Quand je vous parle de toutes ces choses, je ne renchéris pas
sur les faits réels de la situation. Je ne vous raconte pas
d’histoires et je n’exagère pas. Je vous dis la vérité au sujet de
ce que j’ai vu.

J’ai toujours vécu de cette façon-là. Des gens qui ont le
même âge que moi ont vécu de cette façon dans cette région où
nous avons souffert, où nous avons travaillé pour faire vivre
nos familles.

Cela fait à peine plus de dix ans qu’existe l’aide sociale dans
le nord. Avant qu’elle existe, nous avons vécu et souffert selon
un mode de vie . . . J’essaie simplement de vous faire compren-
dre comment nous avons vécu pendant ce temps.

Je ne prétends pas que nous sommes dans le dénuement le
plus complet. Les enfants mangent; ils arrivent à vivre par le
biais de l’aide sociale. Si je vous parle de ces choses-là
maintenant, c’est que dut la première fois que vous ètes assis
avec nous pour nous écouter.

Dans le grand nord, nous ne recevons pas le financement
nécessaire pour ce qui est de l’assistance aux réunions. Nous
avons toujours besoin d’argent pour aller quelque part pour
assister à une réunion. Si vous pouviez nous aider à obtenir le
financement nécessaire pour nous permettre d’assister aux
diverses réunions auxquelles on nous demande d’assister . . .

Nous aimerions également que vous envisagiez également
une source de financement pour les sénateurs de la Fédération
des Indiens de la Saskatchewan. Ils n’ont absolument aucune
source de financement et, par conséquent, nous avons besoin
d’aide dans ce domaine.

l

2-3-1983

[Texte]

If you people sitting here were to see me alone, if we tried to
talk together, we would not be able to communicate, because
we would not understand each other. It is only through an
interpréter that we are able to talk together. That is another
reason why we are requesting help with funding.

That is al1 for now. Thank you.

The Vice-Chairman: We recognize that difficulty and are
pleased that the interpréter was able to interpret for us. Thank
you very much.

The committee has recognized a couple of very important
issues, and we appreciate the briefs.

Thank you very much for your time and for the briefs.
We will call presentation 7 to a close.

I would like to call the next witnesses to the table immedi-
ately, if that is possible, and we will continue right on: Chief
Roland Crowe, Phil Morin, Andy Michael and Syd Fiddler.

‘ 2125

I note that Vern Bellegarde will be at the table, and David
Acoose as well.

Chief Crowe, if you would like to begin, that would be in
order.

Chief Roland Crowe (Urban Indians and Youth, Federation
of Saskatchewan lndian Nations): Thank you, Mr. Chairman.
I am going to make some oral remarks and oral presentation.

I want to welcome you on behalf of the people we are
dealing with and discussing here. I am going t0 start off with
item 1.

Jurisdiction is and always will be the responsibility of the
chiefs and councils, regardless of residence of Indian people.
Secondly, they will not lose their status as treaty and regis-
tered Indians, nor will they become a provincial jurisdiction.
Thirdly, with the ever-existing présence of the loss of treaty
rights in the areas of education, health, social services, etc.,
with this current situation, we have some very immediate
concerns about those. Fourthly, the funds for programs and
the delivery of services have to be made available through the
district chiefs. Funding arrangements that have been going on
are not acceptable. The native or Indian and Métis boards that
are being funded are most certainly not delivered and adminis-
tered or oriented for the benefit of Indian people in the urban
areas.

Those, Mr. Chairman, are four issues in general. With that,
if there are any questions, to get into specifics or certain
situations, we are prepared to answer those questions.

The Vice-Chairman: So that would be your oral presenta-
tion and you would rather go into questions and answers from
here on. Thank you.

Autonomie politique des lndiens 1 1 : 123

[Traduction]

Si vous étiez venus me voir seuls, si nous avions essayé de
parler ensemble, nous n’aurions pas pu communiquer, car nous
n’aurions pas été en mesure de nous comprendre l’un et l’autre.
C’est uniquement par le biais d’un interprète que nous pouvons
parler ensemble. C’est justement une autre raison pour
laquelle nous vous demandons de l’aide financière.

C’est tout pour le moment. Merci.

Le vice-président: Nous sommes très conscients de cette
difficulté et sommes très heureux d’avoir un interprète qui
puisse nous permettre de vous comprendre. Merci beaucoup.

Le Comité a pris connaissance d’un certain nombre de
questions très importantes, et nous vous remercions des
mémoires que vous avez présentés.

Merci beaucoup pour votre temps et pour les mémoires.
Cela dit, nous terminons l’exposé numéro 7.

Je voudrais demander aux témoins suivants de venir à table
immédiatement, si possible, et nous poursuivrons sans prendre
de pause: chef Roland Crowe, MM. Phil Morin, Andy Michael
et Syd Fiddler.

Je vous fais remarquer que Vern Bellegarde ainsi que David
Acoose vont se joindre à nous à la table.

Chef Crowe, si vous voulez bien commencer votre exposé,
nous vous écoutons.

Le chef Roland Crowe (Indiens et jeunesse urbains,
Fédération des nations indiennes de la Saskatchewan): Merci,
monsieur le président. Je vais me contenter de faire un court
exposé oral.

D’abord, je voudrais vous remercier au nom de tous ceux qui
font l’objet de la discussion aujourd’hui. Je vais commencer
par mon premier point.

D’abord, les chefs et les conseils auront toujours compétence
pour juger les affaires indiennes, quel que soit le lieu de
résidence des Indiens. Deuxièmement, ils ne perdront pas leur
statut d’Indiens inscrits ou d’Indiens soumis au régime d’un
traité, tout comme la province n’aura jamais d’autorité sur
eux. Troisièmement, étant donné la perte continuelle de droits
prévus dans les traités dans les domaines de l’éducation, de la
santé, des services sociaux, etc., nous avons un certain nombre
d’inquiétudes au sujet de cette situation. Quatrièmement, les
fonds affectés pour les programmes et la prestation des services
doivent être versés aux chefs de districts. La formule de
financement actuelle est tout â fait inacceptable. Les conseils
d’Autochtones, d’Indiens et de Métis qui reçoivent des fonds à
l’heure actuelle ne sont ni gérés ni organisés aux bénéfices des
Indiens dans les zones urbaines.

Monsieur le président, ce sont les quatre principaux points
sur lesquels nous voulons attirer votre attention. Maintenant, si
vous voulez nous poser des questions précises, nous nous ferons
un plaisir d’y répondre.

Le vice-président: Donc, cela termine votre exposé oral, et
vous voulez maintenant passer à la période de questions et de
réponses. Merci.

112124

[Text]
Are any members prepared for questioning? Mr. Manly.

Mr. Manly: The presentation distributed talks about
unemployment and the fact that this age structure of 15 to 29
represents the highest unemployment grouping of the already
astronomically high levels of Indian unemployment. I wonder
if you could give some indication of how this affects young
Indian people—just to put it on the record and make it clear;
spell it out.

Mr. Syd Fiddler (Youth, Urban Indians and Youth,
Federation of Saskatchewan Indian Nations): Maybe I will
address that issue during my presentation.

Ms Jamieson: Mr. Chairman, on a point of order, is there a
written one distributed on the urban Indian’!

Mr. Glen Gordon (Regina Indian Development
Association): No, we have not distributed any information on
the urban Indians yet. We have drafted a copy, but it still has
to go before the district chiefs. We are going to table this
document at a later time.

Ms Jamieson: What we have is the youth?
Mr. Gordon: Yes, the youth will make their presentation.

Mr. Chénier: Mr. Chairman, to be fair, I was still in the
frame of mind of the last presentation. I wonder if the chief
would be kind enough to repeat—just summarize the four
points, so we can get into that. I think probably the committee
is a little tired. I know I am, and I am having a little hard a
time catching on right now.

Chief Crowe: The current situation is that when people move
off the reserve and get into the urban areas, there is the ever-
presence of the loss of things that are guaranteed to us under
treaties and that should always prevail. To name specific
items, those are thc situations of medical services and educa-
tion. You are quite aware of the problems that we have had in
education and the fact that if they are a non-resident of a
respective reserve for a period of time, the Department of
Indian Affairs does not cover that responsibility. The other
thing we have some difficulty with is that after they have been
off for a certain amount of time, they fall under provincial
jurisdiction; and that is not our understanding of the rights we
have under treaty.

About funding for urban Indians, I believe that is an
important situation. I think we have to deal with it and
recognize it and come up with a suitable system that is much
more advantageous to us as Indian people than the situation
we have now. When I talk about urban funding, I am talking
about a number of boards that are either non-Indian or Indian
and Métis, or a different combination. I talk about the
migrating program and I talk about housing programs.

Indian Self-Government

2-3-1983

[ Translation]
Y a-t-il des députés qui sont prêts à
Monsieur Manly.

poser des questions?

M. Manly: L’exposé écrit qui a été distribué parle du
chômage et du fait que ce groupe d’âge, de l5 à 29 ans,
représente le groupe ayant le taux de chômage le plus élevé de
tous les autres groupes d’Indiens au chômage, dont le taux est
déjà extrêmement élevé. J’aimerais que vous nous indiquiez
l’incidence de cette situation sur les jeunes Indiens—que vous
nous expliquiez cela en termes précis pour qu’il en soit fait
mention au procès-verbal.

M. Syd Fiddler (Jeunesse, Indiens et jeunesse urbains,
Fédération des nations indiennes de la Saskatchewan): Je vais
peut-être en parler pendant mon exposé.

Mme Jamieson: Monsieur le président, j’invoque le Règle-
ment. A-t-on distribué un exposé écrit sur l’lndien urbain?

M. Glen Gordon (Association de développement des Indiens
de Regina): Non, nous n’avons pas encore distribué des
renseignements sur les Indiens urbains. Nous avons mainte-
nant une ébauche, mais elle n’a pas encore été présentée aux
chefs de districts. Nous avons l’intention de vous présenter ce
document à une date ultérieure.

Mme Jamieson: Donc, nous n’avons
jeunesse?

que le groupe de

M. Gordon: Oui, le groupe de la jeunesse va faire son
exposé.

M. Chénier: Monsieur le président en toute sincérité, je
pensais encore au dernier témoignage lors de l’exposé du chef.
Pourrais-je donc demander au chef de répéter ou de nous
donner un bref résumé des quatre points pour que nous
puissions en parler aprà. Je crois que les membres du comité
sont probablement un peu fatigués. Je sais que je le suis, et j’ai
du mal â comprendre en ce moment.

Le chef Crowe: Pour vous donner une idée de la situation
actuelle, lorsque des gens quittent la réserve pour s’installer
dans des zones urbaines, il y a toujours la possibilité qu’ils
perdent les droits qui leur sont garantis en vertu des traités et
qui doivent toujours primer. A titre d’exemple, nommons les
services médicaux et l’éducation. Vous étes sûrement au
courant des problèmes que nous avons eus dans le domaine de
l’éducation et du fait qu’un Indien qui quitte la réserve
pendant une certaine période n’a pas droit aux services du
ministère des Affaires indiennes. De plus, une fois que l’lndien
en question a été absent de la réserve pendant une certaine
période, il devient la responsabilité de la province; et ce n’est
pas de cette façon-là que nous avons compris les droits qui
nous sont accordés en vertu des traités.

Pour ce qui est du financement accordé aux Indiens urbains,
c’est une question très importante, je crois. Je pense qu’il faut
d’abord reconnaître le problème qui existe à ce niveau-là et,
ensuite, élaborer un système qui avantage les Indiens beaucoup
plus que ne le fait le système actuel. Quand je parle de
financement urbain, je parle d’un certain nombre de conseils
composés de non Indiens ou d’Indiens et de Métis, ou encore,
qui ont une combinaison différente. Je parle du programme de
migration et des programmes de logements.

..V=N»n:-=

F .__-… __.,…,_e.._………_….;, .. , ..

2-3- l 983

[Texte]

As an example, there are programs for urban housing that
are for Indian and Métis boards or native boards. What we are
saying, and what must be the situation, is that Indian boards,
through the district chiefs, must be recognized so they will
support and administer programs that are dcfinitely oriented
for the lndian problem and the Indian situation. l do not say
this in a derogatory sense, where I criticize other boards, but if
we are Indian people and in the situation of controlling our
own destiny, we as Indian people must sit on those boards and
control those boards, and at the same time be in control of the
administration and delivery programs.

The Vice-Chairman: Mr. Chénier.

Mr. Chénier: I can understand it is a real problem. But now,
as was stated a number of times today, in the Constitution,
when we talk about existing rights of Indians, Inuit and Métis,
there is no différentiation any more about who-you know,
they will have to find a new définition of Indians. lt does not
appear to be the one in the lndian Act. So do you think once
the new definition or the word “Indian » as it is now
entrenched in the Constitution, with the rights speciñed, will
cover the urban Indians and all those who are not on reserve,
where the department now says we only fund people on
reserves‘!

Chief Crowe: The définition of “Indian”—I do not want to
get into a technical or a legal debate about it, but if we
recognize lndians as Indians——and what l am saying about
that is that because you do not reside on a reserve does not
mean that you are not an Indian, because if we live in Canada
and we periodically visit some place, or whatever, people do
not lose their status as Canadians.

The Vice-Chairman: Thank you, Mr. Chénier.

We could proceed to the next brief and then question both,
if is in order and if there are no further questions.

Mr. Fiddler, do you have a presentation to make to the
committee’!

‘Z135

Mr. Fiddler: First of all, before I start, I would like to
express my appreciation to the subcommittee, to our lndian
leaders, for giving us the opportunity to talk, t0 express some
of the perspectives that Indian youth are coming from today. I
will be talking mainly about university Indian students, what
they see for themselves in the future in Canada in terms of
Indian government. But before I go into those areas, perhaps
just to acquaint the subcommittee with some background
information I would like to present on Indian youth . . .

First of all, lndian youth between 15 and 25 years of age
represent approximately 35% to 40% . . . They are the largest
age grouping of the Saskatchewan lndian population. In this
age grouping, they comprise the majority of off-reserve Indian
population. Statistically, 35.1% of the total lndian population
is off-reserve. This age structure represents the highest

Autonomie politique des Indiens 1 1 ;

l25

[Traduction]

Par exemple, il existe des programmes de logements urbains
qui sont dmtinés aux conseils indiens et métis ou aux conseils
autochtones. Nous tenons absolument à ce que les conseils
indiens, par le biais des chefs de districts, soient reconnus pour
leur permettre d’offrir et d’appuyer tout programme qui tient
compte des problèmes et de la situation des Indiens. Sans
vouloir critiquer d’autres conseils, je crois que si les lndiens
veulent contrôler leur propre destin, ces mêmes Indiens doivent
non seulement siéger aux conseils mais les contrôler, et diriger
l’administration des programmes.

Le vice-président: Monsieur Chénier.

M. Chénier: Je comprends pourquoi cela pose un si grand
problème. Mais maintenant—et cela a été mentionné plusieurs
fois aujourd’hui-Jonque nous parlons des droits des Indiens,
des Inuit et des Métis dans la Constitution, il n’y a plus aucune
différence entre ces trois groupes; je pense qu’il faudra trouver
une nouvelle définition d’Indiens. Celle de la Loi sur les
Indiens ne semble pas être la bonne. Alors, croyez-vous qu’une
fois qu’on aura une nouvelle définition du terme «Indien», tel
qu’utilise dans la Constitution, avec les droits qui s‘y ratta-
chent, cette nouvelle définition s’appliquera également aux
Indiens urbains et â tous ceux qui n’habitent pas dans les
réserves, alors que le ministère n’accorde des fonds qu’à ceux
qui habitent dans les réserves à l’heure actuelle?

Le chef Crowe: Pour ce qui est de la définition du terme
«Indienr-je ne veux pas avoir une discussion technique ou
juridique là-dessus, mais si nous sommes prêts à reconnaître
que les Indiens sont les Indiens—et à cet égard, je veux dire
que le simple fait de ne pas habiter dans une réserve ne veut
pas dire qu’on n’est pas Indien; si nous sommes habitants du
Canada et nous visitons une autre région de temps en temps,
nous ne perdons pas notre statut de canadien pour autant.

Le vice-président: Merci, monsieur Chénier.

Nous pourrions entendre l’exposé suivant et passer ensuite à
la période des questions, si vous n’y voyez pas d’inconvénients
et s’il n’y a plus de questions.

Monsieur Fiddler, avez-vous un exposé à
Comité?

présenter au

M. Fiddler: Tout d’abord, avant de commencer, je tiens à
remercier le Sous-comité et nos dirigeants indiens de nous
donner Poccasion d’exprimer certains des points de vue qui
sont ceux de la jeunesse indienne d’aujourd’hui. Je vais parler
surtout des étudiants indiens universitaires, de l’avenir qu’ils
envisagent pour eux-mêmes au Canada, dans le contexte d‘un
gouvernement indien. Toutefois, avant de passer à ces sujets,
permettez-moi, â l’intention du Sous-comité, de présenter
quelques données de base sur la jeunesse indienne . . .

Il faut d’abord noter que la jeunesse indienne, âgée de 15 à
25 ans, représente environ 35 à 40 p. 100… Il s’agit du
groupe d’âge le plus important au sein de la population
indienne de la Saskatchewan. En outre, ce groupe d’âge
comprend la majorité de la population indienne hors-réserve.

En termes statistiques, 35.1 p. 100 de la population indienne

ll:l26

[ Texl]

unemployment grouping of the already astronomically high
levels of Indian unemployment. Unlike the general Indian
population, the problems of underdevelopment are prévalent,
and the socio-economic disparities and the social problems
exemplified when people—the education people we are talking
about mentioned that over 80% of lndian students drop out
before completion of grade l2. Particular characteristics of
this age group-«statistics that you take a look at—indicate the
highest rate of incarcération in federal and provincial prisons,
juvenile delinquency, violent deaths, suicides, and accidents
related to alcohol and drug abuse.

Within the last few years, with increased political, technical,
legal, educational, organizational and financial growth and
development among Indian people, this physical evidence has
instilled a consciousness that has filtered clown to the Indian
community level, both on and off reserve.

Hand in hand with this is a consciousness of and a growing
awareness of our unique Indian culture through the Indian
world-view, spiritualism, and history, a perspective which has
opened our cyes to the contradictions between the professed
idéals, the socialization of Canadian society as a whole, and
the plight of the Indian people. The implications of it are both
negative and positive. The negative effects have resulted in
increased hostility, resentments, frustrations, which result in
perpetuating the apathy, the psychological self—destruction and
striking out at institutional systems of Indian youth, without
consciously pinpointing the cause-and-effect relationship. On
the other hand, in a few cases—but growing by leaps and
bounds—there is a message that education is a right and a
privilege for the betterment of lndian people themselves and
ultimately for the future development of the Indian people.

There is evidence of this in the enrolment of lndian youth in
high school, vocational, skill training, and post-secondary
education as finances and opportunities become available. To a
large extent, though, the speed and manner in which these
Indian aspirations and détermination to become realities are
totally dependent on federal-provincial governments, especially
the Department of Indian Affairs. Within the last five years
Indian students, I think, and the lndian people in general, have
heard the Department of lndian Affairs reiterate rhetoric
supporting implementation of lndian control of education,
Indian control of economic development, lndian control of this
and that. But in reality we see that it has failed to support
actively, and has sometimes undermined, their responsibility to
provide education, to provide the type of support systems,
finances, necessary to make that a reality.

In the area of education, the position of the Department of
Indian Affairs, which now slowly seems to be shifting towards
that of Employment and Immigration, is that education is just
a provincial responsibility, and it is considered a privilege.
Education is restrictively interpreted in terms of education for

lndian Self-Government

2-3-1983

[ Translation]

globale se trouve hors-réserve. Ce groupe d’âge accuse le taux
de chômage le plus élevé parmi les niveaux extraordinairement
élevés déjà de chômage indien. Contrairement à l’ensemble de
la population indienne, les problèmes de sous-développement
dominent et les disparités socio-économiques et les problèmes
sociaux se trouvent amplifiés lorsque les gens… les gens
éduqués dont nous parlons ont mentionné que plus de 80 p. 100
des étudiants indiens quittent l’école avant d’avoir terminé la
l2‘ année. Les caractéristiques particulières à ce groupe
d’âge. . . les statistiques que vous regardez démontrent le taux
d’incarcération le plus élevé dans les pénitenciers fédéraux et
provinciaux, de délinquance juvénile, de morts violentes, de
suicides et d’accidents associés â l’alcool et à l’abus de
stupéfiants.

Au cours des quelques dernières années, grâce à la crois-
sance et au développement politiques, techniques, juridiques,
éducatifs, organisationnels et financiers chez lcs Indiens, ces
preuves tangibles ont éveillé une prise de conscience même au
niveau indien local, sur et hors réserve.

De pair avec cette prise de conscience de notre culture
indienne unique grâce a un point de vue indien sur le monde,
au spiritualisme, à l’histoire, nous en avons tiré une perspective
qui a ouvert nos yeux devant les contradictions qui existent
entre les idéaux professés, la socialisation de la société
canadienne dans son ensemble, et le sort du peuple indien. ll en
ressort des éléments négatifs et positifs. Les aspects négatifs
ont entraîné une hostilité, un ressentiment et des frustrations
accrus et ont comme résultat un sentiment perpétuel d’apathie,
d’auto-destruction psychologique et de contestation contre les
systèmes institutionnalisés de la jeunesse indienne, sans qu’il
n’y ait une prise de conscience de la relation de cause à effet.
Par contre, dans quelques cas… mais augmentant à un
rythme phénoménal… le message commence à passer que
l’instruction ut un droit et un privilège permettant l’améliora-
tion et le développement futur du peuple indien.

On le constate en regardant les inscriptions des jeunes
Indiens dans les écoles secondaires, professionnelles, techni-
ques, et post-secondaires au fur et à mesure de la disponibilité
des finances et des occasions. Néanmoins, dans une large
mesure, la rapidité et les mécanismes par lesquels les aspira-
tions et la détermination des lndiens deviennent réalité
dépendent complètement des gouvernements fédéral et
provinciaux, surtout du ministère des Affaires indiennes. Au
cours des cinq dernières années, les étudiants indiens, à mon
avis, et le peuple indien en général ont entendu le ministère des
Affaires indiennes réitérer son appui à la prise en charge par
les Indiens de l’instruction, du développement économique, de
ceci et de cela. Toutefois, en réalité, nous constatons que le
ministère s’est gardé d’appuyer activement, et a méme parfois
négligé sa responsabilité de fournir Fenseignement, les
infrastructures, et le financement nécessaires pour que cela
devienne réalité.

En matière d’éducation, le ministère des Affaires indiennes
semble maintenant lentement s’orienter vers la position du
ministère de l’Emploi et de l’immigration, à savoir que
l’enseignement n’est qu’une responsabilité provinciale et doit
être considéré un privilège. L’éducation est interprétée au sens

2-3-1983

Autonomie politique des Indiens i 1 ; 127

[Texte]

reserve only, and the availability of these educational services
is such that if Indian students are not responsible, then they,
the Department of Indian Affairs and Canada Employment
and Immigration, will make them responsible. Armed with this
position and these attitudes, and mainly a shrinking budget,
they have unilaterally introduced new policies, guidelines,
standards for accountability of public funds. Post-secondary
policies, guidelines, restrict, erode, and undcrmine treaty and
aboriginal rights.

Also, along with that, the basic trust and moral responsibil-
ity that Canada has towards making sure that disadvantaged
people, minorities, can receive the same type of benefits as
expected of any Canadian citizen . . . It suggests that only the
wealthy can afford education, and it continues to perpetuate
the present status quo by deliberately imposing policies,
legislation, to repress Indian people.

The chronological policies and effects in the area of post-
secondary education for Indian students within the last five
years are as follows. In January I979 the E-l2 guidelines
denied the right of lndian students and Inuit students to
education past the age of l6. These policies were revised, but
more restrictive policies and guidelines for post-secondary
education, expressing terms, standards, and control mech-
anisms, were imposed.

0 2145

In September I981, Indian students at the University of
Regina received no educational assistance well into the second
week of classes. Problems of budget control, processing of
finances, delivery system, authorized EVT forms, were cited as
the reasons for delay. It was three weeks before that educa-
tional assistance problem was rectified.

ln January of I982, 130 lndian students at the Saskatche-
wan Indian Federated College were denied Indian Affairs
sponsorship. Funding was denied because of a new guideline
accepting only students with a complete grade l2, A decision
to fund these lndian students was reversed two weeks after. On
January l5, after discussing it with the Federated College and
the FSI, the department decided to respect the decision of the
university and not apply its own additional standards. Approxi-
mately 35 Indian students dropped out of class out of the 130
Indian students affected, by the time the decision was made.

In .lanuary of I983 a new Department of Indian Affairs
university educational assistance policy specified that only
those Indian students who entered university with a complete
grade I2 and with department approval will be sponsored. The
department required complete documentation of academic
results, attendance, career aspirations, personal aspirations of
all the lndian students to justify continuation or to recommend
termination. This policy affected all Indian students, but

directly affected 330 lndian students.

[ Traduction]

le plus strict, comme signifiant l’instruction dans les seules
réserves, et la disponibilité de ces services éducatifs est telle

attitudes, et particulièrement d’un budget rétrécissant, les
ministères ont unilatéralement mis en place de nouvelles
politiques, directives et normes dïmputabilité des fonds
publics. Les politiques et directives post-secondaires limitent,
érodent et minent les traités et les droits autochtones.

Il ne faut pas oublier non plus la confiance fondamentale et
la responsabilité morale qui est celle du Canada de s’assurer
que les personnes défavorisées, les minorités, puissent recevoir
le même genre d’avantages que ceux qu’exige tout citoyen
canadien . . . Cette politique laisse entendre que seuls les riches
peuvent se permettre l’instruction tout en continuant à
perpétuer l’actuel statu quo en imposant délibérément des
politiques, des lois, visant à étouffer le peuple indien.

Voici la chronologie des politiques et des effets qui en
découlent en matière d’éducation post-secondaire pour les
étudiants indiens au cours des cinq dernières années. Au mois
de janvier 1979, la directive E-l2 refusait le droit aux étu-
diants indiens et inuit à l’instruction après l’âge de l6 ans. Ces
politiques ont fait l’objet d’une révision, mais elles ont été
remplacées par des politiques et directives encore plus
restrictives en matière d’enseignement post-secondaire, fixant
les termes, les normes et des mécanismes de contrôle.

Au mois de septembre 1981, les étudiants indiens â l’univer-
sité de Regina ont dû attendre la deuxième semaine des cours
avant de recevoir une aide financière. On a donné comme
raison du retard des problèmes de contrôle budgétaire, de
traitement des finances, de paiements, de formulaires autorisés
EVT. Il a fallu trois semaines avant que les problèmes d’aide à
l’éducation ne soient réglés.

Au mois de janvier 1982, 130 étudiants Indiens du Saskat-
chewan lndian Federated College se sont vu refuser une bourse
des Affaires indiennes.On a refusé le financement à cause
d’une nouvelle directive qui ne prévoyait l’acceptation que des
étudiants ayant terminés une douzième année. Deux semaines
plus tard on renversait la décision. Le l5 janvier, après des
pourparlers avec le Federated College et le FSI, le ministère
décidait de respecter la décision de l’université et de ne pas
appliquer ses propres normes supplémentaires. Environ 35
étudiants Indiens ont abandonné les cours sur les 130 étudiants
Indiens touchés, avant que la décision ne soit prise.

Au mois de janvier 1983, une nouvelle politique du ministère
des Affaires indiennes sur l’aide à l’éducation universitaire
précisait que seuls les étudiants indiens admis à l’université
après avoir terminé une douzième année et avec l’accord du
ministère auraient droit au financement. Le Ministère exige
une documentation complète comprenant les résultats
académiques, la présence, les aspirations de carrière, les
aspirations personnelles de tous les étudiants indiens afin de
justifier le maintien du financement de recommander son

111128

[Text]

_ After two sit-ins at the department régional offices, this
issue was resolved three weeks later, when thc department
lowered its standards. Ultimately 104 of these Indian students
wént without Department of Indian Affairs sponsorship and 40
other students were fundéd by Canada Employment and
Immigration.

Because of the policy change and the timé period between
classes and the first educational allowance chèque, 122
students dropped out of class, as confirmed in the statistics
brought out by the Saskatchewan Indian Federated College as
of February l4, 1983.

Also, within thé last few days wé have seen in other
educational areas that thé department has rcfused to sponsor
high school and secondary students who are off réservé.

A great deal of thé everyday lives of Indian people is
affected by these policies and législation about lndians; and
they aré generally Canada-wide in scope. There appears to be
a lack of commitment and support for Indian issus in both the
federal and thé provincial governments. It is characterized by
a lack of a compréhensive approach to address Indian issues,
concerns, and initiatives under treaty and aboriginal rights.

Wé see other factors that contribute to this inaction:
insufficient information and understanding about thé so-called
« Indian problem », as reflected by federal and provincial
policy, insufficient funds, negative attitudes, bureaucratie
procédures, guidelines, proper lines of authority, and the
parameters within which authority and power are delegatéd.
All these factors influence the speed and rate and limits of
power in turning over responsibilities towards Indian govern-
ment.

Other areas that wé view as problem areas under federal
and provincial administration regarding fédéral-provincial and
lndian relationships are as follows. Decéntralization of
absolute authority, decision-making and control at thé top of
federal and provincial hiérarchies have régulatéd Indians to
the status of dépendent variables on policy problems, implying
that intégration and assimilation into Canadian society aré by
définition good. This is a prédominant libéral idéology which
views lndians as one more ethnie minority to be assimilatéd. It
has also created a protectivé scréen and distancé between those
making and implémenting the décisions and those affected. It
is thé secrécy of the Department of Indian Affairs that has
kept thé Indians far removed from these fédéral and provincial
bureaucracies.

Other problem areas wé see aré that there is insufficient
information about how to start tackling the so-called Indian
problem. Thére is no understanding or émpathy for the kind of
people thé policies are affecting. A lot of thé buréaucrats who
are making thesé—the décision-makers at the Ottawa lével—

lndian Self-Government

2-3-1983

[Translation]

expiration. Cette politique touchait tous les étudiants indiens,
mais plus particulièrement 330 d’entre eux.

Après deux manifestation aux bureaux régionaux du
ministère, la question s’est réglée trois semaines plus tard
lorsque le ministère a rabaissé ses normes. En fin de compte,
104 étudiants indiens ont dû se passer du parainnagé du
ministère dés Affaires indiennes ét 40 autres ont été subven-
tionnés par le ministère de l’Emploi et de l’lmmigration.

A cause du changement de politique et du temps écoulé
entre les premières classes et la réception du premier chèque
d’allocation â l’éducation, 122 étudiants ont abandonné leurs
cours, comme lé confirment les statistiques publiées par le
Saskatchewan lndian Federated College au 14 février 1983.

En outre, au cours des derniers jours, nous avons constaté
que dans d’autres secteurs de l’éducation, le ministère a refusé
de parainner dés étudiants a l’école secondaire hors des
réserves.

La vie quotidienne des lndiens est directement touchée par
ces politiques et ces lois visant les Indiens; en général ces
politiques s’étendent a la grandeur du Canada. Or il semble y
avoir manque d’engagements et d’appui face aux questions
indiennes aux niveaux dés gouvernements fédéral et provin-
ciaux. On lé constaté par l’absence d’une approche globale face
aux questions, aux préoccupations et aux initiatives indiennes
dans le cadre des traités et dés droits autochtones.

Nous constatons d’autres facteurs qui contribuent a cette
inaction: un manqué d’information et une compréhension
insuffisante face à ce qu’il ést convenu d’appeler lé «problème
indien», tél qu’il se réfièté dans la politique fédérale et
provinciale, un financement insuffisant, des attitudes négati-
ves, des procédures bureaucratiques, des directives, des lignes
prévues d’autorité et les paramétrés de délégation de l’autorité
et du pouvoir. Tous ces facteurs influencent la rapidité, le
rythme et les limites du pouvoir dans une remise des responsa-
bilités au gouvernement indien.

Voici maintenant d’autres secteurs qui constituent des
secteurs problèmes dans le cadré d’une administration fédérale
ét provinciale touchant les relations fédérales provinciales et
indiennes. La décentralisation d’une autorité absolue, la prisé
de décision et le contrôle par la haute hiérarchie fédérale et
provinciale ont ramené les Indiens à l’état de variable dépen-
dant dé problèmes politiques, en prenant pour acquis que
l’intégration et l’assimilation dans la société canadienne sont
par définition souhaitables. Cette idéologie prédominante
libérale voit les Indiens comme encore une autre minorité
ethnique a étre assimilée. On a ainsi créé également un écran
protecteur et une distance entre ceux qui formulent et mettent
en oeuvré lés décisions et ceux qui en sont touchés. C’est le
secret qui entouré le fonctionnement du ministère des Affaires
indiennes qui a maintenu les Indiens à grande distance dés
buréaucratiés fédérales et provinciales.

Nous constatons également, d’autres problèmes car on
manque d’information sur la façon dé commencer a s’attaquer
aux soi-disant problèmes indiens. On ne comprend pas et on
n’a aucune sympathie pour ceux que ces politiques touchent.
Un grand nombre dé bureaucrates qui prennent ces—-ceux qui

-…_. vwnfld.

2-3-l983

[Texte]

have no expérience with lndian people, nor do they have any
inkling of the type of attitudes towards self-sufficiency lndian
people are exhibiting now.

All these factors, as l mentioned before, influence the
continuation of the Department of Indian Affairs‘ dragging its
heels in turning over responsibilities to Indian government, and
consequently the slow érosion of Indian treaty rights. Thc
economic crisis has curtailed federal government spending on
social, educational, and health areas, which have the greatest
impact on the lndian people and others occupying this bottom
stratum of Canadian society. Although lndian control is
instituted for Indian people, these Indian-controlled institu»
tions are subject to the controls and program définition of
federal and provincial governments and their agencies. The
social, fiscal controls exerted have a great impact, because by
withdrawing and terminating of funds that are used at the
band level, at Indian institutions, these funds are being used to
reward and punish, to sow disunity by playing off Indians
against each other, and to keep an effective control mechanism
by keeping lndian people in a constant state of insecurity.
They continue to perpetuate the one-sided power structure and
relationship . . .

Accountability of financial management to central control
agencies like Treasury Board and the committee on Indian
self-government, and possibly to this subcommittee also, rather
than to the lndian people, restricts the effectiveness of the
Department of lndian Affairs and lndian—run organizations.
The present constitutional structure and power divisions
between governments and legislative authority of the federal
government allow no concessions, as they stand, for Indian
self-détermination. New policies, options, alternatives, such as
the recent Munro document outlining an optional form of
lndian band government, represent more a change of the style
of management than a genuine change in the position of
lndian people. These alternatives by and large offer only a
transitional period within which lndian people will be
assimilated into mainstream Canadian society, with little or no
constitutional guarantees of lndian positions on treaty or
aboriginal rights.

‘2155

These are but a few examples which we perceive as building
up resentments, hostilities, feelings of powerlessness to control,
direct, and help shape policies, programs, which affect us. It
has perpetuated the lndian dependency syndrome which has
become institutionalized in the Canadian system. lt becomes
increasingly difficult to concentrate on educational, social,
economic, cultural, self-sufficiency in the long run when we see
immediate growth and development, such as in the post-
seeondary education policies, are impeded by federal policies;
see that opportunity l’or Indian development, l’or a lot of the
lndian students who are going to these post-secondary
cducation——the opportunities for them to get into lndian
development and growth seem to be available only under

29250 5

Autonomie politique des Indiens l l : 129

[Traduction]

prennent les décisions a 0ttawav—n’ont aucune expérience des
Indiens pas plus qu’ils n’ont la moindre idée du genre d’atti-
tude d’autosuffisance dont font actuellement preuve les
lndiens.

Tous ces facteurs, comme je l’ai déjà mentionné, influencent
le ministère des Affaires indiennes a continuer à se traîner les
pieds en ce qui concerne la remise des responsabilités au
gouvernement indien, et entraîne par conséquent la lente
érosion des droits indiens en vertu des traités. La crise
économique a réduit les dépenses du gouvernement fédéral
dans les secteurs sociaux, éducatifs et de santé, ce qui a eu de
grandes répercussions sur les Indiens et tous les autres au bas
de l’échelle de la société canadienne. Bien que le contrôle par
les Indiens ait été institué pour les Indiens, ces institutions
contrôlées par les Indiens sont assujetties à des contrôles et à
des définition de programmes par le gouvernement fédéral, les
gouvernements provinciaux et leurs organismes. Les contrôles
sociaux et fiscaux ont une grande incidence, car en retirant ou
en mettant fin au financement utilisé au niveau de la bande,
des institutions indiennes, ce financement sert à récompenser
et à punir, à semer la discorde en liguant les lndiens les uns
contre les autres et à maintenir des mécanismes efficaces de
contrôle en maintenant lcs lndiens dans un état constant
d’insécurité. Ces procédés continuent à perpétuer la structure
et la relation de pouvoir biaisé . . .

Dimputabilité en gestion financière a des organismes de
contrôle central comme le Conseil du Trésor, le Comité sur
Pautogouvernement indien et peut-étre même ce Comité aussi,
plutôt qu’auprès des lndiens, limite l’efficacité du ministère
des Affaires indiennes et des organismes administrés par des
lndiens. La structure constitutionnelle actuelle et la division
du pouvoir entre les gouvernements et l’autorité législative du
gouvernement fédéral ne permet aucune concession, dans leur
état actuel, en vue de promouvoir l’autodétermination
indienne. Les nouvelles politiques et options, tel le récent
document Munro énonçant une autre option de gouvernement
de bande indien représentent plutôt un changement de style de
gestion qu’un changement réel dans la position des lndiens.
Ces options, dans l’ensemble, n’offrent qu’une période de
transition au cours de laquelle les Indiens seront assimilés dans
l’ensemble de la société canadienne avec peu ou pas de
garantie constitutionnelle face aux positions indiennes en
matière de traité ou de droit autochtone.

Ce ne sont la que quelques exemples des situations qui, à
notre avis, contribuent à créer du ressentiment, de l’hostilité et
un sentiment d’impuissance pour ce qui est de contrôler,
d’orienter et d’élaborer les politiques et les programmes qui
nous régissent. C’est de la, d’après nous, que vient le syndrome
de la dépendance chez les lndiens qui fait maintenant partie
intégrante du régime canadien. Il devient de plus en plus
difficile pour nous de concentrer nos efforts sur la réalisation
de Fautonomie à long terme dans les domaines de Fenseigne-
ment ainsi que social, économique et culturel lorsque les
politiques fédérales viennent faire obstacle à nos politiques en
matière d’éducation postsecondaire. Toutes les occasions de
développement et de croissance pour la majorité des étudiants

1l I 130 lndian Self-Government

[Ïiexl]

federal and provincial governments and services, for it seems to
be the only option allotted the Indian students to be co-opted
within thc narrow parameters of program delivery, policies,
timeframe and basic controls which we see as diseouraging
lndian autonomy and lndian self-government. lt renders
lndian civil servants who work in thcse federal and provincial

government bureaucracics incognito within those bureaucra-
cics.

Government inaction on Indian issues historically and to
date has only demonstrated several basic deficiencies about the
present Canadian system. Under the present Canadian
political system, lndian problems and issues, because of the
lack of équitable resources and populations, are relegated as
not large enough issues to warrant positive policy decisions and
legislation favouring treaty and aboriginal rights, The present
Canadian structure concentrates the economic power politics,
it seems t0 us, in certain racial, ethnie groups, under which the
lndian falls into the bottom of this Canadian social stratum.
Thus the status quo is maintained by unequal access to
resources.

Youth no longer accept the lndian cultural and racial
stereotypes in which lndians are victimized as the source of
their problem; thus the the continuation of Indian assimilation
policies, reforms, alternatives, without recognizing the
sovereignty of Indian nations under treaty and aboriginal
rights. We will no longer accept lndian control as providing
lndians with inferior education, economic development, etc.,
but rather we would like them to be viewed to develop
traditional and alternative Indian knowledge, skills, and
values, by which we can contribute to the betterment of our
lndian people. l think this has been reiterated time and time
again. not only by us but by the people who have talked to you
within the last few days and l am sure since the time this
committee went into the first province to hear of lndian
concerns.

Again, we stress the fact that accountability, responsibility,
and initiatives totally by Indian people for lndian people will
only be acceptable as equal sovereign lndian nations within the
Canadian system from this type of legislation, entrenched and
protected by the trust relationship according to the spirit and
intent of treaties inherent in aboriginal people. We certainly
will support the stand of our Indian leadership in trying to
recognize and cntrénch the lndian government as sovereign
nations. The legislation should recognize lndian government
under thc Canadian Constitution, with its implication of
jurisdiction, powers, resource sharing, etc., in place of the
piecemeal approach under federal legislation and policy. This
includes a more équitable resourcesharing mechanism. Indian
control means accountability to lndian communities, not
accountability to central control agencies. This means
complete autonomy by lndian people under lndian sovereign
governments. Treaty and aboriginal rights, entrenched in
Section 35 of the Canadian Constitution, 1982, should include
the right to education, among other rights.

2-3-1983

[Translation]

indiens qui obtiennent une éducation postsecondaire ne sont
offertes que dans le cadre de services fédéraux et provinciaux.
En effet, il semble que les étudiants indiens ne puissent se
développer que dans la structure étroite de la mise en oeuvre
de programmes, de politiques, de calendriers d’exécution et de
contrôle de base qui, selon nous, tendent â décourager
l’autonomie des Indiens. Les fonctionnaires indiens qui
travaillent pour les autorités fédérales et provinciales finissent
par devenir presque invisibles.

L’inertie dont le gouvernement a fait preuve jusqu’à
maintenant face aux questions indiennes a servi ä faire
ressortir plusieurs lacunes de base dans le régime canadien
actuel. En effet, dans notre régime actuel, les problèmes et les
questions qui touchent les lndiens sont considérés comme
n’étant pas suffisamment importants, vu le manque de
ressources et leur faible population, pour justifier la prise de
décisions de politiques positives et l’adoption de lois sur
l’observation des traités et des droits des autochtones. Nous
avons l’impression que, dans la structure actuelle du pays, les
décisions de politiques économiques sont axées sur certains
groupes raciaux et ethniques et les lndiens se retrouvent au bas
de cette pyramide sociale. L’accès inégal aux ressources
contribue au maintien du statu quo.

Nos jeunes n’acceptent plus les stéréotypes culturels ct
raciaux dont nous sommes les victimes depuis toujours et qui
ont servi à expliquer nos problèmes. Ces stéréotypes sont
également à la base du maintien des politiques d’assimilation
des lndiens, des réformes et autres solutions qui ne reconnais-
sent pas la souveraineté des notions indiennes conformément a
leurs traités et droits autochtones. Nous n’acceptons plus le
contrôle des Indiens qui signifie pour nous une qualité
d’enseignement et un développement économique inférieurs.
Nous voulons développer les connaissances, les aptitudes et les
valeurs traditionnelles indiennes et travailler ainsi à l’améliora-
tion de notre race. Ce n’est pas la première fois que nous vous
parlons ainsi et d’autres l’ont fait avant nous au cours des
quelques derniers jours et même, j’en suis persuadé, depuis la
première audience de votre Comité.

Nous tenons à souligner encore une fois le fait que l’imputa-
bilité, la responsabilité et les initiatives par les lndiens et pour
les lndiens ne seront acceptables que dans le cadre de nations
indiennes souveraines et égales dans le contexte du régime
canadien avec ce genre de loi intégrée dans la Constitution et
protégée par les obligations prévues par l’esprit et la portée des
traités qui nous lient. Nous sommes solidaires de la position de
nos chefs indiens pour ce qui est d’essayer de connaître et
d’intégrer dans la Constitution des dispositions visant à
considérer les gouvernements indiens comme des nations
souveraines. Nous sommes d’avis que la Constitution cana-
dienne devrait reconnaître les gouvernements indiens et tout ce
que cela implique en termes de compétence, de pouvoirs, de
partage des ressources pour remplacer l’approche décousue des
lois et politiques fédérales. ll importe également de trouver un
mécanisme de partage des ressources plus juste. L’autonomie
des Indiens implique l’imputabilité face aux collectivités
indiennes et non aux organismes de contrôle centraux. Nous
voulons l’autonomie complète des lndiens régis par des
gouvernements souverains indiens. Les droits en vertu des

…_,_. _ _,,___.,___..-_._,,

kit

2-3-1983

[Texte]

This is the type of future in which we as Indian youth, under
this framework, see ourselves as fitting into Canadian society,
rather than the present wardship status that Indian people
have been regulated to.

Thank you.
The Vice-Chairman: Chief Crowe.

Chief Crowe: Thank you, Mr. Chairman. I want to make
some closing remarks about the problems of urban Indians.
Excuse us for confusing two issues, but believe me, they are
intcrrelated.

I think for too long we have lived in a situation where Indian
people, particularly in the urban areas, have been caught in the
numbers game. You get organizations who are serving, or to
some degree are trying to serve, two different types of pro-
grams and with two different ideas and idéologies and
philosophies. With that, what I am saying is that moneys that
are made available for Indians should be specifically for Indian
groups, designed and controlled for them, and at the same time
under the direction of respective district chiefs.

I want to use the Secretary of State as an example. They
have funded boards that are of Indian and Métis descent.
There is no doubt in anybody’s mind in the leadership of
Saskatchewan that that has to change. Programs must be
designed for Indian people and specifically Indian people.

Secondly, with the funding arrangements for federal-
provincial, there are cities, municipalities, in a number of
different situations, where the head count is taken and those
moneys are made available either to the province or to the
municipality or whatever. When you take into considération,
as an example, the City of Regina or Saskatoon, or any other
situation, those moneys are made available and facilities are
built. You take as an example the Agridome in Regina. We
know for a fact that there has been money from both levels of
government in a situation like that, and it is plain to see that
we do not have any access for the utilization of those facilities,
therefore we were eliminated, and to a great degree the
activities are not there and the promotion of Indian people for
such cases is not being used. If you want to go into specifics, it
would be a very complicated situation for someone to get
elected to those boards of governors and at the same time
make available certain time spots l’or these people to utilize
those facilities.

At the same time, with the funding arrangements that are
for reserves, a lot of those programs are designed and a head
count is used and they are funded only for the resident Indians.
Therefore half the money in most cases is being short-changed
and going to a different board of directors or a different local
government. I think that is a very, very sad case and that
situation has to change. If we want to promote the Indian
people and design facilities and programs for them, that money
must be under the control of Indian chiefs.

Autonomie politique des Indiens 1 1 ; 131

[Traduction]

traités et les droits des autochtones prévus à l’article 35 de la
Constitution canadienne de 1982 devraient également
comprendre le droit à l’éducation.

C’est là le genre d’avenir auquel aspirent la jeunes Indiens.
C’est comme cela qu’ils voient leur rôle dans la société
canadienne. Nous ne voulons plus que cette tutelle â laquelle
les règlements de ce pays nous astreignent.

Merci.
Le vice-président: Chef Crowe.

Le chef Crowez Merci, monsieur le président. Je voudrais, en
conclusion, faire quelques observations sur les problèmes des
Indiens urbains. Je m’excuse de mêler ainsi deux sujets mais ils
sont, croyez-moi, reliés.

Les Indiens, surtout ceux qui vivent dans les régions
urbaines, sont pris depuis trop longtemps déjà dans la guerre
des chiffres. Bien des organismes appliquent, ou plutôt
essayent d’appliquer deux genres de programmes très diffé-
rents, deux principes idéologiques et philosophiques. J’entends
par lâ que les formules à la disposition des Indiens devraient
étre affectées spécifiquement aux groupes indiens qui devraient
être chargés de les administrer eux-mêmes sous la surveillance
de leur chef de district respectif.

Je vais vous donner l’exemple du Secrétariat d’État. Ce
ministère finance des conseils composés de membres d’ascen-
dance indienne et métis. Les chefs de la Saskatchewan sont
tous d’avis que des changements s’imposent. Des programmes
doivent être élaborés pour les Indiens et seulement pour eux.

Deuxièmement, dans le cadre des arrangements fiscaux
fédéraux-provinciaux, il y a des villes, des municipalités qui,
dans diverses situations, recoivent des fonds en fonction de la
population, soit de la province ou de la municipalité. Regina ou
Saskatoon recoivent des fonds qui vont dans la construction de
diverses installations. Prenons l’exemple de l’Agridome à
Regina. Ce projet a été financé en partie par les deux paliers
de gouvernements et nous n’avons pas accès à ce genre
d’installations et par conséquent, nous sommes éliminés. Nous
n’avons pas accès à des programmes semblables et personne ne
s’occupe de promouvoir les Indiens. C’est très compliqué pour
nous que de faire venir l’un des nôtres au conseil de direction
et d’obtenir l’accès à ces centres à certaines heures.

En même temps, des arrangements de financement sont
négociés pour les réserves. Mais un grand nombre de ces
programmes sont axés sur la population et sont réservés aux
résidents des réserves. Par conséquent, la moitié des fonds,
dans la plupart des cas, vont à divers conseils de direction ou à
un gouvernement local différent. C’est une situation très
regrettable qui doit changer. Si nous voulons promouvoir les
Indiens et concevoir des centres et des programmes pour eux,
l’argent doit être administré par les chefs indiens.

ll:l32

[Text]

I think, Mr. Chairman, those are just some of the very basic
examples of the problems that we have had. In certain
instances there are housing programs. Those programs are
serving to some degree both situations. But you will agree with
me, in all probability, that if people are not there to administer

thc program, it is not going to serve the basic necessities of
that program.

‘ 2205

I think the political people sitting here with us today on your
board would quite agree with me in this example. If the
government was operating programs, it would be quite
unacceptable for that government to operate under another
government’s philosophies or aims and objectives. That is
exactly the case I am presenting to you, Mr. Chairman, in
your committee. So is quite recognizable, if you are not
administering a program, or not having the control of the
program, or operating under someone else’s philosophies or
beliefs, then you are indeed not serving the exact intent and
purposes of such a program.

The Vice-Chairman: Thank you. I am given to understand
that ifa person on the band list leaves the reserve for a certain
number of months, the government services no longer come to
the chiefand council at the reserve. Is that right?

Chief Crowe: That is right in most programs; I do not say in
all programs.

The Vice-Chairman: So how often does the department do
the head count, as you say?

Chief Crowe: I think it would be quite reasonable to say
maybe once a year. May I add, Mr. Chairman, in response to
your comments and to your questions, that those figures are
always at least a year behind time. So with the increase in
population and the increase of responsibility, there is always a
backlog of a year, and the figures are not as what they are for
the current date—for which you are getting funds to adminis-
ter within the current situation.

The Vice-Chairman: So the chief has responsibility for all
the members whom he considers as members of his band, but
he is only getting funding for a limited number?

Chief Crowe: Right.

Mr. Gordon: The Department of Indian Affairs looks after
the Indian people for one year after they leave the reserve and
then they have no alternative but to seek other assistance.
Usually that is through the provincial type of programs, and
that is something we do not want to be slotted into without the
acknowldegement of the chiefs in Saskatchewan.

The Vice-Chairman: Thank you.
Mr. Manly.

Mr. Manly: Thank you, Mr. Chairman. I would like to
direct some questions to Chief Crowe. I think the whole
situation of urban Indians is one this committee is going to
have to look at very carefully. I do not think there is any doubt

Indian Self-Government

2-3-1983

[ Translation]

Je pense, monsieur le président, que ce sont là quelques
exemples des problèmes auxquels nous faisons face. Les
programmes de logement sont un autre cas. Ces programmes,
dans une certaine mesure, s’adressent aux deux situations.
Mais vous devez en convenir, si les Indiens ne participent pas à
l’administration des programmes, ces programmes ne pourront
pas tenir compte de leurs besoins essentiels.

Les hommes politiques ici aujourd’hui qui font partie de ce
Comité sont sans doute d’accord avec moi. Aucun gouverne-
ment ne pourrait accepter d’administrer des programmes
conformément à la philosophie, ou aux buts et objectifs d’un
autre gouvernement. C’est exactement ce qui se passe,
monsieur le président. Si vous ne pouvez pas administrer votre
programme comme vous l’entendez, ou si vous devez vous
conformer à la philosophie et aux croyances de quelqu’un
d’autre, vous ne pourrez jamais réaliser les objectifs de votre
programme.

Le vice-président: Merci. Je crois savoir que lorsqu’un
membre d’une réserve dont le nom figure sur la liste de la
bande quitte la réserve pour un certain nombre de mois, le chef
et le conseil perdent une partie des fonds qui leur sont alloués
pour les services du gouvernement. Est-ce exact?

Le chefCrowe: C’est exact dans la plupart des cas, mais non
pas tous.

Le vice-président: Alors combien de fois est-ce que le
ministère fait le compte?

Le chef Crowe: Probablement une fois par année. Mais
j’aimerais ajouter, monsieur le président, en réponse à vos
observations et à vos questions, que ces chiffres sont toujours
au moins un an en retard. Il y a toujours un arriéré d’un an, a
cause de l’augmentation de la population et de la responsabi-
lité et les chiffres ne correspondent pas. Je veux bien entendu
parler des chiffres qui servent à calculer les fonds pour
l’administration des divers programmes

Le vice-président: Le chef est donc responsable de tous lcs
membres qu’il considère de sa bande, mais n’obtient que des
fonds pour un nombre limité?

Le chef Crowe: C’est bien cela.

M. Gordon: Le ministère des Affaires indiennes s’occupe des
Indiens pendant un an après leur départ de la réserve et ces
derniers n’ont ensuite pas d’autre choix que d’essayer d’obtenir
une autre forme d’aide. Cela se fait habituellement par
l’intermédiaire de programmes provinciaux mais nous ne
voulons pas que cela se fasse sans la reconnaissance des chefs
de la Saskatchewan.

Le vice-président: Merci.
Monsieur Manly.

M. Manly: Merci, monsieur le président. J’aimerais adresser
quelques questions au chef Crowe. Je pense que le Comité
devra se pencher sérieusement sur la situation des Indiens des
villes. Il est assez évident que ces derniers se trouvent souvent
au beau milieu de conflits dejuridiction.

rcs<
tha
wit

TE!
alv

w

444.] L..,,___ ,_k _______.,v[

-..—,eo__._…_-_. _…,._. -. ….

gus…“

2-3-1983

Autonomie politique des Indiens 1 1 ; 133

[Texte]
but what these people are often caught in the middle in
jurisdictional disputes.

We have heard considerable testimony in these hearings that
urban Indian people should be the responsibility of their own
band and have direct relationship with the chief of the band.
We heard this morning from the Starblanket Band that, for
example, under their band law off-reserve Indian people are
able to vote for band councils. Would that be in general
accord, do you think, with the thinking of most of the Indian
people in Saskatchewan, that off-reserve Indians should be
allowed to vote in band council élections?

Chief Crowe: Mr. Chairman, in response to Mr. Manly, I
am not going to be as specific as to say whether they should be
or they should not be, but I want to be very specific and say
that is the jurisdiction, the responsibility and the decision that
is placed squarely on the chief and council of each respective
reserve. If we are going to be controlled by some other system
that is totally not acceptable to the chief and council, we must
within our Indian governments have that jurisdiction to decide
within the chief and council and the membership of the band.

Mr. Manly: I see it from a slightly different perspective, and
I guess that is understandable. But for example, if a Canadian
is outside the country when a general election is called, he or
she is not able to vote in that election. If an Australian is
outside the country—if they are in Canada, for example, when
an election is called——they can vote in an Australian election.
It would seem to me that if a council wants to maintain
jurisdiction over people, it is somehow important they should
have some way of helping to choose the chief and council. I
guess that is something that still has to be worked through, but
I would appreciate any follow-up comments you or the
members of the FSIN had to make on that.

Chief Crowez Mr. Chairman, in response to Mr. Manly’s
comments, the Indian Act is a very difficult item to sort out
exactly what the situation is, but in my limited understanding
of the Indian Act, it is the place of residence and what you
actually consider home. We have all lived on the reserve for a
number of years, we consider it our home, and so you really
cannot answer that question unless you were inside the mind
and understanding how the person thought. If he considers a
reserve his home, then it will always be his home and he will
always have that right.

Mr. Manly: Just one final question. I noted your fairly
strong feeling that there should not be joint Indian-Métis
boards. When I was listening to Mr. Fiddler talking about
some of the problems that Indian youths face in terms of high
unemployment, and some of the problems that urban Indian
people face in terms of housing, it would seem to me that these
problems are very similar to the problems that Métis youth
and urban Métis people face. I have difficulty in seeing why it
would not be helpful to have joint boards as a way of address-
ing a problem that is of real concern not just to Indian people,
not just to Métis people, but to society as a whole. We have to
deal with unemployment. We have to deal with housing, and it
seems to me that the more we can work together, the better we
will be at doing that.

[Traduction]

De nombreux témoins nous ont dit dans le cadre de ces
audiences que les Indiens devraient relever de la responsabilité
de leur propre bande et avoir une relation directe avec le chef
de leur bande. Ce matin, les représentants de la bande
Starblanket nous ont dit que le règlement de la bande permet-
tait aux membres qui vivaient en dehors de la réserve de voter
aux élections pour les conseils de bande. Croyez-vous que la
majorité des Indiens de la Saskatchewan seraient d’accord
avec ce règlement?

Le chef Crowe: Monsieur le président, je ne puis dire si je
suis d’accord ou non avec ce règlement. Je suis cependant
d’avis qu’il appartient au chef et au conseil de chaque réserve
de prendre cette responsabilité et cette décision. Si nous devons
vivre dans un système que le chef et le conseil ne trouvent pas
entièrement acceptable, le chef, le conseil et les membres d’une
bande doivent avoir le pouvoir de prendre ce genre de décision.

M. Manly: Ma perspective est un peu différente et c’est tout
à fait compréhensible. Un Canadien qui se trouve à l’extérieur
du pays lorsqu’une élection générale est déclenchée n’est pas
habilité à voter. Mais un Australien qui se trouverait, par
exemple, au Canada, au moment d’une élection générale peut
voter. Si le conseil veut conserver la responsabilité de ses
membres, il me semble qu’il serait important qu’ils puissent
participer à l’élection d’un chef et d’un conseil. Nous n’avons
encore rien de définitif lâ-dessus mais je vous saurais gré ainsi
qu’aux membres de la Fédération des lndiens de la Saskatche-
wan de me faire part de leurs observations â cet égard.

Le chef Crowe: Monsieur le président, j’aimerais dire en
réponse aux observations de M. Manly qu’il est assez difficile
de comprendre la situation si l’on s’en tient aux dispositions de
la Loi sur les Indiens. Mais, autant que je sache, c’est le lieu de
résidence ou le foyer qui est le critère. Nous avons tous vécu
dans la réserve pendant un certain nombre d’années et la
réserve est donc notre foyer. L’on ne peut pas vraiment
répondre à cette question sans connaître le coeur et la pensée
des personnes visées. Lorsqu’une personne considère que la
réserve est son foyer, eh bien elle le sera toujours et elle aura
toujours ce droit.

M. Manly: Une dernière question. J’ai cru comprendre que
vous étiez entièrement contre des conseils mixtes Indiens-
métis. J’ai écouté M. Fiddler parler de certains des problèmes
que le taux élevé de chômage cause aux jeunes Indiens et de
certains des problèmes de logement des Indiens urbains et il
me semble que ces problèmes ressemblent beaucoup à ceux des
métis et des métis des villes. Je ne comprends pas alors
pourquoi il ne serait pas utile de mettre sur pied des conseils
mixtes chargés de se pencher sur des problèmes qui ne
préoccupent pas uniquement les lndiens mais aussi les métis et
la société dans son ensemble. Nous devons tous faire face aux
problèmes du chômage, du logement et il me semble que si
nous pouvions travailler ensemble, nous pourrions trouver des
solutions plus facilement.

ll : l34 Indian Self-Government 2-3-1933

[Text]

Chief Crowe: First of all, Mr. Chairman, again in response
to Mr. Manly’s comments, it is essential that we do not enter
into programs or fiscal arrangements which would in any way,
shape or form jeopardizc treaty rights, which in comparison
with other people do not have that opportunity and that right,
which under an act of Parliament we have. I think that must
always be considered.

Secondly, much as we share thc same problems, we must
administer and control our own programs as Indian people.
Furthermore»and l am not going to get into a political
situation here, but in the event that your party was in govern-
ment, would you then operate under the philosophies of the
past government or a different political organization, which
specifically relates to the situation I am trying to get across?

lt is indeed our right and our responsibility to protect the
treaties, the same as people who know and understand the
situation we are in. As an example, in the non-Indian world, in
the non-lndian society, people work, they buy farms and they
purchasc houses, and that is a hereditary right for their
familles to receive in the future. In our situation it is one of the
things that we want to reserve and protect for the further
generations. lf we indeed do not make certain that we protect
those rights, then I think we are creating a situation that is
very vulnerable, and a God-given right to our younger
generations may be jeopardized,

Mr. Manly: Just briefly in response to his question, I do not
think l could predict what we would do in that specific
situation, except that I think it is important that there be a lot
of conversation and a lot of dialogue about it. As one member
of my party, l have fairly strong feelings that the morc people
can co-operate in urban situations, the better it is going to be
for all involved, but l think we also have to take into account
your position regarding treaty rights. Thank you.

The Vice-Chairman: Thank you, Mr. Manly.
Do you want to comment on that, Chief Crowe?

Chief Crowe: Yes, Mr. Chairman, once more. lt is always
good to havc a bit of humour in the discussions, because I
think it certainly lightens everyone.

But in response to you, Mr. Manly, I want to say that I am
certain that in thc event of a governmental change in your
government, you would indeed not administer programs,
deliver programs or control programs with someone else’s
philosophy, and that is precisely the issue I am pointing out to
you and your fellow committee members.

‘Z215

The Vice-Chairman: Mr. Chartier.

Mr. Chartier: Thank you, Mr. Chairman, chiefs and
représentatives of urban Indian peoples. I think Chief Crow is
talking about an area that is politically sensitive, but it is also
very true that governments have tended to be arbitrary and
havc made decisions without the involvement of Indian peoples
or aboriginal peoples. In the example he uses, I suppose the
Secrctary of State has intruded into the lives of all aboriginal

[Translation]

Le chef Crowe: J’aimerais dire, monsieur le président,
encore une fois en réponse aux observations de M. Manly, qu’il
est essentiel que nous n’acceptions pas de programmes ou
d’arrangements fiscaux qui menacent nos droits en vertu des
traités de quelque façon que ce soit et il ne faut pas oublier que
les métis n’ont pas ces droits dont nous jouissons en application
d’une loi du Parlement. Il ne faut pas oublier cet aspect.

Deuxièmement, méme si nous partageons certains problè-
mes, nous devons administrer et contrôler nos propres pro-
grammes en tant qu’Indiens. En outre, et je ne vais pas parler
de la situation politique, mais si votre parti accédait au
pouvoir, pouvez-vous me dire si vous appliqueriez une philoso-
phie différente des gouvernements précédents ou si vous
adopteriez une organisation politique différente ä l’endroit de
la situation que j’essaie de vous décrire?

Nous avons, en effet, le droit et la responsabilité de protéger
les traités, tout comme d’ailleurs ceux qui connaissent et
comprennent notre situation. Laissez-moi vous donner un
exemple. Dans la société non indienne, les personnes travail-
lent, achètent des fermes et des maisons qui peuvent étre
transmises à leurs descendants. Nous voulons aussi pouvoir
transmettre certaines choses à nos descendants. Si nous
négligeons de protéger ces droits, nous nous rendons vulnéra-
bles et mettons en danger le droit divin des générations à venir.

M. Manly: J’aimerais répondre brièvement à la question que
le témoin a soulevée. Je ne peux pas prédire ce que nous ferions
dans cette situation mais j’insiste sur le fait que la communica-
tion et le dialogue sont très importants pour nous. En tant que
membre de mon parti, je crois fermement que plus les gens des
villes collaborent, plus la situation s’améliorera. Mais nous ne
devons pas pour autant oublier votre position au sujet des
droits en vertu des traités. Merci.

Le vice-président: Merci, monsieur Manly.
Avez-vous quelque chose à ajouter lâ-dessus, chef Crowe?

Le chef Crowe: Oui, monsieur le président. Il est toujours
bon de faire un peu d’humour dans ce genre de discussion
parce que cela détend tout le monde.

Je tiens â vous dire, monsieur Manly, que je suis persuadé
que si jamais vous accédiez au pouvoir, vous n’administreriez
pas de programmes conformément à une autre philosophie et
dut exactement ce que j’essaie de vous faire comprendre, â
vous et â vos collègues du Comité.

Le vice-président: Monsieur Chartier.

M. Chartier: Merci, monsieur le président, messieurs les
chefs et lcs représentants des Indiens urbains. Je crois que le
chef Crowe parle d’un domaine politiquement délicat, mais il
est également vrai que les gouvernements ont eu tendance à
prendre des décisions arbitraires sans consulter les Indiens ni
les autochtones. D’après les exemples qu’il a cités, je suppose
que le secrétaire d’Etat s’est immiscé dans la vie de tous les

A—.—A———A—n—<mñn« _.._.es…-—….-.—….»_-..

l.

2-3-1983

[Texte]

peoples. Speaking on behalf of the Métis in Saskatchewan, we
have no problem at all; in fact we endorse that Indian people
should control their own fiscal arrangements and whatever
they see they want to do with those fiscal arrangements and
programs that they want—the same as the Métis will be
striving for in the constitutional talks. We do not see any
conflict.

I suppose the conflict comes up within the Indian commu-
nity itself. There are treaty Indians who are currently known
as nomstatus lndians, and I think that is where the problem
will come in. It will not be a problem between Indian people
and Métis, it is going to be a problem within the lndian
community. Also, currently, because of the political situation,
the Native Council of Canada and the Association of Métis
and Non-Status lndians of Saskatchewan may be, I suppose,
treading on hot political water with the Federation of Sas-
katchewan Indians, but I think that with the statements made
today and the willingness to act as statesmen and responsible
political leaders the issue of the Indian people can be resolved.
lt is possible that the governments may have to remain
arbitrary for a briefer period, but that is yet to be seen.
Hopefully, the government will not have to be. Hopefully, the
Indian people can resolve the issue amongst themselves.

But again, I believe Mr. Crowe is very right and the
governments, such as the Secrctary of State, have to re-
evaluate their programming and conditions.‘ l can specifically
state that with respect to the Métis, the Secrctary of State has
made funding to a group like the Native Council of Canada
not on the basis of being Métis but on the basis that the Native
Council of Canada must represent all native people who are
not covered by the Indian Act, and that creates problems. ln
fact, the members of Parliament on this committee will know
of problems that exist and will exist, and something will have
to be done before the March conférence. So governments are
forcing aboriginal peoples sometimes to do what they do not
want t0 do but have t0 for survival.

With that, I just want to throw out a broad question as to
how the chiefs would see the possible resolution of the status
and non-status question under the Indian Act.

Chief Crowe: In response to your last question, l am not
prepared to get into a legal or technical situation, so l would
not respond toit.

Mr. Chartier: Thank you, Mr. Chairman.

Chief Crowe: Mr. Chairman, as my last comments, if there
are no further questions, there are customs, traditions and
cultural feelings we have, and we must maintain those as
lndian people.

Secondly, lndians must be represented by chiefs and at the
same time be in the control of funds and programs that are
made available for lndian people.

The Vice-Chairman: Thank you, Chief Crowe.

Autonomie politique des lndiens l 1 : 135

[Traduction]

autochtones. Cela ne pose pas de problème pour les Métis de la
Saskatchewan; d’ailleurs, nous croyons que les lndiens
devraient contrôler leurs propres accords fiscaux et tout ce
qu’ils veulent en faire, tout comme les Métis cssaieront de
retirer quelque chose des conférences constitutionnelles. Cela
n’est pas contradictoire.

Je suppose que le problème se pose au sein du monde indien
lui-méme. Il y a des lndiens parties aux traités que l’on appelle
actuellement les Indiens non inscrits et C’est de la que vient le
problème. Cela ne créera pas de conflit entre les lndiens et les
Métis, mais en créera un au sein de la communauté indienne.
En outre, à cause de la situation politique actuelle, le Conseil
des autochtones du Canada et l’Association des Métis et des
Indiens non inscrits de la Saskatchewan peuvent être en conflit
avec la Fédération des lndiens de la Saskatchewan, mais je
crois qu’avec les déclarations faites ici aujourd’hui et la volonté
exprimée d’agir comme des hommes d’état et des hommes
politiques responsables, le problème des lndiens pourra être
réglé. Il est possible que les gouvernements soient obligés de
continuer à agir arbitrairement pendant quelque temps, mais
ce n’est même pas certain. Espérons que le gouvernement n’y
sera pas forcé et que les lndiens pourront régler entre eux leurs
problèmes.

Je crois toutefois que M. Crowe a parfaitement raison et que
les gouvernements, comme le Secrétariat d‘Etat, devront
réévaluer leurs programmes et les conditions qui s’y ratta-
chent. Je peux l’affirmer plus particulièrement pour ce qui est
des Métis car le Secrétariat d‘Etat a versé une subvention au
Conseil des autochtones du Canada pas parce qu’il s’agit de
Métis, mais parce que ce conseil doit représenter tous les
autochtones qui ne sont pas touchés par la Loi sur les lndiens,
ce qui crée des problèmes. De fait, les députés qui font partie
de ce comité connaissent les problèmes qui existent et conti-
nueront d’exister et ils savent que quelque chose devra se faire
avant la conférence prévue pour mars. Les gouvernements
obligent parfois les aborigènes à faire des choses qu’ils
préféreraient ne pas faire mais auxquelles leur survie les
accule.

En terminant, je lance une question assez générale sur la
façon dont les chefs entrevoient le règlement du problème des
lndiens inscrits et non inscrits dans la Loi sur les lndiens.

Le chef Crowe: En réponse à votre dernière question, je ne
suis pas â même de me lancer dans une discussion de nature
légale ou technique; par conséquent je préfère ne pas vous
répondre.

M. Chartier: Merci, monsieur le président.

Le chef Crowe: Monsieur le président, s’il n’y a pas d’autres
questions,je dirais en terminant que nous avons des coutumes,
des traditions et des sentiments culturels que nous, lndiens,
devons préserver.

De plus, les lndiens doivent être représentés par des chefs ct
en méme temps contrôler les fonds et les programmes qui sont
mis à leur disposition.

Le vice-président: Merci, chef Crowe.

ll:l36

[Text]

The committee wishes to thank the witnesses for the briefs
prepared.

Ms Jamieson: Mr. Chairman, l have a question, but not on
urban lndians; it is on the youth brief.

The Vice-Chairman: l am sorry, Roberta, I did not notice.
Go ahead,

Ms Jamieson: Thank you, Mr. Chairman.

l have no questions on the urban Indian brief. I think it is
very straightforward. But in the Indian youth brief, Mr.
Fiddler, you called it to our attention and said that in January
I983 a new Indian Affairs university educational assistance
policy carne out and specified certain things. I wonder if this is
the same policy which was raised in this committee and which
required Indian university students to meet several criteria
regarding attendance, marks, et cetera. Is that the same thing?

Mr. Fiddler: That is the same one, yes.

Ms Jamiesoii: I would like to tell you that this committee
asked the Department of Indian Affairs for an answer with
respect to this policy, as to whether or not it is just a regional
policy or a directive from Ottawa. I would like to let you know
what thcy replied. We were told that it is because of the E-12
guidelines, which are nationally applied, a federal directive,
that they have taken this position that certain standards,
certain criteria, have to be applied, and they cited these two
sections of E- l 2.

First of all, one section says:

Fair and reasonable performance standards for students will
be established through the co—operation of the institutes of
higher learning and students in the program.

The second thing they say is:

It is implicit that an interview between a student and a
departmental or band counsellor will be required annually.

I do not know about you, but I have read the E-12 guidelines
and I do not see anything where they is implicit.

The other thing I am not sure about is what these standards
are. Are there in fact standards that have been established
here and with the involvement of the student?

Mr. Fiddler: As far as admissions are concerned, the
standards are set by the university, and all the students who
apply through the university entrance programs, through the
open-door admission policy of the University of Regina, are at
standards that are acceptable and are part of the University of
Regina.

The standards the Department ot’ Indian Affairs sets are
different standards altogether, and they are in addition. They
are standards brought simply because there is a lack of
finaneial resources to be able to put through 100% of the
students who apply to the university for post-secondary
education.

Indian Self-Government

2-3- I983

[Translation]

Le Comité désire remercier les témoins des mémoires qu’ils
ont préparés.

Mme Jnmieson: Monsieur le président, je voudrais bien
poser une question, mais pas sur les lndiens des villes, plutôt
sur le mémoire présenté sur les jeunes.

Le vice-président: Excuxez-moi, Roberta, je ne vous avais
pas vue. Allez-y.

Mme Jamieson: Merci, monsieur le président.

Le mémoire présenté par les Indiens des villes ne suscite pas
de questions. Je le trouve très direct. Toutefois, monsieur
Fiddler, dans le mémoire sur les jeunes lndiens, vous attirez
notre attention sur la nouvelle politique d’aide aux étudiants
d’universités lancée par le ministère des Affaires indiennes en
janvier 1983. Je me demande s’il ne s’agit pas de cette même
politique dont on a d’jâ parlé au Comité et qui exigerait des
Indiens qui étudient à Funiversité qu’ils se plient à diverses
conditions comme la présence aux cours, les notes, etc. C’est
bien cette politique‘?

M. Fiddler: Oui.

Mine Jamieson: Je voudrais vous dire que notre Comité a
demandé au ministère des Affaires indiennes s’il s’agissait là
d’une politique régionale ou d’une directive venant d’Ottawa.
Je voudrais vous communiquer la réponse que nous avons
reçue. On nous dit que c’est à cause de la directive fédérale E-
l2 appliquée partout au pays, que le ministère a imposé
certaines normes. On nous cite d’ailleurs les deux paragraphes
pertinents de cette directive E-I2.

Le premier paragraphe dit ce qui suit:

Grâce à la collaboration des institutions de haut savoir et
des étudiants participant au programme, on établira des
normes de réussite justes et raisonnables pour les étudiants.

Le second paragraphe se lit comme suit:

Il est implicite qu’un étudiant devra être interrogé annuelle-
ment par un conseiller du ministère ou de la bande.

Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais après avoir lu ces
directives E-I2, je n’y vois rien de tel, même implicitement.

Je ne suis pas certaine non plus de savoir quelles sont ces
normes au juste. S’agit-il de normes établies sur place avec la
participation de l’étudiant?

M. Fiddler: Pour ce qui est des admissions, les critères sont
fixés par l’université et tous les étudiants qui demandent à étre
admis â l’université de Regina doivent respecter les conditions
acceptables fixées par l’université.

Toutefois, les critères déterminés par le ministère des
Affaires indiennes sont tout â fait différents et s’ajoutent à
ceux de l’université. lls ont été imposés parce que le ministère
n’a pas suffisamment d’argent pour aider tous les étudiants qui
veulent poursuivre leurs études à l’université.

msmmn-vwm-ævmamwn» v’v:v—.îv-rv7:*a*. »«' »!-’ » v-n — v——–

.«.

v:

ll

il
tl

tl

tl

mmwraawNl-wu:

2»3— l 983

Autonomie politique des lndiens 1 l ; 137

[Texte] _ »
Ms Jamieson: So these standards come from the department
alone, without student involvement.

Mr. Fiddler: As l have mentioned before, any policies
regarding lndian people have just been unilateral and without
any consultation whatsoever.

ln terms of standards, in terms of performance, these types
of thing, we do not mind those type of things, but when there is
a shortage of money and they have to get rid of x% of lndian
students that is when it becomes dangerous, and when you do
not have an appeal board to be able to go to if you feel you
have been unjustly treated, it threatens us.

Also, decision-making in terms of standards and policies has
t0 be made by Indian people. As students we would like to get
directly involved within the lndian-run organizations to be able
also to help set new standards of admission. We know there is
a certain number of people who take advantage of the right to
education, but 100% of us do not want to suffer because of a
handful of people who may abuse the system, and I think it is
because of that fact we decided to take some action in Regina
in January.

Ms Jamieson: Thank you. lt is unfortunate that you have t0
take such action to get these kinds of arbitrarily imposed
standards reconsidered.

This is another answer that we havc received from the
minister on which I have two or three questions which l will
try to bring to the committee’s attention. We will seek further
clarification.

Thank you, Mr. Fiddler.

Mr. Gordon: Could you tell me the recommendations by the
Department of lndian Affairs on the cut-off of educational
services for elementary and secondary students?

Ms Jamieson: The recommendations?

Mr. Gordon: Yes, what did they recommend? Did they state
anything at all on that?

° 2225

Ms Jamieson: They did not recommend. We merely asked
them why they were not extending it.

The Vice-Chairman: The two answers we had received from
the minister are not private; we are capable of giving you both
those answers and you will be able to look at them and deal
with them in any way you wish. That is probably a better way
than just reading portions of them into the record. So if you
would like them, they can be made available to you.

Ms Jamieson: Will the clerk then make them available to
the witnesses?

The Vice-Chairman: The clerk or one of us. l do not have a
copy with me, but I have a copy in my office.

Mr. F iddler.

Mr. Fiddler: Just as a last comment, l think that when a lot
of us at the university see our fellow students are being directly
affected by policies of education simply because there is a lack

[ Traduction]

Mine Jamieson: Donc ces critères sont fixés par le seul
ministère, sans la participation de l’étudiant.

M. Fiddler: Je le répète, toute politique concernant les
Indiens est déterminée unilatéralement et sans aucune
consultation.

Pour ce qui est des critères, du rendement et de tout le reste,
cela ne nous dérange pas, mais quand le ministère manque
d’argent et qu’il doit se débarrasser de tant d’étudiants indiens,
c’est là que les choses se corsent. En effet, il n’y a aucun
comité d’appel où l’on pourrait se présenter si l’on se sentait
injustement traité.

De toute façon, les décisions concernant les critères et les
politiques doivent être prises par les Indiens. Nous, étudiants,
aimerions discuter directement avec les organisations d’Indiens
afin de pouvoir aider à l’élaboration de nouveaux critères
d’admission. Nous savons qu’un certain nombre profite de leur
droit à l’instruction, mais nous ne voudrions pas que tous les
étudiants soient obligés de souffrir à cause d’une poignée
d’entre eux qui abusent du système. Voilà je crois pourquoi
nous avons décidé d’agir en janvier à Regina.

Mme Jamieson: Merci. Il est malheureux que vous soyez
obligés de prendre de telles mesures pour que ces critères
imposés arbitrairement soient revus.

Une autre réponse du ministre a soulevé en moi deux ou
trois questions que je vais essayer de porter à l’attention du
Comité. Nous chercherons à obtenir une autre mise au point.

Merci, monsieur Fiddler.

M. Gordon: Savez-vous ce qu’a recommandé le ministère
des Affaires indiennes à propos de la suppression de l’enseigne-
ment aux élèves des niveaux élémentaire et secondaire’!

Mine Jamiesun: Ce qu’il a recommandé?

M. Gordon: Oui, a-t-il dit quelque chose à ce sujet?

Mine Jamieson: Il n‘y a pas eu de recommandation. Nous
lui avons simplement demandé pourquoi on n’offrait plus ce
service.

Le vice-président: Les deux réponses que nous avons reçues
du ministre ne sont pas confidentielles. Nous pouvons vous les
communiquer toutes deux et vous pourrez alors les étudier et
en faire ce que vous voudrez. C’est probablement mieux que de
vous en lire des extraits. Donc, si vous voulez les avoir, nous
vous en donnerons copie.

Mme Jamieson: Le greffier pourrait-il en remettre des
copies aux témoins?

Le vice-président: Le greffier ou n’importe qui d’autre. Je
n’ai pas de copie en main, mais j’en ai une â mon bureau.

Monsieur Fiddler.
M. Fiddler: Une dernière observation. A l’université, quand

nous voyons que nos confrères sont directement affectés par les
politiques touchant l’éducation tout simplement parce qu’il n’y

111138

[Text]

of financial resources to be able to put a lot of them through,
in the light of the socio-economic condtions on the reserve and
the stress that has been given to education, when we see the
Department of Indian Affairs, during the time we did have our
sit-in, plan to move into a new building which nobody else can
afford, right in the City of Regina, and not go through
Treasury Board, we become very upset, because that money
could be used to put through a great number of the students
who were dropped out of the university. It is these types of
things that continuously frustrate and irk us.

The Vice-Chairman: That is a good point.
Have you a final comment, Chief Crowe?

Chief Crowe: Yes, Mr. Chairman. About the urban situation
and on behalf of the urbans, we will be submitting written
documents.

With that, Mr. Chairman and the committee members, we
want to thank you very much for your time.

The Vice-Chairman: Thank you. We will note your docu-
ment when it is received, and we will have it appended to the
record.

Thank you very much for your presentation. We appreciate
it. It has been very helpful.

We will now call the Saskatchewan Indian Women’s
Association to the table. I believe the witnesses are Senator
Gamble, Angeline Roberts, Dorothy Bird and Chief Mary Ann
Walker.

We will begin with the presentation from the Saskatchewan
Indian Women’s Association. Welcome to the table. We look
forward to your brief. Angeline Roberts, would you be in
charge and would you begin?

Mrs. Angeline Roberts (Président, Saskatchewan Indian
Women’s Association): Good evening, elders, chiefs, council-
lors, and the subcommittee.

In the kit there is a brochure which highlights some of the
objectives of the organization.

The background of the Saskatchewan Indian Women’s
Association is représentative of the status of Indian women
throughout Saskatchewan. The organization has five elected
members, elected provincially, and in the executive there are
seven elected district représentatives and eight senators. It is
staffed by an executive director and secretary.

Besides taking leadership in the defenee of Indian women,
SIWA is active in supporting the sponsorship of programs
operated by the bands for Indian women in various locations
throughout Saskatchewan. Such programs include women‘s
development programs in the James Smith and Montreal Lake
Bands, advance sewing projects in the Okanese, Starblanket
and Red Earth bands, a handicraft project in the Kahkewis-
tahaw Band, certified commercial eooking in the Piapot and
Muscowpetung Bands, and pre-trades training for women in
the Yorkton district. SIWA is involved in the Home Mainte-

Indian Self-Government

2-3-1983

[Translation]

a pas suffisamment d’argent pour financer les études de tous, à
cause de la situation socio-économique des réserves et â cause
de l’importance donnée à l’enseignement, quand on voit que le
ministère des Affaires indiennes, au moment où nous tenions
notre sit-in, avait prévu d’emménager dans un nouvel édifice
où personne d’autre n’a les moyens de louer des locaux, en
plein coeur de Regina, sans passer par le Conseil du Trésor,
nous nous sommes fâchés parce que cet argent pouvait servir à
défrayer les études universitaires d’un grand nombre d’étu-
diants qui avaient été obligés d’abandonner. Voilà le genre de
chose qui nous frustre et nous irrite constamment.

Le vice-président: Excellente remarque.
Voulez—vous faire une dernière observation, chef Crowe?

Le chef Crowe: Oui, monsieur le président. A propos des
problèmes des Indiens des îles, et en leur nom, nous vous
présenterons des mémoires écrits.

Sur ce, monsieur le président, messieurs et mesdames les
membres du Comité, nous désirons vous remercier du temps
que vous nous avez consacré.

Le vice-président: Merci. Quand nous recevrons votre
document, nous l’annexerons au compte rendu.

Je vous remercie de votre exposé. Nous vous en sommes bien
reconnaissants. Votre témoignage a été bien utile.

Je demande maintenant à l’Association des Indiennes de la
Saskatchewan de s’approcher des micros. Je crois que les
témoins sont le sénateur Gamble, Angéline Roberts, Dorothy
Bird et 1e chef Mary Ann Walker.

Nous entendrons d’abord l’exposé de l’Association des
Indiennes de la Saskatchewan. Bienvenue mesdames, nous
avons hâte de voir votre mémoire. Angéline Roberts, pouvez-
vous commencer?

Mme Angéline Robers (présidente, Association des
Indiennes de la Saskatchewan): Bonsoir messieurs les anciens,
les chefs, les conseillers et membres du Sous-comité.

Dans la chemise que nous avons apportée, vous trouverez
une brochure exposant certains des objectifs de notre organisa-
tion.

L’oeuvre de l’Association des Indiennes de la Saskatchewan
est le reflet fidèle du statut qu’ont les Indiennes partout en
Saskatchewan. L’Association compte cinq membres élus à
l’échelle provinciale et le conseil d’administration compte sept
représentants de district élus et huit sénateurs. Le personnel se
compose d’une directrice générale et d’une secrétaire.

En plus de prendre la défense des Indiennes, l’Association
finance en partie des programmes administrés par les bandes
pour les Indiennes dans divers endroits de la Saskatchewan.
Parmi ceux-ci on trouve dans les bandes de James Smith et de
Montreal Lake, des programmes pour l’épanouissement des
femmes, dans les bandes d’0kanese, de Starblanket et de Red
Earth, des projets de couture avancée, à la bande de Kahkewis-
tahaw un projet d’artisanat, dans les bandes de Piapot et
Muscowpetung, des cours certifiés de cuisine commerciale, et
dans le district de Yorkton, des cours préparatoires à l’inten-

. …umrvnw

2.3.1933 Autonomie politique des lndiens 1 I : 139

[Texte]

nance Program. SIWA has been prominent in the expansion of
educational opportunities on the reserves, such as off-campus
university classes in psychology, administration, Indian
studies, Cree and so forth.

SIWA is in the process of co-ordinating a province-wide
research program, and in the negotiation process of nine
submissions for the lndian women of the various bands. SIWA
also anticipated a day-care centre in the Regina area, targeted
for April 1983, as well as elderly home care and handicapped
homes in the Touchwood-File Hills-Qu’Appe1le District.
Approximately 140 women are presently participating and
enrolled in these programs.

The existing and proposed programs supported by SIWA
arc in response to the growing concern among Indian women
in Saskatchewan incarcerated in correctional facilities, and the
devastating effects of family breakdowns on Indian women
across the province. The appréhension in the growing numer of
lndian children is also a serious concern for Indian women, as
the emotional loss to lndian mothers and to the Indian
communities has been staggering.

SIWA’s final concern is with regard to thc lack of federal
and provincial government support for the Indian Women’s
Association and the limited resources made available. There-
fore SIWA has been restricted to limited and short-term
funding. Due to these governmental restrictions, wc find
ourselves in constant crisis situations. Our aim is to deliver
long-term skill programs that would be greatly enhanced if
these obstacles could be overcome.

Indian Act revision: Indian women have, over the last
decade and before, fought a continuing battlc, both individu-
ally and collectively, to end the unfair treatment accorded to
women as a result of discriminatory sections of the Indian Act.

SIWA, as an arm of the Federation of Saskatchewan lndian
Nations, fully supports and respects the Chiefs of Saskatche-
wan and the sovereignty of Saskatchewan Indian nations. The
recognition of Indian self-government by the Parliament of
Canada is of vital importance to Indian women as it would be
a necessary first step in placing the responsibility for questions
relating to band membership where it has always belonged, in
thc hands of the bands and the chiefs. SIWA supports the
initiative of Indian leadership towards developing a series of
Indian Acts covering the many and varied aspects of lndian
self-government, especially membership, i.e. citizenship.
SIWA further supports the development of a treaty by Indian
leadership, one which would allow for the formal recognition
of all lndian treaty rights as ongoing and as envisioned by the
chiefs at the time treaties were signed.

Indian self-government: SIWA respectfully submits that as
the I-Iouse of Commons subcommittee on Indian self-govern-
ment you have a unique opportunity, as you conduct your
hearings through the length and breadth of Canada. Yours is
the rare chance to dialogue with lndian people on Indian land,

[Traduction]

tion des femmes. L’Association s’occupe du programme
d’entretien ménager. L’Association a aussi été uctive pour que
soient donnés dans les réserves d’autres cours comme les cours
universitaires hors campus en psychologie. en administration,
en études indiennes, en Cree, etc.

L’Association est en train de coordonner un programme de
recherche à l’échelle de la province et de négocier neuf
soumissions présentées par des Indiennes de diverses bandes.
L’Association prévoit également l’ouverture d’une garderie
dans la région de Regina en avril 1983, ainsi qu’un foyer pour
personnes âgées et handicapées dans le district de Touchwood-
File Hills-QŒAppelle. Environ 140 femmes participent
actuellement a ces programmes.

Les programmes actuels et futurs qu’appuie l’Association
répondent aux préoccupations croissantes des Indiennes de la
Saskatchewan incarcérées en institution correctionnelle, et à
l’effet catastrophique des échecs conjugaux sur les Indiennes.
L’arrestation d’un nombre croissant d’enfants indiens inquiète
aussi sérieusement les Indiennes car c’est une rude épreuve
pour les mères comme pour les communautés.

Enfin, l’Association s’inquiète du peu d’appui financier
qu’apportent les gouvernements fédéral et provincial aux
associations d’Indiennes, ainsi que de la limitation des
ressources disponibles. Par conséquent, elle a dû se contenter
de financement limité et à court terme. À cause de ces
contraintes gouvernementales, elle est toujours au bord dc la
crise. Notre objectif est d’offrir des programmes de perfection-
nement a long terme qui seraient bien meilleurs si l’on pouvait
surmonter ces obstacles.

Amendement de la Loi sur les Indiens: Depuis dix ans et
même plus, les Indiennes ont livré une bataille constante,
individuellement et en groupe, pour mettre un terme à la façon
injuste dont sont traitées les femmes à cause de certains
articles discriminatoires de la Loi sur les Indiens.

L’Association, qui fait partie de la fédération des nations
indiennes de la Saskatchewan, appuie sans réserve et respecte
les chefs de la Saskatchewan et la souveraineté des nations
indiennes de la Saskatchewan. La reconnaissance de l’autono-
mie politiquc des lndiens par le Parlement du Canada, a une
importance vitale pour les Indiennes car ce sera là la première
étape nécessaire vers le renvoi de la responsabilité des ques-
tions touchant Fappartenance aux bandes là où elle aurait
toujours dû être, dest-à-dire entre les mains des bandes et des
chefs. L’Association appuie l’initiative prise par les leaders
indiens pour rédiger une série de lois sur les Indiens touchant
les divers aspects du gouvernement indien, surtout l’apparte-
nance, dest-à-dire la citoyenneté. L’Association appuie
également la rédaction, sous la tutelle des Indiens, d’un traite
qui reconnaîtrait officiellement la permanence des droits des
traités des Indiens, comme le concevaient lcs chefs au moment
de la signature de ces traités.

Autonomie politique des lndiens: L’Association croit que ce
Sous-contité de la Chambre des communes sur l’autonomie
politique des Indiens nous offre une chance unique puisque
vous tiendrez des audiences à la grandeur du Canada. Vous
avez la rare chance de dialoguer avec des Indiens en terrc

Il : l40 Indian Self-Government Z-3-l983

[ Text]

in lndian communities, the chance to share with them in the
beginning of an ongoing process to define treaty and aboriginal
rights, the chance to develop within yourselves a greater
sensitivity, a greater awareness and, above all, a greater
understanding of the Indian way of life in Canada. The very
success of this ongoing constitutional process of defining treaty
and aboriginal rights may well depend on the groundwork
being laid by your committee in its consultation with Indian
leaders across Canada.

Summary: the problems faced by Indian women in Sas-
katchewan have worsened rather than lessened in recent years.
However, solutions t0 these problems are within reach. The
recognition of lndian self-government, the full recognition of
our treaty rights and, above all, the development of lndian
people, particularly Indian women, hold the keys to unlocking
the vault of solutions As the subcommittee on Indian self-
government carries out its mandate, the daily struggle of our
Indian women goes on. We look forward to your response and
we continue to build a future for our children.

‘ 2235
Thank you,

The Vice-Chairman: Thank you. Is that the extent of the
brief, and are we open for questions?

Mrs. Roberts: Yes.

The Vice-Chairman: Do we have any members who wish to
question’!

Mr. Chartier.

Mr. Chartier: Honourable elders, président and members of
SIWA, for a few minutes or less than that, or however long it
takes, I would just like you to outline to the members of the
committee your concern with respect to lndian child welfare. I
know that you people have been very involved in this area and
have a major concern. Maybe you could share some of that
concern and some possible ways you feel Indian people could
get back jurisdiction over Indian children.

Mrs. Dorothy Bird (Secrctary, Saskatchewan Indian
Women’s Association): l think the answer to that would be in
working with the arm of our leaders, the FSI. Our interim goal
on that is to meet across the province in our own respective
reserves-we come from different areas of the Province of
Saskatchewan——and collect our women at the band level to
discuss these problems and try to resolve them with the
assistance of the funding that is needed. What we need at the
band level is child»care workers trained to look after our own
children, because in the past we have experienced a lot of
apprehension about our children and we have seen the
responsibility taken out of our own hands with regard to
raising our own children. They are put in different foster
homes, away from our bands, and they get lost.

We havc bcen meeting with various members of the
Federation of Saskatchewan lndian Nations—there are four of
them who hold our portfolio. . . to find out what their steps are
going to be as leaders of our Indian women.

[ Translation]

indienne, dans des localités indiennes, la chance de partager
avec eux Pémcrgence d’un processus permanent qui aboutira à
la définition des droits aborigènes, la chance d’acquérir vous-
mêmes une plus grande sensibilité, une plus grande connais-
sance et surtout une meilleure compréhension du mode de vie
des lndiens au Canada. Le succès même des pourparlers
constitutionnels visant à définir les droits aborigènes peut fort
bien dépendre du déblayage que fera votre Comité en consul-
tant les chefs indiens de tout le Canada.

Résumé: Les problèmes auxquels font face les Indiennes de
la Saskatchewan ont empiré depuis quelques années au lieu de
s’atténuer. Toutefois, les solutions sont â portée de la main. En
reconnaissant aux Indiens le droit de se gouverner eux-mêmes,
en reconnaissant pleinement nos droits aborigènes et surtout
Févolution des lndiens, en particulier des Indiennes, vous aurez
alors en main la clé qui permettra d’ouvrir la voute renfermant
les solutions. La lutte quotidienne des femmes indiennes se
poursuit, alors que le Sous-comité sur l’autonomie des Indiens
poursuit ses travaux. Nous continuerons donc â oeuvrer à
l’avenir de nos enfants.

Merci.

Le vice-président: Merci. Pouvons—nous maintenant passer
aux questions?

Mme Roberts: Oui.
Le vice-président: Y a-t-il des questions?

Monsieur Chartier.

M. Chartier: Mesdames et messieurs, quelle est votre
position concernant la situation des enfants indiens. Je sais que
C’est une question qui vous préoccupe au plus haut point et
j‘aimerais donc savoir ce que vous comptez faire pour que le
sort des enfants indiens dépende de vous.

Mme Dorothy Bird (secrétaire, Association des femmes
indiennes de la Saskatchewan): Nous devons tout d’abord
collaborer avec la Fédération des Indiens de la Saskatchewan.
Dans Pimmédiat, nous comptons réunir des femmes des
différentes réserves et bandes de la province pour discuter de
ce problème et essayer de le résoudre, à condition bien entendu
que nous obtenions les fonds nécessaires. Toutes les bandes
devraient être dotées de gardiennes qualifiées pour sbccuper
de nos enfants car on nous a trop souvent par le passe enlevé
nos enfants pour les placer dans des foyers et nous ne les avons
plusjamais revus.

Nous avons discuté avec des responsables de la ‘Fédération
des nations indiennes de la Saskatchewan pour voir ce qu ils
comptent faire à ce propos.

i N

Q9925’?

oço*<

r ayes__…._.ww,«.ÿ_.___ .. .- .. _n..,_..

2-3-1983

Autonomie politique des lndiens l l : l4l

[Texte]

Mr. Chartier: Thank you. Ijust want t0 add that I think the
role you will play in this whole process is a very important one
and, of course, I hope all the members of this committee
realize that the future of Indian nations lies with the children
and getting jurisdiction back to Indian people in all areas,
especially with respect to children.

Thank you.
The Vice-Chairman: Thank you.
Roberta.

Ms Jamieson: Mr. Chairman, I have just one question. First
of all, I would like to ask about the extra sheet in our kit. It is
also entitled Briefto the House of Commons Subcommittee.

Did you want this in the record as well‘! There is a separate
sheet in my kit. You will be reading that; l will wait to have
you read it into the record. Ijust wanted t0 compliment SIWA
on the excellent brief. It covers the Constitution; it covers self-
government: it covers everything. I have no questions on that.

The Vice-Chairman: Thank you. We will proceed.
Dorothy, would you like to read into the record next?

Mrs. Bird: I am a follower of the Indian culture, and in our
Indian culture we let our elders speak first, so l would like
Philemon to speak first.

The Vice-Chairman: In order, then, Senator Gamble, would
you Iike to address the committee’!

Philomene Gamble (Senator, Saskatchewan Indian
Women’s Association): I usually talk Cree, as that is my
language, but seeing there are so many white men here, I guess
I will try to talk in my broken English.

The Vice-Chairman: Thank you very much, Senator
Gamble. We are trying hard to pick up as much as we can as
wc cross the country, but we are not doing too well as yet.

Senator Gamble: I was going to talk about how we raised
our kids, just like us elders, and how we were raised when we
were small. We were poor at that time, but we never starved,
because our old grandfathers and dads were good workers. We
never used to buy Pampers-what they call Pampers today—
we used to make moss bags, dry moss to wrap our babies in,
and that used to be so clean. l remember we used to wash in
tubs and washboards. You could see that we were good
workers at that time. I used to chop wood to try to feed my
kids—take the wood to town for just 31.75; but in those days
everything was cheap, not like now. But still, we were happy. l
was a happy person because I had the love of my parents. The
lndian way is that we love each other; no matter what a person
is, we love everybody. That is the Indian tradition, love and
respect.

I remember when I was small how many times my mum
used to hit me when 1 used to run in front of my grandmother.
They used to respect the old people in those days. We never
used to answer back, and we never used to see anybody abused.
We used to live in tents in summertime. and in log houses in

[Traduclion]

M. Chartier: Merci. Je tiens à souligner Pimportance de ce
que vous ferez dans ce domaine car il est évident que l’avenir
des lndiens dépend de leurs enfants dont le sort doit désormais
dépendre de Pautonomie accordée aux lndiens en la matière,

Merci.
Le vice-président: Merci.
Roberta.

Mme Jamieson: Je voudrais tout d’abord vous poser une
question concernant la feuille supplémentaire qui nous a été
remise et qui est intitulée Exposé pour le sous-comité de la
Chambre des communes.

Je voudrais donc savoir si cette feuille séparée sera égale-
ment consignée au compte rendu. Je tiens par ailleurs à
féliciter l’Association des femmes indiennes de la Saskatche-
wan de leur excellent mémoire qui a traité de tous les problè-
mes et notamment de la constitution et de l’autonomie.

Le vice-président: Merci.
Dorothy vous avez la parole.

Mme Bird: Selon la tradition indienne, nos aînés ont la
préséance et je cède donc mon tour à Philomene,

Le vice-président: Sénateur Gamble.

Philomene Gamble (sénateur, Association des femmes
indiennes de la Saskatchewan): J’ai l’habitude de m’exprimer
dans la langue cree qui est ma langue maternelle, mais vu la
présence de nombreux hommes blancs ici, je vais m’exprimer
tant bien que mal en anglais.

Le vice-président: Nous vous sommes très reconnaissants
sénateur Gamble. Nous sommes censés recueillir des rensei-
gnements â travers le pays, mais jusqu’à présent nos efforts
n’ont pas été couronnés de succès.

Le sénateur Gamble: Je vais vous expliquer comment nous
élevions nos enfants quand j’étais petite. Bien que pauvres,
nous n’avions jamais faim car nos pères et grands-pères étaient
durs à la tâche. Plutôt que des langes en cellulose, nous
langions nos bébés dans de la mousse sèche ce qui était très
hygiénique, Je me souviens que nous nous lavions dans des
cuves. Nous travaillions dur. Pour nourrir ma famille, je
coupais du bois que je vendais en ville pour 51.75 seulement,
mais à l’époque tout était bon marché pas comme maintenant.
Mais nous étions heureux et j’étais moi-même une femme
heureuse grâce â l’amour de mes parents. Nous nous aimons
tous C’est notre tradition, basée sur l‘amour et le respect.

Je me souviens avoir été taloché par ma mère lorsque je
courais devant ma grand-mère, car à cette époque on respec-
tait les personnes âgées. On ne répliquait pas et personne
n’était maltraité. En été nous vivions sous la tente et en hiver

ll:l42

[ Texr]

winter, but I can remember that those days were happy. All we
needed was love. That is all.

No matter how bitter a winter was, we used to survive. I still
remember—I should not tell this, but I have to——l used to
wear man’s pants to go and snare rabbits in the bush, and I am
not ashamed of it.

Today, all my kids are real healthy. They never used a
feeding bottle; I breast-fed all my kids, and I had l3 of them;
l0 still living, and I have 76 grandchildren and 69 great-
grandchildren. How many more days to suffer? But I am very
happy when I think of those days.

We were s0 poor one winter I remember. My kids were all
small and we lived in a tent all winter, but nobody froze
because we put the hay in the tent, on the ground, and we
covered half of the tent with snow. My kids were happy
playing in there. We just had a little stove to warm ourselves.
But I_did not care how poor I was as long as I was happy with
my kids and my now-deceased husband. We used to work
hard, chop wood and sell cordwood to other people who had a
little more than us. Today, when I think of those old days, I
think the good Lord is now putting everything so that life is
easy for me today and so I like to help others because l know
what it is to be helped.

I give all my love, and I try to help all the women when they
are in trouble, especially those who have lots of kids. I am
always on the road trying to help my people, because I know I
am happier like that, to go around helping people. If I stay in
one place I get bored. I have a nice house on the reserve, which
was built in I979.

‘ 2245

It is still nice, but still I do not stay in it, I travel all the
time, wherever I am wanted. I usually go to the roundups, and
I like that a lot, and these elders’ meetings. l know that elders
have words of wisdom. I am old myself, but still I listen to the
other elders who are older than I. That is where I get all the
wisdom. I try my best, although I feel humble sometimes, to
tell the people some of what I know about this Indian life.

I remember lots of times how people used to suffer, but still
they used to Iaugh. Nobody ever got mad. They used to have
lots of courage, no matter how poor they were. We were lots in
the family when we were small. My dad used to have a yoke of
oxen, and he used to hitch up those oxen in winter and go and
sell a load to feed us. I remember those days. When we used to
see those oxen coming away far, we used to put on our little
clothes and go and meet our dad to see what he had brought
for us. Those were happy days, not like today. I would rather
go back to all those Indian days.

l wanted to follow how we were raised, so I tried hard to
raise my children that way, but along the line some went
astray. I guess I did not breat-feed them. They used a feeding
bottle, and now they cannot leave the bottle, and I am sorry for
that. If l had known that, I would have put a nipple on a beer
bottle; maybe that would stop them. But still, I love them, no

Indian Self-Government

24-1983

[Translation]
dans des cabanes de bois mais nous étions heureux car nous
nous aimions.

Nous parvenions à survivre les hivers les plus rigoureux. Je
me souviens que je portais des pantalons d’homme pour aller
attraper des lièvres dans les forêts mais je n’en n’ai nullement
honte.

Aujourd’hui, tous mes enfants sont en excellente santé. Ils
n’ont jamais eu de biberon car je les ai tous allaités; j’ai eu l3
enfants dont l0 sont encore en vie et j’ai 76 petits-enfants et 69
arrières petits-enfants. Pendant combien de temps devrons-
nous encore souffrir. Mais je suis heureuse quand je pense à
cette époque.

Je me souviens d’un hiver où nous étions terriblement
pauvres. Mes enfants étaient encore jeunes et nous avons dû
passer l’hiver sous la tente mais personne n’a gelé car nous
avons étendu du foin par terre et couvert l’extérieur de la tente
de neige jusqu’à la moitié de la hauteur. Nous n’avions qu’un
petit poêle pour nous réchauffer mais cela n’empêchait pas mes
enfants de jouer joyeusement. La pauvreté ne me faisait rien
tant que j’étais heureuse avec mes enfants et feu mon époux.
Nous travaillions dur et vendions à ceux qui avaient plus que
nous le bois que nous avions abattu. Quand je pense à cette
époque, je crois que c’est grâce au Seigneur que ma vie est si
facile aujourd’hui et c’est pourquoi je m’emplois à aider les
autres car je me souviens du temps où on m’a aidé moi-méme.

l’aide les femmes qui ont des ennuis surtout celles qui ont
beaucoup d’enfants. Je vais d’un endroit à l’autre pour aider
mon peuple car c’est en aidant les gens que je suis heureuse
tandis que si je reste chez-moi je m’ennuie. J’ai une gentille
maison dans la réserve construite en I979.

Bien que ma maison soit agréable, je voyage sans cesse dans
des endroits où on a besoin de moi. Je participe aux réunions
des anciens car c’est d’eux que vient Ia sagesse. Bien que je sois
vieille moi-même, j’écoute ce que mes aînés ont â dire. Voilà la
source de ma sagesse. C’est ainsi que j’explique aux gens ce
que je connais de la vie indienne.

Je me souviens que malgré la souffrance, on riait et personne
ne se fâchait. Malgré la pauvreté, les gens étaient courageux.
J’ai grandi dans une famille nombreuse. En hiver, mon père
attelait sa paire de boeufs à un chargement de bois qu’il allait
vendre pour me nourrir. Lorsque nous apercevions les boeufs
au loin, nous nous habillions pour aller rencontrer papa et voir
ce qu’il nous avait rapporté. C’était des jours heureux, pas
comme maintenant et je préfère la façon dont nous vivions
alors.

J’ai essayé d’élever mes enfants comme je fus élevé moi-
méme, mais certains ont dévié du droit chemin. Plusieurs
d’entre eux boivent trop, ce que je regrette beaucoup. C’est
peut-étre parce que je ne les ai pas allaités. Je les ai nourris au
biberon. Si j’avais su, j’aurais mis une tétine sur les bouteilles
de bière ce qui les aurait peut-être empêché de boire. Mais je

h

.41. \G\dw

._a.. .___._…__…..«

nm‘

2-3-1983

[Texte]

matter what they are. No matter how wicked a person is, he
has to be loved. Love and respect, that is the Indian way of
life.

I used to hear one elder when we went to the Keeseekoose
Reserve. He said that if a person starts saying bad things to
you, just hold your head down and do not answer; if he slaps
you on the face, do not move, he is putting you a foot up and
he is going down a foot. That is what I always tell to my
grandchildren and my children, to try to do that; do not get
mad so easily, just close your mouth if somebody says any-
thing. I always tell them to look above and pray to the Creator,
because it was He who put us on earth here and gave us all
these beautiful trees and grass, all the food and all the animals.

The animals used to be so plentiful years ago. Now we have
to live in the white man’s way; we have to buy meat. There are
hardly any wild things to eat. I remember that in sumertime
we used to hitch up the horses and the wagon and go around
digging seneca root, and we used to sell that. Those were very
happy days. I remember I was so happy; even when I was
small and I was with my parents, I was happy just living in thc
old Indian way.

Today, when l think of those days and the way we are living
now, it is so different. I do not say that I am unhappy today. I
am happy to see my grandchildren, and I am very happy when
they say “nookum »——they say “grandmother », but “nookum »
is what they call me.

I am also very happy to try to help these women here. I do
my best. l cannot talk very good English, but in Cree, if you
could only hear me, you would stay here for three, four or ten
hours. Sometimes I cannot shut up when I talk in Cree. l am
trying to help these women in what they are doing. They are
doing the best they can to help people too. I am very thankful
for Angeline here, when she made me a senator. l am not
worthy of being a senator, but I am glad they took me. I
always feel humble; l put others above me. l always tell these
women to respect the men: love your husbands, love your
children, your sons, because they were put on earth for us to
love them.

I do not know what else I could say. I do not have to write
my speeches, I just use my brain, because I know that all the
words I used to hear from elders——those are words of wisdom.

I am 76 years old, but I still like to travel whenever they call
me. When I go to the penitentiary for these meetings, boy, I
am so happy when l come out of there, seeing those poor guys.
They have mothers too, and when they see me coming, all the
Indian guys, I know that they respect me. That is why I love
them. I am very anxious to go back there again, to go and see
them, because everybody calls me “grandma ». When I went to
Edomonton one time, there was an 87-year-old guy sitting
there. I was looking at him and he looked so old, with white
hair. When I was coming out, everybody was shaking hands
after this big AA meeting—goodbye, grandma, goodbye,
grandma—and this old guy got up and said, “I am very glad
the way you talked, grandma »; and he was 87 years old. I was
proud to have a white-haired grandchild.

Well, l have talked too much, I guess.

t“.-. …,..

Autonomie politique des lndiens 1 1 ; 143

[Traduction]

les aime quoi qu’ils fassent. Même les plus méchants doivent
être aimés. Le mode de vie indien est basé sur l’amour et le
respect.

Je me souviens d’un ancien de la réserve de Keeseekoose qui
disait que si quelqu’un médit devant vous, il faut baisser la tête
et ne pas répondre; s’il vous gifle il ne faut pas réagir. C’est ce
que j’ai toujours expliqué â mes enfants et à mes petits-enfants
de ne pas se mettre en colère facilement, de serrer les dents
lorsque quelqu’un vous dit quelque chose de désagréable. Je
leur dis de prier le Seigneur car c’est lui qui nous a mis sur
terre et nous a donné les arbres et l’herbe ainsi que les
animaux et de quoi manger.

Alors qu’autrefois il y avait une profusion d’animaux,
maintenant nous sommes obligés de vivre comme l’homme
blanc et d’acheter la viande. Il n’y a presque plus moyen de
manger la chair de bêtes sauvages. En été nous atelions les
chevaux et allions arracher des racines de sénéca pour les
vendre. C’était des jours heureux. Même lorsque j’étais une
enfant vivant auprès de mes parents, j’étais heureuse de vivre
selon le mode de vie indien.

Aujourd’hui tout est différent. Mais je ne suis pas malheu-
reuse. Je suis heureuse de voir mes petits-enfants qui m’appel-
lent nookum bien qu’ils sachent dire aussi grand-mère.

Je suis aussi heureuse d’aider les femmes pour lesquelles je
fais de mon mieux. Je ne parle pas très bien l’anglais, mais si
j’avais pu m’exprimer en langue crie, vous auriez pu m’écouter
pendant de nombreuses heures, car lorsque je parle ma langue
maternelle, je n’arrive pas a épuiser mon sujet. J’aide ces
femmes qui font de leur mieux pour aider les autres. Je suis
reconnaissante à Angéline grâce à laquelle je suis sénateur. Je
ne suis pas digne du titre mais j’en suis heureuse quand même.
Je me sens toujours humble et je dis aux femmes de respecter
les hommes, d’aimer leurs maris, leurs enfants, leurs fils car ils
ont été créés pour que nous les aimions.

Je ne sais pas quoi vous dire encore. Je n’écris pas mes
discours car il me suffit de me rappeler ce que disaient les
anciens, c’était des paroles de sagesse.

J’ai 76 ans mais je n’hésite jamais â me déplacer lorsqu’on
me le demande. Cela me fait toujours plaisir d’avoir pu rendre
visite à ces pauvres garçons en prison. lls ont des mères eux
aussi et je sais qu’ils me respectent et c’est pourquoi je les
aime. J’ai hâte d’aller les retrouver car tous m’appellent grand-
mère. Une fois à Edmonton j’ai trouvé un vieil homme de 87
ans. Il avait l’air tellement vieux avec ses cheveux blancs. Au
sortir de la réunion des alcooliques anonymes, tout le monde
me disait au revoir grand-mère; or voilà que ce vieux de 87 ans
s’est levé et m’a dit j’ai beaucoup aimé ce que vous avez dit
grand-mère. J’étais fière d’avoir un petit-fils aux cheveux
blancs.

J’en ai assez dit maintenant.

Il : 144 Indian Self-Government 2-3-1983

[ Texl]

The Vice-Chairman: Thank you, Senator Gamble, for those
words ol‘ wisdom and that breath of fresh air. We enjoyed it a
great deal.

We will continue.
Dorothy, will you read the brief? Thank you.

Mrs. Bird: We have different portfolios in our association,
and mine is expansion of programs and services.

The Saskatchewan Indian Women’s Association is presently
involved in training and development projects throughout the
Province of Saskatchewan. We too are experiencing the high
unemployment rate at the band level due to the lack of
education and lack of skills which lead to lack of job oppor-
tunities.

We believe that women of our culture have an important
role in supporting the males in carrying out the role of
development in the communities. The expansion of programs
and services for women at band level include upgrading
educational standards, establishing and maintaining a close
liaison with the FSIN chiefs and elders, and assisting all
women who are encountering economic, social and personal
problems by providing an advisory unit.

To develop leadership skills we would Iike to see child care,
child appréhension homes and shelter homes for those in need,
treaty Indian day-care centres to assist the women in reaching
their capacities, and amalgamation of the band economic
developments to further tie in a close working relationship for
our children at band level.

‘ 2255

We in the Saskatchewan Indian Women’s Association have
met with the Manitoba and Alberta association and have
struck up a national committee. As we are not recognized by
some of the government agencies, we are asking this commit-
tee to recommend that we receive the funding that is allotted
for status treaty women. With this we could develop our
services on the reserves, as we, the treaty lndian women, are
the ones who see the problems generated by poor housing,
unemployment, high infant mortality, suicides and others.

The disintegration of lndian society has posed a particularly
difficult problem for Indian women. They have lost many of
the old ways and old skills and have become unsure of
themselves. They are even less certain of their role in a society
which seems to have no place for lndians and therefore
provides no clear role for Indian women. This fact has
contributed to the serious social problems experienced by
Indian families, including family breakdown, child neglect,
health problems, alcoholism, et cetera.

Our women need to have opportunities made available to
them through which they can rediscover the old ways and
integrate them with the new ways. They also need support to
meet the needs of their husbands and families, and through

[Translation]
Le vice-président: Merci sénateur Gamble de vos paroles de
sagesse qui ont été pour nous comme une bouffée d’air frais.

Nous poursuivons.
Dorothy, veuillez lire votre mémoire.

Mme Bird: Je suis chargée par mon association de l’expan-
sion des programmes et services.

L’Association des femmes indiennes de la Saskatchewan a
mis en place des programmes de formation et de développe-
ment partout dans la province. Un taux de chômage extrême-
ment élevé sévit dans nos bandes â cause du manque d’éduca-
tion et de formation.

Les femmes indiennes doivent appuyer les hommes pour
développer nos collectivités. L’expansion des programmes et
services aux femmes porte sur l’amélioration de l’éducation,
l’établissement de liens étroits avec les chefs de la Fédération
de la Saskatchewan, et le soutien des femmes aux prises avec
des difficultés d’ordre économique, social ou personnel.

ll nous faut de meilleurs services d’aide à l’enfance et des
foyers pour les enfants qui en ont besoin, des garderies
d’enfants pour les Indiens de plein droit afin de permettre aux
femmes de mieux réaliser leurs aptitudes et une meilleure
concertation au niveau des bandes entre les divers responsables
du développement économique.

Nous, membres de l’Association des femmes indiennes de la
Saskatchewan, nous sommes concertées avec l’association du
Manitoba et de l’Alberta et avons constitué un comité
national. N’étant pas reconnues par certains organismes
gouvernementaux, nous prions ce Comité de recommander
qu’on nous accorde le financement réservé aux Indiennes des
traités, Indiennes de plein droit. Une telle mesure nous
permettrait de mettre sur pied nos propres services dans les
réserves car c’est nous, Indiennes des traités, qui sommes à
même de voir les difficultés qu’engendre la mauvaise condition
des logements, le chômage, une mortalité infantile élevée, les
suicides et autres.

La désintégration de la société indienne a créé une situation
particulièrement difficile pour les femmes indiennes. Nom-
breuses sont les coutumes qui se sont perdues, les compétences
qui se sont périmées et les femmes se sentent désorientées. Peu
sûres d’elles mémes, elles sont encore moins sûres de leur rôle
dans une société où les Indiens n’ont pas de place, et les
Indiennes encore moins. Ce fait vient s’ajouter aux graves
problèmes sociaux auxquels sont en proie les familles indien-
nes, problèmes tels que la dislocation de la famille, enfants à
l’abandon, problèmes de santé, alcoolisme, et cetera.

Ce dont nos femmes ont besoin, ce sont les moyens d’aller à
la redécouverte des valeurs anciennes, pour pouvoir les fondre
avec les nouvelles. Elles ont également besoin de soutien pour
satisfaire les besoins de leurs familles et de leurs maris afin de

-—-:i-a:a. amn—\—n ……._-

2-3-1983

[Texte]

which they can support the male members in carrying forward
their efforts at social improvement. ln particular, women need
to have a meaningful role in solving the many social problems
which beset Indian society today. Many of these problems
have been neglected by traditional government agencies.

The Indian women are best able to fill the crisis needs of
other lndian women. They are in contact with and communi-
cate with their people and can mobilize their efforts and
energies on their own behalf more effectively than outside
agencies. They are aware of the problems and needs of their
people and understand the values and expectations of lndian
society. Programs and services for Indian women must be
based on these values and expectations and must be commu-
nity based,

We believe that an lndian Women’s organization, in
partnership with the federation, can ensure that lndian women
also have a chance to develop their potential and to take their
rightful place in lndian society.

The Vice-Chairman: Thank you, Dorothy.
Chief Walker, would you like to address the committee?

Chief Mary Aune Walker (Saskatchewan Indian Women’s
Association): My brief is an oral brief. I was asked by the
ladies to sit with them. l am a treaty lndian woman from
Saskatchewan, and l am also a chief of Okanese Band. l was
called to represent some of the issues that we as chiefs are
faced with today, and one of them is membership.

As a chief from my band, our role in the membership
question is that each band must have full jurisdiction over their
membership. We cannot allow the Department of lndian
Affairs to define who is an Indian or who should be on our
band list; it is up to the chief and council to decide that. The
SlWA women have been mandated by my band to represent
me in that situation.

As for the Native Women’s Association of Canada, my band
does not recognize the association for the reason that we are
not represented fully as in our treaty rights. We would
recommend that the lndian Women’s Association, struck up
nationally, would give us a better representation on our treaty
Indian issues regarding women.

As mentioned previously, SIWA has met with Manitoba and
Alberta to try to strike up a committee, but 1 do not know
what came out of that meeting.

That is all I have to say.

The Vice-Chairman: Thank you, Chief Walker.
Are there any further questions’!

Mr. Manly.

Autonomie politique des Indiens l l : 145

[Traduction]

pouvoir, à leur tour, aider les hommes de la famille à améliorer
leurs conditions. Elles ont besoin, avant tout, d’assumer un rôle
constructif pour résoudre les nombreux problèmes sociaux qui
affligent la société indienne contemporaine. Un grand nombre
de ces problèmes ont été négligés par les organismes gouverne-
mentaux traditionnels.

Ce sont les femmes indiennes qui sont le mieux à méme
d’épauler les autres Indiennes en temps de crise, car le contact
est établi, elles savent communiquer avec leur peuple et bien
mieux mobiliser les efforts et énergies en faveur de ces femmes
que des organismes de Pextérieur. Sensibilisées aux problèmes
et besoins de leur peuple, elles comprennent les valeurs et les
aspirations de la société indienne. Les programmes et services
destinés aux femmes doivent se fonder sur ces valeurs et sur
ces aspirations et prendre racine dans la communauté.

Nous croyons qu’une organisation de femmes indiennes,
conjointement avec la fédération, pourrait permettre aux
femmes indiennes de s’épanouir et de prendre, dans la société
indienne, la place qui leur revient.

Le vice-président: Je vous remercie, Dorothy.

Chef Walker, voulez-vous prendre la parole devant le
Comité?

Le chef Mary Anne Walker (Association des femmes
indiennes de la Saskatchewan): On m’a prié d’assister à la
réunion avec ces dames, mais mon mandat est purement
verbal. Je suis une Indienne des traités, originaire de la
Saskatchewan, et je suis également chef de la bande Okanese,
On m’a priée de vous parler de certaines des difficultés que
nous rencontrons en tant que chef, et l’une d’elles est l’affilia—
ÎlOH.

Quant à cette question d‘affiliation, notre rôle, en tant que
chef de bande, est que chaque bande ait pleine juridiction sur
ses membres. Nous ne pouvons laisser le ministère des Affaires
indiennes décider qui est Indien, ou qui devrait figurer sur la
liste de bande; c,est au chef et au conseil d’en décider. Les
femmes de l’Association des femmes indiennes de la Saskat-
chewan ont reçu de ma bande le mandat de me représenter
dans cette situation.

Ma bande, d’autre part, ne reconnaît pas l’Association des
femmes autochtones du Canada pour la bonne raison que nous
ne sommes pas pleinement représentées comme notre traité
nous en donnerait le droit. Nous recommandons que l’Associa-
tion des femmes indiennes, constituée au plan national, assume
plus énergiquement la défense. en ce qui concerne les femmes,
des droits que nous reconnaissent les traités.

Comme je |’ai déjà mentionné, l’Association des femmes
indiennes de la Saskatchewan a rencontré ses homologues du
Manitoba et de l’Alberta pour essayer de constituer un comité,
mais je ne connais pas le résultat de cette réunion.

C’est tout ce que j’ai à dire.
Le vice-président: Merci, chef Walker.
Y a»t-il d’autres questions?

Monsieur Manly.

ll:l46

[ Text]

Mr. Manly: Thank you, Mr. Chairman. I would like to ask
Dorothy Bird a question.

You say here that you believe that women of your culture
have an important role in supporting the males in carrying out
the role of development in the communities. Do you feel that
women also have a role to play in policy development?

Chief Bird: Yes, I do. As a matter of fact. I am a councillor
in my band, where I come from, and I am involved in some of
the policies we have made in our band.

_ Mr. Manly: Would you say that males also have a responsi-
blllävto support women in their job of development in the
ban .

Mrs. Bird: Yes, that is why we are sitting here. They have
supported us. They send their delegates to our provincial
meetings to support us, and they have also supported us in
different and various ways.

Mr. Manly: Thank you.

I vvould like to ask Angeline Roberts just a couple of
questions regarding the Indian Act revision.

You say in your brief:

Indian women have, over the last decade and before, fought
a continuing battle, both individually and collectively, to end
the unfair treatment accorded to the women as a result of
discriminatory sections of the Indian Act.

I am wondering if you could tell the committee whether or
not the Saskatchewan Indian Women’s Association has taken

anyhrole in that battle, and what SIWA has donc with regard
t0! at.

Chief Walker: I will answer that question. I think the role of
SIWA is that they are mandated by each chief and council to
be represented in issues like that. Each band differs on
different sections of the Indian Act regarding status for
women, and it is up to each chief and council to defîne the
status of Indian women.

Mr. Manly: So even if there is discrimination, if the chief
and council do not wish to take any action on that, then you
would feel that SIWA should not take any action on that. Is
that what you are saying, Chief Walker‘?

Chief Walker: I would like to know what you mean by
discrimination.
Mr. Manly: It says in here in this brief:

Indian women, over the last decade and before, have fought
a continuing battle, both individually and collectively, to end
thc unfair treatment accorded to the women as a result of
discriminatory sections of the lndian Act

One of those sections, as I understand it, would be Section
l2(1)(b), which deprives a woman of her Indian status if she
marries a non-Indian, whereas a male who marries a non-
lndian does not lose his status. I see that as being discrimina-
tory.

Indian Self-Government

2-3-1983

[Translation]

M. Manly: Je vous remercie, monsieur le président.
J’aimerais poser une question à Dorothy Bird.

Vous disiez qu‘à votre avis, un rôle important pour lcs
femmes de votre culture serait d’aider les hommes à mener à
bien le développement des communautés. Pensez-vous
également qu’elles ont un rôle à jouer en matière d’élaboration
des politiques?

Mme Bird: Oui, je le pense. Je suis moi-même conseiller de
ma bande d’origine, et j‘ai participé à certaines des politiques
que nous avons mis en place.

M. Manly: Diriez-vous également que les hommes doivent
eux aussi soutenir les femmes dans leur oeuvre de développe-
ment de la bande?

Mme Bird: Oui, c’est exactement la raison pour laquelle
nous sommes venues. Ils nous ont soutenues, ils envoient leurs
délégués â nos réunions provinciales pour nous prêter leur
concours, et ils nous ont aidées de diverses façons.

M. Manly: Je vous remercie.

Je voudrais poser quelques questions à Angeline Roberts
concernant la révision de la Loi sur les lndiens.

Vous dites dans votre mémoire:

Voilà une décennie et plus que les Indiennes se livrent â une
lutte incessante, aux plans individuel et collectif, pour
mettre fin aux traitements injustes infligés aux femmes à la
suite des mesures discriminatoires contenues dans certains
articles de la Loi sur les Indiens.

Pourriez-vous faire savoir à ce Comité si l’Association des
femmes indiennes de la Saskatchewan a joué un rôle dans cette
lutte, et dans Faffirmative, lequel?

Le chef Walker: Je vais répondre à cette question: notre
association a reçu de chaque chef et de chaque conseil le
mandat de se faire représenter pour des questions de cet ordrc.
Chaque bande prend différemment position sur différents
articles de la Loi sur les Indiens concernant le statut des
femmes, et c’est à chaque chef et à chaque conseil de le définir.

M. Manly: De sorte que même s‘il y a discrimination, si le
chef et le conseil ne décident pas d’y donner suite, vous jugez
que votre association ne devrait pas prendre de mesure. Est«cc
bien ce que vous disiez, chef Walker’!

Le chef Walker: Qwentendez-vous par discrimination?

M. Manly: Je vais citer votre mémoire:

Voilà plus d’une décennie que les Indiennes livrent une lutte
incessante. aux plans individuel et collectif, pour mettre fin
au traitement injuste que subissent les femmes a la suite des
mesures discriminatoires contenues dans certains articles de
la Loi sur les Indiens.

L’un des passages visés, je suppose, serait l’alinéa b) de
l’article 12(1) aux termes duquel une femme perd son statut
d’lndienne si elle épouse un non—lndien, alors qu’un homme
qui épouse une non-Indienne ne perd pas son statut. Je vois là
une discrimination.

l‘
l
S

315:5’ 025:0

2-3-1983

[Texte]

Chief Walker: I guess it is up to each chief and council of
the respective bands to deftne that.

Mr. Manly: Okay, thank you very much.

The Vice-Chairman: Seeing no further questions, I wish to
thank you very much for your briefs and for answering our
questions. We appreciate that.

Wc have corne to the end of a very long day, and I would
like to call on Sterling, if he would Iike to close the meeting
off.

‘ 2305

Before l do that, we will adjourn after that, until 9.00 a.m.
tomorrow.

Sterling.

Mr. Brass: I would like to ask Senator Gamble if she would
lead us in a closing prayer this evening.

Would you be kind enough to do that, please?
Senator Gamble: (Speaking in Cree.)

Autonomie politique des Indiens 1 1 ‘

.147

[Traduction]

Le chef Walker: Je crois que c’est aux chefs et aux conseils
des différentes bandes d’en décider.

M. Manly: Très bien, je vous remercie.

Le vice-président: Puisqu’il n’y a plus de question, je
voudrais vous remercier de vos mémoires et de vos réponses.
Nous vous en sommes très reconnaissants.

Nous sommes arrivés â la fin d’une longue journée, et je
voudrais demander à Sterling de bien vouloir lever la séance.

La séance sera ensuite ajournée jusqu’à demain matin, à 9
heures.

Sterling.

M. Brass: Je voudrais demander au sénateur Gamble de
bien vouloir terminer la séance du soir par une prière.

Auriez-vous l’obligeance de faire cela, s’il vous plaît?
Le sénateur Gamble: (Récite la prière en Cree.)

From the Shellbrook District Chiefs:
Senator Lorne Ahenakew.

From Treaty No. 8:
Senator Louis Chicken.

From the Piapot Band:
Chief Roland Crowe.

From the Regina Indian Development Association:
Mr. Glen Gordon.

From the Saskatchewan Indian Federated College Students
Union:
Mr. Syd Fiddler.

From the Saskatchewan Indian Women’s Association:
Mrs. Angeline Roberts, Président;
Mrs. Dorothy Bird, Secrctary;
Senator Philomene Gamble;
Chief Mary Anne Walker, Okanese Band.

Des Chefs de district de Shellbrook:
Le sénateur Lorne Ahenakew.

Du Traité numéro 8:
Le sénateur Louis Chicken.

De la bande de Piapot:
Le chef Roland Crowe.

De la «Regina lndian Development Association»:
M. Glen Gordon.

De la «Saskatchewan Indian Federated College Students
Union»:
M. Syd Fiddler.

De l’Association des Femmes indiennes de la Saskatchewan:
M »“ Angeline Roberts, président;
M »‘° Dorothy Bird, secrétaire;
Le sénateur Philomene Gamble;
Le chef Mary Anne Walker, bande Okanese.

_.- _.____flu..___

__

From the Federation ofSaskatchewan Indian Nations:
Mr. Vern Bellegarde, Chairman.

From the Peepeekisis Band:
Elder Walter Dieter;
Chief Aubrey Goforth;
Chief George Poitras.

From the Gordon Band:
Senator Hilliard McNabb.

From the James Smith Band:
Chief Angus McLean.

From the Saskatchewan lndian Education Commission:
Mr. Clive Linklater, Member.

From the Red Earth Band:
Chief Alvin Head;
Mr. Ken Hodgins, Resource Person.

From the Prince Albert Student Residence:
Mr. Howard Bighead, Administrator.

From the Saskatchewan Indian Federated College:
Mr. Dennis Acoose, Director.

From the Saskatchewan lndian Cultural College:
Mr. Alex Greyeyes, Director.

From the Saskatchewan Indian Community College:
Mr. Ray Ahenakew, Director.

From the Saskatchewan Services for Off-Reserve Treaty
Indians:

Ms. Elsie Roberts.

From the Federation ofSaskatchewan Indian Nations:
Mr. Gary Waters, Consultant.

From the Federation ofSaskntchewan lndian Nations:
Mr. Sterling Brass, Chairman.

From the Black Lake Band:
Chief Ben Toutsaint;
Ms. Mary Rose Yooya, lnterpreter.

From the Fond du Lac Band:
Acting Chief Norbert Fern.

From the Saskatoon District Chiefs Convention:
Chief Joe Quewezance;
Mr. Andy Michael, President.

De la Fédération des Nations indiennes de Saskatchewan:
M. Vern Bellegarde, président.

De la bande Peepeekisis:
L’aîné Walter Dieter;
Le chef Aubrey Goforth;
Le chef George Poitras.

De la bande Gordon:
Le sénateur Hilliard McNabb.

De la bande James Smith:
Le chef Angus McLean.

De la «Saskatchewan Indian Education Commission»:
M. Clive Linklater, membre.

De la bande Red Earth:
Le chef Alvin Head;

M. Ken Hodgins, personnes ressources.

De la Résidence des étudiants de Prince Albert:
M. Howard Bighead, administrateur.

Du «Saskatchewan lndian Federated College»:
M. Dennis Acoose, directeur.

Du «Saskatchewan Indian Cultural College»:
M. Alex Greyeyes, directeur.

Du «Saskatchewan lndian Community College»:
M. Ray Ahenakew, directeur.

Des «vsaskatchewan Services for Off-Reserve Treaty
lndians»:

M »“ Elsie Roberts.

De la Fédération des Nations indiennes de la Saskatchewan:
M. Gary Waters, conseiller.

De la Fédération des Nations indiennes de la Saskatchewan:
M. Sterling Brass, président.

De la Bande Black Lake:
Le chef Ben Toutsaint;
Mm‘ Mary Rose Yooya, interprète.

De la bande Fond du Lac:
Le chef suppléant Norbert Fern.

De la «Saskatoon District Chiefs Convention»:
Le chef Joe Quewezance;
M. Andy Michael, président.

Canada Pollen
l * Posl Canada
Postage pan: Port pavè

Third Troisième
class classe

KIA 0S7
HULL

H itNtlu/tvetel) It’ltl.’l‘ (ÏUVÏH UNI. V Il)
Çanadmvi (mvniutnenr Pnnlmq Othco
simply and st-mces Canada

«l5 Sautt‘ Cmtlit Bullievznd

Hui: One-mec Canada KlA 0S7

En Lus de mon llvla/SOII

relnttmor mile (ÎOUVËF? [UNE SFULEMEN T .1
Impllliiflflr’ du ljulivvtllt-tmzlll çmutioum
Àpptnvlsionlïumeltls et SIIÏWCMS Canada
45 boulevard Sucre Cùtun

Huil Ouenec Canada. KlA 0S7

W1TNESSES—TÉMOlNS

From Treaty No. 2:
Senator Bill Standingready.

From the Federation ofSaskatchewan lndian Nations:
Mr. Sterling Brass, Chairman.

From the Pasqua Band:
Elder Walter Gordon.

From the Starblanket Band:
Chief Irvin Starr.

From the Whitebear Band:
Chief Brian Standingready.

From the Yorkton District Chiefs:
Mr. Norman Stevenson, District Representative.

From Lac La Hache Band:
Chief Joe Tsannie.

(Continued on the previous page)

Du Traité Numéro 2:
Le sénateur Bill Standingready.

De la Fédération des Nations indiennes de Saskatchewan:

M. Sterling Brass, président.

De la bande Pasqua:
L‘aîné Walter Gordon.

De la bande Starblanket:
Le chef Irvin Starr.

De la bande Whitebear:
Le chef Brian Standingready.

Des Chefs de district de Yorkton:
M. Norman Stevenson, représentant de district.

De la bande Lac La Hache:
Le chef Joe Tsannie.

(Suite à Ia page précédente)

Avnilable from the Canadian Government Publishing Centre,
Supply and Services Canada, Hull. Québec. Canada KIA 0S9

n-JWÂILAMMËNI w ., me

En vente: (‘entre d’édition du gouvernement du Canada.
Approvisionnements et Services Canada, Hull, Québec, (‘anada KIA 0S9

l-IOl

Issu

In S
Thu‘

Chai

“ïïv-î‘yîîv‘\:m‘ «vr-nu, _ _

Min
ofth

In
Si

RES

The
gove
relat
‘ lndi:

‘« WIÎ

(See

First
Thir

Cacher

Leave a Reply