Procès-verbaux et témoignages du Comité mixte spécial du Sénat et de la Chambre des communes sur la Constitution du Canada, 32e parl, 1re sess, nº 16 (1 décembre 1980).


Informations sur le document

Date: 1980-12-01
Par: Canada (Parlement)
Citation: Canada, Parlement, Procès-verbaux et témoignages du Comité mixte spécial du Sénat et de la Chambre des communes sur la Constitution du Canada, 32e parl, 1re sess, nº 16 (1 décembre 1980).
Autres formats: Consulter le document original (PDF).


Le texte HTML ci-dessous n’a pas encore été modifié

Ce document n’a pas encore été modifié pour des erreurs. Aidez-nous en corrigeant le texte et en l’envoyant sous forme de fichier texte par courriel à pd@theccf.ca. Votre aide fera PrimaryDocuments.ca le référentiel électronique le plus complet des documents relatifs à la constitution canadienne. Pour de plus amples renseignements, consultez notre page Soyez un contributeur.

Lire le texte non édité

SENATE

HOUSE OF COMMONS

Issue No. l6
Monday, December 1, 1980
Joint Chairmen:

Senator Harry Hays
Serge Joyal, M.P.

SÉNAT
CHAMBRE mas COMMUNES

Fascicule n° 16
Le lundi l » décembre 1980
Coprésidents:

Sénateur Harry Hays
Serge Joyal, député

Minutes ofProceedings and Évidence
ofthe Special Joint Committee of
the Senate and of

the House of Commons on the

Constitution
of Canada

Procèrverbaux et témoignages
du Comité mixte spécial

du Sénat et de

la Chambre des communes sur la

Constitution
du Canada

RESPECTING:

The document entitied “Proposed Resolution for a
Joint Address to Her Majesty the Queen
respecting the Constitution of Canada” published
by the Government on October 2, 1980

CONCERNANT:

Le document intitulé «Projet de résolution portant
adresse commune à Sa Majesté la Reine
concernant la Constitution du Canada», publié par
le gouvernement le 2 octobre 1980

WITNESSES:
(See back covcr)

First Session of the
Thirty-second Parliament, 1980

TÉMOINS:

(Voir à Pendos)

Première session de la
trente-deuxième législature. 1980

29016-1

SPEClAL JOINT COMMITTEE OF

THE SENATE AND OF THE HOUSE

OF COMMONS ON THE CONSTITUTION
OF CANADA

Joint Chairmen:
Senator Harry Hays
Serge loyal, M.P.

Representing the Senate:

Senators:

Adams Connolly
Asselin Goldenberg
Austin

Representing the House of Commons:

COMITÉ MIXTE SPÉCIAL DU SÉNAT
ET DE LA CHAMBRE DES COMMUNES
SUR LA CONSTITUTION DU CANADA

Coprésidents:
Sénateur Harry Hays
Serge loyal, député
Représentant le Sénat:

Les sénateurs:

Macquarrie

Lamontagne
Tremblay———( l0)

Petten

Représentant la Chambre des communes.‘

Messrs. Messieurs
Beatty Epp lttinuar Mackasey
Bockstael Fraser Landers McGrath
Corbin Henderson Lapierre Nystrom
Crombie lrwin

(Quorum 12)

Les cogrefflers du Comité
Richard Prégent
Paul Bélisle

Joint Clerks ofthe Committee

Pursuant to S.O, 65(4)(b) of the House of Commons:

Monday, December l, l980:
Mr. lttinuar replaced Mr. Robinson (Burnaby);
Mr. Landers replaced Miss Cambell (South West Nova);
Mr. lrwin replaced Mrs. Côté;
Mr. Henderson replaced Mr. Gimaïel.

Pursuant to an order of the Senate adopted November 5, I980:

Monday, December l, i980:
Senator Connolly replaced Senator Cottreau;
Senator Goldenberg replaced Senator Lapointe;
Senator Asselin replaced Senator Flynn.

Published under authority of the Scnalc and the Speaker
oi the House o! Commons by the Qucen‘: Primer for Canada

Available irom thc Canadian Governmcnt Publishing Centre. Supply and
Services Canada. Hull, Québec. Canada KlA 0S9

Conformément à l’article 65(4)(b) du Règlement de la Cham-
bre des communes:

Le lundi l » décembre 1980:
M. lttinuar remplace M. Robinson (Burnaby);
M. Landers remplace M”° Campbell (South West Nova);
M. lrwin remplace Mm‘ Côté;
M. Henderson remplace M. Gimaïel.

Conformément à un ordre du Sénat adopté le 5 novembre

l980:

Le lundi l » décembre l980:
Le sénateur Connolly remplace le sénateur Cottreau;
Le sénateur Goldenberg remplace le sénateur Lapointe;
Le sénateur Assclin remplace le sénateur Flynn,

Publié cn conformité de l’autorité du Sénat et de l’orateur de la
Chambre des communes par l’imprimeur de la Reine pour le Canada

En vente: Centre d’édition du gouvernement du Canada
Approvisionnements et Services Canada. Hull, Québec. Canada KlA 0S9

16:3

1-12-1980 Constitution du Canada

MINUTES OF PROCEEDINGS PROCÈS-VERBAL

MONDAY, DECEMBER 1, 1980 LE LUNDI l » DÉCEMBRE 1980
(29) ‘ (29)

[Text] [Traduction]

The Spécial Joint Committee on the Constitution ot’ Canada
met at 8:02 o’c1ock p.m., this day, the Joint Chairman, Senator
Hay, presiding.

Members of the Committee présent:

Representing the Senate: The Honourable Senators Adams,
Asselin, Connolly, Goldenberg, Hays, Lamontagne, Petten,
Macquarrie and Tremblay.

Representing the House of Commons: Messrs. Beatty,
Bockstael, Corbin, Crombie, Epp, Fraser, Henderson, lrwin,
lttinuar, Joyal, Landcrs, Lapierre, Mackasey, McGrath and
Nystrom.

Other Members présent: Messrs. Allmand, Fulton, Nicker-
son and Schellenberger.

In attendance: From the Parliamentary Centre: Mr. Peter
Dobell, Director; From the Research Brunch of the Library of
Parliamenl: Mr. John McDonough, Researcher.

Witnesses: From the Inuit Committee on National Issues:
Mr. Charlie Watt, Co-Chairman; Mr. Eric Tagoona,
Co-Chairman; Mr. Mark R. Gordon, Coordinator; Miss Mary
Simon; Mr. Zebedee Nungak.

The Committee resumed considération of its Order of Ref-
erence from the Sonate dated November 3, 1980 and its Order
ci Référence from the House et » Commons dated October 23,
1980, both relating to the document cntitled “Proposer! Reso-
lution cf a Joint Address to Her Majesty the Queen respecting
the Constitution of Canada” published by the Government on
October 2, 1980. (See Minutes of Proceedings, Thursday,
November 6, l 980, Issue No. l).

Messrs. Watt, Tagoona and Miss Mary Simon made state-
ments and with Messrs. Gordon and Nungak answered
questions.

At 9:55 o’clock p.m., the Committee adjourned until 9:30
o’clock a.m,, Tuesday, December 2, 1980.

Le Comité mixte spécial sur la Constitution du Canada se
réunit aujourd’hui â 20h02, sous la présidence du sénateur
Hay, (coprésident).

Membres du Comité présents:

Représentants le Sénat: Les honorables sénateurs Adams,
Asselin, Connolly, Goldenberg, Hays, Lamontagne, Petten,
Macquarrie et Tremblay.

Représentants la Chambre des communes: MM. Beatty,
Bockstael, Corbin, Crombie, EPP, Fraser, Henderson, lrwin,
Ittinuar, Joyal, Landers, Lapierre, Mackasey, McGrath et
Nystrom.

Autres députés présents: MM. Allmand, Fulton, Nickerson
et Schcllenberger.

Aussi présents: Du Centre parlementaire: M. Peter Dobell.
directeur; du Service de recherches de la Bibliothèque du
Parlement: M. John McDonough, recherchiste.

Témoins: Du Comité Inuit sur les Aflaires nationales: M.
Charlie Watt, coprésident; M. Eric Tagoona, coprésident; M.
Mark R. Gordon, coordonnateur; M »‘ Mary Simon; M. Zebe-
dee Nungak.‘

Le Comité reprend Pétude de son ordre de renvoi du Sénat,
du 3 novembre 1980, et de son ordre de renvoi de la Chambre
des communes, du 23 octobre 1980, tout deux portant sur le
document intitulé «Projet de résolution portant adresse com-
mune â Sa Majesté 1a Reine concernant la Constitution du
Canada», publié par le gouvernement le 2 octobre 1980. (Voir
procès-verbal du jeudi 6 novembre I980. Fascicule n » I).

MM. Watt, Tagoona et M »‘ Mary Simon font des déclara-
tions puis, avec MM. Gordon et Nungak, répondent aux
questions.

A 21h55, le Comité suspend ses travaux jusqu’au mardi 2
décembre 1980.

Les cogreflïers du Comité
Richard Prégent
Paul Bélisle
Joint Clerks ofthe Committee

16:4

EVIDENCE
(Recorder! by E/ectronic Apparalus)
Monday, December 1, 1980
0 2004

[Text]

The Joint Chairman (Senator Hays): Honourable members
of the Committee, it is my privilege and honour tonight on
behalf of Mr. loyal, the Joint Chairman and myself to wel-
come the Inuit Committee on National Issues, who are here
tonight to present their brief.

We are looking forward
anticipation.

At this time I should like to introduce Mr. Watt, who is
Co-Chairman, and Mr. Eric TagoonaLCo-Chairman; and at
this time, l should like to ask Mr. Watt i1‘ he would introduce
other people who are with him and then at that time probably
he could make his opening remarks.

Mr. Charlie Watt (Co-Chairman, Inuit Committee on Na-
tional Issues): Thank you, Mr. Chairman.

First, I should like to introduce the young lady on my left,
Mary Simon, who is also a member of the Inuit Committee on
National Issues; to my further Ieft we have Mark R. Gordon,
who is also a member ot‘ the Committee.

Eric Tagoona will rcad the brief, the présentations that we
are making, and halfway through the briei‘, there is going to be
a switch to Mary Simon, who will start outlining the conclu-
sions and recommendations that we are about to propose.

Thank you.

Mr. Eric Tagoona (Co-Chairman, Inuit Committee on Na-
tional Issues): Mr. Chairman, honourable Senators, honour-
able members: this is a critical period in the history of Inuit in
Canada. During the past several years, federabprovincial dis-
cussions on constitutional reform have begun to take place
with a renewed sense of purpose.

to your briet with great

Upon examination of the various proposals for constitutional
reform, it has become apparent that the rights and interests of
all aboriginal peoples in Canada may be seriously jeopardized.
In almost all cases, our aboriginal rights and other and rights
and interests have not been taken into account by
governments.

The need for a special Committee with national Inuit
representation beeame evident in order to represent effectively
the Inuit of Canada and to participate directly in the constitu»
tional reform process.

As a rcsult, the Inuit Committee on National Issues was
established by resolution at the annual general meeting of
Inuit Tapirisat of Canada at Igloolik, Nunavut, Northwest
Territories on September 3 to 7, 1979.

lCNI represents approximately 25,000 Inuit in Canada
occupying Northern Quebec, Labrador and Nunavut. This
area, the Inuit homeland, includes approximately one third of
all the land in Canada. Moreover, Inuit constitute the majority
population in these areas.

Constitution o!’ Canada

1-12-1980

TÉMOIGNAGES
(Enregistrement électronique)
Lundi l » décembre 1980

[Translation]

Le coprésident (sénateur Hays): Honorables membres du
Comité, au nom de M. loyal, j’ai ce soir le privilège et
l’honneur de souhaiter la bienvenue au Inuit Committee on
National Issues, Comité Inuit sur les questions nationales.
venu nous présenter son mémoire,

Nous avons hâte de vos entendre.

J’aimerais maintenant présenter MM. Watt ct Eric
Tagoona, coprésidents de Forganisme. M. Watt aurait-il l’obli-
geance de nous présenter sa délégation avant de prendre la
parole?

M. Charlie Watt (coprésident, Comité Inuit sur les ques-
tions nationales): Merci, monsieur le président.

J’aimerais d’abord présenter. à ma gauche, M »‘ Mary
Simon et, à sa gauche, M. Mark R. Gordon, tous deux
membres du Comité.

C’est M. Eric Tagoona qui lira notre mémoire jusqu’à la
moitié du texte où il sera relayé par M »° Mary Simon. Cette
dernière communiquera nos conclusions et nos recommanda-
tions.

Je vous remercie.

M. Eric Tagoona (coprésident, Comité Inuit sur les ques-
tions nationales): Monsieur le président, honorables sénateurs,
honorables députés. Nous nous trouvons â un tournant de
l‘histoire des Inuit du Canada. Ces dernières années, les dis-
eussions fédérales et provinciales relatives à la réforme consti-
tutionnelle ont repris avec une vigueur et une motivation
renouvelée.

Cependant, lorsqu’on examine les diverses propositions
ayant trait à cette réforme. il est manifeste que les droits et les
intérêts de tous les peuples autochtones du Canada peuvent
être sérieusement compromis. En effet, dans la plupart des cas,
les gouvernements n‘ont pas tenu compte de nos droits d’au-
tochtones et de nos autres droits et intérêts.

Il est clair qu’i1 faut une représentation Inuit nationale
auprès du Comité spécial afin que 1e peuple Inuit puisse être
représenté et qu‘i1 participe directement au processus de
réforme constitutionnelle.

En conséquence, le Comité Inuit sur les questions nationales
a été créé par résolution lors de Passemblée générale annuelle
du Inuit Tapirisat of Canada, tenue à Igloolik, Nunavut, dans
les Territoires du Nord-Ouest, du 3 au 7 septembre 1979.

Le Comité Inuit sur les questions nationales représente
environ 25,000 Inuit du Canada vivant dans le nord du
Québec, au Labrador et à Nunavut. Cette région, qui constitue
la patrie des Inuit, couvre environ le tiers du territoire cana—
dien. De plus, les Inuit forment le groupe majoritaire dans ces
régions.

l-l2-l980

[Texte]

In order to ensure that ICNI adequately represents the
views oI Inuit, six regional associations participate equally
within ICNI. These six Inuit regional associations include
Labrador Inuit Association from Labrador; Makivik Corpora-
tion from Northern Quebec; and Baffin Régional Inuit Asso-
ciation, Keewatin Inuit Association, Kitikmeot Inuit Associa-
tion, and Committee for Original People’s Entitlement, COPE,
from Nunavut, Northwest Territories.

ICNl‘s purpose in appearing before this Joint Senate-House
of Commons Committee is to impress upon you the necessity
for certain amendments to the proposed resolution for a joint
address t0 Her Majesty the Queen respecting the constitution
of Canada.

If given the force of law in its present form, the proposed
resolution will have the effect of eroding the constitutional
position of aboriginal peoples in Canada. No reference is made
to our special status and relationship with the Crown as
confirmed in the Royal Proclamation of 1763. Moreover, the
proposed resolution divides the amending power solely between
federal and provincial législatures and governments. The fail-
ure to provide for our participation and consent in the amend-
ing process unduly and severely minimizes the opportunity for
beneficial constitutional reforms in the future.

In the following discussion, ICNI will define its concerns ‘

and proposais in detail—political1y and morally as well as
legally.

What is at stake is our future relationship with Canada and
our vision of contributing to its heritage and growth. There-
fore, the essence of the fundamental principles we propose
must not be lost or denied t0 us through narrow, legalistic
interprétations. To achieve these goals, ICNI will provide you
with the actual texts of our amendments to the proposed
resolution for your considération.

I Historical Background
1.1 The Principle of the Inuit National Identity

Inuit have occupied the Artic and sub-Arctic for thousands
of years. The tradional life style of Inuit, which adapted to the
harsh demands of the Arctic, was based on hunting, trapping,
fishing and whaling.

We lived communally, travelling the land which we respect-
ed. We worked co-operatively to feed an clothe ourselves,
nourished our language, culture and traditions, and enjoyed
collective self-government. We had our own accepted and
oommonly understood values which regulated our social, politi-
cal and economie practices. We were a self-sufficient nation.

In order to trace our history to the modern day, it is
essential to have some appréciation of the relationship which
existed between the aboriginal peoples and the Imperial
Crown.

Our status as a nation is given some legal confirmation and
protection in the Royal Proclamation of October 7, 1763.

Constitution du Canada 16: 5

[Traduction]

Afin de s‘assurer que le Comité traduit vraiment les idées du
peuple Inuit, six associations régionales en font partie, sur un
pied d’égalité: la Labrador Inuit Association du Labrador; la
Société Makivik, du nord du Québec; la Baffin Regiona/ Inuit
Association; la Keewalin Inuit Association; la Kitikmeot Inuit
Association et le Comité d’étude des droits des autochtones, le
CEDA, de Nunavut, dans les Territoires du Nord-Ouest.

Le Comité comparaît devant votre Comité mixte afin de
vous sensibiliser à la nécessité de modifier le projet de résolu-
tion portant adresse commune à Sa Majesté la Reine concer-
nant la Constitution du Canada.

Or, si ce projet est adopté tel quel, il affaiblira la position
constitutionnelle des autochtones du Canada. En effet, il n’y
æt nulle part fait mention de notre statut spécial et de notre
relation avec la Couronne, précisés dans la Proclamation
royale de 1763. En outre, le projet de résolution répartit le
pouvoir d’amender la Constitution uniquement entre Padminis-
tration fédérale et les assemblées législatives provinciales. Le
fait qu’on n’ait pas songé à nous faire participer au processus
d’amendement, ni à nous donner un droit de regard là-dessus,
limite sérieusement et sans raison valable les possibilités qu’on
arrive à 1’avenir à des réformes constitutionnelles positives.

Le texte qui suit précise les préoccupations et les proposi-
tions du Comité Inuit sur les questions nationales du point de
vue politique, juridique et moral.

L’enjeu porte sur l’avenir de nos rapports avec le Canada et
la place que nous pourrons y prendre pour contribuer à son
patrimoine et â son expansion. Par conséquent, on ne doit pas
nous refuser la reconnaissance des principes fondamentaux que
nous proposons sous des prétextes formalistes et étroits. Pour
ce qui est de ces objectifs, et des amendements qu‘i1 nous
paraît nécessaire de proposer afin de les atteindre, notre
Comité vous en soumettra les textes.

1. Aperçu historique
1.1 Principe de Fidentité nationale Inuit.

Les Inuit occupent les régions arctiques ct sub—arctiques
depuis des milliers d’années. Leur mode de vie traditionnel,
adapté aux conditions rigoureuses de 1’Arctique, était fondé
sur la chasse, le piégeage, la pêche et la chasse à la baleine.

Nous vivions en communauté et respections la terre lors de
nos déplacements. Nous travaillions en collaboration afin de
nous nourrir et de nous habiller, cultivions notre langue, notre
culture et nos traditions et jouissions de notre propre mode de
gouvernement collectif. Notre vie sociale et politique air.si que
nos activités économiques étaient régies par des valeurs que
nous comprenions et acceptions tous, Nous vivions en nation
autarcique.

Lorsque l’on veut évoquer notre histoire jusqu’à l’époque
moderne, il est essentiel d’avoir une idée de la relation existant
entre les peuples aborigènes et la Couronne impériale.

Notre statut en tant que nation est confirmé et protégé sur
le plan juridique dans la Proclamation royale du 7 octobre
1763.

16:6

[Text]

This constitutional document, which states our special and
unique historical relationship with the Imperial Crown, has
been called both an lndian bill ot » rights, and a charter of
lndian rights, due toits fondamental importance to aboriginal
peoples in Canada.

While the Royal Proclamation, by nature. is nota law of the
lmperial Parliament, it does ‘nave the same legal effect as a
statute. Furthcrmore, its provisions relating to aboriginal lands
still have the full force of law in Canada.

As indicated in our brief to the Foreign and Commonwealth
Affairs Committee of the British House of Commons, the
Royal Proclamation clearly reilects several basic principles
that underline the relationship existing between the aboriginal
peoples of Canada and the lmperial Crown. These principles:

(1) reoognize the aboriginal peoples as nations;

(2) imply the necessity of mutual consent to alterations
in the relationship;

(3) confirm and protect the aboriginal rights in and to
lands in Canada covered by the Royal Proclamation;

(4) imply a right of aboriginal self-government in those
areas not cedcd to the Crown.

As evidenced by the Royal Proclamation, the aboriginal
peoples of Canada interacted with Imperial représentatives
very much like nations in the international sense. This status
as nations within Canada vcsts in us rights not held by others
who later immigrated to Canada. As original inhabitants, such
rights flowed as a natural conséquence from our historical
status and position.

1.2 Erosion of Inuit National Identity:

The bilatéral nature of our relations with government. as
witnessed in the Royal Proclamation, has gradually deteriorat-
ed in Canada over the past 100 years. Although the Royal
Proclamation has never been repealed, unilateral législation
from time to timc on the part of the Canadian Parliament has
served to violate the essential principles cf the proclamation.

Despite Canada’s trust responsibility in regard to Inuit, we
were not consulted when Canada transferred jurisdiction over
part of our homeland to Quebec by virtue of the Québec
Boundaries Extension Acts ot‘ 1912. Nor were we allowed to
participate in the formation of a system of government in the
Northwest Territories established under the Northwest Terri-
tories Act. Nor were we consulted when Labrador joined
Canada in 1949. In addition, we were denied the right to vote
in federal elections until July 1, 1960. This législative
encroachment upon our capacity to predetermine our social
order was compounded by various government policies that
impeded lnuit local control.

Constitution of Canada

l-l2-l980

[Translation]

On a appelé ce document constitutionnel dans lequel sont
précisés nos rapports historiques uniques avec la Couronne
britannique, à la fois une déclaration et une charte des droits
des Indiens étant donné l’importance fondamentale qu’il revêt
pour les peuples aborigènes du Canada.

Bien que la Proclamation royale ne soit pas, en soi, une loi
de la législature impériale, elle a la même portée juridique
qu‘une loi statutaire. De plus, ses dispositions relatives aux
territoires des aborigènes sont encore en vigueur au Canada.

Comme nous l’avons indiqué dans notre mémoire présenté
au Comité des Affaires étrangères et du Commonwealth de la
Chambre des communes britannique, la Proclamation royale
traduit clairement quelques principes fondamentaux qui sous-
entendent les rapports unissant les peuples aborigènes du
Canada et la Couronne impériale. Ces principes

(1) reconnaissent que les peubles aborigènes constituent
des nations;

(2) reconnaissent donc implicitement qu‘i1 doit y avoir
consentement mutuel pour modifier ces rapports:

(3) confirment et protègent les droits aborigènes sur les
territoires du Canada mentionnés dans la Proclamation
royale;

(4) ils reconnaissent implicitement les droits à Fautodév
termination sur les territoires qui n’ont pas été cédés à la
Couronne.

Comme en fait foi la Proclamation royale, les peuples
aborigènes du Canada se comportaient sensiblement comme
une nation, au sens international, dans leurs relations avec les
représentants de l’Empire. Notre statut de nations à l’intérieur
du Canada nous confère des droits que,n’ont pas les autres
ethnies arrivées au Canada par la suite. Etant donné que nous
avons été les premiers à nous installer au Canada, de tels droits
résultaient tout naturellement de nos antécédents historiques
ainsi que de notre situation. ‘

1.2 Érosion de l’identité nationale Inuit.

Nos relations bilatérales avec le gouvernement, comme en
atteste la Proclamation royale, se détériorent progressivement
au Canada depuis un siècle. Bien que la Proclamation royale
n’ait jamais été révoquée, des lois unilatérales adoptées de
temps à autre par le Parlement canadien, ont violé les princi-
pes essentiels de ce texte.

Même si en vertu de ce dernier, le Canada n’a que des
responsabilités déléguées ou de protection à Pégard des Inuit,
nous n’avons pas été consultés par ce dernier lorsqu’il a cédé sa
compétence sur une partie de notre territoire au Québec, par la
voie de la Loi de l’extension des frontières de Québec de 1912,
On ne nous a pas non plus permis de participer à Pétablisse-
ment d’un système de gouvernement dans les Territoires du
Nord-Ouest en vertu de la Loi sur les Territoires du Nord-
Ouest. Comme on ne nous a pas consultés lorsque le Labrador
s’est joint au Canada en 1949. En outre, on nous a refusé le
droit de voter dans les scrutins fédéraux jusqu’au 1°‘ juillet
1960. A ces mesures législatives empiétant sur notre capacité
de déterminer nous mêmes notre propre ordre social se sont

l-l2-l980

[Texte]

1.3 Présent Situation of Aboriginal Peuples

From 1867 to the présent timc, governments in Canada have
failed to confirm unequivocally the rights and status of their
aboriginal peoples. This continued state of uncertainty has
permitted the ongoing erosion of our special rights and inter-
ests by both federal and provincial governments. This uncer-
tainty has had a destabilizing effect on our society. Political
and economie colonial policies have worked to deny us access
to adéquate resources. lt has left us lacking in essential
services and economie opportunities. lt has offered us little or
no cutltural protection. We are today faced with unprecedent-
ed social problems, while our culture and traditional values are
being eroded at an alarming rate.

This présent situation is unacceptable. The economie, social
and political disadvantages we suffer are not mere coincidence.
They are, at least in part, the conséquences of pcrpetuating the
uncertainty of our constitutional rights and status while, at the
same time, permitting their future érosion by the daily actions
of governments. It is only througli adéquate constitutional
protections that the Inuit can enjoy positive growth and deter
the constant pressures of assimilation.

II Effects of the Patriation Résolution

2.1 Lack of Status in Proposed Reso1ut_ion

The proposed resolution in its present form provides no
définition for the status of aboriginal peoples in Canada. Apart
from the oblique reference to the rights or freedoms that
pertain to the native peoples in Section 24, there is no indica-
tion in the resolution that the aboriginal peoples have an
intrinsic right to their own identities within Canada. By failing
to include the principles which form the basis of our special
status, the proposed resolution may in effect assist only those
who favour the elimination of such status. If the constitution
does not specifically provide for affirmation of such status, it
may be assumed that it no longer exists.

2.2 Amendment Opportunities at the Post Patriation Stage

ln determining whether the aboriginal peoples of Canada
require certain amendments in Canada’s constitution at the
prepatriation stage, one must examine the situation of aborigi-
nal peoples following patriation.

lt is the stated position of the Prime Minister, that the mere
act of patriating the Canadian constitution shall have no
adverse effect upon the aboriginal peoples of Canada. Accord-
mg to the Prime Ministefls lctter, it may in fact facilitate the
process ot” securing nccessary constitutional amendments for
aboriginal peoples. ln addition, the Prime Minister has con-
firmed his commitment to involve the aboriginal peoples of

Constitution du Canada 16 :7

[Traduction]
ajoutées diverses politiques gouvernementales qui ont nui à
Padministration locale par les Inuit.

1.3 Situation actuelle des peuples aborigènes.

Depuis 1867, les gouvernements du Canada ont négligé de
confirmer sans équivoque les droits et le statut des peuples
aborigènes. Cet état dîncertitude permanente a permis que les
gouvernements, à la fois fédéral et provinciaux, érodent de
façon continue, nos droits et nos intérêts particuliers. Cette
incertitude a, à son tour, entraîné une déstabilisation de notre
société. Les lignes directrices, politiques et économiques, colo-
niales nous ont empêchés d’avoir accès à des ressources appro-
priées. Elles nous ont fait manquer les services essentiels et les
possibilités de développement économique. Elles ne nous ont
offert que très peu ou même aucune protection culturelle. En
conséquence, aujourd’hui nous faisons face à des problèmes
sociaux sans précédent pendant que notre culture et nos
valeurs traditionnelles sont minées à un rythme inquiétant.

La situation actuelle est inacceptable. Les désavantages
économiques, sociaux et politiques dont nous souffrons ne
résultent pas simplement de coïncidences. Ils sont, du moins en
partie, la conséquence de cet état dîncertitude au sujet de nos
droits et de notre statut constitutionnels. En même temps, ils
ouvrent la porte à une érosion encore plus grave que pourra
entraîner Pintervention quotidienne des gouvernements. Seules
des garanties constitutionnelles suffisantes peuvent assurer aux
Inuit un développement réel et contrer les pressions assimila-
trices constantes.

Il Répercussions de la résolution visant a nous doter d’une
constitution.

2.1 Absence d’un statut dans le Projet de résolution.

Le projet de résolution, dans sa forme actuelle, ne comporte
aucune définition du statut des peuples aborigènes du Canada.
A part une mention indirecte des droits ou des libertés des
peuples aborigènes à Particle 24, il n‘est fait aucune mention
dans le projet de résolution du fait que les peuples aborigènes
ont le droit intrinsèque à leur propre identité au sein du
Canada. En n’incluant pas les principes qui sont à la base de
notre situation particulière, le projet de résolution pourrait en
fait n‘aider que ceux qui sont en faveur de la suppression de ce
statut. Si la constitution ne prévoit pas de façon précise ce
statut, on peut supposer qu‘i1 n‘existe plus.

2.2 Possibilités de modification après le rapatriement de la
constitution.

Pour savoir s’il faut apporter certaines modifications â la
constitution avant le rapatriement, il faut examiner quelle sera
la situation des peuples aborigènes après le rapatriement.

Le premier ministre a déclaré que le simple fait de rapatrier
la constitution canadienne n’aurait aucun effet nuisible sur les
droits des peuples aborigènes. D‘après la lettre du premier
ministre, le rapatriement faciliterait même Pobtention des
amendements constitutionnels que veulent les aborigènes. En
outre, le premier ministre a confirmé qu‘i1 s’engageait à accep-
ter la représentation des peuples aborigènes à la prochaine

16:8

[Text]

Canada in the next constitutional conférence of First Ministers
by including native peoples and the constitution as an agenda
item.

However, the situation of aboriginal peoples in the postpa-
triation period is not that simple. During the first two ycars
following patriation, Section 33 of the proposed constitution
act, 1980 provides that any amendments to Canadzÿs constitu-
tion will require the unanimous consent of the l0 provincial
législatures or governmcnts as well as Parliament. Moreover,
after the two-year period following patriation, amendments to
the Canadian constitution will still be subject to the individual
veto of Parliament, or the législative assemblies of either
Quebec or Ontario, in addition to a possible collective veto by
the Atlantic or Western provinces.

ln light of the many possibilities for fedcral and provincial
veto of future amendments, the assurances and commitmcnts
in the Prime Minister’s letter in regard to the postpatriation
stage hardly reflect the impending reality.

In regard to most constitutional mattcrs, aboriginal peoples
have competing interests with the provinces. Therefore, there
is little or no incentive for provinces to agrce to constitutional
amendments in our favour at the postpatriation stage.

If anything, there is greater likelihood that federal and
provincial governments may jointly agree to affect our status
or rights in a manner contrary to our wishes. According to the
existing amending formulas in the proposed resolution, no
safeguards exist to protect us, even in the case of amcndments
which make special reference to aboriginal peoples.

2.3 Future Implications for Aboriginal Peoples

In summary, the effects of the proposed resolution appear
numerous. It ignores the principles laid down in the Royal
Proclamation of 1763 in favour of the aboriginal peoples of
Canada. It provides no specific protection for our existing
rights and intercsts. lt adopts an amending formula which
excludes any role for the aboriginal peoples of Canada even for
constitutional provisions which specifically refer to them. By
such measures, the Government of Canada is unjustly and
unilaterally altering the constitutional position of aboriginal
peoples in a manner which jeopardizes our distinct identity.

This subtle but effective erosion of our status and rights may
be the legacy we inherit under Canada’s patriated constitution.
Our assimilation rather than our rights seem destined for
entrenchment through the current constitutional reform
process.

At best, the result may well be that the present economie,
social. political and legal situation of aboriginal peoples,
namely the status quo, will be perpetuated. This status quo is
unacceptable.

Constitution of Canada

142-1980

[Translation]
conférence constitutionnelle en inscrivant leurs interventions à
l’ordre du jour.

Mais la situation dont jouiront les peuples aborigènes une
fois la constitution rapatriée n’est pas aussi claire. En effet,
l’article 33 de la Loi constitutionnelle de 1980 prévoit qu’au
cours des deux premières années qui suivront le rapatriement
tout amendement à la constitution canadienne devra être
entériné à l’unanimité par les dix assemblées législatives pro-
vinciales et par le Parlement. En outre, pendant cette même
période, le Parlement et les assemblées législatives du Québec
ou de l’Ontario pourront opposer leur veto â tout amendement;
par ailleurs, les provinces de l’Atlantiquc ou les provinces de
l‘Ouest pourront de leur côté opposer un veto collectif.

Compte tenu, donc, des nombreuses possibilités d’un veto
fédéral ou provincial aux amendements apportés à l’avenir, les
engagements que le premier ministre assume dans sa lettre en
ce qui a trait à la situation après le rapatriement reflètent
difficilement la réalité.

Dans la plupart des questions constitutionnelles, les peuples
aborigènes entrent en concurrence avec les provinces. Par
conséquent, les provinces ont peu de raisons, si elles en ont,
d’accepter des amendements constitutionnels en notre faveur
une fois la constitution rapatriée.

Il est même plus probable que le gouvernement fédéral et les
gouvernements provinciaux se liguent pour changer notre
statut ou nos droits dans un sens contraire à nos désirs. Les
formules d’amendement prévues dans le projet de résolution ne
nous garantissent aucune protection, dans le cas d’amende-
ments qui concernent tout particulièrement les peuples
aborigènes.

2.3 Conséquences futures pour les peuples aborigènes:

En résumé, le projet de résolution aura de nombreuses
conséquences. Il ignore les principes établis par la Proclama-
tion royale de 1763 en faveur des peuples aborigènes du
Canada. Il n’accorde aucune protection pour nos droits et
intérêts actuels. Il adopte une formule d’amendement qui
exclut les aborigènes du Canada de tout rôle, même en ce qui
concerne les dispositions constitutionnelles qui les visent tout
particulièrement. En prenant de telles mesures, le gouverne»
ment du Canada modifie injustement et unilatéralement la
situation constitutionnelle des peuples aborigènes et met en
péril leur identité propre.

Cette érosion subtile mais réelle de notre statut et de nos
droits sera probablement tout ce que nous hériterons de ce
rapatriement de la constitution. C’est notre assimilation, plus
que la reconnaissance de nos droits, qui semble destinée à être
inscrite dans ce processus de réforme constitutionnelle.

Les conséquences pour nous seraient au mieux qu’on con-
serve un statu quo dans notre cas, dest-à-dire qu’au mieux
nous conserverons notre situation économique, sociale, politi-
que et juridique actuelle. C’est inacceptable.

l—l2—l980

[Texte]
III Inuit Objectives

The only way that aboriginal peoples may have a realistic
opportunity of obtaining constitutional amendments in their,
favour after patriation is by including certain fundamental
principles relating to aboriginal peoples in the proposed resolu-
tion, ICNI recognizes that amendments in the postpatriation
stage, if any, in regard to aboriginal peoples may deal with
substantive issues. However, the prepatriation amendments
that are being urged as a very minimum in this brief are of a
fundamentally different nature. The amendments that ICNI is
proposing have basically two essential objectives as discussed
below.

3.1 Recognized Status

First. the amendments serve to enshrine in the constitution
some further indication of the special status of aboriginal
peoples as nations within Canada and their unique relationship
with the rest of Canada. By necessity this prineiple embodies
the element of mutual consent that is reflected in the Royal
Proclamation of 1763.

ICNI acknowledges that the precise limits of the Imperial
Crown’s residual responsibilities in regard to Canada’s aborigi»
nal peoples are not clear. We recognize that the Royal Procla-
mation must be read together with Section 9I(24) of the BNA
Act, I867, which conferred legislative jurisdiction and a trust
responsibility in respect to aboriginal peoples t0 the Parliament
and Government of Canada. In this regard, Canada should
carry out its trust responsibility in a manner which upholds the
principles reflected in the Royal Proclamation.

In regard to Britain, it is our contention that termination of
our direct relationship with the Imperial Crown must not be a
by—product of unilatéral patriation without adequate protec-
tions. The residual responsibilities of Britain must be trans-
ferred to Canada under our Proposed resolution in such a way
as to preserve the basic tenets of our special constitutional
position. As stated earlier, the principles which we seek recog-
nition of in the proposed resolution include both aboriginal
rights and the right of self-détermination within the Canadian
federation which must govern our future constitutional
discussions.

Today we seek self-government within the Canadian
federation.

For instance, the Inuit of the Northwest Territories have
proposed a Nunavut government in a detailed proposal, a copy
of which is availabale. The main thrust of this proposal is to
create a new territory above the treeline which would become
a province after an orderaly transition period. The Nunavut
government would initially have powers similar to the existing
government in Yellowknife. All residents could vote, the gov-
ernment would be for all those in Nunavut, and Nunavut
would adhere to the highest standards of human rights.

It was gratifying that the recent Northwest Territories
Council session in Frobislter Bay supported in principle the

Constitution du Canada l6 :9

{Traduction}
lll Objectifs des Inuit.

La seule façon dont les peuples aborigènes pourraient avoir
la possibilité d‘obtenir des amendements constitutionnels en
leur faveur après le rapatriement serait d’inclure dans le projet
de résolution certains principes fondamentaux en faveur des
droits des aborigènes. Le Comité [nuit sur les questions natio-
nales reconnaît que toute modification apportée après le rapa»
triement, et touchant les peuples aborigènes pourrait se rap-
porter à des questions fort importantes. Toutefois, les
modifications réclamées avant le rapatriement sont, dans notre
mémoire, un minimum et sont d’une nature fondamentalement
différente. En effet, ces amendements ont en gros deux objecv
tifs principaux, dont nous allons discuter maintenant.

3.1 Reconnaissance de notre statut.

Tout d‘abord, les amendements que nous proposons ont pour
objectif d’inscrire à nouveau dans la constitution le fait que les
peuples aborigènes ont un statut particulier et qu’ils consti-
tuent une nation à Pintérieur même du Canada. Nécessaire-
ment, le principe implique un consentement mutuel, comme
Pindique la Proclamation royale de 1763.

Le Comité Inuit reconnaît que les limites des dernières
responsabilités de la Couronne impériale à Fégard des peuples
aborigènes ne sont pas claires. Nous reconnaissons que la
Proclamation royale doit être interprétée en tenant compte de
Particle 91(24) de l’Acte de l’Amérique du Nord britannique
de 1867 qui conférait au Parlement et au gouvernement du
Canada la responsabilité législative et la tutelle des peuples
aborigènes. Dans cette optique, le Canada doit continuer d‘as-
sumer sa tutelle de façon à respecter les principes de la
Proclamation royale.

Pour ce qui est de la Grande-Bretagne. nous pensons que ce
n‘est pas en rapatriant unilatéralement notre constitution, sans
obtenir les protections nécessaires, que nous devons mettre un
terme à nos liens directs avec la Couronne impériale. Dans le
cadre de notre projet de résolution, nous devons transférer les
responsabilités qu’a encore la Grande-Bretagne à Pégard du
Canada en sauvegardant les principes essentiels qui régissent
notre situation constitutionnelle. Comme je l‘ai indiqué plus
tôt, ces principes que nous voulons faire reconnaître dans ce
projet de résolution comprennent les droits aborigènes et le
droit à Pautodétermination dans la Confédération canadienne.

Actuellement, nous aspirons à l’autodétermination au sein
de la Fédération canadienne.

Par exemple, les Inuit des Territoires du Nord-Ouest ont
proposé qu’on établisse un gouvernement Nunavut; on peut
distribuer des exemplaires de cette proposition détaillée. Il
s’agit de créer un nouveau territoire au-delà de la limite de la
végétation arborescente; qui deviendrait une province après
une période de transition. Ce gouvernement aurait à l’origine
des pouvoirs semblables à ceux de factuel gouvernement de
Yellowknife. Tous les habitants auraient droit de vote; le
gouvernement régirait tous les habitants de ce territoire et
respecterait au plus haut point les droits de la personne.

J’étais encouragé de voir qu‘au cours de la récente séance du
conseil des Territoires du Nord—Ouest, tenue à Frobisher Bay,

l6:l0

[Text]

concept of a new territory. This demonstrates the commitment
of the elected représentatives in Northwest Territories to seek
responsible government in new creative forms.

3.2 Role in the Amending Process

Secondly, our proposed amendments serve to formalize, in
the constitution, the political commitments of federal and
provincial governments to negotiate with us constitutional
matters of concern to aboriginal peoples. We do not believe
that these political commitments create a heavy burden on
federal or provincial governments. However. without some
formalized commitment in the constitution, it is apparent that
the uncertain constitutional position of aboriginal peoples will
continue to our détriment.

It is our position that the prepatriation amendments pro-
posed in this brief are both minimal and reasonable. In addi-
tion, they may be easily integrated with the proposed resolu-
tion. Without some constitutional protections in favour of
aboriginal peoples at this crucial stage, we sense that an
increasing number cf groups among Canada’s aboriginal peo-
ples feel compelled to seek more radical solutions. This is
primarily due to the continued lack of sensitivity and response
from government.

ICNI supports patriation of Canada’s constitution, We look
forward to further developing our relationship with govern-
ments in Canada once our constitution is patriated. Under
these circumstances, we have no désire t0 perpetuate our
unique constitutional and legal tics with Britain. Nevertheless,
in terminating the residual responsibilities of Britain which
still exist in our favour, our special status and rights must not
be eroded through either omission or neglect in the Proposed
resolution.

I think Mary Simon will continue the présentation.
Miss Mary Simon (Member, Inuit Committee on National
Issues):

Proposed Amendments

4.l Limitation to Guarantee of Rights and Freedoms Section l
provides:

l. The Canadian Charter of Rights and Freedom:
guarantees the rights and freedoms set out in it subject
only to such reasonable limits as are generally accepted in
a free and démocratie society with a parliamentary
system of government.

The limitation in Section 1 of the Charter has generated a
great deal of controversy. Opposition to its scope has already
been extensively voiced by numerous individuals and groups
appearing before this Committee.

ICNI fully supports the principle of enshrining some flexi-
bility in Canada’s constitution. However, we agrée with a large
number of people in Canada who cbjcct to such a broad

Constitution of Canada

l-l2-l980

{Translation}

on était en faveur du principe de la création de ce nouveau
territoire; ceci indique que les représentants élus des Territoi-
res du Nord-Ouest sont d’accord pour qu’on crée un gouverne-
ment souverain. ‘

3.2 Rôle dans le processus d’amendement.

En deuxième lieu, les amendements que nous proposons
visent à traduire dans une forme officielle Pengagement du
gouvernement fédéral et des gouvernements provinciaux à
négocier avec nous les questions constitutionnelles qui se rap-
portent aux aborigénes. Nous ne pensons pas que ces engage-
ments politiques constituent un lourd fardeau pour les gouver-
nements fédéral et provinciaux. Toutefois, si on ne les rend pas
officiels dans la constitution, il n’y a pas de doute que nous
continuerons à souffrir d’une incertitude quant à notre
situation.

Nous prétendons que nos revendications relatives aux amen-
dements à apporter avant le repatriement constituent un nimi-
mum et sont raisonnables. En outre, on peut facilement les
intégrer dans le projet de résolution. Si, à cette étape essen-
tielle, on n’accorde pas de protection constitutionnelle aux
peuples aborigènes, nous avons Fimpression qu’il y aura de
plus en plus de groupes aborigènes au Canada qui auront
tendance à chercher des solutions plus radicales. Cette situa-
tion résulte du fait que le gouvernement ne nous a pas sulfi-
samment témoigné d‘intérêt.

Le Comité Inuit sur les questions nationales est en faveur du
rapatriement de la constitution. Une fois le fait accompli, nous
sommes prêts à intensifier nos rapports avec les diverses
administrations. Dans de telles circonstances, nous ne voyons
pas de raison particulière de nous opposer à ce qu’on rompe

‘nos liens uniques, constitutionnels et juridiques avec la

Grande-Bretagne. Toutefois, pour mettre fin aux dernières
responsabilités qu’assume encore la Grande-Bretagne à notre
égard, nous ne voulons pas que notre statut et nos droits
spéciaux soient affaiblis, par omission ou par négligence dans
ce projet de résolution.

Je pense que Mary Simon va continuer.

Mlle Mary Simon (membre du Comité Inuit sur les questions
nationales):

Amendements proposés

4.1 Limite prévue dans la garantie des droits et libertés.
L’article 1 stipule:

l. La Charte canadienne des droits et libertés garantit
les droits et libertés énoncés ci-après, sous les seules
réserves normalement acceptées dans une société libre et
démocratique de régime parlementaire. ‘

Ces limites, énoncées dans l‘article 1 de la charte, ont
soulevé beaucoup de controverse. De nombreux particuliers et
groupes qui ont comparu devant ce Comité ont d’ailleurs fait
part de leur désaccord.

Le Comité Inuit est d’accord que la constitution canadienne
offre une certaine souplesse. Toutefois, nous sommes d’accord
avec un grand nombre de Canadiens: en établissant des limites

l-l2-l980

[Texte]
limitation diluting thé guarantee of rights and fréédoms ensh-
rinéd in the Charter.

Due to the many diverse groups who are already engaged in
arriving at a better alternative, ICNI has not prepared any
spécifie amendmcnts in regard to the limitation in Section l.

4.2 Mobility Rights:
Section 6 as amended provides:

6. (l) Every citizen of Canada has the right to enter,
remain in and leave Canada.

(2) Every citizen of Canada and évery person who has
the status of a permanent resident of Canada has the
right

(a) to move to and take up résidence in any province;

and

(b) to pursue thé gaining of a livelihood in any province
(3) The rights specifiéd in subsection (2) are subject to

(a) any laws or practices of general application in forcé
in a province other than those that discriminate among
persons primarily on the basis of province of present or
prévious résidence,

(b) any laws providing for reasonable residency require-
ments as a qualification for the récéipt of publicly pro-
vided social services; and

(c) any laws or practices as are reasonably justifiable to
mitigate adverse environmental and social impacts on a
community, culture, economy or society of thé aboriginal
peoples of Canada.

The main reason for including mobility rights in the Charter
is t0 encourage the création of a trué economie union within
Canada. ICNI supports this concept which is intended to
stréngthen the economy in all areas of Canada. However for
cultural, économie, social as well as environmental réasons, an
additional limitation is required in Section 6(3).

Both thé northern environment and Inuit communities are
particularly susceptible to significant environmental and social
impacts when faced with large-scale development. Laws or
practices of général application, as provided in Section
6(3)(a), may bé sorely inadéquate to meet the special needs of
Canada‘s North and to protect Inuit culture.

The same is trué in relation to our northern economy. The
massive influx of a témporary workforce from southern parts
of Canada when northern projécts are announced, if unre-
strictéd, may have severe conséquences in the North. In such a
situation, wé would be unablé to compete. Northern unemploy-
ment would not be reduced. Therefore, special protections are
necessary in order to develop a viable northern economy and to
establish a northern workforce.

The principle of priority of contracts and émploymént for
northern résidents appears to be inconsistent with the mobility
rights in the Charter. Therefore, benefits owed to Inuit under
the James Bay and Northern Québec agréemént may néver hé

Constitution du Canada l6: l l

[Traduction]
aussi importantes, on affaiblit la garantie des droits et dés
libertés dé la charte.

Puisque divers groupes ont déjà proposé une meilleure solu-
tion, le Comité n’a donc préparé aucun amendement particu-
lier dans ce cas.

4.2 Liberté de circulation et d’établissement:

L’article 6 modifié stipule:
6. (l) Tout citoyen canadien a le droit de demeurer au
Canada, d’y entrer ou d’en sortir.
(2) Tout citoyen canadien et toute personne ayant le
statut de résident permanent au Canada ont le droit:

a) de se déplacer dans tout le pays et d’établir leur

résidence dans toute province;

b) de gagner leur vie dans toute province.

(3) Les droits mentionnés au paragraphe (2) sont
subordonnés:

a) aux lois et usages d‘application générale en vigueur

dans une province donnée, s’ils n’établissent entre les

personnes aucune distinction fondée principalement sur

la province de résidence antérieure ou actuelle;

b) aux lois prévoyant de justes conditions de résidence
en vue de Pobtemion des services sociaux publics; et

c) aux lois ou pratiques qui peuvent raisonnablement se
justifier pour atténuer les répercussions environnementa-
les et sociales qui pourraient mise à la collectivité, à la
culture, à l’économie ou à la société des aborigènes du
Canada.

L’inclusion des droits dé circulation et d‘établissemént dans
la charte vise en premier lieu à encourager la création d’une
union économique réelle au Canada. Le Comité Inuit sur les
questions nationales appuie cé concept qui cherche à renforcer
Péconomie dans toutes les régions du Canada. Toutefois, pour
des motifs culturels, économiques, sociaux et écologiques, une
restriction supplémentaire doit être ajoutée à Particle 6(3).

Les collectivités lnuit aussi bien que Penvironnement du
Nord peuvent subir les répercussions considérables de tout
projet de développement d‘énvergure. Les lois et usages d‘ap-
plication générale, prévus â l’article 6(3)(a), peuvent fort bien
ne pas suffire à satisfaire aux besoins spéciaux du Nord
canadien et à protéger la culture lnuit.

Il n’en est de mémé pour notre économie. L’arrivée massive
d’uné main-d’oeuvre temporaire venant du sud du Canada
lorsque des projets sont lancés dans le Nord peut avoir des
conséquences très graves si elle n’est pas limitée. Dans de telles
circonstances, nous ne pourrions lui faire concurrence. Le taux
de chômage dans lé Nord ne pourrait être réduit. Par consé-
quent, il faut prévoir des protections spéciales afin de ne pas
nuire a Féconomie du Nord et â y créer une main-d’oeuvre.

Accorder la préférence aux résidents du Nord dans les
contrats et Pembauché semble aller à Pencontre des droits de
circulation de la charte. Par conséquent, il se peut que les Inuit
ne profitent jamais des avantages prévus dans l’accord de la

16:12

[Text]
realized. The loss of this beneiit, which prcsently has the force
of law, is unacceptable.

4.3 Equality Before the Law and Equal Protection of the Law

Section l5, as amended, provides:

(l) Everyone has the right to equality before the law
and t0 the equal protection of the law without discrimina-
tion because of race, national or ethnie origin, colour,
religion, age or sex.

(2) This section does not preclude any law, programme
or activity that has as its object the amélioration of
conditions of disadvantagcd persons or groups, or the
recognition of the aboriginal and treaty rights ot » the
aboriginal peoples of Canada.

Although the proposed amendment is a rclatively minor one,
it has important implications for the aboriginal peoples of
Canada. Aboriginal rights are additional rights vested in
aboriginal peoples and are unique to us. lt is our view that the
constitution, while establishing the general principle of equal—
ity before the law, must ensure that our aboriginal rights are
not seen as discriminatory. While what we are requesting here
may scem to be self-évident to some citizens of Canada, a
large number are not familiar with the history oi‘ aboriginal
peoples in Canada. our special status, or with the fact that we
possess and enjoy rights by virtue of our being this country’s
original inhabitants. The Canadian constitution, thereiore,
must make it clear that the right to equal protection under
section l5 cannot be invoked to challenge legally our unique
status and rights.

4.4 Aboriginal Rights and Freedoms

Section 23A provides:

(l) For the purposes of this act, the aboriginal peoples
of Canada means the lndian, lnuit and Métis people ot‘
Canada.

(2) Within the Canadian federation, the aboriginal
peoples of Canada shall have the right to their self-deter-
mination, and in this regard the Parliament and the
provincial législatures, together with the government of
Canada and the provincial governments, to the extent ot‘
their respective jurisdictions, are committed to negotiate
with the aboriginal peoples of Canada mutually satisfac-
tory rights and protections in the following areas, inter
alia:

(l) aboriginal rights;

(b) treaty rights;

(c) rights and protections pertaining to the aboriginal
peoples of Canada in relation to Section 9l(24) and
Section 109 of the constitution act, I867;

(d) rights pertaining to the aboriginal peoples of
Canada in relation to the Manitoba Act, 1870 and the
BNA Act, i871;

(e) rights or benefits provided in present and future
settlements of aboriginal claims; rights of self-government
ot » the aboriginal peoples of Canada;

Constitution oi Canada

l»l2—l980

[Translation]
baie James et du nord du Québec. La perte de ces avantages.
qui sont prévus dans la loi, est inacceptable,

4.3 Égalité devant la loi et protection égale de la loi.

L’article I5, amendé, stipule:

(l) Tous sont égaux devant la loi et ont droit à la même
protection de la loi, indépendamment de toute distinction
fondée sur la race, l’origine nationale ou ethnique, la
couleur, la religion, Page ou le sexe.

(2) Le présent article n’a pas pour effet d’interdire les
lois, programmes ou activités destinés à améliorer la
situation des personnes et des groupes défavorisés, ou â
reconnaître les droits des peuples aborigènes du Canada et
les droits prévus dans les traités.

Bien que l‘amendement que nous proposons soit relative-
ment mineur, il a des répercussions considérables pour les
peuples aborigènes du Canada. Les droits aborigènes sont des
droits supplémentaires octroyés aux peuples aborigènes et sont
uniques en leur genre. Nous estimons que la constitution, tout
en établissant le principe général de l’égalité devant la loi, doit
assurer que nos droits propres ne seront jamais considérés
comme discriminatoires. Bien que nos revendications puissent
tomber sous le sens pour certains citoyens du Canada, un
grand nombre d’entre eux ne connaissent pas l’histoire des
aborigènes du Canada, notamment notre statut spécial, ou
ignorent que nous détenons ces droits à titre d‘indigènes du
pays. Par conséquent, la constitution canadienne doit préciser
que le droit à la protection égale ne peut être invoquer devant
les tribunaux pour nier nos droits et statuts particuliers.

4.4. Droits et libertés aborigènes.

L’article 23A stipule:

(a) Aux fins de la présent loi, les peuples aborigènes du
Canada signifient les peuples indiens, lnuit et métis du
Canada.

(2) Aux fins de la Fédération canadienne, les peuples
aborigènes du Canada détiennent le droit à l’autodétermi-
nation et, à cet égard, le Parlement et les assemblées
législatives provinciales, ainsi que le gouvernement du
Canada et les gouvernements provinciaux, selon leur juri-
diction respective, s’engagent à négocier avec les peuples
aborigènes du Canada des droits et protection qui satisfas-
sent toutes les parties dans les domaines suivants:

a) droits aborigènes;

b) droits prévus dans les traités;

c) droits et protection des peuples aborigènes du
Canada prévus à l’article 9l(24) et à l’article 109 de
l’Acte de l‘Amérique du Nord britannique (1867);

d) droits des peuples aborigènes du Canada prévus dans
l’Acte du Manitoba (i870) et l’Acte de YAmériqUe du
Nord britannique (l87l);

e) droits et avantages prévus dans les règlements
actuels et futurs des revendications des aborigènes; droits
des peuples aborigènes du Canada à se gouverner
eux-mêmes;

l-l2-l980

[Texte]
(g) représentation of the aboriginal peoples of Canada
in Parliament and, where applicable, of services in regard
to the aboriginal peoples of Canada;

(i) economie development and the réduction of regional
disparities;

so as to ensure the distinct cultural, economie and linguistic
identities of the aboriginal peoples of Canada, generally, our
section 23A provides some fundamental principles from which
future constitutional protections may evolve. This section,
therefore, serves as a cornerstone or at least a beginning to an
aboriginal bill of rights.

Subsection (l) of section 23A merely provides for the
obvious, namely, that the aboriginal peoples of Canada include
Canada’s three groups of indigenous peoples. Presently, there
exist other artificial distinctions under Canadian law which
have posed considérable problems for a great number of
aboriginal people in Canada and for which we must seek
alternative solutions.

subsection (2) unequivocally provides that the right of
aboriginal peoples to self-détermination is solely within the
Canadian fédération. The intention here is to recognize the

‘ rights of aboriginal peoples to achieve greater control over

matters affecting our lives while reaffirming our desire to
contribute to a united Canada. It is important to note that the

y right of self-determination, as stated in this subsection, is not

an absolute right but is merely a principle to be applied in
future negotiations to establish mutually satisfactory constitu-
tional rights and protections in favour of aboriginal peoples.
Moreover, the recognition of the principle of self-determina-
tion at this time adheres to Canada’s commitment to the
international community. The right of all peoples to self-deter-

« mination is a fundamental principle in international law. This

right is proclaimed in the United Nations Charter as well as
the International Covenant on Economic, Social and Cultural

 » Rights and the International Covenant on Civil and Political

Rights. Canada has ratified all of these conventions.

The commitment to negotiate mutually satisfactory rights
and projections with the aboriginal peoples of Canada in
regard to specified subject matters, among others, is meant to
create a political rather than a legal obligation. We consider a
formalized political commitment essential since it provides
some recognition of the fundamental principle of mutual con-
sent presently witnessed in the Royal Proclamation. Further-
more, it increases the possibility that aboriginal peoples will
have a just and reasonable opportunity to negotiate constitu-
tional protections with federal and provincial governments in
areas of vital concern.

The items specified under subsection (2) have been included
for several reasons. First, these items enjoy high priority
among all aboriginal peoples. Second, the items directly affect
the rights and interests of aboriginal peoples and often com-
prise of matters of sole application to them. Third, the items in
subsections (a), (b), (f), (g) and (h) have been specifically
mentioned by Prime Minister Trudeau in a major policy

Constitution du Canada

16:13

[Traduction]
g) représentation des peuples aborigènes du Canada au
Parlement et, s’il y a lieu. services relatifs au peuple
aborigène du Canada;

i) développement économique et réduction des inégali-
tés régionales;

afîn d’assurer Pidentité culturelle, économique et linguistique
distincte des peuples aborigènes du Canada. En substance,
notre article 23a) énonce certains des principes fondamentaux
sur lesquels pourraient se fonder les futures protections consti-
tutionnelles. Par conséquent, cet article constitue la pierre
angulaire ou du moins le début d’une déclaration des droits
aborigènes.

Le paragraphe (l) de l’article 23(a) ne fait qu’énoncer
Pévidence, soit que les peuples aborigènes du Canada com-
prennent les trois groupes indigènes du Canada. A l’heure
actuelle, il existe d’autres distinctions artificielles en vertu des
lois canadiennes qui ont posé de graves problèmes â bien des
aborigènes du Canada et auxquels il faut trouver des solutions.

Le paragraphe (2) stipule sans équivoque que le droit des
peuples aborigènes à Pautodétermination ne peut s’exercer
qu’au sein de la Fédération canadienne. Notre intention ici est
de reconnaître que les peuples aborigènes ont le droit d’exercer
un plus grand contrôle sur les questions les touchant tout en
affirmant à nouveau notre ‘souhait de demeurer dans un
Canada uni. 1l importe de noter que le droit â l’autodétermina-
tion, tel qu‘i1 est énoncé dans ce paragraphe, n’est pas un droit
absolu, mais simplement un principe devant s’appliquer à toute
négociation future en vue d’établir des droits et protections
constitutionnels mutuellement satisfaisants à Fégard des peu-
ples aborigènes. De plus, la reconnaissance du principe de
Fautodétermination est conforme à Pengagement du Canada
envers la communauté internationale. En effet, le droit de tous
les peuples à Pautodétermination est un principe fondamental
du droit international. Ce droit est proclamé dans la Charte
des Nations Unies ainsi que dans le Pacte international relatif
aux droits économiques, sociaux et culturels et le Pacte inter-
national relatif aux droits civils et politiques. Le Canada a
ratifié toutes ces conventions.

Uengagement ä négocier des droits et protections mutuelle-
ment satisfaisants avec les peuples aborigènes du Canada à
Pégard de sujets précis, entre autres, vise à créer une obliga-
tion politique plutôt que juridique. Nous estimons essentiel que
le gouvernement prenne officiellement cet engagement sur le
plan politique étant donné qu‘i1 reconnaîtrait ainsi le principe
fondamental du consentement mutuel contenu dans la procla-
mation royale. De plus, cela accroît les possibilités des peuples
aborigènes de négocier des protections constitutionnelles avec
les gouvernements fédéral et provinciaux dans les domaines
d’intérêt vital.

Les questions précisées au paragraphe (2) ont été incluses
pour plusieurs raisons. Tout d’abord, ces questions sont extrê-
mement importantes pour tous les peuples aborigènes. Deuxiè-
mement, elles touchent directement les droits et intérêts des
peuples aborigènes et comportent souvent des aspects qui
s’appliquent uniquement à eux. Troisièmement, les questions
énoncées aux paragraphes (a), (b), (t), (g) et (h) ont été

16:14

[Text] ,

speech at the National Conférence of lndian Chiefs and Elders
held in Ottawa on April 29, i980. Therefore, all that is being
provided for here is a formal affirmation of the commitment to

‘ negotiate subject matters of constitutional concern to aborigi-

nal peoples, as previously stated on different occasions by the
Government of Canada.

The reference to distinct cultural, economie and linguistic
identities at the end of subsection (2) reflects, in general
terms, the essential attributes that aboriginal peoples associate
with their concept of domestic nations within Canada. Fur-
thermore, these attributes are guaranteed to aboriginal peoples
under international law. In particular, Article 27 of the above-
mentioned International Covenant of Civil and Political Rights
identifies specific minority rights in this regard.

ln respect to subsection (3) of section 23A, it has often been
stated by aboriginal peoples that their aboriginal rights are
inséparable from their identity, both individually and collec-
tively and must not be subject to extinguishment. For Cana-
da’s constitution to permit the continued extinguishment et‘
such unique cultural rights would be both to acknowledge and
sanction the ongoing assimilation of aboriginal peoples. As
evident in the case of the James Bay and Northern Québec
agreement, government do in fact exert considerable pressure
on aboriginal peoples in order to convince them of the necessi-
ty for extinguishment. For example, in the case of lnuit of
Northern Québec, the government of Quebec made extinguish-
ment of aboriginal rights in and to land in the province of
Quebec and essential prerequisite to the settlement of aborigi-
nal claims.

Subsection (4) of section 23A enshrines the right to the use
and enjoyment of property presently found in the Canadian
Bill of Rights and is similar to the property rights provision in
the United States Constitution. The collective nature of such
rights is of vital importance to aboriginal peoples since their
property rights are generally held in such manner.

Although the Prime Minister did not choose to include this
property right as part of the Charter in the proposed resolu-
tion, earlier drafts of the federal position on the Charter of
Rights and Freedoms indicate the governmenfis intention to
provide for both individual and collective property rights. The
special relationship which Inuit have with the land and the
constant threats and pressures of erosion of our land base
necessitate the inclusion of some protection of our property
prior to patriation. Limitations on the right of aboriginal
peoples to the use and enjoyment of property have been
narrowly stated in our proposed amendment due to the tre-
mendous cultural significance of land to our people.

4.5 Undeclared Rights and Freedoms

Section 24, as amended, provides:

The guarantee in this Charter of certain rights and freedoms
shall not be construed so as to abrogate, abridge or derogate
from any undeclared rights of freedoms that exist in Canada,
including the aboriginal rights and freedoms that pertain to
the aboriginal peoples of Canada and those rights acquired by

Constitution of Canada

1-l2-I980

[Translation]

mentionnées expressément par le premier ministre Trudeau
dans un discours qu’il a prononcé à la Conférence nationale
des chefs et des anciens tenue à Ottawa le 29 avril 1980. Par
conséquent, cet article ne fait qwaftirmer officiellement l’en-
gagement qu’a pris à plusieurs reprises le gouvernement du
Canada de négocier les questions constitutionnelles ayant trait
aux peuples aborigènes.

La mention de l’identité culturelle, économique et linguisti-
que distincte à la fin du paragraphe (2) reflète les attributs
essentiels que les peuples aborigènes associent au concept de
nations autochtones du Canada. De plus, ces attributs sont
garantis aux peuples aborigènes en vertu du droit internatio-
nal. En particulier, l’article 27 du Pacte international relatif
aux droits civils et politiques susmentionné énonce les droits
des minorités à cet égard.

Pour ce qui est du paragraphe (3) de l’article 23A, les
peuples aborigènes ont souvent déclaré que leurs droits abori-
gènes ne peuvent être dissociés de leur identité, que ce soit
individuellement ou collectivement, et qu’ils ne peuvent faire
l’objet d’une extinction. Admettre que la constitution cana-
dienne permette l’extinction de tels droits culturels uniques
serait reconnaître et sanctionner l’assimilation actuelle des
peuples aborigènes. Comme le prouve l’accord de la baie
lames et du nord du Québec. le gouvernement exerce des
pressions considérables sur les peuples aborigènes pour les
convaincre de la nécessité de cette extinction. Par exemple,
dans le cas des lnuit du nord du Québec, le gouvernement du
Québec a fait de Pextinction des droits aborigènes sur tout
territoire de la province du Québec une condition préalable
essentielle aux règlements des revendications territoriales.

Le paragraphe (4) de l’article 23A enchâssc le droit à
l’usage et à la jouissance de la propriété, qui se trouve actuelle-
ment dans la Déclaration canadienne des droits et qui ressem-
ble aux dispositions équivalentes de la constitution américaine.
La nature collective de tels droits est d’une importance vitale
pour les peuples aborigènes étant donné qu’ils détiennent
généralement leurs droits fonciers sous cette forme. ‘

Bien que le premier ministre n’ait pas choisi d’inclure ce
droit dans la charte du projet de résolution, des versions
précédentes de la position du gouvernement fédéral sur la
Charte des droits et libertés indiquaient l’intention de ce
dernier de prévoir des droits individuels et collectifs à la
propriété. Le lien spécial existant entre les lnuit et la terre et
les menaces et pressions constantes que subit notre territoire
exigent que notre propriété soit protégée avant le rapatrie-
ment. Les limites imposées aux populations aborigènes à
Pusage et à la jouissance de ces propriétés ont été strictement
énoncées dans l’amendement que nous proposons étant donné
Pênorme importance culturelle du territoire pour notre peuple.

4.5 Droits et libertés non expressément visés.

L’article 24, amendé, stipule:

La présente charte n‘abroge, ne limite ou n’enfreint pas les
droits et les libertés qu’elle ne garantit pas expressément,
notamment les droits et libertés des peuples aborigènes du
Canada et les droits acquis par les peuples aborigènes du

l-l2-l980

[Texte]
or confirmed in favour of the aboriginal peoples of Canada
under the Royal Proclamation cf October 7, I763.

In discussing Section 24 of the Proposed resolution we find
it particularly useful to compare this section with the equiva-
lent provision found in the federal government’s constitutional
amendment Bill C-60, tabled in Parliament by the Prime
Minister in i978.

It should be observed that the present wording in Section 24:

not . . . denying the existence of

dilutes the protection originally provided in the equivalent
‘section under Bill O60. In this regard, it is arguable that,
while the Charter may not in the future deny the existence of
certain aboriginal rights and freedoms, it could abridge or
otherwise modify their meaning or import. Secondly, the rights
of aboriginal peoples under the Royal Proclamation was
specifically referred to under Bill C-60 but significantly has
been omitted from section 24 of the proposed resolution. In
both these instances, the federal governments intention to
dilute our protections as evidenced in Section 24 is clearly
unwarranted. Our proposed amendment, therefore, purports to
correct these weaknesses.

A further element which we have added to Section 24 is a
specific reference to the fact that the rights and freedoms ol‘
aboriginal peoples referred to in Section 24 are aboriginal in
nature. If Canada is truly committed to negotiate constitution-
al protections for aboriginal rights, then the resolution should
at least refer specifically to aboriginal rights if not define
them. It has been suggested by certain government officials
that one does not put a term in the constitution if the meaning
has not been marie perfectly clear. We cannot accept this
rationale. The terms generally found throughout Canada’s
constitution are characteristically broad and general in nature
and subject to considérable interprétation both judicially and
politically.

Due to the lack of time to negotiate constitutional protec-
tions and to clarify the exact nature and scope of aboriginal
rights, it is our position that the amendments in the prepatria-
tion stage should at least make reference to this most crucial
element of our position as original inhabitants. T0 deny us a
specific reference to our aboriginal rights in Canada’s constitu-
tion indicates to us that political commitments by governments
to negotiate such rights in the postpatriation stage are of little
conséquence.

4.6 Participation of Aboriginal Peoples at Constitutional
Conférences

Section 32, as amended, provides:

(l) Until Part V comes into force, a constitutional confer-
ence composed of the Prime Minister of Canada and the first
ministers of the provinces shall be convened by the Prime
Minister of Canada at least once in every year unless, in any
year, a majority of these composing the conference decide that
it shall not be held.

(2) Such constitutional conférences shall include the direct
participation of one représentative of each of the lndian, lnuit

Constitution du Canada

16:15

[Traduction]
Canada, ou confirmés en leur faveur, dans la Proclamation
royale du 7 octobre 1763.

Nous jugeons particulièrement utile de comparer l’article 24
du projet de résolution â la disposition équivalent se trouvant
dans le Bill C-60 du gouvernement fédéral déposé au Parle-
ment parle premier ministre en 1978.

Il faut remarquer que le libellé actuel de l’article 24

ne nie pas l’existence . . .

atténue la protection prévue au départ â l’article équivalent du
Bill C-60. Bien que la Charte ne nie pas à l’avenir l’existence
de certains droits et libertés aborigènes, elle pourrait quand
même limiter ou autrement modifier leur signification ou leur
teneur. Deuxièmement, il importe peu de noter que l’article 24
du projet de résolution omet les droits des peuples aborigènes
prévus dans la Proclamation royale, alors que le Bill C-60 en
faisait précisément mention. Dans ces deux cas, l’intention du
gouvernement fédéral d’atténuer nos protections, comme en
témoigne l’article 24, est nettement injustifiée. Par conséquent,
l’amendement que nous proposons vise à combler ces lacunes.

De plus, nous énonçons d’une façon précise â l’article 24 que
les droits et libertés des peuples aborigènes sont de nature
aborigène. Si le Canada s’engage vraiment à négocier la
protection des droits aborigènes dans la constitution, la résolu-
tion devrait au moins les mentionner d’une façon précise si ce
n’est les définir. Certains représentants gouvernementaux ont
déclaré qu’on ne peut inclure un terme dans la constitution si
sa signification n’est pas parfaitement claire. Nous ne pouvons
accepter cette raison. Les termes de la constitution du Canada
sont typiquement de nature vague et générale et permettent
toutes sortes d’interprétations par les tribunaux et par les
hommes politiques.

Vu que le temps ne nous permet pas de négocier des
protections constitutionnelles et d’identifier la nature et la
portée exacte des droits aborigènes, nous sommes d’avis que les
amendements rédigés à l’étape du rapatriement devraient au
moins faire mention de l’élément le plus crucial de notre
position en tant qu’indigènes. Vu que la constitution du
Canada ne mentionne pas nos droits aborigènes, nous pouvons
croire que les engagements politiques pris par les gouverne-
ments en vue de la négociation de tels droits après le rapatrie-
ment sont de peu de valeur.

4.6 Participation des peuples aborigènes aux conférences
constitutionnelles:

L’article 32, amendé, stipule:

(l) Avant l’entrée en vigueur de la partie V, le premier
ministre du Canada convoque, au moins une fois par an, une
conférence constitutionnelle, réunissant les premiers ministres
provinciaux et lui-même, sauf si la majorité d’entre eux décide
de ne pas la tenir une année donnée.

(2) Une telle conférence constitutionnelle ne peut être tenue
sans la participation directe d’un représentant des peuples

16:16

[Text] r
and Métis peoples of Canada for matter on the agenda which
affect them, in accordance with rules to be established in this
regard by an appropriatc person or body duly authorized for
such purposes by the Governor-in-Council.

lt has been repeatedly stated by the Prime Minister and his
officials that the Government of Canada is committed to
providing for the direct participation of the aboriginal peoples
of Canada in constitutional conférences for matters which
affect them. ln order to formalize this commitment, subsection
(2) has been added to section 32. Just as the first paragraph in
section 32 has been provided in order to formalize the federal
governments commitment to the provinces, so should a similar
commitment be included in regard to aboriginal peoples. This
is of particular importance due to the previously described
difficulties that await aboriginal peoples in the postpatriation
amending process.

4.7 Amendments to Constitutional Provisions Referring to
Aboriginal Peoples ‘

Section 51A provides:

(1) Nothing in Parts 1V and V shall be construed as
permitting any amendment to any constitutional provision that
makes references to any of the aboriginal peoples of Canada
without the consent of each of the aboriginal peoples of
Canada so affected in accordance with rules to be established
by an appropriate person or body duly authorized for such
purposes by the Governor-in-Council.

The effect of this amendment is to require the consent of
each of the aboriginal peoples before amending any constitu-
tional provision that makes specific reference to them.

lt was discussed earlier that the special status of aboriginal
peoples has been continually eroded or otherwise altered by the
unilatéral actions of governments in Canada. In order to
prevent such further altérations of our constitutional position,
the principle of mutual consent, embodied in the Royal Procla-
mation, must be enshrined in Canada’s constitution prior to
patriation.

lt is important to note, however, that section 51A does not
in any way prevent Parliament and the provincial législatures
from dealing with other matters affecting all citizens in
Canada. Section 51A is meant to provide minimal protections
for the rights and status of aboriginal peoples while, at the
same time, fully respecting the doctrine of Parliamentary
supremacy.

4.8 Relevant Omissions in Schedule 1
Schedule 1

1A The Royal Proclamation of October 7, I763

3A Order of Her Majesty in Council admitting Rupert’s
Land and the NorthvWestern Territory into the Union, dated
June 23, 1870.

The critical importance of the Royal Proclamation to
aboriginal peoples of Canada has already been emphasized in
this brief. The Order—in-Council respecting Rupert’s Land is
also of fundamental importance to aboriginal peoples. ln sec-

Constitution of Canada

142-1980

[Translation]

indiens, lnuit et métis du Canada, quant aux questions à
l‘ordre du jour qui les touchent, conformément aux règles
établies à cet égard, par une personne ou organisme dûment
autorisé par le gouverneur en conseil.

Le premier ministre et ses collaborateurs se sont engagés à
plusieurs reprises, au nom du gouvernement du Canada. à
assurer la participation directe des peuples aborigènes du
Canada aux conférences constitutionnelles pour ce qui est des
questions qui les touchent. Afin de rendre cet engagement
officiel, nous avons ajouté le paragraphe (2) à l’article 32. Vu
que le premier paragraphe de l‘article 32 vise à rendre officiel
Pengagement du gouvernement fédéral envers les provinces, il
faudrait agir de même envers les peuples aborigènes. Ceci cst
tout particulièrement important compte tenu des difficultés
précédemment décrites que rencontreront les peuples aborigè-
nes lorsqu’il s’agira d’amender la constitution après son
rapatriement.

4.7 Modifications aux dispositions de la constitution concer-
nant les peuples aborigènes:

L’article 51A stipule:

(1) Aucune des dispositions des parties 1V et V ne devrait
être interprétée comme permettant de modifier les dispositions
constitutionnelles touchant les peuples aborigènes du Canada
sans obtenir le consentement de chacun de ces derniers confor-
mément â des règles qui devront être établies par une personne
ou une instance dûment autorisée par le gouverneur en conseil.

Cet amendement a pour effet de requérir le consentement de
chacun des peuples aborigènes avant de modifier toute disposi-
tion constitutionnelle lcs touchant.

Nous avons déjà dit plus tôt que le statut spécial des peuples
aborigènes a été constamment érodé ou altéré par les actions
unilatérales du gouvernement du Canada. Afin de prévenir
toue altération supplémentaire de notre position constitution-
nelle, le principe du consentement mutuel, incorporé dans la
Proclamation royale, doit être consacré dans la constitution du
Canada avant son rapatriement.

ll est toutefois important de remarquer que l’article 51A
n‘entrave nullement le pouvoir du Parlement et des assemblées
provinciales relatif aux autres questions touchant les citoyens
canadiens. L’objet de l’article 51A est d’offrir une protection
minimale aux droits et au statut des peuples aborigènes tout en
respectant le principe fondamental de la suprématie parlemen-
taire.

4.8 Omissions importantes à l‘annexe 1

Annexe l

lAmProclamation royale du 7 octobre 1763.

3A——Arrété en conseil de Sa Majesté admettant la terre de
Rupert et les Territoires du Nord-Ouest dans l’Union en date
du 23 juin 1870.

Nous avons déjà insisté sur Pimportance cruciale de la
Proclamation royale pour les peuples aborigènes. L’Arrété en
conseil concernant la terre de Rupert revêt également une
importance fondamentale pour eux. L’article l4 de cet Arrêté

1-12-1980

[Texte]

tion l4 of the Order-in-Council, and in an identical section of
the attached Deed of Surrender, provision is made requiring
the Government of Canada to dispose of claims of Indians to
compensation for lands in communication with the Imperial
Government. In essence, there exists an obligation upon the
Canadian Government to settle all such claims.

Neither of these constitutional documents, although of par-
ticular relevance to aboriginal peoples, has been included in
Schedule 1 of the proposed resolution. Section 52 of the
proposed resolution delineates which documents shal comprise
Canada’s constitution after patriation. Since the wording of
section 52 could easily be interpreted as limitative, it may well
result in a situation where any documents not referred to in
section 52 and not included in the list of constitutional docu-
ments in Schedule 1 are deemed to be extraneous to the
constitution. In other words, documents which are presentely
considered to be part of Canada’s constitution could be
deprived of their constitutional status if not specifically
referred to in section 52 or in Schedule l.

Unlike the United States, Canada’s constitution is made up
of many différent documents. There does not appear to be one
clear and unequivocal définition cf which documents make up
what is known as the fundamental law in Canada’s constitu-
tion. At the same time, however, there appear to be some
criteria established under constitutional law which may assist
in determining the constitutional nature of an instrument. In
this regard, the legal and technical arguments have been
included in Appendix IV cf this brief.

In regard to the Royal Proclamation and the Order-in-
Council of 1870 respecting Rupert’s Land, it is our position
that both these documents are constitutional instruments
which should for greater certainty be included in Schedule 1 as
part of Canada’s constitution. In light of the particular rele-
vance of these documents to the body of aboriginal rights, and
to aboriginal peoples in general, it is critical that they be
cnshrined in our fundamental law.

Conclusions and Recommendations

1. Inuit have, and must continue to have, a homeland within
Canada. This is our birthright. It is also our right in law, as
rellected in the terms of the Royal Proclamation of 1763.

2. Our status as lnuit within Canada must not be altered
without our consent.

3. Aboriginal rights are an inseparable part of our indentity
as Inuit.

4. The right to our identity is enshrined in international law,
and this principle has been accepted by the Government of
Canada.

_ 5. There are constant pressures of assimilation in the exist-
ing political, legal and economie make-up of Canada which
seriously threaten to erode our identity.

6. The proposed resolution further compromises Inuit status
by refusing to recognize our status within Canada.

Constitution du Canada 16 : l7

[Traduction]

en conseil ainsi qu’un article analogue dans l‘Acte de cession,
requiert du gouvernement du Canada qu’il règle les demandes
d’indemnisation d’expropriation des Indiens de concert avec le
gouvernement impérial. Le gouvernement canadien a donc
contracté l’obligation de régler toutes ces revendications.

Aucun de ces documents constitutionnels, bien que d’impor-
tance particulière pour les peuples aborigènes n’a été inclu à
l’annexe 1 du projet de résolution. L’article 52 du projet de
résolution cite les documents que comprendra la constitution
du Canada après son rapatriement. L’interprétation de l’article
52 pouvant facilement le limiter à ce qu’il contient, il est fort
possible que des documents non cités à l’article 52 et non
compris dans la liste des documents constitutionnels de l’an-
nexe l soient jugés étrangers à la constitution. En d’autres
termes, les documents qui sont actuellement considérés comme
faisant partie de la constitution du Canada pourraient perdre
leur statut constitutionnel, n’étant pas spécifiquement cités à
l’article 52 ou dans l’annexe 1.

Contrairement à la constitution des États-Unis, celle du
Canada est composée de plusieurs documents différents. Il ne
semble pas qu’il existe une définition claire et catégorique des
documents constituant ce qu’on appelle la loi fondamentale de
la constitution du Canada. Par contre, il semble qu’il existe des
critères établis en vertu de la Loi constitutionnelle permettant
de déterminer la nature constitutionnelle d’un texte. Les argu-
ments juridiques et techniques à cet égard ont été inclus à
l’annexe 4 de ce mémoire.

Pour ce qui est de la Proclamation royale et de I’Arrêté en
conseil de 1870 concernant la terre de Rupert, nous estimons
que ces deux documents sont des textes constitutionnels qui,
pour plus de sécurité, devraient être inclus à l’annexe 1 de la
constitution du Canada. Compte tenu de l’importance particu-
lière de ces documents pour l’ensemble des droits aborigènes,
et pour les peupls aborigènes en général, il est crucial qu’ils
soient consacrés dans notre loi fondamentale.

Conclusions et recommandations.

1. Les Inuit ont, et doivent continuer à avoir, une patrie au
sein du Canada. C’est notre droit de par notre naissance et
également de par la loi découlant des termes de la Proclama-
tion royale de 1763.

2. Notre statut d’lnuit au Canada ne doit être modifié sans
notre consentement.

3. Nos droits aborigènes sont indissociables de notre identité
d’Inuit.

4. Notre droit à notre identité est consacré par les lois
internationales et ce principe a été accepté par le gouverne-
ment du Canada.

5. L’assimilation, étant une constante de l’organisation poli-
tique, juridique et économique du Canada, menace gravement
notre identité.

6. Le projet de résolution compromet encore plus notre
statut d’lnuit en refusant de le reconnaître au sein du Canada.

16:18

[Texr]

7. The proposed resolution compromises Inuit status by
ignoring the neccssity of obtaining our consent in relation to
further changes in our status.

8. The proposed resolution leaves little real opportunity for
obtaining constitutional amendments in our favour in the
postpatriation period.

9. It is therefore critical that prepatriation amendments in
favour of aboriginal peoples be obtained which give some
indication of our relationship with governments in Canada.

In this regard we therefore propose:

l0. That our right to Inuit identity be enshrined as a
principle in the proposed resolution.

ll. That, in accordance with this principle, the future of
Inuit in Canada be premised upon the principle of self-deter-
mination within the Canadian federation.

4 I2. That within this context, the Government of Canada
commit itself to negotiate a framework cf constitutional rights
and protections for aboriginal peoples. .

13. That our aboriginal rights, as an inseparable part of our
individuel and collective identities, must not be subject to
extinguishment by Parliament.

l4. That the participation of the aboriginal peoples of
Canada in future constitutional conférences as premised by the
Government of Canada be formalized in the proposed resolu-
tion in a manner similar to the commitment made to the
provinces.

15. That any further amendments to the constitution that
make spécifie reference to the aboriginal peoples et‘ Canada

should not be permitted without the consent of those aborigi-
nal peoples so affected.

16. That the Royal Proclamation of 1763 and the Order-in-
Council respecting Rupcrt’s Land be included in Schedule 1 of
the proposed resolution so as to be clearly recognized as part of
the constitution of Canada.

17. That mobility rights in the Charter be further limited so
as to protect the cultural, economie, social and environmental
interests of the aboriginal peoples, particularly in light of
special needs and conditions in the northern regions of
Canada.

The Joint Chulrman (Senator Hays): Thank you very much,
Mr. Watt and Ms. Simon. I shall now call upon the honour-
able Mr. Epp, who will direct questions to you tîrst.

Mr. Epp.

Mr. Epp: Thank you, Mr. Chairman.

I would like to express my thanks to the Inuit Tapirisat of
Canada and their représentatives here this evening for their
balanced brief, for their view of the area where they have lived
for thousands of years, and also the excitement they have and
that they have brought here to share with us as they see the
development of that area of Canada t0 the larger Canadian
Confédération.

l would like to start my questioning, Mr. Tagoona, with
specifically two sections. One, Section 24, and number two, l

Constitution of Canada

142-1980

[Translation]

7. Le projet de résolution compromet le statut des Inuit en
ignorant la nécessité d’obtenir leur consentement concernant la
modification de ce dernier.

8. Le projet de résolution ne nous laisse pas vraiment la
possibilité d’obtenir certains amendements constitutionnels en
notre faveur après le rapatriement.

9. Il est donc primordial que des amendements en faveur des
peuples aborigènes définissant nos rapports avec les gouverne-
ments du Canada soient accordés avant le rapatriement.

Nous proposons en conséquence:

l0. Que notre droit à notre identité Inuit soit consacré
comme un principe dans le projet de résolution.

ll. Que, conformément à ce principe, l’avenir des Inuit au
Canada soit fondé sur le principe de l’autodétermination au
sein de la Fédération canadienne.

12. Que, dans ce contexte, le gouvernement du Canada
s’engage à négocier un cadre de droits et de protections
constitutionnels pour les peuples aborigènes.

13. Que nos droits aborigènes, indissociables de notre iden-
tité particulière et collective, ne puissent être supprimés par le
Parlement.

14. Que la participation des peuples aborigènes du Canada
aux conférences constitutionnelles futures, comme l’avait
promis le gouvernement du Canada, soit officialisée dans le
projet de résolution d’une manière analogue à l’engagement
pris envers les provinces.

15. Que toute modification supplémentaire à la constitution
concernant les peuples aborigènes du Canada ne soit autorisée
sans le consentement des peuples concernés.

16. Que la Proclamation royale de 1763 et I’Arrêté en
conseil concernant la terre de Rupert soit inclus à l’annexe 1
du projet de résolution afin de lever tout doute constitutionnel.

17. Qu’une restriction supplémentaire soit ajoutée à la
liberté de circulation et d’établissement pour protéger les
intérêts culturels, économiques, sociaux et écologiques des
peuples aborigènes, compte tenu tout particulièrement des
besoins spéciaux et des conditions spéciales dans les régions
nordiques du Canada.

Le coprésident (le sénateur Hays): Merci beaucoup, mon-
sieur Watt et mademoiselle Simon. Je donne maintenant la
parole à l’honorable Monsieur Epp qui sera le premier â vous
poser des questions.

Monsieur Epp.

M. Epp: Merci, monsieur le président.

Je veux remercier l’Inuit Tapirisat of Canada et ses repré-
sentants de nous avoir fait un exposé équilibré sur la région où
ils vivent depuis des milliers d’années et les remercier égale-
ment d’étre venus nous faire partager leur vision passionnée de
l’évolution de cette partie de la Confédération canadienne.

Monsieur Tagoona, j’aimerais tout d’abord faire porter mes
questions sur deux points particuliers. Premièrement, sur l’ar-

1-12-1980

[Texte]

would like to get into the self-determination question. Section
24, as you are aware, does attempt to, in rather loose language,
and those are my words, in rather loose language define it as
including any rights or freedoms that pertain to the native
peoples o!‘ Canada.

1 would like your view whether, first of all, you feel that
Section 24, apart from the additional sections that you want to
include, for example the Royal Proclamation of i763, just to
name one, whether Section 24 in fact does guarantee the
present status quo?

Mr. Watt: Mr. former Minister cf lndian Affairs, in regards
t0 your question concerning Section 24, whether the provision
that has been outlined in the resolution would adequately,
given the provisions for the native peoples, be considered as a
part of the resolution, Mr, EPP, no, it does not give us
adequate provision in order for the native peoples to feel that
they are adequately included in the resolution because the
aboriginal rights are not mentioned in the resolution itself,
neither the real proclamation of October 7, 1763 is included,
which again we stated in our brief that in Bill C-60 was
included. We are wondering why it was excluded this time
around when it was taken into considération when Bill Cv60
was drafted.

Mr. Epp: Do you feel that Section 24, Mr. Watt, by
interpretation of the courts, because that section would bc
open to the interprétation of the courts in the future, whether
in fact the courts through interpretation could in fact reduce
the status quo, by that l mean reduce rights that you now
enjoy‘!

Mr. Watt: Yes, it would reduce the—right now, at tliis point
in time, it is very, very difficult for the native people to feel
that they have adéquate protection, at this point in time, under
the status quo, because whenever the aboriginal rights concept
is brought up, whether it is in the courts or in negotiations,
government or the developers are always arguing that the
aboriginal rights have to bc defined.

Mr. Epp: Do you feel. Mr. Watt, from your experience, and
of course we can only go on past expérience, that in the courts
the aboriginal rights have generally been interpreted and
protected in favour of the aboriginal people?

Mr. Watt: Could you repcat your question?

Mr. Epp: Yes, You have had cases before the courts,
example the Baker Lake incident. Do you feel that the courts
to date, while there is not a constitutional guarantee, that the
courts to date have been sympathetic to the protection of
aboriginal rights?

Mr. Watt: ln order to just clarify my earlier statements, l
do not know whether this will answer your questions, even if it
is recognized as aboriginal rights in principle, within the
resolution, it does not mean the native people would have legal
grounds to takc action against the government in order to
enforce their aboriginal rights. That is something that has to
be worked out at a later date, after the patriation and taken
place, for the reason that aboriginal rights definition has to be
worked out.

Constitution du Canada

16:19

[Traduction]

ticle 24 et, deuxièmement, sur la question de l’autodétermina-
tion. L‘article 24, comme vous le savez, essaie en termes assez
vagues, c’est ainsi que je les qualifie, d’inclure notamment les
droits et libertés des peuples aborigènes du Canada.

Paimerais tout d’abord savoir si, selon vous, l’article 24 mis
à part ce que vous voulez y ajouter, la proclamation royale de
1763 pour ne citer qu’un exemple, garantit réellement le statu
quo actuel?

M. Watt: Monsieur l’ancien ministre des Affaires indiennes,
la réponse est non. L’article 24 n’est pas suffisant pour que les
peuples aborigènes se sentent inclus dans cette résolution, car
ni les droits aborigènes ni la proclamation du 7 octobre 1763
n’y sont mentionnés, alors que nous disons dans notre mémoire
que cette dernière était incluse dans le Bill G60, Nous nous
demandons pourquoi cett fois-ci, alors qu’elle l’était dans le
Bill C-60.

M. Epp: Monsieur Watt, pensez-vous que Vinterprétation de
l’article 24 par les tribunaux—cet article sera éventuellement
soumis à leur interprétation-risque de modifier le statu quo,
dest-à-dire de réduire vos droits actuels.

M. Watt: Oui, il y aurait ce risque. . . A l’heure actuelle, il
est extrêmement difficile aux peuples aborigènes de croire
qu’ils sont vraiment protégés par le statu quo, car chaque fois
que 1c concept de leurs droits est évoqué, devant les tribunaux
ou dans le cadre de négociations, le gouvernement ou les
promoteurs citent constamment le défaut de définition.

M. Epp: Monsieur Watt, selon votre expérience, et bien
entendu nous ne pouvons nous appuyer que sur le passé,
estimez-vous que devant le tribunaux les droits des aborigènes
ont généralement été protégés et interprétés en leur faveur?

M. Watt: Pourriez-vous répéter votre question?

M. Epp: Oui, vous avez déjà plaidé devant les tribunaux, par
exemple lors de l’incident de Baker Lake, Estimez-vous que les
tribunaux, jusqu’à présent, bien qu’il n’y ait pas de garanties
constitutionnelles, ont toujours cherché à protéger les droits
aborigènes?

M. Watt: Je ne sais si cela répondra à vos questions, mais
même si dans cette résolution le principe des droits aborigènes
est reconnu, cela ne signifie pas que les peuples aborigènes
aient des arguments juridiques â leur disposition obligeant le
gouvernement à respecter leurs droits. ll faudra y réfléchir
après le rapatriement, car il y a un défaut de définition de ces
droits.

16:20

[Texl]

lf we leave it up to the courts to decide, to work out the
définitions, l do not think it would be proper for the Govern-
ment of Canada or the native people, or the citizens of
Canada. tc favour leaving it up to a court to decide. l would
prefer to see it being handled by the native people and clected
représentatives of Canada.

Mr. Epp: 1 taire it, then, from your answer, while we do not
have an expérience relative to the courts deciding on constitu-
tional issues, that your experlence to date in protection cf
aboriginal rights over and against other countervailing claims
in the north, be they development or whatever, that in fact
your expérience with the courts has not been positive.

l would like to direct your attention, sir, to Section 24 and
Section 50 and specifically Section 50. As you know, Section
50, either under Section 4l which is the amending formula
which requires the regional majority, or Section 42 which
requires the referendum system, that in either one of those
procédures Section 24, though it is limited in its protection to
you at the present time, that it can remove any rights that are
guaranteed in Section 24.

Are you satisfîed that your rights, whatever they may be
and no matter how they might be enshrined, that they should
be subject to an amending formula, either under Section 4l or
Section 42?

Mr. Mark R. Gordon (Coordinator, Inuit Committee on
National Issues): Yes, this is our belief, that if the aboriginal
rights arc at the sole discretion of the federal and provincial
governments and législatures, it could be very conceivable that
for the development interests in our area, that we could be
legislated or our rights could be amended out of existence. We
feel that il‘ anybody is to deal with this specific area in the
constitution, that we should be the first people to deal with this
spécifie provision and we would be willing to discuss these
provisions with you.

Mr. Epp: 1 take it, then, that what you are looking for, even
though you did not address specifically Section 50, but
brought in an additional Section 51(a), if! recall, that Section
50 as it now stands would in fact not give you the protection
that you are seeking. in fact, what you are seeking is to taire it
out of arms length from either a referendum procédure or an
amending procédure, a procedure which you would not have a
great amount of say in simply because of numbers; is that
correct’?

Mr. Gordon: Yes, that is correct, and l believe that it would
detract from our very principle of sclf-determination and
would take that away from us.

Mr. Epp: You led me into the second part of my questioning
and that is the concept of self-détermination. I think for a lot
of us, in order to further our understanding of that term, there
has been a lot of not only questions but various views expressed
as to what is the exact meaning of self-détermination. Could
you, for the benefit of members of this Committee, give us
your définition?

Mr. Gordon: What we mean by selfidetermination we tried
to outiine in the brief in that this is self-determination within
the limits of the nation of Canada and not the self-détermina-

Constitution cf Canada___4

142-1980

[Translation]

Je pense qu’il serait incorrect que le gouvernement du
Canada, que les aborigènes ou que les citoyens du Canada en
laissent le soin aux tribunaux. Je préférerais que cela soit
confié aux autochtones et aux élus canadiens.

M. Epp: Je déduis donc de votre réponse, bien qu‘i1 n’existe
pas de précédent juridique en matière de questions constitu-
tionnelles, que jusqu’à présent les décisions des tribunaux en
matière de protection des droits aborigènes et en matière de
revendications dans le Nord, qu’il s’agisse de projets industriels
ou autres, n‘ont pas été positives.

faimerais attirer votre attention sur les articles 24 et 50,
surtout sur l’article 50. Comme vous le savez, selon la procé-
dure de modification par majorité régionale visées â l’article
4l ou selon la procédure par référendum visée à l’article 42,
l’article 50 peut supprimer tous les droits garantis, si tant est
qu’on puisse parler de garantie, à l’article 24.

Pensez-vous que vos droits, quels qu’ils soient et quelle que
soit la manière dont ils pourraient être consacrés, pourraient
être remis en question par le recours à l’article 41 ou à l’article
42?

M. Mark R. Gordon (coordonnateur, Comité lnuit sur les
questions nationales): Oui, c’est ce que nous croyons. Si les
droits aborigènes relèvent du seul pouvoir discrétionnaire des
gouvernements fédéral et provinciaux, il est tout à fait conce-
vable que pour servir l’intérêt de ceux qui veulent exploiter nos
régions, nos droits soient annulés par législation. Nous esti-
mons que si des dispositions constitutionnelles doivent être
prise dans ce domaine, nous devrions être les premiers à être
consultés et nous serions prêts â en discuter avec vous.

M. Epp: J’en conclus donc que selon vous, bien que vous
n’ayez pas évoqué directement l’article 50, mais que vous ayez
introduit un nouvel article 51(a) si je me souviens bien,
l’article 50 dans son libellé actuel ne vous garantit pas la
protection que vous recherchez. Vous voudriez que vos droits
ne soient pas rattachés â une procédure de référendum ou à
une procédure de modification, procédure qui ne vous favorise-
rait pas du tout du simple fait du nombre, n’est-ce pas’?

M. Gordon: C’est exact, et cela empêcherait tout recours
aux principes dautodétermination.

M. Epp: Je voulais justement vous parier de ce concept de
l’autodétermination. Non seulement de nombreuses questions
ont été posées mais également divers points de vue ont été
exprimés quant à la signification exacte de ce terme. Pourriez-
vous, afin que nous comprenions mieux, nous dire ce que vous
entendez par autodétermination?

M. Gordon: Par autodétermination, et nous avons essayé de
Pexpliquer dans notre mémoire, nous entendons autodétermi-
nation dans les limites de la nation canadienne et non pas une

142-1980

[Texte]

tion as has been expressed to be able to secede from Canada.
This is not our interest. We wish to remain within Canada but
we wish to be able to develop and foster and give more growth
to our own society within the Canadian Confederation.

Mr. Epp: I am trying to get a better picture of that. Are you
trying to promote or are you proposing a system, which you
call Nunavut, that you would have separate provincial status
or not receiving provincial status, that there would be an
intérim arrangement of the area whereby laws made in the
federal Parliament would be subject, firstly, to appoval from
your législature or from your législative body?

Mr. Tagoona: As you probably know, MLEpp, you probably
received our document on the Inuit proposal and the proposal
itself, as we have said, is very similar to the present territorial
government that is now in existence, with the same powers and
that, but there are a few amendments that we have corne up
with, a few more powers that we thought we could have in
areas that affect us more in the Eastern Arctic, so to us, in
terms of self-détermination, that would mean for us to have
the right to govern ourselves, but of course be subject to the
federal government here in Ottawa.

Mr. Epp: Thank you for that clarification. l take it, then,
what you mean is that should your proposal be accepted in a
form close to what you propose, the Nunavut proposal, in fact
the laws you would make would be in an order which is
determined today and given, let us say, to the provinces or
municipal governments as apart from the division of powers or
the order of governments that is given to the federal govern-
ment; is that correct‘?

Mr. Tugoona: Yes.

Mr. Epp: Having said that, Mr. Tagoona, could we get into
the question, then, of how do you détermine that laws that are
passed in the federal Parliament and that you might feel are
deterimental to your development and tc the development of
your people, would you have a procédure in place for review,
or would you feel that you would be adequately protected by
having a certain number of seats that have in the past been
determined as native seats, in the federal parliament, similar
to the Australian proposa]?

Mr. Gordon: I am not familiar with the Australian proposal
myself. However, we would propose a system that would deal
with our aboriginal rights specifically, and that the seats that
we request in the législatures is to be able to carry on the daily
business, but when it deals with the constitutional rights, we
would hope to negotiate a specific procédure in order to deal
with this.

Mr. Epp: I take it then what your are saying is that you are
open to negotiation with the federal government as to division
of powers, and that the parallel would be to the existing
division of powers which now exists between the federal gov-
ernment and provincial governments in Section 91 and Section
92 of the BNA Act, and that you would be willing to establish
a timetable and a course of development which would eventu-
ally lead you to responsible government in Nunavut, and then
later the décision could be taken as to whether or not provin-
cial status would be accepted? ls that your plan‘?

Constitution du Canada

16:21

[Traduction]

autodétermination menant â la sécession. Cela ne nous inté-
resse pas. Nous souhaitons demeurer au sein du Canada et
nous souhaitons pouvoir développer et favoriser une plus
grande croissance de notre propre société au sein de la Confé-
dération canadienne.

M. Epp: Essayons d’être un peu plus précis. Dans le système
nunavizt que vous proposez, que vous souhaitiez ou non le
statut provincial, voudriez-vous une entente provisoire selon
laquelle les lois proposées par le Parlement fédéral soient
d’abord soumises à l’approbation de votre Parlement ou de
votre assemblée législative‘?

M. Tagoona: Monsieur Epp, vous avez sans doute reçu notre
document contenant notre proposition visant à une situation
très analogue à celle du gouvernement territorial actuel, avec
les mêmes pouvoirs auxquels viendraient s’en ajouter d’autres
qui nous semblent pratiquement indispensables dans l‘Arctique
Est, Donc, par autodétermination, nous entendons le droit à
nous gouverner nous-mêmes mais tout en continuant à relever
du gouvernement fédéral à Ottawa.

M. Epp: Je vous remercie de cette précision. Donc, si votre
proposition, votre proposition nunavut, était plus ou moins
acceptée, votre autorité législative serait analogue à celle,
disons, des gouvernements provinciaux ou municipaux avec les
liens et les pouvoirs qui sont conférés au gouvernement fédéral,
n‘est-ce pas?

M. Tagoona: Oui.

M. Epp: Cela dit, monsieur Tagoona, envisagez-vous une
procédure vous permettant de contester les lois adoptées par le
Parlement fédéral vous semblant nuire â l’épanouissement de
votre population, ou pensez-vous qu’avoir un certain nombre
de sièges devant revenir aux autochtones par le passé au
parlement fédéral, selon un système analogue à la proposition
australienne, vous protègerait suffisamment?

M. Gordon: Je ne connais pas personnellement la proposi-
tion australienne. Cependant, nous proposerions un système
permettant spécifiquement de régler la question de nos droits
autochtones, les sièges que nous réclamons dans les assemblées
ne servant qu’à régler les questions quotidiennes, alors qu’en
matière de droits constitutionnels nous voudrions pouvoir négo-
cier une procédure particulière.

M. Epp: Vous êtes donc ouvert à la négociation avec le
gouvernement fédéral quant au partage des pouvoirs, et votre
modèle serait le partage existant â l’heure actuelle entre le
gouvernement fédéral et les gouvernements provinciaux con-
formément aux articles 9l et 92 de l’Acte de l’Amérique du
Nord Britannique. Vous seriez disposés à suivre un calendrier
et à franchir certaines étapes qui vous conduiraient éventuelle-
ment â établir un gouvernement responsable du Nunavut, la

décision d’accepter ou de ne pas accepter le statut provincial

venant après? Est-ce votre plan?

l6′.22

[Taxi]
Mr. Gordon: Yes, it is.
Mr. Epp: Thank you, Mr, Chairman.

The Joint Chairman (Senator Hays): Tliank you, Mr. Epp.
Mr. lttinuar now, followed by Senator Adnms,

Mr. lttinuar: Thank you, Mr, Chairman. lli, fellows. l did
not know i was next on line, Mr. Chairman, however l will try
and proceed.

l must congratulate you on a most compréhensive and, to
me anyway, the best proposal 1 have hcard so far to this
Committee and I am sure that Committee members here will
také the time and study this very compréhensive proposal as i:
is, l think, intrinsic to the proposed constitution of Canada.

I would like to mention that Mr. Michael Amarook, the
Président of the Inuit Tapisirat of Canada is sitting behind
Mr. Watt and l would like to have him stand and take a bow.

l only have a couplé of questions for thé ICNI people.
Spécifically, I would like to question Mr. Watt or Mr. Gordon
about page 18, how the James Bay Agréement has been
affected by your relations with thé federal government and
how some of these rights that you obtained through negotia-
tions for the James Bay Agreément have been abrogated or
abridged, or in other ways not considered by either the provin-
cial government or the fédéral government. You also mention
on page 7 that it is only through adéquate constitutional
protection that lnuit can enjoy positive growth and deter the
pressures of assimilation, which I think you feél the pressure os »
on your James Bay Agreement. Could you elaborate on these
points?

Mr. Watt: Mr. lttinuar, as the native people, l guess we are
the only ones who have a modern settlemént with the Govern-
ment of Canada and the Government of Québec. I would just
like to respond to the questions that Mr. lttinuar has raiséd in
regards to the problems of the James Bay-Northern Qucbec
agreement, what type of problems we have.

The basic problems we have in regards to the James Bay-
Northern Quebee agreément is a lack of a formalized proce-
dure. This is the one area, a very crucial area, that néeds t0 bc
immobilized. When the government machinery is on the move,
they have no problem taking certain actions in order to correct
some of the areas that need to be corrected or rc-establish
some areas that have been misused or mishandlcd. When the
machinery is not on the move, it is so hard and typical to try to
implement thé modern agreeménts that you have obtained.
How to solve our James Bay-Northern Quebee agreement is
very simple: it requires a formalized procédure and it requires
fédéral attention and it requires provincial attention, and it
also requires the native parties attention in order to mobilize
the macbinery. That is one area,

We also have been facing problems in regards to constant
pressure because the Government of Québec, too, from time te
time passes a bill and passes législation. Whenéver they pass a
bill or législation from time to time, whatever the législation
they are passing affects the agréement, even though the agrée-
ment is supposed to over-ride the existing législation or législa-
tion to come about, in order to not affect the aboriginal rights

ftution of Canada

l—l2—l980

{Translation}

M. Gordon: Oui.

M. Epp: Merci, monsieur le président,

Le coprésident (sénateur Hays): Merci, monsieur Epp. M.
lttinuar, puis le sénateur Adams.

M. lttinuar: Merci, monsieur le président. Salut, amis.
Monsieur le président, je ne savais pas que c’était mon tour,
mais je vais faire de mon mieux.

Je tiens à vous féliciter de cet exposé dés plus complets;
selon moi, c’est la meilleure proposition qui a été faite jusquïci
à ce Comité. Je suis convaincu que les membres de ce Comité
prendront le temps d’étudiér cette proposition très complète,
intrinsèque à la constitution proposée pour le Canada.

Je tiens à mentionner que M. Michael Amarook, le prési-
dent de Plnuil Tapzlrirat du Canada est assis derrière M.
Watt. Qu‘il veuille bien se lever et nous saluer.

J’ai seulement quelques questions à poser aux représentants
du comité inuit sur les affaires nationales. Sur une question à
Padrcsse de M. Watt ou de M. Gordon concernant la page 18,
a propos de la façon dont vos rapports avec le gouvernement
fédéral ont affecté la convention de la Baie ‘James et comment
ces droits que vous avez obtenus en négociant la convention de
la Baie James ont été abrogés ou restreints par le gouverne-
ment provincial ou fédéral qui n’en ont pas tenu compte. A la
page 7, vous mentionnez également que c’est uniquement par
une protection constitutionnelle suffisante que Plnuit pourra
bénéficier d’une croissance positive et résister aux pressions
assimilatriees comme il y cn a, je pense, relativement à la
Convention de la Baie James. Pourriez-vous préciser ces
points‘?

M. Watt: Monsieur lttinuar, en tant qu‘autochtone, je pense
que nous sommes les seuls à avoir un règlement modèle avec le
gouvernement du Canada et celui du Québec. Je voulais
simplement répondre à la question de M. lttinuar concernant
le genre de problème que nous cause la Convention de la Baie
James et du Nord du Québec.

Le problème fondamental à Fégard de cette Convention,
c’est qu’il n’y a pas de démarches officielles, C’est un domaine
où il est essentiel d’établir pareilles démarches. Une fois le
mécanisme gouvernemental en marche, il est facile de prendre
des mesures correctives dans certains domaines ou de réorgani-
ser d’autres domaines ou il y a eu des erreurs. C’est très
difficile d’appliquer des conventions modèles que vous avez
obtenues lorsque ce mécanisme n‘est pas en marche et c’est
typique. La façon de résoudre les problèmes dans la Conven-
tion sur la Baie James et le Nord du Québec est très simple: il
faut une démarche officielle, il faut Pattention du fédéral et du
provincial ainsi que Pattention des autochtones afin de mobili-
ser le mécanisme. C’est un domaine.

A Poccasion, le gouvernement du Québec adopte un bill ou
une loi alors nous avons également des problèmes et des
pressions constantes de ce côté-là. Quand on adopte un bill,
une mesure quelconque, cela altère la convention, même si la
convention est censée supprimer des lois existantes ou futures,
afin de né pas nuire aux droits des autochtones que nous avons
négociés avec le gouvernement du Canada. Il n’y a pas assez

l-l2-l980

[Texte]

that have been negotiated by us with the Government or‘
Canada. There is no adéquate protection and there is no
formalized procedure. T his is one ot” the reasons why we tend
to lean toward looking into the avenue of the constitution and
see if some protection could be built into the resolution that
has been passed in order for us to work out the details at a
later date.

Mr. lttinuar: Thank you.

Mr. Gordon: l would like to add just a bit to that in the
context of this document, in that the rights we had obtained
through the James Bay Agreement, and specifically referring
to a group cf rights under hunting, fishing and trapping rights
that we have received, according to the new proposed constitu-
tion here these rights would be illegal, they would be construed
as being based on ethnic origin or would be considered prejudi-
cial. These rights we have received in hunting and fishing, the
rights we have received in the James Bay Agreement, are of
fundamental importance to our people. Even today they still
provide 80 per cent of the edible food that wc get in our
villages, and to be considered the special rights that we
received and so that we could continue this activity to be able
to provide ourselves with food, could be oonstrued as being
contradictory to the new proposed resolution. All we are
asking for here was the right to feed ourselves but because of
the new proposed resolution and the failure to recognize
specific aboriginal rights and making allowances for them,
that could take away the right ot‘ the lnuit to feed themselves
and they would become totally dependent on imported food.

Mr. lttinuar: Thank you. There is not much time here. but l
would like to ask a general question about the fact that a lot of
people feel there is a relationship with the separatist movement
either in the West or in Quebee with the proposals that we
have here. These are very comprehensive statements and pro-
posais we have made to the federal government. I do not
believe they have any relation to separatism in Canada. How-
ever, there is always a fear amongst the ordinary people in
Canada that these proposais are reiated to succession of some
type.

Could you perhaps assure the people around this table that
this is not so.

Mr. Gordon: We have tried to outline this theme throughout
the document, that we are not asking to be able to secede from
Canada, but rather that we be given the opportunity to grow
within the Canadian contcxt.

Mr. Watt: Just to go a stepJurther. gentlemen sitting
around here, l think over the past few years now we have
talked about separation; you people talked about separation;
we talked about separation; not really in the content of run-
ning away from Canada and, when you are old enough,
coming back and trying to get in again. But it is hard enough
to stay within Canada. We are not in the position, we cannot
afford to talk about separation, we are not talking about
separating from Canada.

That type of concept is totally out to lunch. If that is What
your interpretation is, reading from this document, listening to

Constitution du Canada

16:23

[Traducliard

de protection et il n’y a pas de démarche officielle. C’est là
pourquoi nous nous tournons vers la voie de la constitution afin
de voir s’il est possible d’établir une certaine production dans
la résolution adoptée qui nous permettrait de régler les détails
plus tard.

M. lttinuar: Merci.

M. Gordon: Je voudrais ajouter quelques commentaires
concernant ce document. Les droits que nous avons obtenus
par la Convention de la Baie James et surtout les droits de
chasse, de pêche et de piégeage ainsi obtenus, seraient illégaux
aux termes de la nouvelle position constitutionnelle, car on
considérerait qu’ils sont basés sur le régime tehnique ou qu’ils
sont préjudiciables. Les droits de chasse et de pêche ainsi que
les autres droits que nous accorde la Convention de la Baie
James sont d’une importance déterminante pour notre peuple.
Même de nos jours, e‘est là la source de 80 p. 100 de la
nourriture consommée dans nos villages. Ces droits spéciaux
que nous avons reçus afin de poursuivre cette activité qui nous
permet de nous nourrir, pourraient être considérés comme
étant en contradiction avec la nouvelle proposition constitu»
tionnelle. Tout ce que nous demandons par ce document c’est
le droit de nous nourrir, mais comme les nouvelles propositions
constitutionnelles ne reconnaissent pas ces droits spéciaux des
lnuits et des autochtones et ne leur accordent aucune place, les
lnuits pourraient perdre le droit de se nourrir eux-mêmes et
deviendraient totalement dépendants de la nourriture impor«
tee.

M. lttinuar: Il ne me reste pas beaucoup de temps, mais je
voudrais aborder une question générale concernant le fait que
beaucoup de gens pensent qu’il y a un lien entre le mouvement
séparatiste de l‘Ouest ou du Québec et les propositions que
nous avons là. Nous avons fait au gouvernement fédéral une
déclaration et des propositions très complètes. A mon avis, cela
n‘a rien à voir avec le séparatisme au Canada. Toutefois, il y a
toujours la crainte parmi les gens du peuple que ces proposi-
tions visent une succession quelconque.

Peut-être pourriez-vous assurer les gens autour de cette
table que ce n‘est pas le cas.

M. Gordon: Nous nous sommes efforcés de le souligner dans
ce document, nous ne demandons pas de nous séparer du
Canada, nous demandons plutôt qu’on nous permette de croî-
tre dans le contexte canadien.

M. Watt: Messieurs, j’irais même un peu plus loin. Au cours
des dernières années, nous avons parlé de séparation; vous avez
parlé de séparation; nous en avons parlé; pas vraiment dans le
sens de quitter le Canada et d‘y revenir plus tard, lorsque vous
avez acquis plus de maturité, afin d’essayer d’en faire partie à
nouveau. Le simple fait de faire partie du Canada est suffi-
samment difficile, nous ne sommes pas en mesure de parler de
séparation, c’est hors de notre portée, il n’en est pas question.

Ce concept a été mis de côté une fois pour toutes, Si après
avoir lu ce document, après en avoir écouté la lecture, c’est ce

16:24

[Taxi]
this document, l am afraid you are wrong, because it is hard
enough to stay within Canada. Thank you.

Mr. lttinuar: One more brief question. l would like to ask
you about the définition of aboriginal rights, whether you have
one or whether it is something you can state to people on an
cqual basis and, again to allay the fears of people generally,
whether these proposed amendments you have take away
anything from the people of Canada.

Mr. Gordon: To define aboriginal rights in this brief time
that we have is almost impossible, to try and encompass all the
concepts involved in what we call aboriginal rights, but basi-
cally what it mcans to us is the right to live as a distinct
society within Canada, with the right to go within Canada and
the rights to our lands and to our heritage.

These rights cncompass areas of our culture which would
include even areas of family law or our particular notion of
collective property rights in and to the lands.

There is not enough time to try to include everything that
could possibly be included in this but aboriginal rights are not
an outright claim on the entire territory, so we can exclude
everyone else, We are only asking the right to be ablc to exist
in dignity and as an organized society with the opportunity to
grow with other societies in Canada.

The Joint Chairman (Senator Hays): Thank you very much,
Mr. lttinuar. Scnator Adams followed by Mr. Fraser. Senator
Adams.

Senator Adams: Thank you, Mr. Chairman (speaks in lnuit
language). l do not think that is being interpreted into English
and French, Mr. Chairman, so I would like to interpret it
myself. We have been listening to our witnesses there, Eric and
Mark and Charlie and Mary and l think I am allowed to speak
my language here as we are all Canadian and l think we
should first speak in our language here as we have been living
in Canada for over 3000 years. Eric says i000 years but l
would say at least 3000 or 4000 years we have been living in
Canada. l feel right now, Mr. Chairman, that those original
rights of the people should be shown here in our constitution.

ln the meantime, why are we not settling any fighting here
with our government, we have been here long cnough in
Canada. I ask my question ol » the witnesses, l think we have
been fighting with the government for a while now over the
land claims, aboriginal rights and evcrything for Canada, why
are we not settled yet? Maybe the witnesses could tell us
briefly why we arc fighting s0 long between Indian and Inuit
here in Canada. We lived here first, and I cannot see why we
are still fighting.

ln the meantime, l was born in Northern Quebee and l have
lived up in the territorics, and l wonder sometimes why we are
fighting over the land and the government says, go ahead, you
own the country.

My colleagues out there l think have been fighting them-
selves for the rights of the people and l think those people have
tried to settle. for native people to have the freedom to hunt if

Constitution of Canada

l-l2-l980

[Translation]
que vous comprenez. alors vous vous trompez car il est déjà
suffissamment difficile de faire partie du Canada. Merci.

M. lttinuar: Une autre courte question portant sur la défini-
tion des droits des autochtones. En avez-vous une ou est-ce
quelque chose que vous pourrez dire aux gens sur un pied
d‘égalité et, encore une fois pour apaiser les craintes des gens
en général, est-ce que les amendements que vous proposez
cnlèveraient quoi que ce soit aux gens du Canada‘?

M. Gordon: Dans le peu de temps dont nous disposons, il est
à peu près impossible de définir les droits aboriginaux, d’es-
sayer d’englober tout ce que cela comporte mais, fondamenta-
lement, pour nous il s’agit du droit de vivre dans une société
distincte à Pintérieur du Canada, avec la liberté de circulation
à Pintérieur du Canada, et les droits à nos territoires et à notre
héritage.

Ces droits engloberaient les domaines de notre culture,
même certains domaines du droit familial ou notre notion
particulière du droit collectif à la propriété vis-â-vis les
territoires.

Nous n’avons pas le temps de mentionner tout ce qui est
inclus dans les droits aboriginaux, mais il ne s’agit pas d‘une
réclamation visant tout le territoire afin d’en exclure tous les
autres, Tout ce que nous demandons, c’est le droit d’exister
dans la dignité en tant que société organisée à qui on permet
de grandir avec les autres collectivités du Canada.

Le coprésident (sénateur Hays): Merci beaucoup, monsieur
lttinuar. Le sénateur Adams, puis M. Fraser.

Le sénateur Adams: Merci, monsieur le président. (Inter-
vention en lnook). Monsieur le président, je ne pense pas que
mon intervention ait été interprétée en français ou en anglais.
alors je vais le faire moi-même. Nous avons entendu nos
témoins, Eric, Mark, Charlie et Mary. Je pense avoir le droit
d’employer ma langue car nous sommes tous Canadiens, et je
pense que nous devrions d‘abord employer notre langue car
nous vivons au Canada depuis plus de 3,000 ans. Eric dit 1,000
ans, mais moi je dis au moins 3,000 ou 4,000 ans. Monsieur le
président, je crois que les droits aboriginaux devraient être
inclus dans notre constitution.

Entre—temps, pourquoi n’avons—nous pas réglé nos différends
avec notre gouvernement, nous sommes ici depuis suffisam-
ment longtemps. Je pose la question aux témoins. Depuis un
moment déjà nous nous battons avec le gouvernement au sujet
des revendications territoriales, des droits aboriginaux et tout
le reste pour le Canada, pourquoi n‘est-ce pas encore réglé‘?
Les témoins pourraient peut-être nous dire en quelques mots
pourquoi il y a toujours des conflits entre les Indiens et les
lnuit du Canada. Nous sommes les premiers habitants et je ne
comprends pas pourquoi nous sommes toujours en conflit.

Je suis né dans le nord du Québec et j’ai vécu dans les
Territoires. Je me demande parfois pourquoi nous nous battons
au sujet des terres alors que le gouvernement nous dit: Allez-y,
c’est votre pays.

Je pense que mes collègues qui sont là se sont battus
eux-mêmes pour les droits des gens, et je pense que ces gens
ont essayé de s‘établir. lls se sont battus pour que les autochto-

1-12-1980

[Texte]

they live on their own land, and l think it is about time if that
constitution would pass to settle the fight over the land or
territory in Quebee or the rest of Canada.

Maybe, Charlie, you can tell me, l think you have been
fighting with the government for a long time, the provincial
government, I do not know how many Ministers have gone by
since the government is running it. Charlie says six anyway
and l think everyone of them that we ask for something say we
have to go to Ottawa.

We are living in Ottawa here now, and l do not know how
many thousands of lndian Affairs people living in Hull work
for the federal government and in the meantime half of those
who live in the territories work for the federal government. We
have somewhere around 24,000 Inuit people and maybe have
20,000 government people.

Anyway, Charlie, why does it take so long to fight with the
government to settle the land claims and everything.

Mr. Watt: Thank you, Senator Adams (speaks in lnuit
language).

Ladies and gentlemen, there is only one lady here. Senator
Adams has raised I think very important questions. Why do
the native people of Canada and the Government of Canada
eonstantly come up with confrontations all the time, year after
year. Many years have passed since and still we have not been
able to live together and even still today we are dealing with
something of precise, crucial importance to society today,
which is the constitution, and we are still fighting over who is
going to get what. Who is going to have more power over who‘?

Do you people not think this has been going a little bit too
long? As Willie said, we are the aboriginal people, we should
be recognized as aboriginal people, the first people in Canada.

l do not think we are asking a great deal from you. I think
all we are asking for is recognition that we are a distinct
people, we live in Canada, and we are here to stay.

lf you recognize that principle, let us work out the details
after the patriation. This is what we are saying.

In order for you to recognize the aboriginal rights and
principle, put it in your resolution. You need t0 put it into the
resolution. Then we can take you serlously. Maybe we can
understand you; maybe we can go half way to understand your
needs if you can go half way to understand our needs. This is
very, very important to us and l think it is important to you all
too, unless you want to see the Indian people assimilated
entirely within Canada. l do not think this is to your interests;
it ls not to our interests either. Canada is the one place that
everyone lives freely. Let it be that.

I do not think l can add that much more and l think the
brief speaks pretty well for itself. lf there are any details to be
worked out. any further questions to be raised, l will be
prepared to answer some of those questions and l think some

Constitution du Canada

16:25

[Traduction]

nes aient le droit de chasser s’ils vivent sur leur propre
territoire. Si la constitution est adoptée, je crois qu’il faudra
régler ces conflits territoriaux au Québec et dans le reste du
Canada.

Charlie, vous pourriez peut-être mc répondre. Pendant long-
temps, vous vous êtes battu avec le gouvernement provincial.
J’ignore combien de ministres sont passés depuis que le gou-
vernement s’en occupe. Charlie m’a dit qu’il y en a eu au
moins six, et je crois que tous ceux à qui nous demandons
quelque chose nous disent de nous adresser a Ottawa.

Nous vivons maintenant à Ottawa. Tignore combien de
milliers d‘employés des Affaires indiennes habitent à Hull et,
entre—temps, la moitié de ceux qui vivent dans les Territoires
travaillent pour le gouvernement fédéral. Nous sommes envi-
ron 24,000 Inuit et il y a peut-être 20,000 fonctionnaires du
gouvernement.

De toute façon, Charlie, pourquoi faut—il se battre si long-
temps avec le gouvernement pour régler les revendications
territoriales et tout le reste‘? _

M. Watt: Merci, sénateur Adams (intervention en lnuit).

Mesdames et messieurs, il n‘y a qu’une seule dame ici, Je
pense que le sénateur Adams a soulevé des questions très
importantes. Pourquoi une année après l’autre les autochtones
et le gouvernement du Canada sont-ils toujours en conflit?
Bien des années ont passé depuis, et nous ne sommes toujours
pas en mesure de vivre ensemble. Même aujourd‘hui alors que
nous discutons de quelque chose de très précis, d’une impor«
tance déterminante pour notre société actuelle, soit la Consti-
tution, nous nous battons toujours pour savoir qui aura quoi.
Qui obtiendra le plus de pouvoir sur les autres?

Ne croyezvvous pas que cela dure depuis trop longtemps’?
Comme Willie l’a dit, nous sommes des autochtones, nous
devrions être reconnus comme tels, comme les premiers habi-
tants du Canada.

Je ne pense pas que nous vous demandons beaucoup. Tout ce
que nous vous demandons c’est de reconnaître que nous
sommes différents, que nous habitons le Canada et que nous
sommes là pour y demeurer.

Si vous acceptez ce principe, nous réglerons les détails après
le rapatriement. Voilà ce que nous disons.

Pour que vous reconnaissiez les droits et les principes abori-
gènes, il faut que vous les fassiez figurer dans votre résolution.
Alors nous pourrons vous prendre au sérieux. Nous pouvons
peut-être vous comprendre; nous pouvons faire un effort pour
comprendre vos besoins si vous en faites un pour comprendre
les nôtres. Pour nous, c’est dîmportance capitale et je pense
que cela l’est pour vous également, à moins que vous ne
souhaitiez Passimilation totale des lndiens du Canada. Je ne
pense pas que ce soit dans votre intérêt ni dans le nôtre. Le
Canada est un pays où tout le monde vit en liberté. Alors, ne
changeons pas cela.

Je n’ai rien de plus à ajouter et je pense que le mémoire est
très explicite. S’il y a d’autres détails, d‘autres questions, je
serais prêt à y répondre ainsi que certains des membres de
notre comité y compris Peter lttinuar. Je suis très fier de lui,

[Text]

of our Committee members including Peter lttinuar, who l am
very, very proud of, he is an MP from Nunatsiaq he was
elected in Nunatsiaq; but he still takes the trouble to take the
interest in what is happening in Labrador and to take the
trouble to understand what is happening in Quebee. He has
been very, very useful to us and l think you people should
listen to him a littlc more often.

Thank you.

Mr. Gordon: l would like to add just one small point to what
Charlie has said. Probably one of the reasons why Charlie has
scen such a succession of lndian Affairs Ministers and yet in
the territories and in other places the claims have not yet been
settled, there is an inherent contradiction in the government’s
policy towards native people and that is that on one hand it
says it is willing to negotiate aboriginal claims and on the
other hand it does not want to give whole hearted recognition
to the aboriginal rights and claims and would rather that they
be settled through the courts where the grounds are the
weakest and where the least could be defined.

When claims have been settled by way of treaties or through
agreements such as the James Bay Agreement they have been
made so rigid that they quickly become out-dated and no
method of amending these out-dated agreements and treaties
has been put in place so the people quickly grow very frustrat-
ed with the deals that they had gotten in the recent past or in
the distant past.

ln order for the whole notion of claims to work, it has to be
adaptable to the times and the method in which native claims
and aboriginal rights is dealt with now, it is made extremely
rigid and very limited. We would hope through the provisions
that we have tried to introduce in this proposed resolution and
also through the negotiations in the postpatriation stage that
we could correct some of these basic problems.

The Joint Chairman (Senator Hays): Thank you very much,
Senator Adams—-one more question, l am sorry, go ahead.

Senator Adams: l would like to ask a question of either
Mark or Charlie why Northern Quebee people, l know you
have a representative from the area around Quebec—maybe
two questions-why Northern Quebee people do not have any
representative in the provincial government or in the House of
Commons in Ottawa. l think that Northern Quebee is big
enough that the lnuit from there should have their own
représentatives provincially and here in Ottawa.

The Joint Chairman (Senator Hays): Mr. Watt?

Mr. Watt: Senator Adams, we have a gentleman here who
has been working on these electoral districts for quite some
time now. lf the Chairman does not mlnd l would like this
gentleman to respond to the questions that he just raised
because there is a différence between the Quebee provincial
electoral ridings and the federal electoral ridings.

His name is Zebedee Nungak and he and l have worked
together for a number of years. We started off in 1970 and we
are still together even though from time to time he is dealing
with some other areas and l am dealing with some other areas

Constitution of Canada

142-1980

[Translation]

c’est le député de Nunatsiaq, mais néanmoins il prend la peine
de s’intéresser à ce qui se passe au Labrador et essaie de
comprendre ce qui se passe au Québec. Il nous a été d’un
grand secours et je pense que vous devriez l’écouter un peu
plus souvent.

Merci.

M. Gordon: Je n’aurais qu’un commentaire à ajouter aux
propos de Charlie. L’une des raisons pourquoi Charlie a
probablement vu un tel défilé de ministres des Affaires indien-
nes sans que leurs revendications aient été réglées dans les
territoires ou ailleurs, c’est qu‘i1 y a une contradiction inhé-
rente dans Pattitude du gouvernement envers les autochtones.
D’une part le gouvernement se dit disposé à négocier les
revendications des autochtones et d’autre part il refuse de
reconnaître de bonne foi ces droits et revendications, préférant
que ces questions se règlent devant les tribunaux où les motifs
sont les plus faibles et où peu de choses peuvent être précisées.

Lorsque ces réclamations ont été réglées par voie de traité
ou de convention comme la convention de la Baie James, ces
conventions sont tellement strictes qu’elles sont rapidement
dépassées et comme il n’y a aucune méthode d’amendement en
place, les gens deviennent très rapidement frustrés des accords
qu’ils ont conclus dans les années passées ou il y a bien
longtemps.

Afin que toute cette notion de revendications puisse être
fonctionnelle, il faut qu’elle soit adaptable dans le temps;
actuellement, les réclamations et les droits aboriginaux sont
traités d’une façon extrêmement rigide et limitée. Nous espé-
rons pouvoir corriger certains de ces problèmes fondamentaux
par les dispositions que nous avons essayé d’introduire dans ces
propositions constitutionnelles et aussi par les négociations qui
auront lieu après le rapatriement.

Le coprésident (le sénateur Hays): Merci beaucoup, séna-
teur Adams. Vous avez une autre question? Pardon, allez-y.

Le sénateur Adams: J’aurais une question à poser à Mark
ou Charlie, peut-être deux questions. Je sais que vous avez un
représentant de la région de Québec. Pourquoi les gens du
Nord de Québec n’ont—ils aucun représentant à l’Assemblée
nationale ou à la Chambre des communes â Ottawa? Le ‘Nord
du Québec est à mon avis suffisamment étendu pour que les
lnuits de cette région soient représentés dans cette province et
ici à Ottawa. .

Le coprésident (le sénateur Hays): Monsieur Watt.

M. Watt: Sénateur Adams, nous avons ici un homme qui a
travaillé pendant un certain temps dans ces districts électo-
raux. Si le président le permet, je voudrais que ce monsieur
réponde aux questions qui viennent d’être posées, car il y a une
différence entre les circonscriptions électorales provinciales au
Québec et les circonscriptions électorales fédérales.

ll se nomme Zebedee Nungak et nous travaillons ensemble
depuis des années. Nous avons commencé en 1970, et nous
travaillons toujours ensemble, même si de temps à autre lui et
moi nous occupons des régions différentes pour ne pas avoir de

l-l2-l980

[Texte]
in order for us not to spread ourselves too thin because we are
very small numbers and have a lot of responsibilities.

lf you do not mind, Mr. Chairman, I will have him respond
to Willie Adams’ questions.

The Joint Chairman (Senator Hays): Yes. Mr. Nungak.

Mr. Zebedee Nungak (Member, lnuit Committee on Na-
tional Issues): Very brietly, to answer Senator Adams‘ ques-
tion, the electoral ridings provincially and federally at the
present time that encompass Northern Quebec arc drawn up in
such a way that all the votes and all the représentation is
concentrated in the southern portions. In the provincial riding
of Duplessis which has recently been renamed Ungava the
main voter centers are located on the North Shore of the St.
Lawrence River in towns such as Three Rivers, Port-Cartier
and so forth.

Any candidate running in that district has in his riding
included all of the northern villages of Northern Quebec but
even if all of the voters encompassed in the territory of the
55th parallel voted for one candidate their votes are absolutely
miniseule compared to the voter interest in the more heavily
populated centers. Therefore our vote in the provincial elec-
tions can never count, at the present time.

Federally it is even worse because the territory of Northern
Quebec is divided into two ridings of Abitibi and Manicoua-
gan. Some of the communities of Northern Quebec are includ-
ed in one district and the others are included in the other
district. I have run in two elections, in the 1976 provincial
election and in the 1979 federal élection, and it has demon-
strated that the voters of whatever origin residing in Northern

Quebec can never have adequatc representation with the way

the ridings are at present.

Therefore I would say to Senator Adams’ question it is
impossible at the present time to have the interests of that
region which is substantial in minerai and hydro electric
resources to have any représentation wortli speaking of in
either the provincial or federal législatures. lt is a gross
injustice which should be corrected and which should be
recognized in the very near future by people who are empow-
ered to correct these kinds of injustices. Thank you.

The Joint Chairman (Senator Hays): Thank you, Senator
Adams.

Mr. Crombie, followed by Mr. Mackasey.

Mr. Crombie: Thank you very much, Mr. Chairman. Let me
join with the others in congratulating this deputation with
respect to a most impressive brief, as well as on a most
articulate and, ifl may also say so, eloquent présentation.

I have some questions in relation to your comment that what
you are interested in is having patriation, and, ifl may put this
in the form of a quote, “dealing with the details later. » That is
a position with regard to which, I am sure you are aware, you
will find considérable support front those of us on this sidc.

Constitution du Canada

16:27

[Traduction]
territoire trop étendu, car nous sommes en très petit nombre et
nous avons beaucoup de responsabilités.

Si vous n’avez pas dbbjection, monsieur le président, je vais
lui laisser répondre aux questions soulevées par Willie Adams.

Le coprésident (le sénateur Hays): Oui. Monsieur Nungak,
vous avez la parole.

M. Zebedee Nungak (membre du Comité des lnuit sur les
questions nationales): Je vais répondre très brièvement à la
question du sénateur Adams. Les circonscriptions électorales
provinciales et fédérales qui englobent présentement le Nord
du Québec sont délimitées de telle façon que tous les votes et
toute la représentation sont concentrés dans les parties sud.
Dans la circonscription provinciale de Duplessis, qui s’appelle
depuis quelque temps Ungava, les centres de vote principaux
sont situés sur la Rive nord du fleuve Saint-Laurent, par
exemple à TroisRiviéres, Port-Cartier et autres.

Un candidat qui se présente dans ce district a dans sa
circonscription tous les villages du Nord du Québec, mais
même si tous les électeurs vivant dans le territoire du 35‘
parallèle volaient pour un candidat, leur vote est insignifiant
comparativement à celui des centres plus populeux. Par consé-
quent, notre vote dans les élections provinciales ne compte
jamais.

C’est encore pire à l’échelle fédérale, car le territoire du
Nord du Québec est divisé en deux circonscriptions, Abitibi et
Manicouagan. Certaines municipalités du Nord du Québec
font partie d’un district et les autres de l’autre. Je me suis
présenté à deux élections, à l’élection provinciale de 1976 et â
l’élection fédérale de 1979, et c’est prouvé que les électeurs de
quelque origine qu’ils soient qui résident dans le Nord du
Québec ne sont jamais représentés comme ils devraient l’être,
de la façon dont les circonscriptions sont présentement
délimitées.

En réponse à la question du sénateur Adams, je dis donc
qu’il est impossible actuellement d’avoir une représentation
valable à la législature provinciale ou fédérale pour les intérêts
de cette région qui sont importants dans le domaine des
ressources minières et hydroélectriques. C’est une injustice
flagrante à laquelle il faudrait remédier et que ceux qui sont
au pouvoir devraient reconnaître très bientôt afin de corriger
pareille injustice. Merci.

Le coprésident (sénateur Hays): Merci, sénateur Adams.

Monsieur Crombie, vous avez la parole et puis ce sera le
tour de M. Mackasey.

M. Crombie: Merci beaucoup, monsieur le président. Per-
mettez-moi de me joindre aux autres pour féliciter cette
délégation pour leur mémoire fort impressionnant de même
que pour leur exposé qui aussi éloquent qu’il est bien présenté.

Vous dites que vous êtes intéressés dans le rapatriement, je
voudrais vous poser quelques questions à ce sujet et entrer dans
les détails un peu plus tard. Vous savez, je suis certain que
c’est là une position qui recevra l’appui des membres de ce
côté-ci de la table.

16:28

[Texl]

But can you tell me this‘? I wonder if you have addressed
yoursell‘ to the question of any amending formula which should
be put in place along with patriation?

As you may be aware, on a number of occasions, people
have said “Let’s pzitriate,“ and a question which then follows
is: “What about an amending formula?” Have you given any
considération to that?

Mr. Gordon: We have a specific provision dealing with this.
I believe it is numbered 51A and is at page 28.

The amending formula proposed is one which would deal
with the government on the question where we could partici-
pate when matters specifically relating to us were dealt with;
that the other areas of the constitution would be up to the
federal and provincial législatures as proposed in the proposed
resolution. However, in those specific areas which concern us
directly, we wish to be involved.

Mr. Watt: Section 5l(a) talks about:

in accordance with rules to be established by an appropri—
ate person or body duly authorized for such purposes by
the Governor-in-Council.

Does that answer your question?
Mr. Crombie: Yes, it does in that specific section.

Mr. Watt: In other words, the formula would have to be
worked out at a later date.

Mr. Crombie: Do I take it that Sections 4l and 42 of the
resolution before us is not sufficient for your needs. and the
improvement you would seek would be along the lines you
havejust mentioned’? Is that correct?

Mr. Watt: They certainly would not be sufficient; you are
right.

Mr. Crombie: The most fundamental part of your brief
deals with the proclamation of 1763. Indeed, recognition of
that clear, unequivocal and unambiguous recognition of the
rights contained in the proclamation of I763 is fundamental to
the whole of your argument.

Can you elaborate on why the absence of the proclamation
I763 is significant to you, the fact that it is not in the
schedule? What does that mean to you’?

Mr. Gordon: We find it quite unusual that in the first
proposal ol‘ the government they included it in Bill C-60, and
then specifically excluded it in the second proposal, the one
which is in front of us now.

Our argument hinges around this, because this is a historieal
recognition of our rights and special relation. This is the only
reference which we could find in the history books which were
written by your society in their dealings with us. If there was
more we would have included more.

Mr. Watt: In the proclamation of I763, when the Imperial
system was in place, that is before I became colonized, King
George III, according to a proclamation of I763, recognized
the fact that there was the possibility of nation-within-nation
concept surviving side-bvside.

Constitution of Canada

l-l2-l980

[Translation]

Pouvez—vous me dire, toutefois, si vous avez porté quelque
attention a la formule d’amendement qui entrera en vigueur en
même temps que le rapatriement’?

A plusieurs reprises, vous le savez. des gens ont dit‘ «Occu-
pons-nous du reipatriement». La question ici se pose: «Que
fait-on de la formule däimendementn? Y avez-vous songé?

M. Gordon: Nous avons une disposition spéciale à ce sujet,
elle porte le numéro 5l(l)je crois, et se trouve â la page 28.

La formule d‘amendement proposée est une formule qui
nous permettrait de traiter avec le gouvernement et qui nous
permettrait de participer à certaines questions qui nous tou-
chent. Les autres parties de la constitution relèvent des législa-
tures fédérale et provinciales, comme le propose le projet de
résolution. Toutefois, pour les questions qui nous intéressent
précisément, nous voulons participer.

M. Watt: L‘article 51(3) stipule:

Conformément aux règlements établis par une personne
ou un organisme approprié dûment autorisé par le gouver-
neur en conseil à cette fin.

Est-ce que cela répond à votre question?
M. Crombie: Oui, pour cet article là.

M. Watt: Autrement dit, la formule devra être élaborée un
peu plus tard.

M. Crombie: Dois-je comprendre que les articles 4l et 42 de
la Résolution ne répondent pas à vos besoins et que Faméliora»
tion souhaitée irait dans le sens de vos derniers propos’? C’est
bien cela?

M. Watt: Vous avez raison, ces articles ne sont certainement
pas suffisants.

M. Crombie: La partie essentielle de votre mémoire traite de
la proclamation de I763. Il est certain qu’une reconnaissance
évidente, sans équivoque et sans ambiguïté, des droits figurant
dans la proclamation de I763 est fondamentale dans votre
argument.

Pouvezwous m‘expliquer pourquoi Pabsence de la proclama-
tion de I763 vous importe à ce point, le fait qu‘elle ne soit pas
mentionnée dans Pannexe’? Qu’est-ce que cela veut dire pour
vous?

M. Gordon: Nous trouvons curieux que dans la première
proposition du gouvernement elle ait été comprise dans le
projet de loi C-60 et exclue dans la seconde proposition, celle
qui est devant nous.

Notre argument repose sur ce fait, car il s’agit d’une recon-
naissance historique de nos droits et des rapports spéciaux.
C’est la seule référence que nous pouvons trouver dans les
livres d’histoire écrits par votre société qui traitait avec nous.
Si nous en avions trouvé d’autres, nous les aurions
mentionnées.

M. Watt: Dans la proclamation de I763, lorsque le système
impérial était en vigueur, dest-â-dire avant que je devienne
colonisé, le Roi George III reconnaissait qu‘i1 était possible
qu’une nation au sein d’une nation puisse survivre.

l-l2-l980

[Texte]

But, again, if you were to read the British North America
Act of I867 and put the two together and try to arrive at some
consensus from them, what is our interprétation now?

In I867, what happened was that the concept of nation-
withimnation was deleted and we became subject to the feder-
al government.

Again, there are interprétations to be made. Was it solely
that we were to be subject? Was that concept of natiowwithin-
nation still possible?

But, in order to minimize any scaring of you people by
talking about nation, it is necessary to mention that when we
speak of the nation concept, we understand that within our
own terminology; it is as people; Inuit is a nation. There are
two alternatives there, and that is where we always have
difficulty in understanding which is which.

Do you follow?

Mr. Crombie: I do.

The need to maintain the legitimacy of the concept of nation
contained in the proclamation of I763 was somewhat embod—
ied in a section in the old Bill C-60, to be exact, Section 26 of
that Bill,

Does Section 26 of old Bill C-60 come close to your explicit
understanding of the legitimate protection of the concept of
nation?

Mr. Watt: That is correct, yes. It would be a benefit to the
native people in order to highlight what was the original
interprétation of the proclamation of I763 in order to put
ourselves in a position to negotiate with the Government of
Canada.

Mr. Crombie: l understand.

One final question, ifl may, Mr. Chairman. It relates to
page 9 of your brief. At the top of that page, the last sentence
says:

In addition, the Prime Minister has eonfirmed his
commitment to involve the aboriginal peoples of Canada
in the next constitutional conference of First Ministers by
including native peoples and the constitution as an agenda
item.

Two questions in that connection. One, have you received
confirmation of that commitment? Secondly, has there been
any discussion on the working out of an agenda which is
satisfactory to you?

Mr. Gordon: We have received a letter stating that he would
undertake to do so, but as to additional confirmation I do not
know of any.

Mr. Crombie: Are you satisfied with the nature of te
commitment, which is fundamental to my question?

Mr. Watt: Mr. Crombie, no; we are not satisfied with the
commitments he has made, In order to put the commitment to
use, he is going to have to be prepared to accept the aboriginal
rights in principle being enshrined within the resolution.

This is why on a number of occasions l have myself request-
ed to meet with Mr. Trudeau and I have tried every avenue
possible to get to him, and for some reason I have been
blocked. Why, I do not know.

Constitution du Canada

16:29

[Traduction]

Si vous lisiez l’Acte de I’Amérique du Nord britannique de
I867 et la proclamation pour tenter d’en arriver â un consen-
sus, qu’elle sera votre interprétation actuellement?

Ce qui est arrivé en I867 c’est que ce concept d’une nation
au sein d’une nation a été retranché et que nous sommes
devenus des sujets du gouvernement fédéral.

Il faudrait de nouveau interpréter la question. S‘agissait-il
simplement que nous devenions des sujets? Ce concept d‘une
nation au sein d’une nation est-il toujours possible’?

Pour vous effrayer le moins possible en parlant d’une nation,
il faudrait vous dire que lorsque nous reprenons ce concept
d’une nation, nous le comprenons selon notre propre terminolo-
gie, c’est-à-dire qu’il s’agit d’un peuple: Que les lnuits sont une
nation. Il y a deux possibilités, c’est pourquoi il est difficile de
les dissocier.

Me suivez-vous?

M. Crombie: Oui.

Il fallait conserver la légitimité du concept d’une nation
inscrit dans la proclamation de I763 et mentionné dans un
article de l’ancien projet de loi C-60, l’article 26.

Cet article 26 de Fancien projet de loi C-60 reconnaît-il
selon vous cette protection légitime du concept de la nation?

M. Watt: Oui, c’est exact. Ce serait à Pavantage des autoch-
tones puisque cela mettrait en lumière Pinterprétation initiale
de la proclamation de I763 et que nous serions ainsi en mesure
de négocier avec le gouvernement du Canada.

M. Crombie: Je comprends.

J’ai une dernière question si vous me permettez monsieur le
président. Vous dites à la page 9 de votre mémoire, au haut de
la page:

De plus, le premier ministre a confirmé son engagement
de faire participer les autochtones du Canada à la pro-
chaine conférence constitutionnelle des premiers ministres
en insérant à l‘ordre du jour la question des autochtones
et de la constitution.

J’ai deux questions à ce propos. La première, avez-vous reçu
confirmation à cet engagement? Deuxièmement, a-t-on discuté
d‘un ordre du jour qui vous satisferait?

M. Gordon: Nous avons reçu une lettre précisant que c’est
bien là son intention, mais je ne crois pas que nous ayons eu de
confirmation. ‘

M. Crombie: Êtes-vous satisfait de la nature de cet engage-
ment, qui est fondamental?

M. Watt: Non monsieur Crombie, nous ne sommes pas
satisfaits des promesses qui ont été faites. Pour qifelles soint
plus concrètes, il faudrait accepter que les droits des aborigè-
nes soient en principe enchâssés dans la résolution,

C’est la raison pour laquelle a plusieurs reprises j’ai
demandé de rencontrer M. Trudeau et j’ai tenté de bien des
façons d’y arriver, mais je n’ai pas pu. Pourquoi, je ne sais pas.

16:30

[Texl]

The Joint Chairman (Senator Hays): Thank you very much,
Mr. Crombie.

Well, you have probably heard the bells ringing. There will
be a vote taken, Mr. Watt and Mr. Tagoona, and certain
members of our Committee will have to go to the House of
vote.

1 have several more speakers; Mr. Fraser, Mr. Mackasey,
Mr. Lapierre and Mr.Al1mand who would also like to speak.

lf it is the wish of the Committee, probably after the vote,
which shall take about 20 minutes, you could come back, if
you wish, in 25 minutes time; I am in the hands of the
Committee.

Mr. Epp: Mr. Chairman, as an alternative, 1 do not know if
the ICNI are planning to stay overnight. But 1 understand that
there is a time black between 9:30 a.m. and 10:30 a.m.
tomorrow, We could discuss this issue more adequately if it
would be agreeable to them to come back at 9:30 a.m.
tomorrow morning to use that hour.

The Joint Chairman (Senator Hays): Would that be satis-
factory to Mr. Watt?

Mr. Watt: Yes, and we appreciate it. We appreciate the fact
that we will be heard again tomorrow.

The Joint Chairman (Senator Hays): At 9:30 a.m. in the
morning.

1 see that is agreeable to the Committee. Mr. Nystrom,

Mr. Nystrom: Mr. Chairman, I have been in communication
with the National lndian Brotherhood who are slated for
tomorrow. and 1 am advised that they still have not completed
their constitutional talks across the street over at the Skyline
Hotel. Because of that, they would prefer to come before the
Committee Wednesday afternoon, if possible. I feel we should
do everything in our power to accommodate them. lt is very
difficult for them to come before us without a mandate from
the Chiefs,

l have spoken with both Mr. Austin and Mr. Epp on this
question and I think we could probably make those arrange-
ments if it meets with your approval.

The Joint Chairman (Senator Hays): Yes, could we not
take a look at that tomorrow morning? We have the Premier
of Nova Scotia who will be here at 10:30 a.m. in the morning.
Could we not resolve that in the morning?

Some hon. Members: Agreed.

The Joint Chairman (Senator Hays): 1 want to thank our
witnesses for being here tonight. lt has been a most interesting
brief, 1 am sure that every member of the Committee has been
very interested in it. You have just elated us, having done a
great job, and we look forward to having you back tomorrow
at 9:30 a.m.

The meeting is adjourned until 9:30 tomorrow morning.

Constitution o! » Canada

l-l2«l980

l Translation]

Le coprésident (sénateur Hays): Merci beaucoup monsieur
Crombie.

Vous avez sans doute entendu le timbre sonner. Il y a vote à
la Chambre, monsieur Watt et monsieur Tagoona, et certains
députés devront s’y rendre.

J’ai encore plusieurs intervenants sur ma liste, MM. Fraser,
Mackasey, Lapierre et Allmand veulent eux aussi prendre la
parole.

Si les membres du Comité le désirent, nous pourrions, après
le vote qui devrait prendre une vingtaine de minutes, revenir,
disons dans 25 minutes. C‘est à vous de décider.

M. Epp: Monsieur le président, comme solution de
rechange, je ne sais pas si les représentants du Comité lnuit
sur les affaires nationales doivent passer la nuit ici. Sauf
erreur, il y a une période libre entre 9 h 30 et l0 h 30 demain
matin. Nous pourrions mieux discuter de la question, s‘ils
veulent bien revenir à 9 h 30 demain matin.

Le coprésident (sénateur Hays): Est-ce que cela vous con-
vient monsieur Watt?

M. Watt: Oui, nous vous sommes reconnaissants de bien
vouloir nous entendre de nouveau demain matin.

Le coprésident (sénateur Hays): Nous reprendrons donc les
travaux demain à 9 h 30.

Je vois que les membres du Comité sont d’accord. Monsieur
Nystrom.

M. Nystrom: Monsieur le président, j‘ai communiqué avec
la Fraternité nationale des lndiens qui doit comparaître
demain, J’ai appris qu’ils n’avaient pas encore terminé leurs
discussions constitutionnelles a PHôtel Skyline. lls préfére-
raient donc comparaître mercredi après-midi, si c’est possible.
Je crois que nous devrions nous efforcer de les accommoder, Il
leur serait très difficile de venir sans avoir reçu de mandat de
leurs chefs,

J’ai également discuté de la question avec MM. Austin et
Epp et nous pourrions sans doute faire les arrangements
nécessaires si vous êtes d’accord.

Le coprésident (sénateur Hays): Oui, ne pourrions-nous pas
étudier laouestion demain matin’! Le premier ministre de la
Nouvelle-Ecosse sera ici a 10 h 30. Est-ce que cela ne peut pas
attendre à demain?

Des voix: D’accord.

Le coprésident (sénateur Hays): Je tiens à remercier nos
témoins d’être venus ce soir. lls nous ont présenté un mémoire
fort intéressant. Je suis sûr que tous les membres du Comité
l’ont beaucoup apprécié. Vous avez fait de l’excellent travail et
nous en sommes ravis. Nous vous verrons de nouveau avec
plaisir demain matin à 9 h 30.

La séance est levée. La prochaine commencera à 9h 30
demain matin.

Pool Canndn
tiusiagepaia Poridaye
Third Troisième
class classe

KiA 0S7
HULL

Il undehverea‘, relu/n COVER ONL V 1o
Canadien Government Priniing otlice,
Supply and Services Canada,

45 SacreCoeur Boulevard‘

HuH. Quebec. Canada. KIA 0S7

En cas de non-livraison.

retourner celle COUVERTURE SEULEMENT a,
imprimerie du gouvernemeni canadien.
Approvisionnements et Services Canada.
45, boulevard SacreCoeur.

Hull. Québec. Canada. KlA 0S7

WITNESSES-TÉMOINS

From the Inuit Committee on National Issues:

Mr. Charlie Watt, CovChairman;

Mr. Eric Tagoona, Co-Chairman;

Mr. Mark R. Gordon, Coordinator;

Miss Mary Simon;

Mr. Zebedee Nungak.

Du Comité Inuit sur les Affaires nationales.‘

M. Charlie Watt. coprésident;

M. Eric Tagoona, coprésident;

M. Mark R. Gordon, coordonnateur;

M »‘ Mary Simon;

M. Zebedee Nungak.

Availeble from the Canadian Government Publishing Centre,
Supply and Services Canada, Hull, Quebec, Canada KlA 0S9

En vente: Centre d’édition du gouvernement du Canada,
. Approvisionnements et Services Canada. Hull. Québec. Canada KIA 0S9

Cacher

Leave a Reply