Procès-verbaux et témoignages du Comité mixte spécial du Sénat et de la Chambre des communes sur la Constitution du Canada, 28e parl, 2e sess, nº 8 (10 septembre 1970).


Informations sur le document

Date: 1970-09-10
Par: Canada (Parlement)
Citation: Canada, Parlement, Procès-verbaux et témoignages du Comité mixte spécial du Sénat et de la Chambre des communes sur la Constitution du Canada, 28e parl, 2e sess, nº 8 (10 septembre 1970).
Autres formats: Consulter le document original (PDF).


Le texte HTML ci-dessous n’a pas encore été modifié

Ce document n’a pas encore été modifié pour des erreurs. Aidez-nous en corrigeant le texte et en l’envoyant sous forme de fichier texte par courriel à pd@theccf.ca. Votre aide fera PrimaryDocuments.ca le référentiel électronique le plus complet des documents relatifs à la constitution canadienne. Pour de plus amples renseignements, consultez notre page Soyez un contributeur.

Lire le texte non édité

Second Session Deuxième session de la

Twenty-eighth Parliament, 1969-70 vingt-huitième législature, 1969-1970

THE SPECIAL JOINT COMMITTEE
of

LE COMITÉ SPÉCIAL MIXTE

du
THE S.ENATE SÉNAT
A and of et de
THE HOUSE OF COMMONS LA CHAMBRE DES COMMUNES
on the

sur la

CONSTITUTION OF CANADA BONSTITUTIÜN DU CANADA

Senator-Sénateur
MAJÜRICE LAMONTAGNE

A Joint Clzairmen Coprésiden ts

A MARK MacGUIGAN
M.P.—-d-éputé

MINUTES OF PROCEEDINGS
AND EVIDENCE

PROCÈS-VERBAUX ET
TÉMOIGNAGES

No. 8

WINNIPEŒ-MANITOBA
WINNIPEG, MANITOBA

THURSDAY. SEPTEMBER 10, 1970 LE JEUDI l0 SEPTEMBRE 1970

WITNESSES_.TÉMOINS

(See Minutes o! Proceedings) (Voir les procès-verbaux)

224ll—l

SPECII-L JOINT COMMITTEE LE COMITÉ SPÉCIAL MIXTE

on the de la
CONSTITUTION OF CANADA CONSTITUTION DU CANADA

L’HON. MAURICE LAMONTAGNE
Senator — Sénateur
Joint Chairmen , copresldents
MR. MARK MacGUIGAN

M.P. — député
. ‘ C
Représentant le Sénat Represe » a » a
Senators —— Sénateurs Messrs‘ _ MM’

Cameron, Allmand, Lachance,
Fergusson Assehn, Marceau,
F1 nn ’ Breau, MCQUaid,
Giyuège Brewin, 2 Nielsen,
Grîsart, Dinsdale, Osler,
Langlois 1 Fairweather, Ouellet,
McDonald, Fortin, 3 Roberts,
Thompson’ Glbson, Rowland,
Yuzyk»(10) H°ga“h’ W°°“ia‘“S’(2°)°

Hopkins,
(Quorum- 17)

Les cogreffiers du Comité,
Michael B. Kirby,
Patrick Savoie,

Joint Clerks of the Committee,

_ 1 _ d ‘ 1 9 t bre 1970.
1 Replaced Mr. Baldwm on September 9, 1970- zRemplace M Bal W12 cl Sïmtembre 1970
zReplaced Mr. Alexander on September 10, 1970. 3116111111309 M- Alexfln 31’ 3 A P ‘
3Replaced Mr. Lewis on August 31, 1970. RemPlaœ M- Lewls le 31 aout 1970‘

[Text]

MINUTES OF PROCEÂ

Thursday, Septei

(llÇ

The Special Joint Committe

and of the House of Common:

8.15 p.m. in the Hotel Fort (

Manitoba. The Joint Chairman
presided.

Members presenz‘:
Representing the Senate: ‘
Senators F ergusson, Grosart an

Representing the House of G
Allmand, Asselin, Djnsdale, C
Hopkins, Lachance, MacG
McQuaid, Osler and Rowland-

Attending: David L. McWi
viser; Mr. Jacques Malouin, Ec
and Richard Gervais, Executive

Witnesses: Councillor Jack ‘
Metropolitan Corporation of C
From the City of Winnipe,
Rebchuk; and Alderman J. Zu
dian Ukrainian Committee: Jc
Vice-President; Anthony Yai
surer; and Dr. Izdiore H. Lyn]
Press Club.‘ Hans-Hermann R
and Charles Dojack, Past-Pre
Arthur Blaid, Junior Chamber
Metropolitan Winnipeg:

The Joint Chairman made
statement and presented the
Committee to the public. He
the first witness who welcome
t0 Winnipeg on behalf of theh
poration of Greater Winnipeg.
stutement supporting the bri
Municipality in the Canadian
fmred by the Joint Municipa
ntergovernmental Relations,
Ministers of Municipal Affairs
August 19, 1970, by the Can

0T Mayors and Municipalities.

2241 1-11/2

ITÊ SPÉCIAL MIXTE
dela
‘UTION DU CANADA

coprésidents

ïng the House ofCommons
znt la Chambre des communes

Messrs. — MM.

land, Lachance,

lin, Marceau,

u, McQuaid,

lin, 2 Nielsen,

dale, Osler,

veather, Ouellet,

in, Roberts,

an, 3 Rowland,

rth, Woollia1ns—(2O).

uns,

iwin le 9 septembre 1970.
Kander le 10 septembre 1970.
ris le 31 août 1970.

[ T ext]
MINUTES OF PROCEEDINGS

Thursday, September l0, 1970.
( 11)

The Special Joint Committee of the Senate
and of the House of Commons met this day at
8.15 p.m. in the Hotel Fort Garry, Winnipeg,
Manitoba. The Joint Chairman Mr. MacGuigan,
presided.

Members présent:
Representing the Senate: The Honourable
Senators F ergusson, Grosart and Yuzyk—(3).

Representing the House of Commons: Messrs.
Allmand, Asselin, Qinsdale, Gibson, Hogarth,
Ho pkins, Lachance, MacGuigan, Marceau,
McQuaid, Osler and Rowland-(l 2).

Attending: David L. McWilliam, Legal Ad-
viser; Mr. Jacques Malouin, Economic Adviser;
and Richard Gervais, Exécutive Assistant.

Witnesses: Councillor Jack Willis, Chairman,
Metropolitan Corporation of Greater Winnipeg;
From the City of Winnipeg: Alderman S.
Rebchuk; and Aldennan J. Zuken; F rom Cana-
dian Ukrainian Committee: John H. Symyck,
Vice-President; Anthony Yaremowich, Trea-
surer; and Dr. Izdiore H. Lynka; From Canada
Press Club: Hans-Hermann Roeder, President;
and Charles Dojack, Past-President; Professor
Arthur Blaid, Junior Chamber of Commerce of
Metropolitan Winnipeg:

The Joint Chairman made an introductory
statement and presented the members of the
Committee to the public. He then introduced
the first witness who welcomed the Committee
to Winnipeg on behalf of the Metropolitan Cor-
poration of Greater Winnipeg. Mr. Willis made a
statement supporting the brief entitled “The
Municipality in the Canadian Federation” pre-
pared by the Joint Municipal Committee on
Intergovemmental Relations, submitted to the
Ministers of Municipal Affairs in Winnipeg on
August 19, 1970, by the Canadian Federation
of Mayors and Municipalities.

8

22411-11/2

[Traduction]
PROCÈS-VERBAL

Le jeudi l0 septembre 1970
(11)

Le Comité spécial mixte du Sénat et de la
Chambre des communes sur la Constitution du
Canada se réunit à 8 h 15 du soir, à l’hôtel Fort
Garry de Winnipeg (Manitoba). Le coprésident,
M. MacGuigan, occupe le fauteuil.

Membres présents:
Représentant le Sénat: MM. les sénateurs F er-
gusson, Grosart et Yuzyk—{3).

Représentant la Chambre des communes:
MM. les députés Allmand, Asselin, Dinsdale,
Gibson, Hogarth, Hopkins, Lachance, Mac-
Guigan, Marceau, McQuaid, Osler et Row-
land-(12).

Également présents.‘ MM. David L. McWil-
liam, conseiller juridique; Jacques Malouin, con-
seiller économique et Richard Gervais, adjoint
exécutif.

Témoins: Le conseiller Jack Willis, président,
Metropolitan Corporation of Greater Winnipeg;
De la ville de Winnipeg: Les échevins S. Reb-
chuk et J. Zuken; du Comité ukrainien du
Canada: MM. John H. Symyck, vice-président;
Anthony Yaremowich, trésorier; et Izdiore H.
Lynka; du Canada Press Club: MM. Hans-Her-
mann Roeder, président; Charles Dojack, prési-
dent sortant; le professeur Arthur Blaid, Cham-
bre de commerce junior du Winnipeg métropoli-
tain:

Le coprésident fait une déclaration prélimi-
naire et présente au public les membres du
Comité. Il présente ensuite le premier témoin
qui souhaite, au nom de la Metropolitan Corpo-
ration of Greater Winnipeg, la bienvenue à Win-
nipeg aux membres du Comité. M. Willis fait
une déclaration à l’appui du mémoire intitulé:
<ute la région du Canada et proba-
JIOVÎIICCS d’un pays. Nous faisons le
quoique nous nous trouvons peut-
mblée qui a plus de valeur de par sa
i cette séance se tenait à Ottawa.
tenons cette réunion en tant que
TIC, tout ce que nous disons amsr
us dites est enrégistré electromque-
ms les procès-verbaux du Comité.
sont publiés dans les deux langues
st plus important, c’est que je veux
ze soir nous serons obligés d’utiliser
entaire ainsi que le concept ordi-
:nce que nous utilisons durant les
. la Chambre des communes.

que ces avertissements ne sont pas
‘ois, je pense que c’est une bonne
ébut d’uné telle réunion, les limites

discussion afin que vous puissiez
>céder.

i pour vous écouter. Ceux parmi

signalé à l’avance qu’ils voulaient
oires seront invites a faire leur lec-
Jhones que vous voyez la-bas sont a
eux qui veulent faire des commen-
mémoires que 1’on présente ce soir.
e des commentaires qu1 ne traitent
nous essaierons d’avoir une période
de la soirée durant laquelle vous
ltres sujets qui n’ont pas ete men-
Demain il y aura lecture ici d’autres

T

l0 septembre 1970

[Texte]

are welcome tomorrow morning and tomorrow after-
noon as well.

I think that takes care of the ground rules. From
now on the speakers will be seated, which is the
normal procédure in parliamentary committees, al-
though, as you know, in the House itself speakers
stand to speak.

We are pleased to see such a large tum-out here. We
are looking forward to your words and your opinions.
We are not so much doing the kind of job which royal
commissions oftén are assigned, that of fmding out
abstruse facts; our purpose is to fmd out the views of
the people of Canada. We are here for that purpose,
and now let the constitutional dialogue begin.

Our first witness will be Councillor Jack Willis, Chair-

man of the Metropolitan Corporation of Greater
Winnipeg.

Mr. Jack Willis (Chairman of the Council, The Met-
ropolitan Corporation of Greater Winnipeg): Mr.
Chairman and members of the Committee, first of all I
would like to extend to you greetings and best wishes
from the Council of the Metropolitan Corporation of
Greater Winnipeg and the 530,000 citizens of the
metropolitan area.

We are most happy that you have selected Winnipeg,
the heart of the continent, as the first stop in the
séries of public hearings that you will be conducting
on the Constitution of Canada and we wish you well
and success in this most difficult and arduous chore
with which you have been charged.

The préparation of recommendations for a new
constitution is going to require many long and arduous
hours and we wish you- good health and strength and
the necessary other ingrédients to make your mission
successful.

I have been instructed by my Council to advise you,
Mr. Chairman and the Committee, that the Council is
endorsing the position paper of the Canadian Federa-
tion of Mayors and Municipalities. I understand the
Federation will be making a full presentation, some
time later this year and we will be present at that
presentation.

Constitution du Canada 8 : 9

[Interprétation ]

mémoires de 10 heures du matin jusqu’â environ
12h30 et ensuite de 2 heures â 5 heures de l’après-
midi. Nous avons signalé à l’avance à certains de ceux
qui nous ont laissé savoir qu’ils voulaient présenter un
mémoire qu’ils devraient venir demain plutôt que d’es-
sayer de présenter leur mémoire ce soir, afin d’éviter
que les témoins aient à attendre leur tour pendant des
périodes de temps interminables. Mais vous êtes les
bienvenus non seulement ce soir mais aussi demain
matin ainsi que demain soir.

Je crois que nous avons expliqué les règles fonda-
mentales. Dorénavant les orateurs resteront assis selon
la procédure normale des comités parlementaires quoi-
que, comme vous le savez, à la Chambre même, les
orateurs se lèvent pour parler. Il nous fait plaisir de
vous voir en si grand nombre, et nous avons hâte
d’entendre vos paroles et vos opinions. Notre but est
de découvrir quels sont les points de vue du peuple
canadien et non de chercher à découvrir, comme le
font les commissions d’enquêtes royales, les faits
obscurs. Voilà la raison pour laquelle nous sommes ici,
et maintenant nous allons entamer le dialogue consti-
tutionnel.

Notre premier témoin sera le conseiller Jack Willis,
président de la Metropolitan Corporation of Greater
Winnipeg.

M. Jack Willis (Président du Conseil, La Metro-
politan ‘Corporation of Greater Winnipeg): Monsieur le
président et messieurs les membres du Comité, j’aime
rais tout d’abord vous faire part des salutations et des
meilleurs vœux du Conseil et la Metropolitan Corpo-
ration of Greater Winnipeg et des 530,000 citoyens de
la région métropolitaine.

Nous sommes très heureux que vous avez choisi
Winnipeg qui se trouve au coeur du continent, comme
le premier arrêt dans 1a série d’audiences publiques que
vous allez donner au sujet de la constitution du Cana-
da. Nous vous souhaitons bonne chance et du succès
dans ce travail très difficile et pénible qu’on vous a
chargé d’accomplir.

La préparation des recommandations pour une
nouvelle constitution vous prendre beaucoup de temps
et nous vous souhaitons bonne santé et bon courage
ainsi que tous les autres éléments nécessaires afin que
votre mission puisse être couronnée de succès.

J ’ai été chargé par mon Conseil de vous faire part,
monsieur le président et vous les membres du Comité,
que le Conseil a pris l’énoncé de principe de la Fédé-
ration canadienne des maires et des municipalités. Je
crois savoir que la Fédération fera une présentation
complète plus tard dans le courant de cette armée et
nous y serons présents.

8:10

[Text]

The basic position paper, amongst other things,
recommends the reallocation of responsibilities of
such things as cost of éducation, wélfare and urban
mass transportation. Possibly one of thé most impor-
tant matters which the position paper recommends is
the necessity that municipalities be recognizéd and
accepted as participating partnérs in the search for a
new Canadian Constitution and that they be given a
role consistent with their influence on the lives of thé
Canadian people.

Mr. Chairman, I am not making any further submis-
sion at this time. I understand that you have thé
position paper suppliéd by the Federation in their
presentation to thé Ministers of Municipal Affairs
which took place here in Winnipeg some short time
ago, and wé will make whatever further presentation
we have along with the Federation when they appear
before your Committee.

The Chairman: Thank you very much, Mr. Willis.

Discussion of this brief may perhaps merge with that
of the City of Winnipeg, but before we proceed to
hear from thé City perhaps wé might hear from-
oné of our own members who is one of your local
area members, Mr. E. B. Osler, representing Winnipeg
South Centre. Hé has indicated his intérést in asking a
question of Mr. Willis and I would like therefore to cal]
on Mr. Osler at this time.

Mr. Osler: Mr. Chairman I do not have many ques-
tions to ask Mr. Willis. I would like to ask him to éxpand
for thé benefit of all of us here, some of whom have
not studied your brief, on the relationship that hé
would envision between provinces and municipalities
and municipalities and the fédéral government in the
future.

Mr. Willis: Mr. Chairman, thé Fédération in their
délibérations on their présentation are of thé opinion
that because of the very great responsibilities that are
going to be that of thé large urban aréas where we are
advised that within the néxt 20 years 80 per cent of
our population are going to résidé, it is going to bé
necessary that thé large area municipalities, the prov-
incés and the fédéral government be on a tripartite
basis in matters which pertain to the necéssitiés of the
large urban centrés, such as thé amenitiés they are
going to require mainly mass transportation, matters
of wélfare, éducation and housing. Wé feél that it is
vitally important that this be a tripartite position
rathér than thé present position where the municipal-
ities déal with the provincial governments and thé
provincial governments then déal with thé fédéral
government.

Constitution of Canada

September l0, 1970

[Interprétation]

Le document qui sert comme énoncé de principes
recommande, entré autre, la réattribution des respon-
sabilités dans des domaines tels que les frais de l’éduca-
tions, le bien-être social et les moyens de transport
public urbain. Il est possible qu’un des sujets lés_plus
importants que l’énoncé de principes recommande est
le besoin de reconnaître et d’accépter les municipalités
en tant que partenaires qui participent à la recherche
pour une nouvelle constitution canadienne et qu’elles
soient données un rôle qui soit compatible avec leur
influence sur la vie du peuple canadien.

Monsieur le président, je n’ai pas d’autres soumis-
sions à faire à ce moment. Je crois que vous avez
l’énoncé de principe que la Fédération avait incluse
dans sa présentation aux ministres des Affaires munici-
pales lors de la conférence qui eu lieu ici à Winnipeg il
y a peu de temps. Si nous avons une autre présentation
à faire, nous le ferons conjointement avec la Fédéra-
tion lorsqu’élle se présentera devant votre Comité.

Le président: Merci beaucoup, monsieur Willis.

La discussion de ce mémoire pourrait peut-être se
faire conjointement avec celui de la ville de Winnipeg,
mais avant d’écoutér les représentants de cette ville,
nous pourrions peut-être donner la parole à un de nos
membres qui est, en fait, un député de votre région, M.
E.B. Osler, qui représente Winnipeg Sud Centre. Il
nous a signalé qu’il aimerait poser une question à M.
Willis, donc je voudrais donner la parole à M. Osler.

M. Osler: Monsieur le président, je n’ai pas beaucoup
de questions à poser à M. Willis. J’airnerais demander
à M. Willis de bien vouloir nous expliquer, et il y en a
parmi nous qui n’ont pas étudié votre mémoire, quelle
sorte de rapport il envisage à l’avénir entre les provin-
ces et les municipalités, les municipalités et le gouver-
nément fédéral.

M. Willis: Monsieur le président, durant les débats au
sujet de sa présentation, la Fédération a déclaré qu’à
cause des énormes responsabilités qui incomberont
aux grandes régions urbaines où d’ici vingt ans 80 p.
100 de notre population habitera, il sera nécessaire que
les grandes municipalités, les provinces et le gouver-
nemént fédéral soient établis sur une base tripartite en
ce qui a trait aux besoins des grands centres urbains,
notamment des services tels que les transports publics,
le bien-être social, l’éducation, et Phabitation. Nous
sommes d’avis que c’est d’uné importance vitale que ce
soit une position tripartite plutôt que la position ac-
tuelle où les municipalités ont affaire aux gouverne-
ments provinciaux, et ensuite les gouvernements pro-
vinciaux ont affaire au gouvernement fédéral.

l0 septembre 1970

[Texte]

Osler: Mr. Chairman, perha;
W1ll1s a question on éducation, we
more about éducation when the 4
mérce cornes, and that should be in
suggesting that there bé a shift of
only in fmancing but in the content

Mr. Willis: Mr. Chairman, the cc
up to this point has been mainly
fmancmg the éducational responsibi
of the members of the Federation
homéowner, the propérty owner, s]
with the responsibility of looking aft
Pfûperty and that the matters of 01
« ces Winch: thfough our tradition, han
the tax structuré of propérty but wh
relate t0 PIOPCIÎY in the servicing o]
the responsibility of the two senior go

Mr. Osler: I would go along with th
would hké to get back to the questio;
not Mr. WIIIIS or the brief suggest in a1
get around this nub of content of éduc

0 2025

Mr. Willist Up to thé present time, M
have not m the Federation proce

presentation to a point that would
matter.

Mr. Osler: It seems to me, Mr. Chair;
such as wélfare and urban transport;
Stffilghtforward because I can visualizé
umts that can be décidéd upon. Aris
éducation thing as an éxample 1 won
into the wholeprocess of government
lévél thé municipalities envisage in the t

The present Parliament of Canada
speak for all the people of Canada
attractéd to your idéas but I wondér w.’
that the fédéral Parliament of Cal-lac‘
dundant in some way if there are pyra
levels that all have inputs?

‘ ML Willis: I am afraid, Mr. Chairman
m a positron to déal further with tha
which I represent has no responsibility
of éducation and I arn sure the City ot

September l0, 1970

t qui sert comme énoncé de principes
entre autre, la réattribution des respon-
as domaines tels que les frais de Péduca-
être social et les moyens de transport
Il est possible qu’un des sujets les ‘plus
l’énoncé de principes recommande est
zonnaître et d’accépter les municipalités
rtenaires qui participent à la recherche
elle constitution canadienne et qu’elles
un rôle qui soit compatible avec leur
vie du peuplé canadien.

président, je n’ai pas d’autres soumis-
l ce moment. Je crois que vous avez
incipe que la Fédération avait incluse
ation aux ministres des Affaires mumc1-
conférence qui eu lieu 1c1 a Wmmpeg 1l
3s. Si nous avons une autre présentation
e ferons conjointement avec la Fédéra-
se présentera devant votre Comite.

Merci beaucoup, monsieur Willis.

1 de ce mémoire pourrait peut-être se
nént avec celui de la ville de Winnipeg,
couter les représentants de cette ville,
peut-être donner la parole à un dé nos
LÎ, en fait, un député de votre région, M.
ll représente Winnipeg Sud Centre. I1
qu’il aimerait poser une question à M.
roudrais donner la parole à M. Osler.

nsieur le président, je n’ai pas beaucoup
poser à M. Willis. J’airnerais demander
bien vouloir nous expliquer, et il Y €11 3

n’ont pas étudié votre mémoire, quelle
rt il envisage à l’avénir entre les provin-
cipalités, les municipalités et le gouver-

unsieur le président, durant les débats au
àsentation, la Fédération a déclaré qu’à
rmés responsabilités qui incomberont
gions urbaines où d’ici vingt ans 80 p.
npulation habitera, il sera nécessaire que
micipalités, les provinces et le gouver-
, soient établis sur une base tripartite en
aux besoins des grands centres urbains,
s services tels que les transports publics,
cial, l’éducation, et Phabitation. Nous
que c’est d’uné importance vitale que ce
on tripartite plutôt que la position ac-
nunicipalités ont affaire aux gouverne-
.aux, et ensuite les gouvernements pro-
faire au gouvernement fédéral.

l0 septembre 1970

[Texte]

Mr. Osler: Mr. Chairman, perhaps I could ask Mr.
Willis a question on éducation. Wé are going to hear
more about educationwhén the Chamber of Com-
merce comés, and that should be interesting. Are you
suggesting that there be a shift of responsibility, not
only in fmancing but in the content of éducation?

Mr. Willis: Mr. Chairman, the considération given
up to this point has been mainly in the matter of
fmancing thé educational responsibilities. The feeling
of the members of the Federation is that the basic
homeowner, the property owner, should be charged
with the responsibility of looking after services to the
property and that the matters of other types of ser-
vices which, through our tradition, have been built into
the tax structure of property but which réally do not
relate to property in the servicing of same should be
the responsibility of the two senior governments.

Mr. Osler: I would go along with that completely. I
would like to get back to the question of whether or
not Mr. Willis or the brief suggest in any way how you
get around this nub of content of éducation.

o 2025

Mr. Willis: Up to the present time, Mr. Chairman, we
have not in the Federation processed our final
presentation to a point that would deal with this
matter.

Mr. Osler: It seems to me, Mr. Chairman, that things
such as welfare and urban transportation are more
straightforward because I can visualize them as dollar
units that can be decided upon. Arising out of this
éducation thing as an example, I wonder what input
into the whole process of government say at a federal
level the municipalities envisage in the future?

The present Parliament of Canada is supposed to
speak for all the people of Canada. I arn rather
attracted to your ideas but I wonder whether it means
that the federal Parliament of Canada becomes re-
dundant in some way if there are pyrarnids at various
levels that all have inputs?

Mr. Willis: I am afraid, Mr. Chairman, that I am not
in a position to deal further with that. The Council
which I represent has no responsibility in the matter
of éducation and I am suré the City of Winnipeg will

Constitution du Canada 8 : ll

[Interprétation]

M. Osler: Monsieur le président, j’aimérais poser une
question à M. Willis au sujet de l’éducation. Il y aura
d’autres discussions au sujet de l’éducation lorsque la
Chambre de ommerce viendra témoigner et cela devra
être intéressant. Est-ce que vous suggérez qu’il y ait un
changement au niveau de la responsabilité, non seule-
ment dans le financement mais dans le contenu de
l’éducation?

M. Willis: Monsieur le président, jusqu’â présent
notre intention a été portée principalement sur le
financement des responsabilités dans le domaine de
l’éducation. Les membres de la Fédération sont d’avis
que le propriétaire d’uné maison, que la personne qui
possède la propriété, devrait être chargée de la respon-
sabilité de s’occupér des services à la propriété et que
les services qui appartiennent à d’autres domaines mais
qui, grâce à la tradition, ont été incorporés dans la
structure de Pimpôt sur les propriétés mais qui n’ont
vraiment pas de rapport à la propriété sur le plan des
services qui y sont consacrés et qui devraient être la
responsabilité des deux principaux niveaux de gouver-
nement?

M. Osler: Je suis parfaitement d’accord avec cela.
Je voudrais savoir si M. Willis ou le mémoire propose
dé quelle façon ou peut résoudre le problème essentiel
du contenu de Péducation.

M. Willis: J usqu’â présent, monsieur le président, la
Fédération ne s’est pas encore occupée de ce sujet
dans sa présentation finale.

M. Osler: Il me semble, monsieur le président, que
les problèmes tels que le bien-être social et le transport
urbain sont des sujets plus abordables parce qu’on
peut les traiter en termes de dollars, et une décision
peut être prise sur cette base. En ce qui a trait au
problème causé par l’éducation, je me demande quelle
participation dans le processus globale du gouverne-
ment, « disons fédéral, les municipalités envisagent
l’avénir?

Le Parlement actuel du Canada est supposé parler
pour le peuple enüer du Canada. Vos idées m’attirent,
mais je me demande si cela veut dire que le Parlement
fédéral du Canada devient jusqu’â un certain point
superflu s’il existé des pyramides à plusieurs niveaux
qui participent tous au processus‘?

M. Willis: Monsieur le président, je crains que je ne
suis pas dans une situation qui me pennet de continuer
à discuter cette question. Le Conseil que je représente
n’a pas de responsabilité dans le domaine de l’éduca-

8 : 12 Constitution of Canada

[Text]

be dealing with this matter more fully as they are the
responsible council here for the city itself. However,
the matter of the reallocation of this responsibility in
its entirety is a matter that is now being proceeded
with through the committees that we have set up in
the Federation and will be a matter of their presen-
tation in the official brief which you will be receiving
formally from the Federation at a later date.

Mr. Osler: I have a final question, Mr. Chairman. Mr.
Willis does not feél perhaps, with this move towards
urbanization and with the adjustments in voting power
that must take placé, at least a percentage of your
problem will not look after itself in the future. In
other words, people are moving from the country to
the city and the citiés are going to have much more
power in the provincial législature, and the provincial
législature will more fully represent the views of those
who live in the city in the future, because of this. Is it
possible that this problem will look after itself
automatically?

Mr. Willis: Mr. Chairman, I certainly agrée that the
représentation in thé urban areas is going to shift to a
larger extent than it has at the present time. Whether
the members elected to the provincial législature from
the urban areas are going to be more cognizant of the
urban problems than most provincial legislators appear
to be at the present time is one which we hope for.

With regard to the shift in population and the
possibility of this solving some of the problems, I
would say that at the present time the shift of the
rural population into the citiés has been accentuating
our educational problems, particularly, as well as the
other problems in striving to finance them. It is true
that the provincial governments practically right across
Canada and in one case at least have taken over the
responsibility of éducation, and they have been
putting far more financial input from their resources
into éducation and also into welfare. Unfortunately,
thé spiralljng costs of these services have been in-
creasing at a more rapid rate than the input from the
provincial government, particularly in our case here,
has been able to take care of it.

Mr. Osler: Sorry, I said one more question, but if I
could have your indulgence, Mr. Chairman, I would
like to ask one more.

As a citizen of Winnipeg I have always felt, Mr.
Chairman, that it is ridiculous for half a million people
to have four levels of government looking after them.
This may not be a valid thought, but if it were a valid
thought, would the submission that is présently before
us perpetuate four levels of government and just allow

September l0, 1970

[Interprétation ]

tion et je suis convaincu que la ville de Wmmpeg
traitera de ce sujet plus longuement puisque ses repré-
sentants forment le conseil responsable ici pour la ville
même. Toutefois, la redistribution de cette responsa-
bilité dans sa totalité est un sujet qui est présentement
à l’étude dans les comités que nous avons créés au sein
de la Fédération et dont elle traitera dans sa présenta-
tion dans le mémoire officiel que vous recevrez formel-
lement de la Fédération à une date ultérieure.

M. Osler: Monsieur le président, j’aimérais poser une
dernière question. Vu cette tendance vers Purbani-
sation et les ajustements dans la répartition des votes
qui devront avoir lieu, M. Willis ne pense peut-être pas
qu’une partie de votre problème ne se résoudra pas de
soi-même à l’avénir. En d’autres termes, les gens dé-
ménagent de la campagne vers la ville et les ville auront
plus de pouvoir dans le gouvernement provincial, et la
législature provinciale représentera ainsi plus entière-
ment les points de vue des citadins à l’avénir. Est-il
possible que ce problème soit résolu automati-
quement?

M. Willis: Monsieur le président, je suis certainement
d’accord que la représentation dans les régions urbai-
nes changera plus qu’elle ne le fait actuellement. Nous
espérons que les députés qui représenteront les régions
urbaines au gouvernement provincial, seront plus à la
hauteur des problèmes urbains que la plupart des légis-
lateurs provinciaux semblent l’être actuellement.

En ce qui concerne le déplacement de la population
et la possibilité que cela puisse résoudre certains des
problèmes, je dirais qu’à présent, 1e déplacement de la
population rurale vers les villes a accentué le problème
dans le domaine de Péducation en particulier, ainsi que
les autres problèmes reliés à leur financement. Il est
vrai que pratiquement tous les gouvernements provin-
ciaux à travers le Canada, et au moins dans un cas, ont
assumé la responsabilité dans le domaine de l’éduca-
tion, et ils ont contribué beaucoup plus de leurs res-
sources fmancièrés à l’éducation et aussi au bien-être
social. Malheureusement, la montée en flèche des frais
de ces services se fait à un rythme plus rapide que la
contribution du gouvernement provincial, particulière-
ment dans notre cas ici.

M. Osler: Je m’excuse, j’avais dit que je ne poserais
qu’une seule question, mais avec votre permission,
monsieur le président, j’aimérais en poser une autre.

En tant que citoyen de Winnipeg, j’ai toujours trou-
vé, monsieur le président, que c’est ridicule que quatre
niveaux de gouvernement s’occupent d’un demi-million
de gens. Il se peut que ce que je dis n’est pas valable,
mais si l’idéé est valable, est-ce que la soumission que
nous étudions actuellement perpétuerait quatre ni-

l0 septembre 1970

[Texte]

a différent input into the whole pro
ment, or is there no alternative to
government for a half million people v
population of the Province of Manitoba

Mr. Willis: Mr. Chairman, I think at
of government discussed here in the Pr-
toba are going to be changed in one mai
very shortly. How you would deal witl
levels I arn at a loss to know under our j
of démocratie parliamentary procédure
away with the municipalities, the mu
ments, would be a virtual impossibility
complexity of their responsibilities.
suggest that it would be possible to do
provincial governments because of
bilities and have them take over the urt
well as the provincial problems an:
horrified if the province suggested th:
with the government of Canada!

The Joint Chairman (Mr. MacGuiga
would, too! Thank you very mur
Perhaps you can remain with us. I see M
question, too, which we can take, the
might remain with us in case during t]
of the City of Winnipeg some other m;
you might want to comment on.

Mr. Osler: Mr. Chairman, because he
party as I am, may I have the prix
political for a moment and pointir
members from out of town of the E
House of Commons that one of the
audience tonight is the former premie
the Honourable D. L. Campbell. I thir
not only of Mr. Campbe1l’s interest and
want to see what is going on here but
that we should have for him that hé is
in what is going on in this country, a
not the responsibilities any more.

Mr. Campbell (Former Premier of l
Chairman, Mr. Osler is saying that I havu

The Joint Chairman (Mr. MacGuig:
Gibson is the member for Hamilton
Ontario.

Mr. Gibson: Mr. Willis, from your ré
profound fear that the municipalities
given sufficient authority in thé policie
what éducation will be handed out to
the big citiés. Would it be correct to sa

September l0, 1970

convaincu que la ville de Winnipeg
et plus longuement puisque ses repré-
le conseil responsable ici pour la ville
, la redistribution de cette responsa-
ilité est un sujet qui est présentement
comités que nous avons créés au sein
et dont elle traitera dans sa présenta-
aire officiel que vous recevrez formel-
zration à une date ultérieure.

ieur le président, j’aimérais poser une
1. Vu cette tendance vers l’urba.ni-
tements dans la répartition des votes
lieu, M. Willis ne pense peut-être pas
votre problème ne se résoudra pas de
iir. En d’autres termes, les gens dé-
mpagne vers la ville et les ville auront
lans le gouvernement provincial, et la
ciale représentera ainsi plus entière-
de vue des citadins à l’avénir. Est-il
a problème soit résolu automati-

ieur le président, je suis certainement
représentation dans les régions urbai-
‘. qu’elle ne le fait actuellement. Nous
léputés qui représenteront les régions
ernement provincial, seront plus â la
lèmes urbains que la plupart des légis-
x semblent l’être actuellement.

erne le déplacement de la population
[116 cela puisse résoudre certains des
iis qu’à présent, le déplacement de la
vers les villes a accentué le problème
le l’éducation en particulier, ainsi que
nés reliés â leur financement. Il est
ment tous les gouvernements provin-
Canada, et au moins dans un cas, ont
sabilité dans le domaine de l’éduca-
ontribué beaucoup plus de leurs rés-
as à l’éducation et aussi au bien-être
sement, la montée en flèche des frais
: fait à un rythme plus rapide que la
gouvernement provincial, particuliere-
ms ici.

’excuse, j’avais dit que je ne poserais
estion, mais avec votre permission,
lent, j’aimérais en poser une autre.

oyén de Winnipeg, j’ai toujours trou-
résident, que c’est ridicule que quatre
rnement s’occupent d’un demi-million
Lt que ce que je dis n’est pas valable,
valable, est-ce que la soumission que
ctuellement perpétuerait quatre ni-

l0 septembre 1970

[Texte]

a différent input into the whole process of govem-
ment, or is there no alternative to four levels of
government for a half million people who are half thé
population of the Province of Manitoba?

Mr. Willis: Mr. Chairman, I think at least two levels
of govermnent discussed here in the Province of Mani-
toba are going to be changed in one mariner or another
very shortly. How you would deal with the other two
levels I am at a loss to know under our present method
of démocratie parliamentary procédure. I think to do
away with the municipalities, the municipal govem-
ments, would be a virtual iinpossibility because of the
complexity of their responsibilities. I hesitate to
suggest that it would be possible to do away with the
provincial governments because of their responsi-
bilities and have them take over the urban problems as
well as the provincial problems and I would be
horrified if the province suggested that we do away
with the govermnent of Canada!

The Joint Chairman (Mr. MacGuigan): I think we
would, too! Thank you very much, Mr. Willis.
Perhaps you can remain with us. I see Mr. Gibson has a
question, too, which we can take, then perhaps you
might remain with us in case during the presentation
of the City of Winnipeg some other matter arises that
you might want to comment on.

Mr. Osler: Mr. Chairman, because hé is in the same
party as I am, may I have the privilege of being
political for a moment and pointing out to the
members from out of town of the Senate and the
House of Commons that one of the people in the
audience tonight is the former premier of Manitoba,
the Honourable D. L. Campbell. I think it is a mark,
not only of Mr. Cainpbell’s interest and intelligence to
want to see what is going on here but of the respect
that we should have for him that hé is still interested
in what is going on in this country, although he has
not the responsibilities any more.

Mr. Campbell (Former Premier of Manitoba): Mr.
Chairman, Mr. Osler is saying that I have refonned!

The Joint Chairman (Mr. MacGuigan): Mr. Colin
Gibson is the member for Hamilton-Wentworth in
Ontario.

Mr. Gibson: Mr. Willis, from your remarks I note a
profound fear that the municipalities have not been
given sufficient authority in the policies adopted as to
what éducation will be handed out to the schools in
the big citiés. Would it be correct to say that you and

Constitution du Canada 8 : 13

[Interprétation]

veaux de gouvernement et permettrait seulement une
contribution différente au processus global de gouver-
nement, ou n’y a—t-il pas d’alternative â un système
basé sur quatre niveaux de gouvernement pour un
demi-million de gens qui représentent la moitié de la
population de la province du Manitoba?

M. Willis: Monsieur le président, je pense qu’au
moins deux niveaux de gouvernement qui sont le sujet
de discussion ici dans la province du Manitoba seront
changés d’uné façon ou d’uné autre très prochaine-
ment. Je ne pourrais dire comment on traiterait des
deux autres niveaux avec notre système actuel de
procédure démocratique. Je pense qu’il serait pratique-
ment impossible d’éliminer les gouvernements muni-
cipaux à cause de la complexité de leurs responsabi-
lités. J’hésite de suggérer qu’il serait possible d’élirrii-
ner les gouvernements provinciaux à cause de leurs
responsabilités et les faire assumer les problèmes ur-
bains ainsi que les problèmes provinciaux, et je serais
scandalisé si les provinces proposaient d’éliminer le
gouvernement du Canada.

Le coprésident (M. MacGuigan): Je pense que nous le
serions aussi! Merci beaucoup, monsieur Willis. Vous
pourriez peut-être rester ici avec nous. Je vois que M.
Gibson aimerait aussi poser une question, et nous
sommes d’accord qu’il le fasse. Vous pourriez peut-
être rester ici avec nous au cas où vous voudriez faire
un commentaire au sujet d’uné question ou l’autre
durant la présentation par la ville de Winnipeg.

M. Osler: Monsieur le président, permettez-moi
d’agir un instant comme un politicien, car il s’agit d’un
individu qui appartient au même parti politique que
moi et dont je voudrais signaler la présence ici ce soir
parmi l’auditoire, aux membres du Comité. Il s’agit de
l’ex-premier ministre du Manitoba, l’honorable D. L.
Campbell. Je pense que M. Campbell fait preuve
d’intelligence en voulant se rendre compte de ce qui se
passe ici et en plus, nous lui devons du respect pour
Pintérêt qu’il montre toujours dans les affaires de son
pays quoiqu’il ne détient plus les responsabilités du
pouvoir.

M. Campbell (ex-premier ministre du Manitoba):
Monsieur le président, M. Osler est en train de dire que
je me suis réformé!

Le coprésident (M. MacGuigan): M. Colin Gibson est
le député de Hamilton-Wentworth en Ontario.

M. Gibson: Monsieur Willis, d’après vos commen-
taires, je remarque une profonde crainte que les
municipalités n’ont pas été accordées assez d’autorité
dans les politiques adoptées au sujet de la teneur de
l’enseignement qui doit être donné dans les écoles des

8 : 14 Constitution of Canada

[Text]

gentlemen like you are groping for a position in the
policy-making sphere as to éducation within your
boundaries, and that you want to have some represen-
tation, not delegated down to the lowest level, but
you want to have input into the policy in your area?

Mr. Willis: Mr. Chairman, if I gave this impression I
must apologize because I had no intention of that
interprétation. What I have been endeavouring to say
is that we are of the opinion the matter of éducation
cost, which is one of the major costs and one of the
most difficult costs to assess to thé homéowner on the
réal propérty tax, particularly due to the manner of
the rapid movement of our people across the country,
is one which we féel is going to have to be shifted off
the property tax to another method of fmancing. That
is what I had intended to state in this particular
matter, Mr. Chairman.

The Joint Chairman (Mr. MacGuigan): Ladies and
gentlemen, as this municipal question is going to keép
coming up and indeed is coming up again immédiately,
now, perhaps wé could release Mr. Willis at this point
from the direct responsibility for answéring further
questions. May I ask the Committee if you would be
willing to technically adjourn for a moment to allow a
photographer to take a picture of the Committee in
opération. Wé cannot under the rules of the House of
Commons have pictures taken whilé the Committee is
in session, but if we were to take a brief break I think
wé could allow that to bé done. Is that agreed?

Some hon. Members: Agreed.

The Joint Chairman (Mr. MacGuigan): Gentlemen,
wé will now résume thé Committee meeting. The
meeting will now continué. I would like to call on thé
représentatives of the City of Winnipeg who are Alder-
man Joseph Zuken and Alderman Rebchuk. I under-
stand that Alderman Rebchuk will present a brief on
behalf of the city and I am therefore pleased to turn
the microphone over to him. Alderman Rebchuk.

Mr. Sean Rebchuk (Alderman, City of Winnipeg):
Mr. Chairman and members of the Special Joint
Committee of the Senate and the House of Commons
on thé Constitution of Canada, on behalf of Mayor
Juba who is out of the city I want to welcome you,
ladies and gentlemen, to the City of Winnipeg. As was
méntioned before, we are a mosiac city, a city that is
the heart of Canada and our brief is coming from the

September l0, 1970

[Interprétation ]

grandes villes. Est-ce que ce serait exact de dire que
vous ainsi que d’autres gens comme vous, êtes en train
de chercher à Pavéugletté afin de pouvoir établir une
position dans le cadre de vos propres limites au niveau
de la création de la politique dans le domaine de
l’éducation, et que vous voulez avoir une certaine
représentation qui ne soit pas déléguée au plus bas
niveau, en somme, que vous voulez avoir une voix dans
la création de la politique dans votre région?

M. Willis: Monsieur le président, je m’excuse si je
vous ai donné cette impression, car cette interpréta-
tion ne correspond pas à mon intention. Ce que j’ai
essayé de vous dire, c’est que nous sommes d’avis que
les frais de Péducation, qui sont un des principaux
frais et qui représentent de très grandes difficultés au
niveau de l’évaluation de la taxe foncière à imposer au
propriétaire d’uné maison et dont la raison principale
est le mouvement rapide des gens d’un bout du pays à
l’autre, nous sommes d’avis que les frais d’éducation
ne devront plus être payés par la taxe foncière, mais
par une autre méthode de financement. C’était là ce
que j’avais l’intention de dire dans ce cas particulier,
monsieur le président.

Le coprésident (M. MacGuigan): Mesdames, mes-
demoiselles et messieurs, il semble que ce problème
municipal continuera à surgir comme il le fait en ce
moment et â ce point-ci nous pourrons peut-être
libérer M. Willis de la responsabilité directe d’avoir à
répondre à d’autres questions. Puis-je demander au
Comité s’il serait d’accord d’ajourner un instant pour
permettre au photographe de prendre une photo du
Comité en réunion. D’après les règles de la Chambre
des communes, il est interdit de prendre des photos
pendant que le Comité est en session, mais si nous
prenions un moment de repos, je pense que nous
pourrions permettre cela, êtes-vous d’accord?

Des voix: D’accord.

Le co-président (M. MacGuigan): Messieurs, nous
reprendrons maintenant la séance. Je donne la parole
aux représentants de la ville de Winnipeg, notamment
les échevins Joseph Zuken et S. Rebchuk. On m’a
informé que M. Rebchuk présentera un mémoire au
nom de la ville. Il me fait donc plaisir de l’inviter au
microphone. Monsieur Rebchuk.

M. Sean Rebchuk (échevin, ville de Winnipeg):
Monsieur le président, messieurs les membres du
Comité spécial mixte du Sénat et de la Chambre des
communes sur la Constitution du Canada, au nom du
maire M. J uba qui est en voyage en ce moment, je vous
souhaité la bienvenue, mesdames, mesdemoiselles et
messieurs, dans la ville de Winnipeg. Comme on l’a dit
plus tôt, notre ville est un mosaïque, une ville qui est

l0 septembre 1970

[Texte]

heart of the City Council. I wou
some of the members that are ha
support of our brief. Théy are Alc
Westbury; Aldénnan Robert Steei
Zuken on my left; Alderman Ma)
man Max Aliason. We will be study
per cent of the population, of Grea

Thé Joint Chairman (Mr. MacG

very much for your support and att
gentlemen.

Mr. Rebchuk: Thé City of Wim
welcome you and to présent to you
constitution of Canada with parti
municipalities.

Under the British North America
the législature in each province ma)
laws in relation to municipal institi
ince. This is the only mention of lc
the BNA Act with the exception of
citiés, parts of citiés and towns fo
then éxisting électoral division. « l
status and powers or lack of thém,:
ipalities _were énacted some 103
completely différent économie, pc
conditions and they have no releva
realities of the nineteen sevéntiés.

Our citiés présent a drarnatic con
and isolated pioneer and frontier
Confédération was born. From
Company trading post with a popul
200 at the time of Confédération, W:
to a modern city of approximately 2
its Position Paper submitted last mc
dian Federation of Mayors and Mu:
Conférence of Ministers of Muni
Wmmpeg the F ederation declared:

The urbanization of Canadian s
ing at the fastest rate of any de
and the Economic Council of 4
that by 1980, 81 per cent of the
will bé in urban communities wi
citiés of 100,000 or more. Wl
startling is the forecast that one-v
live in Montréal, Toronto and ‘
the welfare and the way of life c
Üal mëLÎOIÎÎY of our population :
solution of this question.

September l0, 1970

st-ce que ce serait exact de dire que
’autres gens comme vous, êtes en train
aveuglette afin de pouvoir établir une
cadre de vos propres limites au niveau
de la politique dans le domaine _de
que vous voulez avoir une certaine
lui ne soit pas déléguée au plus bas
le que vous voulez avoir une VOIX dans
3
politique dans votre région?

nsieur 1e président, je m’excuse si je
zette impression, car cette interpréta-
md pas à mon intention. Ce que J a1
, .

lire, c’est que nous sommes d avis que
lucation, qui sont un des principaux
ésentent de très grandes difficultés au
ration de la taxe foncière à imposer au
ne maison et dont la raison principale
ut rapide des gens d’un bout du paYS a
mmes d’avis que les frais d’éducation

être payés par la taxe foncière, mais
néthode de financement. C’eta1t la Ce
ention de dire dans ce cas particulier,
aident.

nt (M. MacGuigaîflî Mesdames» ‘P35’
messieurs, il semble que ce probleme
nuera à surgir comme il le fait en ce
ce point-ci nous pOUIIOHS Peueetïe
; de la responsabilité directe d’avoir a
utres questions. Puis-je demander 311
it d’accord d’ajourner un instant FOUT
hotographe de prendre une photo du
ion. D’après les règles de la Chambre
il est interdit de prendre des photos

Comité est en session, mais S1 110115
ornent de repos, je Pense que nous
zttre cela, êtes—vous d’accord?

ccord.

nt (M. MacGuigan): Messieurs, nous
intenant la séance: Je donne 1a Pafele
ts de la ville de Winnipeg, netammeît
seph Zuken et S. Rebchuk; On ma
. Rebchuk présentera un memolre au

Il me fait donc plaisir de l’inviter au
nnsieur Rebchuk.

‘ochuk (échevin, ville de Winnipeg)!
résident, messieurs les membres du
mixte du Sénat et de la Chambre des
la Constitution du Canada, au nom du
_ui est en voyage en ce moment, Je V0115
nvenue, mesdames, mesdemoiselles et
la ville de Winnipeg. Comme on l’a dlt
ville est un mosaique, une V1119 qu1 est

l0 septembre 1970

[Texte]

heart of the City Council. l would like to introduce
some of the members that are here from Council in
support of our brief. Théy are Alderwoman Mrs. J une
Westbury; Alderman Robert Steen;A1dennan Joseph
Zuken on my left; Alderman Max Mulder and Alder-
man Max Aliason. Wé will bé studying a brief about 52
per cent of the population, of Greater Winnipeg.

Thé Joint Chairman (Mr. MacGuigan): Thank you

very much for your support and attendance, ladies and
gentlemen.

Mr. Rebchuk: The City of Winnipeg is pleased to
welcome you and to present to you some views on thé
constitution of Canada with particular reference to
municipalities.

Under the British North America Act, Section 92(8)
the législature in each province may exclusively make
laws in relation to municipal institutions in the prov-
ince. This is the only mention of local government in
the BNA Act with the exception of some reference to
cities, parts of citiés and towns for purposes of thé
then éxisting électoral division. The constitutional
status and powers or lack of them, assigned to munic-
ipalities were énacted some 103 years ago under
eompletely différent economic, political and social
conditions and they have no relevance to the urban
realities of the nineteen sevéntiés.

Our cities present a dramatic contrast to the small
and isolated pioneer and frontier settlements when
Confédération was born. From a Hudson’s Bay
Company trading post with a population of less than
200 at the time of Confédération, Winnipeg has grown
to a modern city of approximately 250,000 people. In
its Position Paper submitted last month by the Cana-
dian Federation of Mayors and Municipalities to thé
Conférence of Ministers of Municipal Affairs in
Winnipeg the F ederation declared:

The urbanization of Canadian society is proceed-
ing at the fastest raté of any dévéloped country,
and the Economic Council of Canada éstimatés
that by 1980, 81 pér cent of the total population
will bé in urban communities with 60 per cent in
cities of 100,000 or more. What is even more
startling is the forecast that one-third of thésé will
live in Montréal, Toronto and Vancouver. Thus,
the welfare and the way of life of a very substan-
tial majority of our population is involvéd in the
solution of this question.

Constitution du Canada 8 : 15

[Interprétation]

le cœur du Canada, et notre mémoire représente les
idées qui le conseil municipal tient â cœur. J ’aimerais
vous présenter œrtains des membres du conseil muni-
cipal qui sont présents ici afin d’appuyer notre mémoi-
re. Je vous présente les échevins, Mme J une Westbury,
M. Robert Steén, M. Joseph Zuken, M. Max Mulder et
M. Max Aliason. Nous allons étudier un mémoire au
sujet de 52 p. 100 de la population de la région
métropolitaine de Winnipeg.

Le co-présidént (M. MacGuigan): Mesdames, mes-
demoiselles et messieurs, je vous remercie de votre
appui et de votre présence.

M. Rebchuk: La ville de Winnipeg a le plaisir de vous
souhaiter la bienvenue et de vous présenter certains
points de vue sur la constitution du Canada, tout
particulièrement en ce qui a trait aux municipalités.

Aux termes de 1’Acte de l’Amérique du Nord britan-
nique, à Particlé 92 (8), la législature de chaque
province a le droit exclusif de rédiger les lois en ce qui
concerné les institutions municipales dans la province.
C’est la seule fois qu’on parle de gouvernement local
dans 1’Acte de l’Amérique du Nord britannique â
l’éxception de quelques remarques au sujet des villes,
de certaines parties des villes, dans le contexte de la
division électorale qui existait dans ce temps-là. Le
statut et les pouvoirs constitutionnels ou leur absence
accordées aux municipalités étaient en vigueur il y a
103 ans sous des conditions économiques, politiques
et sociales complètement différentes et éHés n’ont
aucun rapport aux réalités urbaines à l’année 1970.

Ma ville présenté une contraste frappant aux petites
colonies isolées des pionniers et aux colonies fronta-
lières lors de la création de la Confédération. D’un
comptoir de la Compagnie de la Baie d’Hudson qui
comptait moins dé 200 âmes au temps de la Confédé-
ration, Winnipeg est devenue une ville moderne qui
compte â peu près 250,000 habitants. Dans son
énoncé de principe présenté le mois dernier par la
Fédération canadienne des maires et des municipalités
à la conférence des ministres des Affaires municipales
â Winnipeg, la Fédération a déclaré:

L’urbanisation de la société canadienne se fait au
rythme le plus accéléré de tous les pays déve-
loppés, et le Conseil économique du Canada estime
que d’ici 1980, 81 p. 100 de la population totale
se trouvera dans les agglomérations urbaines dont
60 p. 100 dans les villes dé 100,000 habitants et
plus. Ce qui est encore plus effrayant est la
prévision selon laquelle un tiers de ces gens vivront
â Montréal, Toronto et Vancouver. Donc, le bien-
être et le mode de vie d’uné très vaste majorité de

notre population est en cause dans la solution de
cette question.

8. : 16 Constitution of Canada

[Text]

Thé reference is to thé néed to redefiné and réalign
thé increased responsibilities with which our cities are
confronted. With the growth of urbanization, thé
importance and contribution of thé cities to thé
économie and political life of Canada has increased
greatly. It is oftén said that of all levels of govermnent
local government is closest to thé people, and we do
not deny this assertion. However, this is cold comfort
to municipal councils which are caught in a constitu-
tional bind on thé one hand and on the other are
burdened by increased responsibilities and thé crip-
pling imbalancé between thé municipalities’ powers
and responsibilities. Thése problems rightfully should
be part of constitutional reform and should récéivé the
earnést considération of your Committee and Par-
liamént.

Constitutionally the municipalities are cast in an
inferior mold. To thé extent that they aré given any
role whatsoéver in the BNA Act, it is one of being
créatures of théprovincial government and of occupy-
ing a subserviént and lowly position. Thé heading of
Section 146 of thé Constitution reads “Admission of
Other Colonies”. This reflects the conditions and rela-
tionships of thé days of Queen Victoria. In a very réal
sensé thé contitutional status of thé municipalities un-
dér the éxisting constitution is one of colonial dépen-
dency. This situation which reflects a master-sérvant
relationship is outmodéd and archaic. Theré are no éx-
isting constitutional guarantéés for municipalities and
they aré at thé whim or mércy of thé senior govem-
ménts. Municipalities aré carrying a staggeringlload of
éxpénditurés for éducation, héalth and welfare, which
should bé the financial responsibility of thé senior gov-
ernments. Unless thé municipalities aré réliévéd of this
financial burdén théré will bé no effective solution to
their évér-incréasing ifmancial plight.

Much is being said today and too littlé is being done
about thé problem of régional disparity. Theré is,
however, another kind of disparity and that is the
disparity between the constitutional straitjackét in
which thé municipalities fmd thémselves and the lack
of adéquate financing from thé senior governments to
enable the municipalities to cope with thé rising costs
for thé nééds of the modern urban communities. Wé
submit that thé new Canadian constitution should
refléct the importance of thé role and function of thé
municipalities. This constitution should contain a Bill
of Rights for municipalities. The constitution should
spell out thé jurisdictional responsibilities and fman-
cial resourcés availablé to thé cities of Canada.

September l0, 1970

[In terpreta tion ]

Il est donc question du besoin de redéfinir et de
redistribuer les responsabilités accrues auxquelles nos
villes doivent faire face. Avec le développement de
l’urbanisation, Pimportancé et la contribution des
villes â la vie économique et politique du Canada s’est
beaucoup accrue. Il est souvent dit que de tous les
niveaux de gouvernement, c’est le gouvernement muni-
cipal qui éntrétient les rapports les plus intimes avec la
population et nous sommes d’accord. Toutefois, c’est
une piètre consolation pour les conseils municipaux
qui, d’uné part se trouvent dans l’impasse constitution-
nelle, et qui, d’autre part, sont chargés de responsabi-
lités accrues et dé désiquilibre paralysant entré les
pouvoirs et les responsabilités municipales. Ces pro-
blèmes» devraient, â juste titré, faire partie de la
réforme constitutionnelle et devraient être étudiés
sérieusement par votre Comité et le Parlement.

Du point de vue constitutionnel. les municipalités se
sont accordées un rôlevinfériéur. En autant que 1’Acte
de l’Amérique du Nord britannique leur accorde un
rôle quelconque, il consiste â réduire lés municipalités
au rang de créatures du gouvernement provincial et
leur accorde une position modeste et subordonnée.
L’article 146 de la constitution est intitulée «L’admis-
sion d’autres colonies». C’est un reflet des conditions
et des rapports qui existaient du temps de la reine
Victoria. D’une manière très réelle, le statut constitu-
tionnel dés municipalités d’après la constitution ac-
tuelle est un statut de dépendance coloniale. Cette
situation qui reflète un rapport entre maître et sér-
vitéur est dépassée et archaïque. Il n’existe pas de
garantie constitutionnelle pour lés municipalités et
elles dépendent des caprices ou de la pitié des gou-
vémements aux niveaux supérieurs. Les municipalités
sont accabléés d’uné charge incroyable dé dépensés
pour l’éducation, la santé et le bien-être social, ce qui
devrait être les responsabilités financières des gou-
verneménts aux niveaux fédéral et provincial. A moins
que les municipalités né soient soulagéés de cette
charge financière, il n’y aura pas de solution efficace
pour leur triste état financier qui ne cesse de s’aggra-
ver.

Actuellement, on parlé beaucoup trop et on fait
beaucoup trop au sujet du problème de la disparité
régionale. Il y a, toutefois, une autre sorte de disparité,
notamment celle qui existe entré les taux constitu-
tionnels dans lesquels les municipalités se trouvent et
le manque de financement suffisant de la part des
gouvernements aux niveaux fédéral et provincial pour
rendre les municipalités capables de faire face â la
hausse des coûts pour les besoins des collectivités
urbaines modernes. Nous vous soumettons que la
nouvelle constitution canadienne devrait refléter l’im-
portance du rôle et de la fonction dés municipalités.
Cette constitution devrait comprendre une déclaration
des droits pour les municipalités. La constitution

l0 septembre 1970

[Texte]

Récognizing thé slow and painful ;
charactérizéd thé évolution of a névs
urge that immédiate measures by ta]
and provincial governments not as
constitutional réfonn but supplér.
reform. Such urgent measures shoulc‘
responsibility by thé senior gOVCIHJ
nancing of éducation, transportat
welfare, and consultation with thé 4
stage of policymaking where thé citin
carrying out such policies. Canadian
répreséntéd at fédéral-provincial cor
ing constitutional conférences. Wé »
Fédération’s Position Paper abové :
thé municipal level of government
purposes is still excluded from any
ment in matters in which it is inevi
and from discussions of basic issues n
this must changé and the Canadian citi
thé constitutional status and équali
which will enable them to bétter ser
uents and Canada for unity and pros;

Thé Acting Chairman (Mr. Dinsda
very much for that presentation, Alda

As Acting Chairman of thé Comm
temporary absence of the pennanén
MacGuigan, I would like to indicat
représentative from thé second larges
nity, Brandon, Manitoba.

Somé hon. Members: Hear, hear.

The Acting Chairman (Mr. Dinsda
bilingual constituéncy, of course, bé
double-barrelléd name Brandon-souri
more of that later, on Saturday.

Ô 2045

It is also my privilégé to introdu-
Yuzyk, who cornes from the kéysto:
who is not only bilingual, hé is triling
sentative of the mosaic, Alderman Re
you référred in your brief. Senator
catéd hé wishes to open the questions
tation.

22411-2

September l0, 1970

juestion du besoin de redéfinir et de
responsabilités accrues auxquelles nos
aire face. Avec le développement de
Pimportance et la contribution des
onomique et politique du Canada s’est
Le. Il est souvent dit que de tous les
ernement, c’est le gouvernement muni-
ient les rapports les plus intimes avec la
tous sommes d’accord. Toutefois, c’est
solation pour les conseils municipaux
se trouvent dans l’impasse constitution-
autre part, sont chargés de responsabi-
t de désiquilibre paralysant entre les

responsabilités municipales. Ces pro-
nt, à juste titre, faire partie de ‘la
ltutionnelle et devraient etre étudiés
L1‘ votre Comité et le Parlement.

vue constitutionnel. les municipalités se
un rôlednférieur. En autant que 1’Acte
du Nord britannique leur accorde un
e, il consiste â réduire les municipalités
ëatures du gouvernement provincial ’et
ne position modeste et subordonnee.
e la constitution est intitulée <<L’admis- olonies». C’est un reflet des conditions s qui existaient du temps de la reine a manière très réelle, le statut constitu- micipalités d’après la constitution ac- ;tatut de dépendance coloniale. Cette ‘eflète un rapport entre maître et sér- tssée et archaïque. Il n’existe pas de Ltutionnelle pour les municipalités et t des caprices ou de la pitié des gou- x niveaux supérieurs. Les municipalités d’uné charge incroyable de dépenses m, la santé et le bien-être social, ce qui as responsabilités financières des gou- r niveaux fédéral et provincial. A moins zipalités ne soient soulagées de cette ère, il n’y aura pas de solution efficace e état financier qui ne cesse de s’aggra- t, on parle beaucoup trop et on fait » au sujet du problème de la disparité 1, toutefois, une autre sorte de disparite, lle qui existe entre les taux constitu- lesquels les municipalités se trouvent et financement suffisant de la part des ; aux niveaux fédéral et provincial pour Lnicipalités capables de faire face â la pûts pour les besoins des collectivités ernes. Nous vous soumettons que la ;itution canadienne devrait refléter l’im- ôle et de la fonction des municipalités. tion devrait comprendre une déclaration >ur les municipalités. La constitution

l0 septembre 1970

[Texte]

Recognizing the slow and painful process which has
charactérizéd the evolution of a new constitution, we
urge that immediate measures by taken by thé federal
and provincial governments not as a substitute for
constitutional reform but supplementary to such
reform. Such urgent measures should include financial
responsibility by the senior governments for the fi-
nancing of éducation, transportation, health and
welfare, and consultation with the cities at an early
stage of policymaking where the cities are involved in
carrying out such policies. Canadian cities should be
represented at federal-provincial conférences, includ-
ing constitutional conférences. We concur with the
Federation’s Position Paper abové référred to that
the municipal level of government for all practical
purposes is still excluded from any realistic involve-
ment in matters in which it is inevitably concerned
and from discussions of basic issues of public policy.
this must change and the Canadian cities must be given
the constitutional status and equality of treatnnent
which will enable them to better serve their constit-
uents and Canada for unity and prosperity.

The Acting Chairman (Mr. Dinsdale): Thank you
very much for that presentation, Aldennan Rebchuk.

As Acting Chairman of the Committee and in the
temporary absence of the permanent Chairman, Mr.
MacGuigan, I would like to indicate that I arn the
représentative from the second largest urban commu-
nity, Brandon, Manitoba.

Somé hon. Members: Hear, hear.

The Acting Chairman (Mr. Dinsdale): It is also a
bilingual constituéncy, of course, because it has the
double-barrelled name Brandon-Souris. We will hear
more of that later, on Saturday.

Û 2045

It is also my privilégé to introduce Senator Paul
Yuzyk, who cornes from the keystone province and
who is not only bilingual, he is trilingual. He is repre-
sentative of the mosaic, Alderman Rebchuk, to which
you référred in your brief. Senator Yuzyk has indi-
cated hé wishes to open the questions on your presen-
tation.

22411-2

Constitution du Canada 8 : l7

[Interprétation]

devrait expliquer clairement les responsabilités juridic-
tionnelles ainsi que les ressources financières dis-
ponibles aux villes du Canada.

Vu le processus lent et pénible qui a caractérisé
l’élaboration d’uné nouvelle constitution, nous re-
commandons que des mesures soient prises immédiate-
ment par le gouvernement fédéral ainsi que les gou-
vernements provinciaux, non comme un substitut pour
la réforme constitutionnelle mais en guise de com-
plément â une telle réforme. Ces mesures urgentes
devraient comprendre la responsabilité financière par
les gouvernements aux niveaux fédéral et provincial
pour le financement de l’éducation, du transport, de la
santé et du bien-être social, ainsi que la consultation
avec les villes au stage initial de l’élaboration d’uné
politique lorsque les villes doivent participer à la mise
en vigueur de cette politique. Les villes canadiennes
devraient être représentées aux conférences fédérales-
provinciales ainsi qu’aux conférences constitution-
nelles. Nous sommes d’accord avec l’énoncé de
principe de la Fédération, auquel on a déjà fait allu-
sion, que pour toutes fins pratiques, le niveau muni-
cipal de gouvernement est toujours exclu de toute
participation réaliste dans des domaines qu’il touche
inévitablement et de discussions de questions fonda-
mentales sur la politique publique. Cette situation doit
changer et les villes canadiennes doivent obtenir un
statut constitutionnel et une égalité de traitement qui
leur permettront de mieux servir leur population ainsi
que le Canada aux fins de l’unité et de la prospérité.

Le président suppléant (M. Dinsdale): Je vous re-
mercie beaucoup, monsieur Rebchuk, pour cette pré-
sentation.

En tant que président suppléant du Comité et étant
donné l’absence temporaire du président permanent,
M. MacGuigan, je voudrais vous signaler que je suis le
représentant de Brandon, Manitoba, qui est la deuxiè-
me plus grande agglomération urbaine.

Des voix: Bravo! Bravo!

Le président suppléant (M. Dinsdale): C’est aussi un
comté bilingue naturellement, parce qu’il porte le
double nom de Brandon-Souris. Nous en parlerons
plus longuement plus tard, samedi.

J ’ai également le plaisir de présenter le sénateur Paul
Yuzyk, qui nous vient de la province par excellence et
qui est non seulement bilingue mais trilingue. M.
Rebchuk représente cette mosaïque, à laquelle vous
faites allusion dans votre mémoire. Le sénateur Yuzyk
a mentionné qu’il désire ouvrir le débat sur votre
mémoire.

8 : 18 Constitution of Canada

[Text]

Senator Yuzyk: ‘Mr. Chairman, first of all, I would
like to state I am very happy that our Committee has
comménced its briefings from Wmmpeg. As a citizen
of Winnipeg since l9_48, I have léarned from the
Winnipeggers one thing that I would like to pass on to
others in Canada, that whatever starts in Winnipeg
always has a constructive and happy ending, and
consequently, I think our work here in the constitu-
tional field will end very happily. I am also very happy
that we are starting with the représentatives from the
very grass roots, those who are closest to the people
since we believe in participatory democracy. Winnipeg
will set an example for other places just how to take
part in discussions regarding this very complex prob-
lem of the Constitution.

I have actually two questions that I would like to
ask of Mr. Rebchuk or Mr. Zuken in this case here. We
are well aware that in the work of the municipalities
the basis of the revenue, that is, the property tax, is
very limited and it prevents the municipalities from
carrying out many of the objectives and the services
they would like to perforrn. Mention of this has been
made in this brief. Could one or the other of the
gentlemen explain just what other sources of revenue
the municipalities would like to tap and in what man-
ner?

Mr. Rebchuk: I will answér that question. I also will
ask Alderman Zuken to add to the question asked by
Senator Paul Yuzyk. Your question was, what sources
would we like to tap, which is very broad. You can tap
the income tax the provincial government and the
federal government take from the City of Winnipeg.
Revenues derived are very broad and revenues of the
City of Winnipeg or any municipality are very narrow
because our revenues are derived from property tax, as
you stated. However, when you come to the question
méntioned in the brief of éducation, health and wel-
fare, and transportation, in our opinion and to answér
Mr. Osler, the member of Parliament, it a national
question, it is people. lt does not refer strictly to the
property tax because property is physical, building
and land, which people buy and on which they live.
Roads should be the responsibility of the property
owner because they improve the property. Boulevards,
lanes, garbage collections, matters of that nature
should be the responsibility of the property owners,
but should éducation, which is mobile to the individ-
ual? For example, a university student who graduates
with a Ph.D. in Manitoba can leave Manitoba and go to
any other part of Canada or the world and yet a
property owner had to pay for that eduœtion. Very
littlé is given to the maintenance of éducation in
Wmmpeg, about 52 to 54 per cent of our budget goes
towards éducation. You can add to that Mr. Zuken.

September l0, 1970

[Interpretation]

Le sénateur Yuzyk: J ’aimerais souligner au départ,
monsieur le président, combien je suis heureux que le
Comité ait commencé ses discussions â Winnipeg. En
ma qualité de citoyen de Winnipeg depuis 1948, j’ai
appris des gens de Winnipeg un fait que j’aimérais trans-
mettre aux autres Canadiens, et c’est que tout ce qui
se commence à Winnipeg a une fin heureuse et cons-
tructive. En conséquence, je crois que notre travail
dans le domaine de la constitution se terminera de
façon heureuse. Je suis également satisfait que nous
commencions avec les représentants de ceux qui sont
véritablement à la source et de ceux qui sont plus près
du peuble, étant donné que nous croyons â une
démocratie participante. Winnipeg posera en exemple
pour la participation ou discussion dans ce domaine
très complexe de la Constitution.

J’ai deux questions à poser à M. Rebchuk ou M.
Zuken. Nous sommes très conscients que dans le
travail des municipalités, le fondement du revenu,
c’est-â—dire la taxe foncière, est très restreinte et
empêché les municipalités d’atteindre les nombreux
objectifs qu’ils sont donnés et de fournir les services
qu’ils aimeraient donner. Le mémoire en fait mention.
L’un ou l’autre de ces messieurs pourrait-il expliquer
quelles autres sources du revenu les municipalités
pourraient retirer et de quelle façon elles pourraient le
faire?

M. Rebchuk: Je veux bien répondre à cette question.
Je demande également à M. Zuken de faire ses com-
mentaires sur la question demandée par le sénateur
Paul Yuzyk. Vous demandez quelles sources de revenu
les municipalités voudraient retirer, c’est une question
qui a beaucoup d’envergure. Vous pouvez soutirer de
l’argent à partir de l’impôt sur le revenu que le
gouvernement provincial et le gouvernement fédéral
imposent â la ville de Wmmpeg. Les revenus qui en
découlent sont très vastes et des revenus de la cité de
Winnipeg ou de toute autre municipalité sont très
restreints par le fait que les revenus de la municipalité
proviennent de l’impôt foncier comme vous 1’avez
mentionné. Toutefois, lorsque vous abordez la ques-
tion soulevée dans le mémoire sur 1’éducation, la santé
et le bien-être et le transport, à notre avis et en
réponse â M. Osler, député au Parlement, c’est une
question nationale, il s’agit de gens. Elle ne se rapporte
pas simplement à l’impôt foncier, parce que la pro-
priété c’est quelque chose de matériel, qui se compose
des bâtiments et de terrain que les gens achètent et où
ils vivent. Les routes devraient être la responsabilité du
propriétaire d’uné propriété parce qu’elles améliorent
la propriété. Pour les boulevards, les chemins et la
collecte des ordures ménagères, et d’autres questions
du même genre, devraient être la responsabilité des
propriétaires. Mais est-ce que l’éducation devrait l’étre
puisqu’elle a un caractère mobile? Par exemple, un

l0 septembre 1970

[Texte]

Mr. Joseph Zuken (Alderman, City
Mr. Chairman, in reply to the Sénat
lifting the burdén on the municipaliti
ion, lies in the senior governments assu
cial responsibility for éducation, healt
This has become more important with 1
of people into citiés and the rapid procn
tion.

It is not a question of the munici]
extra forms of taxation. Theré may
within council in the City of Winnipe
tion or with the municipalities, but v
here to discuss the problems in the c
cities and the context of the vast m
people who now live in these areas. My
if we could get a fair financial deal for
ties in that the senior governments w
them the evergrowing costs of eduatic
welfare, then the people in the munici;
their municipal councils would be give
nity to meet the present and future se
add to that, perhaps, the cost of tran
certainly the costs of housing, becaus
national problem. Municipalities 8h01
better financial deal regarding housing,
will be able to do what you in Ottz
talking about, what thé provincial per
talking about, and what municipal cou
talking about, but what has not yet be
measure it should be done, meeting the
and by that l mean bringing to the mu;
only your present législation, but the l
care of the amenities, the social amer
with housing. If we can lift the burde
cipalities for health, éducation, welfar
transportation, l think then we will be
to thé more important role that mur
today and in the future.

Senator Yuzyk: I have a further qu
gathér from what has been stated sc
would like t0 see these rights spelled
Constitution we are talking about. It is
ing proposal that you have made in y«
of Rights for municipalities. I do not
you really mean a Bill of Rights as su
have been discussing the matter of an e

22411—21/2

September l0, 1970

;yk: J ’aimerais souligner au départ,
ent, combien je suis heureux que le
zncé ses discussions a Winnipeg. En
_ _ . -9 ‘
>yen de Wmmpeg depuis 1943,] 31
Ninnip eg un fait que j’aimérais trans-
Canadiens, et c’est que tout ce qui
innipeg a une fin heureuse et cons-
équence, je CIOIS que notre travail
de la constitution se terminera de
e suis également satisfait que nous
: les représentants de ceux qui sont
source et de ceux qui sont Plus PICS
donné que nous croyons a une
Lpante. Winnipeg posera en exemple
ion ou discussion dans ce domaine
a Constitution.

ions â poser à M. Rebchuk ou M.
mmes très conscients que dans 1€
zipalités, le fondement du revenu,
xe foncière, est très restreinte et
iicipalités d’atteindre les nombreux
»nt donnés et de fournir les services
ionner Le mémoire en fait mention.
le ces messieurs pourrait-il explîqllîï
iurces du revenu les municipahtes

et de quelle façon elles pourraient le

veux bien répondre à cette question.
ament à M. Zuken de faire ses com-
question demandée par le Senateuï
s demandez quelles sources de revenu
voudraient retirer, c’est une questlon
l’envergure. Vous pouvez soutirer de
de l’impôt sur le revenu que le
ovincial et le gouvernement fédéral
lle de Winnipeg. Les revenus qui en
‘ès vastes et des revenus de la cite de
toute autre municipalité sont très
Tait que les revenus de la municipahte
l’impôt foncier comme vous PaVGZ
zefois, lorsque vous abordez la ques-
lS le mémoire sur l’éducation,_la sante
et le transport, à notre avis et en
sler, député au Parlement, c’est une
le, il s’agit de gens. Elle ne se rapporte
à l’impôt foncier, parce que la Pro‘
lue chose de matériel, qui se COmPOSÊ
de terrain que les gens achètent et ou
utes devraient être la responsabilité du
1e propriété parce qu’elles amehorent
ur les boulevards, les chemins et la
ures ménagères, et d’autres queStl0nS
, devraient être la responsabilité E133
llS est-ce que l’éducation devrait l’etre
l caractère mobile? Par exemple» un

l0 septembre 1970

[Texte]

Mr. Joseph Zuken (Alderman, City of Winnipeg):
Mr. Chairman, in reply to the Senator, the key to
lifting the burdén on the municipalities, in my opin-
ion, lies in the senior governments assuming the fman-
cial responsibility for éducation, health and welfare.
This has become more important with the in-gathering
of people into cities and the rapid process of urbaniza-
tion.

It is not a question of the municipalities seeking
extra forms of taxation. Theré may be différences
within council in the City of Winnipeg on this ques-
tion or with the municipalities, but we are meeting
here to discuss the problems in the context of the
cities and the context of the vast majority of the
people who now live in these areas. My opinion is that
if we could get a fair financial deal for the municipali-
ties in that the senior governments would lift from
them the evergrowing costs of eduation, health and
welfare, then the people in the municipalities through
their municipal councils would be given the opportu-
nity to meet the present and future services. I might
add to that, perhaps, the cost of transportation and
certainly the costs of housing, because housing is a
national problem. Municipalities should be given a
better financial deal regarding housing, so we actually
will be able to do what you in Ottawa have been
talking about, what the provincial people have been
talking about, and what municipal councils have been
talking about, but what has not yet been done in the
measure it should be done, meeting the housing crisis,
and by that l mean bringing to the municipalities, not
only your présent législation, but the finances to take
care of the amenities, the social amenities, which go
with housing. If we can lift the burdén of the muni-
cipalities for health, éducation, welfare, housing and
transportation, I think then we will be giving new life
to the more important role that municipalities face
today and in the future.

Senator Yuzyk: I have a further question. Iwould
gathér from what has been stated so far, that you
would like to see these rights spelled out in the new
Constitution we are talking about. It is a very interest-
ing proposal that you have made in your brief, a Bill
of Rights for municipalities. I do not know whether
you really mean a Bill of Rights as such, because we
have been discussing the matter of an entrenchment of

22411-21/2

Constitution du Canada 8 : 19

[Interprétation ]

étudiant qui reçoit un diplôme de doctorat en philo-
sophie au Manitoba peut quitter le Manitoba et aller
ailleurs au Canada ou dans le monde et pourtant un
propriétaire a dû payer pour son éducation. Environ
52 â 54 p. 100 du budget â Winnipeg va pour
l’éducation. Vous pouvez continuer, monsieur Zuken.

M. Joseph Zuken (Êchevin de la ville de Winnipeg):
Monsieur le président, en réponse à M. 1e sénateur, je
dois dire qu’à mon avis la façon d’alléger le fardeau des
municipalités serait que les gouvernements municipaux
assument les responsabilités financières pour l’ensei-
gnement, la santé et le bien-être. Cette situation est
devenue plus importante, étant donné que les gens se
rassemblent dans les villes et que le processus de
Purbanisation s’est accéléré.

Il n’est pas question que les municipalités cherchent
de nouveaux moyens de taxation. Il peut y avoir
différences d’opinions dans le conseil de la ville de
Winnipeg sur cette question ou au sein des municipa-
lités, mais nous nous rencontrons ici pour discuter des
problèmes dans le contexte des villes et dans le
contexte de la grande majorité des gens qui vivent
actuellement dans ces secteurs. Je suis d’avis que si
nous pouvions obtenir un accord financier équitable
pour les municipalités, et que si les gouvernements les
déchargeaient, des coûts sans cesse croissants de l’édu-
cation, de la santé et du bien-être, à ce moment-là les
citoyens des municipalités pourraient par intermé-
diaire de leurs conseils municipaux faire face au service
actuel et futur. Je pourrais ajouter peut-être le coût du
transport et certainement le coût du logement, étant
donné que le logement est un problème â l’échelle
nationale. Les municipalités devraient reœvoir un
meilleur financement afin que nous puissions faire ce
dont on parle à Ottawa, et aussi dans les provinces, de
même que dans les conseils municipaux, mais qui n’a
pas encore été fait.—Dans quelle meusre cela doit être
fait pour faire face â la crise du logement, et je veux
dire par là donner aux municipalités non seulement les
lois actuelles, mais le financement des commodités
sociales qui vont avec Phabitation. Si nous pouvons
alléger le fardeau des municipalités dans des questions
de santé, d’éducation, de bien-être, de logement et de
transport, je pense que nous essoufflerons une nou-
velle vie au rôle plus important que les municipalités
ont à jouer aujourd’hui et dans l’avénir.

Le sénateur Yuzik: J’ai une autre question. Si je
comprends bien, vous aimeriez que ces droits soient
précisés dans la nouvelle constitution dont nous par-
lons. C’est une proposition très intéressante que vous
faites dans votre mémoire lorsque vous parlez d’uné
déclaration dans le droit des municipalités. Je ne sais
pas si vous voulez vraiment parler d’uné déclaration
des lois des municipalités comme telles, étant donné

8 : 20 Constitution of Canada

[Text]

the Bill of Rights, human rights. The women in this
country may want ‘a bill also of rights for themselves.
We may fmd ourselves with quite a number of bills of
rights. However, I think you want certain rights writ-
ten into the Constitution that we do not have now in
thé BNA Act and I am sure you have given thought to
what you would like to see written into the Constitu-
tion. Can you very briefly state what you would like
to see specified in this so-called Bill of Rights for
municipalities‘?

Mr. Rebchuk: Senator Yuzyk, Mr. Chairman, the
Bill of Rights, if you want to define it properly, you
have got to go back to what is a city, what makes a
city? When wé use the words Bill of Rights we always
think of it in tenns of human beings. The Bill of
Rights in a municipality has the same status because it
is composéd of people. To service people you have to
have a Bill of Rights and not be just a servant and a
créature. A créature can be anything. However, we
have a Bill of Rights and the Constitution states that
the senior government “shall” do this, not it “may”.
For example, in the social allowance act it says that
the federal government gives “X” dollars to the prov-
ince. Then the province says that the municipality
may pay out for welfare costs.

Would Parliament and would the Senate like the
City of Winnipeg where we have 7,000 people on
welfare say, “No, we shall not give it to you because
we have to take it from the taxpayer.” What would
happén? The same thing would apply in Montréal,
Toronto, Vancouver, Edmonton and Calgary. Theré
are too many “mays” in power and not enough
“shalls” that the provincial government “shall” do that.

Senator Yuzyk: You would like to see then certain
powers spelled out very defmitely just as provinces
have.

Mr. Zuken: lf I may attempt to add to that. You
see, it would be very easy, gentlemen, if we were to
corne here with a draft of a new Canadian Constitu-
tion, but it is a most difficult task. What our brief
from the City of Winnipeg attempts to dois to project
the néed for change. The municipalities have changed
since the days of Queen Victoria, the Constitution
must reflect that. The new “made in Canada” consti-
tution, I submit, must reflect that change.

We do not have a text of a list of rights for the
municipalities, but may l just suggest some of the
items which should be considered. I believe the new

September l0, 1970

[In terpreta tion ]

que nous avons discuté de la question de la suppres-
sion des droits, des droits de l’homme. Les femmes de
ce pays peuvent vouloir aussi une déclaration de leurs
droits. Nous allons peut-être à faire face à un grand
nombre de déclarations des droits. Cependant, je pense
que vous voulez que certains droits soient écrits dans
la Constitution et qu’ils ne figurent pas à 1’Acte de
l’Amérique du Nord britannique. Je suis certain que
vous avez songé à ce que vous aimeriez voir écrit dans
la Constitution. Pouvez-vous birèvement nous dire
quelles sont les précisions que vous aimeriez lire dans
cette déclaration des droits des municipalités.

M. Rebchuk: M. Le sénateur Yuzyk, monsieur le
président, cette déclaration des droits si nous voulons
la définir de façon adéquate, il nous faut revenir à la
définition de ce qu’ést une ville, de ce que fait une
ville. Quand nous parlons de la déclaration des droits,
nous parlons toujours des droits de l’homme. La
déclaration des droits des municipalités a la même
signification parce que ces dernières se composent de
gens. Pour servir les gens, il faut avoir une déclaration
des droits et n’être pas seulement un serviteur ou un
être quelconque. Une créature peut être n’importe
quoi. Toutefois, nous avons une déclaration des droits
et la Constitution déclare que le gouvernement prin-
cipal doit faire telle chose et non pas «qu’elle peut» le
faire. Par exemple, la loi concernant les allocations
sociales mentionnent que le gouvernement fédéral
donne «x» dollars à la province. La province déclare
ensuite que la municipalité peut payer les frais de
bien-être.

Est-ce que le Parlement ou le Sénat aimeraient que la
ville de Winnipeg qui compte 7,000 personnes sur le
bien-être dise «non, nous ne vous donnerons pas
d’argent parce qu’il nous faut l’enlever du contri-
buablé.» Qu’est-ce qui arriverait? Ce serait le même
problème â Toronto, Vancouver, Edmonton, et
Calgary.

Le sénateur Yuzyk: Vous aimeriez donc que certains
pouvoirs soient clairement définis comme ils le sont
dans les provinces.

M. Zuken: Puis-je ajouter un mot? Vous voyez, A

messieurs, ce serait facile si nous pouvions venir ici
avec un projet d’uné nouvelle constitution canadienne,
et c’est là une tâche très difficile. Ce que notre
mémoire de la ville de Winnipeg tente de faire c’est lui
donner une idée du besoin de changement. Les villes
ont beaucoup changé depuis le temps de la Reine
Victoria, la Constitution doit en faire état. La nouvelle
Constitution «faite au Canada» doit, je crois, traduire
ce changement.

Nous n’avons pas le texte des déclarations des droits
pour les municipalités, mais puis-je suggérer quelques-

l0 septembre 1970

[Texte]

Canadian Constitution should indica
muiucipalities by attempting to s]
extent the jurisdictional responsibi
situation we have in Canada with th
people concentrated in the cities. It
Constitution should indicate that th
should have a guarantee of consultat
should be a guarantee of consultati
the senior governments with the Cl
states, “at an early state of policy ma]

We would like to see, perhaps, the]
been suggested by Mayor O’Brien of
ident of the Canadian Federation,
and provincial governments could
abandon certain health grants o: e;
without consultation with the cities a
governments. Theré are other matter:
could form part of the rights. At the
not only. a question, I admit, of sp4
responsibilities also should be include
tution. Without taking into COHSÎdCIE
strength and role of the municipaliti:

stitution will not adéquately reflect u
in our country.

Thé Joint Chairman (Mr. MacGuig
ask Mr. Douglas Rowland, who is
Selkïfk, to ask questions after whi
anyone here éither to ask a brief quest
short comment on this subject. Mr. Rc

Mr. Rowland: Mr. Chairman, lwoul
a question to the two représentative:
WÎnnÎPeg which, perhaps, invites t]:
reply that Mr. Zuken gave to Sénat
you worked out the détails of your
3’011 SÎmPÏY suggesting principles whic
our délibérations? I think most gf
agreement that the present arrangem
municipalities and the two senior le
ment, as expressed in the British Nor
is an inadéquate expression of that ;
that it should be changed. However,
indicate that the Constitution shoul
jurisdictional responsibilities and fin
availablé to the cities of Canada whi
mind several problems to which I
address some remarks.

As you are well aware, l am sure, p:
we are now examining the Canadian
because the responsibilities and the fin
of the federal government and the pi
ments were laid down in the British N0]

September l0, 1970

zuté de la question de la suppres-
droits de l’homme. Les femmes de
llOlI aussi une déclaration de leurs
peut-être à faire face à un grand
ms des droits. Cependant, je pense
a certains droits soient écrits dans
qu’ils ne figurent pas à 1’Acte de
l britannique. Je suis certain que
z que vous aimeriez voir écrit dans
ouvez-vous birèvement nous dire
cisions que vous aimeriez lire dans
droits des municipalités.

Le sénateur Yuzyk, monsieur le
aration des droits si nous voulons
adéquate, il nous faut revenir à la
‘est une ville, de ce que fait une
Lrlons de la déclaration des droits,
urs des droits de l’homme. La
its des municipalités a la même
_ue ces dernières se composent de
gens, il faut avoir une déclaration
pas seulement un serviteur ou un
ne créature peut être n’importe
lS avons une déclaration des droits
éclare que le gouvernement prin-
chose et non pas «qu’elle peut» le
la loi concernant les allocations
it que le gouvernement fédéral
. la province. La province déclare
iicipalité peut payer les frais de

nent ou le Sénat aimeraient que la
ii compte 7,000 personnes sur le
l, nous ne vous donnerons pas

nous faut l’enlever du contri-
_ui arriverait? Ce serait le même
to, Vancouver, Edmonton, et

: Vous aimeriez donc que certains
‘ement définis comme ils le sont

2 ajouter un mot‘? Vous voyez, ç

facile si nous pouvions venir ici
nouvelle constitution canadienne,
:he très difficile. Ce que notre
le Winnipeg tente de faire c’est lui
besoin de changement. Les villes
gé depuis le temps de la Reine
zion doit en faire état. La nouvelle
u Canada» doit, je crois, traduire

e texte des déclarations des droits
ès, mais puis-je suggérer quelques-

l0 septembre 1970

[Texte]

Canadian Constitution sh ould indicate the new role of
municipalities by attempting to spell out to some
extent the jurisdictional responsibilities of the new
situation we have in Canada with the majority of the
people concentrated in the cities. It is my opinion the
Constitution should indicate that these municipalities
should have a guarantee of consultation, that is, there
should be a guarantee of consultation on the part of
the senior governments with the cities as our brief
states, “at an early state of policy making”.

We would like to see, perhaps, the provision that has
been suggested by Mayor O’Brien of Halifax, the pres-
ident of the Canadian Federation, that the federal
and provincial governments could not unilaterally
abandon certain health grants or educational grants
without consultation with the cities and the provincial
governments. Theré are other matters which, perhaps,
could form part of the rights. At the same time, it is
not only a question, I admit, of spelling out rights,
responsibilities also should be included in the Consti-
tution. Without taking into considération the present
strength and role of the municipalities, the new Con-
stitution will not adéquately reflect what is happening
in our country.

The Joint Chairman (Mr. MacGuigan): May I now
ask Mr. Douglas Rowland, who is the member for
Selkirk, to ask questions after which I will invite
anyone here eitlier to ask a brief question or to make a
short comment on this subject. Mr. Rowland.

Mr. Rowland: Mr. Chairman, Iwould like to address
a question to the two représentatives of the City of
Wmmpeg which, perhaps, invites the same sort of
reply that Mr. Zuken gave to Senator Yuzyk. Have
you worked out the détails of your proposals or are
you simply suggesting principles which should govern
our délibérations? I think most of us here are in
agreement that the present arrangement between the
municipalities and the two senior levels of govern-
ment, as expressed in the British North America Act,
is an inadéquate expression of that relationship and
that it should be changed. However, in the brief you
indicate that the Constitution should spell out the
jurisdictional responsibilities and financial resourcés
availablé to the citiés of Canada which brings to my
mind several problems to which I hope you can
address some remarks.

As you are well aware, I ain sure, part of the reason
we are now examining the Canadian Constitution is
because the responsibilities and the financial resourcés
of the federal government and the provincial govern-
ments were laid down in thé British North America Act

Constitution du Canada 8 : 2l.

[Interprétation]

uns des articles que nous devrions étudier. Je crois que
la nouvelle constitution canadienne doit définir le
nouveau rôle des municipalités en essayant de préciser
les responsabilités juridictionnelles de la nouvelle situa-
tion que nous avons au Canada, car la majorité des
gens habitent les villes. Je suis d’avis que la Constitu-
tion doit mentionner que ces municipalités doivent
avoir une garantie de consultation, c’est-à-dire qu’il
doit y avoir une garantie de consultation de la part des
gouvernements principaux avec les villes comme le
déclare notre mémoire: <mmission scolaire de Winnipeg. Je
1e même s’il est vrai que celui qui
le ton, je suggère que le meilleur
a de laisser à l’administration locale
sation et j’en viens à la question
leur Osler: chercher conseil, mais
mseil et le dialogue mais également
gouvernements locaux en ce qui a

r le président, si M. Nowlan le veut
ne nouvelle question?

rieurs, je pense qu’en œ moment je
a coopération. Nous avons encore
oires qui nous attendent. Plusieurs
ser des questions et nous devons
1x gens dans la salle l’occasion de
se, monsieur Osler, que je dois
2s députés qui m’ont signalé leur
iestion, de le faire très brièvement
zs. Je demanderai la même chose
résentant de la circonscription de
ce au Québec, monsieur Warren
à vous.

sieur le président, puis-je exprimer
les affirmations de M. Rowland.
a vos vues, lorsque vous les tra-
istitutionnels, des difficultés sur-
a, si dans la Constitution, vous
alités le droit de consultation, et
taines ressources financières, qui
ie municipalité et qui délimitera
Fôt ou tard nous aurons à décider

l0 septembre 1970

[Texte]

Now the province has that right, and somebody
méntioned earlier that there is a question now whether
you should make 14 municipalities in the Greater
Winnipeg area into one municipality. There are 26
municipalities on the Island of Montréal. If you put
that in the Constitution, does that mean that they all
have the right, no matter how small or how big? Who
decides? Are you going to give it all to the federal
government? Are you going to leave some to the
province? As I say, we are all sympathetic to these
goals, but when you start putting it down in exact
terms, then you run into some very difficult questions.

Mr. Zuken: I appreciate the complexity. That is why
you are here and that is why we are here. But I submit
that. if you started a process of these consultative
meetings on the provincial, federal and municipal
levels with the participation of the Canadian F edera-
tion of Mayors and Municipalities, you would be able
to get at these specifics.

Mr. Rebchuk: Further on to that, Mr. Chairman, I
will throw the question right back at the members of
Parliament and the Senate.

Who draws up the boundaries as- they constitute
your constituencies? Is it the federal government or
the federal office? The provincial boundaries are set
by the province. They do not come out of thin air. I
could say, why should there be 267 constituencies in
Canada? It is up to the members to find out what the
boundaries are, to give the sizes of what a municipality
could be or should be, and not be over-loaded. A good
example of your boundaries that have been changed is
in Toronto. They have gone into boroughs, have they
not?

Mr. Allmand: I do not think we should discuss this
further, but this is where the question is. Some things
are done through the ordinary législative process and
they can be changed easier. Maybe many of these
problems can be done through the ordinary législation
and policy-making of provincial and federal govern-
ments whithout putting them into the Constitution,
which is a différent type of law that cannot be chan-
ged easily. lt is the law really which governs the
making of all other laws, and that is why in this
Committee now we are discussing constitutional
change and not the changes of ordinary laws which
might help municipalities, and this is the difficulty.
You could do it through ordinary law, but whether
you should do it through constitutional change is
another question.

The Chairman: Thank you, Mr.Allmand. Iwill now
call on Mr. Leonard Hopkins, representing Renfrew
North in the Province of Ontario.

Constitution du Canada 8 : 25

[Interprétation]

Actuellement la province a ce droit, et quelqu’un a
mentionné plus tôt qu’il est question de savoir si l’on
devrait comprendre les 14 municipalités de l’agglomé-
ration de Winnipeg en une municipalité. Il y a 26
municipalités sur Pile de Montréal. Si la Constitution
reconnaftlce droit, est-ce que cela signifie que toutes
les municipalités, petites ou grandes ont ce droit? Qui
décide? Est-ce le gouvernement fédéral? Les pro-
vinces auront-elles leur mot â dire? Comme je l’ai déjà
dit, nous partageons vos points de vue, mais lorsqu’il
s’agit de les définir en termes précis, des difficultés se
posent.

M. Zuken: Je sais que c’est complexe. Voilà pour-
quoi vous êtes ici et nous aussi. Mais je crois que si
ces réunions consultatives commencent aux niveaux
fédéral, provincial et municipal, avec la participation
de la Fédération canadienne des maires et des munici-
palités, vous pouvez atteindre ces objectifs.

M. Rebchuk: Sur le même sujet, monsieur le pré-
sident, je renvoie la question aux députés et sénateurs.

Qui fixe les limites de vos circonscription? Est-ce le
gouvernement fédéral ou le bureau fédéral? La pro-
vince décide des limites provinciales. Elles ne tombent
pas du ciel. Je pourrais vous demander pourquoi il y a
267 circonscriptions au Canada? Est-ce que les dé-
putés doivent définir les limites, décider de l’étendue
d’uné municipalité sans en être débordés. Toronto est
un bon exemple de ce changement de limites. Ils ont
formé des collectivités n’est—ce pas?

M. Allmand: Je ne crois pas que nous devions
discuter d’avantage, mais la question se pose. Pour
certaines situations, on se sert de mesures législative
courantes qui peuvent être changées plus rapidement.
Peut-être qu’en grande partie ces problèmes peu-
vent être solutionnés par la législation courante et la
politique des gouvernements provinciaux et fédéral
sans les incorporer à la Constitution, qui est un genre
de loi différent et qu’on ne peux changer facilement.
C’est la loi qui en vérité contrôle l’adoption de toutes
les autres lois, et c’est pourquoi dans ce comité nous
discutons de changements constitutionnels et non pas
du changement de loi courante qui pourrait aider les
municipalités. C’est là la difficulté. Vous pouvez le
faire dans la législation courante, mais c’est une autre
question de savoir si vous devez le faire par un
changement constitutionnel.

Le président: Je vous remercie monsieur Allmand.
Le représentant de Renfrew-Nord de la province
d’Ontario, M. Leonard Hopkins à maintenant la
parole.

8 : 26 Constitution of Canada

[Text]

Mr. Hopkins: Mr. Chairman, I would say that these
gentlemen here tonight are expressing themselves so
specifically on behalf of Winnipeg that you would
almost think they came from the Ottawa Valley.

One of the gentlemen made a very spécifie point
here a while ago concerning housing as a national
problem, as a national responsibility. l would like to
ask him if hé is getting at the problem here of too
much entanglement by the time thé federal funds
drain down to the municipal level first of all. Another
thing that concerns me greatly about the present
constitutional entanglement on the housing problems
of Canada is the fact that many provinces in Canada
have housing corporations, but the federal government
is paying 90 per cent of the cost of the housing that is
built by those provincial corporations. Iwould like to
ask him if hé would be in agreement that the federal
government—and at the present time we do have
CMHC régional offices across Canada——should have the
constitutional right to deal directly with at least the
larger municipalities of Canada on the question of
housing.

Mr. Zuken: My answér is yes, to both questions. We
have problems because while there are variations, what
strikes me is that there is a tremendous amount in
common in the problems of the cities throughout
Canada. Theré is a maze of too much red tape, and we
in Winnipeg have had some very sorry expériences,
probably parallél to what you have had in Ottawa, in
dealing with this pyramid of red tape and superstruc-
tures to get at the housing question. Personally, I
would favour that wé, the cities, should have the
opportunity of dealing with the federal government in
order to expédité the délivery of housing, particularly
to those people who néed it most.

The Chairman: Mr. Osler, can you limit yourself to
just a few words?

Mr. Osler: Yes. No.
The Chairman: Two words.

Mr. Osler: Perhaps two sentences. This is préliminary
to thé two sentences. It révérts back to the previous
area, and as an illustration, let us go back to educa-
tion. It still seems to me that while I agrée with the
thrust of this géntleman’s argument, there would be
varying standards of éducation and these varying
standards would have varying costs, and whoéver pays
the cost has to bé directly responsible in some way for
those standards. I am only using éducation as an
example.

This is thé nub of the problem that wé aré discussing
tonight as far as I am concerned. Where do we allocate
responsibility? I think that what you are saying is

September l0, 1970

[Interprétation ]

M. Hopkins: Monsieur le président, je voulais dire
que ces messieurs ce soir parlent au nom de Winnipeg
et de façon si précise qu’ils donnent l’impression d’êtré
de la région d’Ottawa.

Un des messieurs présents a mentionné il y a un
moment que le logement était un problème national,
une responsabilité nationale. Je voudrais lui demander
s’il ne croit pas qu’il y aurait un problème d’enchevêtre-
ment au moment où l’argent du gouvernement fédéral
passerait au niveau municipal. Une autre question me
préoccupe beaucoup au sujet de Penchevêtrément
constitutionnel sur les problèmes du logement au
Canada, et c’est le fait que bien des provinces au
Canada ont des corporations de logement, mais que le
gouvernement fédéral —et actuellement nous avons des
logements construits par ces corporations provinciales.
Je voudrais lui demander s’il est d’accord pour que le
gouvernement fédéral, et actuellement nous avons des
bureaux régionaux de SCHL par tout le Canada——ait le
droit constitutionnel de traiter directement avec, au
moins, les grandes municipalités canadiennes sur la
question de logement.

M. Zuken: Ma réponse est oui aux deux questions.
Nous avons des problèmes parce que, même s’il y a des
variantes, ce qui me frappe, ce sont les problèmes
communs à toutes les villes du Canada. Il y a beaucoup
trop de paperasse et nous, à Winnipeg, nous avons eu
des expériences malheureuses, probablement sembla-
blés à celles que vous avez eues à Ottawa, avec toute
cette papérasserié et ces superstructures avant d’én
arriver à la question du logement. Personnellement,
j’aimérais que les villes aient l’occasion de traiter avec
le gouvernement fédéral afin de hâter la livraison du
logement, surtout aux personnes qui en ont le plus
besoin.

Le président: M. Osler, pouvez-vous répondre en
quelques mots?

M. Osler: Oui. Non.
Le président: Deux mots.

M. Osler: Peut-être en deux phrasés. Comme prélimi-
naire aux deux phrases, je reviens au domaine précé-
dent et comme exemple, je prends l’éducation. Il me
semble toujours que même si je suis d’accord avec la
riposte de ces messieurs, il y aurait des normes diffé-
rentes dans l’éducation et que ces normes différentes
entraîneront des coûts différents; celui qui paie le coût
devrait d’uné certaine façon être directement respon-
sable de ces normes. Je n’utilise l’éducation que
comme exemple.

Voilà l’essentiel du problème que nous discutons ce
soir. Où plaçons-nous la responsabilité? Je crois que
ce que nous disons est exact et que la réaction est

l0 septembre 1970

[Texte]

correct and thé thrust is right, but
us to allocate responsibility?

The Chairman: I think I will ask
take that as a rhetorical question l
they have already been expressing t
subject. I now call on Mr. Asselin.

Mr. Asselin: I want to come back
inflation. Are you ready as witnesses
the federal government to establis
department of housing?

Mr. Rebchuk: I did not get what yt

Mr. Asselin: A department of hOI
tively. Are you?

Mr. Zuken: Yes, if a department
functions. I am not being cynical a
simply to create anothe department, l
ÎÏOWS logically from housing now as
number one social problem in Cana
the co-ordination of the work. We ne:
éxpedited and we have to deal with
disparity, and housing particularly fc
groups. There are apartment blocks
where and that is a good devélopmer
it oftén and I will repeat it again,
comfort to thé old age pensioner to
baths and swimming pools in the
blocks when the majority of thé p
décent housing are not given the opp
what whould be the right of every Car

Thé Chairman: I will now invite A
floor who wish to participate to spe
you not to emulate the members of l
length of their preamblés but to spea
the point.

Would you approach a microphone,
us your name? If it is a difficult nam
it can be recorded properly.

Mr. Harold Long: My name is Haro]
not think I néed a microphone. S-
presented two briefs or two briefs have
here, Wigwaging between the powers
and the federal govermnent. I do no
any place in this examination. I woul< on with the business, to hear all the l aré that people want to speak about. The Chairman: Thank you for your September 10, 1970 isieur le président, je voulais dire 3 soir parlent au nom de Winnipeg e qu’ils donnent l’impression d’être rarO s présents a mentionné il y a un ement était un problème national, iationale. Je voudrais lui demander y aurait un problème d’enchevêtre- -ù l’argent du gouvernement fédéral municipal. Une autre question me up au sujet de Penchevêtrement r les problèmes du logement au .e fait que bien des provinces au rporations de logement, mais que le ral —et actuellement nous avons des ts par ces corporations provinciales. iander s’il est d’accord pour que le ral, et actuellement nous avons des de SCHL par tout le Canada——ait le [61 de traiter directement avec, au s municipalités canadiennes sur la nt. Sponsé est oui aux deux questions. blèmes parce que, même s’il y a des me frappe, ce sont les problèmes es villes du Canada. Il y a beaucoup st nous, à Winnipeg, nous avons eu alhéureusés, probablement sembla- ius avez eues à Ottawa, avec toute et ces superstructures avant d’en in du logement. Personnellement, .1les aient l’occasion de traiter avec déral afin de hâter la livraison du aux personnes qui en ont le plus Osler, pouvez-vous répondre en .1. x mots. é en deux phrases. Comme prélimi- asés, je reviens au domaine précé- nple, je prends l’éducation. Il me é même si je suis d’accord avec la iéurs, il y aurait des normes diffé- zion et que ces normes différentes ‘its différents; celui qui paie le coût ne façon être directement respon- iés. Je n’utilisé l’éducation que i problème que nous discutons ce us la responsabilité‘? Je crois que est exact et que la réaction est l0 septembre 1970 Constitution du Ca da na 8 : 27 [Texte] [Interprétation] correct and the thrust is right, but how can you help us to allocate responsibility? Juste, mais comment pouvez-vous nous aider à répartir la responsabilité? talÏîhCltiairman: I think I will ask the witnesses to a as a rhetorical question Mr. Osler, because té they have already been expressing their views on this ri Sublect. I now call on Mr. Asselin. räàpreäldent: Je Pense que je vais demander aux oins é con ‘ ’ – , que monsi slcàérler cela comme une question rhéto- eur s v . . leurs} i _ ‘ erg Parce qu ils ont deja exprime p nions a ce sujet. Monsieur Assélin, vous avez la parole. Mr. Asselin‘ I want to comé back to ‘ . ‘ the question of M A 1’ – – . \ Inflation Are you ready as witnesses t0 œ . A sse in. Je voudrais revenir a la question dvjnfla- commend to t’ , E – – , . . ion tes vous pret en temps que témoin a recomman- the federal government to establish t , , , department Ofhousing? or o créate a der que la gouvernement fédéral établisse ou crée un ministére du logement? Mr. Rebchuk‘ I did not get what ‘ ‘ you were sayin . _ . 9 – . g M Rebchuk. Je n ai pas compris ce que vous voulez dire. MI‘ Asselin: A dePartlnent of housing, administra- fively. Are you? M. Asselin: Un ministère du logement, sur la plan administratif. Est-ce que vous êtes prêt? expeditéd and we have to deal with it on the basis of dÎSPïMÎÎY and housing particular] ‘ a y for thé low-mcome n . _ , groups. There are apartment blocks going up every- dtîulàgeelîngäîuïfiït enttefrliantl compte de la disparite, et where and that i8 a good developmen _ _ 9 ou C ez es groupes à faible revenu , t,butlhaves d Dé ‘ ‘ ‘ , that it is smaalll toustltes‘ abäppärtcments p° »î°‘s° »t u » 9° » Par‘ ‘es le »: mais, Comme je l’ai dit souvent, , gens qui ont besoin de logement n ont pas l’occasion de trouver œ qui norma- lement revient de droit à chaque Canadien The Chairman: I il] ‘ ‘ . ,_ floor who wish t0 Pÿrticlgzvtve 11151:6 epîoäle‘ fflmm the Le päesîfilént: J Invite mamtena P a rle y. I ask salle qui désirent participer au dé ‘  » the point. _ W “Id de parler directement et d’en venir aux fajts_ ° 3’011 approach a microphone, please and ‘ V l – . us your name? If it is a difficult name spell it so 51:: plaîfuéîzz ‘dcolilisnéous atpprochef, du ‘.’“°‘°Ph°“° s’il Vous it can be recorded ro 1 _ à ’ . , _ r v0 Îe nom‘ s,“ s’agit d’un nom p per y œmphque VCUIËICZ Ÿepeler afin qui soit inscrit correc- tement au procés verbal. Mr. Harold Long‘ My name is Harold Lon ° d I d _ . _ not think I néed a microphone. So far if): ha‘: erg; ËŒOËËIÔÏÎDËB- e 13e nomme Harold Long et je ne presented two briefs or two briefs have been 680m u microphone’ Je sais mainte’ . presented riant que vous avez ’ ’ ‘ – « heré, wigwaging between the owers f th * , . _ présente deux mémoires a cette P 0 é province réunion, oscillant entre les pouvoirs de la pro and thé federal government. I do not think th th ‘ – Vmœ et any place in this examination I would like you atlo gèî ïlsîfaiflèngêäzemeîïîfint âederal’ Je ne Cm“ P33 qu’il ° ques ion ans cette étude. Je voudrais on with thé business, to hear all the briefs that there ‘ que nous alhons de l’avant et ‘ th _ _ que nous entendion are 3l P601316 Want to speak about. tous les mémoires que les gens veulent bien débattre? The Chairman: Thank you for our d ‘ b ’ ° . Y a vice, ut . .. Le président. Je vous remercie pour votre conseil, IIIaIS… 8 : 28 Constitution of Canada [Text] Mr. Long: Can you give me a reply? The Chairman: Well, I am just about to give you a reply, sir, by inviting someone else to come and take over the floor. Are there any other comments from the floor? Well, perhaps you would like to hold your fire for the next area, and I will therefore thank the witnesses before us very much for their fine presentation and invite the next witnesses to come forward. The next group is the Ukranian Canadian Commit- tee, and I ask them to come forward, please. Ladies and gentlemen, the brief of the Ukranian Canadian Committee will be presented by Mr. An- thony Yaremowich. May I ask you, Mr. Yaremowich, if you have a lengthy brief? In that case, Iwould ask you to summarize it. It is 15 pages. Well, I think, ladies and gentlemen, the rule we would like to establish is that any brief of more than two or three pages should be summarized and not read in its enfirety before us. I think that this will provide a liveljer meeting for us and at the same time will not consume so much of the time that could otherwise be available to the Committee. The brief, of course, will be reprinted with the Minutes of the meeting, and will be completely avail- able. But I would like to ask the witnesses to smnma- rize and perhaps to pick out various paragraphs in which they could express the greater part of their message. Perhaps I might even at this fime ask for a motion to print the briefs at the Chairman’s discre- tion, which I can assure you will be broadly exercised. Mr. McQuaid. Mr. McQuaid: I will second that. Motion agreed to. The Chairman: Mr. Yaremowich. Mr. Anthony Yaremowich (Ukranian Canadian Committee): Mr. Chairman and members of the Joint Committee of the Senate and House of Commons, before giving the summary of our brief, I would like to draw to your attention that we have present with us our President of the Ukranian Canadian Committee, as well as other members of the Ukranian Canadian community in Wmmpeg. The Ukranian Canadian Committee is the co- ordination body representing an overwhelming major- ity of Canadians of Ukranian descent. It was organ- ized 30 years ago to represent the common interest of Ukranian Canadians. In this brief it is the intention of the Committee to confine itself to issues and problems September l0, 1970 [In terpretation ] M. Long: Pouvez-vous me donner une réponse? Le président: Je suis sur le point de vous donner une réponse, monsieur, en invitant quelqu’un d’autre à prendre la parole. Est-ce qu’il y a d’autres commentaires de la salle? Bien, peut-être pourriez-vous réserver vos questions pour plus tard, et je me permets de remercier les témoins de leur participation et d’inviter les prochains témoins à se présenter. Le prochain groupe est le Comité ukrainien du Canada. Voulez-vous vous avancer s’il vous plaît? Mesdames et messieurs, le mémoire du Comité ukrainien du Canada sera présenté par M. Anthony Yaremowich. Puis-je vous demander, Monsieur Yaremowich, si votre mémoire est long, et de bien vouloir le résumer. Il contient 15 pages. Je crois, mesdames et mes- sieurs, que nous devrions établir le règlement suivant portant qu’un mémoire de deux ou trois pages doit être résumé et non lu en entier. Je pense que les réunions seraient d’autant plus intéressantes qu’il y aurait moins de temps passé â la lecture et plus de temps pour d’autres activités du Comité. Le mémoire sera évidemment imprimé en entier dans les Proces-verbaux et témoignages de la réunion. Mais je demande aux témoins de résumer et peut-être de choisir les paragraphes qui expriment le mieux leur message. Peut-être pourrions-nous, en ce moment, proposer que les mémoires soient imprimés, à la discrétion du président, et je vous assure que ce dernier pourra l’exercer avec beaucoup de liberté. Monsieur McQuaid. M. McQuaid: J ’appuie cette proposition. La motion est adoptée. Le président: Monsieur Yaremowich. M. Anthony Yaremowich (Comité ukrainien du Canada): Monsieur le président et messieurs les membres du Comité spécial mixte du Sénat et de la Chambre des communes, avant de résumer notre mémoire. j’aimérais attirer votre attention sur le fait que nous avons parmi nous le président du Comité ukrainien du Canada de même que d’autres membres de la collectivité ukrainienne de Winnipeg. Le Comité ukrainien du Canada est un organisme de coordination qui représente la très grande majorité des Canadiens d’origine ukrainienne; Il existe depuis 30 ans et il représente les intérêts qui sont communs à tous les Canadiens d’origine ukrainienne. Dans ce mémoire, le Comité a l’intention de se limiter aux l0 septembre 1970 [Texte] which affect Ukranian Canadians cul and lingualistically. One of the points which we are l question of founding races or nations. O 2125 According to the BNA Act, we fin ation was formed by four province Lower Canada, Nova Scotia and I There is no mention about that being was a territorial union. F urthermc expressions to the effect that Canada that time, 1865, a flag with a rainbow diversity of races, religions, sentiment: the different parts of the Confederatio Now with the coming of Ukrainians important to point out that whe Macdonald was concerned about set‘ Canada, every effort was made to sec from western Europe. You will find i success there was. Because it was impc any immigration from western Eurc Canada turned to eastern Europe and western part of Ukraine which w: Austrian-Hungarian empire at that tin of Galjcia. That is why you ofte: Ukrainians called Galicians. That is wl Sifton got his idea when he said: I think a stalwart peasant in born on the soil, whose forefathc for ten generations, with a stc half-dozen children, is good quality What efforts were actually made immigration should be of interest. T were not interested in having their pe. Canada. Here I quote from a l Strathcona: All agents claim that they have organizing the movement from G. that they have obtained from t have already emigrated, and in immense number of addresses in t] that they have been in correspond people for months past, sending t‘ pamphlets. «They have agents wo. surreptitiously. Of course the law will not permit direction of directly encouraging . these sub-agents are generally per and others, who are going about t in that way disseminate quietly September l0, 1970 us me donner une réponse? s sur le point de vous donner une an invitant quelqu’un d’autre a – 9 Lutres commentaires de la salle. riez-vous réserver vos questions je me permets de remercier les cipation et d’inviter les prochains r. pe est le Comité ukrainien du vous avancer s’il vous plaît? sieurs, le mémoire du Comité l sera présenté par M. Anthony -je vous demander, Monsieur e mémoire est long, et de bien ges. Je crois, mesdames et mes- rions établir le règlement suivant aire de deux ou trois pages doit lu en entier. Je pense que les . l 9′ autant plus intéressantes qu il y ips passé à la lecture et plus de ictivités du Comité. évidemment imprimé en entier Lux et témoignages de la reunlofl- r témoins de résumer et peut-etre iphes qui expriment le mieux leur pourrions-nous, en ce moment, . . . z x némoires soient imprimes, a la dent, et je vous assure que ce arcer avec beaucoup de liberte. ruie cette proposition. itée. sieur Yaremowich. emowich (Comité ukrainien du le président et messieurs les ë spécial mixte du Sénat et de la nunes, avant de résumer notre attirer votre attention sur le fait tmi nous le président du Comite a de même que d’autres membres ainienne de Winnipeg. en du Canada est un organisme de irésente la très grande majorité des ukrainienne. Il existe depuis 39 les intérêts qui sont Communs a d’origine ukrainienne. Dans œ 5 a 1’intention de se limiter aux P l0 septembre 1970 [Texte] which affect Ukranian Canadians culturally, ethnically and lingualistically. One of the points which we are bringing up is the question of founding races or nations. O 2125 According to the BNA Act, we find that Confeder- ation was formed by four provinces:Upper Canada, Lower Canada, Nova Scotia and New Brunswick. There is no mention about that being a racial union. It was a territorial union. Furthermore, there were expressions to the effect that Canada should have, at that time, 1865, a flag with a rainbow to designate the diversity of races, religions, sentiments and interests of the différent parts of the Confédération. Now with the coming of Ukrainians to Canada, it is important to point out that when Sir John A. Macdonald was concerned about settling of Western Canada, every effort was made t0 secure immigration from western Europe. You will find in the brief what success there was. Because it was impossible to attract any immigration from western European countries, Canada turned to eastern Europe and Ukrainians, the western part of Ukraine which was part of the Austrian-Hungarian empire at that time, the province of Galicia. That is why you often see that the Ukrainians called Galicians. That is where Sir Clifford Sifton got his idea when he said: I think a stalwart peasant in sheepskin coat, born on the soil, whose forefathers have farmed for ten generations, with a stout wife and a half-dozen children, is good quality. What efforts were actually made to secure this immigration should be of interest. The governments were not interested in having their people emigrate to Canada. Here I quote from a letter by Lord Strathcona: All agents claim that they have been active in organizing the movement from Galicia. They say that they have obtained from the people who have already emigrated, and in other ways, an immense number of addresses in the country, and that they have been in correspondence with these people for months past, sending them letters and pamphlets. They have agents working for them surreptitiously. Of course the law will not permit anything in the direction of directly encouraging émigration, and these sub-agents are generally peddlars, hawkers and others, who are going about the country and in that way disseminate quietly but effectively Constitution du Canada 8 : 29 [Interprétation] questions et aux problèmes qui affectent les Cana- diens-Ukrainiens sur le plan culturel, ethnique et lin- guistique. Un des points que nous désirons soulever est la question des races ou nations fondatrices. L’acte de l’Amérique du Nord Britannique établit que la Confédération fut instituée par la fédération de 4 provinces: le Haut-Canada, le Bas-Canada, la Nouvelle-Écosse et le Nouveau Brunswick. Aucune mention n’est faite d’uné union raciale. L’union est territoriale. En outre, des opinions étaient émises â l’effet que le Canada devait à l’époque en 1865 avoir un drapeau barré d’un arc-en-ciel afin de désigner la diversité des races, religions, sentiments et intérêts des territoires différents compris dans la confédération. Lors de l’arrivée des Ukrainiens au Canada, — il est important de le noter — Sir John A. Macdonald cherchait à peupler l’0uest du Canada et tout a été tenté pour attirer les immigrants de l’Europe occiden- tale. Vous constaterez, dans le mémoire quel succès on a obtenu. N’ayant pas réussi à recruter des immigrants en Europe occidentale le Canada tourna ses vues vers l’Europe orientale et l’Ukraine, la partie occidentale de l’Ukraine, territoire de l’empire Austro-Hongrois à l’époque, la province de la Galicie. C’est pourquoi les Ukrainiens sont souvent appelés Galicéens. C’est de là que s’est inspiré Sir Cliffort Sifton losqu’il a dit: Je pense que le paysan robuste revêtu d’uné peau de mouton, enfant du sol, dont les ancêtres ont travaillé la terre pendant dix générations, ayant une femme vigoureuse et une demi-douzaine d’enfants, est du bon bois. Les efforts tentés pour ce mouvement d’immigration présentent quelque intérêt. Les gouvernements étran- gers ne tenaient pas à voir leurs citoyens immigrer au Canada. Et je cite lettre de Lord Strathcona: Tous les agents affirment s’être occupés active- ment de l’organisation du mouvement en pro- venance de la Galicie. Ils disent avoir obtenu des personnes déjà immigrées, et d’autres sources, un nombre considérable d’adresses dans le pays, et qu’ils correspondent avecc ces personnes depuis des mois, leur envoyant des lettres circulaire. Ils emploient aussi des agents ‘secrets. Il va sans dire que la loi interdit toute démarche manifeste tendant directement â provoquer Pimmi- gration, et les agents clandestins sont généralement des mendiants, colporteurs et autres personnes de cette catégorie qui circulent dans le pays et peuvent ainsi desséminer en douce une masse 8 : 30 Constitution of Canada [Text] quantities of literature. They have also spent considérable sums in advertising, such as law permits. Although it is quite possible they may exaggerate their efforts and their expenditure, there is no doubt in my mind that they have been spending both time and money in the endeavour to increase the business from Galicia. That shows you the efforts made by the Canadian government. In this modern day, I do not know if you would call that a very ethical way of conducting business. However it was done and the people were coming to Canada. They established their institutions-churches and schools. They played their part. In World War I we have FilipKonowal who was awarded the Victoria Cross. There were some 40,000 other Ukrainians who served in World War II. The problem with which we are faced now is the fact that the role of ethnie culture is being played down. When the original settlers came to Canada they were regarded as Canadians. The phrase is used I believe “the customer is always right” and the same thing applied to the settlers. Now we are confronted with problems about preserving the cultural heritage. In fact just yesterday on the éditorial page of the Wmmpeg Tribune was an article in which the author stated: They have excellent facilities with grills over wood stoves . . . At the picnic sites we heard many foreign tongues. Immigrants love the parks. That could be a third or fourth generation Canadian born in Canada. He speaks Ukrainian, Gennan or Polish. Is that a foreign tongue? Hearing that are you going to say first that he must be an immigrant. These are the things that we would like to see stopped. We would like to see concern and support for cultural freedom. In this, the question of languages, we have the Official Languages Act. The same thing applies to a report in the Wmmpeg Free Press just recently following an interview with Mr. Duhamel, who is Chairman of the Advisory Board. What has suprised Mr. Duhamel is the will of the French-language groups across the country to maintain their culture and language even though it may be only half-remembered. “we’re a little late,” Mr. _Duharnel adds. “Maybe we should have had this kind of thing 50 years ago. But now that we’ve started, we’re finding that people are seeking help to reinvigorate their cultural life.” We have no objection whatever to an official language. We recognize the need for it. However, we are concerned that the Official Languages Act is going September l0, 1970 [Interpretation] énorme de documents de propagande. Ils ont aussi dépensé des sommes énormes pour la publicité, dans la mesure où la loi le permet. Bien qu’ils puissent être extravagants dans leurs efforts comme dans leurs dépenses, il n’y a pas de doute, à mon avis, que le temps et l’argent ont été con- sacrés à accroître le nombre d’immigrants venant de la Galicie. Ceci vous donne une idée des efforts accomplis par le gouvernement canadien. Je ne sais pas si vous appelle- riez cela de nos jours une façon très morale de faire des affaire. Toutefois, cela a été fait, et les immigrants sont venus au Canada. Ils ont créé leurs institutions- églises et écoles; ils ont joué leur rôle de citoyens durant la Première Guerre mondiale. Filip Konowal a été décoré de la Croix Victoria. Quelques 40,000 autres Ukrainiens ont aussi servi durant la Seconde Guerre mondiale. Nous avons maintenant à faire face à la culture ethnique amoindrie. Quand les premiers habitants se sont établis au Canada, ils étaient considérés comme des Canadiens. On dit, je pense: «Le client a toujours raison>>, et de même pour les premiers habitants.
Maintenant, nous avons à résoudre le problème de la
conservation de l’héritage culturel. Au fait, à peine
hier, dans la page de l’éditorial du journal Winnipeg
Tribune un article est ainsi rédigé:

< sur des poêles chauffés au bois . . . sur le terrain du
picnic, nous avons entendu de nombreuses langues
étrangères. Les immigrants aiment les parcs.»

Il pourrait s’agir d’uné troisième ou quatrième géné-
ration de Canadiens nés au pays. Ils parlent Ukrainien,
Allemand ou Polonais. Est-ce une langue étrangère?
En l’entendant, allez-vous immédiatement conclure
qu’il est un immigrant. C’est â cela que nous voulons
mettre fin. Nous voudrions susciter l’intérêt et l’appui
de la liberté culturelle. Pour ce qui est des langues,
nous avons la Loi sur les langues officielles. La même
chose s’est produite dans un rapport de la Winnipeg
Free Press, tout récemment, par suite d’une entrevue
avec un monsieur Duhamel, président du Conseil
consultatif.

<> Nous nous prenons un peu
tard, <>. Peut-être aurions-nous
dû y songer, il y a une cinquantaine d’années.
Mais, â présent que nous avons commencé, nous
constatons que les uns cherchent un moyen de
donner une nouvelle vigueur â leur vie culturelle.»

1 0 septembre 1 970

[Texte]

to be used at the same time for tha
encouragement of cultures. In that r:
other ethnie groups should be givei
well. Remember we are not oppos
couragement of language reinvigora
why should it be limited to French a
should we not say: Let us in propo.
can help the others? As far as civil ri
ed, we would like to see the civi
under federal responsibility under a i
We recommend that a clause stating
language of a Canadian citizen may l:
languages of the world and that su
called Canadian languages with the s
culture be put in the Canadian constiti
mend that the Canadian Charter of
recognize the dignity of human being
rights to cultural freedom, language ar
ment.

In principle, we have maintained t‘
Languages Act should be abolished
would like to see some changes. Inst
bilingual districts where there is a mii
l0 per cent of the population, it should
All cultures, if subsidized by the (
Canada or other levels of government,
dized in proportion to population. A
moneys should be made available for c
as well.

The Chairman: Thank you very
Yaremowich, for co-operating so e
summarizing your paper. Before I calÎ
member for questioning, I would just
out to members that we need the use o!
microphones. It is only the large mien
projects to this room; the small micropl
rccording apparatus. So be sure you hav
phones available before you ask your q‘
now call on Mr. Warren Allmand who ha;
introduced. Mr. Allmand?

Mr. Allmand: Mr. Chairman, I just
questions. First, I would like to try to ui
better way the recommendations whi
before us by the witnesses. Gentlemen
recommendation in your brief, you sug
minority groups in bilingual districts m‘
ut least 35 per cent instead of l0 pe;
population in order to have a minority l

September l0, 1970

uments de propagande. Ils ont aussi
immes énormes pour la publicité,
: où la loi le permet. Bien qu’ils

extravagants dans leurs efforts
11’S dépenses, il n’y a pas de doute, a

le temps et l’argent ont été con-
zre le nombre d’immigrants venant

1e idée des efforts accomplis par le
dien. Je ne sais pas si vous appelle-
urs une façon très morale de faire
>is, cela a été fait, et les immigrants
Lda. Ils ont créé leurs institutions-
ls ont joué leur rôle de citoyens
Guerre mondiale. Filip Konowal a
Croix Victoria. Quelques 40,000
ant aussi servi durant la Seconde

ritenant à faire face à la culture
s. Quand les premiers habitants se
rada, ils étaient considérés comme
dit, je pense: «Le client a toujours
Eme pour les premiers habitants.
vons à résoudre le problème de la
téritage culturel. Au fait, â peine
de l’éditoria1 du journal Winnipeg
st ainsi rédigé:

lents aménagements, des grils posés
nauffés au bois . . . sur le terrain du
ms entendu de nombreuses langues
mmigrants aiment les parcs.>>

une troisième ou quatrième géné-
nés au pays. Ils parlent Ukrainien,
.ais. Est-ce une langue étrangère?
tez-vous immédiatement conclure
ant. C’est à cela que nous voulons
udrions susciter l’intérêt et l’appui
‘elle. Pour ce qui est des langues,
.11‘ les langues officielles. La même
: dans un rapport de la Winnipeg
:emment, par suite d’uné entrevue
Duhamel, président du Conseil

é M. Duhamel, c’est la volonté des
phones du pays de conserver leur
langue, même s’ils ne s’en sou-
oitié.>> Nous nous prenons un peu
Duhamel>>. Peut-être aurions—nous
y a une cinquantaine d’années.
que nous avons commence, nous
les uns cherchent un moyen de
velle vigueur à leur vie culturelle.»

l0 septembre 1970

[Texte]

to be used at the same time for the propagation and
encouragement of cultures. In that respect we feel that
other ethnie groups should be given considération as
well. Remember we are not opposing it. If the en-
couragement of language reinvigorates culture, then
why should it be limited to French and English? Why
should we not say: Let us in proportion see how we
can help the others? As far as civil rights are concem-
ed, we would like to see the civil rights brought
under federal responsibility under a new constitution.
We recommend that a clause stating that the mother
language of a Canadian citizen may be any one of the
languages of the world and that such languages be
called Canadian languages with the same applying to
culture be put in the Canadian constitution. We recom-
mend that the Canadian Charter of Human Rights
recognize the dignity of human beirigs, including the
rights to cultural freedom, language and their develop-
ment.

In principle, we have maintained that the Official
Languages Act should be abolished. However, we
would like to see some changes. Instead of creating
bilingual districts where there is a minority group of
l0 per cent of the population, it should bei 35 per cent.
AH cultures, if subsidized by the Govemment of
Canada or other levels of government, must be subsi-
dized in proportion to population. A proportion of
moneys should be made available for other languages
as well.

The Chairman: Thank you very much, Mr.
Yaremowich, for co-operating so excellently in
summarizing your paper. Before I call on the first
member for questioning, I would just like to point
out to members that we need the use of both of these
microphones. It is only the large microphone which
projects to this room; the small microphone is for the
recording apparatus. So be sure you have both micro-
phones available before you ask your question. I will
now call on Mr. Warren Allmand who has already been
introduced. Mr. Allmand?

Mr. Allmand: Mr. Chairman, I just have a few
questions. First, I would like to try to understand in a
better way the recommendations which were put
before us by the witnesses. Gentlemen, in the third
recommendation in your brief, you suggest that the
minority groups in bilingual districts must constitute
at least 35 per cent instead of 10 per cent of the
population in order to have a minority language right

Constitution du Canada 8 : 31

[Interprétation ]

Nous n’avons aucune objection à la langue officielle.
Nous en reconnaissons la nécessité. Toutefois, nous
redoutons que la Loi surles langues officielles serve â
la fois â la propagation et à l’encouragement des
cultures. Nous estimons, â ce propos, que les autres
groupes ethniques doivent être également considérés.
Souvenez-vous bien que nous ne nous y opposons pas.
Si la promotion du langage donne une nouvelle vigueur
à la culture, alors pourquoi s’en tenir au français et à
l’anglais? Pourquoi ne pas dire: voyons ce que propor-
tionnellement nous pouvons faire pour les autres?
Nous voudrions que les droits civils relèvent des
autorités fédérales en vertu de la nouvelle constitution.

Nous recommandons qu’il soit stipulé que la langue
maternelle de tout citoyen canadien soit n’importe
quelle langue au monde et de même pour la culture et
que ce soit formulé dans un article de la Constitution
canadienne. Nous recommandons que la Charte cana-
dienne des droits de 1’homme reconnaisse la dignité
humaine, y compris les droits â la liberté culturelle,
liberté de langue et droits connexes.

Nous avons soutenu, en principe, que la Loi sur les
langues officielles devrait être abolie. Toutefois, nous
voudrions y voir apporter certains changements. Plutôt
que de créer des secteurs bilingues où le groupe
minoritaire est de l0 p. 100 de la population, la
proportion devrait être relevée à 35 p. 100. Toutes les
cultures, si elles doivent être subventionnées par le
gouvernement du Canada ou d’autres administrations
publiques, doivent être subventionnées proportion-
nellement à la population. Des sommes proportion-
nelles devraient être remises à la disposition des autres
groupes linguistiques également.

Le président: Je vous remercie beaucoup, monsieur
Yaremowich, d’avoir si brièvement résumé votre
étude. Avant d’entendre les questions, je tiendrais
seulement à souligner aux membres du Comité que
nous devons utiliser les deux microphones. Le gros
microphone ne diffuse que dans cette pièce; le petit
microphone est pour l’enregistrement mécanique.
Soyez donc sûrs de vous faire entendre dans les deux
microphones quand vous posez votre question. Je vais
maintenant céder la parole à M. Warren Allmand, qui a
déjà été présenté. Monsieur Allmand.

M. Allmand: Monsieur le président, je n’ai que
quelques questions â poser. Premièrement, j’aimérais
comprendre davantage les recommandations qui nous
ont été proposées par les témoins. Messieurs, dans la
troisième recommandation du mémoire, vous suggérez
que les groupes minoritaires des secteurs bilingues
devraient constituer au moins 35 p. 100 plutôt que l0
p. 100 de la population pour jouir du droit minoritaire

8 : 32 Constitution of Canada

[Text]

apply. I was just wondering why you suggested the
increase from l0 to 35 per cent?

There is no place that Iknow of where the minority
would constitute 35 per cent or even 25 per cent of
the population. I think the minority population of
Montreal is about 20 per cent. If you increase this to
35 per cent, I do not know if there will be very many
places in Canada where you would get any minority
group having language rights. Why the 35 per cent?

A Mr. Hylynko: Mr. Chairman, if I might answer that
one. We are particularly concerned about those dis-
tricts in which the Ukrainians form a linguistic major-
ity and where, on top of that, they are going to be
required to take on both English and French. We
consider that English Canadians should be able to look
after themselves which they do very well. Districts like
the Dauphin area where Ukrainians are the predom-
inant majority and Beausejour where 50 per cent
are Ukrainian are the ones that concern us. When you
have a clear English-French situation, your 10 per cent
idea may work, but I think it is an entirely different
ball gaine where you have a Ukrainian majority and

‘two other people come in and make themselves of-

ficial over you.

Mr. Allmand: That is a different problem. The
Official Languages Act, by the way, does not oblige
peopleto work in two languages. It applies to federal
government institutions to provide services in a second
language in which there is a minority population of at
least 10 per cent. In other words, it must serve the
public in that language. It does not apply, for
example, to Gerrnans or people of Gennan extraction
or to people of Chinese extraction or Ukrainians or
Italians. These people do not need to learn French and
English and themselves work in French and English.
They would have to work in one or the other only.

Mr. Hylynko: This was the original spirit of the
thing but the situation has gone much further beyond
that. -I happen to be a civil servant. I know that you
have to have a tri-monthly total immersion baptism in
the one or the other so that you have to have those
two languages if you want to be a hit in any way. If
you want to have the Ukrainians remain at the level of
carriers of water and hewers of wood, this is fine.
However, if you want to go to the next grade, you
must learn the two languages in the civil service. There
are some 300,000 jobs available in that area. We would
like to hold some of them in our own right, speaking
one or the other of the working languages of Canada.

September I0, 1970

[In terpreta tion ]

s.’appliquant â la langue. Je cherche à comprendre
pourquoi vous avez proposé d’élever la proportion de
l0 â 35 p. 100?

Il n’y a aucun secteur, que je sache, où la minorité
constituerait 35 p. 100 ou même 25 p. 100 de la
population. Je pense que le groupement minoritaire à
Montréal est de 20 p. 100 seulement. Si vous portez la
proportion à 35 p. 100, je doute qu’il y ait beaucoup
d’endroits au Canada où vous pourrez constituer un
groupe minoritaire ayant des droits linguistiques.
Pourquoi le 35 p. 100?

M. Hylynko: Monsieur le président, me permettez-
vous de répondre. Nous pensons surtout aux régions
où les Ukrainiens constituent une majorité linguistique
et où ils devront connaître l’anglais et le français. Nous
estimons que les anglophones devraient pouvoir avoir
soin d’eux-mêmes, ce qu’ils font déjà très bien. Des
districts semblables à la région de Dauphin, où les
Ukrainiens prédominent, et Beauséjour où 50 p. 100
sont Ukrainiens, nous préoccupent particulièrement.
Lorsqu’un secteur est nettement anglais-français, le l0
p. 100 peut très bien s’appliquer; mais, je pense que le
jeu ne se prête pas aux mêmes règles lorsque la
majorité de la population est ukrainienne et que 2
autres sections viennent et imposent leur autorité.

M. Allmand: C’est une autre question. La Loi sur les
langues officielles, soit dit en passant, n’oblige per-
sonne à travailler dans les deux langues. Elle impose
aux institutions fédérales d’assurer les services dans la
seconde langue officielle pour tout groupe démogra-
phique minoritaire de 10 p. 100. Autrement dit, les
services rendus au public doivent l’être dans cette
langue. Cela ne s’applique pas, par exemple, aux
Allemands ou aux personnes d’origine allemande,
chinoise, ukrainienne ou italienne. Ces personnes ne
sont pas obligées d’apprendre le français et l’anglais ou
de travailler en français ou en anglais. Ils n’auront pour
travailler qu’à se servir d’uné langue ou de l’autre.

M. Hylenko: C’est dans cet esprit que la loi a été
conçue; mais la situation a beaucoup dégénéré depuis.
Je suis fonctionnaire. Je sais qu’il faut subir le bap-
tême de Pimmersion totale tous les trimestres dans
l’une ou l’autre langue, si bien que vous devez posséder
ces deux langues si vous voulez vous rendre le moin-
drement intéressants. Si vous voulez maintenir les
Ukrainiens au niveau des porteurs d’eau et des
coupeurs de bois, très bien. Toutefois, l’Ukrainien qui
veut s’élever un peu doit apprendre les deux langues
dans la Fonction publique, où quelque 300,000
postes sont offerts. Nous voudrions occuper ces postes
pour notre seul mérite, en parlant l’une ou l’autre des
langues de travail du Canada.

l0 septembre 1970

[Texte]

Mr. Allmand: That is a real
forward. I do not know whether in
cent to the 35 per cent would help t

In your first recommendation yt
mother languages be considered as C
l want to ask you two questions on
whose grandfather or father came
Would you consider German his m
English, if he lives in Alberta or Sasl
Montreal and grew up speaking m
other words, how long would you j
you were to put in the Constitutio
tongues be considered Canadian lan
would that go on?

Mr. Yaremowich: There is absolui
We are basing ourselves on what i:
census. They usually ask what is yol
In other words, what are you usingi
is the thing you see. Regardless of wh
is, if he comes to Canada, decides
forget his mother tongue and speak j
we have no arguments about it
concerned about people who want
traditions and who still use their la
When the census taker comes arounc‘
language do you use in the house’
“Ukrainian”, he says that it is a fore
you are a fourth generation Canadian.

Mr. Allmand: I see. After a cen
Canada, it ended up that people speci
or 30 different mother tongues, yoi
or 30 Canadian languages. What right
these Canadian languages? Would yo
the Canadian languages be used i
Parliament or in the Canadian courts
the effect of having these mother
Canadian languages?

Mr. Yaremowich: They would b
them in school if there were sufficie
example, we have in schools in Man
test of western Canada where Ukr
brought in. If there is sufficient numt
speak a certain mother tongue or lai
lie available to them as a cultural ben
going to introduce this into Parliamen‘
or something like that. It is on
development. If you are compellet
language, you are bound to lose yc
well. We are going to have just two o
both of which we recognize are tl

224ll——3

September 109 1970

igue. Je cherche à comprendre
Œoposé d’élever la pr0p0ItÎ0fi de

3m, que je sache, où la minorité
.00 ou même 25 P» 100 de
que le groupement minoritaire a

100 seulement. Si vous portez 13
)0, je doute qu’il y ait beaucoup
1 où vous pourrez constituer un
ayant des droits linguistiques.
v?

ieur le président, me perîflffitez’
ous pensons surtout aux regions
stituent une malŒÎté linguistique
naître l’anglais et le français. Nous
lophones devraient pouvoir avoir
e qu’ils font deja tres D1611.‘ Des
à la région de Dauphln, 011 les
ent, et Beauséjour ou 50 P- 100
is préoccupent particulièremenä
t nettement anglalsrfraflçaïsa le 1l
l s’appliquer; mais, je pense que le
.s aux mêmes regles lorsque a
lation est ukrainienne e_t fine 2
znt et imposent leur autorlte-

une autre question. La Loi sur 16S
oit dit en passant, n’oblige Per-
.ns les deux langues. Elle imPOSC
rales d’assurer les services dans la
zielle pour tout groupe défîwgïa‘
le l0 p 100. Autrement dit, les
public doivent l’être dans cette
tpplique pas, Pif exemple’ aäx

personnes d’origine alleman e,
e ou italienne. Ces personnes ne
pprendre le français et 1 aflglals 0“
ais ou en anglais. Ils n auront P0111″
ir d’uné langue ou de l’autre.

t dans cet esprit €103,13‘; 1,01 a efœ
ition a beaucoup dégenere depuls-
e. Je sais qu’il faut subir le bap-
n totale tous les trimestres dans
le, si bien que vous devez posséder
vous voulez vous rendre le moin-
çs, Si vous voulez maintenir les
zau des porteurs d’eau ‘et des
ès bien. Toutefois, l’Ukrainien qu1
1 doit apprendre les deux langues
publique, où quelque 300,000
Nous voudrions occuper C83 P0935
ite, en parlant l’une ou l’autre des
Canada.

l0 septembre 1970

[Texte]

Mr. Allmand: That is a real problem you put
forward. I do not know whether increasing the l0 per
cent to the 35 per cent would help that problem.

In your first recommendation you suggest that all
mother languages be considered as Canadian languages.
l want to ask you two questions on that. Take a man
whose grandfather or father came from Germany.
Would you consider German his mother language or
English, if he lives in Alberta or Saskatchewan or even
Montreal and grew up speaking mainly English. In
other words, how long would you perpetuate this, if
you were to put in the Constitution that all mother
tongues be considered Canadian languages. How long
would that go on?

Mr. Yaremowich: There is absolutely no obligation.

We are basing ourselves on what is used during the
census. They usually ask what is your mother tongue.
In other words, what are you using in the home. That
is the thing you see. Regardless of what origin a person
is, if he comes to Canada, decides that he wants to
forget his mother tongue and speak French or English
we have no arguments about it at all. We are
concerned about people who want to maintain their
traditions and who still use their language at home.
When the census taker comes around and says: “what
language do you use in the house?” and you say:
“Ukrainian”, he says that it is a foreign language. Yet
you are a fourth generation Canadian.

Mr. Allmand: I see. After a census was taken in
Canada, it ended up that people specified a total of 25
or 30 different mother tongues, you would have 25
or 30 Canadian languages. What rights would you give
these Canadian languages? Would you expect that all
the Canadian languages be used in the Canadian
Parliament or in the Canadian courts. What would be

the effect of having these mother tongues declared
Canadian languages?

Mr. Yaremowich: They would be able to study
them in school if there were sufficient numbers. For
example, we have in schools in Manitoba and in the
rest of western Canada where Ukrainian has been
brought in. If there is sufficient number of pupils who
speak a certain mother tongue or language, it should
be available to them as a cultural benefit. You are not
going to introduce this into Parliament or in the courts
or something like that. It is only for cultural
development. If you are compelled to lose your
language, you are bound to lose your traditions as
well. We are going to have just two official languages,
both of which we recognize are the two working

224ll—3

Constitution du Canada 8 : 33

[Interprétation]

M. Allmand: Vous nous proposez là un véritable
dilemme. Je ne vois pas comment accroître le 10 p. 100
à 35 p. 100 pour régler ce problème.

Dans votre première recommandation, vous avez
proposé que toutes les langues maternelles soient
considérées comme langues canadiennes. Je veux vous
poser deux questions â ce sujet. Parlons d’un homme
dont le grand’père ou le père serait venu d’Allemagne.
Considéreriez-vous l’allemand comme sa langue mater-
nelle ou plutôt l’anglais s’il a vécu en Alberta ou en
Saskatchewan ou même à Montréal et a été élevé en
anglais. En d’autres termes, pendant combien de géné-
rations voudriez-vous perpétuer cette situation, si vous
deviez stipuler dans la Constitution que toutes les
langues maternelles seront considérées comme langues
canadiennes. J usqu’où cela pourrait-il aller?

M. Yaremovitch: Il n’y a absolument pas d’obliga-
tion. Nous nous basons sur les données de recence-
ment. On nous demande ordinairement quelle est
notre langue maternelle, soit, la langue parlée au foyer.
C’est là le point. Quelle que soit l’origine de la
personne, si elle est venue au Canada et a décidé
d’oublier sa langue maternelle et de parler le français
ou l’anglais, nous ne disputons pas ce point le moin-
drement. Nous nous intéressons au sort des personnes
qui désirent conserver leurs traditions et qui parlent
encore leur langue maternelle au foyer. Quand le
recenseur se présente et dit: «Quelle langue parlez-
vous â la maison»? et que l’on répond: «Ukrainien», il
déclare que c’est une langue étrangère. Et cela quand il
s’agit d’uné quatrième génération de Canadiens.

M. Allmand: Je vois. Il s’est avéré, après un recense-
ment au Canada, que 25 à 30 différentes langues
maternelles ont été déclarées. Vous seriez en faveur de
25 â 30 langues canadiennes? Quel droit accorderiez-
vous à ces langues canadiennes? Envisageriez-vous que
toutes les langues canadiennes soient utilisées au
Parlement canadien ou par les tribunaux canadiens?
Quel serait l’intérêt de déclarer ces langues ‘mater-
nelles, langues canadiennes?

M. Yaremovitch: Ils pourraient les étudier à l’école
s’ils étaient assez nombreux. Par exemple, nous avons
dans nos écoles du Manitoba et de l’Ouest du Canada
l’enseignement de l’ukrainien. S’il y avait un nombre
suffisant d’élèves parlant telle langue maternelle, ils
devraient en avoir le bénéfice culturel. Il n’est pas
question de l’introduire au Parlement ou dans les
tribunaux. Il est simplement question de développe-
ment culturel. Si vous sacrifiez votre language, vous
sacrifiez vos traditions. Nous aurons deux langues
officielles, que nous reconnaisons tous deux comme
langue de travail. Toutefois, nous considérons la
question du point de vue culturel.

8 : 34 Constitution of Canada

[Text]

languages. However, wé aré looking at this from the
cultural point of view.

Mr. Allmand: I see. Therefore, you think it is best
that there be two official working languages, but that
certain rights be given to all thé other languages?

Mr. Yaremowich: That is right.

Mr. Allmand: In your last recommendation, you say
a proportion of money should bé made availablé for
these languages. I do not know if this brief was written
very recently or not but in thé most recent édition of
thé B&B report which dealt with other languages and
other cultural groups in Canada, it was recommended
that thé federal government subsidize different
cultural groups in Canada. Thosé recommendations
have not been accepted or rejected yet by the
government. The Commission did recommend that
money be given to the many groups. Have you read
that report on the ethnie groups and do you think that
if their recommendations were put into effect, it
would meet this fourth recommendation in your
brief?

Mr. John H. Syrnyck (Ukrainian Canadian
Committee): Mr. Chairman, yes I think that if thé 4th
volume of the B&B report were put into effect it
would go a long way in establishing thé dignity of
what is called thé third element. I can speak only for
the Ukrainian community in Canada. There is really
nothirig very spécifie in it and as long as thé fédéral
and provincial governments in whose jurisdiction the
different areas fall do not act on it, then nothing will
comé out of it.

About other languages being regarded as Canadian
languages, an element of dignity is involvéd here. I
think that any language spoken by second and third
generation Canadians cannot bé regarded as a foreign
language. It is a Canadian language although it may
have no official status but it is a Canadian language. It
is spoken by a Canadian in Canada on Canadian soil.

Mr. Allmand: This is my final question, Mr.
Chairman. One of thé recommendations was that there
bé guaranteed cultural freedom. I just wanted to point
out thé way the federal govermnent have put out this
booklet making proposals on thé Constitution and
they have this clause that they proposé to put in this
charter of human rights and it reads as follows:

Thé Charter should also provide that every
individual in Canada is entitled not to be
discriininated against by reason of racé, colour,
national or ethnie origin, religion, or séx

September l0, 1970

[I nterpreta tion ]

M. Allmand: Je vois. Vous estimez préférable qu’il y
ait deux langues officielles de travail mais que certains
droits soient conférés â toutes lés autres langues?

M. Yaremovitch: C’est exact.

M. Allmand: Dans votre dernière recommandation,
vous dites qu’une proportion des sommes accordées en
subvention devrait favoriser ces langues. J ’ignoré si ce
mémoire a été écrit récemment ou non; mais, dans
l’édition la plus récente du rapport B et B, qui traité
des autres langues ét des autres groupes culturels au
Canada, il a été recommandé que le gouvernement
fédéral subventionné divers groupés culturels au Cana-
da. Ces recommandations n’ont encore été ni
acceptées ni rejetées par le gouvernement. La Com-
mission a cependant recommandé que lés crédits
soient répartis entré les divers groupes. Avez-vous lu ce
rapport traitant dés groupes ethniques et pensez-vous
que leurs recommandations, si l’on y donnait suite,
répondraient â cette quatrième recommandation de
votre mémoire?

M. John H. Syrnick (Comité ukrainien du Canada):
Monsieur lé président, oui, je pense que si les récom-
mandations du quatrième volume du rapport B et B
étaient appliquées, elles contribueraient beaucoup à
rendre cette dignité à ce qui a été lé troisième élément.
Je ne puis que me prononcer pour la communauté
ukrainienne au Canada. Il n’y a rien précis â ce sujet
et, tant que les administrations fédérales et provin-
ciales, qui exercent leur juridiction sur ces divers
secteurs, ne prendront pas dé mesure, on n’obtiendra
aucun résultat.

Pour ce qui est de considérer les autres langues
comme des langues canadiennes, un élément de dignité
joué également ici. Je pensé qu’une langue parlée par
la deuxième et la troisième génération canadienne ne
peut pas être considérée comme une langue étrangère.
C’est une langue canadienne, bien qu’elle puisse
n’avoir aucun statut officiel. Elle est parlée par un
Canadien, au Canada.

M. Allmand: Voici ma dernière question, monsieur
le président. L’une des recommandations se rapportait
à la garantie de liberté culturelle. Je ne veux que vous
signaler la façon dont le gouvernement fédéral a publié
cette brochure, présentant dés propositions sur la
Constitution, et dans laquelle on trouve cet article que
je proposé d’intégrér â la Charte des Droits de
l’Homme, et qui se lit comme suit:

La Charte devrait porter en outré que tout citoyen
du Canada doit être à l’abri dé la discrimination
pour un motif de racé, de couleur, d’origine
nationale ou ethnique, de religion, ou de sexe.

l0 septembre 1970

[Texte]
and it goes on to put this in det
cannot be diserirninated on

Then there is another proposed
beginning of the Constitution 2
objectives of thé Canadian Const

to promote national, éconor.
development [ . . . ] for all (
région they may live,

and it goes on.

In other words, it says all C
région and their cultural developr
point out that first of all i
discriminate against anybody bec
ethnie origins and in addition it s2
Constitution should promote the
cultures. I do not know, if Ülest
would help at all but I just wante

Mr. Hlynka: Mr. Chairman, I w
comment on what Mr. Allmand s
make the comment that sometimes
things and wé wonder whether we
as you do, thé official Canadians.
you talk about diverse cultures ant
in our national capital, général
cultures. When you talk of discrim.
been narrowed down to mean cért
If what you suggest is actually me:
in thé broadest sensé, this meets ou
sométirnés reading some of these
point of view, it looks as if t2
Constitution and the new princip
dévéloped seem to be based on th
Canadians are equal except that tl
English are more equal than all the c

Mr. Allmand: Well, I hope that
finished. I will let somebody else ar

The Chairman: One of the Co:
wanted to ask a question and t
comments from thé floor. I woulc
Melvin James McQuaid, represent
Cardigan in Prince Edward Island, z
Général of the Province of Prince lE
McQuaid.

2241l—3%

Septémba l0, 1970

s. Vous estimez préférable qu’il y
:iéllés de travail mais que certains
à toutes lés autres langues?

est exact.

votre dernière recommandation,
DPOÎÎÎOÏI des sommés accordées en
voriser ces langues. J ’ignoré si cé

récemment ou non; mais, dans
:nte du rapport B et B, qui traite
t des autres groupes culturels au
zommandé que le gouvernement
divers groupés culturels au Cana-
idations n’ont encore été ni
s par lé gouvernement. La Com-
it recommandé que les crédits
les divers groupés. Avez-vous lu ce
groupés ethniques ét pensez-vous
idations, si l’on y donnait suite,
é quatrième recommandation de

ck (Comité ukrainien du Canada):
nt, oui, je pense que si les recom-
trième volume du rapport B et B
elles contribueraient beaucoup à
à ce qui a été le troisième élément.
à prononcer pour la communauté
ada. Il n’y a rien précis à ce sujet
.ministrations fédérales et provin-
lÎ leur juridiction sur ces divers
ont pas de mesuré, on n’obtiendra

de considérer lés autres langues
canadiennes, un élément de dignité
Je pensé qu’une langue parlée par
‘roisièmé génération canadienne ne
iérée comme une langue étrangère.

canadienne, bien qu’elle puisse
it officiel. Elle est parlée par un
a.

ici ma dernière question, monsieur
dés recommandations se rapportait
érté culturelle. Je né veux que vous
tnt lé gouvernement fédéral a publié
>réséntant des propositions sur la
ns laquelle on trouvé cet article que
:grer à la Charte des Droits de
lit comme suit:

fiait porter en outré que tout citoyen
lt être à l’abri dé la discrimination
if de racé, de couleur, d’origine
hnique, de religion, ou de sexe.

‘II.-_-

l0 septembre 1970

[Texte]
and it goes on to put this in détail and it says:
cannot bé discrirninatéd on national ethnie origin

Then there is another proposed clause right at the very
beginning of the Constitution and it says; one of thé
objectives of the Canadian Constitution would be:

to promote national, economic, social and cultural
development [ . . . ] for all Canadians, in whatever
région they may live,

and it goes on.

In other words, it says all Canadians in whatever
région and their cultural development. I just wanted to
point out that first of all it says you cannot
discriminate against anybody because of their national
ethnie origins and in addition it says that thé Canadian
Constitution should promote the development of all
cultures. I do not know, if these were adopted, if it
would help at all but I just wanted to point them out.

Mr. Hlynka: Mr. Chairman, I would like to make a
comment on what Mr. Allmand said. I would like to
make thé comment that sometirnes wé read these same
things and wé wondér whether we see the same ideas
as you do, the official Canadians. When we see that
you talk about diverse cultures and hear what goes on
in our national capital, generally it means two
cultures. When you talk of discrimination, again it has
been narrowed down to mean certain spécifie things.
If what you suggest is actually méant and intérprétéd
in thé broadest sensé, this meets our requirement but
sometirnés reading some of thésé things from our
point of view, it looks as if the new Canadian
Constitution and thé new principles that aré being
dévéloped seem to bé based on thé premisé that all
Canadians aré equal except that thé French and the
English aré more equal than all thé others.

Mr. Allmand: Well, I hope that is not so. I have
fmishéd. I will let somebody else answer the question.

The Chairman: One of the Committee members
wanted, to ask a question and then I will invite
comments from the floor. I would now call on Mr.
Mélvin James McQuaid, representing thé riding of
Cardigan in Prince Edward Island, a former Attorney
Général of the Province of Prince Edward Island. Mr.
McQuaid.

22411-31/2

Constitution du Canada 8 : 35

[Interprétation]
et il poursuit en plus de détail,

et ne saurait être sujet à discrimination pour raison
d’origine ethnique nationale.

Puis il y a un autre article proposé qui apparaît au tout
début de la Constitution et qui dit que l’un des
objectifs de la Constitution canadienne serait:

d’éncouragér le développement national, écono-
miqué, social et culturel, . . . pour tous lés Cana-
diens dans quelque région qu’ils résident,

et ainsi de suite.

En d’autres termes, on y dit, tous les Canadiens dans
quelque région que ce soit et quel que soit leur
développement culturel. Je ne voulais que vous signa-
ler que ce texte dit d’abord que vous ne sauriez
exercer de discrimination contré qui que ce soit pour
un motif d’origine ethnique nationale et de plus que la
Constitution canadienne devrait encourager le dévélop-
pement de toutes lés cultures. Ces dispositions ont-
elles été adoptées, je l’ignoré, mais on a peut-être
profit à les signaler.

M. Hlynka: Monsieur le président, permettez-moi
une brève remarque au sujet de ce que M. Allmand a
dit. Parfois, nous lisons ces textes et nous nous
demandons si nous y relevons lés mêmes idées que
vous y relevez vous, Canadiens, à titre officiel. Quand
nous vous entendons parler de différentes culturelles
d’uné part et que de l’autre, nous voyons ce qui se
passe dans“ notre capitale nationale, de façon générale,
nous en concluons à deux cultures. Et quand vous
parlez de discrimination, ici encore, le sens de ce mot
s’est confiné à une extension bien précise. Si ce que
vous suggérez est de faire ce que vous entendez et
qu’on Pintérprète au sens le plus large, nous en
sommés satisfaits, mais parfois, lorsque nous lisons ces
textes en nous plaçant sous notre propre point de
vue, c’est tout comme si la nouvelle constitution
canadienne et les nouveaux principes qui y sont
élaborés étaient fondés sur lés principes que tous les
Canadiens sont égaux, sauf que les Français et les
Anglais sont plus égaux que les autres.

M. Allmand: J ’espère qu’il n’én est rien. J ’ai terminé.
Je laisse à un autre le soin dé répondre à cette
question.

Le président: Un membré du Comité veut poser une
question, après quoi j’inviterai l’assitance à faire valoir
ses observations. M. Mélvin J ames McQuaid, qui répré-
sente la circonscription électorale de Cardigan, dans
Ile du Prince-Edouard, et l’éx-avocat général de cette
même province, a maintenant la parole.

8 : 36 Constitution of Canada

[Text]

Mr. McQuaid: Mr. Chairman, I just have one ques-
tion for the witness. l was rather disturbed to hear one
of the witnesses state that instructions had come out,
as l understood him to say, from somebody to the
civil servants that if they wished to get ahead in the
civil service they must take these immersion courses.
This, of course, if correct, is a radical departure from
the purpose of the Official Languages Act. The
Official Languages Act, of course, was established t0
provide government services in both official languages
to the people of Canada. I would just like to make
sure, Mr. Chairman, that I have not misinterpreted the
remarks of the witness when he said that instructions
had come out from somebody to the civil servants that
if they hoped to be promoted, they must take these
immersion courses.

Mr. Hlynka: I would like to correct that by saying
not definite instructions but this is the general under-
standing; this is the general feeling among the people
and this seems to be promoted. We have been told
even this but you do not have to speak any language as
far as being able to live in Canada is concerned. But
for very practical reasons obviously, for advancing to
any responsible administrative position, this is now
understood to be a requirement.

Mr. McQuaid: Mr. Chairman, so far, has there been
any. concrete évidence that this is a fact, that if you
hope to get ahead you have to be conversant in both
languages? Have you any concrete examples of this
yet having taken place since the Official Languages
Act was passed?

Mr. Hlynka: I do not know whether I can give you
specific examples. What one has to do is to read,
although they have discontinued this now, the civil
service advertisements and they say for this particular
position we require fluency in the two working
languages.

Mr. McQuaid: But you have not, for example,
known of anybody’s fear of the Ukrainian language,
for example, having been denied promotion by reason
of the fact that he has not got both French and
English.

Mr. Hlynka: This is much too new. It takes a little
time but we are afraid that this will be one of the
disadvantages that we will have.

The Chairman: May l now invite contributions to
the floor. I would ask you to be brief but at least to

September l0, 1970

[In terpreta tion ]

M. McQuaid: Monsieur le président, j’ai une dernière
question à poser au témoin. J ’ai été plutôt troublé
d’entendre l’un des témoins nous déclarer, du moins ce
que j’ai cru comprendre, que quelqu’un avait donné
aux fonctionnaires des instructions à l’effet que s’ils
désiraient obtenir de l’avancement dans la Fonction
publique, il leur fallait prendre ces cours accélérés.
Une telle affirmation s’écarte tout à fait du but de la
Loi sur les langues officielles, qui a été adoptée, bien
sûr, pour permettre au gouvernement de servir les
contribuables du Canada dans les deux langues offi-
cielles. Je ne veux que m’assurer, monsieur le prési-
dent, que je ne me suis pas mépris sur le sens des
remarques faites par l’un des témoins qui disait que
quelqu’un avait donné aux fonctionnaires des instruc-
tions à l’effet que s’ils voulaient obtenir de l’avance-
ment, il leur fallait suivre ces cours accélérés.

M. Hlynka: Permettez-moi de corriger cette expres-
sion: non pas des instructions nettes, mais c’est ce que
de façon générale on a laissé entendre; c’est ce que les
gens ont compris et c’est ce qui semble être mis en
vigueur. On nous a même dit ces choses, mais on n’a
pas â parler quelque langage que ce soit s’il n’est
question que de vivre au Canada. Mais pour des raisons
d’ordre pratique, il est évident que pour obtenir de
l’avancement dans quelques postes de gestion que ce
soit, on admet aujourd’hui que c’est une condition à
remplir.

M. McQuaid: Monsieur le président, avons-nous
jusqu’ici recueilli un témoignage concret à l’effet que
si quelqu’un désire obtenir de l’avancement il lui faut
pouvoir s’exprimer dans les deux langues? Pouvons-
nous citer des cas concrets à l’appui qui se seraient
produits depuis l’adoption de la Loi sur les langues
officielles?

M. Hlynka: Je ne sais si je puis vous citer des cas
concrets. On a qu’à lire, même si cette coutume a cessé
maintenant, les postes annoncés par la Fonction
publique où l’on précise que pour tel poste en parti-
culier, on doit pouvoir s’exprimer facilement dans les
deux langues de travail.

M. McQuaid: Mais, vous n’avez pas rencontré, par
exemple, une personne d’expression ukrainienne, à
qui on ait refusé un poste parce qu’il ne parlait pas le
français ni l’anglais.

M. Hlynka: Cette affaire est trop récente. Il faut un
peu de temps, mais nous redoutons de souffrir éven-
tuellement de ce désavantage.

Le président: Puis-je maintenant en appeler â
l’audience, que je prierais d’exposer brièvement ses

l0 septembre 1970

[Texte]

have your views. Please come
give your name.

Mr. W. M. Swystun: My name
a lawyer in Winnipeg.

The Chairman: Mr. Swystun,
last name for the recording?

Mr. Swystun: S w y s t u n.
The Chairman: Thank you ver]

Mr. Swystun: I am of Ukrainia
part in the préparation of the b1
Canadian Committee prepared
guages Act and there were ce:
there on legal grounds that the C
was unconstitutional in that it c
tion that the amendment or the i1
Official Languages Act is, in fact,
the use of English and French, a
specifically by Section 91. 1. of ‘
not want to get involved in a
argument but I would submit, M1
federal government has now seen 1
language matters which, under tl
provincial matter. They have decid
districts are to be set up, and wi
where the French population cons
that the federal institutions must
the government in English and FIC]
that this is a language question. It
yet it has been implemented and
House of Commons so it is law. G.
time the federal government has
itself in education, another matt‘
hibited-prescribed, I should say,
prescribed to the provinces under
B.N.A. Act, and I say that the fe:
now involved in education becan
announced tremendous grants to th
ments of education for the availab
available of institutions to teach tl
The recent announcement was S30(
made available over the next five 5
current amount made available :
opposed t0 340,000 for languages o

Now my submission, from a pers
that if the federal government is go

8 : 38 Constitution of Canada

[Text]

in language matters and éducation matters, which aré
provincial matters under thé present constitution, it
should make provision in the new Constitution for thé
perpétuation of thé languages of the other ethnic
groups of this country constituting one third,
approximately, of thé entire Canadian population in
educational institutions in co-operation with provin-
cial éducators where thé population warrants it in
specific districts. If I can give an example, you talked
about French-English bilingual districts. It seems to
me obvious that in a tremendous number of districts a
great percentage or perhaps a majority is of descent

other than English or French and that thé fédéral

government, if it is not involving itself in thé teaching
of languages or supporting financially thé teaching of
languages, at least thé expression of the interest to
promote the teaching of thé languages other than
English or French should bé provided for in thé
Constitution. Thé machinery should be set up within
thé Constitution to provide financial help to thé
provinces; otherwise it seems to me that although thé
fédéral government is taking great stridés with respect
to thé French language and culture, it is practically
ignoring thé striving of all other ethnic groups t0 keép
their languages and cultures alivé, with no suggestion
of constitutional guarantee, educationally or other-
wise. l think that the fédéral government would bé
remiss, I think this Committee would be remiss in not
récomménding some strong constitutional provisions
to provide assistance. If it is going to involve itself in
provincial matters, then it should bé provided for in
the Constitution. Thank you, Mr. Chairman, for
allowing me to make thésé comments.

Thé Chairman: Thank you very much, Mr. Swystun.
I take it that this is not a question directed to thé
witnesses but an expression of opinion, which I can
assuré you thé Committee will note. As far as thé
present Constitution is concerned, of course, if there is
any question of thé legality of what thé fédéral
government or any other government does, it can bé
referred to thé courts but wé aré pleased to have your
suggestion for what thé future Constitution should
contain. Thank you. Are there any further com-
ments?

May I thén thank the witnesses very much for their
présentation to us and we will then call on thé néxt
witnesses.

The next brief will bé that of thé Canada Press Club,
and I would ask thé witnesses for that group to come
forward.

September l0, 1970

[I nterpreta tion ]

dans dés questions de langues et d’éducation qui
relèvent de la compétence provinciale en vertu dé la
présenté Constitution, il lui faudra, réserver dans la
nouvelle Constitution, dés dispositions pour assurer la
survivance dés langues des autres groupés ethniques dé»
ce pays qui constituent environ lé tiers de la popula-
tion entière du Canada, dans dés maisons d’éducation,
en collaboration avec le personnel enseignant des
provinces, là où la population le justifié dans dés
régions déterminées. Si je puis vous donner un
exemple, vous avez parlé de districts bilingues français-
anglais. Il me semblé évident que dans un nombre
appréciable dé districts, un pourcentage élevé, pour ne
pas dire majoritaire, est dé descendance autre
qu’anglaisé ou française et que le gouvernement
fédéral, s’il né se mêle pas dé l’enséignémént des
langues ou s’il né l’appuié pas financièrement, devrait
au moins, manifester quelque intérêt visant à encou-
rager l’enseignemént dés langues autres que l’anglais et
le français, en vertu d’uné disposition â cet effet dans
la Constitution. Il devrait dans cette Constitution y
avoir des dispositions en vue de fournir une aidé
financière aux provinces; autrement, il me semblé
qu’en dépit du progrès que le gouvernement fait à
Pégard de la langue et dé la culture française, il ignore
pratiquement lés efforts que lés autres groupés
ethniques font pour conserver leur langue et leur
culture, ne pouvant se prévaloir d’aucune garantie
constitutionnelle, éducative ou autre. Le gouver-
nement fédéral aurait tort, le présent Comité aurait
tort, â mon avis, dé né pas recommander l’établis-
sement de vigoureuses dispositions constitutionnelles
en vue d’apportér dé l’aide. S’il doit s’engager dans les
questions qui relèvent dé la compétence provinciale,
cette ingérence doit être prévue dans la Constitution.
Merci, monsieur le président, dé m’avoir autorisé à
faire ces quelques commentaires.

Le président: Merci beaucoup, monsieur Swystun. Il
ne s’agit pas, si je comprends bien, d’uné question que
vous posez aux témoins, mais plutôt de Pexpression de
votre opinion personnelle, qui je puis vous l’assurer,
sera soigneusement notée par lé Comité. Quant â la
Constitution actuelle, s’il survient quelque douté
quant â la légalité d’uné démarché du gouvernement
fédéral ou de tout autre gouvernement, il est possible
dé lé porter devant lé tribunal, mais nous avons été
heureux d’entendre vos suggestions quant à la consti-
tution futuré. Merci. Y a-t-il d’autres observations?

Puis-je maintenant remercier les témoins qui ont
bien voulu nous présenter leur mémoire, et inviter les
prochains témoins â se faire entendre.

Le prochain mémoire sera celui du Canada Press
Club. Je demanderais aux témoins qui représentent
cette association, dé s’avancer.

l0 septembre 1970

[Texte]

I am pleased now to call on 1
thé Canada Press Club to make tl
présentation will bé made by Mr.
thé Président of that organization

Ml’. Hans Roeder (Président, Cal
Chairman, honourable sénators,
hament, ladies and gentlemen,
Canada Press Club of Winnipeg, r
ethnic publications printed in Ma
t0 have thé opportunity to
résolutions which we trust
considération. You have Iecejy.
background détails of our press;
believe there is any real need f0]
read. Perhaps it might bé in orde;

résolutions only. Would this t
Chairman?

Thé Chairman: Yes.

Mr. Roeder: Mr. Chairman, it m
to read thé history of our C1ub_
read thé SIX résolutions which wé
that is in order.

Thé Chairman: Yes. Thank yr
Roeder. That would be, I think
VleVVPoint too. I would bé quite
Suggestion and if you léavé your
can bé appendéd to our hearings as

Mr. Roeder: Thank you, M1; chai
BE IT RESOLVED AS FOLLOWS:

1. Canada is a bilingual country.

2. Our Canadian nation is mad
many cultural backgrounds. Thé]
« œgflized that Canada is a mu_
This multiculturalism must bé giver
new Constitution or amendment t0
tution.

3. _The Ethnic Press of Canada
that in spite of numérous préséntat:
to the position of the Ethnic Press
IOIVICCS to thé various commissions
and présentations have been made
oomplétely ignoréd and in this n
these commissions aré disrégarding
nature of Canada.

4. Further évidence of the fajh
ment of Canada to recognize the r;
cf our country is in their lack o:
“e138 in order to irnplément repr.

September l0, 1970

»ns de langues et d’éducation qui
mpétence provinciale en vertu- de la
tion, il lui faudra, réserver dans la
tion, des dispositions pour assurer la
gués des autres groupes ethniques de-
tituent environ le tiers de la popula-
mada, dans des maisons d’éducation,
avec le personnel enseignant des
la population le justifié dans des
ées. Si je puis vous donner
az parlé de districts bilingues Ïfauçals‘
mblé évident que dans un nombre
stricts, un pourcentage eleve, POuI ne
itaire, est de descendance autre
française et que le gouvernement
ie mêle pas de l’enseignement des
rappuie pas financièrement, devrait
:ster quelque intérêt visant a encou-
ent des langues autres que 1 anglais et
« tu d’une disposition à cet effet dans
Il devrait dans cette Constitution y
tions en vue de fournir une aide
rovinces; autrement, il me semble
yrogrès que le gouvernement ‘fait a
ie et de la culture française, il ignore
efforts que les autres groupes.
vour conserver leur langue et leur
ant se prévaloir d’aucune garantie
éducative ou autre. Le. ‘gouver-
urait tort, le présent Comite’ aurait
, de ne pas recommander l’etablis-
zuses dispositions constitutionnelles
de l’aide. S’il doit s’engager les
vent de la compétence provinciale,
>it être prévue dans la Constitution.
e président, de m’avoir autorise a
commentaires.

erci beaucoup, monsieur Swystun. Il
comprends bien, d’une question que
moins, mais plutôt de l’expression de
sonnene, qui je puis vous l’assurer,
lt notée par le Comité. Quant à 13
telle, s’il survient quelque doute
a d’une démarché du gouvernement

autre gouvernement, il est possible
it le tribunal, mais nous avons été
e vos suggestions quant à la consti-
Y a-t-i1d’autres observations?

.nt remercier les témoins qui ont
‘ésentér leur mémoire, et inviter lés
â se faire entendre.

‘moire sera celui du Canada Press
rais aux témoins qui représentent
é s’avancer.

l0 septembre 1970

[Texte]

I am pleased now to call on the représentatives of
the Canada Press Club to make their presentation. The
presentation will be made by Mr. Hans Roeder, who is
thé Président of that organization. Mr. Roeder.

Mr. Hans Roeder (President, Canada Press Club): Mr.
Chairman, honourable senators, members of Par-
liament, ladies and gentlemen, as President of the
Canada Press Club of Winnipeg, representing some 24

read. Perhaps it might be in order for me to read our
résolutions only. Would this be your wish, Mr.
Chairman?

The Chairman: Yes.

Mr. Roeder: Mr. Chairman, it might be in order not
to read the history of our Club. I would just like to
read the six résolutions which we prepared for you, if
that is in order.

Thé Chairman: Yes. Thank you very much, Mr.
Roeder. That would be, I think, the best from our
viewpoint too. I would be quite agreeable to that
suggestion and if you leave your full text with us it
can be appendéd to our hearings as your full brief.

Mr. Roeder: Thank you, Mr. Chairman.
BE IT RESOLVED AS FOLLOWS:

1. Canada is a bilingual country.

2. Our Canadian nation is made up of peoples of
many cultural backgrounds. Therefore, it must be
recognized that Canada is a multicultural country.

3. The Ethnic Press of Canada feels very strongly
that in spite of numérous présentations made in regard
to thé position of the Ethnic Press and their extensive
services to the various commissions to which our briefs
and présentations have been made, they were almost
completely ignoréd and in this regard we feel that

these commissions aré disregarding the multicultural
nature of Canada.

4. Further évidence of the failuré of the Govérn-
ment of Canada to recognize the multicultural nature
of our country is in their lack of incentive to take
steps in order to irnplement représentations to the

Constitution du Canada 8 : 39

[Interprétation]

Il me fait plaisir maintenant de demander aux
représentants du Canadian Press Club de nous présen-
ter leur mémoire, par l’intermédiaire de leur président,
M. Hans Roeder. Monsieur Roeder.

M. Hans Roeder (Président du Canadian Press club):
M onsiéur le président, honorables sénateurs et
députés, mesdames et messieurs, â titre de président
du Canadian Press Club de Winnipeg, qui représente

fait parvenir une certaine documentation â ce sujet. Je
ne crois pas qu’il soit nécessaire de donner lecture de
cette information. Peut-être convient-il que je m’en
tienne à vous lire nos résolutions. Est-ce lâ votre désir,
monsieur le président?

Le président: Oui.

M. Roeder: Monsieur le président, peut-être serait-il
indiqué de ne pas lire l’historique de notre club. Je
m’en tiendrai â ce point â la lecture des six résolutions
qui ont été préparées â votre intention, si cela est
conforme aux règlements.

Le président: Oui. Merci beaucoup monsieur
Roeder. Nous nous rallions également, je crois â cette
façon de procéder. Si vous voulez bien nous laisser
tout votre texte, nous pourrons l’annexer â notre
procès-verbal.

M. Roeder: Merci, monsieur le président.

QU’IL SOIT RÉSOLU QUE:

1. Le Canada est un pays bilingue.

2. La nation canadienne est formée de peuplés
d’ascendances culturelles variées. On doit donc récon-
naître que le Canada est un pays de cultures multiples.
On doit faire état de ce multiculturalisme dans toute

tution actuelle.

3. L’Ethnique Press du Canada n’hésite pas â
déclarer que, malgré les nombreuses présentations â
l’égard de la position de l’association et de ses services
étendus aux diverses commissions auxquelles ont été
présentés nos mémoires, on en a totalement fait
abstraction et, sous ce rapport, nous estimons que les
dites commissions ont fait fi de l’aspect multiculturél
du Canada.

4. Autre signe de l’incapacité du gouvernement du
Canada â reconnaître la nature multiculturelle du pays,
il n’a créé aucune incitation pour que des mesurés
soient prises en vue de faire au Secrétariat d’Etat et

8:40

[ Text ]

Secrétary of State and to the Canada Council in regard
to assistance towards the continuation of thé worthy
and historical Canada Ethnica séries of books in
English and French.

5. The usefulness and value of international centres
in different parts of Canada have been well estab-
lished. We urge that this service bé enlarged and that
the central principle be considered in the extension of
this service by thé cosmopolitan nature of thé people
of Canada.

6. All immigrants must wait 5 years before they can
become Canadian citizens excepting those from Brit-
ain; these immigrants must wait at least 5 years before
they have thé privilégé of voting. We urge that these
éxisting discrirninatory measures against immigrants
from elséwheré other than the British Isles be rémoved
from any new or revised Constitution.

Thank you, Mr. Chairman.

Thé Chairman: Thank you very much, Mr. Roeder. I
have an indication from Senator Allister Grosart who,
I think, resides in Pickering, Ontario. Hé is a Senator
from the Province of Ontario and I would call on
Senator Grosart to ask the first question.

Senator Grosart: Thank you, Mr. Chairman. My
question may range over both the présentations, that
is the Canada Press Club and the Ukrainian Canadian
Committee because there is a very definite relationship
between the two.

The Chairman: Senator, could you get closér to the
large microphone?

Senator Grosart: Is that better, Mr. Chairman?
The Chairman: Yes.

Senator Grosart: My first question is a very general
one because the brief of the Canadian Press Club refers
to a solution of some of the problems that they have
put before us as being possibly obtained by a new or
revised Constitution. The Ukrainian Canadian Com-
mittee suggested that there bé amendments to the
British North America Act. I would like to ask the
witnesses whether they feél that we need a new
constitution or whether we can achiévé the objectives
they séék by meré ad hoc or from-time-to-tiine
révisions.

Mr. Roeder: I would like to ask our Past President of
the Canadian Ethnic Press Federation to give you a
detailed answer.

Mr. Charles Dojack (Past President, Canada Press
Club): l think, Senator Grosart, that is your headache.

Constitution of Canada

September l0, 1970

[Interprétation ]

au Conseil du Canada (Conseil des arts du Canada) les
recommandations nécessaires à l’égard de l’aide en vue
de la continuation de la série de livrés de valeur publiés

en français et en anglais «Canada ethnica>>

5. L’utilité et la valeur de centres internationaux
dans différentes parties du Canada a été bien établie.
Nous demandons instamment que ce service soit
étendu et que le principe central soit pris en consi-
dération dans l’extension de ces services par la nature
cosmopolite du peuple canadien.

6. Tous les immigrants doivent attendre cinq ans
avant de devenir citoyen canadien, sauf ceux de la
Grande-Bretagne; ces mêmes immigrants doivent attén-
dre cinq ans avant d’exercer leur droit de voté. Nous
demandons instamment la suppression dans toute
constitution nouvelle ou modifiée de ces dispositions
discriminatoires â l’égard des immigrants autres que
ceux des Îles britanniques.

Merci, monsieur le président.

Le président: Merci beaucoup, monsieur Roeder. Le
sénateur Allister Grosart demande le droit de parole, il
vient de Pickering, Ontario. C’est donc un sénateur de
la province d’Ontario et je lui demanderais de poser la
première question.

Le sénateur Grosart: Merci, monsieur le président.
Ma question portera â la fois sur Canadian Press Club
et le Comité ukrainien du Canada, car il y a entre eux
un rapport net.

Le président: Monsieur le sénateur, pourriez-vous
vous approcher du micro?

Le sénateur Grosart: Est_-ce mieux ainsi?
Le président: Oui.

Le sénateur Grosart: Ma première question plutôt
générale étant donné que le mémoire du Canadian
Press Club porte sur la solution de certains problèmes
qu’ils nous ont soumis et qu’il pourra peut-être appor-
ter une constitution nouvelle ou modifiée. Le Comité
ukrainien du Canada a suggéré de modifier 1’Acte de
l’Amérique du Nord britannique. Je veux demander au
témoin s’il croit qu’il nous faudrait une nouvelle
Constitution ou s’il nous est permis d’atteindre le but
qu’il cherche au moyen de modifications que l’on
apporterait de temps à autre.

M. Roeder: J ’aimerais demander â l’ex-président de
la Fédération de la presse canadienne ethnique de vous
répondre de façon détaillée à ce sujet.

M. Charles Dojack (Ex-président, Canada Press Club):
Je crois, sénateur Grosart, que c’est à vous d’en

l0 septembre 1970

[Texte]

Your décision will be final, or yc
to the government as to whethe
révision of our constitution or

would rest with yourself. We feel t
some révision. We do not think

completely new constitution.

Senator Grosart: Do you thin
could patch it up to meet your réq

Mr. Dojack: With capable men
members from the Parliament, I:

Senator Grosart: Mr. Chairma
witnesses a question with respect t
their constituéncy, At page 1
witnesses say they represent 26 c
Could I ask them how many ethni
are in total in Canada and what 1
is?

Mr. Dojack: There aré approxi
ethnic publications at present being
Incidentally, some of these are prii
for other countries, I would say
these papers in Canada ranges froi
million readers.

Senator Grosart: Would you say
the majority of those readérs obta
in their mother tongues or largel
tongues‘?

Mr. Dojack: I would say, it depeni
time spent in thé country. If they
immigrants, I would think that it c
80 percent, but with established im
been here for two or three years, ii
could be 5 or 10 per cent.

Then again it dépends on the
question. I think in the case of th
many of them have come over here
the English and French language b.
This may not bé true in the ca
immigrant. In some instances we are
of the Italian immigrants arriving i
even read Italian and they cannot
newspapers that are published in th.
I think it variés with every ethnic g
be general to any real extent on that

Senator Grosart: But would you
large, there are something like 2

résidents who regularly read a pu’

publication, in their mother tongue?

Mr. Dojack: Yes.

September l0, 1970

l

Êanada (Conseil des arts du Canada) les
ns nécessaires à l’égard de l’aide en vue
.on de la série de livres de valeur publiés
1 anglais «Canada ethnica»

rt la valeur de centres internationaux
s parties du Canada a été bien établie.
Jns instamment que ce service soit
le principe central soit pris en consi-
’extension de ces services par la nature
peuple canadien.

immigrants doivent attendre cinq ans
IÎI citoyen canadien, sauf ceux de la
e; ces mêmes immigrants doivent atten-
rant d’exercer leur droit de vote. Nous
ztamment la suppression dans toute
uvelle ou modifiée de ces dispositions

â l’égard des immigrants autres que
tanniques.

ur le président.

Merci beaucoup, monsieur Roeder. Le
‘ Grosart demande le droit de parole, il
1g, Ontario. C’est donc un sénateur de
itario et je lui demanderais de poser la
n.

ïrosart: Merci, monsieur le président.
tera â la fois sur Canadian Press Club
ajnien du Canada, car il y a entre eux

Monsieur le sénateur, pourriez-vous
u micro?

Jsart: Est_-ce mieux ainsi?
lui.

rosart: Ma première question plutôt
onné que le mémoire du Canadian
sur la solution de certains problèmes
rumis et qu’il pourra peut-être appor-
on nouvelle ou modifiée. Le Comité
.ada a suggéré de modifier 1’Acte de
>rd britannique. Je veux demander au

qu’il nous faudrait une nouvelle
’il nous est permis d’atteindre le but

moyen de modifications que l’on
nps à autre.

merais demander à l’ex-président de
L presse canadienne ethnique de vous
détaillée à ce sujet.

k (Ex-président, Canada Press Club):
r Grosart, que c’est à vous d’en

l0 septembre 1970

[Texte]

would rest with yourself. We feel that there is need for
some révision. We do not think there is need for a
completely new constitution.

Senator Grosart: Do you think, Mr. Dojack, we
could patch it up to meet your requirements?

Mr. Dojack: With capable men like yourselves and
members from the Parliament, I am certain you can.

witnesses say they represent 26 ethnic publications.
Could I ask them how many ethnic publications there

are in total in Canada and what the total readership
is?

Mr. Dojack: There are approximately 86 various
ethnic publications at present being printed in Canada.
Incidentally, some of these are printed in Canada but
for other countries. I would say the readership of

Senator Grosart: Would you say, Mr. Dojack, that
the majority of those readers obtain their views only

in their mother tongues or largely in their mother
tongues?

Mr. Dojack: I would say, it depends on the degree of
time spent in the country. If they are relatively new
immigrants, I would think that it could go as high as
80 percent, but with established immigrants who have
been here for two or three years, in some instances it
could be 5 or l0 per cent.

Then again it depends on the ethnic group in
question. I think in the case of the German people,
many of them have come over here well informed on
the English and French language before they landed.
This may not be true in the case of the Italian
immigrant. In some instances we are advised that some
of the Italian immigrants arriving in Toronto do not
even read Italian and they cannot read the Italian
newspapers that are published in the City of Toronto.
l think it varies with every ethnic group. You cannot
be general to any real extent on that question.

Senator Grosart: But would you say that, by and
large, there are something like 2 million Canadian
résidents who regularly read a publication, a news
publication, in their mother tongue?

Mr. Dojack: Yes.

Constitution du Canada 8 : 41

[Interprétation j

décider, votre décision serait définitive et vous
parteriez seul le poids de votre recommandation au
’il s’agisse de revoir notre Consti-
tution ou d’en rédiger une nouvelle. Nous croyons
qu’il faut la réviser plutôt que d’en rédiger une
entièrement nouvelle.

Le sénateur Grosart: Croyez-vous, monsieur Dojack,
que nous pourrions la rapiécer â votre satisfaction?

M. Dojack: Tant qu’il y aura au Parlement des
compétences comme vous, j’en suis assuré.

Le sénateur Grosart: Monsieur le président, puis-je
demander aux témoins quelle est l’importance de leur
association. En page 1 du mémoire, on mentionne 26
publications ethniques. Puis-je savoir combien il y a au
Canada de publications ethniques de ce genre et â quel

M. Dojack: Il y a actuellement au Canada 86

pays. Je dirais que le nombre de nos lecteurs atteint au
Canada entre 2.5 et 3 millions.

Le sénateur Grosart: Selon vous, monsieur Dojack,

la majorité d’entre eux se renseignent-ils surtout dans
leur langue maternelle?

Ici encore, tout dépend du groupe ethnique en
cause. S’il s’agit d’Allemands, plusieurs d’entre eux
sont arrivés ici fort bien informés en langue anglaise ou

italiens, dont, dans certains cas, on nous a dit qu’ils ne
pouvaient même pas lire leur propre langue â leur
arrivée â Toronto dans les journaux qu’on y publie en
italien.

Ce pourcentage varie, je crois, suivant le groupe
ethnique. On ne saurait généraliser.

Le sénateur Grosart: Mais iriez-vous jusqu’â dire
qu’il y a au Canada 2 millions de citoyens qui lisent
régulièrement une publication, oùvil y a des nouvelles,
dans leur langue maternelle?

M. Dojack: Oui.

8 : 42 Constitution of Canada

[Text]

Senator GrosartiMr. Chairman, the witnesses make
the statement, item number one, that Canada is a
bilingual country. It seems to me that this may be at
variance with the statement of the Ukrainian Canadian
Committee, at page 4 of their brief, that any language
including French and English should be regarded by
the constitution as, and I quote the exact words,
“Canadian languages”. Do you see a contradiction in
your statement that Canada is a bilingual country and
the statement of the Ukrainian Canadian Committee
that any language should be regarded as a Canadian
language, and I presume that that means an official
Canadian language?

The Chairman: Perhaps it is not fair to ask these
gentlemen to interpret the previous brief. My own
impression was that the previous witnesses were not
asking that their language be regarded as an official
language but rather as something we may call a
national language but with a slightly different status.
But to the extent that the witnesses want to comment
on this, I will certainly invite their comments.

Senator Grosart: That may well have been your
impression, Mr. Chairman, but we are not asking the
witness what your impression was, I was asking what
his impression was.

Mr. Dojack: Senator Grosart, if you would read on
further in our résolutions, we do stress the multi-
cultural nature of this country, and perhaps in our
interprétation of multiculturalism, we introduce the
aspect of multilingualism.

Senator Grosart: I think you leave it out.

Mr. Dojack: Well, not necessarily. What is, in your
opinion, cu.ltural?

Senator Grosart: I am asking the question.

Mr. Dojack: You would not accept my interpréta-
tion of multiculturalism. I would like to ask you what
is your interprétation of culture?

Senator Grosart: I would certainly say, Mr. Dojack,
that language is an essential element in culture.

Mr. Dojack: Therefore, our différences are not as
wide as you would tend to elaborate.

Senator Grosart: I will not argue the point here now
but I am merely coming back to your original
comment that Canada is a bilingual country and, by
your own interprétation, I wonder if you do not mean
that Canada is a multilingual country.

September l0, l-970

[Interprétation ]

Le sénateur Grosart: Monsieur le président, 1e
témoin déclare â l’article 1 que le Canada est un pays
bilingue. Cette déclaration me semble différer de celle
que fait le Comité ukrainien du Canada â la page 4 de
son mémoire, â l’effet que toute langue, y compris le
français et l’anglais devrait être considérée par la
Constitution au titre, et je cite les mots exacts, < a compréhension dans un pays aussi
nada?

‘excuse . . .

us avons parlé de formule ce soir et
nté par les Ukrainiens du Canada
irait adopter 35 p. 100 comme
établissement d’un district bilingue.
gués officielles indique une propor-
L Est-ce qu’une formule mathéma-
dre les problèmes que causé l’unifi-
té?

le crois pas, mais je pensé que cette
>outir à des décisions. Je crois qu’on

o…»

l0 septembre 1970

[Texte]

considered. I do not think it is going to help. Would
you not say so? I think it is an important factor but I
do not think it is an essential factor.

The Chairman: Mr. Colin Gibson.

Senator Yuzyk: Mr. Chairman, I have one brief
question. In view of the fact that there are quite a
number of ethnic groups in Canada, the irnple-
mentation of certain policies would have to be’carried
out by certain organs of thé government. As we know,
in this case the Secrétary of State makes pronoun-
ceménts regarding the money that is to be spent for
the French language in thé various parts of the
country. Have you given any thought to thé fact that
there should be some body within thé government
such as a Department of Cultural Affairs where there
would be représentatives from the ethnic groups to
look after the interests of the_ethnic groups, and that
this should be written into the constitution?

Mr. Dojack: Yes.

The Chairman: Are there any comments from the
floor?

Mr. Ken Bernard: Yes. Mr. Chairman, my name is
Ken Bernard. In general I think I would like to agrée

with the last two briefs, but I found difficulty with.

their very practical kind of implementation when you
were speaking of ‘constitutional change. I think they
are dealing with very real practicalities that have to be
spelled out at different levels, and perhaps not the
constitution. I would like to rephrase what I hear
them saying. I think what wé want is a rewriting of the
constitution. Wé want it to be rewritten in terms other
than Upper and Lower Canada. We want it to be
rewritten in terms of pluralism. We have to réalize that
the battle of the Plains of Abraham must stop being
thé measure of Canada, that Ontario and Quebec are
not the measure of the whole country. To put it in
other terms, I really think that is the question here. I
think it is very difficult for people from the Upper and
Lower Canada provinces to appreciate the pluralism of
the West.

While I think that it perhaps comes out in too
concrete a form in these two briefs, and not really in
terms of constitutional change, I really think that the
pluralism must be recognized so that thé historical
facts of Canada’s beginnings is left in thé history
books and is no longer enshrined in the constitution,
and in constitutional implementation.

2241 1-4

Constitution du Canada 8 : 49

[Interprétation ]

devrait examiner cette question; je ne pense pas que
cela aiderait qu’en pensez-vous? A mon avis, c’est un
facteur important mais non essentiel.

Le président: Monsieur Colin Gibson.

Le sénateur Yuzyk: Monsieur le président, je vou-
drais poser une brève question. Du fait qu’il existe un
grand nombre de groupes ethniques au Canada, la mise
en application de certaines politiques devrait être faite
par certains organes du gouvernement. Comme nous le
savons, dans le présent cas, le Secrétariat d’Êtat a fait
des déclarations en ce qui concerne les sommés
d’argent qui seraient dépensées pour promouvoir le
français dans les différentes parties du pays. Est-ce que
vous avez pensé qu’on devrait instituer un genre
d’organisme au sein du gouvernement, tel qu’un
ministère des Affaires culturelles où seraient repré-
sentés les différents ‘groupes ethniques qui s’occupé-
raient des intérêts de ces groupés et que cette
disposition devrait être stipulée par écrit dans la
Constitution?

M. Dojack: Oui.

Le président: Est-ce que quelqu’un a des commen-
taires à faire à ce sujet?

M. Ken Bernard: Oui. Monsieur le président, mon
nom est Ken Bernard. En général, je dirais que je suis
d’accord avec les deux derniers mémoires, mais j’ai du
mal à comprendre la façon pratiqué dont seront
appliquées les modifications constitutionnelles. Je
crois qu’il s’agit de problèmes pratiqués qu’il faudrait
circonscrire et déterminer clairement à divers niveaux
et qu’il ne s’agit peut-être pas de la Constitution. Je
voudrais reformuler ce qu’on a dit. Je crois que nous
voulons une nouvelle rédaction de la Constitution;
rédaction qui ne serait pas fondée sur la distinction du
Haut-Canada et du Bas-Canada; mais sur le pluralisme.
Il nous faut comprendre que la bataillé des Plaines
d’Abraham n’est plus le jalon qui nous permet
d’évaluer le Canada, que l’Ontario et le Québec ne sont
pas les ‘seuls dans tout le pays. Il faut rédiger cette
Constitution d’une autre façon; réellement, je crois
qu’il est difficile pour les personnes des provinces du
Haut et du Bas-Canada de comprendre le pluralisme
qui existe dans l’Ouest.

Bien que je pense que dans ces deux mémoires, on a
peut-être présenté ce problème sous une forme trop
concrète et non pas réellement sous la formé de
modifications constitutionnelles, il n’én reste pas
moins que je pense réellement qu’il faut reconnaître ce
pluralisme afin que ce fait historique dès le début de
Canada reste dans les livrés d’histoire et ne reste pas
encadré dans la Constitution et dans son application.

8:50

[Text]

The Chairman: Thank you very much, Mr. Bemard,
for your contribution.

Are there any other comments from the floor?

Mr. Hlynka: My name is Hlynka and Ihave spoken
before. I would like to put a question to Mr. Roeder.
He left the impression —— perhaps not wittingly — that
the ethnic press was for those people who could
neither speak nor read English or French, and I was
wondering whether I got the wrong impression. I have
been reading the ethnic press for many years. I speak
English reasonably well and I read French reasonably
well, but there is an aspect of the news that is simply
not covered in our daily English press. Could you
comment on that?

Mr. Roeder: Actually, you asked two questions. Is
that not so?

Mr. Hlynka: Well, try to answer them both.

Mr. Roeder: With respect to question No. 1, tnere
are certainly some people in Manitoba who cannot
cannot read English or French. Take the area between
Altona and further to the west. There are some little
villages there — I do not want to name any particular
ethnic group — where the people cannot speak English
or French.

My newspaper is published in both German and
English, in the two languages, and in many of our own
papers there are some items which you will not find in
the Fïee Press or the Dibune which concern only
ethnic people or a particular ethnic group. I think that
is the most important thing for our ethnic newspapers,
to publish this information for a particular ethnic
group.

The Chairman: Thank you. If there are no further
comments from the floor, I would like to thank our
witnesses very much for their fine presentations.

Ladies and gentlemen, the last brief for the evening
will be that of the Junior Chamber of Commerce. I
express our regrets to Mr. Belows and ask him to
retum for tomorrow afternoon’s session.

May I also ask if Carolyn Garlick is in the audience?
If she is, would she please communicate with our staff
so that we can do our best to arrange a time for her to
present her brief. The brief of the Junior Chamber of
Commerce will be presented by Professor E. Arthur
Braid, of the Faculty of Law of the University of
Manitoba.

I will give Mr. Braid a moment to open his briefcase
and then I will ask him to speak.

Constitution of Canada

September 10. 1970

[In terpre ta tion ]

Le président: Merci beaucoup, monsieur Bernard,
pour la contribution que vous nous avez apportée.

Y a-t-il d’autres commentaires?

M. Hlynka: Mon nom est Hlynka et j’ai parlé déjà.
J’aimerais poser une question à M. Roeder. H m’a
donné Pimpression-peut-être involontairement-que
la presse ethnique était favorable à ces personnes qui
ne peuvent ni parler ni lire l’anglais ou le français et je
me demande si c’est moi qui ai eu une fausse impres-
sion. Cela fait de nombreuses années que je lis les
journaux ethniques. Je parle anglais assez bien et je lis
le français assez bien mais il n_’y a pas de doute qu’il y
a un aspect des nouvelles qui n’est certainement pas
traité par nos journaux de langue anglaise quotidiens.
Pouvez-vous me dire pourquoi?

M. Roeder: En fait, vous avez posé deux questions,
n’est-ce pas?

M. Hlynka: Essayez de répondre à toute les deux.

M. Roeder: En ce qui concerne la première question
il n’y a pas de doute qu’il y a des gens au Manitoba qui
ne peuvent lire ni Panglais ni le français. Prenez la zone
qui se situe entre Altona et plus â l’ouest; il existe
quelques petits villages lâ—je ne veux pas mentionner
un groupe ethnique en particulier—où les gens ne
peuvent parler ni l’anglais ni le français.

Mon journal est publié tant en allemand qu’en
anglais et dans beaucoup de nos journaux on traite de
sujets que vous ne trouverez pas dans laFree Press ou
la Tfibune et qui intéressent uniquement les gens d’un
groupe ethnique particulier. Je crois que c’est là une
caractéristique importante de nos journaux.

Le président: Merci. Y a-t-il d’autres commentaires?
J ’aimerais remercier nos témoins pour leurs excellents
exposés.

Mesdames et messieurs, le dernier mémoire ce soir
nous vient de la chambre de commerce. Je fais toutes
mes excuses â M. Belows et lui demande de revenir â la
session de demain après-midi.

Puis-je aussi demander si Carolyn Garlick se trouve
dans l’auditoire? Si elle est là, pourrait-elle se mettre
en rapport avec notre personnel afin que nous nous
efforcions de prévoir un moment pour qu’elle puisse
présenter son mémoire.

Le mémoire de la Chambre de Commerce junior va
être présenté par M. le professeur E. Arthur Braid de la
Faculté de droit de l’Université du Manitoba.

Je vais donner le temps à M. Braid d’ouvrir sa
serviette, puis je lui demanderai de bien vouloir parler.

m,» mm trauma…“

. j ,’.

l0 septembre 1970

[Texte]

Professor E. Arthur Braid, (The
Metropolitan Winnipeg): Mr. Chair
the Committee and ladies and gent]
the Metropolitan Units of the Ju
Commerce, otherwise known as th.
Jaycees is a young men’s organa
dedicated to oommunity-bettenn
200,000 of us in the world thrt
Chamber International and there arn
Canada. This brief is submitted by a
of them, 250 from Metropolitan Winn

One of the tenets of the Cana
Canadianism, and this is why we inv«
this particular Committee’s deliberatio
the first group here that does not have
or does not have a personal or vested i1
we are purely objective. We are n
nonsectarian and we call things the w:

The committee that prepared our bn
of 12 members of the various units
from all walks of life. We have on
accountants, lawyers, Clerks, adjusters
insurance salesmen, opticians and smal
ators. So, we represent a wide spectrun
We have picked certain areas, and \
recommendations with respect to those

We state in our preamble that we regre
not had the time, or, in some cases, the »
comment on other areas that we feel
deration by this Committee, and indeec
by constitutional enactment. Two of ot
ations, Mr. Chairman, deal with govemr
opposed to constitutional action. So y4
deal with those by just reading out th
ations, or are they within your terms of .

The Chairman: They are not strict
terms of reference. I think, as they r
have some constitutional aspects, you mi
to put them on the record, but I do noi
want any further discussion of them.

Professor Braid: Thank you, Mr. Ch
indicate which ones they are when I com
have made recommendations on si:

22411-41/2

September, l0. 1970 l0 septembre 1970 Constitution du Canada 8 : 51

[Texte]

Professor E. Arthur Braid, (The Jaycee Units of
Metropolitan Winnipeg): Mr. Chairman, members of
the Committee and ladies and gentlemen, I represent
the Metropolitan Units of the Junior Chamber of
Commerce, otherwise known as the “Jaycees.” The
Jaycees is a young men’s organization which is
dedicated to community-betterrnent. There are
200,000 of us in the world through the Junior
Chamber International and there are 8,000 of us in
Canada. This brief is submitted by a small proportion
of them, 250 from Metropolitan Winnipeg.

[In terprétation]

Professeur E. Arthur Braid (The Jaycee Units of
Metropolitan Winnipeg): Monsieur le président, mes-
sieurs les membres du Comité, mesdames et messieurs
je représente les Métropolitan units of the Junior
Chamber of commace. qui sont aussi désignées sous le
titre de «Jaycees». Les Jaycees constituent une organi-
sation de jeunes gens qui s’occupent de Pamélioration
des communautés. Nous sommes 200,000 dans le
monde dans le cadre de la Jeune chambre de commer-
ce intemationale et nous sommes 8,000 au Canada. Le
présent mémoire est soumis par une petite proportion
de ces Jaycees, soit par 25 O Jaycees venant du grand

Merci beaucoup, monsieur Bernard,
tion que vous nous avez apportée.

as commentaires?

»« WWW-x\

Ion nom est Hlynka et j’aiparlé déjà. ê:
r une question à M. Roeder. Il’ m’a ‘ï
sion-peut-être involontairement-que ‘Ë
_ue était favorable à ces personnes qui
arler ni lire l’anglais ou le français et je
c’est moi qui ai eu une fausse impres-
de nombreuses années que je lis les
lues. Je parle anglais assez bien et je lis

..-.»s». -. «s En

One of the tenets of the Canadian Jaycees is

bien mais il n’y a pas de doute qu’il y
; nouvelles qui n’est certainement pas
aumaux de langue anglaise quotidiens.

dire pourquoi?

n fait, vous avez posé deux questions,

ssayez de répondre à toute les deux.

n ce qui concerne la première question
Jute qu’il y a des gens au Manitoba qui
lÎ l’anglais ni le français. Prenez la zone
tre Altona et plus à l’ouest; il existe
villages là-je ne veux pas mentionner
tique en particulier—où les gens ne
Ianglais ni le français.

est publié tant en allemand qu’en
eaucoup de nos journaux on traite de
1e trouverez pas dans la Free Press ou
i intéressent uniquement les gens d’un
particulier. Je crois que c’est là une
iportante de nos journaux.

lerci. Y a-t-il d’autres commentaires?
ier nos témoins pour leurs excellents

essieurs, le demier mémoire ce soir
:hambre de commerce. Je fais toutes
Belows et lui demande de revenir a la
après-midi.

nander si Carolyn Garlick se trouve
Si elle est là, pourrait-elle se mettre
iotre personnel afin que nous nous
roir un moment pour qu’elle puisse
noire.

la Chambre de Commerce junior va
I. le professeur E. Arthur Braid de la
:l’Université du Manitoba.

le temps à M. Braid d’ouvrir sa
ni demanderai de bien vouloir parler.

ymuunnmv –

n. -.,.. V. n ..« iyqna-nvmrllwmuqm__

l

Canadianism, and this is why we involve ourselves in
this particular Committee’s délibération. I think we are
the first group here that does not have an axe to grind
or does not have a personal or vested interest. We hope
we are purely objective. We are nonpolitical and
nonsectarian and we call things the way we see them.

The committee that prepared our brief was made up
of 12 members of the various units and they come
from all walks of life. We have on our committee
accountants, lawyers, clerks, adiusters, civil servants.
insurance salesmen, opticians and small business oper-
ators. So, we represent a wide spectrum of the public.
We have picked certain areas, and we have made
recommendations with respect to those areas.

We state in our preamble that we regret that we have
not had the time, or, in some cases, the compétence tc
comment on other areas that we feel require consi-
deration by this Committee, and indeed subsequently
by constitutional enactment. Two of our recommend-
ations, Mr. Chairman, deal with government policy as
opposed to constitutional action. So you wish me to
deal with those by just reading out the recommend-
ations, or are they within your terms of reference?

The Chainnan: They are not strictly within our
terms of reference. I think, as they might possibly
have some constitutional aspects, you might read them
to put them on the record, but I do not think we will
want any further discussion of them.

Professor Braid: Thank you, Mr. Chairman. I will
indicate which ones they are when I come to them. We
have made recommendations on six areas; the

224ll—4%

Winnipeg.

L’une des doctrines des Jaycees canadiens c’est le
«Canadianisme» et c’est pourquoi nous intervenons au
cours des présentes délibérations de ce Comité ici en
particulier. Je crois que nous somme le premier groupe
qui n’a pas de revendications à faire pour son propre
intérêt ou d’intérêt établis. Nous espérons nous mon-
trer absolument objectifs. Nous ne sommes ni parti-
sans polijziques, ni sectaires, et nous exposons les
situations telles que nous les constatons.

Le Comité qui a rédigé notre mémoire était cons-
titué de douze membres appartenant à diverses unités
et ces membres appartenaient à tous les secteurs de la
société. Nous avons, dans notre Comité, des compta-
bles, des juristes, des commis, des experts, des fonc-
tionnaires, des vendeurs, des opticiens et des directeurs
de petites entreprises. Par conséquent, nous représen-
tons toute une gamme du public. Nous avons choisi
certains domaines au sujet desquels nous avons pré-

senté des recommandations.

Nous avons indiqué dans notre préambule que nous
nous excusions de ne pas avoir eu le temps ou, dans
certains cas, la compétence, de présenter nos commen-

taires sur d’autres domaines encore

qui, nous le

croyons, devraient faire l’objet d’une étude par le
présent Comité et qui devraient faire l’objet d’une
étude par le présent Comité et qui devraient vraiment
par la suite, prendre la forme de disposition légis-
lative. Deux de nos recommandations, monsieur le
président, traitent de la politique gouvernementale par
opposition aux mesures constitutionnelles. Voulez-

vous que je lise ces recommandations
dans le cadre de votre mandat?

ou entrent-elles

Le président: Ces recommandations n’entrent pas
absolument dans le cadre de notre mandat. Je crois
que du fait qu’elles ont peut-être quelques aspects

constitutionnels, vous pouvez les

dire afin qu’elles

soient consignées au procès-verbal, mais je ne crois pas
que nous voudrions en discuter plus longuement.

M. Braid: Merci, monsieur le président. Je vais dire
quelles sont ces recommandations lorsque j’en arriverai
là. Nous avons présenté des recommandations dans six

8 : 52 Constitution of Canada

[Text ]

monarchy, Canadian sovereignty, the Senate, educa-
tion, bilingualism and biculturalism and immigration.

I will first deal with the monarchy. Our first rec-
ommendation is that the concept of the English
Crown as the titular head of the federal and provincial
governments be retained for the present.

Our second recommendation deals with Canadian
sovereignty. This is one of the ones, Mr. Chairman, for
which do not foresee any constitutional amendment. I
think it is a question of government implementation
and government policy. First, that Canada develop and
deal with its natural resources in such a way that it
will not create vested or other interests in favour of
foreign countries that may irrevocably obligate Canada
to those countries in the future. Second, that Canada
attempt, so far as it is practicable, to develop its
natural resources without obligation to other countries
and that such development be for domestic purposes
and advantages, without commitments to uncontrolled
economic growth.

Our third recommendation deals with the Senate.
We make three recommendations. First, that the
Senate be restructured in order to give each province
an equal voice in its affairs. Second, that each province
elect or appoint its now représentatives to the Senate.
Third, that considération be given to defining a new
role for the Senate that will make equal provincial
participation meaningful.

I might add, Mr. Chairman, that I see we have a
convert already. In tonight’s Winnipeg Free Press there
is an article by the hon. Member from Winnipeg South
Centre, E. B. Osler, and he puts forward a somewhat
similar viewpoint.

Our fourth recommendation deals with education.
We recommend that the subject matter of education
be a dual federal-provincial responsibility in the same
manner as agriculture and immigration is dealt with in
Section 95 of the British North America Act.

Our fifth recommendation deals with bilingualism
and biculturalism. We recommend first that the consti-
tution provide that French and English be made
national languages. Second, that the subject matter of
language rights be within the exclusive jurisdiction of
the Parliament of Canada. Third, that in the exercise

September l0, 1970

[In terpreta tion ]

domaines: soient ceux de la monarchie, de la souverai-
neté canadienne, du sénat, de l’éducation, du bilin-
guisme et du biculturalisme ainsi que de l’irnmigration.

Tout d’abord, je voudrais traiter de la monarchie.
Notre recommandation c’est que l’on conserve ce
principe qui veut que la Couronne britannique soit le
chef titulaire du gouvernement fédéral et des gouver-
nements provinciaux pour le moment.

Notre deuxième recommandation traite de la souve-
raineté canadienne. Voilà une question, monsieur le
président, au sujet de laquelle nous ne prévoyons
aucune modification constitutionnelle. Je crois qu’il
s’agit là d’une question de mise en application des
politiques gouvernementales. Tout d’abord le Canada
doit assurer son expansion et traiter ses ressources
naturelles de telle façon qu’il ne crée pas d’autres
intérêts en faveur de pays étrangers qui obligeraient
d’une façon irrévocable le Canada à ces pays dans le
futur. En second lieu, nous recommandons que le
Canada s’efforce, dans la mesure du possible, de
développer ses ressources naturelles sans se créer des
obligations envers d’autres pays et que cette expansion
lui profite au point de vue des objectifs et des
avantages nationaux sans qu’il n’y ait croissance éco-
nomique non contrôlée.

Notre troisième recommandation a trait au sénat:
nous avons présenté trois recommandations: premiè-
rement, que le sénat soit restructuré afin de permettre
que chaque province ait une voix égale en ce qui
concerne ses propres affaires. En deuxième lieu, nous
recommandons que chaque province choisisse ou
nomme ses propres représentants au sénat. En troi-
sième lieu, nous recommandons de s’occupér de défi-
nir le nouveau rôle du sénat qui permettra de rendre
effective cette participation égale des provinces.

J ’ajouterais, monsieur le président, que je prêche à
un converti déjà. Dans la Free Press de Winnipeg ce
soir, on trouve un article écrit par un député de
Winnipeg Sud Centre, l’honorable E. B. Osler et ce
dernier expose un point de vue quelque peu semblable.

Notre quatrième recommandation traite de l’éduca-
tion: nous recommandons que l’éducation soit un
sujet traité à la fois par le gouvernement fédéral et le
gouvernement provincial de la même façon que l’agri-
culture et Pimmigration le sont en vertu de l’article 95
de 1’Acte de l’Amérique du Nord britannique.

Notre cinquième recommandation traite du bilin-
guisme et du biculturalisme: nous recommandons,
tout d’abord, que la Constitution prévoit le français et
Panglais comme langues nationales. En deuxièmelieu,
que les droits au point de vue de la langue restent de la
juridiction exclusive du Parlement du Canada. En

ï.
v.
.

l0 septembre l 970

[Texte]

of its jurisdiction with respect tc
Parliament of Canada impl
gradually through the schools

Fourth, that the constitution me
term “language rights” includes t]:
directly and to trench upon any

province may have with respect
erally. This recommendation, Mr.
the other recommendation on e
come to fruition.

Our last recommendation deals
This is another area, Mr. Chairmar
ment. policy and I do not believe tl
a constitutional provision here. It
researched and we thought it w
present system and we were somew
it. First that Canada institute a
persons entering Canada and thz
made for the granting of visitors’ v
officials which are valid for up to
points of entry into Canada for
citizens of the United States o
Second, that contact be maintained
entering Canada as visitors to ensu
illegally remain in Canada after the
visa. Third, that persons who enter
and who while still in Canada
immigrant status be in no better pc
to the application than if they har
for a landed immigrant visa while
country of origin. That is the recc
Chairman, and I will not comment c

The Chairman: Thank you ver;
Braid.» Gentlemen, as these are ver;
would ask your indulgence in n01
details of each one and perhaps res
general views on each of these q1
questioner will be Mr. Douglas Row
Selkirk, whom I introduced earlier.

Mr. Rowland: Mr. Chairman, Ino‘
indicated that the second recommen

September l0, 1970

ceux de la monarchie, de la souverai-
, du sénat, de l’éducation, du bilin-
ilturalisme ainsi que de Firnmigration.

je voudrais traiter de la monarchie.
ndation c’est que l’on conserve ce
I: que la Couronne britannique soit le
gouvernement fédéral et des gouver-
aux pour le moment.

e recommandation traite de la souve-
ne. Voilà une question, monsieur le
jet de laquelle nous ne prévoyons
tion constitutionnelle. Je crois qu’il
_uestion de mise en application des
nementales. Tout d’abord le Canada
expansion et traiter ses ressources
le façon qu’il ne crée pas d’autres
.r de pays étrangers qui obligeraient
ocable le Canada à ces pays dans le
1 lieu, nous recommandons que le
, dans la mesure du possible, de
ssources naturelles sans se créer des
:d’autres pays et que cette expansion
voint de vue des objectifs et des
ux sans qu’il n’y ait croissance éco-
trôlée.

z recommandation a trait au sénat:
nté trois recommandations: premie-
iat soit restructuré afin de permettre
ince ait une voix égale en ce qui
res affaires. En deuxième lieu, nous
que chaque province choisisse ou
es représentants au sénat. En troi-
ecommandons de s’occupér de défi-
le du sénat qui permettra de rendre
icipation égale des provinces.

isieur le président, que je prêche â
Dans la Free Press de Wimupeg ce
m article écrit par un depute de
itre, l’honorable E. B. Osler et ce
point de vue quelque peu semblable.

recommandation traite de l’éduca-
mandons que l’éducation soit un
lS par le gouvernement fédéral et le
rincial de la même façon que l’agn’-
ation le sont en vertu de l’article 95
ique du Nord britannique.

a recommandation traite du bilin-
ulturalisme: nous recommandons,
a Constitution prévoit le français et
tgues nationales. En deuxième lieu,
»int de vue de la langue restent de la
re du Parlement du Canada. En

“,,,_,.,,….,. n“… 9mn. …a……….. .. . .

l0 septembre 1970

[Texte]

of its jurisdiction with respect to language rights tne
Parliament of Canada implement bilingualism
gradually through the schools in each province.
Fourth, that the constitution make it clear that the
term “language rights” includes the power to interfere
directly and to trench upon any jurisdiction which a
province may have with respect to education gen-
erally. This recommendation, Mr. Chairman, is in case
the other recommendation on education does not
come to fruition.

Our last recommendation deals with immigration.
This is another area, Mr. Chairman, where it is govem-
ment. policy and I do not believe there is any room for
a constitutional provision here. It is an aspect that we
researched and we thought it was a defect in the
present system and we were somewhat exercised about
it. First that Canada institute a visa system for all
persons entering Canada and that arrangements be
made for the granting of visitors’ visas by immigration
officials which are valid for up to three months at all
points of entry into Canada for persons who are
citizens of the United States or British subjects.
Second, that contact be maintained with those persons
entering Canada as visitors to ensure that they do not
illegally remain in Canada after the expiration of their
visa. Third, that persons who enter Canada as visitors
and who while still in Canada apply for landed
immigrant status be in no better position with respect
to the application than if they had made application
for a landed immigrant visa while resident in their
country of origin. That is the recommendation, Mr.
Chairman, and I will not comment on it.

The Chairman: Thank you very much, Professor
Braid. Gentlemen, as these are very broad subjects I
would ask your indulgence in not pursuing all the
details of each one and perhaps restrict yourselves to
general views on each of these questions. The first
questioner will be Mr. Douglas Rowland, representing
Selkirk, whom I introduced earlier.

Mr. Rowland: Mr. Chairman, Inote that the witness
indicated that the second recommendation, which had

Constitution du Canada 8 : 53

[Interprétation ]

troisième lieu, que dans l’exercice de sa juridiction en
ce qui concerne ses droits aux langues, le Parlement du
Canada mette le bilinguisme progressivement en appli-
cation par l’intennédiaire des écoles dans chaque
province. En quatrième lieu, que la Constitution éta-
blisse clairement que les termes < generally. We would rather have paramouncy with the
federal government, but it is not something that could
not be reconsidered.

Mr. Rowland: The possibility of different arrange-
ments under a constitution does not hold any terror
for you.

Professor Braid: None whatever.
Mr. Rowland: Nor for me.

Professor Braid: Most constitutions that I know of
provide for this sort of thing anyvvay. At the request of
various states, they can legislate for those States if
requested.

Mr. Rowland: I think this will be my last question,
Mr. Chairman, so that others may have an oppor-
tunity.

With your fifth section you deal with bilingualism
and biculturalism, and I think that the two briefs

Constitution du Canada 8 : 55

[Interprétation ]

statut constitutionnel de ce genre et était ensuite
devenu un organisme élu directement plutôt qu’indi-
rectement comme vous le proposez ici.

M. Braid: Non, nous n’én connaissions pas l’histoire
lorsque nous avons rédigé le mémoire.

M. Rowland: Pour ce qui est de l’éducation, je crains
d’avoir la fâcheuse habitude de m’attarder trop sou-
vent aux détails. C’est dû à ma participation aux
réunions fédérale-provinciales sur la Constitution. Mais
je crois que cette recommandation serait assez accep-
table du point de vue de 9 provinces canadiennes mais
qu’elle sera totalement rejetée parla dixième, c’est à
dire le Québec, et peut-être d’autres. Je me demande
quelle serait votre réaction si une seule province
rejetait une telle recommandation.

Croyez-vous qu’on devrait essayer d’en arriver à une
sorte d’arrangement constitutionnel qui régirait les
neuf provinces, laissant l’autre s’arranger autrement?

M. Braid: Oui, monsieur le président. Dans le domai-
ne de l’éducation, la primauté revient au gouverne-
ment fédéral. Nous l’avons dit. Peut-être que cette
primauté devrait-elle revenir aux provinces et, qu’à
l’échéance, vous pourriez avoir neuf provinces qui
adopteraient un système, et l’autre qui pourrait avoir
le sien. Nous croyons fermement que l’éducation
devrait être en général de compétence fédérale. Nous
préférerions qu’il en soit ainsi, mais cet autre point de
vue mérite d’être considéré.

M. Rowland: La possibilité d’arrangements constitu-
tionnels différents ne vous effraie pas?

M. Braid: Aucunement.
M. Rowland: Pas plus que moi.

M. Braid: La plupart des constitutions que je connais
prévoient ce genre de situation de toute façon. A la
demande de divers Etats, on peut légiférer pour ces
Etats.

M. Rowland: Je crois que ce sera ma dernière
question, monsieur le président, pour permettre à
d’autres de poser les leurs.

Vous traitez du bilinguisme et du biculturalisme
dans votre cinquième partie, et je crois que les deux

8:56

[Text ]

which preceded yours indicate that there may perhaps
be a divergence of opinion between you and the
previous witnesses. I wonder if you would care to
elaborate about the feeling of the Jaycees with respect
to the minority languages in Canada, and what status
they might have.

Professor Braid: Unfortunately, Mr. Chairman,
although our Committee did have on it at least one
Ukranian of which I am aware, the matter was not
considered, and so far as the Junior Chamber is
concerned, I could not at this time comment.

Mr. Rowland: Would you consider. . .

Professor Braid: I would think it would be some-
thing for government policy.

Mr. Rowland: You consider it to be something for
govemment policy rather than constitutional action. I
wonder whether you considered your recommen-
dation as outlined here under section five to be in any
way in opposition to the kind of recommendations
made by the Ukrainian Canadian Committee.

Professor Braid: No, not at all, because the
Ukrainian Committee, I do not think, was adamant
about constitutional guarantees. I think they were
concerned with . . .

Mr. Rowland: Not in terms of detail, but in terms of
principle they were, yes.

Professor Braid: That is true, yes. I was thinking of
the Ukrainian press. I think they expressed no
opinion.

Mr. Rowland: Thank you, Mr. Chairman.

The Chairman: Mr. Osler, you were quoted by the
witness, so I suspect that you would like to make
some comment.

Mr. Osler: Thank you, Mr. Chairman. I would like to
ask the witness a little more about education, because
I think it gets right back full circle to the beginning
again. The first two briefs méntioned education as an
example where they were overhelrned by money
matters, and somebody should take it off their backs.
I take it that your brief is aimed more towards some
kind of standardization that would allow people, when
they move around the country, to have a standard of
education guaranteed to their children,

Professor Braid: That is true.

Mr. Osler: So I get back to my question. Who is
responsible? In both cases you have responsibility
going hand in hand with money being spent, because
of the standards that are imposed and the responsi-
bility for the content of the education. Assuming that

Constitution of Canada

September l0, 1970

[In terpretation ]

r . . I I I A . a
mémoires qui ont precede le votre semblent indiquer
qu’il y aurait peut-être une divergence d’opinions entre
vous et les témoins précédents. J ’aimerais avoir vos
commentaires au sujet de la langue des monorités au
Canada et du statut qu’elles devraient avoir.

M. Braid: Malheureusement, monsieur le président,
bien que notre comité compte au moins un Ukrainien,
nous n’avons pas étudié la question, et je ne pourrais
vous donner de commentaires de la jeune Chambre.

M. Rowland: Considéreriez-vous . . .

M. Braid: Je crois que ce serait plutôt une politique
du gouvernement.

M. Rowland: Vous croyez que ce serait plutôt une
politique du gouvernement qu’une question
constitutionnelle? Je me demande si vous avez consi-
déré votre 5° recommandation comme étant opposée
au genre de recommandations qu’à faites le comité
ukrainien du Canada.

M. Braid: Non, pas du tout, parce que je ne crois pas
que le Comité ukrainien était intransigeant au sujet
des garanties constitutionnelles. Je crois qu’il . . .

M. Rowland: Non dans les détails, mais en principe,
oui.

M. Braid: C’est exact, oui. Je songeais à la presse
ukrainienne. Je crois qu’elle n’a exprimé aucune opi-
nion.

M. Rowland: Merci, monsieur le président.

Le président: Monsieur Osler, vous avez été cité par
le témoin et vous aimeriez peut-être faire un commen-
taire?

M. Osler: Merci, monsieur le président. J’aimerais
poser une autre petite question au témoin au sujet de
l’éducation. Les deux premiers mémoires ont men-
tionné l’éducation comme étant l’exemple d’un do-
maine où les questions monétaires était enthou-
siasmantes, et quelqu’un devrait alléger le fardeau. Je
crois ‘que votre mémoire vise plutôt une certaine
normalisation qui permettrait aux gens, dans leur
déplacement à l’intérieur du pays, de jouir d’une
éducation uniforme garantie à leurs enfants.

M. Braid: C’est exact.

M. Osler: Je reviens donc à ma question. Qui est
responsable? Dans les deux cas, la responsabilité va de
pair avec l’argent dépensé àcause des normes imposées
et de la responsabilité du contenu de l’éducation. Si les
provinces s’en départissaient, seriez-vous satisfaits si

s
i
i

n… «awa- ç.“ Afin-randonner.- æmm .-

1 0 septembre 1 970

[Texte]

the provinces would give it u;
to have 265 men, which is
compared with the local atten
gets, looking after this? I wou
ministry of education.

Professor Braid: We are not
Not at all. This is why the re:
for exclusive power with the
The idea was for a concurren
actual limits of the concur:
worked out between the cen
What is the responsibility of th
to be the responsiblity of the j
does the centre have? What l
have, and a dividing-up of the
work out all the ramifications
of the responsibility for cost.

To some extent the province:
own curriculum on other than
that it cannot rest with one or tI
with the provinces as it is beii
fair to the provinces. You ha‘
think, of the City of Winnipeg
Corporation which were compl
cost. What we are saying is, 1
tution that both have responsib
both have rights in the field, an
political basis the exact natun
what responsibilities each has
saying. We are not trying to sol
terrific problem.

Mr. Osler: You are pointing (
and should be looked at in a CO1

Professor Braid: It should
constitutional context to prox
framework for a political solutic

Mr. Osler: With the objective
to all Canadians in the sphere (
where they live.

Professor Braid: Precisely.

Mr. Osler: I have a second q1
number three, the Senate, y
province electing or appointing
the Senate. I would visualize ei
from those two different appi
appoint. If Senators were appc
they would be things of the i
elected by the people of a I

September l0, 1970

ut précédé le vôtre semblent indiquer
t-être une divergence d’opinions entre
DÎIIS précédents. J ’aimerais avoir vos

sujet de la langue des monorités au
ut qu’elles devraient avoir.

teureusement, monsieur le président,

Dmité compte au moins un Ukrainien,
étudié la question, et je ne pourrais

immentaires de la jeune Chambre.

msidéreriez-vous . . .

ais que ce serait plutôt une politique

‘ous croyez que ce serait plutôt une
gouvernement qu’une question
Je me demande si vous avez consi-
ommandation comme étant opposee
mmandations qu’à faites le comite
da.

pas du tout, parce que je ne crois pas
krainien était intransigeant au sujet
titutionnelles. Je crois qu’il . . .

>n dans les détails, mais en principe,

exact, oui. Je songeais à la presse
ois qu’elle n’a exprimé aucune opi-

rci, monsieur le président.

msieur Osler, vous avez été cité par
aimeriez peut-t’être faire un commen-

, monsieur le président. J’aimerais
tite question au témoin au sujet de
leux premiers mémoires ont men-

comme étant l’exemp1e d’un do-
ICSÏÎOHS monétaires était enthou-
lqu’un devrait alléger le fardeau. Je
némoire vise plutôt une certaine

permettrait aux gens, dans leur
ntérieur du pays, de jouir d’une
a garantie à leurs enfants.

Lact.

iens donc à ma question. Qui est
les deux cas, la responsabilité va de
épensé à cause des normes imposées
té du contenu de l’éducation. Si les
artissaient, seriez-vous satisfaits si

,gnæpq-mæwruecüv »r asn-nuuwvmvufloa- «ajæwnææmn nxavmwm- «n- » wfluntv-rpkr-nwnsæ-nnflvn-xw-vwn-rnflamæeu. m… ..

l0 septembre 1970

[Texte]

the provinces would give it up, would you be content
to have 265 men, which is a pretty small number
compared with the local attention that education now
gets, looking after this? I would be afraid of a gigantic
ministry of education.

Professor Braid: We are not thinking of a monolith.
Not at all. This is why the recommendation was not,
for exclusive power with the Parliament of Canada.
The idea was for a concurrent jurisdiction, with the
actual limits of the concurrent jurisdiction to be
worked out between the centre and the provinces.
What is the responsibility of the œntre? What is going
to be the responsiblity of the provinces? What rights
does the œntre have? What rights do the provinces
have, and a dividing-up of the thing? We could not
work out all the ramifications of it. It is a dividing-up
of the responsibility for cost.

To some extent the provinces would deal with their
own curriculum on other than basic subjects. We see
that it cannot rest with one or the other. It cannot rest
with the provinces as it is being done now. It is not
fair to the provinces. You have heard the briefs, I
think, of the City of Winnipeg and the Metropolitan
Corporation which were complaining about the great
cost. What we are saying is, provide in the Consti-
tution that both have responsibilities in the field, that
both have rights in the field, and then work out on a
political basis the exact nature of those rights, and
what responsibilities each has. That is all we are
saying. We are not trying to solve the dilemma. It is a
terrific problem.

Mr. Osler: You are pointing out that it is a dilemma
and should be looked at in a constitutional context.

Professor Braid: It should be looked at in the
constitutional context to provide the constitutional
framework for a political solution.

Mr. Osler: With the objective to give equal benefits
to all Canadians in the sphere of education no matter
where they live.

Professor Braid: Precisely.

Mr. Osler: I have a second question. Under heading
number three, the Senate, you speak about each
province electing or appointing its représentatives to
the Senate. I would visualize entirely different results
from those two different approaches, to elect or to
appoint. If senators were appointed by the province,
they would be things of the province. If they were
elected by the people of a region, they would be

Constitution du Canada

8:57

[Interprétation]

265 hommes, ce qui est un chiffre assez petit par
rapport au nombre actuel des personnes qui s’occu-
pent de l’éducation, s’en occupaient? Je ne verrais pas
d’un trop bon œil un grand ministère de l’éducation.

M. Braid: Nous ne parlons pas d’un monolithe.
Aucunement. C’est pourquoi la recommandation ne
préconisait pas un pouvoir exclusif du Parlement du
Canada. Une compétence mixte serait préférable, et les
limites de cette compétence pourraient être déter-
minées par le gouvernement central et les provinces.
Quelle est la responsabilité du gouvernement central?
Quelle sera la responsabilité des provinces? Quels sont
les droits du gouvernement central? Quels sont les
droits des provinces, et le partage des responsabilités?
Nous ne pourrions en établir toutes les ramifications.
Le partage de la responsabilité revient à un partage de
coût.

Dans une certaine mesure, les provinces établiraient
leur programme des sujets autres que les sujets fonda-
mentaux. C’est une tâche qui ne peut revenir aux
deux. Elle ne peut revenir aux provinces comme c’est
le cas actuellement. C’est injuste pour les provinces.
Nous avons entendu les mémoires de la viHe de
Winnipeg et de la société métropolitaine qui se plai-
gnait du coût élevé. Nous proposons que la Constitu-
tion stipule que les deux ont des droits et des
responsabilités dans ce domaine et qu’on établisse sur
une base politique la nature exacte de ces droits et des
responsabilités de chacun. C’est tout ce que nous
disons. Nous n’essayons pas de résoudre le dilemme.
C’est un grand problème.

M. Osler: Vous soulignez qu’il s’agit d’un dilemme et
qui devrait être résolu dans un contexte constitution-
nel.

M. Braid: On devrait 1’étudier dans le contexte
constitutionnel pour en établir la structure constitu-
tionnelle en vue d’une solution politique.

M. Osler: Pour accorder des avantages à tous les
Canadiens dans le domaine de l’éducation, quel que
soit l’endroit où ils vivent.

M. Braid: Précisément.

M. Osler: J ’ai une deuxième question. Sous la rubri-
que, le Sénat, vous dites que chaque province devrait
élire ou nommer ses représentants au Sénat. Je verrais
des résultats entièrement différents suivant les deux
méthodes, à savoir élire ou nommer. Si les sénateurs
sont nommés par la province, ils seraient les représen-
tants de la province. S’ils étaient élus par les gens
d’une région, ils seraient les représentants des gens de

8:58

[Text]

things of the people of the region, Have you any

opinion as to which you think would be more
désirable?

Professor Braid: We debated this one at length, and
we could not come to a conclusion. Therefore we put
in the “or”. The opinion of the Committee was that
there is much to be said for government appointment
if there are certain safeguards to protect everybody
from the government political party in power making
appointments, like l0 from the same party, because
otherwise it would, we thought, become a political or
partisan contest if there was an election. Each one has
its own advantages and disadvantages, and we could
not choose at this time. We have not looked into it
enough.

Mr. Osler: Might I ask, Mr. Chairman, if the witness
would not be afraid of a political stalemate if the
senators were things of the province and responsible to
provincial premiers?

The Chairman: Perhaps we can leave that as a
rhetorical question, Mr. Osler, because, as I understand
it, they did not come to any conclusion as an orgaiiiza-
tion on that, and several of the members want to ask
further questions. Senator Grosart.

Senator Grosart: Mr. Chainnan, I would like to ask
the witness if in the interest of accuracy and multi-
racialism, he would care to amend the statement that
the English Crown is the titular head with the federal
and provincial governments. This is in the interest of
accuracy and multiracialism.

Professor Braid: The United Kingdom?

Senator Grosart: I am not making the amendment
because . . .

Professor Braid: It probably should have been in
quotation marks, Mr. Chairman, and if you wish to
amend the brief by putting quotation marks around
“English”, we will be happy about it.

Senator Grosart: It does not improve it a bit to put
“English” in quotation marks. It is English, whether it
is in quotation marks or not. It is not the English
Crown.

Professor Braid: No.

Senator Grosart: I am surprised that the witness,
who as I understand is a professor of law, can come
here and tell us that the English Crown is the titular
head of the government.

Professor Braid: I concede the point, Mr. Chairman.

The Chairman: Mr. Allmand.

Constitution of Canada

[Interpretation]

cette région. Quel serait selon vous le meilleur
système?

M. Braid: Nous en avons beaucoup parlé, et nous
n’avons pu en arriver à une conclusion. C’est pourquoi
nous avons dit l’un «ou» l’autre. Le Comité croit qu’il
y a beaucoup à dire au sujet des nominations du
gouvernement s’il y a certaines sauvegardes pour proté-
ger tout le monde contre la possibilité que le parti
politique au pouvoir fasse les nominations, comme dix
du même parti, parce qu’autrement ce serait un con-
cours politique ou de partisanerie s’il y avait une
élection. Chaque système comporte des avantages et
des inconvénients, et nous n’avons pas pu faire un
choix. Nôus n’avons pas assez étudié la question.

M. Osler: Monsieur le président, le témoin ne crain-
drait-il pas un blocus politique si les sénateurs étaient
les agents de la province et responsables devant les
premiers ministres provinciaux?

Le président: Peut-être pourrions-nous laisser cette
question en suspens, monsieur Osler, parce que les
témoins ont indiqué que leur organisation n’én était
venue à aucune conclusion, et plusieurs membres
désireraient poser d’autres questions. Sénateur Grosart.

Le sénateur Grosart: Monsieur le président, j’aimé-
rais demander au témoin, si, dans l’intérêt de la
précision et du multiracisme, il aimerait modifier la
déclaration voulant que la Couronne anglaise soit le
chef titulaire des gouvernements fédéral et provin-
ciaux. Dans l’intérêt de la précision et du multira-
cisme.

M. Braid: Le Royaume-Uni?

Le sénateur Grosart: Je ne fais pas la modification
parce que . . .

M. Braid: Il aurait peut-être fallu ajouter des guille-
mets, monsieur le président, et, si vous voulez modi-
fier le mémoire en mettant le mot <> entre
guillemets, nous en serions satisfaits.

Le sénateur Grosart: Le fait de mettre le mot
«anglais» entre parenthèses n’y change rien. C’est le
tenne «anglais», avec ou sans paranthèses. Ce n’est pas
la Couronne anglaise.

M. Braid: Non.

Le sénateur Grosart: Je suis surpris que le témoin,
qui est un professeur de droit, vienne nous dire que la
Couronne anglaise est le chef titulaire du gouveme-
ment.

M. Braid: Je le concède, monsieur le président.

Le président: Monsieur Allmand.

September l 0, 1 970

nanar-W‘ ‘3’%WP »W9″‘\*!.‘P\Î> 17 ‘

“nous… _.. ………a…. una- M.m…r….a.*.

l0 septembre 1970

[Texte]

Mr. Allmand: With respect ‘
in your brief, are you suggestin
be appointed by the province:
you suggesting that a part of t
by the provinces and part be dt
government?

Professor Braid: We do not v
ment designates. It is suggeste
members, either elected or a1:
provinces.

Mr. Allmand: I see. When yo‘
tion, you mean that, for exampl

Professor Braid: Quebec and
have the same.

Mr. Allmand: I see. It was
Thank you.

The Chairman: Ibelieve the la
members is the hon. Martial Ass
a question earlier, but I bel
overlooked introducing him. H
previous government, and he r!
Charlevoix in the Province of Qt

Mr. Asselin: Mr. Chairman,
question regarding the first
monarchy. I think if you ha‘
people, let us say from 20 to 4C
your group has ever made an:
establishment under a new co
dential system for Canada. Did j
that in this question?

Professor Braid: We discusset
There were many problems. Wh
with our Lieutenant Governc
General? Are they going to cc
different titles‘? Are we going
Are we going to have a go‘
situation? How do we deal witl
we take away the Crown as theÏ
considered that, and we think tÏ
worked out. If the dicision is
surely fit in to fill its place, anc
few meetings of our organizatior
up with some answer on this. W
each of the alternatives have the
be worked out. It is not an iinpo

The Chairman: Mr. Asselin, i:
that the organization has not r:
on this, do you really feel that y
supplementary questions? Have

Mr. Asselin: Yes.

September l0, 1970

Quel serait selon vous le meilleur

us en avons beaucoup parlé, et “Ouf
rriver à une conclusion. C’est P0931021
’un <> l’autre. Le Comite croit qu il
à dire au sujet des nominations du
il y a certaines sauvegardes pour prote-
ndé contre la possibilité que le P3111
IVOÎI fasse les nominations, comme dix

parce qu’autrement ce serait un con-

ou de partisanerie s’il y avalt une
e système comporte des avantages et
ltS, et nous n’avons pas pu falre Un
lOIlS pas assez etudie la question.

isieur le président, le témoin nécrain-
locus politique si les sénateurs étaient
i province et responsables devant les
‘es provinciaux?

Peut-être pourrions-nous laisser cette
spéns, monsieur Osler, parce que’ les
liqué que leur organisation n’én était
te conclusion, et plusieurs membres
ar d’autres questions. Sénateur Grosart.

lrosart: Monsieur le président, j’aimé-
au témoin, si, dans l’intérêt de la
multiracisme, il aimerait modifier la
lant que la Couronné anglaise S°Ît_1°
les gouvernements fédéral et provin-
ntérêt de la précision et du multira-

{oyaume-Uni?

irosart: Je ne fais pas la modification

.urait peut-être fallu ajouter des guille-

le président, et, si vous voulez modi-
e en mettant le mot «anglais» entre
s en serions satisfaits.

Grosart: Le fait de mettre le mot
Parenthèses n’y Change fien- Ère“ le
, avec ou sans paranthèses. Ce n est P35

glaise.
ni

Érosart: Je suis surpris que le témoin,
esseur de droit, vienne nous dire que 13
iise est le chef titulaire du gouverne-

: concède, monsieur le président.

Monsieur Allmand.

« IÎ

. nxrsfimw-« z -» .

l0 septembre 1970

[Texte]

Mr. Allmand: With respect to the Senate proposals
in your brief, are you suggesting that thé entire Senate
be appointed by the provinces, or elected? Or were
you suggesting that a part of thé Senate be appointed

by the provinces and part bé designated by the federal
government?

Professor Braid: We do not want any federal Parlia-
ment designates. It is suggested that all be provincial
members, either elected or appointed by their own
provinces.

Mr. Allmand: I see. When you say equal représenta-
tion, you mean that, for example . . .

Professor Braid: Quebec and Prince Edward Island
have thé same.

Mr. Allmand: I see. It was just for clarification.
Thank you.

The Chairman: I believe the last questioner from the
members is thé hon. Martial Asselin. Mr. Asselin asked
a question earlier, but I believe that I somehow
overlooked introducing him. Hé was a member of a
previous government, and hé represents the riding of
Charlevoix in the Province of Quebec. Mr. Asselin.

Mr. Asselin: Mr. Chairman, I would like to ask a
question regarding the first résolution about the
monarchy. I think if you have a group of young
people, let us say from 20 to 40 years old, I wonder if
your group has ever made any study regarding the
establishment under a new constitution of a presi-
dential system for Canada. Did you make any study of
that in this question?

Professor Braid: We discussed that one at length.
There were many problems. What are we going to do
with our Lieutenant Governor and our Governor
General? Are they going to continué thé same with
different titles? Are we going to have a président?
Are we going to have a govemor? What is the
situation? How do we déal with various aspects when
wé take away the Crown as the head of all things? We
considered that, and we think that is something to be
worked out. If the dicision is made, something will
surely fit in to fill its place, and it takes more than a
few meetings of our organization, I am afraid to come
up with some answer on this. We did consider it, and
each of thé alternatives have their own defects. It can
be worked out. It is not an impossible thing.

The Chairman: Mr. Asselin, in the light of the fact
that the organization has not really gone any further
on this, do you really féel that you want to press your
supplementary questions? Have you finished, sir?

Mr. Asselin: Yes.

Constitution du Canada 3 ; 59

[Interprétation]

M. Allmand: Proposez-vous que le Sénat soit entière-
ment nommé par les provinces ou élu? Ou proposiéz-
vous qu’il soit nommé en partie par les provinces et
désigné en partie par le gouvernement fédéral?

M. Braid: Nous ne voulons aucune désignation du
gouvernement fédéral. Nous proposons que tous les
membres soient des membres provinciaux, élus ou
nommés par leur propre province.

M. Allmand: Je vois. Quand vous parlez de représen-
tation égale, vous voulez dire que, par exemple . . .

M. Braid: Le Québec et l’Île du Prince Edouard’ aient
le même nombre de représentants.

M. Allmand: Je vois. Simple question de clarifi-
cation. Merci.

le président: Je céderai maintenant la parole à
l’honorable Martial Asselin. M. Asselin a posé une
question plus tôt, mais je crois avoir oublié de le
présenter. Il faisait partie du gouvernement précédent,
et il représente la circonscription de Charlevoix dans la
province de Québec. Monsieur Asselin.

M. Asselin: Monsieur le président, j’aimérais poser
une question au sujet de la première résolution concer-
nant la monarchie. Je me demande si votre groupe a
déjà étudié la possibilité d’établir un régime présiden-
tiel au Canada en vertu d’une nouvelle constitution. En
avez-vous étudié la possibilité?

M. Braid: Nous en avons beaucoup discuté. Il y avait
de nombreux problèmes. Qu’allons-nous faire de notre
lieutenant-gouverneur et de notre gouverneur général.
Vont-ils conserver les mêmes fonctions avec des titres
différents? Aurons-nous un président? Aurons-nous
un gouverneur? Quelle est la situation? Quelle sera la
marché à suivre lorsque nous aurons éliminé la
Couronne comme chef? Nous croyons qu’un tel
régime pourrait marcher. Mais il faudrait plus que
quelques réunions de notre organisation pour répondre
à cette question. Nous l’avons étudiée, et chacune des
solutions comportait des défauts. Ce n’est pas une
chose impossible.

Le président: Monsieur Asselin, comme l’organi-
sation n’a pas étudié cette question à fond, tenez-vous
à poser vos questions complémentaires? Avez-vous
terminé, monsieur?

M. Asselin: Oui.

8:60

[Text]
Mr. Allmand: I am, backing the Senate.

Thé Chairman: You aré backing thé Senate. All
right. I now recognize Mr. Douglas Hogarth, repré-
senting the riding of New Westminster in British
Columbia.

Mr. Hogarth: In view of the fact that the federal
government consists of two separate institutions, the
Senate and the House of Commons éndowed with the
responsibility of carrying out the federal powers and
federal responsibility, and that thé constitution of the
country in a fédéral state, in any federal state, divides
power between the fédéral government, the central
gouvernment, and thé provinces, why is it that in
Section 3 of your brief you suggest that the provinces
should have a meaningful role in the Senate of the
central government, but you do not suggest that thé
central government should have a meaningful role in
the exercise of the powers of the province?

Professor Braid: Turn about is fair play.

Mr. Hogarth: Which would help us considerably.

Professor Braid: I do not know whether your
question is facétious or . . .

Mr. Hogarth: Hardly.
Professor Braid: Thé Senate represents the people.

Mr. Hogarth: I hope the House of Commons does
too.

Professor Braid: Are you suggesting that the House
of Commons ought to appoint soméone to its own
federal body?

Mr. Hogarth: I am only concerned with the repre-
sentation at the provinces. The provinces should have
a participation. The provincial government should
have a participation in the exercise of the central
govemment’s function. But you do not suggest that
the central government should have any participation
in thé provincial govemment’s function, though.

Professor Braid: Only through the redistribution of
powers and perhaps giving the doctrine of paramouncy
more effect than it now has. We would give the federal
government more powers. Wé suggested that, for
example, in éducation. Wé méntioned in our preamble
that wé did not have time to consider in toto such
matters as concurrent jurisdiction in médical care,
wélfare, putting teeth back into the fédéral trade and
commerce power, exclusive jurisdiction over all
aspects of communications, which would include
computérs, the redéfinition of extérnal affairs power to
give paramouncy to the federal government to stop

Constitution of Canada

September l0, l 970

[Interprétation ]
M. Allmand: J ’appuie le Sénat

Le président: Vous appuyez lé Sénat. Très bien. Je
cède maintenant la parole à M. Douglas Hogarth,
député dé New Westminster en Colombie-Britannique.

M. Hogarth: Comme le gouvernement fédéral se
compose de deux institutions distinctes, le Sénat et la
Chambre des communes, investies de la responsabilité
d’assumer les pouvoirs fédéraux et la responsabilité
fédérale, et que la Constitution du pays dans un état
fédéral, dans n’importe quel état. fédéral, divise lés
pouvoirs entre le gouvernement fédéral et les provinces
pourquoi proposez-vous dans votre mémoire que les
provinces aient un rôle important à jouer au Sénat du
gouvernement central, mais vous ne proposez pas que
le gouvernement central ait un rôle important à jouer
dans l’éxercice des pouvoirs des provinces?

M. Braid: Vous retournez la question.
M. Hogarth: Ce qui nous aiderait considérablement.

M. Braid: Je ne sais pas si votre question est
facétieuse ou . . .

M. Hogarth: Aucunement.
M. Braid: Le Sénat représente le peuple.

M. Hogarth: J’espère qu’il en est de même pour la
Chambre des communes.

M. Braid: Proposez-vous que la Chambre des
communes nomme quelqu’un pour siéger à son propre
organisme fédéral?

M. Hogarth: Je ne m’intéresse qu’à la représentation
des provinces. Les provinces devraient jouir d’uné
participation. Le gouvernement provincial devrait jouir
d’une participation à l’exercise des fonctions du
gouvernement central. Mais ne proposez-vous pas que
le gouvernement central participe aux fonctions du
gouvernement provincial.

M. Braid: Seulement par l’entremise d’une nouvelle
répartition des pouvoirs et peut-être grâce à une
importance accrue aux principes de la primauté. Nous
accorderions de plus grands pouvoirs au gouvernement
fédéral. C’est ce que nous avons proposé, par exemple,
dans le domaine de l’éducation. Nous avons mentionné
dans notre déclaration d’ouvérturé que nous n’avions
pas eu le temps d’étudier à fond dés questions telles
que la compétence mixte dans le domaine des soins
médicaux, du bien-être social, l’accroissemént dé
pouvoirs fédéraux en matière de commerce, la compé-
tence éxclusivé dans tous les aspects des communica-

w . I.-:V\VVA1’H » ». »VIY-.HÇNEŒV »V*’E

l0 septembre 1970

[Texte]

this worrying about treaties and cult
and things like that, matters whéréby
ment treaties such as international lab
and such matters as that, and éxportz
resources. These are things you look

heré is where the federal govemmén
interest looked after by having thé
constitution to do things.

The federal government, as I see it, is
of Commons. It is the body which is
people; it is the démocratie body. We
that thé Senate ought to have a power c
House of Commons, that it ought
function of the House of Commons. T‘
wé are saying. All we aré saying her
ought to be some placé where région:
where provincial interests, as they are
be fairly représentéd on matters which
to thé provinces, such as equal opportv
tion and incentive grants to industr;
article in thé paper tonight . . .

Mr. Hogarth: I grant you all that, ‘t
you not at the same time advocate t
government have a like influencé on
provincial power, other than the
allowance which now éxists?

Professor Braid: I do not think it is n

The Chairman: Are there any furt
Mr. Gibson.

Mr. Gibson: Number 1 under “Thé
“That the Senate be restructured so :
province equal voice in its affairs.” As
the Senate is now divided into regions,
regions and Newfoundland, and it is git
to the provincial interests. But if, for in
with a population of about one third of
now has about one quarter strength
were to—what you mean is this, that
would have the same number of senatt
that is hardly a fair distribution of I6]
population. In other words, if you h
from Prince Edward Island, I do not
that a province of 100,000 people s]
same number of senators as a province
people. I do not know whether that is v
in the way that is worded. Ido not see
ring in a régional sensé would bé of any

Professor Braid: To Ontario.

September l0, l 970

apuie le Sénat

JUS appuyez le Sénat. Très bien. Je
la parole à M. Douglas Hogarth,
stminster en Colombie-Britannique.

mme le gouvernement fédéral se
nstitutions distinctes, le Sénat et la
iunes, investies de la responsabilité
roirs fédéraux et la responsabilité
Constitution du pays dans un état
porte quel état fédéral, divise les
uvernement fédéral et les provinces
-vous dans votre mémoire que les
rôle important â jouer au Sénat du
ral, mais vous ne proposez pas que
ntral ait un rôle important â jouer
aouvoirs des provinces?

tournez la question.
ui nous aiderait considérablement.

sais pas si votre question est

nement.
: représente le peuple.

ère qu’il en est de même pour la
mes.

»sez-vous que la Chambre des
[uelqu’un pour sieger a son propre

m’intéresse qu’à la représentation
provinces devraient jouir d’une
vemement provincial devrait jouir

â l’exercise des fonctions du
L1. Mais ne proposez-vous pas que
ntral participe aux fonctions du
cial.

nt par l’entremise d’une nouvelle
voirs et veut-être grâce â une
nx principes de la primauté. Nous
grands pouvoirs au gouvernement
nous avons proposé, par exemple,
Éducation. Nous avons mentionné
n d’ouverture que nous n’avions
udier â fond des questions telles
mixte dans le domaine des soins
être social, l’accroissement de

matière de commerce, la compé-
tous les aspects des communica-

lO septembre 1970

[Texte]

this worrying about treaties and cultural exchanges
and things like that, matters whereby we can imple-
ment treaties such as international labour agreements
and such matters as that, and exportation of natural
resources. These are things you look at, and I think
here is where the federal government will have its
interest looked after by having the power in the
constitution to do things.

The federal government, as I see it, is still the House
of Commons. It is the body which is elected by the
people; it is the democratic body. We are not saying
that the Senate ought to have a power of veto over the
House of Commons, that it ought to usurp the
function of the House of Commons. That is not what
we are saying. All we are saying here is that there
ought to be some place where regional interests and
where provincial interests, as they are now, ought to
be fairly represented on matters which are of concern
to the provinces, such as equal opportunity in educa-
tion and inœntive grants to industry. There is an
article in the paper tonight . . .

Mr. Hogarth: I grant you all that, but why would
you not at the same time advocate that the federal
government have a like influence on the exercise of
provincial power, other than the power of dis-
allowance which now exists?

Professor Braid: I do not think it is necessary.

The Chairman: Are there any further questions?
Mr. Gibson.

Mr. Gibson: Number 1 under “The Senate” reads:
“That the Senate be restructured so as to give each
province equal voice in its affairs.” As I understand it,
the Senate is now divided into regions, the four great
regions and Newfoundland, and it is giving equal voice
to the provincial interests. But if, for instance, Ontario
with a population of about one third of Canada, which
now has about one quarter strength in the Senate,
were to-what you mean is this, that each province
would have the same number of senators. I would say
that is hardly a fair distribution of représentation by
population. In other words, if you had 24 senators
from Prince Edward Island, I do not think it is just
that a province of 100,000 people should have the
same number of senators as a province with 6 million
people. I do not know whether that is what you meant
in the way that is worded. Ido not see that restructu-
ring in a regional sense would be of any value.

Professor Braid: To Ontario.

Constitution du Canada 3 g 61

[In terpré ta tion ]

tions, ce qui comprendrait les ordinateurs, la redéfini-
tion des pouvoirs en matière d’affaires extérieures
pour accorder au gouvernement fédéral le pouvoir de
mettre fin aux inquiétudes concernant les traités et les
échanges culturelles et les autres questions où nous
pouvons conclure des traités comme les accords inter-
nationaux sur le travail et l’exportation de ressources
naturelles. Je crois que c’est dans ces domaines que le
gouvernement fédéral devrait faire définir ces pouvoirs
dans la Constitution.

Pour moi, le gouvernement fédéral est encore la
Chambre des communes. C’est l’organisme élu par le
peuple, c’est Porganisme démocratique. Nous ne
disons pas que le Sénat devrait avoir un pouvoir de
véto sur la Chambre des communes, qu’il devrait
usurper les fonctions de la Chambre des communes. Ce
n’est pas ce que nous disons. Il devrait y avoir un
endroit commun où les intérêts régionaux et
provinciaux actuels devraient être assez bien repré-
sentés sur les questions qui préoccupent les provinces,
comme l’éducation et les stimulants accordés â
l’industrie. C’est un article du document présenté ce
soir .

M. Hogarth: Je suis entièrement d’accord, mais
pourquoi ne préconiseriez-vous pas en même temps
que le gouvernement fédéral puisse participer à
Pexercice du pouvoir provincial, autre que le pouvoir
de désa robation dont il ‘ouit actuellement?

P J

M. Braid: Je ne crois pas que ce soit nécessaire.

Le président: Y a-t-il d’autres questions?

M. Gibson: Sous l’entête «le Sénat», je lis: que le
Sénat soit restructuré de façon à accorder à chaque
province une représentation égale dans ses affaires. Le
Sénat se subdivise actuellement en régions, les quatre
régions et Terre-Neuve, et les intérêts provinciaux y
sont également représentés. Mais si, par exemple,
l’Ontario qui compte environ le tiers de la population
du Canada et qui jouit d’une représentation d’environ
un quart au Sénat devait—vous dites en fait que
chaque province devrait avoir le même nombre de
sénateurs. Je crois que ce serait une assez mauvaise
répartition de la représentation en fonction de la
population. Autrement dit, s’il y avait 24 sénateurs
pour l’Île-du-Prince-Êdouard, je ne crois pas qu’il serait
juste qu’une province de 100,000 habitants ait le
même nombre de sénateurs qu’une province de 6
millions d’habitants. Je ne sais pas si C’était bien ce
que vous vouliez dire. Je ne crois pas qu’une
restructuration en fonction des régions aurait une
certaine valeur.

M. Braid: Pour l’Ontario.

8 : 62 Constitution of Canada

[Text]

Mr. Gibson: Ontario now does not have représenta-
tion in the Senate in proportion to the number of
people in the province. But I think it is a fair
distribution as it stands. Yes. six million is quite close
to one third of the people in the country, and
Ontario has a very small voice in proportion to its
population. If you gave each province the same
number of Senate seats, I submit that this would not
be a fair thing, thatrthe two or three smaH provinces
could gang up on a big province, and with a small
population control many important national policies
to the détriment of Ontario and the Canadian people.

Mr. Osler: Mr. Chairman, may I ask if it is entirely
fair for Western Canada to be represented in the
Senate by one region when the Maritimes, which is
much srnaller, is represented by two? There are many
inequities. I think Ontario does all right.

The Glairman: Perhaps Professor Braid would care
to make a comment on both of those, or maybe they
cancel each other out.

Professor Braid: The place where there is représenta-
tion by population is the place where the action is, in
the House of Commons, and you have it there. The
Senate, a redéfinition of powers. Perhaps it will not
Commons, and we see a redéfinition of the role of the
Senate, a redéfinition of powers. Perhaps it will not
even have the check on the House of Commons that it
now exercises. We do not know what will happen. The
point is that truly provincial interests ought to have
some place where they can be heard with equal voice.
If you set up an American-type senate here, our
Committee says, no, it cannot work there. If you give
the Senate all the powers of the American Senate, it
would be most unfair to Ontario. It would be most
unfair to Quebec and to all the others. This is not
what we have advocated.

0 2305
The Chairman: Mr. Leonard Hopkins.

Mr. Hopkins: Mr. Chairman, I think we are missing
a very important point here in debating this matter. I
am referring to the fact that the national caucuses of
political parties today in the House of Commons
divide themselves, are in fact divided up into regions,
and meet as regional or provincial caucuses. I think
this is where your direct regional représentation come
out. I would like to assure the witness, although I do
not know what his concept of this is exactly, that in
our caucus the members from Westem Canada cer-
tainly stick up for their region, And this was the
original idea of the Senate.

September l0, I970

[In terpre ta tion ]

M. Gibson: L’Ontario ne jouit pas actuellement
d’une représentation sénatoriale proportionnelle au
nombre d’habitants dans cette province. Mais je crois
que la répartition est juste. L’Ontario qui représente
presqu’un tiers de la population du pays avec ses six
millions d’habitants a une très faible représentation
proportionnelle. Si vous accordiez à chaque province
le même nombre de sénateurs, je vois que la situation
serait faussée, que deux ou trois petites provinces
pourraient s’opposer en bloc à une grosse province et
ainsi contrôler de nombreuses politiques nationales
importantes au détriment de l’Ontario et du peuple
canadien.

M. Osler: Monsieur le président, j’aimérais qu’on me
dise s’il est entièrement juste que l’Ouest du Canada
soit représenté au Sénat par une seule région tandis
que les Maritimes, qui sont beaucoup plus petites le
sont par deux? Il y a de nombreuses disparités. Je
crois que l’Ontario est bien représentée.

Le président: Peut-être M. Braid voudrait-il répondre
â ces deux questions, qui n’én sont, en fait, peut-être
qu’une.

M. Braid: L’endroit où la représentation se fait en
proportion de la population est la Chambre des
communes. Le Sénat ne jouit pas des pouvoirs de la
Chambre des communes, et nous envisageons une
redéfinition du rôle du Sénat, une redéfinition des
pouvoirs. Peut-être n’aura-t-il pas le contrôle dont il
jouit par rapport à la Chambre des communes. Il
devrait y avoir un endroit où les intérêts provinciaux
pourraient se faire entendre avec une voix égale. Si
vous établissez un sénat du genre américain, notre
Comité prétend qu’il ne pourrait pas fonctionner. Si
vous accordez au Sénat tous les pouvoirs du Sénat
américain, le régime qui en résulterait serait très
injuste pour l’Ontario. Il serait très injuste à l’égard du
Québec et de toutes les autres provinces. Ce n’est pas
ce que nous préconisons.

Le président: Monsieur Léonard Hopkins.

M. Hopkins: Monsieur le président, je crois que nous
oublions un point très important dans ce débat. Je
veux parler des caucus nationaux ou des partis politi-
ques actuels de la Chambre des communes qui se
subdivisent en fait en régions et qui se recontrent à
titre de caucus régionaux ou provinciaux. C’est là
qu’on retrouve votre représentation régionale directe.
Je puis assurer le témoin, bien que je ne connaisse pas
son opinion â ce sujet, dans notre caucus les membres
de l’Ouest du Canada représentent bien leur région, et
c’était l’idéé initiale du Sénat.

. .4 wmlæwæsanfli. m’a-nm. ma,“ .’çri;ÿwflkf’:k »ÿür‘twtr*j- v-n-«r» .»..-.s.œ. 2- uwæu- nm v!‘

an-«-«—»_…..—n……-..

l0 septembre 1970

[Texte]

One thing that really bn
we are going to do if we ha
or elected senators that e
conflict with the House of
to be into another constiti
was in 1916 that the Unité
State appointment of senat
them. This is a very serio1
up with a senate that was
the House of Commons w}
Crown and the supremacy of
in our parliamentary systemï
the system that we présently
if you are going to take pow
of Commons or create this t:
are in fact going to end up wit

Professor Braid: I unders‘
secret and I assume our interes
secret. There is an old legal r1
only be done but must manife
do not think it is in this case.
second point when I answerec’
right’s question.

Mr. Osler: Mr. Chairman, th
sentation in the Senate is not
side. The unfortunate word
stumbling block. If senators s
sent provinces rather than reg
the thing of the provincial pol
and then you could have helf
have a constitutional block
Hopkins is talking about. If s
are either appointed or elect
completely and divorced from
senate, then it is quite a differa

Professor Braid: Mr. Chain
have commented on the ql
different. Our submission it
remain the same, which has the
House of Commons-not at al]
tured in such a way as to givo
certain role to play indepen-
Commons.

The Chairman: I would cal
Lachance representing the ridii
Province of Quebec.

Mr. Lachance: Mr. Chainnan
be very popular with our collez
your group considered the poss
Senate and replacing it by ant
give to the province that type o

September l0, 1970

JOntario ne jouit pas actuellement
ation sénatoriale proportionnelle au
mts dans cette province. Mais je crois
un est juste. L’Ontario qui représente
le la population du pays avec ses six
mts a une très faible représentation
Si vous accordiez à chaque province
: de sénateurs, je vois que la situation
lue deux ou trois petites provinces
oser en bloc à une grosse province et
de nombreuses politiques nationales
détriment de l’Ontario et du peuple

sieur le président, j’aimérais qu’on me
èrement juste que l’Ouest du Canada
ru Sénat par une seule région tandis
:s, qui sont beaucoup plus petites le

Il y a de nombreuses disparités. Je
lo est bien représentée.

‘eut-être M. Braid voudrait-il répondre
ions, qui n’én sont, en fait, peut-être

droit où la représentation se fait en
La population est la Chambre des
énat ne jouit pas des pouvoirs de la
mmune-s, et nous envisageons une
rôle du Sénat, une redéfinition des
re n’aura-t-il pas le contrôle dont il
t â la Chambre des communes. Il
n endroit où les intérêts provinciaux
re entendre avec une voix égale. Si
un sénat du genre américain, notre
1u’il ne pourrait pas fonctionner. Si
l Sénat tous les pouvoirs du Sénat
gime qui en résulterait serait très
ario. Il serait très injuste à l’égard du
tes les autres provinces. Ce n’est pas
nisons.

msieur Léonard Hopkins.

«nsieur le président, je crois que nous
t très important dans ce débat. Je
.ucus nationaux ou des partis politi-
la Chambre des communes qui se
t en régions et qui se recontrent à
égionaux ou provinciaux. C’est là
tre représentation régionale directe.
témoin, bien que je ne connaisse pas
ujet, dans notre caucus les membres
ada représentent bien leur région, et
e du Sénat.

l0 septembre l 970

[Texte]

One thing that really bothers me here is what
we are going to do if we have provincially-appointed
or elected senators that end up being in direct
oonflict with the House of Commons. We are going
to be into another constitution hassle. I believe it
was in 1916 that the United States did away with
State appointment of senators and started electing
them. This is a very serious thing. If you ended
up with a senate that was in direct oonflict with
the House of Commons where does this place the
Crown and the supremacy of the House of Commo°ns
in our parliamentary system? You want it similar to
the system that we présently have in Great Britain but
if you are going to take power away from the House
of Commons or create this type of conflict then you
are in fact going to end up with a different system.

Professor Braid: I understand caucuses meet in
secret and I assume our interests are being protected in
secret. There is an old legal rubrîc, “Justice must not
only be done but- must manifestly seem to be done.” I
do not think it is in this case. I think I answered your
second point when I answered the gentleman to your
right’s question.

Mr. Osler: Mr. Chairman, the idea of regional repre-
sentation in the Senate is not under dispute on either
side. The unfortunate word “province” here is the
stumbling block. If senators somehow or other repre-
sent provinces rather than regions, they then become
the thing of the provincial politician who puts them in
and then you could have hell to pay, and you could
have a constitutional block of the type that Len
Hopkins is talking about. If somehow or other they
are either appointed or elected to represent regions
completely and divorced from the provincial political
senate, then it is quite a different thing.

Professor Braid: Mr. Chairman, perhaps I should
have commented on the question-maybe it was
different. Our submission it not that the Senate
remain the same, which has the power of veto over the
House of Commons-not at all-but that it be restruc-
tured in such a way as to give it certain rights and a
certain role to play independent of the House of
Commons.

The Chairman: I would call now on Mr. Georges
Lachance representing the riding of Lafontaine in the
Province of Quebec.

Mr. Lachance: Mr. Chairman, my question may not
be very popular with our colleagues in the Senate. Has
your group considered the possibility of abolishing the
Senate and replacing it by another body that would
give to the province that type of participation?

Constitution du Canada 8 : 63

[In terprétation ]

Qu’arriverait—il si les sénateurs nommés ou élus par
les provinces venaient en conflit direct avec la
Chambre des communes. Nous nous retrouverions
dans une autre impasse oonstitutionelle. Je crois que
c’est en 1916 que les États-Unis ont abandonné l’idéé
de la nomination des sénateurs par les Etats et com-
mencé à les élire eux-mêmes. C’est un point très irn-
portant. Si nogus en arrivions â un Sénat qui était en
conflit direct Ïavec la Chambre des communes, ou se si-
tuerait la Couronne et la suprématie de la Chambre des
communes dans notre régime parlementaire? Nous
voulons que notre régime ressemble à celui de la
Grande-Bretagne, mais, si vous retirez les pouvoirs de
la Chambre des communes et créez ce genre de conflit,
vous vous retrouverez avec un régime différent.

M. Braid: Je sais que les caucus se réunissent en
secret et je suppose que. nos intérêts sont protégés en
secret. Il y a un vieux dicton qui dit: «Justice doit non
seulement être faite mais doit donner 1’apparence

A

manifeste de l’etre.>> Je ne crois pas que se soit le cas.
Je crois avoir répondu à votre deuxièmex point

lorsque j’ai répondu au monsieur qui est assis à votre
droite.

M. Osler: Monsieur le président, l’idéé de représenta-
tion régionale au Sénat n’est nullement mise en doute.
Leur malheureux terme <> est la pierre
d’achoppement. Si les sénateurs représentent une
façon ou d’une autre les provinces plutôt que les
régions, ils deviennent alors les représentants des partis
provinciaux qui ont mis et qu’ils pourraient s’en suivre
ou un blocus constitutionnel du genre qu’a mentionné
monsieur Len Hopkins. Si, d’une façon ou d’une autre,
ils sont nommés ou élus pour représenter entièrement
les régions et se dissocient du Sénat provincial, c’est
une histoire tout à fait différente.

M. Braid: Monsieur le président, nous ne voulons pas
que le Sénat reste dans la même situation qui prévoit
un droit de veto sur la Chambre des communes, mais
qu’il ‘soit restructuré de façon qu’on lui accorde
certains droits et un certain rôle à jouer indépen-
damment de la Chambre des communes.

Le président: Je cède maintenant la parole à M.
Georges Lachance, député de Lafontaine dans la
province de Québec.

M. Lachance: Monsieur le président, ma question ne
plaira peut-être pas beaucoup à nos collègues du Sénat.
Votre groupe a-t-il étudié la possibilité d’abolir le
Sénat et de le remplacer par un autre organisme qui
accorderait ce genre de participation aux provinces?

8:64

[ Text]

Professor Braid: That is exactly what we have
suggested. _You can call it anything you want, but we

The Chairman: I suspect that Senator Allister
Grosart would like to comment at this point.

to approve or disapprove of nominations to the
Suprême Court, ambassadors, heads of cultural
agencies and things relating to languages and human

rights.

Professor Braid: These are the things that wé are
thinking about but without reference to that
document. We did not consider the document, which
is the answer to your question.

Constitution of Canada

September l0, 1970

[In terpreta tion ]

proposé. Vous pouvez l’appeler tout ce que vous
voudrez, mais nous continuons à l’appeler le Sénat.
Vous pourriez l’appeler l’organisme provincial ou lui
donner tout autre nom. Prenez le Sénat actuel et dites:
«Très bien, nous allons l’abolir lorsque nous aurons
trouver une nouvelle formulé>>. Vous procédez alors â

M. Lachance: Comme vous le savez, notre parlement
se subdivise en deux, et le Sénat a un rôle très
important â jouer. Accorderiez-vous au nouvel
organisme le même genre depouvoir législatif que celui
dont jouit le Sénat actuellement ou lui retireriez-vous
tout pouvoir législatif.

n’én voulons plus. Je ne crois pas que se soit juste pour
l’Ontario, même la majorité a certains droits. Vous ne
pouvez donc pas établir une représentation égalé au
Sénat sans redéfinir le Sénat lui-même. C’est impossi-
blé.

Le président: Je crois que le sénateur Allister
Grosart aimerait dire un mot.

Le sénateur Grosart: Monsieur le président, si je puis
parler au nom du Sénat, le Sénat a le même rôle depuis

Le président: Monsieur Allmand.

ou de désapprouver les nominations â la Cour
suprême, les ambassadeurs, les chefs de bureaux
culturels et les décisions touchant aux questions
linguistiques et aux droits de l’homme.

M. Braid: Ce sont les points auxquels nous songeons,
mais indépendamment de ce document. Nous ne consi-
dérons pas lé document, ce qui répond â votre
question.

Ë
2
Ë
Ë

.r w nr- ‘ov-ouwwxwvnvvaævwaam.

_pwwg.gpç.wncnguaçynmg..,_msnmnoew,. — g…

. —«r-urq

———..-v-q«. 4waumæu—r—-«u—cwnmm..wnnw_..anwgn_.m., au“ .

l0 septembre 1970

[Texte]

The Chairman: Are th
comments from the floor.

Mr. Bernard: Yes.
The Chairman: This is Mr.
Mr. Bernard: Yes, Mr. Chair

May I speak to the questic
try to glean from these comr
représentation at thé federal
witness really touched it fro:
sounded to me to be just from
validity of the Senate. I think
Constitution, and again I say
do so with the presupposition
we have to have representatir
lation. Over and abové popr
sentation of the various feder
not mean régional, I mean pr
the point.

Now whether you are going
Senate or whether you aré goir
the House of Commons in a 1
not think is really important. 1
work out. I think thé principle
to recognize the federal system
unequal parts and granting tl
different parts and recognizing
then have to have representatio:
lation. I know Ontario fears thi
over there showed that. Théy a1
kind of thing. I just have to sa
does not really appreciate thé «
whole of the country has gone t
years. Perhaps it is too much to ]
system, but I would say thol
presupposition.

If I may speak to another que
witness, it seems you désire sc
education system throughout thc
ing too much into your remarks?

Professor Braid: Somé kind c
system-not “system” but “curric

Mr. Bernard: I found your lar
what, and I speak heré as a pro
find some of thé language you
whether it was deliberately or no
ténns of education. I am not sure
system is what education is abou
can speak in terms of basic subjec
That is why I do not think th
différences is really important in e
it being harmful. I think it is ve;

224ll—5

September l0, 1970

est exactement ce que nous avons
pouvez l’appeler tout ce que vous
ous continuons à l’appeler le Sénat.
appeler l’organisme provincial ou lui
e nom. Prenez le Sénat actuel et dites:
s allons l’abolir lorsque nous aurons
Jélle formule». Vous procédez alors à
ion. Vous l’abolissez et définissez le
nganisme. Nous voulons que vous lui
présentation provinciale légale. Nous
)as le rôle avec détail. Nous avons
rinistration des stimulants et d’autres
a crois qu’il y a un mécontentement
s dans notre organisation, au sujet de
rctuellé du Sénat, non les sénateurs,

Tomme vous le savez, notre parlement
deux, et le Sénat a un rôle très
uer. Accorderiez-vous au nouvel
1e genre depouvoir législatif que celui
rt actuellement ou lui retireriez-vous
latif.

s lui retirérions probablement tout
pour ensuite lui en remettre une
une définition complète du Sénat.
: préconisons. Nous ne voulons plus
rel du Sénat qui doit adopter toutes
rtives adoptées par la Chambre des
jouit d’un pouvoir de blocus. Nous
Je ne crois pas que se soit juste pour
r majorité a certains droits. Vous ne
établir une représentation égale au
ir le Sénat lui-même. C’est impossi-

‘e crois que le sénateur Allister
ré un mot.

art: Monsieur le président, si je puis
énat, le Sénat a le même rôle depuis

rsieur Allmand.

re groupe a-t-il étudié les nouveaux
uvernement se propose d’accorder
accorderait le pouvoir d’approuver
rer les nominations â la Cour
rssadeurs, les chefs de bureaux
écisions touchant aux questions
rlroits de l’homme.

les points auxquels nous songeons,
nt de ce document. Nous ne consi-
ument, ce qui répond â votre

a _u- tvwnu-m-n-vmmnœeænææ-äwmäcflmfifi-w aveu-ma? H

l0 septembre 1970 Constitution du Canada 8 : 65
[Texte] [Interprétation]
The Chairman: Are there at this point any Le président: Y a-t-il d’autres questions?

comments from the floor.
Mr. Bernard: Yes.
The Chairman: This is Mr. Bernard again, I take it.
Mr. Bernard: Yes, Mr. Chairman.

May I speak to the question of représentation and
try to glean from these comments again a principle of
représentation at the federal level? I do not think the
witness really touched it from that point of view. It
sounded to me to be just from the point of view of the
validity of the Senate. I think really if we rewrite the
Constitution, and again I say that we should, and we
do so with the presupposition of a federal system then
we have to have représentation other than by popu-
lation. Over and above population we need repre-
sentation of the various federal areas. And here I do

not mean regional, I mean provincial. I think that is
the point.

Now whether you are going to put that into the
Senate or whether you are going to put that right into
the House of Commons in a unicameral system I do
not think is really important. That is your problem to
work out. I think the principle here is if we are going
to recognize the federal system as a system of uniting
unequal parts and granting them équality, uniting
different parts and recognizing their différences, you
then have to have représentation other than by popu-
lation. I know Ontario fears this. I think the member
over there showed that. They are very hésitant at this
kind of thing. I just have to say that Upper Canada
does not really appreciate the development that the
whole of the country has gone through_in the last 100
years. Perhaps it is too much to présuppose the federal
system, but I would say though that that is the
presupposition.

If I may speak to another question referred by the
witness, it seems you desire some kind of uniform
education system throughout the country. Am I read-
ing too much into your remarks?

Professor Braid: Some kind of uniform education
system-not “system” but “curriculum”.

Mr. Bernard: I found your language lirnping some-
what, and I speak here as a professional educator. I
find some of the language you used-I am not sure
whether it was deliberately or not—a little offensive in
terms of education. I am not sure a uniform education
system is what education is about. I am not sure you
can speak in terms of basic subjects or things like that.
That is why I do not think the whole question of
différences is really important in education in terms of
it being harmful. I think it is very beneficial. I think

224ll—5

M. Bernard: Oui.
Le président: Monsieur Bemard de nouveau je crois.
M. Bernard: Oui, monsieur le président.

Pourrais-je parler de la présentation et essayer de
tirer de ces commentaires un principe de représen-
tation au niveau fédéral? Je ne crois pas que le témoin
en est vraiment parler de ce point de vue. Je crois
qu’on en a seulement parlé du point de vue de la
validité du Sénat. Si nous revoyons la Constitution, et
je dis de nouveau que nous devrions le faire, nous
devons alors avoir une représentation autre que la
représentation suivant la population. H nous faut une
représentation de diverses régions fédérales. Je
n’entends pas par là régionales, mais provinciales.

Je ne crois pas qu’il soit tellement important que
nous incorporions ce droit au Sénat ou â la Chambre
des communes dans un régime unitaire. C’est le
problème que vous devrez résoudre. Je crois que le
principe ici est que, si nous allons reconnaître le rôle
du régime fédéral comme en étant un d’unification des
parties inégales et de leur accorder des qualités, l’unifi-
cation des différentes parties et de reconnaître leurs
différences, la représentation doit être autre qu’un
représentation suivant la population. Je sais que c’est
une des craintes de l’Ontario. Je dois dire que le
Haut-Canada n’apprécie pas vraiment l’expansion qu’a
prise l’ensemble du pays au cours des 100 dernières
années.

Sur un autre point, vous me semblez désirer une
certaine uniformité du système d’éducation â

l’étendue du pays. Est-ce exact?

M. Braid: Une certaine uniformité dans le système
d’éducation—non, «système», mais, «programme».

M. Bernard: Je trouve votre raisonnement un peu
boiteux et je parle en tant qu’éducateur professionnel.
Je trouve que certains des termes que vous avez
utilisés, volontairement ou non sont offensifs. Je ne
crois pas que le problème de l’éducation revienne â un
système uniforme. Je ne crois pas que l’on puisse
parler de sujets fondamentaux ou‘ en termes sembla-
bles. C’est pourquoi je ne crois pas que toute cette
question des différences soit vraiment importante dans
ce sens qu’elle pourrait être nuisible. Je crois qu’elle

8:66

[Text]

the system we have now of provincial jurisdiction in
education is very important, and I think I might
hésitate to go right over to what I hear you saying.

Professor Braid: I acknowledge there are problems.
However, what wé aré more concerned with is that if
somebody in Grade l1 in Prince Edward Island
moves into a school in Alberta that person will not be
taking Grade I2 subjects in that school. To that extent
we would like uniformity. This is what we are_ getting
at.

Mr. Bernard: Yes, but I would say that your very
example is a non-educational example and is harrnful
to éducation. Throughout this evening all thé briefs
spoke-of education in terms of politics, in terms of
changing provinces, in terms of money, but not in
terms of éducation. I would really ask the members of
the Committee to hold back your judgment on those
kinds of questions. I do not think that should find its
way in Constitution. If Constitution is going to deal
with education it seems to me it is in terms of rights,
and the implementation then becomes something else.
I would j ust offer that.

Thé Chairman: Thank you very much, Mr. Bernard.
Are there any further comments.

Mr. Hogarth: l would like to make an observation.
Mr. Bemard raised the question with this witness
about représentation by population and representa-
tion by région. I understand the Senate was originally
established to overcome the problem arising out of thé
différence between représentation by population and
représentation by région. I was wondering if anybody
ever has given considération to having those two
concept in one législative assembly—that is to say, that
thé Ho usé of Commons as it is now constitutéd would
have members, appointed and elected or » elected in
each case, that sat together. Could our counsel
possibly explore that at some time and let us know if
it ever has been considered.

The Chairman: Thank you. Are there any further
comments from the floor.

Ladies and gentlemen, you have been most patient. I
think this has been a very successful first public
meeting for the Committee. Perhaps I am not the best
one to say that. As Chairman, I arn sitting here
somewhat irnpartially. You have turned out in

Constitution of Canada

September l0, 1970

[In terpreta tion ]

est très bénéfique. Je crois que le régime de compé-
tence provinciale que nous connaissons dans le do-
maine de l’éducation est très importante, et j’hésite-
rais à penser â celui que vous proposez.

M. Braid: Je reconnais qu’il y a des problèmes.
Toutefois, nous nous préoccupons plus du fait que, si
un étudiant de la llïème année de l’Île-du-Prince-
Edouard déménage en Alberta, il ne pourra pas étudier
les sujets de la 12e année dans l’école de cette
province. Nous aimerions voir une certaine uniformité.

C’est ce que nous préconisons.

M. Bernard: Oui, mais j’aimérais dire que votre
exemple est nuisible à l’éducation. Pendant toute la
soirée tous lés mémoires ont parlé de d’éducation du
point de vue politique, du point de vue du déplace-
ment, d’une province â l’autre, du point de vue

jugements sur ces genres de questions. Je né crois pas
que la solution se trouve dans la compétition. Si la
constitution doit traiter de l’éducation, il me semblé
que ce devrait être du point de vue des droits, et
l’application devient alors une toute autre question.

J ’ai cru bon de mentionner ce point.

Le président: Merci, monsieur Bernard. Y a-t-il

d’autres commentaires?

M. Hogarth: J ’aimerais faire une observation. M.
Bernard a soulevé la question de la représentation
suivant la population et de la représentation par
régions. Je crois que le Sénat avait été initialement
établi pour éliminer le problème des différences entre
ces deux genres de représentations. Je me demandais si
quelqu’un avait déjà envisagé de réunir ces deux
concepts dans une même assemblée législative, à savoir
que la Chambre des communes dans sa constitution
actuelle aurait des membres nommés et élus, suivant le
cas, qui siégeraient ensemble. Notre conseiller
pourrait-il se renseigner pour voir si on y a déjâ songé?

Le président: Merci. Y a-t-il d’autres commentaires?

Mesdames et messieurs, vous avez été très patients.
Je crois que cette première audience publique a été
très intéressante pour ce Comité. Vous vous êtes
rendus en très grand nombre et nous avons
grandement apprécié votre participation. Je crois que
les mémoires étaient très bons ils nous ont présenté

î
ê

ownmuunuuwamnnuusnxwnœçaum« navrant-m m] . aaufluæ»…

l0 septembre 1970

[Texte]

considérable numbers to participate
participated well. I think thé brief‘:
tremely good ones, they presented

for us to consider, and I would like
witnesses for this evening, in particu
not yet thanked him, Professor Br
présentation.

The Committee is adjourned until
rring at 10.00 a.m.

22411-51/2

September l0, 1970

Je crois que le régime de compé-
ue nous connaissons dans le do-
»n est très importante, et j’hésite-
que vous proposez.

zonnais qu’il y a des problèmes.
1s préoccupons plus du fait que, si

nième année dé PÎIe-du-Prince-
en Alberta, il ne pourra pas étudier
L29 année dans l’école de cette
erions voir une certaine uniformité.
réconisons.

.i, mais j’aimérais dire que votre
rle à l’éducation. Pendant toute la
moirés ont parlé de d’éducation du
iqué, du point de vue du déplace-
incé à l’autre, du point de vue
ron du point dé vue éducatif. Je
némbres du Comité de retenir leurs
genres de questions. Je ne crois pas
z trouve dans la compétition. Si la
traiter de l’éducation, il me semblé
ré du point de vue des droits, et
nt alors une toute autre question.
ntionnér ce point.

Merci, monsieur Bernard. Y a-t-il
aires?

aimerais faire une observation. M.
é la question dé la représentation
ation et de la représentation par
que le Sénat avait été initialement
.er le problème des différences entré
a représentations. Je me demandais si
déjà envisagé de réunir ces deux
e même assemblée législative, à savoir
des communes dans sa constitution
s membres nommés et élus, suivant le
aient ensemble. Notre conseiller
signer pour voir si on y a déjà songé?

Ierci. Y a-t-il d’autres commentaires?

nessieurs, vous avez été très patients.
te première audience publique a été
t pour ce Comité. Vous vous êtes
s grand nombre et nous avons
récié votre participation. Je crois que
aient très bons ils nous ont présenté

î

l0 septembre 1970

[Texte ]

considérable numbers to participate, and you have
participated well. I think the briefs have been ex-
tremely good ones, they presented excellent points
for us to consider, and I would like to thank all thé
witnesses for this evening, in particular, since I have
not yet thanked him, Professor Braid for his fine
presentation.

The Committee is adjourned until tomorrow mor-
ning at 10.00 a.m.

2241r—51/2

Constitution du Canada 3 z 67

[In terpréta tion ]

d’excellents points, et j’aimérais remercier tous les
témoins qui sont venus témoigner ce soir, et en
particulier, puisque je né l’ai pas encore remercié,
monsieur Braid, pour sa très bonne représentation.

La séance est levée jusqu’à 10 heures demain matin.

APPENDIX “l”

BRIEF
submitted to

The Special Joint Committee of the
Senate and House of Commons on thé

CONSTITUTION OF CANADA
by

UKRAINIAN CANADIAN COMMITTEE

Introduction

Ukrainian Canadian Committee is a co-ordinating
body representing an overwhelming majority of_
Canadians of Ukrainian descent. It was organized
thirty years ago to represent the common interests of
Ukrainian Canadians. In this brief, it is the intention
of the Committee to confine itself to issues and
problems which affect Ukrainian Canadians culturally,
ethnically and linguistically.

Concept of Canadian History.

It is impossible for Ukrainian Canadian Committee
to accept the concept of “two founding races”. It is
impossible to find anywhere in any documents that
Canada was fonnéd as a result of an understanding and
decision reached by “two founding races” to form one
Canada. Thé pertinent sections of British North
America Act read as follows:

(5) Canada shall bé divided into Four Provinces,

named Ontario, Quebec, Nova Scotia, and New
Brunswick.

(6) The Parts of the Province of Canada (as it
éxists at thé passing of this Act) which formerly
constitutéd réspectively the Provinces of Upper
Canada and Lower Canada shall be deemed to be
severed, and shall form Two séparaté Provinœs.
The Part which formerly constituted the Province
of Upper Canada shall constitute thé Province of
Ontario, and the Part which formerly constituted

the Province of Lower Canada shall constitute the
Province of Quebec.

Constitution of Canada

APPENDICE «I»

MÉMOIRE
présenté au

Comité spécial mixte du Sénat et de la
Chambre des communes sur la

CONSTITUTION DU CANADA
par le

COMITE DES CAN AD IEN S—UK RA IN IEN S

Introduction:

Le Comité des Canadiens—ukrainiens est un
organisme dé coordination qui représenté la vaste
majorité des Canadiens d’origine ukrainienne. Il a été
créé il y a trente ans pour soutenir les intérêts
communs des Canadiens-ukrainiens. Dans le présent
mémoire, le Comité se borne â cerner lés questions et
les problèmes qui touchent les personnes qu’il repré-

sente, tant sur le plan ethnique que culturel et linguis-
tique.

Notions d ’histoire du Canada:

Les Canadiens-ukrainiens ne peuvent pas accepter la
notion des «deux races fondatrices». Aucun document
ne pennet d’établir que le Canada a été formé par suite
de l’én_tente et de la décision de «deux races fonda-
tricés>> de créer un pays. A cet égard, les articles

pertinents dé 1’Acte de l’Amérique du Nord britan-
nique se lisent comme il suit:

(5) Le Canada sera divisé en quatre provinces, qui
porteront lés noms d’Ontario, dé Québec, dé
Nouvelle-Écosse ét de Nouveau-Brunswick.

(6) Dans la province du Canada telle qu’elle exis-
tera lors de l’adoption de la présenté loi, les deux
parties qui constituaient autrefois, l’une, la
province du Haut-Canada, l’autre, la province du
Bas-Canada, seront réputées n‘être plus unies et
formeront deux provinces distinctes. La partie qui
constituait autrefois la province du Haut-Canada
formera la province de l’Ontario et la partie qui
constituait la province du Bas-Canada formera la
province de Québec.

September l0, 1970

«w

l0 septembre 1970

(7) The Provinces of Nova Scot
wick shall have the same Limits
this Act.

During the debates in the Legislativ
Province of Canada thé following wa

“I propose thé adoption of th
emblem. By thé endless variet)
rainbow will give an excellent id
of races, religions, sentiments an
different parts of the Confederat:
and elongated form the rainbow
perfect représentation of the ge
guration of thé Confédération.’
Lotbiniére, Debated in the Legisl:
Canada, Quebec, 20th February, i

The views expressed in the above c
thinking of some of thé members o
Assembly at the time, 1865, as to \
going to bé like. There is not thé sl
Canada was to be “Bilingual and Bic
On thé contrary Canada was visuali
lingual and multicultural nation. It ,
there will be a “diversity of races,
ments and interest of thé différer
Confédération.” Recognizing these di
wonder that French language was re«
for the Provinœ of Quebec. Simila
reasonable to assume that consider:
given to “sentiments and interest” of

Furthermore, France showed no in‘
whatever. Great Britain was conoeme
itself of this liability. With the signi:
Washington on May 8, 1871, the di
from American Civil War were settled
States and Great Britain. Sir John A.
was one of the five commissioners wr

“Having made up my mind tha
wanted éverything, and will give
éxchangé, one of my chiéf aims no
the British Commissioners of thé u
of thé Yankees. I’ am greatly disa
course of action taken by the l
sioners. Théy seem to have only o
minds-that it, to go to England \
their pockets—no matter at what:

Lifé of Sir Joh
by Joseph Pc

September l0, 1970

APPENDICE <>

MÉMOIRE
présenté au

écial mixte du Sénat et de la
3re des communes sur la

‘ITUTION DU CANADA
par le

S CANAD IENS-UKRAINIENS

les Canadiens-ukrainiens est un
>rdination qui représente la vaste
liens d’origine ukrainienne. Il a été
Ie ans pour soutenir les intérêts
adiens-ukrainiens. Dans le présent
é se borne â cerner les questions et
touchent les personnes qu’il repré-
lan ethnique que culturel et linguis-

Yu Canada:

rainiens ne peuvent pas accepter la
aces fondatrices». Aucun document
que le Canada a été formé par suite
la décision de «deux races fonda-
n pays. A cet égard, les articles
e de l’Amérique du Nord britan-
ne il suit:

zera divisé en quatre provinces, qui
noms d’Ontario, de Québec, de
et de Nouveau-Brunswick.

vince du Canada telle qu’elle exis-
option de la présente loi, les deux
mstituaiént autrefois, l’une, la
Lit-Canada, l’autre, la province du
ant réputées n‘être plus unies et
provinces distinctes. La partie qui
zfois la province du Haut-Canada
ince de l’Ontario et la partie qui
ovince du Bas-Canada formera la
aec.

j”

l0 septembre 1970

(7) The Provinces of Nova Scotia and New Bruns-
wick shall have the same Limits as at thé passing of
this Act.

During the debates in the Législative Assembly of the
Province of Canada thé following was stated:

“I propose the adoption of the rainbow as our
emblem. By the endless variéty of its tints thé
rainbow will give an excellent idea of the diversity
of races, religions, sentiments and interests of the
different parts of the Confédération. By its slender
and elongated form the rainbow would afford a
perfect représentation of the geographical confi-
guration of the Confédération.” Henry Joly de
Lotbiniere, Debated in the Législative Assembly of
Canada, Quebec, 20th February, 1865.

Thé views expressed in the above citation show the
thinking of some of the members of the Législative
Assembly at thé time, 1865, as to what Canada was
going to be like. There is not the slightest hint that
Canada was to bé “Bilingual and Bicultural” nation.
On the contrary Canada was visualized as a multi-
lingual and multicultural nation. It also admits that
there will be a “diversity of races, religions, senti-
ments and interest of the different parts of the
Confédération.” Recognizing these divérsities it is no
wonder that French language was recognized in and
for the Province of Quebec. Similarly it could be
reasonable to assume that considération should be
given to “sentiments and interest” of “all” Canadians.

Furthermore, France showed no interest in Canada
whatever. Great Britain was conœmed how to divést
itself of this liability. With the signing of Treaty of
Washington on May 8, 1871, the différences arising
from American Civil War were settled between United
States and Great Britain. Sir John A. Macdonald who
was one of the five commissioners wroté:

“Having made up my mind that the Americans
wanted everything, and will give us nothing in
éxchangé, one of my chief aims now is to convincé
the British Commissioners of the unreasonabléness
of the Yankees. I’ am greatly disappointéd at the
course of action taken by the British Commis-
sioners. They seem to have only one thing in their
minds-that it, to go to England with a Treaty in
their pockéts-no matter at what cost to Canada.”

Lifé of Sir John A. Macdonald
by Joseph Pope, V.2, p. 105.

Constitution du Canada 8

:69

(7) Les provinces de la Nouvelle-Écosse et du
Nouveau-Brunswick conserveront les frontières
qu’elles auront lors de l’adoption de la présente
loi.

Au cours des débats â l’Assemblée législative de la
province du Canada, la déclaration suivante fut enre-
gistrée:

«Je propose que nous adoptions l’arc-en-ciel
comme emblème. En raison de son éventail com-
plet de couleurs, 1’arc-en-ciel reflétera parfaitement
la diversité de races, de religions, de sentiments et
d’intérêts qui caractérise les divers éléments de la
Confédération. Par sa forme élancée et allongée,
l’arc-en-ciel pourrait donner une représentation
parfaite de la configuration géographique de la
Confédération.» (Henri J oly de Lotbinièré, débats
de l’Assemblée législative du Canada, Québec, le
20 février 1865).

L’opinion exprimée dans cette déclaration indique
l’attitude de certains membres de l’Assemblée législa-
tive en 1865 sur ce que devait être le Canada. On n’y
retrouve pas la moindre mention indiquant que le
Canada devait être une nation «bilingue et
biculturelle». Bien au contraire, on envisageait le
Canada comme un pays multilingue et multiculturél.
On remarque en outre qu’il s’agira d’une «diversité dé
races, de religions, de sentiments et d’intérêts qui
caractérisent les divers éléments de la Confédération».
En reconnaissant cette diversité, il n’est donc pas
étonnant que la langue française ait été reconnue dans
la province et pour la province de Québec. Parallè-
lement, il serait juste de supposer que la même latitude
devrait être accordée aux «sentiments et aux intérêts»
de <> les Canadiens.

De plus, la France ne montrait absolument aucun
intérêt â l’égard du Canada. Quant â la Grande-
Bretagne, elle ne songeait qu’à se démettre de ses
responsabilités. Lors de la signature du Traité de
Washington, le 8 mai 1871, les différends â l’origine de
la Guerre civile furent réglés entre les Etats-Unis et la
Grande-Bretagne. Sir John A. MacDonald, l’un des

cinq commissaires, écrivit alors:

«Après m’être rendu compté que les Américains
voulaient tout avoir sans rien donner en échange, il
me reste donc, au nombre de mes principales
préoccupations, â convaincre les commissaires
britanniques du caractère peu raisonnable des
Yankees. Je suis extrêmement déçu de la tactique
adoptée par les commissaires britanniques; ils
semblent ne penser qu’à une chose: retourner en
Angleterre en possession d’un Traité, quel qu’en
soit le prix pour le Canada.»

Life of Sir John A. MacDonald,
par Joseph Pope, Vol. 2, p. 105.

8:70

In 1867, United States purchaséd Alaska from Rus-
sia for the sum of 37,000,000. One of the senators
stated that it was the beginning of the purchases.
Rupert’s Land, Prairie Provinces, was later available
for purchasé from Hudson’s Bay Company for
525,000. Thé Canadian Govemment became con-
cerned. It was, therefore, confronted with two pro-
blems, thé building of transcontinental railway and
settlément. In March, 1891, Edward Baake visited the
West. Hé described it as, “empty West, empty still.”

Development of Immigration Policy

During de debate on acquisition of Rupert’s Land
and North-Westem Territory, Sir John A. Macdonald
thus addrésséd the House:

“. . . It has consequently always been the political
cry in Western Canada that this country must be
obtained. . . . There is no use in saying that we
have enough land already. . . . If offéred to thé
United States-the récent purchasérs of a tract of
ice adoining-can we doubt that they would con-
sent to pay for it an amount equal to thé whole
debt of Canada four timés over? It was but the
absorbing interest of the late internicine war that
préventéd the country from having been overrun
already.”

Memoirs of Sir John A. Macdonald by Sir Joseph
Pope, The Musson Book Company Ltd., Toronto,
p. 398-399.

When Sir Clifford Sifton became the Minister of thé
lntérior he irnmediately set about formulating immi-
gration policy.

“Clifford Sifton took to Ottawa a clear idea of
what, in his opinion, ought to be done if Canada
was to escape from the doldrums in which the
country had, for years, been becalmed. 771e first
thing to do was to settle the empty West with
producing farmers; this was also the second, third,
fourth and fifth thing to do. Solve the problem of
how to get people of the right kind into thé West
and keep them there, and the problem of national
development was also solved; if thé West remainéd

empty every expedient to restore prosperity would
be futile.”

Clifford Sifton in Relation t0 His Times, John W.
Dafoe, The Macmillan Book Company of Canada
Limited, 1931, p. 131.

The policy adopted is described in the following
passage:

“Settlé! . That was thé keyword of the whole
programme. If a man would settle on the land and
seriously devote hirnself to thé business of produc-

Constitution of Canada

September l0, 1970

En 1867, les États-Unis achètent l’Alaska de la
Russie pour la sommé de sept millions de dollars. Un
sénateur déclare â cette occasion qu’il s’agit du début
de l’ère des acquisitions. La Terre de Rupért, dans les
Prairies, est ensuite misé en vente par la Compagnie de
la Baie d’Hudson pour 325,000 livres sterling. Le
gouvernement canadien s’éméut, et se trouve donc aux
prises avec deux difficultés, soit la construction d’un
chemin de fer transcontinental et la colonisation. En
mars 1891, Edward Baake visite l’Ouest et le décrit en
ces termes: «Ouest vide, toujours vide».

Élaboration d ’une politique d Ymmigration

Au cours du débat sur l’acquisition de la Terre de
Rupert et des Territoires du Nord-Ouest, Sir John A.
MacDona1d déclaré devant la Chambre:

« . . . C’est ainsi que le slogan politique de l’Ouest
du Canada a toujours été de réclamer le rattache-
ment de cette région . . . Il est inutile de prétendre
que nous possédons déjà assez de terres . . . Si on
l’offre aux Etats-Unis, qui se sont récemment
portés acquéreurs d’une parcelle de glace contiguë,
pouvons-nous douter qu’ils consentent â verser une
sommé quatre fois supérieure â l’ensemble de la
dette du Canada? Seule l’attention soutenue
accordée â la dernière guerre intestine a permis
d’évietr que le pays soit déjà envahi.»

(Memoirs of Sir John A. MacDonald, par Sir Joseph
Pope, The Musson Book Company Ltd., Toronto, p.
398-399).

Lorsque Sir Clifford Sifton devint ministre de l’inté-
rieur, il entama immédiatement l’élaboration d’une
politique dïmmigration.

< précisé de ce qui devait être fait pour que le
Canada échappé au marasme qui le guettait depuis
plusieurs années. La première chose â faire consis-
tait â coloniser -I ’0uest désertique avec des agricul-
teurs; ce qui était d ailleurs également la deuxième,
troisième, quatrième et cinquième chose à faire!

Résoudre le problème du peuplement de l’Ouest et
du maintien des colons équivalait â résoudre celui
du développement national; si l’Ouest demeurait
inhabité, toute initiative en vue d’établir la pros-
périté sérait inutile.»

(Clifford Sifton in Relation of his Times, John W.
Dafoe, The Macmillan Book Company of Canada
Limited, 1931, p. 131).

La politique adoptée est énoncée dans l’extrait
suivant:

«S’établir . . . Voilà le mot-clé de l’ensemble du
programme. Si un particulier décidait de s’établir
sur une terre et dé se mettre sérieusement â la

Ïî
à
î‘

«avr-r» ‘ aumwomm-væ-wmznsçu».  » _

– —…,‘\m._.___..

f

10 septembre 1970

tion, thé whole Department of
Minister down to the youngest
his service. If hé was white man
the word, hé could come from
world and hé was made welcome
with no questions asked as to hi:
his language or previous con
tude. . . But under the new regirr
human being and a valued cust
practices of the department then
mation to the retain business ph
customer is always right.”

Despite the libéral immigration po
failed to attract settlers. The Weste
vemments did not want to see their ci
to Canada. Their countries were beii

“Every emigrant who was indue
many, Austria, or Russia was s< évasion of the émigration laws p. countries, and hé could, genera securéd in no other way.” The Lifé of Lord Strathcona and M01 les Wilson, Cassell and Company p. 489. “In France we have been getting during the last two or three years, and régulations in force, emigratio excepting by vessels sailing from Therefore in thé past, except occ vessels have left France direct t chances of getting émigrants has tivély small.” “With reference to thé obstacles p‘ émigration to Canada, I have many Austrian Govemment, by often déc to inténding immigrants, hinder th the country. In addition, thé Gel given guarantee to thé Russian Go‘ passengers from Austria and Russ the passage of such people across t through Prussia.” Neither was émigration to Canada fa Britain. In June, 1899, Lord Strathco: Charnbérlain: “They say that we are draining C her best blood in order to build up September l0, 1970 : États-Unis achètent l’Alaska de la nommé de sept millions de dollars. Un à cette occasion qu’il s’agit du début uisitions. La Terre de Rupért, dans les rite mise en vente par la Compagnie de on pour 325,000 livres sterling. Le anadien s’éméut, et se trouve donc aux r difficultés, soit la construction d’un Lranscontinental et la colonisation. En rard Baake visite l’Ouest et le décrit en est vide, toujours vide». 2e politique dÏImmigration débat sur l’acquisition de la Terre dé Territoires du Nord-Ouest, Sir John A. aré devant la Chambre: tinsi que le slogan politique de l’Ouest 1 toujours été de réclamer le rattaché- te région . . . Il est inutile de prétendre >ssédons déjà assez de terres . . . Si on

États-Unis, qui se sont récemment
Ëreurs d’une parcelle de glacé contiguë,
lS douter qu’ils consentent à verser une
tre fois supérieure à l’ensemble de la
Ïanada? Seule l’attention soutenue
la dernière guerre intestine a permis
le pays soit déjà envahi.»

– John A. MacDonald, par Sir Joseph
ron Book Company Ltd., Toronto, p.

lifford Sifton devint ministre de l’inté-
1 immédiatement l’élaboration d’une
igration.

ifton vint à Ottawa avec une idée
ce qui devait être fait pour que le
.ppé au marasme qui le guettait depuis
nées. La première chose à faire consis-
ser l ’0uest désertique avec des agricul-
était d ’aflleurs également la deuxzeme,
watrième et cinquième chose a‘ faire!
problème du peuplement de l’Ouest et
des colons équivalait à résoudre celui
némént national; si l’Ouest demeurait
ite initiative en vue d’établir la pros-
inutile.»

in Relation of his Times, John W.
zcmillan Book Company of Canada
p. 131).

adoptée est énoncée dans l’extrait

. Voilà le mot-clé de l’ensemble du
Si un particulier décidait de s’établir
ré et de se mettre sérieusement à la

l0 septembre 1970

tion, the whole Department of Intérior, from the
Minister down to thé youngest office boy, was at
his service. If hé was white man, in both sensés of
the word, hé could comé from anywhere in thé
world and hé was made welcome, and put to work
with no questions asked as to his racé, his religion,
his language or previous conditions of servi-
tude. . . But under the new régime John Doe was a
ë human being and a valued customer; and in the
practices of the department there was an approxi-
mation to the retain business philosophy that the
customer is always right.”

Ibid, p. 136.

Despite the libéral immigration policy of Canada it
failed to attract settlers. The Western European go-
vernments did not want to see their citizens émigrating
to Canada. Their countries were being industrialized.

“Every emigrant who was induced to leave Ger-
many, Austria, or Russia was s0 induced by an
évasion of the émigration laws prévailing in such
countries, and hé could, generally speaking be
securéd in no other way.”

The Lifé of Lord Strathcona and Mount Royal, Béck-
les Wilson, Cassell and Company Limited, 1915,
p. 489.

“In France we have been getting more émigrants
during the last two or three years, but by the laws
and régulations in force, émigration is not allowed
excepting by vessels sailing from French ports.
Therefore in the past, except occasionally, when
vessels have left France direct to Canada, our
chances of getting émigrants has been compara-
tively small.”
Ibid, p. 492.

“With référence to the obstacles put in the way of
émigration to Canada, I have many proofs that the
Austrian Govemment, by often declining passports
to intending immigrants, hinder them from leaving
the country. In addition, thé German lines have
given guarantee to the Russian Govemment for all
passengers from Austria and Russia. This hinders
the passage of such people across the frontiérs and
through Prussia.”

Ibid, p. 493.

Neither was émigration to Canada favouréd in Great
Britain. In June, 1899, Lord Strathcona wroté to Mr.
Chamberlain:

“They say that we are draining Great Britain of
her best blood in order to build up and strengthen

Constitution du Canada

8:71

tâche, tout le ministère de Plntériéur, du ministre
au dernier des commis, était à son service. S’il était
un homme blanc et loyal, il était bien reçu et mis
au travail quelle que soit son origine, sa race, sa
religion, sa langue ou sa condition sociale anté-
rieure . . . Mais sous le nouveau régime, M. Dupont
était à la fois un être humain et un client estimé, et
le ministère établissait un rapprochement avec la
notion de l’homme d’affaires qui prétend que le
client a toujours raison. »

Ibid. P. 136

En dépit de sa généreuse politique dîmmigration, le
Canada n’attirait pas de colons. Les états de l’Europe
occidentale ne favorisaient pas Fémigration de leurs
ressortissants vers le Canada, car ils étaient en pleine
période dïndustrialisation.

<>

(The Lzfe of Lord Strathcona and Mount Royal,
Beckles Willson, Cassell and Company Limited, 1915,
p.489)

«Nous avons reçu un plus grand nombre d’émi-
grants français au cours des deux ou trois dernières
années, mais les lois et les règlements en vigueur ne
permettent à l’émigrant de quitter le pays qu’à
bord dé navires appareillant de ports français. C’est
ainsi qu’autréfois, à de rares exceptions près, nous
n’avions que peu d’occasions d’accueillir des émi-
grants voyagéant sur des navires qui assuraient la
liaison directe France-Canada.>>

Ibid. p. 492.

< l’émigration vers le Canada, je possède de nom-
breusés preuves indiquant que le gouvernement
autrichien empêché ses ressortissants de quitter le
pays en leur refusant un passeport. En outre, les
lignes de transport allemandes se portent garantes
auprès du gouvernement russe pour toutes les
personnes venant d’Autriche ou de Russie. Cette
initiative entrave le passage de ces gens aux fron-
tières et parla Prusse.»

Ibid. 493.

La Grande-Bretagne n’était guère davantage en fa-
véur de l’émigration au Canada. çEn juin 1899, Lord
Strathcona écrivait à M. Chamberlain:

«Certains prétendent que nous drainons les forcés
vives de la Grande-Bretagne afin de bâtir et de

8:72

weakened,
Country.”

settlers for Western
Canada, and his agents were after. He said, “I thinka
stalwart peasant in sheepskin coat, born on the soil,
whose forefathers have farmed for ten generations,
with a stout wife and a half-dozen children, is good
quality. ” Despite the restriction placed by the Aus-
trian Govemment every effort was made to induce
Ukrainians to emigrate to Canada.

Here is how the scheme was operated as explained
b)’ Lord Strathcona:

“All agents claim that they have been active in
organizing the movement from Galicia. They say
that they have obtained from the people who have
already emigrated, and in other ways an immense
number of addresses in the country, and that they

Of course the law will not permit anything in the
direction of directly encouraging émigration, and
these sub-agents are generally peddlars, hawkers

At the same time, it is only right for me to add
that they all appear t0 have been in communi-
cation with professor Oleskow, and to have
pecuniary consideration in the event of him work-

Constitution of Canada

September l0, 1970

rement dans quelque 7

fusées à 7 millions d’exemplaires; les résultats furent
décevants.

Voici quelle était, expliquée par Lord Strathcona, la
manière de procéder:

«Tous les représentants prétendent qu’ils ont orga-
nisé activement l’émigration de Galicie. Selon eux,
ils ont obtenu de personnes ayant déjà émigré ou
de diverses autres façons un nombre considérable
d’adresses au pays, et ils entretiennent depuis
plusieurs mois une correspondance avec ces gens,
en leur envoyant de la publicité. Ces représentants
ont des agents clandestins â leur service.

Il est évident que la loi ne permet pas d’encourager
directement l’émigration, et ces agents sont généra-
lement des colporteurs, des marchands ambulants
et autres qui sillonnent le pays en répandant avec
discrétion mais très efficacement un important
volume de matériel publicitaire. Ils ont également
dépensé des somm.es considérables en publicité
dans la mesure où la loi le permet. Il est possible
qu’ils exagèrent la nature de leurs efforts et de
leurs dépenses, mais je suis persuadé qu’ils ont
consacré du temps et de l’argent en vue d’un
accroissement de l’émigration de Galicie.

Par ailleurs, je dois reconnaître qu’ils semblent
tous avoir été en contact avec le professeur
Oleskow, et semblent envisager une question d’ar-
gent dans le cas où il travaillerait par l’entremise de

, . _y.-vv.’tw<‘nmmno’«’-avxn>ÿ- Mqwxwrwnrmwmw. » r r es » ‘ac-ru,

n…» « vw,__,,. vu

1 O septembre l 970

ing through their particular
none of them know of our a1
but in any case, in order to
they would not hesitate t0 n

T he Life of Lord Strathcona
Beckles Willson Cassell and Cc
496-497

Professor Oleskow visited Cai
returned to Galicia became a subs
Canadian Govemment. He warn
émigrants of the hardships they ‘
Canada. On the other hand the c
by the Canadian HighCommissio
steamship lines presented Canada t
“flowing with milk and honey” bt
to bring the cows and bees with
many heart breaks which could hav

The following is a translation «
Ukrainian settler in Canada, publie
Iviv, Galicia:

“Those will not be forgiven throu;
property, left my ancestral lan«
Canadian abyss. I, former landowne
my children to gymnasia so that th
educated and loyal sons of Ukrain
persuasions of the agents I brou
Canada where they have to work
they, the agents live comfortably in

It must not be overlooked th:
Trading Company was paid 35. P31
and S2. for each additional member

Despite the hardships and misr
settlers prospered:

“The Ukrainian first arrives in

about as few wordly possessions

arrived on this planet, but poverty c
case it generally is-with industry as
no serious drawback. The man of tl
house, or hovel, if you like t0 call
wife and children, and then goes off
äs a nawy on a railway line. During
fe and such of his children as are na
to work the farm. Having neither ha
they do the best they can with the ;
raise a little crop of rye, oats or PC
father retums in the fall of the year
has been able to save out of his ea
and plough that he is thus able to
increase in cultivation and product

September l0, 1970

s colonies. Je me permets cependant
ma conviction que la puissance des
celle de la Grande-Bretagne et qu’au
mêmes jeunes hommes, animés d’un
accru et ‘revigoré, retourneront à la
mère patrie. >>

Ibid. p. 506.

L, le gouvernement canadien entreprit
c publicité afin de recruter des colons
; annonœs étaient publiées réguliè-
[que 7,000 publications agricoles dif-
ns d’exemplaires; les résultats furent

les Ukrainiens au Canada précède la
fton au poste de ministre de l’Inté-
était cependant convaincu que leur
it souhaitable dans l’Ouest canadien,
ts s’efforçaient d’en assurer le recru-
<ù la loi le pennet. Il est possible
la nature de leurs efforts et de
nais je suis persuadé qu’ils ont
.ps et de l’argent en vue d’un
Pémigration de Galicie.

lois reconnaître qu’ils semblent
en contact avec le professeur
lent envisager une question d’ar-
l il travaillerait par l’entremise de

T

ms. .. i- n.-.“ …-…….. «n…

l0 septembre 1970

ing through their particular agencies. Of course,
none of them know of our arrangement with him,
but in any case, in order to retain their business,
they would not hesitate to minimize his efforts.”

The Life of Lord Strathcona and Mount Royal,
Beckles Willson Cassell and Compan y Limited, p:
496-497

Professor Oleskow visited Canada and when he
returned to Galicia became a subsidized agent for the
Canadian Govemment. He wamed the prospective
émigrants of the hardships they will have to face in
Canada. On the other hand the other agents aquired
by the Canadian High Commissioner in London and
steamship lines presented Canada to the people as land
“flowing with milk and honey” but failed to tell them
t0 bring the cows and bees with them. This created
many heart breaks which could have been avoided.

The following is a translation of a letter from a
Ukrainian settler in Canada, published in a journal in
Iviv, Galicia:

“Those will not be forgiven through whom I sold my
property, left my ancestral land and landed in
Canadian abyss. I, former landowner, intended to send
my children to gymnasia so that they would become
educated and loyal sons of Ukraine. But due to the
persuasions of the agents I brought them to cold
Canada where they have to work very hard while,
they, the agents live comfortably in Galicia.”

It must not be overlooked that North Atlantic
Trading Company was paid S5. per head of the family
and S2. for each additional member of the family.

Despite the hardships and misrepresentations the
settlers prospered:

“The Ukrainian first arrives in the country with
about as few wordly possessions as when he first
arrived on this planet, but poverty combined —as in his
case it generally is-with industry as well as patience is
no serious drawback. The man of the family puts up a
house, or hovel, if you like to call it so, installs his
wife and children, and then goes off to work, probably
as a navvy on a railway line. During his absence his wi-
fe and such of his children as are not mere infants set
to work the farm. Having neither horse, ox or plough
they do the best they can with the humble spade, and
raise a little crop of rye, oats or potatoes. The frugal
father retums in the fall of the year with every cent he
has been able to save out of his earnings, and the ox
and plough that he is thus able to buy means a vast
increase in cultivation and production in the second

Constitution du Canada , 8

:73

leurs services respectifs. Aucun d’eux ne connaît
évidemment la nature de notre entente avec lui,
mais, à toute fin pratique, ils n’hésiteraient pas à
minimiser ses réalisations pour conserver leur situa-
tion.»

The Lzfe of Lord Strathcona and Mount Royal,

Beckles Willson, Cassell and Company Limited, p.
496-497.

Le professeur Oleskow visita le Canada puis, dès son
retour en Galicie, il devint un agent subventionné par
le gouvemement canadien. Il avertit les personnes qui
envisageaient d’émigrer au Canada des épreuves qui les
y attendaient. Par contre, les autres agents recrutés par
le Haut-Commissariat canadien à Londres et par les
compagnies de navigation présentaient le Canada com-
me un pays de cocagne, sans toutefois leur dire
d’apporter avec eux le nécessaire pour remplir cette
come d’abondance. Cette façon d’agir entraîna de
nombreuses déceptions qui auraient pû être évitées.

Le texte suivant est la traduction d’une lettre d’un
immigrant ukrainien établi au Canada et publiée dans
un journal d’Iviv (Galicie).

«Je ne pardonnerai pas à ceux qui m’ont incité â
vendre ma propriété, à quitter la terre de mes ancêtres
et à plonger dans le gouffre canadien. Ancien proprié-
taire, j’avais l’intention d’envoyer mes enfants au
collège afin de les éduquer et d’en faire de loyaux
sujets de l’Ukraine. Le pouvoir de persuasion des
agents m’a entraîné â les exposer au froid canadien
dans lequel ils doivent travailler très dur tandis que ces
agents, eux, vivent confortablement en Galicie.»

Par ailleurs, on ne doit pas oublier que la North
Altantic Trading Company recevait 5 dollars par chef
de famille et 2 dollars par membre de la famille
émigrant au Canada.

En dépit des déceptions et d’un abus dans la présen-
tation de faits erronés, les colons jouissaient progressi-
vement d’une certaine porspérité:

<<L’Ukrainien arrive au pays à peu près aussi dénudé
qu’au jour de sa naissance mais la pauvreté, qui le
caractérise généralement, alliée à un esprit industrieux
et à la patience, ne constitue pas un sérieux obstacle.
Le chef de famille construit une maison, ou une
masure si vous préférez, y installe sa femme et ses
enfants, puis se met à la recherche d’un travail, soit
généralement celui de manœuvre sur un chantier de
construction de chemin de fer. Durant son absence, sa
femme et les enfants qui ne sont pas en bas âge
cultivent la terre. Sans chevaux, sans bœufs ou sans
charrue, ils se contentent d’une humble pelle et
obtiennent une mince récolte de seigle, d’avoine ou de
pommes de terre. Le père retourne au foyer à l’au-
tomne en possession de toutes les économies qu’il a pu
réaliser; le bœuf et la charrue qu’il est ainsi en mesure

8:74

year. Many a Ukrainian farmer to-day has from 20 to
200 acres under crop, and from 10 to 100 head of
livestock. They may be miles from any town or
railway station, butthe Ukrainian does not say it is no‘
use to grow grain for sale. In winter he loads his
procuce on a rough sleigh, and sets out for the nearest
market, no matter what the distance may be. At night
he saves hotel or “stopping Place” charges by sleeping
on the snow beside this sleigh. I have heard of men
who thought nothing of a fortnight’s joumey under
these conditions. lt can easily be imagined that in
three or four years such man is poor no longer.”

“New Canada & New Canadian, Kennedy, 1907,
p. 126-127.

It is evident that the Ukrainian settlers were pre-
pared to work hard in order to succeed. Frequently
they were referred to as the “men in sheepskin” coats.
However, their level of education reflected the level of
education as it existed at that time in Galicia (Western
Ukraine which was part of Austria-Hungary). Even if
some of them were illiterate this does not mean that
they were not intelligent. They appreciated the free-
dom afforded them in Canada.

The Ukrainian settlers made their contribution to
the development of Canada. They not only cleared the
land and tilled the soil but they also found the time
and the means to provide for their cultural and
spiritual life. J ust as fast as the land was brought under
cultivation the settlements were dotted with Ukrainian
churches for worship and community halls were built
for cultural enjoyment. Discussion meetings, amateur
theatres, choirs and libraries were extablished. Resi-
dential institutes in cities like Winnipeg, Saskatoon
and Edmonton was established for students who were
attending high schools and universities. The conœm
was education both cultural and how to earn a living.
Ukrainian culture was thus becoming the culture of
those parts of Canada where the Ukrainians were
setteld. There is no justification to the claim that the
communities settled by Ukrainians or any other ethnic
groups should be compelled to accept Anglo—Saxon or
French culture as their native culture.

In serving their country, Canada, they were not
found wanting. During the First World War they
enlisted in thousands. Filip Konowal was awarded the
Victoria Cross. Dr. J. T. M. Anderson, Inspector of
Schools and later Premier of Saskatchewan writes:

September l0, 1970

d’acheter signifient une augmentation considérable de
la superficie arable et de la production au cours de la
deuxième année. Nombreux sont les cultivateurs ukrai-
niens possédant aujourd’hui de 20 à 200 acres de
terres cultivées et de l0 â 100 têtes de bétail. Quelle
que soit la distance de la ville ou de la gare voisine,
l’agriculteur ukrainien n’én cultive pas moins des
céréales. En hiver, il charge ses produits sur un trai-
neau rudimentaire et s’achemine vers le marché le plus
proche, quelle que soit la distanœ â parcourir. La nuit,
il économise les frais d’hôtel ou d’auberge en couchant
sur la neige à côté de son traîneau. J ’ai entendu parler
de certains d’entre eux qu’un voyage de quinze jours
dans ces conditions ne rebutait pas. Il est évident
qu’après trois ou quatre années, un homme de cette
trempe n’est plus dans la misère.»

«New Canada & New Canadian, Kennedy, 1907, p.
126-127.

Il ne fait aucun doute que les colons ukrainiens
étaient prêts à travailler ferme pour réussir. On les
avait souvent surnommé «les hommes à la peau de
mouton». Leur niveau d’enseignement reflétait toute-
fois celui qui existait â l’époque en Galicie (Ukraine de
l’Ouest qui faisait partie de l’Autriche-Hongrie). Bien
que certains étaient illettrés, cela ne les empêchaient
pas d’être intelligents; ils étaient conscients de la
liberté qui leur était offerte au Canada.

Les colons ukrainiens ont fourni leur part à la mise
en valeur du Canada: non seulement ont-ils défriché et
cultivé le sol, mais encore ont-ils trouvé le temps et les
moyens de cultiver leur vie culturelle et spirituelle. Les
églises ukrainiennes et les centres communautaires
surgissaient au même rythme que la mise en valeur des
terres, et on vit apparaître les discussions publiques, les
troupes de théâtre amateur, les chorales et les biblio-
thèques. Des internats furent créés â Winnipeg,
Saskatoon, Edmonton et autres villes pour accueillir
les étudiants des écoles secondaires et des universités.
L’enseignement prenait une signification particulière,
tant sur le plan culturel‘ que professionnel. La culture
ukrainienne devenait ainsi la culture des secteurs du
pays peuplés d’Ukrainiens. Rien ne justifie l’assertion
que les agglomérations fondées par les Ukrainiens ou
par quelque autre groupe ethnique devraient être
forcées d’accépter la culture anglo-saxonne ou fran-
çaise comme leur culture d’origine.

Lorsqu’il s’est agi de servir leur pays, le Canada, ils
ont répondu à l’appel. Au cours de la Première guerre
mondiale, ils se sont enrôlés par milliers. Filip Knowal
a été décoré de la Croix de Victoria. M. J .T.M.

Anderson, inspecteur d’ecole et futur premier ministre
de la Saskatchewan remarquait:

i”
Ë »;
r

Constitution of Canada

l0 septembre l 970

“In Northern Alberta, of two bat
and now fighting overseas contained e:
Ukrainians and the other sixty-five
whom, or their fathers, were bon
Austria. The former of these battalio]
“The Irish Guards”

The Education of the New Can
Anderson, J. M. Dent & Sons Ltd.,
P. 61

During the Second World War over 4l
of Ukrainian descent served in Canadi

Cultural, Educational and Linguistic C
Dr. J. T. M. Anderson has this to say

“Shudder as we Anglo-Saxons ma
of it, our descendents are more

poles, or Bohemians or Ukrainian:
we now call them. We must ass
attitude on this question. The su;
city school recently refused to e
who was an honor graduate in Eng
and thoroughly qualified, “bec
foreign name, and the parents m1;
would be useless for a Yaremovit
Basarabowicz, or a Niemczuk t4
majority of the schools m Engl
« tricts, no matter how excellent th
5 might be; and yet the PBOPÏÛ
English-speaking districts W111 s]
days and weeks worrying abou‘
tion.”

It must be admitted that much l
eradicate discrimination but with p2
Languages Act and inventing the ‘
concept it would seem that the pend
nation is beginning to swing in the WI

Perhaps we should accept a concep
expressed by Prof. W. L. Morton:

“Canada is united at the top by a
Canada is a nation founded on :
f on compact, there is no pro

Canadian akin to conversion, tl
for uniformity, there is no Can
Anyone French, Irish, Ukrainia
be a subject of the Queen and z

September l0, 1970

fient une augmentation considérable de
table et de la production au cours de la
Se. Nombreux sont les cultivateurs ukrai-
nt aujourd’hui de 20 à 200 acres de
s et de 10 à 100 têtes de bétail. Quelle
;tance de la ville ou de la gare voisine,
lkrainien n’en cultive pas moins des
iver, il charge ses produits sur un trai-
aire et s’achemine vers le marché le plus
que soit la distance à parcourir. La nuit,
es frais d’hôtel ou d’auberge en couchant
côté de son traîneau. J ’ai entendu parler
antre eux qu’un voyage de quinze jours
litions ne rebutait pas. Il est évident
ou quatre années, un homme de cette
us dans la misère.»

a & New Canadian, Kennedy, 1907, p.

ucun doute que les colons ukrainiens
l travailler ferme pour réussir. On les
sumommé < r niveau d’enseignement reflétait toute-
Kistait â l’époque en Galicie (Ukraine de
sait partie de l’Autriche-Hongrie). Bien
Laient illettrés, cela ne les empêchaient
elligents; ils étaient conscients de la
était offerte au Canada.

krainiens ont fourni leur part à la mise
mada: non seulement ont-ils défriché et
mais encore ont-ils trouvé le temps et les
iver leur vie culturelle et spirituelle. Les
mnes et les centres communautaires
même rythme que la mise en valeur des
apparaître les discussions publiques, les
âtre amateur, les chorales et les biblio-
internats furent créés à Winnipeg,
nonton et autres villes pour accueillir
as écoles secondaires et des universités.

prenait une signification particulière,

culturel que professionnel. La culture
tenait ainsi la culture des secteurs du
Ukrainiens. Rien ne justifie l’assertion
Erations fondées par les Ukrainiens ou
utre groupe ethnique devraient être
ter la culture anglo-saxonne ou fran-
.r culture d’origine.

: agi de servir leur pays, le Canada, ils
’appel. Au cours de la Première guerre
sont enrôlés par milliers. Filip Knowal
1e la Croix de Victoria. M. J .T.M.
cteur d’école et futur premier ministre
Ian remarquait:

l0 septembre 1970

“In Northern Alberta, of two battalions recruited
and now fighting overseas contained eighty per cent of
Ukrainians and the other sixty-five per cent, all of
whom, or their fathers, were born in Galicia, in
Austria. The former of these battalions was known as
“The Irish Guards”

The Education of the New Canadian, J. T. M.
Anderson, J. M. Dent & Sons Ltd., Toronto, 1918.
P. 61

During the Second World War over 40,000 Canadians
of Ukrainian descent served in Canadian armed forces.

Cultural, Educational and Linguistic Concerns:
Dr. J. T. M. Anderson has this to say:

“Shudder as we Anglo-Saxons may at the thought
of it, our descendents are more likely to marry
poles, or Bohemians or Ukrainians or Russians, as
we now call them. We must assume a different
attitude on this question. The superintendent of a
city school recently refused to engage a teacher
who was an honor graduate in English and History,
and thoroughly qualified, “because he had a
foreign name, and the parents might not like it. lt
would be useless for a Yaremovitch, a Bojarski, a
Basarabowicz, or a Niemczuk to apply for the
majority of the schools in English speaking dis-
tricts, no matter how excellent their qualifications
might be; and yet the people of these same
English-speaking districts will spend hours and
days and weeks worrying about racial assimila-
tion.”

Ibid, p. 158.

It must be admitted that much has been done to
eradicate discrimination but with passing the Official
Languages Act and inventing the “founding races”
concept it would seem that the pendulum of discrimi-
nation is beginning to swing in the wrong direction.

Perhaps we should accept a concept of a Canadian as
expressed by Prof. W. L. Morton:

“Canada is united at the top by allegiance. Because
Canada is a nation founded on allegiance and not
on compact, there is no process in becoming
Canadian akin to conversion, there is no pressure
for unifonnity, there is no Canadian way of life.
Anyone French, Irish, Ukrainian or Eskirno, can
be a subject of the Queen and a citizen of Canada

Constitution du Canada

8:75

<>.

The Education of the New Canadian, J .T.M. Ander-
son, J.M. Dent & Sons Ltd., Toronto, 1918, p. 61.

Au cours de la Seconde guerre mondiale, plus de
40,000 Canadiens de descendance ukrainienne ont
servi dans les forces armées canadiennes.

Questions de culture, d ’êducation et de langue:
M. J .T.M. Anderson remarquait:

«Bien que nous en ayons le frisson rien que d’y
penser, il est fort probable que nos descendants
épouseront des Polonais, des Bohémiens ou des
Ukrainiens, que nous appelons maintenant des
Russes. Nous devons adopter maintenant une
toute autre attitude â cet égard. Le directeur de
l’école d’une certaine ville a refusé dernièrement
d’engager un enseignant diplômé avec mentions en
Anglais et en Histoire, par ailleurs parfaitement
qualifié, «parce qu’il avait un nom étranger et que
les parents ne le verraient peut-être pas d’un très
bon œil». Il est inutile qu’un Yaremovitch, un
Bujarski, un Basarabowicz ou un Niemczuk pré-
sente une demande dans la majorité des écoles des
districts de langue anglaise, quels que soient leurs
titres professionnels; et pourtant, les citoyens de
ces mêmes districts de langue anglaise passent des
jours et des semaines à discuter de l’assirnilation
raciale.»

Ibid.P. 158.

On doit admettre que des progrès considérables ont
été réalisés dans la lutte contre la discrimination, mais
il semble cependant que l’adoption de la Loi sur les
langues officielles et Pinvention de la notion des «races
fondatrices» amorcent un mouvement rétrogradé dans
cette lutte.

Nous devrions peut-être adopter la notion du Cana-

dien telle que présentée par le professeur W. L.
Morton:

«L’unité du Canada est essentiellement une ques-
tion d’allégeance. Etant donné que le Canada est
une nation fondée sur l’allégeance et non sur un
accord, il n’y a aucun moyen de devenir Canadien
ressemblant â une conversion, aucune pression
tendant vers Puniformité, aucun mode de vie
typiquement canadien. Toute personne d’origine

8:76

without in any way changing or ceasing to be
himself. This is a truth so fundamental that it is
little realized and many, if not most Canadians
would deny its truth, but it is central to any
explanation or understanding of Canadian
nationhood.”

The Canadian ldentity, W. L. Morton, (1961)
The University of Toronto Press, University of
Toronto, Toronto, . . . . p. 85.

In the Canadian Constitution there must be defini-
tion of Canadian citizen. It must clearly define that
there aré two languages of communication in Canada
between the Fédéral Govemment and its citizens but
there aré other languages recognized as Canadian
because they are used by Canadian Citizens. How does
one explain the fact that Canadian citizen, a third or
fourth generation Canadian, uses a language as his
mother tongue which is neither English or French. It is
a foreign language or is he a second rate Canadian
Citizen. A further clarification of the problem-in the
Winnipeg Tribune, Wednesday, September 9, 1970,
there is an article on éditorial page written by Val
Werier, “An Unusual retreat near the city”. It states:

“They have excellent facilities with grills oven and
stoves and water, and tables. By thé picnic sites wé
have many foreigh tongues. Immigrants love the
parks . . . .”

Is any language not English or French a foreign
tongue and anoyone using a “foreigh tongue”, imme-
diatély to inlisted as “immigrant”. There must be a
place in the Canadian Constitution or an amended
British North American Act that Canadian citizens
who use other languages than English and French in
personal conversation as well as consider them as their
mother language, not be considered as immigrants or
foreigners.

Theré is active discussion and serious considération
to a Canadian Charter of Human Rights. This should
bé an improvement over the present “Canadian Bill of
Rights.” The Canadian Bill of Rights sets out to define
the freedoms which every Canadian is entitled to
enjoy. However, it omits “cultural Freedom”.

With the development of modern technology,
transportation, communication and mass média the
individual, particularly minorities, may be prevented
from enjoying their cultural héritages. The schools
have become factories in their size and cater to
majority, the radio and television cater exclusively to
majority the newspaper and magazines equally rely on

Constitution of Canada

September l0, 1970

française, irlandaise, ukrainienne ou esquimau peut
être sujet de la Reine et citoyen canadien sans
avoir â perdre quoi que ce soit de son identité. Il
s’agit d’une vérité tellement fondamentale qu’on
n’y prête guère attention et que de nombreux
Canadiens, sinon la majorité, en nieraient l’éviden-
ce, mais qui est cependant â la basé de toute
discussion touchant l’idéntité canadienne.»

The Canadian ldentity, W. L. Morton (1961)
The University of Toronto Press, Université de
Toronto, Toronto, . . .p. 85.

La Constitution canadienne doit contenir une défini-
tion précise de la citoyenneté canadienne. Elle doit
préciser clairement qu’il existé deux langues de
communication entre le gouvernement fédéral et le
public, mais qu’il existe également d’autres langues
canadiennes puisqu’elles sont parlées par les citoyens
canadiens. Comment peut-on expliquer qu’un citoyen
canadien, de troisième ou quatrième génération, parle
une langue natale qui n’est ni le français ni l’anglais? Il
s’agit d’une langue étrangère, mais est-il pour cela un
citoyen de deuxième ordre? Pour clarifier davantage
la question, on peut citer un article paru dans la page
éditoriale du Winnipeg Tribune du mercredi 9 septem-
bre 1970, sous la plume de M. Val Werier, et intitulé
«An Unusual retreat near the city»:

«Ils sont très bien installés avec grils, foyers, eau
courante et tables. Sur le terrain de pique-nique,
nous avons entendu parler de nombreuses langues
étrangères. Les immigrants adorent les parcs . . .»

Est-ce que tout ce qui n’est pas français ou anglais
doit être considéré comme langue étrangère et que
toute personne qui parlé une «langue étrangère» doit
être qualifiée dïmmigrant? La Constitution cana-
dienne ou une modification de 1’Acte de l’Amérique
du Nord britannique doit stipuler que le citoyen
canadien qui parle une autre langue que le français ou
l’anglais dans ses communications personnelles, et qui
la considère comme étant sa langue maternelle, n’est
pas un immigrant ou un étranger.

On parlé beaucoup et on étudie sérieusement l’éla-
boration d’une Charte canadienne des droits de
l’Homme; une telle initiative serait une nette améliora-
tion sur l’actuéllé «Déclaration canadienne des droits».
Cette Déclaration définit les divers genres de liberté
auxquels ont droit chaque Canadien, omettant toute-
fois la «liberté culturelle».

Par suite des nouveaux ‘développements dans le
domaine de la technologie, des transports, des commu-
nications et des moyens de diffusion au public, le
particulier, notamment dans le cas des minorités, peut
être privé de son héritage culturel. Les écoles ont pris
les proportions d’une usine et s’adréssent â la majorité;
la radio et la télévision s’adréssent exclusivement â la

_.,,. qÆs-wv. fila‘ Ü …,V..w,..,,» m“.

l0 septembre 1970

volume subscription. Thése have a
a minority in a given area of cult
of particular concern where rad
concerned when sponseréd or
Govemment of Canada. If we trul
of the “human being” we must tal
his cultural background. There s
tunity for him or her to maint:
culture rather than be submerg
culture with the hope that he w
radio and television are not only :
entertaining media. Yet the conce
English and the French. No cons
other ethnic groups. It must be sta
the Canadian Charter of Human l
dians have an inaliénable right to
gate their culture. Where documer
entertaining media are subsidized
of Canada due considération mus
dize other cultures besides Englis
equally applies to thé préservation
must be an inaliénable right. I-t is
principle of the dignity of human l

Thé Official Languages Act mt
Act recognizing “The English an
are the official languages of Canad
the Parliament and Governmen
possess and enjoy equality of sta
and privilèges as to their uses in a
Parliament and Govemment of (
languages, other « than English and
to préservation and propagation
guages Act must not bé used to 1

_ French culture. Mr. Duhamel, Cl

board dealing with Official Langu
“What has surprised Mr. Duhamt
French-language groups across the
their culture and language even th
half-rememberéd.”

“We‘re a little late” Mr. Du}
we should have had this kin-
ago . . . But now that we’ve s1
that people are seeking help
cultural lif e. ”

Winnipeg Free Press, Wednesday,

It must be notéd that Mr. Duhz
cally that the Official Languages l
their cultural life.” Even where tl
population of either French or _
tend to reinvigorate the culture
districts the non-English and nc

September l0, 1970

ndaise, ukrainienne ou esquimau peut
L la Reine et citoyen canadien sans
‘e quoi que ce soit de son identité. Il
vérité tellement fondamentale qu’on
Lère attention et que de nombreux
non la majorité, en nieraient l’éviden-

est cependant â la base de toute
rchant l’identité canadienne.»

ian ldentity, W. L. Morton (1961)
sity of Toronto Press, Université de
>ronto, . . .p. 85.

l canadienne doit contenir une défini-
a citoyenneté canadienne. Elle doit
ant qu’il existe deux langues de
Lntre le gouvernement fédéral et le
l existe également d’autres langues
1u’ellés sont parlées par les citoyens
ent peut-on expliquer qu’un citoyen
ième ou quatrième génération, parle
qui n’est ni le français ni l’anglais? Il
.e étrangère, mais est-il pour cela un
âme ordre? Pour clarifier davantage
:ut citer un article paru dans la page
zipeg Tribune du mercredi 9 septem-

plume de M. Val Werier, et intitulé
at near the city»:

bien installés avec grils, foyers, eau
blés. Sur le terrain de pique-nique,
tendu parler de nombreuses langues
s immigrants adorent les parcs . . .>>

ce qui n’est pas français ou anglais
é comme langue étrangère et que
Li parle une «langue étrangère» doit
nmigrant? La Constitution cana-
Ldification de 1’Acte de l’Amérique
que doit stipuler que le citoyen
une autre langue que le français ou
ommunications personnelles, et qui
Le étant sa langue maternelle, n’est
u un étranger.

1p et on étudie sérieusement l’éla-
Iharte canadienne des droits de
initiative serait une nette arnéliora-
Déclaration canadienne des droits».
défmit les divers genres de liberté
chaque Canadien, omettant toute-
urelle».

ouveaux développements dans le
tologie, des transports, des commu-
royens de diffusion au public, le
Lent dans le cas des minorités, peut
Ëritagé culturel. Les écoles ont pris
Le usine et s’adréssent â la majorité;
sion s’adréssent exclusivement â la

“Ê

l0 septembre 1970

volume subscription. These have a tendency to deprive
a minority in a given area of cultural benefits. This is
of particular concern where radio and television is
concerned when sponseréd or subsidized by the
Govemment of Canada. If we truly respect the dignity
of the “human being” we must take into considération
his cultural background. Theré should be an oppor-
tunity for him or her to maintain and préserve his
culture rather than be submerged by the majority
culture with the hope that hé will assimilate. Both
radio and television are not only informative but also
entertaining media. Yet the concern is only about the
English and thé French. No considération is given to
other ethnic groups. It must be stated unequivocally in
the Canadian Charter of Human Rights that all Cana-
dians have an inaliénable right to préserve and propa-
gate their culture. Where documentary, informative or
entertaining media aré subsidized by the Govemment
of Canada due considération must be given to subsi-
dize other cultures besides English and French. This
equally applies to thé préservation bof languages. This
must be an inaliénable right. I-t is compatible with the
principle of the dignity of human beings.

The Official Languages Act must be treated as an
Act recognizing “The English and French languages
are the official languages of Canada for all purposes of
the Parliament and Govemment of Canada, and
possess and enjoy equality of status and equal rights
and privileges as to their uses in all institutions of the
Parliament and Govemment of Canada.” The other
languages, other ‘than English and French have a right
to préservation and propagation. The Official Lan-
guages Act must not be used to propagate English or

r French culture. Mr. Duhamel, Chairman of advisory

board dealing with Official Languages Act, stated that
“What has surprised Mr. Duhamel is the will of the
French-language groups across the country to maintain
their culture and language even though it may be only
half-remémbered.”

“We‘re a little late” Mr. Duhamel adds. “Maybe
we should have had this kind of thing 50 years
ago . . . But now that we’ve started, we’re finding
that people are seeking help to reinvigorate their
cultural life.”

Winnipeg Free Press, Wednesday, September 2, 1970.

It must be notéd that Mr. Duhamel states unequivo-
cally that the Official Languages Act will “reinvigorate
their cultural life.” Even where there is 10 per cent of
population of either French or English the Act will
tend to reinvigorate the culture. In these bilingual
districts the non-English and non-French Canadians

Constitution du Canada

8:77

majorité, ainsi que les journaux et les revues qui
comptent également sur le volume des abonnements.
Cette façon d’agir tend â priver une minorité vivant
dans une région donnée de certains avantages culturels
et revêt un intérêt particulier lorsqu’il s’agit de réseaux
de radio ou de télévision dirigés ou subventionnés par
l’Etats. Si nous voulons réellement respecter la dignité
de 1’être humain, nous devons tenir compte de son
héritage. culturel. Il devrait être en mesure de main-
tenir ou de‘ conserver sa culture, plutôt que d’être
submergé par la majorité dans l’éspoir qu’il sera assimi-
lé. La radioyét la télévision ne sont pas uniquement des
organes dïrifonnation, mais aussi des moyens de diver-
tissement; cependant, on ne semble se préoccuper que
des émissions françaises et anglaises, sans tenir compte
des autres groupes ethniques. La Charte canadienne
des droits de l’homme_ doit stipuler sans équivoque que
tous les Canadiens ont le droit inaliénable de conserver
et de diffuser leur culture. Lorsqu’il s’agit de moyens
de documentation, d’infor1nation ou de divertissement
subventionnés par le gouvernement du Canada, on doit
veiller â ce que le français et l’anglais ne soient pas les
seules cultures subventionnées. Cette règle s’applique
également â la conservation de la langue, qui doit être
un droit inaliénable. Cette façon d’envisager la chose
est compatible avec le principe de la dignité de
l’Homme.

La Loi sur les langues officielles doit être prise
comme un document reconnaissant que <<L’anglais et le français sont les langues officielles du Canada pour tout ce qui relève du Parlement et du Gouvernement du Canada; elles ont un statut, des droits et des privilèges égaux quant â leur emploi dans toutes les institutions du Parlement et du Gouvernement du Canada>>. Les autres langues ont droit d’être con-
servées et propagées. La Loi sur les langues officielles
ne doit pas être un instrument de propagation de la
culture française ou anglaise. Le président du comité
consultatif des langues officielles, M. Duhamel, a
déclaré qu’il avait été surpris de la volonté des groupes
d’expression française du Canada de conserver leur

culture et leur langue, bien qu’elles soient peut-être à.

moitié oubliées.

«Nous sommes un peu en retard», ajoute M.
Duhamel. «No us aurions peut-être dû y penser il y
a une cinquantaine d’années . . .Toutefois, main-
tenant que nous avons commencé, nous constatons
que les gens recherchent de l’aide pour donner un
regain â leur vie culturelle.»

Winnipeg Free Press, mercredi 2 septembre 1970.

Il est à remarquer que M. Duhamel déclare clairement
que la Loi sur lés langues officielles donnera un regain
à leur vie culturelle. Même 1orsqu’i1 n’existe que 10 p.
100 de la population d’expression française ou an-
glaise, la Loi entraînera un regain de la culture. Dans ces
districts bilingues, les personnes qui ne sont ni

8:78

will suffer. There will bé no assistance to reinvigorate
their cultures. There is no doubt that in time these
bilingual districts will become unilingual districts. This
is the attitude expressed in Vol. lV Thé Cultural
Contributions of the Other Ethnic Groups, Report of
the Royal Commission on Bilingualism and Bicultural-
ism. The other ethnic groups will join either the
Anglophones or Francophones. If there are to be
bilingual districts then the per centage should be not
less that 35 per cent.

Civil Rights:

Sec. 93 (13) of British North America Act States:

Property and Civil Rights in the Province.

If Canada is to remain a united and one nation “Civil
Rights” must become the exclusive jurisdiction of the
Govemment of Canada. Although the Govermnent of
Canada has the power to disallow any législation
passed by the provincial government yet the govern-
ment of Canada is reluctant to do so for political
reasons. A case in point is thé Manitoba School
Question. Without taking sides in the issue, when the
judgément was handed down by thé Privy Council in
Brophy v. Manitoba, 1895, A.C. 202 the decision was,
“that the Governor-Général in Council has power to
make remedial orders in the prémises within the scope
of sub. sect. 3 of sec 22—e.g., by supplemental rather
than repealing the législation. “The Govemment of Ca-
nadaÏfailed to act and the issue is still unresolved in
Manitoba. It has failed to “go away” with time. But
where the province acted or passed ultra vires legisla-
tions, trenching on the powers of the Govermnent of
Canada, immediate action was taken, i.e. “Attorney-
Général for Alberta v. Canada, 1947 A.C. 503.
(Alberta Bill of Rights Act).The provinces are working
for uniformity of législation. Civil rights is much to
important to be left to individual provinces. It must
become an all Canadian responsibility.

Recommendations:

(1) In Canadian Constitution there must be a clause
defining that mother language of a Canadian citizen
may be any one of the languages of the world and that
such languages are Canadian languages. The same
applies to culture.

Constitution of Canada

September 10, 1970

d’expression française ni d’expression anglaise auront â
souffrir. Aucune aidé ne viendra donner de l’élan à
leur culture. Il ne fait aucun doute que ces districts
bilingues deviendront un jour ou l’autre unilingues. Il
s’agit lâ de la notion exprimée dans le quatrième
volume du Rapport de la Commission royale d’en-
quête sur le bilinguisme et le biculturalisme, intitulé
«L’apport culturel des autres groupes ethniques». Les
autres groupes ethniques se rallieront au groupé
francophone ou anglophone. S’il doit exister des
districts bilingues, le pourcentage ne devrait pas être
inférieur â 35 p. 100.

Droits civils:

L’art. 92 (13) de 1’Acte de l’Amérique du Nord
britannique stipule:

La propriété et les droits civils dans la province.

Si le Canada doit demeurer une nation unie et
unique, les «droits civils» doivent relever uniquement
du gouvernement du Canada. Bien que le gouverné-
ment fédéral ait le pouvoir de rejeter toute loi adoptée
par un gouvernement provincial, il n’ose pas en
prendre l’initiative pour des raisons politiques. A cet
égard, on peut mentionner la question des écoles au
Manitoba. Sans vouloir prendre parti dans cette
affaire, le jugement prononcé par le Conseil privé dans
l’affairé Brophy contre Manitoba, 1895, A.C. 202
stipulait que <> Le gouvernement canadien n’a
pas pris les mesures qui s’imposaient et le problème
n’est pas encore résolu au Manitoba; il ne s’est pas
estompé avec les années. En revanche, lorsque la
province a agi ou a voté des lois de façon à empiéter
sur les pouvoirs du gouvernement du Canada, les
résultats ont été immédiats, soit par exemple dans
Paffairé «Procureur général de l’Alberta contre le
Canada, 1947 A.C. 503 (Loi sur la Déclaration des
droits de l’Alberta). Les provinces cherchent à uni-
formiser les lois; les droits civils sont beaucoup trop
importants pour qu’ils soient laissés au gré de chaque
province, et doivent être placés sous la responsabilité
du pays tout entier.

Recommandations:

(1) La Constitution du Canada doit contenir une
clause stipulant que la langue maternelle d’un citoyen
canadien peut être n’importe quelle langue parlée dans
le monde et que ladite.langue est une langue cana-
dienné; cette disposition s’applique également à la
culture.

“._,,,._.,,,wwm_ AV,_.E,N4._Z.‘W m,.l.wmw;._.g.,.z._uh .4 .._,.gg?mg..,«,.-_,y«,m,- n13 .;_.,: ._ ç ,. ._

l0 septembre 1970

(2) Canadian Charter of Human Rigl.
nizé the dignity of human beings inclu
to cultural freedom and language and
ment.

(3) Official Languages Act, Sec .13 s
should be changed that the minority for
of bilingual districts should be 35 per c
the present 10 per cent.

(4) All cultures if subsidized by the (
Canada or other levels of govermnents m
zed in proportion to population. A
monies made available for Official Lang
made available for other languages.

September 10, 1970 l0 septembre 1970 Constitution du Canada 8 : 79
nçaise ni d’expression anglaise auront à (2) Canadian Charter of Human Rights must recog- (2) La Charte Canadienne des (ÏIOÎÎS de Ÿhomme doit
e aide ne viendra donner de l’élan à nizé the dignity of human beings including the rights reconnaître la dignité de l’é‘tre humain, y compris le
ne fait aucun douté que ces districts to cultural freedom and language and their develop- droit â la liberté et au développement de la culture et
.dront un jour ou l’autre unilingues. Il 5 ment. de la langue.

notion exprimée dans le quatrième _ _ , _ _

mort de la COmnfiSSl-On royale d,en_ (3) Official Languages Act,.Sec. .13 sub. sec‘. (2)(b) (3) Le paragraphe 2) (b).de larticle. de la Loi sur
inguisme et le biculturalisme’ intitulé should be changed that the minority for estabhshment les langues officielles devraitetre modifie de façon que
.61 des autres groupes ethniques» Les of bilingual districts should be 35 per cent instead of le pourcentage exige pour letabhssement d un district

ethniques se rallieront au groupe j the present l0 per cent. bihngue soit porte de 10 a 35 p. 100.

a angblflmne‘ s,“ dOÎt exister des (4) All cultures if subsidized by the Govemment of (4) Toutes les cultures subventionnées par le gou-
Îb (1)3 POUICBHŒEC ne deVmÎï P35 être à Canada or other levels of governments must be subsidi- vemement du Canada ou autres paliers officiels doivent

zed in proportion to population. A proportion of être subventionnées proportionnellement â la popu-

monies made available for Official Languages must be lation. Une partie des sommes consacrées aux langues

made available for other languages. officielles doit être mise â la disposition des autres
langues.

mac-nu v- A uum-‘zwvqçcvww

de 1’Acte de l’Amérique du Nord
e:

t les droits civils dans la province.

loit demeurer une nation unie et
s civils» doivent relever uniquement
du Canada. Bien que le gouverne-
pouvoir de rejeter toute loi adoptée
ment provincial, il n’ose pas en z
pour des raisons politiques. A cet i
cntionner la question des écoles au
Vouloir prendre parti dans cette
t prononcé par le Conseil privé dans
ontre Manitoba, 1895, A.C. 202
gouverneur général en conseil a
er des mesures réparatrices dans le
e 3 de l’article 22, soit par exemple
supplémentaires plutôt que par
l.» Le gouvernement canadien n’a
s qui s’imposaient et le problème
solu au Manitoba; il ne s’est pas
années. En revanche, lorsque la
voté des lois de façon â empiéter
u gouvernement du Canada, les
imédiats, soit par exemple dans
général de l’Alberta contre le
503 (Loi sur la Déclaration des
Les provinces cherchent â uni-
droits civils sont beaucoup trop
ls soient laissés au gré de chaque
être placés sous la responsabilité

«mu», qÿym’

…,..,………p ..u.—.,.,,_,..-»,.«u<ww.,,_”: ..a—.—…«_qw fiuîpnmsœn-uwæymç

du Canada doit contenir une
. langue maternelle d’un citoyen a
nporte quelle langue parlée dans r
.te .langue est une langue cana-
ion s’applique également à la

8:80

APPENDIX “J”
BRIEF
submitted to

The Special Joint Committee of the

Senate and House of Commons on the

CONSTITUTION OF CANADA
by

CANADA PRESS CLUB

The Canada Press Club of Winnipeg was organized in
1942, when the editors and publishers of the ethnic
newspapers and periodicals in Winnipeg gathered “to
study the way in which they could most effectively
apply themselves to the immediate task of contribut-
ing to the War effort”.

Since the terrnination of hostilities in 1945 and with
the arriva] of thousands of New Canadians, the 26
member publications of the Canada Press Club, have
together accepted the responsibility of presenting and
interpreting the Canadian Scene to its readers, as well
as to gather and disseminate information which will
lead to a better appreciation of the basic principles to
which Canada is dedicated.

The Canada Press Club of Winnipeg is the only
organization in this area with over 12 different ethnic
groups represented in the common cause of dedication
to fostering a better understanding of Canada amongst
its peoples. It has succeeded in this regard where
other similar organizations, in purpose, have failed.

The ethnic press has a significant position amongst
Canadian news media. significant, in that all its mem-
ber publications do serve this Special market with a
patronage and understanding which only they indivi-
dually are able to interpret to their respective ethnic
groups. In almost 80 years of integration of hundreds
of thousands of New Canadians into the fabric of the
Canadian society and economy, this process has been
facilitated and shortened to a great extent, by the
conscientious efforts of the ethnic press. By publishing
infonnation about Canada and news of their respective
societies, etc., the ethnic newspapers contribute
greatly to a better understanding and appreciation of
Canada.

Constitution of Canada

September l0, 1970

APPENDICE «J»
MÉMOIRE
présenté au

Comité spécial mixte du Sénat et

de la Chambre des communes sur la

CONSTITUTION DU CANADA
par

CANADA PRESS CLUB

Le Canada Press Club de Winnipeg a été fondé en
1942. A cette époque, les rédacteurs et les éditeurs des
journaux et périodiques des minorités ethniques de
Winnipeg s’étaient réunis <>
MÉMOIRE
présenté au

té spécial mixte du Sénat et

hambre des communes sur la

ITITUTION DU CANADA
par

ÀNADA PRESS CLUB

rs Club de Winnipeg a été fondé en
>qué, les rédacteurs et les éditeurs des
odiques des minorités ethniques de
[t réunis «pour étudier les moyens
ent sur le moment pour participer
ffort de guerre >>.

s hostilités en 1945 et avec l’arrivée
Jcanadiens, les 26 publications, qui
b de la presse du Canada, ont assumé
ord la responsabilité de présenter et
lecteurs la situation au Canada ainsi
et de propager Pinformation qui
eux apprécier les principes fonda-
nt le Canada.

Club de Wmmpeg dont font partie
3s ethniques différents, est le seul
‘égion qui a réussi là où d’autres
res ont échoué, â savoir : â faire
>ur faciliter une meilleure compré-
parleurs membres.

minorités ethniques jouent un rôle
1 des moyens d’information du
tant, du fait que toutes les publica-
nt sous son égide, desservent un
avec un esprit de collaboration et
u’elles seules sont capables d’expli-
és ethniques respectifs. Par leurs
les journaux des minorités ethni-
t facilité et abrégé, pendant quasi
LÎÎOII de centaines de milliers de
1 société et l’économie du Canada.
ïnformations sur le Canada et de
iropres sociétés, etc. . . , les jour-
ethniques ont grandement contri-
compréhension et appréciation du

l0 septembre 1970

Our respective Govemments both Federally and
Provincially as well as municipally, have long recog-
nized the functions and importance of the ethnic
newspapers. Unfortunately, when it comes to the
matter of placing their respective Govemmenfs adver-
tising, the ethnic press is often overlooked. The ques-
tion of media sélection etc., is left almost wholly with
thé respective Department’s Advertising Agencies. In
many cases the ethnic newspapers are let-down. Not
all but a good number of these Advertising Agencies
prefer to use the more expensive mass media of
television and dailies, etc. As a result it is not too
infrequent to find the ethnic newspapers overlooked
in various Govemment advertising essential to all
Canadians.

The ethnic groups of Canada have at all times freely
andréadily adjustéd their own cultures to their duties
to the land that had become their new homeland.
Without hésitation they have admitted that the build-
ing of a united Canada, the moulding of a Canadian
pattern of the democratic way of life, was paramount.

As the ethnic groups have to make an immediate and
to some extent a greater adjustment than the founding
peoples it was essential that there be a reasonable
uniformity in that adjustment. Otherwise confusion
and disunity might develop.

No one in the ethnic groups is in a better position to
take the lead in devéloping a uniformity of approach
than the editors and publishers of the ethnic wéekly and
other publications. It could plainly be seen that it was
ahnost impérative that the editors and publishers form
an association of some kind where they would get an
opportunity to know one another, compare view-
points and seek to harmonize them. Only then could
they properly qualify for that leadership.

The objective and constant aim of the Canada Press
Club has been to emphasize the adjustment the ethnic
groups have to make to fit undoubtéd values in their
cultures to the All-Canada culture that is being
moulded.

The willingness of the ethnic groups to make this
adjustment does not make them second class citizens.
Far from it. It actually makes it easier for them to
develop the needed All—Canada approach-perhaps
easier than it is to the two founding groups, the one
because of a mother-country complex. the other be-
cause of a duty felt to fill a gap caused by their
abandonment by the country of origin.

There are no second class citizens in Canada, but
duties towards cultures which the ethnic groups
brought with them must be secondary to their duties
in the new homeland, national and international.

22411-6

Constitution du Canada 8 : 81

Les autorités fédérales, provinciales ainsi que munici-
pales ont depuis longtemps reconnu le rôle et l’irnpor-
tance des journaux des minorités ethniques. Malheu-
reusement, elles oublient souvent la pressé des minori-
tés ethniques lorsqu’il s’agit de passer leurs comman-
des publicitaires. On laisse aux agences de publicité du
ministère le soin quasi exclusif de choisir les modes de
diffusion. Dans beaucoup de cas, on laisse de côté les
journaux des minorités ethniques. Presque toutes les
agences de publicité préfèrent se servir des techniques
de diffusion plus coûteuses telles que la télévision, les
quotidiens, etc. Il n’est donc pas rare qu’on néglige les
journaux des minorités ethniques pour les commandes
de publicité du gouvernement qui concernent au plus
haut point tous les Canadiens.

Les groupes ethniques du Canada ont toujours, de
plein gré et sans tergiverser, adapté leurs propres
cultures aux fonctions que leur assignait le pays qui
allait devenir leur patrie. Ils ont, sans hésitation,
reconnu que l’édification d’un Canada uni et le
façonnement d’un mode de vie démocratique, typi-
quement canadien, étaient de la plus haute impor-
tance.

Etant donné que l’effort d’adaptation des groupes
ethniques doit être plus rapide et plus important que
celui des peuples fondateurs, il faut que cette adapta-
tion soit raisonnablement cohérente. Autrement, ce ne
sera que confusion et division.

Dans les groupes ethniques. personne d’autre que les
rédacteurs et les éditeurs des publications hebdoma-
daires ou autres n’est mieux placé pour instaurer cette
unité d’action. Il était évident qu’il était quasi néces-
saire que les rédacteurs et les éditeurs créent une
association qui leur donnerait l’occasion de se connaî-
tre, de comparer leurs points dé vue et de chercher â
les harmoniser. Ce n’est qu’à ce moment qu’ils
pouvaient prétendre assumer ce rôle de chef.

L’objectif et le but constant du club de la presse du
Canada a été d’insister sur les efforts que devraient
fournir _les groupes ethniques pour adapter les valeurs
incontestables de leurs cultures à celle du Canada qui
leur sert de moule commun.

La volonté des groupes ethniques de s’adapter n’en
fait pas des citoyens de seconde zone. Loin s’en fa’ut.
Il leur est réellement plus facile d’adopter une optique
canadienne, plus facilement peut-être qu’aux deux
peuples fondateurs, l’un_ parce qu’il souffre du
complexe de la mère-patrie, l’autre parce qu’il sent
Pobligation de combler le retard qu’avait provoqué son
abandon par le pays d’origine.

Il n’y a pas de citoyens de seconde zone au Canada,
mais les obligations qu’ont les groupes ethniques à
l’égard des cultures qu’ils ont amenés avec eux doivent
être secondaires par rapport aux obligations qu’ils ont

This training in adjustment is excellent not only for
the ethnies but for all Canadians. Every individual
citizen, every group, every Province in Canada, must
learn to adjust their claims and their aspirations, no
matter how worthy, and make them secondary to
their duties towards Canada and her great potential as
a nation. This is particularly necessary in these years
of interna] stress and strain.

One can widen the horizon. It is a training which
every nation needs because of local wars and threats of
wars which keep the world in a constant state of
brinkmanship. Nations, no matter how powerful,
must, in the world scene, make their aspirations
secondary to a much needed duty to a world huma-
nity.

The training and the adjustments which the ethnic
groups in Canada have applied to themselves, and
which are embodied in the objectives objectives of the

Canada Press Club, are of universal value and should

be made available throughout the world.

Because of the limited time and the absence of a
number of our exécutive, it was most difficult for
those present to make a formal presentation to this
Joint Committee on the Constitution of Canada. We
have, therefore, prepared and are pleased to present at
this time on the attached sheet a list of résolutions
which were passed by the Canada Press Club of
Winnipeg for serious considération by your Com-
mitteé.

CANADA PRESS CLUB OF WINNIPEG

Be it Resolved as follows:

1. Canada is a bilingual country.

2. Our Canadian nation is made up of peoples of
many cultural backgrounds. Therefore, it must be
recognized that Canada is a multicultural country.
This multi-culturalism must be given recognition in
any new Constitution or amendments to the present
Constitution.

3. The Ethnic Press of Canada feels very strongly
that in spite of numérous presentations made in regard
to the position of the Ethnic Press and their extensive
services to the various commissions, to which our
briefs and presentations have been made, they were
almost completely ignoréd and in this regard we feel
that these commissions are disregarding the multi-
cultural nature of Canada.

aucune-mu_..- m .. .

Constitution of Canada

September l0, 1970

dans leur nouvelle patrie, que ce soit â l’échélon
national ou international.

Cet apprentissage d’adaptation est excellent non
seulement pour les membres des minorités ethniques,
mais également pour tous les Canadiens. Chaque
citoyen, chaque groupe, chaque province du Canada
doit apprendre â mitiger ses prétentions et ses aspira-
tions, quelle que soit leur importance, et à les subor-
donner aux obligations qu’il a â l’égard du Canada et
de sa puissance en tant que nation. Ceci s’impose tout
particulièrement au cours de ces années de tension et
de dissension.

On peut dépasser cette perspective et dire que c’est
un apprentissage dont a besoin toute nation en raison
des guerres locales et des menaces de guerre qui font
que le monde se trouve constamment au bord du
gouffre. Toutes puissantes qu’elles soient, les nations
doivent, â l’échelle du monde subordonner leurs
aspirations aux obligations qu’elles ont â l’égard de
toute l’humanité.

L’apprentissage et l’adaptation qu’ont mis en
pratique eux-mêmes les groupes ethniques du Canada
et qui sont repris dans les objectifs du Canada Press
Club sont d’application universelle et devraient s’appli-
quer dans le monde entier.

En raison du peu de temps dont nous disposions et
en raison d’un certain nombre de membres de notre
bureau de direction, il a été assez difficile à ceux qui
sont présents de remettre un document dans les
formes voulues au Comité mixte sur la Constitution du
Canada. Nous avons donc rédigé et nous sommes
heureux de vous remettre maintenant, sur la feuille
ci-jointe, une liste des résolutions que le Canada Press
Club de Winnipeg a adoptées et sur lesquelles il désire
particulièrement attirer l’attention de votre Comité.

LE CANADA PRESS CLUB

[la été arrêté que:
1. Le Canada est un pays bilingue.

2. La nation canadienne se compose de peuples
d’horizons culturels multiples. Il y a donc lieu de
considérer le Canada comme un pays pluriculturel.
Toute nouvelle constitution ou toute modification â la
constitution doit consacrer ce principe de pluricultura-
lisme.

3. La presse des minorités ethniques du Canada
estime très sincèrement qu’en dépit des nombreux
mémoires dans lesquels elle voit définir son attitude et
les grands services qu’elle a rendus aux diverses
commissions auxquelles ont été remis nos mémoires et
nos exposés, on ne tient pas compte de son avis et elle
estime qu’en agissant de cette façon, les commissions

méconnaissent le caractère pluriculturel du Canada.

waçgva,swrsæmuiemswmneærz-«mmæwrrv. yak

l0 septembre 1970

4. F urther évidence of the failure o
of Canada to recognize the multi-c
our country is in their lack of incen
in order to implement représentation
of State and to the Canada Cour
assistance towards the continuation c
historical “Canada Ethnica” séries of
and F rench.

5. The usefulness and value of inte
in different parts of Canada have ‘
lished. We urge that this service be e
the central principle be considered in
this service by the cosmopolitan natu
of Canada.

6. All immigrants must wait 5 years
become a Canadian citizen and excer
Britain, these immigrants must wait
before they have the privilégé of votir
these éxisting discriminatory measure
grants from elsewhere other than the
rémoved from any new or revised Cons

22411-61/2

September l0, 1970

telle patrie, que ce soit à l’échélon
rnational.

sage d’adaptation est excellent non
les membres des minorités ethniques,

pour tous les Canadiens. Chaque
groupe, chaque province du Canada
â mitiger ses prétentions et ses aspira-
e soit leur importance, et à les subor-
gations qu’il a â l’égard du Canada et
en tant que nation. Ceci s’impose tout
au cours de ces années de tension et

ser cette perspective et dire que c’est
dont a besoin toute nation en raison
es et des menaces de guerre qui font
;e trouve constamment au bord du
puissantes qu’elles soient, les nations
telle du monde subordonner leurs
Jbligations qu’elles ont à l’égard de

et l’adaptation qu’ont mis en
nes les groupes ethniques du Canada
s dans les objectifs du Canada Press
sation universelle et devraient s’appli-
lé entier.

:u de temps dont nous disposions et
rtain nombre de membres de notre
an, il a été assez difficile à ceux qui
remettre un document dans les
Comité mixte sur la Constitution du
ons donc rédigé et nous sommes
remettre maintenant, sur la feuille
des résolutions que le Canada Press
a adoptées et sur lesquelles il désiré
ztirer l’attention de votre Comité.

ANADA PRESS CLUB

un pays bilingue.

nadienne se compose de peuples
ls multiples. Il y a donc lieu de
ada comme un pays pluriculturel.
[stitution ou toute modification â la
Jnsacrer ce principe de pluricultura-

: minorités ethniques du Canada
ament qu’en dépit des nombreux
uels elle voit définir son attitude et
s qu’elle a rendus aux diverses
elles ont été remis nos mémoires et
tient pas compte de son avis et elle
nt de cette façon, les commissions .
ractère pluriculturel du Canada.

l0 septembre 1970

4. Further évidence of the failure of the Govermnent
of Canada to recognize thé multi-cultural nature of
our country is in their lack of incentive to take steps
in order to implement représentations to the Secrétary
of State and to the Canada Council in regard to
assistance towards the continuation of the worthy and
historical “Canada Ethnica” séries of books in English
and French.

5. The usefulness and value of international centres
in different parts of Canada have been well estab-
lished. We urge that this service be enlarged and that
the central principle be considered in the extension of

this service by the cosmopolitan nature of the people
of Canada.

6. All immigrants must wait 5 years before they can
become a Canadian citizen and excepting those from
Britain, these immigrants must wait at least 5 years
before they have the privilégé of voting. We urge that
these éxisting discriminatory measures against immi-
grants from elsewhere other than the British Isles, be
rémoved from any new or revised Constitution.

22411-61/2

Constitution du Canada 8 z 83

4. Une autre preuve de l’incapacité du gouvernement
du Canada à reconnaître le caractère pluriculturel de
notre pays est le peu de bon vouloir qu’il manifeste
pour prendre les mesures qui s’imposent pour faire
appliquer les’ recommendations qu’il a adressées au
secrétariat d’Etat et au Conseil des arts du Canada en
ce qui concerne la continuation de la publication de la
très intéressante série de livres historiques «Canada
Ethnica» en anglais et en français.

5. Il n’est plus besoin de prouver l’utilité et l’intérêt
des centres internationaux dans les différentes régions
du Canada. Nous recommandons qu’on développé ce
service et que ce développement se fasse en fonction
de la nature cosmopolite du peuple canadien.

6. Tous les immigrants doivent attendre cinq ans
avant d’obtenir la citoyenneté canadienne à l’excep-
tion des Britanniques. Ils doivent attendre au moins
cinq ans avant d’avoir le droit de voter. Nous recom-
mandons qu’on supprime, dans toute nouvelle consti-
tution ou toute constitution modifiée, les mesures
discriminatoires qui existent â l’encontre des irnmi-
grants qui ne viennent pas des Iles Britanniques.

8′: 84 Constitution of Canada

APPENDIX “K”
BRIEF
submitted to

The Special Joint Committee of the

Senate and House of Commons on the

CONSTITUTION OF CANADA
by

The J aycée Units of Metropolitan Winnipeg

PREAMB LE

One of the basic tenets of the Canada Jaycees is
“Canadianism”. Each unit within the Canada Jaycees
has undertaken to stimulate a vigorous Canadian
national sentiment and to portray Canada for Cana-
dians by making them more conscious and apprecia-
tive of their héritage and the Canadian way of life.
Embraced within this is the recognition that change
and progress in the Canadian Constitution and govern-
ment policies are necessary in order to achiévé a
greater national unity. When the announcement was
made that the joint committee of thé Senate and of
thé House of Commons on the Constitution of Canada
and the British North America Act would hold
public hearings, the Jaycee Units in Metropolitan
Wmmpeg decided to submit a joint brief to the
Committee. These units comprise Winnipeg, St. J ames-
Assiniboia, St. Vital, St. Boniface, and Transcona.

In a newspaper article accompanying the notice of
hearings there appeared the phrase “What do I want
Canada to be? ”. It is to this question that this brief is
directed. Some of the recommendations deal solély
with government policy and do not nécessarily require
a constitutional amendment whereas other recommen-
dations, in order to be irnplementéd, would require
making provision theréfor in a constitution. This
submission is not intended as an exhaustive review of
all matterswithin the Committee’s terms of reference
but includes only those areas which wé found topical
and upon which wé felt compétent to comment in
view of thé limited préparation time between the
announcement of thé hearings and the submission of
the brief.

September l0, 1970

APPENDICE <>
MÉMOIRE
présenté au

Comité mixte spécial

Du Sénat et de la Chambre des Communes

CONSTITUTION DU CANADA
Par

Les J .C. du district de Winnipeg

PRÉAMBULE

Un des principes fondamentaux des J .C. du Canada
est le <>. Les divers groupes qui appar-
tiennent aux J .C. du Canada ont entrepris, les uns et
les autres, d’éveiller un vigoureux sentiment national
canadien et de donner aux Canadiens une imagé
véritable du Canada, en les rendant plus conscients et
plus fiers aussi bien de leur héritage que du stylé de vie
canadien. Or, cela implique la reconnaissance du fait
que, si on veut obtenir une plus grande unité natio-
nale, des changements et des améliorations doivent
être apportés, â la fois, dans la constitution canadienne
et dans la politique gouvernementale. Aussi, quand il
fut annoncé que le comité mixte du Sénat et de la
Chambre des communes tiendrait des séances d’audi-
tions publiques sur la Constitution du Canada et sur la
Loi pour l’Amérique du Nord britannique, les sections
des J.C. pour le district de Winnipeg décidèrent de
présenter conjointement un mémoire au Comité. Ces
sections comprennent celles de Winnipeg, St. James-
Assiniboia, St. Vital, St. Boniface et Transcona.

Dans un article de journal qui accompagnait
l’annonce des auditions, on pouvait lire l’expression
«Comment voulez-vous le Canada? >>. C’est à cette
question que le présent mémoire essaie de répondre.
Quelques-unes des recommandations qu’il contient
concernent uniquement la politique gouvernementale
et nîmpliquent pas nécessairement des amendements
constitutionnels tandis que d’autres, pour passer dans
la réalité, demanderaiént que quelque chose soit prévu
à cet effet dans une constitution. Ce texte n’entend
pas procéder â une revue exhaustive de tous les
sujets qui entrent dans les attributions du Comité mais
il se limité aux domaines que nous avons jugés
d’intérêt actuel et dans lesquels nous nous estimons
qualifiés pour apporter nos idées, d’autant qu’il a fallu

l0 septembre 1970

Such matters as the modernizing o
division of powers to ensure éxclusi
the Parliament of Canada over such rr.
nications, éxternal affairs and the
natural resources; or providing for cc
tion in such matters as médical care
putting teeth back into the Tradé
power, are all desérving of specifr
specific recommendations. It is regre
not possible for us to give these
considération to enable us to make sp«
dations.

INDEX

Summary of Recommendations
The Monarchy

Canadian Sovéreignty

The Senate

Education

Bilingualism and Biculturalism

Immigration

SUMMARY OF RECOMMEND

I. The Monarch y

That the concept of the English Cro
head of the federal and provincial g
retained for the present.

II. Canadian Sovéreignty

1. That Canada develop and déal
resources in such a way so as not to
other interest in favor of foreign COI
irrevocably obligate Canada to those o
the future.

2. That Canada attempt so far as :
develop without obligation to other c
natural resources and that such deve
domestic purposes and advantage b
commitment to uncontrolled economi

September 10, 1970 l0 septembre 1970 Constitution du Canada 8 ; 35

le préparer dans le temps très limité qui s’est écoulé
entre l’annonce des auditions et la présentation des
mémoires.

APPENDICE <>

MÉMOIRE Such matters as the modernizing or clarifying of the Des sujets comme la modernisation et la clarification
vision of powers to ensure exclusive jurisdiction of de la division des pouvoirs afin de réserver de façon
the Parliament of Canada over such matters as commu- effective au Parlement du Canada une juridiction
nications, external affairs and the exportation of exclusive sur des matières comme les communications,
natural resources; or providing for concurrent jurisdic- les affaires étrangères et l’exportation des ressources
tion in such matters as médical care and welfare or to naturelles; ou encore l’octroi d’uné juridiction associée
putting teeth back into the Tradé and Commerce dans des matières comme les soins médicaux, l’assis-

présenté au

Comité mixte spécial l

.t et de la Chambre des Communes

STITUTION DU CANADA
Par

LC. du district de Winnipeg

PRÊAM_BULE

es fondamentaux des J .C. du Canada
isme». Les divers groupes qui appar-
L du Canada ont entrepris, les uns et
llér un vigoureux sentiment national
donner aux Canadiens une image
.da, en les rendant plus conscients et
an de leur héritage que du style de vie
a implique la reconnaissance du fait
>bténir une plus grande unité natio-
rnénts et des améliorations doivent
fois, dans la constitution canadienne
ue gouvernementale. Aussi, quand il
le comité mixte du Sénat et de la
zmunes tiendrait des séances d’audi-
r la Constitution du Canada et sur la
ue du Nord britannique, les sections
district de Winnipeg décidèrent de
ement un mémoire au Comité. Ces
lent celles de Winnipeg, St. James-
.l, St. Boniface et Transcona.

a de journal qui accompagnait
itions, on pouvait lire l’expression
-vous le Canada? ». C’est à cette
ésent mémoire essaie de répondre.
recommandations qu’il contient
nent la politique gouvernementale
; nécessairement des amendements
Idis que d’autres, pour passer dans
aient que quelque chose soit prévu
e constitution. Ce texte n’entend
Ie revue exhaustive de tous les
ms les attributions du Comité mais
lomaines que nous avons jugés
rlans lesquels nous nous estimons
ter nos idées, d’autant qu’il a fallu

power, are all deserving of specific treatment and
specific recommendations. It is regretted that it was
not possible for us to give these items adéquate
considération to enable us to make specific recommen-

dations.

INDEX
Summary of Recommendations
The Monarchy
Canadian Sovéreignty
The Senate

Education

Bilingualism and Biculturalism

Immigration

SUMMARY OF RECOMMENDATIONS

I. 771e Monarch y

That the concept of the English Crown as the titular
head of the federal and provincial govemements be
retained for the present.

Il. Canadian Sovereignty

1. That Canada develop and deal with its natural
resources in such a way so as not to create vested or
other interest in favor of foreign countries that may

irrevocably obligate Canada to those other countries in
the future.

2. That Canada attempt so far as is practicable to
develop without obligation to other countries its own
natural resources and that such development be for
domestic purposes and advantage but without the
commitment to uncontrolled economic growth.

tance sociale ou les freins à passer aux puissances de
l’Industrie et du Commerce constitueraient certes des
sujets dignes de considération et de recommandations
spéciales. Il est à regretter qu’il ne nous ait pas été
possible d’accorder â ces derniers points une attention
suffisante pour nous mettre à même de proposer des

recommandations en conséquences.

INDEX

Sommaire des recommandations
La Monarchie

La Souveraineté canadienne

Le Sénat

L’Éducation

Le Bilinguisme et le biculturalisme

L’irnmigration

SOMMAIRE DES RECOMMANDATIONS

l. La Monarchie

Que l’on conserve, pour le présent, le concept de la
couronne anglaise comme le chef en titre du gouverne-
ment fédéral et des gouvernements provinciaux.

II. La souveraineté canadienne

1. Que le Canada développe et gère ses ressources
naturelles d’une manière telle qu’on ne crée pas de
dévolutions ou d’autres cessions dîntérêts, en faveur
de pays étrangers, dont pourraient résulter pour le
Canada, envers ces pays, des obligations irrévocables
engageant l’avénir.

2. Que le Canada essaye, dans la mesure du possible,
de développer ses propres ressources naturelles sans
contracter d’obligation envers les autres pays et qu’un
semblable développement réponde aux objectifs et aux
intérêts de l’économie nationale mais sans s’aban-

8 : 86 Constitution of Canada

III. The Senate

1. That the Senate be restructured so as to give each
province equal voice in its affairs.

2. That each province elect or appoint its own
représentatives to the Senate.

3. That considération be given to defining a new role
for the Senate that will make equal provincial partici-
pation meaningfuL

I V. Education

1. That the subject matter of education be a dual
federal/provincial responsibility in the same manner as
“agriculture and immigration” is dealt with in Section
95 of the British North America Act.

V. Bilingualism and Biculturalism

1. That the constitution provide that French and
English be made national languages.

2. That the subject matter “language rights” be
within the exclusive jurisdiction of thé Parliament of
Canada.

3. That in the exercise of its jurisdiction with respect
to “language rights” the Parliament of Canada imple-

ment bilingualism gradually through the schools in
each province.

4. That the constitution make it clear that the term
“language rights” includes the power to interfere
directly and t0 trench upon any jurisdiction which a
province may have with respect to education general-
ly.

VI. Immigration

l. That Canada institute a visa system for all persons
entering Canada and that arrangements be made for
the granting cf visitors’ visas valid for up to three
months by immigration officials at all points of entry
to Canada for those persons who are United States
citizens or British subjects.

2. That contact be maintained with those persons
entering Canada as visitors to insure that they do not

illegaly remain in Canada after the expiration of their
visa.

3. That persons who enter Canada as visitors and
who, while still in Canada, apply for “landed immi-
grant status” be in no better position with respect to
the application than if they had made application for a

September l0, 1970

donner pour autant à une croissanœ incontrôlée de
l’économie.

III. Le Sénat

l. Qu’on réorganisé le Sénat de sorte que chaque
province reçoive voix égale au chapitre.

2. Que chaque province élise ou nomme ses propres
représentants au Sénat.

3. Que l’on tente de définir de manière nouvelle, le
rôle du Sénat de sorte que l’égale participation des
provinces y reçoive une signification effective.

IV. L education

1. Que la question de l’éducation soit placée sous la
doublé responsabilité de la fédération et des provinces
comme cela a lieu en matière d’«agriculture et immi-
gration» selon les termes de l’article 95 de la Loi pour
l’Amérique du Nord britannique.

V. Bilinguisme et biculturalisme

1. Que la constitution prévoie que le français et
l’anglais soient reconnus langues nationales.

2. Que la question <<législation linguistique>> tombe
sous l’exclusivé juridiction du Parlement du Canada.

3. Qu’en exerçant sa juridiction en matière de
<<législation linguistique>> le Parlement du Canada veille
à l’implantation graduelle du bilinguisme dans les
écoles de toutes les provinces.

4. Que la constitution stipule clairement que le
terme de «législation linguistique» comprend le
pouvoir d’intervenir directement et d’empiétér sur
tout domaine laissé â la juridiction de la province
lorsqu’il concerne l’éducation en général.

VI. Immigration

1. Que le Canada institue un système de visas pour
toutes les personnes entrant en ce pays et que des
dispositions soient prises pour que les autorités
d’iInmigration puissent accorder, â tous les points
d’entrée au Canada, des visas de visiteurs, valables
jusqu’à trois mois à tous citoyens américains ou sujets
britanniques.

2. Que l’on garde contact avec ces ressortissants qui
entrent au Canada comme visiteurs de manière â
s’assurer qu’ils ne restent pas au Canada après l’expira-
tion de leur visa.

3. Que les personnes qui entrent au Canada comme
visiteurs et qui, pendant leur séjour, font une demande
pour < pas en meilleure posture, eu égard â leur demande, que

l0 septembre 1970

landed immigrant visa while resid
of origin.

THE MONARCI

Since 1867, the history of Can:
ced by a slow but sure alienatic
Kingdom. From the repeal of
ValidityAct, the passing of the Sta
in 1931, the independent role in
making of the Supréme Court of 4
last resort in 1949, our own fla
Canada” as our National Anthem
the estrangement. Inevitably the L
indeed the Crown has become mon
passing generation, fortunatély or
pending on how you view the r
Crown becomes more irrelevant.

At the present time, passions a1
against the Monarchy. Those oppc
chy have livéd with it for many yeaJ
able to live with it for a few more yc
who favor the Monarchy hold deép
tions, and should the Monarchy lose
now holds, the résultant disaffecti< would créate a climate which wou] conducive to Canadian unity. With each new generation, thé hi; ing towards the Monarchy become déed, it would not be surprising 1 taken amongst those persons betv twénty-five years of age that a antipathy towards the Monarchy wc No change in the position of thé CI head of thé govemements in Canac this time because of the conséquent submission that the trend towards a1 British Crown will continue to évo the concept will wither on the vine. fmally cut, there will be little nation: CANADIAN SOVEREIG Our country has been blessed with natural resources in the form of – pulpwood and water. The control resources which is already in the hz Corporations has been notoriously late. The overt désires of our néighb to establish a continental energy pol are pure indications of a future threa m September l0, 1970 tant à une croissance incontrôlée de ganise le Sénat de sorte que chaque voix égale au chapitre. : province élise ou nomme ses propres Sénat. nte de définir de manière nouvelle, le e sorte que l’égale participation des ve une signification effective. tion de l’éducation soit placée sous la ilité de la fédération et des provinces :u en matière d’«agriculture et immi- : termes de l’article 95 de la Loi pour rrd britannique. biculturalisme stitution prévoie que le français et ronnus langues nationales. tion «législation linguistique» tombe ridiction du Parlement du Canada. gant sa juridiction en matière de nique» le Parlement du Canada veille graduelle du bilinguisme dans les s provinces. ;titution stipule clairement que le tation linguistique>> comprend le
nir directement et d’empiéter sur
ssé à la juridiction de la province
l’éducation en général.

.a institue un système de visas pour
les entrant en ce pays et que des
t prises pour que les autorités
ssent accorder, à tous les points
la, des visas de visiteurs, valables
â tous citoyens américains ou sujets

e contact avec ces ressortissants qui
a comme visiteurs de manière â
estent pas au Canada après l’expira-

mes qui entrent au Canada comme
dant leur séjour, font une demande
1 d’irnmigrant reçu» ne se trouvent
sture, eu égard â leur demande, que

l0 septembre 1970

landed immigrant visa while resident in their country
of origin.

THE MONARCHY

Since 1867, the history of Canada has been eviden-
ced by a slow but sure alienation from the United
Kingdom. From the repeal of the Colonial Laws
Validity Act, the passing of the Statute of Westminster
in 1931, the independent role in external affairs, the
making of the Supreme Court of Canada the Court of
last resort in 1949, our own flag, the stress on “O
Canada” as our National Anthem, have all added to
the estrangement. Inevitably the United Kingdom and
indeed the Crown has become more remote. With each
passing generation, fortunatély or unfortunately, de-
pending on how you view the matter, the English
Crown becomes more irrelevant.

At the present time, passions are aroused for and
against the Monarchy. Those opposed to the Monar-
chy have lived with it for many years and are probably
able to live with it for a few more years. Those persons
who favor the Monarchy hold deep emotional convic-
tions, and should the Monarchy lose the place which it
now holds, the resultant disaffection of these people
would create a climate which would certainly not be
conducive to Canadian unity.

With each new generation, the high emotional feel:

ing towards the Monarchy becomes less intense; in-
deed, it would not be surprising that if a poll was
taken amongst those persons between fifteen and
twenty-five years of age that a strong feeling of
antipathy towards the Monarchy would be the result.

No change in the position of the Crown as the titular
head of the govemements in Canada is suggested at
this time because of the conséquent disunity. It is our
submission that the trend towards alienation with the
British Crown will continue to evolve naturally and
the concept will wither on the vine. When the vine i5
fmally cut, there will be little national trauma.

CANADIAN SOVEREIGNTY

Our country has been blessed with an abundance of
natural resources in the form of minerals, timber,
pulpwood and water. The control of our natural
resources which is already in the hands of American
Corporations has been notoriously documented of
late. The overt desires of our neighbor the the South
to establish a continental energy policy and oil policy
are pure indications of a future threat t0 the Canadian

Constitution du Canada 8 : 87

si elles Pavaient adressée de leur pays d’origine alors
qu’elles y résidaient encore.

LA MONARCHIE

Depuis 1867, Fhistoire du Canada n’a cessé de

manifester une lente mais indubitable distension de ses
liens avec le Royaume-Uni. Depuis le rejet du Colonial
Laws Validity Act, le vote du Statute of Westminster
en 1931, la conduite indépendante des affaires exté-
rieures, la constitution de la Cour suprême du Canada
en cour de premier ressort en 194_9, l’adoption de
notre drapeau, Paccent mis sur l’«Ô Canada» comme
hymne national, voilà autant de faits qui ont accru la
séparation. Conséquence inévitable, le Royaume-Uni
et même en vérité la Couronne sont devenus plus
lointains. Au fur et â mesure que les générations se
succèdent, qu’on s’en réjouisse ou qu’on le déplore,
cela dépend des points de vue sur la question, la
couronne anglaise devient plus inactuelle.

Des passions sélèvent, en ce moment, pour ou
contre la Monarchie. Ceux qui s’opposent à la Monar-
chie ont vécu avec elle pendant de nombreuses années
et sont sans doute capables de vivre encore avec elle
quelques années de plus. Les gens qui tiennent â la
Monarchie, lui gardent de profondes attaches senti-
mentales et, si elle venait à perdre la place qu’elle
occupe maintenant, la désaffection qui s’ensuivrait
chez ces gens serait de nature à créer un climat qui ne
serait certainement pas favorable â l’unité canadienne.

Chaque nouvelle génération voit baisser davantage la
vigueur des sentiments qui s’attachaient â la Monar-
chie; il ne serait pas surprenant, en vérité, qu’un
sondage effectué chez les personnes agées de quinze â
vingt-cinq ans révélerait un violent sentiment d’anti-
pathie envers la Monarchie.

Si on ne suggère aucun changement, pour le
moment, dans la situation de la Couronne comme chef
en titre des gouvernements au Canada, c’est â cause de
la désunion susceptible d’en résulter. Mais nous avons
l’impression que le courant vers une séparation crois-
sante d’avec la couronne anglaise continuera d’avancer
naturellement, et que le concept séchera sur pied.
Quand en fin de compte on coupera le cep, la nation
n’en ressentira guère de blessure.

LA SOUVERAINETÊ CANADIENNE

Notre pays a été gratifié d’une abondance de res-
sources naturelles sous forme de minéraux, de bois, de
pâte â papier et d’eau. Le contrôle de nos ressources
naturelles déjà tombé entre les mains de sociétés
américaines a fait récemment l’objet de documents
notoires. La volonté avouée que manifeste notre voisin
méridional d’organiser une politique énergétique et
une politique pétrolière â l’échelle du continent, sont

8:88

control of its own natural resources. It is unquestioned
that the United States not only covets our natural
resources but actually requires them in order to
maintain its position of economic dominance and the
rate of expansion necessary to insure that there is no
drop in the standard of living. (Sec “Projected Cana-
dian Exports to U.S.” attached)

Does Canada wish to take the position that we
should only share our resources if the price is right
from a dollars and cents point of view? It is submitted
that this philosophy should have no place in current
Canadian thinking. This is not to say that Canada
ought under no circumstances sell its natural resources
whether they be oil or water, to the United States;
indeed, there are many occasions where it is right to
do so. There are two caveats which must be in the
forefront of any policy in this regard. The first is that
the sharing of our natural resources with the United
States must not make us irrecovably committed in the
future to continue the supply—it must not give rise to
what the Americans call “vested interests” which
make it improper to cease to share. Canada must not
be estopped from reclaiming for its own self its own
natural resources. The second is that Canada should as
far as possible exercise such influence upon the pur-
chasers of our natural resources as will persuade them
to take steps to prevent the pollution of the world
environment which could result from a commitment
to uncontrolled economic growth.

As far as possible, Canada should attempt to exploit
its own natural resources in Canada, but again taking
our lessons from galloping economic expansion in such
places as United States and Japan, such exploitation
should not be to the detriment of the environment.

Although these matters are perhaps inappropriate t0
be embodied in a constitution, it is our submission
that our natural resources are for the benefit of
mankind and ought not to be used indirectly to the
detriment of humanity.

THE SENATE

At each Provincial Premier’s Conférence one hears
from the West cries of discrimination by Ottawa

Constitution of Canada

September l0, 1970

des signes patents de la menace qui plane sur le Canada
quant au contrôle de ses propres ressources naturelles.
Il n’y a pas le moindre doute que les États-Unis, non
seulement, convoitent nos ressources naturelles mais
encore en ont besoin pour maintenir leur prépondé-
rance économique aussi bien que le taux d’expansion
qu’exige le maintien du niveau de vie (Voir â ce propos
la feuille ci-jointe sur «Les perspectives d’exportations
canadiennes aux U.S.A.»).

Le Canada entend-il adopter la position qui consis-
terait à donner nos ressources en partage à la seule
condition que le prix payé en dollars et en cents soit
convenable? On se permet d’avancer que cette
philosophie n’a pas de place dans la manière de penser
qui prévaut â l’heure actuelle au Canada. Ceci ne
revient pas à dire que le Canada ne devrait jamais
vendre, sous aucun prétexte, ses ressources naturelles,
qu’il s’agisse d’eau ou de pétrole, aux Etats-Unis, car il
y a de nombreuses circonstances, en vérité, où il est
bon de le faire. Mais il y a deux clauses de sauvegarde
qui devraient se trouver au premier plan de toute
politique en ce domaine. La première est que la
participation des Etats-Unis à l’exploitation de nos
ressources naturelles ne constitue pas de notre part un
engagement irrévocable à en continuer indéfiniment la
livraison dans l’avenir;—en d’autres termes cette parti-
cipation ne doit pas provoquer ce que les Américains
appellent une «dévolution dïntérêts», nous enlèvent le
droit d’y mettre un terme. Le Canada doit pouvoir
revendiquer, pour son propre usage, les ressources
naturelles qui lui appartiennent. La seconde clause est
que le Canada devrait user de toute l’influence dont il
est capable pour persuader les acquéreurs de nos
ressources naturelles de prévenir, par des mesures
effectives, la pollution dont aurait à souffrir l’environ-
nement si on s’abandonnait â une croissance écono-
mique sans contrôle.

Autant qu’il est possible, le Canada devrait essayer
d’exploiter sur place, c’est-à-dire au Canada même, ses
propres ressources, mais encore une fois nous devrions
retenir les leçons que nous donnent les expansions
économiques gallopantes comme celles des Etats-Unis
ou du Japon, pour que l’exploitation ne se fasse pas au
détriment de l’environnement.

Bien que ces questions ne soient peut-être pas de
celles qu’il convienne d’incorporer â une constitution,
nous tenons à souligner que nos ressources naturelles
sont des bienfaits pour les hommes et, par conséquent,
ne devraient pas être utilisées, de manière indirecte, â
leur détriment.

LE SÉNAT

Il n’y a pas une seule entrevue avec le Premier
ministre de l’une ou l’autre province où l’on n’entende

l0 septembre 1970

against the West in favor of the ]
an apparent appeasement of
about the concentration of indI
government services in the East,i
ization treatment, disparate sou
tween the provinces, the remova
Overhaul Base to Montreal, the u
67 losses to the tune of 250
apparent cavalier treatment of tl
culture in the Western Provinces, 1
Bases at Gimli and Rivets, et ce1
erner the impression that althou
equal, some are more equal than o

These mutterings of discontent n
a basis in fact, but the point is that
council in which the provinces ar
wilderness. What is needed is a res
in the British North America .
regional body that will give an
provincial interests.

It is suggested that the Senate mi
It is not intended here to sug;
restructured Senate, but it is su
ought to be equal provincial reg
Senate.

Such a recommendation with na
be a milksop in the absence of a
role of the Senate in the managemt
affairs. Let us bring back the orig
Senate as truly representing all re,
Membership in the Senate ought
for political service but each ç
entitled to elect or appoint its own
new Senate for a fixed term. It is
the role of the new Senate should
of the House of Commons, howe
provincial or regional incentive _r
Canadian Development Corporatic
ters dealing with regional or provir
be undertaken by the new Senate.
new Senate must be such that the 1
atives can actually translate into ac
the provinces as opposed to the i
power.

September l0, 1970

le la menace qui plane sur le Canada
de ses propres ressources naturelles.
indre doute que les États-Unis, non
tent nos ressources naturelles mais
oin pour maintenir leur prépondé-

aussi bien que le taux d’expansion
n du niveau de vie (Voir â ce propos

:ut << Les perspectives d’exportations S. A. >> ).

Ld »ü adopter la position qui consis-
>s ressources en partage â la seule
rix payé en dollars et en cents soit
se permet d’avancer que cette
l de place dans la manière de penser
:ure actuelle au Canada. Ceci ne
que le Canada ne devrait jamais
prétexte, ses ressources naturelles,
ou de pétrole, aux États-Unis, car il
. circonstances, en vérité, où il est
is il y a deux clauses de sauvegarde
rouver au premier plan de toute
Lomaine. La première est que la
îtats-Unis à l’exploitation de nos
s ne constitue pas de notre part un
able à en continuer indéfiniment la
1ir;—en d’autres termes cette parti-
s provoquer ce que les Américains
lution d’intérêts>>, nous enlèvent le
n terme. Le Canada doit pouvoir
son propre usage, les ressources
vpartiennent. La seconde clause est
Lit user de toute l’influence dont il
persuader les acquéreurs de nos
:s de prévenir, par des mesures
an dont aurait à souffrir l’environ-
ndonnait â une croissance écono-

vossible, le Canada devrait essayer
=, c’est-à-dire au Canada même, ses
nais encore une fois nous devrions
ue nous donnent les expansions
mtes comme œlles des États-Unis
ue l’exploitation ne se fasse pas au
nnement.

stions ne soient peut-être pas de
e d’incorporer à une constitution,
gner que nos ressources naturelles
ur les hommes et, par conséquent,
: utilisées, de manière indirecte, à

LE SÉNAT

seule entrevue avec le Premier
l’autre province où l’on n’entende

m…”

l0 septembre 1970

against the West in favor of the East and in particular
an apparent appeasement of Quebec. Complaints
about the concentration of industry and all federal
government services in the East, inadéquate tax equal-
ization treatment, disparate sources of revenue be-
tween the provinces, the removal of the Air Canada
Overhaul Basé to Montreal, the underwriting of Expo
67 losses to the tune of 250 million dollars, the
apparent cavalier treatment of those engaged in agri-
culture in the Western Provinces, the closing of the Air
Bases at Gimli and Rivers, et cetera, give to a west-
emer the impression that although all provinces are
equal, some are more equal than others.

These mutterings of discontent may or may not have
a basis in fact, but the point is that there is no political
council in which the provinces are but a voice in the
wilderness. What is needed is a retum to the concept
in the British North America Act of some truly
regional body that will give an adéquate voice to
provincial interests.

It is suggested that the Senate might be such a body.
It is not intended here to suggest specifics of a
restructured Senate, but it is submitted that there
ought to be equal provincial représentation in the
Senate.

Such a recommendation with nothing more would
be a milksop in the absence of a redéfinition of the
role of the Senate in the management of the country’s
affairs. Let us bring back the original concept of the
Senate as truly representing all regional jurisdictions.
Membership in the Senate ought not to be a reward
for political service but each province should be
entitled to elect or appoint its own représentatives to a
new Senate for a fixed term. It is not suggested that
the role of the new Senate should usurp the function
of the House of Commons, howevér matters such as
provincial or regional incentive grants to industry,
Canadian Development Corporations and other mat-
ters dealing with regional or provincial disparity could
be undertaken by the new Senate. In other words, the
new Senate must be such that the provincial represent-
atives can actually translate into action the interests of
the provinces as opposed to the interests of political
power.

Constitution du Canada 8 ‘ 89

des récriminations en provenance de l’Ouest au sujet
de la discrimination dont ferait preuve Ottawa au
détriment de l’Ouest et en faveur de l’Est, plus
précisément pour obtenir un apparent apaisement
au Québec. On se plaint de la concentration dans l’Est
de l’industrié et de tous les services du gouvernement
fédéral, de la défectueuse péréquation des impositions,
de l’inégalité entre les provinces quant aux sources de
revenus dont elles disposent, du transfert â Montréal
des installations de contrôle d’Air Canada, des garanties
accordées à Expo 67 pour couvrir ses pertes jusqu’à
concurrence de 250 millions de dollars, du traitement
apparemment cavalier dont sont victimes les popula-
tions agricoles des Provinces occidentales, de la ferme-
ture des bases aériennes de Gimli et Rivers, etc., ce qui
donne â un habitant de l’Ouest Pimpression que si
toutes les provinces sont égales, certaines cependant
ont part plus que d’autres â l’égalité.

Nous ne savons si ces murmures de mécontement
sont fondés ou non dans les faits, mais il est sûr qu’il
n’y a pas d’assemblée politique où les provinces ne
soient plus qu’une voix dans le désert. Il est donc
nécessaire de revenir au concept posé dans la Loi sur
l’Amérique du Nord britannique, c’est-â-dire â celui
d’un collège vraiment régional où les intérêts pro-
vinciaux pourraient faire entendre leur voix comme
elle le mérite.

Nous suggérons que le Sénat pourrait être un tel
collège. Certes nous n’entendons pas formuler ici des
propositions précises pour la réorganisation du Sénat,
mais nous nous permettons d’exprimer l’avis que les
provinces devraient avoir au Sénat une égale représen-
tation.

Semblable recommandation sans rien de plus serait
un coup de bâton dans Peau, si on ne redéfinissait pas
le rôle du Sénat dans l’administration des affaires du
pays. Qu’on revienne donc au concept originel du
Sénat, qui faisait de celui-ci la représentation véritable
de toutes les instances régionales. On ne devrait pas
regarder l’accession au Sénat comme la récompense
d’une carrière politique, mais il conviendrait d’accor-
der à chaque province le droit d’élire ou de nommer
ses propres représentants, lors du renouvellement du
Sénat, pour un terme défini. Nous ne proposons pas
que le rôle donné au nouveau Sénat usurpé les préroga-
tives de la Chambre des Communes; toutefois des
affaires comme les subventions d’encouragemént â
l’industrié sur le plan provincial ou régional, les
Sociétés pour le développement du Canada ou encore
des problèmes concernant les disparités régionales ou
provinciales pourraient relever du nouveau Sénat. En
d’autres termes, le nouveau Sénat devrait être établi de
telle sorte que les représentants des provinces puissent
défendre par une action effective les intérêts pro-
vinciaux, quand œux-ci s’opposent aux intérêts du
pouvoir politique.

8 : 90 Constitution of Canada

EDUCATION

J ust as every Canadian ought to have the same
standard of médical care, so too ought hé to have ‘the

same educational opportunities, The “rich” provinces»

can afford better facilities, curriculum and teachers
than can the less fortunate provinces. This applies at
primary and secondary levels as well as at the college
or university level.

In addition to the financial inequities, a problem
encountered by many Canadians concerns the differ-
ent curricula in the various provinces. Canadians are
becoming more and more peripatetic and the number
of inter-provincial moves has created a problem with
many school age children. A uniform standard through-
out Canada for basic subjects ought to berimple-
mented. It is recognized that this may only be done
through a strong central body.

In order therefore to equalize educational oppor-
tunities for all Canadians, to eliminate the problems
that the varying curricula pose it is suggested that
“education” be within the jurisdiction of the Parlia-
ment of Canada. It is recognized that it is inappropri-
ate, impractical and unwise to give to the Parliament
of Canada sole responsibility for education, therefore
the subject matter ought to be subject to concurrent
jurisdiction of both the provinces and the centre.

It is recognized that education traditionally has been
selfishly guarded as a provincial right and that some
refinement of the concurrent jurisdiction might be
necessary in order to work out a viable division.

BILINGUALISM AND BICULTURALISM

According to the 1961 census, 31 per cent of the
Canadian population, or 5,540,346, was of French
racial origin; the number being spread over the entire
country with the greater concentration in the popu-
lated southern section of the province of Quebec.

There aré approximately one million French Canadi-
ans living outside the Provinœ of Quebec. It is not
intended in this brief to restate those matters that
have been exhaustively reviewed by the F ederal
Bilingualism and Biculturalism Commission, nor is it
our intention in this supporting brief to défend bilin-
gualism as such. It is our submission that unless bilin-
gualism is promoted throughout Canada that the dissa-

September l0, 1970

ÉDUCATION

De même que tous les Canadiens devraient recevoir
des soins médicaux d’égale valeur, de même ils
devraient bénéficier de chances égales en matière
d’éducation. Les provinces «riches» peuvent s’offrir de
meilleurs moyens, en fait de programmes et de
maîtres, que les provinces moins privilégiées. Ceci vaut
pour l’enseignement primaire et secondaire aussi bien
que pour les collèges et universités.

S’ajoutant aux injustices financières, il est un
problème auquel viennent se heurter beaucoup de
Canadiens: c’est celui des différences dans les pro-
grammes suivant les provinces. Les Canadiens devien-
nent de plus en plus péripatéticiens et le nombre des
changements de résidence interprovinciaux crée un
problème pour de nombreux enfants d’âge scolaire. Il
faudrait mettre au point une échelle uniforme dans
tout le Canada pour les questions fondamentales. Mais
on doit reconnaître que seul un vigoureux organisme
central permettra d’atteindre cet objectif.

C’est pourquoi, de façon â égaliser les chances de
tous les Canadiens en matière d’éducation et â éliminer
les problèmes que posent des programmes variés, nous
suggérons que <<l’éducation>> soit comprise dans la
compétence du Parlement du Canada. Sans doute, on
doit reconnaître qu’il ne serait ni judicieux, ni pra-
tique, ni sage de confier au Parlement du Canada une
responsabilité exclusive en matière d’éducation; la
question devrait relever, en conséquence, de la sphére
commune aux autorités des provinces et du centre.

On doit reconnaître d’autre part que traditionnelle-
ment on a toujours voulu conserver l’éducation, par
esprit d’égoîsme, dans le domaine des droits provin-
ciaux et qu’une révision de la juridiction commune
pourrait bien s’imposer si l’on entend mettre en place
une délimitation qui soit viable.

BILINGUISME ET BICULTURALISME

Selon le recensement de 1961, 31 pour cent de la
population canadienne, soit 5,540,346, était d’origine
française; cette fraction s’est répandue dans le pays
tout entier mais s’est surtout concentrée dans les
régions méridionales de la province de Québec où la
population est dense.

Il y a environ un million de Canadiens français qui
vivent en dehors de la Province de Québec. Il n’entré
pas dans le propos de ce mémoire de remettre sur le
métier ces questions dont la Commission du bilin-
guisme et du biculturalisme a entrepris une revue
exhaustive et, il n’est pas davantage dans notre inten-
tion de défendre, par l’expression de notre soutien, le
bilinguisme comme tel. Notre thèse est que, si on ne

l0 septembre 197.0

tisfaction in Quebec will grow and nat
result. The conséquence could be a
Canada and the eventual absorptio
the United States. We have proceed:
that the future of Canada depends u;
bilingualism. No one can expect in
and it is only through a long pro
throughout Canada that bilinguahsm
The provinces carmot be trusted te
quate educational language P110813“
systems indeed, they cannot afford
control and financing of a nation:
language curriculum must be within
Parliament of Canada. The subject m;
rights” ought to be within the sole j
Parliament of Canada and embrace
power ought to be found the en
implement through direct access to
tion systems.

It is only when a generationor tw
adéquate training that bilinguahsm c:
pulsory for all purposes throughout 1
Once we have bilingualism, bicultural
follow.

IMMIGRATION

New immigration régulations becai
ruary 1, 1962, which placed empha
training and skills, possessed by p
grants, however, intangible qualities
fulness, initiative, integrity and fie:
taken into considération.

Canada’s first White Paper on
tabled in the House of Commons in
the Honourable Jean Marchand, Mini
and Immigration.

The White paper outlined the Gc
on a new immigration policy WhlCh
main features.

First, it is expansionist; it propos
steadily active immigration pohcy ad
manpower needs for economic growt

Second, it is non-discriminatory; it
ples and procédures that can and w:
without regard to colour, race or cre

September l0, 1970
ÉDUCATION

tous les Canadiens devraient recevoir
eaux d’égale valeur, de même 11s
Lcier de chances égales en matière
Provinces «riches» peuvent s’offrir de
1s, en fait de programmes et de
provinces moins privilégiées. Ceci vaut
ent primaire et secondaire aussi bien
zges et universités.

r injustices financières, il est un

viennent se heurter beaucoup de

celui des différences dans les pro-
les provinces. Les Canadiens devien-
plus péripatéticiens et le nombre des
résidence interprovinciaux crée un
: nombreux enfants d’âge scolaire, 11
.u point une échelle uniforme dans
»ur les questions fondamentales. Mais
ré que seul un vigoureux organisme
d’atteindre cet objectif.

de façon â égaliser les chances de
en matière d’éducation et â éliminer
posent des programmes variés, nous
éducation» soit comprise dans 1a
rlement du Canada. Sans doute, on
ju’il ne serait ni judicieux, ni pra-
onfier au Parlement du Canada une
lusive en matière d’éducation; la
lever, en conséquence, dé la sphére
rites des provinces et du centré.

ître d’autre part que traditionnelle-
rs voulu conserver l’éducation, par
lans le domaine des droits provin-
zvision de la juridiction commune
oser si l’on entend mettre en place
i soit viable.

VIE ET BICULTURALISME

rent de 1961, 31 pour cent de 1a
me, soit 5,540,346, était d’origine
ation s’est répandue dans le pays
’est surtout concentrée dans les
; de la province de Québec où la

million de Canadiens français qui
la Province de Québec. Il n’éntre
de ce mémoire de remettre sur le
1s dont la Commission du bilin-
turalisme a entrepris une revue
Lt pas davantage dans notre inten-
r l’expression de notre soutien, le
tel. Notre thèse est que, si on ne

l0 septembre 1970

tisfaction in Québec will grow and national disunity will
result. The-conséquence could bé a Balkanization of
Canada and the eventual absorption of Canada into
the United States. We have proceeded on thé premise
that the future cf Canada dépends upon thé success of
bilingualism. No one can expect instant bilingualism
and it is only through a long process of education
throughout Canada that bilingualism can be achieved.
The provinces cannot bé trusted to implement ade-
quate educational language programs into their school
systems indeed, they cannot afford it. Thé direction,
control and financing of a national English/French
language curriculum must bé within thé powers of thé
Parliament of Canada. The subject matter of “language
rights” ought to be within the sole jurisdiction of the
Parliament of Canada and embraced ‘within such a
power ought to be found the enabling power to
implement through direct access to provincial educa-
tion systems.

It is only when a generation or two have received
adéquate training that bilingualism can be made com-
pulsory for all purposes throughout the entire nation.
Once we have bilingualism, biculturalism will naturally
follow.

IMMIGRATION

New immigration régulations became effective Feb-
ruary 1, 1962, which placed emphasis on education,
training and skills, possessed by prospective immi-
grants, however, intangible qualities such as resources-
fulness, initiative, integrity and flexibility were also
taken into considération.

Canada’s first White Paper on Immigration was
tabled in the House of Commons in October, 1966 by
the Honourable Jean Marchand, Minister of Manpower
and Immigration.

Thé White paper outlined thé Government’s views
on a new immigration policy which would have three
main features.

First, it is expansionist; it proposes the basis for a
steadily active immigration policy adaptéd to Canada’s
manpower needs for economic growth.

Second, it is non-discriminatory; it establishes princi-
ples and procédures that can and will operate entirely
without regard to colour, race or crééd.

Constitution du Canada 8 : 91

fait pas progresser le bilinguisme à travers le Canada, le
mécontentement ira grandissant au Québec a qui
suscitera la division sur le plan national et pourrait
entraîner la balkanisation du Canada et une éventuelle
absorption de ce dernier par les États-Unis. Nous avons
fondé notre action sur cette prémisse que l’avénir du
Canada repose sur le succès du bilinguisme. Personne
ne peut espérer que la réalisation du bilinguisme soit
l’affaire d’un instant, car c’est seulement par le long
progrès d’une éducation embrassant tout lé Canada
que le bilinguisme pourra être effectivement atteint. Il
ne faut pas compter sur les provinces, en vérité, pour
mettre au point des programmes adéquats de forma-
tion linguistique â l’intérieur de leurs systèmes sco-
laires: elles n’en ont pas les moyens. La direction, le
contrôle et le financement d’un programme national
pour l’enséignement des » langues anglaise et française
doivent relever de l’autorité du Parlement du Canada.
La question «législation linguistique» devrait relever
de la seule compétence du Parlement du Canada, mais
il faudrait que soit inclus dans ce pouvoir-là le pouvoir
de faire appliquer les décisions par intervention directe
dans les systèmes d’éducation provinciaux.

C’est seulement quand une génération ou deux
auront reçu une formation suffisante que le bilin-
guisme pourra être obligatoire en tout domaine dans la
nation tout entière. Quand nous aurons le bilinguisme,
le biculturalisme suivra naturellement.

IMMIGRATION

Les nouveaux règlements relatifs â l’immigration
sont entrés en vigueur le 1er février 1962, et s’ils ont
mis l’accent sur l’éducation, la formation et les capa-
cités que dévraient posséder lés immigrants éventuels,
ils n’en ont pas moins pris en considération, égale-
ment, ces qualités impalpablés qui s’appellent l’ésprit
de ressource et d’initiative, l’intégrité et la souplesse.

Le premier Livre blanc du Canada sur l’lrnmigration
fut déposé devant la Chambre des Communes en
octobre 1965 par l’honorable Jean Marchand, ministre
de la Main-d’oeuvre et de l’Immigration.

Le Livre blanc esquissait les vues du Gouvernement
sur la nouvelle politique de l’irnmigration qui devait
présenter trois caractères principaux.

En premier lieu, il s’agit d’une politique expansion-

niste; le but poursuivi est d’établir la basé d’une

politique d’immigration résolument active, en rapport
avec les besoins du Canada en matière de croissance
économique.

En second lieu, elle est non-discriminatoire; elle pose
des principes et institue des procédures qui peuvent et
doivent être mis en œuvre sans considération de
couleur, de race ou de religion.

8 : 92 Constitution of Canada

Third, it confirms, and in some respects exténds,
most of the privileges of sponsoring relatives as immi-
grants which are now enjoyed by Canadian citizens
and by other people who are already permanent
résidents. Future immigrants. will have fewer sponsor-
ship privileges until they have lived in Canada for five
years and become citizens.

In general the essence of these Régulations is that
for the first time they spell out, systématically and
publicly, the criteria by which the department at-
tempts to judge whether an applicant is likely to
establish himself successfully in Canada.

Thé Régulations provide for thé sponsorship of
dépendent relatives as a matter of right. Dependents
are admissible without regard either to their own
qualifications or to the financial circumstances of the
sponsor. They come because they are wanted and they
are people who can normally expect their relatives to
keep them.

Thé Régulations make a clear distinction between
dépéndénts and relatives entering the working forcé.
As a matter of fact, there are three catégories of
immigrants: “sponsoréd dépendénts” (matter of
right), (wife, children, father and mother) nominatéd
relatives, (brother, sistér), (that is, persons not nor-
mally dépendent on thé sponsor-must comply with a
relaxed version of our sélection criteria). Independent
applicants are required to meet a spécified and
publicizéd sélection standard which may be summar-
ized as follows: (Based on a possible 100 points — 9
factors a total of 100 Units.)

. Education and Training:

. Personal Assessmént:

. OccupationalDémand:

. Occupational Skill:

Age:

. Arranged Employmént:

. Knowledgé of French and English:

. Relative:

. Employment Opportunities in Area of Destin-
ation:

ŒOOQŒUI-PUJBJP‘

To qualify for admission, and independent applicant
will normally have to obtain 50 of the 100 assessment
units availablé. A major feature of thé sélection
standards is that applicants are asséssed as total
individuals and that no one factor, be it personal
suitability, education, language, employment oppor-
tunity, et cetera, is capable of disqualifying the
applicant by itself. The total man is assesséd-not one
or two of his qualifications.

September 10, 1970

En troisième lieu, elle confirmé, et à certains égards
étend, la plupart des privilèges qui confèrent le droit
de parrainer des parents comme futurs immigrantset
dont jouissent à l’héure actuelle les citoyens canadiens
et les autres ressortissants qui sont déjà résidents
permanents. Les immigrants auront, â l’avénir, fnoins
dé privilèges de parrainage avant d’avoir vécu cinq ans
au Canada et d’être devenus citoyens.

D’une manière générale, le trait essentiel de ces
Règlements est que pour la première fois ils énoncent,
de façon systématique et publique, les critères d’après
lesquels le ministère essaye de juger si un candidat a
des chances de s’établir avec succès au Canada.

Les Règlements envisagent le parrainage des parents
â charge comme une matière de droit. Les personnes â
charge peuvent être admises sans considération de
leurs qualifications personnelles ou des ressources
financières de leur parrain. Elles viennent parce que
leur présence est désirée et parce qu’elles attendent
que leurs parents peuvent les garder avec eux.

Les Règlements établissent une distinction nette
entré les personnes à charge et les parents qui viennent
pour travailler. En définitive, il y a trois catégories
d’immigrants: «les personnes à chargé qui ont un
parrainage» (matière de droit), c’ést—à-diré femme,
enfants, père et mère, les parents désignés (frère,
soeur), c’est-à-dire des personnes qui normalement ne
sont pas à la. charge des parrains et qui doivent
satisfaire à une version moins sévère de nos critères de
sélection; enfin les candidats indépendants auxquels il
est demandé à des normes de sélection spécifique et
publiques que l’on peut résumer comme suit: (système
basé sur 9 facteurs qui composent un total de 100
unités, ce qui donné un maximum de 100 points)

1. Éducation et formation:

2. Coefficient personnel:

3. Profession demandée:

4. Aptitude professionnelle:

5. Âge:

6. Contrat dé travail:

7. Connaissance du Français et de l’Anglais:

8. Parenté:

9. Possibilités d’emploi dans la zone de destination:

Pour se qualifier à Padmission, un candidat indé-
pendant dévra obtenir normalement 50 du 100 unités
Févaluation qui lui sont offertes. Un trait important
des normes de sélection est que les candidats sont
évalués comme des totalités individuelles et qu’aucun
des facteurs pris à part, qu’il s’agisse dés capacités
personnelles, de l’éducation, du langage, des pos-
sibilités d’emploi etc., ne peut disqualifier, de par
lui-même, le candidat. C’est l’homme tout entier qu’on
évalue et non une ou deux de ses qualifications.

l0 septembre 1 970

Immigration is a shared res
shared between Federal and Provii

Thé role of the province is to c
favourable to thé integration cf im
publicity and documentation in
province known abroad. Social
abové all accréditation of diplom:
of immigrants, fall strictly within
the province. The Federal Depar
responsibility in immigration and
when we consider that thé D
authority which is applicable in
carries with it the responsibility c
province or area above another.

However, there aré a few flaw
fédéral machinery is allowing imr
never get past normal channels 1
visitors, and then stay indefinitély.

Thousands aré entering each yea
rising as a result of loopholes a1
board. Thé proportions of the prot
the appeal board level, an indepé
body that handles 85 to 100 c2
getting appeals against deportatior
to 300 cases a month. After two y
has a backlog of 3,000 cases. In otl
stopped today, it would take tha
years to catch up.

A sélective immigration system
aimed at weéding out unskilléd, ur
in their home country via a test.
immigrant visa their only right i
months. Theré is no right to appe:
a visa.

Canada has waived visa requiren
of countries for visitors who are
months, created thé appeal board,
the right to appeal at public expei
with certain exceptions, (notabl
triés) a person can enter Canada
visitor and, once in Canada, app
grant status. If such a person is c
may appeal at onœ, usually with t
will be months possibly years bef«
is made.

î____r______f

September l0, 1970

lieu, elle confirme, et à certains égards
art des privilèges qui confèrent le droit
es parents comme futurs immigrants.et
à l’héure actuelle les citoyens canadiens
ressortissants qui sont déjà résidents
es immigrants auront, â l’avénir, moins
e parrainage avant d’avoir vécu cinq ans
’être devenus citoyens.

ère générale, le trait essentiel de ces
; que pour la première fois ils énoncent,
matique et publique, les critères d’après
Listère essaye de juger si un candidat a
s’établir avec succès au Canada.

nts envisagent le parrainage des parents
ne une matière de droit. Les personnes à
t être admises sans considération de
tions personnelles ou des ressources
leur parrain. Elles viennent parce que
est désirée et parce qu’elles attendent
ts peuvent les garder avec eux.

ants établissent une distinction nette
ines à charge et les parents qui viennent
j En définitive, il y a trois catégories
< latière de droit), c’est-à-dire femme,
et mère, les parents désignés (frère,
lire des personnes qui normalement ne
. charge des parrains et qui doivent
version moins sévère de nos critères de
les candidats indépendants auxquels il
des normes de sélection spécifique et
‘on peut résumer comme suit: (système
teurs qui composent un total de 100
mne un maximum de 100 points)

et formation:
: personnel:
demandée:
rofessionnelle:

travail:
ce du Français et de l’Anglais:

d’emploi dans la zone de destination:

fier à l’admission, un candidat indé-
btenir normalement 50 du 100 unités
lui sont offertes. Un trait important
sélection est que les candidats sont
des totalités individuelles et qu’aucun
s à part, qu’il s’agisse des capacités
z l’éducation, du langage, des pos-
»i etc., ne peut disqualifier, de par
lidat. C’est l’homme tout entier qu’on
a ou deux de ses qualifications.

mon

10 septembre 1970

Immigration is a shared responsibility-that is,
shared between Federal and Provincial authorities.

The role of the province is to create an atmosphère
favourable to the integration of immigrants, to provide
publicity and documentation in order to make the
province known abroad. Social welfare questions,
above all accreditation of diplomas and qualifications
of immigrants, fall strictly within the jurisdiction of
the province. The Federal Department has the final
responsibility in immigration and this is naturally so
when we consider that the Department exercises
authority which is applicable in all provinces. This
carries with it the responsibility of not favouring one
province or area above another.

However, there are a few flaws. A breakdown in
federal machinery is allowing immigrants who would
never get past normal channels to enter Canada as
visitors, and then stay indefinitély.

Thousands are entering each year and the number is
rising as a result of loopholes and a lenient appeal
board. The proportions of the problem are best seen at
the appeal board level, an independent nine-member
body that handles 85 to 100 cases a month. It is
getting appeals against déportation at the rate of 250
to 300 cases a month. After two years of opération, it
has a backlog of 3,000 cases. In other words, if appeals
stopped today, it would take the board 2 to 2 1/2
years to catch up.

A sélective immigration system started in 1967 is
aimed at weeding out unskilléd, uneducated applicants
in their home country via a test. If refused a landed
immigrant visa their only right is to reapply in six
months. There is no right to appeal the refusal of such
a visa.

Canada has waived visa requirements from a number
of countries for visitors who are here less than three
months, created the appeal board, and given deportees
the right to appeal at public expense. This means that,
with certain exceptions, (notably communist coun-
tries) a person can enter Canada without a visa as a
visitor and, once in Canada, apply for landed immi-
grant status. If such a person is ordered deported, he
may appeal at once, usually with the knowledge that it
will be months possibly years before a definitive order
is made.

Constitution du Canada

8:93

L’Immigration constitue une responsabilité partagée,
c’est-à-dire partagée entre les autorités fédérale et
provinciales.

Le rôle de la province est de créer une atmosphère
favorable â l’intégration des immigrants et de pourvoir
à la publicité et â la documentation nécessaire pour
fairre connaître la province à l’étranger. Les questions
d’assistance sociale, avant tout la concession de titres
et certificats d’immigrants, tombent strictement dans
le domaine de la juridiction provinciale. Mais le
ministère fédéral a la responsabilité suprême en ma-
tière dïmmigration et il est naturel qu’il en soit ainsi,
si l’on considère que le Ministère exerce une autorité
qui s’étend à toutes les provinces. Ceci implique le
devoir de ne favoriser aucune province ou région plus
que les autres.

Il y a, cependant, un certain nombre de choses qui
laissent à désirer. Des défauts dans la machine fédérale
laissent des immigrants, qui n’auraient jamais pu passer
par la filière normale, entrer au Canada comme
visiteurs et y rester ensuit indéfiniment.

Il en rentre ainsi, chaque année, des milliers, et leur
nombre va croissant à cause des lézardes du système et
d’un bureau d’appels trop bienveillant. On aperçoit
très bien les proportions du problème au viveau du
bureau d’appels, organisme indépendant de neuf mem-
bres qui est saisi, en moyenne, de 85 à 100 cas par
mois. Il lui parvient des appels pour expulsion au
rythme de 250 â 300 par mois. Après deux années de
fonctionnement, il a un arriéré de 3,000 cas. Autre-
ment dit, si les appels venaient â cesser aujourd’hui, il
faudrait encore entre deux ans et demi au bureau pour
en venir à bout.

Un système de sélection à Pimmigration qui a
commencé à fonctionner en 1967 a pour but d’éli-
miner les candidats inaptes ou inéduqués, par le
moyen d’un test, alors qu’ils se trouvent encore dans
leur pays d’origine. Si le visa d’immigrant permanent
leur est refusé, il leur faut attendre six mois avant
d’avoir le droit de le demander à nouveau. Il n’y a pas
de droit d’appel contre le refus_d’un visa de ce genre.

Le Canada a cessé d’exiger le visa, en faveur des
ressortissants de plusieurs pays, pour des visiteurs qui
doivent séjourner ici moins trois mois, il a créé le
bureau d’appel et donné aux expulsés le droit d’appel
aux frais de l’Etat. Cela signifie que, â quelques
exceptions près (notamment pour les pays com-
munistes), une personne peut entrer au Canada sans
visa à titre de visiteur et, une fois dans le pays, faire
une demande pour le statut dïmmigrant permanent. Si
la personne en question reçoit un ordre d’expulsion,
elle peut faire appel immédiatement, sachant, dans la
plupart des cas, qu’il s’écoulera des mois et peut-être

des années avant qu’un ordre définitif ne soit donné.

8:94

Because the board can quash an order on compas-
sionate grounds, would-be immigrants who are appeal-
ing often marry quickly on arrival in Canada. Marriage
and children born in this country naturally enhance
their chance of staying.

Easy acœss to social security cards and jobs make
the short-cut route even more attractive.

The present system is not adéquate and the defects
appear to be in the areas of the lack of a visa
requirement, the failure to keep in periodic touch with
persons after they have éntered Canada as visitors and
with the apparent abuse of the appeal process by
persons who wish to shortcut the usual channels.

Although it is not a matter for inclusion in a
constitution it would appear to be a matter which
could undermine the philosophy evident in the govern-
ment’s White Paper, and this affects all Canadians.

Constitution of Canada

September l0, 1970

Comme le bureau peut annuler un ordre pour des
motifs de compassion, les soi-disant immigrants qui
intentent des appels se marient souvent très vite après
leur arrivée au Canada. Le mariage et les enfants nés
dans ce pays augmentent naturellement leurs chances
d’y rester.

Un accès sans difficulté aux cartes de sécurité sociale
et aux emplois rend même le court-circuit plus
attrayant.

Le système actuel n’est pas efficace et les défauts en
sont apparents dans les domaines suivants: l’absence
d’un visa obligatoire, l’incapacité où on se trouve de
maintenir un contact périodique avec les personnes
qui sont entrées au Canada comme visiteurs et l’abus
manifeste de la procédure d’appel par des personnes
qui veulent court-circuiter les voies ordinaires.

Bien que cela ne soit pas une question à inclure dans
une constitution, il n’en est pas moins clair qu’il y a là
quelque chose qui pourrait miner par en dessous la
philosophie contenue, de toute évidence, dans le Livre
blanc du Gouvernement, et cela touche tous les
Canadiens.

Cacher

Leave a Reply